Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les coordonnées spatiales et temporelles

Chapitre II. L’Empire et le royaume : des territoires inconciliables ?

Arnaud Suspène

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Millar, 1996.

1Un point commun entre le royaume séleucide, dont Laurent Capdetrey a fait le thème de sa contribution, et l’Empire romain est la variété des territoires concernés et leur inévitable hétérogénéité. Cette caractéristique pose un problème d’identité et présente de nombreuses difficultés pratiques : comment penser de façon globale un ensemble composite ? Comment articuler les différentes parties qui le constituent ? Où placer les limites qui le bornent ? Pour permettre une comparaison des données spatiales de l’Empire et du royaume, il nous a paru judicieux de faire porter la réflexion sur les zones qui posent le plus de difficultés d’intégration : marges géographiques d’une part, marges politiques d’autre part, puisque la localisation ou le statut de certaines de ces zones rendent leur insertion dans la forme générale de l’Empire ou du royaume complexe, voire paradoxale. Pour le cas précis de l’Empire romain, deux catégories de territoires peuvent servir de sujets d’étude privilégiés : les cités libres et les royaumes qui se sont maintenus malgré l’expansion romaine. En effet, les unes comme les autres sont à l’extérieur des provinces, lesquelles constituent l’extension juridique de Rome hors d’Italie. Cités libres et royaumes échappent donc à l’autorité directe d’un magistrat ou d’un pro-magistrat, et il faut chercher ailleurs le principe de leur rattachement éventuel à l’Empire. Ce sont les royaumes qui ont été retenus de préférence : d’abord parce qu’au ier siècle avant J.-C. ils représentent encore une surface considérable et une population très nombreuse1 ; ensuite parce qu’ils constituent a priori la forme institutionnelle la plus radicalement incompatible avec la République comme avec le principat, les grandes monarchies hellénistiques ayant été pour l’une et l’autre la figure privilégiée de l’ennemi et le principal pourvoyeur des terres provincialisées ; enfin parce que les royaumes sont particulièrement nombreux et importants en Orient et que si l’on cherche à établir quelles furent les ruptures et les continuités entre l’époque hellénistique – l’âge des rois – et le principat – le temps du Prince –, il paraît pertinent d’étudier quel mode de coexistence s’est instauré entre Rome et les royaumes qu’elle côtoyait à la fin de la République et au début de l’Empire.

1. L’ÉTRANGE COHABITATION DE L’EMPIRE ET DES ROYAUMES

  • 2 Sur Actium, comme acte de décès de la monarchie hellénistique et début d’une nouvelle ère monarchiq (...)
  • 3 Sans compter les micro-principautés, dont la nature exacte nous échappe, ou bien les principautés s (...)
  • 4 On observe même des similitudes dans la façon de considérer les royaumes périphériques entre la pér (...)
  • 5 RGDA, 27, 1. L’exemplum est d’autant plus fort que les RGDA avaient pour fonction de fournir des mo (...)

2La question de l’intégration des royaumes dans le monde romain se pose tant que dure l’Empire. En effet, l’ascension de Rome s’est accompagnée de la destruction progressive des grandes monarchies hellénistiques mais n’a pas fait disparaître la forme monarchique des rivages de la Méditerranée2, ni même, du moins jusqu’à la période julio-claudienne inclusivement, n’a conduit à une diminution significative du nombre des royaumes, notamment en Orient3. Malgré la tendance générale à la multiplication du nombre des provinces, jusqu’à la fin de l’Empire romain subsistent des royaumes et les royaumes survivront à la chute de Rome4. Pour surprenante que la chose puisse paraître, le maintien d’un royaume pouvait même être justifié par le Prince au nom du mos maiorum5. L’hégémonie romaine n’a pas non plus entraîné un affaiblissement intrinsèque du prestige royal, l’autoreprésentation de la monarchie étant marquée par une très forte continuité comme en témoignent les épithètes traditionnelles portées par les rois d’époque impériale. Pendant toute la durée de l’Empire, le royaume reste donc pour les Romains une figure radicale de l’altérité, un au-delà des frontières qu’il est impossible d’assimiler.

  • 6 Sur les diverses tentatives de périodisation de cette reconnaissance (formalisée en Herr., 4, 13) : (...)
  • 7 Vell., 2, 37 et 40.
  • 8 Ferrary, 2003b.
  • 9 Cicéron intervient même sur les structures internes de son royaume en recomposant son conseil (Fam. (...)
  • 10 Fam., XV 1, 6.
  • 11 Voir Millar, 1996. Josèphe mentionne régulièrement les rapports des rois de Judée avec les gouverne (...)

3Cette permanence ne doit pas masquer la transformation profonde des rapports de force au bénéfice de Rome dès la fin de la République. Progressivement, toutes les monarchies en vinrent à reconnaître la suprématie romaine6. Velleius Paterculus, un auteur qui écrit lorsque le processus de subordination est globalement achevé et que la dernière des grandes monarchies hellénistiques a disparu, insiste de manière convaincante sur l’importance de la période pompéienne7 : politiquement, les vicissitudes du royaume de Cappadoce, dont le souverain, Ariobarzane Ier, est plusieurs fois déposé par l’ennemi et réinstallé par les légions lors des guerres mithridatiques, montrent clairement que les rois sont désormais dans l’ombre des imperatores ; structurellement, l’installation de nouvelles provinces en Orient, dotant les Romains de moyens d’intervention rapides, lève les ambiguïtés qui marquaient le iie siècle avant J.-C., lorsque l’autorité romaine n’avait de portée réelle que dans la mesure où le Sénat était prêt à monter une expédition lointaine et dangereuse pour faire appliquer ses décisions, au risque d’attiser les rivalités entre aristocrates et de créer des troubles à Rome même8. À partir des années-60, il pouvait entrer officiellement dans les attributions des magistrats romains en Orient de veiller au destin des royaumes limitrophes : proconsul de Cilicie, Cicéron avait reçu du Sénat la mission explicite de consolider le pouvoir d’Ariobarzane III9, et on le voit épier sans cesse les faits et gestes des rois qui l’entourent10. Plus tard, le légat de Syrie devint une sorte de surveillant des rois orientaux11.

  • 12 Voir, notamment : Plut., Syll., 33, 1 ; Vervaet, 2005.
  • 13 Will, 2003, p. 516.
  • 14 Plut., Ant., 58 ; Millar, 1973, p. 61.
  • 15 En dernier lieu, Schuler, 2007.
  • 16 Tac., Ann., 2, 58 (Germanicus, avec les conséquences que l’on sait sur ses relations avec le légat (...)

