Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume II

 | 
Martine Furno

Horace

Martine Furno et Denis Merle

Texte intégral

1

1– 1691 (privilège du 14 novembre 1675, registre le 16 novembre ; achevé d’imprimer le 30 juin 1691) (exemplaire consulté : BM Grenoble, F 4387)

2– lieu d’édition : Paris

3– imprimeur : Frédéric Léonard

4– commentateur : Louis Desprez.

2

  • 1 Cette notice a été complétée, rédigée et mise en forme par Martine Furno, à partir de la documentat (...)

5Voir notice1 sur Juvénal et Perse, p. 359.

3

6Les éditions antérieures sont légion. En dehors de l’édition princeps de 1470, on peut citer cependant, pour leur importance intrinsèque et pour la reprise probable que Desprez en fait :

7– 1482, Florence, et 1483, Venise, éditions procurées par Cristoforo Landino

8– 1549, Paris, Henri Estienne

9– 1561, puis 1567, Paris, Lambin

10– 1578, Anvers, van Cruucke ; édition comportant un long commentaire, souvent reprise en Europe du Nord dans le courant du xviie siècle

11– 1605, Anvers, Plantin, édition procurée par Heinsius

12– 1681-1689, Paris, Thierry et Barbin, édition avec une traduction française et des notes de André Dacier

  • 2 Pour la fortune de l’auteur au xviie siècle, voir J. Marmier, Horace en France au xviie siècle, Par (...)

13– 1683, Paris, Toulouse, Colommiers et Posuel, édition procurée par le père Rodeil, s. j., faite sur le patron des édition Ad usum Delphiniet librement adressée au Dauphin par Rodeil, mais sans faire officiellement partie de la collection2.

14L’édition d’Horace qui suit celle de Desprez est celle de Jouvency, en 1696-1697. L’Horace de Desprez a été repris en 1695 à Amsterdam, puis à Londres plusieurs fois dans le courant du xviiie siècle et au-delà, notamment dans la collection Valpy.

4

TITRE

15QUINTI | | HORATII | | FLACCI | | OPERA, | | INTERPRETATIONE ET NOTIS ILLUSTRAVIT | | LUDOVICUS DESPREZ | | Cardinalitius Socius ac Rhetor Emeritus, | | JUSSU | | CHRISTIANISSIMI | | REGIS | | IN USUM | | SERENISSIMI | | DEPLHINI | | AC SERENISSIMORUM PRINCIPUM | | BURGUNDIAE, ANDIUM, BITURIGUM. | | [marque d’imprimeur] | | PARISIIS, | | Excudebat Fredericus Leonard, Regis ac Serenissimi | | Delphini Architypographus. | | [filet] | | M.DC.XCI. | | CUM PRIVILEGIO SUAE MAJESTA TIS.

FORMAT

16Format in-4°. Pièces liminaires non paginées, mais feuillets généralement signés alphabétiquement, puis texte à la fois paginé et signé alphabétiquement, enfin les deux index sont signés alphabétiquement.

CONTENU

17L’édition comporte deux tomes en un seul volume.

Tome I

18– Épître dédicatoire au Dauphin (SERENISSIMO DELPHINO, six pages)

19– Préface (PRAEFATIO, une page)

20– ERRATA (même page)

21– Vie d’Horace (Q. HORATII FLACCI VITA, en bas de la même page et en haut de la page suivante)

  • 3 Les auteurs cités sont : Ovide, Perse, Martial, Pétrone, Lucain, Quintilien, Ausone, saint Jérôme, (...)

22– Témoignages des auteurs anciens sur Horace (TESTIMONIA VETERUM SCRIPTORUM DE HORATIO3, sur la même page et en haut de la page suivante)

23– Privilège du Roi (en bas de la même page et sur toute la page suivante)

24– Odes, livres I à IV (p. 1-424)

  • 4 Les Épodes sont présentées selon un usage longtemps adopté, comme le livre V des Odes (« Q. Horatii (...)

25– Épodes4 (p. 425-494)

26– Chant séculaire (p. 495-504).

