Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les vecteurs du pouvoir

Chapitre VI. Pouvoirs et autoreprésentation du Prince à travers la correspondance impériale d’Auguste à Trajan (27 avant J.-C. - 117 après J.-C.)

Frédéric Hurlet

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Millar, 1977 (1992), p. xi.
  • 2 2000, p. 363-388.

1On mesure mieux depuis les travaux de Fergus Millar à quel point la parole de l’empereur romain avait une valeur « performative ». À partir du moment où est érigée en règle l’idée que l’empereur romain était ce qu’il faisait1, ce qu’il était amené à dire fait partie des éléments constitutifs de l’essence même du régime impérial, au même titre que les pouvoirs dont il était investi. Cette analyse vaut pour la production écrite qui émane de l’empereur, le Haut-Empire apparaissant comme une période au cours de laquelle l’écrit a été exploité par le pouvoir à des fins d’ostentation et de persuasion. C’est à ce titre qu’une étude de la correspondance impériale est indispensable pour comprendre non seulement le mode de fonctionnement de l’administration de l’Empire – « un gouvernement par correspondance », d’après la formule de Millar2 –, mais aussi la nature du pouvoir impérial. La parole impériale qui s’exprime à travers les lettres constitue en effet à bien des égards un type de source original qui apporte de multiples informations. Elle représente tout d’abord un des rares moyens de connaître la teneur des propos réellement tenus par les empereurs, à l’inverse des discours que les sources littéraires attribuent aux différents empereurs et dont on sait qu’ils ont été recomposés en plus ou moins grande partie. Elle constituait en outre pour la très grande majorité des provinciaux le seul témoignage concret de la présence du Prince dans l’Empire, a fortiori tout au long du ier siècle au cours duquel les Princes se déplacèrent peu (excepté Auguste au début de son principat). On comprend mieux dans ces conditions le soin apporté par le pouvoir impérial dans la rédaction des courriers adressés aux particuliers et aux cités de l’Empire.

2Dans une société conditionnée par l’usage de la rhétorique, le choix par l’empereur des mots qu’il était amené à utiliser dans ses lettres n’était pas neutre. Une des fonctions de la correspondance impériale était de faire connaître et appliquer les ordres venus du centre du pouvoir, par exemple lorsqu’un courrier de l’empereur mettait fin à un conflit frontalier entre deux communautés ou octroyait un privilège à une cité ou à un particulier. Il serait toutefois réducteur de ne voir dans le langage que l’instrument de la contrainte. Le mot est également valorisé pour son pouvoir de négociation. C’est un tel aspect que cette étude voudrait mettre en exergue. La méthode retenue est d’étudier le contenu des différentes lettres impériales de manière à analyser le mode d’autoreprésentation de l’empereur et de ses pouvoirs. Le thème envisagé étant vaste, il est préférable de le traiter à partir de plusieurs angles d’approche qui ont en commun de rappeler et d’illustrer jusqu’à quel point le contrôle de l’Empire par le pouvoir impérial passait par une maîtrise de la communication émise par et depuis le centre à destination des périphéries.

3Il faudra tout d’abord déterminer dans quelle mesure et comment l’empereur présente dans ses lettres les fondements des pouvoirs qui lui permettaient de communiquer à l’échelle de l’espace impérial. Une étude du style de la correspondance impériale sera ensuite nécessaire pour mieux comprendre en fonction des circonstances pour quelles raisons l’empereur choisit de se présenter comme un donneur d’ordres ou de privilégier le langage de la collaboration entre les parties concernées. Le portrait que l’empereur a été amené à dresser de lui-même dans ses lettres fera l’objet du troisième chapitre. Nul ne s’étonnera d’y rencontrer des références à de multiples vertus impériales, mais il faut aller au-delà de ce constat attendu. L’usage impérial de l’auto-éloge répondait en effet à des règles complexes de communication qu’il faudra déterminer. Cette pratique sera analysée autant comme un simple reflet de l’image que l’empereur voulait donner de lui-même que comme un moyen de faire connaître à ses administrés le périmètre de son champ d’intervention dans le cadre d’un dialogue à distance dialectique.

4Il existe dans les lettres envoyées par l’empereur un aspect de son autoreprésentation qui est d’ordinaire négligé et que le quatrième chapitre cherchera à mettre en évidence : à savoir la possibilité que l’empereur se gardait de déléguer la prise de certaines décisions. Il n’avait en effet ni la faculté, ni non plus la volonté, de résoudre tous les problèmes et de répondre à toutes les sollicitations à l’échelle d’un aussi vaste Empire. Cette réalité pragmatique constitue pour la fonction impériale une difficulté et une limite naturelle que l’empereur ne dissimule pas dans sa correspondance et dont on verra dans quelle mesure et comment il a su s’affranchir.

5Pour des raisons pratiques, nous limiterons notre enquête à la période qui va d’Auguste à Trajan. Les délimitations chronologiques ont été choisies pour leur cohérence, puisqu’il est essentiel d’étudier la manière dont la rhétorique impériale se mit en place à la naissance du principat et évolua tout au long du ier siècle. Le principat de Trajan est inclus dans le champ de l’enquête en raison de la richesse de la documentation épigraphique et littéraire de cette période pour notre objet d’étude (on songe au livre X des Lettres de Pline le Jeune). Il n’était pas raisonnable d’aller au-delà dans le cadre de cette étude limitée si l’on veut se donner la peine d’étudier aussi précisément que possible non seulement ce que le pouvoir impérial dit de lui-même, mais aussi ce qu’il ne dit pas.

1. LE POUVOIR IMPÉRIAL VU PAR LUI-MÊME

  • 3 Girardet, 2000, p. 167-227 ; Hurlet, 2006a, p. 206, 209-210 et 232-233 ; Hurlet, 2008b, p. 234.
  • 4 Hurlet, 2006a, p. 280.
  • 5 Sur l’emploi par l’empereur du terme ἡγεμών pour désigner le titulaire du pouvoir impérial, voir l (...)

6La correspondance impériale étant un des instruments du gouvernement de l’Empire, son contenu est significatif de la manière dont l’empereur définit ses propres compétences dans les domaines attestés par ses ordonnances (édits, rescrits et mandats). La réponse ne va pas de soi, parce que l’empereur reste étonnamment discret sur la nature des pouvoirs qui lui étaient nécessaires pour faire appliquer ses décisions. On a longtemps admis que le fondement de toute intervention de l’empereur en Italie et dans les provinces résidait à partir de-23 dans l’usage par ce dernier d’un imperium maius ou plutôt d’un maius imperium quam, pouvoir supérieur qu’il aurait fait valoir pour imposer ses décisions, mais les sources ne plaident pas en faveur de cette solution trop systématique. Il a été ainsi récemment souligné qu’on ne trouvait aucune référence directe à l’existence d’un tel imperium dans les quelques lettres conservées qu’Auguste avait adressées à la province de Cyrénaïque, à la cité de Kymè et aux Juifs d’Asie et de Cyrénaïque3. Cette conclusion peut être étendue au Haut-Empire : il n’existe pas à ma connaissance la moindre allusion dans la correspondance impériale à une telle supériorité de l’imperium de l’empereur tout au long des trois premiers siècles après J.-C.4. Cette mise au point ne signifie pas qu’une forme ou une autre d’imperium maius n’a jamais existé, ni que le pouvoir impérial ne s’en servait pas à l’occasion, tant s’en faut. Mais le fait est que l’empereur ne prenait pas la peine de faire savoir qu’il était investi d’un tel pouvoir. Il se contentait d’écrire dans quelques cas qu’il était un ἡγεμών, un chef, ou d’utiliser le terme générique d’ἡγεμονία pour présenter son pouvoir5.

7La question centrale est celle des raisons de ce silence. Il est possible, et à mon sens très vraisemblable, que les multiples interventions à distance de l’empereur n’aient jamais reposé sur le principe d’une hiérarchie des imperia. Après tout, le ius edicendi comme le ius respondendi faisaient partie des compétences reconnues dès la République aux membres de l’exécutif, aux magistrats notamment, sans qu’il fût question d’un imperium maius. Mais peu importent les ressorts juridiques du fondement des interventions épistolaires de l’empereur, puisqu’il n’en est jamais question dans la correspondance impériale. Plus importante est l’idée selon laquelle le pouvoir impérial était perçu par les Italiens et les provinciaux, moins sous ses aspects institutionnels et légaux que comme une dynastie envers laquelle ils se devaient de manifester une reconnaissance plus ou moins sincère. L’empereur connaissait cet état de fait et n’ignorait pas qu’il aurait été inutile, voire contre-productif, de présenter toute décision, quelle qu’elle fût, comme une conséquence contraignante et un effet mécanique des vastes pouvoirs dont il avait été investi. On tient là la raison profonde pour laquelle il ne parle jamais, expressis uerbis, des pouvoirs qui l’autorisent à agir par lettres interposées. Mieux valait expliquer, la rhétorique impériale se chargeant de justifier a posteriori une décision qui aurait été de toute façon difficilement contestable. On mesure à quel point le contenu de la correspondance impériale relève non pas d’un rapport de forces juridique et inégal, mais de la communication politique. On en revient au principe, énoncé dès l’introduction, en vertu duquel le message épistolaire de l’empereur doit être conçu comme un élément du dialogue à distance qu’il entretenait avec les composantes de l’Empire. On s’explique pourquoi il faut accorder une attention particulière au style de la correspondance impériale.

2. LE STYLE DE LA CORRESPONDANCE IMPÉRIALE : LES ASPECTS FORMELS D’UN DIALOGUE À DISTANCE

  • 6 P. Lond., 1912 (= Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 68-72).
  • 7 L. 14 et 22. Sur ce document, voir l’édition de Alföldy, 2000, p. 177-205.
  • 8 Sur l’emploi par l’empereur du verbe iubeo, voir, en outre, la Tabula Clesiana, l. 36 (CIL, V, 505 (...)

