Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les vecteurs du pouvoir

Chapitre IX. Le monnayage royal et ses interactions avec les monnayages civiques : l’exemple du royaume attalide

Marie-Christine Marcellesi

Texte intégral

1La question des relations entre les rois et les cités est une des plus débattues de l’époque hellénistique. Les monnaies ont souvent été sollicitées dans ce débat. Nous nous proposons ici d’analyser les interactions entre monnayage royal et monnayages civiques dans le royaume attalide. Ce royaume présente plusieurs particularités. Ses limites géographiques ont considérablement évolué au cours du temps, contrairement à d’autres royaumes hellénistiques. Pendant longtemps, le territoire attalide a été très réduit, ne comprenant quasiment que la cité de Pergame. Au cours du iiie siècle avant J.-C., il a connu des périodes d’expansion généralement brèves. Son élargissement durable n’est pas antérieur au traité d’Apamée. Le royaume attalide a connu aussi une évolution importante dans le domaine monétaire. Deux grandes phases se distinguent nettement : au iiie et au début du iie siècle avant J.-C., la monnaie royale est constituée par les philétaires d’étalon attique ; à partir de la guerre antiochique, les cistophores sont la principale monnaie royale et le royaume passe d’un système monétaire ouvert à un système partiellement fermé. Deux systèmes complètement différents se succèdent donc et, dans ce domaine comme dans d’autres, le tournant se situe à l’époque de la guerre antiochique et du traité d’Apamée. Enfin, l’Asie Mineure occidentale est une région dans laquelle l’usage de la monnaie est bien enraciné depuis l’époque archaïque, à la différence du royaume séleucide ou du royaume lagide.

2Dans ce cadre général, qu’en est-il des relations entre le pouvoir royal et les cités du point de vue monétaire ? Comment intervient le pouvoir royal dans ce domaine et quelles sont les limites de son intervention ? Y a-t-il une évolution ? Quelle est la part de l’exemplarité ou de l’originalité du royaume attalide dans le monde hellénistique ?

3Pour répondre à ces questions, différentes catégories de cités sont à distinguer, en fonction de leur relation avec le pouvoir attalide. Cette distinction recouvre en partie celle entre les deux grandes phases de l’histoire monétaire du royaume. Nous évoquerons d’abord la cité de Pergame, ensuite les cités proches de Pergame et qui ont pu être intégrées au royaume, au moins de manière intermittente, dès le iiie siècle avant J.-C. ; enfin, nous en viendrons, à travers quelques exemples, aux cités faisant partie du royaume élargi après le traité d’Apamée.

1. LES ATTALIDES ET LA CITÉ DE PERGAME

  • 1 Pour plus de détails sur le monnayage émis à Pergame par les rois ou par la cité, voir Marcellesi, (...)

4Pergame constitue un cas à part dans le royaume attalide, dans la mesure où elle est à la fois une cité et la capitale, siège du pouvoir royal1.

  • 2 Fritze, 1906, p. 47-52.
  • 3 Newell, 1936.

5Au ive siècle avant J.-C., la cité de Pergame a frappé et utilisé de manière régulière un petit monnayage d’argent et un monnayage de bronze. Dans le monnayage d’argent, la plus forte dénomination peut être interprétée comme un triobole (fig. 1) ; les monnaies de bronze sont frappées selon une seule dénomination, le chalque (fig. 2). Ce monnayage porte le début de l’ethnique des Pergaméniens, « perg » ou « perga »2. La cité a également émis des monnaies d’or sans ethnique (fig. 3) dont la datation et l’interprétation sont très discutées mais qui ne sont pas une exception dans les cités de l’Asie Mineure occidentale à cette époque. On discute pour savoir si Pergame a été un atelier monétaire d’Alexandre. En revanche, il est certain que Lysimaque puis Séleucos Ier y ont frappé des alexandres et des monnaies à leurs propres types3.

  • 4 Westermark, 1960.
  • 5 Price, 1991, p. 222-224, no 1473-1490.

