Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

L'aura artistique et religieuse

Chapitre XIV. Du prêtre du roi au prêtre de Rome et au grand prêtre d’Auguste : la mise en place du culte impérial civique

Gabrielle Frija

Texte intégral

1Le culte des souverains est une des créations majeures de l’époque hellénistique dont hérite le monde grec à l’époque impériale. Si le culte des empereurs romains dans l’ensemble de l’Empire a d’autres sources que les cultes royaux hellénistiques, proprement romaines, la question de la succession entre les honneurs cultuels rendus aux rois et aux empereurs dans la partie orientale de l’Empire n’en demeure pas moins un problème fondamental pour tenter de mesurer les ruptures et les continuités qui marquent les deux derniers siècles avant notre ère et l’époque augustéenne.

  • 1 Ce point a été souligné en particulier par Robert, 1966a, p. 414 (= OMS, VI, p. 38).

2Pour apporter quelques éléments de réponse à cette question, nous avons choisi de nous concentrer sur le problème des titulatures des prêtres des souverains et des empereurs dans la province d’Asie et, plus particulièrement, sur l’histoire d’un titre qui connaît un très grand succès à l’époque impériale, celui de grand prêtre (ἀρχιερεύς). Dès le règne d’Auguste, ce titre apparaît en effet dans la province d’Asie pour désigner les prêtres d’Auguste, avant de devenir exclusif pour les prêtres de toute la maison impériale, à de très rares exceptions près. L’association entre le culte impérial et le titre de grand prêtre devient rapidement suffisamment évidente pour que la précision de l’objet du culte disparaisse : bien souvent, le « grand prêtre » désigne le prêtre du culte impérial, dans la province d’Asie ou dans les cités1.

3Or, l’utilisation du titre de grand prêtre pour le culte des souverains semble être un héritage hellénistique. Nous nous proposons d’étudier dans cette contribution les raisons de cette transmission et les indications qu’elle peut fournir sur le lien entre le culte royal et le culte impérial.

1. PRÊTRES ET GRANDS PRÊTRES DES ROIS ET DE ROME AVANT AUGUSTE

  • 2 Sur l’usage littéraire du terme ἀρχιερεύς, voir Müller, 2000, p. 535.

4Le terme de grand prêtre semble apparaître dans la littérature grecque avec Hérodote, chez qui il désigne les grands prêtres égyptiens, à la tête d’une hiérarchie sacerdotale. Il est également appliqué à des systèmes politiques et religieux orientaux et, en dehors de son utilisation dans le culte royal, est utilisé par les auteurs grecs dans le contexte d’organisations religieuses et politiques non civiques. Le terme est encore utilisé avec ce sens à l’époque romaine dans le cadre de systèmes religieux ayant une hiérarchie sacerdotale, le grand prêtre étant à la tête d’une organisation pyramidale. C’est le cas pour Jérusalem chez Flavius Josèphe. L’idée de hiérarchie sacerdotale explique probablement que le terme de grand prêtre soit utilisé, notamment chez Polybe, pour traduire le grand pontife romain, à la tête d’un collège de prêtres2.

  • 3 Par exemple dans I. Salamis, 6 : « ‘'λενον, τòν συγγενῆ καὶ τροφέα τοῦ βασι-λέως καὶ ἀρχιερέα καὶ (...)
  • 4 Gauthier, 1996, p. 2-3 (Xanthos). Voir Müller, 2000, particulièrement p. 531-534 et 527, note 45 p (...)

5De la même façon, c’est peut-être parce qu’il avait une autorité sur d’autres prêtres ou fonctionnaires royaux que ce terme est choisi par les monarchies hellénistiques lors de la mise en place du culte des souverains. Des grands prêtres nommés par les rois pour assurer le culte de la maison royale apparaissent en effet dans les royaumes hellénistiques, mais il semble qu’ils ne soient pas chargés uniquement du culte royal. Ainsi, dans le royaume lagide, le grand prêtre de Chypre est responsable du culte royal, mais assure également le contrôle des sanctuaires de l’île et la charge de stratège3. Il s’agit donc d’un fonctionnaire nommé par le roi, dont le culte royal n’est qu’une des attributions. La situation semble proche dans le royaume séleucide, comme le montre le cas du célèbre Nikanor, nommé par Antiochos III pour assurer le culte royal, mais également chargé du contrôle des autres sanctuaires4.

  • 5 Ainsi dans l’inscription de Xanthos publiée par Gauthier, 1996, p. 2-3, l. 1-4 (SEG, 46, 1721 ; Bu (...)

6Le grand prêtre hellénistique, chez les Lagides et les Séleucides, n’est donc pas seulement un prêtre du culte royal, et c’est probablement pour cette raison qu’il s’agit précisément d’un « grand prêtre », et non simplement d’un prêtre. Parallèlement, les cités qui créent un culte du roi utilisent la terminologie habituelle de la religion civique et fondent des prêtrises des rois ou reines. Les exemples en sont très nombreux5. Il ne semble pas exister d’archiprêtrise civique à l’époque des rois hellénistiques, et le contraire serait étonnant, étant donné la connotation politique et administrative de la fonction du grand prêtre royal. Ce titre, au iie siècle avant J.-C., a donc une double résonance. Il est lié au culte des souverains, mais n’est pas utilisé à n’importe quel niveau : il semble renvoyer à des autorités « supra-civiques », avec, peut-être, l’idée d’une hiérarchie entre les prêtres locaux et le grand prêtre, émanant d’une autorité supérieure. Il n’appartient ainsi pas au vocabulaire des institutions civiques et les titres de prêtres et de grands prêtres ne sont pas équivalents.

  • 6 Mellor, 1975, p. 181-183. On trouve des grands prêtres de Rome uniquement sous le principat, en as (...)

7Après la chute des monarchies grecques, au cours des iie et ier siècles avant J.-C., les cultes de Rome se diffusent dans les cités. Or, à cette période, il n’existe pas, à notre connaissance, de grands prêtres de la déesse Rome6. Si l’on admet le « modèle » du grand prêtre royal, ce constat est assez logique, en l’absence d’autorité supra-civique demandant et organisant un culte.

  • 7 Sur cette question complexe, voir Müller, 2000 ; Müller et Wörrle, 2002 ; Virgilio, 2003, p. 106-1 (...)
  • 8 Voir ci-dessous.

8Mais ce modèle ne convient pas dans un cas pourtant fondamental, celui du royaume attalide au iie siècle avant J.-C. Le grand prêtre attalide existe, mais il n’est pas certain qu’il soit nommé par le roi comme dans les autres royaumes. Il pourrait s’agir d’un grand prêtre municipal, désigné par les Pergaméniens et, même s’il est nommé par le roi, il semble qu’il n’assure sa fonction que dans le cadre de la cité de Pergame, et non dans l’ensemble du royaume7. Le grand prêtre pergaménien serait donc le premier grand prêtre lié à un cadre civique, dès le iie siècle avant J.-C. Cette innovation pergaménienne, si elle a bien eu lieu à l’époque attalide et non plus tard8, nous semble avoir une importance fondamentale pour comprendre la suite de l’histoire des grands prêtres et leur introduction dans les institutions religieuses municipales.

9C’est dans ce contexte que se produisent, au cours du ier siècle avant J.-C., deux modifications majeures dans l’utilisation du titre de grand prêtre, au niveau de la province romaine d’Asie et au niveau des cités.

2. LES GRANDS PRÊTRES DE LA PROVINCE D’ASIE

  • 9 Campanile, 1997, p. 243-244 ; 2006, p. 523-584 ; 2007, avec la bibliographie, p. 129, note 1.
  • 10 Ainsi la création de jeux en l’honneur de Q. Mucius Scaevola : OGIS, 438 et 439 (Olympie) ; IGR, I (...)
  • 11 Pythodoros de Tralles et Euthydème de Mylasa ; voir Campanile, 1997 et 2006, p. 137-138.

10Le koinon d’Asie a commencé à se structurer avant le principat d’Auguste9. Au cours de la première moitié du ier siècle, on le voit apparaître dans deux contextes liés : celui des honneurs, voire, peut-être déjà, d’un culte de grands personnages romains rendu par l’ensemble des cités10, et celui de la défense des intérêts des cités de la province. On connaît d’ailleurs un, voire deux asiarques à l’époque des guerres civiles11. Mais il n’y a aucune trace ni de grand prêtre, ni de culte commun de Rome.