8Il s’agit d’introduire quelques éléments d’explication sur les formes d’un discours épistolaire qui est politique et dont il faut chercher à mieux connaître les règles et les codes. Si le pouvoir impérial ne mettait jamais en avant dans ses constitutions l’imperium maius, il n’en était pas moins tenu de s’exprimer clairement afin de faire appliquer ses décisions avec efficacité. C’était pour l’Empire romain une condition indispensable à son (bon) fonctionnement. Toute décision de l’empereur équivalait de fait à un ordre, mais une analyse du contenu de sa correspondance montre qu’il existait différentes manières de faire prévaloir la volonté impériale. L’empereur pouvait tout d’abord utiliser le vocabulaire de la contrainte. La forme la plus répandue est l’emploi des verbes « ordonner », « vouloir » (ou « ne pas vouloir ») et « interdire » ou du substantif « ordre ». On citera comme étant révélateur le contenu de la lettre de Claude aux Alexandrins, dans laquelle les ordres et les interdictions de l’empereur se multiplient aussi bien à l’égard des Alexandrins que de la communauté juive de cette ville6 ; autre attestation, l’edictum de Pameiobrigensibus d’Auguste utilise à deux reprises le verbe iubeo à propos des privilèges concédés à cette peuplade du nord de l’Espagne7. On pourrait multiplier les exemples8.

  • 9 Ier édit, l. 13-16 : « δοκοῦσί μοι καλῶς καὶ προσηκόντὼς ποιήσειν / οἱ τὴν Κρητικὴν καὶ Κυρηναικὴν (...)
  • 10 Hurlet, 2006a, p. 202-301.
  • 11 Ep., X, 16 ; 20, 1 ; 36 ; 50 ; 53 ; 55 ; 60, 2 ; 62 ; 80 ; 89 ; 95 ; 99.
  • 12 Ep., X, 18, 2 ; 44 ; 91 ; 115, 1 ; 121.
  • 13 Bérenger, 2000, p. 165.
  • 14 Ep., X, 16 ; voir aussi X, 28.
  • 15 Ep., X, 44.
  • 16 Ep., X, 115, 117 et 121 ; voir aussi X, 105.
  • 17 On rencontre ce procédé dans d’autres documents que les rescrits de Trajan à Pline. Voir, par exem (...)

9Dans d’autres cas, le ton se faisait plus courtois. L’exemple le plus clair est une formule qui apparaît à deux reprises dans le Ier édit de Cyrène et qui précise que « ceux qui gouvernent la province de Crète et de Cyrénaïque agiront bien et sagement » s’ils suivent les recommandations d’Auguste9. Cette caractéristique a déjà été soulignée à propos des lettres impériales adressées aux proconsuls et analysée comme une marque du respect que les empereurs témoignaient à des sénateurs investis d’un imperium en théorie indépendant du leur10. Un tel mode de communication peut être étendu aux relations à distance entre l’empereur et tous les dignitaires romains en fonction, que ceux-ci soient des sénateurs ou des chevaliers, qu’ils soient proconsuls, légats, préfets ou procurateurs. On prendra pour exemple le contenu des nombreuses lettres adressées par Trajan à Pline. Il est significatif que l’empereur qualifie en en-tête celui qui était son légat de mi Secunde carissime11 ou de Secunde carissime12, manifestant une certaine forme d’intimité avec un de ses subordonnés13. Une autre forme de cordialité affichée à l’égard d’un légat impérial apparaît dans l’emploi fréquent par Trajan au début de ses rescrits d’un adverbe valorisant l’action de Pline et suivi immédiatement du verbe qui est conjugué à la 2e personne du singulier et précise en quoi Pline a bien agi : « recte renuntiasti14 » (« tu as bien fait de me donner de tes nouvelles ») ou « optime fecisti15 » (« tu as très bien fait ») ou encore « merito haesisti16 » (« tu as eu raison d’hésiter »). Il s’agit d’un procédé stylistique et rhétorique qui permet au pouvoir impérial de mettre en exergue et en valeur les réalisations d’un de ses subordonnés17.

10Une analyse du style de la correspondance impériale montre que si l’empereur utilisait à l’occasion avec ses administrés des formules impératives, voire autoritaires, il adoptait avec les sénateurs et les chevaliers un langage qui était d’un point de vue formel celui de la négociation et de la collaboration. La dimension fortement personnelle des relations entre ces deux pôles administratifs ne doit pas étonner. Elle s’explique par la perception commune que le pouvoir impérial et les aristocrates romains se faisaient de ce que nous appelons aujourd’hui l’administration : non pas une machine bureaucratique, hiérarchisée et anonyme composée de spécialistes, mais une structure plus souple qui reposait sur des individus et des réseaux d’individus reliés d’une manière ou d’une autre à la figure centrale de l’empereur. Les sénateurs et les chevaliers romains qui œuvraient au service de l’Empire se voyaient et étaient vus dans ces conditions comme des médiateurs dont une des fonctions principales était de représenter le pouvoir impérial. Ce sont ces liens intrinsèques avec l’empereur qui ont donné naissance à un mode de communication dont les spécificités ont été soulignées. Cette mise au point ne nous autorise toutefois pas à parler de la faiblesse congénitale d’une autorité impériale qui aurait été incapable d’énoncer clairement ses ordres aux dignitaires romains. La cordialité du ton employé à leur égard ne préjuge en rien de la manière dont ceux-ci comprenaient et faisaient appliquer la parole impériale. Les instructions envoyées par l’empereur sous la forme de recommandations équivalaient de facto à des ordres.

  • 18 Hurlet, 2006a, p. 297.
  • 19 IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40, l. 10, 17 et 25-27).
  • 20 CIL, III, 7086 :« [κεφαλαῖον ἐκ τ]ῶν ἐντολῶν »/« [Cum secundum meam c] onstitutionem certamen in c (...)
  • 21 FIRA, I, 69 = SEG, 20, 452 = Smallwood, 377. Sur cet édit, voir la récente étude de Giovannini et (...)

11Une autre caractéristique que j’avais soulignée dans mon étude des relations entre le Prince et le proconsul tient dans le constat que le style de la correspondance impériale variait en fonction de la nature de la constitution impériale. Cette conclusion vaut pour la documentation épistolaire datée entre Auguste et Trajan. Les mandats formaient une catégorie spécifique dans le sens où ils prenaient la forme d’une communication personnelle entre l’empereur et les autorités provinciales, comme l’atteste l’usage du verbe ou du pronom personnel à la 2e personne du singulier18. Ils constituent une catégorie des ordonnances impériales pour laquelle la parole impériale se veut contraignante, réalité qui ne doit pas nous étonner si l’on rappelle que les mandata étaient conçus comme des instructions. C’est ce qu’illustre le contenu des mandats envoyés par Domitien au procurateur Claudius Athenodorus en fonction en Syrie, les seuls dont la teneur nous est en partie connue pour le ier siècle, qui utilisent à plusieurs reprises des verbes renvoyant à l’idée d’ordre (κελεύω α ἐντέλλομαι ou encore la formule μηδ[ὲ] βιαζέσθω τις, εις, etc.19). Au début du iie siècle, la même contrainte se fait sentir dans un extrait des mandats remis par Trajan à un proconsul d’Asie, l’empereur utilisant le verbe oportebit pour spécifier qu’il fallait donner aux vainqueurs des concours isélastiques le même prix que celui qui avait été établi pour les jeux institués au début de l’époque impériale en l’honneur de Rome et d’Auguste en liaison avec le temple du culte impérial du même nom20. L’édit impérial utilise également un ton injonctif, puisque sa fonction était de « dire » le droit. L’édit de Nazareth relatif aux violations de sépulture en constitue l’exemple le plus représentatif21. La finalité du rescrit impérial était quant à elle différente, puisque l’empereur y répond à des sollicitations ponctuelles émanant de particuliers ou de communautés de l’ensemble de l’Empire. La forme retenue est à ce titre celle d’une communication personnelle entre l’empereur et ses administrés, le premier se présentant à l’égard des seconds comme l’autorité qui accepte ou refuse de dispenser tel ou tel bienfait. Si le pouvoir impérial fut perçu et se perçoit dans ses lettres comme un donneur d’ordres, cet aspect de l’autoreprésentation impériale est plus ou moins marqué selon la catégorie juridique à laquelle appartient tel ou tel document.

3. AUTOREPRÉSENTATION ET VERTUS IMPÉRIALES DANS LA CORRESPONDANCE : L’OSTENTATION DU POUVOIR

  • 22 L. 6-7 : « τὰς ἄλλας προσειέμενος τιμὰς αἳ πρέπου/σιν ἡγεμόσιν ἀρίστοις » (Smallwood, 371 = Oliver (...)

12La teneur de la correspondance impériale ne se limite pas à un inventaire des décisions qui étaient prises par l’empereur et qui devaient être appliquées. La parole impériale est plus élaborée et inclut d’autres éléments structurants tels que le préambule, qui était destiné à reconnaître une ambassade envoyée par une cité et à accepter les honneurs décernés à l’empereur par cette cité, ou les considérants, partie de la lettre qui motive les décisions prises et nous éclaire sur le contexte général. Il y a donc place pour un discours qui dessine en creux le portrait idéal(isé) de l’empereur. On devine que le pouvoir impérial y est amené à faire son propre éloge, Claude n’hésitant pas dans sa lettre aux Thasiens à leur écrire qu’il accepte une série d’honneurs « qui conviennent aux chefs excellents » (donc à lui-même)22. Mais il faut aller au-delà de ce constat moralisant attendu et identifier les différentes qualités que l’empereur s’attribue à travers le miroir de sa correspondance et qu’il met en scène.

  • 23 Sur la « beneficial ideology », voir Nutton 1978 ; voir aussi Corbier 2006, p. 32-33 et 205-210.
  • 24 Sur l’emploi par l’empereur du terme beneficium, voir la Tabula Clesiana, l. 30 : « permanere ben<e> </e> (...)
  • 25 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 81.
  • 26 ILS, 8794 = SIG3, 814 = Smallwood, 64 = Oliver, 296, l. 10-11 : « εἰ καὶ μηδὲν παρὰ της ἐμῆς μεγαλ (...)
  • 27 Ma, 2004b, p. 136-185.

