Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume II

 | 
Martine Furno

Festus

Martine Furno

Texte intégral

1

1– 1681 (achevé d’imprimer du 30 juillet 1681 ; privilège de six ans, du 15 juin 1681, registré le 23 juillet 1681, pour l’exemplaire consulté c’est-à-dire celui de la BM, Lyon Part-Dieu, cote 108 768)

2– lieu d’édition : Paris

3– imprimeur : Lambert Roulland

4– commentateur : André Dacier.

2

5André Dacier est né à Castres en 1651 et est mort à Paris en 1722. D’abord protestant, il passe par l’académie de Saumur où il est l’élève de Tanneguy Lefèvre, et se lie avec sa fille Anne avant de l’épouser en 1683 et de se convertir au catholicisme en 1685. Dacier est un des « jeunes savants » que l’entreprise Ad usum Delphini recrute, ou lance, dès ses débuts. Sa carrière philologique se poursuit bien au-delà de sa collaboration à la collection, puisqu’on lui devra ensuite plusieurs traductions du latin et du grec (Horace, Aristote, Plutarque), et diverses éditions, notamment de tragiques grecs. Devenu l’un des grands philologues reconnus de son époque, il entre à l’Académie française en 1695 et en est secrétaire perpétuel en 1713.

3

PRINCIPALES ÉDITIONS ANTÉRIEURES

6– 1559, Venise, Bonello ; procurateur : Antonio Agustin (première édition à utiliser le manuscrit Farnese)

7– 1575, Paris, Pierre Saint-André ; procurateur : Joseph-juste Scaliger

8– 1581, Rome, G. Ferrario ; procurateur : Fulvio Orsini

9– 1593, Heidelberg, Pierre Saint-André ; procurateur : Joseph-juste Scaliger

10– 1602, Saint-Gervais, P. Choüet, dans D. Godefroy, Aurions linguae latinae in unum redacti corpus (reprise du texte des notes procurés par Agustin).

ÉDITIONS DE FESTUS AD USUM DELPHINI

11– 1681, Paris, Lambert Roulland

12– 1692, Paris, Charles Robustel, semblable à la précédente

13– I699, Amsterdam, sumptibus Huguetanorum, semblable aux précédentes pour l’épître, la préface et le texte, mais dans les notes de bas de page ont été incluses, en plus de celles de Dacier, les notes de Agustin, celles de J. J. Scaliger et celles, moins nombreuses, de F. Orsini. Ces notes sont reprises intégralement, y compris quand elles recoupent celles de Dacier. Les notes sont sans nom d’auteur quand elles sont de Dacier seul ; quand se succèdent les notes de deux ou trois des commentateurs, la délimitation du texte de chacun est faite par la mention de leur nom après le texte : Dacierus, Jos. Scaliger, Ant. Aug. ou Augustinus, Ful. Ursinus

14– 1700, Amsterdam, sumptibus Huguetanorum ; semblable à la précédente.

4

TITRE

15SEX. POMP. FESTI | | ET | | MAR. VERRI FLACCI | | DEVERBORUM SIGNIFICATIONE | | LIBRI XX, | | NOTIS ET EMENDATIONIBUS ILLUSTRAVIT | | A. DACIERUS, | | JUSSU CHRISTIANISSIMI | | REGIS | | IN USUM SERENISSIMI | | DELPHINI. | | (marque d’imprimeur] | | LUTETIAE PARISIORUM, | | Apud Lambertum Roulland, Reginae Christianissimæ | | Typographum atque Biliopolam, via jacobæâ, sub scuto Reginae. | | [filet] | | M.DC.LXXXI. | | CUM PRIVILEGIO REGIS.

FORMAT

16In-4°, pièces liminaires non paginées mais feuillets signés alphabétiquement, puis texte de Festus et addenda paginés de 1 à 664.

