Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books UGA Éditions Des princes L’Éloge du Prince L’éloge du roi : construction d’i...

L’Éloge du Prince

 | 
Isabelle Cogitore
, 
Francis Goyet

L’éloge du roi : construction d’image ou propagande monarchique ? L’exemple du xviie siècle

Pierre Zoberman

Texte intégral

  • 1 Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 236. La brièveté même de la section souligne l’évidence de la co (...)
  • 2 Dans la mesure où ces réflexions ont pour but de maintenir ou de rétablir des distinctions entre ph (...)
  • 3 J’emprunte ici le terme si utilement retenu par M. Fumaroli, « Les Apologistes de la langue françai (...)
  • 4 Je tiens en même temps à maintenir des distinctions historiques importantes. Bien que la tentation (...)

1Je partirai d’une intuition née à la lecture d’un vaste corpus de discours d’apparat – pour la plupart de la fin du xviie siècle, mais pas exclusivement – des textes donc où l’on rencontre de manière inévitable l’éloge du Roi. J’ai montré que, sans constituer une composante principielle de l’apparat, l’éloge du Roi avait pris l’importance d’un marqueur quasi universel à l’époque. Cette omniprésence a donné occasion à bien des historiens de penser cet éloge royal en termes de propagande. Ainsi, pour François Bluche, dans son Louis XIV, « L’encens est contribution à une propagande nationale, et pas seulement royale », et cette affirmation apparaît dans une section intitulée : « Vénération, propagande et patriotisme1 » Or, je me propose précisément d’établir que nous avons affaire plutôt à une version du culte de la personnalité2 qu’à une véritable propagande et d’ébaucher ainsi des distinctions qui sont, à mon avis, fondamentales sur le plan épistémologique, et qui auront, je l’espère, des ramifications pour l’analyse de l’histoire politique et de l’histoire des sociétés. Mon hypothèse est que si la construction d’image a un rapport avec la propagande, elle en est comme un degré zéro. Elle peut être préparation à la propagande, substitut de la propagande, voire, parfois, prolongement d’une propagande quelle vient en quelque sorte confirmer, tout comme la pratique de la langue française, dont je parlerai plus tard, apparaissait pour ses apologistes3, à la fois comme une anticipation, un substitut ou une suite logique de la conquête. Par propagande, j’entends la présentation, la justification et la promotion, au moyen de supports divers, d’une politique, d’une série d’actions dont l’auditeur doit reconnaître le bien-fondé et l’intérêt. En d’autres termes, je proposerai de distinguer une pratique qu’on a depuis nommée culte de la personnalité des discours qui constituent la propagande4. Logiquement, dans une monarchie absolue déjà bien installée, le besoin de justifier une politique est moins sensible que celui de susciter ou de renforcer la vénération pour la figure qui incarne le pouvoir. Il n’en sera que plus remarquable de voir que la propagande telle que je viens de la définir n’est nullement absente du corpus même que j’ai étudié. Cette première ébauche me donnera l’occasion d’explorer quelques distinctions au premier abord pertinentes : clivage entre institutions différentes, opposition entre Paris et la province, etc.

QUELQUES PROLÉGOMÈNES À L’ÉVALUATION IDÉOLOGIQUE DES PRODUCTIONS D’ÉLOQUENCE D’APPARAT

  • 5 Les discussions autour des positions de Louis Althusser sont, de ce point de vue, révélatrices. Voi (...)
  • 6 Je rapprocherai cette constatation de l’analyse que A.C. Bradley fait de la tragédie shakespearienn (...)

2Opposer propagande et culte de la personnalité, c’est déjà se situer sur un terrain particulier : celui de l’idéologie. Mon propos n’est pas, à proprement parler, de définir l’idéologie, projet que les dimensions de cet article programmatique ne permettraient pas, de toute façon, de mener à bien. Je ne souhaite pas non plus me ranger sous la bannière de telle ou telle idéologie déjà formulée pour définir l’Idéologie. Je rappellerai cependant que, même si l’on peut identifier des individus dans ce que, pour simplifier, j’appellerai l’organisation culturelle du régime louis-quatorzien, un Chapelain, un Colbert, entre autres, on ne saurait réduire les mécanismes idéologiques à des impulsions personnelles5. On sait que les efforts pour contrôler et utiliser l’histoire, par exemple, n’ont pas donné lieu à des œuvres parfaitement satisfaisantes, et il est clair, plus généralement, que les volontés des hommes au pouvoir pouvaient, une fois réalisées, passées en acte, prendre des aspects inattendus6. Cette précision est d’autant plus nécessaire que les déclarations sur le caractère légitime et impératif de la glorification du monarque unique aussi bien que sur la meilleure manière de s’acquitter de cette tâche indispensable foisonnent dans les discours d’apparat eux-mêmes aussi bien que dans des textes théoriques, dans le Mercure galant, etc.

PROPAGANDE ET CULTE DE LA PERSONNALITÉ : UNE DÉMARCATION ÉPISTÉMOLOGIQUE ET HEURISTIQUE

  • 7 La version orale de ce texte programmatique a constitué l’avant-dernière communication du colloque. (...)
  • 8 Voir Artisans of Glory, Chapel Hill, University of New Carolina Press, 1980, p. 41 et suiv.

