Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les coordonnées spatiales et temporelles

Chapitre I. Espace, territoires et souveraineté dans le monde hellénistique : l’exemple du royaume séleucide

Laurent Capdetrey

Texte intégral

  • 1 Briant, 1996, notamment.
  • 2 Nicolet, 1988 et 2001-2004 ; Ferrary, 1988 ; Hurlet, 2006a et 2008a.
  • 3 Sur le royaume antigonide : Hatzopoulos, 1996. Sur le royaume lagide : Huss, 2001.
  • 4 Kuhrt et Sherwin-White, 1993.
  • 5 Savalli-Lestrade, 1998 ; Ma, 2004b.

1La question des espaces impériaux, de leur structure, de leur cohérence, de leur organisation n’est pas neuve. Elle parcourt pourtant l’historiographie récente du monde antique. Les travaux de Pierre Briant sur les rapports entre pouvoir et espace ont ainsi permis de fonder un certain nombre de concepts à partir de l’exemple de l’espace impérial achéménide1. Mais ce sont aussi les modalités et les enjeux de la construction impériale romaine qui ont été reconsidérés, en particulier par Claude Nicolet ou Jean-Louis Ferrary, ou, plus récemment, dans les travaux de Frédéric Hurlet2. L’époque hellénistique, marquée par ce phénomène majeur que constitua l’extension impériale du monde hellénisé, ne se soustrait pas à ce contexte intellectuel3. Pour le royaume séleucide, on sait que les thèses stimulantes mais discutées d’Amélie Kuhrt et Susan Sherwin-White reposaient sur une nouvelle conception de l’organisation de l’espace royal4. Mais bien d’autres travaux se sont aussi confrontés à cette dimension. En abordant la question de l’origine géographique des membres de la cour et celle de l’intégration des cités d’Asie Mineure à l’espace royal, les travaux d’Ivana Savalli-Lestrade ou de John Ma sur ce royaume reposaient aussi, à leur manière, sur une analyse de l’espace royal5. Le royaume séleucide est en effet un objet d’étude très stimulant pour qui veut observer le rapport entre un pouvoir royal hellénistique et son territoire, et plus précisément encore entre les discours de souveraineté et l’espace royal. Héritier et lui-même conquérant d’un espace immense, le pouvoir séleucide fut en effet marqué par la difficulté fondamentale à adapter le discours de la légitimité royale à une réalité impériale complexe et mouvante, en d’autres termes à inscrire dans l’espace et dans la durée ses propres revendications de souveraineté fondées pour l’essentiel sur l’action de Séleucos Ier.

2On aurait cependant tort d’adopter une conception ancienne faisant du royaume séleucide un acteur du monde hellénistique épuisé par ses tentatives illusoires de contrôler un corps débile. Au contraire, il semble acquis aujourd’hui, qu’en dépit d’évidentes difficultés, ce royaume hellénistique sut encadrer son propre territoire pendant plus d’un siècle et demi non sans originalité et avec une efficacité réelle. La question du rapport du pouvoir séleucide à son propre espace mérite cependant d’être approfondie car, de tous les royaumes hellénistiques, le pouvoir séleucide est celui qui eut le plus à composer avec la diversité des formes locales institutionnelles, juridiques ou culturelles d’organisation. En cela, il offre un point de comparaison avec d’autres constructions impériales, qu’elles soient antérieures comme l’Empire achéménide, ou postérieures comme l’Empire romain.

3L’enjeu du propos est de montrer que, du point de vue de la conception et de l’organisation de l’espace, le royaume relevait d’une structure complexe, associant en réalité plusieurs types d’espaces : un espace de la souveraineté, un espace administratif et, enfin, un espace fragmenté en statuts constituant la périphérie du territoire. On se propose aussi de montrer que la façon de nommer et d’intégrer le territoire royal, notamment dans sa périphérie, participait de processus de dilatation ou, au contraire, de compression idéologique de ce territoire. La présentation respectera plusieurs temps. Après une réflexion sur les fondements territoriaux de la souveraineté séleucide et sur le lien entre basileia et territoire, nous tenterons d’analyser la tension entre l’exigence de centralité et le fractionnement en statuts pour aborder, enfin, les effets, notamment sur les périphéries, de l’effort d’intégration politique.

1. Le roi, la basileia et l’archè : l’expression de la souveraineté

  • 6 Bickerman, 1938, p. 3-7.
  • 7 App., Syr., 65, par exemple. Pour toutes les références littéraires : Bickerman, 1938, p. 5.
  • 8 La Cambrigde Ancient History intitule le chapitre sur les Séleucides : « Syria and the East ».
  • 9 Hatzopoulos, 1996, p. 167-171.
  • 10 Briant, 1996, p. 194-196.
  • 11 La prise de ce titre date probablement de 200. Voir Ma, 2004b, p. 217-222.

4On ne peut qu’être frappé, dans le cas du royaume séleucide, par la difficulté – pour toute instance énonciative – à dire le pouvoir en même temps que le territoire de ce pouvoir ; en d’autres termes, à lier l’expression du pouvoir séleucide à un espace précis et indiscutable. Elias Bickerman avait déjà noté que l’expression « le pays des Séleucides » ne trouvait pas d’attestation dans les sources anciennes6. En d’autres termes, il n’y avait pas, aux yeux des Anciens eux-mêmes, d’incarnation territoriale évidente du pouvoir séleucide. Certes, ces mêmes sources évoquent communément « les rois de Syrie ». L’expression est d’ailleurs très fréquente chez Appien7 et elle a été reprise par les historiens modernes8. Mais personne n’ignore que cette désignation fut tardive et, en réalité, le reflet d’une vision romaine du royaume, dans le contexte de son délitement et de sa progressive réduction à la Syrie à partir du iie siècle avant J.-C. Il y a là une différence majeure avec la Macédoine où le roi était officiellement désigné par l’expression « roi des Macédoniens » qui inscrivait non seulement le pouvoir royal dans son origine ethnique, mais aussi dans un territoire identifié9. Mais la situation des rois séleucides se distingue aussi des pratiques perses en la matière. Dans l’Empire achéménide, l’usage de l’expression Grand Roi ou Roi des Pays, qui effaçait en partie l’origine iranienne de la dynastie, affirmait avec une certaine souplesse la dimension impériale du pouvoir perse. Cette expression, par son existence même, sanctionnait en effet la nature complexe de la construction impériale achéménide et intégrait la diversité de cette construction à la nature même du pouvoir chargé d’en assurer la pérennité10. On peut certes objecter, à juste raison, que dans la foulée de son anabase, Antiochos III prit lui-même, ou se fit reconnaître, le titre de Grand Roi (basileus megas)11. Mais la prise de ce titre intervint plus d’un siècle après la fondation et la construction du royaume. L’usage du titre fut d’ailleurs très vite abandonné.

  • 12 OGIS, 219, l. 2-19. Voir aussi Virgilio, 2003, no 7.

5Un terme pourtant, celui de basileia, pouvait évoquer à la fois le territoire et le pouvoir royal. Dans l’épigraphie, les attestations sont toutefois assez rares. Un exemple parmi les mieux connus et les plus intéressants est celui du décret d’Ilion en l’honneur d’Antiochos Ier. La notion de basileia y est évoquée à cinq reprises. C’est là une situation exceptionnelle due à l’hypertrophie des considérants du décret qui évoquent la difficile accession au trône d’Antiochos Ier et les enjeux territoriaux de cette reconquête du pouvoir paternel12.

  • 13 Sur ce terme qui renvoie à la Syrie du Nord : Capdetrey, 2007a, p. 246-248. On ne suit pas les anal (...)
  • 14 La même idée de rétablissement dans le pouvoir (archè) des ancêtres (progonoi) est exprimée à propo (...)