  • 12 La date exacte d’apparition du grand prêtre d’Asie n’est pas connue ; l’attestation la plus ancien (...)
  • 13 Sardes, VII, 1, 8. La fonction d’agonothète des Sebasta Kaisarea est insérée dans la titulature de (...)
  • 14 Sur l’évolution de la titulature du grand prêtre provincial, voir Campanile, (1993, 1994, 2006) et (...)

11En revanche, en -29, la création par le koinon d’Asie d’un culte de Rome et d’Auguste entraîne la mise en place, pour l’assurer, d’une grande prêtrise annuelle dont le titulaire est choisi parmi les notables des cités de la province. Peu de temps après la fondation du temple de Pergame apparaît en effet le titre de grand prêtre d’Asie12. Sa titulature évolue pendant les premières décennies du principat et perd progressivement tous les éléments précisant de quel culte est chargé le grand prêtre : en -17/-16 av. J.-C., Euklès est « ἀρχιερεὺς Θεᾶς 'Ρώμης καὶ’Aὐτοκράτορος Καίσαρος Θεοῦ υἱοῦ Σεβαστοῦ », puis le titre s’enrichit – au début de notre ère, M. Antonius Lépidas de Thyatire est « ἀρχιερεὺς καὶ ἀγωνοθέτης διὰ βίου τῶν μεγάλων Σεβαστῶν Καισαρήων θεᾶς ‘Ρώμης καὶ Aὐτοκράτορος Καίσαρος θεοῦ υἱοῦ Σεβαστοῦ, ἀρχιερέως μεγίστου καὶ πατρòς τῆς πατρίδος καὶ τοῦ σύνπαντος τῶν ἀνθρώπων γένους13 » – avant de retrouver une grande simplicité au début du principat de Tibère. Les responsables du culte impérial provincial sont désormais des « ἀρχιερεῖς τῆς ’Aσίας », parfois avec la précision des temples dans lesquels ils ont assuré leurs sacerdoces, mais sans mention explicite des empereurs comme objets du culte14.

  • 15 La bibliographie extrêmement riche sur cette question discutée est rassemblée par Carter, 2004, p. (...)

12En ce sens, le koinon d’Asie renoue avec la tradition hellénistique dans laquelle le grand prêtre procède d’une autorité non civique, supracivique. La reprise du terme utilisé par les monarchies est peut-être une façon, pour le koinon, de les remplacer dans l’organisation du culte. Dès son apparition, le culte impérial est en effet un élément majeur de structuration des cités de la province autour du koinon, qui se comporte dans une certaine mesure comme une autorité supérieure, un représentant des cités. Le choix d’un grand prêtre et non d’un prêtre s’intègre parfaitement à cette démarche. L’identité entre le grand prêtre d’Asie et l’asiarque, aujourd’hui admise par la plupart des spécialistes, va d’ailleurs dans le même sens d’une fonction religieuse, mais qui a également une connotation politique ou administrative15.

3. GRANDS PRÊTRES DE LA FIN DE LA RÉPUBLIQUE À PERGAME ET ÉPHÈSE

13Pour comprendre la deuxième évolution majeure de cette période, la diffusion de la grande prêtrise comme sacerdoce municipal du culte impérial, il est nécessaire de revenir un peu en arrière. En effet, les premiers grands prêtres civiques apparaissent avant le principat augustéen et avant même la grande prêtrise provinciale, à Pergame, puis à Éphèse.

  • 16 Voir, par exemple, IGR, 4, 292, l. 30-31 ; entre-85 et-73 selon Chankowski, 1998. Sur Diodoros Pas (...)
  • 17 IGR, IV, 1682 l. 2-3. Voir Virgilio, 2003, p. 198-199 (son amitié avec César) ; Halfmann, 2004, p. (...)

14À Pergame, après la première guerre mithridatique, le célèbre Diodoros Pasparos occupe la charge suivante : « ἀρχιερεὺς καὶ διὰ γένους ἱερεὺς τοῦ Διòς τοῦ μεγίστου16 ». Après lui, Mithridate fils de Ménodotos, entre -48 et -46, porte le même titre de grand prêtre, mais est prêtre à titre héréditaire de Dionysos et non de Zeus : « ἀρχιερεὺς καὶ διὰ γένους ἱερεὺς τοῦ Καθηγεμόνος Διονύσου17 ». Mithridate a probablement succédé à Diodoros Pasparos en tant que grand prêtre.

  • 18 Virgilio, 1996, p. 312, note 69. Kienast, 1970, col. 226-227, pose le problème et envisage avec pr (...)
  • 19 En outre, le décret OGIS, 332, mentionne un prêtre et agonothète d’Attale III, et non un grand prê (...)

15De quel culte Diodoros Pasparos et Mithridate sont-ils grands prêtres ? Pourquoi, dans les deux cas, cette fonction apparaît-elle en association avec la prêtrise héréditaire d’un dieu traditionnel ? Le plus probable est qu’il s’agisse du culte des rois attalides se maintenant après la disparition du royaume ; on a vu que le statut des grands prêtres attalides les situait déjà dans le cadre de la cité de Pergame, qu’ils soient nommés par le roi ou choisis par la cité18. Diodoros Pasparos a en effet été très actif dans l’entretien de la mémoire et du culte des Attalides. Notons cependant que, dans ce dossier, c’est la gymnasiarchie qui semble liée à l’entretien de ce culte, et non les prêtrises19. En outre, Mithridate, pour sa part, n’apparaît jamais en lien avec le culte des rois.

  • 20 Habicht, 1969, p. 132-133 : Euthydème serait un grand prêtre de tous les cultes de la cité, comme (...)
  • 21 CIL, III, 399, l. 3-5 : « M. Tullio f. Cor. Cratippo sacerdoti Romae et salutis ». Mellor, 1975, n(...)

16On ne peut donc pas exclure la possibilité que ces grands prêtres n’aient plus aucun rapport avec le culte des souverains. C’est l’hypothèse de Christian Habicht ; il suppose que le grand prêtre de cette époque a des fonctions dans l’ensemble des cultes de la cité20. Le grand prêtre d’époque attalide peut avoir perduré, ou être réapparu au début du ier siècle, mais avec des fonctions détachées du culte royal. Notons que le principal point commun entre ces deux personnages est leur activité diplomatique à l’égard de Rome ; mais un culte de Rome assuré par des grands prêtres est très peu probable, en premier lieu parce qu’il n’existe aucun parallèle, en deuxième lieu parce qu’on connaît, à Pergame, un prêtre de Rome et de Salus postérieur de seulement dix ans à Mithridate21.

  • 22 RPC, 1, 2570-2574 : ’Aρχιερεὺς Γραμ(ματεὺς) Γλαύκων ’Έφε(σος). » Il pourrait s’agir de Glaukon fil (...)
  • 23 C’était l’hypothèse de Brandis, 1895, col. 482-483. Voir également RPC, 1, 1, p. 431-432.
  • 24 Ramsay, 1941, p. 263-264, où l’auteur compare le titre de grand prêtre à celui de néocore, attesté (...)
  • 25 I. Ephesos, Ia, 9 : la liste continue jusqu’en -18/-17 mais, à partir de -39/-38, les agonothètes (...)

17Les grands prêtres pergaméniens doivent être mis en rapport avec un grand prêtre d’Éphèse légèrement postérieur. À l’époque du triumvirat, un monnayage éphésien porte sur le revers la mention d’un archiéreus et grammateus, Glaukon. Au droit sont représentés les triumvirs, Octave, Antoine et Lépide. Il s’agit sans aucun doute d’un monnayage civique. La même question se pose que pour Pergame : que signifie donc cette archiprêtrise, inconnue dans la période précédente22 ? Un culte des triumvirs n’a aucun parallèle. Les grands prêtres peuvent n’avoir aucun rapport avec un culte de souverain ni avec le pouvoir romain23. William Ramsay y voyait un grand prêtre d’Artémis, mais cette fonction n’est attestée nulle part dans le culte d’Artémis24. Le grand prêtre éphésien peut encore avoir des fonctions dans l’ensemble de la religion poliade, sans lien avec une divinité précise. Un culte de Rome paraît peu probable, dans la mesure où il est assuré régulièrement par des prêtres depuis le iie siècle avant J.-C. Cependant, une liste d’agonothètes des Dionysia, également prêtres de Rome, commence en -51/-50 et s’interrompt en -39/-38 ; plus exactement, la liste des agonothètes se poursuit mais ils ne sont plus prêtres de Rome. Plus tard, sous Auguste, on retrouve des prêtres de Rome, également prytanes. Il n’est pas impossible que le culte de Rome ait subi des changements ou une réorganisation au début des années -30, ce qui expliquerait l’interruption de la liste en -39/-38. Faut-il faire un lien avec le grand prêtre de la monnaie du triumvirat ? Les documents sont contemporains ; mais il est sans parallèle que le prêtre de Rome devienne un grand prêtre pour une dizaine d’années puis de nouveau un prêtre25.

