Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume II

 | 
Martine Furno

César1

Martine Furno

Texte intégral

  • 1 Cette fiche a été élaborée par Martine Furno, en utilisant une partie du matériel réuni dans un pr (...)

1

1– 1678

2– lieu d’édition : Paris

3– imprimeur : Pierre Le Petit

4– commentateur : Jean Godüin (ou Godouin ou Godovin ou Goudoin).

2

  • 2 Voir Michaud, t. 17, .47. Voir aussi J. Goujet, Mémoire historique et littéraire sur le collège ro (...)

5Né et mort à Paris (1er décembre 1620 – 8 octobre 1700). Comme beaucoup de Dauphins, Godüin est un enseignant : professeur de 3e au collège du Cardinal Lemoine, puis au collège du Plessis où il fut censeur. Godüin est avant tout un pédagogue : il semble avoir projeté de mettre au point une méthode d’apprentissage du latin par immersion (en ne parlant que cette langue) pour de très jeunes enfants, âgés de trois ou quatre ans. Titulaire d’une chaire d’hébreu au collège Royal à partir de 1656, il a quelques démêlés avec la censure, pour des explications jugées trop libres sur des questions religieuses, et pour un prétendu double mariage. Il est l’auteur d’une grammaire hébraïque restée manuscrite, de quelques pièces de circonstance en vers latins ; ses seules productions « scientifiques » sont une traduction des Familiares de Cicéron (Paris, 1666) et l’édition de César Ad usum Delphini2. On ne sait comment ni par qui il a été « recruté » pour faire partie des éditeurs dauphins.

3

PRINCIPALES ÉDITIONS ANTÉRIEURES

6Elles sont évidemment très nombreuses. Les principales qui doivent être signalées, soit parce que leur diffusion a été grande et longue dans le temps, soit parce que Godüin les cite ou les utilise, sont :

  • 1542-1544, Paris, Vascosan, avec un commentaire de Glareanus
  • 1544, Paris, Robert Estienne
  • 1574, Lyon, Gryphe, avec scholies de Hotoman, Fulvio Orsini, Manuzio
  • 1588, Rome, avec scholies de Pedro Chacon
  • 1614, Lyon, Villehotte, avec scholies de Marlianus, Orsini, Jucundus
  • 1661, Amsterdam, Elzevier, avec notes de Arnold Montano, à partir d’autographes de Joseph Scaliger.

ÉDITIONS AD USUM DELPHINI

7L’édition de Godüin est reprise à Londres, en 1693, 1697, et plusieurs Fois encore au xviiie siècle. Ces éditions gardent le travail de Godüin, sous son nom, sa praefatio, mais l’epistola est supprimée.

4

TITRE

8C. JULII CAESARIS | | QUAE EXSTANT, | | INTERPRETATIONE ET NOTIS | | ILLUSTRAVIT | | Joannes Goduinus Professor Regius | | JUSSU | | CHRISTIANISSIMI REGIS | | IN USUM | | SERENISSIMI DELPHINE | | [portrait lauré de César, avec une étoile, dans un disque avec la légende CAESAR : IMP :, disque lui-même légendé, à l’extérieur, en bas à droite et à gauche, Ex numismate | | Argenteo quod | | Asseruatur in Bibli | | otheca Regia.] | | LUTETIAE PARISIORUM, | | Typis Petri Le Petit, Regii Typographi, via Jacobæa, sub signo | | Crucis aureae. | | [filet] | | M.DC.LXXVIII. | | CUMPRIUILEGIO FLEGME MAJESTATIS.

FORMAT

9In-4°.

CONTENU

Pièces liminaires

10Serenissimo Delphino, 6 pages, signature ã ij-ã iij

11Praefatio, 8 pages, signature e-eiij

12 Extraits du Priuilege du Roy, complétant le bas de la dernière page de la praefatio

13– Une carte dépliante de la Gaule intitulée Galliae descriptio ex Iulij Caesaris commentarii.

Présentation du texte

14Les pages sont numérotées en haut, à l’extérieur, en chiffres arabes.

