Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume II

 | 
Martine Furno

Introduction

Martine Furno

Texte intégral

1Le second volume de l’étude sur la collection Ad usum Delphini, engagée en 1995 à Grenoble sous l’égide de Catherine Volpilhac-Auger, arrive enfin à son terme. Terme tardif sans doute, mais indispensable, et dont la lenteur même de l’élaboration reflète l’esprit.

2Il nous a semblé nécessaire en effet, dès le début du projet, que celui-ci devait comporter deux volets : un premier travail d’ensemble et de synthèse sur la collection, son élaboration, ses principes et ses caractéristiques, et la publication complète ensuite des enquêtes menées par les différents collaborateurs sur les auteurs latins, enquêtes dont les conclusions avaient servi de socle au premier volume. C’est cette publication qui voit le jour enfin et vient compléter le tome précédent : trente-neuf notices sur les auteurs latins, trente-trois collaborateurs pour les rédiger ont rendu la coordination de l’ensemble difficile. En effet, nous n’avons pas envisagé d’autre voie scientifiquement acceptable que celle d’une étude exhaustive de chaque auteur latin publié, voire, pour certains classiques comme Cicéron, d’une étude, confiée à des collaborateurs différents, de chaque partie de l’œuvre publiée. Il a donc fallu trouver, ou retrouver après une première défection, des chercheurs volontaires et qualifiés, et il a fallu aussi quelquefois attendre que tous puissent réaliser leur travail.

3Il a fallu exiger d’eux aussi un vrai esprit d’équipe. Nous avons voulu en effet procéder selon l’esprit même de la collection, c’est-à-dire imposer certes un modèle qui donne une unité à la lecture, mais laisser respirer dans ce cadre la personnalité de chaque chercheur, de même que la personnalité de chaque procurateur transparaît souvent, vaille que vaille, derrière son travail d’édition.

4Le contenu des notices a donc voulu trouver un équilibre entre données techniques et interprétation évaluative, c’est-à-dire entre fournir au lecteur des renseignements ponctuels, mais aussi une étude réfléchie et construite qu’il puisse parcourir de manière cursive, tout en y retrouvant des éléments précis d’information. Notre but n’était pas de faire un ouvrage de bibliographie spécialisé sur la collection : au demeurant les exemplaires consultés l’ont été dans des bibliothèques différentes, et nous ne pouvons par là tirer des conclusions applicables, à partir de l’un ou l’autre, à tous les exemplaires d’un même auteur, ni à toute la série. Nous avons simplement voulu montrer comment fonctionnait la collection, et ce qu’elle pouvait apporter alors à l’histoire de la philologie.

5Ces notices sont donc toutes rédigées sur le même schéma. Elles comportent d’abord quatre parties regroupant des données bibliographiques :

  1. d’abord une « fiche d’identité » de l’édition Ad usum Delphini, donnant sa date d’édition, son lieu d’édition, le nom de l’imprimeur, et le nom du commentateur ;
  2. puis des éléments biographiques sur le commentateur, parfois succincts, certains des savants éditeurs de la collection n’ayant pas laissé de trace impérissable ;
  3. puis une description de la place de l’édition Ad usum Delphini dans l’histoire du texte latin concerné, en dressant la liste des principales éditions antérieures, ou du moins de celles qui sont citées ou utilisées par le commentateur Dauphin ; la postérité de l’édition usum Delphini a été systématiquement recherchée, dans les reprises, voire les contrefaçons possibles.
  4. Enfin a été donnée une description complète de l’édition étudiée : titre, format, contenu, pièces liminaires et pièces annexes, présentation du texte.
  5. La cinquième partie est la partie d’étude cursive et rédigée : chaque collaborateur a bâti un exposé décrivant le travail du commentateur du xviie siècle, dans le domaine philologique (établissement et intégrité du texte) mais aussi à travers les documents qui présentent l’auteur latin (dédicace au Dauphin et préface au lecteur), et enfin à travers la partie pédagogique exigée par la collection (annotation et interpretatio).
  6. Pour finir, une sixième partie tente de dresser un bilan conclusif sur l’édition Ad usum Delphini et sa place dans l’histoire du texte latin concerné.

6Au sortir de la lecture linéaire et complète de toutes les notices à fin d’harmonisation, lecture qui ne sera sans doute pas celle des curieux qui ouvriront ce volume, je voudrais revenir rapidement sur une question méthodologique, celle du bien-fondé, dans un travail d’étude historique, de l’évaluation par des chercheurs modernes d’un travail philologique réalisé il y a presque quatre siècles dans des conditions intellectuelles qui n’étaient en rien celles que nous pratiquons aujourd’hui.

7Il ne s’est pas agi ici de donner des bons points, ou des mauvais, et le soulignement enthousiaste de la « modernité méthodologique » de tel ou tel philologue, ou, de manière plus récurrente, la déception devant la piètre compétence de tel autre, n’ont pas pour fin de juger ou de condamner. Il ne s’agit que de comprendre : apporter une image plus nette de la culture et des ambitions de l’« honnête homme » à travers une collection qui lui est essentiellement destinée, avoir une idée plus précise de la connaissance de l’Antiquité et de sa littérature non seulement chez les savants qui éditent les livres, mais aussi dans les cabinets et les salons où on les lit. À regarder l’ensemble des notices rédigées par les chercheurs modernes, on peut être déçu : texte repris à des éditions antérieures, notes parfois rudimentaires ou répétitives, compréhension du texte quelquefois gauchie par une interpretatio francisante, tout cela est loin des règles d’édition que nous voudrions apprendre, par exemple, à nos étudiants. Mais seule une perception exacte de cette image, c’est-à-dire dans son contexte et dans son temps, permet de ne pas en rester à cette impression négative : cette connaissance de la littérature antique, toute « scolaire » qu’elle ait été, était celle des salons, d’une noblesse ou d’une bourgeoisie qui pouvait, parfois jusqu’à l’excès, en faire ses délices. Elle donnait au public des théâtres une familiarité et une empathie immédiates avec les tragédies de Corneille ou Racine, ou avec les opéras de Lully ou Rameau, spectacles qui fondaient ainsi un goût commun et un jeu social de l’émotion que nous serions bien en peine de retrouver aujourd’hui sur les mêmes bases. La collection Ad usum Delphini a été un moyen, à tous les sens du terme, de diffusion de la culture antique, et nous n’avons rien recherché d’autre que faire le dessin, le plus fidèle possible, de ce moyen.

