Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les vecteurs du pouvoir

Chapitre VII. Le roi en ses images : essai sur les représentations du pouvoir monarchique dans le monde hellénistique

John Ma

Texte intégral

1. IMAGES DU ROI

  • 1 Aymard, 1967.

1Le roi a beau être roi, il ne peut être partout à la fois, il ne peut pas tout faire tout seul. C’est le roi qui a battu l’ennemi, pris la ville ? Non : ce n’est tout de même pas le souverain en personne qui a mis en déroute les phalanges adverses, ou actionné les engins de siège : disons que c’est « le roi » qui a battu l’ennemi, pris la ville, conquis cette contrée, etc. (Les tensions entre Alexandre et ses hommes découlent de malentendus, plus ou moins volontaires, à ce sujet1.) D’où la nécessité de stratégies visant à rendre présent le roi, à le présenter aux sujets et au monde, à le représenter dans toute la force symbolique et politique du terme.

  • 2 Capdetrey, 2007a. Antigonides : Buraselis, 1982 ; SEG, 31, 614 (dédicace de Persée après une campa (...)
  • 3 Dédicaces royales : par exemple, Jacquemin, 2000 (Delphes) ; Stewart, 2004 (Athènes). Sur l’évergé (...)

2En premier lieu, le roi parcourt l’espace de son royaume (tel l’espace séleucide qu’évoque Laurent Capdetrey dans le présent ouvrage). Qu’on songe au roi à la tête de ses troupes, marchant des Hautes Satrapies jusqu’au pays au-delà du Taurus, en passant par la Babylonie et la Syrie du Nord : les mouvements du roi instituent l’espace du royaume, érigeant ainsi la chaîne des Toros Dağlari (phénomène physique, orologique) en jalon interne de l’espace séleucide. Le roi se doit aussi de se faire voir au-delà de son royaume, par des campagnes d’intimidation ou de conquête, contre les nomades, les barbares, ou dans les espaces égéens où les rois rivalisent sur le plan de la grande guerre à échelle stratégique : les rois antigonides affrontent les Illyriens ou les Thraces, et font sentir leur présence dans l’archipel, voire même en Asie Mineure2. Deux phénomènes apparentés, quoique pacifiques, sont la pratique des dédicaces de monuments dans les sanctuaires « internationaux », et l’évergétisme sous forme de dons royaux aux cités et aux sanctuaires en dehors du royaume de l’évergète, par exemple à Delphes ou à Athènes3 ; l’une et l’autre fonctionnent comme manières pour le roi d’être présent au-delà de son domaine propre.

  • 4 SEG, 37, 1010 ; Malay, 2004 ; Wörrle et Cotton, 2007.
  • 5 Bertrand, 1990 ; Bertrand, 1992 ; Briant, 1998 ; Ma, 2002.

3En deuxième lieu, le roi fait circuler sa parole sous forme de lettres et d’édits qui proviennent du centre du pouvoir, c’est-à-dire de la personne du souverain, mais voyagent, soit directement, soit à travers le fonctionnement de la « bureaucratie », pour atteindre les individus ou les communautés locales : c’est le cas du papyrus qui porte la souscription ginesthô (« qu’il en soit ainsi ! »), ou de la lettre royale inscrite dans une cité ou dans un sanctuaire, comme on en trouve des exemples pour les Séleucides, les Antigonides et les Attalides4. Jean-Marie Bertrand, en une série de travaux inspirés de la théorie des actes du langage a mis en lumière le rôle constitutif de la parole du roi et de sa circulation médiate5.

  • 6 Himmelmann, 1989, autour d’une seule œuvre, le « souverain » du Museo nazionale ; Smith, 1988, mon (...)

4En troisième lieu, le roi se trouve présent sous forme d’images qui représentent son pouvoir : ces images en donnent un substitut (la statue est là à la place du roi), une forme visuelle et individualisée (le portrait d’un homme, ce roi), un signe ou une figure, métaphorique ou métonymique (ce roi = le roi, qui tient lieu de signe pour toute une formation sociale, le royaume hellénistique). C’est ce dernier aspect que je me propose d’explorer, en présentant quelques réflexions inspirées par la documentation rassemblée et étudiée dans nombre de monographies parues au cours des vingt dernières années6.

2. DIVERSITÉ ET PROFUSION DES IMAGES ROYALES

  • 7 Baslez et Vial, 1987.
  • 8 Himmelmann, 1989, p. 142 ; Fleischer, 1991, p. 37-38 (avec également une gemme au Musée national d (...)
  • 9 Rostovtzeff, 1932 ; Wallenfels, 1994 ; Lindstrøm, 2003.
  • 10 Davesne et Le Rider, 1989, pour un exemple de trésor monétaire (Meydancikkale) trouvé dans un cont (...)

5Imaginons un officier séleucide, en -191, dans les rangs de l’armée d’Antiochos III à la veille de la débâcle sanglante aux Thermopyles. On peut sans invraisemblance supposer que notre homme, au service de l’État royal, a passé du temps en Mésopotamie, dans les villes de Syrie du Nord, et dans les cités d’Asie Mineure : le « nomadisme réglé » des officiers n’a rien pour surprendre. En Grèce péninsulaire, dans l’entourage d’Antiochos au début du conflit avec Rome, il a vu des cités telles que Démétrias, Thèbes, Chalkis, Chéronée, ou Stratos, et le sanctuaire panhellénique de Delphes ; auparavant, il a pu passer par Délos (où Antiochos III et Laodikè III ont laissé des traces, les premières attestant des contacts avec le royaume séleucide)7. Au cours de sa carrière, notre officier séleucide aura été confronté à une foule d’images royales. Peut-être a-t-il admiré, ou même arboré, des gemmes portant le portrait du roi (une gemme, autrefois dans la collection Poniatowski, maintenant perdue, a été interprétée comme représentant Antiochos III)8 ; plus souvent, il a examiné des empreintes de sceaux officiels avec une image du roi (tels que certaines empreintes du chreophylakion à Uruk)9. Entre ses mains sont passées des monnaies avec le profil royal : petits bronzes au portrait du roi (et une foule de motifs divers au revers), tétradrachmes d’argent au type quasiment fixe (profil du roi, au revers Apollon à la flèche sur l’omphalos), voire octadrachmes d’or ; peut-être a-t-il assisté à la frappe de la monnaie royale, ou présidé au transport ou à la thésaurisation de grosses masses monétaires à des fins administratives ou militaires10.

  • 11 Ma, 2002, no 37 ; I. Estremo Oriente Greco, no 271-272, p. 277-278 (prostagmata d’Antiochos III co (...)
  • 12 Le Séleucos Nicator sur un relief de Doura-Europos, jeune homme imberbe portant armure et boucles (...)
  • 13 OGIS, 246, ne tranche pas la question. Pas de mentions d’images royales dans la procession de Daph (...)
  • 14 Le rapport entre gymnase et culte des souverains est bien connu (Robert, 1960b, p. 124, pour référ (...)