  • 26 Sur le maintien des cultes des rois hellénistiques, voir la contribution d’A. Chankowski dans ce v (...)

18Deux hypothèses paraissent donc devoir être retenues, sans qu’aucune soit réellement satisfaisante. Vers le milieu du ier siècle avant J.-C., l’archiprêtrise pergaménienne peut assurer un culte des souverains attalides, maintenu après la disparition de la monarchie, peut-être en jouant aussi un rôle dans l’ensemble des cultes de la cité26. La grande prêtrise aurait alors été introduite à Éphèse en imitation de celle de Pergame, sans lien particulier avec un culte de souverains, pour des raisons de prestige. La concurrence entre les deux cités est d’autant plus importante que le changement de capitale s’est produit peu de temps auparavant, au plus tard dans les années -50. Éphèse, promue résidence des gouverneurs, a pu créer la fonction de grand prêtre pour ne pas laisser sa rivale disposer seule d’un titre déjà très prestigieux.

19La deuxième hypothèse paraît moins probable mais ne peut être totalement écartée. Les grands prêtres de la fin de l’époque républicaine peuvent avoir un lien avec le pouvoir romaingg et, pourquoi pas, avec le culte de Rome. Il est en effet troublant que ces grands prêtres apparaissent tous en rapport avec le pouvoir romain, dans la période mouvementée des guerres civiles romaines, et dans les deux cités qui ont été tour à tour capitales de la province.

  • 27 SNG v. Aulock, 3057-3060. Trillmich, 1978, p. 131, note 465, résume ainsi le débat sur la datation (...)
  • 28 I. Magnesia, 221.

20Deux autres grands prêtres ont été datés de l’époque pré-augustéenne, mais avec des arguments qui n’emportent pas la conviction. À Philadelphie en Lydie, un certain Hermippos apparaît comme grand prêtre sur une monnaie datée, selon les auteurs et sur la base de seuls critères stylistiques, du iie, du ier siècle avant J.-C., ou de l’époque augustéenne27. Étant donné la rareté du titre de grand prêtre avant Auguste, il semble plus raisonnable de la placer à l’époque augustéenne. Par ailleurs, à Magnésie du Méandre, une courte dédicace mentionne un grand prêtre ; le seul élément de datation est l’écriture, du ier siècle avant J.-C. selon Otto Kern28. On sait la fragilité des datations ne reposant que sur la paléographie. En l’absence d’autres éléments plus solides dans ces cités, il semble préférable de laisser de côté ces deux cas douteux.

21Bien qu’il reste de nombreuses zones d’ombre, on peut parler d’un « modèle » hellénistique dont héritent les cités au début de l’époque impériale et qui est celui d’une grande prêtrise émanant en règle générale d’autorités supra-civiques. C’est ce modèle qu’utilise le koinon d’Asie – structure pourtant liée à l’organisation romaine de la province. Mais les cas de Pergame et Éphèse montrent l’introduction de la grande prêtrise, pour des raisons mal expliquées, dans les institutions civiques ; cela constitue un précédent pour la création des grandes prêtrises municipales du culte impérial dans la période immédiatement postérieure.

4. LES GRANDS PRÊTRES D’AUGUSTE DANS LES CITÉS D’ASIE

22L’évolution qui mène à l’adoption par toutes les cités du titre de grand prêtre municipal n’est ni simple ni rapide. Pendant la période augustéenne, le modèle hellénistique d’une hiérarchie entre grand prêtre non civique et prêtre civique se maintient dans de nombreuses cités, et non des moindres, puisque au premier rang de celles-ci on trouve Pergame.

  • 29 M. Tullius Cratippus, « ἱερεὺς διὰ γένους θεᾶς ‘Ρώμης καὶ θεοῦ Σεβαστοῦ », I. Pergamon, 260 ; Robe (...)
  • 30 Cn. Otacilius Chrestus (ἱερεὺς Καίσαρος, I. Pergamon, 475), et C. Iulius Sacerdos (ἱερεὺς Τιβερίυ (...)

23Dans l’ancienne capitale des Attalides, le titre de grand prêtre disparaît dans nos sources pendant tout le règne d’Auguste. Parallèlement à l’instauration du culte provincial, le culte municipal s’organise d’une façon tout à fait classique autour de simples prêtrises. À une prêtrise de Rome et Salus succède, peut-être dans la première moitié des années-10, une prêtrise de Rome et d’Auguste. Le prêtre héréditaire de Rome et d’Auguste, M. Tullius Cratippus, est le fils du prêtre de Rome et Salus, le philosophe du même nom qui a obtenu la citoyenneté romaine par l’intermédiaire de Cicéron29. Sa titulature est proche de celle du grand prêtre provincial, mais qualifie Auguste de dieu, ce qui n’est pas le cas dans le culte du koinon à cette époque. On trouve par ailleurs un prêtre de César et un prêtre de Ti. Claudius Néron, mais pas de grand prêtre municipal30.

  • 31 RPC, 1, 2366.

24Le titre de grand prêtre ne réapparaît dans la documentation pergaménienne qu’après la mort d’Auguste, au début du règne de Tibère. Une monnaie émise par la cité est signée par un certain A. Furius, archiereus, qui n’est pas connu par ailleurs. Le revers représente un temple à quatre colonnes qui pourrait être celui d’Auguste et de Rome. Selon les éditeurs du RPC, il est « tentant d’y voir un reflet de l’attente de Pergame d’un second néocorat » au début du règne de Tibère31. La mise en place d’un grand prêtre municipal et sa mention sur une monnaie pourraient en effet être une façon de s’adresser au pouvoir romain dans le contexte de la compétition entre cités pour l’attribution d’un second temple à la province d’Asie – temple finalement attribué à Smyrne.

  • 32 Campanile, 1993.

25Il est également probable que la transformation de la titulature du prêtre pergaménien suive l’évolution de la titulature provinciale. C’est en effet avec l’arrivée au pouvoir de Tibère que celle-ci se transforme : le nom de l’empereur disparaît et la titulature augustéenne laisse la place au titre d’archiereus d’Asie, sans autre précision. Le grand prêtre commence à être chargé du culte collectif de l’ensemble des empereurs32.

  • 33 Polémon, ἱερεὺς τᾶς ‘Ρώμας καὶ Αὐτοκράτορος Καίσαρος θεῶ υἱῶ θεῶ Σεβαστῶ ἀρχιερέος μεγίστου καὶ πα (...)
  • 34 Nysa : Heracleides, « ἱερεὺς ‘Ρώμης καὶ ’Aὐτοκράτορος Καίσαρος Σεβαστοῦ » (CIG, 2943). Magnésie du (...)
  • 35 Dans une dédicace à Auguste, Damarchos fils de Léon apparaît comme simplement « prêtre [d’Auguste] (...)
  • 36 Nicagoras, prêtre d’Auguste en-3 (Paton-Hicks, 344 = IGR, IV, 1087) ; Minnis, prêtresse de Tibère (...)

26Le titre de grand prêtre semble donc disparaître à Pergame au niveau civique pendant le principat d’Auguste, et être réintroduit au début du principat de Tibère. D’autres cités de la province ont procédé de la même façon en instituant d’abord une prêtrise simple sous Auguste, puis, après la mort de celui-ci, seulement, une grande prêtrise. Les chronologies diffèrent et, à cette époque, les titulatures des prêtres municipaux sont encore très variées. L’influence du modèle provincial est parfois très claire, comme à Kymè où le culte d’Auguste est associé à celui de Rome et les titres officiels acquis par Auguste intégrés progressivement, notamment celui de Père de la Patrie33. Mais des prêtrises d’Auguste beaucoup plus classiques existent ailleurs, par exemple à Nysa ou encore Magnésie du Sipyle34. L’évolution qui conduit des prêtres aux grands prêtres suit, elle aussi, des rythmes différents. Si la transformation se fait dès le règne de Tibère à Pergame et peut-être aussi à Érésos, sur l’île de Lesbos35, il faut parfois attendre ceux de Claude ou de Néron, par exemple à Cos où on trouve un prêtre d’Auguste, puis une prêtresse de Tibère, un prêtre des Augustes sous Claude – le médecin C. Stertinius Xénophon –, puis un grand prêtre sous Néron ou peut-être même seulement sous les Flaviens36.

