Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

L'aura artistique et religieuse

Chapitre XII. Crinagoras et les poètes de la Couronne de Philippe : la cour impériale romaine dans les yeux des Grecs

Isabelle Cogitore

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Gow et Page, 1968.
  • 2 Cameron, 1993, p. 1-15.
  • 3 Laurens, 1989, p. 35-130.

1La Couronne de Philippe est un recueil d’épigrammes grecques qui nous a été transmis par l’Anthologie palatine et que les travaux de Gow et Page ont reconstitué1. La popularité des épigrammes à l’époque hellénistique était grande et avait été par la suite entretenue par plusieurs anthologies, dont l’une, la Couronne de Méléagre, datant du début du ier siècle avant J.-C., est une proche parente du recueil étudié ici ; comme l’a montré Alan Cameron, la taille de l’anthologie de Méléagre, l’arrangement artistique, mais surtout la variété des sujets et des thèmes ont servi de modèle à la Couronne de Philippe2. Mais une évolution peut être discernée depuis les débuts de l’épigramme et a bien été mise en lumière par Pierre Laurens3 : si l’idée que les épigrammes ont à l’origine été réellement gravées n’est pas totalement à exclure, elles ont assez vite pris une forme littéraire raffinée, qu’il s’agisse des épigrammes ecphrastiques (de nombreuses descriptions de statues, tableaux, gemmes sculptées) ou des épigrammes votives, ou encore amoureuses. Ce raffinement se manifeste tout particulièrement dans le partage de codes communs, aussi bien littéraires que culturels au sens large. La Couronne de Philippe, pour sa part, marque un tournant, au moment où l’épigramme amoureuse semble, avec Philodème de Gadara, avoir atteint la fin de sa vie ; se manifeste alors une éclosion de l’épigramme épidictique, créant une « esthétique de l’impromptu », comme le dit Pierre Laurens. La multiplication des cadeaux et des billets qui les accompagnent dessine une sociabilité nouvelle, dans laquelle s’inscrivent les épigrammes qui concernent la famille impériale. Nous nous trouvons de ce fait devant un recueil au confluent de la poésie et de la politique qui peut fournir des pistes de réflexion sur le fonctionnement de la cour impériale julio-claudienne.

  • 4 Certains poètes portent des noms latins, mais leur identification reste problématique, comme dans (...)
  • 5 Suét., Iul., 56 : sans doute les bibliothèques grecques et latines, en raison du pluriel ; voir Bo (...)
  • 6 Voir l’ensemble du livre de Bowersock, 1965, et spécialement p. 112-133 sur les poètes grecs.
  • 7 Herman, 1997.

2En outre, ce recueil présentant des épigrammes écrites principalement par des Grecs et, en tous cas, en grec4, il est aussi à considérer dans le cadre des relations culturelles entre Rome et le monde grec. Les contacts entre ces deux parties du monde ont été nombreux, on le sait, et ont pris des formes diverses. Rappelons, pour la partie culturelle qui nous intéresse ici, qu’un des poètes, le chevalier Pompeius Macer, Mytilénien, a été chargé par Auguste d’organiser les bibliothèques, probablement grecques et latines5, et que des poètes grecs ont souvent fait partie de la suite des généraux romains, puis des empereurs6. Les épigrammes sont donc, à plus d’un titre, au confluent des mondes grecs et latins. Le phénomène aulique, avec ses variations entre les mondes grec et latin, constitue un terreau fertile pour cette littérature7.

  • 8 A. P., 9, 178.
  • 9 Cameron, 1993, p. 56-58.

3La Couronne de Philippe est généralement datée du règne de Caligula, d’après les études de Cichorius, suivi par Gow et Page. Elle contient des poèmes qui prennent immédiatement la suite de la Couronne de Méléagre, c’est-à-dire remontant à la première décennie du ier siècle avant J.-C. La question de la limite basse est plus épineuse. Une épigramme pourrait être d’époque néronienne : il s’agit d’un poème d’Antiphilus qui fait référence à des événements de 538. Dans leur édition, Gow et Page ont préféré y voir une inclusion postérieure à la constitution du recueil, qui pourrait avoir été publié à la fin du règne de Caligula. Alan Cameron en revanche pense qu’il y a eu deux éditions, et que la deuxième est d’époque néronienne9. Le problème est considéré comme central par les spécialistes de l’épigramme grecque, qui tiennent à replacer ces œuvres dans un contexte le plus précis possible, et l’on est frappé, à la lecture de la littérature secondaire portant sur ces textes, par la place qu’occupent les querelles de datation et d’identification. Notre démarche sera ici différente car, que la datation soit caligulienne ou néronienne, ces poèmes ont une importance singulière qui dépasse le cadre de la chronologie précise. Du point de vue des représentations mentales auxquelles la cour impériale donne lieu, la vingtaine d’années d’écart entre les deux datations n’apporte guère de changement.

4Les liens de ces poèmes avec la cour apparaissent à travers les sujets traités et la personnalité de certains auteurs, quand celle-ci est connue. Parmi la cinquantaine d’épigrammatistes qui composent la Couronne, une dizaine ont composé des poèmes qui concernent la famille impériale. De stature variable – et de talents divers ! –, ces poètes sont majoritairement originaires du monde grec.

  • 10 On pourait, par exemple, penser que, lors de la troisième ambassade, Crinagoras n’était pas un des (...)

