Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Éloge du Prince

 | 
Isabelle Cogitore
, 
Francis Goyet

Évolution du vocabulaire dans les hommages publics au Prince (Ier-IIIe siècles)

Sabine Lefebvre

Texte intégral

Je remercie vivement F. Chausson, M. Christol et A. Daguet-Gagey, qui ont bien voulu relire ce texte et me faire part de leurs remarques.

1Les éloges rendus aux Princes ont pris des formes très diverses dès la période antique : discours, statues, dédicaces... Cette étude s’attache à un type d’éloge particulier, très apprécié au cours de la fin de la République et de l’Empire romain, les hommages publics rendus au Prince ; il s’agit d’inscriptions, disposées à la suite de la décision officielle d’une cité, dans un espace public, principalement le forum. Gravée sur une base, l’inscription peut être la dédicace d’une statue du Prince honoré, cette réalisation artistique étant elle-même un modèle d’éloge du Prince : en effet, l’image ainsi présentée est le portrait plus ou moins idéalisé de l’empereur. Dans le cadre de cette étude, on s’attachera spécialement au texte des hommages publics.

2Le cadre chronologique envisagé va d’Auguste, promoteur du Principat, à la fin du iiie siècle, au moment où le pouvoir impérial mis en place par Dioclétien dans le cadre de la tétrarchie, a évolué.

3Quant au cadre géographique, on s’attachera surtout à la partie occidentale de l’Empire – en particulier à la péninsule Ibérique et aux provinces africaines –, tout en évoquant, bien sûr, les inscriptions italiennes. Le choix du domaine occidental s’explique par le fait que les hommages publics y sont rédigés en latin. C’est, en effet, dans cette langue qu’est élaboré, à Rome, le discours politique ; la propagande impériale propose un répertoire de termes qualificatifs qui alimentent les éloges rendus au Prince : presque impensables sont les éloges totalement spontanés rendus par les cités en dehors de tout contrôle du pouvoir central, par l’intermédiaire du gouverneur.

4Bien entendu, le cadre chronologique doit être pris en compte : la composition de l’hommage a varié, depuis l’époque des Julio Claudiens et des Flaviens, en passant par les Antonins et les Sévères, jusqu’aux iiie et ive siècles. Mais il faut également analyser le vocabulaire qualificatif traçant le portrait du Prince et décrivant ses actions, qui sont autant de motivations pour l’honorer.

  • 1 CIL, IX, 3342 Angulus (Regio IV) : Imp(eratori) Caesari Diui f(ilio) / Augusto, co(n)s(uli) XI,/tri (...)

5C’est sous Auguste que se fixent les premiers modèles de l’hommage rendu au Prince. Au début, cet hommage est à la fois court et simple : il ne comprend que le nom du Prince et sa titulature, plus ou moins développée selon le Prince, et éventuellement, le nom du dédicant. L’hommage rendu à Auguste en 23-22 avant J.-C.1 est tout à fait caractéristique de cette époque par sa sobriété.

  • 2 CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Rignano : Ti(berio) Caesari diui Augusti f(ilio) / Augusto, / pontif(ici) (...)

6Cependant il existe quelques exceptions, d’autant plus remarquables. Ainsi, dans un hommage rendu à Tibère2, apparaissent trois termes importants, que l’on retrouve ultérieurement : il s’agit des superlatifs optimus et iustissimus et de l’expression conseruator patriae. Tibère a agi pour le bien de la cité, soit en confirmant son statut juridique ou en lui octroyant un statut plus intéressant, soit en faisant acte d’évergétisme lors de la construction ou de la restauration d’un bâtiment public. L’hommage étant rendu par le premier augustal de la cité, on peut supposer qu’il s’agit d’un monument lié au culte impérial.

7Il s’agit, en effet, dans un premier temps, et en particulier sous les règnes d’Auguste et de Tibère, de développer le culte impérial municipal – un grand nombre de textes sont à placer dans le contexte géographique d’un sanctuaire, d’un autel ou d’un temple dédié au culte impérial –, mais aussi de promouvoir la politique dynastique des Princes.

  • 3 I. Cogitore, « Séries de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », MEFRA, 104, 1992, 2 (...)
  • 4 S. Lefebvre, Optimus princeps, optimus praeses, optimus ciuis. Les Hommages publics en Bétique, Lus (...)

8C’est ainsi que sont connus plusieurs groupes épigraphiques et statuaires, qui permettent de prendre connaissance des héritiers présomptifs ; il est alors bien plus important de préciser leurs liens familiaux avec le Prince régnant, et en particulier avec Auguste, vivant puis divinisé, que de mentionner des qualités impériales qu’ils n’ont pas encore eu le temps de manifester. Je fais plus particulièrement allusion à certains groupes italiens, et je renvoie ici aux travaux d’Isabelle Cogitore sur l’Italie3, mais aussi à des ensembles découverts en péninsule Ibérique, comme à Anticaria, Ulia, Urgavo en Bétique, Augusta Emerita en Lusitanie4.

9Il faut également signaler la mention de liens particuliers entre le Prince et la cité dédicante : il s’agit du patronat municipal, assez fréquemment rempli par des membres de la famille impériale julio-claudienne. Mais là encore, le terme patronus est mentionné sans qu’aucun qualificatif particulier ne vienne préciser l’hommage afin d’en faire un véritable éloge.

10Cependant il existe, pour la période julio-claudienne, des interventions impériales bien connues, qui sont autant de témoignages de la bienveillance du Prince envers les cités. Ainsi, dans le dossier concernant l’octroi du statut de municipe de droit romain à Volubilis par Claude en 44, les deux hommages rendus l’un à Claude de son vivant et l’autre après sa divinisation, mentionnent les dons du Prince, sur lesquels il est inutile de revenir ici, mais aucun terme particulier n’est employé pour qualifier la générosité impériale.

11A l’époque flavienne, le nombre des hommages comprenant des termes qualificatifs est plus important. Mais l’éloge reste court ; même dans des régions que les Flaviens ont particulièrement marquées, les hommages continuent à être peu diserts : c’est le cas en particulier en Bétique et en Lusitanie, qui comme la Tarraconnaise, reçoivent en 74 le ius Latii, qui permet aux notables d’accéder plus rapidement à la citoyenneté romaine. Cette mesure bien connue n’a pas donné lieu, dans le cadre de la documentation attestée, à des éloges très construits.

  • 5 CIL, II, 2322 (ILER, 1080) Carbula (Bétique), Colonne en marbre : Imp(eratori) Caes(ari) Vespasiano (...)

12Ainsi, Vespasien et ses deux enfants5 sont honorés dans l’une des cités qui a reçu ce droit latin. Je ne vais pas revenir sur les problèmes institutionnels que pose cette inscription, mais il est intéressant de noter que les dédicants, les habitants d’un des pagi de Carbula honorent le Prince lors de sa censure et donc l’année de diffusion du droit latin, sans que celui-ci ne soit mentionné. De plus, la générosité impériale n’est signalée par aucun terme élogieux.

13Avec l’avènement des Antonins, l’hommage public commence à être conçu de façon différente et à présenter un véritable éloge du Prince. Le texte des inscriptions est plus long et les raisons de l’hommage, et donc les qualités impériales, nous permettent de mettre en évidence les liens établis entre la cité et le Prince. Dans ce contexte, des termes particuliers vont apparaître ; certains sont spécifiques et répondent à un geste particulier du Prince, d’autres sont bien plus généraux et parfois s’intègrent petit à petit dans la titulature impériale.

