Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les vecteurs du pouvoir

Chapitre V. La correspondance du roi hellénistique

Biagio Virgilio

Texte intégral

1. LE ROI MÉDIÉVAL DE JACQUES LE GOFF ET LE BASILEUS HELLÉNISTIQUE

  • 1 Le Goff, 1999, p. 985-986 (= Le Goff, 2004, p. 944-945).
  • 2 Ibid., p. 988-990 (= Le Goff, 2004, p. 947-948).
  • 3 Ibid., p. 993-997 (= Le Goff, 2004, p. 952-956).

1Comme le roi médiéval magistralement défini par Jacques Le Goff, le basileus hellénistique des nouvelles dynasties et des nouveaux royaumes territoriaux, formés par les Diadoques à partir de l’année-306, est un « personnage nouveau et spécifique de l’histoire ». Le Goffidentifie l’évolution du roi médiéval à travers trois types successifs : le roi carolingien, « un roi oint et un roi ministériel » ; « un roi administratif », qui se mesure avec trois éléments constitutifs et symboliques : « la couronne, le territoire et la loi » ; enfin, un roi qui essaye d’absorber dans sa sphère de pouvoir « un État sacralisé ». De même que le roi médiéval de Le Goff, le roi hellénistique « apparaît comme le produit d’une rupture et d’une innovation » ; c’est « un roi unique », sa « royauté […] est sans partage » ; si le roi, de son vivant, associe un fils à son titre de roi et à la royauté, « il garde la supériorité et la réalité d’un pouvoir unique » qui « produit parfois de graves conflits entre le roi et ses fils ou entre ses frères royaux1 ». Le roi médiéval fonde sa légitimité divine par une victoire militaire ; la continuité de son pouvoir est garantie à travers une ligne dynastique légitime de succession qui toutefois ne conjure pas le risque des usurpations du pouvoir2. Le roi médiéval de Le Goff« se situe dans une chaîne historique […] une chaîne dynastique, le roi invoquant antecessores ou praedecessores nostri et instituant un véritable jeu politique entre lui et ses prédécesseurs » ; c’est « un rex ambulans qui se déplace à la fois par tradition [le roi est essentiellement itinérant], par nécessité [la guerre] et par politique [se montrer aux sujets] » ; le roi est en outre itinérant car il est « roi pèlerin, […] roi croisé » ; ses déplacements sont ponctués par les obligations d’hospitalité et les cérémonies de son entrée dans les villes3.

2De telles connotations structurelles générales du roi médiéval de Le Goffconviennent parfaitement au basileus hellénistique. Le roi hellénistique est avant tout un roi guerrier qui légitime son titre par une victoire militaire et garantit la continuité du pouvoir à travers la ligne de succession dynastique légitime. La référence du roi aux ancêtres, les progonoi, avec l’élaboration des origines divines de la souche de la dynastie et avec l’institution du culte dynastique, fixe la tradition et la continuité du pouvoir de la dynastie et la place dans la sphère du divin. « La couronne, le territoire et la loi » du roi médiéval équivalent chez le roi hellénistique au diadema, à la terre royale ou à la terre conquise par la lance (chora basilike, chora doriktetos) et au nomos avec lequel le basileus est enclin à s’identifier. Comme le rex ambulans médiéval, le roi hellénistique est également un roi itinérant pour les expéditions militaires et pour l’exercice des activités diplomatiques à travers lesquelles il tend à s’affirmer et à affirmer son pouvoir. Dans ses déplacements pour la guerre, le roi soumet les cités à l’obligation ruineuse de donner un logement (epistathmeia) à son armée de passage ; à l’occasion des visites du roi, les cités, collectivement impliquées dans la communauté des citoyens, des charges institutionnelles et sacerdotales, déploient tout leur effort dans la magnificence du rituel de la rencontre et de l’accueil public du roi (apantesis et apodoche).

  • 4 Ibid., p. 1002 (= Le Goff, 2004, p. 961).

3Nous pourrions continuer la liste des analogies et des traits communs en rappelant, bien évidemment, qu’il s’agit d’analogies pour ainsi dire extérieures, liées pour la plupart à la structure intrinsèque de l’institution monarchique. Le basileus hellénistique et le roi médiéval, dans leur contexte respectif et même avec des physionomies et des symboliques communes, expriment leurs propres contenus spécifiques originaux, différents suivant les temps, les lieux et les cultures4.

2. LE ROI « ADMINISTRATEUR ». AUDIENCES ET CORRESPONDANCE : PERCEPTION HISTORIOGRAPHIQUE ET AUTOREPRÉSENTATION DU ROI

  • 5 Voir Savalli-Lestrade, 2007.

4Dans son rôle de roi « administrateur », le roi hellénistique se montre accablé par les pratiques quotidiennes des audiences5 et de la correspondance qui alimentent une sorte de topos, celui des doléances complaisantes et soucieuses du basileus pour la lourdeur de ses devoirs ; doléances qui peuvent aussi être d’une certaine manière révélatrices du fait que le roi ne supportait pas les activités « bureaucratiques » sédentaires par rapport à l’action militaire qui constituait la vocation première du roi hellénistique. La tradition littéraire offre des exemples limités sur l’attitude du basileus à l’égard des audiences et de la correspondance officielle.

  • 6 Plut., Demetr., 9, 5-7 ; 19, 5-10 ; 23-24 ; 40, 3-4 ; 41, 6-8 ; 44, 9 ; 52, 4 (le passage sur le l (...)
  • 7 Plut., Demetr., 42 ; Savalli-Lestrade, 2007, p. 93.
  • 8 Stob., 3, 13, 48 ; Dion, 69, 6, 3 ; Millar, 1977 (1992), p. 3-4.
  • 9 Millar, 1967, p. 9 (= Millar, 2004, p. 3).

5Démétrios Poliorcète est représenté par Plutarque comme l’anti-modèle du bon roi : un roi dissolu et cynique, un roi de théâtre, animé par une ambition démesurée et ruineuse (pleonexia), lâche dans la défaite, comparé « à ces rois de rien […] qui non seulement poursuivent le luxe et le plaisir au lieu de la vertu et de l’honneur, mais ne savent même pas profiter du vrai luxe6 ». Dans le même contexte éthique entrent les critiques adressées à Démétrios en ce qui concerne le fait qu’il ne concédait pas à ses sujets l’opportunité d’une audience et traitait brutalement les peu nombreux sujets qu’il recevait : il avait fait attendre deux ans une délégation d’Athéniens ; il s’était senti offensé par l’envoi d’un seul ambassadeur des Spartiates ; il avait jeté dans le fleuve Axios avec ostentation les pétitions écrites que certains, croyant entrevoir une disponibilité apparente du roi, lui avaient données dans la rue en le suivant dans l’espoir d’une réponse. Cet acte méprisant de Démétrios conduit au souvenir et à la comparaison avec le bon roi Philippe II, lequel, sous le prétexte de ne pas avoir le temps, avait d’abord repoussé la demande d’une vieille femme d’être écoutée ; mais la réplique résolue et vive de la femme, « alors ne fais pas le roi » (μὴ βασίλευε), aurait conduit Philippe à réfléchir et à dédier plusieurs jours aux audiences des sujets, à commencer par la vieille femme, en différant les autres obligations7. L’anecdote de la vieille femme et de Philippe II, que l’on peut lire chez Plutarque, se retrouve de manière presque identique chez Stobée qui la rapporte à Antipatros, et chez Cassius Dion qui la rapporte à l’empereur Hadrien8. Nous pouvons en déduire que, en principe, le roi hellénistique, comme l’empereur romain, était « personally accessible9 » et était tenu d’écouter ses sujets dans des audiences directes.

  • 10 Welles, 1934, p. xxxvii.
  • 11 Plut., Si un vieux doit s’occuper de politique, 790a-b ; Bickerman, 1938, p. 34 ; Millar, 1992, p. (...)
  • 12 Diod., 1, 70, 1-4 (= Hécatée d’Abdère, FGrHist, 264 F 25).
  • 13 Virgilio, 2003, p. 49-50.
  • 14 Lettre d’Aristée, 26 ; Savalli-Lestrade, 2003b, p. 19.

6Sur le rôle capital et sur le poids qu’avait l’expédition de la correspondance parmi les activités quotidiennes du basileus, le recours au passage bien connu de Plutarque référant les plaintes de Séleucos Ier – avec lequel Welles ouvre son introduction à la Royal Correspondence10 – est topique : « On dit que Séleucos répétait en toute circonstance que si les gens savaient combien il est fatigant de seulement écrire et lire tant de lettres, ils ne ramasseraient pas pour eux un diadème jeté par terre11. » Une tâche, celle de la correspondance, que le hiératique pharaon égyptien, dont la description remonte à Hécatée d’Abdère, accomplissait soigneusement à l’aube, à peine réveillé, selon un protocole rigide et obligatoire de la journée et non selon des choix personnels commodes et incontrôlés qui seraient en revanche typiques d’autres institutions monarchiques12 : cette dernière étant une critique que probablement Hécatée destinait aux rois hellénistiques. Mais la critique d’Hécatée ne touchait pas les Ptolémées, non seulement parce que Hécatée avait écrit ses Aigyptiaka sous le patronage du premier Ptolémée (pendant les années où Ptolémée était encore satrape, -320/-315, ou au début des années de son règne,-305/-30013), mais aussi parce que, dans la Lettre d’Aristée, on attribue à Ptolémée II Philadelphe une attention particulière dans l’élaboration de ses édits épistolaires (prostagmata) au point que c’était le Philadelphe lui-même qui corrigeait et intégrait personnellement ceux d’une importance diplomatique particulière préparés par la chancellerie et soumis à son approbation14.

  • 15 Caton, F 20 (Malcovati, ORF (19663), p. 19) ; Bickerman, 1938, p. 196 ; Ma, 1999, p. 218 (= Ma, 20 (...)
  • 16 Plut., Apophthegmata de rois et de stratèges, 183f.