13La vertu attestée le plus fréquemment renvoie à une valeur générale et commune : l’empereur se considérait et voulait être considéré comme un bienfaiteur, en l’occurrence comme le premier des évergètes23. Il parle à cet effet dans de nombreuses lettres de différents beneficia, en grec des φιλάνθρωπα ou des δωρεαί, qu’il dispense à ses administrés ou qu’il maintient24. Claude va jusqu’à se présenter comme un ἡγεμὼν φιλάνθροπος dans la lettre adressée aux Alexandrins25, tandis que Néron emploie dans le discours prononcé à Corinthe le verbe εὐεργετῶ pour parler des privilèges qu’il a accordés à tous les Grecs et y parle de sa propre « générosité26 ». Cet aspect central de l’autoreprésentation impériale découle du mode de communication entre gouvernants et gouvernés et l’éclaire en même temps : un grand nombre de lettres de l’empereur avaient pour objet d’accorder, de refuser, de confirmer ou de supprimer des privilèges et étaient gravées lorsque la décision impériale était favorable, ce qui a valu à certaines d’entre elles de parvenir jusqu’à nous. Il s’agit là d’une forme de langage dont les rois hellénistiques avaient déjà usé dans leur correspondance et que John Ma a appelé « le langage de l’évergétisme27 ». C’est une caractéristique qui témoigne de points communs entre le discours royal (des rois séleucides) et le discours impérial (des empereurs romains).

  • 28 Sur l’emploi de controuersia à propos de querelles auxquelles devaient mettre fin des ordonnances (...)
  • 29 Voir la lettre d’Auguste à Cnide, l. 22, 26, 29-30 et 37 (Syll.3, 780 = Ehrenberg et Jones, 312 = (...)
  • 30 « ἐξ οὗ δῆλον ἔσται πᾶσιν / τοῖς τὰς ἐπαρχήας κατοικοῦσιν, ὅσην φρóντιδα ποιούμε/θα ἐγώ τε καὶ ἡ σ (...)

14Une autre vertu que l’empereur intègre fréquemment dans son autoportrait est sa faculté à rendre la justice avec intégrité et à arbitrer ainsi les innombrables conflits qui pouvaient surgir dans l’Empire. Ainsi s’expliquent les références dans les lettres impériales aux « controverses » ou aux « querelles » (controuersia ou lis) auxquelles les décisions de l’empereur étaient censées mettre fin28. On rappellera que les Ier et IVe édits de Cyrène avaient pour objet des questions de procédure judiciaire dans une province. Il faut également prendre en compte l’utilisation fréquente d’un champ sémantique recouvrant la notion de justice : sont attestés les adjectifs δίκαιος (par exemple pour δίκαιόν ἐηστι, « il est juste que ») et νόυμιμος ou toute une série de formules pour indiquer que tel empereur a mis fin à telle injustice29. Cet aspect de l’autoreprésentation impériale résulte des liens intrinsèques qui existaient dans l’Antiquité entre pouvoir et justice et qui faisaient de l’empereur – comme du roi hellénistique – un juge. Dans le contexte de la gestion d’un vaste Empire, il arrivait à l’empereur de se donner explicitement pour mission de protéger les intérêts des provinciaux, mission qu’il partageait avec le Sénat : « il sera rendu manifeste à tous les habitants des provinces avec quel soin moi-même et le Sénat nous veillons à ce qu’aucun de nos sujets ne souffre indûment quelque tort ou ne subisse quelque exaction » (Ve édit de Cyrène)30.

  • 31 SEG, 11, 923, l. 17-20 = Ehrenberg et Jones, 102 = Oliver, 15 : « [ἐ]φ’ οἷς ὑμᾶς ἐπαινῶν προσήκειν (...)
  • 32 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 49-51 : « οὔτε φορτικòς τοῖς (...)

15Une troisième qualité impériale attestée dans la correspondance des empereurs est leur modération, appliquée à l’égard des honneurs religieux qu’on voulait leur conférer et qui étaient déclinés lorsqu’ils paraissaient excessifs. On connaît la réponse que Tibère a adressée à la cité de Gytheion et dans laquelle il refuse « les honneurs divins » pour se contenter « d’honneurs plus mesurés et plus humains31 ». Il faut également citer le passage de la lettre de Claude aux Alexandrins dans lequel l’empereur affirme ne solliciter ni grand prêtre de son culte, ni temples en son nom, « ne voulant pas d’une part être grossier aux yeux de ses contemporains et estimant d’autre part que les temples et honneurs de ce genre ont été de tout temps réservés aux dieux seuls32 ». On notera l’emploi de l’adjectif φορτικός (« grossier », par opposition à πεπαιδευ-μένος) attesté dans ce document à deux reprises (lignes 37 et 49) et indiquant comment l’empereur ne voulait pas être perçu.

  • 33 Voir, dans ce sens, la lettre de Domitien à Delphes, l. 2, où la référence à la justice impériale (...)
  • 34 FIRA, I, 69 = SEG, 20, 452 = Smallwood 377.
  • 35 Jos., AJ, 16, 165 : « τó τε ψήφισμα τò δοθέν μοι ὑπ’ αὐτῶν ὑπὲρ τῆς ἐμῆς εὐσεβείας ὗς ἔχω πρòς πάν (...)
  • 36 FIRA, I, 75 = Bruns7, 82 = McCrum et Woodhead, 462, l. 21-22.
  • 37 Voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 59, qui renvoie au précédent augustéen pour confirmer (...)
  • 38 Voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 67-68 : « περὶ δὲ τῆς βουλῆς ὅ τι μέν ποτε σύνηθες /ὐ (...)
  • 39 Voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 25-27 : « {ὧν} εἵνα τò τελευ/ταῖον εἴπωι πάρεὶς τὰ ἄλ (...)
  • 40 Voir la lettre de Domitien relative aux privilèges des médecins et autres professeurs, l. 28-30 : (...)

16À la moderatio est attachée la dernière qualité attestée de manière récurrente dans la correspondance impériale et qui est consubstantielle au métier d’empereur : la piété, qui renvoie au respect dû à la fois aux dieux et aux hommes33. Une illustration de cette qualité est l’édit de Nazareth, qui prévoit la peine capitale pour toute personne coupable de violation de sépulture34. L’édit d’Auguste adressé aux Juifs d’Asie met également en avant de manière indirecte la piété impériale en faisant référence à un décret de cette communauté qui honorait précisément l’εὐσέβεια de cet empereur à l’égard de tous les hommes35. On voit ici le pouvoir impérial s’attribuer subtilement une vertu qui lui avait été reconnue par autrui. Une manifestation particulière de la piété impériale se trouve dans les nombreux passages où l’empereur s’appuie sur des mesures prises par l’un ou l’autre de ses prédécesseurs pour justifier sa propre décision. Le précédent augustéen est celui qui le plus souvent valorisé dans la correspondance impériale, le témoignage le plus emblématique étant la lettre de Domitien aux Falerienses dans laquelle le Diuus Augustus est qualifié de diligentissimus et indulgentissimus erga quartanos suos princeps36. La référence à Auguste est dans les autres cas moins dithyrambique, mais elle répond d’ordinaire à la même finalité : rappeler qu’Auguste était intervenu pour accorder un privilège que l’empereur en fonction ne faisait que confirmer37. On voit dans quelle mesure le fondateur du régime impérial sert de modèle de comportement aussi bien pour ses successeurs julio-claudiens que pour les Flaviens. D’autres empereurs sont cités pour les mêmes raisons qu’Auguste : Claude fait référence à tous ses prédécesseurs (Auguste, mais aussi Tibère et Caligula) pour préciser dans son édit aux Alexandrins que cette cité ne comptait pas de conseil (Boulè) dans un passé récent38 ; il fait également état du discours prononcé à Alexandrie par son frère Germanicus en 19 pour le présenter comme le témoignage des liens étroits qui existaient dans un passé récent entre cette cité et la dynastie impériale39 ; Domitien mentionne Vespasien lorsqu’il choisit de confirmer ou d’abolir des privilèges accordés par celui qui est à la fois son père ainsi que le fondateur de sa dynastie et qui est à ce titre un gage de légitimité40.

  • 41 Moatti, 2007, p. 241-244.
  • 42 Étudier dans le détail la manière dont les cités et les populations de l’Empire se représentaient (...)
  • 43 Voir la lettre de Tibère à Aezanoi, l. 4-9 : « ἀρχῆθεν ὑμῶν τὴ[ν εὐσεβείαν καὶ] πρòς ἐμὲ συνπαθί[α (...)
  • 44 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 24-25 où l’on notera l’emplo (...)

17L’autoportrait qui se dégage de la correspondance impériale ne servait pas uniquement à des fins d’autoglorification, ni même d’autojustification. Il y a des raisons plus profondes, inconscientes peut-être pour certaines d’entre elles, qui ont en commun de faire de la mise en scène des vertus impériales un vecteur du dialogue entre centre et périphéries. Claudia Moatti a souligné que la correspondance officielle était à Rome un instrument de la communication publique écrite et produisait une forme de consensus en ce qu’elle élaborait un langage commun aux gouvernants et aux gouvernés41. L’analyse sémantique des lettres impériales en apporte une confirmation en montrant que les vertus que le pouvoir impérial s’attribuait étaient identiques à celles qui lui étaient attribuées par ses administrés. Dans la correspondance émanant des gouvernés, sur les monuments érigés par les cités en l’honneur du pouvoir impérial et les inscriptions qui leur étaient liées, l’empereur était en effet perçu précisément comme un homme bienfaisant, juste et pieux42. Il est encore plus significatif que dans ses propres lettres, l’empereur fasse fréquemment référence à la bienveillance et à la piété que les administrés avaient manifestées à son égard ou à l’égard de la domus impériale43. Il y a là un phénomène bien connu qui est celui de la réciprocité des échanges (et des bienfaits), principe attesté dans le passage de la lettre de Claude aux Alexandrins où il est question de la σπουδή (« le zèle », « l’attention ») manifestée aussi bien par l’empereur à l’égard des Alexandrins que des Alexandrins à l’égard de l’empereur. C’est l’idée que Claude exprime lorsqu’il écrit que « vous [les Alexandrins] avez fait preuve d’une attention particulière envers ma propre famille, attention qui vous a été retournée44 ».