4L’apparition des pouvoirs exceptionnels dans l’histoire institutionnelle romaine fut également déterminante : Sylla reçut avec la dictature pleine et entière autorité pour faire et défaire les rois12. Les dispositions de la lex Gabinia, en élargissant la base territoriale du pouvoir de Pompée et en lui conférant une extension navale, contribuèrent à donner aux rois et aux cités l’impression d’une autorité universelle et monarchique13. Le triumvir Antoine, décidant des affaires des rois depuis son tribunal avec tout l’appareil de l’autorité romaine14, fut le digne continuateur de Pompée et ce n’est pas un hasard si l’on retrouve appliquées à Auguste des formules saluant une suprématie sur terre et sur mer qui furent pour la première fois utilisées au bénéfice de Pompée15. Tout au long du principat, les titulaires de pouvoirs exceptionnels en Orient, comme les corégents ou encore Corbulon, recevaient nécessairement l’assistance des rois16. Et en dernier ressort, c’est naturellement le Prince, détenteur d’un imperium progressivement étendu à la totalité de l’Empire, qui rendait les arbitrages décisifs.

5Est-ce suffisant pour dire que les royaumes orientaux faisaient partie de l’Empire ?

2. LA QUESTION DE L’INTÉGRATION DES ROYAUMES

a) L’approche juridique

  • 17 Lemosse, 1967.
  • 18 Pour une autre approche, aux problématiques différentes mais toujours techniques, et se heurtant au (...)
  • 19 Sur les apories du Völkerrecht et l’état de la question : Coskun, 2005.

6Les juristes qui se sont penchés sur cette question ont donné des réponses contrastées : Maxime Lemosse, constatant la toute-puissance de Rome et le recul des alliances formelles, et fidèle aux conceptions de la science juridique moderne qui suppose pour qu’il y ait relations internationales une pluralité d’États indépendants ayant sur leur territoire pleine et entière autorité et jouissant entre eux d’une stricte égalité juridique, a contesté qu’au Haut-Empire les relations entre Rome et les rois aient été des relations internationales17. Pour autant, il reconnaissait que Rome n’avait pas systématiquement pratiqué l’annexion et soulignait la singularité d’une expérience juridique difficile à exprimer en termes techniques. Dès lors, Lemosse en venait à parler d’une sorte de diplomatie interne, les procédures dérivées des relations internationales servant à articuler à un centre hiérarchiquement supérieur des territoires qui ne sont plus des territoires extérieurs, mais des zones périphériques. La démarche de Lemosse aboutit finalement à une position nuancée dont le principal enseignement est de souligner la complexité de la solution romaine et les limites des outils d’analyse juridique modernes18. Ce n’est pas au droit qu’il faut demandé de rendre compte des rapports entre l’Empire et les royaumes19.

b) L’approche fonctionnelle

  • 20 Braund, 1984.
  • 21 Dans les sources, les regna sont très couramment associés aux provinces lors des énumérations (voir (...)
  • 22 La question est complexe, mais les arguments de Braund excluant qu’un royaume puisse être tributair (...)
  • 23 Sa reconnaissance par Rome permet au roi d’établir de bonnes relations avec les zones romanisées vo (...)
  • 24 Cic., Dej., 27 : « multis ille quidem gradibus officiorum erga rem publicam nostram ad hoc regium n (...)
  • 25 Frézouls, 1987, p. 184.
  • 26 Suét., Aug., 48. Voir aussi Braund, 1984, p. 33, note 29.
  • 27 Cic., Fam., VIII, 10, 1 ; XV, 3, 2.
  • 28 Voir Braund, 1984, p. 85.
  • 29 Frézouls, 1987.
  • 30 Pani, 1972, p. 7, 243 et suiv.

7Une approche fonctionnelle du problème, comme l’analyse magistralement réalisée par David Braund20, est bien plus efficace pour décrire l’adossement des royaumes au monde provincial, leurs rapports avec le centre du pouvoir et leur adaptation aux réalités romaines, mais ne livre pas davantage de réponses simples. La comparaison des territoires royaux et des provinces, par exemple, donne des résultats intéressants21. Comme les provinces, les royaumes sont des réservoirs de richesses et de troupes. Mais les troupes sont sollicitées ponctuellement sur le mode de l’alliance et les flux financiers ne semblent pas avoir été formalisés en tribut22. Ils ne sont pas non plus à sens unique, et l’on voit aussi des fonds romains renflouer les caisses des souverains protégés. Comme les provinces, les royaumes ont à leur tête des maîtres qui dépendent du choix du Sénat ou du Prince suivant des procédures formelles, appellatio et envoi d’insignia, remplaçant progressivement les anciens traités d’alliance ou se combinant avec eux23. De certaines expressions cicéroniennes24, corroborées par les développements ultérieurs, se dégage même l’impression qu’il existe une forme de « carrière royale25 ». Sous Auguste, on est presque en présence d’un corps dont les membres, tous apparentés ou unis par des mariages arrangés par le Prince, sont susceptibles de recevoir des affectations successives à la tête de royaumes parfois très distants les uns des autres26. Comme les officiels romains, et parfois même en concurrence avec eux, les rois écrivent à Rome pour communiquer leurs informations et rendre compte de leurs actes27. Mais la comparaison trouve rapidement ses limites : les titulaires des royaumes ne sont pas d’anciens magistrats romains, ils ne commandent pas aux légions et il semble y avoir une incompatibilité des deux fonctions28 ; pour désigner les monarques, le Prince doit tenir compte de leurs titres dynastiques29 et la notion de rex datus, que les Romains finirent par formaliser et dont ils firent même un thème monétaire, recouvre souvent la simple reconnaissance d’un état de fait et non pas l’exercice d’un droit discrétionnaire30. L’ethos du roi, enfin, se distingue nettement de celui du légat ou du proconsul. L’onomastique et la titulature ont peu de points communs : aux épithètes royales s’opposent, dans un tout autre registre, les fonctions et les prêtrises qui rythment les carrières sénatoriales ou équestres ; les rois qui jouissent de la citoyenneté romaine ne la font pas systématiquement figurer sur leurs inscriptions, surtout à date haute, moins souvent encore sur leurs monnaies.

  • 31 Cic., Leg. Agr., 1, 11.
  • 32 La Judée en est le meilleur exemple.
  • 33 Pour la prise en compte des spécificités locales : Strab., 14, 671 (Cilicie Trachée) ; pour l’attri (...)
  • 34 Braund, 2005.
  • 35 Pani, 1972 ; Malloch, 2004.

8Il est également incontestable que les provinces et les territoires extérieurs à l’Empire provincialisé n’étaient pas si différents du point de vue administratif. Certains tributaires jouissaient d’une forme d’autonomie de fait, au moins pour les affaires courantes, tandis qu’on montrerait sans peine que les Romains, sans respect réel des statuts juridiques, intervenaient à l’intérieur des royaumes dès la fin de la République31. La géométrie des royaumes peut elle-même être modifiée de la même façon que celle des provinces, telle région étant même transférée à plusieurs reprises de l’autorité d’un gouverneur romain à celle d’un roi32. Certains critères sont parfois évoqués pour justifier qu’un royaume soit provincialisé, comme un degré élevé d’hellénisation ou d’urbanisation33. L’argument convainc dans certains cas. Mais il n’est pas toujours décisif : plusieurs siècles avant sa disparition finale, le royaume du Bosphore ne manquait pas de cités, des plus brillantes et des plus anciennes, et son hellénisation comme sa prospérité sont déjà soulignées par Strabon34. Des raisons stratégiques et politiques plus que des causes géographiques ou culturelles expliquent parfois l’élimination de tels souverains, dont le royaume a été ensuite provincialisé35. Enfin, que la transformation d’un royaume en province soit un facteur d’harmonisation réelle et profonde des différentes zones de l’Empire reste également à démontrer.