6Dans ce décret, le terme basileia semble marqué par une relative polysémie. Il renvoie dans un premier temps à la notion de royauté héritée qui semble distinguée de celle de pouvoir (archè), elle-même comprise comme capacité à agir et à imposer son autorité. Tout se passe comme si, aux yeux de la cité d’Ilion et dans le contexte de la succession de Séleucos Ier, Antiochos avait obtenu la basileia sans avoir immédiatement l’archè (ou la patroia archè). Et il semble que son action ait en fait consisté à faire coïncider, sur le territoire hérité, la basileia comme principe avec l’archè définie implicitement comme la mise en œuvre de ce principe. Ce territoire hérité n’était pas défini directement par une référence spatiale qui, par exemple, aurait pu être la Seleukis13, il l’était au contraire par l’expression patroia archè. Il faut à l’évidence comprendre cette expression comme l’espace sur lequel Séleucos Ier avait exercé son propre pouvoir. En d’autres termes, le territoire revendiqué qui apparaît en filigrane dans le texte, loin d’être mentionné de façon positive et objective, n’est évoqué que par un détour, celui de la capacité à exercer le même pouvoir que le père, c’est-à-dire implicitement dans la même extension et sur le même territoire14.

  • 15 À titre d’exemple : App., Syr., 52 ; Just., 36, 1, 10 ; Jos., AJ, 12, 434.
  • 16 App. Syr. 48. Cette conception explique aussi que la perte de territoires n’ait pas remis en cause (...)

7À la première lecture, on retrouve dans ce jeu lexical un des fondements essentiels des pouvoirs royaux hellénistiques, c’est-à-dire leur dimension personnelle définie d’abord comme capacité à agir en tant que roi (basileuein) plus que comme l’incarnation d’un pouvoir sur un territoire donné lui-même indissociablement attaché au territoire royal. Ce fait explique notamment l’existence de formes de désignation du royaume séleucide s’affranchissant de toute référence territoriale précise, par exemple celle de Macedonicum Imperium15 ou celle, fréquente chez Appien, de hè archè tôn Seleukidôn16. Selon ce principe, le territoire était moins une donnée fondatrice du pouvoir royal qu’une conséquence de l’effectivité de ce pouvoir, c’est-à-dire la résultante, toujours fragile, de sa plus ou moins grande capacité à trouver une expression territoriale.

  • 17 Pour une réflexion sur ces questions : Kobes, 1996 ; Bosworth, 2002.

8On aurait cependant tort de croire que ce principe impliquait un détachement par rapport à toute inscription territoriale précise. Il faut en effet rappeler une évidence : le pouvoir royal n’existait d’abord que parce qu’il trouvait à s’incarner, d’une façon ou d’une autre, sur un territoire, quel qu’il soit. Ce principe fut d’ailleurs à la source d’une réelle souplesse dans la définition des pouvoirs royaux au cours de la période de mise en place des royaumes hellénistiques17. Mais le décret d’Ilion montre aussi que, cette phase de mise en place terminée, on assista sans doute à une forme de territorialisation idéologique de chacun des pouvoirs royaux. C’est à l’évidence ce que traduit la distinction dans le décret entre les notions de basileia et patroia archè. L’idée même de l’héritage d’un pouvoir paternel distinct de la notion de la basileia contribuait à inscrire dans l’espace la définition du royaume.

  • 18 I. Pergamon, 160 (OGIS, 248), l. 13.
  • 19 Par exemple OGIS, 224 (RC, 36), l. 22-23. Il s’agit de l’exemplaire retrouvé à Ériza, à la frontièr (...)
  • 20 Cotton et Wörrle, 2007, l. 16-17.

9Le terme de basileia apparaît bien sûr dans d’autres inscriptions, plus tardives, qui semblent révéler une évolution sémantique. Un document bien connu, un décret d’Athènes de 175, évoque ainsi le retour d’Antiochos IV en Syrie en rappelant qu’il fut alors conduit jusqu’aux frontières de sa propre basileia18. Le terme endosse à l’évidence une signification spatiale. Il apparaît aussi dans les prostagmata d’Antiochos III pour la nomination de grandes prêtresses du culte de Laodice en-193. Le roi informait ainsi ses représentants locaux de la nomination, à travers le royaume (kata tèn basileian), des titulaires du nouveau sacerdoce19. Un dernier document, proche dans sa structure et publié tout récemment, permet de confirmer l’acception spatiale de ce terme. Il s’agit d’une lettre de Séleucos IV à Héliodôros à l’occasion de la nomination d’un responsable des sanctuaires en Syrie et Phénicie. En préambule à sa décision et comme justification générale, Séleucos IV évoquait son souci de voir ceux qui habitent la basileia (kata tèn basileian) vivre sans crainte20. Le sens de basileia est ici sans ambiguïté celui de territoire royal.

  • 21 Le terme fut repris dans cette acception par les rois de Commagène : voir SEG, 53, 1764, l. 5. Le d (...)
  • 22 Pol., 21, 45, 2.

10Faut-il donner sens au constat que, décliné dans son acception spatiale, le terme apparaît avant tout dans des documents datés du règne d’Antiochos III ou postérieurs21 ? Nous aurions tendance à le penser, tant le règne d’Antiochos III fut marqué par une territorialisation accrue du pouvoir séleucide, territorialisation qui a pu trouver un reflet lexical dans l’affirmation de la notion de basileia-territoire. Il est toutefois frappant de constater que ce souci de territorialisation du pouvoir royal est bien plus perceptible dans l’épigraphie que dans les sources littéraires où dominent des expressions aussi souples que floues – par exemple « le roi et ses sujets » chez Polybe – lorsqu’il s’agit de désigner le royaume et son territoire22. Sans doute n’y a-t-il rien d’étonnant d’ailleurs à ce que les rois eux-mêmes aient été plus sensibles à la nécessité d’exprimer la dimension spatiale et territoriale de leur propre pouvoir dans leur correspondance. Il faut surtout souligner la souplesse du terme de basileia. Celui-ci permettait en effet de dire non seulement le principe de la royauté mais aussi la globalité du territoire, de rappeler la légitimité du pouvoir royal et de masquer la diversité politique et statutaire interne. C’est d’ailleurs ce dernier trait qui, selon nous, explique l’emploi, dans le discours royal séleucide, de la notion de basileia. Dans ce royaume si fragmenté et si hétérogène, l’usage d’un terme permettant de subsumer cette diversité était un acte à portée politique et idéologique. La notion de basileia-royaume faisait en effet du territoire l’indispensable extension corporelle du principe de la royauté.

2. La royauté séleucide et ses territoires

  • 23 Bickerman, 1938, p. 7-17.

11Si la notion de basileia-royaume contribua à fonder, peut-être tardivement, un rapport plus étroit avec un territoire en imposant l’idée d’un corps unifié, ce territoire n’était ni nommé ni défini comme pourrait l’être un référent intangible. En d’autres termes, si, dans le décret d’Ilion notamment, la basileia comme principe n’était accomplie que dans le maintien de l’intégrité du territoire, la nature et la structure de ce territoire pouvaient paraître contingentes. Nous avons rappelé que Elias Bickerman considérait que la royauté séleucide n’était ni nationale ni territoriale23. Si l’on perçoit bien la validité générale de cette affirmation, elle mérite cependant d’être discutée plus précisément, notamment pour ce qui concerne la dimension non territoriale de la royauté. On ne peut cependant échapper à un effort préalable pour définir la notion de territorialisation. Celle-ci reposait non seulement sur un principe de domination politico-militaire, mais aussi, et peut-être avant tout, sur l’établissement d’un lien étroit et consubstantiel, pouvant aller jusqu’à l’identification, entre un pouvoir et un territoire donné.

  • 24 Bertrand, 1992, p. 163-164.
  • 25 Sans doute y eut-il sur ce plan décalage entre la royauté grecque et la royauté pharaonique. Voir H (...)

12L’idée que les rois hellénistiques n’étaient pas des rois « sans royaume » a été développée avec beaucoup de justesse par Jean-Marie Bertrand24. La conquête ou les conférences de négociation établissaient en effet une légitimité qui fondait un lien étroit entre un territoire donné et le pouvoir royal qui le contrôlait. L’Égypte lagide fut ainsi le cadre, dans les faits si ce n’est dans le principe25, d’une territorialisation évidente associant l’espace égyptien à la dynastie lagide. Pour le royaume séleucide, la question ne se pose plus à partir de la seconde moitié du iie siècle avant J.-C. puisque la réduction à la Syrie de l’emprise territoriale séleucide entraîna l’association, par défaut mais définitive, du pouvoir royal au territoire syrien. Mais ce rapport est beaucoup plus ambigu, et en cela bien plus intéressant, pour la période qui précède.

  • 26 Voir Will, 1979, p. 308-313 ; 1982, p. 51-69, 352-355 et 413-416.
  • 27 App., Syr., 1-3.