3À la suite des gens de lettres du xvie siècle et dans le droit fil de la dédicace du Livre de l’Institution du Prince de Budé, les académiciens français formulent la notion d’un « commerce d’immortalité » entre Louis XIV et ses encomiographes7 – eux-mêmes. Ils définissent ainsi dans un même geste leur propre rôle et, pour leurs œuvres, un contenu obligé. Ils acceptent apparemment de se faire les propagandistes de la monarchie, confondue avec son incarnation exemplaire, en échange d’une renommée qui ne s’éteindra pas. Comme O. Ranum l’avait déjà montré à propos de Budé8, voilà un marché où les deux partis ont quelque chose à gagner et n’ont rien à perdre – si l’on admet que, pour Budé au moins, il n’y a pas de problème de conscience à fonder son rôle social sur la dépendance.

4De là à inférer que tout texte encomiastique, voire tout écrit à caractère historique ou parahistorique, est, à l’époque louis-quatorzienne, un ouvrage de propagande, le pas semble justifié. Il est vite franchi de nos jours. Les années quatre-vingts et la décennie actuelle fourmillent de textes qui démontent le fonctionnement de la mainmise étatique sur les lettres et la culture, et l’obligation faite aux représentants des différents arts de célébrer la grandeur monarchique. J’ai moi-même été amené à plusieurs reprises à montrer comment l’éloge du monarque apparaissait de plus en plus systématiquement dans les discours d’apparat en particulier, et comment s’élaborait un réseau de correspondances textuelles, ce que j’appelle le texte royal.

5Omniprésence de la célébration du plus haut dirigeant de l’État, dans un système culturel en apparence complètement subordonné à des directives venus d’un appareil contrôlé par l’État, le modèle est aujourd’hui familier. Mais, en définissant le système louis-quatorzien, par anticipation, voire avec un anachronisme certain, selon les modèles fournis par l’analyse des États totalitaires modernes, ne court-on pas le risque de rendre floues des démarcations épistémologiquement significatives ? En se satisfaisant d’une telle caractérisation, fût-elle même exacte, doit-on s’interdire d’interroger la forme et le contenu de la glorification royale dont on a identifié l’insistante ubiquité ? Or, les brûleurs d’encens eux-mêmes ont envisagé et mis en œuvre plusieurs manières de répondre aux incitations à louer le Roi.

  • 9 Comme à Angers, l’inauguration d’une statue peut correspondre à des réjouissances académiques.

6La plus évidente, c’est de dresser un portrait élogieux du monarque incomparable, et c’est certainement à cet aspect que nous sommes restés le plus sensibles, peut-être du fait de la devise de Louis le Grand – il n’est pas jusqu’à cette attribution aux rois d’un titre qui ne souligne la tendance, peut-être universelle, à caractériser, donc à dépeindre le monarque. Si j’évoquais la floraison d’ouvrages sur le Roi-soleil à laquelle l’érudition récente a conduit, c’est d’abord pour souligner la fréquence du terme ou de la notion d’image, que la mention soit explicite ou implicite. Il est inutile d’en donner ici la liste exhaustive. Il me suffira de citer L’Image de Louis XIV dans la littérature française, ou Le Portrait du roi. Sans que son titre le rende explicite, Le Roi-machine de Jean-Marie Apostolidès accorde au spectacle, à la politique spectaculaire, à la création d’une image, un rôle fondamental dans le système de gouvernement louis-quatorzien. L’élaboration discursive d’images de Louis le Grand est d’ailleurs indissociable de la multiplication des cérémonies d’inauguration de statues du Roi et des représentations picturales (portraits et devises) qui accompagnent ces cérémonies comme les cérémonies de réjouissances qui réunissent les villes et le royaume à l’occasion des victoires, des événements heureux dans la vie de la famille royale, de la guérison du Roi, etc.9 Le discours participe de la stratégie générale de représentation royale que nous avons été nombreux à analyser.

7Beaucoup d’historiens de la période, qu’ils soient historiens de la monarchie proprement dite, des mentalités ou de la littérature, identifient l’élaboration et l’inscription programmées d’une image positive du Roi et de la Royauté avec le geste qu’ils nomment propagande. C’est ici que je renvoie à ma distinction initiale. N’est-ce pas trivialiser la notion même de propagande que de confondre l’élaboration d’une image et le soutien explicite à une action, une ligne de conduite, une politique ? L’insistance même de l’appareil étatisé qui dirige la culture sur l’histoire, avec la succession des nominations d’historiographes royaux, et les difficultés à modeler une histoire sur les désirs de justification monarchique suggèrent au contraire que l’élaboration d’image est une alternative à la propagande proprement dite, qu’il s’agisse d’un degré inachevé de la propagande officielle, d’une position de repli ou, tout simplement, d’une entreprise adaptée à un contexte particulier où la propagande développée est inutile, étant donné la nature du public. Moins risquée, moins précise, elle peut s’appuyer aisément sur l’élaboration millénaire des topoi du basilikòs logos. En d’autres termes, propagande et culte de la personnalité ne se recouvrent pas totalement.

GLOIRE À LA LANGUE ROYALE, GLOIRE À LA POLITIQUE ROYALE : LES DEUX PROGRAMMES ACADÉMIQUES DE GLORIFICATION MONARCHIQUE

8Il est facile de montrer que, même au sein d’ensembles institutionnels cohérents, tous les discours d’éloge qui présentent explicitement une image positive de Sa Majesté n’élaborent pas au même degré une représentation positive de ses initiatives et de sa politique, ce que j’appelle précisément la propagande.