CONTENU

17Le volume comporte avant le texte 9 pièces liminaires :

18– <Epistola> Serenissimo Delphino s.p.d. Andreas Dacerius (aij r° - aiij v°)

19 Praefatio (a [4] r° - e [i] v°)

20 De M. Verrio Flacco, M. Verri Flacci rerum memoria dignarum liber I, libri incerti; M. Verri Flacci Saturnus-, M. Verri Flacci De obscuris Catonis-, M. Verri Flacci de uerborum significatione incerti libri; M. Verri Flacci Epistulae; M. Verri Flacci CarCarmina; Epistola Pauli ad Carolum Regem (eij r° - i [I] v°).

21Le texte proprement dit occupe les pages 1 à 618 et suit une présentation en sommaire : le texte de Festus est imprimé avec un retrait négatif de première ligne pour chaque paragraphe, c’est-à-dire chaque lemme ; il est numéroté pour chaque page de 5 lignes en 5 lignes ; l’édition ne comporte pas d’interpretatio ; l’annotatio est présentée sur deux colonnes, sans appel de note mais en reprenant en italique le lemme objet de la note, ce qui permet une consultation aisée puisque les lemmes sont par ordre alphabétique. Matériellement, cette édition est assez soignée, et comporte peu de coquilles.

22À la suite du texte, on trouve quatre pièces annexes qui complètent l’édil’édition :

23– Les Addenda, p. 619-626, sont des ajouts aux notes, référencés par le numéro de la page et l’expression in uoce X...

24– Un Index uocabulorum omnium quae apud Festum uel obiter dicta sunt uel suum ordinem non seruant. Prior numerus paginam, posterior paginae lineam indicat, permet, dans les pages 627-654, de se servir du texte de Festus comme d’un lexique lorsqu’on est à la recherche d’un mot.

25– Suit un Index autorum omnium qui a Festo citantur, item carminum, foederum, legum et aliorum monumentorum, p. 655-663.

26– Le privilège et l’achevé d’imprimer, p. 663-664, sont les derniers éléments du volume.

5

27L’établissement du texte de Festus est un travail complexe dont Dacier se tire sans montrer réellement ses qualités philologiques, puisque l’essentiel de son intervention a été de donner un texte linéaire et facile à lire en triant dans les textes établis par ses prédécesseurs. Il n’en a rien ôté sur des critères de « moralité », et aucune censure n’a été exercée, mais il faut reconnaître que fort peu d’occasions de s’effaroucher se présentaient...

28Le texte de Festus est un texte à l’histoire difficile dont il est bon de rappeler quelques éléments pour évaluer le travail accompli par Dacier. Tout d’abord, le nom de l’auteur, Festus, est déjà en lui-même une sorte de leurre puisque Festus est en fait l’abréviateur, environ au ive siècle, d’un ouvrage lexicographique datable du ier siècle av. J.-C., signé de Marcus Verrius Flaccus, ouvrage dont Festus dit avoir ôté les mots trop anciens, ou qui n’étaient plus en usage. Cet abrègement fut suivi au viiie siècle d’un second abrègement, fondé sur le même critère mais appuyé sur les lemmes restants chez Festus et non plus sur la totalité du corpus de Verrius Flaccus ; ce second compendium a été réalisé par Paul Diacre (Paulus Diaconus), moine du Mont-Cassin puis éminent lettré de la cour de Charlemagne. Il est difficile d’évaluer si son intervention sur le texte de Festus s’est réellement limitée à une expurgation, ou s’il s’est livré à des retouches plus conséquentes sur le texte lui-même ; mais les habitudes du temps allaient plutôt vers la production de compendia que vers des remaniements critiques des textes anciens.