Tome II

27– Satires (p. 505-722)

  • 5 Il n’existe pas de présentation comparable pour les Odes, les Épodes, le Chant séculaire et les Sat (...)

28– Épîtres (précédées d’une page de présentation5, p. 723-871)

29– Epître aux Pisons (précédée d’une page de commentaire, p. 872-914)

30– INDEX RERUM NOTABILIUM, Quae reperiuntur tum in Carminibus Horatii, tum in Annotationibus nostris, quatorze pages sur deux colonnes

31– INDEX VOCABULORUM OMNIUM, QUAE IN HORATIO LEGUNTUR, 110 pages sur 3 colonnes).

32Chaque pièce est précédée d’un court argument. Voici, à titre d’exemples, celui de l’ode I, 19 (Mater soeva Cupidinum) : « Glycerae se uri amore scribit » (« Il écrit qu’il brûle d’amour pour Glycère ») et celui de la satire I, 9 (Ibam forte via sacra) : « Describit obvii cujus dam importunam & obstinatam loquacitatem » (« Il décrit le bavardage importun et opiniâtre d’un homme qu’il a rencontré en chemin »).

33L’emploi d’arguments avant chaque pièce, déjà présent dans l’édition de Rodeil, exception faite de l’Art poétique, se retrouve durablement, dans nombre d’éditions horatiennes, jusqu’au xixe siècle.

34Le texte est numéroté tous les cinq vers, commodité absente du travail de Rodeil. L’ensemble est disposé sur la page selon les trois blocs habituels de la collection : texte, interpretatio en deux colonnes, et notes sur deux colonnes. Quand un poème se termine dans le cours d’une page, le texte est immédiatement suivi de son interpretatio et de ses notes, et le bloc tripartite reprend ensuite, pouvant donc se trouver multiplié par deux sur une même page. Quand un livre se termine dans le cours d’une page, un cul-de-lampe prend place dans la partie restante de la page, et le livre suivant commence sur la page suivante.

5

  • 6 Odes, 3, 13, 5.

35Il est très difficile de savoir exactement les critères qui ont présidé à l’établissement du texte, en l’absence non seulement de toute mention explicite d’une quelconque méthode critique, mais également de toute allusion à des éditions précédentes, et encore plus à des manuscrits du texte. La critique textuelle sur Horace est relativement conformiste au xviie siècle ; les éléments de base de l’établissement du texte restent l’édition de Lambin, et celle d’Heinsius qui n’a pas été grandement novatrice. De plus, il semble que établir derechef le texte n’ait pas été le souci de Desprez : il reprend apparemment pour l’essentiel le texte de Rodeil, qui reprenait déjà celui de ces prédécesseurs. Desprez s’en éloigne quelquefois de manière assez incompréhensible, et sans donner d’explication : pourquoi éditer, dans l’Ode à la fontaine de Bandusie, au vers6, Primis et Venerem praelia destinat plutôt que Primis et Venerem et Praelia destinat, leçon que l’on retrouve dans toutes les éditions courantes qui précèdent ? On ne sait s’il s’agit là d’une décision esthétiquement motivée, ou d’une coquille, dans un texte qui au demeurant en compte fort peu. Ce dédain pour l’aspect philologique de son travail est aussi visible dans les notes : les remarques critiques y sont inexistantes, ou véritablement rarissimes, car des sondages sur des passages stratégiquement choisis et une lecture cursive du volume ne nous en ont fait repérer aucune. Sans doute les conditions de publication expliquent-elles partiellement cet état des choses : il n’est pas impossible que Desprez ait repris les notes déjà existantes des érudits qui s’étaient attelés à ce travail avant lui, et qu’il n’ait pas cherché à les approfondir, mais plutôt à les mettre en forme. La publication de l’Horace fait alors un peu figure d’œuvre pie, réalisée sans doute autant pour des raisons commerciales (permettre à Léonard d’user de son privilège) que pour des raisons de cohérence intellectuelle (terminer l’ensemble des « grands » auteurs dans la collection, qui ne pouvait avoir illustré Virgile par exemple, et se passer d’Horace).

