Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Annexe I. Lettres dauphines ou Correspondance relative à la collection ad usum Delphini

Texte intégral

  • 1 Correspondance de Bossuet, nouvelle édition, publiée par Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, Hachette (...)
  • 2 Introduction et notes de Lea Caminiti Pennarola, Naples, Liguori. Une petite partie de ce fonds éta (...)

1Nous faisons figurer ici un ensemble de près de deux cents lettres, dont la plupart sont inédites. Celles-ci sont empruntées au fonds Ashburnham 1866 de la Biblioteca Medicea Laurenziana ; fonds considérable de quelque 3 400 pièces, constitué en majeure partie de lettres adressées à Huet, ou qu’il a envoyées à divers correspondants. L’intérêt de ce fonds pouvait apparaître dès la publication de la correspondance de Bossuet1 : les billets adressés par le précepteur au sous-précepteur, qui en était apparemment fort soigneux, se trouvent quasiment tous là. Mais c’est à Mme Lea Caminiti Pennarola qu’est revenu le mérite d’attirer l’attention sur cet extraordinaire gisement, dont une première publication, en 1993, donnait la mesure : les Lettres inédites à Pierre-Daniel Huet (1659-1692) de Gilles Ménage.2 Première étape d’une série de publications en cours, fondée sur l’inventaire de ce fonds, dressé en 1987 par Mme Fantoni mais malheureusement non diffusé. Mme Pennarola en donnera successivement l’édition complète, correspondant par correspondant. Nous n’avons pas cherché à faire concurrence à celle-ci – notre propos n’était pas le même ; nous donnons ici un choix de lettres, dicté par un sujet restreint (la collection Ad usum Delphini) mais qui s’élargit souvent à tout ce qui peut jeter quelque lumière sur le commerce intellectuel de Montausier et Huet, ainsi que sur leurs activités de prédilection.

  • 3 C’est aussi la raison pour laquelle nous évitons de reproduire les formules de politesse, répétitiv (...)

2Sachant qu’une publication exhaustive interviendrait bientôt, nous nous sommes donc dispensée de reprendre la totalité de cette correspondance, parfois purement formelles3, ou renvoyant à des faits qui nous intéressent moins – notamment les recommandations pour des charges sans rapport avec les Lettres – pour nous concentrer sur tout ce qui porte témoignage d’une amitié de vingt-neuf ans, qui commence en 1662, avec l’envoi du De interpretatione à Montausier (Correspondance, no 1), et se prolonge jusqu’en 1690, date de la mort de Montausier (no 185). Près de cent cinquante lettres dictées par le duc (elles portent souvent la marque de l’oralité, et nous avons essayé, sauf exception justifiée par la nécessité de lever toute ambiguïté, d’en respecter la ponctuation), en général brèves (rarement plus d’une page), qui presque systématiquement s’ouvrent par l’accusé de réception d’une lettre de Huet et accordent une très large place aux nouvelles de la santé du sous-précepteur, retenu loin de la cour : signe d’une véritable sollicitude, que nous avons dû parfois abréger, tant les formules en sont insistantes et parfois répétitives, sans jamais pourtant tomber dans la banalité de la simple politesse. La dernière lettre de Montausier, quelques semaines avant sa mort, n’accorde-t-elle pas presque autant de place aux difficultés que rencontre Huet qu’à ses propres souffrances ? À travers cette correspondance régulière (pour les années 1674-1679, on dispose de une à quatre lettres par mois, un peu moins ensuite) se dessine un commerce intellectuel et amical, soutenu par des intérêts communs qui ne sont pas seulement ceux de la collection Ad usum Delphini, mais aussi ceux d’amis caennais, pour lesquels il faut intervenir comme protecteur ou comme arbitre, ou ceux des deux correspondants eux-mêmes, toujours tardivement payés. Commerce renforcé par l’évocation de relations mondaines (la Montespan, bien longtemps après le temps de sa splendeur, suscite toujours des compliments volubiles) ou de nouvelles d’ordre familial (depuis la mort de Mme de Montausier, en 1671, il ne reste plus au duc que sa fille, la duchesse d’Uzès, qui semble être restée très proche de lui), et rythmé par les déplacements de la cour, les allées et venues des puissants, les séjours aux eaux... mais avant tout justifié par l’échange d’informations et de livres, que les libraires procurent à l’un et à l’autre, que les érudits hollandais comme Graevius envoient au savant, qui en fait bénéficier son protecteur, ou au grand seigneur, qui les répartit entre ses amis.