18L’invention d’un langage commun n’est pas la seule raison d’être de ces références réciproques aux vertus impériales dans le courrier officiel. Il faut y ajouter des motivations plus pragmatiques qui relèvent du discours de la négociation. L’autoreprésentation impériale était tout d’abord une manière de faire connaître le cadre général dans lequel les relations entre gouvernants et gouvernés devaient s’inscrire : les différentes vertus impériales diffusées par le canal de la correspondance formaient des valeurs auxquelles les administrés devaient se conformer et un modèle de comportement qu’ils devaient imiter s’ils voulaient profiter des effets bénéfiques de la puissance impériale. La correspondance devient ainsi un instrument de gouvernement efficace fondé sur le principe du don auquel répondait un contre-don (ou sur le principe du do ut des), l’empereur dispensant ses bienfaits à ses administrés pour que ceux-ci adoptent à leur tour une attitude similaire. De ce fait, la moindre allusion à un mode de comportement qui relevait des vertus impériales pouvait être analysée dans un sens protreptique comme un moyen de pression ponctuel pour mettre fin aux différents conflits qui devaient être tranchés à distance par le pouvoir impérial et qui avaient bien souvent motivé l’envoi par l’empereur d’un courrier. Le meilleur exemple est le passage de la lettre où Claude exige des Alexandrins qu’ils montrent à l’égard des Juifs les mêmes dispositions que l’empereur à leur égard, à savoir bienveillance et piété :

  • 45 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 82-88 : « διόπερ ἔτι καὶ νῦν (...)

Aussi, une fois de plus je conjure les Alexandrins de se montrer bien disposés et bienveillants envers les Juifs qui habitent leur ville depuis très longtemps et de ne déshonorer aucun des rites qu’ils ont établis pour le culte de leur dieu, mais de les laisser observer leurs coutumes comme au temps du dieu Auguste, coutumes que pour ma part, après avoir entendu le pour et le contre, j’ai confirmées.45

19L’avertissement est clair : Claude invite les Alexandrins à se comporter de la même façon que lui. Il va plus loin lorsqu’il subordonne sa πρόυνοια (« son attention ») à l’égard d’Alexandrie à l’adoption et à la mise en pratique par cette cité d’une autre vertu impériale, la φιλαν-θρωπεία, qui renvoie à la fonction civilisatrice du pouvoir impérial :

  • 46 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 100-104 : « ἐὰν / τούτων ἀπο (...)

Si les deux parties renoncent à ses luttes et acceptent de vivre ensemble de façon civilisée, chacun traitant l’autre comme des autres humains, je prendrai soin de la cité qui vient de m’échoir comme d’une maison héritée de mes ancêtres.46

  • 47 Ma, 2004b, p. 134.
  • 48 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 81-82 : « δῖξαι ὗόν ἐστιν ἡγ (...)

20Cette forme de chantage relève de ce que John Ma a appelé des « clauses contractuelles, [qui] reconnaissent dans la relation de gouvernant à gouverné une interaction réelle, un processus de réciprocité bien plutôt qu’une relation verticale de contrôle et d’exploitation47 ». Il faut y voir une des modalités d’un dialogue qui repose sur des lieux communs rhétoriques et n’exclut pas la négociation, mais qui n’en reste pas moins ferme et débouche sur des conséquences pratiques : Claude signifie aux cités de l’Empire qu’il ne tolérera de leur part aucune conduite qui s’écarte des valeurs impériales censées être connues et érigées au rang de norme de comportement. C’est cette même idée qu’il exprime clairement, mais sous une forme plus vive, lorsqu’il précise que si les conflits avec les Juifs ne cessent pas, il sera contraint de montrer aux Alexandrins « comment devient un empereur bienveillant lorsqu’il est en proie à une juste colère48 ». Ce message contient une menace à peine voilée qui définit pour mieux les opposer les deux attitudes extrêmes entre lesquelles l’empereur aura à choisir en fonction du comportement des Alexandrins : la bienveillance à l’égard de cette cité ou la colère à son encontre.

21Il est une dernière raison qui explique que le modèle des vertus impériales soit omniprésent sous une forme ou une autre dans les lettres de l’empereur : il s’agit de la nécessité pour ce dernier de disposer d’une règle de conduite lorsqu’il doit arbitrer des conflits, accorder ou non des privilèges, les confirmer ou non et prendre des décisions qui mécontentaient parfois une des parties en présence. Cet aspect de l’action impériale ressort de l’insistance avec laquelle l’empereur en fonction témoignait de sa piété lorsqu’il prenait soin de faire savoir si les privilèges sollicités avaient été ou non déjà accordés et, si oui, par lequel de ses prédécesseurs. Le rappel systématique des précédents, en particulier du précédent augustéen, est à analyser comme une stratégie de communication dont la finalité est double. Il faut tout d’abord y voir de façon générale le besoin pour le pouvoir impérial de s’inscrire dans une continuité historique, mais il y a plus. L’existence ou non d’une ordonnance antérieure sur quelque question que ce soit, constituait en outre un critère objectif que l’empereur en fonction prenait en compte lorsqu’il lui fallait prendre une décision et qui était rappelé dans la correspondance en guise de justification. De ce point de vue, la documentation laisse penser que l’empereur adoptait d’ordinaire une attitude conservatrice dans une société qui ne l’était pas moins : il avait pour habitude de confirmer les privilèges dont il savait qu’ils avaient été accordés par ses prédécesseurs, en particulier ceux qui avaient été conférés par Auguste ; quant aux demandes qui ne se fondaient sur aucune ordonnance impériale antérieure connue ou qui exigeaient au préalable une enquête plus approfondie, il attendait d’en savoir plus avant de se décider et envoyait le cas échéant des délégués sur place chargés de l’informer. Ce dernier cas de figure, attesté à plusieurs reprises comme nous le verrons, vient rappeler que la parole impériale transmise par voie épistolaire, aussi efficace soit-elle pour faire appliquer des ordres et forger un consensus entre gouvernants et gouvernés, n’était pas le seul mode de communication entre le centre et les périphéries. Dans certaines circonstances plus complexes, les relations entre l’empereur et ses administrés n’étaient pas fondées sur le respect et l’application réciproques des vertus impériales, mais elles passaient par des autorités intermédiaires qui avaient une place à tenir dans le processus de prise de décision. C’est cet aspect du gouvernement de l’Empire qu’il faut désormais étudier parce qu’il est négligé dans les travaux consacrés aussi bien au gouvernement de l’Empire qu’à l’autoreprésentation impériale et qu’il est éclairé par la correspondance impériale.

4. LE POUVOIR IMPÉRIAL ET SA RÉSERVE D’INVISIBILITÉ : LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCES

  • 49 Millar, 1967, p. 3, et 1977, p. 15-52 ; Benoist, 2001a, p. 249-259 avec des remarques sur les évol (...)

22Il a été question de l’étendue des compétences impériales. Il faut désormais s’intéresser aux limites de l’intervention impériale. Cette analyse ne va pas de soi, dans la mesure où elle va à contre-courant d’une tendance de l’historiographie contemporaine qui valorise l’efficacité du pouvoir impérial compte tenu des structures du gouvernement de l’Empire. Nous avons appris des travaux de Fergus Millar que la fonction impériale était un métier de tous les instants qui mobilisait toutes les énergies de l’empereur et de ses proches et qui demandait au pouvoir impérial d’être visible et accessible49. Ce schéma théorique est globalement correct, mais il ne rend pas compte de toutes les réalités pragmatiques. Il ne reflète à vrai dire qu’un aspect de l’action administrative, celui que le pouvoir impérial aimait à souligner parce qu’il convenait à l’image qu’il voulait donner de lui-même.

  • 50 Suét., Aug., 53, 2 : « in consulatu pedibus fere, extra consulatum saepe adoperta sella per public (...)
  • 51 Jehne, 2005, p. 283-307.

23Mais il y avait des situations pour lesquelles l’empereur cherchait à être moins visible et moins accessible. Un passage de Suétone précise qu’Auguste circula en public presque toujours à pied durant ses consulats, mais qu’il se faisait transporter dans une litière souvent fermée le reste du temps (c’est-à-dire quand il n’était pas consul, soit la plus grande partie de son principat)50. Martin Jehne a récemment attiré l’attention sur la formule saepe adoperta sella pour rappeler que tout pouvoir a besoin d’une réserve d’invisibilité et déterminer à propos du pouvoir impérial dans quelle mesure et pour quelle raison51. Si l’on prend en compte la multiplicité et la complexité des tâches qui incombaient à l’empereur, l’attitude d’Auguste dans sa litière est parfaitement compréhensible. Il ne s’agit pas seulement d’un exemple de modération ou de discrétion, mais aussi d’une conséquence de l’afflux vers le centre du pouvoir des nombreuses sollicitations qui provenaient des différentes parties d’un aussi vaste Empire et qui ne pouvaient être toutes traitées avec justesse par une seule personne. S’y ajoute que limiter d’une manière ou d’une autre les possibilités de rencontrer l’empereur présentait l’avantage de réduire de manière automatique le nombre de réponses négatives qu’il était immanquablement amené à donner et de mécontenter ainsi un moins grand nombre de pétitionnaires. Le pouvoir impérial ne pouvait toutefois se contenter de vivre caché en permanence et il n’en demeure pas moins que s’il n’était pas accessible en toutes circonstances, il l’était dans des réunions publiques encadrées comme la salutation matutinale ou la réception des ambassades. Il lui fallut donc trouver une solution qui combine les difficultés pragmatiques liées à l’étendue de ses tâches avec une accessibilité qui était tangible, même si elle était plus limitée qu’on a pu l’imaginer.

24L’administration impériale a apporté son concours pour répondre aux multiples pétitions, ne serait-ce que parce qu’il existait au sein de celle-ci un préposé aux libelli (le a libellis), mais les travaux de Fergus Millar ont bien démontré que c’était de toute façon l’empereur qui prenait en fin de compte la décision. La question n’est donc pas tant de déterminer l’identité de celui qui décide que de définir les modalités du processus de prise de décision. En d’autres termes, il faut se demander à partir de quels éléments l’empereur accepte ou rejette telle ou telle demande, problème central quand on imagine la masse d’informations qu’il devait rassembler pour se faire une opinion sur tel ou tel sujet. L’analyse de la teneur de la correspondance impériale fournit quelques éléments d’explication qui ont en commun de montrer que l’empereur pouvait à l’occasion laisser à d’autres – délégués, amis, collaborateurs ou proconsuls – le soin de l’informer, voire de décider à sa place. Il y avait place pour des cas complexes qui conduisaient le pouvoir impérial à faire savoir dans sa propre correspondance qu’il n’était pas en mesure de trancher dans l’état de ses connaissances et que seul le concours d’une tierce personne pouvait l’aider à se faire une idée plus précise du problème à régler. C’était un aveu d’impuissance, même si cette impuissance restait temporaire et n’était mise en scène que pour renforcer le pouvoir impérial. Il faut y déceler une pratique méconnue de gouvernement qui consistait pour l’empereur à ajourner sa décision s’il ne s’estimait pas suffisamment informé et à faire intervenir une personne mieux placée que lui pour obtenir les renseignements complémentaires nécessaires.

