Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moi, l'Histoire 1789-1848

 | 
Damien Zanone
, 
Chantal Massol

Avant-propos

Damien Zanone

Texte intégral

Il est des époques historiques où la vie individuelle semble s’effacer dans la préoccupation de la vie générale ; mais, si on y regarde de plus près, on voit que, tout au contraire, les préoccupations personnelles prennent une importance d’autant plus grande, aux époques de trouble et d’incertitude, que l’on est surexcité par la vie générale. Ne sont-ce pas les époques fécondes en rêves, en projets, en situations romanesques, en accès d’enthousiasme, de doute et d’effroi ?

  • 1 Dans la préface de 1855 à Le Diable aux champs. G. Sand : Préfaces, A. Szabó (éd.), Debrecen, Stud (...)

1À la question remarquablement posée par George Sand1, les études réunies ici apportent les réponses variées que différents protagonistes du premier xixe siècle, « époque de trouble et d’incertitude » s’il en fût, ont eu à inventer. Enfanté dans les douleurs de l’histoire, l’individu naît tout à la fois comme sujet politique et lyrique : il lui faut apprendre, comme le dit Gérald Rannaud dans son introduction, à vivre en même temps avec les droits publics du citoyen et les doutes intimes du moi, entre sérénité expansive et inquiétude intérieure. L’entreprise est immense, elle demeure ouverte deux cents ans après : les auteurs évoqués ici forment la première génération qui en prit la mesure ; ce grand combat fit leur littérature.

2Les auteurs de Mémoires, pourtant si nombreux sous la Restauration et la monarchie de Juillet, en sont à ne plus savoir ce que doivent raconter des Mémoires : je montre, pour commencer ce volume, les errements d’une vieille forme aux repères déréglés.

3Engagement historique mais sécession lyrique : cette ambivalence se confond avec le sentiment de l’existence pour Chateaubriand : c’est, nous explique Jean-Claude Berchet, sa quête littéraire permanente, longue invention des Mémoires d’outre-tombe.

4À ce même tourment – double fascination pour le moi et pour l’histoire et refus de voir engloutir le premier dans la seconde –, Madame de Staël cherche aussi le salut par l’écriture : François Rosset en lit le désir fiévreux et urgent dans la forme « bigarrée » de ce livre de fuite en avant qu’est Dix années d’exil.

5Comme pour Staël, la Campagne de Russie est pour Stendhal un absolu qui permet d’éprouver presque abstraitement le choc du conflit entre le moi et l’histoire : ce conflit est, selon Marie-Rose Corredor, un des « astres errants » dont l’énergie diffuse tout au long de l’œuvre stendhalienne et se résorbe dans le « choix esthétique ».

6Le choix de George Sand est différent : s’enfoncer résolument dans l’histoire, ce n’est pas prendre le risque d’y engloutir le moi mais donner à celui-ci la chance de se réconcilier dans toutes ses dimensions. Béatrice Didier souligne jusqu’à quel point cette ambition pousse l’auteur d’Histoire de ma vie, autobiographe, à s’inventer comme historienne.

  • 2 C’est la célèbre formule qu’il aurait proférée le soir même de la bataille de Valmy : « De ce lieu (...)

7« J’en étais » est la réponse de Marceline Desbordes-Valmore, qui sonne en écho décalé au « J’y étais » de Goethe2 : Christine Planté montre comment le détour par la communauté, mythiquement fondée dans l’enfance, est nécessaire à celle qui ne peut autrement poser sa voix pour affronter l’histoire.

8Autre voie empruntée par un autre poète, Gérard de Nerval : la constitution comme drame de la relation du sujet lyrique à l’autre. Gabrielle Chamarat-Malandain révèle, dans la composition du recueil des Chimères, la mise en scène de ce drame qui interroge la désespérance contemporaine : le théâtre héroïque du « moi » n’existe que pour soi, il échoue à se faire entendre autrement que comme voix anonyme dans l’histoire.

9Les Souvenirs ou l’autre Tocqueville : ce n’est pas le penseur de l’individu qu’Anne Vibert sollicite, c’est plutôt celui que son rôle de témoin met presque, lui aussi, au lendemain de 1848, en situation de sujet lyrique… Sans doute Tocqueville ne va pas jusque-là : mais il ne se tient pas si loin, faisant l’épreuve qu’au temps qui est le sien le récit de l’histoire ne peut plus se faire sans rapport avec un récit de soi.

10Autre historien engagé dans la même époque, Michelet accepte résolument d’aller vers soi pour y trouver les autres : Paule Petitier met au jour la « méthode intime » qui s’élabore dans le Journal, l’homologie délibérée et travaillée entre le moi et l’histoire, qui permet à l’historien de saisir comme évidence intérieure les lignes de fracture qui parcourent l’époque (la question sociale).

11Chateaubriand, Staël, Stendhal, Sand, Desbordes-Valmore, Nerval, Tocqueville et Michelet sont ainsi autant de « phares » que nous pouvons choisir. Ils éclairent pour nous la grande question : comment être soi dans l’histoire ?

Notes

1 Dans la préface de 1855 à Le Diable aux champs. G. Sand : Préfaces, A. Szabó (éd.), Debrecen, Studia Romanica de Debrecen, 1997, 2 vol, vol. I, p. 235.

2 C’est la célèbre formule qu’il aurait proférée le soir même de la bataille de Valmy : « De ce lieu et de ce jour, date une nouvelle époque dans l’histoire du monde, et vous pourrez dire : J’y étais », J. W. von Goethe, Campagne de France, trad. de l’allemand par J. Porchat, Paris, Hachette, 1882 [1822], p. 64. Nous préférons, pour ce passage, l’état ancien de la traduction de J. Porchat à la version révisée qu’en a récemment donnée J. Le Rider (Goethe, Écrits autobiographiques. 1789-1815, Paris, Bartillat, 2001, p. 334 : « […] et vous pourrez dire que vous y étiez. »

© UGA Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540