Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 113-117


Texte intégral

1Dans « The Dream », nouvelle publiée pour le périodique très en vue The Keepsake en 1832, Mary Shelley raconte l’histoire d’une jeune comtesse déchirée entre l’amour qu’elle porte à l’assassin de son père et son devoir filial dans la France d’Henri IV. L’héroïne décide de passer une nuit sur la couche de Sainte-Catherine qui se trouve tout en haut d’une falaise en espérant que la sainte lui envoie un rêve lui permettant de savoir si elle doit embrasser l’amour divin en entrant au couvent ou l’amour terrestre. L’étreinte amoureuse revêt une dimension purement éthique dans ce texte. L’héroïne est sauvée de la mort par le fait que son amant la rattrape au moment où, profondément endormie, elle glisse de la couche de Sainte-Catherine et menace de tomber de la falaise : la bonne étreinte est celle qui soutient littéralement la femme – idéalement nommée Constance dans le texte – dans sa recherche de droiture éthique. Une telle nouvelle semble parachever la conception de l’étreinte à l’œuvre dans les romans de Mary Shelley qui se caractérise majoritairement, nous l’avons vu, par un souci de bienséance hérité du roman sensible adossé à une visée éthique. On peut avancer que par son souci de retenue, l’œuvre romanesque de Mary Shelley annonce l’économie affective du victorianisme naissant, tourné vers un souci de discrétion et d’idéalisation des rapports entre les sexes après la sensualité tourmentée mise en scène par le courant romantique. Cependant, cette œuvre est également d’une grande actualité en ce qu’elle résonne avec les penseurs actuels de l’éthique, qu’il s’agisse des penseurs du rapport entre éthique et intimité qui tentent depuis quelques années de prendre le contrepied d’une conception d’inspiration romantique de l’amour comme fusion de deux identités ou de ceux d’une éthique de la sollicitude héritée du care anglo-saxon1. Elle résonne également avec la critique d’une conception patriarcale du sentiment amoureux d’essence romantique entreprise par le courant féministe actuel2. Par sa volonté de rattacher la figure du baiser au domaine de l’éthique en repensant le rapport entre intérieur et extérieur, mais aussi entre physique et métaphysique, Mary Shelley déploie la signification d’une figure très souvent cantonnée aux seuls arts vers le registre philosophique. C’est dans ce souci philosophique que réside, selon nous, l’originalité de cette auteure.

2Cette étude s’est employée à mettre au jour une œuvre qui mêle le philosophique au littéraire. De Frankenstein à Falkner, il s’agit de se libérer des affres de la passion amoureuse, jugée dangereuse et destructrice, pour atteindre un modèle de retenue sensuelle et de dévouement éthique. Cet idéal est atteint avec le personnage d’Euthanasia, souvent considérée comme l’héroïne la plus réussie de Mary Shelley et qui est décrite comme « dénuée de passion et pourtant pleine d’enthousiasme » (V, 79). Les termes « dénuée de passion » (passionless) et « enthousiasme » appartiennent à un registre que l’on peut qualifier de philosophique. L’un rappelle le stoïcisme tandis que l’autre, évoquant la possession du sujet par un dieu, peut relever du vocabulaire du platonicisme ou de la théologie. Par le recours à l’allégorie (le personnage d’Euthanasia, les époux Villiers de Lodore, Mrs. Rivers dans Falkner) et à la parabole (la question de la sympathie dans Frankenstein), mais aussi et plus précisément par sa capacité à créer de nouveaux mythes afin d’illustrer une pensée éthique, l’œuvre romanesque de Mary Shelley s’inscrit bien dans une dynamique d’ordre philosophique. Elle ne laisse cependant pas de côté le souci esthétique propre à l’écrivain. Elle ne renonce ni à une volonté de beauté formelle comme son goût pour les codes du roman sensible en atteste, ni non plus à la beauté plus échevelée et novatrice du romantisme noir.