  • 7 « Au moment où je suis en besogne », Satires, I, 2, v. 127 (traduction de F. Villeneuve, CUF).
  • 8 Ibid., v. 70 (à l’accusatif, cunnum) ; I, 3, v. 107.
  • 9 Satires, I, 2, v. 68.
  • 10 Horatium in quibusdam nolim interpretari. Pudor nempe vetat.

36Pour se conformer aux critères de la collection, l’édition est expurgée des obscoena, signalés par des étoiles dans le fil du texte ; mais, contrairement aux autres volumes Ad usum Delpbini, ces obscoena ne sont pas repris à la fin du volume. C’est là, partiellement, le procédé de l’édition de Rodeil, qui, adressée à un Dauphin encore écolier, coupe le texte d’Horace, mais sans mentionner la présence ni l’ampleur de ces coupes, et sans garder ces passages dans le volume. Les limites de cette expurgation sont toutefois repoussées aussi loin que possible par Desprez, qui ne se montre pas plus pudibond que certains lecteurs antiques d’Horace, tel Quintilien, qui avouait être choqué par certains vers. Du reste, les coupures pudiques vont de plusieurs vers à deux mots seulement (dum futuo7), voire un seul, cunnus8 (sexe féminin), ou encore muttonis9 (génitif de mutto : sexe masculin). Les chastes étoiles apparaissent dans les Satires et dans les Épodes. Pour les huitième et douzième épodes, regardées, depuis l’Antiquité, comme les plus libres de toutes les pièces horatiennes, le jugement de Quintilien tient lieu de commentaire, dans les Annotationes : « Je ne saurais éclairer Horace dans certains passages. La pudeur, de toute évidence, l’interdit10. »

  • 11 Etenim ante Helenam mulieres fuerunt causa bellorum funesta.

37Dans l’interprétatio, des étoiles font écho au passage supprimé, ou encore, fait notable, une édulcoration est proposée. Par exemple, pour la satire I, 3, vers 107, le mot cunnus, censuré dans le texte, est traduit par la synecdoque mulieres (« femmes ») : « En effet, avant Hélène, il y eut des femmes qui furent la cause funeste de guerres11. »

38Desprez cherche donc à sauver l’intelligibilité du texte horatien, autant que le permettent les convenances.

  • 12 Ibid., v. 116.
  • 13 Ibid., v. 26.
  • 14 Satires, I, 6, v. 103.
  • 15 Satires, I, 2, v. 44.
  • 16 Ibid., v. 45.

39En outre, les index suivent fidèlement les suppressions pratiquées dans le texte. Sont donc absents les substantifs cunnus et muttonis. Les mots qui apparaissent dans deux types de passages, l’un jugé convenable, l’autre, indécent, sont répertoriés dans les index pour les seuls passages considérés comme décents. Ainsi, pour le nom inguen (« aine, parties génitales »), la forme inguina12 est absente, alors que la forme inguen13 est recensée. Le terme calones (« valets, palefreniers »), qui n’a en soi rien de choquant, est retenu pour un passage acceptable14, mais censuré pour le passage pudiquement constellé dans lequel il se trouve15. Le nom cauda (« queue »), employé dans son sens premier, est menmentionné ; en revanche, l’acception sexuelle, métaphorique, du même mot est tenue à l’écart16.

  • 17 La traduction de la douzième épode, incomplète comme celle de la huitième, est aussi constellée par (...)

