Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyager en France au temps du romantisme

 | 
Alain Guyot
, 
Chantal Massol

Voyage et romantisme en France : aux racines d'un genre

Aux sources du voyage romantique : le voyage patriotique dans la France des années 1760-1820

Gilles Bertrand

Texte intégral

1L’historien qui se penche sur le voyage en France à la fin du xviiie siècle et au début du siècle suivant se réfère à des conditions matérielles de déplacement presque inchangées depuis la Renaissance. Jusqu’à ce que se diffusent les chemins de fer, les temps de transport restent soumis à l’allure du cheval et les accélérations ne proviennent que de l’amélioration de l’état des routes ou de la mise en place de services nocturnes, tel celui des turgotines quittant Paris entre onze heures du soir et minuit à partir de 1775. C’est sur cette toile de fond que nous examinerons plus en détail l’arc temporel s’étendant de 1780, année où paraît le premier voyage de Papon en Provence, à 1811, qui voit Chateaubriand publier l’Itinéraire de Paris à Jérusalem. Ces trente années permettent de méditer sur la façon dont les voyageurs arpentèrent entre la fin de l’Ancien Régime et le Premier Empire le territoire français, se le représentèrent et le donnèrent à voir. N’abordant pas de front la forme narrative ou la poétique du récit de voyage, nous guetterons quelques signes d’évolutions pour les placer dans un contexte qui dépasse les expériences singulières.

  • 1 Bien que le Robert fasse remonter le terme de touriste à 1816, et celui de tourisme à 1841, le tou (...)
  • 2 Voir G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide di viaggio borghese », Ricerc (...)

2Notre première exigence porte sur la recherche des sources du voyage romantique. Situé entre le Grand Tour, mode de voyage qui ne fut pas le seul pratiqué au xviiie siècle et que ne balaya pas non plus d’un coup la Révolution, et le lent avènement du tourisme, que les écrivains des années 1830 ne connaissaient pas encore dans sa version moderne1, le voyage romantique n’a concerné tout d’abord qu’une minorité d’écrivains et d’artistes se démarquant de la multitude des négociants, hommes de loi, militaires, prêtres, pèlerins ou artisans que l’on rencontrait sur les routes de France. Grâce aux travaux sur les guides de voyage à partir de 17502 et aux manuscrits de visiteurs obscurs ou anonymes, nous pressentons que la déambulation de la majorité des voyageurs est restée jusque vers 1850 largement modelée par les hiérarchies et canons esthétiques du siècle précédent. La question de la naissance du voyage romantique n’en demeure pas moins ouverte. Sans vouloir esquisser une genèse de ce dernier qui interrogerait une manière d’écrire et appellerait des comparaisons entre textes, nous verrons sous l’effet de quelles forces, notamment intellectuelles, s’est dessinée chez certaines élites entre 1760 et 1820 une nouvelle manière de concevoir, d’effectuer et de narrer le voyage.

  • 3 F. Knopper, Le Regard du voyageur. L’image de l’Allemagne du Sud et de l’Autriche dans les relatio (...)

3Seconde exigence, l’ancrage français imposé à la réflexion implique de se demander s’il a existé un voyage en France spécifique, se distinguant de ceux accomplis en Italie, en Angleterre, en Suisse ou en Hollande. Du point de vue des étrangers, un tel type de voyage existe au moins comme étape du Grand Tour, mais qu’en est-il pour les Français ? Quel rapport entretinrent-ils avec l’espace ? Les plus instruits eurent-ils le souci de proposer, à l’instar des Allemands étudiés par F. Knopper entre 1775 et 1803, des relations « conçues comme des tribunes présentant les mécanismes sociaux et politiques afin d’informer et de faire réfléchir le public »3 ? Si le voyage patriotique fut moins français qu’allemand, les préoccupations d’ordre idéologique, social et politique n’ont cependant pas été ignorées de ce côté du Rhin. Tout autant qu’en Allemagne ou en Écosse se diffusa entre 1780 et 1810 un voyage d’enquête et de découverte où de nombreux Français et quelques étrangers comme Arthur Young contribuèrent, dans le sillage de l’encyclopédisme, à une reconnaissance du pays qui renforça la construction identitaire.

4Derrière les textes écrits au moment où se prépare l’éclosion du voyage romantique s’entrevoit un triple travail de réorientation des mentalités et de l’esprit des voyageurs français. Le premier concerne la représentation du territoire. Issue des efforts conjugués de la communauté des érudits et des savants, ainsi que de l’administration royale puis révolutionnaire et impériale, une approche statistique et scientifique a tendu à se substituer à l’attitude érudite et mondaine, teintée de bons mots et culminant dans le voyage littéraire. L’événement révolutionnaire bouleversa ensuite les conditions de la déambulation. En marge du processus de départementalisation, l’émigration contraignit des voyageurs déracinés à se réapproprier à leur retour un pays transformé par la disparition des anciennes provinces. Le moi s’identifia enfin de plus en plus avec les espaces parcourus. Renforcée par des détails ethnologiques, l’idée du génie des lieux se nourrit du culte de la nature et de la volonté de sauvegarder un patrimoine à la fois désiré et perçu comme lointain, objet de savoirs acquis grâce à l’érudition, à la collecte archéologique, à l’observation des roches et des peuples. De ces avancées et de ces ruptures témoignent, ainsi que nous allons le voir, les singularités propres à l’histoire du récit de voyage en France.

  • 4 « Vers le commencement du siècle dernier, continue-t-il, il a paru seulement quelques descriptions (...)
  • 5 J.-M. Goulemot, P. Lidsky, D. Masseau, Le Voyage en France : anthologie des voyageurs européens, o (...)

5Lorsque l’on s’interroge sur les lectures possibles du voyageur qui parcourait la France dans les dernières décennies du xviiie siècle, il apparaît que les guides et récits de voyage en France ne sont pas aussi nombreux que pour l’Italie, la Suisse, la Hollande, l’Angleterre ou même l’Espagne. Si des Français visitèrent comme les étrangers Paris et quelques grandes villes provinciales, leurs récits sont aussi rares que les études menées sur eux. Dès le début du xixe siècle, Boucher de la Richarderie précisait que « de tous les grands États de l’Europe, la France est celui sur lequel on a le moins de relations satisfaisantes qui embrassent toute l’étendue de cette contrée »4. Une anthologie récente cite des analyses du xxe siècle sur les étrangers venus en France, mais en dehors de celui d’Albert Babeau, datant de 1885, aucun ouvrage n’a plus abordé le voyage des Français chez eux au xviiie et au début du xixe siècle dans une perspective un tant soit peu exhaustive5.