  • 36 Strab., 17, 839.

9La présentation de la royauté comme un régime particulier d’administration romaine est ancienne36. Elle est pertinente, si on introduit les correctifs nécessaires. Mais elle ne doit pas laisser croire à une réelle équivalence avec les provinces, ni non plus conduire à ne voir dans les royaumes qu’une phase préparatoire à la provincialisation.

c) États-tampons et États-frontières

  • 37 Bell. Alex., 78 : « provinciasque populi Romani a barbaris atque inimicis regibus, interposito amic (...)
  • 38 Le traité le mieux connu entre Rome et un roi reste le traité d’Apamée entre Rome et Antiochos III (...)
  • 39 Tac., Ann., 4, 5.
  • 40 Brunt, 1978, d’après Bell. Alex., 65.
  • 41 Syll., 3, 365, l. 3 ; IGR, IV, 145. Voir l’analyse récente de ce décret par M. Sartre (Sartre, 2006 (...)
  • 42 Braund, 1984, p. 95.

10L’analyse fonctionnaliste a mis en lumière certains parallélismes entre les zones provincialisées et les royaumes, mais elle a surtout fait reconnaître les difficultés de la situation géopolitique des territoires royaux. Le rapport des royaumes avec les limites de l’Empire est particulièrement complexe. La doctrine classique parlait volontiers d’États tampons, assignant aux royaumes le rôle d’une ceinture de protection de l’Empire proprement dit. Le fondement de cette analyse était bien sûr l’analogie avec les pays satellites de l’ancienne URSS, mais aussi certaines suggestions des sources. En résumant à grands traits l’action de César en Orient, l’auteur du Bellum Alexandrinum ne prétendait-il pas que le dictateur avait protégé les provinces en interposant un roi très favorable aux Romains, Mithridate de Pergame, entre elles et « les rois barbares et ennemis37 » ? Les vieux traités républicains eux-mêmes contenaient des clauses d’assistance militaire qui paraissaient confirmer les affirmations du Bellum Alexandrinum38. Mais Braund a fait observer que les Romains intervenaient au bénéfice des rois plus souvent peut-être qu’ils ne requéraient leur assistance39, donnant ainsi du crédit à l’aspect réciproque, voire artificiellement égalitaire, des clauses d’assistance qui nous ont été conservées. Brunt a aussi souligné qu’on ne pouvait guère parler d’interposition, puisque des rois étaient sollicités pour défendre des provinces dont ils n’étaient pas les voisins40. En Syrie enfin, les principautés intérieures signalées par Pline ne sont pas davantage des États-tampons. Une inscription de Cyzique au bénéfice des trois fils d’Antonia Tryphaina, les rois Rhoimétalkès, Polémon et Cotys, les appelle « les gardiens (doryphoroi) de l’hégémonie (hegemonia)41 », et cette inscription est d’ordinaire interprétée comme le signe que les rois sont des sentinelles vigilantes et farouches aux frontières de l’Empire. Mais au témoignage même du décret, l’engagement des rois ne se limite pas à des fonctions défensives : ils sont prêts à répondre au premier appel du Prince, dont ils brûlent de payer les bienfaits de retour, quelle que soit la tâche qui leur est assignée. La solidarité militaire ne conduit pas les royaumes amis à isoler les provinces d’un monde extérieur menaçant. Braund a même fait observer que dans les faits, c’est précisément l’inverse qui se passait, les royaumes attirant les influences étrangères et favorisant l’expansion des modes de vie romains42.

  • 43 Liebmann-Frankfort, 1969, p. 335. Cette « indéfinition » ponctuelle de la frontière romaine ne sign (...)

11Non seulement la notion d’État-tampon est inadéquate, mais celle de frontière elle-même correspond mal à la réalité. Liebmann-Frankfort, déjà, soulignait les problèmes que posait la frontière orientale de l’Empire romain : si les Romains étaient parfaitement capables de maîtriser strictement un territoire et de tracer des limites précises, ils semblent en effet s’être abstenus de procéder en Orient avec la rigueur souhaitée, manifestant par-là que leur conception de l’Empire n’était pas d’abord territoriale43. Poussant plus loin l’analyse, Braund a avancé que les royaumes n’étaient pas à la frontière du monde romain, mais qu’ils étaient eux-mêmes cette frontière : non pas une frontière linéaire, mais une zone frontière ; non pas une frontière étanche mais au contraire une frontière perméable, et perméable par l’effet d’un choix parfaitement conscient.

d) La diversité des royaumes et les limites de l’approche fonctionnelle

  • 44 Terme de Braund lui-même qui est conscient des dangers de la démarche (Braund, 1984, p. 6).
  • 45 La critique la plus vigoureuse a été portée par P. Kehne dans un article qui vise d’abord le modèle (...)
  • 46 Voir Pitts qui suggère aussi de tenir compte des variations intervenues avec le temps, une forme de (...)

12Cette vision des choses est assurément bien plus féconde que l’ancienne conception des États-tampons, et elle permet de répondre globalement à la question de l’inclusion ou de l’exclusion des royaumes amis en neutralisant les principales difficultés. Son inconvénient principal est de construire un « paradigme44 » unique du royaume, le royaume ami, qui fonctionnerait de manière uniforme. Les spécialistes de l’Occident romain ont violemment attaqué l’idée que les royaumes du centre de l’Europe, trop turbulents, puissent correspondre au modèle proposé par Braund45. Il y aurait en revanche un Orient hellénisé, sous contrôle et pacifique, avec des rois dociles, n’ayant d’autres ambitions que de se conformer aux modèles venus de Rome et de transformer progressivement leurs territoires en parties de l’Empire de plein droit46.

  • 47 Pani, 1972.
  • 48 Sur un exemple particulier de l’ingéniosité diplomatique de ces deux derniers princes : Suspène, 20 (...)
  • 49 Wilker, 2005.
  • 50 Facella, 2006, p. 332 et suiv.

13Il est exact que c’est en Orient que les royaumes ont conservé une vitalité et un rayonnement remarquables. Perpétuant fidèlement les traditions royales hellénistiques, s’insérant sans rupture dans un continuum politique qui remonte au-delà d’Alexandre, et exprimant fièrement cet héritage dans un langage symbolique élaboré, les territoires orientaux ont su préserver une identité originale et ils constituent le champ privilégié pour l’observation d’une royauté qui est aussi, sous l’Empire, un régime en évolution. Les choses cependant sont loin d’être simples. Bien avant la parution de l’ouvrage de Braund, Mario Pani avait montré que l’Orient n’est pas nécessairement plus apaisé ou plus stable que l’Occident lui-même47. Les rois orientaux n’avaient rien de marionnettes et Hérode comme Archélaos de Cappadoce étaient sur la scène méditerranéenne des acteurs autonomes qui suivaient des stratégies compliquées48. Impuissant à obtenir d’Hérode une totale complaisance aux intérêts stratégiques romains, Auguste dut hausser le ton à plusieurs reprises et en une occasion au moins, la rupture fut presque consommée49. Encore à l’époque flavienne, les sentiments d’Antiochos IV en faveur des Parthes sont sans doute plus qu’un pur prétexte dissimulant une annexion cynique : la vigoureuse résistance aux légions animée par ses deux fils avec l’aide arsacide50 prouve que le royaume avait des ressources propres et qu’une coopération entre le roi parthe et le roi de Commagène n’était pas impossible.