40À titre de comparaison, dans les éditions contemporaines et postérieures, on peut noter que Dacier ne traduit pas la fin de la huitième épode ; il recourt à des étoiles. Au reste, la traduction des vers précédents est édulcorée. Cependant, le texte latin est entièrement reproduit, de même que celui de la douzième épode17. Jouvency écarte systématiquement toutes les odes et épodes qui offensent un tant soit peu la vertu, sans même indiquer leur suppression : la numérotation continue les dissimule. Ainsi, au livre II, la sixième ode devient la quatrième chez Jouvency, du fait de l’évincement pudique des quatrième et cinquième odes, Ne sit ancillae tibi amor et Nondum subacta. Pour les satires, aucune pièce n’est entièrement absente, seuls certains passages étant plus libres que le reste. Jouvency a recours à deux solutions. Il supprime les endroits jugés indécents, sans indiquer d’aucune manière sa censure, une fois encore. Ainsi la satire I, 2 s’arrête-t-elle sur les mots Nil medium est, au début du vers 28, alors que la satire compte cent trente-quatre vers. L’autre procédé employé par Jouvency est le remplacement d’un terme cru par un synonyme convenable, non seulement dans l’interpretatio, comme le fait, à l’occasion, Desprez, mais dès le texte. Ainsi, au vers 107 de la satire 1, 3, au lieu du nom cunnus figure le terme mulier.

41L’épître dédicatoire et la préface donnent, elles aussi, l’impression qu’avec cette publication, on a voulu achever, peut-être à moindre frais et peut-être coûte que coûte, une entreprise dans laquelle Desprez n’aurait pris qu’une part de mise en forme. L’épître dédicatoire, courte malgré le nombre de pages qu’elle occupe grâce à son très gros module d’italiques, se contente d’évoquer un parallèle rapide entre le Dauphin et Drusus, la gloire de Louis XIV, et les espoirs placés dans les trois enfants du Dauphin. Rien ne mentionne particulièrement l’adéquation de la publication du poète à la personne du Dauphin.

  • 18 Atque interpretandi et annotandi provinciam duobus subinde viris erudidone conspicuis commiserunt. (...)
  • 19 Spatiare mecum [...] ad argutos et dulces Venusinni Cycnis cantus.

42La préface est encore plus étonnante au regard des autres préfaces de la collection, car elle est très brève (moins d’une page) : Desprez y explique les raisons de la date tardive de parution par la mort des deux commentateurs successifs auxquels Montausier, Bossuet et Huet (c’est l’occasion de les mentionner brièvement tous les trois) avaient confié la tâche. Desprez ne les mentionne ni l’un ni l’autre, et ne précise pas à quel stade d’avancement il a pris la suite de leurs travaux, « au grand dam du public » pense-t-il, qui doit cependant se souvenir de son Juvénal précédent et être indulgent18. Là non plus, aucune allusion n’est faite au poète lui-même, hormis les banalités d’usage (« promène-toi avec moi [...] parmi les pointes et les douceurs du chant du Cygne de Venouse19 »), ni à l’histoire du texte, ni même à son élucidation, notamment par l’interpretatio. Desprez ne mentionne, là encore de manière conventionnelle, que les notes, « non moins soignées, et même un peu plus abondantes » que celles rédigées jadis pour Juvénal et Perse.

43L’interprétatio est continue, comme pour tous les poètes de la collection ; elle respecte les règles fixées par Montausier : glose systématique du texte par des synonymes, et dans un latin le plus proche possible de l’ordre du français. Desprez, comme les autres, signale en caractères droits les mots qu’il ajoute au texte d’Horace. Il reste que cette interprétatio est très proche de celle de Rodeil, sans qu’on puisse formellement accuser Desprez de plagiat. Les expressions souvent se reprennent, se répondent, quelquefois avec d’infimes variantes orthographiques (annon pour an non, par exemple), mais on peut penser à une copie de l’un par l’autre autant qu’aux contraintes imposées par un même exercice de traduction, avec les mêmes règles, sur un même texte, ce qui oblige forcément les deux commentateurs à se retrouver chemin faisant sur les mêmes expressions.

  • 20 Il s’agit de traductions d’expressions jugées inexplicables en latin. Pour le vers 202 de l’Art poé (...)

44Les notes sont assez nombreuses et volontiers copieuses. Elles correspondent aux trois catégories analysées par Bruno Bureau dans d’autres ouvrages de la collection, dans des proportions similaires. La place la plus importante est accordée aux explications et à l’érudition, dans tous les domaines, surtout dans ceux de la mythologie, de l’histoire et de la vie romaine. Les notes comportent du grec, à l’occasion (les citations d’auteurs grecs ne sont pas rares, à côté de celles d’auteurs latins). Le français n’y apparaît qu’exceptionnellement20.