7La tradition littéraire attribue à Antiochos III une utilisation de la correspondance comme instrument aussi bien dans la pratique militaire que dans les relations diplomatiques et politiques. Caton l’Ancien, dans un discours tenu à Athènes probablement en -191, au début de la guerre contre Antiochos III, aurait essayé de dénigrer l’adversaire en disant que « Antiochos conduit la guerre à force de lettres, fait le soldat par la plume et l’encre15 ». Plutarque attribue à Antiochos lui-même une anecdote de sens opposé, révélatrice d’un trait de l’autoreprésentation du roi qui se montre totalement dévoué à l’inconditionnelle pratique diplomatique et politique favorable à la sauvegarde de l’autonomie des cités : « Antiochos III écrivit aux cités que, au cas où il écrirait en ordonnant que quelque chose soit fait en contraste avec leurs lois, celles-ci ne lui obéissent pas car il l’avait fait inconsciemment16. »

  • 17 Dans le dossier épigraphique que Ma, 1999, p. 284-372 (= Ma, 2004b, p. 315-427 [avec mises à jour] (...)

8Malgré des buts opposés, Caton et Plutarque tendent à représenter un Antiochos spécialement enclin à l’activité épistolaire. Cette représentation historiographique et anecdotique du roi séleucide est d’une manière générale confirmée par la documentation épigraphique. Le dossier des lettres royales hellénistiques que j’ai réunies me permet de dire qu’Antiochos III est en effet le roi hellénistique auquel, selon un décompte provisoire, est attribué le nombre le plus important de lettres, les siennes et celles qui le concernent : environ 60 lettres de provenance épigraphique (dont 30 constituent 8 dossiers épistolaires)17, auxquelles il faut ajouter quelques lettres douteuses, des citations indirectes de lettres (pour la plupart dans les décrets des cités), quelques lettres d’origine historiographique. (Les autres rois titulaires d’un grand nombre de lettres sont : Ptolémée II Philadelphe, avec à peu près 40 lettres, dont une trentaine d’origine papyrologique ; Philippe V, avec plus de 30 lettres de provenance épigraphique ; Eumène II, avec environ 20 lettres d’origine épigraphique.)

9La correspondance royale (ou qui concerne les rois) n’était pas exempte de falsification. Je tire de l’historiographie et de l’épigraphie quelques exemples (en mettant pour l’instant de côté la question bien connue des lettres séleucides et ptolémaïques rapportées par Josèphe et par les livres des Maccabées, où il faut désormais distinguer les authentiques des fausses).

  • 18 Troiani, 1979 ; Virgilio, 2007b, p. 60-70.
  • 19 Pol., 5, 38, 1-5 (Sôsibios-Cléomène III) ; 42, 7-8 (Hermias-Achaios) ; 43, 5 (Molôn-Antiochos III) (...)

10Dans le livre V des Histoires, Polybe dépeint de manière sombre le pouvoir exorbitant des grands courtisans et les intrigues que ces derniers déployaient dans les cours hellénistiques au détriment de leurs rivaux et de jeunes rois encore sans expérience. Dans tout ceci, il voit le signe du destin inéluctable de la défaite des royaumes hellénistiques devant un État romain bien ordonné, que Polybe décrit précisément tout de suite, et presque en opposition directe, dans le livre VI18. Les fausses lettres sont l’instrument sur lequel se fondent les intrigues des cours. À la cour d’Antiochos III, le Premier ministre Hermias présenta au roi deux lettres fausses qu’il avait lui-même préparées pour faire croire à Antiochos qu’en Asie Mineure, Achaios était incité par Ptolémée IV à assumer les pouvoirs royaux (-223), et que le général Épigénès, si estimé par tout le monde, était de mèche avec Molôn, rebelle dans les satrapies orientales (-222). Molôn, à son tour, montrait à ses officiers de fausses lettres menaçantes d’Antiochos III pour les convaincre de persister dans la rébellion entreprise. À la cour de Ptolémée IV, le puissant Sôsibios fit écrire une fausse lettre pour faire croire au roi que Cléomène III complotait contre lui (-220)19.

  • 20 I. Labraunda, 5 ; Virgilio, 2003, p. 178-180 et 276-279, no 23.

11Dans le dossier des lettres des rois hellénistiques sur les conflits d’intérêts récurrents entre la cité de Mylasa et les prêtres du sanctuaire de Zeus à Labraunda, entre en jeu une fausse lettre royale. Dans une lettre de Philippe V à Mylasa (environ -220), le roi prend acte du décret par lequel la cité a démontré qu’une lettre qu’Antigone III Dôsôn était censé avoir écrite aux Chrysaoriens était fausse, lettre par laquelle le roi aurait nommé Hécatomnos prêtre du sanctuaire de Labraunda et concédé des privilèges au sanctuaire ; lettre d’autant plus suspecte que Hécatomnos ne l’aurait pas montrée immédiatement mais après la mort du roi. Retenant que les remontrances des Mylasiens étaient fondées, Philippe V reconnaît à la cité la légitimité de ses droits sur le sanctuaire de Labraunda20. Nous pouvons supposer que Philippe V se soit convaincu de la fausseté de la lettre attribuée à son prédécesseur et tuteur Antigone Dôsôn, non tant d’après le décret de Mylasa qu’à la suite d’un contrôle dans les archives de sa chancellerie.

  • 21 I. Labraunda, 1-3 ; Virgilio, 2003, p. 172-176 et 272-275, no 20-21.

12Vingt ans avant, Mylasa avait contesté devant le stratège séleucide non pas la falsification sacerdotale de lettres royales, mais les faussetés contenues dans la correspondance sacerdotale adressée au roi. En -240 environ, Séleucos II écrit au stratège Olympichos pour l’informer qu’il avait reçu de Korris, le prêtre du sanctuaire de Zeus Labraundos, une lettre dans laquelle il se plaignait du fait que les habitants de Mylasa avaient usurpé des parcelles de terre sacrée ancestralement administrées par les prêtres, qu’ils y prélevaient les récoltes et qu’ils étaient les seuls à ne pas donner aux prêtres la part des sacrifices qui leur revenait. C’est pourquoi Séleucos ordonna à Olympichos de faire cesser une situation portant atteinte aux droits des prêtres et du sanctuaire, et établit de confirmer à Korris les privilèges ancestraux. À la suite du recours de la cité et d’une enquête menée par le stratège Olympichos, au cours de laquelle les parties en querelle ont été reçues en audience par le stratège et mises en confrontation, les ambassadeurs de la cité ont démontré que Korris a écrit un faux dans la lettre envoyée à Séleucos. Par conséquent, le stratège écrit une lettre à la cité en la rassurant sur la légitimité de ses droits à l’égard du sanctuaire et y joint une copie de la lettre envoyée à Séleucos pour l’informer de la mauvaise foi du prêtre. Il semble donc que le stratège séleucide pouvait modifier radicalement les dispositions données par le roi en cas de démonstration du manque de fondement ou des mensonges contenus dans les dénonciations et dans les pétitions présentées au roi21.

  • 22 Bertrand, 1990.
  • 23 Robert, 1983, p. 132-137, no 9, l. 2 et 8 ; p. 135, p. 137 ; Ma, 1999, p. 216 (= Ma, 2004b, p. 163 (...)
  • 24 Par exemple : RC, 63, l. 8 ; 66, l. 11 ; Virgilio, 2003, p. 236-239, no 9, l. 23-24 ; Malay, 2004, (...)
  • 25 Pol., 15, 24, 4-5 (despotisme des rois) ; 2, 47, 5 (opportunisme) ; 5, 88-90 (mikrodosia, mikrolep (...)

13De même que le décret de la cité est l’instrument principal de l’autoreprésentation collective et de la communication de la cité, de même la lettre du roi hellénistique est l’instrument personnel de l’autoreprésentation et de la communication du roi22. Les formes de l’autoreprésentation du basileus dans les lettres sont bien connues : le roi est bienveillant (eunous) ; soucieux du bien-être et des intérêts de chacun, des communautés et des sanctuaires ; généreux dans les concessions aux philoi, aux communautés, aux sanctuaires. Apparemment, au moins à en juger par les formules bureaucratiques que l’on lit dans les lettres officielles, s’en remettre au roi avec dévotion et confiance (eunoia, pistis23 : termes qui, s’ils ne se réfèrent pas à la « dévotion et fidélité » de chacun24, souvent indiquent par euphémisme que les cités se sont livrées au pouvoir du roi) et le fait de persévérer dans de tels comportements à son égard sont les conditions demandées par le roi pour continuer à élargir et accroître ses bienfaits (philanthrôpia). Un cadre qui apparaît nettement en opposition avec les traits des rois hellénistiques tracés par Polybe. Les rois hellénistiques non seulement montraient une tendance commune au despotisme et à l’opportunisme malgré les immanquables proclamations de liberté, d’amitié et d’alliance faites au début du royaume, mais ils étaient aussi avares. En comparaison avec l’extraordinaire munificence déployée par les rois du passé et même par les dynastes locaux à l’occasion du tremblement de terre de Rhodes (-227), Polybe met en relief l’avarice (mikrodosia) des rois contemporains et le peu de dons (mikrolepsia) qu’ils prodiguaient en faveur des peuples et des cités : c’est pourquoi il exhorte les cités à ne pas rendre aux rois autant de grands honneurs que dans le passé, mais à donner aux rois ce qu’ils méritent en échange des dons modestes que désormais elles reçoivent25.

  • 26 Millar, 1966, p. 166 (= Millar, 2001, p. 290).
  • 27 Voir, ci-dessus, note 24.
  • 28 J’ai relevé ailleurs des cas de négligences de fonctionnaires séleucides tirés des lettres d’Ikaro (...)