13Il semble que l’on ne puisse plus considérer le pouvoir séleucide comme un pouvoir incapable d’établir avec son territoire un rapport de consubstantialité. Il suffit par exemple de penser au tropisme oriental de Séleucos II, d’Antiochos III, d’Antiochos IV ou d’Antiochos VII pour se convaincre de l’enjeu identitaire que constituait, pour la dynastie, le contrôle des régions iraniennes26. Ce tropisme n’avait en effet de sens que si les rapports établis avec ces territoires ne relevaient pas de la seule contingence. L’espace conquis créait, par le processus même de la conquête initiale, des effets de mémoire et de légitimation qui donnaient une identité singulière au pouvoir séleucide. Ces observations amènent cependant à prolonger l’analyse. Si en effet le royaume séleucide se définissait, en partie du moins, par une domination sur un territoire structurant sa propre identité, on se doit d’identifier plus précisément ce territoire et d’en préciser la structure. Faut-il alors choisir l’ensemble de l’espace contrôlé en-280 ou simplement la Syrie du Nord, ou encore la Babylonie ? À un titre ou à un autre, toutes ces régions apparaissent comme des candidats légitimes. En réalité, ce choix qui identifierait trop précisément une région n’aurait guère de sens car la territorialisation du pouvoir séleucide, si elle fut réelle, fut aussi partielle, progressive et toujours complexe. On peut, pour développer cette idée, prendre appui sur un passage d’Appien qui évoque, au début du livre syriaque, l’héritage et les conquêtes d’Antiochos III27.

14Appien propose une sorte de tour du propriétaire du royaume dans son extension du début du iie siècle avant J.-C. Sont ainsi évoqués la Syrie, la Babylonie, le monde iranien et les régions d’Asie Mineure. On relèvera la démarche méthodique et en partie concentrique d’Appien qui définit une sorte de corps central du royaume (la Syrie-Mésopotamie-Babylonie) avant d’élargir son énumération aux régions plus orientales pour finir par la partie occidentale du royaume. Il est d’ailleurs tout à fait significatif que la Syrie et la Babylonie soient les premières citées tant ces deux régions jouèrent un rôle essentiel dans la construction de l’identité territoriale du pouvoir séleucide.

  • 28 Voir Capdetrey, 2007b, p. 193-213. Séleucos reçut le titre de « satrape d’Akkad » avant de prendre (...)
  • 29 À propos du retour et de la résistance de Séleucos, voir Diod., 19, 91-92, 4 et, surtout, La Chroni (...)
  • 30 App., Syr., 58. Voir : Invernizzi, 1993, p. 230-250 ; Capdetrey, 2007a, p. 52-59.

15Il faut souligner aussi le lien fondamental entre l’espace babylonien et l’émergence du pouvoir personnel de Séleucos. La Babylonie occupe en effet une place singulière dans la mémoire séleucide dans la mesure où elle vit, plus que toute autre région, la difficile éclosion des ambitions de Séleucos. Nommé satrape de Babylonie (ou d’Akkad) en-320, dans le contexte des conflits entre Macédoniens pour l’héritage d’Alexandre, Séleucos put en effet affirmer dans cette satrapie, très progressivement certes, une autorité personnelle délivrée de toute tutelle royale. C’est notamment en Babylonie qu’il put faire l’expérience du commandement de troupes satrapiques, ou qu’il put constituer un entourage de philoi, attribut essentiel du pouvoir personnel28. En-312, la Babylonie fut aussi l’objet d’une reconquête puis d’une défense acharnée par Séleucos face aux ambitions antigonides29. Très tôt la propagande séleucide sut d’ailleurs exploiter le lien très étroit entre l’émergence du pouvoir personnel de Séleucos et la Babylonie. La plupart des récits de prodiges entourant l’action de Séleucos ou annonçant son futur règne ont ainsi la Babylonie comme cadre. Tout indique, en outre, que ces récits furent élaborés très tôt, sans doute dès la fin du ive siècle avant J.-C. et sous l’impulsion de Séleucos et de son entourage. La Babylonie fut ainsi tout à la fois le lieu d’apparition des signes annonciateurs de la royauté de Séleucos, mais aussi le cadre d’expérimentation du pouvoir royal et, élément essentiel, le lieu de reconnaissance de ce pouvoir par des sujets. Ajoutons que c’est précisément en Babylonie que Séleucos imposa sa première fondation, Séleucie du Tigre, conçue comme une expression inaugurale de sa puissance et de sa capacité à transformer un territoire30. Pour toutes ces raisons, il n’est pas exagéré de dire de la Babylonie qu’elle fut l’espace matriciel de la basileia séleucide.

  • 31 Sur ces régions : Briant, 1990, p. 40-65. Sur l’unité administrative constituée par ces régions : C (...)
  • 32 Will, 1979, p. 263-313.
  • 33 Sur Séleucos dans ces régions : Just., 15, 4, 12. Voir : Mehl, 1986, p. 156-193 ; Bernard, 1985, p. (...)
  • 34 Mehl, 1986, p. 191-192.

16Ce qu’Appien nomme « la Médie, la Parthyène et les régions voisines » constitue en fait l’ensemble bien connu des Hautes Satrapies31. Comme le rappelle la succession des campagnes militaires, le rapport entretenu par le pouvoir séleucide avec ces régions fut très étroit jusque dans la seconde moitié du iie siècle avant J.-C., en dépit de pertes territoriales effectives dès le milieu du iiie siècle avant J.-C.32. Ce tropisme fut conçu par Antiochos III lui-même comme un souci de rétablissement du royaume dans l’extension que lui avait donnée Séleucos Ier. Mais au-delà de l’emprise territoriale du royaume, c’est d’abord le geste lui-même qui était en jeu, celui de la conquête renouvelée des Hautes Satrapies. Antiochos III s’inscrivait ainsi, non sans mimétisme assumé, dans la filiation de Séleucos Ier et, indirectement, dans celle d’Alexandre. C’est que, pour Séleucos, la prise en main du monde iranien avait eu une utilité fonctionnelle essentielle à la mise en place de son pouvoir. On sait en effet qu’entre-308 et-302, Séleucos parvint, dans des circonstances qui ne sont pas toujours claires, à placer sous son autorité le monde iranien puis les satrapies d’Asie centrale et, enfin, les satrapies-frontières situées aux portes du monde indien33. Il faut lire cette période qui fit de Séleucos le maître de ces immenses territoires comme un moment fondateur du pouvoir séleucide. Mais ce moment fut fondateur moins parce qu’il permit d’ajouter des territoires que parce qu’il offrit à Séleucos l’occasion d’une double conquête de légitimité : celle de la reproduction de l’action d’Alexandre et celle, plus conjoncturelle, fondée sur la défense des Macédoniens et des populations des Hautes Satrapies face à l’expansionnisme maurya34. En faisant à son tour l’expérience de la limite orientale de la conquête macédonienne, Séleucos fit aussi des Hautes Satrapies un espace de légitimation. Et c’est bien parce que ces régions furent désormais conçues comme espace de légitimation que bien des successeurs de Séleucos tentèrent d’y refonder leur propre pouvoir au iiie comme au iie siècle avant J.-C.

  • 35 Pour un bilan sur les fondations séleucides de Syrie : Sartre, 2001, p. 118-152.
  • 36 Voir Capdetrey, 2007a, p. 59-76.

17L’effort d’appropriation le plus spectaculaire concerna bien évidemment la Syrie du Nord. Par la fondation des cités de la tétrapole, mais aussi par l’implantation d’un dense réseau de colonies dans les plaines fertiles ou sur les axes de circulation35, Séleucos fit de la Syrie septentrionale une vitrine de son propre pouvoir dès -300. Elle devint ainsi le lieu de l’action volontariste de Séleucos sur laquelle il n’est pas nécessaire de revenir. Rappelons simplement le souci de faire de cette région une Macédoine de substitution attachée à l’identité séleucide36. Mais cette région était aussi, d’une certaine façon, un pays double. Orientée à la fois vers la Méditerranée et vers l’Euphrate, marquée par la présence massive de Gréco-Macédoniens sur un substrat indigène, la Syrie du Nord incarnait ainsi la double identité d’une royauté soucieuse de s’inscrire dans l’espace oriental tout en respectant son caractère macédonien. La Syrie du Nord fut ainsi délibérément conçue comme l’espace d’incarnation du pouvoir séleucide.