  • 4 Tout cela en surveillant ou relançant infatigablement les commentateurs dauphins ou les imprimeurs (...)

3Ainsi il nous a semblé particulièrement intéressant de reproduire tout ce qui a trait, par exemple, au choix d’un précepteur pour les petits-enfants de Montausier : nous avons vu là le type même de service que peut rendre l’ancien sous-précepteur royal à son ami (et on pourra y voir, à la suite d’Alain Viala, un exemple du « clientélisme » caractéristique du xviie siècle), tout en lui fournissant le moyen d’employer quelque jeune homme savant (et de fait, parmi les candidats de 1675,on trouve deux dauphins, Dubois et Dufay) ; cela nous donnait aussi l’occasion de mesurer ce qu’attend d’un précepteur un grand seigneur ami des lettres comme Montausier, soucieux de placer auprès de son petit-fils un homme capable de figurer en société, mais répugnant à renvoyer sans autre forme de procès celui qui lui a déplu. De même nous avons retenu toutes les allusions à des lectures, à des achats de livres, à des amis communs : autant de points qu’il importe d’identifier si l’on veut comprendre la position particulière qu’occupent Montausier et Huet à la veille du déclin de l’érudition classique, dans un royaume déchiré par les dissensions d’ordre religieux, au sein d’un monde intellectuel maltraité par les brimades envers les protestants puis décimé par la révocation de l’Édit de Nantes : Montausier, le converti, et Huet, grand artisan de conversions, continuent à entretenir des liens d’amitié avec des protestants réfugiés en Hollande et à protéger certains de ceux qui sont restés en France. L’un et l’autre moins avides de nouveautés littéraires que soucieux de s’informer des progrès des savants dans la connaissance et la restauration de l’Antiquité et de pourfendre l’ignorance : c’est Huet qui fournit à Montausier les matériaux dont il a besoin contre l’abbé de Saint-Luc, qui avait imprudemment avancé qu’Apollon et le Soleil étaient deux divinités distinctes (Correspondance, no 141, février 1683) ; les citations « de Virgile, d’Horace, d’Ovide, de Cicéron et d’autres auteurs » qui se présentent immédiatement à sa mémoire ont besoin d’être soutenues par des références précises et une démonstration solide – ce dont s’acquittera volontiers Huet.4 Une lettre de 1675 (no 42) nous apprend que Montausier cherche ses modèles pour l’institution du prince chez des empereurs et des historiens byzantins, ainsi que chez un général des jésuites ; une autre, de 1677 (n°79), qu’il guette une réédition des Origines de la langue française de Ménage. Lui qui avait suscité la fameuse « Guirlande de Julie » et traduit en vers les Satires de Perse, déclare avoir abandonné la poésie (n°12, 1er juillet 1672) et, au soir de sa vie, donne « pour [s]on véritable métier, auquel [il a] employé toute [s]a vie jusqu’à ce qu’[il ait] été auprès de Monseigneur le Dauphin », « celui de la guerre » auquel il s’était « uniquement employé » (no 180, 9 décembre 1688). Plusieurs, à des dates différentes (no 11, 1672, et no 182,1689), le montrent ravi de voir Descartes « traité comme il le mérite » – en cela il suit aveuglément Huet.

  • 5 Il faut évidemment faire la part des lois du genre : si Montausier lui écrit, c’est qu’il est absen (...)
  • 6 En supposant évidemment que toutes les lettres qu’il lui a adressées figurent dans le fonds Ashburn (...)
  • 7 Cette correspondance nous a été signalée et fournie par Denis Lopez, que nous remercions vivement.