15L’ordre de présentation des œuvres est le suivant : De Bello Gallico (p. 1 à 204), De Bello Ciuili (p. 205 à 346), A.Hirtii Commentariorum de Bello Alexandrino (p. 347 à 384), A. Hirtii Commentariorum de Bello Africano (p. 385 à 429), A. Hirtii Commentariorum de Bello Hispaniensi (p. 430 à 453), Historiae Iulii Caesaris fragmentum ex V.C. (p. 454 à 458), C. Iulii Caesaris fragmenta ex libris epistolarum ad M. T. Ciceronem (p. 459 à 466) ; dans le cours de cette page commence une sorte de division de ces fragments en plusieurs sous-parties : la première est intitulée De C. lui. Caesaris epistolis testimonia, et regroupe des passages de César ou attribués à César et conservés par d’autres auteurs (p. 466-472), puis : De C. lui Caesaris orationibus testimonia (p. 472-473), De C. Iuii. Caesaris in Catonem scriptis testimonia (p. 473-475), Ex libris de analogia ad M. T. Ciceronem (p. 475-477), Ex iisdem, non distincto libro (p. 477), Ex iisdem, uti verosimile est, non adscripto tamen ubi laudantur libro (p. 477-479), Apophthegmata (p. 479), Dicta collectanea (p. 479), Ephemerides (p. 479-480), Libri auspiciorum (p. 480), Auguralia (p. 480), De diuinatione (p. 480), Astronomica (p. 480-483), De sideribus (p. 483), Poemata (p. 483-484), Incerta (p. 484-485), C. Iulii Caesaris dicta (p. 485-488), De C. Iulio Caesare (p. 488-490).

16La page 490 comporte un colophon Parisiis, typis Petri le Petit, Regii Typographi, M.DC.LXVII.

17L’ensemble des œuvres est présenté de la même façon : un titre courant, sur deux pages, portant page de gauche l’œuvre (De Bello Gallico par exemple), et page de droite sa division (liber I par exemple) ; puis le texte, sur 15 à 35 lignes selon la part des notes et de l’interpretatio ; puis sur deux colonnes sous le texte, les notes et l’interpretatio, quand il y en a une, c’est-à-dire rarement. Les appels de note sont en chiffres arabes, avant le mot ou groupe qu’ils éclairent ; de même pour les appels de l’interpretatio, qui sont eux en lettres minuscules. Ces appels sont numérotés page à page, et non sur l’ensemble d’une œuvre ou d’un chapitre. Certains manquent dans le cours du texte (voir par exemple l’appel d’interpretatio absent p. 6).

18Les lignes du texte sont numérotées de 5 en 5 en chiffres arabes, dans la marge extérieure. Dans cette marge également, on trouve en chiffres romains la référence aux paragraphes du texte de César, excepté pour le début du livre I du De Bello Gallico, où ces références n’apparaissent qu’à partir du chapitre XIX.

Pièces annexes

19Une planche, sur le recto du feuillet qui fait suite à la page 490, sans légende ni explication, représente apparemment un pont de guerre, en bois, et en coupe.

20L’index vocabulorum omnium quae in Caesare leguntur comporte 126 folios [QQqij à AAaaaij], soit 251 pages, sans numérotation (peut-être avec l’idée que l’ordre alphabétique de l’index se suffit à lui-même).

21Une page d’errata porte sur tout le livre. Il n’y a pas de colophon à cet endroit du livre, du moins dans l’exemplaire consulté (BM de Grenoble).

5

22Godüin ne fournit que très peu d’indications sur la manière dont il a établi le texte de son édition. Non que la préface ou les notes ne fassent aucune allusion à l’histoire des Commentarii, mais ces remarques semblent parfois être un moyen plutôt d’éluder le débat philologique que de l’alimenter.

  • 3 In errorem homines induxerunt MSS. quidam tituli quos indicare non pigebit, ut ferat eruditus ipse (...)
  • 4 MSR. cod. cujus prima pagina Claudii Puteani ipsa, ut videtur, ipsius manu inscripta est nomine ; (...)