5Le principal d’entre eux est Crinagoras de Mytilène, dont cinquante et une épigrammes figurent dans le recueil ; cette masse assez considérable fait de lui un des trois auteurs les plus richement représentés. Mais surtout il se détache des autres par sa proximité avec la cour impériale, évidente dans les sujets traités par dix-sept épigrammes. Des inscriptions trouvées au xixe siècle sur un mur à Mytilène ont permis de savoir qu’à l’époque césarienne, probablement en -48 ou -47, une ambassade des Mytiléniens avait compté Crinagoras dans ses rangs, nommé dans un décret honorifique rendu par la cité : Crinagoras s’était rendu auprès de César, peut-être juste après Pharsale, pour honorer le vainqueur. Cette première ambassade signale le début des liens entre le poète et les Julio-Claudiens. On le retrouve en effet parmi les huit ambassadeurs que Mytilène envoie plus tard à César pour obtenir une garantie des libertés de la cité ; une inscription rappelle une lettre de César à Mytilène, qui mentionne Crinagoras parmi les ambassadeurs. Cette « deuxième ambassade » se situerait en -45. Une troisième ambassade se place sous Auguste, en -25 selon la date consulaire (neuvième consulat d’Auguste, avec M. Junius Silanus pour collègue) ; une inscription rappelle un traité entre Rome et Mytilène, et, bien que les ambassadeurs ne soient pas nommés, il a été supposé et admis que Crinagoras en faisait partie car Auguste se trouvait en Espagne en -25, et le poète mentionne dans ses épigrammes un voyage hors d’Italie, et des lieux sur le chemin vers l’Espagne. Sa proximité avec la famille impériale à cette période étant avérée par d’autres épigrammes, il est généralement admis que la troisième ambassade, à Auguste cette fois, comptait de nouveau Crinagoras dans ses rangs. Ainsi commence à se dessiner la figure d’un poète, originaire de Mytilène, qui est resté fidèle à sa patrie tout en occupant une place auprès de l’empereur. La longévité de Crinagoras est cependant un problème : le laps de temps couvert par ces trois ambassades est déjà considérable, mais il faut en outre ajouter que certaines épigrammes peuvent être datées des années 11 à 16 : si on place sa naissance dans les années -70, Crinagoras aurait donc vécu près de 90 ans, ce qui est considérable. Mais rien ne permet par ailleurs de supposer l’existence d’un homonyme et la carrière de Crinagoras, si longue soit-elle, est assez cohérente pour être bien celle d’un seul et unique individu, doté d’une belle longévité. Toutefois, on signalera un fait troublant qui, à ma connaissance n’a pas été remarqué : aucune épigramme ne peut être datée de l’époque césarienne, la plupart de celles qui peuvent être datées sont clairement augustéennes, voire tibériennes. Faut-il penser que Crinagoras n’a pas écrit dans la première partie de sa vie, quand il était surtout un Mytilénien œuvrant pour sa patrie, et qu’il ne se serait consacré à l’écriture qu’une fois admis dans le cercle de la cour impériale10 ? C’est une hypothèse à prendre en considération et sur laquelle nous reviendrons.

  • 11 Voir la démonstration de Gow et Page, dans leur introduction à Antipater de Thessalonique.
  • 12 Hurlet, 2006a, p. 139-141.

6L’autre poète largement représenté dans l’ensemble des textes pris ici en compte est Antipater de Thessalonique, lui aussi cité par Philippe dans sa préface comme un des trois contributeurs majeurs de la Couronne. Une difficulté existe quant à son identification car il a souvent été confondu avec Antipater de Sidon, bien antérieur11. Mais ce qui distingue Antipater de Thessalonique et qui apportera des éléments utiles à notre réflexion est le lien avec son patron, Piso, en qui on s’accorde à reconnaître L. Calpurnius Piso Frugi, consul en -15 et mort en 32, connu pour ses campagnes en Macédoine où il reçoit un commandement extraordinaire12. Antipater, s’il ne fait pas partie de la cour impériale, est un proche de Tibère et ses poèmes sont à voir sous cette lumière.

  • 13 Cichorius, Römische Studien, 335 ; Bowersock, 1965, p. 134
  • 14 Il est appelé ainsi dans la préface de Philippe ; voir l’introduction de Gow et Page, 1968, p. 263 (...)
  • 15 Il pourrait s’agir d’un affranchi grec milésien ayant obtenu la citoyenneté romaine grâce à Antoni (...)

7Il faut ajouter Philippe, « auteur » de la Couronne, qui, sur les 89 épigrammes qu’il place dans le recueil, en consacre quatre à des thèmes impériaux ; il n’est pas connu par ailleurs et ne se distingue pas par une quelconque originalité. D’autres auteurs de la Couronne peuvent être rapprochés de ceux-ci : Antiphilus, difficilement datable, comme on l’a vu plus haut, au sein de la période julio-claudienne ; Apollonidès, qui semble avoir été un rhéteur d’époque tibérienne et vécut en Asie13 ; Bassus, peut-être Lollius Bassus, d’époque tibérienne ; Honestus, tibérien ; Diodorus Zonas de Sardes, d’identification problématique14 et Thallus, dont le gentilice était peut-être Antonius15. La liste de ces noms est bien plus courte que celle des hypothèses auxquelles ils ont donné lieu. Le peu qu’on sait d’eux transparaît dans la fréquence avec laquelle Gow et Page les présentent comme « one of those who sought or enjoyed the patronage at the imperial court ».

  • 16 Sur les règles et pratiques qui régissent la vie de cour, voir l’approche intéressante de Herman, (...)

8Cette dizaine de poètes nous a laissé, au sein des épigrammes qui composent la Couronne de Philippe, une quarantaine d’épigrammes que j’appellerai « impériales », c’est-à-dire concernant l’empereur, la famille impériale ou des proches de la domus. Ce n’est donc pas un ensemble négligeable et sa cohérence même fournit des indications16. En effet, outre la nécessaire, quoique relative, unité due à la forme de l’épigramme, les sujets traités s’organisent en quatre catégories : les cadeaux, l’ambiance culturelle de la cour, le cadre militaire et, enfin, les célébrations familiales. En examinant ces catégories, on voit se dessiner les contours de la cour impériale romaine, vue par les yeux des poètes de la Couronne.

1. LES CADEAUX

9Les cadeaux envoyés par les poètes ou pour lesquels ils composent une épigramme forment un premier ensemble. Trois poèmes concernent des livres, qui constituent le type même du cadeau symbolique. Ainsi, Antipater adresse-t-il à Pison « un petit livre, travail d’une seule nuit » ; ce poème s’inscrit dans le cadre attendu des relations entre un poète et son protecteur, tout comme Horace s’adresse à Mécène, par exemple. Le cadeau est probablement de la poésie, ce qui justifierait la dédicace elle-même poétique :

  • 17 A. P., 9, 93.

Antipater offre à Pison pour son anniversaire un petit rouleau de papyrus, le fruit d’une seule nuit de travail. Puisse-t-il l’accueillir avec faveur et approuver le poète, pareil au grand Zeus qu’un peu d’encens rend propice.17

10Le climat de complicité littéraire, au sein d’une forme de hiérarchie qui place le poète dans une dépendance au moins théorique envers son bienfaiteur, est le cadre de cet échange de dons et de faveur clairement exprimé dans les deux derniers vers de l’épigramme. Car il s’agit bien d’un échange et non seulement d’un don : le dédicataire, mis au rang de Zeus, est certes honoré, mais le poète l’est autant que lui, puisque ses œuvres copiées sur le papyrus se trouvent, de ce fait, mises au rang de l’encens : le réseau d’échange est plus dense qu’une simple dédicace.

  • 18 A. P., 9, 239.
  • 19 Plut., Ant., 87.