PROPAGANDE ET IMAGE

  • 10 Voir P. Zoberman, Les Cérémonies de la parole, Genève, Champion-Slatkine, 1998, première partie, ch (...)
  • 11 L’expression « le texte royal » renvoie à l’ensemble des représentations, textes historiques et enc (...)

9Ainsi, lorsque j’ai étudié les pratiques oratoires des académies au siècle de Louis le Grand10, j’ai mis en lumière le fort contraste entre le rôle que les académiciens français définissaient pour leur institution et celui que leurs collègues provinciaux affirmaient devoir jouer, précisément à ce niveau de la glorification royale. Les Parisiens font de leur mission linguistique le centre de leurs préoccupations, et axent leur éloge du Roi autour d’elle. Les Provinciaux, beaucoup moins précis quant à leur mission, donnent de leurs activités une définition à la fois plus floue et plus polymorphe. S’ils ne s’engagent pas à composer un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique, comme leurs modèles et inspirateurs, les Quarante, ils ne manquent pas d’élaborer clairement une image de leurs assemblées. Dans la perspective offerte par les discours académiques provinciaux, le mouvement académique apparaît comme engagé dans une entreprise plus large de propagande. Les académies provinciales font de leur activité en matière d’histoire, d’éloquence et de poésie – tripartition qui structurait à l’époque le champ de la littérature – à la fois une manifestation et une garantie de leur participation à l’élaboration de la gloire royale, un engagement au sein de l’ensemble d’individus et d’institutions qui compose, collectivement, ce que j’appelle le texte royal11. Si les premiers académiciens français avaient éprouvé du regret devant la perte de leur loisir insouciant et sa mise au service du renforcement monarchique, leurs cadets, dans les compagnies qui se créent sous l’égide de la monarchie absolue installée, revendiquent, avec un enthousiasme qui peut être de commande, mais ne se dément pas pour autant, leur inscription dans le vaste programme culturel.

FORMULATIONS ACADÉMIQUES DE LA GLORIFICATION : QUELQUES EXEMPLES

10L’abbé Baudry, reçu en 1687 à l’Académie de Villefranche, répond à l’attente de ses nouveaux collègues en présentant l’Académie comme un ouvrage du Roi, et non plus, ce qui avait été sa première stratégie, comme la réunion spontanée de beaux esprits et de gens désireux de se perfectionner dans les sciences et les lettres. De ce fait, il peut établir une division des membres de l’académie en catégories de thuriféraires, voire de propagandistes, où les orateurs et les poètes s’effacent devant les gens d’église, les magistrats et, surtout, les historiens. En recentrant l’activité académique sur le Roi, les orateurs ont ainsi tendance à faire de l’histoire la composante majeure, voire unique, de leurs exercices :

  • 12 Mercure, novembre 1687, p. 16-17.

En effet, Messieurs, vostre sçavante Compagnie ne fournit-elle pas à Sa Majesté des sujets capables de faire le récit fidelle de ses Conquetes ? Ne luy donne-t-elle pas des personnes distinguées dans l’Eglise, pour publier son zele & sa pureté ? Ne luy presente-t-elle pas des Magistrats qui font valoir ses Loix et ses Ordonnances ? Vous avez parmy vous, Messieurs, d’habiles Historiens qui travaillent à immortaliser ses merveilles par leurs Ecrits, & l’on peut dire que vos Plumes & vos Langues sont entièrement consacrées à la gloire du plus sage & du plus grand Prince de l’Univers.12

11Prises littéralement, ces remarques définissent l’activité académique comme amplification verbale et écrite de la personne et des actions du Roi, c’est-à-dire, en recourant non seulement au portrait, mais à la propagande du Roi. Le Roi fait, fait bien, fait le bien, et le fait pour le bien de ses sujets.

  • 13 Je ne peux développer ici la différence entre discours prononcés lors des réceptions (discours de r (...)
  • 14 C’est bien ce que dit, à sa manière, le libraire, J.-B. Coignard, dans son avis au lecteur qui ouvr (...)

12Tout éloge de Louis XIV est, me dira-t-on, composé sur ce modèle. Mais le discours sur l’activité encomiastique n’est pas, en réalité, monolithique. Les académiciens français, dont la production oratoire révèle une claire idée de l’usage qu’on pouvait faire de la langue, du discours, des images ou des monuments pour faire circuler l’image royale, faisaient, certes, le portrait de leur glorieux protecteur. Ils se félicitaient mutuellement de leur capacité de présenter leur protecteur sous le jour qui convenait. Cependant, on constate que les Quarante ne voyaient pas dans l’écriture de la geste royale leur fonction primaire, qu’il s’agisse d’histoire ou de panégyrique13. Le corpus académique est, sur le plan thématique du moins, fort redondant14. De ce fait, je n’aurai qu’à citer le discours de l’abbé Boileau, qui distingue clairement les rôles. Tous doivent louer le Roi, mais c’est en travaillant au dictionnaire ou à la grammaire que l’Académie remplit ce rôle. L’orateur nie explicitement que ses nouveaux confrères aient reçu pour mission de propager par leurs productions la gloire royale :

Vous estes, MESSIEURS, les dépositaires de cette gloire [celle du Roi] ; non qu’il vous charge du soin de la publier ; sa modestie ne cherche pas des Panegyristes. Mais parce que le Public vous regarde comme les Arbitres de l’usage des paroles ; c’est assez que vous nous appreniez les termes pour fournir ses loüanges. Le seul embarras est le choix des expressions. Il suffit à un François de sçavoir bien parler sa Langue pour bien loüer son Roy ; & c’est assez que vous soyez chargés de nostre langage pour l’estre de son éloge, (p. 88)

13Aucun hasard dans cette affirmation, qui ne saurait surprendre si on la met en relation avec l’article 24 des statuts de la Compagnie :

La principale fonction de l’Académie sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possible à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences.