4Celui-ci se laisse parfois aisément deviner : prêt à tout pour soutenir ses amis jésuites, au risque de mécontenter Montausier (Correspondance, no 30, 1674), il est surtout accablé de maladies successives qui le retiennent loin de Versailles – mais plus près des dauphins, qu’il doit surveiller.5 « C’est une étrange chose, Monsieur, que vous ne puissiez presque point avoir de santé », lui écrit Montausier en avril 1677 (no 83) ; depuis six mois, leur correspondance s’est intensifiée : jusqu’à quatre ou cinq lettres par mois6, c’est ce qu’il faut pour veiller à tout, quand tant d’ouvrages sont sur le métier - six paraissent en 1679 et 1680. Nous avons là, pour ainsi dire, le journal d’Ad usum Delphini, qui nous permet de suivre l’évolution du projet, les problèmes matériels posés par les dauphins et les imprimeurs comme les inquiétudes et les espoirs des directeurs, de déchiffrer et de deviner ce que la publication des ouvrages ne pouvait faire apparaître. C’est dans cette correspondance que transparaît la vie même de la collection et, au-delà, le sens de l’entreprise, parfois clairement exprimé par Montausier dans ses lettres à un autre correspondant, le savant Heinsius7 : « il fallait s’accommoder à la faiblesse et à la paresse des lecteurs et leur donner les auteurs expliqués d’une manière si aisée [... que les notes] ne laissent aucune difficulté aux gens même les moins intelligents » (n°66a, mars 1676). C’est sur elle que nous nous sommes constamment appuyée, c’est elle que nous devions produire comme preuve, en lui adjoignant ce que nous avons glané chez Le Moyne, Bossuet, Leibniz ou Chapelain.

  • 8 Dont la publication intervient aux Presses universitaires de Saint-Étienne : voir les correspondanc (...)
  • 9 Nous voulons ici tout particulièrement remercier Rolando Minuti pour l’aide inappréciable qu’il nou (...)

5Ainsi cette correspondance, dont la fonction est d’illustrer et de justifier les pages précédentes, peut aussi se lire de manière indépendante, comme ces correspondances littéraires si précieuses pour notre connaissance des milieux intellectuels.8 Documentation irremplaçable qui ouvre sur le monde des lettrés, effleure celui des libraires et imprimeurs, avec un coup d’œil jeté en passant sur la cour... le fonds Ashburnham 1866, que nous sommes loin d’avoir entièrement parcouru, peut encore nous réserver des surprises.9

Sources et Abréviations

6A Lettres d’Anne Le Fèvre à Huet, dans Ch. Henry, Un érudit homme du monde, homme d'Eglise, homme de cour : P. D. Huet, Paris, Hachette, 1879. L’original de plusieurs de ces lettres se trouve dans le fonds Ashburnham (voir ci-après).

7Ashb. Fonds Ashburnham 1866 (Ashburnham-Libri), Biblioteca Mediceo Laurenziana, ms (voir H). Voir dans l’édition des Lettres inédites de Ménage à Pierre-Daniel Huet (1659-1692) par L. C. Pennarola, Naples, Liguori, 1993, p. 17-19, la présentation de ce fond qui contient quelque 3 400 pièces, lettres reçues ou écrites par Huet.

8B Correspondance de Bossuet, nouvelle édition, publiée par Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, Hachette, 1909-1920,t. I.

9CH Lettres de Jean Chapelain, publiées par Ph. Tamizey de Larroque, Paris, Imprimerie nationale, 1883, 2 vol. L’original de plusieurs de ces lettres se trouve dans le fonds Ashburnham (voir ci-dessus).