11Crinagoras, de son côté, nous donne deux poèmes un peu différents : il adresse à Antonia cinq livres de poésie lyrique mais l’épigramme qui les accompagne ne nomme pas le poète et ne réclame rien pour lui-même : « Les cinq livres exquis de poésie lyrique qu’enferme ce manuscrit sont l’œuvre des inimitables Charites. Nous voici pour être, en ce jour sacré, offerts à Antonia, qui par sa beauté et son cœur a atteint le premier rang18. » L’auteur des poésies contenues dans ces livres est probablement Anacréon, à l’œuvre duquel conviendrait bien le qualificatif γλυκερὴ, ainsi que la référence aux Charites. C’est le manuscrit lui-même qui parle, comme souvent le font les objets offerts ou dédiés dans les épigrammes ; Crinagoras, quant à lui, s’efface. La relation avec le dédicataire semble donc bien différente de celle qui apparaissait dans le texte précédent. Pourtant, le compliment suffit à placer le poète parmi les fervents admirateurs d’Antonia dont la beauté et la sagesse faisaient l’unanimité, à en croire aussi Plutarque19. Il s’agit d’Antonia Minor, fille d’Octavie et d’Antoine, sur laquelle nous reviendrons plus loin. Pour le moment, qu’il suffise de souligner la complicité littéraire qui peut se laisser deviner à travers cette épigramme ; l’occasion de ce cadeau n’est pas précisée et certains critiques ont pensé à la fête des Saturnalia ou au mariage avec Drusus : l’absence de précision pousse plutôt à voir ce cadeau comme le partage, entre amateurs de littérature grecque, d’une copie récente d’une œuvre. Le fait que Crinagoras ne réclame rien et ne se nomme pas va dans ce sens. Plus qu’un cadeau, plus même qu’un hommage, c’est un partage entre lettrés. L’échange reste au niveau d’un partage des goûts, sans contre-don attendu.

12Le cas est un peu différent dans une épigramme envoyée par Crinagoras à Marcellus pour accompagner une copie de l’Hécalè de Callimaque :

  • 20 A. P., 9, 545.

Il est de Callimaque, ce poème si bien ciselé ; pour l’écrire, n’en doutez pas, il a largué toutes les écoutes des Muses. Il chante la cabane de l’hospitalière Hecalè et les travaux qu’à Thésée imposa Marathon. Puisses-tu acquérir la jeune force de son bras, ô Marcellus, et par une illustre vie, égaler sa gloire.20

13Le but du poète est ici à la fois de partager un texte apprécié, dont il souligne la valeur artistique, τὸ τορευτὸν ἔπος, et de souhaiter au jeune Marcellus une destinée aussi glorieuse que celle de Thésée. Ce deuxième but est mis davantage en valeur, même s’il n’occupe que deux des six vers du poème ; le souhait final, « égaler sa gloire », représente la pointe du poème, à un emplacement qui, dans ce type de poème court et travaillé, est le plus important. De ce fait, le cadeau, ou plutôt le poème qui l’accompagne, joue le rôle d’un miroir du Prince, d’un conseil présenté de la manière la plus attrayante et la plus efficace. Là encore, Crinagoras ne recherche aucun avantage pour lui-même, il se situe comme en retrait, aucun verbe n’étant à la première personne : Crinagoras se pose en conseiller, voire en précepteur, mais reste dans l’ombre. Le cadeau n’est que le prétexte pour un souhait, qui lui-même déguise un conseil, un encouragement à vivre « une illustre vie ».

  • 21 A. P., 6, 335 : « Chapeau de feutre, autrefois le couvre-chef commode des Macédoniens, abri en tem (...)
  • 22 A. P., 9, 552 : « Moi, fer de cette épée, qui suis Macédonien et qui ai appris la vaillance de la (...)
  • 23 A. P., 6, 241 : « Casque, je jouis d’un double privilège : ma vue est un sujet de joie pour les am (...)

14Les relations entre Crinagoras et les deux dédicataires, Antonia et Marcellus, sont donc différentes de celles qu’Antipater semble avoir avec Pison, son patron, dont il attend une récompense. Les deux poèmes de Crinagoras campent un poète qui partage avec une princesse et un jeune prince des goûts littéraires et se sert de ce vecteur littéraire pour adresser compliments ou conseils à ces hauts personnages. Ce type de relation peut être précisé par un autre biais : Antipater a en effet laissé plusieurs poèmes dans lesquels on voit quels types de liens existent entre son patron et lui. Des poèmes présentent des objets offerts à Pison, et dont la portée symbolique est forte : un chapeau21, une épée22, un casque23. Le chapeau est la kausia typique de Macédoine, l’épée a appris le courage aux mains d’Alexandre, le casque aurait appartenu à Pylaimenes, chef paphlagonien au temps de la guerre de Troie. Bien évidemment, ces références sont « factices », conformes à bien des codes de l’épigramme hellénistique : il est très peu probable qu’une relique de la guerre de Troie ou même du temps d’Alexandre soit entre les mains de Pison. Mais ces objets servent à définir le statut du chef, à l’inscrire dans une lignée royale et historique ; ils gagnent une fonction symbolique par le seul effet de leur dénomination par le poète. Les trois poèmes dans lesquels parlent le chapeau, l’épée et le casque, se terminent par l’affirmation que les objets conviennent à Pison, voire ont choisi leur destinataire, tant l’affinité entre eux et Pison est forte. Le poète s’efface derrière l’objet et aussi derrière la constatation de cette adéquation de l’objet à son destinataire.

  • 24 A. P., 9, 541 : (trad. Buisset) : « Deux coupes d’orfèvrerie, voilà ce que Théiogenès / fait parve (...)
  • 25 Il a été proposé d’identifier ce Théiogenès avec un mathématicien mentionné par Suétone, Aug., 94.
  • 26 A. P., 6, 249 : « Ce cierge revêtu d’une tunique de cire, ce flambeau fumeux de Cronos fait de jon (...)

15L’offre de coupes semi-sphériques24 établit un autre genre de lien entre Pison et Antipater. À l’intérieur des coupes, offertes par Théiogenès25, sont gravées les constellations, et Antipater, auteur du poème d’accompagnement, déclare que Pison n’aura plus besoin de lire les Phénomènes d’Aratos. La bougie quant à elle, offerte au nom d’Antipater, affirme le lien entre le poète et son patron26. Ces différents objets, offerts par Antipater ou dont il écrit la dédicace pour un autre donateur, délimitent un monde de références communes à Pison et à lui-même. Nourri des souvenirs du glorieux passé troyen ou hellénistique, ce monde est symbolisé par des objets essentiellement militaires ; les coupes et le cierge sont pour leur part des éléments d’un monde instruit et pieux. Si un des poèmes fait référence aux Phénomènes d’Aratos, ce n’est pas pour en partager le savoir, mais pour engager à boire au point de se passer de toute lecture. C’est donc bien à un protecteur gouverneur de province, jouissant de pouvoirs militaires, que s’adresse Antipater, tandis que Crinagoras s’adressait à un prince ou une princesse pour leurs goûts littéraires, dans un climat de complicité intellectuelle, sans faire fond sur leurs pouvoirs réels ou supposés.

