Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome

 | 
Anne Bielman Sánchez
, 
Isabelle Cogitore
, 
Anne Kolb

Première partie. Les atouts de la réussite féminine

Chapitre IV. Portraits de femmes, profils de reines ? Les femmes sur les monnaies provinciales romaines à la fin de la République et au début de l’Empire (43 av. J.-C. - 68 apr. J.-C.)

Fabrice Delrieux et Marie-Claire Ferriès

Résumé

L’apparition du portrait féminin sur les monnaies frappées par les provinces et les cités de l’Empire de Rome est précoce, 43 av. J. -C., et est presque contemporaine de celle des portraits des magistrats masculins. Le phénomène reste essentiellement provincial car, jusqu’à Tibère, il n’est pas relayé par les ateliers centraux. Ensuite, et surtout à partir de Caligula, il semble reprendre parfois une impulsion du pouvoir central. Mais globalement, ce monnayage demeure d’initiative locale pour ses choix iconographiques et traduit surtout l’image que les cités ont eue de l’autorité impériale et des membres féminins de la domus Augusta. Le rôle de ceux-ci dans la transmission de la légitimité et leur association au pouvoir de leur époux, de leur fils ou de leur père, gagnent en intensité surtout à partir de Claude et triomphent sous Néron : Agrippine, en tant que mère, et Poppée, en tant qu’épouse, sont les matrones les plus célébrées par les monnaies. Par ailleurs, ces femmes ont été assimilées à des divinités, soit qu’elles aient reçu les attributs des grandes déesses, soit qu’elles aient été gratifiées du surnom de Thea ou Diua. Ces deux pratiques n’ont pas le même sens : le premier, plus anodin, permet de donner un sens au pouvoir romain, tandis que le second, plus original, exprime la révérence pour le lointain pouvoir impérial et rend compte de la tendance progressive à la divinisation des parents du prince. Cela traduit une vision monarchique du pouvoir impérial, plus libre que ne sauraient l’exprimer les textes officiels, mais qui va de pair avec les hommages épigraphiques et statuaires. Toutefois, il ne s’agit pas ici d’évoquer le pouvoir des femmes mais de rendre compte d’une autorité dont ces femmes sont un reflet.

Texte intégral

1Dès l’instauration du denier pendant la Seconde Guerre punique (vers 212-211 av. J.-C.), les Romains ont apposé au droit de leurs monnaies des portraits féminins comme celui de Roma puis de Vénus, Diane et Junon, marquant ainsi l’identité de leur monnayage (fig. 1). Cependant, ces représentations idéalisées reprenaient les traits impersonnels de statues cultuelles et correspondaient à l’expression collective du panthéon civique. À peine pouvait-on deviner, dans le choix effectué par le magistrat responsable des frappes, une prédilection familiale ou individuelle pour la divinité : les Cassii pour Vesta, les Caesares pour Vénus. Mais cela ne devait pas durer.

  • 1 Ce sont les marques de la propagande gentilice ou de l’autoreprésentation aristocratique (Zanker, 1 (...)
  • 2 RRC, no 480/2.
  • 3 Cette décision (DC, 44.4.4) est discutée par Suspène, 2008, qui souligne cependant que le tout prem (...)

2En effet, reflétant les évolutions de l’État romain, la monnaie fut utilisée bien vite comme instrument de propagande privilégié. Des statues d’ancêtres figurèrent ainsi, soit au droit, soit au revers de certains exemplaires1. Un pas fut franchi ici dans la personnalisation de l’autorité car on n’utilisait plus des abstractions mais des personnes réelles, quoique défuntes, pour légitimer ses ambitions politiques. C’est César qui franchit l’ultime Rubicon en tolérant de son vivant son effigie au droit des monnaies (fig. 2)2. Pour autant, cela restait dans le cadre républicain : un sénatus-consulte a vraisemblablement autorisé cette innovation qui ne fut, du reste, jamais reprochée à César3.

  • 4 L’effigie des triumvirs figura sur de nombreuses monnaies, par exemple l’émission qui croise leurs (...)
  • 5 RRC, no 489.
  • 6 Les différents media de représentations des princesses, et ce que l’on peut en déduire sur leur pla (...)

3À la mort du dictateur, les dirigeants romains, qu’ils fussent républicains ou césariens, adoptèrent tous le portrait au droit des monnaies émises en leur nom (fig. 3)4. La banalisation de la représentation des contemporains alla donc très vite. Aussi ne devrait-on pas s’étonner de voir apparaître, dès 43, le premier portrait monétaire féminin : celui de Fulvie, épouse de Marc-Antoine (fig. 4)5. Cependant, le fait de prendre pour modèle des citoyennes ne relève pas du même ressort et pose un autre problème. Les hommes représentés étaient tous des magistrats revêtus d’un pouvoir légal. Or les femmes n’avaient pas de place officielle dans la République. Que faisaient-elles donc sur les monnaies ? Quelle transformation du pouvoir cela traduisait-il6 ?

  • 7 F. Rebuffat (1992, p. 144) souligne qu’entre 31 et 138, l’ouverture des ateliers d’Asie Mineure dem (...)

4Au préalable, il convient de remarquer que la représentation des femmes n’eut pas la même importance dans le monnayage émis par Rome et dans celui destiné à la circulation provinciale. Ce dernier, qui correspondait à des dénominations locales (cistophores, drachmes, tresses, etc.), était principalement en bronze, l’argent étant exceptionnel. Ce monnayage dépendait exclusivement de la volonté des Romains, et l’ouverture de l’atelier pouvait servir d’indice de l’intérêt et de la bienveillance des autorités envers la cité7. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer les effigies des Romaines.

5À ce jour, nous avons limité notre enquête à l’apparition de ce phénomène – l’époque des guerres civiles et de la première dynastie impériale – pour en comprendre les circonstances et la signification originelle. Nous analyserons ici ses traits caractéristiques, puis nous les comparerons au monnayage d’État contemporain ainsi qu’aux habitudes antérieures des cités et des monarchies hellénistiques. Pour terminer, nous esquisserons une explication de ce phénomène et l’évolution de celui-ci.

UNE PLACE GRANDISSANTE DANS L’ICONOGRAPHIE MONÉTAIRE

  • 8 RPC I, no 512-513, 3139-3140 et 4506 (Fulvie), no 1453-1456 et suiv. (Octavie).
  • 9 RPC I, no 1105 et suiv. (Livie), no 2359, 5415, 5434 et 5437 (Julia Caesaris).
  • 10 RPC I, no 38 et suiv.

6Comme le montre le diagramme 1, le monnayage provincial romain révèle, dans la représentation féminine, des différences notables avec les autres traditions monétaires. Dix-sept femmes ont été figurées. Deux sont attestées pendant la guerre civile, Fulvie et Octavie, épouses successives de Marc-Antoine8, deux autres sous le Principat d’Auguste, Livie et la fille du prince, Julia, avant sa relégation en 2 av. J.-C.9. À l’époque de Tibère, Livie a le privilège d’une nouvelle représentation en tant que mère du prince et souvent, mais pas toujours, sous son nouveau nom de Julia Augusta10.

  • 11 RPC I, no 380 et suiv. (Agrippine l’Ancienne), no 1176-1177 et 1573-1575 (Antonia), no 2012 et suiv (...)
  • 12 RPC I, no 1001-1002 et suiv. (Valeria Messalina), no 1017 et suiv. (Agrippine la Jeune), no 1033 et (...)
  • 13 RPC I, no 972-973 et suiv.
  • 14 RPC I, no 1005-1006 et suiv. (Octavie), no 1756 et suiv. (Poppaea Sabina), no 2061, 2543-2545, 2631 (...)

7Paradoxalement, c’est sous le court Principat de Caligula que l’on peut recenser le plus de princesses impériales : sa mère Agrippine l’Ancienne, sa grand-mère Antonia, ses sœurs les Juliae Drusilla, Livilla, Agrippine la Jeune, son épouse Caesonia Milonia ainsi que leur fille Julia Livilla la Jeune11. Sous Claude, la tendance se poursuit : ses épouses, Valeria Messalina puis Julia Agrippina la Jeune, de même que ses filles, les Claudiae Antonia et Octavie, figurent sur des monnaies12. Sous le Principat de Néron, sa mère est bien sûr honorée, troisième avatar monétaire d’Agrippine qui partage avec Livie le privilège d’avoir traversé plusieurs Principats13, mais aussi les épouses successives de l’empereur, Octavie, Poppaea Sabina, Statilia Messalina, et enfin sa fille, la petite Claudia Augusta, qui ne vécut pourtant qu’un an14.

8Selon les émissions, ascendances, successions, couples impériaux se succèdent sur les monnaies, rien qui doive étonner quand on connaît les thématiques des monnayages royaux. Mais, précisément, le Principat évite d’apparaître trop clairement comme une monarchie dans sa présentation officielle. Il faut croire que les provinciaux et les autorités romaines qui tolèrent ces émissions n’ont pas les mêmes scrupules.

9Cependant, comme le montre le diagramme 1 ci-dessous, il nous faut affiner ce premier résultat : toutes les femmes n’ont pas le même rayonnement. Ne sont gratifiées que d’une émission Caesonia Milonia et sa fille, Claudia Augusta, fille de Néron et de Poppée ; Fulvie n’apparaît que dans trois ateliers. Octavie n’est attestée que dans quatre établissements mais présente vingt séries différentes. Toutefois, ces deux dernières femmes doivent être considérées à part ; Statilia Messalina n’apparaît que dans trois ateliers ; les sœurs de Caligula sont toujours associées à d’autres membres de leur famille, et individuellement leur représentation monétaire est plus rare : Livilla n’a de pièces à son seul nom que dans une cité, Mytilène, et Drusilla a un monnayage autonome dans deux cités, Milet et Smyrne. De son côté, Agrippine n’a pas droit à un traitement individuel.