6Les Attalides introduisent leur propre monnayage, dynastique puis royal. Au iiie et au début du iie siècle avant J.-C., celui-ci est constitué par les philétaires, tétradrachmes d’argent présentant le portrait de Philétaire au droit, au revers Athéna assise et le nom du fondateur de la dynastie (fig. 4)4. Ces monnaies sont frappées selon l’étalon attique, celui des alexandres et d’autres monnaies royales hellénistiques. Pendant cette période, les Attalides n’ont pas émis en argent de subdivision du tétradrachme. On a vraisemblablement utilisé à Pergame et dans le reste du territoire attalide des drachmes d’Alexandre, abondamment frappées en Asie Mineure occidentale à la fin du ive et au début du iiie siècle avant J.-C. À la fin du iiie siècle et au début du iie siècle avant J.-C., les Attalides ont émis eux-mêmes à Pergame des tétradrachmes d’Alexandre (fig. 5)5. Le monnayage attalide en argent marque une nette rupture avec la tradition civique pergaménienne, par l’étalon, les dénominations, l’iconographie, la légende.

  • 6 Marcellesi, à paraître, chap. iv et v.

7Parallèlement à ce monnayage royal en argent, les Attalides ont émis un monnayage de bronze, au nom de Philétaire également (fig. 6). Contrairement au numéraire d’argent, celui-ci s’inscrit dans la tradition locale. Or si la cité de Pergame ne frappe plus, à partir du iiie siècle avant J.-C., de monnaie en métal précieux, le monnayage civique ne s’interrompt pas complètement : la cité continue de frapper un monnayage de bronze à son nom, d’abord sous la forme de l’ethnique abrégé comme au ive siècle avant J.-C. (fig. 7), plus tard sous la forme de l’ethnique complet (fig. 8). La série de bronze royale et la série de bronze civique sont frappées de manière parallèle jusqu’à la fin du iiie siècle. La série royale adopte le système de dénominations de la série civique et son iconographie renvoie aux principaux cultes de la cité. À la fin du iiie ou au début du iie siècle avant J.-C., la série au nom de Philétaire s’interrompt ; des séries de bronze au nom de divinités lui succèdent (fig. 9 et 10). Elles doivent vraisemblablement être considérées comme des frappes royales6. Comme les monnaies de bronze au nom de Philétaire, ces nouvelles séries s’inscrivent dans les traditions locales. Pendant toute la période attalide, les bronzes civiques et les bronzes royaux se mêlent dans la circulation monétaire, notamment dans la ville de Pergame.

  • 7 Gauthier, 2003, avec la bibliographie antérieure.

8Le maintien de monnaies de bronze civiques dans une capitale royale constitue une exception au iiie siècle avant J.-C. Il atteste le souci de la dynastie, pendant toute son histoire, de respecter l’identité de la cité de Pergame. De même, l’épigraphie atteste le maintien des institutions civiques, ainsi que le souci de Philétaire de se présenter comme citoyen de Pergame7. Pour autant, dans le domaine monétaire, l’autonomie de la cité ne se marque qu’à travers le monnayage de bronze ; il ne faut donc pas la surestimer.

2. LES ATTALIDES ET LES CITÉS PROCHES DE PERGAME AU IIIe SIÈCLE AVANT J.-C.

9Le royaume attalide a connu au iiie siècle avant J.-C. plusieurs phases d’expansion, toujours relativement brèves : la victoire d’Eumène contre Antiochos Ier à Sardes en -261 fut suivie rapidement d’une reconquête séleucide, y compris en Troade ; la guerre d’Attale Ier contre Antiochos Hiérax entraîna une expansion importante de -228 à -222, mais à celle-ci succéda la reconquête par Achaios. Aussi, le territoire attalide se trouvait-il de nouveau réduit quasiment au seul territoire de Pergame au début du règne d’Eumène II. L’approche que l’on peut avoir des relations entre rois et cités à travers le monnayage dans cette période est donc nécessairement différente de celle qu’on peut avoir après le traité d’Apamée, qui scelle l’intégration durable au royaume de plusieurs cités importantes.

10Soulignons d’emblée qu’il y a des questions auxquelles la documentation ne permet pas de répondre. Les monnayages civiques ne sont généralement pas datés de manière suffisamment précise pour que l’on puisse constater les répercussions d’une conquête de courte durée dans l’histoire monétaire d’une cité. Les tentatives pour utiliser le témoignage de telle ou telle série monétaire pour déterminer les périodes d’indépendance ou de domination royale dans une cité sont le plus souvent vouées à l’échec. En revanche, ce que l’on peut faire, c’est examiner dans la longue durée le monnayage frappé dans une cité et, plus généralement, les différents numéraires qui y sont utilisés.

