Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books UGA Éditions Des Princes Devenir roi Le lemme basilica dans le De part...

Devenir roi

 | 
Isabelle Cogitore
, 
Francis Goyet

Troisième partie. Devenir artiste

Le lemme basilica dans le De partibus aedium de Grapaldo

Martine Furno

Texte intégral

1Le Departibus aedium de Francesco Maria Grapaldo, ouvrage de lexicographie daté de 1494 et dédié à Rolando II Pallavicino qui règne alors sur Parme, contient un emploi inédit du mot basilica, auquel l’auteur donne un sens inusité jusque-là et qui ne sera pas repris. Le mot y désigne en effet la grande salle d’apparat du premier étage d’une maison princière, cadre privilégié de la mise en scène du pouvoir dans les Etats monarchiques de l’Italie d’alors.

  • 1 Ce rapport au néologisme, très différent de celui de la pensée moderne, tient en fait à une théori (...)

2Cet emploi lourd de sens politique signe de façon très parlante le rôle du lexicographe, qui établit, par la dénomination, la norme du prince contemporain, et la tradition dans laquelle il veut l’inscrire. Malgré les apparences, en effet, il ne s’agit pas là de néologie véritable, du moins si on l’entend au sens de « créativité lexicographique », et de revendication de nouveauté. Comme la plupart des lexicographes de son époque, Grapaldo n’expose pas de théorie à ce sujet, mais s’en tient apparemment à une position similaire à celle de Valla : le néologisme n’est acceptable (comme chez Horace d’ailleurs) que s’il donne accès à un objet encore inconnu ; en dehors de ce cas, un lexique exact est essentiellement fait, en ce qui concerne la dénomination du monde contemporain, de réactivations de termes antiques, préexistants, dont la justesse et la justification se mesurent au moindre écart possible d’avec la réalité ancienne.1

3Aucune de ces réactivations cependant n’est totalement exempte d’arrière-pensées extra-linguistiques, et c’est le cas ici, où un motif politique soutient l’activité lexicographique.

LE DE PARTIBUS AEDIUM

  • 2 La bibliographie d’ensemble sur Grapaldo est des plus réduites. Pour plus de détails, voir notamme (...)

4Francesco Maria Grapaldo est né à Parme en 1462, et est mort en 1515. Cette vie entièrement déroulée dans le cadre de l’humanisme florissant en a aussi toutes les caractéristiques : homme de lettres et notable d’un centre provincial, Grapaldo en a animé la vie politique et intellectuelle durant près de vingt-cinq ans, exerçant responsabilités municipales, enseignant, écrivant.2 Ses publications, bien secondées par l’imprimerie locale des frères Ugoleto, comportent elles aussi les éléments habituels d’une carrière d’humaniste : quelques discours, quelques poésies en latin et en volgare, et une œuvre majeure, le De partibus aedium (Les Parties d’une demeure) (1494).

  • 3 Voir la préface de l’édition de 1494 (dédicace « à Orlando II Pallavicino ») : « His equidem multa (...)

5Cet ouvrage est un recueil des termes de l’architecture domestique et de la vie quotidienne. Organisé sous la forme d’un « théâtre de la mémoire » où un promeneur parcourrait une à une toutes les pièces de la maison du rez-de-chaussée jusqu’au toit en nommant tous les objets, le De partibus aedium est un lexique, et non un traité d’architecture. Grapaldo lui-même, dans la préface de l'editio princeps, se pose clairement en homme de lettres et non en architecte, [s]’appliquant plus à l’explication des mots qu’à la disposition idoine de chaque pièce comme le font de coutume les architectes ». Son but déclaré est « non d’enseigner la structure d’une maison si immense, mais plutôt de décrire les parties d’une maison déjà construite, c’est-à-dire de rendre son nom à chaque pièce, et cela un peu plus brièvement peut-être qu’il n’aurait fallu ». Le lecteur potentiel est lui-même défini comme un « curieux », érudit et lettré bien plus qu’éventuel commanditaire.3

  • 4 Voir L. B. Alberti, De re aedificatoria, livre V, notamment fol. 70 v°-72 v°.