  • 37 On pense en particulier à la circonscription administrative des régions situées à l’ouest du Taurus (...)
  • 38 Voir Ma, 2004b, p. 23-42.
  • 39 Voir Cohen, 1995.
  • 40 Voir Ma, 2004b, dans son ensemble.

18La place de l’Asie Mineure dans la construction impériale séleucide est différente à plus d’un titre. Séleucos ne put s’y porter que très tardivement et, quelle que fût la période, le pouvoir séleucide, en dépit de ses revendications37, ne contrôla l’Asie Mineure que partiellement38. Si l’effort de colonisation de certains axes intérieurs est incontestable39, jamais on n’assista à une entreprise de densification de la présence séleucide comparable à celle qui fut mise en œuvre en Syrie du Nord et peut-être même en Bactriane. Surtout, les possessions séleucides en Asie Mineure furent en permanence contestées. En vérité, l’Asie Mineure, parce qu’elle permettait l’accès au monde égéen, fut avant tout pour le pouvoir séleucide un espace de confrontation militaire et idéologique avec les autres royaumes hellénistiques issus de la conquête macédonienne, un espace où les formes de la domination durent tenir compte, bien plus qu’ailleurs, de la concurrence entre royaumes et de la présence de nombreuses cités grecques, notamment dans la partie occidentale40.

19Entamé dans la foulée d’Appien, ce rapide parcours du territoire séleucide tel qu’il était en-280 et tel qu’il fut rétabli vers-196, permet de mettre en évidence le principe d’une agrégation des légitimités territoriales. À l’évidence, il n’y eut pas dans le royaume séleucide de territorialisation uniforme du pouvoir royal. Les modalités de la construction du territoire royal et les choix de Séleucos firent au contraire que chacune des grandes régions fut investie d’une fonctionnalité particulière dans le rapport du pouvoir à son territoire, chacun des éléments contribuant différemment et de façon complémentaire à la territorialisation du pouvoir. Il est important de percevoir cette dimension agrégative, finalement assez complexe, pour comprendre que, si la royauté séleucide ne peut être conçue comme une royauté non territoriale, elle ne peut pas plus être réduite à un territoire singulier. Ce constat invite aussi à mettre en cause la pertinence, pour le royaume séleucide, d’une opposition trop simple entre un centre et une périphérie dans la mesure où certaines périphéries territoriales, notamment les Hautes Satrapies, étaient précisément au centre du processus de légitimation du pouvoir, ce processus pouvant être périodiquement réactivé par les déplacements ou les campagnes militaires du roi.

3. Le territoire royal et l’articulation des statuts

20Le problème central qui d’emblée se posa au pouvoir séleucide fut évidemment celui de la diversité, non seulement géographique, politique, culturelle, mais aussi statutaire de son propre territoire. Pour espérer pouvoir la maîtriser et l’ordonner, les rois séleucides et leur administration devaient en effet aborder et percevoir cette diversité. On se doit d’être sensible à la fragmentation des territoires et des statuts pour mieux analyser les stratégies concrètes mises en place par le pouvoir royal pour assurer, autant que possible, la cohérence de l’ensemble territorial.

  • 41 Sur ce terme, voir Mileta, 2002.
  • 42 Le terme chôra est employé dans une lettre à l’authenticité douteuse envoyée par Antiochos IV à l’e (...)

21S’il est une notion qui échappe à une définition précise et transparente, c’est bien celle de chôra. L’ambiguïté du terme tient d’abord à sa polysémie puisqu’il pouvait aussi bien signifier la propriété ou le domaine que le territoire41. Son usage dans les sources, s’il est plutôt rare, mérite donc une attention particulière. En réalité, les différentes significations sont assez poreuses et il est sans doute artificiel de vouloir les distinguer trop précisément d’autant que cette porosité fondait aussi l’ambiguïté du rapport entretenu entre le roi et son territoire. Il nous semble en effet que toutes, d’une certaine façon, renvoient à une forme d’appropriation d’ordre juridique de l’espace. En se distinguant ainsi de la basileia, qui fondait un rapport de nature plus politique entre le pouvoir royal et le territoire, le terme de chôra, par ce qu’il impliquait de propriété juridique, venait utilement relayer la conception personnelle du pouvoir royal hellénistique42.

  • 43 I. Ilion, 33, l. 25-46 et l. 71-72.
  • 44 Ajoutons que les sources babyloniennes semblent également distinguer un « domaine du roi » et les t (...)
  • 45 Christof Schuler développe un autre point de vue qui minimise les différences statutaires au sein d (...)

22Un des documents les plus utiles à l’analyse du terme est à l’évidence le dossier établi dans les années-270 à l’occasion de la donation par Antiochos Ier d’un domaine à son philos Aristodikidès. Dans une des lettres adressées à son stratège, le roi évoque le rattachement d’un domaine (chôra), taillé dans la chôra basilikè, à une cité de la chôra et de la summachia43. Dans une lettre postérieure, le roi précise que ce domaine sera rattaché, dans les mêmes conditions, à une cité de la summachia, établissant ainsi implicitement une équivalence de sens entre summachia et chôra kai summachia. Il est bien évident que, dans ces trois emplois, le terme recouvrait des significations différentes. L’ensemble de ce dossier invite en fait à distinguer la chôra basilikè, conçue comme le domaine où l’emprise politique et juridique du roi était la plus forte, où le roi pouvait librement modeler les terres, de la chôra kai summachia comprise comme l’espace des cités, certes soumises à la souveraineté séleucide, mais qui relevaient, parce qu’elles étaient des entités politiques, d’un autre régime juridique44. Dans tous les cas, la notion de chôra fondait un rapport de domination de nature domaniale, mais le roi lui-même, en distinguant, par le rattachement, le territoire des cités de sa propre chôra basilikè, acceptait la complexité juridique et politique, autrement dit la fragmentation de son territoire45. Le jeu sur la donation du domaine à Aristodikidès n’avait d’ailleurs de sens que parce que tous les territoires soumis à l’autorité d’Antiochos Ier ne relevaient pas d’un même régime juridique et qu’il y avait bien un enjeu à faire changer un domaine de statut. Ce qu’illustre l’attitude d’Antiochos à cette occasion, c’est la capacité du roi séleucide à jouer de ce fractionnement juridique pour mieux affirmer son autorité politique, à commencer par son autorité sur les bénéficiaires du rattachement. Face à la complexité de son propre territoire, le pouvoir séleucide sut ainsi, en Asie Mineure comme dans le reste du royaume, jouer sur l’emboîtement des espaces juridiques et faire la distinction entre la souveraineté, comme principe, et les formes de domination et d’appropriation, comme pratiques.

  • 46 Nombreux sont les documents qui évoquent la restitution d’un territoire par le roi, ou la garantie (...)
  • 47 I. Priene, 1, l. 10-12. Voir Mileta, 2002, p. 159-160.

23Pour pouvoir jouer sur la diversité des statuts, il fallait que la distinction entre les territoires soit nette et reconnue. On relève précisément dans l’attitude d’Antiochos Ier, mais aussi dans celle de ses successeurs, le souci de la limite, du bornage, du partage et, dans une certaine mesure, de la volonté d’institutionnaliser la différence, comme si l’action royale avait consisté en partie à se faire le gestionnaire actif et engagé de cette diversité spatiale. Bien des inscriptions font en effet des rois séleucides les garants des territoires civiques ou sacrés46. En réalité, dans le cadre de ces espaces impériaux, le respect de ce fractionnement politique et juridique de l’espace était une des conditions de la cohésion de l’ensemble. C’est ce que montrait déjà la lettre d’Alexandre aux Priéniens qui distinguait clairement les villages relevant de l’autorité royale et les terres qui appartenaient à la cité47, pour mieux assurer la légitimité de sa souveraineté, sur la cité comme sur la terre royale.

  • 48 Jos., AJ, 12, 138-144.
  • 49 Jos., AJ, 12, 141.
  • 50 Voir le Cylindre de Borsippa : Weissbach, 1911, p. 132-135.