  • 6 « Peut-être, chez un peuple où les charmes de la société sont si séduisants, est-on plus empressé (...)

6À quoi faut-il attribuer ce silence relatif ? Boucher de la Richarderie explique la carence en relations par le caractère mobile et insaisissable des Français, ainsi que par la préférence des étrangers pour les jouissances mondaines6. La minceur des études tiendrait quant à elle à la faible réceptivité des Français à l’égard des images renvoyées par ceux qui se déplacent et à la préférence pour les voyages à l’étranger, le compte rendu des conationaux dans leur propre pays apparaissant comme négligeable ou inutile.

  • 7 Cette liste est naturellement loin d’être complète.
  • 8 Ce vieillissement des guides n’empêche pas que les descriptions géographiques publiées dans la sec (...)

7À regarder de plus près la production des guides et récits de voyage, l’on mesure que le vide n’est pas total. À côté du Grand Tour et de la traversée du pays vers d’autres destinations, le voyage en France a ses usages et ses instruments spécifiques : cartes routières de Jaillot (1704) ou de Michel et Desnos (1765), listes générales des postes de France publiées annuellement tout au long du xviiie siècle, guides et itinéraires depuis le Guide des chemins de France de Charles Estienne, objet de 28 rééditions entre 1552 et 1668, jusqu’à l’Itinéraire des routes les plus fréquentées [de l’Europe] de Dutens en 1775, descriptions géographiques comme la Nouvelle Description de la France (1718) et surtout le Nouveau Voyage de France de Piganiol de la Force, plusieurs fois réédité entre 1724 et 17807. Dans les guides et les descriptions, les formes de l’écriture sont néanmoins répétitives. Elles ne participent pas d’une volonté d’exploration systématique du territoire et ne valorisent guère la déambulation concrète. À l’exception de Dutens, qui en est dès 1788 à la 6e édition de son Itinéraire, les auteurs ne se livrent pas à un renouvellement comparable à celui des guides d’Italie à partir des années 1760, depuis le Voyage d’Italie de Cochin en 1758 et les sommes de Richard et de Lalande jusqu’aux plus brefs volumes de Guillaume, de Cassini ou de Martyn. Le succès durable des descriptions de Piganiol avec leurs commentaires savants ou curieux sur les villes remarquables ne fait que reproduire pour le xviiie siècle celui qu’avaient connu au siècle précédent les livres de Turquet de Mayerne et de Louis Coulon8.

  • 9 M. Bideaux, « Le voyage littéraire : genèse d’un genre », Littérales, n° 7, Les Modèles du récit d (...)
  • 10 On citera ainsi : Lefranc de Pompignan, Voyage de Languedoc et de Provence (1740) ; Joseph Desmahi (...)
  • 11 Ainsi Bertin imagine-t-il de présenter son voyage en Bourgogne comme un voyage en mer depuis l’île (...)

8Tout se passe alors comme si l’expérience du voyage en France était pour les Français de la seconde moitié du xviiie siècle moins digne d’être consignée que celle dans les autres pays d’Europe. Dans la liste des récits le groupe le plus notable reste celui des voyages littéraires, écrits pour prolonger la vie mondaine à l’occasion d’un déplacement dans la province et caractérisés par leur alternance de prose et de vers9. Liés à l’engouement rencontré jusqu’en 1850 par le voyage de Chapelle et Bachaumont (1656), ils paraissent sans discontinuer depuis le milieu du xviie siècle et le rythme ne faiblit pas après 175010. Les destinations sont variées, mais le voyage couvre rarement l’ensemble du pays ou même d’une province. Plus motivé par le souci de plaire que par celui d’informer le lecteur, le récit est privé de visée ethnologique11. La composante sentimentale existe parfois et s’affirme vers la fin du siècle avec Bérenger (1749-1822) et Brune (1763-1815). Qu’elle soit poétique ou plus érudite, comme chez Labouïsse-Rochefort (1778-1852) qui tout au long de sa vie recueille idées et notations sous la convention littéraire des voyages, cette forme d’écriture s’inscrit dans une tradition peu propice à introduire une dimension d’enquête sur le pays. Au mieux révèle-t-elle de légères évolutions du goût.

  • 12 Abbé de Voisenon, lettres publiées dans les Mémoires et correspondances littéraires de Favart (176 (...)
  • 13 Voir Claude Courtépée, Voyages dans la province de Bourgogne en 1776 et 1777, publiés par A. de Ch (...)
  • 14 Papon est allé approfondir l’histoire de Provence dans les archives du royaume de Naples, Brune vi (...)

9Certains voyages se rattachent aux cures thermales. Si l’on excepte la dimension scientifique et même philosophique du Voyage à Bourbonne-les-Bains et à Langres de Diderot (1770), la plupart des récits vers les eaux de Normandie (Forges décrite par Mme du Boccage), d’Auvergne (Mont-Dore, Pougues), de l’Est de la France (Plombières) et surtout des Pyrénées cultivent le goût de l’anecdote propre au voyage littéraire12. Guère plus novateurs sont les voyages érudits et savants, effectués sur le modèle de la tradition mauriste à travers les bibliothèques d’Europe ou dans le périmètre plus étroit d’une province de France, quoique certains annoncent la volonté de connaissance du patrimoine local des décennies suivantes13. L’expérience française ne saurait d’autre part être isolée de celle vers d’autres pays d’Europe. Les plus connus des auteurs de récits de voyage en France dans la seconde moitié du xviiie siècle ont soit parcouru la France sur la route d’un autre pays – ainsi Grosley, Coyer et Dupaty vers l’Italie respectivement en 1758, 1763 et 1785 –, soit effectué à d’autres moments un voyage hors de France14. Rares sont avant la Révolution les voyageurs qui se sont contentés de sillonner leur territoire, à l’instar de Legrand d’Aussy (1737-1800), découvreur de l’Auvergne, ou de Ramond de Carbonnières (1755-1827), qui explora l’ensemble des montagnes françaises, des Vosges aux Alpes, aux Pyrénées et à l’Auvergne.

  • 15 Sur le passage d’une approche cosmopolite, associant le terme de patrie à la liberté du genre huma (...)
  • 16 Marquis de Pezay, « Observations générales sur les voyages », dans [L.-P. Couret de Villeneuve] Re (...)
  • 17 Par exemple à ceux de Grosley (1718-1785), qui, dans les douze volumes de ses Éphémérides troyenne (...)
  • 18 « Mais admirez, ironise Turlin, premier prix au concours de l’Académie de Lyon de 1787 sur l’utili (...)