14Les Académiciens peuvent bien, en tant qu’individus, faire le panégyrique du Roi, tourner des odes à sa gloire, ou écrire son histoire ; ce n’est pas leur fonction institutionnelle, et ils le savent, eux qui répètent à l’envi que leur mission est de porter la langue à sa perfection et l’y maintenir, parce que c’est ainsi qu’ils s’inscriront dans les projets de cette grande âme (ou de ses grands ministres).

15Grâce à ce travail linguistique, on pourra former les diplomates qui feront triompher les intérêts du Royaume. Grâce au perfectionnement de la langue, on formera des grands hommes qui pourront immortaliser la grandeur royale et s’immortaliser dans ce mouvement. Que les Quarante pussent être les premiers bénéficiaires de ce commerce d’immortalité (pour reprendre une expression fréquente à l’époque) n’est guère invraisemblable. Leur pratique oratoire et scripturale aussi bien que leur inscription sociale le démontrent. Un Boileau, un Racine ont été nommés historiographes du Roi. Mais l’Académie joue son rôle dans le concert culturel en travaillant au perfectionnement de la langue française. Qu’elle soit ou non égale à la tâche, l’Académie n’a que cette obligation.

  • 15 Barbier d’Aucour ; réponse à l’abbé Testu de Mauroy, 1688, Recueil des harangues..., p. 524

Nostre obligation en general, est de former un langage qui puisse exprimer avec dignité la gloire de ses grandes actions, mais c’est ce que nous ne ferons jamais parfaitement, quelque obligation que nous ayons de le faire.15

DES RÔLES CLAIREMENT FORMULÉS

16J’ai dit que l’idéologie n’était jamais un phénomène pleinement conscient. On a pu parler d’un processus sans sujet. Il y a cependant, dans le système louis-quatorzien, un véritable directeur à la culture, Colbert. On sait à quel point ce dernier se préoccupait de l’histoire, et ses déboires dans ce domaine. L’Académie française n’aurait pas pris de telle distance à l’égard de l’écriture directe de la grandeur royale, si elle n’avait répondu ainsi à des directives. Or, dans l’expression des désirs du Roi qu’il se chargeait de transmettre, on voit une nette spécialisation. D’un côté l’Académie française doit s’occuper de la langue ; de l’autre, les institutions provinciales devraient contribuer à l’histoire. La différence dans la représentation que les institutions donnent de leur inscription dans le projet colbertien reflète bien l’impulsion quelles reçoivent.

17À Paris, dans une Compagnie dont Colbert est stratégiquement membre, on répond du mieux possible aux injonctions répétées de terminer le dictionnaire. Le titre même du compliment fait à Colbert pour le remercier de veiller aux besoins de l’Académie souligne que les fournitures sont prévues pour le dictionnaire :

  • 16 Recueil des harangues…, p. 222.

Compliment fait le 16 Janvier 1673 par Monsieur Charpentier, à Monsieur Colbert, aprés qu’il eut fait sçavoir à la Compagnie que le Roy luy avoit donné ordre de faire un fonds tous les ans pour les menus besoins de l’Académie, comme bois, bougie, journées de Copiste pour transcrire le Dictionnaire, mesme pour faire des jettons d’argent pour estre distribuez au nombre de 40 à chaque jour d’Assemblée, aux Académiciens qui se trouveroient presens16.

18Et, lorsque, le 4 janvier 1674, les académiciens sont reçus en audience par Colbert pour lui faire, quoiqu’avec retard, un compliment de remerciement sur le rétablissement de leur Committimus, les registres portent la trace de l’insistance du ministre, dans sa réponse, sur le dictionnaire, ouvrage dont il attend avec impatience l’accomplissement :

  • 17 Registres de l’Académie française, Paris, Firmin-Didot, 1895, t. I, p. 80-81. On peut constater, ic (...)

Monsieur Colbert nous répondit :
Messieurs, Je n’ay eu aucune peine à obtenir du Roy vostre privilege, il n’a fallu que le proposer, il a esté aussy tost accordé, ce qui vous doit faire juger de l’estime que Sa Majesté a pour vostre Compagnie, et ce qui la doit presser de finir ce grand ouvrage du dictionnaire, qui est attendu avec tant d’impatience. Comme le public en recevra de l’instruction, plus de personnes seront capables de travailler à la gloire de ce grand Roy, c’est à quoy vous devez vous appliquer, et vous devez croire qu’en general et en particulier je feray ce qui me sera possible pour vous servir.17

19En province, on se voit recommander de travailler à l’histoire. À une lettre de Colbert sur ce sujet, un infatigable orateur soissonnais, Hébert, répond par un discours programmatique et incitatif à la fois :

  • 18 Hébert, Discours et harangues, p. 197.

Monsieur Colbert... aïant envoie ici une lettre du Roy, par laquelle Sa Majesté exhortoit les Gens de Lettres à travailler, & principalement à l’Histoire, Monsieur Le Vayer, alors Intendant de la Province, la communiqua à l’Académie de Soissons, & la pria de contribuer de sa part à ce travail : c’est ce qui a donné lieu à l’Autheur de faire ce Discours qui a été envoïé à L’Académie Françoise.18

  • 19 On notera encore ici le caractère alternatif des deux projets.