  • 6 A. Chastagnol, « Le formulaire de l’épigraphie officielle dans l’Antiquité tardive », La Terza Età (...)

14Sous les Sévères, de nouveaux termes élogieux apparaissent, qui traduisent l’évolution de la conception du pouvoir ; c’est le cas de fundator, de pacator, qui même s’ils étaient connus et utilisés auparavant, apparaissent désormais avec une plus grande régularité. À cette époque, les éloges des cités continuent à s’épanouir : les textes, plus longs, comportent des formules nouvelles, comme par exemple inuictus, maximus... qualifiant les Princes ou comme deuotus numini maiestatique eius, formule utilisée par les dédicants6.

15On retrouve ces dernières dans les hommages rendus aux Princes à la fin du iiie siècle, pour lesquels le vocabulaire est plus diversifié mais également plus figé dans le cadre de formules officielles : les termes qualificatifs apparus sous les Antonins et les Sévères font désormais partie de la titulature, comme dominus noster, et perdent tout sens élogieux significatif.

  • 7 Voir l’étude de F. Chausson, dans ce volume.

16Cependant, il faut noter à partir de Constantin, une reprise, légère, de l’innovation dans le cadre des hommages publics. Le vocabulaire faisant alors appel à un autre registre, je ne rentrerai pas dans le détail des éloges rendus aux Princes du ive siècle7.

17Après cette rapide esquisse chronologique des hommages publics rendus aux Princes, il est important d’étudier les raisons de l’hommage et donc d’analyser le vocabulaire qualificatif.

  • 8 CIL, II, 1532a Ulia (Bétique) : Imp(eratori) Caes(ari) diui Septimi Seueri, pii, Arabici,/ Adiabeni (...)

18Les éloges du Prince que l’on trouve dans les hommages publics épigraphiques sont, par la nature même du support, courts ainsi que nous venons de le voir. Même lorsque le texte de l’inscription est ample, la plus grande place est généralement occupée par la titulature du ou des Princes honorés – c’est le cas, en particulier, pour les titulatures de Septime Sévère et de Caracalla8.

19Aussi le choix des termes faisant l’éloge du Prince et de son œuvre doit-il permettre de résumer en peu de mots l’essence même de l’éloge.

20Mon propos n’est certes pas d’étudier ici l’évolution des titulaires impériales ; cependant, je pense utile de présenter rapidement quelques éléments qui, d’exceptionnels, sont devenus des éléments quasi permanents de ces titulaires. Dans ce contexte, j’ai choisi de mettre en évidence des termes convenus, liés à la propagande et en particulier au domaine militaire. Enfin, j’essaierai d’expliquer pourquoi, localement, une communauté a choisi telle ou telle qualité impériale afin de la mettre en valeur dans un éloge rendu au Prince.

21Bien entendu, j’ai sélectionné quelques termes parmi les plus significatifs.

  • 9 Pline, Ep., 10, 2, 2 : cum inter initia felicissimi principatus tui probaueris me ; Ep., 10, 88 : O (...)
  • 10 Pline le Jeune, Pan., 88, 5 : An satius fuit felicem uocare quod non moribus sed fortunae datum est
  • 11 H. Fugier, Recherches sur l’expression du sacré dans la langue latine, Paris, 1963, p. 41 ; S. Wein (...)
  • 12 H. Fugier, op. cit., p. 32-34.
  • 13 J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, I, Paris, 1965, p. 369-370 ; 395 ; H. Fugie (...)
  • 14 J. Beaujeu, op. cit., p. 60.
  • 15 Ibid., p. 87.
  • 16 Ibid., p. 280.

22Je commencerai cette étude par l’association de trois adjectifs, pius, felix et inuictus. Pius et felix figurent dans les hommages rendus à Commode. Felix est présent dans la littérature dès l’époque de Trajan, davantage pour qualifier le règne du Prince9, que ses propres qualités. Cependant felix est employé par Pline le Jeune pour Trajan dans un contexte particulier10, ce qui annonce son utilisation dans le cadre de la titulature qualitative des empereurs. Cependant, auparavant, cet adjectif a déjà servi à qualifier des hommes d’État romains ; il suffit de rappeler Sulla qui prend le surnom de felix11, ce qui indique que la felicitas est le fait d’un seul homme qui gouverne. Il a le sens de fécond, prospère, bénéfique, voué au succès12 ; sous la monarchie, le roi est « cru habilité au succès (felix) parce que dans un rapport favorable avec les dieux (pius) », comme l’indique H. Fugier. Après Antonin qui reçut le cognomen Pius en 139, Commode, lui aussi se qualifia de pius et felix, en 185 après la victoire sur Perennis13, son préfet du prétoire, formule qui est reprise pour tous les empereurs qui vont lui succéder. Ainsi les Princes se considèrent comme responsables de la felicitas de leur règne, grâce à un pouvoir quasi miraculeux. Pius possède davantage un sens moral14, car la pietas est l’une des quatre vertus cardinales, figurant sur le clipeus uirtutis d’Auguste. Depuis ce prince, les empereurs ont été les protecteurs des cultes ancestraux15, et la notion a peu à peu qualifié celui qui s’acquitte scrupuleusement de ses devoirs envers dieux, membres de la famille, amis, clients, sujets. C’est donc une vertu primordiale chez un souverain. C’est ainsi qu’Antonin a pris le surnom de pius16.

  • 17 ILTG, 221, Lyon, autel de Rome et d’Auguste (Lyonnaise) : [I]mp(eratori) Cae(ari) diu[i] / Antonini (...)

23Sous les Sévères, Caracalla est souvent qualifié de pius ; l’association devient plus sytématique vers la fin de la dynastie sévérienne. Élagabal (218-222) est ainsi qualifié17 ; ce document est un hommage rendu par les citoyens romains des trois provinces de Gaule, groupés en conuentus. L’hommage est financé par la caisse commune de l’association gérée par les trois curateurs.

24Au cours de la seconde moitié du iiie siècle, pius, felix, inuictus sont employés avec une grande régularité, et même quasi systématiquement, avant l’agnomen Augustus. Ces trois termes tracent un portrait quasi divin du Prince, qui s’assimile de plus en plus souvent à un dieu : le Prince est un chef de guerre victorieux.

