Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les vecteurs du pouvoir

Introduction

Isabelle Cogitore

Texte intégral

1Maintenant qu’est posé le cadre spatio-temporel dans lequel s’inscrit notre réflexion, il est possible de se représenter ce monde hellénistique et romain comme une forme géométrique en trois dimensions (l’espace, le temps et le pouvoir), parcourue par des vecteurs qui en tracent les lignes de force. C’est la question de la communication au sein de ces mondes qui est abordée dans la deuxième partie de cet ouvrage, toujours selon les deux volets, hellénistique et romain, formant l’ossature de nos travaux. La correspondance des rois hellénistiques et celle des empereurs, ici centrée sur le cas d’Auguste, est un de ces vecteurs les plus performants, dans la mesure où elle pose la question des rapports entre centre et périphérie, entre périphérie et centre, ainsi que la question de la représentation du pouvoir. Encore une fois, les approches choisies dans cet ouvrage soulignent la prééminence du fonctionnement sur la théorisation, l’accent étant mis sur le dynamisme que l’activité épistolaire des dirigeants apporte aux relations avec les sujets, les administrés, les alliés. Mais la fonction de la correspondance des dirigeants dépasse le seul but de communication et de contrôle, ou la transmission d’ordres ou d’avis ; en elle-même, la correspondance est un outil d’autoreprésentation du pouvoir, par lequel les rois et l’empereur se donnent à voir à leur monde ; les lettres sont l’occasion d’afficher des vertus et, par le moyen de la rhétorique, de ciseler une image du pouvoir qui, à son tour, contribue à la cohésion du monde social au sens large. Ainsi, dans les correspondances des dirigeants, hellénistiques ou romains, se tissent des références aux ancêtres, à la lignée, qui se combinent avec une définition du dirigeant lui-même, par le biais du lexique choisi et employé et la mise en valeur des vertus sur lesquelles se fonde l’image du pouvoir. L’étude du style des lettres, ouvrant sur la connaissance des chancelleries, selon l’état des sources et de nos connaissances, est une autre approche de ces liens concrets, réels, entre le pouvoir et les sujets.

2Mais les liens empruntent aussi d’autres chemins, visuels ceux-là, raison pour laquelle notre ouvrage se consacre ensuite aux images proprement dites. L’image du roi hellénistique, véhiculée sur les sceaux, les monnaies et les statues, est un puissant vecteur des stratégies de pouvoir. Tout comme dans les correspondances, la question de la référence à une lignée ou à des modèles se pose, et l’analyse de la période flavienne met en évidence un cas particulier, fort éclairant, puisque cette dynastie ne pouvait se prévaloir de glorieux ancêtres. Monnaies et statues, d’époque hellénistique ou d’époque romaine, soulèvent la question du rapport entre individualité et exemplarité, mais aussi, puisque ces documents rendent visibles les stratégies de pouvoir, celle de l’inscription dans les rapports entre centre et périphérie, entre roi et cité, entre Rome et provinces. Le cadre spatial et temporel défini dans la première partie de notre livre reste donc valable dans cette deuxième partie, qui trace les lignes – écrites ou imagées – qui structurent les royaumes et l’Empire.

Auteur

Professeur de langue et littérature latines à l’université Stendhal - Grenoble III. Ancienne élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’École Française de Rome, travaillant sur les points de contact entre la littérature et la politique aux débuts de l’Empire romain, elle a publié en 2002 La légitimité à l’épreuve des conspirations à l’époque julio-claudienne, BEFAR 313, Rome et prépare la publication d’une monographie sur la Libertas.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search