  • 51 Brunt, 1990, p. 434.
  • 52 Plin., HN, VI, 85.

14Une autre objection pourrait être que l’Orient est tout aussi varié que l’Occident et que les relations des divers royaumes avec Rome le sont également51. Même en Orient, le modèle royal n’est pas univoque. Peut-on considérer le royaume du Sri-Lanka comme l’équivalent de la Judée au motif que son roi, ébloui par la qualité de leur numéraire, a recherché l’amitié des empereurs52 ? La perception des royaumes comme une catégorie territoriale homogène, dont les relations avec l’Empire provincialisé et avec l’Urbs suivraient des modalités uniformes et immuables, est ici évidemment fautive et trompeuse, et non moins en Orient qu’en Occident.

  • 53 De ce point de vue, c’est F. Millar qui a le mieux tenu compte des analyses de Braund, même s’il le (...)
  • 54 Strab., 17, 840.
  • 55 Tac., Ann., 2, 63, 1. Maroboduus s’en prévalait, et Arminius l’accusait au contraire d’avoir trahi (...)

15La critique cependant ne doit pas être radicalisée et il ne faut pas renoncer à toute approche globale des royaumes : un phénomène général se dessine où se superposent la figure de l’empereur, incarnation lointaine et prestigieuse de l’autorité romaine, et celle du roi, autorité locale infiniment plus importante pour la vie quotidienne des habitants du royaume et également prestigieuse53 ; d’autre part, si les sources romaines et grecques utilisent le même vocabulaire pour toutes les parties de l’Empire, c’est bien qu’elles désignent une réalité commune. Strabon ne parle pas seulement de l’Orient, même si c’est évidemment l’Orient qu’il connaît le mieux, lorsqu’il aborde le cas « des rois et des décarques54 » : il a en tête tous les royaumes qui existent à son époque, de même qu’il parlait juste avant de l’ensemble des provinces et non pas des seules provinces orientales. Une perception unitaire des royaumes existe assurément. Tibère savait en jouer, qui comparait Maroboduus à Philippe II, Pyrrhus et Antiochos III55. Cette définition ne semble pas moins pertinente en Occident qu’en Orient, mais dans un cas comme dans l’autre, le danger principal est de s’élever à un trop grand niveau d’abstraction et de forcer le « paradigme ».

16Sans renoncer à une approche globale des royaumes, il faut parvenir à définir un mode d’articulation permettant de surmonter l’irréductible diversité des territoires concernés. Le plus simple est d’envisager quels sont les principes qui à la fin de la République et au début de l’Empire guident l’action des Romains dans leurs rapports avec les royaumes.

3. LES POINTS DE VUE ANTIQUES

a) Les principes généraux du contrôle romain

  • 56 Voir le titre même des RGDA.
  • 57 Nicolet, 1983.
  • 58 Brunt, 1990, p. 476. Ainsi les reges inimici du Bellum Alexandrinum sont classés parmi les barbares
  • 59 Veyne, 1975, p. 795.
  • 60 RRC, 422. Que le désir de faire du butin ait probablement inspiré les opérations (Sartre, 1979) ne (...)
  • 61 RRC, 426/1 ; Sall., Jug., 110.
  • 62 Voir Sartre, 1979, p. 52.

17Il semble aujourd’hui bien établi que l’Empire romain, au moins dans son principe, était expansionniste et qu’il devait s’étendre aux limites de l’orbis terrarum56. Cette caractéristique semble en contradiction non seulement avec le maintien des royaumes orientaux, mais aussi avec certaines présentations d’une sorte de partage du monde entre Rome et les Parthes, par exemple57. Mais il n’y pas, semble-t-il, de véritable incohérence : lorsqu’un territoire échappe au contrôle réel de Rome, il peut être disqualifié par une sorte de relégation dans les limbes barbares58. Il n’a plus alors d’existence réelle et n’est pas pris en compte dans la description du monde civilisé. D’autre part, l’impérialisme romain n’est pas la recherche d’une extension territoriale pour elle-même59 et se passe très bien de provincialisation. La soumission à l’Empire de Rome n’étant pas codifiée de façon rigoureuse, elle peut se suffire de gestes symboliques qui créent une sujétion aux yeux des Romains mais dont il n’est pas besoin de tirer sur-le-champ des conséquences pratiques. Ainsi, on a beaucoup de mal à déterminer à quel moment les rois de Nabatène sont passés sous le contrôle de Rome, comme c’est manifestement le cas à l’époque augustéenne. Les expéditions d’Aemilius Scaurus pour le compte de Pompée en -65 et en -62 ne sont pas réellement une conquête : elles sont suivies d’une évacuation rapide, contre rançon, des territoires royaux. C’est pourtant à elles que remontent vraisemblablement les revendications romaines. Sur les monnaies frappées par Scaurus en -5860, le roi Arétas est représenté agenouillé et tendant une palme qui doit être la palme de la victoire. La comparaison de ce type avec les monnaies représentant la soumission de Bocchus de Maurétanie, que le Bellum Jugurthinum présente comme complète et définitive61, montre que la vanité de Scaurus n’est pas seule à l’œuvre. La scène traduit bien un bouleversement géopolitique et Pompée triompha d’Arétas62. Dans l’immédiat, les Romains ne s’engagèrent pas en Nabatène : d’autres tâches les attendaient. Mais ils n’oublièrent pas.

  • 63 Brunt, 1963, p. 103-104.
  • 64 Sur l’achèvement de l’Empire dès la République : Brunt, 1978, p. 298. Sur l’époque augustéenne : Ni (...)
  • 65 Brunt, 1990, p. 433 ; Veyne, 1975, p. 795 et 819.

18Toute sollicitation de l’amitié romaine, tout geste de complaisance, même minime et même négocié, toute manifestation de déférence ou d’hommage, la demande, enfin, du titre royal équivalent pour Rome à la reconnaissance d’une suprématie. Selon cette logique, les Parthes eux-mêmes ont fait leur soumission dès leurs premiers contacts avec Rome63, et les difficultés qu’ils causent par la suite, et qui peuvent constituer une menace tangible dont les Romains ne méconnaissent nullement la réalité, relèvent de la rébellion et non pas de la guerre entre deux peuples indépendants. Il est donc possible aux aristocrates de la fin de la République, puis au Prince, de présenter l’Empire comme achevé64 sans chercher à dissimuler qu’il y a dans l’oikoumène autre chose que des provinces du peuple romain65.