29La date majeure dans l’histoire du texte de Festus se situe au milieu du xve siècle, quand Pomponio Leto, selon la tradition, ramène d Illyrie un manuscrit comprenant des fragments du texte de Festus (on ne connaissait plus jusqu’à présent que celui de Paul Diacre), au-delà de la lettre M. Les premières éditions tentent de tenir compte de cette découverte, mais présentent mêlés le texte de Festus et celui de Paulus, et, de plus, les discussions (divergentes) vont bon train entre érudits pour établir les correspondances entre ces fragments et le texte de Paul Diacre. Le manuscrit de Pomponio Leto passe ensuite dans la bibliothèque du cardinal Ranuccio Farnese (d’où son nom de « manuscrit Farnese »), où Antonio Agustin, le premier des éditeurs du texte à se démarquer réellement de ses prédécesseurs, le consulte. L’édition d’Agustin en effet présente le texte de Paulus, seul subsistant, pour les lettres A à L, avec cependant quelques variantes dans les marges, provenant apparemment d’éditions antérieures, mais dont la source n’est pas clairement indiquée ; pour les lettres à partir de M, il présente clairement, en les séparant, le texte de Paulus et celui de Festus dans le manuscrit Farnese, quelles que soient les redites ainsi occasionnées. Mais le manuscrit Farnese est souvent mutilé, et Agustin laisse, dans son édition, les lacunes du texte de Festus en l’état, sans proposer de conjectures, ni dans le texte ni dans les notes qui accompagnent l’ensemble en fin de volume. La seule modification (d’importance) qu’il se permette est de réduire l’ordre des lemmes de Paulus et Festus, qui n’était alphabétique que de la première lettre selon les habitudes anciennes, à l’ordre alphabétique intégral. Joseph Juste Scaliger, l’éditeur suivant, reprend exactement les mêmes principes, pour l’essentiel le même texte, ajoute des notes plus fournies ; Fulvio Orsini, en 1581, intervient, selon les éditeurs modernes, de manière souvent contestable sur le texte, comblant un certain nombre de lacunes de l’original, mais rétablit l’ordre non intégralement alphabétique. Enfin, en 1593, paraît une nouvelle édition procurée par Scaliger où celui-ci propose, souvent à partir de celles d’Orsini, des conjectures dans de nombreux passages de Festus qu’Agustin, et lui-même en un premier temps, avaient laissés en l’état.

  • 1 Le texte proposé par Augustino et Scaliger, avec la leçon rediguntur peut se traduire par : « On a (...)
  • 2 « Delicia est la poutre qui va du sommet aux tuiles d’angles les plus basses, dans la direction de (...)

30Dacier travaille donc directement à la suite de ces grands philologues, car l’édition de Denis Godefroy, dans les Auctores linguae latinae in unum redacti corpus, la seule qui s’intercale entre celles du xvie siècle et la sienne, reprend le texte et les notes d’Agustin. La caractéristique principale qui frappe le regard dès qu’on ouvre l’édition de Dacier est que le texte de Festus, si sujet à lacunes et lectiones uariae ailleurs, est devenu sous sa direction un texte lisse, « normal » pourrait-on dire, où n’affleurent que très rarement les difficultés philologiques de son établissement. En effet, Dacier s’appuie essentiellement sur le texte d’Agustin, comme le faisait déjà Scaliger ; mais, à la différence de tous ses prédécesseurs, il supprime totalement les marginalia qui donnaient, et chez Agustin et chez Scaliger, des variantes possibles du texte. Son propre texte est en fait un choix dans le texte proposé soit par Agustin et Scaliger, soit dans leurs variantes. Le plus souvent, Dacier suit le texte principal fourni par ses deux aînés, en signalant comme eux ce qui est de Festus et ce qui est de Paul Diacre après la lettre M ; mais lorsqu’il préfère à ce texte principal une variante marginale, il s’agit en général d’une lectio facilior, où Dacier choisit une expression ou un mot plus accessible que le texte proposé par Agustin et Scaliger. Par exemple, pour le lemme aurea (au sens de « licol, têtière »), Agustin et Scaliger donnent le texte Aureas dicebant frenos, quibus equorum aures rediguntur, signalant dans la marge la leçon plus facile religantur, leçon que choisit Dacier1. Même chose aussi pour le lemme Delicia (au sens de « gouttière »), où Agustin et Scaliger donnent delicia est tignum quod a culmine ad tegulas angulares infimas uersus fastigatum collocatur, et où Dacier choisit la lecture plus facile.fastigium, au lieu de fastigatum, donnée en marge2. De plus, Dacier reproduit très exactement toutes les conjectures de l’édition Scaliger de 1593. Ces conjectures sont certes signalées typographiquement par des italiques, mais Dacier ne leur ajoute rien, ne leur ôte rien, et ne laisse lui-même des lacunes que lorsque Scaliger ne proposait rien à la place des passages illisibles du manuscrit Farnese.