  • 18 CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Capena : conseruator patriae.
  • 19 CIL, VI, 934 Rome : conseruator caerimoniarum publicarum.
  • 20 CIL, II, 3732 (ILS, 259) Valentia (Tarraconnaise) : [Caesari] T(ito) Imp(eratori)/[V] espasiano, Au (...)
  • 21 A. Chastagnol., « Le formulaire de l’épigraphie officielle dans l’Antiquité tardive », La Terza Età (...)
  • 22 IRT, 362 Lepcis Magna ; L. Perret (La Titulature impériale d’Hadrien, Paris, 1929, p. 92-94) indiqu (...)
  • 23 CIL, II, 5486 Iluro : conseruatori suo.
  • 24 CIL, XIV, 2596 (ILS, 453) Tusculum.
  • 25 CIL, II, 3732 (ILS, 259 ; ILER, 1086) Tarraco.
  • 26 CIL, II, 3732 (ILS, 259) Valentia (Tarraconnaise) : [Caesari] T(ito) Imp(eratori) / [V]espasiano, A (...)
  • 27 IRT, 387 Lepcis Magna ; IRT, 452 Lepcis Magna ; CIL, V, 4319 (ILS, 579) Brixia.
  • 28 CIL, XI, 3310 (ILS, 533) Forum Clodi.
  • 29 CIL, VIII, 7010 (ILS, 691) Cirta.
  • 30 Tacite, Ann., 15, 71, 1 : Milichus conseruatoris sibi nomen, Graeco eius rei uocabulo adsumpsit. Ic (...)
  • 31 Pline le Jeune, Pan., 1, 6 : Iuppiter Optime, antea conditorem, nunc conseruatorem imperii nostri ;(...)
  • 32 CIL, II, 2054 (ILS, 304) Aratispi (Bétique) : Imp(eratori) Caesari diui Neruae (filio), /diuo Traia (...)
  • 33 R. Etienne, Le Culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958, p.474
  • 34 RIC, 2, p. 261, no 249 ; p. 287, no 619 ; p. 290, no 643.

25Dans la série des termes liés à la titulature impériale, prend également place le mot conseruator, qui est présent dans l’épigraphie dès le règne de Caligula18, conseruator patriae à Capena en Italie, puis sous Vespasien19, à Rome, et Titus20. On le retrouve aussi, plus tard21, employé pour Trajan, pour Hadrien22, pour Commode23, pour Caracalla24, et pour d’autres princes du iiie siècle. Conseruator est associé à des termes divers : conseruator pacis Augustae25 dans l’hommage à Titus26, conseruator orbis27 pour Septime Sévère, Maximin ou Aurélien ou libertatis conseruator28 dans une dédicace à Valérien, enfin conseruator terrarum orbis29 pour Constantin. Il a le sens de sauveur30 et il est aussi employé dans un contexte autre que le vocabulaire politique : conseruator est, en effet, un des qualificatifs utilisés pour Jupiter31, protecteur personnel de Trajan. Ainsi, Trajan est conseruator generis humani32. La communauté concernée correspond à la population de l’Empire romain ; étant protégé par Jupiter, Trajan à son tour protège le genre humain. C’est un médiateur et cette situation est exprimée par le terme conseruator33. Il ne s’agit donc en aucun cas d’un remerciement de la communauté d’Aratispi à l’empereur pour une action particulière la concernant. Cet hommage rendu à Trajan a été voté de son vivant, mais réalisé après sa mort ; les cognomina Nerua Traianus ont été remplacés par Diuus Traianus. Il comprend des qualificatifs officiels dans la titulature impériale : le terme optimus, associé à maximus, et, la formule conseruator generis humani. Ici, nous sommes dans le cadre des échos venus de Rome, échos qui proposent ou imposent certaines formules à l’ensemble des provinces, afin de célébrer victoires, anniversaires, moments importants de la vie politique. Cette formule fait, par ailleurs, suite à une émission monétaire de 113-114, où figure conseruator patris patriae34.

  • 35 Voir l’étude de J.-M. Pailler, dans ce volume.
  • 36 AE, 1976, 653 Burdur : princeps optimus ; CIL, VI, 93 (AE., 1953, 89) Rome : optimus ac iustissimus (...)
  • 37 CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Capena : principi optumo ac iustissimo ; J. Charmasson, M. Christol et M. (...)
  • 38 CIL, X, 1401 (ILS, 6043) Herculanum : optimus princeps.
  • 39 L. Perret., La Titulature impériale d’Hadrien, Paris, 1929, p. 26, note 3.
  • 40 J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, op. cit., p. 23.
  • 41 R. Étienne, Le Culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, op. cit., p. 473.
  • 42 J. Beaujeu (p. 85) rappelle que Trajan intègre ce surnom dans sa titulature après sa victoire sur l (...)
  • 43 J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, op. cit., p. 62.

26J’ai choisi d’évoquer également le superlatif optimus, également signalé par J.-M. Pailler35 qui figure en association, sous la forme optimus maximusque. Elle est présente, déjà, dans des inscriptions mentionnant Tibère36 à Rome, Caligula37 à Capena en Italie ou Claude38 à Herculanum. Mais la formule devient officielle avec Trajan39. Ce titre offert par le Sénat à ce prince dès 98, et attribué par la reconnaissance publique dès 10040 – elle apparaît en péninsule Ibérique vers 111-11241 –, fut refusé pendant de nombreuses années par Trajan, bien que nous puissions le trouver sur les monnaies dès 103 ; ce n’est qu’en juillet 11442 qu’optimus figure dans la titulature de Trajan comme agnomen – comme Augustus dans la dénomination d’Octave en 27 après J.-C.43

  • 44 P. Le Roux, « Cité et culture en Bétique sous Trajan », Ktema, 12, 1987, p. 283.
  • 45 J. Hellegouarc’h, Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, P (...)
  • 46 Ibid., p. 368-369.
  • 47 Ibid., p. 483.
  • 48 Ibid., p. 496 ; R. Étienne, op. cit., p. 471.
  • 49 Ibid., p. 496.
  • 50 J. Beaujeu, La Religion romaine, op. cit., p. 72.
  • 51 CIL, II, 2340 = 5545 et C/L, II, 2341 = 5546 Azaga (Bétique) : dans ces deux hommages les dédicatai (...)
  • 52 Pline le Jeune, Pan., 2, 7 : Iam quitam ciuile tam senatorium quam illud additum a nobis « Optimi » (...)
  • 53 Pline le Jeune, Ep., 10, 1, 2 ; Ep., 10, 14.
  • 54 Pline le Jeune, Pan., 91, 1.
  • 55 CIL, II, 1371 Callenses : optimo principi.

27Optimus est chargé de donner une certaine image du régime, du nouvel idéal de gouvernement prôné par Trajan44. Cet adjectif était déjà utilisé, dès la période républicaine, pour désigner le princeps45, qui alors a droit à la laus46. Ce dernier défend, pour Cicéron, les valeurs traditionnelles47. Mais l’optimus est aussi celui dont on remarque la uirtus, celui qui est fortis : le terme qualifie donc le guerrier, l’homme courageux48. Il est aussi celui qui appartient à la haute société49. Dans la formule optimus maximusque princeps, c’est optimus qui semble être le plus significatif50 : d’une part, il est placé en tête de la formule et, d’autre part, nous trouvons des hommages où la formule est réduite à optimus51, comme si ce superlatif était devenu un surnom52. Pline le Jeune s’adresse souvent à Trajan, optimus imperator53 ou optimus princeps54. Le terme est également employé pour qualifier Hadrien, par un dédicant privé55.

  • 56 Pline le Jeune, Pan., 8, 1 : sed ante puluinar Iouis Optimi maximi adoptio peracta est ; Pan., 52, (...)
  • 57 Pline le Jeune, Pan., 88, 8 : Quo praeclarior laus tua, quem non minus constat Optimum esse quam ma (...)
  • 58 J. Beaujeu, ibid., p. 72.
  • 59 Ibid.

