Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyager en France au temps du romantisme

 | 
Alain Guyot
, 
Chantal Massol

Écritures du voyage romantique en France

Flaubert satiriste dans « Par les champs et par les grèves »

Wendelin Guentner

Texte intégral

  • 1 Flaubert, lettre à Madame Roger des Genettes (Concarneau, 3 octobre 1875), Correspondance 1871-187 (...)
  • 2 Auguste Jal, Ébauches critiques, Paris, A.J. Denain, 1831, p. 2.

Quel gouffre que la bêtise humaine !1 La satire va, vient, court, revient, saute ; c’est une folle, mordante, ironique, agaçante, rieuse, moqueuse, raisonnable sous son air de déraison. Un mot lui suffit, pourvu qu’il soit piquant et qu’il frappe juste ; elle a horreur des longues pages à périodes, à larges argumentations ; elle veut bien être vraie, mais à condition qu’on lui permettra d’être gaie, vive, bouffonne.2

1Les chapitres impairs de Par les champs et par les grèves, c’est-à-dire ceux qui furent rédigés par Flaubert dans ce récit de voyage écrit en collaboration avec son compagnon de voyage, Maxime Du Camp, laissent discerner trois attitudes envers le monde. La première, une attitude apparemment objective, impartiale, est traduite par ce que nous appellerons le ton « neutre ». Est « neutre » pour nous tout segment de prose qui est dénué d’une trace d’émotion qui dévoilerait l’intention d’exalter ou de rabaisser l’objet qu’il dénote. Il s’agit de la prose sobre et banale qui ressemble au style du Guide bleu ou du reportage journalistique. Dans Par les champs et par les grèves, Flaubert use de cette manière de dire le plus souvent pour les passages de chronique, qu’elle soit de route ou historique. À partir de cette position centrale d’objectivité affichée, exprimée par le ton « neutre », on peut distinguer un mouvement de va-et-vient entre, d’un côté, une sensibilité toute romantique, qui privilégie une série de thèmes, qui sont autant de topoi romantiques – le voyage exotique, la nature, les ruines, la mort – sensibilité qui s’exprime souvent sur un ton poétique ; de l’autre, une attitude apparemment satirique, qui se traduit souvent par un ton ironique. Ce système de tonalités, fruit d’une attitude changeante d’identification et de distance par rapport aux « choses vues », et dont les répercussions successives contribuent à créer le rythme heurté du texte, crée une tension dramatique qui soutient l’intérêt du lecteur. On se propose de se limiter ici à une analyse du discours satirique dans les chapitres de ce récit de voyage rédigés par Flaubert. Dans un premier temps, nous identifierons les cibles privilégiées de la satire. Nous étudierons ensuite un certain nombre des procédés littéraires du discours satirique tel que le pratique Flaubert avant de suggérer quelques idées d’ordre général sur les relations du récit de voyage et de la satire.

2Dans Par les champs et par les grèves, la satire est souvent véhiculée par le thème de la bêtise. Dans les exemples qui suivent, on va voir que le mot « bête », avec d’autres mots qui appartiennent au même champ lexical tels que « sottise », « sot » ou « imbécile », représente une sorte de mot-thème. Le retour obsédant des termes évaluatifs atteste que le voyageur est sensible à l’écart qu’il perçoit entre l’idéal, tel qu’il le conçoit, et le réel. L’épithète « bête » est appliquée aux objets (des maisons, des pantalons), aux villes (Brest) aussi bien qu’aux concepts abstraits (le vice, le goût). Cependant son application la plus courante vise directement les êtres humains.

  • 3 Par exemple, à l’occasion d’un repas à Quiberon chez le sieur Rohan Belle-Isle, le narrateur laiss (...)

3Serait-il trop hasardeux de dire que, pour le voyageur, tout le genre humain mérite cette épithète ? Il est, à ce sujet, révélateur qu’au muséum d’histoire naturelle de Nantes, Flaubert trouve très à propos que l’on ait mis un bocal d’esprit de vin contenant les fœtus de deux petits cochons à côté de celui où se trouvent deux fœtus humains (p. 68). Ici c’est la juxtaposition entre l’humain et l’animal (le mot « bête » comprenant ces deux sens, comme substantif et comme adjectif péjoratif) qui déclenche la satire. Il n’est donc pas surprenant qu’aucune classe sociale ne soit épargnée dans Par les champs et par les grèves, de l’aristocrate à l’homme des champs3.

  • 4 L’Ironie littéraire, Paris, Hachette, 1996, p. 64-65.

4Une catégorie sociale que Philippe Hamon a identifiée comme cible privilégiée de l’ironie, « les gardiens de la loi », se confond volontiers avec celles de la satire4. Puisque la bourgeoisie, en tant que classe dominante au xixe siècle, occupe les postes officiels et fait appliquer la loi, il n’est pas surprenant qu’elle soit la classe la plus souvent visée par Flaubert. Est « bête » celui qui conclut, et Flaubert gonfle son récit d’exemples de bourgeois qui détiennent le pouvoir social et passent leur temps à conclure. Comme, pour lui, tout ce qui est règlement et autorité est aberrant, il n’est pas étonnant qu’il soit sensible à la mentalité propre à l’administration civile et que Brest constitue pour le voyageur une ville essentiellement « bête », car

[s]ous toutes les formes, en tous lieux, à tous les coins, réapparaît l’administration, la discipline, la feuille de papier rayé, le cadre, la règle. On admire la symétrie factice et la propreté imbécile. (p. 199)

  • 5 Pour une discussion sur l’importance de l’antiphrase dans l’ironie, voir Ph. Hamon, op. cit., p. 1 (...)

5On aura remarqué la note ironique de cette dernière phrase où l’emploi antiphrastique du verbe « admirer » suggère que le voyageur tire un malin plaisir du spectacle de la bêtise5. Il en va de même à l’hôpital du bagne de la même ville où le voyageur s’attendrit à la vue d’un forçat qui s’amuse à jouer avec des chatons. Or, Flaubert déclare qu’il « aime à croire cependant que le règlement interdit ces récréations et que c’était, sans doute, une charité de la religieuse » (p. 199).

  • 6 De manière semblable, pendant la traversée en barque de Belle-Ile à Quiberon, le voyageur a du mal (...)

6Ce n’est pas seulement à Brest mais en fait pendant tous ses déplacements que Flaubert distingue les incarnations de la bêtise dans l’administration civile6. Ainsi, lors du trajet en train de Paris à Orléans, tout au début du voyage, Flaubert remarque deux passagers, « deux aimables jeunes gens qui devaient appartenir à une administration quelconque : il y avait de l’un à l’autre la différence du bête au sot, et du nul au vide » (p. 31). Ici, de nouveau, la satire découle de l’emploi de l’antiphrase, puisque la distinction que l’auteur suggère est déjouée par les qualificatifs quasiment identiques dont il se sert.