  • 52 Édit connu sous le nom de Tabula Clesiana (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA, I, 71 = Bruns7, 79 = Sm (...)
  • 53 L. 19-21 : « cetera quidem, ut mihi demons/trata commentario facto ab ipso sunt, statuat pronun/ti (...)

25Parmi les lettres impériales pour la période d’Auguste à Trajan, il existe trois documents qui témoignent de la nécessité pour l’empereur d’avoir recours à des autorités intermédiaires : la Tabula Clesiana, la lettre de Claude aux Alexandrins et la lettre de Vespasien à la cité de Sabora. Le premier d’entre eux est un édit de Claude daté de 46 dont la première partie règle une ancienne dispute territoriale entre la cité de Côme et les Bergalei qui concernait directement le pouvoir impérial parce que certaines des terres sur lesquelles portait la dispute faisaient partie des domaines impériaux52. Il apparaît qu’après avoir constaté l’échec des enquêtes antérieures menées au moins depuis Tibère, l’empereur envoya pour une nouvelle enquête de terrain son amicus et comes Iulius Planta, auquel il permit « de trancher et de décider pour les autres questions dans le sens qu’il a proposé dans son rapport53 ». Ce passage montre que même si Claude était seul habilité à clore toute cette affaire en vertu de son ius edicendi, il ne dissimulait pas que l’instruction du dossier et la décision finale avaient été confiées à un de ses proches.

  • 54 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 66-68 : « περὶ δὲ τῆς βουλῆς (...)

26La lettre de Claude aux Alexandrins témoigne d’une procédure semblable dans le passage où il doit donner ou non son accord à la création d’une Boulè dans cette cité. L’empereur ne manque pas de souligner que cette demande pose problème parce qu’on ne sait pas avec certitude si elle reposait ou non sur un précédent. Il rappelle que s’il est assuré qu’il n’y avait pas de Boulè sous ses trois prédécesseurs (Auguste, Tibère et Caligula), il ne peut dire s’il en existait une « de façon traditionnelle au temps des anciens rois54 ». Il ne s’agit pas là d’un problème secondaire quand on sait à quel point le pouvoir impérial est rétif à toute nouveauté institutionnelle et préfère s’appuyer sur des décisions antérieures. Devant ces interrogations, Claude décide d’abandonner le traitement de ce dossier au préfet d’Égypte et écrit en ce sens aux Alexandrins :

  • 55 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 68-72 : « Καινοῦ δὴ / πράγματ (...)

Comme il s’agit d’une proposition nouvellement lancée et dont l’intérêt pour la cité et pour mes propres affaires n’est pas évident, j’ai prescrit à Aemilius Rectus d’étudier la question et de me faire savoir s’il est bon de la créer et ensuite, s’il faut le faire, de quelle manière on le fera.55

27C’est donc à un représentant du Prince de mener l’enquête. Le texte de la lettre souligne que Claude sera tenu au courant des résultats des recherches, mais on peut penser qu’à l’instar de ce qui a été prescrit par la Tabula Clesiana, il était disposé à suivre l’avis du préfet d’Égypte et lui aurait laissé le soin de mettre en place la nouvelle Boulè si une décision avait été prise en ce sens.

  • 56 CIL, II, 1423 et CIL, II2, 5, 871 = ILS, 6092 = FIRA, I, 74 = Bruns7, 81 = McCrum et Woodhead, 461 (...)
  • 57 Eck, 1998a, p. 118-132.

28Le dernier texte à témoigner directement dans la correspondance impériale d’une délégation de compétences est la lettre de Vespasien qui répondait à une ambassade envoyée par la cité de Sabora. Il y est question d’une demande introduite par cette cité pour instituer de nouveaux uectigalia. L’empereur répond par une demi-mesure : s’il confirme sans surprise les taxes dont les citoyens de Sabora assuraient qu’elles avaient été accordées par Auguste, il ne prend aucune décision concernant la demande de nouvelles taxes à instituer. Selon toute vraisemblance, les ambassadeurs firent état devant Vespasien d’une décision d’Auguste qui leur avait permis de bénéficier du produit de certaines taxes et exploitèrent ce précédent comme argument pour en lever de nouvelles, mais ils n’obtinrent qu’une confirmation de ce qui avait été accordé par Auguste. Vespasien ne rejeta pas à proprement parler leur demande, mais il se déclara incompétent en la matière et écrivit qu’il ne prendrait aucune décision avant que ne se soit prononcé sur ce sujet le gouverneur de la province, le proconsul de Bétique. Il conclut par le constat suivant, qui est éclairant : « Si vous voulez en ajouter de nouvelles [redevances], vous devrez vous adresser au proconsul ; pour ma part, sans aucune réponse [du proconsul], je ne peux en effet rien décider56. » De toutes les sources à notre disposition, c’est cette phrase qui met le mieux en valeur les limites que le pouvoir impérial s’est lui-même fixées dans des domaines exigeant au préalable une enquête approfondie sur place. Vespasien y prenait acte de son incapacité foncière à être présent partout où il aurait fallu pour éclairer son jugement, en Bétique dans le cas de la demande de Sabora. Il reconnaît ne pas être en mesure de se prononcer sur une question fiscale, mais nul n’ignorait que la décision finale dépendait de Vespasien et que le proconsul était de facto son représentant. C’est le paradoxe d’un pouvoir impérial à la fois lointain par la distance physique qui le sépare de ses administrés et omniprésent grâce à la bonne transmission de ses lettres – dont certaines étaient gravées – et par l’intermédiaire de tous ceux qui le représentaient à un titre ou un autre57.

  • 58 Fournier, 2005, p. 117-137.
  • 59 Burton, 2000, en particulier p. 213.

29La délégation de compétences est un aspect central du gouvernement de l’Empire dont la complexité est éclairée par quelques passages de la correspondance impériale et qui est intrinsèquement lié à la question de la visibilité et de l’accessibilité de l’empereur. Elle apparaît non seulement comme un des instruments institutionnels du gouvernement de l’empire, mais aussi comme un moyen de suppléer les inévitables carences d’un pouvoir impérial qui ne pouvait décider de tout à tout moment dans la mesure où il ne disposait pas toujours là où il se trouvait des informations préalables indispensables. Elle représentait donc une nécessité vitale. Elle présentait en outre l’avantage de répartir les immenses responsabilités et de ne pas faire peser ainsi sur le seul pouvoir impérial le poids du mécontentement résultant de décisions qui n’étaient forcément pas toutes favorables, les délégués de l’empereur étant autant de médiateurs entre le pouvoir central et les administrés. Nul n’ignorait en effet que l’empereur n’était pas plus omniscient qu’il n’avait le don d’ubiquité, et que son jugement était de ce fait orienté, voire prédéterminé, par les rapports que lui faisaient parvenir ses délégués, quels qu’ils soient. La délégation des pouvoirs relevait donc autant de l’action administrative proprement dite que d’un mode de gouvernement qui ne cachait pas aux gouvernés que l’empereur n’était pas en mesure de régler tous les problèmes et se préservait ainsi une réserve d’invisibilité, réduite malgré tout. Cette conclusion rejoint plusieurs des résultats auxquels sont parvenus récemment plusieurs études portant sur l’un ou l’autre aspect du gouvernement de l’Empire. Julien Fournier a montré que le droit de faire appel auprès de l’empereur d’une décision de justice était encadré par une série de filtres au nombre desquels il faut compter l’examen préalable de la cause par le gouverneur de province et qui avaient pour fonction d’éviter l’engorgement du tribunal impérial58. Pour ce qui est des nombreux conflits frontaliers entre cités, Graham Burton est parvenu à la conclusion que ce type de problème était d’ordinaire réglé par le gouverneur ou un légat impérial envoyé à titre extraordinaire et que le pouvoir impérial intervenait en la matière peu souvent, si ce n’est par l’envoi aux autorités provinciales de mandata qui avaient fini par inclure une section sur la délimitation des territoires59.

CONCLUSION

  • 60 Cogitore et Goyet, 2003.
  • 61 Ma, 2004b, p. 145.
  • 62 Hurlet, 2000, p. 137-145.

30L’Empire romain est une structure étatique dont la longue durée de vie a toujours étonné et qui a été élevée à ce titre, à tort ou à raison peu importe, au rang de modèle par et pour les empires ultérieurs. Un tel succès repose moins sur la présence des soldats de Rome, peu nombreux au demeurant eu égard à l’étendue des territoires à contrôler, que sur un mode de communication qui a mis en relation le centre du pouvoir avec n’importe quelle périphérie de l’Empire et dont l’efficacité sort passablement renforcée de cette étude. Le constat n’est pas étonnant, tant on a du mal à penser qu’un empire quel qu’il soit ne puisse fonder son entreprise de domination que sur l’usage de la force armée et de la contrainte. Il fallait y ajouter la nécessité pour le pouvoir impérial de faire partager aux provinciaux le sentiment qu’ils avaient des intérêts en commun, a fortiori pour des régions, des cités et des individus qui voyaient peu de soldats romains ou n’en voyaient pas du tout (on songe à la province d’Asie ou encore à l’Achaïe). De ce point de vue, ce que l’empereur était amené à écrire aux membres de l’administration et à ses administrés ainsi que la manière de le dire représentaient des enjeux fondamentaux qui en disent long non seulement sur la perception et la diffusion par l’empereur de sa propre image, mais aussi sur les modalités de la domination romaine. La parole impériale apparaît stéréotypée, voire répétitive, mais cette réalité, pour justifiée qu’elle soit après un examen approfondi du contenu de la correspondance impériale, ne dispense pas d’étudier les caractéristiques d’un langage dont on a vu qu’il était déterminé par des conventions propres au langage poliade de l’évergétisme. Cette fonction primordiale a des implications sur l’autoportrait de l’empereur dans ses lettres. On comprend tout d’abord qu’il se présente non pas comme un magistrat romain investi de pouvoirs coercitifs, notamment l’imperium, mais plus simplement comme un ἡγεμών, un chef, qui était le mieux placé pour garantir aux gouvernés une stabilité. Un autre trait distinctif de la correspondance impériale est que la transmission d’ordres impériaux qui ne se discutaient pas, allait de pair avec la cordialité du ton employé par l’empereur, et qui était d’autant plus marquée lorsque le destinataire était un membre de l’administration romaine, qu’il fût sénateur (proconsul et légat) ou chevalier (procurateur). Il ressort enfin du contenu des lettres impériales que l’empereur aimait à se décrire sous la triple apparence d’un souverain bienfaisant, juste et pieux. Les compliments que le pouvoir impérial se décernait à lui-même n’équivalaient pas à une vile et vaine autoglorification, ni non plus à un simple verbiage rhétorique, et il faut pour cela prendre en compte toutes les fonctions attribuées à la pratique de l’éloge dans l’Antiquité60. John Ma a souligné à propos d’Antiochos III dans quelle mesure l’autoportrait d’un roi dispensant ses bienfaits « était le medium normal de l’interaction entre gouvernants et gouvernés, pour donner forme à la communication et aux actions » et engager par la même occasion un processus de réciprocité des échanges61. J’ai essayé de montrer que l’éloge du Prince par les sénateurs devait être analysé comme un moyen de pression et de communication avec le pouvoir en place dans le sens où il contribuait à façonner l’image du bon Prince de l’historiographie sénatoriale et à la canaliser dans des directions soigneusement circonscrites62. Pour la correspondance impériale, l’autoglorification de l’empereur avait pour objet de rendre publiques des normes morales de conduite dont le pouvoir impérial espérait qu’elles soient partagées par les individus et les communautés de l’Empire et qui visait à rendre son hégémonie plus acceptable.