28La formule optimus et maximus, ou seulement l’un des deux adjectifs, est surtout celle qui à l’origine sert à désigner Jupiter56, mais les deux termes sont aussi appliqués à Trajan57, qui, comme tête de l’État, est le protégé de ce dieu58. Ainsi nous avons ici le début de l’assimiliation d’un empereur à un dieu59.

  • 60 CIL, XI, 1147 (ILS, 6675) Veleia : Trajan ; CIL, X, 676 (ILS, 312) Surrenti : Hadrien ; CIL, III, 5 (...)
  • 61 AE, 1966, 182 a = AE, 1972, 261 = HAEp, 2519 = HEp, 3, 1991, 358 Munigua (Bétique).
  • 62 L. Perret, op. cit., p. 28-29.
  • 63 CIL, VI, 1001 (ILS, 341) Rome.
  • 64 CIL, II, 5232 (ILS, 6898 ; ILER, 1129) Collipo (Lusitanie).

29L’expression optimus ac iustissimus princeps est ensuite souvent reprise pour les Antonins60. La formule est utilisée sous Hadrien61, avec parfois un allègement ; Hadrien est optimus dès le début de son règne, quand le Sénat accorde l’apothéose à Trajan et le triomphe à Hadrien62. Nous retrouvons optimus maxumusque princeps utilisé pour Antonin le Pieux63, mais pour ce dernier, divinisé, existe une variante : optimus ac sanctissimus omnium saeculorum princeps64.

30La manifestation de la uirtus impériale apparaît dans un certain nombre de documents. Le désir de faire l’éloge du Prince peut suivre une action militaire, rarement menée directement par le Prince. Le vocabulaire alors employé se réfère aux qualités militaires.

  • 65 CIL, XIV, 3449 (ILS, 400) Trebae Augustae : Imp(eratori) Caes(ari) L(ucio) Aelio Aurelio Commodo Au (...)
  • 66 Tacite, Agr., 32, 1 : nostris illi dissensionibus... clari uitia hostium in gloriam exercitus sui u (...)
  • 67 Tacite, Agr., 5, 4 : intrauit animum (Agricolae) militaris gloriae cupido ; Agr., 8, 2 : primo Ceri (...)
  • 68 Voir l’inscription citée note 8 ob innumeras glorias.
  • 69 A. Chastagnol, op. cit., p. 26.

31Ainsi la uirtus impériale, au pluriel, est présente dans un hommage rendu à Commode65. Il est assez piquant de voir que cet hommage est mis en place quelques jours avant l’assassinat du prince. Ce terme a une valeur militaire, car il sert à exalter les armées66, les grands chefs67. Il n’est donc pas curieux que nous rencontrions ce terme qualifiant les Sévères. Je signale un exemple, venant d’Ulia, adressé à Caracalla en 21268.Il y est fait allusion aux gloires du prince. Il s’agit de rappeler toutes les victoires réelles ou non du prince, depuis peu seul au pouvoir. Il continue à être employé aux iiie et ive siècles69.

32Mais ces termes, liés à des circonstances extérieures à la cité, ne permettent que d’élaborer un éloge peu personnel, constitué de termes principalement proposés, voir imposés par Rome. Ce n’est que dans le cadre d’interventions spécifiques au sein de la cité, que le Prince peut recevoir un hommage où les termes de l’éloge correspondent à une réalité vécue par les dédicants.

  • 70 J. Hellegouarc’h, op. cit.
  • 71 H. Cotton, « The Concept of Indulgentia under Trajan », Chiron, 14, 1984, p. 246.
  • 72 M. Grant, From Imperium to Auctoritas, Cambridge, 1956, p. 295.
  • 73 Pline le Jeune, Ep., 10, 104 : uereor enim ne sit immodicum pro omnibus pariter inuocare indulgenti (...)

33La première qualité que j’ai choisi de retenir comme exemple de manifestation de la liberalitas impériale, est l’indulgentia. Plus qu’une autre, elle doit faire partie de l’éloge rendu au Prince, mais elle apparaît assez tard dans le vocabulaire politique : ainsi J. Hellegouarc’h70 ne le recense pas pour la période de la République. H. Cotton71 rappelle que l’apparition d’indulgentia remonte au ier siècle avant J.-C., mais que son utilisation n’a été clairement définie qu’au moment de l’élaboration de l’idéologie du Principat sous Nerva et Trajan, bien que l’on trouve sur une monnaie de Caligula, la mention INDVLGENTIA AVG MONETA IMPETRATA72. On ne peut donc être étonné par son emploi dans l’œuvre de Pline le Jeune ; je ne détaillerai pas ici les divers domaines concernés par l’emploi d’indulgentia, afin de me concentrer sur quelques exemples épigraphiques. Cependant, l’étude des sources littéraires permet de voir que l’utilisation de son indulgentia par l’empereur est réservée à des cas concrets, précis, et généralement personnels ou communautaires. Il s’agit rarement de faire preuve d’indulgentia pour toute la population de l’Empire romain. Il ne faut donc pas en abuser, comme le rappelle Pline le Jeune73.

  • 74 J. Gaudemet, « Indulgentia principis », Études de droit romain, Naples, 1979, 2, p. 237-279 : pour (...)
  • 75 J.-M. Carrié, « La munificence du Prince. Les modes tardifs de désignation des actes impériaux et l (...)
  • 76 J.-M. Carrié, loc. cit., p. 416.

34Par l’emploi de ce terme, Pline le Jeune ne fait pas que mentionner une qualité morale de l’empereur74 ; il désigne aussi le moyen pour le Prince d’exercer cette qualité, en prenant une décision. Cet emploi, dans un sens juridique, est confirmé, pour une période plus tardive, par J.-M. Carrié75, alors que l’apparition date pour lui des Flaviens, et à coup sûr des Antonins76.

  • 77 M. Christol, « Hommages publics de Lepcis Magna à l’époque de Dioclétien : choix du vocabulaire et (...)
  • 78 F. Jacques, « Les curateurs de cités africaines au iiie siècle », ANRW, 2, 10-2, 1982, p. 116.
  • 79 M. Corbier, « Le discours du Prince d’après une incripton de Banasa », Ktema, 1, 1977, p. 211-232, (...)
  • 80 F. Jacques, loc. cit., p. 116.

35Cette qualité, qui dans le langage est devenue un acte législatif, permet donc de mentionner la philanthropie du Prince77. Comme le rappelle F. Jacques78, l’indulgentia ne peut s’exercer que de façon extraordinaire ; c’est ainsi que la nomination d’un curateur dans une cité relève de l’exercice des uirtutes de l’empereur, qui fait un don en s’intéressant à un cas particulier. Ce n’est en aucune façon une obligation pour lui, donc l’exercice de l’indulgentia relève de la spontanéité79. L’utilisation d’indulgentia dans l’œuvre de Pline le Jeune le montre bien : l’empereur est libre, pour chaque requête, de refuser. F. Jacques80 inclut même l’indulgentia dans le cadre de l’évergétisme.

36Deux exemples vont nous permettre de mieux comprendre comment la mention de l’indulgentia est la marque d’un éloge spontané rendu au Prince par une cité.

  • 81 CIL, II, 1167 et p. 841 (ILS, 7223 ; ILER, 1126) = CILA, II, 6, Hispalis (Bétique) : [I]mp(eratori) (...)
  • 82 CILA, II, 7 Hispalis (Bétique).
  • 83 CIL, II, 1167 et p. 841 (ILS, 7223 ; ILER, 1126) = CILA, II, 6 Hispalis (Bétique).
  • 84 CILA, II, 7 Hispalis (Bétique).