  • 7 Flaubert saisit d’ailleurs l’occasion de la traversée de Belle-Ile à Quiberon pour s’en prendre à (...)

7C’est surtout au moment de la visite des alignements de Carnac que Flaubert prend pour cible une autre catégorie de « gardiens de la loi » : les savants7. Les premières pages du chapitre V exposent avec une accumulation pleine de lourdeur les différentes théories sur l’origine des pierres que les savants ont proposées au cours des siècles. C’est alors que le voyageur fait remarquer :

Nous comprîmes donc parfaitement l’ironie de ces granits qui, depuis les Druides, rient dans leurs barbes de lichens verts à voir tous les imbéciles qui viennent les voir. Les savants ont passé leur vie à chercher ce qu’on en avait pu faire ; et n’admirez-vous pas d’ailleurs cette éternelle préoccupation du bipède sans plumes de vouloir trouver à chaque chose une utilité quelconque ? Non content de distiller l’océan pour saler son pot-au-feu et d’assassiner les éléphants pour s’en faire des manches de couteaux, son égoïsme s’irrite encore lorsque s’exhume devant lui un débris quelconque dont il ne peut deviner l’usage. (p. 99)

  • 8 C’est ce que Ph. Hamon appelle « l’ironie référentielle » (op. cit., p. 13-14). Il est significati (...)

8Une fois de plus le narrateur semble se complaire à brosser un tableau de la sottise foncière de l’homme – ici le savant qui, comme tous les bourgeois, ne voit de valeur que dans l’utile. La distance psychologique qui sépare le voyageur des savants contemporains fait écho à la distance temporelle qui sépare les pierres de ces mêmes savants ; afin de généraliser, il personnifie les menhirs et les dolmens, attribuant un trope littéraire, l’ironie, à un objet8. Dans les deux cas, la distance engendre une attitude extrêmement satirique.

  • 9 Ou encore : « Sans se douter le moins du monde de la saleté de son industrie, il se croit fort hon (...)

9La passion de l’utilité, source de bêtise chez les fonctionnaires et les savants, ne l’est pas moins chez les hommes d’affaires. Voilà en effet un troisième objet des attaques de Flaubert contre la bourgeoisie. Au cours de ses périples, le voyageur en rencontre beaucoup mais c’est peut-être M. Genès qui incarne le mieux la bêtise foncière de cette corporation. L’épisode de la rencontre avec M. Genès couvre plusieurs pages et comprend un portrait physique et moral. Connaissant l’attitude du voyageur envers l’autorité civile, le lecteur peut saisir toute la portée satirique des détails qu’il cite. Goûtons, par exemple, le mépris implicite présent dans le détail suivant : « C’est un homme d’ordre […] il respecte beaucoup les lois et vénère les gens de justice, notaires, avoués, huissiers… » (p. 195)9 Pourtant, la désapprobation du voyageur devient on ne peut plus explicite quand l’évocation du caractère de M. Genès suscite les comparaisons suivantes : « Il est bête comme un juge et aussi assommant que la biographie des hommes utiles. » (p. 194) Le choix d’un comparant inattendu – non pas « bête comme un âne », par exemple, mais « comme un juge » – renforce l’effet satirique non seulement à l’égard de l’homme d’affaires, mais aussi, et de nouveau, à l’égard de l’autorité civile. Voltairien, ami du progrès, M. Genès est, non moins que M. Homais, une incarnation toute flaubertienne de la bêtise.

  • 10 Que la simplicité équivaille au bon goût dans l’esprit du voyageur, c’est ce qui ressort de l’épis (...)

10Parmi les cibles visées par le narrateur se trouvent toutes celles qui ne s’attachent pas spécifiquement à une profession ou à un statut social, mais qui sont en quelque sorte disséminées dans la société entière. C’est le cas du mauvais goût, source d’une bêtise quasi omniprésente pour le voyageur. Le narrateur a des idées très arrêtées en matière de peinture (p. 66-67), d’architecture (p. 38), de sculpture (p. 39) et de mobilier (p. 40), et tout prétexte est bon pour en faire part au lecteur. En règle générale, le bon goût comporte pour lui des qualités de simplicité, de naïveté et de naturel10. Ainsi, après la visite des ruines de la Garenne dont le sentimentalisme vulgaire l’a fort irrité, le voyageur se laisse véritablement emporter par l’impatience. L’attitude de distance ironique envers la bêtise de ses contemporains, rétrospective dans le cas des alignements de Carnac, est ici prospective. Le narrateur, apostrophant la postérité, s’amuse à dresser une liste interminable des manifestations du mauvais goût de la société de son temps, dans l’art vestimentaire ou en littérature, mauvais goût qui suscite son mépris :

O gens de goût des siècles futurs, je vous recommande des gens de goût de maintenant. Vous rirez un peu de leurs crampes d’estomac, de leurs dédains superbes, de leur prédilection pour le veau et pour le laitage et des grimaces qu’ils ont quand on leur sert de la viande saignante et des poésies trop chaudes.
Comme ce qui est beau sera laid, comme ce qui est gracieux paraîtra sot, comme ce qui est riche semblera pauvre, nos délicieux boudoirs, nos charmants salons, nos ravissants costumes, nos intéressants feuilletons, nos drames palpitants, nos livres sérieux, oh ! oh ! comme on nous fourrera au grenier, comme on en fera de la bourre, du papier, du fumier, de l’engrais ! O postérité ! n’oublie pas surtout nos parloirs gothiques, nos ameublements Renaissance, les discours de M. Pasquier, la forme de nos chapeaux et l’esthétique de la Revue des Deux-Mondes ! (p. 76-77)

11Dans ce passage, c’est l’accumulation d’exemples disparates où le concret se juxtapose à l’abstrait, l’élevé au banal, combinée à un style oratoire et exclamatif, qui permet à Flaubert de satiriser le goût contemporain. Toutefois, cette rhétorique comique de l’abondance constitue autant de marques de satire qui, par leur caractère excessif, enlève un peu de ce qu’elle pourrait avoir de vraiment cinglant.

