Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Les coordonnées spatiales et temporelles

Introduction

Isabelle Cogitore

Texte intégral

1La première articulation des problématiques abordées dans cet ouvrage est spatiale et temporelle. Car qui veut poser en miroir et faire dialoguer deux mondes, deux cultures, deux empires, commence par s’interroger sur leur inscription dans des repères d’espace et de temps. Il s’agit ici de confronter des données afin de préciser d’une part le fonctionnement de chacun des royaumes ou empires considérés, et d’autre part les modes de contact entre eux.

2La complexité du vocabulaire moderne, qui n’est guère que l’écho du vocabulaire antique, amène à poser une équivalence entre espace et empire au sens géographique, mais aussi à réfléchir sur les liens entre territoire et pouvoir, de même que les termes basileia ou imperium ont ces deux acceptions. Réfléchir sur les formes de pouvoir en partant de la conception de l’espace propre à chaque formation étatique ouvre un champ d’investigation très riche : territoire et pouvoir sont des notions qui ne sont pas entièrement superposables, mais qui présentent une large intersection. Un pouvoir, royal ou impérial, ne se conçoit pas sans un lien avec un territoire. Mais le monde hellénistique offre une grande variété de situations, car les royaumes sont face à une difficulté majeure : la référence territoriale ne suffit pas à les décrire, ni même à les distinguer les uns des autres. En outre, le pouvoir royal hellénistique présente une série de variations, dans ses formes et ses manifestations, qu’il est indispensable de replacer dans un contexte spatial. Or, une fois cette difficulté abordée, le monde hellénistique doit ensuite s’appréhender dans son rapport à Rome, nouvelle puissance politique et géographique. La présence de Rome dans ce paysage introduit une tension supplémentaire, si l’on tente de voir fonctionner les liens qui tissent le pouvoir à l’échelle des territoires.

3Les différents territoires qui composent le royaume séleucide, étudiés dans le premier chapitre, offrent une variété de statuts qui démontre, entre autres, l’adaptabilité de la notion de marges. Au chapitre ii, quand Rome intervient dans ce paysage géopolitique, la question des marges, des périphéries et des frontières prend une couleur nouvelle, avec le développement d’un type de liens désigné au moyen d’un lexique de l’amitié ou par des métaphores variées. La notion de marges, de frontières s’enrichit donc de ce dialogue entre royaume et empire. De la sphère du pouvoir liée à celle du territoire, nous passons ainsi au lien qui s’établit entre pouvoir et frontières.

4Les deux pans de la réflexion menée ici sur le spatial font ressortir une constatation commune et fondatrice : le rôle du juridique est limité dans ces tensions entre pouvoir et territoire, entre pouvoirs et territoires. Au-delà du juridique, au-delà des règles et des statuts, c’est dans leur mode de fonctionnement que royaumes et Empire trouvent leur stabilité. Un bon exemple en est montré par l’importance des rituels et des symboles dans les déplacements royaux et impériaux, inscription concrète du pouvoir et de ses représentations dans l’espace géographique.

5L’articulation temporelle offre un autre chemin d’accès, lui aussi marqué dans une certaine mesure par le rituel et le symbolique, et abordé aux chapitres iii et iv de cette première partie. Tout comme, à propos de l’espace, on pouvait noter l’insuffisance du raisonnement juridique pour comprendre le phénomène des royaumes et de l’Empire, semblablement on voit, à propos du temps, que l’aspect « extérieur », se réduisant à des changements de noms dans les calendriers, ne suffit pas pour comprendre l’importance de la maîtrise du temps. Le cadre temporel, qui constitue certes une règle, est fixé, à l’époque hellénistique, par des décisions royales qui témoignent du lien intime entre temps et conception de la royauté. Dans les calendriers, les rois choisissent de s’inscrire dans des lignées ou de se poser en fondateurs. Ils ouvrent ainsi la voie à des rites, des commémorations liées à la nature du pouvoir comme à leur propre personne ; pour reprendre en le transformant le célèbre titre de Ernst Kantorowicz, on voit fonctionner ici les deux temps du roi : temps personnel et temps royal. Pour le monde romain, les calendriers, enrichis de symboles politiques propres, ont clairement le statut de liant, de ciment social, dans une construction qui passe par les rites, les temps forts et symboliques. De fait, avec l’étude du temps, on voit revenir la problématique du territoire : temps, espace, pouvoir forment les trois pôles d’un système mouvant et dynamique, aux applications variées dans les mondes hellénistique et romain.

Auteur

Professeur de langue et littérature latines à l’université Stendhal - Grenoble III. Ancienne élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’École Française de Rome, travaillant sur les points de contact entre la littérature et la politique aux débuts de l’Empire romain, elle a publié en 2002 La légitimité à l’épreuve des conspirations à l’époque julio-claudienne, BEFAR 313, Rome et prépare la publication d’une monographie sur la Libertas.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search