11Nous examinerons le cas des cités qui sont proches de Pergame sans être forcément intégrées au territoire attalide ou qui y ont été intégrées de manière intermittente, à une date incertaine au cours du iiie siècle avant J.-C. Nous distinguerons un premier cercle restreint, celui des cités de la vallée du Caïque – Gambreion, Élaia, Pitané – et de la côte jusqu’au golfe d’Adramyttion – Atarnée, Adramyttion –, d’un autre cercle plus large, constitué par les cités d’Éolide – Kymé, Myrina, Aigai, Temnos.

  • 8 Fritze, 1913, p. 139-146.
  • 9 BMC Aeolis, p. 125-126.
  • 10 Houghton et Lorber, 2002, no 888.
  • 11 SNG BnF Mysie, no 2343-2360.

12Dans la vallée du Caïque, la cité de Gambreion a émis un petit monnayage d’argent au début du ive siècle avant J.-C., qui semble s’être interrompu rapidement ; elle a également frappé des monnaies de bronze (fig. 11), selon deux modules au moins, mais on ignore jusqu’à quand ce monnayage s’est prolongé8. En bord de mer, Élaia a aussi émis un monnayage d’argent à l’époque classique, interrompu ensuite, et un monnayage de bronze mal daté (fig. 12)9, dont on a trouvé un nombre non négligeable d’exemplaires dans les fouilles de Pergame. Par ailleurs, des tétradrachmes séleucides d’Antiochos Hiérax sont attribués à Élaia d’après leur style10 : il semble qu’il s’agisse d’une frappe exceptionnelle, liée à des opérations militaires dans cette zone. Pitané semble n’avoir émis qu’un monnayage de bronze dont le type de revers a varié au cours du temps ; ce monnayage se situerait entre le ive et le iie siècle avant J.-C.11.

  • 12 Fritze, 1913, p. 102-113 ; Stauber, 1996, p. 270-279.
  • 13 Sur l’époque hellénistique : Fritze, 1913, p. 1-6 et 9-25. Sur Adramyttion : Stauber, 1996, p. 183 (...)

13Plus au nord, Atarnée a émis un petit monnayage d’argent au ive siècle avant J.-C., qui disparaît ensuite comme à Pergame et dans d’autres cités de la vallée du Caïque. Le monnayage de bronze de la cité (fig. 13) se répartit entre le ive et le iie siècle avant J.-C.12. À Adramyttion, un monnayage de bronze (fig. 14), frappé selon deux modules, a également été émis pendant une grande partie de l’époque hellénistique13.

  • 14 Houghton et Lorber, 2002, no 502-507 et 964.
  • 15 Price, 1991, no 1612-1644.
  • 16 Ibid., no 1648-1690.
  • 17 Houghton et Lorber, 2002, no 494-501.

14Les cités d’Éolide ont frappé elles aussi des monnaies de bronze à l’époque hellénistique et, plus exceptionnellement, un monnayage d’argent. À ces monnaies à types civiques s’ajoutent, de manière plus ou moins ponctuelle, des monnaies séleucides et des alexandres. Ainsi, Kymé a frappé des monnaies de bronze (fig. 15) et des monnaies d’argent ; on lui attribue des émissions séleucides – statères d’or et tétradrachmes d’argent – sous Antiochos II et peut-être Antiochos III14. Enfin, on a frappé à Kymé des alexandres à partir de -220 environ15. De même, des alexandres ont été émis à Temnos et Myrina à la fin du iiie ou au début du iie siècle avant J.-C.16. Ces ateliers se voient en outre attribuer, tout comme celui d’Aigai, des monnaies séleucides d’Antiochos II – statères d’or et tétradrachmes d’argent17.

15L’absence de datation précise pour les monnaies à types civiques et même pour les séries à types royaux rend difficile l’examen des relations entre rois et cités à travers le monnayage. Il apparaît néanmoins que, pour les échanges de la vie quotidienne au sein des cités, c’est le monnayage de bronze civique qui était utilisé. Pour les paiements plus importants, destinés plutôt à l’extérieur, on utilisait principalement des alexandres, comme à Pergame même au demeurant, et d’autres monnaies royales. Les philétaires constituent un de ces numéraires parmi d’autres ; le monnayage royal attalide intervient peu dans la vie des cités proches de Pergame au iiie siècle avant J.-C. Les interventions séleucides dans la région ont entraîné des frappes monétaires pour lesquelles des ateliers ont été installés dans des cités d’Éolide et à Élaia. Enfin, à la fin du iiie et au début du iie siècle avant J.-C., des émissions d’alexandres ont été frappées dans les cités d’Éolide : on ne peut savoir si la décision a été prise par les autorités civiques ou les autorités royales et, dans ce dernier cas, si elle émane des Attalides comme à Pergame, ou des Séleucides.