14La correspondance royale représente donc le basileus hellénistique comme généreux dispensateur de concessions et de bienfaits, sage régulateur des conflits d’intérêts, soucieux de réprimer les abus attribués à ses fonctionnaires, à l’armée, etc. Rarement l’activité évergétique du roi arrive motu proprio, puisqu’elle est plutôt sollicitée par les pétitions et par les demandes qui arrivent au roi de tout le royaume et de la cour. Mais cela ne signifie pas que le pouvoir du basileus hellénistique a les caractéristiques du « pouvoir largement statique et inerte, et que son activité est stimulée par les pressions et les initiatives du bas » que Fergus Millar a en revanche voulu attribuer au pouvoir de l’empereur romain26. Si l’activité évergétique du roi hellénistique est exercée à partir de la sollicitation d’autrui, dans l’activité généralement plus administrative, l’initiative du roi l’emporte, tandis que le rôle exercé par ses plus hautes hiérarchies administratives reste purement exécutif (hiérarchies administratives qui au contraire, en lisant Polybe, montraient toute leur capacité d’initiative dans les intrigues de cour27, et ne manquaient pas non plus les cas de négligence des hiérarchies administratives dans l’exécution des ordres du roi28).

  • 29 Millar, 2000, p. 363-388 (= Millar, 2004, p. 23-46).

15D’autres termes du modèle interprétatif proposé par Fergus Millar peuvent être appliqués au pouvoir du basileus hellénistique. Par exemple, il est évident que les sèches lettres bureaucratiques des rois hellénistiques n’ont rien à voir avec l’élégante correspondance, littéraire et administrative, échangée entre Pline le Jeune, gouverneur de la Bithynie, et l’empereur Trajan ; nous pouvons toutefois appliquer aussi au gouvernement du roi hellénistique la définition de « gouvernement par correspondance », attribuée par Fergus Millar aux nouvelles modalités du gouvernement de Trajan29.

  • 30 Sur le circuit complexe de la communication royale voir, par exemple : Bertrand, 2006 ; Capdetrey, (...)
  • 31 Virgilio, 2003, p. 123-124. Copie d’Ériza : Ma, 1999, p. 354-356, no 37 (= Ma, 2004b, p. 405-408, (...)

16Le considérable flux d’informations du centre à la périphérie et vice versa (partout où le roi se trouvait dans ses déplacements), implique un système de communications que nous pouvons seulement imaginer. Trois copies du même édit épistolaire royal, provenant l’une d’une localité inconnue de la Phrygie (traditionnellement dit édit d’Ériza), les deux autres de Nahavand/Laodicée de Médie et de Kermanshah en Iran, permettent d’évaluer l’organisation et la rapidité de la communication du roi dans le royaume séleucide. Il s’agit de l’édit (prostagma) promulgué par Antiochos III, quand il était en Asie Mineure, pour l’institution du culte dynastique de la reine Laodikè, l’assimilant au culte existant des progonoi et de lui-même. La combinaison des dates qui ont survécu différemment soit dans le prostagma royal, soit dans les lettres des fonctionnaires qui transmettaient les copies de l’édit, permet d’établir que le prostagma a été promulgué par Antiochos dans la 119e année de l’ère séleucide, le 3 ou le 10 du mois de Xandikos (21 ou 28 février-193). Des copies de l’édit d’Antiochos produites par la chancellerie royale et envoyées aux gouverneurs, et par eux aux fonctionnaires locaux (un nombre de copies de l’édit et de lettres de transmission qui se multiplie à chaque passage bureaucratique30), ont survécu celles envoyées par Antiochos à Anaximbrotos, gouverneur de la Phrygie, et à Ménédémos, gouverneur de la Médie, et par eux transmises à leurs trois fonctionnaires subalternes et à une cité : 1) Anaximbrotos à Dionytas en Phrygie ; 2) Ménédémos à Thoas en Médie ; 3) Ménédémos à Apollodotos et à la cité de Laodicée de Médie. Les dates placées au bas de chaque document qui forment les trois dossiers épistolaires permettent de vérifier que la diffusion de l’édit dans le vaste empire séleucide, dans la transmission du roi aux gouverneurs et de ces derniers aux fonctionnaires locaux et aux cités, a eu lieu entre le 3 ou le 10 de Xandikos (21 ou 28 février) ; qu’en Phrygie le gouverneur Anaximbrotos a transmis la copie de l’édit le 19 Artémisios (6 mai) ; qu’en Médie le gouverneur Ménédémos a transmis deux copies de l’édit le 3 et le 10 Panemos (19 et 26 juin). Nous pouvons disserter longuement pour savoir si ceci est l’indice (comme j’ai l’impression), d’un côté, d’une organisation bureaucratique efficace dans ses articulations entre le centre (ou plus exactement, du lieu où le roi se trouvait) vers la périphérie, de l’autre, de la rapidité de la communication officielle d’un bout à l’autre de l’immense empire séleucide31.

  • 32 RC, 54 ; Swoboda, Keil et Knoll, 1935, p. 33-35, no 74-75 ; Virgilio, 2003, p. 167.

17Les lettres royales, pour la majeure partie, représentent le roi pleinement conscient de ses pouvoirs de gouvernant et de bienfaiteur, même dans les cas où il se prépare à la conciliation et à la bienveillance évergétique après avoir réprimé et puni ceux qui lui ont manifesté leur hostilité. C’est ce qui s’est vérifié, par exemple, dans le cas d’une des trois lettres d’Eumène II et de son frère Attale à la cité d’Amlada en Pisidie. Dans la seconde lettre du dossier, Attale, sur demande de la cité, ayant constaté le repentir de cette cité après le soutien donné précédemment par celle-ci à la « guerre galate » (la grande révolte des Galates contre Eumène II,-168/-166), et tenant compte des difficiles conditions économiques de la cité, décide de relâcher les otages, de réduire de trois mille drachmes l’impôt annuel originaire de deux talents, de supprimer le paiement de neuf mille drachmes imposé comme indemnité pour les dommages de guerre32. Au-delà des circonstances spécifiques dans lesquelles se vérifiait l’intervention évergétique des Attalides à l’égard d’Amlada, et au-delà du langage bienveillant du basileus, souvent les lettres révèlent que l’intervention du roi est demandée pour endiguer le grave état de crise socioéconomique des communautés et pour alléger le poids de la fiscalité royale.

18Certaines lettres de rois attalides contiennent des expressions de type personnel, dans quelques cas même confidentiel, nettement en contraste avec le style bureaucratique et vigilant de la majeure partie des lettres royales, révélant en revanche des traits et des sentiments inhabituels du roi hellénistique.

19Dans la première des trois lettres à la communauté de Toriaion, en concédant le statut de polis (-188), Eumène met en garde les Toriaites :

  • 33 Virgilio, 2003, p. 162-164 et 295-298, no 30, l. 17-24 : « Ἐγὼ δὲ ἐθεώρουμ μὲν οὐκ εἰς μικρὰ / δια (...)

J’observe que pour moi ce n’est pas une chose aboutissant à des petitesses que de consentir à vos demandes, parce que cela interagit avec de nombreuses et plus importantes affaires. Et en effet, la faveur que maintenant je vous ai accordée serait stable, vu que je suis en possession de la pleine autorité l’ayant reçue des Romains qui se sont imposés soit en guerre soit dans les négociations, mais ne pourrait pas être stable la faveur accordée par qui n’a pas le pouvoir : en effet une telle faveur pourrait être jugée par tous vraiment vide et trompeuse.33

20La référence à la récente victoire sur Antiochos III et à la paix d’Apamée, à la nouvelle autorité concédée à Eumène sur l’Asie Mineure déjà séleucide et au déclin conséquent de l’autorité des Séleucides en Asie Mineure, est évidente. La comparaison entre la stabilité de la faveur concédée par Eumène muni des pleins pouvoirs et la vacuité d’une faveur concédée par quelqu’un qui n’a plus de pouvoir, c’est-à-dire Antiochos III, sert certainement à affirmer la nouvelle autorité d’Eumène ; mais l’invitation explicite à ne pas se fier à qui en revanche, avec trop de légèreté, pourrait faire encore des concessions même en n’ayant plus aucun pouvoir, peut être aussi le signe de l’inquiétude du roi envers d’éventuelles résistances au passage de la domination séleucide à la nouvelle domination attalide, ou envers la persistance d’influences de l’administration des Séleucides dans les territoires anatoliens perdus. C’est le seul cas où le roi hellénistique exprime implicitement dans une lettre officielle des craintes et des incertitudes au sujet de la capacité d’affirmer son pouvoir. Eumène semble presque stupéfait devant l’énormité du nouveau pouvoir hérité des Séleucides et semble admettre lui-même la faiblesse intrinsèque d’un pouvoir que d’autres, les Romains, lui ont concédé.

  • 34 RC, 52, l. 47-48 : « γίνοιτο δὲ τῆι βουλήσει μου καὶ τὰ πράγματα / συνεξακολουθεῖν».
  • 35 Holleaux, 1924, p. 310-311 (= Holleaux, 1938, p. 158, note 2) ; Savalli-Lestrade, 2003b, p. 20.

21Vingt ans plus tard, Eumène, de santé fragile, rescapé de l’humiliation infligée par les Romains qui lui avaient interdit de débarquer à Brundisium et de continuer sur Rome (signe fort de la distance à laquelle Rome désormais entendait tenir Eumène après Pydna), avec une révolte subversive des Galates en cours, répond à un chaleureux décret du koinon des Ioniens avec une lettre (hiver -167/-166) dans laquelle, entre autres, il déclare n’avoir jamais manqué l’occasion de rendre honneur et gloire à chaque cité et au koinon, et qu’il s’engage à maintenir cette attitude. Ces déclarations sont annotées d’un souhait du roi : « Que les faits puissent correspondre aussi à mon propos34 ! » Maurice Holleaux, en envisageant qu’Eumène pourrait avoir lui-même dicté ou écrit personnellement cette exclamation, a finement observé : « Comment n’être pas frappé de l’accent modeste et presque mélancolique de cette exclamation, qu’on dirait échappée au roi ? Assurément, ce n’est point-là le ton d’un roi vainqueur qui vient de fixer la fortune35. » C’est le ton d’un roi qui ne renonce pas à son rôle à l’égard des cités grecques, mais se sent un roi laissé seul avec les événements après avoir perdu les faveurs de Rome, un roi anxieux pour les développements imprévisibles de la révolte des Galates et donc qui, de manière presque confidentielle, exprime dans une lettre officielle un auspice qui ne cache pas ses craintes pour le futur immédiat.