3Par le souci du style dont témoigne son écriture et par sa volonté de retenir le désir féminin, elle peut être rapprochée d’une tradition féminine du roman de type philosophique incarné par les précieuses françaises au dix-septième siècle. Mary Shelley et les précieuses ont en partage le goût des figures antiques, des allégories et des paraboles dont le but est pour elles d’affiner la sensibilité du sujet, mais aussi, et surtout, la sensibilité à autrui. Esthétique et éthique sont tout aussi indissociables chez les premières que chez la seconde. Certaines des stratégies plus directement littéraires mises en œuvre dans les romans des précieuses se retrouvent également chez Mary Shelley. L’utilisation de clés pour idéaliser des personnages publics avec lesquels l’auteure a été intime se retrouve dans The Last Man. Le recours à la mort systématique des héroïnes ayant connu la passion amoureuse (Mathilda, Euthanasia, Beatrice, Idris, Perdita, Clorinda, Alithea) est également un passage obligé pour pouvoir exprimer la passion féminine chez les précieuses et ainsi la contenir. De façon plus originale, le recours aux figures antiques pour proposer une laïcisation du désir et du libre célibat féminins parcourt les romans des précieuses et de Mary Shelley. S’agissant du désir, le recours à la figure de Sapphô, que nous avons vue être importante dans la représentation de l’économie émotionnelle de la femme pour Mary Shelley, l’est tout autant chez les romancières précieuses pour qui la poétesse grecque constitue également un modèle d’économie affective tel qu’il s’exprime dans l’imaginaire galant3. D’autre part, un célibat féminin librement consenti qui se vit en dehors du couvent ou plus largement du rapport à Dieu et qui est érigé en projet de vie se retrouve, chez les premières, dans les figures de la vestale ou de la sybille – d’ailleurs voix narrative qui surplombe The Last Man. Chez la seconde, dans Matilda et Valperga, Diane, qui s’inscrit également, nous l’avons vu, dans un héritage philosophique féminin à travers Mary Wollstonecraft, et la figure de Méduse sont convoquées pour représenter des personnages féminins décidés à ne pas céder au désir qu’ils inspirent4. La promotion d’un célibat féminin librement choisi s’affermit même au terme de l’œuvre de Mary Shelley puisqu’il est promu dans l’épilogue de Lodore, roman pourtant conformiste par bien des aspects. Le narrateur envisage le parcours émotionnel de Fanny Derham, personnage secondaire de l’intrigue et amie d’Ethel, qui a fait le choix d’une vie d’étude et de célibat, comme un modèle de sensibilité et de philosophie que ni les précieuses, ni Mary Wollstonecraft n’auraient renié :

[…] elle ne se tournera jamais vers la droite ou vers la gauche, mais elle poursuivra son chemin avec détermination ; et dans la haute idée qu’elle se fait de la dignité de sa nature, dans son amour de la vérité et son intégrité, elle trouvera soutien et récompense au cours de toutes ses aventures. On ne peut pas raconter ici en quoi consistent les événements qui ont déjà coloré son existence ; et il nous faudrait posséder le don de prophétie pour en prédire la conclusion. On pourra les conter dans des temps futurs et on pourra présenter la vie de Fanny Derham comme une leçon utile, à la fois pour enseigner ce que la bonté et le génie peuvent accomplir pour pallier les malheurs de la vie et pour encourager ceux qui d’aventure voudraient l’imiter, par un exemple de la calomnie réfutée par la patience, les erreurs rectifiées par la charité, et les passions de notre nature purifiées et anoblies par une observation constante des lois morales sur lesquelles toute l’excellence humaine est fondée – un amour de la vérité en nous-mêmes, et une sympathie sincère à l’égard de nos semblables. (L, 448)

Parce qu’elle a l’intuition de la sensibilité de son époque, Mary Shelley embrasse également par moments une écriture plus incarnée du désir telle que le romantisme, et en particulier le romantisme noir, l’a promu. La volonté de retenue propre à son écriture coexiste avec des passages plus sulfureux qui ont contribué à marquer durablement l’imaginaire moderne. Mary Shelley n’a pas écrit qu’un Prométhée moderne : sa réécriture des mythes antiques a contribué à donner un nouveau souffle à l’expression du désir, qu’il soit féminin ou masculin. Figures de la femme désirée qui finit par détruire l’homme désirant, Diane et Méduse seront réinvesties par la pensée psychanalytique, la première donnant son nom à un complexe et la seconde ayant donné lieu à de célèbres pages chez Sigmund Freud. Perdita, Sapphô morte d’aimer, Victor Frankenstein et son monstre, androgynes dévoyés, Castruccio et Lionel Verney, prototypes du vampire, contribuent quant à eux au mythe moderne d’un individu qui serait ontologiquement incomplet et désirant. Ces « blocs d’abîme »5 ne doivent cependant pas faire oublier le propos lumineux d’une œuvre dont les romans se concluent par la défaite des héros dévorés par leur désir, qu’il soit érotique, scientifique ou politique (Victor Frankenstein, le capitaine Walton, le père de Mathilda, Castruccio, Lionel Verney, lord Raymond, lord Lodore) et/ou par l’affirmation d’une éthique du souci de l’autre (les lettres conclusives du capitaine Walton à sa sœur dans Frankenstein, l’adieu à l’ami cher dans Matilda, le monologue final de lady Katherine dans Perkin Warbeck, l’épilogue de Lodore, la réconciliation finale de Falkner).