  • 66 Voir Cic., Dom., 90 : « Ille populus est, dominus regum », « Tel est ce peuple, maître des rois » ( (...)
  • 67 Cic., Verr., II, 5, 168. Citons aussi la difficile question du postliminium : les sources les plus (...)
  • 68 Coltelloni-Trannoy, 2005. Même remarque pour la Bretagne dans Brunt, 1963, p. 103.
  • 69 Facella, 2006 ; Braund, 2005 ; Coskun et Heinen, 2004 ; Heinen, 1996.

19La survie d’une identité royale, y compris en Orient où Rome avait pourtant rencontré les rois les plus dangereux, n’avait donc rien de gênant pour les Romains. Elle ne remettait pas en cause leur autorité : les rois étaient sous la domination du peuple romain66, et leurs territoires restaient ouverts aux citoyens romains67 et soumis aux décisions du Sénat ou du Prince. D’une certaine manière, les Romains ont même participé à l’élaboration et à la diffusion d’un modèle royal post-hellénistique qui ne correspondait pas toujours aux réalités sociopolitiques des différentes zones où il fut implanté : ainsi, la royauté maurétanienne prospéra grâce au soutien romain au détriment de formes tribales plus originales68. Globalement, comme l’ont montré récemment plusieurs études sur le Bosphore ou la Commagène, la référence romaine et la référence royale se complétaient et se renforçaient l’une l’autre plus qu’elles ne s’opposaient69. Enfin, lorsqu’il s’est agi de penser leurs relations avec les rois, les Romains ont fait appel à des désignations complexes dont il n’est pas inutile de faire une rapide revue.

b) Le vocabulaire romain des relations avec les royaumes

  • 70 Pour un bilan récent, voir Facella, 2007.

20L’écrasante majorité des sources recourent à l’expression « rois amis » ou « rois amis et alliés » pour désigner les rois dépendant de Rome. C’est un emprunt à un vocabulaire diplomatique bien connu : les relations d’alliance et d’amitié donnent lieu à l’inscription sur une liste officielle d’amis et d’alliés et sont parfois formalisées par des traités ratifiés par le Sénat, voire par le peuple, l’entente étant placée sous le patronage de Jupiter Capitolin. Mais le vocabulaire de l’amitié suscite malheureusement une certaine gêne chez les historiens modernes : il dissimule le déséquilibre des forces et s’y mêlent des résonances affectives qui expliquent que l’amitié ne soit pas encore, malgré les efforts de Millar naguère, d’Eilers, de Burton, de Coskun et de Facella plus récemment70, la notion la plus employée pour caractériser les relations entre Rome et les rois.

  • 71 Eilers, 2002, p. 186-187.
  • 72 Suét., Aug., 60 (avec Millar, 1996).
  • 73 Badian, 1958 ; Saller, 1982.
  • 74 Eilers, 2002, p. 7-8.

21L’image la plus utilisée par les Modernes est celle de la clientèle. On a, de fait, quelques rares occurrences de clientela, cliens ou patrocinium pour décrire la domination romaine sur des États étrangers71. Mais ces textes sont isolés et constituent toujours des emplois rhétoriques sans caractère technique. La base textuelle sur laquelle repose la notion erronée de roi client est selon Fergus Millar un extrait de la Vie d’Auguste de Suétone, dont on oublie trop vite qu’il s’agit explicitement d’une comparaison72. Bien qu’il ne soit pas technique, le concept de roi-client a pourtant fait florès, surtout à la suite des travaux de Badian et de Saller qui en ont popularisé l’application à la description générale de l’Empire romain73. Badian et Saller ont établi définitivement l’importance des allégeances non juridiques et des rapports personnels dans le contrôle par Rome et par ses principes des individus et des collectivités étrangères. Mais il est regrettable d’utiliser pour caractériser ce trait fondamental des mentalités romaines un vocabulaire renvoyant à une institution précise, la clientèle, qui n’a pas de rapport direct avec l’Imperium populi Romani74.

  • 75 Braund, 1983.
  • 76 Cic., Fam., XV, 2, 4 et Att., VI, 1, 4.
  • 77 Cic., Sest., 64.
  • 78 Ariarathe V de Cappadoce (Liv., 42, 19, 3).
  • 79 RRC, 419/2. Sur cette tutelle, voir Braund, 1983.
  • 80 « Eo[dem] / rege in tutelam recepto » (Bernand, 1969a, no 128, l. 7-8).
  • 81 Dion, 57, 17, 5.
  • 82 Suét., Aug., 48.
  • 83 Tac., Ann., 2, 67.

22Au reste, la clientèle n’est pas la seule source de métaphores utilisées. Plus communes sont d’autres références, relevant en particulier du vocabulaire de la tutelle. C’est encore David Braund qui a attiré l’attention sur ce phénomène, dans un article partiellement repris dans sa monographie sur les rois amis75. C’est en employant le vocabulaire de la tutela que le proconsul de Cilicie Cicéron décrit ses relations avec Ariobarzane III de Cappadoce76. Dans le Pro Sestio, Cicéron disait déjà que les rois et les peuples étrangers étaient dans la tutela des consuls77. Tite-Live emploie le même terme pour désigner les rapports du peuple romain avec un jeune prince pendant son éducation à Rome78. Une série de deniers républicains représente M. Aemilius Lepidus, consul en-187, en tuteur d’un roi lagide79. Le mot tutela apparaît encore dans l’inscription de Cornelius Gallus à Philae à propos du roi d’Éthiopie80. Selon Dion, Auguste envoya auprès d’Archelaos de Cappadoce, affaibli, un epitropos qui pourrait bien être un tuteur81. Si l’on en croit Suétone, c’était une pratique courante d’Auguste que de nommer des rectores en cas de minorité ou de défaillance du roi légitime82. Tibère, enfin, institua un tuteur pour les enfants de Cotys VIII de Thrace83.

  • 84 Voir Braund, 1983, p. 34-35, sur la possible exploitation de cette tutelle par Pompée puis César.
  • 85 Schuler, 2007, p. 395 avec bibliographie antérieure.
  • 86 Elle est plus fréquente dans les sources et particulièrement adaptée aux relations avec les rois (p (...)

23Pour l’avenir des royaumes, cette pratique eut de lourdes conséquences : la tutelle est à la source des héritages royaux qui advinrent au peuple romain. Dans la dynastie lagide, par exemple, les nombreuses institutions de tutelle, depuis Ptolémée V jusqu’à Ptolémée XII, et les nombreux testaments en faveur de Rome, depuis celui de Physcon jusqu’à celui d’Alexandre, ont certainement créé à Alexandrie une habitude avec laquelle il était difficile de rompre, et à Rome le sentiment d’une provincialisation prochaine du royaume égyptien84. La tutelle constitue donc un usage commode pour décrire la solidarité unissant Rome et les rois et donne probablement naissance à une autre image, plus générale, celle de la custodia sur le monde et l’Empire, que l’on voit se développer à la période augustéenne85. Mais si cette image semble meilleure que la clientèle86, elle reste une image à laquelle il est difficile de se fier entièrement.

  • 87 Tac., Hist., 2, 81 (avec une référence particulière aux rois orientaux ; voir Facella, 2007, p. 76  (...)