23Les éléments les plus explicites sont rassemblés à la fin de la préface : Godüin y reprend la discussion sur l’auteur des Commentaires, qui ont parfois été attribués, à la Renaissance, à un Julius Celsus Constantinus, de fait imaginaire. Pour combattre cette thèse et rendre ses oeuvres à César, Godüin cite les souscriptions de quelques manuscrits, qui « ont induit les hommes en erreur », pour que « le lecteur érudit se forge lui-même un jugement3 ». On y voit certes clairement que la part revendiquée par le pseudo Julius Celsus Constantinus n’est que celle de l’émendation ou de la lecture ; mais la mise en avant des manuscrits semble plus un trompe-l’oeil qu’une réelle garantie, dans la mesure où leur description est vague, voire confuse, et leur localisation mystérieuse (« le manuscrit dont la première page porte le nom de Claude Dupuy de sa propre main... » ; « un autre manuscrit qui contient seulement sept livres du De Bello Gallico » mais où une rubrique apparaît selon Godüin « après le livre VIII...4 »). Or, bien que les habitudes du temps ne permissent pas encore la rigueur moderne pour la désignation et la localisation des témoins, on pouvait attendre mieux : les grands humanistes des xve et xvie siècles, de Politien à Robert Estienne, avaient élaboré, ne serait-ce que pour les textes sacrés, des systèmes de repérage plus fiables et plus utilisables, pour un « lecteur érudit », que les quelques indications de Godüin. De plus, ces témoins, que selon toute vraisemblance Godüin ne cite que de seconde main à travers le débat d’attribution, ne viennent jamais à l’appui d’une question précise sur l’établissement du texte. Enfin, la préface ajoute quelques noms d’éditeurs du siècle précédent et leur rend hommage de manière générale : Josse Bade, les Estienne, Adrien Turnèbe et Frédéric Morel, qui n’ont pas été pourtant, ni les uns ni les autres, les plus actifs des imprimeurs ou commentateurs de César. Là encore, il s’agit de remarques plus convenues que circonstanciées, et rien de précis n’est mentionné sur l’utilisation de telle ou telle édition (par exemple de celle de Robert Estienne) pour l’établissement du texte Ad usum Delphini.

  • 5 Voir édition 1678, [p. 18] note 1. Pro praetore] Alii legunt propere, alii vero pro Praetore, vt v (...)

24Les questions purement philologiques ne sont cependant pas totalement absentes de l’édition : elles apparaissent parfois dans des notes qui mentionnent l’existence d’une autre version du texte que celle présentement imprimée, ou émettent une réserve sur tel ou tel point, en général technique. Ces remarques sont peu nombreuses, et visent à donner un texte facile à lire, cohérent, ou rationnellement explicable par des connaissances érudites sur le monde romain (ce qui justifie l’activité de l’annotateur) ; elles vont rarement dans le sens d’une conservation philologique d’une leçon plus difficile, qui serait maintenue pour des raisons d’histoire du texte à laquelle Godüin n’a manifestement pas accès. Ainsi, dans tout le livre I du De Bello Gallico, on ne trouve qu’une seule note portant sur un problème philologique, à savoir l’expression pro praetore donnée en I, 21 : « Les uns lisent propere, mais d’autres pro Praetore, de sorte qu’il semble que le pouvoir qui lui avait été donné était extraordinaire. 11 en était ainsi de coutume chez les Romains quand, en l’absence du magistrat à qui la province avait été attribuée, ses légats étaient envoyés avec l’imperium pour gérer une affaire ; ceci est prouvé par quelques monnaies, signalées par Fulvio Orsini, sur lesquelles on parle de legati pro Praetore5 » La preuve amenée pour le choix du texte est liée au sens, aux realia, à l’autorité d’un docte lui-même précédent annotateur du texte : mais rien ne permet d’identifier et d’évaluer d’un point de vue philologique les alii... alii vero..., témoins des deux versions.

  • 6 Voir par exemple pour Gall. 5, 7, pour Quod tantum civitati Aeduae dignitatis tribuebat : Ciaconiu (...)

