Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume II

 | 
Martine Furno

Martial

Étienne Wolff

Texte intégral

1

1– 1680 (achevé d’imprimer du 8 juin 1680 ; privilège de six ans, du 10 septembre 1679, registré le 28 septembre 1679, Pour l’exemplaire consulté, c’est-à-dire celui de la bibliothèque de la Sorbonne, cote LLC 10 4°)

2– lieu d’édition : Paris

3– imprimeur : Antoine Cellier

4– commentateur : Vincentius Collesso (Vincent Collesson).

2

5On ne sait rien de ce Vincentius Collesso, qui se déclare juriste et n’a pas pas d’autres publications à son actif. Son nom même est instable : c’est Vincentius Collesso en tête de l’édition, Vincentius Colessus dans le catalogue de la collection Ad usum Delphini qu’on trouve à la fin de la préface de l’édition d’Ausone (1730), Vincentius Collesius dans la Bibliotheca Latina de J. A. Fabricius (t. 1, p. 465), Vincent Collés dans la Nouvelle Biographie générale, t. 33, p. 1019, Vincent Collesson dans le Catalogue général des livres imprimés de la BN, enfin Colesson dans le British Museum Catalogue of printed Books. Eu égard à la faible qualité philologique de ce travail, il n’y a pas à regretter que le nom de son auteur soit tombé dans l’oubli.

3

PRINCIPALES ÉDITIONS ANTÉRIEURES

6– 1602, Francfort ; procurateur : J. Gruter

7– 1618-1619, Leyde, J. Maire ; procurateur : P. Schryver (Scriverius) ; nombreuses rééditions

8– 1656, Leyde, F. Hackius ; procurateur : K. Schrevel (Schrevelius) ; réimprimée en 1661 et 1670.

ÉDITIONS DE MARTIAL AD USUM DELPHINI

9– 1680, Paris, Antoine Cellier

10– 1701, Amsterdam, G. Gallet. Les seules différences avec l’édition de 1680 consistent dans le format (in-8°) et la mise en page plus dense, et l’ajout de reproductions de pièces de monnaies antiques par les soins de L. Smids

11– 1701, Londres, C. Harper. Nous n’avons pu consulter d’exemplaire de cette édition ; la British Library en possède un

12– 1720, Londres, R. Knaplock ; même remarque que pour l’édition précédente, dont c’est la reproduction

13– Brunet (t. 3, p. 1492). affirme que l’édition de 1680 a été reproduite à Londres « en 1701, 1720, etc. »,« et aussi à Venise, 1739 ». Nous n’avons pas trouvé trace de réimpression à Venise, ni de réimpression à Londres après 1720

14– 1822-1823, Londres, A. J. Valpy, 3 vol., utilise le travail de Collesso

15– 1825, Paris, F. Didot, 3 vol., procurateur N. E. Lemaire, fait de même (voir t.I, p. VI).

4

TITRE

16M. VALERII | | MARTIALIS | | EPIGRAMMATUM | | LIBROS XV, | | INTERPRETATIONE ET NOTIS ILLUSTRAVIT | | VINCENTIUS COLLESSOJC. | | JUSSU | | CHRISTIANISSIMI REGIS, | | AD USUM | | SERENISSIMI DELPHINI. | | [marque d’imprimeur] | | PARISIIS, | | Apud Antonium Cellier, via Citharæa. | | [filet] | | M.DC.LXXX. | | CVM PRIVILEGIO REGIS.

FORMAT

17In-4°. Pièces liminaires non paginées mais feuillets signés aij r° [4], e, i, o [ii v°]. Puis texte de Martial paginé de 1 à 793, avec feuillets signés. Ensuite deux annexes respectivement paginées de 1 à 59 et de 1 à 168, avec feuillets signés alphabétiquement. En tout environ 1050 pages.

CONTENU

18Entre le titre et le texte on trouve quatre pièces liminaires :

19– <Epistola> Serenissimo Delphino S.PD Vincentius Collesso J.-C. (3 pages)

20Ad lectorem (3 pages)

21Ad M. Valerii Martialis epigrammatum libros prolemmata (17 pages), qui comprennent quatre chapitres : Vita Martialis ex ipso Martiale potissimum deprompta ; De libris et scriptis Martialis ; Testimonia scriptorum de Martiale ; De epigrammate

22– Extrait du privilège du Roi (1 page).