6L’image du roi, il l’a aussi rencontrée sur les couronnes à médaillons figurés, portées par les prêtres du culte royal d’État11 ; si ce culte comprenait des sanctuaires en dur, il y aura vu des images cultuelles du roi, de la reine et des ancêtres du roi. De telles images cultuelles auront aussi attiré son attention dans des sanctuaires pour Séleucos Ier, au centre des villes fondées par ce roi12 : ces statues étaient sans doute en marbre, plus grandes que nature, et peut-être prêtaient à Séleucos des traits idéalisés et des yeux démesurés, ou signalaient sa divinité par des cornes de taureau. D’autres fois, le roi était plutôt petit : il s’élançait sur un cheval miniature en bronze, ou bien il s’avançait pensif et cuirassé, ou bien encore il appuyait sur une lance un petit corps nu et fauve aux proportions lysippéennes – ce genre de statuettes a pu figurer dans des contextes privés (on imaginerait volontiers des cultes domestiques, mais ils ne sont pas attestés pour les Séleucides)13. Plus impressionnantes, tout de même, sont les statues grandeur nature, voire plus grandes, que notre officier séleucide a contemplées dans les cités (sur les places, sans doute dans les gymnases)14 et les sanctuaires : statues de culte, en marbre ou acrolithes ; statues honorifiques en bronze. S’est-il amusé à reconnaître les souverains d’après le type du portrait, ou lui aura-t-il fallu se pencher pour lire les inscriptions pour savoir l’identité de l’honorandus royal ?

  • 15 Voir généralement liste des trésors dans Houghton et Lorber, 2002, avec composition des trésors.
  • 16 OGIS, 234, avec Ma, 2002 ; Kotsidu, 2000, no 89 et 91.

7Enfin, notre homme a dû voir des images d’autres rois : d’abord sur les monnaies qui circulent largement en Asie Mineure et en Syrie (il n’est que de rappeler la composition du trésor de Mektepini, en Anatolie, enfoui vers -19015) : monnaies antigonides, voire vieilles pièces de Démétrios Poliorcète (frappées un siècle auparavant), lysimaques, monnaies attalides pré-cistophoriques. Peut-être a-t-il vu des objets du culte domestique pour les souverains ptolémaïques, tels ces oinochoés de faïence où figure Arsinoé II à la double corne d’abondance ; dans les cités prises par Antiochos III au Lagide, il a pu voir des statues érigées en l’honneur des rois ennemis (et on peut se demander quel était le sort des statues honorifiques des rois dans la tourmente de l’histoire événementielle : le sujet rejoint celui abordé par Andrzej Chankowski dans le présent volume). À Démétrias, il a pu s’approcher, avec curiosité, de la statue en armes du fondateur, le Poliorcète en personne. Dans le sanctuaire international de Delphes, il aura été ravi de lever les yeux vers une statue colossale d’Antiochos III et peut-être vers une autre statue équestre du même roi (voire même une troisième statue de Séleucos II, père d’Antiochos III), mais non pas vers la statue d’Attale I, sur un pilastre monumental16.

8Importance et profusion des images : quand notre officier séleucide a vu le roi en personne, il a dû penser qu’il ressemblait à son portrait. Cela en revient à reconnaître la force politique exercée par les images du roi. Il faut citer les belles pages de Louis Marin sur Le Portrait du roi, de Louis XIV :

  • 17 Marin, 1981, p. 12.

Le roi n’est vraiment roi, c’est-à-dire monarque, que dans des images. Elles sont sa présence réelle : une croyance dans l’efficacité et l’opérativité de ses signes iconiques est obligatoire, sinon le monarque se vide de toute sa substance par défaut de transsubstantiation et il n’en reste plus que le simulacre.17

9Parmi tous les « médias » où figurait le portrait du roi, les plus importants sont le monnayage et les statues. Pour ce qui est des monnaies, on peut incontestablement les interpréter comme des signes du pouvoir royal. Elles sont produites, en diverses cités placées sous mainmise royale, directement par l’État séleucide qui les légitime et dont la légitimité est représentée par elles ; leur uniformité institutionnalisée, assurée par la reproduction d’images certes artisanales, mais matricées et à très grande échelle, leur diffusion et leur interchangeabilité en font des vecteurs de l’ubiquité et de l’inévitabilité du pouvoir séleucide dans son propre espace.

  • 18 Sur la chevelure du roi : Smith, 1988, p. 46-48. Pour un parallèle moderne, voir Steinberg, 2005, (...)

10Le portrait sur monnaie véhicule l’idéologie royale : en profil, le roi se donne à voir. Sur un tétradrachme d’Antiochos Ier (fig. 1), le contraste est frappant, presque comique, entre les éléments socialement signifiants (chevelure abondante et « royale » dans son désordre18, diadème dont flottent les extrémités) et les éléments « naturels », c’est-à-dire la physionomie ingrate (grand nez avec profonde ride à l’aile de la narine, coin de la bouche marqué d’un pli amer, arcade sourcilière marquée et tombante, mâchoire inférieure fuyante rattrapée par la saillance d’un menton petit). Ce contraste, entre corps social et corps physique du roi, étudié dans un essai célèbre par Emil Kantorowicz, est inhérent à la monarchie, mais prend des formes historiquement déterminées selon le contexte. Pour nos rois séleucides, ce sont précisément l’individualité, la non-idéalisation de cette physionomie qui expriment la nature patrimoniale et personnelle de la royauté séleucide : c’est cet individu, et non un autre, qui règne. Le refus de l’idéalisation exprime aussi d’autres valeurs – l’énergie, l’effort – caractéristiques du style royal séleucide (avant Antiochos IV et surtout l’idéalisation et la sublimation, par le style et les attributs, du portrait séleucide qui coïncident avec les troubles du royaume) – avec, tout de même, une suggestion de force surhumaine dans cet œil démesuré qui peut-être est hérité des représentations d’Alexandre (ce trope apparaît bien entendu sur la représentation du Conquérant sur la mosaïque pompéienne, conservée à présent au Musée archéologique de Naples, et qui reproduit un original de la haute époque hellénistique).

  • 19 Smith, 1988 : souverain du Prado ; grand souverain Berne-Manhattan (Queyrel, 2003, p. 247-251 : At (...)
  • 20 Smith, 1988 ; Stanwick, 2003.
  • 21 Fleischer, 1991, p. 99-102 (combattant l’identification avec Antiochos III, défendue par exemple d (...)

11Les choses sont plus compliquées pour les statues royales. D’abord en ce qui concerne l’état de conservation de la documentation originale : alors qu’on possède des milliers de monnaies anciennes (ce qui manque à vrai dire est le contexte de la réception et le sens à accorder aux représentations), il n’y a aucun cas de statue royale hellénistique trouvée complète, in situ et avec l’inscription qui l’élucidait aux yeux du spectateur. On possède bien quelques bronzes hellénistiques complets ou fragmentaires19, et en marbre, un nombre de statues ou de têtes hellénistiques qui sans doute sont des statues de culte en marbre ou acrolithiques, ou proviennent de telles statues ; l’Égypte a la particularité d’avoir produit des statues en pierre dure (granite, basalte), qui combinent des portraits aux traits et au style grecs, avec des attributs pharaoniques ou pharaonisants20. Enfin, des copies romaines préservent, parfois avec beaucoup de fidélité, des originaux hellénistiques. Mais les incertitudes subsistent : la belle tête de marbre au Louvre est-elle la copie d’un Antiochos III après son Anabase – Antiochos le Grand, ayant mérité ce surnom par son énergie et son inlassable activité militaire, et dont le visage exprime les qualités et les succès – ou le portrait d’un prêtre philorhomaios du ier siècle avant J.-C.21 ?