24Au demeurant, il en existe d’autres, qui ne nécessitent pas de longues analyses mais qu’il vaut la peine de citer car toutes sont instructives. La première est purement métaphorique : il s’agit de la servitude (servitium). À plusieurs reprises, en effet, les sources latines assimilent les rois à des esclaves87. C’est ou bien pour souligner le pouvoir de Rome ou bien pour stigmatiser l’avilissement du roi.

  • 88 Sall., Jug., 14, 1-2 : « Micipsa pater meus moriens mihi praecepit uti regni Numidiae tantummodo pr (...)
  • 89 Liv., 45, 13, 15-16 : « Massinissam meminisse se regnum a populo Romano partum auctumque et multipl (...)

25Plus intéressant est un passage de Salluste comparant le royaume de Numidie à une procuratio88 et opposant l’usufruit du royaume à sa véritable possession. Cette étrange formule est attribuée par Adherbal à Micipsa. Naturellement, plus que le monarque numide, c’est bien l’historien romain qui a ici la parole et ce qu’il nous dit reflète sans nul doute une opinion assez répandue à son époque, mais qui ne correspond pas à une définition technique : procuratio ne renvoie pas à cette date au mode de gouvernement des provinces qu’on connaît pour l’époque impériale. On retrouve à peu près la même idée dans le discours de Masgaba aux Romains chez Tite-Live, sans le terme procuratio, mais avec la distinction entre usus d’une part et dominium et ius de l’autre89, la comparaison elle-même tournant plutôt, cependant, sur le vocabulaire de la parenté (cognatio et adfinitas). Comme dans le cas du discours d’Adherbal chez Salluste, c’est surtout Tite-Live qui s’exprime ici et non le roi de Numidie. Le passage est également marqué par une très forte rhétorique.

26Quelles conclusions tirer de cette pluralité d’usages chez les auteurs latins ? D’une part, qu’aucune image ne coïncide exactement. Certaines valent en même temps (la procuratio de Salluste, la tutela de Cicéron sont contemporaines). Selon les périodes de l’histoire, et selon les royaumes, telle ou telle paraît plus appropriée. Les hésitations des auteurs latins montrent surtout que la complexité de la situation des rois ne leur avait pas échappé.

  • 90 Le mot hegemonia, sans spécification, est ambigu dans le décret de Cyzique (IGR, IV, 145, l. 3) : i (...)
  • 91 Suét., Aug., 60.
  • 92 La pratique du double portrait, par exemple sur les monnayages bosphorans, en est le meilleur signe (...)
  • 93 C’est aussi leur amitié avec le Prince qui permet aux fils de Tryphaina de jouer un rôle à Cyzique, (...)
  • 94 Voir Wilker, 2005, pour la Judée.
  • 95 Burton, 2003.

27D’autre part, il apparaît clairement que la domination romaine sur les royaumes ne se traduit pas par le contrôle direct du territoire concerné. Les droits du peuple romain sur ce territoire sont reconnus, mais la subordination s’exprime par des rapports d’amitié entre le roi et le peuple romain ; ces rapports sont normalement gérés par le Sénat mais reposent en fait sur des relations personnelles entre le roi et les principaux sénateurs. À ces rapports traditionnels succède rapidement l’amitié entre le roi et le Prince90. Cette très forte personnalisation est essentielle et elle permet une approche globale de ces territoires marginaux de l’Empire que sont les royaumes. L’interlocuteur de Rome et du Prince ce n’est pas le royaume mais le roi, ce n’est pas le territoire mais le souverain, et c’est dans les relations avec le roi que se traduisent d’abord les modalités de l’intégration du royaume : c’est au nom de l’hommage qu’ils voulurent rendre au Prince dont ils recevaient les bienfaits que les rois fondèrent des cités nommées d’après lui ou d’après certains membres de sa famille91, qu’ils placèrent des statues sur les places publiques et dans les temples, et des portraits sur leur numéraire92. Cette référence constante à la personne du Prince créait une continuité avec les usages des provinces93 et de l’Urbs, tout en laissant une réelle marge de manœuvre pour chaque royaume94. Il n’était pas question pour autant de dissimuler les hiérarchies : bien qu’exprimée par le vocabulaire de l’amitié, la soumission était parfaitement explicite95. Mais une forme sinon d’autonomie réelle, du moins d’identité propre du royaume était préservée en même temps.

CONCLUSION : DE LA GÉOGRAPHIE POLITIQUE À LA SOCIABILITÉ POLITIQUE

  • 96 C. Nicolet relève l’importance de la « personnalisation » du pouvoir pour l’existence même d’un emp (...)
  • 97 Eckstein, 2008, p. 372-378.
  • 98 Inglebert, 2005, p. 32.
  • 99 Hurlet et Tolan, 2008, p. 240.
  • 100 Sur cette question, voir notamment les contributions réunies par A. Coskun (Coskun, 2008), et tout (...)

28Pour comprendre la continuité des royaumes et des provinces, comme aussi pour décrire le système de relations avec le centre romain, c’est en définitive non pas de la géographie administrative ou du droit, mais de la sociologie politique qu’on obtient les enseignements les plus satisfaisants96. Cela doit amener à retravailler la notion d’Empire, en opposant divers régimes de contrôle sur le modèle proposé par Eckstein pour la république moyenne97, ou bien en distinguant les limites du monde romain, celles de la civilisation romaine, celles encore de la culture romaine, comme l’a suggéré Inglebert98. Sans renoncer à la notion d’Empire, dont la puissance totalisante reste utile99, il faut surtout ne pas hésiter à employer, pour décrire certaines zones, des outils conceptuels qui empruntent aussi bien au vocabulaire de la diplomatie qu’à celui de la sociabilité, comme amicitia et ses équivalents, dont la souplesse s’adapte parfaitement à la variété géographique et institutionnelle des marges du monde romain100. Ce faisant, on se borne d’ailleurs à suivre les innombrables suggestions des sources.

Notes

1 Millar, 1996.

2 Sur Actium, comme acte de décès de la monarchie hellénistique et début d’une nouvelle ère monarchique : Virgilio, 2003, p. 200. Mais le Prince romain n’est pas le seul à recueillir l’héritage hellénistique. Voir, par exemple, les influences séleucides, voire antérieures, revendiquées par la dynastie des Orontides (Facella, 2006, p. 94-95 et 261 et suiv.), ou encore la persistance d’une tradition lagide dans la dynastie maurétanienne (Alexandropoulos, 2000, p. 177 et 206).

3 Sans compter les micro-principautés, dont la nature exacte nous échappe, ou bien les principautés sacerdotales, le morcellement de la Judée entre les fils d’Hérode, la multiplication des fonctions royales dans la famille de Cotys VIII, comme le maintien à moyen voire à long terme de grands et brillants royaumes comme la Cappadoce, la Commagène, l’Arménie, plus au nord le Pont et le Bosphore, et naturellement l’empire arsacide, confirment la permanence du modèle royal bien après Auguste (Braund, 1984, p. 188). Sur l’émancipation de pouvoirs locaux à partir du iiie siècle av. J.-C. : Sartre, dans Lepelley, 1998, p. 394.