25En fait, la comparaison du texte de l’édition de Godüin avec quelques éditions antérieures récentes montre une grande parenté de l’édition du texte Ad usum Delphine avec celui donné dans l’édition procurée par Arnold Montanus et parue chez Elzevier à Amsterdam en 1661. Je n’ai évidemment pas pu vérifier le mot à mot de tout le corpus césarien mais, sur tous les passages choisis comme témoins et répartis dans tous les livres de César et de ses continuateurs, le texte de Godüin est strictement identique à celui de l’édition hollandaise, dont l’édition française s’inspire également pour la présentation et le contenu des notes. En dehors des points de texte à proprement parler difficiles, la similitude porte sur le choix de variantes orthographiques (préférence systématique par exemple des formes verbales non syncopées pour les parfaits) et, dans certains passages, va jusqu’à une ponctuation exactement semblable, à la virgule près, ainsi qu’à la « signalisation » des débuts de discours indirects par une majuscule. Godüin a eu aussi en main au moins une autre édition, plus ancienne, publiée à Rome en 1588 et procurée par Chacon. Cette édition est en effet parfois citée dans les notes en des passages où sa mention ne se retrouve pas dans l’édition hollandaise, mais Godüin semble ne jamais aller jusqu’à la suivre franchement et à en donner le texte autrement que comme une variante possible6. Il ne fait donc aucun doute que le travail philologique accompli par le procurateur Ad usum Delphini a été réalisé à partir de l’édition de 1661, à laquelle on cherchait sans doute à faire concurrence ; mais concurrence prudente, qui a préféré jouer sur la reprise d’un texte prêt et autorisé par sa réussite, plutôt que sur une refonte plus complète, travail qui au demeurant ne s’imposait peut-être pas, et dont on comprend qu’il n’ait pas été possible au vu de la rapidité d’exécution de cette édition (privilège du 23 janvier 1678, registre le 2 février, et achevé d’imprimer du 16 février).

26Enfin, vu la teneur du texte, aucun passage n’a été jugé indigne et n’a été expurgé.

  • 7 Unde fias et ad exercitus ducendos et ad populorum regimen instructior.

27L’Epistola Serenissimo Delphino est une épître rhétorique et encomiastique, qui s’ouvre sur l’image d’Achille chez Lycomède, découvert par Ulysse malgré son déguisement féminin, parce qu’il choisit les armes et non les parures dans les cadeaux apportés par le Grec. De même que pour Achille, l’amour de la chose militaire ne peut que brûler dans le cœur d’un jeune prince instruit de l’exemple d’un père tel que le sien. Toute la suite du texte, relativement court, insiste sur le double modèle, pour l’action et pour les lettres (dicendi faciendique magist[er]), que peut représenter César pour le jeune homme : César est à la fois un chef militaire incomparable et surpassant tous les autres par l’ampleur et l’acuité de ses victoires, et un écrivain accompli, des plus élégants, qui a donc aussi sa place dans le programme d’études proposé au Prince. Godüin souligne aussi l’honneur particulier qui lui revient d’être chargé de cet auteur ; l’épître se clôt sur la citation aménagée de Virgile, Aen. 6, 551-553, incitant le Prince à choisir dans les études les disciplines grâce auxquelles il deviendra « plus instruit dans la conduite des armées et dans le gouvernement des peuples7 ».

  • 8 Id imprimis volui, Candide Lector, nescius ne esses. Tum de autore etiam horum Commentariorum veli (...)

28La préface, plus longue que la dédicace, précise les buts et les principes de la collection et de l’édition du texte dans une première partie et, dans une seconde partie, très clairement annoncée (« J’ai d’abord voulu, cher lecteur, que tu n’ignores pas ces points ; je voudrais maintenant t’informer sur l’auteur de ces Commentaires8 »), elle se consacre au débat sur l’attribution des Commentaires à César.

  • 9 ... nos in hoc opere versatos sua sapientia rexit, face praetenta iter ostendit, errantes aliquando (...)

29La première partie ne manque pas de citer, par ordre d’importance, tous les protagonistes de l’aventure Ad usum Delphini : la paternité en est attribuée à Montausier, qui, voyant la lourdeur et quelquefois l’inutilité des commentaires existants aux auteurs latins, a décidé de procurer à son élève des textes pourvus d’explications brèves et de notes éclairantes, entreprise dont il a voulu par la suite faire profiter le commun des lecteurs. Celui-ci est donc redevable aussi à Bossuet, en tant que précepteur du Dauphin, et à Huet, dont Godüin souligne le travail concret auprès du procurateur de l’édition, qu’il a « dirigé de sa sagesse, à qui il a, torche en avant, montré le chemin, qu’il a ramené sur la bonne voie quand il s’est parfois égaré, comme il arrive9 ». Enfin, la plus lourde dette est évidemment envers le Roi, sage, érudit, grand, artisan du bonheur de ses sujets. La deuxième partie de la préface réunit l’ensemble des textes évoqués supra sur le débat d’attribution des Commentaires ; Godüin y soutient bien sûr la paternité de César pour le De Bello Gallico et le De Bello Ciuili, sur la foi de témoignages de divers auteurs anciens, dont Cornelius Nepos. La présence de la suite du corpus césarien dans l’édition n’est pas spécialement évoquée ou justifiée : il est clair que Godüin suit ici a silentio une tradition éditoriale qu’il n’a ni les moyens ni sans doute la nécessité de contester.