  • 22 Iossif, 2002 (portrait séleucide) ; Queyrel, 2003, p. 200-234, pour bibliographie et étude.
  • 23 François Queyrel a proposé de rattacher cette œuvre à un atelier hellénistique travaillant à Rome (...)

12La plus spectaculaire des statues qui nous sont parvenues est celle du « souverain » du Museo nazionale (à présent au Palazzo Massimo, autrefois conservée au vieux musée des Thermes, d’où l’appellation « souverain des Thermes », en anglais « Terme Ruler » ; en fait, la statue a été trouvée sur le Quirinal, non loin du tout aussi célèbre « pugiliste »)22 (fig. 2). Les traits sont individualisés et suggèrent un portrait plutôt que la statue d’un dieu ou d’un héros. La pose, le physique impressionnant, la masculinité agressive, la nudité font pencher pour un portrait royal (plutôt qu’un Romain représenté dans le style royal, genre statuaire difficile à imaginer pour le iie siècle avant J.-C. où les critères stylistiques invitent à placer la statue), l’absence de diadème s’expliquant par la représentation d’un prince, plutôt que d’un roi déjà régnant. On a proposé Attale II (Himmelmann, Queyrel) ; en tremblant, j’avoue que j’aimerais tout aussi bien y voir la statue d’un prince antigonide (Persée avant son accession ?) ou séleucide. La statue a été trouvée à Rome, mais il ne doit pas s’agir de son contexte original : sauf erreur, il n’y a pas d’exemples du Sénat et du peuple romain honorant à cette époque un roi hellénistique avec une statue de bronze, ni de cités grecques érigeant des statues honorifiques de rois à Rome (le temple de Fides sur le Capitolin regorge de statues du peuple romain érigées par des cités alliées)23, ni d’individus érigeant la statue d’un patron royal dans un contexte public ou privé dans l’Urbs.

13Cette statue, haute de 2,08 mètres, la main levée atteignant 2,40 mètres (auxquels on ajoutera l’extrémité de la lance à présent perdue), se dressait sur une base qu’on estimera haute denviron 1,40 mètre (très différente de la plinthe minuscule sur laquelle est désormais présentée la statue au Museo nazionale - Palazzo Massimo) : les points de référence verticaux se succédaient – visage, main, pointe de lance – en altitude, étagés de 3,40 à 4 mètres (sans doute) au-dessus du sol. La tête, disproportionnément petite, exagère encore l’effet de verticalité pour le spectateur qui contemple d’en bas, après avoir lu l’inscription sur la base ; le regard du prince porte au loin, mais nous pouvons percevoir la courte barbe qui ombrage ses joues – signe de jeunesse, mais aussi rappel de l’activité militaire au cours de laquelle le commandant néglige son apparence, comme l’a écrit François Queyrel. La nudité est héroïque et hypermasculine (et le spectateur ne peut s’empêcher de remarquer la zone masculine que constituent le sexe, le puissant et charnu fessier, les hanches athlétiques, car tout cet appareil doit se présenter juste au-dessus de son regard), la lance symbolise le fondement militaire du pouvoir royal, la barbe fait allusion au commandement et aux efforts corporels auxquels s’astreint le souverain : la statue incorpore divers éléments du registre idéologique de la royauté hellénistique, mêlés en un tout grâce à la virtuosité de l’exécution (modelé, travail au burin), au réalisme, aux proportions monumentales.

14Cependant, même dans le cas du « prince » du Museo nazionale, nous ignorons tout du contexte original ; à plus forte raison, les copies romaines, même fidèles, ne nous disent rien du contexte hellénistique. En l’absence de renseignement concret, on doit avoir recours à d’autres sources, principalement épigraphiques, pour tenter de reconstituer les contextes, très divers, où le « prince » du Museo nazionale (et toutes les autres statues des souverains hellénistiques) aurait pu prendre sa place.

3. LES CONTEXTES DES STATUES ROYALES

  • 24 Tous ces exemples, bien connus, sont répertoriés, avec la bibliographie, dans Kotsidu, 2000.

15Les cités ont érigé des statues de rois. Encore faut-il distinguer entre cités : la statue a une portée différente selon le statut. Les cités subordonnées (quel qu’ait été leur statut formel : cités sujettes, cités « autonomes » dépendantes) ont érigé des statues de leurs maîtres, statues de culte ou statues honorifiques : statues des Antigonides à Athènes ou à Délos, statue équestre d’un Antiochos (Ier ou III) à Ilion, statues (cultuelle et honorifique) d’Antiochos III à Téos ; statues d’Attale III à Pergame, érigées l’une dans le temple d’Asclépios, l’autre dans l’agora de la ville haute24. Ptolémée III écrit aux Xanthiens :

  • 25 SEG, 36, 1281 (d’après J. Bousquet). Kotsidu, 2000, no 293 (à noter que le sacrifice dont il est q (...)

Les théores que vous envoyez aux Ptolemaia et Philadelpheia, Nikolaos et Hermolykos, nous ont remis votre lettre et les couronnes dont vous nous couronnez, ainsi que notre sœur Bérénikè, et ont annoncé les statues dont vous nous avez honorés, et ont accompli les sacrifices au moment opportun.25

  • 26 Je résume l’interprétation proposée par Price, 1984 ; voir aussi Ma, 2002.

16Les statues font ici partie des gestes stéréotypés qui entretiennent la relation entre la cité sujette et le roi. Ces statues ressemblaient-elles au « prince » du Museo nazionale ? Est-ce ainsi que l’on doit s’imaginer les statues à travers lesquelles les cités se représentaient les rois, et dont elles faisaient hommage à leurs maîtres ? Cette statue aurait pu être une statue honorifique érigée par une cité subordonnée. On verrait alors les cités subordonnées, par loyalisme, dresser des images mettant fidèlement en œuvre l’idéologie royale, et dominant l’espace civique. Ou aurait-ce pu être une statue cultuelle, un agalma faisant partie des honneurs divins pour un souverain ? (Il est vrai qu’on s’attendrait plutôt à une statue de marbre.) Dans ce cas, nous pourrions voir comment une cité subordonnée donnait une forme visuelle à la métaphore cultuelle qui permettait de penser, et de faire face, à la puissance royale26. Qu’elle ait été honorifique ou cultuelle, la statue représentant le souverain nu, déhanché et appuyé sur la lance, au physique impressionnant, faisait contraste avec les statues honorifiques des citoyens en himation, à la pose moins affirmative, et évoquait les statues d’athlètes victorieux ou de divinités.

  • 27 Diod., 20, 93, 6.
  • 28 Tous ces exemples sont répertoriés, avec la bibliographie, dans Kotsidu, 2000.