6Le De partibus aedium est en effet le catalogue minutieux du cadre et des objets de la vie domestique, dans une demeure de type palatial mais que Grapaldo ne caractérise guère cependant. Sa maison est l’archétype passe-partout du palais de la fin du xve et du début du xvie siècle. C’est un parallélépipède organisé autour d’un cortile central, où le rez-de-chaussée regroupe diverses pièces de stockage des denrées, de chancellerie, et les jardins tant d’agrément que de rapport, tandis que les pièces d’habitation et de réception se trouvent au premier étage, piano nobile ; d’autres pièces utilitaires comme cuisine, grenier et infirmerie se perdent ensuite dans un au-delà qui se termine sur la tour et le toit. Nous ne savons rien de très clair sur le propriétaire de cette demeure convenue : Grapaldo ne différencie pas, comme le fait Alberti, entre ce qui serait demeure d’un riche particulier et ce que doit être la demeure de l’homme d’Etat, rex ou « bon prince », opposée à la rocca du tyran.4

7Mais si les détails architecturaux restent dans le vague, le parti-pris lexicographique, lui, est beaucoup plus clair. Il s’agit de décrire et nommer proprement, de manière normative, le cadre de la vie quotidienne dans un latin authentique, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire appuyé sur les auteurs classiques dont les citations émaillent tout le livre. Cette recherche de la propriété du langage est typiquement humaniste et n’a rien de très original pour un lettré de cette période, mais Grapaldo se distingue de certains des lexiques contemporains en projetant ouvertement de décrire le moderne d’une demeure Renaissance avec la langue de l’Antiquité, et non de collecter essentiellement la culture ou les termes anciens en eux-mêmes. Anoblissement et justification de la réalité contemporaine par la tradition ancienne, preuve de la validité pérenne de la langue de Rome, défi d’érudition, mode de « l’art de bâtir » perçu comme une des plus hautes réalisations humaines convergent dans le De partibus aediurn sans que Grapaldo mette en exergue à son livre l’une plus que l’autre de ces raisons, peut-être parce que les mots, leur choix, leur sens, restent le fondement de l’ouvrage. Ce sont eux et les infléchissements auxquels ils sont parfois soumis qui disent ce que l’auteur veut dire, et non un discours théorique sur la langue, jamais formulé.

8En effet, la description d’un palais moderne avec un vocabulaire antique, adapté à un autre type de construction, oblige ceux qui s’attellent à l’exercice à des choix, ou des silences, souvent significatifs. Un des points délicats en est la distribution en étage de la demeure. Dans la domus antique, essentiellement de plain-pied, l’étage et son accès sont quantité négligeable, au contraire de la demeure moderne dont le plan est en fait plus proche de celui de l’insula urbaine que de celui de la domus. Dans le De re aedificatoria par exemple (livre V, fol. 87-90 v°), Alberti décrit une villa seigneuriale de campagne sans mention particulière d’un étage, appliquant, par ce silence, le patron de la demeure antique à la demeure moderne. Les escaliers n’apparaissent pas dans cette description, et sont présentés ailleurs (IX, 160) comme des « perturbateurs » d’un édifice : « scalas esse aedificiorum perturbatrices ». Grapaldo, au contraire, fait preuve d’une lexicographie plus volontariste, exposant clairement le passage du rez-de-chaussée au premier dans le prohoemium au livre II.

9C’est au premier étage que se trouve ce qu’il appelle basilica, un des points névralgiques du théâtre politique. En effet, cortile d’entrée au rez-de-chaussée et « basilique » sont les parties de la demeure où confluent espace privé et espace public, quand la cité, ou les États voisins, entrent dans le palais et participent par leur présence même à la représentation du pouvoir qui y est donnée. Grapaldo, certes, est peu explicite sur ces arrière-pensées politiques, mais la dénomination qu’il fait de la « basilique », parce qu'elle est plus originale par exemple que celle d’Alberti, est en elle-même significative.