  • 10 ... earum rerum annotationem quae illustrarent partes vel rerum gestarum vetustate, vel horum morum (...)

30Le but de l’annotation est présenté de manière explicite dans la préface présente, au point qu’on pourrait penser que la formulation de Godüin reprend les consignes de ce que désirait Montausier pour la collection : annoter « pour éclairer les passages mal connus ou douteux à cause de l’ancienneté des faits, ou de la différence entre nos coutumes et celles des Anciens10 ». La priorité doit donc être donnée à des notes touchant aux realia, plutôt qu’à des commentaires politiques ou littéraires. De fait, on l’a vu, peu de remarques sont d’ordre philologique, et les efforts de Godüin ont porté tout particulièrement sur deux points.

  • 11 Fluvius e Pyrenaeis montibus delapsus, cursum habet CLX. leucarum, Tolosamque et Burdegalum alluit

31Une grande partie des notes concerne les indications géographiques données par César. Les éclaircissements d’éléments parfois très simples (« Garonne : fleuve descendant des Pyrénées, qui a un cours de 140 lieues, et arrose Toulouse et Bordeaux11 ») sont donnés en latin, mais sont souvent doublés par (voire se limitent à) une traduction du nom de lieu en français : « Ocelus est Oux, alio nomine Exilles. » Beaucoup d’autres notes sont des éclaircissements de vocabulaire, donnant des explications sur le sens de nombreux mots ou passages techniques touchant par exemple aux magistratures ou à l’armement. Godüin semble aussi mettre un point d’honneur à prouver ce qu’il annonçait dans son épître dédicatoire, c’est-à-dire la valeur exceptionnelle de César chef militaire : les notes commentant des passages tactiques ou des notions de stratégie abondent. Ces remarques sont souvent corroborées par la citation explicite d’autres auteurs latins, ou un renvoi plus court à leurs textes.

32En règle générale, beaucoup de ces notes sont inspirées de celles de l’édition Elzeviriana de 1661 : elles en reprennent la structure, souvent en l’élaguant d’un certain nombre de références érudites, plus nombreuses dans l’édition hollandaise. Mais le plan des remarques est souvent très proche, quand la formulation ne l’est pas aussi, comme le prouve la simple comparaison du début d’une des premières notes, celle au mot du titre Commentarius : il semble difficile de ne pas admettre que le « Commentarius quem sibi quisque scribit, non populo. Plutarchus commentarios ἐϕηµɛρίδαϛ appellat, Strabo ὐπομνήματα et melius quidem » de Godüin n’a pas de point commun avec le « Plutarchus ἐϕηµɛρίδαϛ appellat, melius Strabo ὐπομνήματα. Est autem commentarius sive commentarium (nam utrumque promiscue dicitur) proprie scriptum, quod domi continetur nec in vulgus effertur » de l’annotateur hollandais.

  • 12 Sed quicquid de illa voce censeamus, significat Gallorum Philosophos, quos etiam philosophis Graec (...)

33Cela dit, les notes de Godüin ont aussi leur personnalité, notamment par une sorte de spécificité française, dans la grande attention portée à la localisation des événements en Gaule, mais aussi dans un discret nationalisme, qui se manifeste par exemple dans les remarques sur le passage « ethnologique » du livre 6 de la Guerre des Gaules. Sans chauvinisme exacerbé (Godüin ne vit pas sous Napoléon III), le commentateur relève cependant que des mots comme druides, dont il cherche l’étymologie, sont de souche en quelque sorte aborigène ; mais, au lieu de s’arrêter sur les implications littéraires et historiques que suppose ce maintien d’un terme local dans un récit où César nomme toutes les réalités sociales avec des références romaines, la fin de la note souligne la supériorité et l’ancienneté de la science philosophique gauloise, qui, aurait précédé celle des Grecs : « Mais quoi que nous pensions du mot, il désigne les Philosophes des Gaulois, que certains écrivains grecs estiment être antérieurs même aux Philosophes grecs, comme Aristote chez Diogène Laërce, qui a écrit que la Philosophie n’était pas venue des Grecs vers les Gaulois, mais était passée des Gaulois aux Grecs12. »