10H Correspondance adressée à Huet, BNF, ms ffr., n° 15189 ; textes recopiés par Léchaudé d’Anisy (ci-après dénommé « l’éditeur ») sur les originaux conservés depuis dans le fonds Ashburnham 1866 (voir ci-dessus, Ashb.) ; deux de ces lettres (nos 33 et 34), ainsi que d’autres que nous ne reproduisons pas ici, ont été publiées par Antonin Fabre, Jeunesse de Fléchier, Paris, 1882, p. 347-353. D’après Léopold-V Delisle, Catalogue des manuscrits des fonds Libri et Barrois, Paris, Champion, 1888, p. 156-157, la correspondance adressée à Huet, achetée par Libri en 1842, a été copiée par Léchaudé d’Anisy en vue d’une édition projetée par lui et l’académicien Campenon, avant d’être dispersée. Ces copies sont arrivées en 1859 à la Bibliothèque nationale.

11L traduit du latin d’après la correspondance de Leibniz à Huet, procurée par l’Akademie der Wissenschaften der DDR, Berlin, 1987.

12MH Correspondance adressée à Heinsius par Montausier, conservée à Leyde (Bibliothek der Rijksuniversiteit), Burm. F. 8.

13PCH Léon-G. Pélissier, « Lettres inédites de J. Chapelain à P. D. Huet », dans Mémoires de la société d'histoire de la ville de Paris et de l’Ile-de-France, XXI, 1894, p. 173-176.

14TH traduit du latin d’après la correspondance adressée à Graevius et à Isaac Vossius par Huet, dans Tilladet, Dissertations sur diverses matières de religion et de philologie, Paris, François Fournier et Frédéric Léonard, 1712, 2 vol. ; t. II, p. 364-386.

Présentation

15Afin de faciliter la lecture de ces lettres, dont seules quelques-unes sont autographes, nous avons préféré moderniser l’orthographe. Quand nous avons traduit des lettres écrites en latin, pour nous conformer aux usages des traducteurs jusqu’à la fin du xviiie siècle et ne pas rompre l’homogénéité de cet ensemble, nous avons traduit le tu latin par « vous ».

16Un numéro d’ordre a été attribué à chaque lettre ; la vedette comporte ce numéro d’ordre entre parenthèses, suivi de la date, éventuellement du lieu où elle a été écrite, du nom de l’auteur et de celui du destinataire ; figurent ensuite entre crochets les références, conformément aux abréviations développées ci-dessus. Nous avons dû procéder à certaines coupures quand les lettres traitaient de sujets trop éloignés du nôtre ; dans ce cas, nous l’avons signalé par des crochets : [...]. Les formules ordinaires de politesse ont été signalées par des points de suspension :...

17(I) 1er mars 1662 à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1186]

  • 10 Le premier qu’ait publié Huet, De interpretatione libri duo, Parisiis, Sebastien Cramoisy, 1661.

18Ceux qui n’ont point mérité les grâces en doivent être plus reconnaissants que ceux qui ont droit de les attendre, par-là vous devez juger quels sentiments m’a dû donner la faveur que vous m’avez faite, en m’envoyant votre bel ouvrage.10 Je vous assure que j’en ai été touché au dernier point et qu’il y a longtemps que je n’ai reçu tant de joie, que m’en a donné une faveur si inopinée n’étant point connu de vous et n’ayant nulle qualité qui m’en puisse faire considérer. Je ne sais à quelle bonne fortune je dois attribuer un présent qui, étant en soi un grand trésor, augmente encore de beaucoup son prix, par l’obligeante manière de celui qui le donne. Tout ce que je puis faire, c’est de conserver éternellement le sentiment de ce bienfait et de rechercher toute ma vie les occasions de vous témoigner que je suis, Monsieur, votre très humble &c.

19(2) 24. mars 1669, de Chapelain à Graevius, à Utrecht
[CH, II, p. 629, lettre 401]

20[Chapelain vient d’évoquer la question de la dédicace au Dauphin d’un des ouvrages de Graevius, Cicéron ou Suétone ; Elzévier, éditeur de Graevius, est intervenu dans cette affaire. Montausier indique qu’il faut préférer Cicéron.]