3. LES ATTALIDES ET LES CITÉS DU ROYAUME APRÈS APAMÉE

  • 18 Kleiner et Noe, 1977. Sur la date d’instauration, Marcellesi, à paraître, chap. v.

16Le traité d’Apamée marque l’élargissement durable du royaume et une relative stabilisation de ses frontières, sous la protection de Rome. C’est sans doute peu de temps auparavant qu’a été instaurée une nouvelle monnaie royale attalide, les cistophores, tétradrachmes frappés dans un étalon inférieur à l’étalon attique, présentant au droit une ciste dionysiaque entrouverte d’où sort un serpent, au revers un arc dans son étui entouré de deux serpents ; une marque d’atelier apparaît souvent au revers (fig. 16). Les tétradrachmes s’accompagnent de subdivisions18. Après le traité d’Apamée, la frappe des cistophores est étendue à plusieurs cités du royaume : outre Pergame, les principaux ateliers de cistophores sont Adramyttion, Sardes, Éphèse, Tralles, Laodicée du Lykos, Apamée de Phrygie, peut-être Synnada. Les numismates débattent pour savoir si la frappe a été centralisée ou non à certaines périodes ; quelle que soit la réponse apportée à cette question, il paraît certain que la frappe résulte d’une décision du pouvoir central.

  • 19 Ashton, 2003.

17Les cités dans lesquelles ont été installés des ateliers de cistophores ont frappé parallèlement d’autres monnayages. Les situations sont très variables de l’une à l’autre. Nous nous contenterons ici d’évoquer les cas d’Apamée de Phrygie, Adramyttion et Éphèse. La cité d’Apamée de Phrygie a émis des monnaies de bronze à l’époque hellénistique. Celles-ci ne semblent pas antérieures aux cistophores19. Dans cette cité à l’intérieur de l’Asie Mineure, la frappe monétaire ne serait donc pas antérieure à l’intégration au royaume attalide ; les bronzes étaient sans doute utilisés localement dans le cadre des institutions civiques, tandis que les cistophores étaient destinés à des paiements faits par l’administration royale dans l’ensemble de la région.

  • 20 Fritze, 1913, p. 11-12 ; Stauber, 1996, p. 196-197.

18Le monnayage de bronze de la cité d’Adramyttion a déjà été évoqué. Cette cité a aussi émis au iie siècle avant J.-C. des monnaies d’argent présentant une tête de Zeus au droit, un aigle au revers et l’ethnique de la cité (fig. 17)20. Leur poids de 3 grammes environ pourrait indiquer que ces monnaies doivent être considérées comme des quarts de cistophores ou drachmes d’étalon cistophorique. Ce monnayage serait à rapprocher des petites monnaies d’argent au nom d’Athéna Niképhoros émises à Pergame à la fin de l’époque attalide, d’un poids de 1,50 gramme environ, aux types d’Athéna et de la chouette, et qui doivent être considérées comme des hémidrachmes d’étalon cistophorique. À Adramyttion comme à Apamée de Phrygie, la mise en place dans la ville d’un atelier cistophorique coïnciderait avec un développement de la frappe monétaire et donc un usage accru de la monnaie au sein de la cité.

  • 21 Le Rider, 1991 ; Kosmetatou, 1999 ; surtout Kinns, 1999.
  • 22 Le Rider, 1989.