  • 36 RC, 61, l. 17-18 ; Virgilio, 1981, p. 31-34, no 7 ; Virgilio, 2003, p. 307-308, no 33, VII ; I. Pe (...)
  • 37 Schubart, 1920, p. 339-340 ; Savalli-Lestrade, 2003b, p. 24, définit la lettre d’Attale comme une (...)
  • 38 Virgilio, 1981, p. 126-128 ; 2003, p. 189-191.

22Un souhait comparable à celui exprimé par Eumène figure dans la lettre par laquelle Attale II communique à Attis, prêtre du temple-État de Pessinonte en Galatie (-158/-156), l’annulation des décisions prises lors de leur rencontre précédente et rendues vaines par une réunion agitée du conseil royal. L’exclamation « que cela ne puisse pas arriver » (ὃ μὴ γίνοιτ') est intercalée, elle aussi de manière presque confidentielle et familière, au milieu des raisonnements que le roi fait, redoutant les risques d’un insuccès attalide dans une entreprise qui n’a pas été fixée au préalable avec Rome36. Cette exclamation reflète aussi une inquiétude personnelle du roi et a conduit Wilhelm Schubart à parler d’un style épistolaire privé et personnel dans cette lettre d’Attale37, qui reste toujours une lettre officielle même si la remise s’est faite de manière réservée, comme l’ensemble des sept lettres du dossier qui ont fait la navette entre Pergame et Pessinonte38.

  • 39 Dans la lettre d’Eumène II à Artémidoros sur la communauté des Cardaques (-181), le roi fait référ (...)

23Ces aspects personnels et confidentiels que l’on peut relever dans certaines lettres attalides permettent aussi d’observer que dans la correspondance attalide, les lettres de fonctionnaires ne sont pas attestées39 : seules sont attestées les lettres des rois. De plus, les lettres attalides suivent rarement le parcours bureaucratique et hiérarchique habituel qui, du roi, descend le long de la ligne hiérarchique, des fonctionnaires jusqu’aux destinataires intéressés, mais sont en général adressées directement du roi aux intéressés en assumant dans la plupart des cas la forme d’une communication épistolaire des dispositions du roi plutôt que la forme du prostagma. Si ces caractéristiques ne sont pas le fruit du caprice fortuit de la documentation épigraphique dont nous disposons jusqu’à présent, il sera opportun de se demander si les lettres attalides reflètent une idéologie royale différente et un mode d’être roi différent, qui comporteraient une tendance des Attalides à dépasser l’intermédiation des fonctionnaires et à chercher un rapport plus direct entre roi et administrés.

3. LES CHANCELLERIES HELLÉNISTIQUES : LES EPISTOLAGRAPHOI

  • 40 Voir aussi Savalli-Lestrade, 2003b, p. 20.
  • 41 Schubart, 1920.
  • 42 Lenger, 1980, p. 24.
  • 43 Schubart, 1920, p. 326 : « Das ist grammatisch unordentlich, stilistisch mindestens nachlässig, [… (...)
  • 44 I. Milet, 139 (con Nachtrag, p. 172) ; RC, 14 ; Bringmann et Von Steuben, 1995, p. 326-329, no 75.
  • 45 Schubart, 1920, p. 328.
  • 46 Voir, ci-dessus, notes 43-44.
  • 47 RC, 25 ; TAM, IV, 1, 1 ; Rigsby, 1996, p. 118-121, no 11.
  • 48 Schubart, 1920, p. 338-339 et 342. Voir, à ce propos, les doutes de Crönert, 1925, p. 452.
  • 49 Schubart, 1920, p. 345.

24Bien que le nombre de lettres royales hellénistiques soit désormais considérable, les informations à notre disposition sur les chancelleries royales sont cependant assez limitées. Le style généralement bureaucratique de la majeure partie des lettres royales40 fait penser à des chancelleries enclines en général à des élaborations épistolaires schématiques, avec des formulaires apparemment conventionnels et récurrents. L’étude de Wilhelm Schubart sur le style des lettres royales hellénistiques (1920) est tombée en désuétude, mais il faut lui reconnaître le mérite d’être une sorte d’archétype dans l’étude stylistique de la correspondance royale41. Par exemple, dans la lettre papyrologique de Ptolémée II Philadelphe à un Antiochos sur le cantonnement des soldats (moitié du iiie siècle avant J.-C.)42, Schubart reconnaissait un style grammaticalement désordonné et stylistiquement négligé, propre à la langue parlée, et en déduisait qu’il s’agissait du style d’une lettre dictée rapidement par le roi et qui reflétait donc le style personnel de Ptolémée Philadelphe43. Le style de la lettre de provenance épigraphique du même Ptolémée Philadelphe à Milet (-262/-261) était jugé différemment44 : on ne pouvait pas parler de style « sévère », mais ce style ne reflétait pas du tout celui « dicté » de la lettre papyrologique précédente45. Dans la dernière lettre d’Attale II au prêtre Attis de Pessinonte (-158/-156), Schubart reconnaît le style d’une lettre privée46 ; dans la lettre du roi bithynique Ziaelas à Cos (environ -240)47, il voyait les traits d’une chancellerie royale très superficiellement hellénisée48. En définitive, Schubart était porté à distinguer le style de la chancellerie officielle de la majeure partie des lettres royales, du style plus privé, plus personnel et immédiat d’autres lettres, style qu’il considérait dépendre principalement du fait que les lettres auraient été écrites directement sous la dictée du roi49.

  • 50 Welles, 1934, p. xlvi-xlvii.
  • 51 Randall, 2008, p. 5-6.

25Welles observait que les lettres royales étaient caractérisées par l’absence de rhétorique, sans cependant exclure une formation rhétorique des secrétaires royaux et en observant aussi les constructions rhétoriques de certaines lettres royales50. En voulant adopter pour un instant la perspective des études sur la rhétorique antique – dans lesquelles en général on soutient que l’attention de la rhétorique pour le genre épistolaire est plutôt tardif –, une raison de l’absence des formes et des règles de la rhétorique dans les lettres officielles serait à rechercher dans la nature originelle de cette forme de communication : c’est-à-dire dans le fait que les lettres n’étaient pas conçues comme moyen de conversation et de persuasion mais plutôt comme instrument qui véhiculait les ordres et les décisions de l’autorité, en assumant ensuite, à partir de l’âge hellénistique, les aspects de conversation et un ton péremptoire réduit propres aux lettres privées51.

26Cependant, les lettres royales ne contiennent pas seulement la transmission d’ordres de la part de l’autorité. Une nouvelle lettre d’Eumène II adressée à la cité de Tabai en Carie (peu après la grande révolte des Galates en -168/-166, mais avant -158, date de mort d’Eumène II), écrite pour communiquer d’abord les mérites d’un Koteies, philos d’Eumène et citoyen de Tabai, à l’occasion de la révolte des Galates, et probablement pour communiquer aussi les honneurs que le roi a prodigués au philos et pour inviter en même temps la cité à conférer à son tour des honneurs en faveur de son citoyen, commence avec une longue phrase dominée par la figure rhétorique de la praeteritio :

  • 52 Guizzi, 2006, p. 182, col. I, l. 1-20 : « [Β]ασιλεὺς Εὐμέν[η]ς Τα[βη]νῶν / τῆι πόλει καὶ τοῖς ἄρχο (...)

Le roi Eumène à la cité et aux magistrats de Tabai, salut ! Au sujet de Koteies, un des philoi et votre concitoyen, je n’estime pas nécessaire d’écrire de quel dévouement et ardeur il a donné l’épreuve en toute occasion, se disposant résolu et zélé, et comme il a toujours prononcé avec soin les discours appropriés au sujet de la patrie, – en effet, des actions similaires sont accomplies par d’autres (citoyens), d’autres villes, tous plus ou moins –, parce que ça c’est à l’égal de beaucoup de gens et entraîne l’éloge ordinaire ; mais je crois juste d’en évoquer ce qu’il a fait de différent des autres, donnant l’épreuve de tant d’amabilité et de bonne fortune.52

27Ce ne sont pas les mots en pierre d’une inscription, mais nous lisons là, ou plutôt nous écoutons même, la tournure et les nuances élégantes et recherchées de l’oratoire civil hellénistique réglé par la rhétorique.

  • 53 Virgilio, 2003, p. 47-65.
  • 54 Weichert, 1910 ; Démétrios de Phalère, F 203-206 (Wehrli, 1949, p. 88-89).
  • 55 Crönert, 1925, p. 452.

28Il est tout de même permis de se demander si, comme le roi hellénistique cherchait dans les écrits Sur la royauté (Peri basileias) des instruments éthiques et pratiques pour bien gouverner53, le roi et les chanceliers hellénistiques pouvaient avoir eu connaissance des règles rhétoriques exposées dans les traités sur le genre épistolaire, au moins dans la rédaction des lettres qui n’étaient pas de sèches communications bureaucratiques. Mais d’un côté, on n’a pas encore résolu la vieille question de savoir si des écrits tels que Types de lettres (Τύποι ἐπιστολικοί) ou Sur l’élocution (Περὶ ἑρμηνείας) attribués à Démétrios de Phalère étaient d’utilisation scolaire, d’auteur inconnu et d’âge plus tardif54, ou bien s’ils étaient effectivement destinés à ceux qui occupaient les charges de cour et/ou publiques à l’époque ptolémaïque pour les instruire dans la rédaction des lettres55 ; de l’autre, les rares epistolagraphoi/epistolographoi royaux dont nous avons connaissance proviennent de l’entourage du roi, du milieu des puissants et riches dignitaires et fonctionnaires de cour plutôt que de celui de la culture.

  • 56 Manganaro, 1974, p. 391-394 (J. et L. Robert, Bull. ép., 1976, 820 ; SEG, 26, 1123) ; Blanck, 1997 (...)
  • 57 Capdetrey, 2007a, p. 279.
  • 58 Briant, 2008, p. 42.