LA « BASILIQUE », SALLE D’APPARAT DU PREMIER ÉTAGE

  • 5 La disposition générale des pièces autour de la grande salle, telle que la décrit Grapaldo, est pa (...)
  • 6 Voir l’édition du texte et de ses sources dans l’Annexe III, p. 274, § 1.

10Cette pièce est le cœur de la demeure palatiale : pièce d’étage semi-publique et multi-fonctionnelle, elle peut être antichambre pour qui attend d’être reçu en privé dans les appartements du prince qui la prolongent, salle d’apparat politique lors de rendus de justice ou de réceptions d’ambassades, ou encore salle de fêtes, bal, festins...5 C’est bien ainsi que la décrit Grapaldo dans la première moitié du chapitre, évoquant, dans des termes d’ailleurs partiellement repris à Alberti, « les courtisans [qui] attendent le maître, les clients leur patron en disputant ou conversant, les serviteurs leur maître, qui est reçu, en s’asseyant ou en déambulant ». Alberti peignait là un espace du rez-de-chaussée, entre portique d’entrée et parties intérieures de la maison, difficile à nommer, qu’il désigne par les termes d'atrium basilicamue ; mais la description de Grapaldo, qui donne aussi à la pièce une fonction judiciaire, place sans équivoque la basilica à l’étage, et, y ajoutant « de grands banquets » et « des chœurs pour d’agréables concerts », transforme le point de départ albertien et déplace le terme en un sens et un lieu nouveaux.6

  • 7 Voir par exemple les dictionnaires de Du Cange, Biaise et Niermeyer qui donnent pour sala la défin (...)
  • 8 Voir Alberti, De re aedificatoria, V, fol. 70 v", ligne 17 (édition Orlandi-Portoghese, Milan, Il (...)
  • 9 Voir De re aedificatoria, livre VII. Plusieurs passages y évoquent la basilique, ses diverses fonc (...)

11Cette pièce, au xve siècle et ensuite, portera toutes sortes de noms, grande salle, salle du trône ou salle de bal selon qu’on privilégie le pouvoir du prince ou les fastes de la cour. Mais elle est bien connue dès les demeures fortes du Moyen Âge, et attestée dans tout le latin du xiie au xive siècle sous le nom de sala .7 C’est aussi ainsi que la désigne Alberti, reprenant le terme médiéval et le justifiant d’une étymologie en accord avec la fonctionnalité de la pièce, puisque sala vient selon lui de saltando [sauter] « parce que c’est là que se manifeste l’alacrité des noces et des banqueteurs ».8 Le fait que Grapaldo ne reprenne pas ce terme est bien sûr un choix lexicographique délibéré. L’emploi de basilica, à cette période et en ce sens, est en effet la réactivation moderne d’un mot ancien, réactivation qui me semble être restée un hapax. Les attestations du mot chez Alberti désignent soit une basilique religieuse (le plus souvent Saint-Pierre-de-Rome), soit un lieu de justice, public, à l’exception de l’exemple cité plus haut où le mot n’était cependant employé que par métaphore. L’auteur du De re aedificatoria explique de plus les divers glissements qui ont permis de passer du sens et de l’édifice anciens au sens moderne du mot.9 Alberti use là des acceptions les plus communément répandues, sans se risquer à la nouveauté proposée par Grapaldo qui, récusant par principe sans doute le terme médiéval de sala, mais contraint de nommer d’un terme classique une réalité contemporaine qui n’avait pas chez les Anciens d’équivalent exact, use de basilica en un sens inédit.

  • 10 Vitruve, De architectura, livre VI, fol. 5, 2 : « nobilibus uero, qui honores magistratusque gerun (...)