4 On observe même des similitudes dans la façon de considérer les royaumes périphériques entre la période augustéenne et l’Empire byzantin (Gagé, 1959).

5 RGDA, 27, 1. L’exemplum est d’autant plus fort que les RGDA avaient pour fonction de fournir des modèles de comportement aux successeurs d’Auguste (Scheid, 2007, p. liii). La position personnelle d’Auguste sur la question des royaumes est complexe : lors de sa visite à Alexandrie, s’il méprise les souverains lagides, c’est en saluant en Alexandre un véritable roi (Suét., Aug., 18). Son refus de visiter les tombes lagides n’a donc rien d’une condamnation de la royauté : à tout prendre, il est même exactement l’inverse. Gardons-nous cependant d’en tirer des conclusions de portée générale. L’attitude et les paroles d’Auguste sont à prendre dans un contexte purement alexandrin, et l’on sait qu’il avait entrepris de rassurer les habitants de la capitale égyptienne en rendant hommage à certains symboles de l’histoire, de la culture et de la religion locales : le roi Alexandre, le philosophe Areios et le dieu Sérapis (Dion 51, 16, 4). De manière générale, les Romains n’ont pas d’hostilité de principe envers les rois : au iie siècle av. J.-C., voir Ferrary, 1988, p. 167 ; à la fin de la République encore, voir Cic., Dej., 41.

6 Sur les diverses tentatives de périodisation de cette reconnaissance (formalisée en Herr., 4, 13) : Coskun, 2005.

7 Vell., 2, 37 et 40.

8 Ferrary, 2003b.

9 Cicéron intervient même sur les structures internes de son royaume en recomposant son conseil (Fam., XV, 2, 6).

10 Fam., XV 1, 6.

11 Voir Millar, 1996. Josèphe mentionne régulièrement les rapports des rois de Judée avec les gouverneurs : voir, par exemple, Hérode et Didius (Jos., AJ, 15, 195 ; BJ, 1, 395), Titius (Jos., AJ, 16, 270) ou Fabatus (Jos., BJ, 1, 575-576). L. Vitellius s’est distingué par son habileté diplomatique avec les Parthes (Suét., Vit., 2, 4).

12 Voir, notamment : Plut., Syll., 33, 1 ; Vervaet, 2005.

13 Will, 2003, p. 516.

14 Plut., Ant., 58 ; Millar, 1973, p. 61.

15 En dernier lieu, Schuler, 2007.

16 Tac., Ann., 2, 58 (Germanicus, avec les conséquences que l’on sait sur ses relations avec le légat de Syrie Pison) ; Ann., 13, 8 (Corbulon).

17 Lemosse, 1967.

18 Pour une autre approche, aux problématiques différentes mais toujours techniques, et se heurtant aux mêmes limites : Cimma, 1976.

19 Sur les apories du Völkerrecht et l’état de la question : Coskun, 2005.

20 Braund, 1984.

21 Dans les sources, les regna sont très couramment associés aux provinces lors des énumérations (voir, par exemple, Sall., Iug., 31, 19). Sur le problème du recensement des regna, Nicolet, 1988, p. 153.

22 La question est complexe, mais les arguments de Braund excluant qu’un royaume puisse être tributaire semblent convaincants (Braund, 1984, p. 66).

23 Sa reconnaissance par Rome permet au roi d’établir de bonnes relations avec les zones romanisées voisines (Pani, 1972).

24 Cic., Dej., 27 : « multis ille quidem gradibus officiorum erga rem publicam nostram ad hoc regium nomen ascendit », « c’est par une longue succession de services rendus à notre République qu’il a progressivement conquis son titre de roi » (trad. de M. Lob modifiée).

25 Frézouls, 1987, p. 184.

26 Suét., Aug., 48. Voir aussi Braund, 1984, p. 33, note 29.

27 Cic., Fam., VIII, 10, 1 ; XV, 3, 2.

28 Voir Braund, 1984, p. 85.

29 Frézouls, 1987.

30 Pani, 1972, p. 7, 243 et suiv.

31 Cic., Leg. Agr., 1, 11.

32 La Judée en est le meilleur exemple.

33 Pour la prise en compte des spécificités locales : Strab., 14, 671 (Cilicie Trachée) ; pour l’attribution à des rois de territoires que les Romains ne voulaient pas administrer eux-mêmes : App., Praef., 7. Que les territoires en attente de pacification restent sous le contrôle des rois paraît une idée contestable : les zones dangereuses de l’Empire sont plutôt attribuées au Prince et administrées par ses légats.

34 Braund, 2005.

35 Pani, 1972 ; Malloch, 2004.

36 Strab., 17, 839.

37 Bell. Alex., 78 : « provinciasque populi Romani a barbaris atque inimicis regibus, interposito amicissimo rege, muniuit », « et en établissant un roi dont l’amitié était très sûre, il protégea les provinces du peuple romain contre les rois barbares et ennemis » (trad. J. Andrieu ; voir Heinen, 1994). Voir également : Bell. Alex., 65 : « reges, tyrannos, dynastas prouinciae finitimos […] receptos in fidem condicionibus impositis prouinciae tuendae ac defendendae dimittit », « il reçoit sous sa protection les rois, les tyrans et les dynastes voisins de la province […] en leur imposant comme condition de conserver et de défendre la province, et les renvoie ayant gagné toute leur amitié et pour lui et pour le peuple romain » (trad. J. Andrieu).

38 Le traité le mieux connu entre Rome et un roi reste le traité d’Apamée entre Rome et Antiochos III (Pol., 21, 42 et Liv., 38, 38, 2-18). Pour les périodes ultérieures, nous sommes obligés de supposer que lorsque des traités existaient, ils ressemblaient aux traités passés entre Rome et des cités libres et avaient les mêmes fonctions : souligner symboliquement l’hégémonie romaine, flatter le roi allié et garantir ses privilèges. Sur les traités, voir en dernier lieu, J.-L. Ferrary, Bull. ép., 2006, 143. Pour une mise en évidence du rôle symbolique des traités et des formes diplomatiques : Gruen, 1984 et Kallet-Marx, 1995. Pour la mise en valeur numismatique d’un traité avec des rois à la période claudienne : Burnett, 1987.

39 Tac., Ann., 4, 5.

40 Brunt, 1978, d’après Bell. Alex., 65.

41 Syll., 3, 365, l. 3 ; IGR, IV, 145. Voir l’analyse récente de ce décret par M. Sartre (Sartre, 2006).

42 Braund, 1984, p. 95.

43 Liebmann-Frankfort, 1969, p. 335. Cette « indéfinition » ponctuelle de la frontière romaine ne signifiait nullement l’absence d’un contrôle strict et efficace des biens et des personnes (voir Carrié, 1995, p. 52).

44 Terme de Braund lui-même qui est conscient des dangers de la démarche (Braund, 1984, p. 6).

45 La critique la plus vigoureuse a été portée par P. Kehne dans un article qui vise d’abord le modèle de la clientèle appliqué par Klose à l’Europe centrale mais qui rejette également tout dogmatisme conceptuel, dont le modèle unitaire des rois amis élaboré par Braund (Kehne, 2000).