37Le premier provient de Bétique, d’Hispalis, et concerne Antonin81. Aucune indication dans la titulature ne permet de dater précisément cette inscription qui est complétée par une seconde inscription, qui n’est pas réellement un hommage public82, mais qui précise l’emploi du terme indulgentia dans le véritable hommage83 ; les centonarii mentionnent l’indulgentia impériale, car Antonin le Pieux a dû autoriser, ou décider la constitution du collège des centonarii d’Hispalis, et donc la construction de la schola sur le devant de laquelle devait se trouver l’un des textes84. Nous sommes ici dans le cas d’un don particulier, exceptionnel de l’empereur.

  • 85 CIL, VIII, 9993-96, 10950-51, 21828, 21851-52, p. 976 et p. 980 = ILAf, 608 = ILM, 70 = IAM 390, Vo (...)
  • 86 CIL, VIII, 993-96, 1095 à-51, 21828, 21851-52, p. 976 et p. 980 = ILAf, 608 = ILM, 70 = IAM, 390 et(...)
  • 87 Plus exactement entre le 10 décembre 216 et le 9 décembre 217.
  • 88 C. Domergue, « L’arc de triomphe de Caracalla à Volubilis : le monument, la décoration, l’inscripti (...)
  • 89 C. Domergue, loc. cit., p. 201-227, en particulier p. 225.
  • 90 IAM, 94 ; dans ce texte, Caracalla rappelle à deux reprises qu’il agit à cause de son indulgentia. (...)
  • 91 Cependant l’étude de la Tabula Banasitana (IAM, 94) permettrait de confirmer cette hypothèse, si l’ (...)
  • 92 J.-M. Carrié, loc. cit., p. 418.

38Le second exemple est africain : deux inscriptions85 comportant ce terme viennent de Volubilis. Elles étaient anciennement placées sur les faces est et ouest de l’arc de triomphe86. Elles sont en l’honneur de Caracalla et Iulia Domna, et datent de 21787. La res publica de Volubilis a dédié l’arc, et le procurateur M. Aurelius Sebastianus en a présidé l’inauguration. À quelle occasion la cité de Volubilis a-t-elle pu ressentir le besoin de célébrer l’indulgentia de Caracalla ? Si nous rappelons l’utilisation du terme faite par Pline le Jeune, nous pouvons penser que le contexte n’est pas celui de l’Empire. Il faut donc écarter la célébration de la Constitution antonine, de 212, et retenir la possibilité d’une circonstance locale88, comme l’indique la présence de erga uniuersos, qui ne peut en aucun cas concerner la population de l’Empire. C. Domergue propose la remise d’un arriéré d’impôts89, comme c’est le cas à Banasa en 21690. Mais il ne s’agit que d’une hypothèse91, qui pourrait être confirmée par le fait que indulgentia est spécialisée, au ive siècle, dans les remises de peine et amnisties fiscales92.

  • 93 H. Cotton, loc. cit., p. 259.
  • 94 Pline le Jeune, Ep., 10, 5, 1 : cuius sollicitudini et studio tuae tantum indulgentiae beneficio re (...)
  • 95 H. Fugier, op. cit., p. 220-221.

39Le terme beneficium est souvent employé dans le contexte de l’indulgentia, car il en est la manisfestation. Pour H. Cotton93, le beneficium est l’aboutissement de l’indulgentia impériale. Pour Pline le Jeune également, ces deux mots sont liés94. Pour H. Fugier95, il exprime la réciprocité de deux fides, de deux engagements respectés, et est une manifestation extérieure, un acte utile accompli au bénéfice de l’autre partie.

  • 96 J. Hellegouarc’h, op. cit., p. 163.
  • 97 Ibid., p. 164 et 167.
  • 98 Ibid., p. 168.

40Il exprime la générosité, dans un cadre exceptionnel. Comme conséquence de l’indulgentia, il n’est pas dû et est d’autant plus apprécié par le bénéficiaire de la faveur. C’est un acte spontané, dont le responsable n’attend, en principe, aucune suite96 ; on peut cependant douter de l’absence réelle d’arrière-pensée lors de l’octroi d’un beneficium à un inférieur ! En effet, le simple fait d’octroyer un bienfait est le symbole de la puissance personnelle ou politique97. Mais ce bienfait est utile ; il s’agit, comme le mentionne J. Hellegouarc’h, d’agir pour la prospérité de l’État98.

41Ces bienfaits sont souvent le fait de l’empereur, dans des contextes fort divers dont Pline le Jeune, entre autres, nous donne de nombreux exemples. L’impression générale qui se dégage est que le beneficium est un don gratuit. Comme nous avons pu le constater, le beneficium est généralement un acte concret, répondant à une situation particulière. Est-il possible d’être aussi affirmatif quand il s’agit d’hommages publics ?

42La mention d’un beneficium dans des inscriptions dédiées à l’empereur est rare.

  • 99 CIL, II, 1640 et CIL, II, 1641 Iliturgicola et Ipolcobulcola (Bétique) : ex beneficis eius.
  • 100 CIL, II, 1640 Iliturgicola et Ipolcobulcola (Bétique).

43Dans un double hommage à Trajan99, datables de la période 103-117, les textes, quasi identiques, correspondent visiblement à l’hommage de statues, décidées par décret des décurions, et payées pecunia publica100. Malheureusement, les bienfaits de Trajan, mentionnés au pluriel, ne sont pas détaillés. Il semble préférable de considérer que ces bienfaits ne concernent que la cité, et pas toute la province, et donc que, les habitants n’ignorant pas le contexte, les décurions n’ont pas éprouvé le besoin de faire figurer dans le texte le détail de ces dons.

44Malheureusement, le langage convenu, au sein duquel le terme générique l’emporte sur l’explication concrète et dans lequel entrent les réalités de la propagande, prend souvent le pas sur la spontanéité, et il est rare de trouver des inscriptions présentant un portrait plus humain pourrait-on dire, de l’attitude des empereurs envers les cités.

45Comme on peut le constater à travers ces quelques exemples, le véritable éloge épigraphique du Prince est rare. Lorsque l’on a écarté les hommage publics tout simples, ou ceux mentionnant des termes qui sont peu à peu intégrés dans la titulature impériale, ou encore ceux qui évoquent des actes très généraux du Prince – victoires militaires par exemple-, il ne reste que peu d’hommages décrétés par la cité en raison d’une intervention particulière du Prince. C’est pourtant dans ces derniers documents que l’éloge est, me semble-t-il, le plus intéressant. C’est là que l’on découvre l’intérêt que peut avoir le Prince pour le moindre de ses sujets, là aussi que se forge l’image du Prince vu par les provinciaux, image qui est forcément une reprise de celle venue de Rome, mais avec une couleur particulière. Bien que court, l’éloge au Prince analysé en fonction des circonstances politiques locales et impériales permet de mieux comprendre ce jeu d’interdépendance.