  • 37 Par exemple dans I. Magnesia, 61.
  • 38 C’est le cas de C. Stertinius Xénophon, prêtre des empereurs à Cos.

27La première explication à la diffusion du titre de grand prêtre dans les cités serait donc la mise en place de cultes collectifs des empereurs, sans que le rythme de cette diffusion soit uniforme. Mais cette explication n’est pas suffisante. D’une part, on trouve à l’époque hellénistique des prêtres chargés du culte de plusieurs rois ; cela n’a pas entraîné leur transformation en grands prêtres37. D’autre part, il y a des prêtres simples des Augustes dans certaines cités : le culte collectif peut être assuré par un prêtre38. Enfin, on trouve des grands prêtres civiques dans certaines cités dès le début du règne d’Auguste, à un moment, donc, où il ne s’agit que du culte d’un souverain.

  • 39 Asclas sous Auguste (RPC, 1, 2585-2592) ; Alexandros à la fin du règne d’Auguste ou sous Tibère (R (...)
  • 40 I. Ephesos, 1687.
  • 41 Livie et les fils de Drusus César « nouveaux Dioscures » (I. Ephesos, VII, 2, 4337) ; Agrippine (I (...)
  • 42 Par exemple Claudius Titianus, fils de Demostratus, archiéreus (I. Ephesos, 1213).

28Le cas le plus net est celui d’Éphèse. La capitale de la province n’accueille pas de temple provincial avant le règne de Domitien ; pourtant, on y voit apparaître des grands prêtres dès le principat d’Auguste. Deux séries monétaires du règne d’Auguste et du début du règne de Tibère mentionnent en effet deux archiereis très probablement municipaux39. À l’époque tibérienne, le « grand prêtre » sans autre précision semble devenu « grand prêtre de Tibère40 » ; dans le même temps, des prêtrises simples sont créées pour plusieurs membres de la maison impériale41. La difficulté, dans le cas d’Éphèse, vient de ce que la documentation sur les sacerdoces civiques est inexistante entre la fin du règne de Tibère et le début du second siècle, moment où l’on retrouve une archiprêtrise sans autre précision42. Une partie de l’évolution nous échappe donc, mais l’archiprêtrise municipale a bien été créée dès le principat d’Auguste.

  • 43 IG, XII, 2, 656. Sur ce personnage, voir Robert, 1935, p. 475-476 ; Thériault, 2003, p. 232 ; Ferr (...)

29La situation est identique à Alabanda, où la titulature du prêtre civique est très proche de celle du grand prêtre provincial : M. Antonius Meleagrus est grand prêtre de Rome et d’Auguste (« ἀρχιερεὺς τῆς ‘Ρώμης καὶ τοῦ Σεβαστοῦ Καίσαρος »). À Lesbos, dans la cité de Mytilène, il en est de même pour C. Claudius Diaphenes, le fils de Potamon (« ἀρ-χιερεὺς Θεᾶς ‘Ρώμας καὶ τῶν Σεβαστῶν Δίος Καίσαρος’ Ολυμπίω πάτρος τᾶς πάτριδος »), peut-être remplacé par un grand prêtre sans autre précision dès la première moitié du ier siècle43.

  • 44 Par exemple dans Milet, I, 2, 6 (V, 1, p. 156) ou encore Milet, I, 2, 7 (VI, 1, p. 156).
  • 45 I. Mylasa, 534. De façon très surprenante, C. Iulius Hybreas (PIR2, H, 234) est grand prêtre « à t (...)
  • 46 Il est possible qu’une prêtrise simple ait d’abord été créée (TAM, V, 2, 902), puis qu’elle ait ét (...)
  • 47 C’est le cas pour C. Iulius Épicratès (Milet, VI, 3, 1131, l. 8-9). En outre, le fils de M. Antoni (...)

30Enfin, dans quelques cités, la titulature définitive d’archiereus sans précision du nom de l’empereur semble fixée dès le règne d’Auguste. C’est le cas à Milet (C. Iulius Epicrates)44, Mylasa (C. Iulius Hybreas)45 et Thyatire (M. Antonius Attalus Lepidas)46. Dans ces cités importantes, le culte civique est donc fondé très tôt sous la responsabilité d’un grand prêtre par des personnages de haut rang, tous citoyens romains à cette époque très haute, et qui ont sans doute participé également à la fondation du culte provincial47. Dans leurs cités, ils imitent la titulature provinciale, peut-être pour occuper eux-mêmes un titre comparable à celui des dignitaires du koinon. Ce sont ces personnages qui semblent être à l’origine de la première transformation du titre de grand prêtre en un titre municipal du culte impérial.

31La deuxième explication à l’introduction de la grande prêtrise dans les cités serait donc sociale et idéologique. Dans le cadre de l’émulation entre cités, et plus précisément de la compétition entre les élites des différentes cités d’Asie, la fondation du culte d’Auguste par des grands prêtres est peut-être une façon, pour les fondateurs, de s’attribuer un titre prestigieux autant dans leur cité que dans la province.

  • 48 Blaundos : von Saldern, 2006, no 10. Daldis : BMC Lydia, p. 72, no 15-17 ; SNG coll. v. Aulock, Ly (...)

32Progressivement, l’immense majorité des cités d’Asie rejoint ce modèle, et le titre de grand prêtre devient le plus courant dans le culte impérial municipal. On rencontre des grands prêtres même dans des cités de petite taille ou de formation récente, par exemple Blaundos en Lydie dans la deuxième moitié du iie siècle, Daldis, également en Lydie, où la transformation de la prêtrise en grande prêtrise est peut-être postérieure au principat d’Hadrien, mais aussi Hypapea ou encore Temenothyrae en Phrygie au iiie siècle48.

  • 49 Vibius, « sac(erdos) Caes(aris) » (RPC, 1, 2262) ; L. Flavius, « ἱερεὺς Καίσαρος » (I. Parion, 5)  (...)
  • 50 « ἱερασάμενον ’Aπóλλωνος Σμινθέος, ἳππωι δημoσίωι τετιμημένον, ἱερέα τῶν Σεβαστῶν τòν προσαγορευóμ (...)
  • 51 Brélaz, 2004, p. 202 ; Levick, 1967, p. 74 et suiv.

33L’institution du grand prêtre des empereurs exerce une attraction dans toute la province d’Asie, y compris sur les colonies romaines dans lesquelles, normalement, le culte impérial devrait être exercé par des flamines sur le modèle romain. La province d’Asie ne compte que deux colonies, Parion et Alexandrie de Troade. À Parion, aucun flamen n’est connu pour l’instant, et le prêtre de César éponyme correspond à un sacerdos latin. Au iie siècle apparaît un couple de grands prêtres sur un monument de gladiateurs ; il est probable qu’ils étaient chargés du culte impérial, les spectacles de type romain étant généralement une attribution des prêtres des empereurs49. À Alexandrie de Troade, le flamen, attesté jusqu’au milieu du iie siècle au moins, est traduit en grec par le terme ἱερεύς, prêtre. Dans la deuxième moitié du iie ou au iiie siècle apparaît pourtant un ἀρχιερεύς, grand prêtre50. Le faible nombre de sources ne permet pas de savoir si le flaminat a été remplacé par la grande prêtrise ou si les deux institutions sont contemporaines. L’apparition des grands prêtres dans les colonies romaines est à lier à la tendance générale qui rapproche les colonies romaines des cités grecques dans les régions très hellénisées. Le titre de grand prêtre fait à ce moment-là partie des institutions civiques grecques, comme l’agonothésie ou l’irénarchie51.

  • 52 Voir Kantiréa, 2007, pour l’Achaïe, et Fernoux, 2004, p. 359-364, pour la Bithynie.

34La très large diffusion de la grande prêtrise dans les cités est nette en Asie, mais ce n’est pas nécessairement le cas dans toutes les provinces hellénophones. En Achaïe, par exemple, il semble que des prêtres se maintiennent plus longtemps, comme, peut-être, en Bithynie, tandis que le titre de grand prêtre renvoie plus souvent au culte provincial52.

  • 53 IG, XII, 6, 7 ; I. Iasos, 90 ; I. Mylasa, 135.