31Les vertus impériales ne suffisaient pas à gouverner à distance L’Empire. L’analyse de la teneur de la correspondance impériale montre que le discours impérial n’était pleinement efficace que s’il était relayé sur le terrain par des représentants de Rome et du pouvoir impérial qui agissaient dans les provinces en vertu du principe de la délégation de compétences. Pour une énorme majorité de provinciaux, le pouvoir impérial était un pouvoir distant dans tous les sens du terme et l’empereur savait que l’Empire était incarné ailleurs que là où il se trouvait par les membres de l’administration. Le principe théorique de visibilité et d’accessibilité de l’empereur se heurtait donc à des difficultés d’ordre pratique, ce qui conduisit le pouvoir impérial à confier l’instruction des dossiers à diverses autorités provinciales. C’était toujours l’empereur qui prenait la décision finale et c’était la lettre impériale qui, au bout du compte, était le document essentiel et à ce titre le plus souvent affiché. Mais cette omnipotence de l’empereur telle qu’elle ressort de la correspondance impériale ne doit pas masquer le travail de terrain préalable qui était effectué en son nom et en celui de Rome par les gouverneurs et dont les sources parlent moins. Le consensus qui a régné entre le pouvoir central et les communautés de l’Empire et qui n’a jamais été acquis une fois pour toutes doit en grande partie sa longue durée aussi bien à l’usage par les gouvernants et les gouvernés d’un langage évergétique commun qu’à la connaissance par l’empereur des innombrables situations locales. Il reposait à ce titre sur une communication permanente qui reliait le centre aux périphéries dans un sens ou dans un autre et au fonctionnement de laquelle les autorités provinciales ont fortement contribué.

Notes

1 Millar, 1977 (1992), p. xi.

2 2000, p. 363-388.

3 Girardet, 2000, p. 167-227 ; Hurlet, 2006a, p. 206, 209-210 et 232-233 ; Hurlet, 2008b, p. 234.

4 Hurlet, 2006a, p. 280.

5 Sur l’emploi par l’empereur du terme ἡγεμών pour désigner le titulaire du pouvoir impérial, voir la lettre de Claude à Thasos, l. 6-7 : « τὰς ἄλλας προσειέμενος τιμὰς αἳ πρέπου/σιν ἡγεμόσιν ἀρίστοις » (Smallwood, 371 = Oliver, 23) ; la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 81-82 : « δῖξαι ὗόν ἐστιν ἡγεμὼν φιλάνθροπος εἰς ὀργὴν δικαίαν μεταβεβλη/μένος » (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19). Sur l’emploi par l’empereur de ἡγεμονία pour désigner le pouvoir impérial, voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 53-54 : « ἅπασι τοῖς ἐφηβευκώσει ἄχρει τῆς / ἐμῆς ἡγεμονείας » (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19) ; la lettre de Néron aux Rhodiens, l. 15-16 : « ὑπὲρ [...] / τῆς ἐν τῇ ἡγεμ<ο>νίᾳ διαμονῆς » (ILS, 8793 = IGRRP, IV, 1124 = Syll.3, 810 = Smallwood, 412b = Oliver, 34) ; l’édit de Vespasien sur les privilèges des médecins et autres professeurs, l. 6-7 : [εἰ δε τινες κατὰ τὴν] έμὴν ἡγεμονίαν ὑβρίζειν [...] / [τολμήσουσιν] » (FIRA, I, 77 = McCrum et Woodhead, 458 = Oliver, 38). Notons que c’est le terme ἡγεμóνες que Néron emploie à la ligne 25 dans son discours accordant la liberté et l’immunité aux Grecs pour désigner ses prédécesseurs (ILS, 8794 = Syll.3, 814 = Smallwood, 64 = Oliver, 296).

6 P. Lond., 1912 (= Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 68-72).

7 L. 14 et 22. Sur ce document, voir l’édition de Alföldy, 2000, p. 177-205.

8 Sur l’emploi par l’empereur du verbe iubeo, voir, en outre, la Tabula Clesiana, l. 36 (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA, I, 71 = Bruns7, 79 = Smallwood, 368). Sur l’emploi par l’empereur de κελεύω, voir : le IIIe édit d’Auguste de Cyrène, l. 58 ; l’édit d’Auguste relatif aux Juifs d’Asie (Jos., AJ, 16, 165) ; l’édit de Germanicus aux Alexandrins, l. 21 (Select Papyri, II, 211a = Ehrenberg et Jones, 320a = Oliver, 16) ; la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 88 (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19) ; l’édit dit de Nazareth, l. 14 (FIRA, I, 69 = SEG 20, 452 = Smallwood, 77) ; l’édit de Néron relatif à l’octroi de la liberté donnée aux Grecs, l. 3 (ILS, 8794 ; Syll.3, 814 = Smallwood, 64 = Oliver, 296) ; l’édit de Vespasien sur les privilèges des médecins et autres professeurs, l. 4 et 18 (FIRA, I, 77 = McCrum et Woodhead, 458 = Oliver, 38) ; les mandats de Domitien à son procurateur Claudius Athenodorus, l. 10 (IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40). Sur l’emploi du verbe ἐντέλλομαι, voir la lettre de Claude à Delphes, l. 17 (Rousset, 2002, p. 245-247) et les mandats de Domitien à son procurateur Claudius Athenodorus, l. 17 (IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40). Sur l’emploi par l’empereur du verbe κωλύω, voir le IIe édit d’Auguste de Cyrène, l. 54-55 ; l’édit de Germanicus aux Alexandrins, l. 24 et 28 (Select Papyri, II, 211a = Ehrenberg et Jones, 320a = Oliver, 16).

9 Ier édit, l. 13-16 : « δοκοῦσί μοι καλῶς καὶ προσηκόντὼς ποιήσειν / οἱ τὴν Κρητικὴν καὶ Κυρηναικὴν ἐπαρχήαν καθέξοντες προτιθέντες ἐν τῆι κατὰ / Κυρήνην ἐπαρχηίαν τòν ἴσον ἀριθμòν Ἑλλήνων κριτῶν ἐκ τῶν μεγίστων τιμημά/των ὃσον Ῥωμαίων » ; voir aussi dans le même édit, l. 36-39·· « ὀρθῶς καὶ προσηκόντώς μοι δοκοῦσιν ποιή/σειν ὅσοι Κρήτης καὶ Κυρήνης στρατηγήσουσιν, εἰ ἐν τῇ κατὰ Κυρήνην ἐπαρχήαι ὑπὲρ / Ἕλληνος ἀνδρός ἢ γυναικòς ἀναιρέσεως μὴ προσόιντο κατήγορον Ῥωμαῖον Ἕλλη/νος ». Sur les édits de Cyrène, la référence reste de Visscher, 1940.

10 Hurlet, 2006a, p. 202-301.

11 Ep., X, 16 ; 20, 1 ; 36 ; 50 ; 53 ; 55 ; 60, 2 ; 62 ; 80 ; 89 ; 95 ; 99.

12 Ep., X, 18, 2 ; 44 ; 91 ; 115, 1 ; 121.

13 Bérenger, 2000, p. 165.

14 Ep., X, 16 ; voir aussi X, 28.

15 Ep., X, 44.

16 Ep., X, 115, 117 et 121 ; voir aussi X, 105.

17 On rencontre ce procédé dans d’autres documents que les rescrits de Trajan à Pline. Voir, par exemple, le Ier édit d’Auguste de Cyrène, l. 36-39 (cité ci-dessus, note 5) et une lettre de Marc Aurèle ou de Commode à un certain Claudius Eteoneus (Milner, An Epigraphical Survey in the Kibyra-Olbasa Region conducted by A. S. Hall, Oxford, 1998, no 49 et IK, 60-Kibyra, 19 : « ὀρθῶς ἐποίησα[ς...]»).

18 Hurlet, 2006a, p. 297.

19 IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40, l. 10, 17 et 25-27).

20 CIL, III, 7086 :« [κεφαλαῖον ἐκ τ]ῶν ἐντολῶν »/« [Cum secundum meam c] onstitutionem certamen in ciuitate/[Pergamo ab Iulio Quadrato a] mico clarissimo uiro quinquennale/ εἰσελαστικόν c] onstitutum sit idq(ue) amplissimus ordo/[eiusdem iuris esse decreueri] t, cuius est quod in eadem ciuitate/[in honore Romae et Diui A] ug(usti) institutum est, huius quoque iselas/[tici idem quod in altero] certamine custoditur dari oportebit/[uictoribus praemium] ».

21 FIRA, I, 69 = SEG, 20, 452 = Smallwood, 377. Sur cet édit, voir la récente étude de Giovannini et Hirt, 1999, p. 107-132.