10Divers indices soulignent pourtant l’éveil d’une dimension patriotique légitimant le voyage en France. Celle-ci va de pair avec la vogue du mot patrie dans les années 1760 et 1770, lorsque ce dernier perd sa connotation ouverte et cosmopolite au profit du sens ancien de « pays natal que l’on se doit d’aimer pour être vertueux »15. L’importance du voyage à l’étranger n’est pas niée mais de plus en plus est affirmée la nécessité de connaître son pays avant d’aller en visiter un autre : « Il faut au moins qu’un Français connaisse les proportions de la colonnade du Louvre, s’exclame le marquis de Pezay, avant d’aller s’agenouiller sous les parvis de Saint-Pierre de Rome ou de Sainte-Sophie de Constantinople. »16 Faisant suite aux travaux de l’érudition locale17, un repli des élites cultivées sur leur patrie s’amorce au cours des années 1780. En rupture avec la tradition du voyage des parlementaires vers l’Italie ou l’Angleterre et se reliant à la longue lignée de la condamnation des voyages illustrée par Béat de Muralt, l’avocat parisien Turlin estime en 1787 que « la vie d’observateur ne convient guère qu’à la paresse » et que les hommes ordinaires doivent « rester dans leur patrie », où ils « apprendront bien mieux que dans les voyages à être laborieux, utiles, compatissans, bons peres, bons époux, bons amis »18.

  • 19 [F.] de R[omain], Souvenirs d’un officier royaliste contenant… ses voyages en Corse et en Italie [ (...)
  • 20 Émeric-David, Notes d’un voyage en Italie. 1781, Paris, Bibl. Arsenal, Ms. 5946 ; G. Brune, Voyage (...)

11Si cette diatribe ne débouche pas en l’occurrence sur un souci de découverte du territoire, le besoin de visiter la terre natale se manifeste chez de nombreux contemporains. Bien qu’enthousiamé par les beautés de l’Italie qu’il visite au début de 1789, un obscur officier angevin, Félix de Romain, déplore l’orgueil des Italiens qui « feroient croire que nous n’avons rien en France » : ainsi rappelle-t-il, il est vrai avec un recul de plus de trente ans, qu’à la faveur de son voyage au-delà des Alpes il a pris conscience « que nous possédons aussi des antiquités et des ruines romaines, et [qu’] en somme notre patrie offre tant de variétés, que le voyage de France seroit très-intéressant à faire pour un Italien, et aussi curieux que celui d’Italie, si on excepte les monumens de l’ancienne Rome, les phénomènes de Naples et la singularité de Venise »19. À l’instar d’Émeric-David à l’égard de la Provence en 1780, Guillaume Brune ne se contente pas de noter l’agrément ou la diversité des provinces qu’il traverse : il laisse pointer un vrai mal du pays lorsqu’en Guyenne il retrouve les inflexions du patois qu’il entendait enfant à Brive-la-Gaillarde20. Legrand d’Aussy présente au même moment un plaidoyer pour le développement des voyages en France :

  • 21 Legrand [d’Aussy], Voyage fait en 1787 et 1788, dans la ci-devant Haute et Basse-Auvergne, aujourd (...)

Nous recherchons, nous lisons avec avidité tout ce qui concerne les pays étrangers ; et le nôtre, qui dans ses diverses provinces offre des mœurs, des usages, des productions, des montagnes, etc., qu’il serait intéressant de connaître ; le nôtre, dont la description, bien faite, deviendrait un travail si sûr d’être accueilli par des Français, nous ne le connaissons pas !21

  • 22 « Je vois avec peine les hommes instruits visiter toujours les contrées étrangères et ne point con (...)
  • 23 A. Monglond, La France révolutionnaire et impériale. Annales de bibliographie méthodique et descri (...)

12De ce discours se retrouvent les échos chez les gens de lettres du début du xixe siècle, désormais attentifs aux richesses de la France même s’ils gardent, comme Millin (1759-1818), les yeux tournés vers l’Italie22. La production des années révolutionnaires et impériales montre de quelle manière l’appel de Legrand d’Aussy fut entendu. Grâce à l’entreprise de classement bibliographique d’André Monglond, nous pouvons observer les caractéristiques d’un ensemble de près de 700 ouvrages relatifs aux voyages et à la géographie de la France parus en langue française entre 1789 et 181223. Au fil des récits de voyages mais aussi des atlas, des descriptions géographiques du territoire national, des micro-études locales et des enquêtes administratives, nous saisissons année après année l’évolution des lectures qui s’offraient aux voyageurs des débuts de l’époque romantique désireux de connaître leur pays.

13L’enquête de Monglond aide à repérer en dépit de l’hétérogénéité des titres quelques lignes de force. Au début de la Révolution dominent à côté des descriptions de provinces et de fleuves les ouvrages généraux sur la nation, chargés d’expliquer les nouveaux cadres d’une France départementalisée. Après l’effondrement de la production entre 1792 et 1794, le marché se rétablit lentement, faisant alterner généralités sur le pays et monographies provinciales ou départementales. À partir de 1797 les livres sur Paris opèrent une percée durable à côté des tableaux d’autres villes et d’un petit fonds sur les montagnes, puis ils sont rejoints et dépassés de 1799 à 1803 par la grande vague des enquêtes départementales. Tandis que la part des ouvrages généraux décline, le découpage des départements devient une référence obligée sous le Consulat. Sous l’Empire, toutefois, Paris, ville capitale, garde une place importante (souvent entre un tiers et un quart de la production) et les provinces se remettent à concurrencer les départements. Les topographies médicales des villes secondaires se multiplient, les descriptions de montagnes et d’eaux thermales conservent une certaine faveur du public.

  • 24 Dans les statistiques que nous proposons à partir des listes de Monglond figurent traductions’ouvr (...)

Tableau des récits de voyage et ouvrages sur la géographie de la France à l’époque révolutionnaire et impériale. D’après le repérage effectué par A. Monglond24

Tableau des récits de voyage et ouvrages sur la géographie de la France à l’époque révolutionnaire et impériale. D’après le repérage effectué par A. Monglond24
  • 25 Tout en accordant une place importante aux récits étrangers et en souffrant du même caractère disp (...)