23Le texte proprement dit occupe les pages 1 à 793. Les épigrammes sont annoncées par leur titre traditionnel en italique (titre au reste inauthentique, sauf pour les livres XIII-XIV, même s’il remonte fort loin), auquel Collesson a parfois ajouté, comme il l’explique dans le Ad lectorem, quelques mots d’explication en romain (brevia argumenta), et par leur numéro en chiffres romains. Le texte des épigrammes, en caractères romains, imprimé en retrait par rapport au début de la ligne, ne comporte pas de numérotation des vers, ce qui est malcommode mais était alors assez fréquent. Après chaque épigramme viennent, sur deux colonnes, en un corps plus petit que celui du texte et en utilisant toute la largeur de la page, l’interpretatio en italique, puis les notes (notae) en romain. Les notes ne sont pas annoncées par un appel de note dans le texte, mais comme elles reprennent en italique le lemme objet de la note, la consultation demeure aisée. Les coquilles sont rares (elles sont un peu plus nombreuses dans l’interpretatio et les notes) et la présentation est matériellement assez soignée. On constate par exemple un effort sensible dans la mise en page qui tend à éviter de couper les épigrammes, fût-ce au prix de blancs importants en bas de page (voir p. 63, 115, 189, etc.) ; cette coupure ne se produit que quand les épigrammes ont plus de vers que la page n’en contient (par exemple pour III, 58, p. 172-173). Enfin la ponctuation, qui est dans l’ensemble plus conforme aux règles du xviie siècle qu’à celles d’aujourd’hui, vise notamment à séparer les propositions.

24À la suite du texte on trouve deux annexes avec pagination propre :

  • M. Val Martialis epigrammata obscaena, c’est-à-dire les pièces retirées du corps de l’ouvrage, précédées d’un bref Ad lectorem (une demi-page), p. 1 à 5 9
  • Index vocabulorum omnium, quae in M. Valerii Martialis libris leguntur, p. 1 à 168.

5

25L’édition de Collesson n’est pas une édition critique originale. L’éditeur déclare en effet très clairement dans le Ad lectorem avoir suivi l’édition du savant latiniste et médecin hollandais Hadrianus Junius ou Adrian de Jonghe (1511-1575), parue à Bâle en 1559 et rééditée à Anvers en 1568, et qui a servi de base à plusieurs éditions ultérieures (notamment celle d’Anvers de 1579, celle de Leyde de 1593, et celle de Strasbourg de 1595). Pourtant, Collesson avait à sa disposition trois bonnes éditions de Martial plus récentes, comme nous l’avons indiqué plus haut, et connaissait au moins les deux premières d’entre elles (voir la note à I, 47 [= I, 46 CUF], 1, Obscaena, p. 2). Quoiqu’il justifie son choix par la qualité de l’édition de Junius, il semble avoir agi de la sorte pour ne pas avoir à refaire un index : en effet l’index qu’il reprend (voir plus bas) est fondé sur cette édition. Collesson a suivi fidèlement le texte de Junius, à quelques rares exceptions près (par exemple III, 25,3 ; VIII, 3,15 ; VIII, 8, 3). Certes en note il indique les autres leçons, mais il s’en tient la plupart du temps au texte de Junius, même s’il le juge moins bon ; ainsi, à propos du vers 7 de l’épigramme I, 92 (= I, 93 CUF), classée dans les Obscaena, après avoir rappelé la leçon du Bodleianus, il reste néanmoins fidèle à Junius. Cette édition ne représente donc pas un progrès dans l’histoire du texte, elle n’innove pas dans le domaine de la philologie.

