Version classiqueVersion mobile

Des rois au Prince

 | 
Ivana Savalli-Lestrade
, 
Isabelle Cogitore

Préface

Ivana Savalli-Lestrade

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage renvoie à la comparaison entre les royaumes hellénistiques et le principat, une problématique qui relève d’une part de la théorie ancienne de la translatio imperii, d’autre part de la question plus générale des continuités et des ruptures dans l’histoire des formations politiques de la Méditerranée et de l’Orient antiques.

  • 1 Briant, 1996 et 2003 ; voir aussi Payen, 2004.
  • 2 Virgilio, 2007b (2008).

2Lorsque les auteurs anciens d’histoires universelles s’intéressent aux dynasties royales hellénistiques, ils le font dans une optique moralisante souvent dépréciative, héritée de l’idéologie foncièrement antimonarchique de la polis. Cette idéologie s’est construite en grande partie après les guerres médiques et à travers l’élaboration d’un modèle culturel négatif de l’Empire perse comme État despotique et décadent, modèle dont Pierre Briant a largement démontré le caractère abusif1. L’historiographie ancienne relative aux rois hellénistiques stigmatise bon nombre des faiblesses jadis imputées au Grand Roi – la tryphè, l’arbitraire et le manque de discernement du souverain et de ses proches – comme on le constate aisément chez ce témoin tout à fait exceptionnel de la chute des rois hellénistiques et de l’essor de la puissance romaine qu’est Polybe de Mégalopolis2.

  • 3 Franco, 1993.
  • 4 Landucci Gattinoni, 1987 ; Landucci Gattinoni, 2005. Sur l’historiographie relative aux Séleucides (...)

3Mais, à côté de cette approche maximaliste, l’on décèle parfois, y compris déjà chez Polybe, une mise en perspective de l’histoire des rois hellénistiques qui, sans nécessairement remettre en discussion ni la primauté de l’hégémonie de Rome, ni la dégénérescence précoce et inexorable des royaumes hellénistiques, fait une place plus qu’honorable à des pans entiers de cette histoire ou du moins à certains de ses acteurs : d’où la valorisation, chez Trogue-Pompée, de l’expérience des Diadoques3, la présentation élogieuse de plusieurs Diadoques, notamment Séleucos Ier et Ptolémée Ier, chez Diodore4, et même de quelques Épigones, par exemple Antigone Doson, Ptolémée VI, Démétrios Ier, chez Polybe et Diodore.

  • 5 Ferrary, 2003b.

4La condamnation des dynasties royales gréco-macédoniennes sur le plan éthique et culturel va de pair avec la sous-estimation de leur rôle politique et guerrier, puisque les victoires de Rome en-189 et en-168 ont signé la fin du monde multipolaire qui avait vu le jour dès la mort d’Alexandre le Grand – monde que les guerres et la diplomatie des rois avaient contribué à renforcer pendant deux siècles de conflits quasi ininterrompus – et consacré le triomphe de la superpuissance romaine5.

  • 6 Muccioli, 2005.

5Les historiens anciens ont eu beaucoup de mal à intégrer les vicissitudes des royaumes hellénistiques dans leur récit. Il nous suffira d’évoquer les exemples de Polybe et de Diodore, qui se situent chronologiquement et culturellement aux deux extrémités du processus de la conquête romaine de l’oikouménè. Polybe, limité à la fois par sa perspective péloponnésienne et par son souci exclusif du présent, fait la part belle à la Macédoine, mais en l’envisageant uniquement en tant que puissance européenne. Deux siècles plus tard, Diodore fait preuve d’une bien plus grande ouverture, sans toutefois que l’on puisse aisément discerner de véritable fil conducteur dans sa présentation de l’histoire des royaumes du passé : s’il fait valoir la puissance virtuelle de l’Égypte lagide, il semble surtout concerné par l’œuvre des Antigonides et des Séleucides, montrés semble-t-il comme héritiers respectivement en Europe et en Asie de l’empire divisé d’Alexandre le Grand6.

  • 7 Ferrary, 2003a.

6Un fait qui témoigne de la difficulté à intégrer dans l’écriture de l’histoire les rois hellénistiques est que ces derniers, victimes d’un double déficit de reconnaissance – idéologique et militaire –, ont été fondamentalement écartées des schémas de succession des empires élaborés par l’historiographie ancienne depuis Ctésias, alors même que les cités de Sparte, de Thèbes et d’Athènes ont pu y être incorporées7. Tout se passe en effet comme si, dès l’époque augustéenne, la complexité du monde hellénistique et de l’œuvre des dynasties gréco-macédoniennes avait été mise pour ainsi dire entre parenthèses, le pouvoir suprême étant censé être parvenu sans transition – par-dessus Antiochos III et Persée, sans parler des derniers rejetons des Séleucides et des Lagides ou de ces « outsiders » qu’ont été les Attalides – de la Macédoine d’Alexandre le Grand à Rome.