24Une approche qui serait seulement juridique ne permettrait pourtant pas de rendre totalement compte du fractionnement du territoire. On sait que les Grands Rois achéménides portaient aussi le titre de Rois des Pays. Si ce titre ne fut pas repris par les Séleucides dans leur propre titulature, ceux-ci étaient pourtant conscients d’avoir à dominer des pays marqués pour nombre d’entre eux par une profonde cohérence culturelle et politique. C’est en tout cas ce qui transparaît de l’octroi par Antiochos III de privilèges accordés à l’ethnos juif en -200, dans ce qu’il est convenu de nommer la « Charte juive de Jérusalem48 ». Antiochos évoque en effet dans ce document la Judée et « les autres ethnè » de la région49. Le document mentionne en outre un certain nombre de privilèges accordés à l’ethnos de façon à ce qu’il puisse maintenir son identité et continuer à administrer ses affaires selon ses propres coutumes. Ce document est exceptionnel dans la mesure où il est un des rares à exprimer la reconnaissance par le pouvoir central d’une forme d’autonomie, culturelle et en partie politique, d’un ethnos. Bien des documents babyloniens viennent cependant confirmer que le pouvoir séleucide reconnaissait aussi les caractères propres à la Babylonie, ne serait-ce qu’à travers le respect de la pratique des entrées royales ou, dans le cas d’Antiochos Ier au moins, par l’acceptation de la royauté babylonienne50. Pourtant, nous l’avons dit, le pouvoir séleucide ne se définissait pas d’abord comme la clef de voûte d’une agrégation de pays. En d’autres termes, en regard de l’idéologie royale achéménide, il semble que la période hellénistique ait été marquée par la substitution, du moins dans le domaine de la conception du territoire, d’un fractionnement en statuts à un fractionnement en pays. En cela, cette période vit la mise en place d’une simplification du rapport du pouvoir royal à son propre territoire.

  • 51 SEG, 47, 1745.

25Cette acceptation et cet entretien de la différence statutaire participaient d’un processus de constitution d’une périphérie du territoire royal pour laquelle l’expression du pouvoir royal devait être médiatisée. Cette périphérie n’était pas nécessairement géographique ; elle était avant tout statutaire. De ce point de vue, l’ethnos juif, qui bénéficia d’une reconnaissance statutaire à partir de -200, était bien plus périphérique que les terres royales d’Asie Mineure ou de Bactriane. En définissant une distance théorique à l’égard du pouvoir royal, le statut opérait ainsi une redéfinition du territoire. Il le fragmentait tout en permettant une régulation efficace de cette fragmentation. C’est aussi ce que montre l’exemple de la cité de Tyriaion, en Phrygie, dont les modalités d’accession au statut de cité sont connues par une lettre du roi attalide Eumène II51. La cité était reconnue et mise à distance par le roi mais, dans le même temps, Eumène affirmait son contrôle total. Cités, sanctuaires, rois, dynastes et ethnè constituaient ainsi les marges statutaires du royaume même si, dans les faits, leur soumission pouvait ne pas être objet de discussion.

4. L’intégration des périphéries : territoires déformés, territoires enchâssés

  • 52 Il suffit de consulter le dossier des inscriptions d’Amyzon : Robert, 1983.
  • 53 Nous renvoyons sur ce point aux contributions d’Ivana Savalli-Lestrade et de John Ma dans cet ouvra (...)

26Il serait illusoire de vouloir présenter, dans le cadre de cette étude, l’ensemble des processus de prise en main et de contrôle du territoire. Ceux-ci passaient avant tout par la mise en place d’un réseau administratif qu’il est inutile de présenter ici mais qui, contrairement à une opinion ancienne, avait la particularité d’être dense au niveau le plus local comme le montrent bien des inscriptions d’Asie Mineure52. L’effort d’appropriation relevait aussi de stratégies d’ordre idéologique et symbolique53. Il reposa notamment sur une politique de (re)fondation de cités dans les régions stratégiques du royaume, en Syrie du Nord, mais aussi en Asie centrale, en Asie Mineure et sur les principaux axes reliant ces régions entre elles. Cette politique de fondation, qui sollicita souvent une onomastique dynastique, contribua à l’évidence à créer un espace proprement séleucide et par conséquent à consolider le lien entre le pouvoir et le territoire.

  • 54 Ma, 2004b, p. 133-185.

27Mais c’est sur ses marges que le pouvoir séleucide eut le plus à innover dans sa politique d’intégration territoriale. Face à de nombreuses entités politiques (cités, ethnè, dynastes) ou sacrées (sanctuaires), les rois séleucides durent tenir compte de l’état des rapports de force locaux. C’était notamment le cas en Asie Mineure occidentale, où les formes d’expression du pouvoir furent adaptées à l’horizon d’attente des cités grecques, comme l’a bien montré John Ma54. C’est là un champ d’étude désormais bien connu sur lequel il n’est pas nécessaire de revenir. Mais cette problématique était en fait commune à toutes les marges du territoire royal. On se propose d’envisager plus particulièrement ici la question des rapports avec les dynastes et les basileis qui, tout en exprimant leur autonomie, reconnaissaient au moins partiellement la souveraineté séleucide. Ces pouvoirs régionaux étaient en effet, par nature, ceux qui représentaient le danger le plus évident pour le pouvoir séleucide.

  • 55 Briant, 1996, p. 488-528.
  • 56 Bickerman, 1938, p. 166. Également Capdetrey, 2007a, p. 112-133.
  • 57 Voir Sartre, 2003, p. 24-38.
  • 58 On citera Lysias et Philomélos en Grande-Phrygie, Thémisôn en Carie orientale, les Lysimachides en (...)

28L’existence de pouvoirs royaux et dynastiques à l’intérieur même de l’espace impérial est une réalité bien connue de l’Empire achéménide. On peut même dire qu’elle en était une réalité structurelle55. En dépit des efforts d’Alexandre pour imposer un pouvoir plus direct, les Séleucides aussi eurent à faire face à l’existence de pouvoirs personnels ou dynastiques susceptibles de contester leur propre légitimité56. Il faut toutefois noter que, privés du titre de Grand Roi, ils étaient aussi privés d’un outil idéologique facilitant l’emprise sur ce type de pouvoirs. En Asie Mineure cependant, bien des dynastes locaux – dans le Pont, en Bithynie, en Cappadoce, en Paphlagonie – surent s’émanciper de l’autorité macédonienne dès le début du iiie siècle avant J.-C., simplifiant ainsi la situation politique57. La nouveauté vint aussi de l’émergence de dynastes qui, par leur origine macédonienne, partageaient avec les rois séleucides une même forme de légitimité58. Si le pouvoir de ces dynastes ne trouvait pas de fondement dans une connivence ethnique avec les régions qu’ils contrôlaient, ils tiraient, comme les rois, leur légitimité du droit de la conquête. Ils constituaient pour cette raison un point de fragilité au sein de l’espace de la souveraineté.

  • 59 Nous renvoyons sur ce point à la contribution de Marie-Christine Marcellesi dans cet ouvrage.
  • 60 Voir : Wilhelm, 1911 ; Holleaux, 1942a ; Kobes, 1996, p. 77-78, 203 et 255-256.
  • 61 Voir : Segre, 1938, p. 179-208 ; Holleaux, 1942b, p. 365-404 ; Savalli, 1987, p. 129-137 ; Domingo (...)
  • 62 Voir SEG, 54, 1353.