29Callisthène d’Olynte pourrait être une exception : il figure avec la qualification d’epistolagraphos d’Alexandre dans l’inscription hellénistique peinte sur le plâtre de la bibliothèque du gymnase de Tauroménion56. Bien que le titre d’epistolagraphos soit documenté à partir des royaumes hellénistiques successifs, et soit chargé lui aussi d’une certaine ambiguïté qui ne permet pas toujours de distinguer entre dignité de cour et charge bureaucratique effective57, et bien que l’inscription peinte de Tauroménion ne soit pas vraiment un document officiel digne de confiance sur l’utilisation « technique » des titres de cour, nous ne pouvons pas exclure que le rôle de Callisthène en tant qu’historien d’Alexandre puisse avoir comporté la supervision de la rédaction des lettres du roi (celles d’une grande importance politico-diplomatique mais certainement pas celles contenant les communications bureaucratiques ordinaires). Mais les doutes sont légitimes58.

  • 59 Bickerman, 1938, p. 197.
  • 60 Pros. Ptol., I (1950), no 1-13 ; Pros. Ptol., VIII (1975), no 1-13e.

30Dans les chancelleries hellénistiques la figure de l’epistolagraphos est peu connue, sorte de dirigeant de la chancellerie royale appartenant aux hautes hiérarchies des « amis » et des « parents » du roi. Il faut constater que le titre n’est pas attesté avant Antiochos IV (-175/-164) parmi les Séleucides et avant Ptolémée VIII Évergète II (-145/-116) parmi les Ptolémées. Cela ne veut pas dire qu’auparavant il n’y avait pas d’epistolagraphoi dans les cours des rois hellénistiques (on verra d’ici peu que, dans la chancellerie du dynaste Olympichos à Alinda, il y avait au moins deux fonctionnaires de ce type vers la fin du iiie siècle avant J.-C.), mais sans doute qu’auparavant la fonction de l’epistolagraphos n’était pas nécessairement liée à une charge formellement institutionnalisée dans la cour (comme Callisthène ?). Alors que pour la chancellerie des Séleucides, la figure de l’epistolagraphos est documentée59, l’articulation de la chancellerie des Ptolémées comprend, en plus de l’epistolographos/epistolagraphos, le rédacteur également de memoranda (hypomnematographos) et le rédacteur d’ordonnances (ὁ ἐπι τῶν προσταγμάτων)60.

  • 61 Manganaro, 2000 (M. Sève, Bull. ép., 2001, 54 ; P. Gauthier, Bull. ép., 2001, 373 ; SEG, 50, 1195) (...)
  • 62 I. Pergamon, 7 et 18 ; RC, 16 et 23.

31Non seulement les grandes cours hellénistiques, mais aussi les petits dynastes locaux disposaient d’une chancellerie. La découverte de la première lettre officielle de Philétairos adressée à Kymè Éolique (environ -280/-270) est récente. Par cette lettre, Philétairos faisait savoir à la cité qu’il lui faisait don d’un considérable lot d’armements pour la défense au lieu de les vendre comme la cité le lui avait demandé. Le modeste dynaste pergaménien, de stricte obédience séleucide après la mort de Lysimaque dont il avait gardé le trésor à Pergame, engagé dans une politique évergétique intense en Grèce et en Asie Mineure ayant comme objectif la promotion d’une figure dynastique propre, utilise dans la lettre le style de chancellerie d’un basileus : il utilise le pluriel selon le style prédominant parmi les Séleucides ; il définit son acte comme une « donation » (dorea) accordée « par notre désir de gagner les bonnes grâces du peuple » (βουλόμενοι χ[α]ρίζεσθαι τῶι δήμωι [λιγνε 18]61). Son successeur, le dynaste Eumène Ier, utilise également le pluriel dans les deux seules lettres qui nous sont parvenues62.

  • 63 Laumonier, 1934, p. 291-298, no 1 ; Crampa, 1969, p. 87-89.

32Mais si pour Philétairos et pour Eumène Ier on peut supposer la présence d’une chancellerie à Pergame avant la transformation de la dynastie en royauté, pour le dynaste Olympichos en revanche, elle est explicitement attestée. Un décret d’Alinda en Carie octroie la citoyenneté à Dionytas et à Apollas, fonctionnaires de la chancellerie (epistolagraphion) du stratège Olympichos, qui se sont toujours prodigués en faveur des citoyens. Le décret peut être daté de-202 environ, quand Olympichos, avec le titre de stratège, mais avec le comportement d’un dynaste résidant à Alinda, gouvernait la Carie contrôlée par Philippe V. Les deux personnages honorés sont qualifiés avec une expression plus pertinente à une cour hellénistique qu’au bureau d’un stratège, à moins que ce dernier ne soit justement un vrai dynaste avec sa chancellerie : « […] Dionytas et Apollas, qui vivent [diatribontes] auprès du stratège Olympichos dans l’epistolagraphion63. »

4. SOIXANTE-QUINZE ANS APRÈS LA ROYAL CORRESPONDENCE DE CHARLES BRADFORD WELLES

  • 64 Schubart, 1920, p. 346-347.

33Parmi les mérites de l’étude de Schubart sur le style de la correspondance royale (1920), il y a certainement celui d’avoir fourni la liste – la première, à ma connaissance – des 71 lettres royales qui lui étaient alors connues, papyrologiques et épigraphiques, ordonnées selon la chronologie des rois hellénistiques64.

  • 65 Schroeter, 1932, p. 1.
  • 66 Welles, 1934, p. xliii, jugeait « utile » le livre de Schröter mais « formally unsatisfactory » la (...)
  • 67 Schroeter, 1932, p. 68-69, no 18 ; p. 72, no 22 ; p. 74-75, no 25-26.

34L’étude de Schubart a inspiré la dissertation de Frederick Schröter, discutée à Leipzig le 21 juillet 1931 et publiée en 1932. Schröter se proposait de continuer l’étude stylistique des lettres et de recueillir toutes les lettres royales « quae in lapidibus servatae sunt, […] non ut historicus, sed ut philologus65 ». Dans la première partie de la dissertation, Schröter proposait une classification artificieuse des lettres royales en six groupes66 ; il analysait le style des lettres royales en reconnaissant un style commun à toutes les chancelleries hellénistiques et cherchant à cerner, dans la lignée de Schubart, le peu de lettres qui ne sont pas attribuables à la rédaction des chancelleries mais à une rédaction ou dictée émanant du roi lui-même. Dans la seconde partie, Schröter présentait, en ordre chronologique, le texte de 87 lettres : 65 intégrales et 22 fragmentaires. Il s’agit, dans la majorité des cas, de reproductions d’éditions faites par d’autres ; dans seulement quatre cas Schröter signalait son contrôle direct des inscriptions dans les musées de Berlin67.

  • 68 Tarn, 1932.
  • 69 Welles, 1934. Ibid., p. xxxviii, note 6, Welles déclare avoir connu la dissertation de Schröter qu (...)

35Dans un compte-rendu, William Woodthorpe Tarn jugea « bon et utile » le livre de Schröter68, qui toutefois fut bien rapidement oblitéré par la Royal Correspondence (1934) de Charles Bradford Welles, ouvrage à juste titre célèbre69. La solidité de la structure, la rigueur des analyses stylistiques, terminologiques et historiques, l’importance des documents, la fiabilité des éditions épigraphiques, ont fait de ce livre, durant ces 75 ans, un companion naturel et fondamental dans le domaine des études hellénistiques.

  • 70 Avec le fragment reporté par Welles, 1934, p. xxxviii, note 6, les lettres deviennent 76.
  • 71 Welles, 1934, p. vii-viii.

36Welles réunissait par ordre chronologique 75 lettres70 des rois qui ont succédé à Alexandre, lettres qu’il décomposait et numérotait individuellement dans les cas de dossiers épigraphiques en contenant plus d’une. Les lettres étaient sélectionnées sur la base de critères matériaux et géographiques : c’est-à-dire qu’étaient prises en considération « seulement celles inscrites sur pierre en Asie ou dans les îles des eaux asiatiques ». Ceci conduisait à une présence prédominante de lettres séleucides (28) et attalides (28), à la présence limitée de lettres ptolémaïques (5) et antigonides (4) (les lettres restantes étaient représentées par 2 lettres de Lysimaque, 1 des rois d’Athamanie, 1 de Ziaelas de Bithynie, 2 de Mythridate VI du Pont, 1 d’Oropherne de Cappadoce, 1 d’Artabanos III de Parthie, 2 de rois ou fonctionnaires royaux non identifiés). Un choix, expliquait Welles, basé en partie sur des questions de principe, en partie sur des questions d’opportunité : « le corpus des lettres asiatiques » était constitué principalement par « des textes administratifs », alors que la correspondance royale provenant d’autres parties du monde hellénistique (Égypte, Macédoine, Grèce) concernait plus « le domaine des affaires que celui de la diplomatie ». De plus, les textes ainsi sélectionnés occupaient déjà un gros volume. C’est pourquoi Welles renvoyait « à une occasion future » le propos de traiter les autres lettres royales, y comprises celles de transmission littéraire et papyrologique71.

  • 72 Wilhelm, 1935, p. 280-293 (= Kleine Scriften, II, 4 [2002], p. 508-521 ; Wilhelm, 1943.

37Si Welles avait pu disposer du Corpus des ordonnances des Ptolémées (1964, 1980) de Marie-Thérèse Lenger et, par exemple, des lettres de Philippe V et d’autres rois macédoniens, il aurait pu facilement constater qu’il ne s’agit pas de lettres « d’affaires » mais de lettres « administratives » et « diplomatiques ». Le recueil de Welles a stimulé les interventions critiques d’Adolf Wilhelm qui a amélioré sur plusieurs points l’édition et l’interprétation de nombreuses lettres72. De même, certaines chronologies, attributions et interprétations historiques de Welles ont été dépassées. Bref, la belle et méritoire œuvre de Welles montre les signes du temps. Philippe Gauthier l’a définie comme « un… maître-livre qui a pris de l’âge » ; et, compte tenu de l’augmentation considérable du nombre de lettres royales hellénistiques qui s’est vérifiée pendant ce temps, il a ajouté :

  • 73 Gauthier, 1999, p. 227. La liste des nouveaux documents royaux hellénistiques (ibid., p. 222-224) (...)