12Cet emploi est à la fois un emprunt et un accommodement, tout à fait conscients, dont l’auteur rend compte dès le début du texte, donnant au mot son sens propre de lieu public, et parlant d’un « terme emprunté » ou « aménagé » (« commodatum uocabulum »). Ce choix, qui veut rendre au mieux et au plus exact la réalité par le seul mot juste, c’est-à-dire ancien, est probablement fondé sur le passage déjà évoqué du De re aedificatoria, livre V, fol. 72. Mais l’un et l’autre découlent aussi de la lecture de Vitruve, plus particulièrement d’un extrait du livre VI où l’architecte antique, décrivant la magnificence nécessaire dans les demeures des « nobles qui, exerçant honneurs ou magistratures, doivent rendre des devoirs à leurs concitoyens », y parle de « vestibules hauts et royaux, atria et péristyles très vastes, amples parcs et promenades faits pour une majestueuse beauté, et encore bibliothèques, pinacothèques, basiliques réalisées sans faire de différence avec la magnificence des ouvrages publics ».10 Vitruve retient en effet de ces « basiliques » privées les fonctions de justice et de rassemblement, semblables à celles de l’édifice public, et ce sont ces fonctions mêmes, présentes dans la basilica du xve siècle, et le mélange à travers elles des domaines privé et public, qui autorisent l’élargissement pratiqué par Grapaldo. Celui-ci franchit le pas de l’adaptation du terme antique aux réalités modernes, accommodement qu’Alberti n’aurait peut-être pas vitupéré et qui est aussi une démarche pleinement humaniste, mais démarche politique, d’homme de lettres et de langue, bien plus que de théoricien de l’architecture.

D’UN SENS INÉDIT AU PORTRAIT DU BON PRINCE

13L’emploi de basilica pour désigner la salle d’apparat de la demeure est donc un choix lexicographique affirmé, doublé d’intentions extralinguistiques que laisse comprendre la description elle-même de la « basilique ». Contrairement à d’autres chapitres où le lemme principal, nom de la pièce ou de la partie de la maison, est prétexte à de longues listes d’hypolemmes parfois inattendus jusqu’à la digression, la description de la basilica ne se perd guère en érudition annexe. Après quelques lignes d’excursus greffées sur le mot gymnasium, le texte s’arrête en quelque sorte sur les « habitants » de la pièce, pour dessiner, bien qu’implicitement, l’image d’un prince, d’une cour et d’une éducation idéaux.

  • 11 À propos de parentés, par exemple, entre le Palatin et la typologie des βασιλεία hellénistiques, v (...)
  • 12 Notamment, à plusieurs reprises, dans le De republica de Cicéron ; chez Cornélius Népos, le mot re (...)

14Car il s’agit bien de dire que celui qui fréquente cette demeure est prince, ou en grec basileus. Dès le début du texte, Grapaldo rappelle que basilica, outre le sens propre de lieu public, désigne aussi la regia, palais du prince, sans qu’on sache exactement d’ailleurs si ce mot regia est ici le latin regia, ae ou l’italien latinisé reggia, ou l’un et l’autre, les deux pouvant ne faire qu’un dans son esprit. Mais derrière la racine grecque de basilica se profile tout l’arrière-plan fastueux des principautés hellénistiques, référence à partir de laquelle, dès l’Antiquité, se sont bâtis, avec leurs aménagements et leurs sensibilité propres, le pouvoir impérial romain et, dans certains cas, les demeures princières d’Occident.11 À l’opposé, la racine latine rex, dans la langue classique, peut quelquefois se charger du sens dépréciatif de tyrarnnus12, et quelque soin que prenne Alberti, par exemple, pour distinguer son propre rex, « bon prince », du tyran, il est peut-être plus éloigné de l’esprit de certains auteurs latins, pour susciter l’image du prince, que ne l’est Grapaldo avec l’emploi d’un mot d’origine grecque. L’expression regiam notans sonne dans le Departibus aedium comme une sorte de traduction latine de la translittération basilica, rémanence du basileion, palais du prince où se rejoignent espaces public, privé et religieux - comme dans la demeure de Grapaldo.