14Même si le nombre des voyages de découverte racontés par des conationaux reste modeste à l’époque révolutionnaire et impériale, il n’en est pas moins en hausse par rapport aux décennies antérieures25. Les bases du voyage en France semblent surtout être refondées à partir des années 1770, marquant un regain d’intérêt et contribuant à remplir le trou que continue à déplorer Legrand d’Aussy en 1795. En encourageant l’édition de livres sur la France, les auteurs, libraires et responsables politiques d’une part suscitent une meilleure connaissance des provinces ou départements, de leurs mœurs, usages et productions, d’autre part diffusent un savoir nouveau sur les montagnes et les volcans en tant qu’échantillons d’une histoire plus générale du globe terrestre. Les pratiques du voyage s’orientent ainsi vers un désir de compréhension de la terre natale. Bien que la composante scientifique du voyage, notamment vers les montagnes, n’ait pas a priori de valeur nationale et patriotique, le passage à une enquête fondée sur les capacités d’observation et attentive au legs de l’histoire s’exerce souvent dans le cadre d’une province, comme on le voit avec l’abbé Papon en Provence (1780), Legrand d’Aussy en Auvergne (1787-1788), Ramond de Carbonnières dans les Pyrénées (à partir de 1787) ou Cambry en Bretagne (1794-1795).

  • 26 J.-P. Papon, Voyage littéraire de Provence…, Paris, Barrois l’aîné, 1780, p. VII-X.
  • 27 Ibid., p. IX-X.
  • 28 M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques…, Paris, (...)

15Les modes d’investigation utilisés au cours des années 1780 et 1790 permettent de dégager plusieurs ordres de phénomènes. Par contraste avec les voyages mondains se déploie d’abord une patiente activité d’érudition, d’histoire et de science. Le voyageur éclairé est un connaisseur, qui ne se contente pas de la surface des choses et donne à ses lecteurs les moyens de s’instruire à leur tour en voyageant. Dans son Voyage littéraire de Provence de 1780, republié en 1787, l’oratorien Papon (1734-1803) dit avoir rassemblé les connaissances que les personnes qui voyagent « doivent avoir sur la Provence & qu’elles n’auroient ni la patience ni le loisir de se procurer ». Il en souligne l’« exactitude » et le fait qu’elles ne se limitent pas aux grandes villes, aux places, aux édifices publics, ni même aux tableaux et statues, mais « forment tout ce qu’un homme éclairé doit être jaloux de savoir », qu’il choisisse de voyager ou de rester dans son cabinet26. Constatant que souvent les voyageurs « font le tour de la France dans moins de six mois, sans être plus instruits au terme de leur voyage que le jour du départ »27, Papon rejoint Maurice Levesque lorsqu’il vante un séjour de quatre années à Rome et dans les États ecclésiastiques et dénonce du même coup les descriptions hâtives d’auteurs qui voyagent « plutôt en artistes & en amateurs, qu’en philosophes […] parcourant à la hâte les nombreux États qui partagent l’Italie » et de ce fait inaptes à en observer « ni les usages, ni les mœurs »28.

  • 29 Op. cit., t. 1, p. XII.
  • 30 J. Vichard de Saint-Réal, Journal de mon voyage au Mont-Cenis en 1787 (17 juillet-6 août) et Journ (...)

16En visant tout à la fois les coutumes des habitants, les sites, les productions naturelles et les minéraux composant le sol d’une province, une telle forme de voyage amène à multiplier les contacts. À l’instar de Lalande disposant d’un ample réseau d’informateurs pour son Voyage en Italie, Legrand d’Aussy se sert d’ouvrages imprimés autant que de mémoires anonymes et interroge des « médecins, négocians, ingénieurs, tout ce qui alors portait le nom de curé, de gentilhomme, d’homme de loi, de chanoine et de religieux »29. Il bénéficie des bureaux dont l’intendant d’Auvergne lui ouvre les portes et, fait rare lors des voyages à l’étranger, parfait l’enquête en séjournant une seconde fois dans la province l’année suivante. Cette démarche relève d’un projet scientifique et évoque celle qui conduit Vichard de Saint-Réal deux étés de suite au col du Mont-Cenis en vue d’effectuer ses mesures avec le baromètre et le thermomètre30.

  • 31 M. Ozouf, art. cité, p. 21.
  • 32 J.-P. Papon, op. cit., p. XIV ; J. Cambry, Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1 (...)

17Les objets d’attention divergent selon les voyageurs. Jugeant que seules des personnes nées dans le pays ou y vivant depuis longtemps peuvent se former « une idée juste du génie du Peuple chez lequel il voyage », Papon délaisse les mœurs et les usages des Provençaux pour se concentrer sur l’histoire et la littérature, le climat, les plantes et les fossiles. Cambry en revanche souhaite retrouver les usages antiques de la Bretagne par delà la grossièreté et la simplicité des instruments, des vêtements et des habitations. Contribuant avec d’autres à la naissance d’un « regard ethnologique très neuf »31, il est frappé « de l’incroyable différence que vingt lieues établissent quelquefois entre des hommes qui vivent sous le même ciel, sous les mêmes lois, sous la même religion »32. Qu’elles valorisent l’archéologie, les dialectes ou les richesses naturelles, les descriptions offrent de la France l’image d’une juxtaposition de terroirs appelés à se combiner les uns avec les autres pour unir leur diversité.

  • 33 D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997 (notamment p. 43).
  • 34 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe s., Paris, Seuil, 1999.
  • 35 Ainsi des mémoires furent-ils par exemple écrits pour l’Académie delphinale en 1787 sur « les bran (...)
  • 36 D. Nordman, « Une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le “jardin patrio (...)

18Les voyages dans la France du siècle finissant relèvent souvent d’une entreprise de repérage des lieux de mémoire, ancrés sur certains mythes d’origine, sur les antiquités romaines ou sur le souvenir de personnages et de hauts faits. Des parcours symboliques s’instaurent sous la conduite des érudits locaux, dont témoigne la création de musées exaltant le passé local, comme celui de Vienne en Dauphiné sous l’impulsion de Pierre Schneyder. Rompant avec l’idée que les collections sont un bien personnel des souverains, une idéologie patrimoniale se constitue contre le vandalisme et en liaison avec la conscience de la perte des signes du passé33. Certes, malgré les efforts d’institutions telles que l’Académie celtique, fondée par Jacques Cambry sous le Consulat, l’évocation du folklore, des mélodies ou des contes populaires n’occupe pas le devant de la scène avant le milieu du xixe siècle34. Mais le pays se présente aussi comme un espace économique, disposant de produits aptes à enrichir la nation et suscitant une pédagogie commune. Les concours des académies de province illustrent à partir des années 1770 autant que certains récits de voyage un souci de mise en valeur des ressources économiques régionales en vue de les associer, au moins dans un second temps, à celles des autres régions35. Le système des Affiches permet de son côté aux abonnés de recevoir des informations sur les autres provinces, et le jardin patriotique imaginé par Alexandre Deleyre au début de l’été 1793 aide à diffuser auprès des jeunes Français l’image nouvelle d’un pays divisé en départements36.