35Ce constat pose plusieurs problèmes. En premier lieu, il faut se demander si la diffusion des grands prêtres civiques supprime toute nuance entre les titres de prêtre et de grand prêtre et s’ils sont devenus équivalents. Il semble que ce ne soit pas tout à fait le cas, mais que la hiérarchie entre prêtre et grand prêtre se déplace au sein des cités. À l’époque augustéenne, les seuls grands prêtres connus sont grands prêtres d’Auguste ou d’Auguste et de Rome. Le titre n’est jamais utilisé pour le culte de membres de la famille d’Auguste, même si c’est en association avec celui-ci. Ainsi, à Samos, C. Iulius Amunias est prêtre d’Auguste, de Caius César et d’Agrippa ; à Iasos, Dionysios est prêtre d’Agrippa César et d’Hermès, et à Mylasa, Aetion est prêtre d’Auguste, de la Victoire de Caius et Lucius César et d’Héraclès53. Nous n’avons en outre relevé aucun grand prêtre de César ni de Rome seule. À l’époque augustéenne, alors que le culte impérial, en Asie, intègre déjà de nombreux membres de la famille augustéenne, le titre de grand prêtre est réservé à Auguste et à lui seul, le reste du culte étant assuré par des prêtres.

  • 54 Timoclès, « ἀρχιερεὺς τοῦ αὐτοκράτορος » (IAph2007 12.512). La datation n’est pas certaine.
  • 55 Prêtres d’Antonia : IAph2007 9.26 ; de Livie : IAph2007 12.803 ; de Tibère et de nouveau de Livie  (...)

36En outre, pendant toute l’époque julio-claudienne, certaines cités créent des prêtrises d’empereurs particuliers ou de membres de la maison impériale, parallèlement à des grandes prêtrises dont la titulature n’évolue plus. Cette évolution n’est pas simple. Par exemple, à Aphrodisias, l’archi-prêtrise apparaît peut-être dès Auguste54, mais on trouve également des prêtres d’Antonia, de Livie, de Tibère sous le principat de Claude, de Titus et de Nerva. Des grands prêtres sont attestés pour Claude (en association avec Dionysos) et pour Vespasien55. Ce n’est qu’après Nerva que les prêtres disparaissent au profit des grands prêtres. Pour les empereurs, il y a donc une sorte d’hésitation pendant tout le premier siècle entre les titres de prêtre et de grand prêtre. En revanche, pour les membres de la famille impériale, il en est de même qu’à l’époque augustéenne : leur culte est assuré uniquement par des prêtres.

  • 56 Par exemple à Milet (IvD., 153). Un prêtre de Sévère Alexandre apparaît peut-être à Akmonia (MAMA, (...)

37Comme sous le principat d’Auguste, le titre de grand prêtre semble donc ne pas pouvoir s’appliquer à n’importe quel membre de la maison impériale, mais, normalement, uniquement aux empereurs. En outre, dans la province d’Asie, il semble que les titulatures de grands prêtres comportant le nom d’un empereur – et non « généralistes » – soient toujours liées au culte de l’empereur régnant. C’est par exemple le cas à Aphrodisias. Ces grandes prêtrises portant le nom d’un empereur tendent à disparaître au cours du ier siècle ; le cas le plus tardif, à ma connaissance, est celui de Titus, honoré par un grand prêtre à Bargylia en Carie. D’ailleurs, les simples prêtres portant dans leur titulature le nom d’un empereur ou d’un membre de la famille impériale se font eux aussi de plus en plus rares après l’époque julio-claudienne. Le cas le plus tardif, en Asie, semble en l’état actuel des sources Hadrien56.

38À partir des Flaviens, c’est la grande prêtrise sans précision de l’objet du culte qui l’emporte presque partout. On peut donc penser qu’à la fin du ier siècle, et surtout au iie siècle les grands prêtres assurent le culte de toute la maison impériale. Mais, au ier siècle, il reste peut-être une différence entre les prêtres et les grands prêtres : ce titre semble réservé au culte des empereurs et d’eux seuls.

  • 57 TAM, III, 97 : « ἀρχιέρειαν τῆς Σεβαστῆς ’Ιουλίας Δóμνης, μητρòς κάστρων ».

39Ces remarques ne sauraient être considérées comme définitives, ni surtout comme valables dans tout le monde grec à l’époque romaine. Hors de la province d’Asie, des grands prêtres d’autres personnages que les empereurs sont attestés, même s’ils sont très rares. Une étude précise reste à réaliser sur chaque province, mais il nous semble que les cas de grands prêtres de membres de la famille impériale sont exceptionnels et liés à des personnages particuliers. On trouve ainsi à Athènes un grand prêtre d’Antonia la Jeune, mère de Claude, sous le principat de celui-ci. Or, la propagande claudienne sur la pietas filiale du Prince a été très active et le choix d’une grande prêtrise peut s’expliquer comme une réponse de la cité à cette propagande impériale. À Termessos, en Pisidie, le culte de Iulia Domna est assuré par une grande prêtresse ; mais Iulia Domna n’est pas une épouse ou mère d’empereur comme les autres. Son rôle particulier dans le gouvernement de l’Empire a pu justifier la création d’une grande prêtrise57. Ces exemples amènent à nuancer les conclusions tirées d’une étude portant uniquement sur les cités de la province d’Asie – et l’argument e silentio doit être manié avec la plus grande prudence –, mais ils ne prouvent pas pour autant qu’il y a une équivalence stricte entre les titres de prêtre et de grand prêtre, d’abord parce qu’ils sont très rares, ensuite parce qu’ils correspondent peut-être à des circonstances exceptionnelles.

  • 58 Il y a bien un collège à Pergame pour Habicht, 1969, p. 133, mais pas uniquement lié au culte impé (...)

40Le deuxième problème soulevé par la diffusion de la grande prêtrise dans les cités est celui de l’organisation ou non en collège des différents prêtres municipaux du culte impérial. Le terme de grand prêtre, à l’origine, semblait lié à des hiérarchies sacerdotales, le préfixe ἀρχι-étant expliqué par l’existence d’un collège religieux58.

  • 59 Laumonier, 1934, p. 300-303, no 3, l. 3-6 : « [’Α]ριστογένην Μενίσκου τοῦ ’Aριστογέ[ν]oυς ἱερέα δι (...)
  • 60 Ti. Claudius Democrates et Ti. Claudius Teimon sont prêtres de Claude et Néron entre 51 et 54 (I. (...)

41La situation peut différer d’une cité à une autre, mais certains éléments ne vont pas du tout dans ce sens. Ainsi, même si le cumul d’une prêtrise et d’une grande prêtrise du culte impérial est rare, il est possible, notamment à Alabanda où un même personnage est prêtre à vie d’Hygie, de César et d’Hélios, mais aussi grand prêtre pour un an de Rome et d’Auguste59. En outre, il n’existe pas de hiérarchie évidente sur le plan social entre les prêtres et les grands prêtres. Par exemple, à Magnésie du Méandre, deux citoyens romains et grands prêtres d’Asie sont prêtres de Claude et de Néron, tandis que le grand prêtre, Pamménès, est un pérégrin qui semble n’avoir fait qu’une carrière locale. Le titre de Pamménès semble lui donner une autorité sur l’ensemble des cultes de la patrie : il est « ἀρχιερεὺς τῶν πατρίων θεῶν καὶ τῶν Σεβαστῶν ». Mais, sur le plan du prestige social, la hiérarchie entre Pamménès et les prêtres de Claude et Néron donne plutôt l’avantage à ces derniers60.

42L’enquête sur ce point est à poursuivre, mais une organisation en collège de prêtres dirigé par un grand prêtre paraît peu probable et, en tout cas, elle ne peut en aucun cas être considérée comme systématique.

  • 61 Robert, 1954, no 69. L’inscription n’est pas datée. Un cas similaire apparaît à Ancyre (Galatie) a (...)
  • 62 IGR, IV, 708, l. 2-3 : « ἀρχιερέα τῶν κατὰ πóλιν θεῶν ». Sur une monnaie, le même Artémon est simp (...)