Notes

1 CIL, IX, 3342 Angulus (Regio IV) : Imp(eratori) Caesari Diui f(ilio) / Augusto, co(n)s(uli) XI,/tribunicia potestate.

2 CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Rignano : Ti(berio) Caesari diui Augusti f(ilio) / Augusto, / pontif(ici) maximo, co(n)s(uli) V, / trib(unicia) potest(ate) XXXIIII,/principi optumo ac iustissimo, conseruatori / patriae, pro salute et / incolumitate eius. /A(ulus) Fabius Fortunatus uiator [co(n)s(ulum)] / et pr[aet(orum)], / augustalis prim[us], uoto suscepto p(osuit). En 32-33 apr. J.-C.

3 I. Cogitore, « Séries de dédicaces italiennes à la dynastie julio-claudienne », MEFRA, 104, 1992, 2, p. 819 ; « Les honneurs italiens aux femmes de la famille impériale de la mort de César à Domitien », Les Élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien, classes sociales dirigeantes et pouvoir central, CEFR 271, Rome, 2000, p. 237-266.

4 S. Lefebvre, Optimus princeps, optimus praeses, optimus ciuis. Les Hommages publics en Bétique, Lusitanie et Tingitane, thèse de l’université de Paris I, 1994, dactylographiée.

5 CIL, II, 2322 (ILER, 1080) Carbula (Bétique), Colonne en marbre : Imp(eratori) Caes(ari) Vespasiano, Aug(usto), / pontif(ici) max(imo), tribunic(ia) potest(ate) / V, imperatori XI, p(atri) p(atriae), co(n)s(uli) V [des(ignato) VI],/censori, liberisq(ue) eius,/pagani pagi Carbulensis, mars-juin 74 apr. J.-C.

6 A. Chastagnol, « Le formulaire de l’épigraphie officielle dans l’Antiquité tardive », La Terza Età dell’epigrafia, Bologne, 1986, (1988), p. 11-65 ; l’auteur énumère les diverses formules employées.

7 Voir l’étude de F. Chausson, dans ce volume.

8 CIL, II, 1532a Ulia (Bétique) : Imp(eratori) Caes(ari) diui Septimi Seueri, pii, Arabici,/ Adiabenici, Parthici max(imi), Britannici/ max(imi) filio, diui M(arci) Antonini, pii, Germanici,/ Sarmatici nepoti, diui Antonini pii prone/ poti, diui Adriani abnepoti, diui Traiani Par/ thici et diui Neruae a [b] nepoti,/ M(arco Aurelio Seuero, pio, Aug(usto), Parthico max(imo), Brit(annico)/ max(imo), pont(ifici)/ max(imo), trib(unicia) pot(estate) XVI, p(atri) p(atriae), co(n)s(uli) III,/ proco(n)s(uli), consuli designato, ob innumeras/ glorias eius, splendidissimus ordo rei p(ublicae)/ Vliensium, statuam faciundam dedicandamque,/ editis circensibus censuit, dedicante M(arco) Ma[e]nio Corneliano,/ curatore anno(nae) 8 et Amer ( ?) Clodiano [—] TEPPPRIA PRIMAM, décembre 212/ début 213 apr. J.-C. ; ainsi que l’inscription CIL, VIII, 9993-96, 10950-51, 21828, 21851-52, p. 976 et 980 = ILAf, 608 = ILM, 70 = IAM 390, Volubilis (Tingitane) : Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) [A]ur[elio Anto]nino, pio, felici, Aug(usto), Pa[rth(ico)] max(imo), Britt(anico) [m]ax(imo), Germ(anico) max(imo),/ pontifici max(imo), tri[b(unicia) pot(estate) XX, imp(eratori)] IIII, co(n)s(uli) IIII, p(atri) p(atriae), p[roco(n)s(uli)], et Iuliae A[ug(ustae)],piae, felici, matri/ Au[g(usti) e]t castroru[m et senat]us et patriae, res p(ublica) Vo[lubil]itanoru[m, o]b singularem eius/[erg]a uniuersos [et nouam] supra omnes [retro prin]cipes indu[lgenti]am, arcum/c[u]m seiugibus e[t orname]ntis omnibus, in[cobant]e et dedica[nte M(arco) Aurellio(sic) / Sebasteno, pr[oc(uratore) Aug(usti), d]euotissimo nu[min]i eius, a solo fa[ciendu]m cur[a]uit. Décembre 216-avril 217 apr. J.-C

9 Pline, Ep., 10, 2, 2 : cum inter initia felicissimi principatus tui probaueris me ; Ep., 10, 88 : Opto, domine, et hunc natalem et plurimos alios quam felicissimos agas aetemaque ; Ep., 10, 89 : ut plurimos et felicissimos natales florente statu rei publicae nostrae agam ; Ep., 10, 102 : Diem quo in te tutela generis humani felicissima successione translata est, debita religione celebrauimus.

10 Pline le Jeune, Pan., 88, 5 : An satius fuit felicem uocare quod non moribus sed fortunae datum est.

11 H. Fugier, Recherches sur l’expression du sacré dans la langue latine, Paris, 1963, p. 41 ; S. Weinstock, Diuus Iulius, 1971, Oxford, p. 114, 142.

12 H. Fugier, op. cit., p. 32-34.

13 J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, I, Paris, 1965, p. 369-370 ; 395 ; H. Fugier, op. cit., p. 42-43 ; A. Chastagnol, « Le formulaire de l’épigraphie officielle dans l’Antiquité tardive », La Terza Età dell’epigrafia, Bologne, 1986, (1988), p. 16-17.

14 J. Beaujeu, op. cit., p. 60.

15 Ibid., p. 87.

16 Ibid., p. 280.

17 ILTG, 221, Lyon, autel de Rome et d’Auguste (Lyonnaise) : [I]mp(eratori) Cae(ari) diu[i] / Antonini Magn[i] /fi]l(io), diui Seuer(i) n[ep(oti)], / [M(arco)] Aurel(io) Anton[i/ no] Pio, Felici Aug(usto),/ [pont]if(ici) max(imo), trib(unicia) p[ot(estate)] / [I]II, co(n)s(uli) III, proco(n)s(uli), pa / tri patriae,/[c]iues Romani in tri / [b] us prouinci(i)s Galli(i)s / [c]onsistentes public(e) / posuerunt, curantib(us) / allectis isdemq(ue) sum / [m]is curatoribus Iulio / [S]aturnino prou(inciae) Lugud(unensis), / [–]ilio Sabino prouinc(iae) / [Belgic]ae, Auentinio Veris / [simo pr]ouinc(iae) Aquitanic(ae). En 220 ou 221.

18 CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Capena : conseruator patriae.

19 CIL, VI, 934 Rome : conseruator caerimoniarum publicarum.

20 CIL, II, 3732 (ILS, 259) Valentia (Tarraconnaise) : [Caesari] T(ito) Imp(eratori)/[V] espasiano, Aug(usto)/ [V]espasiani f(ilio), conser / [ua]tori Pacis Aug(ustae).

21 A. Chastagnol., « Le formulaire de l’épigraphie officielle dans l’Antiquité tardive », La Terza Età dell’epigrafia, op. cit., p. 2.

22 IRT, 362 Lepcis Magna ; L. Perret (La Titulature impériale d’Hadrien, Paris, 1929, p. 92-94) indique que ce titre est donné occasionnellement ou localement à Hadrien, et que son emploi rappelle la participation de cet empereur à la vie municipale.