12Le parti pris du voyageur pour le naturel et la beauté simple et naïve est contredit par deux valeurs qu’il considère comme très répandues dans la société bourgeoise de son époque, les sentiments de pudeur et de bienséance incarnés par le « caleçon » :

Ce qu’on demande aujourd’hui, n’est-ce pas plutôt tout le contraire du nu, du simple et du vrai ? Fortune et succès à ceux qui savent revêtir et habiller les choses ! Le tailleur est le roi du siècle, la feuille de vigne en est le symbole ; lois, arts, politique, caleçon partout ! (p. 242)

13Quelle n’est pas son indignation quand il aperçoit des statues « caleçonnées » au musée de Nantes :

L’Apollon du Belvédère, le Discobole et un joueur de flûte sont enharnachés de ces honteux caleçons métalliques qui reluisent comme des casseroles. On voit, d’ailleurs, que c’est un ouvrage médité de longtemps et exécuté avec amour, c’est escalopé sur les bords et enfoncé avec des vis dans les membres des pauvres plâtres, qui s’en sont écaillés de douleur. Par ce temps de bêtises plates qui court, au milieu des stupidités normales qui nous encombrent, il est réjouissant, ne fût-ce que par diversion, de rencontrer au moins une bêtise échevelée, une stupidité gigantesque. Malgré tous mes efforts je ne suis parvenu à me rien figurer sur le créateur de cette pudique immondicité. J’aime à croire que le Conseil municipal en entier y a pris part, que MM. les ecclésiastiques l’avaient sollicitée et que les dames l’ont trouvée convenable. (p. 67-68)

  • 11 En effet, Ph. Hamon identifie le choix de comparants et de comparés « à de grandes “distances” sém (...)

14Par une comparaison ironique qui rapproche un comparé noble (des statues de l’Antiquité) et un comparant prosaïque (des casseroles), le narrateur décrit avec attention les caleçons qu’il abhorre, célébrant de nouveau l’au-delà de la bêtise11. Flaubert attaque d’un seul mouvement et par l’exagération burlesque l’autorité civile et ecclésiastique, aussi bien que le sentiment bourgeois de la bienséance. Enfin, dans un mouvement comiquement masochiste que nous avons déjà identifié plus haut, le voyageur semble se plaire à envisager une double origine, laïque et religieuse, pour les caleçons.

15Que ses idées sur la bêtise découlent d’une vision pessimiste de l’histoire (progrès équivaut pour lui à régression) est mis en évidence au moment de la visite du muséum d’histoire naturelle de Nantes, où il affirme que la bêtise moderne envahit les lieux les plus reculés de la terre. En contemplant la tête d’un habitant d’Amazonie et celle d’un indigène de la Nouvelle-Zélande, le voyageur conseille à ses lecteurs de se dépêcher s’ils veulent voir l’homme « non-caleçonné » par la civilisation moderne :

Tout cela existe encore, ce n’est pas un conte, il y a encore des hommes qui marchent nus, qui vivent sous les arbres, pays où les nuits de noces ont pour alcôve une forêt, pour plafond le ciel entier. Mais il faut partir vite, si vous les voulez voir ; on leur expédie déjà des peignes d’écaille et des brosses anglaises pour nettoyer leur chevelure, écumeuse de la sueur des courses, plaquée de rouge par le sang caillé des bêtes féroces ; on leur taille des sous-pieds pour les pantalons qu’on leur fait ; on leur prépare des lois pour les villes qu’on leur bâtit ; on leur envoie des maîtres d’école, des missionnaires et des journaux. (p. 69)

  • 12 Ainsi l’apparence de bêtise de deux statues d’hommes d’origine inconnue trouvées à Locminé laisse (...)

16Sa haine du moderne transparaît à tout moment, et crée une équation stricte entre bêtise et modernité12. La deuxième phrase du passage cité s’élargit jusqu’au tableau et constitue une sorte de rêverie primitiviste.

17Le récit abonde en autres manifestations de la dégénérescence de la société contemporaine, dégénérescence placée bien sûr sous le signe de la bêtise. Plus loin, par exemple, la longue évocation de la fille de joie n’est autre chose qu’une lamentation burlesque sur le fait qu’elle n’a pas su non plus échapper à la loi des « caleçons » bourgeois : « Elle est morte, maintenant, bien morte ! Sa robe est haute, elle a des mœurs, elle s’effarouche des mots grossiers et met à la Caisse d’épargne les sous qu’elle gagne. » (p. 203) Dans le développement suivant sur les spectacles publics, le voyageur se situe de nouveau dans une perspective rousseauiste. Ici spontanéité naturelle et progrès forment un couple antithétique :

Autrefois, lorsqu’on se promenait, on avait chance aussi de rencontrer des ours, des bateleurs, des tambours de basque, des singes habillés de rouge, dansant sur le dos d’un dromadaire, mais tout cela est également parti, est également chassé, proscrit sans retour ; la guillotine est hors barrière et fonctionne en cachette, les forçats vont en voiture fermée et les processions sont défendues !
Dans quelque temps, les saltimbanques aussi auront disparu, pour faire place aux séances magnétiques et aux banquets réformistes, et la danseuse de corde bondissant dans l’air, avec sa robe pailletée et son grand balancier, sera aussi loin de nous que la bayadère du Gange. (p. 204)

18Tel un Français contemporain qui, pénétré d’horreur, voit venir le jour où la cuisine française sera corrompue par la prolifération des MacDonalds ou des contrôles européens sur l’alimentation, Flaubert déplore ici la disparition anticipée de l’art folklorique populaire au profit d’expressions culturelles imposées de l’extérieur. L’avenir, encore plus que le moment présent, est envisagé d’un point de vue doloriste, car il ne promet que l’accentuation d’une évolution qui mène au contrôle de la culture par des forces extérieures. Il envisage, en effet, un moment où les expressions culturelles de la France seront perçues comme aussi exotiques que celles des Indes, tant la culture française se trouvera aliénée.

19On pourrait multiplier les exemples de cibles pour la satire dans Par les champs et par les grèves, liées notamment au thème de la bêtise, mais on voudrait passer maintenant à un bref examen de quelques procédés stylistiques utilisés par Flaubert pour orchestrer sa satire. Flaubert se sert parfois de ces procédés pour s’attaquer directement aux valeurs bourgeoises ou bien, d’une manière moins explicitement satirique, pour créer un climat de plaisanterie qui exprime la distanciation psychologique propre à l’ironie comme à la satire. Quoique le narrateur montre une prédilection pour le gros rire, plusieurs niveaux de comique sont représentés. On passe tour à tour de la bouffonnerie grotesque au badinage persifleur, des allusions suggestives au faux sérieux. L’auteur sait tirer des effets satiriques de l’expérience du voyage grâce à une série de techniques, parmi lesquelles on trouve l’art du portrait, l’inattendu et la dramatisation. Considérons brièvement ces trois techniques.

  • 13 Pour un autre exemple de portrait du même genre, voir celui de la poste d’Auray (p. 110).
  • 14 Bergson a souvent souligné le jeu du mécanique dans le déclenchement du rire : « La victime d’une (...)