26Sans évoquer dans l’épître dédicatoire ni le Ad lectorem la nécessité d’une censure, Collesson a retiré du corps du texte 151 épigrammes, qui ne figurent donc que sous la forme de leur numéro en chiffres romains, et les a regroupées à la fin des 793 pages du livre, juste avant l’index, dans une rubrique Obscaena ; elles ont une pagination propre et sont précédées d’un nouvel et bref Ad lectorem, où Collesson explique qu’il a écarté ces épigrammes parce qu’elles sont remplies de turpitudes odieuses aussi bien au Dauphin qu’à n’importe quel lecteur honnête, mais qu’il les a éditées tout de même par souci d’exhaustivité (« pour qu’elles soient assumées ou rejetées selon le jugement du lecteur », ut rejicerentur ad lectoris arbitrium, vel assumerentur). Si le principe de la suppression des épigrammes obscènes, fréquent chez les éditeurs et traducteurs de Martial au xviie siècle, se comprend particulièrement bien eu égard au destinataire, fût-il théorique, leur regroupement en fin de volume est une originalité qui a été critiquée. La Nouvelle Biographie générale par exemple constate : « On n’a point dès lors la peine de les chercher. »

27Le critère unique d’exclusion, l’obscénité, est clairement indiqué, même si dans la pratique on peut s’interroger sur le bien-fondé du choix : pourquoi par exemple l’épigramme I, 24 (= 1,2 3 CUF) est-elle exclue quand 1,2 5 (= 1,24 CUF) est gardée ? Comment se fait-il que l’épigramme XIV, 74 ait été jugée innocente ?

28Les épigrammes des Obscaena ne sont pas accompagnées d’une interpretatio, mais elles sont expliquées par des notae qui parfois suppléent à cette absence. Bien que Collesson affirme, dans cette partie de l’ouvrage (note à I, 47 = I, 46 CUF), vouloir limiter ses explications aux points de latin et d’érudition, ces notae peuvent être assez scabreuses par leur clarté : ainsi à propos du vers 6 de l’épigramme II, 28, qui stigmatise un certain Sextillus. Parfois dans les notae les obscénités sont expliquées par une périphrase ou une glose non en latin, mais en grec, ainsi à propos de l’épigramme I, 91 (= I, 90 CUF). Le procédé cependant n’est pas systématique et, s’il intervient dans des passages particulièrement choquants, il ressortit parfois seulement à de la coquetterie ou à un souci de variatio.

29Entre les épigrammes conservées et celles qui sont rejetées dans les Obscaena il existe une catégorie intermédiaire, formée par les épigrammes conservées dans le corps du texte mais dont la partie scandaleuse n’est pas paraphrasée dans l’interpretatio. Ainsi l’épigramme I, 97 figure-t-elle à sa place normale, mais dans l’interpretatio les vers 12 et 13 sont remplacés par trois points de suspension ; de même pour l’épigramme III, 85, dont l’interpretatio ne rend pas le mentula (« verge ») du vers 4. Cependant là non plus la logique n’est pas ababsolue : le non futui (« ne pas être baisée ») de l’épigramme I, 35 (= I, 34 CUF), I 0 n’est pas rendu dans l’interpretatio, mais le futuit (« il baise ») de l’épigramme I, 85 (= I, 84 CUF), 3 est, lui, glosé par « rem habet cum », « il a commerce avec ».

30Martial est l’auteur le plus obscène qui ait été admis dans la collection, puisque Pétrone, unanimement condamné au xviie siècle, n’y figure pas. La manière dont sont traitées les obscénités est donc révélatrice de l’état d’esprit des instigateurs du projet, qui avaient donné des directives sur ce point. Or Collesson ne fait que rejeter les obscénités en fin de volume, où elles apparaissent, discrètement mais intégralement, alors que beaucoup d’autres éditeurs du xviie siècle, notamment les Jésuites, procèdent à des coupes abondantes, élargissent la censure au domaine de la religion, et n’indiquent pas les suppressions. La largeur des vues des responsables de la collection s’en trouve donc confirmée.

31Le texte des épigrammes est précédé d’une lettre de dédicace au Dauphin qui, au milieu d’éloges traditionnels, justifie l’édition d’un auteur comme Martial par sa critique des mœurs (lepidum hunc poetam, in carpendis vitiis acutissimum, virtutis vero defensorem acerrimum, « ce poète spirituel, très incisif pour déchirer les vices et très ardent défenseur de la vertu »), et par le plaisir que procurent son humour acide (salibus Atticis nostri poetae) et son style raffiné (moribus hominum, quos describit elegantissime).