  • 13 Voir l’édition du texte et de ses sources dans l’Annexe III, § 4.

15Le choix du terme basilica est donc aussi un choix idéologique ou politique, consacrant la « demeure si immense » (« domus tam amplissima ») de la préface comme demeure d’un prince dont Grapaldo ne manque pas de glisser, discrètement, un portrait, évoquant également sa cour et son éducation. Les jeunes gens y sont, certes, formés aux exercices du corps, Aristote à l’appui dans une allusion tirée du livre VIII de la Politique. Mais les jeux de hasard et d’argent sont bannis pour être remplacés, de manière appuyée, par les humanités que chacun pratiquera, selon ses talents, en latin ou en volgare. Enfin, suivant l’exemple des Gymnosophistes de l’Inde repris par Grapaldo à Apulée13, tous, et sans doute particulièrement le chef de la maisonnée, sont invités à employer utilement leur temps, se gardant des reports ou des prétextes dilatoires, justifiant leur vie par leurs œuvres, quel qu’en soit le domaine.

16Cette seconde partie du texte nous renvoie en fait aux cours du Quattrocento, où un prince, plus souvent condottiere fameux qu’homme de plume, réunit autour de lui lettrés et scientifiques ; exploits guerriers, entreprises édilitaires et pratique des humanités sont autant de domaines où tout homme de pouvoir tente de s’illustrer et par lesquels il affirme également ce pouvoir.

  • 14 Le cas du duché de Parme est exemplaire de ces aléas : dès le xiiie siècle, la famille Pallavicino (...)

17Car celui-ci est fragile, particulièrement dans l’Italie du Nord où le territoire des Etats est souvent minuscule, constamment menacé d’« absorption » par les puissants voisins que sont le duché de Milan, le Saint-Empire, le pouvoir pontifical ou le royaume de France. En tout état de cause, dans ces micro-Etats, un gouvernement dynastique de quatre générations est une exception, rarement exempte de vicissitudes.14 Les « familles régnantes » cherchent alors à ajouter à leur puissance originelle, qu'elle soit militaire ou financière, l’apparat et la stabilité, sans pour autant s’éloigner de leurs concitoyens. La basilica de Grapaldo reflète exactement ces efforts : lieu de rencontre public dans une demeure privée, elle perpétue l’image de ces nobiles antiques dont parlait Vitruve, qui ont à s’occuper des intérêts de la nation et « prêtent » en quelque sorte leur demeure aux affaires de l’État. Elle est aussi le lieu d’exercice d’un droit régalien, le rendu de justice, et le cadre où s’exprime une des principales qualités princières, la largesse ou magnificence. Théâtre privilégié de la mise en scène du pouvoir, la basilique est emblématique des aspirations au règne et de ses fragilités, et Grapaldo dit les unes autant que les autres en exerçant son métier de lexicographe.

***

18D’autres le diront autrement. Quelques années après la mort de Grapaldo, en 1554, à Sabbioneta, à quelques encablures de Parme, le prince Vespasien Gonzague bâtissait de toutes pièces la scène de sa puissance sur un bourg de deux mille habitants, minuscule duché érigé en empire absolu sous l’œil plus ou moins consentant de Philippe II d’Espagne, du roi de France, de Maximilien II d’Autriche et des Gonzague de Mantoue. Palais ducal pour le pouvoir politique, rocca pour le pouvoir militaire, église-mausolée (de l'Incoronata !) pour le pouvoir religieux, palais d’été et galerie-musée pour le brillant culturel font de la ville tout entière un basileion concerté, où revit la Rome antique des empereurs et particulièrement celle de Vespasien, illustre homonyme du premier duc de Sabbioneta.