19Éphèse constitue un cas très différent. Dans cette grande cité d’Ionie, l’usage de la monnaie remonte à l’époque archaïque. À l’époque où elle se trouve sous domination attalide, la cité continue de frapper son monnayage de bronze. Elle continue aussi d’émettre une série de drachmes d’étalon attique, à ses types et à son nom, qui semble avoir été inaugurée vers -200 (fig. 18)21. Malgré leur étalon, ces drachmes continuent d’être frappées lorsque Éphèse est intégrée au royaume attalide, alors que le système cistophorique semble être un système monétaire fermé. Les drachmes d’Éphèse, dont la production a été abondante, se sont largement diffusées dans le royaume séleucide où elles ont manifestement servi de subdivisions aux tétradrachmes de poids attique – alexandres et monnaies séleucides principalement. Cette production de monnaies d’étalon attique dans le royaume attalide à l’époque des cistophores n’est pas une exception : Éphèse elle-même a également frappé des statères d’or d’étalon attique (fig. 19), ainsi que Tralles (fig. 20), tandis qu’à Pergame même, les Attalides ont continué d’émettre des philétaires et d’autres monnayages d’argent d’étalon attique après l’introduction des cistophores22. De fait, malgré l’instauration d’un système monétaire fermé pour les échanges intérieurs, la situation géographique du royaume attalide et les traditions monétaires en Asie Mineure obligeaient à continuer de recourir au numéraire d’étalon attique pour les échanges avec l’extérieur, contrairement à ce qui s’est passé dans l’Égypte lagide. Les drachmes d’Éphèse ont joué un rôle de premier plan, peut-être à la faveur d’un privilège octroyé par les rois à la cité.

  • 23 Ashton, 2005.
  • 24 Callataÿ, 2007.

20Parmi les cités qui n’ont pas servi d’atelier cistophorique, celles qui ont frappé des monnaies de bronze paraissent nombreuses. Certaines ont frappé des monnaies d’argent mais il n’est pas facile de déterminer si ces monnayages datent de l’époque attalide ou sont postérieurs. Par exemple, la cité d’Oinoanda, au nord de la Lycie, a frappé des monnaies d’argent généralement considérées comme des didrachmes d’étalon attique. Richard Ashton propose de les dater de l’époque où la cité est intégrée au royaume attalide et suggère que la dénomination a été choisie par la cité pour favoriser le change avec les cistophores23. Cependant, François de Callataÿ préfère pour cette série une datation à l’époque des guerres mithridatiques24. Au-delà des discussions sur la chronologie, l’enjeu est le suivant : y a-t-il eu des cités qui, bien que sous domination attalide à l’époque où le système cistophorique était en vigueur, auraient utilisé d’autres monnaies d’argent d’une valeur supérieure à la drachme pour les échanges intérieurs ? C’est un débat récent chez les numismates, sur lequel on manque encore pour l’instant d’éléments de réponse, notamment à cause de la difficulté à dater précisément les monnayages civiques.

  • 25 Rostovtzeff, 1939b, p. 285-298.
  • 26 Le Rider, 2001.
  • 27 Voir notamment Lorber et Hoover, 2003, p. 63 et 67.

21Il faut évoquer pour finir les tétradrachmes dits « à la couronne », frappés par plusieurs cités d’Éolide et Ionie : ces tétradrachmes d’étalon attique, qui portent des types civiques et se caractérisent par une couronne de feuillage au revers (fig. 21), se sont diffusés largement dans le royaume séleucide. Michel Rostovtseff avait émis l’hypothèse d’une « entente cordiale » entre Attalides et Séleucides destinée à approvisionner en numéraire d’argent le royaume séleucide par l’intermédiaire de ces monnaies frappées par des cités libres proches du royaume attalide25. Cette hypothèse a été généralement rejetée, notamment parce que les cités émettrices sont précisément des cités déclarées libres au traité d’Apamée. Georges Le Rider a proposé une interprétation plus économique de ces frappes : les tétradrachmes à la couronne auraient bénéficié dans le royaume séleucide d’une plus-value par rapport à d’autres monnaies, ce qui aurait favorisé leur diffusion et expliquerait l’intérêt que les cités trouvaient à leur émission26. Plus récemment, on a proposé d’expliquer leur diffusion dans le royaume séleucide par le soutien militaire apporté par les Attalides à Alexandre Balas27. En réalité, il faut distinguer plus nettement les raisons de la frappe et la diffusion des monnaies. La diffusion des tétradrachmes à la couronne dans le royaume séleucide correspond à celle de la plupart des numéraires d’étalon attique à l’époque hellénistique. Le phénomène en lui-même ne paraît pas exceptionnel. Quant à la frappe elle-même, l’importance de la production pour des cités considérées comme peu importantes a étonné ; cependant, ces cités portuaires de la côte égéenne de l’Asie Mineure, au cœur des réseaux d’échanges du monde hellénistique, avaient frappé auparavant des alexandres. Il faudrait mener une comparaison systématique entre la production des alexandres et celle des tétradrachmes à la couronne pour mesurer l’évolution. Le passage aux types civiques peut s’expliquer par le déclin des royautés et a pu répondre simplement à la volonté des cités d’affirmer brillamment leur indépendance confirmée par Rome au traité d’Apamée. Quoi qu’il en soit, les tétradrachmes à la couronne ne font pas véritablement partie de l’histoire monétaire du royaume attalide.