32Ce préambule peut se résumer comme suit : Martial pourfend le vice et défend la vertu ; c’est un auteur charmant et spirituel (lepidus), au style pur (elegans) et à l’humour caustique (salibus Atticis). Or ces deux arguments – l’argument moral et l’argument esthétique – ne sont pas également convaincants. Le second reflète ce qu’on pensait et ce qu’on pense encore de Martial. Le premier en revanche relève du sophisme : en effet l’épigramme martialienne n’a pas de visée morale et ne cherche pas à rehausser par contraste les attraits de la vertu, il y a au contraire chez Martial, comme le veut le genre, une complaisance indiscutable dans la description des vices et notamment de tout ce qui touche à la sexualité. La prétendue moralité de Martial semble donc un argument de convention, préalable obligé à l’édition d’un auteur dont l’obscénité est connue. L’aspect conventionnel de l’argumentation est d’autant plus sensible que Collesson, n’étant ni l’instigateur de l’édition ni le responsable du choix des auteurs, n’avait pas à présenter d’excuse.

33Si pour nous l’édition d’un auteur comme Martial ne va pas de soi (nombreuses étaient tout récemment encore les publications qui s’arrêtaient à sa grossièreté), il en allait différemment au xviie siècle : Martial connaissait alors en Europe, et cela depuis le xve siècle (voir Niccolò Perotti et son commen taire-dictionnaire au Liber Epigrammaton), un grand succès, qui durera jusqu’au prude et moralisant xixe siècle. Auparavant, une collection d’auteurs latins se devait donc de l’inclure, malgré ses obscénités, car il faisait partie du canon des poètes. On oubliait ses incartades, que l’on dissimulait, au nom de son agrément. Les traductions atténuaient sa crudité ou censuraient quelques passages, mais sans le condamner dans son ensemble. Il est vraisemblable aussi que Martial a bénéficié aux xviie et xviiie siècles de la vogue en France du genre de l’épigramme et des formes courtes.

34Cette dédicace est suivie du Ad lectorem. Collesson, avec beaucoup de modestie, passe en revue ceux qui l’ont aidé ou dont il utilise les travaux : Huet qui lui a expliqué certains passages difficiles (quibusdam in locis obscurissimis comiter mihi monstrauit viam), les divers commentateurs de Martial (variorum scriptorum notis usus sum saepius, quos passim honoris caussa nominavi), Joseph Lange dont il reprend l’index (voir plus bas), Junius dont il suit l’édition (voir ci-dessus), le père Matthaeus Rader à qui il emprunte, en les abrégeant légèrement, les quatre chapitres formant les Prolemmata (on trouve ces textes dans l’édition de Martial qu’a donnée Rader à Ingolstadt en 1602, réédition dans la même ville en 1611 et à Mayence en 1627). Cette modestie est aussi prudence de la part d’un homme qui, ne se sentant pas assez philologue, veut se retrancher derrière des autorités.

35L’annotation et l’interpretatio occupent sur la page plus de place que le texte lui-même, et il n’y a presque aucune épigramme sans note (nous n’avons relevé que l’épigramme trente et unième du Spectaculorum liber). L’édition ne comporte qu’un seul système de notes où sont mélangées toutes les remarques. On peut classer les notes en trois catégories : celles qui touchent à l’établissement du texte, celles qui expliquent un mot ou un passage obscur, celles qui éclairent les realia.

36Les notes sur l’établissement du texte donnent les autres leçons sur le passage, souvent précédées par un « Alii » ou « Alii legunt » pour désigner les autres éditeurs ; il peut s’agir aussi d’un texte différent fourni par un manuscrit, ainsi pour l’épigramme III, 49, 1, p. 168 : « Vetus codex, Tibi Massica potas ». Parfois Collesson indique son approbation par un « praeclare » ou un « recte » ; ainsi à propos de l’épigramme XI, 9 (= XI, 8 CUF), 1 (Obscaena, p. 36) : « Praeclare vero codex Pircheimeri vel Arondellianus... », puis pour le vers 2 de cette même épigramme : « Recte Gruterus, quod curvo ; et sic etiam Pircheimerianus... ». Quand il a le choix entre différentes leçons et qu’il hésite, on trouve des formules comme « Que le lecteur voie », « Videat lector » (p. 721, épigrammes XIII, I0I et I02), ou« Que le lecteur juge » « Judicet lector » (p. 168, épigramme III, 49,1), ou plus rarement « Que le lecteur choisisse », « Eligat lector » (p. 143, épigramme III, 3,1), ce qui paraît en contradiction avec la volonté de la collection d’offrir un texte sûr.

