Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Annexe IV. Deux estimations bibliophiliques des éditions Ad usum Delphini au XVIIIe siècle

Texte intégral

1Nous donnons ici, à titre indicatif, l’esquisse de ce que pourrait être une véritable étude de la « cote bibliophilique » des Ad usum, fondée sur le relevé des prix atteints lors des ventes publiques.

Extrait du « Catalogue de livres et estampes [de] Monsieur Pajot, comte d’Onsembray »1, 1756

  • 1 Rappelons (voir « Longue vie et mort des dauphins ») que dans cette bibliothèque se trouvent nombr (...)

2D’après les indications manuscrites de l’exemplaire consulté (collection particulière), l’ensemble de trente-neuf ouvrages (nos 5152-5190), tous signalés comme étant reliés en maroquin, s’est vendu 1 522 livres. Une note précise : « Cette collection est complète à trois articles près, c’est pourquoi on pourra se déterminer à la vendre en corps, si l’on fait des offres convenables. » De fait, il manque les Philosophica et Ausone – le troisième ouvrage considéré comme manquant étant sans doute un des dictionnaires. En revanche, figure ici le Callimaque d’Anne Le Fèvre. À noter aussi que l’édition de Pline est l’originale (1685), mais non celle de Virgile (1682).

3Les doubles ont été vendus séparément :

45191 César, 55 livres

55192 Catulle, 23 livres

65193 Claudien, 39 livres 10

75194 Dictys (maroquin), 13 livres

85195 Florus, 6 livres

95196 Juvénal, 15 livres

105197 Manilius, 20 livres

115198 Quinte-Curce, 12 livres

125199 Salluste, 8 livres 10

135200 Tacite (maroquin), 199 livres

145201 Tite-Live, 72 livres

155202 Valère Maxime, 13 livres

165203 Virgile, 7 livres

17Le total est de 483 livres, pour le tiers des ouvrages vendus « en corps » pour 1 522 livres, soit à peu près le tiers ; les doubles ne présentent qu’un seul ouvrage rare, le Tacite, mais comportent plusieurs ouvrages très peu cotés : Florus, Virgile et Salluste.

Extrait de François de Los Rios, Bibliographie instructive, Avignon, François Seguin et Lyon, chez l'auteur, 1777, p. 197-201

18Les indications données par Los Rios sont évidemment sujettes à caution : ce libraire provincial était-il aussi averti qu’il prétend l’être ? La présentation même de la collection est anarchique et erronée : il manque Quinte-Curce et deux ouvrages de Cicéron, les Epistolœ et surtout les Philosophica, dont nous avons vu l’importance du point de vue bibliographique et bibliophilique ; en revanche, on trouve deux indications différentes pour les mêmes ouvrages (Stace, Aulu-Gelle et César) – il s’agit vraisemblablement d’exemplaires dont l’état de conservation est notablement différent. Signalons enfin que seules les premières éditions sont données (1675 pour Virgile, 1685 pour Pline, l’édition en deux volumes d’Ovide), et que le Callimaque d’Anne Dacier n’est pas cité.

19Apulée, 15 livres

20Aulu-Gelle, 18 et 20 livres

21Aurelius Victor, 2 livres 8

22Ausone, 10 livres

23Boèce, 18 livres

24Catulle, Tibulle, Properce, 20 livres

25César, 24 et 30 livres

26Cicéron, Ad artem oratoriam, 10 livres

27Cicéron, Orationes, 18 livres

28Claudien, 18 livres

29Cornelius Nepos, 3 livres

30Dictys et Darès, 12 livres

31Eutrope, 6 livres

32Festus, 15 livres

33Florus, 2 livres 10

34Horace, 6 livres

35Justin, 6 livres

36Juvénal, 8 livres

37Lucrèce, 12 livres

38Manilius, 6 livres 10

39Martial, 20 livres

40Ovide, 70 livres

41Panégyriques anciens, 18 livres

42Phèdre, 4 livres

43Plaute, 36 livres

44Pline, 72 livres

45Prudence, 66 livres

46Salluste, 3 livres

47Stace, 240 et 280 livres

48Suétone, 6 livres

49Tacite, 100 livres

50Térence, 10 livres 10

51Tite-Live, 46 livres

52Valère Maxime, 6 livres

53Virgile, 3 livres

54Outre l’extrême disparité des prix, de 2 livres 8 (Aurelius Victor) à 280 livres (Stace), on note aussi que les ouvrages les moins prisés sont les premiers parus : Florus (1674, 2 livres 10), Salluste (1674, 3 livres), Cornelius Nepos (5, 3 livres), Phèdre (1675,4 livres), Virgile (1675,3 livres) – mais les deux derniers, Horace (1691) et Ausone (1730) n’atteignent respectivement que 6 et 10 livres. Les figures du Manilius ne l’ont pas rendu plus recherché : 6 livres 10. Dictys, que Brunet dira « rare » une cinquantaine d’années plus tard, reste à un niveau très modeste : 12 livres, comme d’ailleurs tous les ouvrages signés par Anne Le Fèvre (Aurelius Victor, 2 livres 8, Florus, 2 livres 10, Eutrope, 6 livres). Les ouvrages les plus remarquables sont Stace (240 ou 280 livres), loin devant Tacite (100 livres), Pline (72 livres), Prudence (66 livres) et Tite-Live (46 livres).

55On relativisera cependant ces données, comme nous incite à le faire la Notice des principaux articles de la bibliothèque de Claude Crébillon, vendue précisément à Paris en 1777 : l’exemplaire de la bibliothèque de Toulouse porte : 6 livres 14 pour le Virgile, soit plus du double de ce que donne Los Rios : signe que l’exemplaire vendu semblait particulièrement intéressant à l’acheteur – ou que celui-ci était mal informé. Mais on ne peut évidemment se contenter d’un seul point de comparaison. La confrontation des deux documents présentés ici nous permet tout de même de relever au moins quelques points, ou plutôt de suggérer des pistes : constatons d’abord que les exemplaires de d’Onsembray valent presque toujours deux fois plus cher que ne l’estimera Los Rios. S’agit-il d’exemplaires remarquablement bien conservés ? Le fait qu’ils aient appartenu à Montausier a peut-être joué aussi. À moins qu’en vingt ans la cote ne se soit effondrée Les seuls écarts notables par rapport à cette évolution portent sur Dictys, qui a presque la même cote en 1756 (12 livres), où il apparaissait relié en maroquin, qu’en 1777 (13 livres), et sur Catulle, qui ne perd que quelques livres (de 23 à 20 livres).

56Reste évidemment à mener une enquête systématique sur les catalogues de vente, qui permettrait de suivre les fluctuations des côtes, pour l’ensemble et pour chaque volume. Et peut-être arriverait-on ainsi à suivre la trace de ces mystérieux Philosophica de Cicéron dont, pour le moment, nous ne connaissons que l’exemplaire de la BNF...

Notes

1 Rappelons (voir « Longue vie et mort des dauphins ») que dans cette bibliothèque se trouvent nombre de volumes ayant appartenu à Montausier.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search