21Mais comme il voudrait que cet auteur et tous les autres classiques fussent imprimés d’une manière qui en pût faciliter l’intelligence au jeune prince, laquelle serait qu’au lieu de tant de commentaires et notes le texte en fût suivi en chaque page d’une espèce de paraphrase très succincte faite par un habile homme et d’un style clair et élégant, il prétend qu’une édition de cette sorte, si elle était superflue pour ceux qui étaient fort avancés serait d’une utilité extrême pour les principiants et pour les médiocres même. M. Elzevier, à qui il en parla, lui parut incliner à cette proposition, comme à une chose qui lui pouvait être de grand profit à cause du grand débit qu’il ferait d’une édition de cette sorte. C’est ce dont j’ai cru vous devoir avertir, me remettant du surplus à ce qu’il vous en pourra écrire lui-même et à ce que M. Elzevier vous en racontera plus particulièrement.

  • 11 Boecler faisait partie des soixante savants français et étrangers (dont cinq Allemands) choisis par (...)

22(3) 27 juin 1670, de Chapelain à Boeder11, à Strasbourg
[CH, t. II, p. 688, lettre 454]

23Ayant su de moi que l’Allemagne négligeait l’édition de cette deuxième partie [des suppléments de Frensheimius], un mouvement généreux lui [Montausier] prit de leur faire offrir de suppléer au défaut de leur patrie.

24(4) 5 septembre 1670 à Saint-Germain, de Montausier à Huet, à Caen
[H, f. 12 r°-12 v°]

25La charge de précepteur de Monseigneur le Dauphin étant vacante par la mort de M. le Président de Périgny, j’ai cru que c’était une occasion de faire réussir avantageusement pour vous, le dessein que vous savez qu’il y a longtemps que j’ai, de vous mettre auprès de Monseigneur le Dauphin. Ainsi ayant proposé trois ou quatre personnes au roi pour en choisir un, je vous ai mis du nombre, et ai fort appuyé sur votre savoir et votre mérite ; mais le roi s’est résolu en faveur de M. l’évêque de Condom. Ce qui m’a obligé de proposer à Sa Majesté, de faire une charge de sous-précepteur et de vous l’accorder en ma faveur, ce qu’il a fait à ma prière. Il y aura deux mille écus d’appointements. Je voudrais vous avoir pu donner de plus grandes marques de l’estime et de l’amitié que j’ai pour vous. Mettez donc ordre à vos affaires et venez le plus tôt que vous pourrez. Aimez-moi toujours et soyez assuré que je n’en serai pas ingrat.

26(5) 7janvier 1671, de Chapelain à Boeder, à Strasbourg
[CH, t. II, p. 715-716, lettre 480]

  • 12 Sans doute Jean-Gaspard, fils du grand érudit Mathias Bernegger (mort en 1640) et beau-frère de Fre (...)
  • 13 Sur la publication, voir aussi la correspondance de Huet et Montausier, no 145.

27[...] Par mes deux précédentes vous aurez vu que nous avons eu les deux paquets autographe et apographe de la 2e partie des Suppléments de Tite-Live tant attendus et enfin heureusement arrivés. Pour satisfaire votre curiosité et celle de M. Bernegger12 touchant l’opinion que nous avons de leur mérite, je vous puis dire, comme celui à qui M. le duc de Montausier les a remis pour passer les yeux dessus et qui en a déjà lu presque les deux premiers volumes, qu’il ne se peut rien de mieux, que la narration en est de l’air livien et très approchante du style de son original, pure, claire, ornée où il le faut et variée par des descriptions géographiques, des concions [sic], des réflexions, le tout avec le plus fin et solide jugement du monde à instruire sans peine les ignorants et à plaire aux plus habiles, qui ajoutera, par l’impression que nous en méditions, une gloire extrême au Macarite M. Freinshemius, outre celle que ses ouvrages précédents lui avaient déjà acquise. Je vous puis assurer tous que nous n’aurez jamais sujet de vous repentir de nous l’avoir remis entre les mains ni nous de nous en être chargés pour en faire un présent au public13

28(6) 10 avril 1671, de Chapelain au duc de Montausier
[CH, t. II, p. 729, lettre 793]

29[Une allusion à la première partie des suppléments] qui a l’avantage sur l’imprimé d’avoir la dernière décade corrigée et commentée et toutes ses marges chargées des auteurs d’où ses narrations sont tirées, cet autographe, dis-je, avec celui de la 2e partie que vous avez déjà, ne seront pas un médiocre ornement pour votre bibliothèque, et bien digne que vous en fassiez cas.