20La réaction contrite d’Hébert s’exprime dans une exhortation à travailler à l’histoire, pour remplacer l’impossible portrait du Roi19, que la matière elle-même, le modèle, rend inexprimable :

  • 20 Ibid., p. 206. Le rôle des académies provinciales serait, précisément de suppléer un manque essenti (...)

... & si avec tous ces avantages nous nous trouvons encore trop foibles ; he bien nous dira-t-il, puisque ni vous, ni moy, ni les Muses, ne pouvons celebrer dignement les vertus de mon Prince, puisque toutes nos forces unies ne peuvent atteindre à la hauteur de ce sujet, que cette impuissance soit une marque éternelle de sa grandeur. Cherchés une autre matière à vos travaux. Faites fleurir les Arts et les Sciences. Surtout appliqués-vous à l’Histoire.20

  • 21 Encore une fois, il faut ici distinguer les panégyriques du Roi des autres discours, de loin les pl (...)
  • 22 S’il fallait soutenir cette position théorique d’un exemple pratique, la différence considérable d’ (...)

21Il ne s’agit pas d’affirmer que les académiciens français ne mentionnent pas, et fréquemment, le rôle de compilateurs des hauts faits royaux. Toutefois, dans un contexte où, comme le rappelle l’épisode de la lettre de Colbert aux fonctionnaires de la gloire royale, l’histoire est au centre des préoccupations du ministre, les académiciens français paient leur hommage du bout des lèvres à la propagande21. Ils ont investi leur célébration et leur élaboration de la gloire royale dans celles de la langue royale. L’histoire n’a pas été, en réalité un terrain facilement contrôlable. Mais, de toute manière l’Académie est trop exclusivement consacrée à la perfection de la langue pour s’intégrer aussi complètement que ses consœurs provinciales à la propagande générale22.

VERS UNE INTERPRÉTATION SOCIO-INSTITUTIONNELLE

  • 23 De ce point de vue, la boutade de Rose, qui permet à l’Académie de venir en corps haranguer le Roi (...)
  • 24 L’opposition Paris / province apparaît chez la Palatine pour expliquer l’obligatoire présence de l’ (...)

22En fait, l’étude de la propagande fait apparaître une série d’oppositions : Paris / province, institutions académiques / institutions judiciaires et municipalités. À vrai dire, il est logique de penser que l’auditoire déterminera la manière dont une institution s’inscrit dans le programme général de diffusion de la grandeur royale. On sait, par exemple, que les académiciens français voyaient dans la langue un outil potentiel d’impérialisme culturel. Mais il suffit de lire les Registres de l’Académie ou le Mercure pour comprendre que, tournée vers l’élite parisienne ou vers le Roi, l’Académie n’a pas besoin d’entreprendre une véritable œuvre de propagande. Les académies de province réunissent bien, elles aussi, pour leurs cérémonies, une élite locale23. Mais ce sont les institutions qui se réunissent en ces occasions, et les académiciens eux-mêmes se caractérisent par une appartenance multi-institutionnelle24.

  • 25 Guerre juste, peuples heureux malgré la guerre, invitation à ne pas rejeter sur le Roi la responsab (...)

23À l’intérieur même de la division ainsi établie, il faut encore opposer les académies, organes collectifs de parole, mais non de contributions ou de conquêtes, et des institutions comme les municipalités, dont les membres invitent régulièrement les peuples à accomplir leur devoir en considération des témoignages de bienveillance toute paternelle que les actions du Roi constituent, et qu’on l’on doit donc orchestrer et organiser en une geste toute positive ou les institutions judiciaires, premiers instruments d’intégration, comme le Sénat de Nice25.

  • 26 Ainsi, Denis Talon commente la politique romaine de Louis XIV en plus d’un endroit. Par exemple dan (...)

24À Paris même, les parlementaires – et surtout les premiers présidents et les membres du Parquet des Gens du Roi – développent, pour glorifier leur propre rôle de rouages de l’administration, la grandeur de la politique royale. L’affaire de la régale, par exemple est un cas bien connu26. En montrant la grandeur de leur propre action au service d’une politique royale qu’ils expliquent et glorifient du même coup, les robins donnent, certes, d’eux-mêmes, une représentation satisfaisante. Ils se persuadent dans le même mouvement de l’intérêt qu’il y a à s’intégrer à cette politique. Il arrive même qu’on en arrive à justifier par l’exposé de la politique royale les demandes de contribution qui peuvent être faites.

  • 27 Il y a un véritable lieu commun de la défense du dirigeant qui met en cause les mauvais conseillers (...)