8Ce travail s’adresse donc aux chercheurs d’autres disciplines que la nôtre, aux curieux, aux bibliophiles et aux latinistes qui, me semble-t-il, ne regardent pas toujours assez souvent au-delà de « leur » Antiquité. C’est à leur intention à tous qu’a été préparé l’index : il n’est pas exactement de l’ordre de ceux voulus par Huet pour les auteurs latins, mais son principe ne me semble pas contradictoire avec l’esprit de la collection. En effet, j’ai choisi de présenter un index nominum, qui n’est pas littéralement exhaustif, car je n’y ai pas inclus tous les noms propres, mais dont j’ai voulu cependant faire un instrument de travail efficace pour ceux qui utiliseront notre livre. J’ai donc renoncé, pour des questions de pertinence, à inclure dans cet index les noms de personnages ou de lieux de l’Antiquité, comme Rome, Tibère, Hannibal, et autres, qui apparaissent dans les notices à titre d’exemple. Il ne m’a pas semblé que c’était là ce que le lecteur viendrait chercher dans l’index, d’autant que l’exemplification relève du discours personnel de chaque collaborateur et qu’il est impossible par exemple de tirer des différentes références faites à Hannibal dans les notices une image parlante ou représentative de la vision du personnage au xviie siècle, ces références étant beaucoup trop ponctuelles et fragmentaires pour servir de fond à une étude. Mais apparaissent de manière exhaustive (autant du moins que le peuvent mon attention et la technologie moderne) tous les noms d’auteurs latins, tous les noms propres d’éditeurs, tous les noms de villes sièges d’impression, tous les noms de commentateurs : ces noms sont présentés dans leur forme pour nous la plus courante, c’est-à-dire souvent la forme française, suivie de son équivalent latin quand il s’agit par exemple de commentateurs fréquemment mentionnés dans cette langue ; pour certains, comme Gronovius ou Heinsius, c’est la forme latine, plus fréquente, qui a servi d’entrée. J’ai essayé également de retrouver tous les prénoms, vernaculaires ou latins, des personnages cités. Certains me sont restés irrémédiablement obscurs malgré mes recherches : j’espère que ceux à qui est familier tel ou tel nom qui m’était inconnu me pardonneront cette offense à l’érudition et la mémoire de ces savants quelquefois oubliés, mais grâce auxquels, souvent, nous pouvons encore lire aisément les textes anciens.

9Ce parti pris relève, je ne le nie pas, de ma vision personnelle de ce travail, et de l’esprit dans lequel je l’ai mené : celui de mettre en lumière une filiation et tout ce que notre recherche, parfois peut-être un peu trop prétentieuse ou confiante dans les progrès techniques de sa modernité, doit, en matière de représentation du monde antique, aux savants qui l’ont précédée. L’Antiquité de la collection Ad usum Delphini nous offre le miroir du Grand Siècle, tout comme nos propres recherches sur les textes latins nous tendent le miroir de notre univers et de notre imaginaire, suffisamment « désantiquisés » pour nous faire poursuivre, en tant que spécialistes, des idéaux de scientificité que nous n’atteindrons sans doute jamais. Je souhaite qu’on mette au compte de cet idéal les récriminations de certaines notices contre la pauvreté du support étudié, autant que les enthousiasmes d’autres « Dauphins » pour leur collègue du xviie siècle, qu’ils défendent en l’appelant par leur prénom, surtout quand il est la seule femme de cette docte équipe, comme Anne Dacier. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, je crois que ces mouvements d’affects sont les garants de la rigueur et de la précision de notre travail.

10Celui-ci n’aurait donc pas vu le jour sans l’ensemble des collaborateurs français, italiens, belges et anglais qui ont bien voulu se lancer dans l’aventure et ont eu la patience d’en attendre la fin ; qu’ils soient tous ici remerciés, ainsi que Catherine Volpilhac-Auger, instigatrice du projet et qui, souhaitant qu’un latiniste de formation coordonne le second volume, m’en a confié les rênes. Toute notre gratitude va aussi aux Ellug, qui en la personne de Denise Pierrot d’abord, et d’Élisabeth Greslou ensuite, n’ont jamais désespéré que ce livre vînt un jour à la lumière. Nous devons beaucoup également à la lecture attentive et savante de Pierre Petitmengin, dont la disponibilité et la ponctualité ont été sans failles. Enfin, qu’il soit clair que, dans les quelques pages générales de ce volume, le « nous » est toujours le représentant des choix de l’équipe éditoriale, et le « je » est un vrai « je », qui n’implique que la coordonnatrice, dans ses choix et sans doute dans les erreurs qui lui ont échappé – pour lesquelles elle demande indulgence.

© UGA Éditions, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search