2. UNE ATMOSPHÈRE CULTURELLE COMMUNE

16Ainsi se dessinent les contours d’un cadre de références communes, que viennent compléter des épigrammes qui ne concernent pas les livres mais peignent une atmosphère culturelle. C’est le cas d’une épigramme de Crinagoras, qui n’est pas à proprement parler « impériale » dans le sens où j’emploie ici ce terme, mais qui, plus largement, est le témoin d’une atmosphère aulique ; il s’agit d’une épigramme dans laquelle Crinagoras parle de son amour pour une jeune fille qui chante l’histoire de Nauplius :

  • 27 A. P., 9, 249.

Aristô a chanté le guetteur de l’Eubée baignée des flots, Nauplios. À ce chant, malgré mon audace, je me suis embrasé, et la torche menteuse, pendant la nuit, a du promontoire de Capharée passé dans mon cœur infortuné27.

  • 28 Suét., Ner., 39.
  • 29 Une pantomime sur le sujet a sans doute aussi existé, selon le commentaire de Gow et Page, 1968, p (...)

17Comme le précise le commentaire de Gow et Page, l’histoire était à la mode dans les chansons de l’époque julio-claudienne, selon Suétone : « transeuntem eum [= Neronem] Isidorus cynicus in publico clara uoce corripuerat quod Naupli mala bene cantitaret28 ». Nous nous trouvons donc ici devant un écho de ce qui plaisait à la cour et constituait la trame de divertissements variés29. Semblablement, une autre épigramme fait référence à un événement qui s’est déroulé à la cour impériale ; Crinagoras y transcrit les paroles d’une mère dont l’un des fils s’est dévoué pour l’autre et a pris sa place dans la mort :

  • 30 A. P., 7, 638.

Bien digne de pitié pour le changement du sort de ses enfants, la mère, les tenant tous deux enlacés, disait à ce propos : « Ce n’est pas sur ton cadavre à toi, mon enfant, que je m’attendais à gémir en ce jour, ni toi non plus que je comptais voir revenu parmi les vivants ; les dieux cependant ont fait pour vous un échange, mais c’est sans erreur qu’est venu mon deuil à moi.30

  • 31 Strabon, 12, 3, 35 : « Après avoir exhibé dans son cortège triomphal Adiatorix avec ses enfants et (...)

18Glen Bowersock y a vu une allusion à l’histoire d’Adiatorix, responsable des massacres de Romains à Héraclée du Pont peu avant Actium, et qui fut mené en triomphe lors du cortège d’Octave à Rome. Adiatorix et son fils aîné devaient être mis à mort, mais le plus jeune fils se substitua à son frère ; selon Strabon, Auguste fut touché de cet épisode31. Or, le triomphe se déroula au moment où Crinagoras était à Rome pour sa troisième ambassade. L’épigramme, tirée de circonstances que Crinagoras a pu voir, fait alors référence à un événement vécu en commun. Crinagoras distrait son public, mais se situe dans un courant qui est celui de la mode à la cour, en s’appuyant sur des références communes.

19On peut constater le même fonctionnement dans un poème d’Antipater de Thessalonique qui concerne le pantomime Pylade, affranchi d’Auguste et affirme ses talents :

  • 32 A. Pl., 290. On retrouve le même thème chez Boethus, A. P., 9, 248.

C’est le dieu même des délires bacchiques qu’il incarnait quand, de Thèbes, il porta les Bacchantes sur une scène d’Italie, ce Pylade, délicieuse terreur du public, dont la danse a rempli toute la Ville du dieu au vin pur. Thèbes connaît celui qui naquit du feu ; mais il est divin celui qui, avec des mains qui savent tout dire, donne la vie.32

  • 33 A. Pl., 143.
  • 34 Deux poèmes d’Antiphilus, A. Pl., 135 et 136 ; un poème anonyme, A. Pl., 138 ; un de Julianus : A. (...)

20Le goût bien attesté des Romains pour la pantomime est nettement exprimé par la référence à la danse et aux mains expressives. Un exemple encore plus clair, chez Antipater encore, est la description d’un tableau qui représentait Médée sur le point de tuer ses enfants : « Ce tableau, c’est Médée. Vois comme son regard s’exalte jusqu’à la colère, et la compassion pour ses enfants l’adoucit33. » L’épigramme ecphrastique se fait précieuse, pour montrer l’ambiguïté dramatique des sentiments de l’héroïne. Or, le sujet était à la mode, comme le montre son apparition dans plusieurs autres poèmes34. En outre, un tableau, peint par Timomachus et représentant ce thème avait été placé par César dans le temple de Vénus Genitrix : ainsi se constitue un faisceau de références qui dessinent les contours d’une mode intellectuelle partagée par le monde cultivé. L’épigramme d’Antipater constitue une expression de ce monde de la cour julio-claudienne. Le propre des épigrammes ecphrastiques, nombreuses dans le recueil, est bien de se fonder sur des références communes ; les poèmes qui se situent dans le monde de la cour contribuent à en définir les contours et nous permettent d’entrevoir son atmosphère, atmosphère romaine certes, mais vue ici par un poète grec et exprimée avec les outils de l’épigramme hellénistique. On pourrait s’interroger sur le lien avec la politique, qui ne semble pas exprimé dans ces poèmes : les références se font par rapport à une mode, à des goûts du public. La place de la politique est en revanche un peu plus nette dans une épigramme de Philippe, à propos d’un laurier qui pousse sur un autel de César :

  • 35 A. P., 9, 307.

Daphné qui avait jadis repoussé Phébus a maintenant fait sortir de l’autel de César un rameau au noir feuillage. Après un dieu, elle a trouvé un dieu meilleur ; et elle qui avait pris en haine le fils de Lêto aime le Zeus qui descend d’Énée. Et sa racine, elle ne l’a pas fait venir de la terre mère, mais du roc : ne pas enfanter pour César est impossible, même à une pierre.35

  • 36 A. P., 7, 626 (trad. Buisset) : « Nasamons du bout du monde, en Libye, vos régions / n’ont plus su (...)

21Le ton y est cérémonieux, renforcé par l’assimilation de César à Jupiter. Si le récit du prodige tient de la mode au sein de la cour, le sentiment est ici politique. Il s’agit d’affirmer une allégeance, une conviction de la supériorité de la famille, tout comme on le voit dans une épigramme anonyme sur les chasses aux lions36. Les épigrammes de ce type affirment donc la participation à un groupe, que ce soit par la reprise des thèmes en vogue ou par l’affirmation d’une loyauté. Tout comme les épigrammes accompagnant des cadeaux créaient une communauté entre le poète et le destinataire, les épigrammes que nous avons vues ici définissent un groupe, au sein duquel le poète prend place.

3. EXPÉDITIONS MILITAIRES ET CONQUÊTES

  • 37 Coppola, 1999.