4En ayant montré que l’œuvre romanesque de Mary Shelley entretient des points de convergence avec une démarche d’ordre philosophique, mais témoigne aussi d’une volonté de mettre en œuvre un projet formel, c’est la figure même de l’écrivain, telle qu’héritée en grande partie du courant romantique qui doit être interrogée. En effet, si l’on fait, à la suite du romantisme, de la question du style – qui doit être novateur – et de la représentation de la passion les critères majeurs de réussite d’une œuvre littéraire, celle de Mary Shelley n’est pas réussie. Les six romans qui suivent Frankenstein – et par certains aspects Frankenstein lui-même – semblent datés, victimes d’un style souvent ampoulé et proposent des personnages souvent idéalisés. Or, il nous semble que ces critères, souvent présentés comme l’horizon indépassable d’un bon écrivain, doivent justement être dépassés – ou plutôt déplacés – s’agissant de Mary Shelley. Parce qu’elle met la question éthique au centre de son œuvre en commun avec une volonté de beauté formelle, Mary Shelley déplace les frontières associées à la figure moderne de l’écrivain en étant ce que l’on pourrait appeler une écrivaine-philosophe. Plus qu’une représentation du baiser, elle propose une philosophie de cette figure et, à travers elle, une conception de la littérature qui est indissociable du geste philosophique. Parce qu’elle réalise la synthèse de l’esthétique et de l’éthique, l’œuvre de Mary Shelley est une œuvre profondément humaniste. Il s’agit là d’un critère de choix pour permettre sa redécouverte.

Notes de bas de page

1 Nous pensons par exemple aux travaux de François Jullien, dont De l’intime : loin du bruyant amour (2013) et à ceux de Frédéric Worms, dont par exemple Le moment du soin : à quoi tenons-nous ? (2021). L’œuvre de Mary Shelley a été rapprochée d’une éthique de la sollicitude par la critique littéraire féministe anglo-saxonne, notamment par Anne K. Mellor, dès la fin des années 1990, sans toutefois être adossée à un système ou un auteur philosophiques particuliers (voir par exemple « Romanticism, Difference and the Aesthetic », Pacific Coast Philology, vol. 34, no 2, 1999, p. 127-141, « Where Women Writers “Romantics”? », Modern Language Quaterly, vol. 62, no 4, décembre 2001, p. 393-405 et « What’s different about ‘Regency’ Women Writers? », Keats-Shelley Journal, vol. 55, 2006, p. 42-47).

2 Voir par exemple M. Chollet, Réinventer l’amour, 2021.

3 Par exemple, la narratrice d’un des romans de Madeleine de Scudéry n’est autre que Sapphô elle-même. La romancière se fit même appeler Sapphô tout au long de sa vie littéraire (voir Danielle Haase-Dubosc, « Des usages de la séduction selon Madeleine de Scudéry », dans A. Farge & C. Dauphin (dir.), Séduction et sociétés, Paris : Seuil, 2001, p. 42-69).

4 S’agissant des stratégies littéraires mises en œuvre par les romancières précieuses, voir M. Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIème siècle, 2008, p. 497-586.

5 Nous reprenons l’expression qu’Annie Le Brun a utilisée s’agissant du surgissement de l’œuvre du marquis de Sade, figure précurseur du romantisme noir, dans le paysage littéraire de son époque (A. Le Brun, Soudain, un bloc d’abîme, Sade [1986], 2014).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.