CONCLUSION

22Le monnayage royal attalide suit donc dans un premier temps, avec les philétaires, le modèle séleucide d’un système monétaire ouvert, puis se rapproche du modèle lagide à partir de l’instauration des cistophores. Les cistophores constituent le premier monnayage régional en Asie Mineure, limité à cette zone. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles ce monnayage devient ensuite celui de la province romaine d’Asie, bien qu’il ait été d’abord, indiscutablement, un monnayage royal.

23Parallèlement à ces monnayages royaux, les monnayages civiques n’ont jamais cessé d’exister dans le royaume attalide, que ce soit à Pergame même, dans les vieilles cités grecques de la côte égéenne, ou même dans des cités de l’intérieur où l’intégration au royaume attalide coïncide parfois avec le début de la frappe monétaire. La situation est très variable d’une cité à l’autre. Si certaines se sont contentées d’un monnayage de bronze, d’autres ont également frappé des monnaies d’argent, selon des dénominations plus ou moins fortes. Éphèse a frappé une série importante de drachmes d’étalon attique et même des statères d’or, monnaies vraisemblablement destinées aux échanges avec l’extérieur, sans que l’on puisse déterminer dans quelle mesure cela s’est fait sous contrôle royal.

24En tout état de cause, la diversité des numéraires et l’expression des identités civiques à travers le monnayage sont des traits qui distinguent radicalement le royaume attalide du royaume lagide, ce qui s’explique peut-être par la position particulière de l’Asie Mineure occidentale dans le grand courant monétaire d’étalon attique créé par la politique monétaire des Séleucides et l’importance des traditions locales.

Fig. 1. Pergame, triobole (?) d’argent, vers 400. Tête d’Apollon/Tête barbue coiffée d’un « bonnet phrygien » ; ΠΕΡΓ. BnF Waddington 946 = SNG BnF Mysie, no 1547.

Fig. 2. Pergame, chalque (bronze), première moitié du ive siècle. Tête d’Apollon/Deux têtes de taureau affrontées ; ΠΕΡΓ Α. BnF 1034 = SNG BnF Mysie, no 1551.

Fig. 3. Pergame, statère d’or d’étalon attique, seconde moitié du ive siècle. Tête d’Héraclès/Athéna combattante. BnF Luynes 2493 = SNG BnF Mysie, no 1557.

Fig. 4. Attalides, philétaire (tétradrachme d’étalon attique), iiie siècle. Tête de Philétaire/Athéna assise ; ΦΙΛΕΤΑΙΡΟϒ. BnF 1463 = SNG BnF Mysie, no 1622.

Fig. 5. Attalides, alexandre (tétradrachme d’étalon attique), fin du iiie /début du iie siècle. Tête d’Héraclès/Zeus trônant ; ΑΛΕΞΑΝΔΡΟϒ. BnF R 4130 acq. 1964.

Fig. 6. Attalides, bronze, quart d’obole ( ?), iiie siècle. Tête d’Athéna/Arc ; ΦΙΛΕΤΑΙΡΟϒ, BnF 1499 = SNG BnF Mysie, no 1685.

Fig. 7. Pergame, bronze, hémiobole ( ?), iiie siècle. Tête d’Athéna/Deux têtes de taureau affrontées ; ΠΕΡΓA. BnF 1443 (8) = SNG BnF Mysie, no 1582.

Fig. 8. Pergame, bronze, obole (?), iie siècle. Tête d’Athéna/Asclépios debout nourrissant un serpent ; ΠΕΡΓ AMHNΩN. BnF 1112 = SNG BnF Mysie, no 1770.

Fig. 9. Attalides, bronze, hémiobole (?), iie siècle. Tête d’Asclépios/Serpent autour du bâton d’Asclépios ; ΑΣΚΛΗΠΙΟϒ ΣΩΤΗΡΟΣ. BnF 1060 = SNG BnF Mysie, no 1828.

Fig. 10. Attalides, bronze, hémiobole (?), iie siècle. Tête d’Athéna/Chouette ; ΑΘΗΗΝΑΣ ΝΙΚΗΦΟΡΟϒ. BnF 1100 = SNG BnF Mysie, no 1918.