45L’édition horatienne présente, par rapport au reste de la collection, une particularité, liée à la nature même de l’œuvre. Il s’agit de la scansion. En effet, la poésie lyrique d’Horace – Odes, Épodes, Chant séculaire – repose sur une extraordinaire diversité métrique. Les Remarques de Dacier n’apportent aucune précision sur ce point, fort délicat pour le lecteur. Desprez se distingue donc notablement de son illustre devancier, dans ce domaine, en fournissant d’utiles renseignements.

46Deux méthodes peuvent être adoptées pour rendre compte de la scansion horatienne. L’une d’elle consiste en une notice d’ensemble, placée avant ou après l’œuvre elle-même. Cette analyse systématique, souvent proposée dans les éditions du xixe siècle et employée dans la Collection des universités de France, par exemple, est celle que propose Jouvency au début de son ouvrage. Desprez utilise l’autre méthode. Il procède pièce par pièce, pour la seule partie lyrique, la versification des Satires et des Épîtres ne faisant l’objet d’aucune mention, du fait, probablement, que l’hexamètre dactylique est considéré comme suffisamment connu du lecteur. Pour chaque pièce des Odes, des Épodes et du Chant séculaire, au tout début des Annotationes, Desprez indique sur quel type métrique elle repose.

47Voici la remarque concernant l’ode I, 2, fondée sur la strophe sapphique, formée de trois sapphiques de onze syllabes et d’un adonique : « L’ode est “dicole” avec des strophes de quatre vers. Les trois premiers vers sont des sapphiques, ils sont composés d’un trochée, d’un spondée, d’un dactyle, & de deux trochées. Et on les scande ainsi :

Image 10000000000001680000001E16DCCD5D.jpg|

48Le quatrième est un adonique, composé d’un dactyle & d’un spondée.

  • 21 Ode est dicolos tetrastrophos. Tres quique priores versus sunt Sapphici, Constant è trochaeo, spond (...)

Image 100000000000008C0000001C5F2EE6E6.jpg21. »

  • 22 Hæc Ode ejusdem est metri, ut supra 2, Jam satis terris... (p. 83)

49Quand une pièce repose, pour tout ou pour partie, sur un type métrique déjà analysé, la remarque initiale de scansion renvoie brièvement à la première pièce qui a donné lieu à l’explication nécessaire. Ainsi lit-on, à propos de l’ode I, 20, qui repose également sur la strophe sapphique : « La scansion de cette ode est la même que plus haut, 2, Jam satis terris22. »

50Il arrive que Desprez admette deux possiblités de scansion d’une pièce. C’est le cas, par exemple, pour l’ode I, 1, fondée sur un seul vers, l’asclépiade mineur : « L’ode est “monocole”, c’est-à-dire [reposant] sur un seul vers. Tous les vers sont des asclépiades choriambiques, des tétramètres acatalectiques ; ils sont composés d’un spondée, de deux choriambes, & d’un pyrrhique ou d’un iambe : et on peut les scander ainsi :

Image 10000000000001430000001D763EDD4F.jpg

51ou bien de cette manière, plus facile,

Image 10000000000001590000001FC6A32D96.jpg»

52(« Ode est monocolos, seu unius metri. Versus omnes Choriambici, Asclepiadei, Tetrametri acatalecti ; constant ex Spondeo, duobus Choriambis, & Pyrrhichio vel Iambo : sicque scandere licet :

Image 10000000000001420000001B9EE367D2.jpg.

vel isto modo faciliori,

  • 23 Ode est monocolos, seu unius metri. Versus omnes Choriambici, Asclepiadei, Tetrametri acatalecti ; (...)

Image 100000000000014B0000001E08417A12.jpg23 »

53Il peut s’agir d’une divergence d’interprétation métrique, cas rencontré à propos de la onzième épode : « Certains font de cette ode une ode “dicole” avec des strophes de deux vers, dont le premier serait un trimètre ïambique hipponactéen acatalectique, comme Epod. I. Ibis Liburnis, &c.