10À l’inverse de ces présences sporadiques ou discrètes, quatre femmes peuvent se targuer d’une longévité monétaire remarquable : Livie, Antonia, Agrippine la Jeune et Octavie la Jeune. Comme le montre le diagramme 1 :

  • Livie, en tant qu’épouse d’Auguste, apparaît dans 59 séries, peut-être 71, pour 23 ateliers, peut-être 25, puis comme mère du prince dans 124 séries, peut-être 131, pour 50 ateliers, voire 53, puis comme première Augusta divinisée dans trois séries pour trois ateliers ;

  • Antonia, comme grand-mère de Caligula, est attestée dans cinq séries, peut-être sept, pour trois ateliers, puis comme mère de Claude et Augusta ( ?) dans vingt séries pour six ateliers ;

  • Agrippine la Jeune, en tant que sœur de Caligula, paraît dans quatre séries, peut-être cinq, pour quatre ateliers, puis comme femme de Claude dans 40 séries, peut-être 41, pour 25 ateliers, enfin comme mère de Néron dans 83 séries pour 41 ateliers ;

  • Octavie la Jeune, d’abord comme fille de Claude, est attestée dans sept séries pour six ateliers, associée à Claudia Antonia et à Britannicus, puis comme épouse de Néron dans 25 séries pour huit ateliers.

11Les représentations provinciales des filles et sœurs des princes sont moins fréquentes et moins amples que celle de leurs épouses, mais le thème dominant paraît être celui de la mère.

Diagramme 1 : représentativité des femmes en valeur absolue (nombre d’ateliers, nombre de séries).

12Cependant, de telles observations doivent être pondérées en fonction de la durée de leur existence et, surtout, en rapport avec le nombre d’années pendant lesquelles elles ont partagé la vie d’un prince (comme épouse ou comme mère). Ainsi que le montre le diagramme 2 ci-dessous, Livie a été l’épouse de César Auguste pendant 52 ans et la mère du prince pendant 15 ans. Le nombre des séries et des ateliers s’explique par cette pérennité. Pour donner la mesure de ces différences, calculons, chiffre absurde mais parlant, le nombre de séries à l’année : pour Livie 1,13 type du vivant d’Auguste et 8,26 en tant que mère de Tibère ; pour Agrippine, 6,66 types comme épouse de Claude et 13,66 en tant que mère du prince. Poppée, avec l’indice 7,33, est l’épouse proportionnellement la plus célébrée, d’autant que le nombre d’ateliers qui l’ont prise comme modèle est supérieur (en proportion) à ceux des autres épouses : 5,6 par an contre 4,16 pour Agrippine la Jeune en tant qu’épouse, moins d’une série par an pour Octavie. Avec l’indice 4,66, Statilia Messalina obtient un résultat des plus honorables.

Diagramme 2 : représentativité des princesses en tant qu’épouses et/ou en tant que mères et aïeules des princes.

13Donc, la représentation féminine croît avec le temps. En effet, en pondérant les attestations par la chronologie, nous constatons que le nombre des femmes mentionnées par règne connaît un virage décisif sous Caligula. Sous Auguste et sous Tibère, en 65 années, seules deux femmes ont été représentées. Sous Caligula, en moins de quatre ans, le chiffre s’élève à sept, tendance qui se maintient sous les deux Principats suivants avec six femmes dans les deux cas. Cependant, en regardant les indices de fréquence, les sept femmes de l’époque de Caligula ont été proportionnellement moins présentes que les six du temps de Claude et de Néron. Agrippine la Jeune, en tant que mère de Néron, a été beaucoup plus célébrée qu’Agrippine l’Ancienne par Caligula et plus que Livie par Tibère. En outre, les épouses de Claude et de Néron ont été conjointement beaucoup plus représentées que les épouses précédentes, Livie comme femme d’Auguste et Caesonia Milonia comme femme de Caligula.

*

14Qu’en est-il maintenant de la répartition géographique des ateliers concernés ? L’Orient, avec 102 ateliers, l’emporte sans mesure sur l’Occident qui n’en compte que 18 (voir tableau 1). Cette disproportion est attendue et la disparition des ateliers occidentaux à partir de Claude correspond à la loi générale. Il n’en reste pas moins que les femmes apparaissent beaucoup moins en Occident qu’elles ne pourraient le faire : sur 33 ateliers hispaniques qui ont frappé sous les Julio-Claudiens, 7 seulement ont consacré des émissions aux femmes, 7 sur 21 en Afrique, 1 sur 12 en Sicile, 13 sur 31 dans les Balkans. Au total, Occident et Orient confondus, 339 ateliers ont frappé et 120 seulement pour les femmes, soit 35,39 %. De fait, la proportion des monnaies consacrées aux femmes est largement inférieure à celle des pièces dédiées à leurs parents masculins. Plus encore, si l’on faisait le calcul sur les types au lieu des ateliers, la disproportion serait écrasante. La présence monétaire des femmes reste donc un phénomène globalement mineur.

*

  • 15 Sur l’atelier provincial romain d’Alexandrie, voir, par exemple, dans une abondante bibliographie, (...)

15Reste à déterminer quels ateliers ont frappé le plus ces monnaies féminines. Comme le montre le tableau 1, un établissement se détache dès le premier regard : Alexandrie d’Égypte. Mais ce constat doit être aussitôt tempéré car l’atelier est atypique : ses monnaies ne circulent pas aux mêmes conditions que les autres monnayages provinciaux et il constitue, jusqu’à la réforme de Dioclétien, le plus gros producteur de devises provinciales15. Donc, proportionnellement, le monnayage des femmes n’y est pas plus représenté qu’ailleurs. Le reste de l’échantillon révèle une profonde disparité d’une région à l’autre. Si l’Asie Mineure domine largement en nombre d’ateliers, les établissements frappant le plus de séries par rapport à leur date d’ouverture sont ceux d’Occident et de Macédoine-Achaïe. Si l’on prend l’Asie Mineure, à part Éphèse qui offre le plus large éventail avec 42 séries (réparties sur près de cent ans), nous trouvons Césarée de Cappadoce avec 15 séries et Smyrne avec 11. Tous les autres ateliers restent en dessous de 10, la majorité en dessous de 5. Cela veut dire que la multiplication des lieux de frappe ne va pas de pair avec le numéraire en circulation. Les émissions de l’Occident sont regroupées et massives, produisant d’un coup un grand nombre de pièces, alors que les ateliers orientaux frappent ces monnaies en nombre plus restreint et de façon sporadique. Cela n’a pas le même impact. Il est certain que la diffusion massive et groupée attire l’attention sur l’iconographie mise en œuvre, surtout si elle est originale (et c’est parfois le cas) au contraire des émissions dispersées.

16Un dernier paramètre doit encore être pris en compte : celui du nombre de femmes attestées par atelier. En Occident, les établissements ne représentent qu’une femme ou deux, ce qui s’explique parce qu’en majorité ces derniers ne frappent pas au-delà du Principat de Tibère : ils ont produit largement en l’honneur de sa mère, mais ils n’ont pas de monnayage par la suite à l’exception des pièces d’Ercavica et de Caesaraugusta sous Caligula.

  • 16 Sur ce phénomène en général, voir Ando, 2000.

17En Orient, le paysage numismatique est plus compliqué. Alexandrie d’Égypte domine largement l’échantillon avec le record des femmes représentées : 10 sur 17. Trois autres dépassent les 5 : Smyrne, Corinthe et Thessalonique. En gros, sont surtout représentées : Livie, épouse ou mère, et les femmes de l’entourage de Néron. La vue d’ensemble est donc trompeuse : le monnayage est sporadique. Dans certains cas, on peut envisager des frappes de circonstances, par exemple quand Livie reçoit le titre d’Augusta et, plus tard, lors de sa divinisation. On peut songer également au passage de l’empereur dans la cité émettrice, comme par exemple Néron à Corinthe en 67. L’attachement au prince et à sa famille est plus accentué dans les colonies telles que Apamée, Corinthe et bien sûr celles de l’Occident16. De même, chez les amis et alliés du peuple romain, l’importance des femmes de la famille impériale se révèle et s’explique, notamment en Judée et en Thrace, par les liens d’éducation et de familiarité tissés entre les dynastes et la famille d’Auguste durant leur enfance auprès de Livie ou d’Antonia, aux côtés de Claude ou de Germanicus. En exaltant ce lien, les intéressés reconnaissent, aux yeux de l’autorité romaine comme de leurs sujets, le caractère en partie romain et impérial de leur légitimité.

18Pour terminer, une différence importante doit être relevée : sous le règne d’Auguste, les établissements ayant célébré Livie sont tous situés dans la partie orientale de l’Empire, particulièrement en Asie. Or Livie n’a été représentée en Occident que comme mère de Tibère ou fille adoptive d’Auguste par testament. À notre avis, cela révèle une différence fondamentale. Pour les Occidentaux, on ne peut donner de place officielle à l’épouse du dirigeant, mais celle-ci apparaît en tant que vecteur de légitimité ou promesse de succession. En Orient, il n’y a pas de difficulté à prendre en compte la part féminine du couple impérial.

LA SYNTAXE ICONOGRAPHIQUE DES MONNAIES

19Toutes les représentations monétaires des femmes n’ont pas le même statut ni la même signification. Leur place au droit ou au revers, comme portraits ou comme allégories, ainsi que le contexte de la frappe nous obligent à établir des distinctions.

  • 17 RRC, no 489, et RPC I, no 512-513 et 3139-3140 (Fulvie ailée) ; RRC, no 489 (Fulvie avec M. Antoniu (...)
  • 18 Dans RRC, no 527 (aureus), son portrait est au revers de celui de son époux (RPC I, no 1454). Dans (...)
  • 19 Se fondant sur l’importance relative des frappes de Fulvie et d’Octavie, D. Kleiner, 1992, avait so (...)
  • 20 Ainsi M. Horster, 2013, en étudiant plus généralement les monnaies représentant les membres de la f (...)

20La première femme figurée sur des monnaies, Fulvie, soit prête ses traits à la victoire, soit se trouve au revers en association (fig. 4)17. De son côté, Octavie reçoit l’honneur d’une représentation en tant que telle, ainsi en Achaïe, en Asie, à Éphèse et en Syrie. Mais elle est toujours associée à son mari ou à son frère, soit par un portrait gemellé (fig. 5)18, soit au revers d’une pièce à leur effigie, et combinée avec des symboles d’union politique19, ce qui est normal : elle cimente la réconciliation de deux des triumvirs. Ces exemples révèlent que l’effigie n’est pas une fin en soi20. La façon dont elle est placée et reliée à une symbolique nous montre bien la place qui est dévolue à la princesse. Nous n’entrerons pas ici dans le détail des représentations mais nous tracerons les grands traits du phénomène.