Fig. 11. Gambreion, bronze. Tête d’Apollon/Taureau chargeant ; ΤAM. Fritze 1913, pl. VII 10.

Fig. 12. Élaia, bronze. Tête d’Athéna/Épi de blé dans une couronne ; ΕΛ. BMC Aeolis, pl. XXV 6.

Fig. 13. Atarnée, bronze. Tête d’Apollon/Cheval ; ATAR. Fritze 1913, pl. V 30.

Fig. 14. Adramyttion, bronze. Tête de Zeus/Cavalier ; ΑΔΡΑΜϒ-Τ-ΤΗΝΩΝ. Fritze 1913, pl. I 11.

Fig. 15. Kymé, bronze. Tête féminine/Cheval ; KY. BMC Aeolis, pl. XX 17.

Fig. 16. Attalides, tétradrachme cistophore, atelier de Pergame. Ciste dionysiaque d’où sort un serpent/Arc dans son étui entre deux serpents. Monogramme de Pergame. BnF Waddington 6960 = SNG BnF Mysie, no 1701.

Fig. 17. Adramyttion, argent, drachme d’étalon cistophorique ? Tête de Zeus/Aigle sur un foudre ; ΑΔΡΑΜ-ΤΗΝΩΝ. Fritze 1913, pl. I 7.

Fig. 18 : Éphèse, drachme d’étalon attique. Abeille ; E-F/Cerf devant un palmier. BMC Ionia, pl. XI 4.

Fig. 19. Éphèse, statère d’or d’étalon attique. Tête d’Artémis/Statue de l’Artémis d’Éphèse ; EΦ. Le Rider 1989, no 11.

Fig. 20. Tralles, statère d’or d’étalon attique. Tête de Zeus/Taureau ; ΤΡΑΛΛΙΑΝΩΝ. Le Rider 1989, no 8.

Fig. 21. Kymé, tétradrachme « à la couronne », étalon attique. Tête féminine/Cheval dans une couronne ; ΚϒΜΑΙΩΝ. BMC Aeolis, pl. XXI 6.

Notes

1 Pour plus de détails sur le monnayage émis à Pergame par les rois ou par la cité, voir Marcellesi, 2008, et Marcellesi, à paraître.

2 Fritze, 1906, p. 47-52.

3 Newell, 1936.

4 Westermark, 1960.

5 Price, 1991, p. 222-224, no 1473-1490.

6 Marcellesi, à paraître, chap. iv et v.

7 Gauthier, 2003, avec la bibliographie antérieure.

8 Fritze, 1913, p. 139-146.

9 BMC Aeolis, p. 125-126.

10 Houghton et Lorber, 2002, no 888.

11 SNG BnF Mysie, no 2343-2360.

12 Fritze, 1913, p. 102-113 ; Stauber, 1996, p. 270-279.

13 Sur l’époque hellénistique : Fritze, 1913, p. 1-6 et 9-25. Sur Adramyttion : Stauber, 1996, p. 183-241, particulièrement p. 196-206. Sur le monnayage d’argent d’Adramyttion, daté du iie siècle av. J.-C., voir ci-dessous.