20Que l’art du portrait dans Par les champs et par les grèves manifeste souvent une intention satirique, nous n’avons qu’à considérer un des exemples les plus évidents pour nous en assurer : le double portrait du garde champêtre et du commissaire de police à Pont-l’Abbé‚ que Flaubert campe pour s’attaquer à l’autorité civile. Le caractère comique de ces deux portraits, comme maint autre dans ce récit de voyage, découle d’une dénaturation de l’humanité chez l’homme13. Comme le souligne Henri Bergson, est comique tout ce qui réifie l’homme, tout ce qui menace sa souplesse et son imprévisibilité innées par une raideur plaquée14. La part de la mécanisation dans le comique du portrait se dégage avec netteté de celui des deux fonctionnaires :

Nous nous en revînmes tous quatre de compagnie à la ville et nous eûmes dans ce trajet le loisir d’admirer encore ici une de ces combinaisons harmoniques de la Providence qui avait fait ce commissaire de police pour ce garde champêtre et ce garde champêtre pour ce commissaire de police. Ils étaient emboîtés, engrenés l’un dans l’autre. Le même fait leur occasionnait la même réflexion, de la même idée ils tiraient des déductions parallèles. Quand le commissaire riait, le garde souriait ; quand il prenait un air grave, l’autre avait un air sombre ; si la redingote disait : « il faut faire cela », la veste répondait : « j’y avais songé » ; si elle continuait : « c’est nécessaire, » celle-ci ajoutait : « c’est indispensable ». (p. 162)

  • 15 Henri Bergson a également insisté sur la qualité comique d’une confusion entre une personne et la (...)

21Ici l’humour satirique vient de la caricature : le commissaire et le garde sont en effet dénués de toute trace d’individualité. Par automatisme professionnel, ils s’immobilisent, se figent et finissent par être réduits à leur fonction sociale15. La confusion entre l’homme et sa fonction est si complète que les deux sont identifiés par leurs seuls costumes, « la redingote » et « la veste ». Un peu plus loin, le narrateur insiste sur l’interdépendance totale des deux personnages : « Le commissaire commença par se mettre en colère. Mais comme il ne parlait pas le breton, ce fut le garde qui se mit en colère pour lui et qui chassa le public de céans… » (p. 162) La réaction mécanique du garde aux actions du commissaire ajoute un comique de gestes et de langue au comique de caractère.

22Le deuxième procédé auquel Flaubert a souvent recours dans sa pratique de la satire sociale est celui de l’inattendu, procédé qui entre pour beaucoup dans les ruptures de ton si caractéristiques de ce récit de voyage. L’inattendu connaît deux formules majeures : la juxtaposition et la continuation. La juxtaposition imprévue, dont nous avons déjà vu quelques exemples plus haut, est souvent articulée autour de rapprochements entre le concret et l’abstrait. La juxtaposition d’éléments disparates, empruntés à des champs lexicaux éloignés les uns des autres, étonne le lecteur par le fait qu’elle rabaisse l’élevé et rehausse le banal. C’est ce qui se passe quand Flaubert prédit que la société reviendra un jour à la femme de trente ans, « comme à tout ce qui est vrai, comme à tout ce qui est bon, comme au système de Galilée et comme aux gilets longs » (p. 33). Le rapprochement entre un sujet sérieux – le système de Galilée – et un autre plus trivial – les gilets – déclenche le rire aux dépens de la femme de trente ans en même temps qu’il permet au narrateur de railler la mode bourgeoise de son temps.

23Autre exemple de juxtaposition inattendue, ces lignes qui se rapportent aux œuvres d’art religieux aperçues à l’église de Saint-Michel à Quimperlé : « une Pieta dont je défie qui que ce soit de donner une idée ; la Vierge, bleue et rouge, ressemble à Grassot, l’acteur ; le Christ, jaune et vert, à Small, coiffeur (Palais-Royal, galerie Montpensier, 7) » (p. 141). Ici le narrateur crée un effet inattendu en comparant un personnage sublime, le Christ, à un autre qui, par son métier et même par son nom (« Petit »), incarne l’opposé. Par cette comparaison inattendue qui nivelle l’élevé et le bas, le narrateur critique le mauvais goût artistique, mais ce faisant, il se montre également irrévérencieux à l’égard de la religion chrétienne.

24La deuxième formule qui traduit souvent ce comique de l’inattendu est la continuation. Elle relève de la rhétorique de l’abondance, si évidente dans ce récit de voyage, et procède souvent sous la forme d’énumérations, ajoutant de petites touches d’humour qui s’insèrent dans le récit sans présentation préalable. Nous emprunterons notre premier exemple aux multiples attaques contre le mauvais goût artistique qui parsèment le récit : « Chacun des arts a sa lèpre particulière, son ignominie mortelle qui lui ronge le visage. La peinture a le portrait de famille, la musique a la romance, la littérature a le critique et l’architecture a l’architecte. » (p. 251) Ici la force satirique vient du fait que, si dans les trois premiers exemples la « lèpre » ne provient que d’un aspect de l’art (par un rapport de synecdoque), l’attente est déjouée pour le dernier art de la série puisque, selon le voyageur, la lèpre est générale : ce sont tous les architectes qui sont responsables du mauvais goût architectural.

25La continuation inattendue entraîne de nouveau la narration sur la voie de la satire ironique, à l’égard de la morale bourgeoise cette fois, lors de la visite de Brest où Flaubert commence ainsi la narration d’une scène : « Un soir que la lune brillait sur les pavés, et que les bons bourgeois de Brest dormaient dans les bras de leurs épouses ou de leurs servantes… » (p. 201). Par cette remarque indirectement satirique, le narrateur établit une connivence avec certains de ses lecteurs éventuels, aux dépens d’un autre groupe de lecteurs potentiels, les bourgeois hypocrites, infidèles aux valeurs morales ou religieuses auxquelles ils prétendent souscrire.

26La dramatisation est le troisième procédé majeur dont se sert volontiers Flaubert dans son discours satirique. C’est le cas, par exemple, lorsqu’à l’occasion de la procession à laquelle les voyageurs assistent à Quimper, Flaubert se moque de la suffisance présumée d’un chanoine à partir de la chasuble qu’il porte :