54Le second, un sapphique, composé d’un penthémimère épique, & d’un dimètre ïambique ; c’est-à-dire, de deux dactyles, & d’une syllabe ; puis de quatre iambes ; le spondée est cependant admis dans les passages impairs.

55D’autres préfèrent en faire une ode “tricole” avec des strophes de trois vers, de telle sorte que le premier vers serait un trimètre ïambique, comme on l’a dit précédemment. Le second [serait] un dimètre dactylique, comme liv. 4. od. 7.

56Arboribusque coma.

  • 24 Hanc Oden aliqui faciunt dicolon distrophon, cujus primus quisque versus sit Iambicus Hippo
    nacteus (...)

57Le troisième [serait] un dimètre ïambique, comme Epod. I. Amice propugnacula24. »

  • 25 P. 34.

58L’analyse de la scansion fait, à l’occasion, l’objet d’une remarque de nature critique bien plus que pédagogique, ce qui permet de discerner le niveau élevé auquel Desprez veut placer son travail. Cette tendance atteint son plus haut degré dans la première note relative à l’ode I, 8. Desprez y cite longuement le jugement du commentateur Attilius, qui considère qu’Horace, n’ayant pas compris à quel pied il avait affaire, s’est trompé en l’employant25.

  • 26 « jugis priore longâ 692 : 2 », Satires, II, 6, v. 2.
  • 27 « jugis priore correptâ 232 :2 | 340 : 7 », Odes, II, 19, v. 18 ; III, 25, v. 8.

59En ce qui concerne la scansion, il faut enfin signaler que le second index – vocabulorum – comporte exceptionnellement des précisions. Ainsi la scansion du même mot, à la même forme jugis, est-elle indiquée pour des passages où elle est différente : « jugis avec la première [syllabe] longue 692 : 226 » ; « jugis avec la première [syllabe] prononcée comme une brève 232 : 2 | 340 : 727 ».

  • 28 Voir J. Marmier, op. cit. Une note, en particulier, aurait pu, avec un indéniable profit, faire réf (...)

60Les notes de l’Art poétique font assez volontiers référence à des critiques modernes, Casaubon, Hédelin (« Hedelinus »), c’est-à-dire l’abbé d’Aubignac, auteur de la Pratique du théâtre (1657), et surtout Scaliger, auquel Desprez accorde ouvertement la plus grande estime. Sont également mentionnés fréquemment, voire cités, notamment à propos de pratiques théâtrales et de réflexions théoriques, plusieurs auteurs anciens, entre autres Aristote, Platon, Sophocle, Euripide, Aristophane, Térence, Lucrèce, Cicéron, Virgile et Perse. On peut alors s’étonner de l’absence totale d’auteurs français de théâtre récents ou contemporains, alors que les principes développés dans l’Art poétique latin, tenu pour le code de la raison et du goût, ont considérablement irrigué la création théâtrale du xviie siècle28 et la composition de l’Art poétique de Boileau. Mais Boileau n’est pas plus présent dans les notes que ne le sont Corneille et Racine, alors que les occasions de se référer à ces auteurs ne manquaient pas. L’une des raisons est peut-être à chercher dans l’hostilité littéraire de Montausier envers Racine et Boileau, Desprez agissant alors avec prudence. Mais, il ne paraît pas non plus déplacé de noter, plus largement, dans cet oubli de la littérature récente et contemporaine, le germe d’une attitude classique visible jusqu’à l’époque romantique, et même plus tard : n’ont droit de cité, dans le voisinage du texte horatien, que les œuvres qui ont reçu la bénédiction du temps et qui ont fait l’objet d’un enseignement.

61L’index rerum notabilium est nettement plus complet et plus fourni que celui de Rodeil. Il offre des renvois tant aux notes qu’au texte, sur les sujets les plus divers, noms propres, personnages, lieux, mais aussi questions de realia comme cona dubia, quid ? ou Cypressus, multa de ea. L’index verborum est un index complet de toutes les formes, y compris les formes de la flexion, quelquefois présentées dans une iunctura.