19Cette entreprise quelque peu mégalomane reprend de manière extrême le même dessein que lorsque Grapaldo, avec ses moyens de lexicographe, choisit basilica pour nommer la grande salle du palais. Il s’agit toujours de commuer un espace en cœur battant de l’Etat, vivant entièrement par le prince et autour de lui dans un univers idéalement éduqué, et où les différentes composantes sociales de la cité se côtoient sans conflit, avec l’illusion de s’approprier un peu le faste d’un lieu à l’intérieur duquel elles peuvent au moins pénétrer du regard. La « maison si immense » est alors la projection en architecture d’un État harmonieux qui serait prodigue, pour tous, à travers ses jardins et son luxe, de richesses, de raffinement culturel et de gloire. Certes, le texte de Grapaldo, dédié à Rolando II Pallavicino, ne dit pas explicitement si cette maison princière est la description d’une cour que l’auteur a connue, ou s’il s’agit d’un souhait discrètement donné comme modèle aux pouvoirs qui gouvernent Parme ou y aspirent. Mais le lexicographe devient ici un peu philosophe, se rêvant sans doute conseiller des princes. Il remplit surtout pleinement sa mission de lettré humaniste, qui consiste à « recharger » le plus possible les mots anciens de sens et de connotations modernes, pour, par ce biais, donner son sens historique à la modernité.

20Même si, dans le cas de la basilica, cette renaissance n’a pas donné au mot un second destin, le lexicographe aura été artiste et « poète » au sens de la Poétique d’Aristote : un fabricant d’histoires possibles. En baptisant un lieu ancien d’un mot plus ancien encore, il donne à imaginer le prince de son temps, possible et fragile. Certes, le rêve est modeste : Parme n’est ni Milan ni Florence, et il n’y a sûrement pas là l’affirmation pour la cité patavine d’un grand destin national « italien », comme dans Le Prince de Machiavel. Mais, pour rester réaliste, l’art du lexicographe n’en est pas moins une affirmation de soi : affirmation de soi en citoyen d’un Etat indépendant, et affirmation de soi en homme moderne, inspiré par une tradition qu’il faut, pour la conserver, « accommoder » à son temps.

Notes

1 Ce rapport au néologisme, très différent de celui de la pensée moderne, tient en fait à une théorie de la langue elle-même implicite, et héritée au moins du Moyen Âge, si ce n’est de l’Antiquité. Contrairement à d’autres (mais la question fait débat), je ne pense pas qu’on ait au xve siècle, pas plus qu’auparavant, le sentiment de la vie d’un mot latin, au sens où le grammairien ou le lexicographe en percevrait la naissance, les glissements sémantiques, et éventuellement la mort (cela même si Valla ou Politien ont eu une conscience réelle des « périodes stylistiques », archaïsme, classicisme et « décadence », qui ont ponctué l’histoire de la langue latine). L’idée, clairement médiévale, est plutôt que la langue, et le réservoir complet des mots et de leurs emplois, préexiste à l’usage qui, selon les périodes ou les écrivains, active ou laisse se perdre tel ou tel sens, ou mot, ou expression. Cette conception, décelable dans la construction et le fonctionnement des lexiques, me paraît d’ailleurs être une lecture exacte de l’Art poétique d’Horace : la néologie en effet, à lire le texte de près, s’y réduit à « montrer avec des signes récents l’aspect caché des choses » (« indiciis monstrare recentibus abdita rerum », vers49, où je traduirais presque, si je n’avais pas conscience de l’anachronisme, indiciis par « sème » ou « sémème »). Tout le passage de plus porte à comprendre l’expression « abdita rerum » comme « l’aspect [jusqu’ici] caché des choses » : au fur et à mesure que l’homme découvre dans le monde des objets qu’il y ignorait encore, il exerce sur eux un droit de dénomination, par emprunt au grec notamment. Mais un mot véritablement ne naît ni ne meurt : il pourra tomber en désuétude ou être réactivé par l’usage, seule « règle » qui vaille pour sortir ou rejeter dans le limbe où il préexiste le trésor des mots de la langue (« Multa renascentur quae iam cecidere, cadentque / quae nunc sunt in honore vocabula, si volet usus / quem penes arbitrium est et ius et norma loquendi », Horace, Ars, vers70-73 : « Bien des mots renaîtront, qui déjà sont tombés, et tomberont, qui sont en honneur aujourd’hui, si l’usage le veut, lui à qui il appartient d’être le juge, le droit et la règle du langage »). Voir, pour plus de détails sur ces théories médiévales et humanistes de la langue, M. Furno, Le Cornu Copiae de N. Perotti : culture et méthodes d'un humaniste qui aimait les mots, Genève, Droz, THR no 294, 1995, p. 162-170 notamment.