22 L. 6-7 : « τὰς ἄλλας προσειέμενος τιμὰς αἳ πρέπου/σιν ἡγεμόσιν ἀρίστοις » (Smallwood, 371 = Oliver, 23).

23 Sur la « beneficial ideology », voir Nutton 1978 ; voir aussi Corbier 2006, p. 32-33 et 205-210.

24 Sur l’emploi par l’empereur du terme beneficium, voir la Tabula Clesiana, l. 30 : « permanere ben<e> ficio meo » ; l. 34 : « quod ben<e> ficium is ita tribuo » (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA, I, 71 = Bruns7, 79 = Smallwood, 368) ; la lettre de Vespasien aux Vanacini, l. 15-18 : « beneficia tributa uobis ab diuo/Augusto post septimum consula/tum, quae in tempora Galbae reti/nuistis, confirmo (FIRA, I, 72 = Bruns7, 80 = McCrum et Woodhead, 460). Sur l’emploi par l’empereur du neutre pluriel filavnqrwpa, voir la lettre de Claude aux artistes dionysiaques, l. 2 (Smallwood, 373a = Oliver, 24b) et les mandats de Domitien à son procurateur Claudius Athenodorus, l. 2 (IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40). Dans le discours prononcé par Néron accordant aux Grecs la liberté et l’immunité, les privilèges sont qualifiés à deux reprises de εὐνοικῶς (ILS, 8794 ; SIG3, 814 = Smallwood, 64 = Oliver, 296, l. 9 et 18). On notera l’emploi par Néron de l’adverbe eujnoikw~" (« avec bienveillance ») pour qualifier son état d’esprit vis-à-vis de la cité de Rhodes (ILS, 8793 = IGRRP, IV, 1124 = SIG3, 810 = Smallwoood, 412b, l. 25 = Oliver, 34) ; voir enfin la lettre de Titus à Munigua où le Prince parle de son indulgentia dans le sens de « bienveillance » (AE, 1962, 288 = González, BJRA, 13 = Jacques, 1990, 79, où l’on trouvera une traduction française et un commentaire ; sur les questions plus techniques de fiscalité, voir en dernier lieu Le Roux 1999, p. 155-170 qui précise p. 157, n. 5 qu’indulgentia prend ici un sens technique et juridique – et non plus uniquement moral – et qu’il s’agit de la première occurrence d’une telle acception, répandue durant l’Antiquité tardive).

25 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 81.

26 ILS, 8794 = SIG3, 814 = Smallwood, 64 = Oliver, 296, l. 10-11 : « εἰ καὶ μηδὲν παρὰ της ἐμῆς μεγαλοφροσΰνης / ἀνέλπιστον » ; l. 21-22 : « καὶ νῦν δὲ οὐ δι’ ἔλεον ὑμᾶς ἀλλὰ δι’ εὔνοιαν εὐεργετῶ ».

27 Ma, 2004b, p. 136-185.

28 Sur l’emploi de controuersia à propos de querelles auxquelles devaient mettre fin des ordonnances impériales, voir la Tabula Clesiana, l. 7 : « cum ex ueteribus controuersis pe<nd>entibus aliquamdiu etiam […] » (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA, I, 71 = Bruns7, 79 = Smallwood, 368) et la lettre de Vespasien aux Vanacini, l. 8-10 : « de controuersia finium, quam ha/betis cum Marianis, pendenti ex/is agris […] » (FIRA, I, 72 = Bruns7, 80 = McCrum et Woodhead, 460). Le terme lis est utilisé dans un sens analogue par Domitien dans sa lettre aux Falerienses, l. 16-18 : « et vetustas litis, quae post tot annos/retractatur a Firmanis aduersus/Falerienses, uehementer memouet[…] » (FIRA, I, 75 = Bruns7, 82 = McCrum et Woodhead, 462).

29 Voir la lettre d’Auguste à Cnide, l. 22, 26, 29-30 et 37 (Syll.3, 780 = Ehrenberg et Jones, 312 = Oliver, 6) ; le Ier édit de Germanicus aux Alexandrins, l. 24-25 (Select Papyri, II, 211a = Ehrenberg et Jones, 320) ; la Tabula Clesiana, l. 28-29 (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA, I, 71 = Bruns7, 79 = Smallwood, 368) ; les lettres de Claude aux artistes dionysiaques, l. 7 (Smallwood, 373a = Oliver, 24b, l. 2, et Smallwood, 373b = Oliver, 29, l. 7) ; la lettre de Domitien à Delphes, l. 2 (Oliver, 42 = McCrum et Woodhead, 463c) ; les mandats de Domitien à son procurateur Claudius Athenodorus, l. 19 et 23-24 (IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40).

30 « ἐξ οὗ δῆλον ἔσται πᾶσιν / τοῖς τὰς ἐπαρχήας κατοικοῦσιν, ὅσην φρóντιδα ποιούμε/θα ἐγώ τε καὶ ἡ σύνκλητος τοῦ μηδένα τῶν ἡμῖν ὑποστασο/μένων παρὰ τò προσῆκόν τι πάσχιν ἢ εἰσπράτεσθαι » Un autre exemple de l’attention portée par le pouvoir impérial aux Italiens et aux provinciaux est l’édit de Claude réglementant la uehiculatio (ILS, 214 = Smallwood, 375).

31 SEG, 11, 923, l. 17-20 = Ehrenberg et Jones, 102 = Oliver, 15 : « [ἐ]φ’ οἷς ὑμᾶς ἐπαινῶν προσήκειν ὑπ<ο>λαμβάνω{ι} καὶ κοινῇ πάντας άνθρώ/πους καὶ ἰδίᾳ τὴν ὑμετέραν πόλιν ἐξαιρέτους φυλάσσειν τῶι μεγέθει τῶν τοῦ / ἐμοῦ πατρòς εἰς ἅπαντα τòν κόσμον εὐεργεσιῶν τὰς θεοῖς πρέπουσας / τιμάς, αὐτòς δὲ
ἀρκοῦμαι ταῖς μετριωτέραις τε καὶ ἀνθρωπείοις ». Un autre exemple de moderatio est l’édit de Germanicus aux Alexandrins dans lequel il refuse les honneurs divins pour ajouter qu’ils conviennent à son père Tibère seul (Select Papyri, II, 211a = Ehrenberg et Jones, 320a).

32 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 49-51 : « οὔτε φορτικòς τοῖς κατ’ ἐμαυτòν ἀνθρόποις / βουλόμενος εἶναι τὰ ἱερὰ δὲ καὶ τὰ τοιαῦτα μόνοις τοῖς θεοῖς / ἐξέρετα ὑπò τοῦ παντòς αἰῶνος ἁποδεδόσθαι κρὶν[ω]ν ». Voir également Plin., Ep., X, 9 : « eius modi honorum parcissimus ».

33 Voir, dans ce sens, la lettre de Domitien à Delphes, l. 2, où la référence à la justice impériale est attachée à la piété impériale : « φύσει δίκαιόν ἐστιν καὶ εὐσεβές [...] » (Oliver, 42 = McCrum et Woodhead, 463c).

34 FIRA, I, 69 = SEG, 20, 452 = Smallwood 377.

35 Jos., AJ, 16, 165 : « τó τε ψήφισμα τò δοθέν μοι ὑπ’ αὐτῶν ὑπὲρ τῆς ἐμῆς εὐσεβείας ὗς ἔχω πρòς πάντας ἀνθρώπους ».

36 FIRA, I, 75 = Bruns7, 82 = McCrum et Woodhead, 462, l. 21-22.

37 Voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 59, qui renvoie au précédent augustéen pour confirmer le maintien d’un privilège : « ὡς καὶ [ὁ] θεòς Σεβαστòς ἐβεβαίωσε » (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19) ; la lettre de Claude aux associations de technites dionysiaques, qui confirme également un privilège octroyé par Auguste, l. 2 : « τὰ δὲ [ὑ]πò το[ῦ] θ[ε]οῦ Σεβαστοῦ δ[εδ]ομένα ὑμῖν νόμιμα καὶ φιλάνθ[ρ]ωπα συντηρῶ » (Smallwood, 373a = Oliver, 24b) ; la lettre de Vespasien à Sabora, dans laquelle l’empereur garantit le maintien des redevances obtenues d’Auguste selon les dires des citoyens de cette cité de Bétique, l. 9-11 : « uecti/galia, quae ab diuo Aug(usto) accepisse dici/tis, custodio » (CIL, II, 1423 et CIL, II2, 5, 871 = ILS, 6092 = FIRA, I, 74 = Bruns7, 81 = McCrum et Woodhead, 461 = González, BJRA, 12) ; la lettre de Vespasien aux Vanacini, qui confirme des beneficia accordés par Auguste, l. 10-13 : « beneficia tributa uobis ab diuo / Augusto post septimum consula/tum, quae in tempora Galbae reti/nuistis, confirmo » (FIRA, I, 72 = Bruns7, 80 = McCrum et Woodhead, 460) ; Plin., Ep., X, 84.

38 Voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 67-68 : « περὶ δὲ τῆς βουλῆς ὅ τι μέν ποτε σύνηθες /ὐμεῖν ἐπὶ τῶν ἀρχαίων βασιλέων οὐκ ἔχωι λέγειν, ὅτι δὲ ἐπὶ τῶν / πρò ἐμοῦ Σεβαστῶν οὐκ εἴχεται σαφῶς οἴδατε » (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19).

39 Voir la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 25-27 : « {ὧν} εἵνα τò τελευ/ταῖον εἴπωι πάρεὶς τὰ ἄλλα μέγειστός ἐστιν μάρτυς οὑμος ἀδελφòς / Γερμανικòς Καῖσαρ γνησιωτέραις ὑμᾶς φωναῖς προσαγορεύσας » (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19).