6

62L’édition de Desprez se signale par de précieuses qualités à l’attention du lecteur. À l’intérêt de l’interpretatio, des notes, de l’analyse de la scansion des pièces lyriques, s’ajoute le souci de présenter, autant que possible, un texte qui ne soit pas mutilé par pudibonderie. Toutefois, le travail de Desprez a souffert de la double concurrence de l’ouvrage de Dacier, dont les notes ont été explicitement utilisées, voire reproduites, au xixe siècle encore, dans des travaux consacrés à Horace, et de l’ouvrage de Jouvency, qui a été régulièrement réédité, jusqu’en 1884.

Notes

1 Cette notice a été complétée, rédigée et mise en forme par Martine Furno, à partir de la documentation partielle fournie par Denis Merle, qui n’a pas souhaité poursuivre ce travail.

2 Pour la fortune de l’auteur au xviie siècle, voir J. Marmier, Horace en France au xviie siècle, Paris, PUF, 1962. L’édition de Rodeil n’est donc pas une édition in usum delphini, mais simplement adressée ad Galliarum Delphinum. Bayle la commente ainsi dans les Nouvelles de la République des lettres, octobre 1684, vol. II, p. 501 et suivantes (référence fournie par Mme Régine Jomand-Baudry) : « Quoique ce jésuite n’ait point reçu la commission de travailler sur Horace pour Monsieur le Dauphin dans le Département général qui fut fait des commentaires, il n’a pas laissé de la prendre de son propre mouvement, soit que son zèle pour la maison royale l’y ait porté, soit qu’on lui ait écrit de Paris que le commentateur d’office n’achèverait peut-être jamais son travail. Il faut néanmoins avouer qu’il a laissé quelques marques dans son commentaire, par où on le distingue facilement de tous les autres qui ont été publiés ad usum Delphini car I) il n’est point imprimé à Paris comme les autres. 2) Il n’est point in-40. 3) Le titre du livre ne porte point qu’il ait été fait in usum serenissimi Delphini. 4) On ne loue point, ni dans l’épître dédicatoire ni dans la préface, les trois illustres personnages qui ont élevé ce prince, M. le Duc de Montausier, M. l’évêque de Meaux et M. l’abbé Huet. 5) Enfin on n’y a point mis un indice de tous les mots. À cela près, tout le reste a été bâti selon le patron distribué aux autres commentateurs. » Suit une analyse critique élogieuse de l’édition.

3 Les auteurs cités sont : Ovide, Perse, Martial, Pétrone, Lucain, Quintilien, Ausone, saint Jérôme, Sidoine Apollinaire, des commentateurs anciens (« Comment, vet.), et Juste Lipse, seul auteur récent cité.

4 Les Épodes sont présentées selon un usage longtemps adopté, comme le livre V des Odes (« Q. Horatii Flacci Epodon Liber, Sive Odarum liber V »).

5 Il n’existe pas de présentation comparable pour les Odes, les Épodes, le Chant séculaire et les Satires.

6 Odes, 3, 13, 5.

7 « Au moment où je suis en besogne », Satires, I, 2, v. 127 (traduction de F. Villeneuve, CUF).

8 Ibid., v. 70 (à l’accusatif, cunnum) ; I, 3, v. 107.

9 Satires, I, 2, v. 68.

10 Horatium in quibusdam nolim interpretari. Pudor nempe vetat.

11 Etenim ante Helenam mulieres fuerunt causa bellorum funesta.

12 Ibid., v. 116.

13 Ibid., v. 26.

14 Satires, I, 6, v. 103.

15 Satires, I, 2, v. 44.

16 Ibid., v. 45.

17 La traduction de la douzième épode, incomplète comme celle de la huitième, est aussi constellée par pudeur.

18 Atque interpretandi et annotandi provinciam duobus subinde viris erudidone conspicuis commiserunt. Fxce vero unum, dein et alterum abstulit invida mors. Tandem res ad me delata, damno, fatebor enim, publico.