Je me souviens d’une surtout qui était de velours violet brodé d’or ; elle brillait là, seule, unique, splendide, effaçant toutes les autres ; l’homme qu’elle recouvrait jouissait à la porter, il s’y délectait, il ne pouvait s’empêcher de sourire tout en chantant, et de se dandiner des épaules pour faire admirer le pan de derrière où était brodé un saint ciboire surmonté d’un soleil. Si le chapitre, en effet, n’en possède une seconde, s’il y a soixante gens en droit de la revêtir et qu’on ne fasse que sept ou huit processions par année, voilà peut-être dix ans qu’il l’attend, qu’il l’espère, qu’il languit, qu’il soupire après, car il faut compter les passe-droits, les bassesses triomphantes des rivaux, les préférences injustes. Il a donc vieilli, il a maigri dans l’anxiété de l’avoir. Aujourd’hui enfin il l’a ; il la porte sur son dos, dans la rue, on la voit, on le voit dessous, elle dessus. Comme elle lui va bien ! Il la flaire, il la hume, il se gonfle dans sa doublure pour l’emplir partout, il y promène ses yeux, il en contemple les broderies, il se repaît des galons ; elle est lourde, il sue ; elle l’écrase, tant mieux ! il n’en éprouve que plus de joie, il ne la sent que davantage sur ses épaules ; et il les remue exprès pour se convaincre qu’elle est là, qu’elle tient d’aplomb, qu’il ne l’a pas perdue. Ah ! que ne peut-elle se coller sur lui pour qu’on ne puisse la lui reprendre ; car tantôt il va falloir la rendre et quand la remettra-t-il ? Jamais peut-être mon Dieu ; deux jours pareils ne reviennent pas dans la vie. Comme il l’aime ! comme il l’adore, cette chasuble dont la beauté lui remplit l’âme, et avec elle aussi cette bonne religion catholique sans laquelle la chasuble n’existerait pas et en l’honneur de laquelle elle a été faite ! Aussi comme il chante ! avec quel cœur ! avec quelle foi ! avec quel orgueil ! Il convient qu’un homme ainsi revêtu ait une voix démesurée, or la sienne dominait tout, elle tonnait avec une plénitude sacerdotale, c’était un beuglement continu couvrant les cris des enfants, le piétinement de la foule et le bourdonnement du serpent dont le souffleur hors d’haleine était pourtant bleu de fatigue. (p. 157)

  • 16 En fait, Bergson suggère que toute cérémonie, comme tout vêtement, comporte une dimension risible (...)

27Ici Flaubert dramatise son sujet, créant toute une intrigue révélatrice d’un drame psychologique autour du vêtement. C’est dans ce but théâtral qu’il se sert du style indirect libre. Plus important encore, le voyageur fait appel à l’énumération et à un style exclamatif (le passage comporte en effet huit points d’exclamation) pour s’en prendre à la suffisance du prêtre. Celui-ci est de même abaissé par le fait que l’écrivain ravale son chant au rang d’un « beuglement » et que dans la vignette ce son animalier domine tout son humain. Il s’agit ici d’un renversement des valeurs où celle, symbolique, du vêtement est déplacée du domaine religieux et collectif au domaine profane et égoïste. Ce renversement est accompli en partie par la technique que nous venons d’analyser : la continuation inattendue. En effet, vers la fin du passage cité, le segment « avec quel orgueil » vient briser l’attente créée par ceux, plus positifs, qui le précèdent (« avec quel cœur, » « avec quelle foi »). Le chanoine fonctionne comme une synecdoque, car en ridiculisant son représentant le voyageur porte atteinte à toute l’institution religieuse à laquelle il appartient16.

28Arrivée au terme de notre examen de Par les champs et par les grèves, il nous reste à considérer quelques questions d’ordre général soulevées par le discours satirique dans le genre du récit de voyage, et dans ce texte en particulier. Tout d’abord, reconnaissons qu’un problème d’interprétation sous-tend souvent le discours satirique dans la mesure où il n’est pas toujours possible de discerner si une intention ironique se cache derrière les mots du narrateur ou non. Or, dans Par les champs, ce problème potentiel n’existe pas dans la mesure où l’intention du narrateur est toujours facile à interpréter, pour au moins deux raisons. Tout d’abord, la lecture du récit dévoile très vite l’existence chez le voyageur d’un système de valeurs aux contours nets qu’il exprime explicitement. Ainsi, le lecteur qui connaît le dédain du narrateur pour la notion d’utilité et les hommes d’affaires qui en sont comme l’incarnation déduit sans peine l’ironie et l’intention satirique qui motivent le portrait suivant d’un commis voyageur :

L’âge était venu, cette neige du cœur qui avait éteint sa flamme et calmé sa voix. L’expérience d’un sage, la modération du philosophe se lisaient sur son front qu’avaient ridé les soucis de la vente et les inquiétudes du ballot. (p. 120)

29Comme tant de fois ailleurs le voyageur applique d’une manière antiphrastique des clichés consacrés par la tradition pour traduire la sagesse d’un personnage qui, dans son propre système de valeurs, ne mérite que le mépris. Étant donné que ce système de valeurs est articulé de façon explicite et répétée à travers tout le récit de voyage, le lecteur saisit sans difficulté l’intention satirique qui motive ce portrait.

  • 17 Selon Ph. Hamon, l’énumération, puisqu’elle est le « procédé quantitatif par excellence, donc, voy (...)

30De plus, les moments satiriques sont aisément reconnaissables par la présence d’un signal rhétorique, l’emphase, créée souvent par l’énumération17. En effet, même pour un lecteur dépourvu de toute familiarité avec le système de valeurs du voyageur, le fait que les séquences satiriques soient situées sur un même axe d’intensité excessive, sur une même échelle hyperbolique, rend lisible l’intention de l’auteur. Il suffit pour s’en persuader de lire le passage suivant, éloge paradoxal tiré d’une digression sur l’anti-nature :

O coiffeurs, ô fers à papillotes, ô philocomes à la vanille ou au citron, perruquiers de tous pays, brosses de toutes façons, onguents de toutes puanteurs, ornez les chevelures de vos tire-bouchons et de vos tortillons, rasez-les à la malcontent, roulez-les à la Perrinet-Leclerc, montez-les en poire, étalez-les en saule pleureur, versez dessus votre colle de poisson, votre sirop de coing, vos bandolines, fixateurs et vos encaustiques luisants ; taillez, coupez, frisez raide et pommadez gras, jamais vous ne m’en montrerez une d’une distinction si relevée, d’une grâce si voluptueuse que celle-là, que l’on ne peignait sans doute qu’avec un gros peigne de corne blanche et que la pluie du ciel et la rosée mouillaient seules de leur eau pure. (p. 156)

31Cette longue phrase pivote autour du mot « jamais » qui la divise entre une évocation exagérément éloquente de l’artifice et celle, plus simple, du naturel. Remarquons que de nouveau l’ironie provient en partie du décalage entre la rhétorique et le sujet à traiter. En effet, dans les deux premiers tiers du passage, l’auteur se sert de l’invocation, procédé conventionnellement associé au sublime, pour traiter d’un sujet banal, la coiffure. L’accumulation d’apostrophes inattendues et l’avalanche de détails dans l’énumération ayant trait à une hypothétique universalité de l’art de coiffer s’ajoutent à la fantaisie verbale pour produire l’effet comique. Ainsi, avant même de lire le désaveu dans la dernière partie de la phrase, et malgré des allusions devenues aujourd’hui presque illisibles, l’emphase signale au lecteur que le discours épidictique est employé dans un but satirique. Toutefois, comme c’est souvent le cas dans ce récit de voyage, l’emphase enlève à ce passage satirique tout ce qu’il pourrait comporter de vraiment mordant.