29Dès le règne d’Antiochos Ier, le pouvoir séleucide accepta l’existence de dynastes gréco-macédoniens dans sa dépendance. Ce fut notamment le cas en Asie Mineure avec l’émergence du pouvoir régional de Philétairos dont le monnayage reflète, par la reprise du portrait de Séleucos Ier divinisé associé à une légende au nom de Philétairos, non seulement la reconnaissance de la souveraineté séleucide mais aussi une grande autonomie jusqu’à la rupture de la fin des années -26059. Tout semble indiquer que, jusqu’à l’accession au pouvoir d’Eumène, le pouvoir séleucide accepta l’existence d’une principauté autour de Pergame. Il trouva même un intérêt majeur à déléguer une partie de ses pouvoirs dans cette partie de l’Asie Mineure à un dynaste à la puissance régionale affirmée, sans qu’il soit nécessaire de l’intégrer à la structure de pouvoir en lui donnant le titre de stratège. Ce type de rapport fut sans doute décliné dans d’autres parties de l’Asie Mineure. On sait en effet l’existence de dynastes dont les rapports avec le pouvoir séleucide étaient à l’évidence fondés sur une collaboration plus ou moins affirmée. Ce fut notamment le cas, dans le courant du iiie siècle avant J.-C., de la dynastie des Lysimachides – Lysias et Philomélos –, aux frontières de la Phrygie et de la Pisidie60, mais aussi, au début du iie siècle avant J.-C., du dynaste Ptolémée, fils de Lysimaque, dans la région de Telmessos61. Philomélos eut ainsi à appliquer, dans sa région, la décision royale de nomination du grand prêtre Nikanor en-20962. Parce qu’elles se situaient dans des régions stratégiques, disputées et difficiles à contrôler, ces dynasteiai furent conçues comme des relais locaux du pouvoir séleucide. Leur maintien traduisait moins une faiblesse fondamentale du pouvoir séleucide que l’aptitude de ce pouvoir à prendre, par souci d’efficacité, d’autres formes que la prise en main directe.

  • 63 Sur Andragoras : Just., 41, 4, 7. Voir Lerner, 1999, p. 16-31. Sur Diodotos, son émancipation et se (...)
  • 64 Comme ce fut le cas avec Molon en Asie Mineure ou avec Timarchos dans les Hautes Satrapies. Voir Wi (...)

30L’articulation entre pouvoir royal et pouvoirs dynastiques gréco-macédoniens pouvait cependant être subie et devenir l’expression d’une fragilité de la construction territoriale dans ses marges, quand des satrapes affirmaient l’autonomie de leur propre pouvoir. Dès le milieu du iiie siècle avant J.-C., l’exemple d’Andragoras en Parthie/Parthyène et, plus encore, celui de Diodotos en Bactriane/Sogdiane, illustrèrent la difficulté pour le pouvoir central à tenir des territoires périphériques dans les moments d’affaiblissement du royaume63. Ces mouvements d’émancipation furent cependant particuliers car, loin d’être d’abord dynastes, Andragoras et Diodotos étaient des satrapes séleucides qui, confrontés à des situations difficiles, eurent à rompre avec l’autorité centrale. Cette émancipation ne prit pas la forme du conflit64. Les monnayages d’Andragoras et plus encore ceux des premiers rois gréco-bactriens montrent en effet qu’elle fut le résultat d’une émancipation très progressive. Si Diodotos prit le titre royal, le maintien durable du portrait d’Antiochos II sur les monnaies exprime nettement la volonté de respecter la souveraineté séleucide, source de légitimité régionale, même si celle-ci n’avait plus les moyens de s’affirmer localement. Ces modalités d’émancipation, l’émergence de dynasteiai qui n’affirmèrent pas leur rupture avec le pouvoir central, semblent en effet montrer que l’apparition de pouvoirs personnels à la périphérie du royaume était moins une marque du refus du pouvoir séleucide qu’une preuve de l’affaiblissement de sa capacité à soutenir ses représentants régionaux. Il semble bien désormais que l’accession de satrapes à la royauté se fit ainsi, pour une large part, dans le respect de la souveraineté séleucide, comme si la périphérie avait d’elle-même décidé de faire des rois séleucides des Grands Rois, en raison précisément, de leur faiblesse conjoncturelle. La prise du titre de basileus megas par Antiochos III se comprend précisément dans ce contexte. L’anabase qu’il mena dans les Hautes Satrapies entre -212 et -205, en dépit de ses efforts, notamment lors du siège de Bactres, se solda par la simple reconnaissance par les basileis locaux (Euthydémos en Bactriane et peut-être Sophagasénos en Arachosie) d’une forme de suzeraineté séleucide. En d’autres termes, Antiochos III, devenu basileus megas, acceptait de voir sa propre domination se rapprocher du modèle achéménide. Pour des Gréco-Macédoniens, c’était à l’évidence la sanction d’un affaiblissement.

  • 65 Pol., 8, 23.
  • 66 Strab., 11, 14, 5. Voir Facella, 2006, p. 174-192.
  • 67 Strab., 11, 14, 5.
  • 68 Strab., 11, 14, 15.
  • 69 I Macc., 10, 59-60.

31La légitimité du pouvoir central se posait en des termes différents dans le cas des dynastes qui, pour affirmer leur pouvoir, pouvaient prendre appui sur une appartenance ethnique ou sur une inscription locale durable. C’était notamment le cas de Xerxès, le roi d’Arménie occidentale en -212, lors de la campagne d’Antiochos III. On sait qu’Antiochos lui reconnut sans grande difficulté le titre de roi, contre le paiement d’un tribut en nature65. Mais très vite, dans des conditions inconnues, Xerxès fut remplacé par Artaxias, un stratège placé par le pouvoir séleucide à la tête de l’Arménie occidentale tandis qu’un autre stratège, Zariadris, était nommé dans la partie orientale66. Il s’agissait en réalité de dynastes d’origine iranienne qui se voyaient intégrés à la structure du pouvoir séleucide. Mais le lien avec le pouvoir central était en fait très formel puisque les deux stratèges-dynastes profitèrent de la mort d’Antiochos III pour affirmer leur indépendance67. Artaxias prit alors le titre royal et l’indépendance de Zariadris fut reconnue par le Sénat68. En dépit des efforts – un temps couronnés de succès – d’Antiochos IV pour faire d’Artaxias un dynaste vassal, les deux Arménies échappèrent par la suite définitivement au pouvoir séleucide. L’exemple de l’Arménie montre que des dynastes indigènes pouvaient parfaitement être intégrés à la structure de pouvoir séleucide. Mais il montre surtout le souci royal de contrôler la force centrifuge de ces dynasteiai indigènes en imposant, autant que possible, le titre de stratège. Si cette intégration apparaît surtout comme une façon d’uniformiser à toute force l’encadrement du territoire dans sa périphérie, elle ne doit pas masquer la réalité d’une autonomie bien réelle de ces satrapes-dynastes. Cette stratégie du pouvoir central fut aussi appliquée en Judée, en-150, lorsqu’Alexandre Balas nomma Jonathan stratège et méridarque de Judée69. Il s’agissait là encore de contourner, pour la forme, la réalité qui était celle d’une quasi-indépendance de la Judée sous l’autorité des Maccabées.

32Les pouvoirs personnels régionaux, ceux de dynastes ou de basileis, étaient donc bien une réalité du royaume séleucide. Force est de constater cependant que les rapports avec le pouvoir royal étaient fort différents selon l’origine ethnique de ces dynastes et, plus encore, selon le processus qui avait conduit à l’émergence de leur pouvoir personnel. Si le pouvoir royal sut composer, non sans souplesse, avec les dynasteiai gréco-macédoniennes d’Asie Mineure, il lui fut bien plus difficile d’accepter des émancipations de satrapes des Hautes Satrapies car ces émancipations touchaient au fondement même de l’idéologie royale. L’exemple des dynasteiai indigènes montre enfin que le pouvoir séleucide chercha autant que possible à contrôler ces pouvoirs, qui remettaient en cause la légitimité macédonienne, en les intégrant à la structure administrative, c’est-à-dire en renonçant tant qu’ils le purent à l’usage du titre de Grand Roi.

  • 70 Voir Capdetrey, 2007a, p. 374-383.

33Le territoire royal était certes le résultat d’une appropriation administrative et d’une définition statutaire, en particulier pour la constitution de sa périphérie. Mais il était aussi l’objet de pratiques royales qui avaient vocation à renforcer la cohésion de l’édifice. Les déplacements royaux et les campagnes militaires entraient dans cette logique de construction de l’espace70. Si John Ma a eu raison de souligner la dimension performative du discours royal, on peut aussi renverser la perspective et noter, dans certains cas, la dimension discursive, narrative et énumérative de l’action. Ainsi, par son aspect mimétique, l’anabase d’Antiochos III fut aussi un discours par les faits et une façon de dire, dans un cadre référentiel fixé par Séleucos Ier, l’épaisseur, la complexité et l’unité du territoire royal.

  • 71 Voir Briant, 2006b, p. 347-350.
  • 72 Aristodikidès : I. Ilion, 33 ; Larichos : I. Priene, 24.
  • 73 Voir Savalli-Lestrade, 1998, p. 215-236.