  • 37 Voir M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, (...)
  • 38 Pour Peuchet, la statistique est ainsi « l’exposé méthodique et positif des objets qui composent l (...)
  • 39 Voir I. Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coqueret de Montbret (...)

19À l’arrière-plan du voyage romantique se reconnaît ainsi la vogue des descriptions de provinces qui s’est emparée des élites locales à partir des années 1770. La tradition érudite et provinciale remonte il est vrai au xviie siècle, avec les bénédictins notamment, mais, dans les descriptions comme dans un nombre croissant de récits de voyage, l’anecdote a fait progressivement place à l’observation, l’érudition antiquaire à un inventaire du patrimoine provincial, les monuments urbains à des centres d’intérêt diversifiés, qu’il s’agisse du peuple et de la vie locale (Brune en Guyenne), des montagnes (Ramond de Carbonnières), de villages perdus et isolés (Cambry), de l’économie et des conditions de vie paysannes (Young). Parallèlement aux voyageurs, les géographes, les naturalistes et les médecins intègrent les faits sociaux dans leurs descriptions de provinces, asseoient les fiertés locales sur l’ancienneté de l’histoire et les richesses naturelles et humaines, mettent en relation les maladies avec la nature et l’exploitation du sol37. Couronnement des efforts de plusieurs décennies, l’enquête statistique consulaire traduit une volonté de connaître pour chaque région, département et district les conditions de la nature et la manière dont l’homme s’est rapporté à elle. S’appuyant sur les informations que fournissent aux préfets à la fois les élites traditionnelles et les représentants des différents secteurs de l’économie, elle n’est pas seulement fille de l’ancienne pratique du tableau des ressources et des forces de l’État38. Elle s’inscrit également dans la logique de cette science du milieu que sont en train d’élaborer les naturalistes et les géographes, de Saussure à Humboldt, en passant par Coqueret de Montbret39.

  • 40 J.-P. Papon, op. cit., p. XIII.

20Il nous reste à comprendre comment la visée statistique, qui fait du voyageur érudit et sociable un enquêteur investi d’une mission sociale et économique, devenu partie prenante d’une construction patriotique, a pu entrer en relation avec une composante sentimentale et égotiste annonçant le romantisme. Parmi les différents aspects présents dans les récits de voyage en France des années 1780 et 1790, la tentative de déchiffrement de la nature prévaut sur tous les autres même si elle n’exclut pas d’enquêter sur les habitants. Elle est le thème dominant chez Papon : ne se satisfaisant ni des anecdotes sur les troubadours ou les hommes célèbres, ni de l’évocation de certains usages, il pense que le voyageur doit avant tout connaître « le climat & les productions [et avoir] une idée de l’organisation des montagnes, dont [la Provence] est hérissée ; des plantes qu’elle produit ; des fossiles qu’elle renferme ; des révolutions physiques qu’elle a éprouvées ». Le résultat est à la mesure de cet effort, car ainsi « tel endroit, qui, sans le secours de nos recherches, n’auroit été qu’un endroit affreux & stérile, s’animera dorénavant, & fera parler la nature & l’histoire »40. Une pédagogie de l’explication de l’ordre naturel est mise en place, dont témoigne le choix des Pyrénées par Ramond de Carbonnières :

  • 41 [L. Ramond de Carbonnières], Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite, à des ob (...)

Je doute qu’il existe une chaîne de montagnes plus propre que celle des Pyrénées, à être observée par le naturaliste qui veut étudier la structure & la disposition des roches primitives. Simple et régulière, dans presque toute son étendue, elle lui rappellera bientôt les idées de l’ordre qui a dû présider à la formation des monts & des règles auxquelles leur dégradation sera soumise.41

  • 42 On découvre les Pyrénées d’une grande distance […] la partie orientale […] se déploie entière à la (...)
  • 43 Op. cit., t. 2, p. 1.
  • 44 Ph. Joutard, L’Invention du Mont-Blanc, Paris, Gallimard-Julliard, 1986 ; A. Corbin, Le Territoire (...)

21On sait le pouvoir d’évocation qui résulte de ce projet. À l’instar du récit de Saussure dans les Alpes, celui de Ramond construit la chaîne des Pyrénées au regard de l’observateur42 et Cambry se décrit « sur les rochers sauvages de la Bretagne, dans un climat toujours battu par les tempêtes, sous un ciel noir et rigoureux, entouré de déserts, de sable, de goëmon, n’ayant pour compagnon que les oiseaux de mer qui sifflent en pêchant, en dessinant des cercles dans les airs, en tombant du ciel sur leur proie »43. Le désir d’investigation transforme le territoire en un espace pittoresque, suscitant des « tableaux » au sein desquels le paysage champêtre, les littoraux ou les montagnes tendent à susciter un plus grand intérêt que les villes44 et où se devinent les évolutions de l’histoire du globe, comme avec les volcans d’Auvergne découverts par Guettard, Desmarets et Faujas de Saint-Fond. La sensibilité aux forces de la nature s’exprime, au tournant des xviiie et du xixe siècles, dans la vogue des promenades minéralogiques, des voyages agronomiques ou botaniques, des descriptions de fleuves, autant que dans celle des voyages vers les sources thermales, symboles d’une nature régénératrice. Cet engouement se retrouve dans les topographies médicales, associant l’homme et la nature, le sol et le climat avec le souci d’enquêter sur ce qui dans le milieu urbain ou naturel provoque des maladies ou aide à en guérir.

  • 45 L’on songe à ce propos aux longs voyages de Millin dans les provinces françaises sous la Révolutio (...)
  • 46 Sur la rupture provoquée par l’émigration, voir F. Baldensperger, Le Mouvement des idées dans l’ém (...)