[…] le recueil de Welles ne donne plus qu’une image très partielle de la Royal Correspondence gravée sur la pierre. Plutôt que d’entreprendre une refonte de ce volume, il conviendrait d’envisager, à mon avis, des recueils par monarchie (en faisant éventuellement certains regroupements), incluant non seulement les inscriptions, mais aussi les lettres, reconnues authentiques, transmises par les auteurs.73

  • 74 Virgilio, 2001a, p. 431 (= Virgilio, 2001b, p. 40-41 [avec les observations de P. Gauthier, Bull. (...)

38Le souhait de Philippe Gauthier est à partager totalement. En effet, depuis longtemps je réfléchis moi aussi sur la nécessité d’une mise à jour de la Royal Correspondence de Welles. J’ai eu l’occasion de faire connaître le projet déjà en chantier d’un nouveau recueil de la correspondance royale hellénistique74. Ces dix dernières années, j’ai réuni et annoté le dossier volumineux des lettres dont j’ai connaissance – environ 440 – selon un décompte global encore provisoire, qui comprend aussi les témoignages indirects de lettres, surtout provenant des décrets des cités. En ce qui concerne la documentation épigraphique, je pense pouvoir compter sur le caractère exhaustif des données, alors que la documentation papyrologique et historiographique doit être ultérieurement vérifiée. Sur les critères de distribution de la documentation, j’ai enfin fait mon choix. Je crois qu’il est utopique de prévoir un corpus complet de la correspondance royale hellénistique qui, pour des motifs évidents de compétence, devrait de toute façon tirer profit de la collaboration internationale pour l’Égypte et pour la Macédoine. Plus faisable est, en revanche, un recueil de la correspondance royale hellénistique documentée en Asie, sélectionnée selon des critères historiques et géographiques correspondant en pratique aux critères adoptés par Welles et à ceux suggérés par Gauthier. En abandonnant l’ordre chronologique absolu des lettres suivi par Welles, la documentation devrait être répartie par royaumes hellénistiques (bien entendu ordonnée en son intérieur par ordre chronologique) subdivisés en 9 sections : 1) Alexandre, Philippe Arrhidée ; 2) Lysimaque ; 3) Séleucides ; 4) Attalides ; 5) Ptolémées ; 6) Antigonides ; 7) Athamanie, Bithynie, Pontus, Cappadoce ; 8) Parthie, Arménie ; 9) lettres d’attribution incertaine.

39Si l’ordre chronologique interne permet d’évaluer le flux et les directions de la correspondance royale à partir de la perspective de chaque royaume hellénistique, il serait opportun de trouver des critères ultérieurs géo-topographiques qui permettent de relever et évaluer aussi bien l’impact et la diffusion des pouvoirs ou des influences alternes des royaumes hellénistiques sur chaque cité et sur les diverses régions de l’Asie, que l’attraction que certaines cités en particulier ont exercée sur des rois hellénistiques. Pour le moment, je crois que cette double perspective du centre et des périphéries peut être satisfaite au moyen de la répartition prévue des documents par royaumes hellénistiques, et ensuite par l’intermédiaire de la décomposition de ces documents à partir de cet ordre et de leur recomposition dans un index raisonné subdivisé par régions et par cités. Il est probable que l’on puisse identifier des critères plus satisfaisants en cours de réalisation du recueil.

40Si ces critères sont à adopter, le nombre des lettres correspondantes (prises en considération singulièrement même dans les dossiers cumulatifs) s’élève à environ 193 -197, auxquelles il faudrait ajouter environ 15 à 20 lettres de tradition historiographique dont on peut vérifier la crédibilité ou l’authenticité et quelques références indirectes à des lettres royales dans des décrets des cités, arbitrages, etc.

  • 75 Virgilio, 2007a, p. 210-223.

41Le dossier de la correspondance royale hellénistique que j’ai réuni m’a permis d’atteindre pour le moment des résultats qui modifient certaines convictions bien enracinées75.

  • 76 RC, 5.
  • 77 RC, 70.
  • 78 RC, 29 et 68. Mais sur l’utilisation du pluriel et du singulier dans la correspondance attalide, il (...)
  • 79 Heberdey et Wilhelm, 1896, p. 42-43, no 101.
  • 80 Voir, ci-dessus, note 75.
  • 81 RC, 30, p. 137 : « No Seleucid king after Seleucus I […] speaks of himself in the singular […] unti (...)
  • 82 Laqueur, 1904, p. 90-104, en particulier 99 et 103.
  • 83 Ibid., p. 100-101.
  • 84 Herrmann, 1965, p. 29-159 ; SEG, 41, 1003-1005 ; Ma, 1999, p. 308-321, no 17-19 (= Ma, 2004b, p. 3 (...)
  • 85 SEG, 41, 1004, l. 6-7, 12-13 et 16-17 (singulier) ; l. 20-21, 24-25 et 28-29 (pluriel) ; SEG, 41, 1 (...)
  • 86 Jos., AJ, 12, 147-153.
  • 87 Jos., AJ, 12, 138-144. L’utilisation du singulier est prédominante dans certaines lettres séleucid (...)

42La Royal Correspondence de Welles est parcourue et dominée par la certitude que la lettre de Séleucos Ier à Milet sur les offrandes au temple de Didyme (-288/-287) est l’unique lettre séleucide dans laquelle on retrouve l’utilisation mixte du singulier et du pluriel et que le reste de la correspondance séleucide présente l’utilisation constante du pluriel76. Le singulier utilisé plus tard par un roi Antiochos dans la lettre reproduite dans le dossier sur les privilèges du temple de Zeus à Baitokaike serait à attribuer à l’influence ptolémaïque77. Sur la base de cette conviction, l’utilisation du singulier conduit Welles à attribuer quelques lettres aux Attalides78 ; de même l’utilisation du singulier dans la lettre de Soloi en Cilicie est un des motifs adoptés par Welles pour exclure une matrice séleucide originairement proposée par le découvreur et premier éditeur Adolf Wilhelm79 et pour y reconnaître (avec d’autres raisons qui se sont elles aussi révélées infondées80) une matrice ptolémaïque81. Cette certitude de Welles dérive d’une étude de Richard Laqueur sur l’utilisation du singulier et du pluriel dans les lettres des rois Séleucides, dont la conclusion avait été péremptoire – « Reges Syriae, ipsi de se commemorantes, semper numero plurali utuntur82 » – et, telle qu’elle apparaissait, symétriquement opposée à la conviction exprimée par Laqueur luimême autour de l’utilisation prédominante du singulier de la part des Attalides83. La « règle » du pluriel séleucide introduite par Laqueur et adoptée par Welles a été presque universellement suivie. Étant entendu que l’utilisation du pluriel de majesté est prédominante dans la chancellerie séleucide, la documentation épistolaire découverte après la Royal Correspondence de Welles présente indiscutablement des cas d’utilisation du singulier ou d’utilisation combinée du singulier et du pluriel. Dans le grand dossier de Téos (-203/-190)84, Antiochos III utilise indifféremment le singulier et le pluriel85. La même utilisation mixte du pluriel et du singulier se retrouve dans certaines lettres d’Antiochos III de tradition littéraire ; dans la lettre d’Antiochos à Zeuxis sur l’établissement de 2 000 familles de colons militaires juifs en Phrygie et en Lydie (-212/-204) est utilisé principalement le singulier86 ; dans la lettre d’Antiochos III au stratège Ptolémée (-200), la « charte séleucide de Jérusalem », le roi utilise le pluriel et le singulier87.

  • 88 Gauthier, 1989, p. 47-79, no 2, l. 14 et 16-18.
  • 89 Pugliese Carratelli, 1968, p. 445-453, no 2 ; 1969-1970, p. 400-402 (avec J. et L. Robert, Bull. é (...)

43La reine Laodice, femme d’Antiochos III, utilise indifféremment le singulier et le pluriel. Dans une lettre à Sardes (juin -213), la reine utilise le pluriel88 ; dans une lettre à Iasos contenant des mesures en faveur des citoyens nécessiteux et de la cité touchée par de récentes calamités naturelles (-196 environ) Laodice utilise le singulier89.

44Les grands dignitaires et fonctionnaires séleucides utilisent eux aussi habituellement le pluriel, à l’exception des stratèges Olympichos en Carie, Philomélos en Phrygie, Ptolémée fils de Thraseas en Syrie-Phénicie.

  • 90 I. Labraunda, 3, l. 2 et 10 ; I. Labraunda, 8, l. 19-20. L’attribution de RC, 29 à Olympichos (Vir (...)
  • 91 I. Labraunda, 4 (avec I. Mylasa, 23) ; I. Labraunda, 6 ; I. Labraunda, 45.
  • 92 Copie d’Akşehir : Malay, 2004, p. 408, l. 17 (Philomélos), l. 21 (Zeuxis). Copie de Pamukçu : Mala (...)
  • 93 Landau, 1966 (J. et L. Robert, Bull. ép., 1970, 627 ; 1971, 73) ; Virgilio, 2003, p. 286-291, no 2 (...)