31D’une manière générale donc, la tendance de cette édition est de fournir un texte clair, pédagogiquement utilisable parce qu’allégé des « nuisances » de lecture que sont les variantes ou les lectiones difficiliores inhérentes à ce latin ancien et un peu particulier, et parce qu’autant que possible dépourvu des nombreuses lacunes qui lui donnaient par endroits une allure des plus hermétiques. Deux éléments encore participent à cette simplification philologique d’un texte complexe. Premièrement, l’ordre alphabétique intégral, choisi par Agustin, est repris par Dacier comme il l’était par Scaliger ; Dacier enfin reprend le découpage en livre des éditions Aldines, découpage dont Agustin dit qu’il n’est pas de Festus, mais qui a l’avantage de respecter, à la différence de celui proposé par Orsini à partir du manuscrit Farnese, la répartition d’une lettre initiale correspondant à un livre (I : A, II : B, III : C, IV : D, V : E, VI : F, VII : G, VIII : H, IX : I/J, X : L, XI : M, XII : N, XIII : O, XIV : P, XV : Q, XVI : R, XVII : S, XVIII : T, XIX et XX : U/V).

32De même, l’analyse du paratexte ne modifie guère l’impression de « déjà vu » que laisse l’établissement du texte latin.

33En effet, à l’exception de l’epistola et de la préface, toutes les autres pièces liminaires touchant à Verrius Flaccus, ainsi que la lettre de Paul Diacre à l’empereur Charlemagne, sont reprises d’éditions antérieures de Festus. Les pièces concernant Verrius Flaccus sont des recueils de témoignages anciens sur l’auteur, ou de textes explicitement signalés comme de lui dans les œuvres de Pline, Aulu-Gelle, Macrobe, Diomède, Lactance, voire chez Festus lui-même.

  • 3 Plus habet tamen in recessu quam in fronte promittit, « il contient plus cependant dans ses recoin (...)

34Dans l’épître au Dauphin, après les louanges d’usage, Dacier présente son auteur comme plus riche qu’il peut le paraître au premier abord3, et susceptible de fournir au jeune prince de nombreux renseignements sur le droit, les lois, les traités de l’Antiquité, mais aussi les fondements du pouvoir, les lois des XII Tables, les lois royales de Rome... L’intérêt présenté est plus celui des realia et de l’histoire que celui de la langue ou de la littérature : dans l’esprit du commentateur, le texte est plus un « dictionnaire des choses » qu’un dictionnaire de mots.

  • 4 Tu igitur, [...] utere Festo Pompeio, seu, ut uerius dicam, Verrio Flacco, Illum olim Augustus nep (...)

35Dacier présente également ce texte non tant comme celui de Festus, mais comme celui de Verrius Flaccus, c’est-à-dire celui d’un auteur de la période augustéenne, qui, de plus, aurait été le précepteur des petits-fils de l’empereur4. Cette idée, reprise dans la préface, permet d’abord de donner au De uerborum significatione la noblesse d’un « texte classique », bien loin de l’œuvre d’un obscur abréviateur que l’on a du mal à dater ; de plus, elle crée un parallèle implicite entre Auguste et Louis XIV, sur l’ordre de qui le texte de Festus sert désormais à la culture du jeune prince. Cette assimilation entre Louis et le premier empereur était déjà appuyée dans d’autres textes liminaires de la collection, par exemple la préface du dictionnaire latin-français de Danet paru en 1673.

  • 5 Inuictissimo et sapientissimo regi autorfuit ut uiris eruditis omnes Latinos auctores in usum sere (...)
  • 6 Sed uerebatur illustrissimus Montauzerii dux ne cum olim p raeceptoribus exemptus esset serenissim (...)

36La préface ensuite commence par rendre hommage à l’entreprise éducative menée par Montauzier, voulue par le Roi5, et dont Dacier cite les principaux responsables, Bossuet et Huet. La publication des œuvres étudiées, postérieure à cette étude même, est née, selon Dacier, de la crainte de Montauzier que, une fois le jeune prince adulte, le suc scientifique de ces études ne disparaisse : la collection Ad usum Delphini serait donc le moyen d’éviter la déperdition du travail fourni. Le pragmatisme de cette remarque, qui pourrait sembler de pure forme, est cependant à noter, car il est rarement de mise dans une pièce de ce type, très rhétorique6.