  • 14 Le Fèvre était en correspondance régulière avec Huet, qui lui servait d’intermédiaire auprès de Mon (...)

30(7) Extrait d'une lettre envoyée par Huet à Tanneguy Le Fèvre14 ; printemps 1671
[H, f 97 r°-97 v°]

  • 15 Voir les Mémoires de Huet (IV, p. 97), où celui-ci se vante d’avoir été « sur le point d’obtenir » (...)

31Il faut que vous me fassiez connaître à fond l’état de vos affaires, et de vos desseins. Pour vos affaires quelques-uns de vos amis et des miens m’ont dit qu’elles sont en si mauvais état que vous avez été contraint de vendre vos livres. Je voudrais savoir outre cela quel emploi vous avez à Saumur, quel revenu, combien d’enfants, leur âge, et à quoi ils sont propres. Si vous avez encore une femme, combien il vous faut pour subsister honnêtement ? Je ne parle que du nécessaire. On penserait ensuite au repos ; et enfin quels liens, et quels attachements vous avez à Saumur, et dans la religion où vous êtes engagé ? Tout cela est nécessaire à savoir parce que selon la connaissance que j’en aurai je verrai ce qui vous sera propre ou ne le sera pas. Pour vos desseins j’ai encore plus besoin de les connaître pour agir que tout le reste. Car comment répondrai-je de vous aux autres, si vous ne me répondez de vous-même ? Apprenez-moi donc sans façon dans quels sentiments vous êtes touchant la religion ; car pour ne rien vous déguiser je ne vois pas que je puisse rien avancer pour votre avantage si vous ne me donnez votre parole positive de rentrer dans l’Église.15 M. Roussel m’a dit que c’est votre dessein, le P. Rapin m’a autrefois dit la même chose : mais j’ai à vous avertir qu’il ne suffit pas de donner des promesses incertaines et d’user de remises car on prendrait cela avec raison pour de l’artifice.

32(8) 20 mai 1671 à Saumur, de Tanneguy Le Fèvre à Huet
[Ashb. 993]

  • 16 Sans doute les Titi Livii historiarum libri qui paraîtront à Paris en 1672-1673 (3 vol. in-12).
  • 17 « Chose que, je le crois, vous croirez facilement ; en effet il est inutile de mentir, surtout avec (...)

33Le billet que vous avez reçu sans doute, avec les deux épreuves du T[ite]-Live, que j’envoyai dernièrement à M. Mabre-Cramoisy pour vous, et suivant votre ordre, excusera s’il vous plaît, mon retardement16 ; il est certain que votre lettre ne me fut rendue qu’un mois, ou environ, après qu'elle avait été écrite, Quod te mihi crediturum esse facile credo ; neque enim mentiri necesse est, apud te prsesertim, qui mihi tam ex animo factum cupias. Nunc itaque (sed blande dicta, et grates agendas seponam) ad ea paucis respondebo, quae a te in illa plena amoris epistola scripta fuere. Id faciam кατὰ πóδα.17

34(Vos affaires) Elles ne sont, ni bonnes, ni mauvaises. Je puis vivre dans ma maison et y finir mes jours doucement. Mais j’ai des enfants, et n’ayant pas été élevés pour être des paysans, je ne veux pas qu’ils le soient aussi.’Eστι δὲ τοὐτὶ τò ὃλον кαὶ τò πᾶν [Voilà toute l’affaire]

35(Vos livres) J’en vendis pour 2 000 francs, il y a deux ans. C’étaient [des] livres doubles, mais admirables. Ils furent bien vendus. Le provenant fut employé pour acquitter ma maison. Mais croyez-vous que je n’aimasse pas mieux mourir à Paris qu’à la campagne ?

  • 18 En octobre 1670 ; voir ci-dessous notre note 23.