22Il faudrait aussi évoquer la distorsion que subit à l’époque révolutionnaire et impériale la relation avec le sol national. Tandis que ceux qui restent en France développent à l’instar des envoyés en mission une approche statistique, servant les vœux d’une administration centralisée, la minorité de ceux qui sont partis, et qui souvent n’avaient eu qu’un rapport incertain avec le sol en raison de leur cosmopolitisme, se met à considérer la patrie de façon ambiguë et à certains égards conflictuelle. Habitués à voyager en France, les gens du monde en sont soudain privés : leur retour sous le Consulat ou plus tard fut fortement marqué par cette coupure. Ils avaient quitté le sol national, donc s’en étaient détachés même si le départ était à leurs yeux « légitime ». La patrie « retrouvée » ne pouvait être celle qu’ils avaient fuie. Bien que la passion antiquaire ne leur soit pas spécifique45, ils furent plus que d’autres amenés à valoriser des traditions, à se replier sur l’archéologie ou à se constituer une patrie imaginaire et nostalgique, dont le moi devenait seul garant46. L’espace physique familier ayant provisoirement disparu, l’individu produisit en quelque sorte lui-même son sol, alors qu’avant 1789 les états d’âme manifestés par ceux qui se déplaçaient dans le pays restaient seconds par rapport au souci de décrire ce qu’ils voyaient.

  • 47 Op. cit., p. VIII.
  • 48 Legrand estime que l’Auvergne mérite d’être connue « pour le physicien et le naturaliste, pour le (...)

23Si le choc de l’émigration ne se fit sentir qu’à retardement, sous l’Empire et surtout à partir de la Restauration, la dimension sentimentale assure cependant la transition entre le voyage érudit et encyclopédique et le voyage romantique. Dès les années 1780 se développe dans des récits de voyage en France qui laissent au territoire décrit sa primauté une volonté de peindre aussi des sensations. Legrand d’Aussy avoue avoir parlé au retour de son premier séjour en Auvergne « autant de ce que j’avais senti, que de ce que j’avais vu », et ajoute qu’il a préféré conserver cette forme car il lui en eût « coûté trop de tems pour [en] changer »47. L’idée de « peindre » des objets ou des sentiments est récurrente sous sa plume autant que sous celle de Ramond de Carbonnières ou de Dussaulx48. Ce qui est par là valorisé n’est autre que l’acte d’écrire, nullement incompatible avec l’intention de recueillir le maximum d’informations. Ainsi, dans les diverses formes de voyage, statistique, scientifique ou politique, pointent des éléments de nature émotionnelle, valorisant le moi. À l’inverse, chez de grands écrivains comme Stendhal ou Chateaubriand, se ressent l’apport de l’encyclopédisme qui cherche à pénétrer les secrets de la nature et à ancrer l’homme dans l’histoire des lieux qu’il visite. L’exactitude que revendique Chateaubriand dans la préface de l’Itinéraire de Paris à Jérusalem est sans doute issue des Lumières et de la longue tradition dénonçant les mensonges et inexactitudes des récits de voyage. Ne peut-on dès lors avancer qu’existe un parallélisme entre deux formes d’exactitude, celle des descriptions érudites et référentielles propre à des savants voyageurs tels que Lalande se transmuant aisément en une exactitude de la description de ce que le moi ressent et que l’écriture marque « scrupuleusement » ?

24Le socle sur lequel le voyage romantique repose et finalement édifie sa propre réalité signifiante, y compris pour s’en démarquer, reste la volonté d’approfondir la relation avec la nature et en même temps avec les hommes, le souci conjoint du détail et de la vue d’ensemble. Certes des déplacements s’opèrent par rapport au voyage d’enquête des statisticiens : la valorisation du moi et de l’écriture devient la source de légitimation du voyage. L’on doit toutefois se demander si le voyage romantique, affaire d’écrivain, n’est pas davantage lié au voyage encyclopédique, statistique et scientifique de la seconde moitié du xviiie siècle qu’à la tradition galante et mondaine du voyage littéraire. Cette tradition est, on le sait, encore prolifique à l’aube du xixe siècle, mais elle se présente plutôt comme une survivance, un prolongement de la société de cour cosmopolite. Dans les pratiques d’enquête et de comptes rendus des dernières décennies du siècle nous voyons en revanche prendre corps l’ancrage patriotique et le double désir de connaissance et de divulgation de celle-ci, le besoin de s’immerger corps et âme dans la nature et dans l’histoire humaine, de s’arrêter sur un instant et de donner à voir ce qu’on a vu ou retrouvé, fût-ce à travers les souvenirs d’autres livres, en lien avec l’affirmation de la terre natale. Que ce sol, cette patrie aient pu susciter une relation individuelle intense avec le moi de l’artiste, c’est ce qu’allaient nous montrer les voyages accomplis par les romantiques.

Notes

1 Bien que le Robert fasse remonter le terme de touriste à 1816, et celui de tourisme à 1841, le tourisme comme pratique de divertissement et de culture liée à la civilisation des loisirs ne se développa qu’à partir des années 1850, lorsqu’avec le chemin de fer s’accélérèrent de manière décisive les temps de transport et diminuèrent les coûts, entraînant une démocratisation du voyage.

2 Voir G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide di viaggio borghese », Ricerche Storiche, VII, n° 2, juillet-décembre 1977, p. 346-381.

3 F. Knopper, Le Regard du voyageur. L’image de l’Allemagne du Sud et de l’Autriche dans les relations de voyageurs allemands (1775-1803), Université de Strasbourg 2, thèse de doctorat, 1990, vol. 1, p. 7.

4 « Vers le commencement du siècle dernier, continue-t-il, il a paru seulement quelques descriptions plus géographiques, plus topographiques même qu’instructives […]. Dans les derniers temps, des écrivains ont décrit avec plus ou moins de talent quelques provinces seulement de la France. Quant aux étrangers, ils n’ont jeté qu’un coup d’œil rapide sur ce beau pays. » (G. Boucher de la Richarderie, Bibliographie universelle des voyages, Paris-Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1808, Genève, Slatkine reprints, 1970, t. 3, p. 98)

5 J.-M. Goulemot, P. Lidsky, D. Masseau, Le Voyage en France : anthologie des voyageurs européens, op. cit. ; A. Babeau, Les Voyageurs en France depuis la Renaissance jusqu’à la Révolution, Paris, Firmin-Didot, 1885.

6 « Peut-être, chez un peuple où les charmes de la société sont si séduisants, est-on plus empressé de jouir, qu’on n’est disposé à observer. » (op. cit., p. 98)

7 Cette liste est naturellement loin d’être complète.

8 Ce vieillissement des guides n’empêche pas que les descriptions géographiques publiées dans la seconde moitié du siècle se fassent l’écho, comme celles de R. de Hesseln ou de P. Couedic, d’une vision renouvelée sur les villes (B. Le petit, « L’évolution de la notion de ville d’après les tableaux et descriptions géographiques de la France (1650-1850) », Urbi. Art, histoire, ethnologie de la ville, n° 2, déc. 1979, p. 99-107).