43La troisième question posée par cette étude des titulatures est celle du maintien à l’époque impériale de l’usage du titre de grand prêtre dans des contextes sans rapport avec le culte impérial. À l’origine, le terme était utilisé pour des systèmes religieux et politiques non civiques assez hétérogènes, des grands prêtres égyptiens au grand pontife romain, le point commun entre ces systèmes étant l’idée de collège et de hiérarchie. La diffusion des grands prêtres du culte impérial n’a pas rendu impossible l’usage du titre dans ces contextes, mais l’a probablement limité. Ainsi, le grand pontife romain est toujours un grand prêtre, mais un grand prêtre « supérieur » : ἀρχιερεὺς μέγιστος. Le grand prêtre de Jérusalem conserve en revanche son titre sans modification. La difficulté est plus grande dans le monde civique. Dans la province d’Asie, les cas de grands prêtres explicitement liés à un culte autre que le culte impérial sont extrêmement rares. En réalité, nous n’en connaissons qu’un, à Héraclée de la Salbakè où une femme est grande prêtresse de la Tychè Propoléos61. En revanche, il arrive que le grand prêtre semble ne pas se charger uniquement du culte impérial. Le cas de Magnésie du Méandre déjà cité donne cette impression. À Synnada apparaît sous le principat de Claude un grand prêtre des dieux de la cité (Artémon, « ἀρχιερεὺς τῶν κατὰ πóλιν θεῶν ») dont il est difficile de dire s’il assure le culte impérial et occupe une position éminente dans l’ensemble de la religion civique, ou s’il n’a aucun lien avec le culte des empereurs. Beaucoup plus tard, au iiie siècle, existent à Synnada des grands prêtres des Augustes tout à fait classiques, ce qui laisse penser qu’Artémon devait déjà être un prêtre du culte impérial62. La ressemblance avec la situation de Magnésie du Méandre va également dans ce sens. Mais en l’absence d’autres sources sur les prêtres de cette cité, on ne peut totalement exclure la possibilité d’une fonction sans lien avec le culte impérial.

  • 63 Levick, 1967, p. 87-88. Men : IK, 67, no 11 ; Dionysios : IGR, III, 299 ; peut-être une grande prê (...)

44Ces cas sont très rares en Asie, province dans laquelle les sacerdoces du culte impérial municipal ont finalement atteint une grande homogénéité et où le titre de grand prêtre semble, au moins à partir du iie siècle, monopolisé par le culte des empereurs. Cela s’explique probablement par l’homogénéité culturelle et politique de la province et les phénomènes d’imitation et d’émulation entre cités. En revanche, en dehors de cette province, la situation semble plus complexe. Ainsi, à Antioche de Pisidie, principauté sacerdotale qui devient, sous l’Empire, une colonie romaine, on trouve à la fois des grands prêtres de Dionysos, des grands prêtres de Men, et peut-être une grande prêtresse du culte impérial63.

45Il n’est donc pas possible de considérer qu’un titre de grand prêtre renvoie systématiquement et sans exception au culte impérial. Si, en Asie, les cas de grands prêtres non liés au culte des empereurs paraissent extrêmement rares, ce n’est pas nécessairement le cas dans toutes les provinces anatoliennes. L’étude du culte impérial local doit sans aucun doute tenir compte de l’histoire particulière des communautés et le cas de la province d’Asie, non seulement très hellénisée mais également pionnière en matière de culte impérial provincial comme municipal, fournit davantage un exemple d’homogénéisation réussie qu’un modèle applicable à toute la partie hellénophone de l’Empire. Les phénomènes de concurrence et d’émulation entre cités y sont particulièrement marqués et cela peut expliquer que, dans cette province au moins, le titre de grand prêtre soit devenu le titre par excellence pour désigner les prêtres du culte impérial.

5. CONCLUSIONS

46Malgré ces réserves, il est possible de dégager certains traits caractéristiques des titulatures des prêtres des empereurs dans les cités d’Asie.

47D’abord, les grands prêtres qui portent dans leur titulature le nom d’un empereur sont en règle générale chargés du culte de l’empereur vivant, c’est-à-dire ni de membres de la famille impériale, ni de César, ni de Rome. C’est le cas dès le principat d’Auguste, soit dès l’apparition des grands prêtres civiques. Cela correspond à un phénomène bien connu : le culte de l’empereur vivant est central dans le monde grec, et non celui des empereurs décédés et officiellement divinisés. Il s’agit d’une différence majeure avec les structures du culte impérial dans le monde occidental.

  • 64 Habicht, 1970, p. 241 et suiv. ; Herz, 1997, p. 243.

48Mais au cours du ier siècle de notre ère, la précision du nom de l’empereur honoré disparaît au profit d’un culte collectif des empereurs. Au ier siècle, certaines cités adaptent encore les titulatures aux changements dynastiques. Mais avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie flavienne, ces adaptations deviennent de plus en plus rares. L’institutionnalisation du culte impérial provoque donc l’émergence d’un titre réservé au culte collectif, indépendant de la succession des empereurs. Ce culte comprend-il seulement celui des empereurs, ou intègre-t-il également celui de leur famille ? La réponse à cette question est d’autant plus difficile qu’il n’existe ni liste officielle de Divi dans les cités, ni véritable règle pour la création de cultes de membres de la famille impériale au niveau municipal. Au ier siècle, les fréquentes créations de prêtrises particulières pour la famille des empereurs montrent que le culte peut s’étendre à de nombreux personnages. Par la suite, les grands prêtres assurent probablement ces cultes sans que cela se reflète dans les titulatures. Il s’agit là d’une différence majeure avec le monde hellénistique, pour laquelle on peut parler, en négatif, de routine et d’automatisme – mais surtout, de façon plus neutre, d’institutionnalisation liée à l’accentuation du phénomène, pourtant ancien, d’un culte de moins en moins lié à l’action concrète du souverain et de plus en plus au simple fait qu’il est souverain64.

49À l’origine de la diffusion du titre de grand prêtre et de l’uniformisation des titulatures des prêtres municipaux en Asie, trois phénomènes semblent fondamentaux : l’influence de la cité de Pergame, la première où apparaissent des grands prêtres municipaux ; l’influence du koinon d’Asie, de nombreuses cités imitant la titulature provinciale ; enfin, le rôle des fondateurs du culte civique. La personnalité des fondateurs du culte d’Auguste, notables proches du pouvoir augustéen, capables d’une action à l’échelle provinciale, mais, pour autant, défenseurs et représentants de leurs cités dans le koinon et auprès de l’empereur, semble un élément très important pour comprendre cette « innovation » que constitue la création de grandes prêtrises civiques dès les premières années du principat. On connaît le rôle des néocories dans la compétition entre cités de la province d’Asie ; les titulatures des prêtres du culte impérial doivent elles aussi être étudiées en lien avec ce contexte d’émulation et de rivalité entre cités. À Éphèse, la fondation d’une archi-prêtrise d’Auguste peut être mise en rapport avec l’attribution du temple provincial à Pergame ; les dignitaires éphésiens, en choisissant une titulature équivalente à la titulature provinciale, trouveraient un moyen pour « compenser » un peu la perte du temple provincial, pour se mettre à un rang comparable à celui des grands prêtres du koinon. Les fondateurs du culte municipal d’Auguste ont pu introduire très tôt la fonction de grand prêtre dans les cités pour des raisons de prestige personnel. Les titulatures des prêtres, comme l’ensemble du culte impérial, doivent ainsi être étudiés en lien avec les structures politiques, administratives, religieuses, mais aussi sociales du monde romain.

50Ces différentes logiques – culte collectif, imitation de la province et émulation entre cités – se cumulent pour aboutir à la diffusion progressive du titre de grand prêtre civique, titre qui se stabilise au point de n’être presque plus modifié à partir de la fin du ier siècle, quelle que soit la situation de l’Empire, et qui devient un élément d’homogénéité de la province. En ce sens, l’organisation en un koinon unique pour toute l’Asie, ainsi que la spécificité des relations entre les cités de la province et entre leurs dirigeants, entraînent une évolution importante de l’organisation du culte des souverains par rapport à l’époque royale. Si l’empereur romain n’organise pas son propre culte, les structures administratives et politiques romaines ont pourtant bien un rôle fondamental dans l’organisation du culte impérial.

Notes

1 Ce point a été souligné en particulier par Robert, 1966a, p. 414 (= OMS, VI, p. 38).

2 Sur l’usage littéraire du terme ἀρχιερεύς, voir Müller, 2000, p. 535.

3 Par exemple dans I. Salamis, 6 : « ‘'λενον, τòν συγγενῆ καὶ τροφέα τοῦ βασι-λέως καὶ ἀρχιερέα καὶ στρατηγòν τῆς νήσου »

4 Gauthier, 1996, p. 2-3 (Xanthos). Voir Müller, 2000, particulièrement p. 531-534 et 527, note 45 pour la bibliographie récente ; Savalli-Lestrade, 1998, p. 34-35, no 37 ; Ma, 1999, p. 145-147 ; Dignas, 2002, p. 45-49 et 56-58.