  • 18 « Partout exilé, toujours transhumant, éternellement nomade, l’ironiste ne trouve jamais où se fix (...)
  • 19 « L’étranger est donc ridicule, il doit être ridiculisé, pour pouvoir être maintenu à l’écart du t (...)

32Une deuxième question générale concerne le rapport entre la satire et l’activité du voyage elle-même. Si l’on accepte que le voyage, qu’il devienne ou non séjour, s’opère sous le signe d’une rupture avec la société, il n’est pas surprenant que le détachement psychologique engendre chez le voyageur une attitude ironique qui se prête volontiers à la satire sociale. En effet, ce n’est pas pour rien que Vladimir Jankélévitch décrit l’attitude ironique par la métaphore du voyage, soulignant par là le lien étroit qui existe entre l’ironie et ce qu’il nomme « le pathos du pèlerinage »18. D’ailleurs, Ph. Hamon suggère de façon convaincante qu’à l’instar des animaux qui marquent leur territoire, les êtres humains fixent des frontières en société par le rire et le sourire19. Toutefois, l’expérience de l’altérité n’entraîne pas tous les écrivains de voyage à la satire. L’attitude du voyageur ne dépendrait-elle pas davantage de la personnalité du voyageur lui-même que d’une quelconque phénoménologie universelle du voyage ? On peut le penser, et Flaubert est un exemple à cet égard. Sa correspondance, surtout ses lettres à Louise Colet, révèle jusqu’à quel point la distance propre à l’ironie, l’emporte sur l’identification sentimentale dans son rapport au monde, comme on peut le lire, par exemple, dans une lettre datée des 8 et 9 mai 1852 :

L’ironie […] me semble dominer la vie. D’où vient que, quand je pleurais, j’ai été souvent me regarder dans la glace pour me voir ? Cette disposition à planer sur soi-même est peut-être la source de toute vertu. Elle vous enlève à la personnalité, loin de vous y retenir. (t. XIII, p. 190)

33Commentaire à première vue déroutant, où l’on voit naître l’idéal d’impassibilité qui pour lui est une éthique. L’année d’après, à la date du 22 avril 1853, Flaubert revient sur le même sujet dans une autre lettre à Louise Colet, avec toutefois une nuance légèrement différente :

Le seul moyen de vivre en paix, c’est de se placer tout d’un bond au-dessus de l’humanité tout entière et de n’avoir avec elle rien de commun, qu’un rapport d’œil. (t. X, p. 332)

34Nonobstant le fait qu’ici Flaubert envisage l’attitude de distance envers le monde moins du point de vue de l’éthique que de celui de l’hygiène mentale, il souligne l’importance primordiale que cette attitude de désengagement psychologique possède pour lui.

  • 20 Au moment de sa visite au bois de « la Garenne », par exemple, le voyageur cherche à disqualifier (...)
  • 21 Ph. Hamon affirme qu’« on peut appeler ironie “classique” une ironie où les cinq actants de la scè (...)

35On a vu que ce récit était sous-tendu par un sentiment d’attrait et de repli, mouvement caractéristique de la conscience ironisante qui est si souvent mise au service de la satire. De plus, le mot « ironie » sous ses différentes formes revient si souvent sous la plume de l’auteur qu’il forme, avec la bêtise, une sorte de « mot-thème ». Quand elle est pratiquée avec une fidélité absolue, l’ironie est infinie, car elle implique qu’au moment même où quelque chose est accepté ou rejeté, cette acceptation ou ce rejet deviennent aussitôt eux-mêmes objets de négation ou, du moins, qu’ils soient minés par l’ambiguïté. Mais la sensibilité ironique chez le Flaubert de Par les champs et par les grèves a ceci de particulier qu’en choisissant de s’en prendre à ceux qui concluent – qu’ils représentent l’autorité civile, académique, ecclésiastique ou sociale – Flaubert conclut lui-même. Et, fait significatif, l’auto-ironie n’apparaît que rarement dans le texte20. Flaubert transgresse ainsi la loi de l’ironie absolue moderne21. Il découle de son attitude que la tonalité ironique traduit une tendance prononcée à la verve satirique, souvent comique. Ainsi le point de vue du voyageur, au lieu d’incarner la liberté, s’enracine dans une vision du monde rigide qui ressemble, à bien des égards, à celle qu’il satirise.

  • 22 « Ironie, satire, parodie. Une approche pragmatique de l’ironie », Poétique, n° 46, 1981, p. 144. (...)

36Une troisième et dernière question concerne l’attribution même du mot « satire » au discours que nous venons d’analyser. Selon Linda Hutcheon, la satire, au contraire de l’invective, se définit comme « la forme littéraire qui a pour but de corriger certains vices et inepties du comportement humain en les ridiculisant »22 et vise en dernier ressort à l’amélioration de la société :

  • 23 L. Hutcheon, art. cité, p. 146. Toutefois, selon H. Morier, l’ironie comporte pour sa part la même (...)

Comme l’ironie, la satire possède un éthos marqué, mais qui est codé encore plus négativement. C’est un éthos plutôt méprisant, dédaigneux qui se manifeste dans la colère présumée de l’auteur communiquée au lecteur à force d’invectives. Cependant la satire se distingue de l’invective pure par le fait de son intention de corriger les vices qui sont présumés avoir suscité ce comportement. Cette notion de dérision ridiculisante à des fins réformatrices est indispensable à la définition du genre satirique.23

  • 24 Art. cité, p. 146.
  • 25 Toutefois, si l’on en croit Flaubert lui-même, le mépris exprimé par son ironie, au moins dans cer (...)

37Toutefois, le ton primesautier de Flaubert dans Par les champs et par les grèves, avec ses tirades et ses effusions, découle souvent d’un parti pris iconoclaste qui semble adopté autant pour soulager sa bile par l’écriture que pour scandaliser ses éventuels lecteurs bourgeois. En effet, dans un certain nombre des exemples relevés plus haut, nous avons identifié un certain fatalisme, une certaine résignation devant le spectacle anticipé de la bêtise triomphante, comme c’est le cas notamment dans le conseil que Flaubert donne à ses lecteurs de se dépêcher pour voir en France l’homme naturel, « non-caleçonné », avant qu’il ne disparaisse. On est donc tenté d’affirmer que le discours précédemment étudié est peut-être moins un discours satirique qu’une manifestation de l’ironie qui se trouve, selon L. Hutcheon, « à l’extrémité de la gamme ironique où se produit le rire amer du mépris »24. En effet, chez Flaubert, le mépris de l’humanité et son pessimisme foncier semblent avoir été tels qu’il ne pouvait pas envisager l’amélioration de la société25.

38Cette hésitation à considérer Par les champs et par les grèves comme un texte proprement satirique est confirmée par le fait qu’il est resté inédit du vivant de Flaubert. Selon Maxime Du Camp, les deux voyageurs ont parfois eu l’idée de publier le récit de leur voyage, mais ils ont « toujours reculé devant la nécessité de remaniements » :

  • 26 Maxime Du Camp, « Souvenirs littéraires, 5e partie », Revue des deux mondes, t. XLVII (1er octobre (...)