34Sur ce point des pratiques, il convient de solliciter à nouveau la comparaison avec les antécédents perses. Un des aspects les plus intéressants du rapport du pouvoir achéménide avec son territoire tient aux formes d’appropriation corporelle de l’espace. C’était notamment le sens de l’institution de la Table du Roi qui permettait au Grand Roi de consommer symboliquement le territoire. Mais on pense aussi aux prélèvements effectués – sans doute dans le cadre de la tagè – pour assurer le vêtement du roi ou celui des membres de la famille royale71. Cette appropriation corporelle contribuait, dans une certaine mesure, à assurer la cohésion de l’empire, dans le sens où le territoire de cet empire était conçu, en partie, comme une extension du corps royal. Dans le cas des Séleucides, rien dans la documentation ne permet de soutenir l’idée d’une continuité de cette conception et de ces pratiques telles quelles. Il nous semble pourtant que cette dimension personnelle, si ce n’est corporelle, du territoire n’était pas totalement absente des pratiques séleucides, même si elle prit une tout autre forme. Elle passait dans une large mesure par la voie de la philia. La pratique de l’octroi de domaines à des philoi suivi du rattachement de ces domaines à des cités qui, elles-mêmes accordaient la politeia à ces philoi, relevait d’une forme de poliadisation de l’entourage royal. C’est cette stratégie que semble illustrer l’exemple d’Aristodikidès à Ilion ou celui de Larichos à Priène72. On constate ainsi, dès le début du iiie siècle avant J.-C. en Asie Mineure, le souci d’adapter l’espace de la cour à l’espace royal, au moins dans sa partie occidentale73. Le territoire devenait ainsi le champ d’expression de la philia, c’est-à-dire celui d’une relation de nature personnelle entre le roi et son entourage. De fait, cette pratique contribuait à transformer un rapport de domination politique en un lien de nature personnelle. On peut y voir une sorte de substitut, partiel et inabouti, à l’appropriation corporelle achéménide.

35Le rapport du pouvoir à son territoire relevait aussi d’un enjeu de discours comme l’a bien montré John Ma à propos des rapports du pouvoir séleucide avec les cités d’Asie Mineure occidentale. Dans ce domaine, le discours royal relevait d’une sorte de mise en scène implicite d’un espace administré qui, d’une certaine façon, faisait violence à la réalité. Prenons l’exemple bien connu du prostagma d’Antiochos III pour la nomination de Nikanor comme grand prêtre en Asie Mineure. On rappellera que l’exemplaire retrouvé en Mysie associait trois documents sur la même pierre : le prostagma envoyé à Zeuxis, une lettre de Zeuxis à Philotas, sans doute un stratège, et une lettre de Philotas à un certain Ainéas. Mais, en-209, lors de la rédaction du prostagma, le roi était dans les Hautes Satrapies, bien loin de l’Asie Mineure et de ses agents royaux. La mise en forme de l’inscription, en suggérant une distance équivalente entre les différents niveaux de pouvoir, procédait donc à un écrasement de l’espace réel visant à renforcer l’autorité royale. De ce fait, l’inscription elle-même portait un discours implicite du pouvoir sur son espace. Ce n’est sans doute pas un hasard si ce type de document semble apparaître à partir du règne d’Antiochos III.

  • 74 I. Priene, 24 ; Ma, 2004b, no 32 (Zeuxis). Antiochos II envoya aussi un juge de Téos à Bargylia : I (...)
  • 75 Voir, sur ce point : Capdetrey, 2004.
  • 76 À Amyzon : Ma, 2004b, no 9-10. Également à Xanthos : Ma, 2004b, no 23-24. À Eurômos : Ma, 2004b, no(...)

36Ce discours du pouvoir royal pouvait, on le voit, reposer sur des effets d’écrasement de l’espace. Mais il pouvait aussi, à l’inverse, solliciter des processus de dilatation ou de mise à distance. Les relations établies avec les cités grecques, quel que fût leur statut, reposaient précisément sur une mise à distance, celle qui fondait le recours aux ambassadeurs et aux formes de relation d’État à État, même dans le cas de cités très modestes et totalement soumises comme Amyzon, à la fin du iiie siècle avant J.-C. L’espace de la philia kai summachia était ainsi régulé par des accords, dans une relation certes inégale mais qui ne peut être réduite à la simple domination. Cette domination pouvait notamment passer par l’instauration de relations triangulaires d’échange entre le roi et deux cités. C’est là une forme de relation bien attestée par la pratique de l’envoi de juges étrangers d’une cité vers une autre sur intervention royale. La cité de Priène fut ainsi sollicitée au milieu du iiie siècle avant J.-C. puis à nouveau par Zeuxis entre -196 et -190 pour l’envoi de juges dans d’autres cités74. Il semble aussi qu’une partie des revenus du trésor royal ait pu être redistribuée au profit des cités en difficulté sous formes de dons royaux75. Cette triangulation des rapports était ainsi créatrice d’un espace de solidarité interne au sein du territoire. La mise à distance des cités ne signifiait donc pas un renvoi à la simple périphérie ; elle marquait au contraire la création d’un nouvel espace fondé sur des solidarités régionales dont le roi était le garant et le principal promoteur. Son pouvoir n’était ainsi plus réductible à un simple rapport de domination. Cette intégration des territoires civiques au sein de l’espace de la souveraineté royale trouvait d’ailleurs une expression très claire dans les pratiques de certaines cités – les plus faibles – qui plaçaient, dans leurs intitulés de décret et par la datation selon l’ère séleucide, les marques de cette intégration76. L’enchâssement de ces marques de souveraineté royale et civique offrait une expression évidente de l’enchâssement des territoires.

Conclusion

37Le pouvoir séleucide était soumis à une rude tension entre la nature de ses fondements macédoniens, peu adaptés à sa réalité impériale, et l’ambition royale de contrôler un territoire immense. On trouve le reflet de cette tension dans la difficulté à nommer le territoire d’un point de vue central et univoque, holiste et englobant. C’est ce qui explique que le processus de territorialisation du pouvoir séleucide fut marqué par une certaine complexité. Nous avons tenté de montrer que chaque grande région avait une utilité dans le processus de légitimation du pouvoir séleucide. Il faut rappeler aussi que la diversité géographique de l’espace séleucide était doublée d’une diversité statutaire. Cette fragmentation n’était pas la marque d’une sorte d’inachèvement ou d’une irréductible incapacité à appréhender le territoire impérial. Au contraire, l’acceptation et l’entretien de cette diversité étaient aussi une façon d’assurer la pérennité du pouvoir royal, d’exprimer la cohésion de la construction territoriale et de mettre en scène l’action royale. L’enjeu essentiel était bien entendu l’intégration des périphéries politiques. Pour cela, le pouvoir séleucide renonça à toute attitude univoque. À l’intérieur de chacune des grandes catégories d’entités – ethnè, dynastes, sanctuaires et cités –, les formes de la domination séleucide furent définies en fonction des rapports de force et de l’intérêt idéologique et stratégique qu’il y avait à tenir étroitement telle ou telle région. Et tant que le pouvoir séleucide eut les moyens d’affirmer ou de réaffirmer son autorité, l’effectivité de la souveraineté royale reposa certes sur la coercition mais aussi sur des pratiques de collaboration et, dans une large mesure, sur des formes de discours dont le but était de donner sens, pour toutes les parties, à la construction territoriale.

Notes

1 Briant, 1996, notamment.

2 Nicolet, 1988 et 2001-2004 ; Ferrary, 1988 ; Hurlet, 2006a et 2008a.

3 Sur le royaume antigonide : Hatzopoulos, 1996. Sur le royaume lagide : Huss, 2001.

4 Kuhrt et Sherwin-White, 1993.

5 Savalli-Lestrade, 1998 ; Ma, 2004b.

6 Bickerman, 1938, p. 3-7.

7 App., Syr., 65, par exemple. Pour toutes les références littéraires : Bickerman, 1938, p. 5.

8 La Cambrigde Ancient History intitule le chapitre sur les Séleucides : « Syria and the East ».

9 Hatzopoulos, 1996, p. 167-171.

10 Briant, 1996, p. 194-196.

11 La prise de ce titre date probablement de 200. Voir Ma, 2004b, p. 217-222.

12 OGIS, 219, l. 2-19. Voir aussi Virgilio, 2003, no 7.

13 Sur ce terme qui renvoie à la Syrie du Nord : Capdetrey, 2007a, p. 246-248. On ne suit pas les analyses de D. Musti qui comprenait la Seleukis comme l’ensemble des possessions situées à l’est du Taurus : voir Musti, 1966, p. 61-80.