45Olympichos dans les lettres à la cité de Mylasa (-240) écrites alors qu’il était stratège de Séleucos II en Carie, bien qu’utilisant principalement le pluriel, introduit l’utilisation du singulier90 (le singulier sera ensuite la norme dans les lettres écrites par Olympichos en tant que dynaste en -220, à l’époque du contrôle macédonien sur la Carie91). Dans la nouvelle copie provenant d’Akşehir/Philomélion en Phrygie Paroreios du dossier épistolaire relatif à la nomination de Nikanor par Antiochos III à la charge d’archiereus et préposé à l’administration de tous les temples à l’ouest du Taurus (-209), Philomélos (le premier fonctionnaire à recevoir et à transmettre les documents royaux, par conséquent le grade le plus élevé dans la hiérarchie périphérique et donc stratège de la Phrygie), en transmettant au subalterne Ainéas la lettre que lui a envoyée Zeuxis avec le prostagma du roi, utilise le singulier là où Philôtas, son homologue de Mysie (dans la copie de Pamukçu) et Zeuxis (dans les deux exemplaires de Pamukçu et d’Akşehir) utilisent le pluriel92. Dans le dossier de Hefzibah, contenant six lettres d’Antiochos III et deux memoranda de Ptolémée (stratège et archiereus de la Syrie et Phénicie) sur les interventions pour la sauvegarde des domaines de Ptolémée (-199/-195), le stratège utilise constamment le singulier93. Dans ce cas, l’utilisation du singulier pourrait dépendre du fait que le stratège adresse au roi des demandes d’intérêt personnel (ἀξιῶ) ; mais une telle utilisation pourrait également s’expliquer comme persistance d’une habitude de chancellerie acquise par le stratège séleucide lors de son service précédent en tant que stratège ptolémaïque.

  • 94 La documentation du singulier séleucide que j’ai analysée ailleurs concerne des expressions verbal (...)

46Les données exposées sommairement démontrent que la « règle » de Laqueur et de Welles autour d’une utilisation du rigide pluriel et à laquelle on ne peut renoncer, de la part de la chancellerie séleucide, par rapport à laquelle l’utilisation du singulier serait une exception isolée, est dépassée. L’utilisation du singulier, bien que minoritaire, est aussi libre que l’utilisation du pluriel ; l’utilisation de l’un ou de l’autre, ou des deux simultanément, peut répondre à des raisons d’opportunité diplomatique et politique plutôt qu’à des règles formelles de la chancellerie. Nous pouvons dire que l’utilisation du pluriel assume généralement une valeur institutionnelle représentative car le basileus parle au nom de tous ceux qu’il représente : la dynastie, lui-même et la famille, le royaume et l’État, la cour, l’armée et les philoi, etc. L’utilisation du singulier peut être l’expression de la familiarité et de la proximité, d’une approche plus directe ; en particulier, le singulier semble avoir la fonction de mettre en évidence l’élaboration personnelle de sa propre opinion sur la question qui lui a été soumise, d’accentuer l’expression et l’acte de la volonté personnelle et directe du roi94.

Notes

1 Le Goff, 1999, p. 985-986 (= Le Goff, 2004, p. 944-945).

2 Ibid., p. 988-990 (= Le Goff, 2004, p. 947-948).

3 Ibid., p. 993-997 (= Le Goff, 2004, p. 952-956).

4 Ibid., p. 1002 (= Le Goff, 2004, p. 961).

5 Voir Savalli-Lestrade, 2007.

6 Plut., Demetr., 9, 5-7 ; 19, 5-10 ; 23-24 ; 40, 3-4 ; 41, 6-8 ; 44, 9 ; 52, 4 (le passage sur le luxe) ; Pyrrhos, 7, 3 (la pleonexia).

7 Plut., Demetr., 42 ; Savalli-Lestrade, 2007, p. 93.

8 Stob., 3, 13, 48 ; Dion, 69, 6, 3 ; Millar, 1977 (1992), p. 3-4.

9 Millar, 1967, p. 9 (= Millar, 2004, p. 3).

10 Welles, 1934, p. xxxvii.

11 Plut., Si un vieux doit s’occuper de politique, 790a-b ; Bickerman, 1938, p. 34 ; Millar, 1992, p. 213, pense que ce que dit Séleucos est également applicable aux empereurs romains.

12 Diod., 1, 70, 1-4 (= Hécatée d’Abdère, FGrHist, 264 F 25).

13 Virgilio, 2003, p. 49-50.

14 Lettre d’Aristée, 26 ; Savalli-Lestrade, 2003b, p. 19.

15 Caton, F 20 (Malcovati, ORF (19663), p. 19) ; Bickerman, 1938, p. 196 ; Ma, 1999, p. 218 (= Ma, 2004b, p. 165-166).

16 Plut., Apophthegmata de rois et de stratèges, 183f.

17 Dans le dossier épigraphique que Ma, 1999, p. 284-372 (= Ma, 2004b, p. 315-427 [avec mises à jour]) a réuni autour d’Antiochos III, les lettres figurent en nombre considérable. Parmi les lettres d’Antiochos III, l’acquisition la plus récente est constituée par une deuxième copie, découverte en 2001 à Akşehir/Philomélion en Phrygie Paroreios, de la lettre d’Antiochos à Zeuxis sur la nomination de Nikanor, philos et chambellan du roi, comme grand prêtre chargé de tous les sanctuaires au-delà du Taurus (-209) : Malay, 2004, p. 407-413 ; P. Gauthier, Bull. ép., 2006, 411. La nouvelle copie s’ajoute à celle qui provient de Pamukçu en Mysie et publiée en 1987 : Malay, 1987, p. 7-17 (P. Gauthier, Bull. ép., 1989, 276 ; SEG, 37, 1010) ; Ma, 1999, p. 288-292, no 4 (= Ma, 2004b, p. 326-330, no 4) ; Virgilio, 2003, p. 236-239, no 9.

18 Troiani, 1979 ; Virgilio, 2007b, p. 60-70.

19 Pol., 5, 38, 1-5 (Sôsibios-Cléomène III) ; 42, 7-8 (Hermias-Achaios) ; 43, 5 (Molôn-Antiochos III) ; 50, 10-14 (Hermias-Molôn). Voir, en général, Zecchini, 2003.

20 I. Labraunda, 5 ; Virgilio, 2003, p. 178-180 et 276-279, no 23.

21 I. Labraunda, 1-3 ; Virgilio, 2003, p. 172-176 et 272-275, no 20-21.

22 Bertrand, 1990.

23 Robert, 1983, p. 132-137, no 9, l. 2 et 8 ; p. 135, p. 137 ; Ma, 1999, p. 216 (= Ma, 2004b, p. 163).

24 Par exemple : RC, 63, l. 8 ; 66, l. 11 ; Virgilio, 2003, p. 236-239, no 9, l. 23-24 ; Malay, 2004, p. 408, l. 28 ; etc.

25 Pol., 15, 24, 4-5 (despotisme des rois) ; 2, 47, 5 (opportunisme) ; 5, 88-90 (mikrodosia, mikrolepsia) ; Virgilio, 2007b, p. 60-61.

26 Millar, 1966, p. 166 (= Millar, 2001, p. 290).

27 Voir, ci-dessus, note 24.

28 J’ai relevé ailleurs des cas de négligences de fonctionnaires séleucides tirés des lettres d’Ikaros/Failaka et de Soloi : Virgilio, 2007a, p. 215-217.

29 Millar, 2000, p. 363-388 (= Millar, 2004, p. 23-46).

30 Sur le circuit complexe de la communication royale voir, par exemple : Bertrand, 2006 ; Capdetrey, 2006.

31 Virgilio, 2003, p. 123-124. Copie d’Ériza : Ma, 1999, p. 354-356, no 37 (= Ma, 2004b, p. 405-408, no 37). Copie de Nahavand : Robert, 1949, p. 5-29 ; Virgilio, 2003, p. 239-241, no 10. Copie de Kermanshah : Robert, 1967, p. 281-296 (= OMS, V, p. 469-484) ; sur les dates des documents : Robert, 1967, p. 288-289 (= OMS, V, p. 476-477).

32 RC, 54 ; Swoboda, Keil et Knoll, 1935, p. 33-35, no 74-75 ; Virgilio, 2003, p. 167.

33 Virgilio, 2003, p. 162-164 et 295-298, no 30, l. 17-24 : « Ἐγὼ δὲ ἐθεώρουμ μὲν οὐκ εἰς μικρὰ / διαφέρον ἐμοὶ τὸ συνχωρῆσαι τὰ ἀξιούμενα, πρὸ[ς] με[ί]/ζονα δὲ καὶ κολλὰ πράγματα ἀνῆκον• καὶ γὰρ νῦν ὑμ[ῖν] /20 γένοιτ'ἂν βεβαία παῥ ἐμοῦ δο[θ]εῖσα, ἐκτημένου κυρ[ί]/ως διὰ τὸ παρὰ τῶν κρατησάντων καὶ πολέμωι καὶ σ[υν]/θήκαις εἰληφέναι Ῥωμαίων, ἀλλ' οὐκ ἡ γραφεῖσα ὑπο / τῶν μὴ κυριεύοντων• κενὴ γὰρ ἡ χάρις αὕτη καὶ δόλ[ι]/α κρίνοιτ' ἂν ὑπὸ πάντωγ ἀληθῶς». Savalli-Lestrade, 2003b, p. 20-21.

34 RC, 52, l. 47-48 : « γίνοιτο δὲ τῆι βουλήσει μου καὶ τὰ πράγματα / συνεξακολουθεῖν».

35 Holleaux, 1924, p. 310-311 (= Holleaux, 1938, p. 158, note 2) ; Savalli-Lestrade, 2003b, p. 20.

36 RC, 61, l. 17-18 ; Virgilio, 1981, p. 31-34, no 7 ; Virgilio, 2003, p. 307-308, no 33, VII ; I. Pessinous, 7.

37 Schubart, 1920, p. 339-340 ; Savalli-Lestrade, 2003b, p. 24, définit la lettre d’Attale comme une « communication privée ».

38 Virgilio, 1981, p. 126-128 ; 2003, p. 189-191.

39 Dans la lettre d’Eumène II à Artémidoros sur la communauté des Cardaques (-181), le roi fait référence aux annotations sur les mauvaises conditions économiques des Cardaques qu’Artémidoros avait apposées sur la pétition présentée par les Cardaques eux-mêmes : Segre, 1938, p. 181-208 ; Maier, 1959, vol. I, p. 248-250, no 76 ; Virgilio, 2003, p. 300-302, no 32, l. 1-7.