Sous prétexte d’avoir de l’humour et qu’il ne faut rien ménager, nous avions ménagé si peu de choses que nous en étions arrivés à ne rien ménager du tout. […] Le livre est agressif, touche à tout, procède par digressions […] s’attaque aux hommes et aux œuvres, réduit l’idéal humain à un idéal littéraire, mêle le lyrisme à la satire, sinon à l’invective et est fait pour rester ce qu’il est : un manuscrit à deux exemplaires.26

39Cette caractérisation est intéressante à plusieurs titres. Tout d’abord, Du Camp n’identifie pas le type de remaniements que Flaubert et lui ont estimés nécessaires avant que la publication de leur récit soit envisageable, quoique Du Camp fasse allusion à l’agressivité des attaques, à l’universalité des cibles visées, au mélange des tons et au désordre narratif. Toutefois, il est significatif pour notre propos que Du Camp reconnaisse explicitement qu’il s’agissait autant d’invective que de satire dans ce récit de voyage.

  • 27 Elle est d’ailleurs un thème privilégié et constant de sa correspondance : voir à ce sujet Ch. Car (...)
  • 28 Voir la lettre à Raoul-Duval de la mi-février 1879 : « Vous me parlez de la bêtise générale, mon c (...)

40La fascination que la bêtise a exercée sur Flaubert et l’attitude satirique – ou d’invective – qui en découle enrichissent l’écrivain en même temps qu’elles lui nuisent. Cette sensibilité ironique et satirique, qui perce à travers l’impassibilité tant recherchée dans Madame Bovary et L’Éducation sentimentale, s’exprime avec abandon dans Par les champs et par les grèves. Bête noire qui lui fait dénoncer plus subtilement les travers de la nature humaine ou de la société française dans des romans d’une grande valeur littéraire, la bêtise reste une manie chez Flaubert27. En effet, le Dictionnaire des idées reçues et Bouvard et Pécuchet, que Flaubert a lui-même appelé « l’encyclopédie de la bêtise humaine »28, nous montrent comment l’abondance a fini par tuer, à bien des égards, son pouvoir littéraire. Ce premier récit de voyage de Flaubert, creuset de l’écriture où l’auteur se livre sans contraintes à son penchant pour la satire et l’invective, pour le rire et la blague, s’érige ainsi comme un pendant important du corpus flaubertien. Par les exagérations et les discordances que nous avons identifiées lors de notre rapide tour d’horizon de Par les champs et par les grèves, ce récit de voyage annonce à bien des égards l’évolution de toute son œuvre ultérieure.

Notes

1 Flaubert, lettre à Madame Roger des Genettes (Concarneau, 3 octobre 1875), Correspondance 1871-1877, dans Œuvres complètes, Paris, Club de l’honnête homme (16 vol., 1971-1975), t. XV, 1975, p. 414. Nous nous référerons à cette édition pour toutes nos citations de la correspondance de Flaubert ainsi que pour Par les champs et par les grèves, t. X, 1973.

2 Auguste Jal, Ébauches critiques, Paris, A.J. Denain, 1831, p. 2.

3 Par exemple, à l’occasion d’un repas à Quiberon chez le sieur Rohan Belle-Isle, le narrateur laisse percer son dédain pour l’autorité « de naissance ». Quant à l’homme des champs, il affirme que son « mauvais à lui est plus sincèrement sot, plus sauvagement bête… » (p. 242).

4 L’Ironie littéraire, Paris, Hachette, 1996, p. 64-65.

5 Pour une discussion sur l’importance de l’antiphrase dans l’ironie, voir Ph. Hamon, op. cit., p. 19 et suiv. ; et H. Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF, 1981, p. 579 et suiv.

6 De manière semblable, pendant la traversée en barque de Belle-Ile à Quiberon, le voyageur a du mal à déterminer lequel de ses deux compagnons de voyage est le plus bête, du gendarme ou du fusilier (p. 119).

7 Flaubert saisit d’ailleurs l’occasion de la traversée de Belle-Ile à Quiberon pour s’en prendre à une autre catégorie de détenteurs du pouvoir : les professeurs de belles-lettres (p. 119). Dans cette scène, le voyageur condamne donc d’une seule haleine les autorités civiles et universitaires.

8 C’est ce que Ph. Hamon appelle « l’ironie référentielle » (op. cit., p. 13-14). Il est significatif qu’il emprunte deux exemples d’« ironie référentielle » à L’Éducation sentimentale. Ainsi de ce passage où Frédéric attend Mme Arnoux qui ne viendra pas à leur rendezvous : « Il considérait les fentes des pavés, la gueule des gouttières, les candélabres, les numéros au-dessus des portes. Les objets les plus minimes devenaient pour lui des compagnons, ou plutôt des spectateurs ironiques ; et les façades des maisons lui semblaient impitoyables. »

9 Ou encore : « Sans se douter le moins du monde de la saleté de son industrie, il se croit fort honnête homme, car il passe tous les marchés qu’il fait par-devant le notaire. » (p. 194)

10 Que la simplicité équivaille au bon goût dans l’esprit du voyageur, c’est ce qui ressort de l’épisode où il lit le livre des voyageurs à Chambord (p. 35-36). Plus loin, il apprécie Clisson, qui constitue, à ses yeux, une ruine authentique « d’une beauté si solide et si simple… » (p. 76).

11 En effet, Ph. Hamon identifie le choix de comparants et de comparés « à de grandes “distances” sémantiques les uns des autres » comme un des signaux de l’ironie (op. cit., p. 103).

12 Ainsi l’apparence de bêtise de deux statues d’hommes d’origine inconnue trouvées à Locminé laisse à penser au voyageur qu’elles sont modernes : « Elles ont d’ailleurs par elles-mêmes je ne sais quel air “canaille” qui me les fit suspecter de n’être pas fort anciennes. » (p. 140)

13 Pour un autre exemple de portrait du même genre, voir celui de la poste d’Auray (p. 110).

14 Bergson a souvent souligné le jeu du mécanique dans le déclenchement du rire : « La victime d’une farce d’atelier est donc dans une situation analogue à celle du coureur qui tombe. Elle est comique pour la même raison. Ce qu’il y a de risible dans un cas comme dans l’autre c’est une certaine raideur de mécanique là où l’on voudrait trouver la souplesse attentive et la vivante flexibilité d’une personne. » (Le Rire [1900], Paris, PUF, 1978, p. 8) Et encore : « Les attitudes, gestes et mouvements du corps humain sont risibles dans l’exacte mesure où ce corps nous fait penser à une simple mécanique. » (ibid., p. 22-23)

15 Henri Bergson a également insisté sur la qualité comique d’une confusion entre une personne et la fonction qu’elle exerce (ibid., p. 46).