14 La même idée de rétablissement dans le pouvoir (archè) des ancêtres (progonoi) est exprimée à propos d’Antiochos IV dans un décret d’Athènes : OGIS, 248, l. 34.

15 À titre d’exemple : App., Syr., 52 ; Just., 36, 1, 10 ; Jos., AJ, 12, 434.

16 App. Syr. 48. Cette conception explique aussi que la perte de territoires n’ait pas remis en cause le principe même de la basileia.

17 Pour une réflexion sur ces questions : Kobes, 1996 ; Bosworth, 2002.

18 I. Pergamon, 160 (OGIS, 248), l. 13.

19 Par exemple OGIS, 224 (RC, 36), l. 22-23. Il s’agit de l’exemplaire retrouvé à Ériza, à la frontière de la Carie et de la Phrygie.

20 Cotton et Wörrle, 2007, l. 16-17.

21 Le terme fut repris dans cette acception par les rois de Commagène : voir SEG, 53, 1764, l. 5. Le décret milésien pour Eirénias évoque aussi la basileia séleucide dans le sens de territoire : Nouveaux choix, no 7, bloc II, l. 3. Dans le même sens, à propos de la basileia attalide, un décret de Claros : SEG, 39, 1244, l. 16-17.

22 Pol., 21, 45, 2.

23 Bickerman, 1938, p. 7-17.

24 Bertrand, 1992, p. 163-164.

25 Sans doute y eut-il sur ce plan décalage entre la royauté grecque et la royauté pharaonique. Voir Hölb, 2001, p. 77-123 ; Huss, 2001, p. 215-216.

26 Voir Will, 1979, p. 308-313 ; 1982, p. 51-69, 352-355 et 413-416.

27 App., Syr., 1-3.

28 Voir Capdetrey, 2007b, p. 193-213. Séleucos reçut le titre de « satrape d’Akkad » avant de prendre celui de « stratège/général » en-312 : Del Monte, 1997, p. 19-21. Sur l’entourage de philoi : Diod., 19, 56, 1-3. Voir aussi Savalli-Lestrade, 1998, p. 323.

29 À propos du retour et de la résistance de Séleucos, voir Diod., 19, 91-92, 4 et, surtout, La Chronique des Diadoques : Grayson, 1975, no 10b. Voir aussi : Van der Spek, 1992, p. 243-249 ; Capdetrey, 2007a, p. 35-38.

30 App., Syr., 58. Voir : Invernizzi, 1993, p. 230-250 ; Capdetrey, 2007a, p. 52-59.

31 Sur ces régions : Briant, 1990, p. 40-65. Sur l’unité administrative constituée par ces régions : Capdetrey, 2007a, p. 268-271.

32 Will, 1979, p. 263-313.

33 Sur Séleucos dans ces régions : Just., 15, 4, 12. Voir : Mehl, 1986, p. 156-193 ; Bernard, 1985, p. 80-95.

34 Mehl, 1986, p. 191-192.

35 Pour un bilan sur les fondations séleucides de Syrie : Sartre, 2001, p. 118-152.

36 Voir Capdetrey, 2007a, p. 59-76.

37 On pense en particulier à la circonscription administrative des régions situées à l’ouest du Taurus. Voir le prostagma de-209 pour la nomination de Nikanor : Ma, 2004b, no 4, l. p. 31-32.

38 Voir Ma, 2004b, p. 23-42.

39 Voir Cohen, 1995.

40 Voir Ma, 2004b, dans son ensemble.

41 Sur ce terme, voir Mileta, 2002.

42 Le terme chôra est employé dans une lettre à l’authenticité douteuse envoyée par Antiochos IV à l’ethnos juif. Son sens est celui de territoire royal : II Macc., 9, 2. Voir Sartre, 2001, p. 357-359.

43 I. Ilion, 33, l. 25-46 et l. 71-72.

44 Ajoutons que les sources babyloniennes semblent également distinguer un « domaine du roi » et les terres des temples : voir Van der Spek, 1995, no 9, l. 10, 11 et 19.

45 Christof Schuler développe un autre point de vue qui minimise les différences statutaires au sein du territoire royal : Schuler, 1998, p. 170-171.

46 Nombreux sont les documents qui évoquent la restitution d’un territoire par le roi, ou la garantie territoriale accordée par un roi. Par exemple, la restitution d’un territoire à Stratonicée par Séleucos Ier : I. Stratonikeia, 1001. En Babylonie, on sait le respect royal des terres sacrées. Voir Van der Spek, 1995, no 10, p. 241-245 à propos de l’attribution d’une terre à un temple de Kutha.

47 I. Priene, 1, l. 10-12. Voir Mileta, 2002, p. 159-160.

48 Jos., AJ, 12, 138-144.

49 Jos., AJ, 12, 141.

50 Voir le Cylindre de Borsippa : Weissbach, 1911, p. 132-135.

51 SEG, 47, 1745.

52 Il suffit de consulter le dossier des inscriptions d’Amyzon : Robert, 1983.

53 Nous renvoyons sur ce point aux contributions d’Ivana Savalli-Lestrade et de John Ma dans cet ouvrage.

54 Ma, 2004b, p. 133-185.

55 Briant, 1996, p. 488-528.

56 Bickerman, 1938, p. 166. Également Capdetrey, 2007a, p. 112-133.

57 Voir Sartre, 2003, p. 24-38.

58 On citera Lysias et Philomélos en Grande-Phrygie, Thémisôn en Carie orientale, les Lysimachides en Lycie et, sans doute, Olympichos en Carie. Voir Kobes, 1996.

59 Nous renvoyons sur ce point à la contribution de Marie-Christine Marcellesi dans cet ouvrage.

60 Voir : Wilhelm, 1911 ; Holleaux, 1942a ; Kobes, 1996, p. 77-78, 203 et 255-256.

61 Voir : Segre, 1938, p. 179-208 ; Holleaux, 1942b, p. 365-404 ; Savalli, 1987, p. 129-137 ; Domingo Gygax, 2001, p. 143-213.

62 Voir SEG, 54, 1353.

63 Sur Andragoras : Just., 41, 4, 7. Voir Lerner, 1999, p. 16-31. Sur Diodotos, son émancipation et ses monnayages : Just., 41, 4, 1-10. Voir : Bopearachchi, 1994 ; Lerner, 1999, p. 91-108 ; Houghton et Lorber, 2002, no 628-638.

64 Comme ce fut le cas avec Molon en Asie Mineure ou avec Timarchos dans les Hautes Satrapies. Voir Will, 1982, p. 17-23 et 367-369.

65 Pol., 8, 23.

66 Strab., 11, 14, 5. Voir Facella, 2006, p. 174-192.

67 Strab., 11, 14, 5.

68 Strab., 11, 14, 15.

69 I Macc., 10, 59-60.

70 Voir Capdetrey, 2007a, p. 374-383.

71 Voir Briant, 2006b, p. 347-350.

72 Aristodikidès : I. Ilion, 33 ; Larichos : I. Priene, 24.

73 Voir Savalli-Lestrade, 1998, p. 215-236.

74 I. Priene, 24 ; Ma, 2004b, no 32 (Zeuxis). Antiochos II envoya aussi un juge de Téos à Bargylia : I. Iasos, 608.

75 Voir, sur ce point : Capdetrey, 2004.

76 À Amyzon : Ma, 2004b, no 9-10. Également à Xanthos : Ma, 2004b, no 23-24. À Eurômos : Ma, 2004b, no 29. À Stratonicée (?) : I. Stratonikeia, 1030. À Tabai : Robert, 1954, no 3. À Suse : SEG, 7, 2 ; 17 et 15.

Auteur

Maître de conférence d’Histoire grecque à l’université de Poitiers. Spécialiste de l’organisation administrative, fiscale et idéologique du royaume séleucide. Il a publié Le pouvoir séleucide, Territoire, administration, finances d’un royaume hellénistique (312-129 avant J.-C.) (Rennes, 2007).

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search