37Les notes qui expliquent un mot ou un passage obscur sont souvent introduites par « Id est » (III, 42, 2), « Hoc est » (III, 38, II), « Sensus est » (IX, 48,1), « Metaphora est » (II, 36,6). Elles ne font pas double emploi avec l’interprétatio mais la complètent. Parfois elles renvoient à d’autres épigrammes.

38Les notes portant sur les realia sont très diverses : elles concernent souvent, comme il est naturel pour un auteur comme Martial, les réalités de la vie quotidienne, mais aussi l’histoire, la géographie, la mythologie, le droit, etc.

39Les notes n’insistent pas sur les faits grammaticaux (citons, comme rares contre-exemples, en IX, 26, I0 une remarque sur les formes d’accusatif grec et en XI, 65 [= XI, 64 CUF], 2 une réflexion sur l’emploi de quod après les verbes de déclaration et d’opinion), et supposent de bonnes connaissances de latin, ne serait-ce que pour comprendre les mots qui y sont employés. On ne peut donc dire qu’elles paraissent destinées spécifiquement à des apprentis latinistes. On a plutôt l’impression qu’elles s’adressent à l’homme cultivé qui, déjà latiniste, a cependant besoin d’explications pour lire un auteur comme Martial. Enfin la métrique, plus technique, est ignorée, à une ou deux exceptions près, p. 97, note à l’épigramme II, 6, 6 : « D’autres écrivent raptim à cause du mètre, comme ils le disent, mais une voyelle brève devant deux consonnes peut s’allonger » (« Alii raptim metri caussa, ut aiunt, sed vocalis brevis ante duas consonantes potest produci »).

40L’intérêt de ces notes est inégal. En effet, comme Collesson l’indique dans son Ad lectorem, l’édition est variorum, c’est-à-dire utilise sans s’en cacher les notes de savants parues dans des éditions antérieures, et des travaux érudits étrangers à Martial. On relève par exemple les noms du juriste B. Brisson (III, 5, 10), de Douza (XI, 59 [= XI, 58 CUF], 11, Obscaena, p. 44), Robert Estienne (III, 42,1), Farnaby (II, 29,7), Gronove (V, 38,2), Heinsius (IX, 51,5),Juste Lipse (V, 14,5), Ange Politien (II, 41, 1), Rader (X, 19, 4), Ramiresius (= L. Ramirez de Prado, III, 36, 10), Sanctius (XI, 65 [= XI, 64 CUF], 2, Obscaena, p. 46), Saumaise (XIV, 74, 1), Scaliger (Spectaculorum liber 20, 1), Scioppius (XI, 65 [= XI, 64 CUF], 2, Obscaena, p. 46), Turnèbe (XIV, 88, 2), etc. La qualité de la note dépend donc en bonne partie de la source qu’utilise Collesson.