  • 8 Suét., Aug., I, 18 ; voir aussi Dion, 51, 16, 5.
  • 9 Geraci, 1983.
  • 10 La bibliographie sur « Alexandre le Romain » est énorme : voir Kienast, 1969 ; Vidal-Naquet, 1984, (...)

7Les rois hellénistiques ne méritent même pas le titre de rois : ils ne sont que poussière, comme le proclame l’anecdote célèbre racontée par Suétone8 au sujet d’Auguste rendant hommage à la momie d’Alexandre mais refusant de se recueillir sur les tombeaux des Ptolémées. Si le mépris d’Auguste est contextuel à la lutte contre Antoine et Cléopâtre et à la « terreur de l’Égypte9 », il ne s’applique pas moins à l’ensemble des dynasties gréco-macédoniennes : le miroir de la royauté d’Alexandre est le seul qui puisse désormais être tendu au Prince10.

***

8L’étude des conditions dans lesquelles l’hégémonie romaine remplaça et unifia la domination multipolaire des royaumes hellénistiques impose aujourd’hui non seulement une critique préalable du filtre idéologique à travers lequel l’héritage hellénistique a été perçu et transmis dans la tradition historiographique grecque et romaine, mais aussi un nouveau travail de réflexion commune de la part des spécialistes d’histoire hellénistique et d’histoire romaine sur le corpus documentaire sans cesse accru des inscriptions, des papyrus, des monnaies et des monuments archéologiques. Afin de préciser les tenants et les aboutissants de cette collaboration, il me semble instructif d’évoquer brièvement l’évolution du débat sur la nature du principat et sur le rôle du princeps depuis Auguste jusqu’aux Antonins, car bon nombre des avancées qui ont eu lieu sur ce thème capital de l’histoire romaine ne sont pas sans rappeler celles qui se sont produites – de manière apparemment indépendante – dans les recherches récentes d’histoire grecque sur les royautés hellénistiques.

  • 11 Scheid, 1990a, chap. i, « Du princeps à l’empereur », p. 1-46.
  • 12 Veyne, 2005, p. 50-63.
  • 13 Wallace-Hadrill, 1982 (avec un bref aperçu de l’arrière-plan hellénistique du cérémonial impérial, (...)

9Comme John Scheid l’a observé dès 1990, la théorie de Theodor Mommsen d’une « dyarchie » formelle entre le princeps et le peuple romain et la théorie défendue par Anton von Premerstein d’une monarchie déguisée ont fait progressivement place à une théorie synthétique qui souligne davantage les continuités juridiques et institutionnelles entre la res publica et le principat augustéen. Celui-ci est véritablement la res publica restituta, assortie cependant d’une série de privilèges et d’innovations qui ont consolidé l’auctoritas du princeps et la prééminence politique de la famille impériale11. Or, malgré la persistance du cadre républicain, le mépris affiché de la royauté et le refus rituel, par Auguste, Tibère ou Trajan, des honneurs et des commandements extraordinaires votés par le Sénat, le Prince lui-même n’est pas à l’abri de critiques négatives de même nature que celles habituellement adressées aux basileis hellénistiques : les « Césars fous » dont l’histoire et l’historiographie romaine est si riche le prouvent bien12. C’est que, comme l’indique le titre percutant d’un article d’Andrew Wallace-Hadrill consacré au code de conduite des empereurs romains avec leurs sujets, le rôle du Prince est affecté par une ambivalence structurelle entre l’idéal civique et le modèle royal13.

  • 14 Millar, 1977 (1992).
  • 15 Eck, 1992 ; Eck, 1998b ; Burton, 2002.
  • 16 Ce thème important, brièvement abordé dans Crook, 1975, Gaudemet, 1982 et Démougin, 2001, a fait l (...)
  • 17 Winterling, 1999 et 2008.
  • 18 Price, 1984 ; Fischwick, 1987-2005 ; Gradel, 2002 ; Scheid, 2004.