2 La bibliographie d’ensemble sur Grapaldo est des plus réduites. Pour plus de détails, voir notamment Jean-Louis Charlet, « La bibliothèque, le livre et le papier d’après F.-M. Grapaldo, Le partibus aedium, livre II, 9 », Studi latini in ricordo di Rita Cappelleto, Urbino, Quattroventi, 1995, p. 347-364. « Centre provincial » n’est pas ici dépréciatif : Grapaldo a simplement passé sa vie dans un de ces foyers secondaires, certes, parce qu’à l’écart des cours les plus en vue, mais dont l’activité intellectuelle a été capitale pour la diffusion de l’humanisme. L’enseignement et les publications de ces « provinciaux », à Parme mais aussi Sienne ou Tarvisio, ont été décisifs dans la sécularisation du nouvel idéal d’éducation et de culture.

3 Voir la préface de l’édition de 1494 (dédicace « à Orlando II Pallavicino ») : « His equidem multa illa uero quant plurima, apes exfloridis herbantibusque pratis melligulas secutus, in scedulis calamo digessi, magis dictionum studens interpretamentis quam locorum singulorum idoneis, ut architecti solent, dispositionibus. Domus enim tant amplissimae structurant non docere, uerum aedificatae partes describere, hoc est singulis nomina sua reddere, et breuiuscule fortassis quam decebat elaborauin. Et la préface au livre II : « lectorcuriosus ».

4 Voir L. B. Alberti, De re aedificatoria, livre V, notamment fol. 70 v°-72 v°.

5 La disposition générale des pièces autour de la grande salle, telle que la décrit Grapaldo, est par exemple celle du palais Montefeltro à Urbino : au débouché de l'escalier, la sala del trono précède les appartements du prince, chambre (souvent utilisée pour les réceptions en privé de personnages importants, ou comme antichambre même avant une réception encore plus « intime » dans les pièces suivantes), garde-robe, studiolo et chapelle. Cet ensemble, dans le cas d’Urbino, lie habilement apparat, culture et religion. Il est une véritable image, destinée à impressionner le visiteur, de tous les domaines où s’exerce le pouvoir du prince.

6 Voir l’édition du texte et de ses sources dans l’Annexe III, p. 274, § 1.

7 Voir par exemple les dictionnaires de Du Cange, Biaise et Niermeyer qui donnent pour sala la définition de « grande demeure », « palais de justice », et par métonymie, « pièce de cette demeure », le plus souvent pièce de réception. Sur la terminologie des pièces du palais au xive siècle, voir aussi B. Schimmelpfennig, « Ad maiorem papae gloriam », dans Architecture et vie sociale : l’organisation des grandes demeures de la fin du Moyen Age à la Renaissance, Actes du colloque de Tours, 6-10 juin 1988, dirigés par Jean Guillaume, Paris, Picard, 1994, p. 25-46.

8 Voir Alberti, De re aedificatoria, V, fol. 70 v", ligne 17 (édition Orlandi-Portoghese, Milan, Il Polifilo, 1966, p. 339) : « salam, quam a saltando dictam puto, quod in ea nuptiarum et conuiuarum alacritas celebretur ».