25On n’est donc pas surpris de vérifier, au terme de ces quelques remarques, que le discours de propagande proprement dit suppose une visée persuasive spécifique à laquelle la simple élaboration d’image ne saurait atteindre. Si cette dernière contribue au renforcement de la cohésion sociale, effet traditionnellement attribué à l’idéologie, elle n’offre pas de contenu narratif assez spécifique pour provoquer des croyances précises. Au mieux, une foi qu’on espère aveugle dans les capacités du dirigeant à diriger, qui protège de la critique directe (d’où, par exemple, le recours périodique à un principe d’innocence royale, qui se traduit par des absolutions et des regrets : « Si le Roi savait ! »27). La propagande doit prendre le relais, pour offrir une interprétation satisfaisante d’une politique, lorsqu’il s’agit d’obtenir un effet éthique spécifique ou nouveau (engagement, contribution, etc.), ou lorsque un scepticisme général vient perturber les mécanismes pourtant simples de la croyance mis en œuvre par l’élaboration d’une image. Curieusement, ce dernier mouvement est dialectique, puisque le retour à l’image est le dernier recours lorsque les faits ou une contre-propagande viennent faire obstacle au discours officiel. Ainsi, les panégyriques et les opuscules encomiastiques à caractère ostensiblement historique (chronologies, annales, etc.) visant à mettre la geste royale sous son jour le plus favorable se sont multipliés lors de la guerre de la Ligue d’Augsbourg et jusqu’à la paix de Ryswick. Pourtant, face aux contre-pamphlets et aux souffrances, l’image du Roi s’est solidifiée pour servir de rempart contre la réalité. Grandeur du monarque, valeur de sa politique : entre propagande et image s’établit une dialectique qu’on s’interdit de comprendre si l’on ne maintient pas la distinction entre les deux aspects de la glorification orchestrée de la majesté royale.

Notes

1 Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 236. La brièveté même de la section souligne l’évidence de la confusion entre éloge, image et propagande.

2 Dans la mesure où ces réflexions ont pour but de maintenir ou de rétablir des distinctions entre phénomènes politico-sociaux apparemment analogues, je commencerai par souligner le fait que mon emploi de l’expression « culte de la personnalité » lui-même est certainement trop anachronique. C’est plutôt le culte de la personne royale, ou, précisément, de son image qu’il faudrait dire. C’est donc par analogie, et par commodité, que je m’en tiendrai à l’expression culte de la personnalité.

3 J’emprunte ici le terme si utilement retenu par M. Fumaroli, « Les Apologistes de la langue française classique », Rhetorica II, 2, été 1984.

4 Je tiens en même temps à maintenir des distinctions historiques importantes. Bien que la tentation ait été récemment forte d’assimiler le dirigisme culturel de l’administration louis-quatorzienne aux totalitarismes modernes et en particularité à l’État stalinien, il me paraît utile de conserver au contraire les spécificités historiques.

5 Les discussions autour des positions de Louis Althusser sont, de ce point de vue, révélatrices. Voir L. Althusser, Pour Marx, Paris, Maspero, 1974, en particulier « Marxisme et humanisme », et J. Rancière, La Leçon d’Althusser, Paris, Gallimard, 1974. Cette double référence n’est ni exhaustive ni impérative. Elle constitue un exemple des discussions sur l’idéologie, exemple rendu plus poignant peut-être par la proximité avec Mai 68 dont il est partiellement issu.

6 Je rapprocherai cette constatation de l’analyse que A.C. Bradley fait de la tragédie shakespearienne, en particulier l’affirmation que la pensée – potentiellement bonne – se traduit en s’extériorisant en actions désastreuses en elles-mêmes ou par leurs conséquences (A.C. Bradley, Shakespearean Tragedy, New York, St Martin’s Press, 1966).

7 La version orale de ce texte programmatique a constitué l’avant-dernière communication du colloque. J’ai pu constater que les termes encomiographe et même encomiaste étaient d’un emploi courant chez ceux qui s’occupent d’éloge du Prince. Je m’y rallie ici parce qu’ils m’évitent d’avoir recours à des vocables valorisés négativement comme « thuriféraires » qui figurait à cette place.

8 Voir Artisans of Glory, Chapel Hill, University of New Carolina Press, 1980, p. 41 et suiv.

9 Comme à Angers, l’inauguration d’une statue peut correspondre à des réjouissances académiques.

10 Voir P. Zoberman, Les Cérémonies de la parole, Genève, Champion-Slatkine, 1998, première partie, chap. II.

11 L’expression « le texte royal » renvoie à l’ensemble des représentations, textes historiques et encomiastiques qui servent la grandeur du Roi. Sur ce qu’elle implique de communication entre des domaines différents, comme les devises et le texte d’éloge proprement dit, voir Les Cérémonies de la parole, p. 241. L’introduction de mon édition des Panégyriques du Roi prononcés dans l’Académie française, Paris, PUPS, 1991, évoque les analogies et les spécificités génériques au sein de ce que j’appelle ici le texte royal (voir en particulier le chapitre III).

12 Mercure, novembre 1687, p. 16-17.

13 Je ne peux développer ici la différence entre discours prononcés lors des réceptions (discours de réception et réponses) et panégyriques du Roi – ces derniers plus susceptibles de rendre compte aussi bien des actions royales que des qualités du monarque, encore que les grandes actions soient surtout l’occasion d’illustrer sa grandeur dans tous les domaines et l’éminent degré de toutes ses qualités. Sur ce point, voir l’introduction de mes Panégyriques du Roi.

14 C’est bien ce que dit, à sa manière, le libraire, J.-B. Coignard, dans son avis au lecteur qui ouvre le Recueil des harangues prononcées par Messieurs de l’Academie françoise de 1698, où il s’émerveille de ce que les académiciens, ayant tous eu à traiter le même sujet, l’éloge du Roi, y soient parvenus par des voies si diverses...