16 En fait, Bergson suggère que toute cérémonie, comme tout vêtement, comporte une dimension risible latente qui est mise en relief dès que l’on fait attention à la matérialité du vêtement ou aux aspects particuliers de la cérémonie plutôt qu’à ce qu’ils représentent (voir op. cit., p. 29-35.)

17 Selon Ph. Hamon, l’énumération, puisqu’elle est le « procédé quantitatif par excellence, donc, voyant, est un signal privilégié et efficace de l’ironie. » (op. cit., p. 90).

18 « Partout exilé, toujours transhumant, éternellement nomade, l’ironiste ne trouve jamais où se fixer, où planter sa tente : c’est un apatride ou, comme disait Novalis, un citoyen du monde. Quel contraste entre la domiciliation bourgeoise, sédentaire, casanière du sérieux et le vagabondage chronique. L’ironiste, comme le forain, campe dans le provisoire de ses successives résidences. D’humeur pérégrine, il découche chaque nuit, s’en va sur les routes, tel le vagabond Éros, avec sa besace d’émigrant. La vie ironique est ainsi un perpétuel voyage de modalité en modalité et de catégorie en catégorie : elle n’a que des déterminations instables et des épithètes ambulantes. L’ironiste, le voyageur des voyages oniriques, est toujours un autre, toujours ailleurs, toujours plus tard. Mais par là même ce bohémien est aussi tout le monde et partout ; son Nusquam est un Ubique, sa fugue est une recension de tous les masques, de tous les décors, et s’il est anonyme, c’est sans doute par excès de pseudonymes. » (L’Ironie ou la bonne conscience, Paris, PUF, 1950, p. 138-139)

19 « L’étranger est donc ridicule, il doit être ridiculisé, pour pouvoir être maintenu à l’écart du territoire communautaire et pour que continuent à être affirmées une frontière, des distinctions, des différences. L’ironie a donc une fonction quasi proxémique ou éthologique, tactique et stratégique, et ne fonctionne que sur une topographie à maintenir, à contester, ou à redistribuer, topographie qui recouvre toujours une axiologie, c’est-à-dire des systèmes de valeurs, c’est-à-dire des idéologies. » (op. cit., p. 114-115)

20 Au moment de sa visite au bois de « la Garenne », par exemple, le voyageur cherche à disqualifier tous ceux que ne sont pas sentimentaux comme lui, mais il évite d’ironiser sur son propre compte (p. 74-76). De même, s’il s’en prend violemment aux manifestions vulgaires de la poésie des ruines, ses propres rêveries historiques ou ses réflexions mélancoliques ne sont jamais contaminées par l’ironie.

21 Ph. Hamon affirme qu’« on peut appeler ironie “classique” une ironie où les cinq actants de la scène ironique seront clairement identifiables et incarnés dans des personnages individuels ou dans des instances de narration séparées, tout en restant stables en cours de texte, tandis qu’une ironie “moderne” […] sera celle où se multiplieront, en cours de texte, les syncrétismes, les démultiplications et les changements dans ces positions » (op. cit., p. 125). Selon cette définition, l’ironie de Flaubert, dans Par les champs et par les grèves au moins, est du type « classique ».

22 « Ironie, satire, parodie. Une approche pragmatique de l’ironie », Poétique, n° 46, 1981, p. 144. Toutefois, il faut reconnaître que d’autres définitions n’insistent pas sur l’intention de corriger les mœurs. Ainsi, pour Louis Armentier, la satire est « un écrit […] qui s’attaque aux mœurs publiques ou privées, ou qui tourne quelqu’un ou quelque chose en dérision », mais sa définition ne mentionne pas la question du destinataire (Dictionnaire de la théorie et de l’histoire littéraires du xixe siècle à nos jours, Paris, Retz, 1986, p. 271).

23 L. Hutcheon, art. cité, p. 146. Toutefois, selon H. Morier, l’ironie comporte pour sa part la même dimension éthique : « L’ironie est l’expression d’une âme qui, éprise d’ordre et de justice, s’irrite de l’inversion d’un rapport qu’elle estime naturel, normal, intelligent, moral, et qui, éprouvant une envie de rire dédaigneusement à cette manifestation d’erreur ou d’impuissance, la stigmatise d’une manière vengeresse en renversant à son tour le sens des mots (antiphrase) ou en décrivant une situation diamétralement opposée à la situation réelle (anticatastase). […] L’ironie est une “action de justice”. Elle prend sa source dans l’amour du bien, du beau, du vrai : elle en suppose la connaissance. L’ironiste est toujours, à quelque titre, un idéaliste, il contient en puissance un juste ou un satirique. C’est pourquoi l’ironie a ce caractère généralement sévère et flagellant, le ton emporté, cassant, ou faussement enjoué. C’est qu’elle est commandée par un sentiment de dépit, de colère mêlée de mépris et du désir de venger la vérité. » (op. cit., p. 578)

24 Art. cité, p. 146.

25 Toutefois, si l’on en croit Flaubert lui-même, le mépris exprimé par son ironie, au moins dans certains cas, était adouci par la pitié. En effet, dans une lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 30 mars 1857, il écrit : « Ce qui m’a gardé de la débauche, ce n’est pas la vertu, mais l’ironie. La bêtise du vice me fait encore plus rire de pitié que la turpitude ne me dégoûte. » (t. II, p. 570)

26 Maxime Du Camp, « Souvenirs littéraires, 5e partie », Revue des deux mondes, t. XLVII (1er octobre 1881), p. 512.

27 Elle est d’ailleurs un thème privilégié et constant de sa correspondance : voir à ce sujet Ch. Carlet, La Correspondance de Flaubert. Étude et répertoire critique, Columbus, Ohio State University Press, 1968, p. 589-593 (« Haine du siècle »), 593-602 (« Bêtise et idées reçues ») et 623-632 (« Colères et souffrances »).

28 Voir la lettre à Raoul-Duval de la mi-février 1879 : « Vous me parlez de la bêtise générale, mon cher ami, ah ! je la connais, je l’étudie. C’est là l’ennemi, et même il n’y a pas d’autre ennemi. Je m’acharne dessus dans la mesure de mes moyens. L’ouvrage que je fais pourrait avoir comme sous-titre “encyclopédie de la bêtise humaine”. L’entreprise m’accable et mon sujet me pénètre. » (t. XVI, p. 150) Le 8 avril 1874, il défend auprès de George Sand sa complaisance à représenter la bêtise humaine : « Et vous voulez que je ne remarque pas la sottise humaine et que je me prive du plaisir de la peindre ! Mais le comique est la seule consolation de la vertu ! » (t. XV, p. 296)

Auteur

Université de l’Iowa.

© UGA Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540