  • 21 À Thessalonique (RPC I, no 1563), Livie est dite thea à une date haute (20 av. J.-C., mais la datat (...)
  • 22 Mikocki, 1995, p. 6-7. Le troisième élément est le culte commun mais, pour l’époque julio-claudienn (...)

21Comme le montre le tableau 2, la princesse est le plus souvent au droit sous la forme d’un buste ou d’une simple tête (89 cas), ensuite en portrait au revers (un homme de la famille impériale occupant en général le droit). Son portrait (ou sa représentation en pied) est directement associé à celui du prince dans 45 cas au droit, 31 au revers. Les liens des princesses avec le monde divin doivent être examinés ici avec attention. Ceux-ci apparaissent dans la documentation numismatique sous deux des trois aspects qu’a définis Tomasz Mikocki : tout d’abord la déification, c’est-à-dire le fait de considérer la personne humaine comme une divinité (le portrait auquel s’ajoute la légende thea se trouve dans 7 cas au droit et 9 au revers)21 ; ensuite l’assimilation, à savoir le fait de prêter à une femme l’apparence ou le caractère d’une divinité (la représentation de l’impératrice avec les attributs d’une déesse est plus fréquente : 7 cas au droit et 14 au revers)22. D’autres types de représentation sont plus difficiles à classer. La princesse peut être trônant : 2 fois au droit, 26 au revers. Les images debout sont exceptionnelles : jamais au droit et 3 cas au revers. L’assimilation de ces schémas iconographiques à une divinité reste toutefois hypothétique. Enfin, un dernier mode de figuration est rarement attesté (4 au droit, 4 au revers) : la mention épigraphique du nom sans association à la silhouette ou au portrait. Cette dernière forme a été adoptée dans un contexte très particulier, soit par une association complexe, pour le cas d’Agrippine l’Ancienne, ajoutée au portrait de trois de ses filles, soit, comme Livie en Judée, dans la droite ligne d’une tradition d’aniconisme.

  • 23 L’impératrice, identifiée par le nom λειβια, serait représentée sous les traits de la déesse (plutô (...)

22Pour en revenir à la représentation de ces femmes sous l’aspect de divinités, nous pouvons relever que la documentation numismatique se conforme globalement aux associations connues sur d’autres supports, textes, statuaire et glyptique. Nous trouvons donc les impératrices reliées à presque toutes les divinités majeures : Salus/Hygie, Cybèle, Vénus/Aphrodite, Fortuna/Tychè, Hécate, Luna/Séléné, Diane/Artémis, avec une prédilection marquée en premier pour Cérès/Déméter et Perséphone/Kôrè, constituent les assimilations les plus fréquentes. Viennent immédiatement après celles à Junon/Héra, parfois confondue avec Vesta/Hestia. Les autres divinités ne sont utilisées qu’avec une fréquence bien moindre. De façon singulière, Vénus/Aphrodite apparaît relativement peu dans les monnayages, alors que, sous Auguste au moins, le thème de l’ascendance vénusienne des Césars est bien attesté et illustré par l’épigraphie. Enfin, des assimilations ponctuelles peuvent être relevées avec Luna/Séléné et, à Tralles, avec Hécate23. Dans ce dernier atelier, les impératrices revêtent tout simplement les attributs de la divinité locale et sont donc assimilées à une tradition transcendant les fluctuations du pouvoir.

  • 24 Mikocki, 1995, p. 127.
  • 25 L’image de Livie évolue à partir de 14, en lien avec son implication dans le culte du divin Auguste (...)
  • 26 RIC I, p. 97, no 43 (Pietas), p. 97, no 46 (Justitia) ; RPC I, no 1506 (Dium), no 1155-1156 et 1160 (...)

23Outre les divinités, les princesses sont identifiées également à des abstractions divinisées, telles Concordia, Pax, Pietas, Constantia, Securitas, Justitia, Victoria/Nikè. Mais, à la différence des associations divines précédentes, des divergences existent entre les représentations monétaires et les autres types de supports. Ainsi, certaines assimilations sont-elles principalement ou exclusivement monétaires. C’est le cas de Justitia dont les identifications statuaires restent hypothétiques24, et de Pietas, absente de tous les autres supports à l’exception de la ronde-bosse où l’identification peut néanmoins être controversée en raison d’une confusion possible avec le rôle de prêtresse du culte d’Auguste25. Pietas est d’ailleurs une thématique originale puisqu’elle résulte d’une impulsion de Rome en 22/23 apr. J.-C., de même que Justitia, et fut reprise par le monnayage provincial principalement colonial : Dium, Corinthe, Caesaraugusta26.

24Il est certain que ces figurations par assimilation s’expliquent par de très nombreux paramètres mêlant les impulsions romaines et les traditions locales. Ce sujet nécessiterait un ample développement ; aussi nous contenterons-nous de quelques traits généraux. Les associations pointent vers une image de prospérité, de fécondité, d’autorité matronale, ce qui n’a rien de très surprenant pour le rôle dévolu aux épouses et aux mères des princes dans le discours du pouvoir. En outre, deux des vertus impériales sont illustrées par les impératrices à partir de Tibère : la Justitia et la Pietas. Les deux valeurs qui ne sont pas retenues sont la Clementia, pourtant associée à Livie par la tradition littéraire, et la Virtus, fondamentalement incompatible avec la féminité. Il faut aussi souligner l’assimilation des trois sœurs de Caligula aux valeurs de Fortuna, Concordia et Securitas, puis celle des épouses de Néron avec cette même notion de Securitas, qui apparaît originale. Enfin, il nous faut nuancer ce tableau très général des assimilations par un examen des dates et des contextes d’apparition de la thématique dans les séries monétaires. Sous le triumvirat et Auguste, le répertoire reste limité à Victoria/Nikè, Cérès/Déméter et Junon/Héra. Il s’élargit en revanche sous Tibère, comme nous l’avons vu, à de nouvelles divinités et à des abstractions divinisées. Le mouvement s’amplifie sous Caligula alors que, sous Claude et Néron, on ne constate plus d’innovations mais l’usage des créations précédentes, à l’exception de quelques-unes jugées peut-être circonstancielles ou trop marquées.

L’ORIGINALITÉ DES ÉMISSIONS PROVINCIALES

  • 27 RIC I, p. 72, no 404-405 (au revers, tête de Julie à droite entre celles de Caius et Lucius).
  • 28 RIC I, p. 51 et suiv. (à Nemausus).
  • 29 RPC I, no 1149-1150 : Livie voilée trônant à droite (une patère dans la main droite, un long sceptr (...)
  • 30 RPC I, no 1153-1154 et 1159 (buste nu à droite ou à gauche).
  • 31 RIC I, p. 97, no 50.
  • 32 RIC I, p. 128, no 101 (Auguste divinisé au droit ; au revers Livie [diva avgvsta] trônant à gauche, (...)
  • 33 RIC I, p. 240, no 142-143, p. 242, no 184-189, p. 243, no 223-224 (au revers Livie drapée, debout d (...)

25Le monnayage officiel de l’État romain ne reflète pas exactement l’évolution des monnaies provinciales et n’offre pas la même richesse thématique. Passée la période triumvirale, la seule femme gratifiée d’un monnayage sous Auguste est sa fille Julie, mais en composition avec ses fils pour montrer qu’elle constitue le lien dynastique entre l’empereur et les petits-fils qu’il a adoptés et progressivement associés au pouvoir27, alors que son mari, Agrippa, figure comme co-régent sur plusieurs monnaies du prince28. Livie ne paraît que sur les monnaies de son fils et seulement en tant que Julia Augusta, donc liée au culte du Divus Augustus. Elle est reconnue généralement sous les traits de Pax, au revers de quelques monnaies tibériennes copiées dans la colonie de Corinthe29, et est aussi la Salus Augusta30. La seule monnaie qui lui soit ouvertement dédiée ne la représente pas mais montre un carpentum, avec la légende « spqr ivlae avgvst », allusion au droit des vestales qui lui est conféré en 23 (fig. 6)31. Mais il faut attendre Claude pour que sa divinisation soit effective. C’est comme Augusta divinisée qu’elle apparaît sur un dupondius de Claude32. Cependant, elle n’est pas le sujet de la monnaie : elle est au revers d’une pièce en fait consacrée d’abord à Auguste divinisé, dont elle apparaît seulement comme la parèdre. Plus tard, elle figure sur une monnaie de Galba qui voulait rappeler que, tout enfant, il avait été remarqué et protégé par l’Augusta, ce qui est là encore une forme d’investiture augustéenne indirecte33.

  • 34 RIC I, p. 108, no 7-8, p. 109, no 13-14 et 21-22, p. 110, no 30 (tête d’Agrippine au revers).
  • 35 Suet., Cal., 15.1-2.
  • 36 Tac., ann., 6.2-5, car cela correspondait à l’anniversaire de la découverte du complot de Séjan. Pa (...)
  • 37 RIC I, p. 110, no 33, p. 111, no 41.
  • 38 Suet., Cal., 15.4.
  • 39 RIC I, p. 124, no 65-66 (Agrippine au droit et Agrippine Constantia [constantiate avgvsti] au rever (...)
  • 40 RIC I, p. 126, no 80-81 (Claude et Agrippine) ; RIC I, p. 125, no 75 (Agrippine et Néron).