41L’interpretatio porte sur l’ensemble des poèmes, à l’exception des Obscaena (voir plus haut). C’est une réécriture du texte en prose, qui cherche à avoir le même nombre de mots que l’original. Alors que la structure syntaxique est généralement conservée (si ce n’est que la variation lexicale peut induire des modifications dans la construction, quand par exemple un verbe intransitif se substitue à un verbe transitif, le verbe habere à esse + datif, etc.), l’ordre des mots, lui, est modifié de manière à correspondre à l’usage du français ou du moins à s’en rapprocher : ainsi le vers 5 de l’épigramme III, 4 : Cur absim, quaeret : breviter, tu multa fatere, devient dans l’interpretatio : « Rogabit cur absim : tu breviter fatere multa »). Cette simplification prend plusieurs formes : le verbe n’est pas à la fin de la phrase (voir III, 1, 5), l’ordre dominant devenant ainsi sujet-verbe-objet ; le complément de nom ne précède pas le nom ; l’adjectif épithète est généralement antéposé. C’est au désir de franciser la phrase qu’il faut imputer par exemple le remplacement du latinisme Est illi conjux par le moins correct « Habet uxorem » (III, 5,7 ; voir aussi III, 27,4 ; III, 38,6). En revanche des tournures spécifiquement latines comme l’ablatif absolu (III, 2,12 ; III, 45,4, etc.) ou le relatif de liaison (III, 24, 3) sont majoritairement conservées (contreexemple en III, 24, 1-2), de même que certains emplois poétiques comme l’expression de la défense à l’impératif (III, 2,12 : nec timeto devient « nec metue ») ou celle de l’ordre au subjonctif (III, 5,5 : adeas devient « convenias »), cas pourtant où une transcription en prose latine classique aurait permis de souligner l’écart avec la langue poétique. En ce qui concerne les images, l’interpretatio hésite : en III, 7, 4 par exemple, l’audacieux o fames amicorum (« amis affamés ») est repris tel quel, tandis qu’en III, 5, 4 l’apposition Julius, assiduum nomen in ore meo (« Julius, nom fréquent dans ma bouche »), qui ne pose elle guère de difficulté, est transformée en « Julius, cujus nomen praedico assidue » (« Julius dont je prononce fréquemment le nom »).

42Le remplacement du vocabulaire est très fréquent sans être systématique. Parfois la substitution n’a pas lieu alors même que le mot du texte original est rare et qu’un synonyme existait : ainsi en III, 2, 4 cordylla (« jeune thon ») aurait pu être remplacé par thunnus, et en III, 17,1 scriblita (« tarte ») par placenta ou crustum. Parfois même la substitution aboutit à un mot plus rare (en II, 16,1 stragula devient « peristroma »). Bref, il n’y a là aucune cohérence (sans même parler des cas, comme en III, 32, 1, où l’interpretatio suit, non le texte, mais une leçon donnée en note), il semble s’agir simplement de trouver un mot différent : de la sorte, en III, 4, 1 et III, 5, 2 liber devient « libelle », tandis qu’à l’inverse en III, 2, 1 libelle devient « liber’ ». Le seul domaine où apparaît une tendance claire est celui de la transcription des obscénités : quand l’interpretatio les rend (voir ci-dessus), elle en atténue la grossièreté : cacas (« tu chies », I, 38, 2 = 1, 37, 2 CUF) devient « exoneras alvum » (« tu te soulages le ventre »), futuit (« il baise », I, 8 5, 3 = I, 84,3 CUF) devient « rem babet cum » (« il a commerce avec »).

43Deux points paraissent encore devoir être soulignés : le premier est la simplification des graphies : ainsi distichon devient « distichum » (III, 11,2), omneis devient « omnes » (II, 16, 5 ; III, 47, 6, etc.), treis « tres » (V, 50, 2), et si caussa est partout écrit avec une double sifflante (III, 38, 5, etc.), c’est parce qu’on l’écrivait ainsi au xviie siècle. En revanche il est plus étonnant, pour passer à la morphologie, que les formes d’accusatif grec aient été maintenues (voir IX, 26,10 ; IX, 48, 1).

44Le second point, plus important, concerne les restitutions de mots. C’est le seul domaine où l’éditeur semble avoir eu une réflexion grammaticale. On peut distinguer deux types de restitutions : les premières concernent les passages où l’éditeur considère qu’il y a une ellipse, les secondes sont des ajouts destinés à clarifier le sens. En principe les mots restitués sont en caractères romains. Entrent dans la première série de restitutions le rétablissement du verbe esse (II, 4, 6 ; III, 40, 4), celui du -ne ou de an interrogatifs (III, 2, 6 ; III, 5, 1-2 ; III, 20, 6), celui de la préposition dans les compléments de lieu (III, 4, 4), celui du pronom antécédent du relatif (111, 9, 2 ; III, 16, 2), celui du substantif quand un adjectif est substantivé (III, 2, 7 ; III, 5,12 ; III, 26,2), celui, systématique, du 0 du vocatif (qui n’est jamais en romain), et en général tous les cas où le latin évite la répétition ou la reprise d’un mot ou d’un groupe de mots. Les ajouts du second type sont censés aider à la compréhension : vel devient « vel etiam » (III, 1,4), si devient « vel si » (III, 50, 8), Vir justus, probus, innocens timeris devient « Metuerislicet justus, probus, innocens » (III, 50, 8), cum madentcapilli devient « cum com madet unguentis » (X, 19, 20), etc.