15 Barbier d’Aucour ; réponse à l’abbé Testu de Mauroy, 1688, Recueil des harangues..., p. 524

16 Recueil des harangues…, p. 222.

17 Registres de l’Académie française, Paris, Firmin-Didot, 1895, t. I, p. 80-81. On peut constater, ici encore, que les formulations récurrentes de certains discours d’apparat correspondent à des points de vue idéologiques clairement formalisés en dehors d’eux. La manière dont l’Académie fait, dans ses discours, du travail linguistique le point focal de sa contribution à la célébration de la grandeur royale répond précisément à la formulation de la réponse de Colbert. Toutes les promesses d’une production historico-encomiastique pour célébrer le Roi supposent l’accomplissement du Dictionnaire comme médiation.

18 Hébert, Discours et harangues, p. 197.

19 On notera encore ici le caractère alternatif des deux projets.

20 Ibid., p. 206. Le rôle des académies provinciales serait, précisément de suppléer un manque essentiel de l’Académie française, incapable à elle seule de remplir le devoir d’écriture de l’histoire (mais aussi non véritablement consacrée à autre chose que la langue). C’est bien ce que Vertron affirme, justifiant par là l’association avec les Quarante dont l’Académie d’Arles bénéficie :
« MESSIEURS,
Toute la Terre est surprise des Actions de nostre grand Roy. En effet elles surpassent ce qu’on a vû de plus beau dans l’Antiquité, & ce Heros en fait plus en un seul jour, que les plus habiles Historiens, éloignez de tous les embarras, n’en pourroient écrire en un an dans leurs Cabinets. Strasbourg & Cazal sont des témoignages glorieux & assurez de cette vérité ; c’est pourquoy je ne feindray point de dire, que la raison pour laquelle l’illustre Académie Françoise a bien voulu recevoir dans son alliance l’Académie Royale, & celle de Soissons, n’a pas esté pour donner à LOUIS LE GRAND son auguste Protecteur, le Sceau de l’Immortalité, que ses faits héroïques, & ses éclatantes vertus, luy avoient déjà si justement acquis, ny pour nous en faire part en qualité de Filles ; mais ç’a esté pour avoir plus de mains qui écrivissent ses Conquestes & plus de langues unies ensemble, qui publiassent ses loüanges. » (Mercure, décembre 1681, p. 19-20)

21 Encore une fois, il faut ici distinguer les panégyriques du Roi des autres discours, de loin les plus nombreux du corpus académique.

22 S’il fallait soutenir cette position théorique d’un exemple pratique, la différence considérable d’amplification de la Révocation entre l’Académie française (même dans les Panégyriques académiques du Roi) et les académies provinciales en fournirait une fort claire. J’ai évoqué dans Les Panégyriques du Roi aussi bien que dans Les Cérémonies de la parole le peu d’écho qu’elle reçoit dans les discours des Quarante. Par opposition, Gourreau, l’un des orateurs de la séance d’inauguration de l’académie d’Angers – dont la création a été en danger du fait que le Roi craignait de constituer une institution en pays de « doctrine » (donc en terrain protestant) – donne des gages et soutient la politique royale en citant le Roi :
« Je m’arrête uniquement à ce miracle, qui se continue et s’augmente de plus en plus dans la conversion des protestants. Chaque jour nous apprend les merveilleux effets de la grâce sur ces cœurs endurcis ; des familles, des villes, des provinces entières ouvrent les yeux à la lumière de la vérité. Quel spectacle peut être plus beau que de voir nos prélats recevoir en foule ces ouailles séduites et égarées depuis si longtemps et de les réunir d’amitié et de sentiment avec les fidèles ! Quelle joie de n’avoir plus dans ce royaume, aux termes précis de la prédiction de Jésus-Christ qu’un troupeau et qu’un pasteur ! Ce sont là, Messieurs, les dernières mais les plus précieuses conquêtes de Louis le Grand, pour lesquelles il a proféré ces paroles toutes divines, qu’il voudrait donner sa vie pour voir une fois tous ses sujets aussi parfaitement unis sous une même foi qu’ils le sont sous son obéissance. Ce que les rois ses prédécesseurs avaient tenté vainement par la force de leurs armes et de la raison, Louis l’exécute par l’ardeur de son zèle et par les charmes de sa douceur. Qu’on ne cherche plus après cela les causes de sa grande prospérité ! Le Ciel ne peut rien refuser à un Prince si prudent, si juste, si religieux. » [(Abbé F. Uzureau éd., « Séance d’inauguration (1er juillet 1686) », Mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, 1903), p. 56]

23 De ce point de vue, la boutade de Rose, qui permet à l’Académie de venir en corps haranguer le Roi dans les occasions où Sa Majesté reçoit les compliments des Cours (Parlement, Aides, Chambre des Comptes) et des autres corps, est révélatrice. L’Académie peut s’intégrer dans le concert des éloges et montrer qu’elle n’a pas perdu son temps dans sa tâche linguistique...

24 L’opposition Paris / province apparaît chez la Palatine pour expliquer l’obligatoire présence de l’éloge du Roi dans toute publication qui voit le jour dans le royaume, et Bluche semble suivre son interprétation :
« Du point de vue de celui qu’on loue, la postérité a trop confondu avec une vanité sans mesure cet éloge sans fin du monarque. Madame Palatine, qui a enquêté, confirme comme à notre intention ce que les bons esprits avaient toujours su ou deviné. L’encens est ici de pure propagande, destiné à entretenir le loyalisme des sujets, à stimuler leur zèle. “Je demandais un jour à quelqu’un de raisonnable, écrit en 1701 cette princesse, pour quoi dans tous les écrits on louait toujours le Roi. On me répondit qu’on avait expressément ordonné aux imprimeurs de n’imprimer aucun livre qui ne contint son éloge, et cela à cause des sujets. Les Français d’ordinaire lisent beaucoup, et la province lisant tout ce qui vient de Paris, l’éloge du Roi leur inspire du respect et de la considération pour lui. Voilà pourquoi cela se fait, et non à cause du Roi qui ne le voit ni ne l’entend jamais depuis qu’il n’assiste plus à aucun opéra.” » (Louis XIV, p. 236, je souligne le terme de propagande.)