37Après avoir fait l’historique des différentes éditions du texte, toujours présenté comme plutôt celui de Verrius Flaccus que celui de Festus ou de Paul Diacre (celui-ci surtout est violemment attaqué pour avoir mutilé et défiguré le texte original), Dacier présente l’apport, selon lui, de sa propre édition. Il affirme avoir ajouté lui-même de nombreuses conjectures, avoir travaillé à partir des schedae tirées du manuscrit Farnese et données par Orsini, et avoir corrigé beaucoup de choses viciées par le fait que la plupart des éditeurs ont modifié l’ordre des lemmes. Or, à regarder de près son travail, il est clair par exemple qu’il n’a pas ajouté de conjectures et que les schedae de l’édition Orsini sont déjà intégrées dans le texte de l’édition Scaliger en 1593. En fait, toutes ces considérations ressemblent fort à un naïf (ou impudent) plagiat-compilation des préfaces d’Agustin et Orsini : les remarques sur l’introduction abusive de l’ordre alphabétique, que Dacier pourtant ne modifie pas, viennent de la préface d’Orsini ; celles sur le découpage des livres, qui n’est pas celui de Festus mais d Alde, et que Dacier ne modifie pas plus que l’ordre alphabétique, viennent de la préface d’Agustin.

  • 7 Mémoires de P.-D. Huet, édités par P. J. Salazar, Société de littérature classique, Toulouse, 1993 (...)

38En fait, en réutilisant presque mot à mot certains passages des préfaces antérieures, Dacier semble vouloir donner de son livre l’image d’un travail philologique avant tout, ce qu’il n’est pas ; l’apport de l’annotation, au contraire, est passé sous silence, alors que c’est là sans doute ce que Dacier donne de plus personnel. Les raisons de ce gauchissement tiennent peut-être au fait que Dacier n’a pas eu accès au manuscrit Farnese et ne s’appuie que sur les éditions antérieures ; mais il n’est pas impossible non plus que l’annotation lui semble un travail secondaire et qu’il cherche plutôt à rivaliser avec les grands érudits du passé sur le terrain philologique seul, jugé plus noble. Cette attitude peut paraître curieuse dans une collection essentiellement orientée vers les éléments du commentaire et de l’annotation, et dont le directeur, Huet, a pu écrire à propos d’une édition d’Origène, qu’il avait lui-même entreprise et abandonnée, qu’il « aimai [t] mieux que d’autres que [lui] fissent le métier bas et presque dégradant d’assembleur de notes minutieuses et de pêcheur de misérables variantes7 ». La spécificité de Dacier tient sans doute ici à celle de Festus, texte dont la lecture est connue pour être difficile, et où la compétition avec les grands humanistes se juge sur l’établissement du texte plus que sur son éclaircissement, ce qui n’est pas le cas pour des auteurs comme Cicéron ou Virgile par exemple, pourvus depuis longtemps d’une longue tradition de commentateurs avec lesquels rivaliser.

39Cette annotation, qui suit la règle de la collection, est une innovation dans les éditions de Festus, puisque l’édition de Dacier est la première à placer les notes sous le texte, et non en fin de volume. Les notes ne sont pas numérotées, mais identifiées par la reprise en tête de paragraphe du mot lemme ; elles suivent donc l’ordre alphabétique du texte.