45Malheureusement ces restitutions ne vont pas sans absurdités ni incohérences : ainsi en III, 43, 1 mentiris juvenem devient « fingis te juvenem », « te » étant considéré comme une restitution, mais en III, 3, 4 lava devient « ablue te », sans indication de restitution ; en II, 6, 17 I nunc, edere me jube libellos est transposé par « I nunc, roga me ut publicem libros », où le « ut » est considéré comme une restitution, tandis qu’en II, 4, 8 nec matrem juvat esse nec sororem est transposé par « nec placet ut sit mater nec soror », sans indication de restitution. Au-delà des incohérences de détail, la théorie de l’ellipse sous-tendue par ces restitutions paraît pour le moins floue et contestable.

46Après le corps du livre et les Obscaena figure, avec une pagination nouvelle (p. 1-168), un Index vocabulorum omnium, quae in M. Valerii Martialis libris leguntur. Dans son Ad lectorem, Collesson indique clairement avoir emprunté cet index à Joseph Lange et en avoir corrigé les innombrables erreurs (mendis innumeris sublatis). Cet index de Lange se trouve à la fin de l’édition de Martial de H. Junius et T. Pulmann parue à Strasbourg en 1595, puis dans l’édition variorum de Martial publiée à Paris en 1601, enfin dans l’édition que Lange lui-même donna de cet auteur à Paris en 1617.

47Collesson s’est peu écarté de sa source, malgré ce qu’il affirme, et son index est aussi imparfait que celui de Lange. Il n’est pas complet, malgré son titre ; les différentes formes d’un même mot ne sont pas regroupées sous une entrée unique ; les homonymes ne sont pas ou sont mal distingués (voir les entrées modo, uti, utraque) ; les renvois ne précisent pas le vers de l’épigramme et sont donnés dans le désordre, etc.

48Certes Collesson a corrigé quelques erreurs de Lange, mais il en a ajouté aussi : il supprime à tort le -que de X, I, qui est chez Lange. À premeret, il lit chez Lange III, I0 et 1, 80 ; se reportant à I, 80, il ne trouve rien et supprime la référence, alors qu’il s’agit simplement de I, 79 (= I, 78 CUF). À uti, Lange renvoie X, 73, XI, 2I (= XI, 20 CUF) et III, 25, en précisant pour ce dernier cas qu’il s’agit d’une conjecture (qu’il adopte) ; Collesson dans son édition suit un autre texte, mais garde dans l’index le renvoi qui ne correspond plus à rien. On pourrait multiplier les exemples à l’envi. Cette partie de l’ouvrage n’est pas meilleure ni plus personnelle que les autres.

6

49L’apport de cette édition est faible, voire inexistant, sur le plan scientifique. Le texte est en effet fondé sur celui de Junius ; la préface est empruntée à l’édition de Matthaeus Rader ; dans les notes l’auteur se retranche derrière ceux auxquels il recourt et ne donne presque pas de commentaires de son cru ; enfin l’index est celui, mal corrigé, de Joseph Lange. Si l’on ajoute que Collesson s’est fait expliquer certains passages par Huet, on voit que son travail s’est limité à l’interprétatio et à l’organisation des notes. Cette édition ne représente donc pas un progrès dans l’histoire du texte de Martial, puisqu’elle s’apparente, aussi bien pour le texte que pour le paratexte, à une compilation.

50Elle est du reste ignorée des grands éditeurs de Martial qui lui ont succédé (F. G. Schneidewin et L. Friedländer notamment), et sévèrement jugée par la Nouvelle Biographie générale (voir ci-dessus) qui souligne « son faible mérite ».

© UGA Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search