40 Voir la lettre de Domitien relative aux privilèges des médecins et autres professeurs, l. 28-30 : « [Quisquis ergo ex seruorum disciplin] a mercedem c [apiet,/ei immunitas a diuo patre meo indulta], proinde ac [si/in aliena ciuitate artem exerceat, adim] enda [est] » (FIRA, I, 77 = McCrum et Woodhead, 458 = Oliver, 38) ; les mandats de Domitien à son procurateur Claudius Athenodorus, l. 5-10 : « ἐν τοῖς ἐξαιρέτοις / καὶ μεγάλης χρῄζουσιν φρον/τίδος, ὑπò του θεοῦ πατρòς Οὑε[σ]πασιανοῦ / Καίσαρος ἐπιμελείας τετ[υ]/χέναι γεινώσκω τὰ τῶν πόλεων φι/λάνθρωπα » (IGLS, V, 1998 = McCrum et Woodhead, 466 = Oliver, 40).

41 Moatti, 2007, p. 241-244.

42 Étudier dans le détail la manière dont les cités et les populations de l’Empire se représentaient le pouvoir impérial au ier siècle apr. J.-C. est un projet qui dépasse le cadre de cet article consacré à l’autoreprésentation du pouvoir impérial et qui mériterait d’être mené dans une autre étude. Un simple sondage dans les recueils d’inscriptions m’a permis d’arriver à la conclusion que le statut d’évergète, le sens de la justice et la piété constituent trois des principales qualités que l’on attribuait à l’empereur dans un contexte autre que celui de la ville de Rome.

43 Voir la lettre de Tibère à Aezanoi, l. 4-9 : « ἀρχῆθεν ὑμῶν τὴ[ν εὐσεβείαν καὶ] πρòς ἐμὲ συνπαθί[αν / μαθὼν ἀπεδεξά]μην ἥδιστα καὶ ν[ῦν παρὰ τῶν ὑμε]τέρων πρεσβευτῶν [τò ψήφισμα τò] διαφαῖνον τῆς πό[λεως τὴν εἴς με εὔ]νοιαν » (ILS, 9463 = Ehrenberg et Jones, 319 = Oliver, 13) ; la lettre de Tibère à Gytheion, l. 15-16 : « τὰ νομοθετηθέν/[τα ὑφ’ ὑ]μῶν εἰς εὐσεβείαν μὲν τοῦ ἐμοῦ πατρός » (SEG, 11, 923 = Ehrenberg et Jones, 102b = Oliver, 18) ; la lettre de Caligula à Acraephia, l. 25 : « [ὑπ]ερβολὴν ἀπελίπετε τῆς εἰς ἐμὲ [προθυμ]ίας καὶ εὐσεβείας » (ILS, 8792 = IG, VII, 2711 = Smallwood, 361) ; la lettre de Claude aux Alexandrins, l. 21-23 : « ὑπαγόμενοί μοι δῆλον πρòς τὴν εἰς ἡμᾶς / εὔνοιαν ἣν ἐκ πολλῶν χρόνων, εὖ εἴστε, παρ’ ἐμοὶ τεταμιευμένην{ε} / εἴχεται, φύσει μὲν εὐσεβεῖς περὶ τοὺς Σεβαστοὺς ὑπάρχοντες » ; l. 32-34 : « ἐγὼ ὁρῶι γὰρ / <ὅτι> πάντη μνημεῖα τῆς <ὑ>μετέρας εὐσεβείας εἰς τòν ἐμòν οἶκον / ὑδρόσασθαι <ἐ>σπουδάσαται » ; l. 105-106 : « ἀεὶ πρόνοια[ν] / <ὑ>μῶν παρ’ ἐμοί » (P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19) ; la lettre de Claude à Thasos, l. 4-5 : « το[ὺς... τῆς ὑμετέρας] σπο[υ]/δῆς καὶ εὐσεβείας ἀποδέχομαι κοινῇ πάντας » (Smallwood, 371 = Oliver, 23) ; la lettre de Claude aux artistes dionysiaques, l. 8-10 : « ἀποδέχομαι καὶ πιράσομαι αὔξιν αὐτὰ εὐ/σεβῶς διακιμένων ὑμῶν πρòς τòν ἐμòν οἶ/κον » (Smallwood, 373b = Oliver, 29) ; l. 26-27 : « ἐκείνων δὲ τὴν πρòς ἐμαυτòν μὲν εὔνοιαν πε/ρὶ δὲ υμᾶς φιλανθρωπίαν ἐγνώρισα μᾶλλον ἢ ἐθαύμασα » (Smallwood, 374 = Oliver, 28) ; l’édit de Néron relatif à l’octroi de la liberté données aux Grecs, l. 1-2 : « τῆς εἴς με εὐνοί/ας τε καὶ εὐσεβείας ἀμείψασθαι θέλων » (ILS, 8794 ; Syll.3, 814 = Smallwood, 64 = Oliver, 296) ; la lettre de Néron à Menophilos, l. 7-8 : « τῆς εἴς με εὐνοί/ας » (IGRRP, IV, 561 = OGIS, 475 = Smallwood, 390 = Oliver, 35) ; Plin., Ep., X, 9 : « tamen patior ne impedisse cursum erga me pietatis tuae uidear ».

44 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 24-25 où l’on notera l’emploi du verbe σπουδάζω à l’actif et au passif pour marquer cette réciprocité des échanges : « ἐξερέτως δὲ περὶ τòν ἐμòν / οἶκον καὶ σπουδάσαντες καὶ σπουδασθέντ<ε>ς ».

45 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 82-88 : « διόπερ ἔτι καὶ νῦν διαμαρτΰρομε εἵνα Ἀλεξανδρεῖς μὲν / πραέως καὶ φιλανθρόπως προσφέροντε Ἰουδαίο<ι>ς τοῖς / τὴν αὐτὴν πόλειν ἐκ πολλῶν χρόνων οἰκοῦσει / καὶ μηδὲν τῶν πρòς θρησκείαν αύτοῖς νενομισμένων / τοῦ θεοῦ λοιμένωνται, ἀλλὰ ἐῶσιν αὐτοὺς τοῖς ἔθεσιν / χρῆσθαι ὗς καὶ ἐπὶ τοῦ θεοῦ Σεβαστοῦ, ἅπερ καὶ ἐγὼι / διακούσας ἀμφοτέρων ἐβεβαίωσα ».

46 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 100-104 : « ἐὰν / τούτων ἀποστάντες ἀμφότεροι μετὰ πραότητος / καὶ φιλανθροπείας τῆς πρòς ἀλλήλους ζῆν ἐθελήσητε, / καὶ ἐγῶι πρόνοιαν τῆς πόλεως ποήσομαι τὴν ἀν<ω>τάτωι / καθάπερ ἐκ προγόνων οἰκίας <ἡ>μῖν ὑπαρχούσης ».

47 Ma, 2004b, p. 134.

48 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 81-82 : « δῖξαι ὗόν ἐστιν ἡγεμὼν φιλάνθροπος εἰς ὀργὴν δικαίαν μεταβεβλη/μένος ».

49 Millar, 1967, p. 3, et 1977, p. 15-52 ; Benoist, 2001a, p. 249-259 avec des remarques sur les évolutions.

50 Suét., Aug., 53, 2 : « in consulatu pedibus fere, extra consulatum saepe adoperta sella per publicum incessit ».

51 Jehne, 2005, p. 283-307.

52 Édit connu sous le nom de Tabula Clesiana (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA, I, 71 = Bruns7, 79 = Smallwood, 368). Sur ce document, voir, en dernier lieu, Lassère, 2005, p. 864-866.

53 L. 19-21 : « cetera quidem, ut mihi demons/trata commentario facto ab ipso sunt, statuat pronun/tietque ipsi permitto ».

54 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 66-68 : « περὶ δὲ τῆς βουλῆς ὅ τι μέν ποτε σΰνηθες / ὐμεῖν ἐπὶ τῶν ἀρχαίων βασιλέων οὐκ ἔχωι λέγειν, ὅτι δὲ ἐπὶ τῶν / πρò ἐμοῦ Σεβαστῶν οὐκ εἴχεται σαφῶς οἴδατε ».

55 P. Lond., 1912 = Select Papyri, 212 = Smallwood, 370 = Oliver, 19, l. 68-72 : « Καινοῦ δὴ / πράγματος νῦν πρõτων καταβαλλομένου ὅπερ ἄδηλον εἰ συνοί/σει τῇ πόλει καὶ τοῖς ἐμοῖς πράγμασει ἔγραψα Αἰμιλλίωι Ῥήκτωι / διασκέψασθαι καὶ δηλῶσέ μοι εἴται καὶ συνείστασθαι τὴν ἀρχὴν δεῖ, / τóν τε τρόπον, εἴπερ ἄρα συνάγειν δέυ, καθ’ ὃν γενήσεται τοῦτο ». On sait que la réponse de Claude (qui devait être identique à celle du préfet d’Égypte) fut finalement négative : il fallut attendre le règne de Septime Sévère pour qu’une Boulè fût instituée à Alexandrie (sur cette question et les raisons – essentiellement fiscales – qui conduisirent à cette création tardive, voir Bussi, 2008, p. 64-68).

56 CIL, II, 1423 et CIL, II2, 5, 871 = ILS, 6092 = FIRA, I, 74 = Bruns7, 81 = McCrum et Woodhead, 461 = González, BJRA, 12, l. 11-14 : « si qua noua adicere uol/tis, de his proco(n)s(ulem) adire debitis ; ego / enim nullo respondente constitu/ere nil possum ». Seule la traduction de l’ablatif absolu nullo respondente a pu poser problème. Jacques, 1990, 78, p. 147, a fait de l’empereur le sujet du verbe respondere et a compris que Vespasien ne pouvait rien instaurer « n’étant pas en position de répondre ». En réalité, le sujet ne peut être que le proconsul et il faut comprendre que l’empereur ne peut rien décider si le proconsul de Bétique ne répond pas à la demande d’introduction de nouveaux uectigalia (voir déjà EJER, p. 61-62 ; voir, plus récemment dans ce sens, Bleicken, 1982, p. 194, note 22, ainsi que les traductions de Lopez Barja, 1953, p. 201 et de Sherk, 1988, p. 130, note 2).

57 Eck, 1998a, p. 118-132.

58 Fournier, 2005, p. 117-137.

59 Burton, 2000, en particulier p. 213.

60 Cogitore et Goyet, 2003.

61 Ma, 2004b, p. 145.

62 Hurlet, 2000, p. 137-145.

Auteur

Professeur d’Histoire romaine à l’université de Nantes. Spécialiste de l’histoire institutionnelle de l’Empire romain, il est l’auteur des monographies Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique (Rome, 1997) et Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien (Bordeaux, 2006).

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search