14 Houghton et Lorber, 2002, no 502-507 et 964.

15 Price, 1991, no 1612-1644.

16 Ibid., no 1648-1690.

17 Houghton et Lorber, 2002, no 494-501.

18 Kleiner et Noe, 1977. Sur la date d’instauration, Marcellesi, à paraître, chap. v.

19 Ashton, 2003.

20 Fritze, 1913, p. 11-12 ; Stauber, 1996, p. 196-197.

21 Le Rider, 1991 ; Kosmetatou, 1999 ; surtout Kinns, 1999.

22 Le Rider, 1989.

23 Ashton, 2005.

24 Callataÿ, 2007.

25 Rostovtzeff, 1939b, p. 285-298.

26 Le Rider, 2001.

27 Voir notamment Lorber et Hoover, 2003, p. 63 et 67.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Pergame, triobole (?) d’argent, vers 400. Tête d’Apollon/Tête barbue coiffée d’un « bonnet phrygien » ; ΠΕΡΓ. BnF Waddington 946 = SNG BnF Mysie, no 1547.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 2. Pergame, chalque (bronze), première moitié du ive siècle. Tête d’Apollon/Deux têtes de taureau affrontées ; ΠΕΡΓ Α. BnF 1034 = SNG BnF Mysie, no 1551.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 3. Pergame, statère d’or d’étalon attique, seconde moitié du ive siècle. Tête d’Héraclès/Athéna combattante. BnF Luynes 2493 = SNG BnF Mysie, no 1557.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 4. Attalides, philétaire (tétradrachme d’étalon attique), iiie siècle. Tête de Philétaire/Athéna assise ; ΦΙΛΕΤΑΙΡΟϒ. BnF 1463 = SNG BnF Mysie, no 1622.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 5. Attalides, alexandre (tétradrachme d’étalon attique), fin du iiie /début du iie siècle. Tête d’Héraclès/Zeus trônant ; ΑΛΕΞΑΝΔΡΟϒ. BnF R 4130 acq. 1964.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 6. Attalides, bronze, quart d’obole ( ?), iiie siècle. Tête d’Athéna/Arc ; ΦΙΛΕΤΑΙΡΟϒ, BnF 1499 = SNG BnF Mysie, no 1685.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 7. Pergame, bronze, hémiobole ( ?), iiie siècle. Tête d’Athéna/Deux têtes de taureau affrontées ; ΠΕΡΓA. BnF 1443 (8) = SNG BnF Mysie, no 1582.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 8. Pergame, bronze, obole (?), iie siècle. Tête d’Athéna/Asclépios debout nourrissant un serpent ; ΠΕΡΓ AMHNΩN. BnF 1112 = SNG BnF Mysie, no 1770.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 9. Attalides, bronze, hémiobole (?), iie siècle. Tête d’Asclépios/Serpent autour du bâton d’Asclépios ; ΑΣΚΛΗΠΙΟϒ ΣΩΤΗΡΟΣ. BnF 1060 = SNG BnF Mysie, no 1828.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 10. Attalides, bronze, hémiobole (?), iie siècle. Tête d’Athéna/Chouette ; ΑΘΗΗΝΑΣ ΝΙΚΗΦΟΡΟϒ. BnF 1100 = SNG BnF Mysie, no 1918.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 11. Gambreion, bronze. Tête d’Apollon/Taureau chargeant ; ΤAM. Fritze 1913, pl. VII 10.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 12. Élaia, bronze. Tête d’Athéna/Épi de blé dans une couronne ; ΕΛ. BMC Aeolis, pl. XXV 6.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 13. Atarnée, bronze. Tête d’Apollon/Cheval ; ATAR. Fritze 1913, pl. V 30.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 14. Adramyttion, bronze. Tête de Zeus/Cavalier ; ΑΔΡΑΜϒ-Τ-ΤΗΝΩΝ. Fritze 1913, pl. I 11.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 15. Kymé, bronze. Tête féminine/Cheval ; KY. BMC Aeolis, pl. XX 17.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 16. Attalides, tétradrachme cistophore, atelier de Pergame. Ciste dionysiaque d’où sort un serpent/Arc dans son étui entre deux serpents. Monogramme de Pergame. BnF Waddington 6960 = SNG BnF Mysie, no 1701.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 17. Adramyttion, argent, drachme d’étalon cistophorique ? Tête de Zeus/Aigle sur un foudre ; ΑΔΡΑΜ-ΤΗΝΩΝ. Fritze 1913, pl. I 7.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 18 : Éphèse, drachme d’étalon attique. Abeille ; E-F/Cerf devant un palmier. BMC Ionia, pl. XI 4.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 19. Éphèse, statère d’or d’étalon attique. Tête d’Artémis/Statue de l’Artémis d’Éphèse ; EΦ. Le Rider 1989, no 11.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 20. Tralles, statère d’or d’étalon attique. Tête de Zeus/Taureau ; ΤΡΑΛΛΙΑΝΩΝ. Le Rider 1989, no 8.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 21. Kymé, tétradrachme « à la couronne », étalon attique. Tête féminine/Cheval dans une couronne ; ΚϒΜΑΙΩΝ. BMC Aeolis, pl. XXI 6.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3177/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Professeur d’Histoire grecque à l’université de Paris IV. Numismate, ancienne élève de l’École normale supérieure. Spécialiste du monnayage civique en bronze, elle est l’auteur de Milet des Hécatomnides à la domination romaine. Pratiques monétaires et histoire de la cité du ive au iie siècle av. J.-C. (Mayence, 2004).

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search