25 Guerre juste, peuples heureux malgré la guerre, invitation à ne pas rejeter sur le Roi la responsabilité de souffrances inévitables (de toute façon les Français ne sont pas sujets à ce travers) : les discours des parlementaires provinciaux foisonnent en traits de propagande. Voir, par exemple la basilicodicée de Delmas, Avocat du Roy au Presidial, & Senechal de Roüergue, dans son « Discours sur la Guerre presente », que le Mercure publie en 1692 sans autre précision que la phrase suivante : « Ce Discours a esté prononcé dans une celebre occasion par Mr Delmas, Avocat du Roy au Presidial, & Senechal de Roüergue » :
« MESSIEURS,
Deux des plus extraordinaires & des plus cruelles injustices qui se commettent dans la vie, sont d’attribuer ce qui n’arrive que par un decret de la Providence, (que les Anciens appelloient un Arrest du Destin) uniquement à ceux qui n’en sont que les simples Executeurs & les Ministres, & de rendre responsables, non seulement des évenemens, mais encore des incidens, de ce qui survient occasionnellement, & des suites, ceux mesmes qui ont pris les plus justes mesures pour le succès de leurs desseins, & pour empêcher ce qui n’est arrivé enfin que par une necessité fatale, que toute la prudence humaine ne pouvoit, ny prévenir, ny éviter.
Les Princes, dans quelques élevation qu’ils soient, ne sont point à couvert de ces atteintes, & quelque tendresse qu’ils ayent pour leurs Sujets, ils ne trouvent souvent dans leur esprit que de la douleur, dans leur cœur que de l’ingratitude, & dans leur bouche que du murmure, dés qu’une conjoncture malheureuse telle qu’est la guerre (effet funeste plus souvent d’une fatalité inévitable, que de leur déliberation) les necessite d’exiger d’eux les secours qu’ils leur doivent, & qu’ils ne demandent pour l’ordinaire, que pour la défense & le propre interest de ces ingrats. Les François seuls ne sont point capables d’un sentiment si injuste & si condamnable. Leur amour pour leur Prince, non seulement les tient dans une obeissance & dans une soumission qui fait leur plaisir & leur joye, mais il enchaisne leurs cœurs d’un lien encore plus fort & plus etroit ; & quoy qu’ils ayent quelquefois apperceu de loin les maux que la guerre cause, ils l’ont toujours trouvée si juste, qu’ils n’en ont pris que plus de cœur & plus d’indignation contre les Ennemis de l’Etat, qu’ils ont regardez comme les seuls auteurs de ce qui pouvoit alterer le repos de leur vie. » (Mercure, juin 1692, p. 9-12)
On pourrait multiplier les exemples de célébration d’une politique militaire royale rendant les peuples heureux...

26 Ainsi, Denis Talon commente la politique romaine de Louis XIV en plus d’un endroit. Par exemple dans la mercuriale que l’édition Rives intitule « Vingt-quatrième mercuriale », il affirme :
« ... En même temps qu’il oppose un mur d’airain aux nouvelles opinions des docteurs et aux entreprises des officiers de la cour de Rome, il ne s’écarte point de la déférence et du respect que les Chrétiens doivent au Saint-Siège. » [Discours et mercuriales de Denis Talon, t. I des Œuvres d’Omer et Denis Talon. D. (B. Rives éd., Paris, A. Egron, 1821, 6 tomes), p. 485]

27 Il y a un véritable lieu commun de la défense du dirigeant qui met en cause les mauvais conseillers ou les dignitaires qui font écran entre lui et le peuple. Lorsqu’on veut ou qu’on doit, pour des raisons diverses, continuer à soutenir un dirigeant dont la politique présente pourtant des aspects inacceptables, on y a facilement recours. En aristocrate, la marquise de Sévigné réussit ainsi à s’indigner du sort fait à Fouquet tout en absolvant le Roi :
« Mais non, ce n’est point de si haut que cela vient. De telles vengeances rudes et basses ne sauraient partir d’un cœur comme celui de notre maître. On se sert de son nom, et on le profane, comme vous voyez. » [À Pomponne, 25 décembre 1964, dans Correspondance, R. Duchêne éd. (Paris, Gallimard, Pléiade, t. I, 1972), p. 80]
On notera que les secrétaires d’Hitler, interrogées par Gitta Sereny, à l’occasion de ses recherches pour sa biographie de Speer, ont affirmé que, même si elles avaient eu connaissance des horreurs commises sous son régime, elles auraient eu la certitude qu’il les ignorait absolument et l’auraient ainsi absous de toute responsabilité en la rejetant sur son entourage [voir G. Sereny, Albert Speer : His Battle With Truth (Londres, MacMillan, 1995)]. Quelle que soit la sincérité de telles affirmations, et à quelque besoin concret et psychologique de se protéger — ou à quelque exigence du groupe social — qu’elles correspondent, elles illustrent l’intérêt et la puissance de l’élaboration d’images pour fonder la confiance absolue dans un dirigeant individuel, vu ou non comme providentiel.

© UGA Éditions, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search