40 Voir aussi Savalli-Lestrade, 2003b, p. 20.

41 Schubart, 1920.

42 Lenger, 1980, p. 24.

43 Schubart, 1920, p. 326 : « Das ist grammatisch unordentlich, stilistisch mindestens nachlässig, […], in lebhafter Rede gewöhnlich » ; p. 327 : « der Konig selbsthat es rasch aufgesetz oder, […], hat es diktiert, denn es ist Diktatstil. Es ist der stil des Ptolemaios Philadelphos selbst ».

44 I. Milet, 139 (con Nachtrag, p. 172) ; RC, 14 ; Bringmann et Von Steuben, 1995, p. 326-329, no 75.

45 Schubart, 1920, p. 328.

46 Voir, ci-dessus, notes 43-44.

47 RC, 25 ; TAM, IV, 1, 1 ; Rigsby, 1996, p. 118-121, no 11.

48 Schubart, 1920, p. 338-339 et 342. Voir, à ce propos, les doutes de Crönert, 1925, p. 452.

49 Schubart, 1920, p. 345.

50 Welles, 1934, p. xlvi-xlvii.

51 Randall, 2008, p. 5-6.

52 Guizzi, 2006, p. 182, col. I, l. 1-20 : « [Β]ασιλεὺς Εὐμέν[η]ς Τα[βη]νῶν / τῆι πόλει καὶ τοῖς ἄρχουσι χαίρειν. / Περί Κοτείους τῶν φίλων πολίτου / δὲ ὑμετέρου γραφεῖμ μὲν οῗαν ἀπο/5 δέδεικται εὔνοιάν τε καὶ προθυμίαν / ἐμ πάσαις ταῖς χρείαις, ἄοκνον καὶ / ἐκτενῆ παρασκευάζων ἑαυτὸν, καὶ / ὡς περὶ τῆς πατρίδος ἀεὶ τοὺς ἁρ/μόσζοντας λόγους μετά σπου/10 δῆς ποιεῖται οὐκ ἀναγκαῖον ἡγού/μην, καὶ γὰρ ὑφ' ἑτέρων ἐξ ἄλλων / πόλεων τὰ παραπλήσια πρασσό/μενα,τινῶμ μὲν μᾶλλον, τίνῶν / δὲ ἧσσον, διὰ τὸ περὶ πολλοὺς εἶναι /15 σύμμετρον καὶ κοινὸν ἐχειν τὸν / ἔπαινον, τὸ δὲ τῶν ἄλλων διαφέ/ρον· ὃ πεποίηκεν οἷο[ν] εὐ[μ]ε[ν]εί[α]ς / τε καὶ εὐτυχίας ἀποδεδειγμένος / τούτου μνημονεῦσαι δί[κ]αιον ἐνό/20 μιζον ». Ibid., p. 194 et p. 196 à propos de la praeteritio et de la rhétorique dans la lettre. (Je reprends le texte de F. Guizzi. Je traduis.)

53 Virgilio, 2003, p. 47-65.

54 Weichert, 1910 ; Démétrios de Phalère, F 203-206 (Wehrli, 1949, p. 88-89).

55 Crönert, 1925, p. 452.

56 Manganaro, 1974, p. 391-394 (J. et L. Robert, Bull. ép., 1976, 820 ; SEG, 26, 1123) ; Blanck, 1997 (L. Dubois, Bull. ép., 1999, 648 ; SEG, 47, 1464) ; Battistoni, 2006, p. 170-172 (L. Dubois, Bull. ép., 2007, 578).

57 Capdetrey, 2007a, p. 279.

58 Briant, 2008, p. 42.

59 Bickerman, 1938, p. 197.

60 Pros. Ptol., I (1950), no 1-13 ; Pros. Ptol., VIII (1975), no 1-13e.

61 Manganaro, 2000 (M. Sève, Bull. ép., 2001, 54 ; P. Gauthier, Bull. ép., 2001, 373 ; SEG, 50, 1195) ; Gauthier, 2003 ; Fröhlich, 2004 (P. Gauthier, Bull. ép., 2005, 134).

62 I. Pergamon, 7 et 18 ; RC, 16 et 23.

63 Laumonier, 1934, p. 291-298, no 1 ; Crampa, 1969, p. 87-89.

64 Schubart, 1920, p. 346-347.

65 Schroeter, 1932, p. 1.

66 Welles, 1934, p. xliii, jugeait « utile » le livre de Schröter mais « formally unsatisfactory » la classification des lettres royales. Welles, ibid., subdivisait les lettres en deux groupes : « those which consist of a statement alone, and those which add to the statement an order ».

67 Schroeter, 1932, p. 68-69, no 18 ; p. 72, no 22 ; p. 74-75, no 25-26.

68 Tarn, 1932.

69 Welles, 1934. Ibid., p. xxxviii, note 6, Welles déclare avoir connu la dissertation de Schröter quand le manuscrit de sa RC était déjà prêt.

70 Avec le fragment reporté par Welles, 1934, p. xxxviii, note 6, les lettres deviennent 76.

71 Welles, 1934, p. vii-viii.

72 Wilhelm, 1935, p. 280-293 (= Kleine Scriften, II, 4 [2002], p. 508-521 ; Wilhelm, 1943.

73 Gauthier, 1999, p. 227. La liste des nouveaux documents royaux hellénistiques (ibid., p. 222-224) a augmenté ultérieurement.

74 Virgilio, 2001a, p. 431 (= Virgilio, 2001b, p. 40-41 [avec les observations de P. Gauthier, Bull. ép., 2002, 6]) ; Virgilio, 2007a, p. 211, note 165.

75 Virgilio, 2007a, p. 210-223.

76 RC, 5.

77 RC, 70.

78 RC, 29 et 68. Mais sur l’utilisation du pluriel et du singulier dans la correspondance attalide, il suffira ici de renvoyer, par exemple, à : Jonnes et Ricl, 1997, p. 17 ; Herrmann et Malay, 2007, p. 57, note 72.

79 Heberdey et Wilhelm, 1896, p. 42-43, no 101.

80 Voir, ci-dessus, note 75.

81 RC, 30, p. 137 : « No Seleucid king after Seleucus I […] speaks of himself in the singular […] until the last days of the dinasty, when it was strongly under Egyptian influence. Similarly, as the use of the plural is often due to a desire to speak as the representative of office rathen than as an individual, the Seleucid governors follow in this the king’s practice. In Egypt, however, at least down to the time of Ptolemy IV […], the kings used the singular freely. » Maurice Holleaux a été le premier à exposer pour la lettre de Soloi une hypothèse ptolémaïque dans une prudente alternative à l’hypothèse séleucide : Holleaux, 1922, p. 210, note 1 (= Holleaux, 1942, p. 13, note 4 ; Virgilio, 2007a, p. 196.

82 Laqueur, 1904, p. 90-104, en particulier 99 et 103.

83 Ibid., p. 100-101.

84 Herrmann, 1965, p. 29-159 ; SEG, 41, 1003-1005 ; Ma, 1999, p. 308-321, no 17-19 (= Ma, 2004b, p. 351-365, no 17-19).

85 SEG, 41, 1004, l. 6-7, 12-13 et 16-17 (singulier) ; l. 20-21, 24-25 et 28-29 (pluriel) ; SEG, 41, 1005, l. 9 (singulier de la reine Laodiké).

86 Jos., AJ, 12, 147-153.

87 Jos., AJ, 12, 138-144. L’utilisation du singulier est prédominante dans certaines lettres séleucides mentionnées par I. Macc., 10, 25-45 ; 11, 57 ; 15, 1-9 ; II Macc., 9, 18-27 ; 11, 16-21 ; etc.

88 Gauthier, 1989, p. 47-79, no 2, l. 14 et 16-18.

89 Pugliese Carratelli, 1968, p. 445-453, no 2 ; 1969-1970, p. 400-402 (avec J. et L. Robert, Bull. ép., 1971, 621 ; 1972, 423 ; 1973, 432 et 437 ; 1974, 544) ; I. Iasos, 4 (avec P. Gauthier et G. Rougemont, Bull. ép., 1987, 18) ; Ma, 1999, p. 329-335, no 26 (= Ma, 2004b, p. 375-382, no 26, l. 5, 12, 16 et 29-31 [un seul pluriel : l. 27]) ; Nafissi, 2001.

90 I. Labraunda, 3, l. 2 et 10 ; I. Labraunda, 8, l. 19-20. L’attribution de RC, 29 à Olympichos (Virgilio, 2007a, p. 214, n. 176) augmente le nombre des cas d’utilisation du singulier.

91 I. Labraunda, 4 (avec I. Mylasa, 23) ; I. Labraunda, 6 ; I. Labraunda, 45.

92 Copie d’Akşehir : Malay, 2004, p. 408, l. 17 (Philomélos), l. 21 (Zeuxis). Copie de Pamukçu : Malay, 1987 ; Ma, 1999, p. 288-292, no 4 (= Ma, 2004b, p. 326-330, no 4) ; Virgilio, 2003, p. 236-239, no 9, l. 2 et 8-10.

93 Landau, 1966 (J. et L. Robert, Bull. ép., 1970, 627 ; 1971, 73) ; Virgilio, 2003, p. 286-291, no 27, IIIb, l. 12-13 ; IVb, l. 22-23.

94 La documentation du singulier séleucide que j’ai analysée ailleurs concerne des expressions verbales comme βούλευσαι, συνεβούλευσα, θέλων, ἐπινοῶ, κατανοῶ, πυνθανόμενος, πέπεισμαι, οἶδα, οἶμαι, ὑπογέγραφα, γεγράφεικα, ἐπέσταλκα,δίδωμι, πειράσομαι, προαιρουμένη, ἀξιόω : Virgilio, 2007a, p. 212-215.

Auteur

Professeur d’Histoire grecque à l’université de Pise (Italie). Épigraphiste et historien du monde hellénistique, il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Gli Attalidi di Pergamo, Fama, Eredità, Memoria (Pise 1993) et Lancia, diadema e porpora, il re e la regalità ellenistica (Pise 2003). Il est l’éditeur de la collection « Studi Ellenistici ».

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search