9 M. Bideaux, « Le voyage littéraire : genèse d’un genre », Littérales, n° 7, Les Modèles du récit de voyage, M.-C. Gomez-Géraud éd., 1990, p. 179-192.

10 On citera ainsi : Lefranc de Pompignan, Voyage de Languedoc et de Provence (1740) ; Joseph Desmahis, Voyage de Chapelle et Bachaumont suivi de… Voyage d’Éponne (écrit au milieu du XVIIIe s., paru en 1823) ; [Ménard], Voyage de Paris à la Roche-Guion, en vers burlesques… (1759) ; Pierre-Honoré Robbé de Beauveset, Mon Odyssée ou le journal de mon retour de Saintonge, poëme à Chloé (1760) ; Pierre de Bullioud, La Pétrissée, ou voyage de Sire Pierre en Dunois [sur un voyage de Paris à Châteaudun] (1763) ; chevalier Antoine de Bertin, Voyage de Bourgogne (1777) ; Courtois, Voyage de M. Courtois en Périgord (sans date) ; Michot de la Cauw, Voyage philosophique, politique et pittoresque, nouvellement fait en France (1786) et Journal d’un voyage de Genève à Paris par la diligence (1792) ; [Laurent-Pierre] Bérenger, Les Soirées provençales ou lettres de M. Bérenger écrites à ses amis pendant ses voyages dans sa patrie (1786) ; Guillaume Brune, Voyage pittoresque et sentimental dans plusieurs provinces occidentales de la France (1788, rééd. 1799 et 1802) ; [Le Marchand], Voyage à Marseille et à Toulon, suivi de pièces diverses (1790) ; réédition de Chapelle et Bachaumont par La Mésangère (1796) ; Charles-Étienne Gaucher, Voyage au Havre de Grâce (1798) ; une série de voyages en vers et en prose à Saint-Maur, à Rondeilhe ou à Montrouge par Labouïsse-Rochefort (1807-1808).

11 Ainsi Bertin imagine-t-il de présenter son voyage en Bourgogne comme un voyage en mer depuis l’île Bourbon : « À bord d’un gros vaisseau qu’on nomme le Volant, / Qui cingle vers Melun et les côtes d’Auxerre […] » (« Le Voyage de Bourgogne, à M. le chevalier de Parny » (1777), dans Poésies et œuvres diverses du chevalier Antoine Bertin…, Paris, A. Quantin, 1879, p. 151-185, ici p. 152).

12 Abbé de Voisenon, lettres publiées dans les Mémoires et correspondances littéraires de Favart (1761) ; [Mme Gauthier], Lettres contenant plusieurs anecdotes de son voyage aux eaux de Barèges (1787) ; Mme de Boudon, Lettres… ou journal d’un voyage à Paris, en Champagne, en Alsace et au canton de Basle en Suisse (1791).

13 Voir Claude Courtépée, Voyages dans la province de Bourgogne en 1776 et 1777, publiés par A. de Charmasse et G. de La Grange, Autun, Dejussieu, 1895.

14 Papon est allé approfondir l’histoire de Provence dans les archives du royaume de Naples, Brune visite l’ouest de la France en 1788 avant de séjourner en Italie de 1796 à 1801, Cambry voyage en Italie en 1788 avant d’explorer le Finistère en 1794-1795.

15 Sur le passage d’une approche cosmopolite, associant le terme de patrie à la liberté du genre humain (Montesquieu, Voltaire, Jaucourt), à une conception de la terre natale où doit régner la liberté (Ch.-P. Colardeau, Rousseau, Coyer, J.-G. von Zimmermann, d’Holbach, Brissot), voir J. Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au xviiie siècle », Annales historiques de la Révolution française, n° 206, oct.-déc. 1971, p. 481-501.

16 Marquis de Pezay, « Observations générales sur les voyages », dans [L.-P. Couret de Villeneuve] Recueil amusant de voyages en vers et en prose, faits par différens Auteurs, auquel on a joint un choix des Épîtres, Contes & Fables Morales qui ont rapport aux Voyages, Paris, Gay & Gide, 1786-1787, t. 1, p. 9.

17 Par exemple à ceux de Grosley (1718-1785), qui, dans les douze volumes de ses Éphémérides troyennes, a rassemblé entre 1757 et 1768 de multiples détails sur les patois régionaux, les institutions locales, l’économie et les monuments anciens.

18 « Mais admirez, ironise Turlin, premier prix au concours de l’Académie de Lyon de 1787 sur l’utilité des voyages, un magistrat qui s’il n’a pas lu les loix qu’il fait exécuter, a vu les débris du capitole & les gondoles de Venise. » (Extrait des discours qui ont concouru pour le prix que l’Académie des sciences, Belles-Lettres & Arts de la Ville de Lyon, a adjugé a M. Turlin…, Lyon, Aimé de la Roche, 1788, p. 96)

19 [F.] de R[omain], Souvenirs d’un officier royaliste contenant… ses voyages en Corse et en Italie [1787 à 1789], son émigration…, Paris, A. Égron, 1824-1829, t. 1, p. 336.

20 Émeric-David, Notes d’un voyage en Italie. 1781, Paris, Bibl. Arsenal, Ms. 5946 ; G. Brune, Voyage pittoresque et sentimental dans plusieurs provinces occidentales de la France, Londres-Paris, Letellier, 1788, p. 53.

21 Legrand [d’Aussy], Voyage fait en 1787 et 1788, dans la ci-devant Haute et Basse-Auvergne, aujourd’hui départemens du Puy-de-Dôme, du Cantal et partie de celui de la Haute-Loire…, Paris, Impr. des Sciences et Arts, an III, t. 1, p. V-VI.

22 « Je vois avec peine les hommes instruits visiter toujours les contrées étrangères et ne point connoître leur propre pays […] Je regarde comme honteux pour un Français qui va admirer le Panthéon, le Colisée, les arcs de Septime-Sévère, de Trajan et de Constantin, de n’avoir pas vu la Maison Carrée de Nîmes, l’amphithéâtre de cette ville, les arcs d’Orange, de Saint-Rémi et de Saint-Chamas, le pont du Gard, et tant d’autres monumens moins célèbres, mais véritablement dignes de curiosité. » (A.-L. Millin, Voyage dans les départemens du Midi de la France, Paris, Impr. impériale, 1807-1811, t. 1, p. 1-2) Passionné d’histoire naturelle et d’archéologie, Millin visita le Midi de la France en 1804 avant de voyager en Italie de 1811 à 1813.