23 CIL, II, 5486 Iluro : conseruatori suo.

24 CIL, XIV, 2596 (ILS, 453) Tusculum.

25 CIL, II, 3732 (ILS, 259 ; ILER, 1086) Tarraco.

26 CIL, II, 3732 (ILS, 259) Valentia (Tarraconnaise) : [Caesari] T(ito) Imp(eratori) / [V]espasiano, Aug(usto) / [V]espasiani f(ilio), conser / [ua]tori Pacis Aug(ustae).

27 IRT, 387 Lepcis Magna ; IRT, 452 Lepcis Magna ; CIL, V, 4319 (ILS, 579) Brixia.

28 CIL, XI, 3310 (ILS, 533) Forum Clodi.

29 CIL, VIII, 7010 (ILS, 691) Cirta.

30 Tacite, Ann., 15, 71, 1 : Milichus conseruatoris sibi nomen, Graeco eius rei uocabulo adsumpsit. Ici l’affranchi Milichus représente le « sauveur » de Néron, car il a dénoncé la conspiration de Pison.

31 Pline le Jeune, Pan., 1, 6 : Iuppiter Optime, antea conditorem, nunc conseruatorem imperii nostri ; J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, op. cit., p. 76.

32 CIL, II, 2054 (ILS, 304) Aratispi (Bétique) : Imp(eratori) Caesari diui Neruae (filio), /diuo Traiano Optumo, / Aug(usto), Germ(anico), Dacico, Parthico, / pontif(ici) max(imo), trib(unicia) potest(ate) XXI, imp(eratori) / XIII, co(n)s(uli) VI, patri patriae, optumo/ maxumoque principi, con/ seruatori generis humani, / res publica Aratispitanorum/ decreuit, diuo dedicauit. Décembre 116-août 117 apr. J.-C.

33 R. Etienne, Le Culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958, p.474.

34 RIC, 2, p. 261, no 249 ; p. 287, no 619 ; p. 290, no 643.

35 Voir l’étude de J.-M. Pailler, dans ce volume.

36 AE, 1976, 653 Burdur : princeps optimus ; CIL, VI, 93 (AE., 1953, 89) Rome : optimus ac iustissimus princeps. Voir J. Charmasson, M. Christol et M. Janon, Inscriptions antiques de la cité de Nîmes (IACN)-21, Cahiers des musées et monuments de Nîmes, no 11, Nîmes, 1992, p. 88, note 27.

37 CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Capena : principi optumo ac iustissimo ; J. Charmasson, M. Christol et M. Janon., loc. cit., p. 88, note 27.

38 CIL, X, 1401 (ILS, 6043) Herculanum : optimus princeps.

39 L. Perret., La Titulature impériale d’Hadrien, Paris, 1929, p. 26, note 3.

40 J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, op. cit., p. 23.

41 R. Étienne, Le Culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, op. cit., p. 473.

42 J. Beaujeu (p. 85) rappelle que Trajan intègre ce surnom dans sa titulature après sa victoire sur les Daces.

43 J. Beaujeu, La Religion romaine à l’apogée de l’Empire, op. cit., p. 62.

44 P. Le Roux, « Cité et culture en Bétique sous Trajan », Ktema, 12, 1987, p. 283.

45 J. Hellegouarc’h, Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1963, p. 351 : Cicéron parle de l’optimus ciuis comme devant être le princeps.

46 Ibid., p. 368-369.

47 Ibid., p. 483.

48 Ibid., p. 496 ; R. Étienne, op. cit., p. 471.

49 Ibid., p. 496.

50 J. Beaujeu, La Religion romaine, op. cit., p. 72.

51 CIL, II, 2340 = 5545 et C/L, II, 2341 = 5546 Azaga (Bétique) : dans ces deux hommages les dédicataires sont des princesses impériales dont le lien de famille avec Trajan est indiqué ; C/L, II, 2097 (ILS, 297) Cisimbrium (Bétique) ; CIL, II, 1028 et p. 836 = 5543 (AE, 1971, 170) Azuaga (Bétique) ; AE, 1987, 499 = HEp, 2, 1990, 267 Saepo Victrix (Bétique) ; CIL, II 2054 (ILS, 304) Aratispi (Bétique) : Optimus Augustus.

52 Pline le Jeune, Pan., 2, 7 : Iam quitam ciuile tam senatorium quam illud additum a nobis « Optimi » cognomen, quod peculiare huius et proprium arrogantia priorum principum fecit ? ; Pan., 88, 4 : Iustisme de causis senatus populusque romanus optimi tibi cognomen adiecit ? ; Pan., 88, 5 : Adoptauit te Optimus princeps in suum, senatus in optimi nomen (le terme d’Optimus est ici aussi utilisé pour désigner Nerva) ; Pan., 88, 6 : Hoc tibi tam proprium quam paternum, nec magis distincte definiteque designat qui Traianum quam qui Optimum appellat ; Pan., 88, 6 : Nec uideri potest Optimus nisi qui est Optimis omnibus in sua cuiusque laude praestantior ; Pan., 88, 10 : Etenim ut nomine Augusti admonemur eius cui primum dicatum est, ita haec Optimi appellatio num quam memoriae hominum sine te recurret quotiensque posteri nostri Optimum aliquem uocare cogentur, totiens recordabuntur quis meruerit uocari ; Pan., 89, 1 : Quanto nunc diue Nerua gaudio frueris, cum uides et esse Optimum et dici quem tam quam Optimum elegisti !

53 Pline le Jeune, Ep., 10, 1, 2 ; Ep., 10, 14.

54 Pline le Jeune, Pan., 91, 1.

55 CIL, II, 1371 Callenses : optimo principi.

56 Pline le Jeune, Pan., 8, 1 : sed ante puluinar Iouis Optimi maximi adoptio peracta est ; Pan., 52, 3 et 52, 6 ; Pan., 88, 8 : Ideoque ille parens hominum deorumque Optimi prius nomine deinde maximi colitur ; Tacite, Hist., 3, 72, 1 : sedem Iouis Optimi maximi auspicato a maioribus pignus imperii conditam.

57 Pline le Jeune, Pan., 88, 8 : Quo praeclarior laus tua, quem non minus constat Optimum esse quam maximum.

58 J. Beaujeu, ibid., p. 72.

59 Ibid.

60 CIL, XI, 1147 (ILS, 6675) Veleia : Trajan ; CIL, X, 676 (ILS, 312) Surrenti : Hadrien ; CIL, III, 586 (ILS, 5947a) Lamia : Hadrien ; CIL, XI, 5632 (ILS, 2735) Camerini : Antonin.

61 AE, 1966, 182 a = AE, 1972, 261 = HAEp, 2519 = HEp, 3, 1991, 358 Munigua (Bétique).

62 L. Perret, op. cit., p. 28-29.

63 CIL, VI, 1001 (ILS, 341) Rome.

64 CIL, II, 5232 (ILS, 6898 ; ILER, 1129) Collipo (Lusitanie).

65 CIL, XIV, 3449 (ILS, 400) Trebae Augustae : Imp(eratori) Caes(ari) L(ucio) Aelio Aurelio Commodo Aug(usto) Sa[rmatico] Germanico maximo Brittanico, [p]aca[t]or[i] orbis felici inuicto Romano Herculi, pontifici maximo, tribuniciae potestatis X[V]III, imp(eratoris) VIII, co(n)s(uli) VII, patri patriae, omnium uirtutum exsuperant (BBB), ordo decurionum Commodianor(um) *IIIC C. Papi Capitonis[et L.] Volcei max. Entre 10 et 31 décembre 192.

