Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

L'aura artistique et religieuse

Introduction

Isabelle Cogitore

Texte intégral

1Si la première partie de cet ouvrage définissait un cadre spatiotemporel et la deuxième les forces qui s’inscrivent dans ce cadre et le dynamisent, la troisième partie, quant à elle, considère ce que ces royaumes et cet Empire diffusent, ce qu’ils donnent à voir par des vecteurs autres que ceux proprement officiels et administratifs. Deux axes sont ici approchés : celui de la littérature et celui de la religion.

2Pour la littérature, le chemin est facile à suivre entre les royaumes hellénistiques et l’Empire romain, car un substrat commun unit ces deux périodes. La littérature grecque et, même, plus précisément la langue grecque, sont des biens communs aux deux mondes que nous avons placés ici en regard l’un de l’autre : de ce fait, la littérature de cour dans l’Égypte lagide se tourne vers la représentation de symboles du pouvoir, dans un cadre géographique et dans une optique religieuse, représentation que la littérature d’époque impériale retrouve ou recrée à sa manière. Les dirigeants, souverains ou empereurs, ou encore membres de la famille impériale, trouvent une image d’eux-mêmes, à la fois idéalisée et bien réelle, dont l’ambiguïté est représentative de celle qui existe dans l’affirmation des pouvoirs. Passant par les symboles, par les idéalisations, mais aussi par l’affirmation d’une suprématie bien réelle sur certains territoires, par exemple, ou face à des ennemis, la peinture du pouvoir par les cercles de la cour est variée, multicolore et changeante. La question de la propagande en est, bien entendu, rendue plus complexe et plus riche à la fois. Car qui parle de cour, parle nécessairement de lien avec le pouvoir à son plus haut niveau ; dès lors, quand on lit un poète de cour, se demander qui parle, au nom de qui, est un réflexe premier. Les Amis des rois, comme les poètes de la cour impériale sont au confluent de toutes les cultures, littéraires, politiques, et même militaires.

3L’autre domaine sur lequel ouvre notre troisième partie est celui de la religion. Le souverain, image de Zeus dans le monde lagide, mais aussi d’Apollon, dans le monde romain, est au centre d’un réseau que les cultes organisent, par l’intermédiaire des élites civiques et sous l’impulsion des délégués des rois et des empereurs. Or, les cultes des dynastes hellénistiques se sont maintenus dans certains cas, au sein même d’un monde devenu romain. La survivance de ces cultes, sous différentes formes, telle que nous pouvons la constater, a indéniablement une fonction unificatrice, constitue une force de cohésion et de cohérence. Nous retrouvons donc, à ce stade de notre réflexion, un élément qui nous permet d’appréhender dans une continuité les mondes hellénistique et romain. Semblablement, dans la province romaine d’Asie, le culte impérial contribue à sa structuration interne, en affirmant son lien avec l’empereur. C’est donc également à un niveau local qu’on pourra parler de continuité.

4Avec cette troisième partie est mise en lumière une dynamique qui rapproche fortement les rois hellénistiques et les empereurs dans l’exercice du pouvoir : la capacité à mobiliser autour de leur personne les énergies créatives de milieux cultivés – entourage des Amis, lettrés ou artistes venus de partout, notables locaux – afin de consolider et de perpétuer leur suprématie dans l’espace et dans le temps. Cette dynamique agit dans l’ensemble de l’œuvre accomplie par les rois hellénistiques et par les empereurs, avec plus ou moins de souplesse selon les personnalités des souverains et selon les contraintes d’ordre social, culturel, politique et institutionnel qui s’exercent sur elles, comme on a pu le constater tout au long de l’ouvrage et plus particulièrement dans les chapitres de cette partie.

5Au terme de notre parcours, nous pouvons conclure en disant que l’étude comparée des modes de fonctionnement des royautés grécomacédoniennes et du principat montre que, des rois hellénistiques au Prince, l’on assiste – pour reprendre une formule jadis employée par Claude Nicolet à propos d’Auguste – à une personnalisation accrue du pouvoir.

Auteur

Professeur de langue et littérature latines à l’université Stendhal - Grenoble III. Ancienne élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’École Française de Rome, travaillant sur les points de contact entre la littérature et la politique aux débuts de l’Empire romain, elle a publié en 2002 La légitimité à l’épreuve des conspirations à l’époque julio-claudienne, BEFAR 313, Rome et prépare la publication d’une monographie sur la Libertas.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search