10D’une manière générale, cette caractérisation du rôle du Prince est partagée, avec plusieurs variantes, par les recherches sur le pouvoir impérial des trois dernières décennies, dans des domaines aussi divers que, par exemple, la communication officielle, le développement de la cour ou l’essor du culte impérial. Dans le domaine de la communication officielle, l’approche novatrice de Fergus Millar14, qui a insisté sur l’aspect « passif » et « réactif » du pouvoir décisionnel du Prince, a été en partie remplacée par la tendance actuelle qui, faisant valoir les conditions qui ont présidé à la transmission de la documentation administrative – en particulier le choix des demandeurs de publier sur matériau durable les actes juridiques qui leur sont favorables –, préfère souligner l’aspect « actif » et « volontaire » des décisions impériales15. Dans le domaine de la cour, la reconnaissance de la filiation entre les modèles aristocratiques républicains de sociabilité et le cercle des amici principis16 se combine avec la valorisation du modèle monarchique de l’aula Caesaris17. Concernant le culte « impérial », l’on a utilement progressé dans la distinction entre le culte des Diui (les empereurs défunts et divinisés) strictement réglementé par le Sénat, et une pluralité de formes d’hommage et de manifestations du sentiment religieux adressées par les particuliers, par les associations et par les communautés à l’empereur et aux membres de la famille impériale dès leur vivant, selon des modalités qui restent à comparer dans les parties occidentale et orientale de l’empire18.

  • 19 Savalli-Lestrade, 1998.
  • 20 Ma, 1999.
  • 21 Chankowski et Duyrat, 2005.
  • 22 Callataÿ et Le Rider, 2006.
  • 23 Capdetrey, 2007a.
  • 24 Veyne, 2005.
  • 25 Heller, 2006.
  • 26 Hurlet 2006a.

11On peut se demander si ce qui vaut pour les recherches actuelles sur le Prince et sur le principat ne vaut pas aussi, mutatis mutandis, pour celles sur les rois hellénistiques. En effet, plusieurs publications attestent, notamment en France, du renouvellement des unes et des autres et incitent à approfondir ce qui, sur le plan des orientations et des problématiques, rapproche les historiens du principat et ceux du monde hellénistique. Concernant plus spécialement l’Orient gréco-romain, l’on songe, sur le versant hellénistique, aux monographies Les Philoi royaux dans l’Asie hellénistique19 et Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor20, qui jettent de nouveaux éclairages sur les échanges multiples entre rois, cités et cercles dirigeants, et aux ouvrages Le Roi et l’économie21, Les Séleucides et les Ptolémées22 ou Le Pouvoir séleucide23, qui ont abordé franchement la question de la force de l’appareil d’État dans la gestion de l’économie et des finances et corrigé les modèles du « libéralisme séleucide » et du « dirigisme lagide ». Sur le versant romain, aux ouvrages L’Empire gréco-romain24 ou Les Bêtises des Grecs25, qui ont enrichi le questionnement sur les rapports entre Rome et le monde grec et expliqué de manière originale la persistance, la résistance et les transformations de l’identité hellénique, et à la monographie Le Proconsul et le Prince, d’Auguste à Dioclétien26, qui restitue la complexité des liens entre le Prince et les gouverneurs des provinces « publiques » en combinant le droit, l’histoire des institutions et la sociologie et en replaçant les relations hiérarchiques dans le cadre des modes de communications entre centre et périphérie.

  • 27 Ma, 2004a.

12Il existe plusieurs points communs entre tous ces travaux – et bien d’autres que nous ne pouvons pas tous citer –, mais le plus important, dans la perspective comparatiste qui est la nôtre, est la tendance à concevoir le pouvoir royal ou impérial comme un processus plus que comme une entité figée dont l’histoire serait écrite d’avance. On constate également, d’une part, une réhabilitation de l’expérience historique des royautés hellénistiques qui, malgré leurs multiples fragilités, n’apparaissent plus ni aussi dépourvues de structure et d’inventivité que par le passé, ni réductibles à un modèle uniforme27 ; d’autre part, une prise en compte plus subtile de la romanisation des provinces et des échanges entre les directives du centre et les applications ou les démarches locales, selon des schémas qui reprennent en partie ceux qui ont été mis en œuvre par les rois hellénistiques.

***

13Malgré les indéniables convergences sur le plan des méthodes, des analyses et des résultats, les spécialistes d’histoire hellénistique et les spécialistes d’histoire romaine s’ignorent trop souvent. En partant de ce constat, il nous a paru opportun de les entendre dialoguer autour des dynamiques du pouvoir central et de sa capacité à façonner un royaume ou un empire dans l’Orient gréco-romain (entendu au sens large, c’est à-dire de l’Anatolie à l’Oxus, en passant par l’Égypte, le Levant et la Babylonie) de la mort d’Alexandre à la mort de Trajan.

  • 28 Veyne, 2005, p. 15 et suiv.