22D’autres types d’épigrammes fonctionnent d’une manière proche : il s’agit de celles qui concernent les expéditions militaires et les conquêtes. Nous retrouvons ici un modèle qui n’est pas propre à la famille julio-claudienne, mais puise à des racines plus anciennes, aussi bien dans le cadre des royautés hellénistiques que dans celui des relations avec des gouvernants romains. Ainsi Antipater a-t-il honoré Pison pour sa victoire sur les Besses37 :

  • 38 A. P., 9, 428.

À toi, vainqueur des dépouilles de Thrace, Thessalonique, la mère de toute la Macédoine, m’a envoyé. Je chante l’Arès des Besses par toi dompté, tout ce que j’ai appris de cette guerre, ayant tout recueilli. Mais prête-moi l’oreille comme ferait un dieu et exauce ma prière : qui n’a pas le loisir d’écouter les Muses ?38

23Une épigramme de Crinagoras en est assez proche, puisqu’elle concerne Marcellus, qui revient de guerre chargé de dépouilles triomphales, σκυλοφόρος :

  • 39 A. P., 9, 283.

De l’Occident, Marcellus revenait, rapportant les dépouilles de la guerre aux confins montagneux de l’Italie. Il a pour la première fois, rasé sa barbe blonde ; c’est bien ce que voulait sa patrie : envoyer un enfant et recevoir un homme.39

  • 40 Hurlet, 1997, p. 33-36.

24On voit là une probable allusion à l’expédition contre les Cantabres en -25, c’est-à-dire pendant le temps où Crinagoras a pu se trouver lui-même en Espagne aux côtés de l’empereur Auguste. Cette interprétation est renforcée par le fait que le jeune Marcellus coupe sa première barbe au retour de la campagne, cérémonie qui prenait généralement place vers les 17 ans d’un jeune homme ; le fils d’Octavie étant né en en -42, la date de -25 est cohérente. Toutefois, on peut souligner un détail intéressant qui nous met sur la piste d’une réflexion plus générale sur les épigrammes « militaires » : les quatre vers de ce poème nomment le jeune homme, signalent son retour d’une expédition avec du butin, et la coupe de sa barbe, mais le plus important ne semble pas être l’aspect proprement militaire. En effet, le lieu de l’expédition n’est pas précisé plus clairement que par un nom géographique vague, ‘Εσπερίου, « de l’Occident » ; le nom des peuples vaincus n’est pas donné non plus. Ce qui en revanche fait l’objet d’une insistance, et occupe les deux derniers vers, c’est l’aspect plus humain et familial de l’événement : la barbe est blonde (signe topique de jeunesse) et le rite marque l’entrée dans l’âge adulte, c’est-à-dire la possibilité réelle d’une succession. L’idée que le jeune homme grandisse pendant la guerre et grâce à la guerre est une façon de le signaler à l’attention40, tout en le maintenant dans le cadre familial. On peut donc se demander si, précisément, cette épigramme n’a pas pour fonction de souligner la place de la famille julio-claudienne, plus que de célébrer une victoire militaire.

25En appliquant cette question aux autres épigrammes « militaires », on note des éléments qui vont dans le même sens. Ainsi, Crinagoras consacre-t-il un poème à Germanicus vainqueur des Celtes :

  • 41 A. P., 9, 283.

Monts Pyrénées et vous, Alpes aux profondes vallées qui voyez de près les eaux du Rhin, vous êtes témoins des éclairs qu’a lancés Germanicus, foudroyant les Celtes dans une guerre acharnée. Eux donc tombèrent en foule. Et Enyo dit à Arès : « nous nous devons à de tels bras ».41

  • 42 Selon Gow et Page, l’épigramme ne peut concerner les campagnes de Germanicus de 15-16, pour la rai (...)
  • 43 D’autres épigrammes de Crinagoras pourraient être rapprochées de celles-ci, pour l’idéalisation du (...)

26Ce texte pose des problèmes quant à la localisation des termes géographiques, et on s’interroge sur ce qui semble une erreur, quand Crinagoras mêle Celtes et Pyrénéens, Alpes et Rhin42. En s’appuyant sur la constatation émise plus haut, on peut noter que, là aussi, ce n’est pas l’aspect proprement militaire et géographique qui est le vrai sujet du poème : les noms propres sont là pour apporter une ambiance particulière, presque une touche d’exotisme. En revanche, l’important est la figure du héros qui se dégage de ces quelques vers : les deux derniers vers présentent Enyo, la déesse de la guerre, parlant à Mars et affirmant la valeur du héros, reconnaissant sa grandeur. Encore une fois, comme dans la précédente épigramme, ce sont des paroles, ici au style direct, là en style indirect libre, qui affirment la position d’un jeune homme, d’un héros. De même que, dans le poème pour Marcellus, il y avait une focalisation sur la barbe, on trouve ici une focalisation sur les mains, qui symbolisent le pouvoir d’action du héros. Tout se passe comme si, avec la barbe de Marcellus, Crinagoras soulignait la présence de jeunes héritiers dans la famille et, avec les mains de Germanicus, la présence de conquérants solides. La peinture du Prince idéal se dessine par touches43.

27Mais on reste dans l’idéal et quelque chose de relativement indéfini. Ainsi, l’épigramme suivante de Crinagoras pourrait être interprétée à la lueur de la même hypothèse :

  • 44 A. P., 9, 291.

L’Océan peut soulever ses plus hautes marées, la Germanie peut boire le Rhin tout entier, ils ne porteront pas la moindre atteinte à la force de Rome, aussi longtemps que, pour lui donner d’heureux auspices, elle aura confiance en César. Ainsi les chênes sacrés de Zeus tiennent ferme sur leurs racines et les vents ne font tomber que leurs feuilles sèches.44

  • 45 Gow et Page examinent les trois hypothèses pour finir par rejeter la deuxième au bénéfice de la pr (...)
  • 46 A. Pl., 61 : l’identification du Nero vainqueur pose problème ; Gow et Page penchent pour Tibère à (...)
  • 47 A. P., 9, 419 : les eaux pyrénéennes pourraient être les eaux thermales auxquelles Auguste a eu re (...)
  • 48 Voir la démonstration de S. Barbantani dans ce volume, sur l’affirmation de l’étendue des empires.