26Tout change sous Caligula, comme pour le monnayage provincial romain, mais pas dans les mêmes proportions. Sur le monnayage officiel, Agrippine l’Ancienne apparaît constamment, en particulier sur des pièces de haute valeur, les aurei (fig. 7)34. Elle exalte d’une part le lien dynastique direct avec les Julii, d’autre part la pietas du prince qui a fait revenir les restes de sa mère et de ses frères victimes de la persécution de Tibère35. Cela apparaissait également pour cet empereur comme un moyen d’afficher sa différence avec la politique de son prédécesseur, qui avait considéré comme heureux le jour de la mort d’Agrippine36. En outre, Caligula représente ses trois sœurs au revers d’une monnaie où elles sont gravées comme des allégories, Securitas, Concordia, Fortuna, type qui a inspiré, nous l’avons vu, plusieurs ateliers orientaux (fig. 8)37. Cependant, on ne retrouve de monnaie, ni de ses épouses, ni de sa grand-mère Antonia que pourtant il avait fait élever au rang d’Augusta38. Pour cette dernière, il faut attendre le règne de Claude. À ce moment, elle a droit à deux séries de monnaies, l’une avec un revers exprimant la Constantia, l’autre rappelant son rôle comme prêtresse du culte impérial où elle prit la succession de Livie39. Les premières épouses et les filles de Claude n’ont pas droit au monnayage impérial. Il en va autrement d’Agrippine qui apparaît à partir de 50 sur les monnaies impériales, soit au revers de son époux, coiffée d’épis, soit au droit, avec son fils au revers (fig. 9 et 10)40. Celui-ci porte le titre de Princeps Iuventutis, indice de son choix comme successeur par Claude. Sous le Principat de Néron, Agrippine paraît à ses côtés comme co-célébrante de l’apothéose de Claude, premier à recevoir cet honneur depuis Auguste. Mais sa personne s’efface du monnayage officiel dès les années suivantes.

  • 41 La transmission de la légitimité par les femmes dans la domus Augusta, anomalie apparente dans le s (...)
  • 42 Le serment qu’il demande de prêter à ses sœurs autant qu’à lui-même est compté par Suétone comme un (...)

27Le rôle des princesses de la famille impériale apparaît donc comme très mineur sur les monnaies officielles. Elles y sont associées à deux thèmes : la succession impériale, où elles sont des vectrices de légitimité pour reprendre les analyses de Mireille Corbier41 ; le culte des empereurs défunts dont elles sont les célébrantes. Elles semblent plutôt valorisées en tant que mères et surtout défuntes. Le rôle des sœurs de Caligula n’en paraît que plus singulier. L’empereur a d’ailleurs été vivement attaqué sur le rôle qu’il a donné à ses sœurs et a été accusé de pratiquer l’inceste42. Se pose alors une question : puisque l’impulsion ne vient pas du monnayage officiel romain, n’aurions-nous pas ici le fruit d’une tradition locale et orientale qui aurait donné aux populations l’habitude de voir des reines des dynasties hellénistiques sur les monnaies ?

  • 43 BMC,Ionia, p. 55-56, no 71-74 ;SNG Copenhagen,Ionia, no 258-259 ;SNG von Aulock,no 1840 ;SNG Kayhan (...)
  • 44 Voir, par exemple,SNG München,Sikelia, no 1350 et suiv.,SNG Leipzig,.no 479-480

28Bien que nous soyons dans un système monarchique, le monnayage hellénistique ne montre pas beaucoup de portraits féminins. Les reines sont l’exception plutôt que la règle. En effet, pour ce qui est du monnayage civique, seule Éphèse, vers 280 av. J.-C., a mis au droit de ses monnaies d’argent et de bronze le portrait d’Arsinoè II, fille de Ptolémée I et épouse de Lysimaquealors maître de cette cité (fig. 11)43. Encore faut-il noter que le buste féminin voilé qui la représente apparaît plutôt comme unefigure conventionnelle que comme un portrait. C’est l’épigraphie qui permet l’identification. Hors d’Asie, c’est à Syracuse que l’on trouve, au droit des monnaies de Hiéron, le visage voilé de son épouse Philistis (fig. 12)44.

  • 45 SNG Copenhagen,.no 132-133
  • 46 Voir, par exemple,SNG Copenhagen,.no 134-135 (double corne d’abondance au revers), no 139-140 (aigl (...)
  • 47 Voir, par exemple,SNG Copenhagen,no 169 et 460 (Bérénice II), no 419-421 (Cléopâtre VII) ;BMC,The P (...)
  • 48 Cléopâtre I sous Ptolémée VI (Noeske, 2000, no 195-199)
  • 49 Seleucid Coins.II, no 1684 et 1686-1689.
  • 50 Pour Alexandre I Balas et Cléopâtre Théa, voir Seleucid Coins II, no 1841. Pour Antiochos VIII et C (...)

29Les femmes sont plus fréquentes dans les monnayages royaux. Chez les Ptolémées, Arsinoè II et Bérénice I figurent à côté de leurs maris respectifs sur les deux côtés de pièces d’or émises sous le règne de Ptolémée II (fig. 13)45. Arsinoè II peut aussi paraître seule avec, au revers, une double corne d’abondance ou un aigle (fig. 14)46. Ce type de représentation se retrouve pour d’autres reines lagides : Bérénice II, Cléopâtre III et Cléopâtre VII47. Parfois, le portrait au droit est remplacé par le nom de la reine, comme pour Cléopâtre I48. Dans la dynastie séleucide, peu de femmes ont droit à des monnaies, à l’image de Laodice, épouse de Démétrios I, sur des bronzes de Séleucie du Tigre avec, au revers, Tychè ou Nikè49. Alexandre I Balas et Cléopâtre Théa sont associés au droit de leurs monnaies, de mêmequ’Antiochos VIII et Cléopâtre Théa, sa mère, sur des pièces de Séleucie de Piérie (fig. 15)50.

  • 51 Voir, par exemple, Calciati II, no 330.
  • 52 Voir l’exemple de Nysa, mère d’Ariarathès VI de Cappadoce à la fin du iie siècle av. J.-C. (Head, 1 (...)

30Parmi les autres maisons royales de l’époque hellénistique, nous ne connaissons pas les portraits monétaires des reines antigonides ou attalides. Seule Phtia, mère de Pyrrhus d’Épire, paraît sur un monnayage syracusain frappé à l’occasion des aventures militaires de son fils (fig. 16)51. C’est dans la région pontique que l’on a le plus d’attestations de reines avec Laodice, épouse de Mithridate IV du Pont (fig. 17), Nysa, mère d’Ariarathès VI de Cappadoce, ou bien encore les princesses des royaumes de Bithynie et de Paphlagonie52.

31Ce n’est donc pas une tradition civique qui explique la floraison des représentations des dames romaines. Certes, on trouve des points communs entre les monnayages royaux hellénistiques et le monnayage provincial romain : les représentations du couple souverain associé à des couples divins, la prédominance de l’image de la mère du roi, les rapports privilégiés entre la reine et Héra/Junon, la relation avec l’idée d’abondance et de prospérité. Mais cela reste marginal. On ne saurait donc établir de lien de filiation directe entre les monnayages royaux et le monnayage impérial/provincial. Il faut chercher ailleurs les origines et la signification de la représentation des princesses julio-claudiennes.

SIGNIFICATIONS DE CES PORTRAITS

32De toute évidence, à l’exception des monnaies de Tibère associant Livie à Pietas et Justitia, et des bronzes des sœurs de Caligula, l’initiative ne vient pas du monnayage officiel de Rome qui paraît en retard sur les ateliers provinciaux. De surcroît, ces derniers utilisent des titres refusés à Rome. Ainsi, celui de Mater Patria proposé à Julia Augusta avait été rejeté par Tibère mais figure sur des monnaies coloniales ; la divinité des princesses impériales est affirmée cinquante ans avant l’établissement d’un culte officiel. C’est l’indice d’ailleurs que la décision politique relaie un mouvement venu de la base et non l’inverse, comme le montre aussi l’épigraphie provinciale qui déborde parfois des titres officiels entérinés par la chancellerie et le Sénat. Cependant, comment les provinciaux, qui n’avaient pas de modèles monétaires romains, pouvaient-ils reproduire les traits de la princesse, car il n’est pas question ici de figures conventionnelles ?

  • 53 L’organisation de l’espace des forums au ier siècle et leur décoration par des groupes statuaires r (...)
  • 54 Balty & Cazes, 1995, p. 121-124. La statue d’Auguste d’un type triumviral a été réutilisée entre 17 (...)
  • 55 Ainsi à Emerita (RPC I, no 38-40), Romula, Carthago Nova (no 185-186), Tarraco (no 233), Caesara Au (...)
  • 56 Corinthe (RPC I, no 1149-1150, 1153-1156, 1159-1161, 1174-1177, 1183-1184, 1190-1191, 1193-1194, 11 (...)

33Les visages ressemblent aux statues que nous possédons par ailleurs (fig. 18 et 19). Précisément, ce sont les statues qui représentaient l’empereur et les principaux membres de sa famille qui ont dû servir de modèles. Nous savons en effet que, dès le début du Principat, et même à la fin de l’époque triumvirale, les colonies de vétérans décoraient leurs forums des images de la famille du prince53. Les portraits de Béziers, sans cesse renouvelés, montrent qu’à chaque changement dynastique un lot de statues correspondant parvenait aux provinciaux54. En Occident, les princesses impériales n’apparaissent que sur des monnayages coloniaux55. Il est vrai que le privilège monétaire leur est pour ainsi dire réservé. En Orient, les lieux de production sont un peu plus diversifiés, mais on observe que, là aussi, les colonies de vétérans sont un des centres les plus dynamiques de ce type de frappe56. Cela traduit l’attachement personnel que ressentent les colons pour l’empereur et sa famille. Le lien qui les unit est davantage celui du client pour le patron que celui des citoyens à l’égard du prince. La représentation des femmes n’est pas un phénomène isolé et il faut le considérer comme une des adaptations fidèles des initiatives impériales : reproduction du forum d’Auguste ou adoption des styles ornementaux en vogue à Rome.

  • 57 Un exemple de cette « indélicatesse » est donné par Magnésie qui n’hésita pas à attribuer plusieurs (...)
  • 58 Sur l’organisation de la diffusion et son contrôle de plus en plus rigoureux, voir, entre autres, B (...)