66 Tacite, Agr., 32, 1 : nostris illi dissensionibus... clari uitia hostium in gloriam exercitus sui uertunt.

67 Tacite, Agr., 5, 4 : intrauit animum (Agricolae) militaris gloriae cupido ; Agr., 8, 2 : primo Cerialis labores modo et discrimina, mox et gloriam communicabat (cum Agricola) ; Agr., 41, 2 : causa periculi... infensus uirtutibus princeps et gloria uiri.

68 Voir l’inscription citée note 8 ob innumeras glorias.

69 A. Chastagnol, op. cit., p. 26.

70 J. Hellegouarc’h, op. cit.

71 H. Cotton, « The Concept of Indulgentia under Trajan », Chiron, 14, 1984, p. 246.

72 M. Grant, From Imperium to Auctoritas, Cambridge, 1956, p. 295.

73 Pline le Jeune, Ep., 10, 104 : uereor enim ne sit immodicum pro omnibus pariter inuocare indulgentiam tuam, qua debeo tanto modestius uti quanto plemiorem experior. Voir H. Cotton, loc. cit., p. 254.

74 J. Gaudemet, « Indulgentia principis », Études de droit romain, Naples, 1979, 2, p. 237-279 : pour lui au iie siècle apr. J.-C., le terme indulgentia est utilisé pour mettre en évidence une qualité morale du Prince avant tout, qualité personnalisée pour les besoins de la propagande impériale.

75 J.-M. Carrié, « La munificence du Prince. Les modes tardifs de désignation des actes impériaux et leurs antécédents », Institutions, société et vie politique dans l’Empire romain au ive siècle apr. J.-C., Actes de la table ronde organisée autour de l’œuvre d’André Chastagnol (20-21 janvier 1989), Rome, 1992, p. 411.

76 J.-M. Carrié, loc. cit., p. 416.

77 M. Christol, « Hommages publics de Lepcis Magna à l’époque de Dioclétien : choix du vocabulaire et qualité du dédicataire », RHDFE, 61, 1983, p. 339.

78 F. Jacques, « Les curateurs de cités africaines au iiie siècle », ANRW, 2, 10-2, 1982, p. 116.

79 M. Corbier, « Le discours du Prince d’après une incripton de Banasa », Ktema, 1, 1977, p. 211-232, surtout p. 223.

80 F. Jacques, loc. cit., p. 116.

81 CIL, II, 1167 et p. 841 (ILS, 7223 ; ILER, 1126) = CILA, II, 6, Hispalis (Bétique) : [I]mp(eratori) Caes(ari) / [T(ito)] Aelio Hadr(iano) / Antonino Aug(usto), / pio, p(atri) p(atriae), / [c]orpus cento / nari[orum–] / indu[lgentia ei]us / [c]ollegio hominum / [centum dumtax] at / [constituto] (restitution de J. Gonzalez Fernandez). [I]mp(eratori) Caes(ari) / [T(ito)] Aelio Hadr(iano) / Antonino Aug(usto), / pio, p(atri) p(atriae), /[c]orpus cento/ nari[orum–ex] / indu[lgentia ei]us / [c]ollegio hominum / [Hispalens(ium) dumtax] at / [constitutum d(edit) d(edicauitque)].

82 CILA, II, 7 Hispalis (Bétique).

83 CIL, II, 1167 et p. 841 (ILS, 7223 ; ILER, 1126) = CILA, II, 6 Hispalis (Bétique).

84 CILA, II, 7 Hispalis (Bétique).

85 CIL, VIII, 9993-96, 10950-51, 21828, 21851-52, p. 976 et p. 980 = ILAf, 608 = ILM, 70 = IAM 390, Volubilis (Tingitane) : Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) [A]ur[elio Anto]nino, pio, felici, Aug(usto), Pa[rth(ico)] max(imo), Britt(anico) [m]ax(imo), Germ(anico) max(imo),/ pontifici max(imo), tri[b(unicia) pot(estate) XX, imp(eratori)] IIII, co(n)s(uli) IIII, p(atri) p(atriae), p[roco(n)s(uli)], et Iuliae A[ug(ustae)], piae, felici, matri/ Au[g(usti) e]t castroru[m et senat]us et patriae, res p(ublica) Vo[lubil]itanoru[m, o]b singularem eius/ [erg]a uniuersos [et nouam] supra omnes [retro prin]cipes indu[lgenti]am, arcum/ c[u]m seiugibus e[t orname]ntis omnibus, in[cohant]e et dedica[nte M(arco) Aurellio(sic) / Sebasteno, pr[oc(uratore) Aug(usti), d]euotissimo nu[min]i eius, a solo fa[ciendu]m cur[a]uit. Décembre 216-avril 217 après J.-C.

86 CIL, VIII, 993-96, 1095 à-51, 21828, 21851-52, p. 976 et p. 980 = ILAf, 608 = ILM, 70 = IAM, 390 et ILM, 71 = IAM, 391 Volubilis (Tingitane).

87 Plus exactement entre le 10 décembre 216 et le 9 décembre 217.

88 C. Domergue, « L’arc de triomphe de Caracalla à Volubilis : le monument, la décoration, l’inscription », BCTH, 1963-64, p. 201-227, en particulier p. 224.

89 C. Domergue, loc. cit., p. 201-227, en particulier p. 225.

90 IAM, 94 ; dans ce texte, Caracalla rappelle à deux reprises qu’il agit à cause de son indulgentia. Voir M. Corbier, loc. cit., Ktema, 2,1977, p. 211-232, en particulier p. 213

91 Cependant l’étude de la Tabula Banasitana (IAM, 94) permettrait de confirmer cette hypothèse, si l’on suit les réflexions de G. Di Vita-Evrard (« L’édit de Banasa : un document exceptionnel ? », L’Africa romana, 5, 1987, p. 287-303) : pour l’auteur, il s’agit d’un édit concernant toute la province de Tingitane, et donc Volubilis.

92 J.-M. Carrié, loc. cit., p. 418.

93 H. Cotton, loc. cit., p. 259.

94 Pline le Jeune, Ep., 10, 5, 1 : cuius sollicitudini et studio tuae tantum indulgentiae beneficio referre gratiam parem possum et Ep., 10, 6, 2 : Rogo itaque, ut beneficio tuo legitime frui possim (demande du droit de cité pour le médecin Harpocras) ; Ep., 10, 92 : Amisenorum ciuitas libera et foederata beneficio indulgentiae tuae legibus suis utitur ; Ep., 10, 94, 3 : Scio, domine, quantum beneficium petam, sed peto a te cuius in omnibus desideriis meis indulgentiam experior.

95 H. Fugier, op. cit., p. 220-221.

96 J. Hellegouarc’h, op. cit., p. 163.

97 Ibid., p. 164 et 167.

98 Ibid., p. 168.

99 CIL, II, 1640 et CIL, II, 1641 Iliturgicola et Ipolcobulcola (Bétique) : ex beneficis eius.

100 CIL, II, 1640 Iliturgicola et Ipolcobulcola (Bétique).

© UGA Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540