14Nous avons cherché à recentrer la problématique de l’interaction entre dominant et dominé qui, à la suite des travaux de Fergus Millar, a surtout valorisé l’initiative des dominés lorsque celle-ci est connue, comme c’est le cas pour les poleis. Il nous a semblé que, par-delà la distance infranchissable qui existe entre le Prince, issu de la cité de Rome et « mandataire » de celle-ci28, et les rois hellénistiques, qui perpétuent leurs dynasties en dehors et au-dessus des cités, des conduites semblables peuvent être dégagées dans une multitude de domaines, et que la problématique des continuités et des ruptures pouvait très utilement être explorée au cœur même du centre du pouvoir monarchique : de l’appréhension de l’espace géographique et idéologique de l’empire (ou des royaumes) à la création, diffusion et sélection de repères temporels communs ; de la représentation des rois et des empereurs dans le cadre des audiences et de la correspondance écrite à la présence multiple et multiforme des statues et des « portraits » monétaires des souverains ; de l’idéologie dynastique subtilement mise en musique par les poètes grecs vivant à la cour d’Alexandrie et de Rome à la persistance insoupçonnée des cultes royaux et à l’émergence du culte « impérial » dans les cités d’Asie.

15Chaque sujet a été abordé conjointement par des spécialistes des deux domaines, hellénistique et romain, soucieux de réfléchir ensemble aux mêmes questions et de confronter leurs résultats, de manière à souligner autant les différences – inévitables – que les analogies – auxquelles l’on n’aurait peut-être pas pensé séparément. Les thèmes examinés dans les quatorze contributions ici réunies ne prétendent pas épuiser le questionnaire, car nous avons dû opérer un choix pour ce livre. Nous espérons que les résultats de la présente initiative inciteront à poursuivre le dialogue engagé ici entre historiens du monde hellénistique et du monde romain.

16Pour conclure, il m’est très agréable de remercier les collègues et amis qui ont participé à ce travail et qui, par leur zèle dans la mise en forme de leurs contributions, présentées lors d’une table ronde les 23 et 24 mai 2008 au Centre Gustave-Glotz, ont permis que la publication s’effectue dans des délais raisonnables. Je tiens à exprimer ma reconnaissance à Jean-Michel David, qui a encouragé le projet scientifique dont cet ouvrage est l’aboutissement, et à Jean-Louis Ferrary, qui nous avait fait l’amitié et l’honneur de présenter les conclusions de la table ronde. Mes remerciements vont également au CNRS, pour son soutien financier, et aux Éditions Ellug, qui ont accepté d’accueillir le volume dans la collection « Des Princes », dirigée par Isabelle Cogitore.

Notes

1 Briant, 1996 et 2003 ; voir aussi Payen, 2004.

2 Virgilio, 2007b (2008).

3 Franco, 1993.

4 Landucci Gattinoni, 1987 ; Landucci Gattinoni, 2005. Sur l’historiographie relative aux Séleucides, voir à présent Primo, 2009.

5 Ferrary, 2003b.

6 Muccioli, 2005.

7 Ferrary, 2003a.

8 Suét., Aug., I, 18 ; voir aussi Dion, 51, 16, 5.

9 Geraci, 1983.

10 La bibliographie sur « Alexandre le Romain » est énorme : voir Kienast, 1969 ; Vidal-Naquet, 1984, p. 330-343 ; Kühnen, 2008.

11 Scheid, 1990a, chap. i, « Du princeps à l’empereur », p. 1-46.

12 Veyne, 2005, p. 50-63.

13 Wallace-Hadrill, 1982 (avec un bref aperçu de l’arrière-plan hellénistique du cérémonial impérial, qui mériterait d’être approfondi : voir Savalli-Lestrade, 2007).

14 Millar, 1977 (1992).

15 Eck, 1992 ; Eck, 1998b ; Burton, 2002.

16 Ce thème important, brièvement abordé dans Crook, 1975, Gaudemet, 1982 et Démougin, 2001, a fait l’objet en 2004 d’une thèse (en cours de publication) d’Arnaud Suspène à l’EPHE (IVe section) « Amici principum : un aspect d’histoire politique romaine du dernier siècle de la République aux Flaviens ».

17 Winterling, 1999 et 2008.

18 Price, 1984 ; Fischwick, 1987-2005 ; Gradel, 2002 ; Scheid, 2004.

19 Savalli-Lestrade, 1998.

20 Ma, 1999.

21 Chankowski et Duyrat, 2005.

22 Callataÿ et Le Rider, 2006.

23 Capdetrey, 2007a.

24 Veyne, 2005.

25 Heller, 2006.

26 Hurlet 2006a.

27 Ma, 2004a.

28 Veyne, 2005, p. 15 et suiv.

Auteur

Chercheur au CNRS (UMR 8210-ANHIMA, Anthropologie et histoire des mondes anciens, Paris). Épigraphiste et historienne du monde hellénistique, ancienne élève de la Scuola Normale Superiore di Pisa. Ses recherches portent sur l’entourage royal et sur la vie de cour dans les royaumes hellénistiques, sur les sociétés civiques, sur le rôle public des femmes et des reines. Elle a publié principalement l’ouvrage Les philoi royaux dans l’Asie hellénistique (Genève-Paris, 1998).

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search