34Pour les pérégrins des provinces d’Achaïe, de Macédoine et d’Asie, une autre habitude a préparé les esprits à accueillir les portraits monétaires féminins avec bienveillance. En effet, les provinciaux choisissent fréquemment leurs gouverneurs pour patrons et leur élèvent des statues, ainsi qu’à leurs femmes et éventuellement à leurs fils. Cependant, les statues dédiées aux épouses étaient des stéréotypes, ce que révèlent les palimpsestes de certaines bases ayant servi à plusieurs dames successives au gré des changements de patronage57. Il n’en va plus de même à partir d’Auguste car se développe alors un système de reproduction des portraits officiels qui reprend point par point des images produites à Rome et diffusées par reproductions successives58. Cela traduit une sacralisation de l’apparence du pouvoir dont les traits individuels sont pieusement repris, et cette dévotion pour l’individu d’exception s’étend à celles et ceux qui lui sont proches. Il apparaît comme impie de réutiliser une statue sans ressemblance avec les personnes honorées.

35Cependant, ce constat n’épuise pas la question. En effet, les princesses impériales sont associées dans bien des cas à des revers monétaires complexes. Cette mise en scène suppose que leur apparition ne se limite pas à un simple hommage mais accompagne un message dont ces dames constituent l’élément significatif. Cette question est trop vaste pour être traitée ici de façon exhaustive. Nous nous contenterons de mettre en exergue un exemple que nous jugeons remarquable.

*

  • 59 SNG Tübingen, no 117-118 ; RPC I, no 73.

36Une monnaie tibérienne de Romula, en Bétique, montre au droit le portrait d’Auguste divinisé surmonté d’une étoile. Au revers, Livie est représentée coiffée d’un croissant de lune et au-dessus d’un globe universel (fig. 20)59. La légende nous indique qu’elle est « ivlia avgvsta genetrix orbis », c’est-à-dire qu’elle a donné naissance à l’univers. La formulation est un hapax et cette monnaie nous apparaît comme une illustration originale de thèmes par ailleurs rebattus. En effet, le droit représente très classiquement la divinisation impériale. L’étoile renvoie certes à l’apothéose astrale mais, ainsi dessinée, elle fait davantage penser à Vénus, étoile du matin, attestée déjà du vivant de César sur ses monnaies en discrète allusion à l’ancêtre de la famille et de la patrie. La Vénus de César est genetrix orbis. Au revers de la monnaie de Romula, Livie reçoit sa nouvelle titulature qui la fait entrer par adoption dans la dynastie julienne. Elle participe désormais de la lignée de Vénus. Elle est donc associée à la destinée de la famille dont un plan divin prévoit la domination de l’univers. Elle se confond même avec la déesse : comme elle, elle est genetrix orbis parce qu’elle a engendré l’actuel empereur. Elle est donc un lien de plus entre ce dernier et la famille des Julii. Pour sa part, le croissant de lune renvoie à Séléné-Artémis, complémentaire de son frère Apollon, dieu solaire, protecteur personnel de l’empereur Auguste. Il s’agit donc d’exprimer autrement désormais le lien qui a uni Auguste et Livie, vus maintenant l’un et l’autre comme les deux faces d’un même principe divin. De ce fait, la pièce de Romula est l’un des rares témoignages de la réception du mythe impérial dans les sociétés provinciales. Elle montre l’adhésion au moins des élites coloniales à la mythologie vénusienne et la facilité avec laquelle on place les membres de la domus Augusta au rang des dieux déjà de leur vivant.

CONCLUSION

37Cet exemple nous conduit au constat traditionnel que les femmes, même lorsqu’elles sont représentées en elles-mêmes, ne le sont pas pour elles-mêmes. Il n’en reste pas moins qu’elles jouent un rôle significatif, non pas dans le monnayage central destiné aux Romains de Rome et des légions, mais dans le monnayage des cités et des colonies de l’Empire où elles permettent aux élites provinciales d’aborder des thèmes qui n’ont pas de place dans le discours explicite. Leur agrément pour un pouvoir d’essence monarchique et leur acceptation de la transmission dynastique de la pourpre ne peuvent s’exprimer que par des biais. Le fait que la parentèle de Caligula apparaisse sur les monnaies montre que les sujets de l’Empire ont saisi que la fidélité de l’empereur à son clan était un élément central de sa posture politique, et qu’une étape avait été franchie dans l’évolution de la place du prince. En effet, la manière dont Caligula présente sa famille se distingue des habitudes passées qui mettaient l’accent sur l’ascendance, facteur de légitimité personnelle de l’empereur. Caligula, à l’inverse, figure des parents auxquels le sexe ou la place dans la hiérarchie familiale interdit l’accès à la pourpre. Il met l’accent sur une nouvelle notion : le pouvoir « légitimant » du prince régnant qui, une fois au pouvoir, confère un nouveau statut à ses collatéraux.

38Il est intéressant de constater que ces monnaies relaient le discours sans fard sur l’essence monarchique du Principat et sur la nature plus qu’humaine de la domus Augusta déjà présent dans la glyptique et la toreutique. En effet, la monnaie est un médium plus conservateur, car une pièce mise en circulation ne peut être retirée sans péril économique. Elle doit donc porter des valeurs admissibles par des utilisateurs plus attentifs que nous ne le sommes à la symbolique des pièces. La petite révolution du portrait de femmes vivantes sur les monnaies est donc le signe que les esprits étaient prêts à accepter une autorité de nature nouvelle. Les princesses figurent sur les monnaies car elles sont des vectrices de légitimité en même temps qu’elles offrent un visage paisible et rassurant du pouvoir impérial. En effet, assimilées à Héra, mais surtout à Cérès, Pax, Securitas, le rôle symbolique des femmes consiste à incarner les bienfaits de la Pax Romana.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ando Clifford, 2000, Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley, University of California Press

Babelon Ernest, 1898, Inventaire sommaire de la collection Waddington acquise par l’État en 1897 pour le Département des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale, Paris, Rollin et Feuardent.

Balty Jean-Charles & Cazes Daniel, 1995, Portraits impériaux de Béziers : le groupe statuaire du forum, Toulouse, musée Saint-Raymond.

BMC, The Ptolemies, Kings of Egypt, R. S. Poole, A Catalogue of Greek Coins in the British Museum, Londres, British Museum Press, 1883 (réédition : 1963, Bologne, Forni).

BMC, Ionia, B. V. Head, A Catalogue of Greek Coins in the British Museum, Londres, British Museum Press, 1892 (réédition : 1964, Bologne, Forni).

Burnett Andrew, 2011, « The “Augustan Revolution” seen from the mints of the provinces », JRS, no 101, p. 1-30.

Christiansen Erik, 1991, Coins of Alexandria and the Nomes, Londres, British Museum, coll. « The Research Publications series », no 77.

Cogitore Isabelle, 1992, « Séries de dédicaces italiennes à la dynastie impériale julio-claudienne », MEFRA, vol. 104, no 2, p. 817-870.

Corbier Mireille, 1994, « La maison des Césars », dans P. Bonte (dir.), Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 243-291
—, 1995, « Male power and legitimacy through women : the domus Augusta under the Julio-Claudians », dans R. Hawley & B. Levick (dir.), Women in Antiquity. New Assessments, Londres/New York, Routledge, p. 178-190.

Emmett Keith, 2001, Alexandrian Coins, Lodi (WI), Clio’s Cabinet.

Förschner Gisela, 1987, Die Münzen der römischen Kaiser in Alexandrien. Die Bestände des Münzkabinetts, Francfort-sur-le-Main, Historischen Museums, coll. « Kleine Schriften », no 35.

Gonzales Antonio, 1997, « Les limites d’un territoire en Bithynie romaine », DHA, vol. 23, no 2, p. 248-262.

Hahn Ulrike, 1994, Die Frauen des römischen Kaiserhaus und ihre Ehrungen im griechischen Osten anhand epigraphischer und numismatischer Zeugnisse von Livia bis Sabina, Sarrebruck, Saarbrücker Druckerei und Verlag.

Head Barclay V., 1911, Historia Numorum. A Manuel of Greek Numismatics. New and Enlarged Edition, Oxford, Clarendon Press (réédition : 1963, Londres, Spink).

Horster Mariette, 2013, « Coinage and images of the imperial family : local identity and Roman rule », JRA, no 26, p. 243-261.
I. Magnesia,
O. Kern (Hrsg.), 1900, Die Inschriften von Magnesia am Maeander, Berlin, W. Spemann.
IK,
36.1-Tralleis und Nysa, F. B. Poljakov, Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, Teil 36.1, Die Inschriften von Tralleis und Nysa, Bonn, 1989.

Kajava Mika, 1990, « Roman senatorial women and the Greek East. Epigraphic evidence from the Republican and Augustan period », dans H. Solin & M. Kajava (dir.), Commentationes humanorum litterarum, no 91, Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History (Proceedings of a Colloquium at Tvärminne 2-3 october 1987), p. 59-124.

Kleiner Diana E., 1992, « Politics and Gender in the Pictural Propaganda of Antony and Octavian », EMC, no 36, p. 357-367.

Mikocki Tomasz, 1995, « Sub specie deae » : les impératrices et princesses romaines assimilées à des déesses : étude iconologique, Rome, G. Bretschneider.

Milne Joseph G., 1971 [1927], Catalogue of Alexandrian Coins, Oxford, avec un supplément de C. M. Kraay, Londres, Spink and Son.

Moreau Philippe, 2005, « La domus Augusta et les formations de parentés à Rome », CCG, no 16, p. 7-23.

Noeske Hans-Christoph, 2000, Die Münzen der Ptolemäer, Francfort-sur-le-Main, Historischen Museums.

Rebuffat François, 1992, « La prolifération des ateliers monétaires en Pisidie sous le Haut-Empire », CCG, no 3, p. 141-155.

Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, I. 1, W. H. Waddington, E. Babelon & T. Reinach, 1925 [1904], Pont et Paphlagonie, Paris, E. Leroux, (réédition : 1976, Hildesheim/New York, G. Olms).

RIC I, C. H. V. Sutherland, 1984, The Roman Imperial Coinage, I, From 31 BC to AD 69, Londres, Spink.

Rosso Emmanuelle, 2000, « La série de dédicaces julio-claudiennes de Ruscino, Château-Roussillon (Perpignan, Pyrénées-Orientales) », RAN, no 33 p. 202-214.
—, 2006, L’Image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Archéologie et histoire de l’art ».