17Mais les cités libres ont aussi érigé des statues pour des bienfaiteurs royaux : les Rhodiens ont statufié Antigonos le Borgne et Démétrios, sans pour autant être leurs sujets ou même leurs alliés27 ; de même, les Milésiens ont honoré Antiochos Ier avant que les Séleucides prennent l’Asie Mineure ; la cité de Delphes a honoré Antiochos III, aussi bien que les Attalides ; les Étoliens ont honoré, à Delphes toujours, les Attalides et Prousias II ; les Milésiens ont honoré les Attalides ; les Athéniens ont honoré les Attalides ; les Colophoniens (communauté libre après -188) ont honoré Athénaios, prince attalide28 – chaque fois, avec une statue honorifique. Est-ce que les cités libres choisissaient de représenter leurs bienfaiteurs sous une apparence semblable à celle du « prince » du Museo nazionale ? Les thèmes de l’idéologie royale – activité militaire, pouvoir fondé sur le droit de la lance, énergie et prestance impressionnantes du corps royal – trouvaient-ils un tel écho dans les espaces civiques des cités libres ?

  • 29 Jacquemin, 2000 et 2004.

18Quels que soient les statuts des cités qui les ont décrétées, les statues des rois ont été dressées dans les cités (sur l’agora ou dans le sanctuaire local), mais aussi dans les grands sanctuaires – Olympie, Delphes, Délos, Oropos, Épidaure. La statue du Museo nazionale provient-elle d’un tel sanctuaire ? L’extrême expressivité, l’agressive masculinité, la virtuosité de l’exécution pourraient alors s’expliquer par le besoin de produire une image mémorable dans l’espace compétitif que représente le grand sanctuaire, et même les sanctuaires locaux : l’image royale est en compétition avec une foule d’autres statues humaines (et même de statues d’autres rois, de membres d’autres dynasties) souvent arrangées en longues séries uniformisantes, de statues votives (parfois d’une grande antiquité ou d’une qualité artistique notoire), de statues d’athlètes victorieux, de monuments votifs non figurés et d’images divines. Ce contexte compétitif explique le développement de formes architectoniques visant à mettre l’image royale en valeur, à commencer par le pilier ou le pilastre29.

  • 30 ISE, 7 (statue équestre dressée par les ethelontai epilektoi).
  • 31 Oropos, 175.
  • 32 Milet, I, 3, 139 ; OGIS, 248 ; Kotsidu, 2000, no 27 (SEG, 33, 127).

19L’emplacement même de la statue permet divers effets paradigmatiques et signifiants : les statues des Antigonides à Athènes, placées à côté des Tyrannicides en pleine agora (honneur exorbitant), ou à côté de la statue de la Démocratie30, produisent des messages supplémentaires à ceux que véhicule la statue elle-même. La base de la statue peut servir de support pour l’inscription de documents qui se rapportent au roi : maints exemples en existent à Delphes, sur les piliers attalides ; à l’Amphiaraion d’Oropos, la base des statues de Ptolémée IV et Arsinoé III a servi pour inscrire un décret en l’honneur d’un courtisan ptolémaïque31. Les statues des rois ont également offert un point de référence pour d’autres monuments, érigés à proximité : à Milet, une lettre de Ptolémée II et un décret pour ce roi ont été gravés sur une stèle à côté d’une statue de Ptolémée Ier ; à Athènes, un décret pour Eumène II a été inscrit et dressé à côté de statues du roi Antiochos IV, qu’Eumène avait aidé à regagner la Syrie, et, en fait, ceint du diadème royal ; à Athènes toujours, la statue d’un courtisan séleucide, Ménodotos ou Zénodotos, a été érigée à côté de la statue de son maître, Antiochos VII, semble-t-il32. En contemplant la statue du « prince » du Museo nazionale, on doit imaginer tout un monde qui l’entourait, lui donnait du sens, ou en dérivait des effets de sens – textes inscrits à proximité, gestes rituels, emplacement signifiant, foule des passants dans la vie quotidienne, foule des participants à des fêtes, dialogue avec d’autres monuments ou d’autres statues dans un espace social très structuré, quel qu’il ait été (agora, sanctuaire ou gymnase).

  • 33 I. Pergamon, 29, 64.
  • 34 I. Delos, 1518.

20Les statues royales ont également été le fait des troupes, par exemple la statue d’Attale Ier dressée dans le sanctuaire d’Athéna à Pergame par « Épigénès, les officiers et les soldats qui ont combattu côte à côte dans les batailles contre les Galates et contre Antiochos », statue dressée dans le grand sanctuaire d’une capitale royale ; les alliés achéens qui ont statufié le futur Attale II après la victoire sur Antiochos III « dans la bataille au bord du Phrygios » (c’est-à-dire à Magnésie) imitent la pratique des armées attalides33. Les auxiliaires crétois de Ptolémée VI ont honoré ce roi, au milieu du iie siècle avant J.-C., de deux statues, l’une dressée en Crète, et l’autre à Délos34. Le « prince » du Museo nazionale pourrait convenir à une statue érigée par des troupes après une campagne ou une victoire, dans une capitale royale, dans un sanctuaire international ou dans la patrie de soldats alliés. L’insistance sur le commandement, symbolisé par la lance et la barbe, la masculinité, s’expliqueraient par le contexte militaire de la dédicace et de la « culture militaire » des troupes ayant commandé la statue et l’ayant dressée.

  • 35 Himmelmann, 1989, p. 212 ; Kotsidu, 2000, p. 556.
  • 36 Cette catégorie de statues est parfois négligée ou méconnue. Voir par exemple, le monument de Prot (...)
  • 37 I. Pergamon, 171-176.
  • 38 Conze et Schazmann, 1911, p. 38-39.
  • 39 Hauben, 1970 ; Hoepfner, 1971.
  • 40 Dürrbach, Choix, no 59.
  • 41 I epigrafes tou Oropou, 383.
  • 42 Guarducci, 1963.
  • 43 Pyrgotélès : OGIS, 39. Cléomène : I. Olympia, 309 ; Holleaux, 1933, p. 42 : « J’ignore s’il y a be (...)
  • 44 Par exemple, ISE 86 (groupe familial en l’honneur de Lagides, dressé à Thermon par le koinon étoli (...)