34Enfin, l’annotation de certains passages déroute un peu le lecteur moderne, mais est sans doute, par là même, bien représentative de l’esprit dans lequel Godüin a travaillé : les notes de la fin du livre 3 du De Bello Ciuili par exemple, sur la mort de Pompée ou la bataille d’Alexandrie, n’appellent pas particulièrement de commentaires sur le droit, la mort des puissants, ou encore l’incendie de la bibliothèque, que tout annotateur moderne est tenté de faire. Les remarques de Godüin à ces paragraphes sont pour la plupart des renvois d’érudition à d’autres textes complémentaires, mais pas nécessairement ceux qu’on attendrait : discussion sur la date de la mort de Pompée par exemple, mais, curieusement, pas de renvoi à Orose sur l’incendie de la bibliothèque, alors que cette référence et la mention explicite du désastre se trouvent dans les notes de l’Elzeviriana – mais peut-être Orose est-il un auteur trop difficile pour le public visé. Cependant, au § 107, une très longue note débat de l’amour de César pour Cléopâtre, en citant Dion à l’appui, en grec, d’abord, puis en traduction latine. Aucune note de ce type dans l’Elzeviriana : la remarque est propre à Godüin, et traduit sans doute une vision psychologisante de l’histoire, de la personne du prince, et peut être aussi l’influence d’un certain goût de cour qui glisse facilement de l’histoire à la tragédie en lisant les auteurs anciens.

  • 13 In hoc Autore interpretationum minus positum est quia in eo, quod de Aristotele dicit Cicero, flum (...)
  • 14 ... brevem interpretationem locorum, quorum aut voces obscurae esset aut contextus.

35L’interpretatio est très réduite dans tout le corpus césarien. La préface en expose la raison : « Dans notre auteur, on a mis moins d’interprétatio, parce que chez lui, comme Cicéron le dit d’Aristote, le cours de la phrase est d’or13. » Ces explications en effet, selon peut-être les directives de Montausier, doivent brièvement éclairer « les passages dont l’expression ou la construction sont obscures14 »: dans la mesure où Godüin a souligné l’excellence et la clarté du style de César, à prendre comme modèle d’écriture, on comprend qu’il ait en conséquence peu à expliquer. Les quelques rares gloses portent donc sur des emplois un peu inattendus de certains mots (oriuntur en BG1, 1 est remplacé par incipiunt), et, le plus souvent, sur quelques constructions de discours indirects, où le verbe introducteur ou certains pronoms, absents dans la phrase césarienne, sont suppléés, en caractères romains, au fil du texte repris en italiques. Mais beaucoup de passages qu’un enseignant d’aujourd’hui jugerait difficiles sont laissés en l’état, sans éclaircissements.

36Enfin, selon l’idée de Huet, qui voudrait que, mis bout à bout, les indices de la collection fissent un Thesaurus complet de la langue latine, l’index de l’édition de César est un index mot à mot, comprenant par ordre alphabétique toutes les formes de la déclinaison ou de la conjugaison (esse, est, esset...) mais aussi un mot comme &. C’est son originalité par rapport aux indices des éditions antérieures, qui sont des indices rerum ou nominum, mais pas une liste exhaustive des formes.

