Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Liste des collaborateurs

p. 281-282


Texte intégral

1Christopher Allen de l’Université de Sydney ; professeur invité au Collège de France en 1994-1996, où il travaille avec le professeur Jacques Thuillier et prépare l’édition du poème latin de Charles-Alphonse Dufresnoy, De arte graphica, en collaboration avec deux collègues, des Universités de Sydney et de Cambridge.

2François Bérier, maître de conférences à l’Université Stendhal, travaille sur la littérature française des xive et xve siècles, et plus spécialement sur Nicolas de Clamanges, sur lequel il a fait paraître plusieurs articles (dont « Remarques sur le De Lapsu et Reparatione Iustitiae » dans Travaux de littérature offerts en hommage à Noémi Hepp, Paris, Belles Lettres, 1990 ; « Remarques sur l'Expositio super quadraginta septem capitula Isaie », dans L’Hostellerie de pensée, Etudes sur l’art littéraire au Moyen Âge offertes à Daniel Poirion, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 1995).

3Mireille Blanc-Sanchez, professeur à l’Université Stendhal, directrice du centre de recherche HURBI (Humanisme Renaissance et Baroque italiens) et de la revue Filigrana. Publications de traductions touchant à notre argument : Torquato Accetto, De l’honnête dissimulation, Lagrasse, Verdier, 1990 ; La Main du Prince, Petits traits du secrétaire dans l’Italie baroque, Paris, EPEL, 1992.

4Isabelle Cogitore, ancienne élève de l’ENS-Ulm, ancien membre de l’École française de Rome, travaille aux frontières du latin et de l’histoire institutionnelle. Maître de conférences en latin à l’Université Stendhal, elle a publié plusieurs articles sur la dynastie julio-claudienne et prépare l’édition de sa thèse (EFR Paris-de Boccard), « Fax cruenta, des conspirations comme révélatrices de la légitimité dynastique ».

5Jean-Max Colard, ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes, ATER à l’Université Paris VII-Denis Diderot, prépare actuellement une thèse sous la direction de Mme Françoise Charpentier sur « la question de l’adresse au pouvoir dans la poésie du premier xvie siècle ». A publié plusieurs articles sur Clément Marot, Peletier du Mans, Maurice Scève, et sur la question du livre au xvie siècle.

6Christiane Deloince-Louette, agrégée de lettres modernes, est maître de conférences à l’Université Stendhal, où elle a soutenu sa thèse sur « le commentaire d’Homère par Jean de Sponde », en cours de publication.

7Caroline Eades : maître de conférences de littérature et cinéma à l’Université Stendhal, Grenoble. Auteur de plusieurs articles sur l’œuvre de Federico Fellini (« Le Musée de Fellini », « Fellini commentateur de Pétrone », « La théâtralité dans les films de Fellini et d’Angelopoulos »...), sur les représentations de l’antiquité et de l’expérience coloniale au cinéma et sur le monde des médias.

8Martine Furno, maître de conférences en latin à l’Université Stendhal, elle s’intéresse au latin des humanistes et a publié chez Droz en 1995 Le Cornu Copiae de N. Perotti : culture et méthodes d’un humaniste qui aimait les mots.

9Francis Goyet, professeur de littérature française de la Renaissance à l’Université Stendhal et membre de l’Institut universitaire de France. Spécialiste de poétique et de rhétorique – Le sublime du « lieu commun », Paris, Champion, 1996 –, il prépare actuellement un ouvrage sur la « prudence » au xvie siècle.

10Françoise Létoublon, professeur de langue et littérature grecques à l’Université Stendhal, chargée de conférences à l’EPHE, IVe section, et membre de l’Institut universitaire de France. Outre ses travaux en grec, et particulièrement sur Homère, elle a publié Les Lieux communs du roman (Leyde, Brill, 1993), La Ruche grecque et l’empire de Rome (Grenoble, ELLUG, 1995), Impressions d’îles (Toulouse, PUM, 1996), Hommage à Milman Parry (Amsterdam, Gieben, 1997) et prépare la publication d’Europe ravie (Paris, Adam Biro). Deux Petits Classiques sont imminents (Giraudoux, La Guerre de Troie n'aura pas lieu et Électre, Paris, Larousse-Bordas).

11Gérard Luciani, professeur émérite de langue et littérature italiennes à l’Université Stendhal ; il a travaillé sur le théâtre en Italie (Venise, Padoue aux xvie et xviiie siècles) et a publié une série de traductions (Folio bilingue Gallimard) dont un Prince de Machiavel en 1995.

12Claudie Martin-Ulrich, agrégée de lettres modernes, actuellement en poste dans le secondaire, a été de 1995 à 1998 ATER à Grenoble III, où elle a soutenu sa thèse, La Persona de la princesse au xvie siècle, en cours de publication.

13Nick Myers, après avoir soutenu une thèse à Paris IV sur « la représentation du Prince et le problème de l’autorité en France et en Angleterre vers 1558-vers 1610 », est maître de conférences au Centre d’études et de recherches sur la Renaissance anglaise de l’Université Paul Valéry Montpellier III.

14Daniel Sangsue, actuellement professeur à l’Université de Neuchâtel (Suisse), après avoir enseigné à Genève, aux États-Unis et à Grenoble III, où il a dirigé le Centre d’études stendhaliennes et romantiques. Il est l’auteur d’essais sur Le Récit excentrique (Paris, Corti, 1987), La Parodie (Paris, Hachette, 1994) et de nombreux travaux sur la littérature du xixe siècle.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.