21Enfin, les statues des souverains ont été érigées, très souvent, par des individus. Ce genre a été souvent mentionné35 : il n’est que de parcourir le recueil de Dittenberger (OGIS) pour s’apercevoir de l’importance de ce type de statues, notamment chez les Ptolémées (voir aussi la contribution de Silvia Barbantani dans le présent volume). Il représente la version « royale » d’un phénomène extrêmement répandu à l’époque hellénistique, la pratique des sungenika, monuments familiaux36. Ces statues ont parfois été dressées par de hauts fonctionnaires et des Amis du roi ; d’autres sont dues à des membres de la famille royale, voire au roi lui-même. À Pergame, sur 18 statues royales, 3 sont érigées par des Attalides, 11 par des individus – par exemple, le « vizir » Menogénès a dressé des statues de toute la famille royale37. Non loin de Pergame, au sanctuaire de la Mère des Dieux, dans la montagne (Mamurt Kale, dans le Yünt Dağ actuel), Philétairos a érigé la statue de son épouse, Antiochis38. De telles statues ont souvent été placées dans de grands sanctuaires panhelléniques, à Olympie (où le navarque Kallikratès fils de Boiskos, Samien, dresse un étonnant monument à colonnes portant les statues de Ptolémée II et Arsinoé II)39, à Délos (où l’Ami d’Antiochos III, Ménippos, dresse une statue du roi sur un pilier)40, à l’Amphiaraion d’Oropos où Lysimaque a érigé une statue de Hadeia41. Une statue de Cléopâtre II trouvée en Crète, et dressée par Ptolémée VIII, provient sans doute d’un tel contexte42. Il faut ajouter que certaines de ces statues ont pu être le résultat de gestes locaux, par des partisans de telle dynastie, ou par des fonctionnaires peu importants ; et que les rois, parfois, dressaient des statues de leurs Amis (par exemple, Ptolémée II a statufié, à Paphos, Pyrgotélès, le constructeur de sa triakontère et de son eikosère, navires à trente et vingt rameurs par « rang », et dont on sait par Athénée que le roi était très fier), ou d’autres rois (Ptolémée III a statufié Cléomène III à Olympie)43. Le « prince » du Museo nazionale aurait pu faire partie d’un groupe familial44, dressé par un Ami du roi, en l’honneur de toute sa famille et représentant les divers membres de la maison royale, dans leur diversité : le jeune homme nu et viril, appuyé sur sa lance, aurait pu faire pendant à d’autres images – le roi en armure et en chlamyde, la reine drapée…

4. LES IMAGES DU ROI (BIS) : REPRÉSENTER, RECONNAÎTRE

  • 45 En fait, même pour Louis XIV, les statues impliquent une multitude d’acteurs et de processus : Cal (...)
  • 46 Polybe, 4, 49.
  • 47 Polybe, 27, 18.
  • 48 Kotsidu, 2000, no 14 (IG, II2, 793).
  • 49 SEG, 41, 1003, I, l. 45-46.
  • 50 Smith, 1988, no 111 et 112.
  • 51 Ibid., p. 34 ; I. Tralles 18 (voir RC, 69).

22Au terme de ce survol de thèmes et de textes assez connus, une constatation s’impose : la mise en image du roi hellénistique n’est pas le fait du roi lui-même, ni une opération de « propagande » imposée par un État central, mais la résultante d’une foule de décisions et d’actions, par des acteurs locaux et centraux, collectifs et individuels, indépendants ou sujets. Pas de « Big Brother is watching you » à la George Orwell, ni d’ubiquité stalinienne ou maoïste ; pas d’absolutisme en images comme du temps de Louis XIV45. Les statues des rois sont des images produites par d’autres, une forme concrète de reconnaissance dans tous les sens du terme : gratitude pour les bienfaits, mais aussi écho accordé à la renommée et la réputation du roi. D’où l’importance des statues honorifiques en dehors du royaume ; d’où le dépit de Prousias Ier, voyant que les Byzantins n’ont pas érigé les statues qu’ils ont décrétées en son honneur46, et la douleur d’Eumène II apprenant que la Confédération achéenne a abrogé les décrets en son honneur, y compris ceux décernant des statues honorifiques47. Cette constatation en revient à remettre en cause toute vision « absolutiste » des images, comme celle que propose Louis Marin pour le Roi-Soleil. Le roi, lorsqu’il se laisse représenter par une statue honorifique, apparaît sous la forme d’une image qui est la résultante d’un échange entre acteurs politiques, et non un geste d’auto exaltation. Mais comment les acteurs locaux savent-ils à quoi ressemblait le roi ? Les Xanthiens, au moment de statufier leur maître, Ptolémée III, ou les Delphiens, au moment de statufier Antiochos III (bienfaiteur de la cité d’Antiochéia-Alabanda que les Delphiens honorent), doivent décider comment représenter un roi lointain. Question déplacée, au vu de la distance historique qui nous sépare d’autres pratiques du portrait, d’autres conceptualisations de la « ressemblance ». Elle a au moins le mérite de mettre en évidence à quel point l’image royale dépend de décisions et de négociations locales, dirigées par des instances telles que la commission de deux hommes qui, à Athènes, veille sur la fabrication d’une statue (eikôn) d’Antigone Gonatas (et de sa base)48. À Téos, les statues cultuelles (agalmata) d’Antiochos III et de Laodikè III, dans le temple de Dionysos, seront hieroprepestata49 : l’adjectif désigne une image de culte avec des traits idéalisés. Les choix stylistiques locaux ont ainsi une portée politique. Des têtes de marbre, comme celle trouvée à Samos (iiie siècle ?) ou celle trouvée à Théra (Ptolémée du iie siècle ?)50 doivent provenir de statues cultuelles ou honorifiques, mais donnent des souverains une image stéréotypée, sans référence aux « types » connus autrement, au point qu’on ne peut reconnaître de quel roi il s’agit. Ce genre de portrait prête au pouvoir royal une forme certes signifiante (diadème, coiffure), mais vaguement bienveillante et lointaine, très différente de la présence fortement individualisée qu’imposent d’autres portraits royaux (par exemple le « prince » du Museo nazionale), et dont la charge politique est d’individualiser et de concrétiser le pouvoir royal (comme pour les tétradrachmes d’Antiochos Ier, analysés plus haut). De même, le choix de représenter un roi avec un sceptre plutôt qu’une lance a pu donner une couleur « civique » à l’image royale, élidant le facteur militaire pour proposer une vision plus légaliste et rassurante51.

  • 52 Queyrel, 2003.

23De même que le discours honorifique encadre la figure du bienfaiteur royal dans un répertoire de gestes et d’attitudes stéréotypés, les portraits honorifiques à la fois reflètent et contribuent à façonner les rapports si ambigus entre cités et rois. Il serait vraiment très instructif de disposer de cas où l’on pût clairement voir comment les cités, quel que fût leur statut, ont reproduit ou réinterprété les éléments de l’iconographie royale, et en quels lieux parmi tous les epiphanestatoi topoi de l’espace civique les cités ont choisi de placer les statues des rois ; on se doute bien que le demos de Pergame, capitale royale, a dû représenter les souverains attalides différemment de la cité des Delphiens ou le koinon étolien, ou encore de la cité sujette d’Apamée du Méandre. Quand Eumène II assume les frais de la statue qui lui a été décrétée par le koinon des Ioniens52, ce geste lui permet d’intervenir dans les processus locaux de « projection des images » sur la personne du roi, et tenter de contrôler son image.

  • 53 SEG, 33, 674, avec Habicht, 2007, 138.
  • 54 Ma, 2002, no 42. L’absence d’ethnique pour Dioskouridès ne suggère-t-elle pas que ce dernier était (...)