40Le travail de Dacier a surtout porté sur cette annotatio. Peu de lemmes sont laissés sans notes : tous ou presque sont pourvus d’une explication, d’une précision ou d’une discussion à partir du texte de Festus. Le rapport de Dacier avec les notes de ses prédécesseurs, Agustin et Scaliger essentiellement (celles d’Orsini sont peu nombreuses et peu utilisées), est beaucoup plus critique qu’avec le texte qu’ils ont établi. Il arrive que les remarques de l’un ou de l’autre soient reprises quasiment telles quelles et sans que la compilation soit clairement signalée, mais cela est relativement peu fréquent et porte sur des notes de faible ampleur. Beaucoup plus souvent, le texte d’Agustin ou Scaliger sert à Dacier de point de départ pour sa propre enquête, qu’il complète une information déjà donnée par l’un ou par l’autre (sans toujours expliciter sa source) ou qu’il discute ouvertement le bien-fondé d’une note précédente. Le fait de citer les érudits du passé surtout pour polémiquer avec eux est une constante de gendelettres : les premières générations d’humanistes agissaient déjà ainsi avec les ouvrages médiévaux qu’ils utilisaient par ailleurs sans le dire quand ils n’y trouvaient pas matière à briller par la contestation. Dacier cherche lui aussi à rivaliser avec les éditeurs du xvie siècle, voire avec Festus lui-même : fidèle à la manière dont il a présenté l’ouvrage dans la préface, il dénigre quelquefois des définitions ou des étymologies données dans le texte, mais en en renvoyant la responsabilité sur les abréviateurs Festus ou Paul Diacre, Verrius Flaccus n’étant jamais mis en cause dans ces diatribes.

  • 8 Pour le problème philologique soulevé par ce passage, voir supra, p. 267. Le texte de la note est (...)

41Dacier enrichit les notes de ses prédécesseurs de remarques d’ordre souvent lexicographique ou littéraire : citations à l’appui d’une explication donnée par le texte, rapprochement ou différenciation avec un synonyme plus courant, contestation ou précision d’une étymologie... Ces remarques sont souvent pertinentes, animées du désir de faciliter la lecture par le supplément d’explications qu’elles apportent à un lexique réellement obsolète parfois. Ce souci pédagogique pousse quelquefois l’auteur, mais rarement, à fournir des traductions en français pour les occurrences techniques, comme lors de la note sur le lemme delicia, qui glose précisément le sens du mot sans signaler toutefois les variantes philologiques que propose le texte dans ce passage8.

  • 9 Ambulare est ire, iter facere ; Cic. Ad Att. lib. 9 ep. 3 Si recte ambulauit is qui banc epistulam (...)

42Mais ce travail d’annotation, compte tenu du caractère particulier du texte de Festus, qui est en fait un lexique de mots difficiles, rejoint dans certains cas un travail d’interpretatio, lorsque Dacier fournit pour un lemme donné un synonyme plus simple. Il arrive aussi qu’il glose et exemplifie ce synonyme exactement comme pourrait le faire Danet dans un des dictionnaires de la collection, comme pour le texte Abambulantes, abscedentes de Festus où la note est en fait un petit article de lexique monolingue sur le verbe ambulare9.

  • 10 Texte de Festus : CACULA : seruus militis. Plautus : uideo caculam miltarem. Dicitur autem a Graec (...)

43Le plus souvent cependant, l’annotation de Dacier est un travail d’explication critique, où il sait habilement tirer profit de ce que ses prédécesseurs ont déjà cherché. La note sur le lemme de Festus Cacula en est un exemple parmi d’autres : Dacier y complète la citation donnée par Festus et la référence partielle de cette citation déjà trouvée par Agustin, avant de proposer sa propre remarque étymologique qui conteste Festus10.

44Enfin, la nature même du texte de Festus justifie l’absence d’une interpretatio, du moins dans la forme où elle existe pour les autres textes de la collection. Festus n’est pas un auteur qu’on lit en continu, mais qu’on consulte, et les notices qu’il fournit sur les lemmes traités sont en général trop courtes pour être « interprétées ».

  • 11 Pour le lemme suparum (« sorte de vêtement »), on trouve par exemple : suparum et iuparum et suppu (...)