9 Voir De re aedificatoria, livre VII. Plusieurs passages y évoquent la basilique, ses diverses fonctions et « saveurs » (« basilica, quod naturam quidem sapiat templi », VII, 130 v°), sa différence avec le temple ; l’histoire de l’édifice et du mot se trouve plus particulièrement en VII, 114, lignes 20 et suiv. (édition Orlandi-Portoghese, op. cit., p. 549) : « At nostri quidem ad usum sacrificii passim basilicas usurparunt. Id quidem tum quod a principio basilicis priuatorum conuocari et congruere consuessent, tum quod in eis summa cum dignitate pro tribunali ara collocaretur et circum aras chorus bellisssime haberetur ; reliquum basilicae ubi est ambulatio et porticus, populo aut spatianti aut ad sacrificium adstanti pateret. » (« Mais les nôtres ont souvent utilisé les basiliques pour le rite religieux ; cela tant parce que, au début, on avait l’habitude d’être convoqué et de se rassembler dans les basiliques privées, que parce que, dans celles-ci, avec une très grande dignité, un autel était placé devant le tribunal et un chœur se tenait très bellement autour des autels. Le reste de la basilique, où sont portique et promenade, était ouvert au peuple qui s’y promenait ou assistait au rite. »)

10 Vitruve, De architectura, livre VI, fol. 5, 2 : « nobilibus uero, qui honores magistratusque gerundo praestare debent officia ciuibus, faciunda sunt uestibula regalia alta, atria et peristylia amplissima, siluae ambulationesque laxiores ad decorem maiestatis perfectae ; praeterea bybliothecas, pinacothecas, basilicas non dissimili modo quam publicorum operum magnificentia comparatas... »

11 À propos de parentés, par exemple, entre le Palatin et la typologie des βασιλεία hellénistiques, voir P. Gros, « Le palais hellénistique et l’architecture augustéenne : l’exemple du Palatin », Basileia, Die Paläste des hellenistischen Könige, Actes du congrès de Berlin, 16 au 16 décembre 1992, Berlin, Von Zabern, 1996, p. 234-239.

12 Notamment, à plusieurs reprises, dans le De republica de Cicéron ; chez Cornélius Népos, le mot rex peut désigner, à lui seul, le « grand roi » d’Orient, le roi de Perse.

13 Voir l’édition du texte et de ses sources dans l’Annexe III, § 4.

14 Le cas du duché de Parme est exemplaire de ces aléas : dès le xiiie siècle, la famille Pallavicino est feudataire d’un territoire compris entre Parme, Plaisance (Piacenza) et Crémone, territoire dont la capitale a été aussi bien Parme que Bussetto ou Cortemaggiore, au gré notamment des fractionnements du domaine entre les héritiers de la branche principale. Ces fractionnements affaiblissent l’État jusqu’à le faire tomber tout entier, pan par pan, sous la coupe milanaise au début du xvie siècle. Cela dit, plusieurs princes Pallavicino, tout en étant globalement alliés des Visconti puis des Sforza dont le poids était difficilement négligable dans la région, ont tenté de maintenir face à eux une réelle indépendance seigneuriale. C’est le cas de Rolando I, dit il Magnifico (1394-1457), de son fils Gian Lodovico et de son petit-fils Rolando II qui, installé à Cortemaggiore, tente d’y préserver une relative autonomie. En l’absence de toute documentation, il est difficile de prétendre que la dédicace de Grapaldo à ce dernier prince soit un acte de résistance à l’« oppresseur » milanais. Mais le dévouement de l’humaniste à sa patrie et diverses professions de foi qui émaillent le De partibus aedium (voir livre II, chap. 9, sur la qualité des papiers fabriqués à Parme) permettent de penser qu’il s’agit là, au moins, de l’expression de son patriotisme municipal.

Auteur

Maître de conférences en latin à l’Université Stendhal, elle s’intéresse au latin des humanistes et a publié chez Droz en 1995 Le Cornu Copiae de N. Perotti : culture et méthodes d’un humaniste qui aimait les mots.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search