Version classiqueVersion mobile

Les esprits scientifiques

 | 
Jean Foyer
, 
Aurélie Choné
, 
Valérie Boisvert

Partie 1. Expérimentations et esprits au cœur de la biodynamie

Chapitre 1

La « science de l’esprit »

Dans le Cours aux agriculteurs de Rudolf Steiner

Aurélie Choné

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Société anthroposophique a été fondée à Cologne en 1912 par le philosophe autrichien Rudolf Steiner à partir d’une scission de la Société théosophique, association internationale elle-même fondée à New York en 1875 (entre autres par l’occultiste russe Helena Blavatsky). En France, l’anthroposophie fait depuis des décennies l’objet de suspicions (Paul Ariès, 2001)1 ; elle a même été répertoriée comme une secte dans un rapport parlementaire de 1999 (accusation retirée en 2000 suite à un procès en diffamation). La « science de l’esprit » (Geisteswissenschaft) sur laquelle repose l’anthroposophie a été qualifiée de doctrine ésotérique dépourvue de théorie de la connaissance digne de ce nom ; on l’a assimilée à un système de croyances, de savoirs ancestraux et de pratiques occultes. Ces suspicions ont resurgi ces derniers temps en lien avec l’agriculture biodynamique (Onfray, 2015 ; Malet, 2018)2, dont les fondements ont été posés par Steiner dans une série de conférences données à de...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search