24On comprend dès lors l’importance fondamentale d’un phénomène mentionné plus haut, la production d’images royales par les hommes du roi, ses officiers, ses troupes, ses Amis et sa famille. Ces « statues honorifiques privées », érigées dans le royaume mais aussi dans tout le monde grec, ont permis de diffuser des images calibrées par les centres royaux, et reflétant les choix de l’idéologie royale. La statue d’Arsinoé III, dédiée à Cos par Kallimachos, fils d’Antiphilos, Alexandrin, après son agonothésie (sans doute une fête en l’honneur des Ptolémées), était monolithique et en basalte égyptien53. La statue est perdue, mais le type du portrait (sans être nécessairement « égyptien ») devait être conforme aux types « officiels » en cours en Égypte, et la matière ainsi que la forme montraient au premier coup d’œil qu’il s’agissait d’une reine lagide. La statue d’Antiochos le Fils, co-régent d’Antiochos III, dressée par un particulier, Dioskouridès, fils de Charès, dans le sanctuaire de Claros, dans un site très en vue (le premier au sud du temple d’Apollon, avant que la place ne soit usurpée par le monument à colonne d’un grand bienfaiteur, au début du ier siècle avant J.-C.), faisait connaître aux habitants de la cité libre de Colophon un souverain séleucide, le jeune co-régent, sans doute représenté dans toute sa splendeur54 – il suffit, encore une fois, de regarder le « prince » du Museo nazionale pour se faire une idée de l’impact visuel de cette statue dans le sanctuaire des Colophoniens, en pleine mutation à l’époque de l’érection de la statue.

25Ce genre de statue « privée » montrait également la cohésion du pouvoir royal : solidarité et bonne entente au sein de la dynastie (les exemples attalides rendent cette fonction très claire), loyauté des Amis, des fonctionnaires, des officiers, des dynameis. En retour, comme je l’ai dit plus haut, le roi peut utiliser le même registre pour manifester ses bons sentiments. Ces manifestations de cordialité avaient aussi lieu entre « hommes du roi » : la statue érigée par Séleukos IV se dressait sur la même base que d’autres statues d’Héliodoros et de sa famille, statues qui étaient dues à un autre des Amis du roi. Le même phénomène se constate également à Suse, sous les Séleucides, ou à Chypre, pendant la domination ptolémaïque.

  • 55 I. Tyr, 18 : d’après les dimensions et la description de la surface supérieure, statue en pied, av (...)

26Cependant, même ces statues sont toujours dépendantes d’une relation, d’un geste : il importait pour Dioskouridès, fils de Charès, d’être vu statufiant Antiochos le Fils, il importait pour les courtisans d’être vus honorant leurs rois. Un cas intéressant provient de Tyr. Le gouverneur de Syrie et Phénicie, Thraséas fils d’Aétos, a dressé une statue de Ptolémée IV. La statue date entre l’accession de Thraséas à la stratégie de Syrie et Phénicie (succédant à Andromachos, nommé après Raphia en -217 et qui dû gouverner un peu) et la mort de Ptolémée IV (-204). Les années sont difficiles : la tentative de conquête séleucide vient d’être repoussée, et il faut asseoir et réaffirmer la puissance lagide dans cette région. Thraséas diffuse l’image du roi dans la cité phénicienne, sans aucun doute à travers une statue incorporant fidèlement l’iconographie lagide : le geste est loyaliste et se comprend bien dans le contexte de la grande histoire. Mais Thraséas, en érigeant cette statue, se met aussi en valeur, et insiste sur des éléments en rapport avec sa propre situation : gouverneur fraîchement installé (il a auparavant gouverné la Cilicie, comme son père Aétos), il affiche sa fidélité au souverain et se fait connaître dans une ville de sa nouvelle province. L’inscription donne une importance particulière aux parents du roi régnant, c’est-à-dire à Ptolémée III et Arsinoé III, dont le titre, Theoi Euergetai, occupe une ligne entière à lui seul : rappel du souverain défunt que Thraséas a autrefois servi. Enfin, Thraséas se nomme non pas comme citoyen d’Aspendos (sa cité d’origine, qui a fourni nombre d’officiers lagides), ni d’Athènes (où il a été honoré de la citoyenneté), mais par un démotique d’Alexandrie (Eusebeios) : son identité proclamée est celle d’un Alexandrin, citoyen de la capitale du royaume lagide (où, effectivement, son père occupa la charge de prêtre d’Alexandre). Le fait de dresser une statue du souverain célèbre également l’identité du grand officier royal qui est responsable55.

27Il n’a pas dû exister de « type » statuaire royal officiel et universellement reconnu, à cause de la profusion de loci où les images du roi étaient produites – profusion nécessaire, premièrement à cause de la tournure de dialogue évergétique que prend le pouvoir royal, et deuxièmement à cause du désir de reconnaissance panhellénique qu’éprouvent les rois en compétition entre eux. Les monnaies ont pu jouer le rôle d’images « absolues », parce que légitimes sans besoin d’initiative d’autres acteurs que le roi, mais les monnaies royales n’ont pas eu l’exclusivité de la circulation monétaire dans les royaumes. De plus, les monnaies ne montrent pas, elles non plus, de fixité particulière dans les types du portrait : les tétradrachmes frappés à Sardes dès l’accession d’Antiochos III présentent de ce jeune roi un portrait au faciès plutôt âgé : les monétaires, ainsi que les sujets ou les officiers, n’avaient probablement pas d’idée précise sur l’apparence de leur souverain, et ont dû en présenter un portrait imaginaire, mais imbu de traits « royaux » – autorité, énergie, « souci » des rois séleucides. Cette diversité dans les portraits monétaires, selon les divers ateliers, se constate tout au long du règne d’Antiochos III. Enfin, si les statues du culte royal d’État, en Égypte ptolémaïque et dans l’Empire séleucide à partir de 204 ( ?), ont aussi dû fonctionner comme images « absolues », ce genre d’images ne représente pas un phénomène très répandu.

28Ce phénomène de multiplicité des images problématise toute tentative trop affirmée d’identifier (d’après les types et les ressemblances) les portraits royaux de l’époque hellénistique parmi les œuvres originales et les copies romaines – nous ne savons pas comment une cité, libre ou sujette, choisissait de représenter un roi ; nous ne savons pas quelles images pouvaient satisfaire leurs besoins très contextualisés (statues honorifiques, cultuelles) ; nous ne savons pas quels modèles les ateliers locaux avaient à leur disposition. Si on peut identifier un portrait royal d’après la ressemblance à des monnaies, on ne peut catégoriquement décréter qu’un portrait ne saurait représenter tel roi, sous prétexte qu’il ne ressemble pas aux portraits attribués à ce roi avec certitude. Surtout, la diversité des images royales en dit long sur la nature de la royauté hellénistique, et fait apparaître son caractère construit par les interactions et le dialogue.

  • 56 Briant, 1999.
  • 57 Driver, 1954, p. 32-33, no IX : lettre concernant un sculpteur égyptien, avec commande d’une statu (...)
  • 58 Root, 1979.