6

37Comme pour beaucoup d’éditions Ad usum Delphini, le travail qu’a fourni Godüin n’est pas des plus approfondis en matière philologique : reprise pour l’essentiel du texte d’une édition antérieure, notes largement fondées sur celles de cette même édition antérieure, tout cela ne préjuge pas d’une grande sagacité scientifique - qu’on ne lui demandait peut-être d’ailleurs pas. Le procurateur du texte de César s’est en effet arrêté aux critères voulus par Montausier et Huet pour la collection, peut-être encore plus prégnants pour un texte comme celui de César, dont la diffusion pédagogique est grande. Il a donc fourni un texte latin facilement lisible, où sont aplanies par exemple les difficultés de compréhension des éléments techniques et de localisation des récits de bataille ou mouvements de troupe. Il révèle la lecture des Commentaires la plus communément faite de son temps, où le texte est pris à la fois comme manuel militaire et comme modèle stylistique. On ne saurait reprocher à Godüin son manque de remarques littéraires, réservées plutôt dans la pédagogie du temps à des auteurs plus strictement rhétoriques comme Cicéron, ou d’analyses politiques, sans doute bien trop glissantes pour l’annotateur d’une édition née dans l’entourage immédiat d’un prince. Il a accompli sans génie, certes, mais sans démériter non plus, le travail de collaboration qu’on lui demandait. Que la faible ampleur scientifique de celui-ci ait été de sa part un renoncement, sur la demande de Huet, à des projets plus élevés, ou qu’elle soit en accord avec des capacités philologiques limitées, il est difficile de le dire, dans la mesure où le restant de son œuvre ne permet pas d’en juger. On ne peut que constater qu’il a donné de César une édition commode, matériellement soignée, et agréable à lire, ce qui est sans doute déjà beaucoup, et devait suffire à la tâche dont il s’était, ou dont on l’avait, chargé.

Notes

1 Cette fiche a été élaborée par Martine Furno, en utilisant une partie du matériel réuni dans un premier temps par M. Raymond Chevallier, qui n’a pas souhaité par la suite en poursuivre la rédaction.

2 Voir Michaud, t. 17, .47. Voir aussi J. Goujet, Mémoire historique et littéraire sur le collège royal de France, Paris, 1758, I, p.355

3 In errorem homines induxerunt MSS. quidam tituli quos indicare non pigebit, ut ferat eruditus ipse Lector judicium.

4 MSR. cod. cujus prima pagina Claudii Puteani ipsa, ut videtur, ipsius manu inscripta est nomine ; [...] Alter MSR. codex qui libros tantum de bello Gallico habet septem, sic in fine habet eadem rubrica scriptum Julius Celsus Constantinus VC legi commentarios G. Julii Caesaris Belli Gallici lib. VII explic. Abhinc Hirtii Pansae incip. Praefacio libri. Et post librum VIII, iisdem rubris litteris scriptum legitur, Julius Celsus Constantinus VC legi tantum Jeliciter G. Julii Pontifias maximi ephemeris rerum gestarum belli Gallici liber VIII explicit féliciter.

5 Voir édition 1678, [p. 18] note 1. Pro praetore] Alii legunt propere, alii vero pro Praetore, vt videatur extraordinaria potestas illi data. Sic apud Romanos fieri solitum, cum absente magistratu cui erat provincia decreta, ejus legati cum imperio ad rem gerendam mitterentur : quod ex aliquot denariis probatur, in quibus legati pro Praetore dicuntur, quos Flavius [sic] Vrsinus commemorat.

6 Voir par exemple pour Gall. 5, 7, pour Quod tantum civitati Aeduae dignitatis tribuebat : Ciaconius existimat reponendum permutatis casibus Quod tantum civitatis Aeduae dignitati tribuebat, quod satis placet. Mais l’audace ne va pas plus loin.

7 Unde fias et ad exercitus ducendos et ad populorum regimen instructior.

8 Id imprimis volui, Candide Lector, nescius ne esses. Tum de autore etiam horum Commentariorum velim te fieri certiorem.

9 ... nos in hoc opere versatos sua sapientia rexit, face praetenta iter ostendit, errantes aliquando, vt fit, in viam reduxit.

10 ... earum rerum annotationem quae illustrarent partes vel rerum gestarum vetustate, vel horum morum ab antiquis dissimilitudine ignotas vel dubias.

11 Fluvius e Pyrenaeis montibus delapsus, cursum habet CLX. leucarum, Tolosamque et Burdegalum alluit.

12 Sed quicquid de illa voce censeamus, significat Gallorum Philosophos, quos etiam philosophis Graecis priores exsitimant nonnulli Graeci scriptores, vt Aristoteles apud Diogenes Laertium, qui non a Graecis ad Gallos Philosophiam devenisse, sed a Gallis ad Graecos prodiisse scriptum reliquit.

13 In hoc Autore interpretationum minus positum est quia in eo, quod de Aristotele dicit Cicero, flumen orationis aureum.

14 ... brevem interpretationem locorum, quorum aut voces obscurae esset aut contextus.

© UGA Éditions, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search