23 A. Monglond, La France révolutionnaire et impériale. Annales de bibliographie méthodique et description des livres illustrés, Grenoble, Arthaud, puis Paris, Imprimerie nationale, 1930-1963. Les œuvres sont répertoriées par thème, année après année, de 1789 à 1812, en commençant toujours par une section intitulée « Voyages en France. Géographie de la France » (voir tableau page suivante).

24 Dans les statistiques que nous proposons à partir des listes de Monglond figurent traductions’ouvrages étrangers en français ainsi que des rééditions d’ouvrages. En intégrant quelques titres rencontrés dans des revues de l’époque ou publiés plus tard, M. Ozouf a de son côté relevé, pour les années 1789-1799, 157 titres, répartis en 6 catégories : instruments du voyage (45), voyage urbain (19), voyage montagnard (12), voyage sentimental, littéraire ou pittoresque (31), aménagement du territoire (12), descriptions topographiques et statistiques des départements et principaux « lieux » de France (38) (M. Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », dans W. Frijhoff et R. Dekker éd., Le Voyage révolutionnaire, Hilversum, Verloren, 1991, p. 15-35)

25 Tout en accordant une place importante aux récits étrangers et en souffrant du même caractère disparate que chez Monglond, les anciens recensements de Boucher de la Richarderie sont éloquents : sur un total de 226 descriptions de la France et de voyages faits dans cette contrée, parus entre 1600 et 1806, 158 sont des années 1760 à 1806, dont 98 pour la seule période 1790-1806.

26 J.-P. Papon, Voyage littéraire de Provence…, Paris, Barrois l’aîné, 1780, p. VII-X.

27 Ibid., p. IX-X.

28 M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques…, Paris, Desenne, 1791, p. VII. « Pendant un séjour de plus de quatre ans à Rome & dans les États ecclésiastiques, vient d’avertir Levesque, j’ai eu tout le loisir d’étudier le gouvernement & les mœurs de cette ville & des pays dont elle est la capitale. À mesure que je suis parvenu à les connoître, je me suis convaincu de plus en plus combien sont superficiels et insuffisants les ouvrages qui en traitent […]. Ils se sont contentés d’entasser des descriptions de peintures, de statues & d’édifices ; à peine ont-ils songé aux habitants. » (ibid., p. VI-VII)

29 Op. cit., t. 1, p. XII.

30 J. Vichard de Saint-Réal, Journal de mon voyage au Mont-Cenis en 1787 (17 juillet-6 août) et Journal de mon voyage au Mont-Cenis en 1788 (15 juillet-8 août), Arch. départ. de la Savoie (Chambéry), Ms. 1 J 28.

31 M. Ozouf, art. cité, p. 21.

32 J.-P. Papon, op. cit., p. XIV ; J. Cambry, Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Paris, Impr. du Cercle-Social, an VII (1798), t. 2, p. 2.

33 D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997 (notamment p. 43).

34 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe s., Paris, Seuil, 1999.

35 Ainsi des mémoires furent-ils par exemple écrits pour l’Académie delphinale en 1787 sur « les branches d’industrie qui conviennent le mieux aux cantons de cette province qui en sont dépourvus » (Bibl. munic. de Grenoble, R 7527 et R 7808).

36 D. Nordman, « Une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le “jardin patriotique” », Lectures, n° 24, Bari, Ed. dal Sud, 1990, t. 1, p. 223-240.

37 Voir M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1988, p. 34-40.

38 Pour Peuchet, la statistique est ainsi « l’exposé méthodique et positif des objets qui composent la richesse et la force d’un État » (Essai d’une statistique générale de la France, an IX, cité par M.-N. Bourguet, op. cit., p. 15).

39 Voir I. Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coqueret de Montbret (1755-1831), savant et grand commis de l’État, Paris, Champion, 1999.

40 J.-P. Papon, op. cit., p. XIII.

41 [L. Ramond de Carbonnières], Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite, à des observations sur les Alpes…, Paris, Belin, 1789, p. 1-2.

42 On découvre les Pyrénées d’une grande distance […] la partie orientale […] se déploie entière à la vue du Languedoc. C’est surtout du haut d’une montagne de Cette [Sète], qu’il faut la voir s’élever au sein même des flots, comme un promontoire sourcilleux […] Le centre de la chaîne demeure plus longtemps caché, quand on s’en approche par la route d’Auch. Divers groupes de montagnes […] en interceptent la vue, jusqu’à ce que, d’une hauteur située à quelque distance de Mirande […], on en découvre tout à coup l’imposante barrière […] » (ibid., p. 8-9 ; c’est moi qui souligne.)

43 Op. cit., t. 2, p. 1.

44 Ph. Joutard, L’Invention du Mont-Blanc, Paris, Gallimard-Julliard, 1986 ; A. Corbin, Le Territoire du vide, Paris, Aubier, 1988.

45 L’on songe à ce propos aux longs voyages de Millin dans les provinces françaises sous la Révolution et l’Empire pour recenser les inscriptions antiques, dessiner les monuments, lutter contre la dispersion des biens culturels et en recueillir la mémoire.

46 Sur la rupture provoquée par l’émigration, voir F. Baldensperger, Le Mouvement des idées dans l’émigration française (1789-1815), Paris, Plon, 1924 (en particulier t. 2, p. 297).

47 Op. cit., p. VIII.

48 Legrand estime que l’Auvergne mérite d’être connue « pour le physicien et le naturaliste, pour le peintre et le voyageur » (op. cit., p. 2). Ramond est retenu par les charmes de la partie des Pyrénées qu’il décrit, lesquels « reposeront le lecteur si j’ai su en faire passer quelque chose dans mes descriptions. Les Pyrénées, ajoute-t-il, présentent d’autres objets à peindre » (op. cit., p. VII-VIII). Dussaulx dit enfin avoir « voulu peindre les sensations et les sentiments, que tout homme instruit, sensible et suffisamment organisé doit éprouver sur des monts de premier ordre » (Voyage à Barèges et dans les Hautes-Pyrénées en 1788, Paris, Didot, 1796, préface).

Table des illustrations

Titre Tableau des récits de voyage et ouvrages sur la géographie de la France à l’époque révolutionnaire et impériale. D’après le repérage effectué par A. Monglond24
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3645/img-1.jpg
Fichier image/, 142k

Auteur

Université Pierre Mendès France, Grenoble.

© UGA Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540