RPC I, A. Burnett, M. Amandry & P. P. Ripolles, 1992, Roman Provincial Coinage, I, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC - AD 69), Londres, British Museum Press, Paris, Bibliothèque nationale.

RPC S-I, A. Burnett, M. Amandry & P. P. Ripolles, 1992, Roman Provincial Coinage, Supplement I, Londres, British Museum Press, Paris, Bibliothèque nationale.

RRC, M. H. Crawford, 1974, Roman Republican Coinage, Cambridge, Cambridge University Press.

Seleucid Coins II, A. Houghton, C. Lorber & O. Hoover, 2008, A Comprehensive Catalogue, II, Seleucus IV through Antiochus XIII, New York/Lancaster/Londres, The American numismatic society.

SNG Copenhagen, 1942-1979, Sylloge Nummorum Graecorum, Danmark : The Royal Collection of Coins and Medals of the Danish National Museum, Copenhague, E. Munksgaard, 43 fascicules.

SNG Kayhan, 2002, Sylloge Nummorum Graecorum, Turkey, I, The Muharrem Kayhan Collection, Istanbul, Numismatica Anatolica, Bordeaux, Ausonius éditions.

SNG Leipzig, 1993, Sylloge Nummorum Graecorum, Deutschland : Sammlung der Universitätbibliothek Leipzig, I, Autonome griechischen Münzen, Munich, Hirmer.

SNG München, 1968-…, Sylloge Nummorum Graecorum, Deutschland : Staatliche Münzsammlung München, Munich, Hirmer.

SNG Tübingen, 1981-…, Sylloge Nummorum Graecorum, Deutschland : Münzsammlung der Universität Tübingen, Munich, Hirmer.

SNG von Aulock, 1957-1981, Sylloge Nummorum Graecorum, Deutschland : Sammlung von Aulock, Berlin, Deutsches Archäologisches Institut, 19 fascicules.

Suspène Arnaud, 2008, « Les effigies monétaires romaines et l’apparition du portrait de César. Problèmes légaux et politiques », REA, no 110, p. 461-481.

Wojan Franck, 2003, « Kérasonte du Pont sous l’Empire romain : étude historique et corpus monétaire », RN, no 159, p. 257-290.

Wood Susan E., 1999, Imperial Women. A Study in Public Images, 40 BC - AD 68, Leyde, Brill.

Zanker Paul, 2010 [1990], The Power of Images in the Age of Augustus, traduction de l’allemand de A. Shapiro, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Annexes

FIGURES

Figure 1 : denier au nom de Rome (vers 206-195 av. J.-C.) : Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 385 [21/01/4,21].

Figure 2 : denier au nom de César sous M. Mettius (janv. 44 av. J.-C.) : Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, 83 (14 nov. 2008), no 149 [19/12/3,97].

Figure 3 : denier au nom de Marc Antoine sous L. Antonius (41 av. J.-C.) : Dr. Busso Peus Nachfolger, 143 (29 oct. 2014), no 210 [19/10/3,81].

Figure 4 : quinaire au nom de Fulvie (c. 43/42 av. J.-C.) : Numismatica Ars Classica, 63 (17 mai 2012), no 483 [14/ ?/1,71].

Figure 5 : cistophore au nom de Marc Antoine et Octavie (39 av. J.-C.) :
Classical Numismatic Group, 94 (18 sept. 2013), n
o 999 [28/12/11,96].

Figure 6 : sesterce au nom de Livie (22-23 apr. J.-C.) : Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 627 [34/09/26,36].

Figure 7 : aureus au nom de Caligula et Agrippine l’Ancienne (37-38 apr. J.-C.) : Roma Numismatics Ltd, 3 (31 mars 2012), no 414 [21/06/ 7,75].

Figure 8 : sesterce au nom de Caligula et ses sœurs (37-38 apr. J.-C.) : Pecunem Gitbud & Naumann, 9 (3 nov. 2013), no 428 [31,5/ ?/26,40].

Figure 9 :aureus au nom de Claude et Agrippine la Jeune (50-54 apr. J.-C.) : Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 643 [18/05/7,56].

Figure 10 : denier au nom d’Agrippine la Jeune et Néron (51-54 apr. J.-C.) : Numismatik Lanz München, 155 (10 déc. 2012), no 446 [19/ ?/ 2,68].

Figure 11 : tétrobole d’Éphèse au nom d’Arsinoè II (vers 280 av. J.-C.) : Pecunem Gitbud & Naumann, 18 (1er juin 2014), no 235 [15/ ?/ 2,79].

Figure 12 : tétradrachme de Syracuse au nom de Philistis (218/217-215 av. J.-C.) : Classical Numismatic Group, Triton 18 (6 janv. 2015), no 398 [27,5/11/13,60].

Figure 13 : octadrachme d’Alexandrie à l’effigie de Ptolémée I/Bérénice I sur une face, Ptolémée II/Arsinoè II sur l’autre face (272-261/260 av. J.-C.) : Roma Numismatics Ltd, 2 (2 oct. 2011), no 342 [26/01/27,85].

Figure 14 : octadrachme d’Alexandrie au nom d’Arsinoè II (270-268 av. J.-C.) : Classical Numismatic Group, Triton, 18 (6 janv. 2015), no 784 [26,5/12/ 27,76].

Figure 15 : tétradrachme d’Antioche de Syrie au nom d’Antiochos VIII et Cléopâtre Théa (125-121 av. J.-C.) : Classical Numismatic Group, Electr. Auction, 263 (31 août 2011), no 154 [28/12/ 16,48].

Figure 16 : bronze de Syracuse au nom de Phtia d’Épire (278-276 av. J.-C.) : Münzen und Medaillen Deutschland GmbH, 17 (4 oct. 2005), no 374 [25/ ?/12,68].

Figure 17 : statère au nom de Laodice du Pont (169-150 av. J.-C.) : A. Tkalec AG (19 févr. 2001), no 97 [20/ ?/8,49].

Figures 18a et 18b : portrait et sesterce au nom d’Agrippine l’Ancienne : Buste en marbre d’Agrippina Maior (Rome, Museo Capitolino, inv. 421) ; Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 634 [35/07/28,04] (carpentum au revers).

Figure 19a et 19b : portrait et monnaie de Périnthe au nom de Poppaea Sabina : Buste en marbre de Poppaea Sabina (Rome, Palazzo Massimi alle Terme, inv. 124129) ; Classical Numismatic Group, 94 (18 sept. 2013), no 1021 [25/01/6,75] (basileion au revers).

Figure 20 : bronze de Romula au nom d’Auguste et Livie (31 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.) : Numismatik Lanz München, 135 (21 mai 2007), no 498 [33/03/22,81].

Tableau : Les attestations monétaires des femmes de la famille des impératores des triumvirs de la dynastie des julio-Claudiens.

Les ateliers, recensés d’après le RPIC, sont présentés d’ouest en est, dans l’ordre du RPC. Les valeurs numériques suivant, entre parenthèses, les noms d’ateliers correspondent au nombre de femmes (en chiffres romains) et au nomnbre de séries monétaires (en chiffres arabes) attestés par établissement.

Tableau 2 : Les modalités de la représentation des femmes sur les monnaies provinciales romaines des derniers temps de la république à la fin des Julio-Claudiens.

Signification des abréviations dans la colonne « Portrait sub specie dearum » : D. = Déméter ; H. = Héra ; J. = Junon ; N. = Nikè ; P. = Pietas ; Px = Pax ; S. = Salus ; Sec. = Securitas ; V. = Victoria. Pour le reste : D = Droit et R = Revers.

* Cette représentation se trouve au revers de la pièce de Caesonia Milona (RPC I, no 4977).
** Les portraits associés de Drusilla apparaissent au revers des mêmes pièces que ses sœurs Drusilla et Agrippina (RPC I, no 2012, 2014 et 4973 ; S-I, S-467A).
Leur mère est associée à ses filles par le nom au droit et en effigie au revers d’une même pièce (RPC I, no 2012).

*** Cette représentation est au revers de la pièce de Poppaea Sabina, RPC I, no 4846.

Notes

1 Ce sont les marques de la propagande gentilice ou de l’autoreprésentation aristocratique (Zanker, 1990 p. 14-15). Une liste de ces portraits d’ancêtres a été établie par M. H. Crawford dans RRC, p. 746, qui montre que c’est un phénomène tardif pour la République, les années 60 à 40, période de tensions exacerbées dans l’élite dirigeante.

2 RRC, no 480/2.

3 Cette décision (DC, 44.4.4) est discutée par Suspène, 2008, qui souligne cependant que le tout premier portrait monétaire de César ne se trouve pas à Rome mais à Nicée et à Lampsaque, et qu’il y précède de quelques mois la décision romaine.

4 L’effigie des triumvirs figura sur de nombreuses monnaies, par exemple l’émission qui croise leurs trois portraits (RRC, no 492/1, 492/1-2 et 492/2 pour Lépide). Dans les autres camps, citons Sextus Pompée (RRC, no 511/1), L. Antonius (RRC, no 517/3-5), Brutus (RRC, no 506/1, 507/1, 508/3 et 515/2), Q. Labienus Parthicus (RRC, no 524/1-2). Sur l’influence profonde qu’eut cette petite révolution, voir Burnett, 2011.

5 RRC, no 489.

6 Les différents media de représentations des princesses, et ce que l’on peut en déduire sur leur place et leur statut en général, ont fait l’objet d’études générales dans Hahn, 1994, et Wood, 1999. Cependant, nous avons choisi de nous concentrer exclusivement sur un type de documentation car nous pensons que tous les supports ne sont pas équivalents : la numismatique provinciale nous apparaît un angle d’attaque particulièrement fructueux et original parce que la monnaie est un instrument d’échange et un marqueur de l’identité civique qui suppose un dialogue avec le pouvoir romain. Il traduit donc plus la réception du pouvoir que ses directives.