5 Ainsi dans l’inscription de Xanthos publiée par Gauthier, 1996, p. 2-3, l. 1-4 (SEG, 46, 1721 ; Bull., 1997, 566) : « [Βασιλευόν]των ’Aντιóχου καὶ ’Αντιóχου τοῦ υἱοῦ, [(ἔτους]) ςιρ, μ]ηνòς Γορπιείου, ἐπ’ ἀρχιερέως Νικάνορος, [ἐν δὲ Ξάνθ]ωι ἐφ’ ἱερέως τῶν μὲν βασιλέων Πρασίδου [τοῦ Νικ]οστράτου. »

6 Mellor, 1975, p. 181-183. On trouve des grands prêtres de Rome uniquement sous le principat, en association avec le culte des empereurs.

7 Sur cette question complexe, voir Müller, 2000 ; Müller et Wörrle, 2002 ; Virgilio, 2003, p. 106-109 ; Hamon, 2004.

8 Voir ci-dessous.

9 Campanile, 1997, p. 243-244 ; 2006, p. 523-584 ; 2007, avec la bibliographie, p. 129, note 1.

10 Ainsi la création de jeux en l’honneur de Q. Mucius Scaevola : OGIS, 438 et 439 (Olympie) ; IGR, IV, 291 (Pergame) ; les remerciements à César le saluant comme dieu épiphane en -48 (Syll.3, 760). Voir Magie, 1950, p. 174-175, 406 et 447. Des concours communs des Grecs d’Asie apparaissent dans une inscription d’Aphrodisias (Aphr. & Rome, no 5).

11 Pythodoros de Tralles et Euthydème de Mylasa ; voir Campanile, 1997 et 2006, p. 137-138.

12 La date exacte d’apparition du grand prêtre d’Asie n’est pas connue ; l’attestation la plus ancienne est celle de C. Iulius Xénon de Thyatire, peut-être vers-10. Mais il est probable que la grande prêtrise a été créée au moment de la fondation du temple.

13 Sardes, VII, 1, 8. La fonction d’agonothète des Sebasta Kaisarea est insérée dans la titulature de grand prêtre de Rome et d’Auguste. Sur ce titre et sur la carrière de M. Antonius Lépidas : Campanile, 1994, no 1.

14 Sur l’évolution de la titulature du grand prêtre provincial, voir Campanile, (1993, 1994, 2006) et, pour Euklès, Herrmann et Malay, 2007, no 58.

15 La bibliographie extrêmement riche sur cette question discutée est rassemblée par Carter, 2004, p. 41, notes 1 à 3. Voir, particulièrement, Weiss, 2002.

16 Voir, par exemple, IGR, 4, 292, l. 30-31 ; entre-85 et-73 selon Chankowski, 1998. Sur Diodoros Pasparos, voir aussi Gauthier, 1985, p. 60-63 ; Virgilio, 1996, p. 84 ; Jones, 1974. En ce qui concerne la chronologie, la datation haute défendue par Musti, 1998, a été réfutée notamment par Jones, 2004.

17 IGR, IV, 1682 l. 2-3. Voir Virgilio, 2003, p. 198-199 (son amitié avec César) ; Halfmann, 2004, p. 30-31 (son rôle à Pergame et sa carrière après l’époque césarienne).

18 Virgilio, 1996, p. 312, note 69. Kienast, 1970, col. 226-227, pose le problème et envisage avec prudence que Diodoros soit grand prêtre du culte des Attalides. Sa proposition est reprise par Radt, 1986, p. 114.

19 En outre, le décret OGIS, 332, mentionne un prêtre et agonothète d’Attale III, et non un grand prêtre ; de même, un prêtre de Philétairos (également prytane éponyme). Pour l’activité de Diodoros Pasparos en matière de culte impérial, voir les inscriptions rassemblées et classées par Chankowski, 1998.

20 Habicht, 1969, p. 132-133 : Euthydème serait un grand prêtre de tous les cultes de la cité, comme C. Iulius Pulcher, Claudius Fronto, C. Antius, A. Iulius Quadratus ; même sous l’Empire, l’auteur ne les considère pas comme des grands prêtres du culte impérial.

21 CIL, III, 399, l. 3-5 : « M. Tullio f. Cor. Cratippo sacerdoti Romae et salutis ». Mellor, 1975, no 114, p. 217.

22 RPC, 1, 2570-2574 : ’Aρχιερεὺς Γραμ(ματεὺς) Γλαύκων ’Έφε(σος). » Il pourrait s’agir de Glaukon fils de Glaukon, agonothète et prêtre de Rome en -46/-45 (I. Ephesos, 9, l. 20-21), mais cela n’a rien de certain étant donné la fréquence de ce nom.

23 C’était l’hypothèse de Brandis, 1895, col. 482-483. Voir également RPC, 1, 1, p. 431-432.

24 Ramsay, 1941, p. 263-264, où l’auteur compare le titre de grand prêtre à celui de néocore, attesté pour Artémis. Le rapprochement est intéressant sur le fond, mais ne peut expliquer l’apparition du grand prêtre éphésien. En effet, la revendication d’une néocorie d’Artémis est tardive et liée à la compétition entre les cités pour la néocorie du culte impérial, tandis que cette grande prêtrise est antérieure au principat.

25 I. Ephesos, Ia, 9 : la liste continue jusqu’en -18/-17 mais, à partir de -39/-38, les agonothètes cessent d’être prêtres de Rome. I. Ephesos, VII, 1, 3066 : un prytane, prêtre de Rome et de P. Servilius Isauricus à l’époque augustéenne.

26 Sur le maintien des cultes des rois hellénistiques, voir la contribution d’A. Chankowski dans ce volume.

27 SNG v. Aulock, 3057-3060. Trillmich, 1978, p. 131, note 465, résume ainsi le débat sur la datation : « Imhoof-Blumer, LStM 114 hält sie für augusteisch, ebenso G. Mac-Donald, HunterColl II 460 no 1 ; B. V. Head, CGC Lydia 188 ff. setzt sie ins 2. Jh. v. Chr., und nach N. Breitenstein in SNG Dänemark - Lydia gehören sie in das 1. Jh. v. Chr. ». Les éditeurs du RPC (I, 1, p. 491), pour leur part, retiennent avec prudence une datation au ier siècle av. J.-C. (« for the time being, the coins are tentatively left in the first century B. C. ») tout en admettant que certains éléments plaident pour une émission plus tardive.

28 I. Magnesia, 221.

29 M. Tullius Cratippus, « ἱερεὺς διὰ γένους θεᾶς ‘Ρώμης καὶ θεοῦ Σεβαστοῦ », I. Pergamon, 260 ; Robert, 1962a.

30 Cn. Otacilius Chrestus (ἱερεὺς Καίσαρος, I. Pergamon, 475), et C. Iulius Sacerdos (ἱερεὺς Τιβερίυ Κλαυδίου Νέρωνος, IGR, IV, 454). La datation de ce dernier est incertaine, voir Friesen, 2001, p. 31.

31 RPC, 1, 2366.

32 Campanile, 1993.

33 Polémon, ἱερεὺς τᾶς ‘Ρώμας καὶ Αὐτοκράτορος Καίσαρος θεῶ υἱῶ θεῶ Σεβαστῶ ἀρχιερέος μεγίστου καὶ πατρòς τᾶς πατρίδος » (I. Kyme, 19).

34 Nysa : Heracleides, « ἱερεὺς ‘Ρώμης καὶ ’Aὐτοκράτορος Καίσαρος Σεβαστοῦ » (CIG, 2943). Magnésie du Sipyle : Dionysios Kilas, « ἱερεὺς Σεβαστοῦ » (RPC, 1, 2449-2450).

35 Dans une dédicace à Auguste, Damarchos fils de Léon apparaît comme simplement « prêtre [d’Auguste] » : IG, XII, 2, 542 (= IGR, IV, 43) ; ZPE, 139, 2002, p. 102-104 (= AE, 2002, 1362 = SEG, 52, 771). Plus tard, sous le règne de Claude, le même Damarchos, devenu citoyen romain, est « prêtre et grand prêtre à vie des Augustes, de tous les dieux et de toutes les déesses » : IG, XII, 2, 549 (= IGR, IV, 18). La carrière de Damarchos s’étendrait ainsi de la fin du règne d’Auguste au début de celui de Claude, soit pendant une trentaine d’années, ce qui est long mais n’a rien d’impossible s’il était jeune lors de sa première prêtrise d’Auguste. La suite de l’évolution du culte municipal à Éresos n’est pas connue, car aucun grand prêtre ne peut être daté avec certitude avant le iiie siècle.