29La spécificité historique de cette situation apparaît clairement si on examine d’autres exemples. Un premier comparandum est constitué par le cas des images royales dans l’Empire achéménide. Les rois perses dressent sans vergogne leurs propres images (patikara, statue, relief), pour proclamer leurs hauts faits, et le pouvoir de « l’homme perse », comme le dit Darius sur une statue érigée en Égypte, puis transportée à Suse56. Les satrapes ont probablement imité le roi (le satrape d’Égypte, Arshama, se sert d’un sculpteur pour diverses œuvres)57. Les images royales, dans le style « persépolitain », stylisé, se rencontrent sous forme de statues ou de reliefs, mais également dans de nombreuses images sur les sceaux ou les monnaies (sous forme de « héros royal » ou d’archer)58. De telles images jouent un rôle capital dans la visualisation du pouvoir royal et de son association étroite avec l’ethno-classe dominante perse, dont la prééminence est un fait essentiel de l’Empire achéménide, malgré la tendance de ce dernier à la cooptation de formes de discours locaux. S’il est vrai que le modèle achéménide a profondément influencé les pratiques et les structures du pouvoir dans les royaumes hellénistiques, les contextes, les fonctions et les formes des images du souverain n’en sont pas moins très différentes dans le monde achéménide et le monde hellénistique.

  • 59 Stewart, 1994.

30Un cas également intéressant est celui d’Alexandre59. On connaît, surtout par les sources littéraires, nombre de portraits d’Alexandre : cependant, les sources sont muettes sur l’identité des commanditaires de ces portraits (les renseignements portent plutôt sur les artistes). Mais il semble bien que beaucoup des célèbres statues et tableaux le représentant, et datant de son vivant, aient été dédiées par Alexandre lui-même, tout comme il a dédié des statues de lui-même, de son père Philippe II et d’Olympias dans le Philippéion construit à Olympie. Le geste s’explique en ce sens qu’il remonte aux dédicaces d’athlètes et de vainqueurs des époques archaïque et classique (le monument des navarques lacédémoniens à Delphes en est un exemple) ; cependant, il semble présenter un intéressant contraste avec la situation des rois hellénistiques, qui ne semblent pas (sauf erreur de ma part) dédier leurs propres portraits dans les sanctuaires. Le caractère d’Alexandre, la force de sa position (contrairement aux rois hellénistiques, en constante compétition et donc en constante négociation avec les acteurs locaux) offrent un début d’explication. Néanmoins, il convient de ne pas exagérer la différence. Il y a dû y avoir des statues honorifiques d’Alexandre dressées par les cités, par exemple en Asie Mineure où la pratique de la statue honorifique est bien établie depuis le début du ive siècle (Stewart propose d’autre part d’identifier la tête de marbre trouvée sur l’Acropole d’Athènes comme provenant d’une statue honorifique décrétée après Chéronée). Il me semble également vraisemblable que certaines des statues dont on a une trace dans la documentation littéraire aient été dressées par des compagnons ou des subordonnés d’Alexandre (détail qu’omettent nos sources qui s’attachent à l’identité de l’artiste ou à la statue même, mais non au contexte historique qui a produit l’œuvre).

  • 60 Smith, 1988, p. 30-31.

31Enfin, il faut envisager la pratique des empereurs romains : le phénomène est étudié, pour un cas précis, par Emmanuelle Rosso dans le présent volume. Les empereurs ont-ils mieux su contrôler le jeu des images que les souverains hellénistiques ? La présence de types officiels, imposés dans tout l’Empire, en constitue en indice frappant60. Je voudrais néanmoins évoquer un cas qui mérite réflexion. Arrien, gouverneur de Cappadoce, commence son Périple de la mer Noire par une description de la ville de Trapézonte. Entre autres monuments :

  • 61 Périple, 2.

[…] il s’y dresse ta statue [c’est-à-dire la statue d’Hadrien], agréable pour ce qui est de la posture car elle montre la mer – mais qui ne te ressemble pas par l’exécution, n’est belle sous aucun aspect. Envoie donc une statue qui soit digne d’être appelée ta statue, dans la même position : le lieu, en effet, est propre à assurer une mémoire éternelle.61

32On voit l’intervention d’un gouverneur impérial, le rejet d’une statue « provinciale » comme inacceptable selon les types décidés au centre du pouvoir, et l’envoi d’une statue, cette fois conforme aux types, par l’empereur lui-même. Néanmoins, on voit aussi la production locale d’images des souverains, exactement comme à l’époque hellénistique : le choix de la position, de l’emplacement, la physionomie représentée reflètent les besoins de la communauté plutôt que les directives du pouvoir. Doit-on y voir une preuve de la nature construite et dialogique de toute situation de pouvoir ? Peut-être, plus simplement, un rappel que dans les phénomènes de reconnaissance et de représentation, les « sujets » ont toujours leur mot à dire.

Fig. 1. Le portrait du roi : tétradrachme d’Antiochos Ier (Séleucie du Tigre). ANS 1980.109.81 (ESM 155, SC I. 39.3). Avec l’aimable autorisation de l’American Numismatic Society. Photo A. R. Meadows.

Fig. 2. Souverain hellénistique en pied : dynaste du Musée national, Rome (Palazzo Massimo alle Terme), inv. 1049. Bronze. H. 2,20 m (tête)-2,37 m (main levée). Copyright 2008 Photo Scala, Florence – avec l’autorisation du Ministero Beni e Att. Culturali.

Notes

1 Aymard, 1967.

2 Capdetrey, 2007a. Antigonides : Buraselis, 1982 ; SEG, 31, 614 (dédicace de Persée après une campagne en Thrace).

3 Dédicaces royales : par exemple, Jacquemin, 2000 (Delphes) ; Stewart, 2004 (Athènes). Sur l’évergétisme : Bringmann et von Steuben, 1995.

4 SEG, 37, 1010 ; Malay, 2004 ; Wörrle et Cotton, 2007.

5 Bertrand, 1990 ; Bertrand, 1992 ; Briant, 1998 ; Ma, 2002.

6 Himmelmann, 1989, autour d’une seule œuvre, le « souverain » du Museo nazionale ; Smith, 1988, monographie d’archéologie classique mais aussi grand livre d’histoire ; Stewart, 1994, rassemblant la documentation sur Alexandre mais présentant aussi des lectures inspirées par le déconstructionisme ; Queyrel, 2003, important pour la méthodologie mais aussi les considérations sur les contextes et les fonctions des statues royales ; Kotsidu, 2000, réunit la documentation littéraire, épigraphique et archéologique attestant les honneurs pour les rois (à utiliser parfois avec prudence).

7 Baslez et Vial, 1987.

8 Himmelmann, 1989, p. 142 ; Fleischer, 1991, p. 37-38 (avec également une gemme au Musée national d’Athènes, qui semble représenter Antiochos III) ; Vollenweider, 1995, pour d’autres exemples (à utiliser avec precautions, commentaires peu historiques).

9 Rostovtzeff, 1932 ; Wallenfels, 1994 ; Lindstrøm, 2003.

10 Davesne et Le Rider, 1989, pour un exemple de trésor monétaire (Meydancikkale) trouvé dans un contexte royal (solde de garnison ptolémaïque ?).

11 Ma, 2002, no 37 ; I. Estremo Oriente Greco, no 271-272, p. 277-278 (prostagmata d’Antiochos III concernant le culte d’État pour Laodikè).