7 F. Rebuffat (1992, p. 144) souligne qu’entre 31 et 138, l’ouverture des ateliers d’Asie Mineure demeure un privilège qui dépend du pouvoir impérial et de ses relais provinciaux, et garde un fort contenu politique. Même après, F. Wojan pense, pour Kérasonte du Pont, que c’est le passage d’Hadrien en 131 dans cette cité qui est à l’origine de l’autorisation de frappe (2003, p. 276, note 39). Le monnayage est d’abord en lien avec la richesse et l’importance de la circulation monétaire et économique de la région, de sorte que l’existence d’un atelier est l’indice du rang effectif d’une cité dans sa province, comme le montre A. Gonzales à propos de Nicée de Bithynie (1997, p. 250).

8 RPC I, no 512-513, 3139-3140 et 4506 (Fulvie), no 1453-1456 et suiv. (Octavie).

9 RPC I, no 1105 et suiv. (Livie), no 2359, 5415, 5434 et 5437 (Julia Caesaris).

10 RPC I, no 38 et suiv.

11 RPC I, no 380 et suiv. (Agrippine l’Ancienne), no 1176-1177 et 1573-1575 (Antonia), no 2012 et suiv. (Drusilla, Livilla et Agrippine la Jeune), no 4977 (Caesonia Milonia et Julia Livilla la Jeune).

12 RPC I, no 1001-1002 et suiv. (Valeria Messalina), no 1017 et suiv. (Agrippine la Jeune), no 1033 et suiv. (Claudia Antonia et Claudia Octavia).

13 RPC I, no 972-973 et suiv.

14 RPC I, no 1005-1006 et suiv. (Octavie), no 1756 et suiv. (Poppaea Sabina), no 2061, 2543-2545, 2631-2632 et 5200 (Statilia Messalina), no 4846 (Claudia Augusta).

15 Sur l’atelier provincial romain d’Alexandrie, voir, par exemple, dans une abondante bibliographie, Milne, 1971 ; Förschner, 1987 ; Christiansen, 1991 ; Emmett, 2001.

16 Sur ce phénomène en général, voir Ando, 2000.

17 RRC, no 489, et RPC I, no 512-513 et 3139-3140 (Fulvie ailée) ; RRC, no 489 (Fulvie avec M. Antonius non figuré mais nommé et représenté par les insignes de son autorité sacerdotale, l’augurat au droit [no 489/4] ou au revers [no 489/6]).

18 Dans RRC, no 527 (aureus), son portrait est au revers de celui de son époux (RPC I, no 1454). Dans RPC I, no 1463, frappé en Achaïe, elle est associée aux portraits de son frère et de son mari.

19 Se fondant sur l’importance relative des frappes de Fulvie et d’Octavie, D. Kleiner, 1992, avait souligné, dans une étude pionnière, une différence fondamentale entre Antoine et son rival : la place qu’il faisait aux femmes dans sa propagande. En fait, les femmes ne sont que des supports pour des symboles : le compagnonnage avec la victoire pour Fulvie ou la concorde pour Octavie. Ce n’est pas leur reconnaître un rôle protocolaire supérieur. En revanche, D. Kleiner avait eu une intuition juste, car les deux vagues d’hommages monétaires n’étaient pas du même ordre. En effet, les femmes d’Antoine apparaissaient sur le monnayage provincial ou romain et procédaient directement de la volonté d’Antoine, alors que les femmes de la domus Augusta ne figurèrent, jusqu’aux années 50 apr. J.-C., que sur des monnayages civiques, d’initiative locale.

20 Ainsi M. Horster, 2013, en étudiant plus généralement les monnaies représentant les membres de la famille impériale sur une large échelle, a mis en évidence que, dans certaines cité orientales, il y avait un lien entre la dénomination et le type : ces monnaies représentaient des dénominations de moindre valeur que celles montrant le prince.

21 À Thessalonique (RPC I, no 1563), Livie est dite thea à une date haute (20 av. J.-C., mais la datation est débattue), de même au revers de bronzes de Méthymna (RPC I, no 2338) et Clazomènes (RPC I, no 2496), datant cette fois de la fin du Principat d’Auguste, mais certainement pas de celui de Tibère.

22 Mikocki, 1995, p. 6-7. Le troisième élément est le culte commun mais, pour l’époque julio-claudienne, il n’existe qu’une seule attestation monétaire de ce phénomène : Livie et le Sénat divinisés et associés, peut-être, sur une monnaie de Smyrne. Cependant, comme le culte du Sénat en Orient n’est pas clairement établi avant les Flaviens, l’hypothèse reste douteuse et il faut vraisemblablement attendre la monnaie de Julia Titi pour affirmer sans aucun doute l’existence de ce culte commun (Mikocki, 1995, p. 57 et 112). En revanche, on a la quasi-certitude épigraphique d’un culte commun d’Hécate et de Julia Augusta sous le Principat de Tibère à Tralles (IK, 36.1-Tralleis und Nysa, 11). À partir de celle-ci, on extrapole l’interprétation d’une monnaie de cette même cité (voir note suivante).

23 L’impératrice, identifiée par le nom λειβια, serait représentée sous les traits de la déesse (plutôt que Déméter : Mikocki, 1995, p. 23 et note 34), debout, de face, un diadème sur la tête, la main droite levée, des épis de blé et du pavot dans la gauche, un croissant de lune à côté d’elle (RPC I, no 2647 [au nom d’Auguste] et 2648 [au nom de Caius César]).

24 Mikocki, 1995, p. 127.

25 L’image de Livie évolue à partir de 14, en lien avec son implication dans le culte du divin Auguste : sa coiffure se modifie comme on peut le constater sur le type de statue de Béziers-Kiel (abandon du nodus, nouvelle répartition de la masse capillaire en bandeau, puis voile, attribut des divinités). La correspondance entre cette nouvelle phase statuaire et les émissions monétaires de Rome en 22-23 apr. J.-C. a été relevée par Balty & Cazes, 1995, p. 97-98.

26 RIC I, p. 97, no 43 (Pietas), p. 97, no 46 (Justitia) ; RPC I, no 1506 (Dium), no 1155-1156 et 1160-1161 (Corinthe), no 344 et 362-363 (Caesaraugusta). Pietas a ensuite une fortune plus considérable que Justitia qui n’a pas d’écho dans le monnayage provincial.

27 RIC I, p. 72, no 404-405 (au revers, tête de Julie à droite entre celles de Caius et Lucius).

28 RIC I, p. 51 et suiv. (à Nemausus).

29 RPC I, no 1149-1150 : Livie voilée trônant à droite (une patère dans la main droite, un long sceptre dans la gauche) ou à gauche (des épis de blé dans la main droite, un long sceptre dans la gauche).

30 RPC I, no 1153-1154 et 1159 (buste nu à droite ou à gauche).

31 RIC I, p. 97, no 50.

32 RIC I, p. 128, no 101 (Auguste divinisé au droit ; au revers Livie [diva avgvsta] trônant à gauche, une longue torche dans la main gauche, des épis de blé dans la droite).

33 RIC I, p. 240, no 142-143, p. 242, no 184-189, p. 243, no 223-224 (au revers Livie drapée, debout de trois quarts face à gauche, un long sceptre dans la main gauche, une patère dans la droite).

34 RIC I, p. 108, no 7-8, p. 109, no 13-14 et 21-22, p. 110, no 30 (tête d’Agrippine au revers).

35 Suet., Cal., 15.1-2.

36 Tac., ann., 6.2-5, car cela correspondait à l’anniversaire de la découverte du complot de Séjan. Par ailleurs, Tibère envisagea de faire déclarer néfaste le jour de sa naissance (Tac., ann., 6.2-5 ; Suet., Tib., 53.5).

37 RIC I, p. 110, no 33, p. 111, no 41.

38 Suet., Cal., 15.4.

39 RIC I, p. 124, no 65-66 (Agrippine au droit et Agrippine Constantia [constantiate avgvsti] au revers) ; RIC I, p. 124, no 67-68 (Agrippine au droit, deux torches et [sacerdos divi avgvsti] au revers).

40 RIC I, p. 126, no 80-81 (Claude et Agrippine) ; RIC I, p. 125, no 75 (Agrippine et Néron).

41 La transmission de la légitimité par les femmes dans la domus Augusta, anomalie apparente dans le système romain mais qui tient à la particularité du fonctionnement dynastique de cette maison ou parentèle (Moreau, 2005), a été l’objet de plusieurs études dans Corbier 1994 et 1995.

42 Le serment qu’il demande de prêter à ses sœurs autant qu’à lui-même est compté par Suétone comme une manifestation de pietas familiale (Suet., Cal., 15.5). En revanche, l’auteur s’étend longuement sur les rumeurs d’inceste et attribue la divinisation de Drusilla à l’égarement de sa douleur (Suet., Cal., 36.4, et 24.1-6). En fait, ces traits de la politique de Caligula, repris ensemble et débarrassés des a priori sur un éventuel projet ptolémaïque, paraissent plus cohérents : non seulement le prince s’efforce de devenir le point focal de sa parentèle, comme le fut Auguste deux générations plus tôt, mais il systématise la sacralisation de la maison impériale en l’étendant aux membres défunts de sa propre famille. Il ne faut pas séparer ici les mesures en faveur des membres féminins et masculins de sa parentèle, pas plus qu’il ne convient de traiter ses sœurs à part de sa mère ou de sa tante.

43 BMC,Ionia, p. 55-56, no 71-74 ;SNG Copenhagen,Ionia, no 258-259 ;SNG von Aulock,no 1840 ;SNG Kayhan,.no 279-281

44 Voir, par exemple,SNG München,Sikelia, no 1350 et suiv.,SNG Leipzig,.no 479-480

45 SNG Copenhagen,.no 132-133

46 Voir, par exemple,SNG Copenhagen,.no 134-135 (double corne d’abondance au revers), no 139-140 (aigle au revers) et no 321-322 (double corne d’abondance au revers).

47 Voir, par exemple,SNG Copenhagen,no 169 et 460 (Bérénice II), no 419-421 (Cléopâtre VII) ;BMC,The Ptolemies, Kings of Egypt, p. 96, no 94-98, et p. 98, no 127-131 (Cléopâtre III [ ?] sous Ptolémée VIII, aigle au revers).