28Le lien avec les événements historiques n’est pas plus clair que ne l’était la localisation géographique dans le précédent poème ; il peut s’agir d’une référence au désastre de Lollius en -16, à celui de Varus ou aux campagnes de Germanicus en 15-1645. Mais l’important, à mon sens, est encore une fois dans la « pointe » de l’épigramme, dans l’assimilation de la force romaine au chêne de Zeus et l’affirmation de la confiance en Caesar, au vers 4. Le poème affirme l’étendue de l’Empire et la force du pouvoir qui le gouverne : tel serait son but premier. L’examen des autres épigrammes du même type confirme encore cela : l’une portant sur des victoires remportées par Tibère46, du Rhin à l’Arax, l’autre sur les eaux pyrénéennes qui témoignent de la gloire d’Auguste47 entrent dans ce cadre. Nous assistons à une proclamation de l’étendue de l’Empire48 qui ne repose pas ni sur une localisation précise ni sur une datation certaine, mais gagne de ce fait en ampleur et en généralisation. Le rapport à la réalité n’est pas la préoccupation première du poète ; il préfère souligner la gloire de la famille julio-claudienne à travers les exploits de ses membres. Une épigramme d’Antipater, qui est un propempticon pour Caius en est peut-être le meilleur exemple ; l’affirmation de l’étendue de l’Empire y va de pair avec la référence à la famille julio-claudienne :

  • 49 A. P., 9, 297.

Pars pour l’Euphrate, descendant de Zeus ; car déjà, du pays de l’Aurore, les Parthes viennent spontanément à toi. Pars, ô Prince ; tu trouveras les arcs débandés par la crainte, César. Commence par l’Orient de tes pères. Et, le premier, établis que Rome est en tous points bornée par l’Océan, là où le soleil se lève.49

  • 50 Un autre exemple, toujours chez Antipater de Thessalonique : « Quatre victoires enlèvent sur leur (...)

29La victoire, élément bien connu de la propagande impériale, a ici des accents militaires, comme de juste ; mais la constante référence à des notions familiales, y compris à travers le nom de Zeus, constitue une galerie de successeurs : immortalité, victoire, famille sont les ingrédients d’une succession affirmée et glorifiée50.

4. CÉLÉBRATIONS FAMILIALES

  • 51 Voir aussi chez Apollonides, A. P., 10, 19, sur la première barbe d’un Caius fils de Lucius. Ce th (...)

30Un certain nombre d’épigrammes, enfin, sont des célébrations d’événements familiaux importants. Le poète – et il s’agit surtout de Crinagoras – marque sa proximité avec certains membres de la famille julio-claudienne. On a vu déjà que c’était un des effets du poème sur le retour de Marcellus, au moment de la depositio barbae. Dans ce poème, Crinagoras utilisait un ton et un sujet qui pouvait aussi concerner sa propre famille ; une autre épigramme, la 9, était d’ailleurs consacrée à la même cérémonie pour son jeune frère Euclides. Le ton n’en était guère différent, mais les vœux ne portaient que sur la longévité du jeune homme, là où le poème pour Marcellus peignait un conquérant au seuil de l’âge adulte51. La famille impériale apparaît alors comme aussi proche du poète que sa propre famille. On peut alors tenter de préciser quelle est la place du poète dans le cercle de la cour.

  • 52 Certains auteurs comptent parmi les épigrammes concernant Antonia le poème A. P., 6, 345, qui fête (...)

31Un premier poème à prendre en considération est celui que Crinagoras a écrit à propos de l’accouchement prochain d’Antonia minor52. Il s’agit d’une prière à Héra et Zeus, ainsi qu’à Épionè pour une naissance heureuse. Encore une fois, les deux derniers vers du poème de 6 lignes portent l’essentiel du sens :

  • 53 A. P., 6, 244.

Héra, mère des Ilithyies, Héra qui présides aux mariages, et toi, Zeus, commun père de tous ceux qui naissent, accordez vos faveurs à Antonia, faites qu’elle ait des couches sans douleur grâce aux tendres mains d’Épionè, pour que se réjouissent son mari, sa mère et la mère de son mari : dans son sein elle porte le sang d’une grande maison.53

32Ainsi Drusus, l’époux d’Antonia, Octavie sa mère et Livie, mère de Drusus sont-ils présents comme des figures tutélaires qui encadrent la jeune femme. Il est bon de souligner que ces trois personnages sont liés à elle à des titres divers, filiation (sa mère) ou mariage (son époux et la mère de celui-ci). On voit ici précisément se dessiner le fonctionnement de la dynastie julio-claudienne, par filiation ou cognation. Et, de fait, le dernier vers symbolise cette lignée, par les termes ὂδικων αἶμα φέρει μεγάλων, qui peuvent être vus comme l’équivalent de domus principis. Trois générations sont concernées, celle d’Auguste, à travers Livie, celle de Drusus et Antonia, et enfin celle de l’enfant à naître. Il s’agit assez probablement de Germanicus, le premier né d’Antonia et Drusus, en -15 ; en lui se conjuguent les deux souches, celle de Drusus et celle d’Antonia, ce qui fonde l’usage du pluriel. On peut aussi, par l’ascendance d’Antonia, penser à la famille d’Auguste, frère d’Octavie, et à Antoine. La naissance à venir est donc bien le symbole d’un mélange fructueux, celui qui constitue la domus impériale. La grandeur est le résultat obtenu et souligné par Crinagoras.

  • 54 Grenier, 2001.
  • 55 Allen, 2006, p. 170 ; Roller, 2003, p. 63-66 et 76-89.

33Deux épigrammes concernent une autre femme de la cour, Cléopâtre Séléné. Fille d’Antoine et de Cléopâtre, elle est de la même génération qu’Antonia Minor, sa demi-sœur qui naît 4 ans plus tard. Après Actium, Cléopâtre Séléné a été élevée à Rome avec son frère Antonius Hélios par Octavie, dans ce petit groupe d’enfants princiers, d’origine étrangère54. En faisait également partie le prince Juba de Maurétanie, que Cléopâtre Séléné épouse en -2055. Un premier poème concerne ce mariage, selon une hypothèse généralement acceptée :

  • 56 A. P., 9, 235.

Grandes régions d’un monde, voisines que sépare le Nil dont les eaux se sont enflées chez les noirs Éthiopiens, vous avez réunis vos deux souverains par l’hymen, faisant un seul peuple de l’Égypte et de la Libye. Puissent après leurs parents ces enfants de rois maintenir à leur tour sous leur sceptre l’un et l’autre continent.56

  • 57 Savalli-Lestrade, 1994.

34Là aussi, les indications géographiques sont floues : le Nil est présenté comme la frontière entre l’Égypte et la Maurétanie, faisant fi de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine. Nous en revenons donc à l’interprétation proposée plus haut : l’important est la conjonction des deux territoires par le mariage de Séléné et Juba, non pas la réalité géographique. Le dernier mot du poème est ἀμφοτέραις : la preuve est là. Ainsi Antonia minor et Séléné jouent-elles le rôle qu’ont pu jouer aussi les princesses hellénistiques : assurer la descendance et la transmission des royaumes, par le biais des mariages et des naissances57.