12 Le Séleucos Nicator sur un relief de Doura-Europos, jeune homme imberbe portant armure et boucles d’oreilles, ne reflète pas une statue du culte dynastique de l’époque hellénistique, mais doit être une image inventée au iie s. apr. J.-C. (Rostovtzeff, 1939a).

13 OGIS, 246, ne tranche pas la question. Pas de mentions d’images royales dans la procession de Daphné (alors qu'il y a des images d’Alexandre et Ptolémée Ier dans procession de Ptolémée II).

14 Le rapport entre gymnase et culte des souverains est bien connu (Robert, 1960b, p. 124, pour références à des travaux antérieurs) ; pour Antiochos III : OGIS, 230 ; I. Tyr, 1 – mais dans ces deux cas, il ne s’agit pas de statues des rois, et il n’y a pas, pour l’instant, d’exemples de statues de culte dans les gymnases des cités séleucides.

15 Voir généralement liste des trésors dans Houghton et Lorber, 2002, avec composition des trésors.

16 OGIS, 234, avec Ma, 2002 ; Kotsidu, 2000, no 89 et 91.

17 Marin, 1981, p. 12.

18 Sur la chevelure du roi : Smith, 1988, p. 46-48. Pour un parallèle moderne, voir Steinberg, 2005, sur la coiffure du président Kennedy (d’où la célèbre répugnance de ce chef d’État à porter des chapeaux).

19 Smith, 1988 : souverain du Prado ; grand souverain Berne-Manhattan (Queyrel, 2003, p. 247-251 : Attale III ?) ; « souverain » du Museo nazionale ; débris de la statue équestre de l’agora d’Athènes ; ajouter une tête diadémée, à présent au musée de l’Université de Princeton (inv. 1996-183) : le visage est perdu, mais il subsiste un front marqué de rides profondes (portrait séleucide du iiie siècle ?). J’ai eu la chance de voir cette tête en compagnie de François Queyrel en 1999.

20 Smith, 1988 ; Stanwick, 2003.

21 Fleischer, 1991, p. 99-102 (combattant l’identification avec Antiochos III, défendue par exemple dans Smith, 1988) ; Iossif, 2002 (portrait de César, type inconnu).

22 Iossif, 2002 (portrait séleucide) ; Queyrel, 2003, p. 200-234, pour bibliographie et étude.

23 François Queyrel a proposé de rattacher cette œuvre à un atelier hellénistique travaillant à Rome où la statue aurait été érigée. Temple de Fides : Reusser, 1993 (bases de statues maintenant au Musée capitolin - Centrale Montemartini).

24 Tous ces exemples, bien connus, sont répertoriés, avec la bibliographie, dans Kotsidu, 2000.

25 SEG, 36, 1281 (d’après J. Bousquet). Kotsidu, 2000, no 293 (à noter que le sacrifice dont il est question n’est pas un sacrifice au roi, mais le sacrifice des théores au cours de la fête célébrée à Alexandrie).

26 Je résume l’interprétation proposée par Price, 1984 ; voir aussi Ma, 2002.

27 Diod., 20, 93, 6.

28 Tous ces exemples sont répertoriés, avec la bibliographie, dans Kotsidu, 2000.

29 Jacquemin, 2000 et 2004.

30 ISE, 7 (statue équestre dressée par les ethelontai epilektoi).

31 Oropos, 175.

32 Milet, I, 3, 139 ; OGIS, 248 ; Kotsidu, 2000, no 27 (SEG, 33, 127).

33 I. Pergamon, 29, 64.

34 I. Delos, 1518.

35 Himmelmann, 1989, p. 212 ; Kotsidu, 2000, p. 556.

36 Cette catégorie de statues est parfois négligée ou méconnue. Voir par exemple, le monument de Protogénès à Kaunos (noté SEG, 44, 893, d’après la publication de C. Işik et C. Marek) ; nombreux exemples dans le corpus des inscriptions de Lindos.

37 I. Pergamon, 171-176.

38 Conze et Schazmann, 1911, p. 38-39.

39 Hauben, 1970 ; Hoepfner, 1971.

40 Dürrbach, Choix, no 59.

41 I epigrafes tou Oropou, 383.

42 Guarducci, 1963.

43 Pyrgotélès : OGIS, 39. Cléomène : I. Olympia, 309 ; Holleaux, 1933, p. 42 : « J’ignore s’il y a beaucoup d’exemples d’un tel honneur décerné à l’un de ses serviteurs par un souverain hellénistique. » Quelques exemples : IG, XI, 4, 1116 ; Dürrbach, Choix, 53, 71 ; Bull. ép., 1970, 447. Dans l’Héraion de Samos, Attale II dresse la statue de son Ami Philopoimen, préposé au sceau royal : IG XII 6, 469 (SEG 1, 374), et Savalli-Lestrade, 1998, p. 151-152.

44 Par exemple, ISE 86 (groupe familial en l’honneur de Lagides, dressé à Thermon par le koinon étolien).

45 En fait, même pour Louis XIV, les statues impliquent une multitude d’acteurs et de processus : Callisen, 1941.

46 Polybe, 4, 49.

47 Polybe, 27, 18.

48 Kotsidu, 2000, no 14 (IG, II2, 793).

49 SEG, 41, 1003, I, l. 45-46.

50 Smith, 1988, no 111 et 112.

51 Ibid., p. 34 ; I. Tralles 18 (voir RC, 69).

52 Queyrel, 2003.

53 SEG, 33, 674, avec Habicht, 2007, 138.

54 Ma, 2002, no 42. L’absence d’ethnique pour Dioskouridès ne suggère-t-elle pas que ce dernier était Colophonien ?

55 I. Tyr, 18 : d’après les dimensions et la description de la surface supérieure, statue en pied, avec lance ou sceptre (comme le « prince » du Museo nazionale), et non statue équestre (Rey-Coquais).

56 Briant, 1999.

57 Driver, 1954, p. 32-33, no IX : lettre concernant un sculpteur égyptien, avec commande d’une statue (ptkr en araméen, emprunté à l’ancien perse) équestre qui doit représenter le satrape lui-même, ainsi que d’autres statues.

58 Root, 1979.

59 Stewart, 1994.

60 Smith, 1988, p. 30-31.

61 Périple, 2.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le portrait du roi : tétradrachme d’Antiochos Ier (Séleucie du Tigre). ANS 1980.109.81 (ESM 155, SC I. 39.3). Avec l’aimable autorisation de l’American Numismatic Society. Photo A. R. Meadows.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 2. Souverain hellénistique en pied : dynaste du Musée national, Rome (Palazzo Massimo alle Terme), inv. 1049. Bronze. H. 2,20 m (tête)-2,37 m (main levée). Copyright 2008 Photo Scala, Florence – avec l’autorisation du Ministero Beni e Att. Culturali.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

Fellow and Tutor en histoire ancienne à Corpus Christi College, Oxford. Spécialiste de l’épigraphie grecque de l’Asie Mineure, il est l’auteur de nombreuses études sur les cités grecques et sur les interactions entre celles-ci et les rois dans le monde hellénistique. Il a publié l’ouvrage Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor (Oxford 1999 ; tr. fr. Antiochos III et les cités de l’Asie Mineure occidentale, Paris 2004).

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search