46 Voir Pitts qui suggère aussi de tenir compte des variations intervenues avec le temps, une forme de rapprochement s’opérant à la fin de la période julio-claudienne (Pitts, 1989).

47 Pani, 1972.

48 Sur un exemple particulier de l’ingéniosité diplomatique de ces deux derniers princes : Suspène, 2008.

49 Wilker, 2005.

50 Facella, 2006, p. 332 et suiv.

51 Brunt, 1990, p. 434.

52 Plin., HN, VI, 85.

53 De ce point de vue, c’est F. Millar qui a le mieux tenu compte des analyses de Braund, même s’il le cite peu, dans son article sur « la souveraineté à deux niveaux » (Millar, 1996).

54 Strab., 17, 840.

55 Tac., Ann., 2, 63, 1. Maroboduus s’en prévalait, et Arminius l’accusait au contraire d’avoir trahi la royauté (Ann., 2, 45, 3).

56 Voir le titre même des RGDA.

57 Nicolet, 1983.

58 Brunt, 1990, p. 476. Ainsi les reges inimici du Bellum Alexandrinum sont classés parmi les barbares.

59 Veyne, 1975, p. 795.

60 RRC, 422. Que le désir de faire du butin ait probablement inspiré les opérations (Sartre, 1979) ne doit pas faire oublier les conséquences politiques.

61 RRC, 426/1 ; Sall., Jug., 110.

62 Voir Sartre, 1979, p. 52.

63 Brunt, 1963, p. 103-104.

64 Sur l’achèvement de l’Empire dès la République : Brunt, 1978, p. 298. Sur l’époque augustéenne : Nicolet, 1983.

65 Brunt, 1990, p. 433 ; Veyne, 1975, p. 795 et 819.

66 Voir Cic., Dom., 90 : « Ille populus est, dominus regum », « Tel est ce peuple, maître des rois » (trad. P. Wuilleumier). Les documents laissés par Auguste à ses successeurs contenaient un état des regna (Tac., Ann., 1, 11 ; Nicolet, 1988, p. 193). Tacite lui-même complète son bilan des ressources de l’Empire sous Tibère d’une présentation des principaux rois (Ann., 4, 4, 3).

67 Cic., Verr., II, 5, 168. Citons aussi la difficile question du postliminium : les sources les plus anciennes (Aelius Gallus d’après une notice de Festus, voir Ferrary, 1988, p. 33 notes 111 et 113) considèrent que le postliminium intervient entre la province et le royaume allié ; les plus récentes placent le postliminium entre les territoires alliés et le monde extérieur.

68 Coltelloni-Trannoy, 2005. Même remarque pour la Bretagne dans Brunt, 1963, p. 103.

69 Facella, 2006 ; Braund, 2005 ; Coskun et Heinen, 2004 ; Heinen, 1996.

70 Pour un bilan récent, voir Facella, 2007.

71 Eilers, 2002, p. 186-187.

72 Suét., Aug., 60 (avec Millar, 1996).

73 Badian, 1958 ; Saller, 1982.

74 Eilers, 2002, p. 7-8.

75 Braund, 1983.

76 Cic., Fam., XV, 2, 4 et Att., VI, 1, 4.

77 Cic., Sest., 64.

78 Ariarathe V de Cappadoce (Liv., 42, 19, 3).

79 RRC, 419/2. Sur cette tutelle, voir Braund, 1983.

80 « Eo[dem] / rege in tutelam recepto » (Bernand, 1969a, no 128, l. 7-8).

81 Dion, 57, 17, 5.

82 Suét., Aug., 48.

83 Tac., Ann., 2, 67.

84 Voir Braund, 1983, p. 34-35, sur la possible exploitation de cette tutelle par Pompée puis César.

85 Schuler, 2007, p. 395 avec bibliographie antérieure.

86 Elle est plus fréquente dans les sources et particulièrement adaptée aux relations avec les rois (puisque les rois peuvent être mineurs, malades, avoir des enfants qu’ils souhaitent confier à un tuteur, etc.).

87 Tac., Hist., 2, 81 (avec une référence particulière aux rois orientaux ; voir Facella, 2007, p. 76 ; Braund, 1984, p. 23).

88 Sall., Jug., 14, 1-2 : « Micipsa pater meus moriens mihi praecepit uti regni Numidiae tantummodo procurationem existumarem meam, ceterum ius et imperium eius penes uos esse », « au moment de sa mort mon père Micipsa me prescrivit de me considérer seulement comme l’intendant du royaume de Numidie, dont vous étiez les maîtres légitimes et les véritables souverains » (trad. A. Ernout).

89 Liv., 45, 13, 15-16 : « Massinissam meminisse se regnum a populo Romano partum auctumque et multiplicatum habere ; usu regni contentum scire dominium et ius eorum qui dederint esse », « Massinissa se souvenait que c’était par le peuple romain que le royaume qu’il possédait avait été acquis, renforcé et que sa superficie avait été par lui multipliée ; il savait, lui qui s’était contenté de l’usufruit du royaume, que le droit de propriété en appartenait à ceux qui le lui avaient donné » (trad. P. Jal).

90 Le mot hegemonia, sans spécification, est ambigu dans le décret de Cyzique (IGR, IV, 145, l. 3) : il pourrait désigner l’imperium populi Romani ou bien l’autorité de Caligula. Mais un autre décret (IGR, IV, 144, l. 5) parle explicitement de l’hegemonia de Tibère et lève l’hésitation.

91 Suét., Aug., 60.

92 La pratique du double portrait, par exemple sur les monnayages bosphorans, en est le meilleur signe. Mais il ne faut pas surestimer le nombre des monnaies royales où le Prince est présent (Sullivan, 1984), encore moins surestimer le sens de cette présence.

93 C’est aussi leur amitié avec le Prince qui permet aux fils de Tryphaina de jouer un rôle à Cyzique, soit non seulement à l’extérieur de leur royaume, mais en pleine province d’Asie.

94 Voir Wilker, 2005, pour la Judée.

95 Burton, 2003.

96 C. Nicolet relève l’importance de la « personnalisation » du pouvoir pour l’existence même d’un empire au sens territorial (Nicolet, 1988, p. 8).

97 Eckstein, 2008, p. 372-378.

98 Inglebert, 2005, p. 32.

99 Hurlet et Tolan, 2008, p. 240.

100 Sur cette question, voir notamment les contributions réunies par A. Coskun (Coskun, 2008), et tout particulièrement l’introduction.

Auteur

Maître de conférence d’Histoire ancienne à l’université d’Orléans. Ancien élève de l’École normale supérieure, historien et numismate, il est l’auteur d’une thèse inédite intitulée « Amici principum : un aspect d’histoire politique romaine du dernier siècle de la République aux Flaviens » (EPHE, IVe Section, 2004). Ses recherches portent sur les réseaux de sociabilité à Rome et dans les royaumes périphériques de la fin de l’époque républicaine au Haut Empire.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search