45La même raison explique la nature particulière des deux indices présentés en fin de volume, et qui ne sont ni l’un ni l’autre un recueil systématique des lemmes employés par Festus. Le premier regroupe les auteurs cités par le lexicographe ancien, l’autre des mots présentés dans le cours du texte « à l’occasion », au passage (obiter) ou qui ne sont pas à leur place dans l’ordre alphabétique. Cet index est en fait un instrument thématique, commode pour repérer un sujet sans avoir le mot exact sous lequel il peut être traité dans Festus. Il s’agit essentiellement d’un index de iuncturae11, comportant aussi beaucoup de noms propres, et sans aucun élément de type grammatical ou morphologique (ni distinction de cas des mots, ni des formes particulières ou rares). La présence même de cet index, assez inattendu au départ dans l’édition d’un ouvrage qui est déjà un lexique, qui plus est classé par ordre alphabétique, confirme bien que Festus, quel que soit l’aspect de certaines notes, est considéré dans la collection comme un texte, et un texte classique, et non comme un lexique ou un dictionnaire : les ouvrages de Danet sont là pour cet office, et le texte ancien n’est pas censé faire concurrence avec eux.

6

  • 12 T. 4, p. 798.

46L’édition de Festus par Dacier a eu un succès considérable, succès d’impression, avec ses nombreuses reprises, mais aussi succès d’estime : nombre de témoignages qui sont quelquefois violemment critiques envers les autres réalisations de la collection épargnent le Festus. Brunet, par exemple12, juge qu’il s’agit là d’une « bonne édition ». Cette unanimité peut laisser perplexe quand on observe de près la piètre activité purement philologique de Dacier dans ce travail ; mais elle s’explique peut-être par l’impression d’aisance et de sérieux qui s’en dégage néammoins. En effet, Dacier est le premier à pourvoir Festus d’un texte « lisse », lisible, assez clairement organisé, sans toutes les variantes qui, dans les marges de ses prédécesseurs, donnaient sans doute la désagréable impression du flou, de l’incertitude et de la confusion. Avec Dacier, le latiniste du xviie siècle trouve dans Festus un auteur qui se lit de manière enfin linéaire, où les lacunes restantes semblent la preuve même de l’honnêteté d’un procurateur qui s’interdirait des conjectures trop aléatoires, et où une annotation très fournie (encore plus dans les éditions postérieures à 1692, où sont réunies toutes les notes de Dacier, Scaliger, Orsini et Agustin) éclaircit à peu près toutes les obscurités du texte. Dacier a parfaitement réussi ce que désirait Montauzier pour la collection Ad usum Delphini : donner un livre réunissant un texte sûr (ou en ayant l’apparence) et pourvu de tout ce qui facilite sa compréhension. Son édition est pratique, et les mérites qu’on reconnaît à son annotation ne sont pas entièrement surfaits : cela suffisait sans doute à voiler que sa part réelle dans l’établissement du texte n’est pas à la hauteur des déclarations de la préface.

Notes

1 Le texte proposé par Augustino et Scaliger, avec la leçon rediguntur peut se traduire par : « On appelait aurea les freins par lesquels les oreilles des chevaux étaient maintenues », ou « contenues » ; la leçon religantur donne le sens plus simple de « attachées ».

2 « Delicia est la poutre qui va du sommet aux tuiles d’angles les plus basses, dans la direction de 1 inclinaison » avec la leçon fastigatum ; « dans la direction du faîte » avec la leçon fastigium, ce qui est plus facile à saisir, mais redondant avec la première partie de la définition.

3 Plus habet tamen in recessu quam in fronte promittit, « il contient plus cependant dans ses recoins qu’il ne promet en apparence ».

4 Tu igitur, [...] utere Festo Pompeio, seu, ut uerius dicam, Verrio Flacco, Illum olim Augustus nepotibus suis praeceptorem elegit, et ilium hodie Lodoici Magni iussu tibi et notis et emendationibus illustraui. « Toi, [...] utilise Festus, ou, pour être plus exact, Verrius Flaccus. C’est lui que jadis Auguste choisit pour précepteur de ses petits-fils, et c’est lui aujourd’hui que, sur l’ordre de Louis le Grand, j’ai éclairé pour toi de notes et de corrections. »

5 Inuictissimo et sapientissimo regi autorfuit ut uiris eruditis omnes Latinos auctores in usum serenissimi Delphini notis et interpretationibus illustrandos mandaret. « Il [Montauzier] fut à l’origine, pour le roi très sage et invaincu, du fait qu’on confiât à des érudits tous les auteurs latins, pour qu’ils les éclairassent de notes et de commentaires à l’usage de notre très serein Dauphin. »