48 Cléopâtre I sous Ptolémée VI (Noeske, 2000, no 195-199)

49 Seleucid Coins.II, no 1684 et 1686-1689.

50 Pour Alexandre I Balas et Cléopâtre Théa, voir Seleucid Coins II, no 1841. Pour Antiochos VIII et Cléopâtre Théa, voir, par exemple,Seleucid Coins II, no 2259-2277

51 Voir, par exemple, Calciati II, no 330.

52 Voir l’exemple de Nysa, mère d’Ariarathès VI de Cappadoce à la fin du iie siècle av. J.-C. (Head, 1911, p. 751), ceux de Musa, fille d’Orsobaris, et d’Orodaltis, fille du roi Lycomédès, dans la Bithynie triumvirale (Recueil,p. 316, no 26-27), celui de la reine Abodiogona, épouse de Deiotaros Philadelphe de Paphlagonie, dans les dernières décennies du i er siècle av. J.-C. (RPCI, no 3508-3509).

53 L’organisation de l’espace des forums au ier siècle et leur décoration par des groupes statuaires représentant les membres de la domus impériale liés à la succession (Cogitore, 1992, p. 848-853) sont significatives de la volonté d’élaborer un langage visuel symbolique du pouvoir et de le placer au cœur des cités d’Italie et des colonies provinciales (Rosso, 2000, p. 202 ; 2006). Pour les monnayages d’Asie Mineure aux époques augustéenne et tibérienne, il existe de même des cycles dynastiques, c’est-à-dire des frappes contemporaines de séries présentant en association significative des membres de la famille impériale, ainsi à Mytilène (RPC I, no 2345-2346) et à Tripolis de Lydie (RPC I, no 3053-3054).

54 Balty & Cazes, 1995, p. 121-124. La statue d’Auguste d’un type triumviral a été réutilisée entre 17 et 2 pour figurer dans un cycle qui le reliait, par l’intermédiaire de Julie et d’Agrippa, aux princes de la jeunesse et à Postumus. Puis le cycle, après 4 et surtout 14, s’est étendu aux Claudii et à Livie. On constate aussi trois phases à Ruscino : une augustéenne, une tibérienne et une peut-être de l’époque de Caligula (Rosso, 2000). En Italie, le phénomène de l’évolution des séries de dédicaces à la famille julio-claudienne a été analysé par I. Cogitore, 1992, p. 834-848, qui a mis en évidence l’importance décisive de l’époque claudienne.

55 Ainsi à Emerita (RPC I, no 38-40), Romula, Carthago Nova (no 185-186), Tarraco (no 233), Caesara Augusta (no 341, 344, 362-363, 380 et 385), Lugdunum (no 512-513), Paestum (no 604), Panormos (no 642-643 et 645), Carthage (no 754-755), Paterna (no 763, 766 et 769), Thapsus (no 795-797).

56 Corinthe (RPC I, no 1149-1150, 1153-1156, 1159-1161, 1174-1177, 1183-1184, 1190-1191, 1193-1194, 1196 et 1198-1199), Dium (no 1506), Dium ou Pella (no 1542-1543), Césarée de Cappadoce (no 3632-3633 = RIC I, p. 185, no 607-608 - no 3636-3643 = RIC I, p. 185, no 609-612), Césarée Maritime (no 4859).

57 Un exemple de cette « indélicatesse » est donné par Magnésie qui n’hésita pas à attribuer plusieurs fois de suite la même base (et donc la statue qu’elle portait) aux épouses de gouverneurs successifs (I. Magnesia, no 144-146 ; Kajava, 1990, p. 96-98).

58 Sur l’organisation de la diffusion et son contrôle de plus en plus rigoureux, voir, entre autres, Balty & Cazes, 1995, p. 123-124, où il apparaît que ces bustes de Béziers étaient pour la plupart issus des mêmes ateliers que les exemplaires italiens et fort proches de l’Urbild, ce prototype sur lequel sont modelés les figures de référence qui servaient ensuite de guide aux ateliers italiens puis provinciaux (Zanker, 1990, p. 300-301).

59 SNG Tübingen, no 117-118 ; RPC I, no 73.

Table des illustrations

Légende Diagramme 1 : représentativité des femmes en valeur absolue (nombre d’ateliers, nombre de séries).
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Diagramme 2 : représentativité des princesses en tant qu’épouses et/ou en tant que mères et aïeules des princes.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 1 : denier au nom de Rome (vers 206-195 av. J.-C.) : Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 385 [21/01/4,21].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 2 : denier au nom de César sous M. Mettius (janv. 44 av. J.-C.) : Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, 83 (14 nov. 2008), no 149 [19/12/3,97].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 3 : denier au nom de Marc Antoine sous L. Antonius (41 av. J.-C.) : Dr. Busso Peus Nachfolger, 143 (29 oct. 2014), no 210 [19/10/3,81].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 4 : quinaire au nom de Fulvie (c. 43/42 av. J.-C.) : Numismatica Ars Classica, 63 (17 mai 2012), no 483 [14/ ?/1,71].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 5 : cistophore au nom de Marc Antoine et Octavie (39 av. J.-C.) :Classical Numismatic Group, 94 (18 sept. 2013), no 999 [28/12/11,96].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 6 : sesterce au nom de Livie (22-23 apr. J.-C.) : Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 627 [34/09/26,36].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 7 : aureus au nom de Caligula et Agrippine l’Ancienne (37-38 apr. J.-C.) : Roma Numismatics Ltd, 3 (31 mars 2012), no 414 [21/06/ 7,75].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 8 : sesterce au nom de Caligula et ses sœurs (37-38 apr. J.-C.) : Pecunem Gitbud & Naumann, 9 (3 nov. 2013), no 428 [31,5/ ?/26,40].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 9 :aureus au nom de Claude et Agrippine la Jeune (50-54 apr. J.-C.) : Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 643 [18/05/7,56].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 10 : denier au nom d’Agrippine la Jeune et Néron (51-54 apr. J.-C.) : Numismatik Lanz München, 155 (10 déc. 2012), no 446 [19/ ?/ 2,68].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 11 : tétrobole d’Éphèse au nom d’Arsinoè II (vers 280 av. J.-C.) : Pecunem Gitbud & Naumann, 18 (1er juin 2014), no 235 [15/ ?/ 2,79].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 12 : tétradrachme de Syracuse au nom de Philistis (218/217-215 av. J.-C.) : Classical Numismatic Group, Triton 18 (6 janv. 2015), no 398 [27,5/11/13,60].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 13 : octadrachme d’Alexandrie à l’effigie de Ptolémée I/Bérénice I sur une face, Ptolémée II/Arsinoè II sur l’autre face (272-261/260 av. J.-C.) : Roma Numismatics Ltd, 2 (2 oct. 2011), no 342 [26/01/27,85].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 14 : octadrachme d’Alexandrie au nom d’Arsinoè II (270-268 av. J.-C.) : Classical Numismatic Group, Triton, 18 (6 janv. 2015), no 784 [26,5/12/ 27,76].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 15 : tétradrachme d’Antioche de Syrie au nom d’Antiochos VIII et Cléopâtre Théa (125-121 av. J.-C.) : Classical Numismatic Group, Electr. Auction, 263 (31 août 2011), no 154 [28/12/ 16,48].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 16 : bronze de Syracuse au nom de Phtia d’Épire (278-276 av. J.-C.) : Münzen und Medaillen Deutschland GmbH, 17 (4 oct. 2005), no 374 [25/ ?/12,68].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 17 : statère au nom de Laodice du Pont (169-150 av. J.-C.) : A. Tkalec AG (19 févr. 2001), no 97 [20/ ?/8,49].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figures 18a et 18b : portrait et sesterce au nom d’Agrippine l’Ancienne : Buste en marbre d’Agrippina Maior (Rome, Museo Capitolino, inv. 421) ; Art Coins Roma, 12 (29 oct. 2014), no 634 [35/07/28,04] (carpentum au revers).
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 19a et 19b : portrait et monnaie de Périnthe au nom de Poppaea Sabina : Buste en marbre de Poppaea Sabina (Rome, Palazzo Massimi alle Terme, inv. 124129) ; Classical Numismatic Group, 94 (18 sept. 2013), no 1021 [25/01/6,75] (basileion au revers).
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 20 : bronze de Romula au nom d’Auguste et Livie (31 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.) : Numismatik Lanz München, 135 (21 mai 2007), no 498 [33/03/22,81].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende * Cette représentation se trouve au revers de la pièce de Caesonia Milona (RPC I, no 4977).** Les portraits associés de Drusilla apparaissent au revers des mêmes pièces que ses sœurs Drusilla et Agrippina (RPC I, no 2012, 2014 et 4973 ; S-I, S-467A).Leur mère est associée à ses filles par le nom au droit et en effigie au revers d’une même pièce (RPC I, no 2012).
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende *** Cette représentation est au revers de la pièce de Poppaea Sabina, RPC I, no 4846.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3299/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteurs

Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, membre (MCF) de l’École française de Rome, membre du laboratoire LUHCIE (Grenoble) et associée au laboratoire Ausonius (Bordeaux). Ses centres d’intérêt portent sur la société et la politique romaines de la période césarienne et triumvirale ainsi que sur les relations entre les Romains et les Grecs à la fin de la République et au début de l’Empire et aussi sur l’espace adriatique. Parmi ses publications récentes, « Le venin et la République. Les Antonii et leurs partisans croqués par Cicéron », dans A. Queyrel-Bottineau (dir.), La représentation négative de l’autre dans l’Antiquité. Hostilité, réprobation, dépréciation., Éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 347-368 ; « Abônoteichos-Ionopolis et son atelier monétaire » avec Julie Dalaison et Fabrice Delrieux, dans Cl. Chillet, C. Courrier, L. Passet (dir.), Arcana Imperii. Mélanges d’histoire économique, sociale et politique offerts au Professeur Yves Roman, Lyon/Paris, Société des amis de Jacob Spon/De Boccard, vol. I, 2015 ; avec Altin Skenderaj, « Les villae et la dynamique de l’espace sur le territoire antique de l’Albanie », dans Y. Marion et Fr. Tassaux (dir.), AdriAtlas et l’histoire de l’espace adriatique du vie a.C. au viie p.C., Bordeaux, Ausonius Éditions, 2015.

© UGA Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site