36 Nicagoras, prêtre d’Auguste en-3 (Paton-Hicks, 344 = IGR, IV, 1087) ; Minnis, prêtresse de Tibère (Iscr. di Cos, EV, 226 ; SEG, 44, 695) ; C. Stertinius Xénophon, prêtre à vie des Augustes (Iscr. di Cos, EV, 219). Un anonyme apparaît comme grand prêtre de Claude ou Néron à la fin de l’époque julio-claudienne (Iscr. di Cos, EV, 134), mais le premier grand prêtre daté avec certitude a vécu au début du iie siècle (C. P. Hetereius Frugi, IGR, IV, 1101).

37 Par exemple dans I. Magnesia, 61.

38 C’est le cas de C. Stertinius Xénophon, prêtre des empereurs à Cos.

39 Asclas sous Auguste (RPC, 1, 2585-2592) ; Alexandros à la fin du règne d’Auguste ou sous Tibère (RPC, 1, 2613-2619).

40 I. Ephesos, 1687.

41 Livie et les fils de Drusus César « nouveaux Dioscures » (I. Ephesos, VII, 2, 4337) ; Agrippine (I. Magnesia, 158).

42 Par exemple Claudius Titianus, fils de Demostratus, archiéreus (I. Ephesos, 1213).

43 IG, XII, 2, 656. Sur ce personnage, voir Robert, 1935, p. 475-476 ; Thériault, 2003, p. 232 ; Ferrary, 2005, p. 64 et note 46. Diaphenes a probablement succédé à son père Potamon, simplement prêtre d’Auguste, vers 10.

44 Par exemple dans Milet, I, 2, 6 (V, 1, p. 156) ou encore Milet, I, 2, 7 (VI, 1, p. 156).

45 I. Mylasa, 534. De façon très surprenante, C. Iulius Hybreas (PIR2, H, 234) est grand prêtre « à titre héréditaire », alors qu’il semble le premier à avoir occupé la fonction. Il pourrait s’agir d’un titre honorifique. Sur cette question et le reste de la carrière de ce personnage, voir Marasco, 1992, p. 37-59 ; Bull. ép., 1959, 107a ; Holtheide, 1983, p. 28-30 et p. 273 ; Robert, 1950a, p. 95-96 ; 1966, p. 419-420 ; Delrieux et Ferriès, 2004, particulièrement p. 513, note 170.

46 Il est possible qu’une prêtrise simple ait d’abord été créée (TAM, V, 2, 902), puis qu’elle ait été transformée sous le principat d’Auguste en grande prêtrise. Le fait que M. Antonius Lepidas soit grand prêtre à vie incite à penser qu’il en est le fondateur.

47 C’est le cas pour C. Iulius Épicratès (Milet, VI, 3, 1131, l. 8-9). En outre, le fils de M. Antonius Attalus Lepidas a été un des premiers grands prêtres d’Asie (Sardis, VII, 1, 8, l. 99-102) ; il est possible que la famille ait été impliquée dans le culte provincial dès la génération de Lepidas.

48 Blaundos : von Saldern, 2006, no 10. Daldis : BMC Lydia, p. 72, no 15-17 ; SNG coll. v. Aulock, Lydia, no 2936-2937. Hypaepa : Drew-Bear, 1980 (= SEG, 30, 1383-1384). Temenothyrae : IGR, IV, 617 ; Robert, 1940, no 217 ; Drew-Bear, 1979, p. 296, no 8.

49 Vibius, « sac(erdos) Caes(aris) » (RPC, 1, 2262) ; L. Flavius, « ἱερεὺς Καίσαρος » (I. Parion, 5) ; L. Licinius Firmus, « ἱερεὺς [Καίσαρος] (I. Parion, 6) ; « φαμιλία μονομάχων καὶ ὑπóμνημα κυ]νηγεσίων ἀρχιερέως Aἰλίου ’Ιουλιανοῦ καὶ ἀρχιερείας’ Οφιλλίας Ζωτικης, θυγατρος’ Οφιλλίου Ζωτικοῦ (I. Parion, 11). Sur ce type de monument, voir Robert, 1940, particulièrement p. 57.

50 « ἱερασάμενον ’Aπóλλωνος Σμινθέος, ἳππωι δημoσίωι τετιμημένον, ἱερέα τῶν Σεβαστῶν τòν προσαγορευóμεον φλάμινα » (I. Alexandria, 41). Sur l’équivalence entre « prêtre des Augustes » et « flamen », voir Jones, 1985, p. 43. Un grand prêtre au iie ou iiie siècle : I. Alexandria, 140.

51 Brélaz, 2004, p. 202 ; Levick, 1967, p. 74 et suiv.

52 Voir Kantiréa, 2007, pour l’Achaïe, et Fernoux, 2004, p. 359-364, pour la Bithynie.

53 IG, XII, 6, 7 ; I. Iasos, 90 ; I. Mylasa, 135.

54 Timoclès, « ἀρχιερεὺς τοῦ αὐτοκράτορος » (IAph2007 12.512). La datation n’est pas certaine.

55 Prêtres d’Antonia : IAph2007 9.26 ; de Livie : IAph2007 12.803 ; de Tibère et de nouveau de Livie : IAph2007 12.1002. Grand prêtre de Claude et de Dionysos : IAph 2007, 12, 515. Grand prêtre de Vespasien : IAph 2007, 12, 314.

56 Par exemple à Milet (IvD., 153). Un prêtre de Sévère Alexandre apparaît peut-être à Akmonia (MAMA, 6, 240), mais le texte n’est pas certain.

57 TAM, III, 97 : « ἀρχιέρειαν τῆς Σεβαστῆς ’Ιουλίας Δóμνης, μητρòς κάστρων ».

58 Il y a bien un collège à Pergame pour Habicht, 1969, p. 133, mais pas uniquement lié au culte impérial. Kantiréa, 2007, p. 62, semble considérer ce sens comme évident pour Athènes : le grand prêtre est le « président du conseil des prêtres municipaux ». Mais le préfixe ἀρχι- peut également avoir un sens superlatif, sans idée d’organisation pyramidale. Ainsi, les ἀρχίατροι ne sont pas nécessairement à la tête d’un collège de médecins.

59 Laumonier, 1934, p. 300-303, no 3, l. 3-6 : « [’Α]ριστογένην Μενίσκου τοῦ ’Aριστογέ[ν]oυς ἱερέα διὰ γένους 'Υγιεἱας τε καὶ [Σ]ωτηρἱας Αὐτοκράτορος Καἱσαρος καὶ ‘Ηλἱου ».

60 Ti. Claudius Democrates et Ti. Claudius Teimon sont prêtres de Claude et Néron entre 51 et 54 (I. Magnesia, 157) ; Pamménès est grand prêtre des dieux de la patrie et des Augustes sous le principat de Claude (I. Magnesia, 113, l. 4-6).

61 Robert, 1954, no 69. L’inscription n’est pas datée. Un cas similaire apparaît à Ancyre (Galatie) au iiie siècle : un grand prêtre de Tychè, également grand prêtre, descendant de grands prêtres et galatarque (Bosch, 1967, p. 348, no 287).

62 IGR, IV, 708, l. 2-3 : « ἀρχιερέα τῶν κατὰ πóλιν θεῶν ». Sur une monnaie, le même Artémon est simplement « ἀρχιερεὺς » (RPC, 1, 3187).

63 Levick, 1967, p. 87-88. Men : IK, 67, no 11 ; Dionysios : IGR, III, 299 ; peut-être une grande prêtresse du culte impérial dans IK, 67, no 169, qui commémore un spectacle de gladiateurs, en général organisé par les prêtres des empereurs.

64 Habicht, 1970, p. 241 et suiv. ; Herz, 1997, p. 243.

Auteur

Docteur de l’École pratique des hautes études – IVe Section, ancienne élève de l’École normale supérieure. Ses recherches portent sur l’histoire des élites dirigeantes de l’Orient romain. Elle a soutenu en 2009 une thèse sur les prêtres du culte impérial dans les cités d’Asie Mineure.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540