6 Sed uerebatur illustrissimus Montauzerii dux ne cum olim p raeceptoribus exemptus esset serenissimus Delphinus, togamque mutasset, multa elaberentur quae illi sapienter tradita fuerant. Quare in consequentes annos hoc ei subsidium parauit. « Mais le très illustre duc de Montauzier craignait que, alors que notre très serein Dauphin avait été dégagé depuis longtemps de ses précepteurs et avait changé ses vêtements <pour ceux d’un adulte>, beaucoup de ce qui lui avait été transmis avec sagesse ne fuît. C’est pourquoi, au cours des années qui suivirent, il prépara ce remède. »

7 Mémoires de P.-D. Huet, édités par P. J. Salazar, Société de littérature classique, Toulouse, 1993, livre V, p. 106.

8 Pour le problème philologique soulevé par ce passage, voir supra, p. 267. Le texte de la note est le suivant : Deliria] Tignum quod a fastigio tecti ad ultimas usque tegulas pertinet, ita ut inter duo tigna quasi sulcus tegularum effiriatur per quem aqua decurrat, a deliriendo, quod inde aqua deliriatur. Gallice goutiere Inde tectum deliciatum Toict à goutieres et tegulae deliciares tuile propre à faire des goutieres. « Delicia] Poutre qui tend depuis le faîte du toit jusqu’aux dernières tuiles, de sorte qu’entre deux poutres, il y ait une sorte de sillon de tuiles par lequel descend l’eau ; <le mot vient> de delicio (« attirer ») parce que l’eau est attirée de là. Français Goutiere, de là tectum deliciatum, Toict à goutieres et tegulae deliciares tuile propre à faire des goutieres. »

9 Ambulare est ire, iter facere ; Cic. Ad Att. lib. 9 ep. 3 Si recte ambulauit is qui banc epistulam tulit, in ipsum tuum diem incidit. Et lib. 8 Fam. Ep. 22 : Ita ambulat Caesar ut timeam ne citius quam opus sit ad Brundisium accesserit. « Ambulare c’est aller, faire son chemin ; Cic. Lettres à Atticus, livre 9, lettre Si celui qui porte cette lettre va tout droit son chemin, il tombe exactement le jour qui te convient. Et lettres familières, livre 8, lettre 22 : César va à une telle allure que je crains qu’il n’arrive à Brindes plus tôt que nécessaire. »

10 Texte de Festus : CACULA : seruus militis. Plautus : uideo caculam miltarem. Dicitur autem a Graeco κᾶλον quod fustibus clauisque ligneis ad tutelam dominorum armari soliti sint. [721 Lindsay]
Notes : Augustino : Plaut in Trin./Scaliger : Glossarium : Cacula, δoῦλoν στρατιώτου. /Dacier : Locus Plauti est in Trinum. act. 3 sc. 3 [721 Lindsay] ; Uideo caculam militarem me futurum haud longius ; a κᾶλον id est lignum deducit Festus inepte, nam est a κακὸς imbellis, quod non esset in numero militum. Caculam in calone cum etymo confundit Festus.
(Texte de Festus : CACULA : esclave d’un soldat. Plaute : je vois un esclave militaire. Le mot vient du grec κᾶλον parce que, de coutume, ils sont armés de bâtons et de clés de bois pour protéger leur maître.
Notes : Augustino : Plaute dans le Trinummus./Scaliger : Glossaire : Cacula, δoῦλov στρατιώτου (« esclave de soldat »)./Dacier : Le passage de Plaute est dans le Trinummus, acte 3 scène 3 : Je vois que sous peu je serai esclave de soldat. Festus le fait venir de κᾶλον stupidement, car le mot vient de κακὸς, « qui ne fait pas la guerre », parce que cet esclave n’est pas au nombre des soldats. Festus confond cacula avec calo [« valet d’armes, ou chaussure de bois »] pour l’étymologie.)

11 Pour le lemme suparum (« sorte de vêtement »), on trouve par exemple : suparum et iuparum et suppurus uelum minus, supparum uelum omne, supparum punceum uestimentum, supparum stola crucis...

12 T. 4, p. 798.

© UGA Éditions, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search