19 Spatiare mecum [...] ad argutos et dulces Venusinni Cycnis cantus.

20 Il s’agit de traductions d’expressions jugées inexplicables en latin. Pour le vers 202 de l’Art poétique, deux notes sont ainsi, partiellement ou entièrement, rédigées en français : « Orichalco vincta.] Gall. [en français] garnie de léton. » La suite de l’explication est en latin. « Tubæque œmula] Gall. aussi grande et aussi éclatante que la trompette. » Aucune explication ne suit cette traduction.

21 Ode est dicolos tetrastrophos. Tres quique priores versus sunt Sapphici, Constant è trochaeo, spondeo, dactylo, & duobus trochaeis. Et sic scanduntur :
Image 1000000000000116000000197E812C9A.jpg
Quartus est Adonicus, è dactylo & spondeo.
Image 100000000000006C0000001B02F48ADA.jpg (p. 8)
L’adjectif dicolos signifie « qui a deux membres ». La strophe sapphique repose, en effet, sur deux types de vers. L’adjectif tetrastrophos signifie habituellement « de quatre strophes ». Ce sens ne saurait convenir ici. Desprez emploie manifestement le terme dans le sens de tetrastichos. La quantité des syllabes n’est pas indiquée au-dessus des diphtongues et du y. Sur la scansion des vers lyriques horatiens, voir L. Nougaret, Traité de métrique latine classique, 4e édition corrigée, Paris, Klincksieck, 1986, chap. V.

22 Hæc Ode ejusdem est metri, ut supra 2, Jam satis terris... (p. 83)

23 Ode est monocolos, seu unius metri. Versus omnes Choriambici, Asclepiadei, Tetrametri acatalecti ; constant ex Spondeo, duobus Choriambis, & Pyrrhichio vel Iambo : sicque scandere licet :
Image 10000000000000F00000001BDD63A963.jpg.
vel isto modo faciliori,
Image 10000000000001050000001CDC54FAE1.jpg (p. I)
L’adjectif monocolos signifie « qui n’a qu’un membre ».

24 Hanc Oden aliqui faciunt dicolon distrophon, cujus primus quisque versus sit Iambicus Hippo
nacteus trimeter acatalectus, ut Epod I. Ibis Liburnis, &c.
Secundus Sapphicus, constans penthemimeri heroicâ, & dimetro Iambico ; id est, duobus dacty
lis, & syllabâ ; deinde quatuor Iambis ; recepto tamen imparibus locis spondeo.
Aliis placet, esse tricolon tristrophon : ut primus quisque versus sit Iambicus trimeter, ut antè
dictum est. Alter quisque Dactylicus dimeter, ut lib. 4. Od. 7.
Arboribusque comœ.
Tertius Iambicus dimeter, ut Epod. I. Amice propugnacula. p. 467.
L’adjectif tricolos signifie « à trois membres ». Le terme tristrophos est employé dans le sens de « qui
comporte trois vers ». Sur la scansion de la onzième épode, voir L. Nougaret, op. cit., § 319, p. 114.

25 P. 34.

26 « jugis priore longâ 692 : 2 », Satires, II, 6, v. 2.

27 « jugis priore correptâ 232 :2 | 340 : 7 », Odes, II, 19, v. 18 ; III, 25, v. 8.

28 Voir J. Marmier, op. cit. Une note, en particulier, aurait pu, avec un indéniable profit, faire référence à des oeuvres théâtrales récentes. Il s’agit de l’interdiction de représenter un meurtre sur la scène, usage auquel le théâtre du xviie siècle s’est scrupuleusement conformé. Desprez en parle abondamment, à propos de Medea trucidet (v. 185, p. 889). Il donne les exemples des meurtres d’Agamemnon, chez Eschyle, de Clytemnestre, chez Sophocle, meurtres qui ont été accomplis hors de la vue du spectateur, et mentionne l’interprétation de d’Aubignac à propos du suicide d’Ajax, chez Sophocle.

© UGA Éditions, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search