  • 58 A. P., 7, 633. Gow et Page, 1968, p. 225-226, résument les hypothèses sur cette date.
  • 59 Selon une hypothèse ancienne reprise par D. W. Roller (2003, p. 87), Crinagoras pourrait avoir été (...)

35L’autre épigramme est liée à la mort de Séléné, difficile à dater avec précision entre -4 et 1158. Cette fois, la situation est différente car on ne trouve aucune expression d’un sentiment politique et le lien avec la famille impériale est totalement absent : on a bien l’impression que Crinagoras exprime ici un sentiment personnel59, quoique voilé par les conventions de l’épigramme (comme le rapprochement entre la mort de Séléné et une éclipse de lune).

CONCLUSION

  • 60 A. P., 7, 645.
  • 61 Savalli-Lestrade, 2003a.

36La place particulière qu’occupent Cléopâtre Séléné et Antonia nous amène à conclure sur le rôle des princesses de la dynastie julio-claudienne, aux yeux de Crinagoras. L’hypothèse suivante pourrait être proposée : Crinagoras, mytilénien, est envoyé auprès de César juste après Pharsale. Il a pu trouver Cléopâtre auprès de lui et lui rendre l’hommage qu’on pouvait attendre de lui envers une reine d’Égypte. Par la suite, il fréquente la cour d’Antoine et Cléopâtre, si l’on se fonde sur une épigramme qui rappelle le sort de Philostrate, favori de cette cour60. Le lien avec Cléopâtre peut s’être prolongé, même si le puissant général qui l’accompagnait n’était plus le même ; c’est en réalité à la basilissa que le poète se lie61.

  • 62 A. P., 7, 645.

37Or, dans ce tableau qui, jusque-là, pouvait ressembler à l’ambiance d’une cour hellénistique, intervient la guerre civile entre Antoine et Octave. Actium marque une vraie rupture dans le fonctionnement de la cour hellénistique et dans la vie de Crinagoras. Une preuve de cette rupture peut être apportée, tout en restant dans le domaine des épigrammes : le favori de la cour d’Antoine, Philostrate, est exilé, signe du pardon relatif que lui accorde Octave grâce à Arius Didyme et l’épigramme de Crinagoras62 en garde le souvenir. Signe encore plus clair, à mon sens, de la rupture que la bataille d’Actium induit pour Crinagoras : aucune de ses épigrammes ne peut être datée d’avant 31. L’attitude du Mytilénien semble donc changer ; il devient un poète de la cour impériale romaine.

38À qui va alors sa fidélité ? Après Actium, c’est bien sûr à la famille d’Octave, dans ses développements dynastiques, qu’il doit prêter allégeance. Mais au sein de cette dynastie, il honore Antonia minor, fille d’Antoine et Cléopâtre, ainsi que Cléopâtre Séléné, fille de César et Cléopâtre. On discerne là une constante, un attachement à une lignée féminine qui est issue de la reine d’Égypte. Et en poussant plus loin, cette fidélité se reporte sur Germanicus, fils d’Antonia. Il resterait le cas de Marcellus, qui n’entre pas dans cette hypothèse : on peut avancer qu’il est honoré parce que, fils d’Octavie, il a fait partie de ce « jardin d’enfants » au sein duquel Octavie a élevé conjointement son fils, Antonia et Cléopâtre Séléné et même le futur époux de celle-ci, Juba.

  • 63 Virgilio, 2003, p. 155-156.

39Le tableau serait cohérent : Crinagoras honore les femmes de la dynastie julio-claudienne, en gardant un attachement personnel à la descendance de la reine d’Égypte. Il transpose ainsi sa fidélité de poète grec dans le monde romain, et insuffle à cette cour une atmosphère hellénistique que ses épigrammes transmettent. Si c’est bien autour de la figure du basileus que les deux mondes, grec et romain, se structurent63, c’est autour des figures féminines qu’ils trouvent à dialoguer.

Notes

1 Gow et Page, 1968.

2 Cameron, 1993, p. 1-15.

3 Laurens, 1989, p. 35-130.

4 Certains poètes portent des noms latins, mais leur identification reste problématique, comme dans le cas de Tullius Geminus. Le choix de la langue grecque est un facteur unifiant du recueil.

5 Suét., Iul., 56 : sans doute les bibliothèques grecques et latines, en raison du pluriel ; voir Bowersock, 1965, p. 36.

6 Voir l’ensemble du livre de Bowersock, 1965, et spécialement p. 112-133 sur les poètes grecs.

7 Herman, 1997.

8 A. P., 9, 178.

9 Cameron, 1993, p. 56-58.

10 On pourait, par exemple, penser que, lors de la troisième ambassade, Crinagoras n’était pas un des ambassadeurs mais faisait partie de la suite d’Auguste en Espagne.

11 Voir la démonstration de Gow et Page, dans leur introduction à Antipater de Thessalonique.

12 Hurlet, 2006a, p. 139-141.

13 Cichorius, Römische Studien, 335 ; Bowersock, 1965, p. 134

14 Il est appelé ainsi dans la préface de Philippe ; voir l’introduction de Gow et Page, 1968, p. 263, sur les problèmes de son identification.

15 Il pourrait s’agir d’un affranchi grec milésien ayant obtenu la citoyenneté romaine grâce à Antonia Minor, selon Gow et Page, 1968, p. 410.

16 Sur les règles et pratiques qui régissent la vie de cour, voir l’approche intéressante de Herman, 1997, p. 200-203.

17 A. P., 9, 93.

18 A. P., 9, 239.

19 Plut., Ant., 87.

20 A. P., 9, 545.

21 A. P., 6, 335 : « Chapeau de feutre, autrefois le couvre-chef commode des Macédoniens, abri en temps de neige, casque pendant la guerre, j’ai eu soif de boire ta sueur, brave Pison, et je suis venu d’Émathie pour orner tes tempes ausoniennes. Reçois-moi en ami : bientôt cette même coiffure qui jadis mit les Perses en fuite rangera encore les Thraces sous ta domination. »

22 A. P., 9, 552 : « Moi, fer de cette épée, qui suis Macédonien et qui ai appris la vaillance de la main d’Alexandre, ô Pison, je viens sur mon désir armer ta main. Et je le dis bien haut ; je suis heureux d’avoir trouvé la droite qui m’était due. »

23 A. P., 6, 241 : « Casque, je jouis d’un double privilège : ma vue est un sujet de joie pour les amis et de crainte pour les ennemis. J’appartenais autrefois à Pylaimenès : maintenant je suis à Pison. Un tel casque ne pouvait convenir à d’autres cheveux ni une autre chevelure à ce casque. »

24 A. P., 9, 541 : (trad. Buisset) : « Deux coupes d’orfèvrerie, voilà ce que Théiogenès / fait parvenir à Pison : le ciel tient dans nos ciselures ! / Car nous sommes une sphère, en deux que l’on a disjointe : / de nous, l’une a les étoiles australes et leurs figures, / et l’autre a celles du nord. Finie pour toi la contrainte / de consulter Aratos ! En buvant double mesure / à nous deux, voici la totalité des Phénomènes ! »

25 Il a été proposé d’identifier ce Théiogenès avec un mathématicien mentionné par Suétone, Aug., 94.

26 A. P., 6, 249 : « Ce cierge revêtu d’une tunique de cire, ce flambeau fumeux de Cronos fait de jonc tressé et de léger papyrus, Antipater l’offre à Pison en hommage. S’il m’allume et adresse aux dieux une prière, l’éclat dont je brillerai montrera qu’ils ont entendu ses vœux. »

27 A. P., 9, 249.

28 Suét., Ner., 39.

29 Une pantomime sur le sujet a sans doute aussi existé, selon le commentaire de Gow et Page, 1968, p. 214.

30 A. P., 7, 638.

31 Strabon, 12, 3, 35 : « Après avoir exhibé dans son cortège triomphal Adiatorix avec ses enfants et sa femme, César avait décidé de le mettre à mort avec l’aîné de ses fils, à savoir Dyteutos. Mais comme le second des frères affirmait aux soldats qui déjà l’emmenaient qu’il était l’aîné, un long débat s’éleva entre eux deux jusqu’au moment où les parents convainquirent Dyteutos de laisser la victoire à son frère plus jeune, car étant lui-même plus avancé en âge, il serait un protecteur plus utile pour sa mère et le frère qui restait. C’est ainsi que ce fils fut exécuté avec son père, tandis que Dyteutos échappait à la mort et se voyait l’objet de l’honneur que nous avons dit. César ayant appris ce fait, à ce qu’il semble, après l’exécution des deux hommes, en fut très affecté et, considérant que les survivants méritaient sa bienveillance et son aide, il leur accorda cette marque d’honneur. » On reconnaît là aussi un sujet cher aux écoles de rhétorique, que ce soit pour le thème de l’imprévisibilité des choses, de la mort précoce ou pour les relations familiales.

32 A. Pl., 290. On retrouve le même thème chez Boethus, A. P., 9, 248.

33 A. Pl., 143.

34 Deux poèmes d’Antiphilus, A. Pl., 135 et 136 ; un poème anonyme, A. Pl., 138 ; un de Julianus : A. Pl., 139 ; un de Philippe, Gow et Page, 1968, 70.

35 A. P., 9, 307.

36 A. P., 7, 626 (trad. Buisset) : « Nasamons du bout du monde, en Libye, vos régions / n’ont plus sur le dos le poids des fauves en brigades, / vous ne sursautez plus à l’écho désertique des lions / rugissant par delà les sables des Nomades, / puisque leur espèce innombrable, piégée, capturée, / d’un coup le jeune César aux lances l’a livrée ! / Et les sommets, gîtes, autrefois sous les cieux, / des fauves, maintenant les hommes y mènent les bœufs. »

37 Coppola, 1999.

38 A. P., 9, 428.

39 A. P., 9, 283.

40 Hurlet, 1997, p. 33-36.

41 A. P., 9, 283.

42 Selon Gow et Page, l’épigramme ne peut concerner les campagnes de Germanicus de 15-16, pour la raison que les Pyrénées et les Celtes sont bien loin du théâtre germain. Mais ils reconnaissent que toute localisation est délicate, et que le vocabulaire géographique est très flou.

43 D’autres épigrammes de Crinagoras pourraient être rapprochées de celles-ci, pour l’idéalisation du Prince : A. P., 9, 224 et 9, 252.

44 A. P., 9, 291.

45 Gow et Page examinent les trois hypothèses pour finir par rejeter la deuxième au bénéfice de la première, en y voyant une métaphore, ou de la troisième, même si elle implique que Crinagoras ait vécu jusqu’en 15 ou 16.

46 A. Pl., 61 : l’identification du Nero vainqueur pose problème ; Gow et Page penchent pour Tibère à propos des campagnes de -16.

47 A. P., 9, 419 : les eaux pyrénéennes pourraient être les eaux thermales auxquelles Auguste a eu recours pendant la guerre cantabrique.

48 Voir la démonstration de S. Barbantani dans ce volume, sur l’affirmation de l’étendue des empires.

49 A. P., 9, 297.

50 Un autre exemple, toujours chez Antipater de Thessalonique : « Quatre victoires enlèvent sur leur dos aux ailes déployées un nombre égal de fils d’immortels : l’une Athéna la belliqueuse, l’autre Aphrodite, l’autre l’Alcide, une autre Arès qui ne craint rien, sur la voûte richement décorée de ton palais ; et elles s’en vont vers le ciel, ô Caius, rempart de Rome ta patrie. Puisse te rendre invincible le mangeur de bœufs et Cypris te bien marier, Pallas te donner la prudence, Arès l’intrépidité ! » (A. P., 9, 59). D’autres exemples, avec références également à Zeus, chez Apollonidès, A. P., 9, 287, sur l’apparition d’un aigle à Rhodes pendant le séjour de Tibère. Sur l’accent mis, par exemple, par Posidippe sur la continuité d’une dynastie, voir Fantuzzi, 2005, p. 249-268 et Kosmetatou, 2004, p. 225-246.

51 Voir aussi chez Apollonides, A. P., 10, 19, sur la première barbe d’un Caius fils de Lucius. Ce thème est un thème familial attendu dans l’épigramme.

52 Certains auteurs comptent parmi les épigrammes concernant Antonia le poème A. P., 6, 345, qui fête un mariage (ainsi Kokkinos, 1992, p. 11). Mais la totale absence d’indice fragilise cette hypothèse, au départ formulée par Cichorius.

53 A. P., 6, 244.

54 Grenier, 2001.

55 Allen, 2006, p. 170 ; Roller, 2003, p. 63-66 et 76-89.

56 A. P., 9, 235.

57 Savalli-Lestrade, 1994.

58 A. P., 7, 633. Gow et Page, 1968, p. 225-226, résument les hypothèses sur cette date.

59 Selon une hypothèse ancienne reprise par D. W. Roller (2003, p. 87), Crinagoras pourrait avoir été un des tuteurs de la jeune fille.

60 A. P., 7, 645.

61 Savalli-Lestrade, 2003a.

62 A. P., 7, 645.

63 Virgilio, 2003, p. 155-156.

Auteur

Professeur de langue et littérature latines à l’université Stendhal - Grenoble III. Ancienne élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’École Française de Rome, travaillant sur les points de contact entre la littérature et la politique aux débuts de l’Empire romain, elle a publié en 2002 La légitimité à l’épreuve des conspirations à l’époque julio-claudienne, BEFAR 313, Rome et prépare la publication d’une monographie sur la Libertas.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search