36(Emploi à Saumur) Je l’ai quitté avec dessein ; présentement il n’y a pas ici 45 humanistes en tout ; chacun s’étant retiré depuis qu’on a vu que je quittais.18 J’appelle human.[istes] ceux que vous appellerez classiques, si vous voulez.

  • 19 Tanneguy Le Fèvre dit le jeune, qui devait devenir pasteur en Suisse, en Hollande et en Angleterre, (...)
  • 20 Sur le plan d’instruction adopté par Le Fèvre avec son fils, voir Méthode pour commencer les humani (...)
  • 21 « Autant que l’âge le permet. »

37(Enfants) Deux. Mon fils est âgé de 13 ans.19 Il a lu les petits historiens, Phèdre, Térence, l’Énéide et Homère tout entier Il sait ses deux grammaires g[recque] [et] l[atine]20, ὅσον ἡ αὐτῷ ἡλιкιι χωρεῖ.21 Il a l’air fort bon, et il serait bon auprès de quelque jeune prince qu’on ferait étudier. Il lui donnerait de l’émulation. Il sait des fables poétiques, il sait la carte antique et il a de l’imagination autant que je lui en pourrais souhaiter s’il n’en avait pas. Il a lu des voyages ὲv βραχεῖ [en bref] il fait la consolation de ma triste vie. Je voudrais avoir trouvé le moyen de le tenir en pension chez les PP. Jésuites ; je l’instruirais deux heures par jour en particulier ; mais pour cela il ne faudrait que [une ligne de grec peu lisible]

  • 22 « Elle a beaucoup de dignité. En elle rien de bas, de relâché, ou vulgaire. »

38Pour ma fille, elle est âgée d’environ 24 ans. Elle sait les mêmes choses que son frère ; rien davantage, car il n’y a que 3 ans que je l’ai entreprise, et que j’ai commencé de l’instruire. Elle est fort modeste, et ne veut pas qu’on sache qu'elle sait ni grec ni latin. Elle ne veut pas qu’on sache qu'elle sait danser, ni qu'elle sait jouer du luth. Tant mieux. En vérité c’est une des plus agréables lectrices que je connaisse. Elle est d’une belle taille, multum dignitate habet : in animo autem nihil humile, nil demissum, nil plebeium.22 Je voudrais qu'elle ne fût pas si timide qu'elle est. J’oubliai à vous dire qu'elle sait la Gierusalemme del Tasso comme moi, ce qui est quelque chose avec le reste.

39(Attachement à Saumur) Nul. Mais je voudrais bien avoir ma maison.

  • 23 Confirmation de ce que l’on sait par ailleurs, l’indifférence religieuse de Le Fèvre (voir Eugène e (...)

40(Dans la Rel...) Nul encore. Mes amis savent cela et ils devraient vous l’avoir dit.23

  • 24 « Je n’ai nul besoin, pour moi-même du moins, de la fortune. C’est à travers mes enfants que je vis (...)
  • 25 « Pour cela j’ai des titres, et même assurés, mais il ne me plaît pas que les miens et moi mourions (...)

41(Vos desseins) Vous les savez à présent. Nil mihi, ipsi quidem, fortuna opus est. In liberis meis vivo, non in me.24 Si je voulais aller à Strasbourg, à Leyde, ou en Angleterre, Titulos in eam rem et certos habeo sed me hεteroδoζ... mori nec me nec meos juvat.25

  • 26 « Et assurément on le sait à la Cour. »
  • 27 « Et cela, directement. »
  • 28 Note de l’éditeur : M. Roussel.

42(Parole positive de...) Je la vous donne, idque sciunt quidem in aula26 кαὶ τoῦτóγε ἀπò ἰδίας χειρóς.27 M. R.28 pourra être entendu là-dessus.

  • 29 « Comme il convient, avant de devenir ma femme ; rien de moins. »

43(Si vous avez encore une femme) Oui ; et elle est parfaitement bien tournée du côté [illisible] ; de bonne mine. Elle a environ 50 ans. Elle a été élevée liberaliter antequam mea foret ; ex eo autem nihilo minus.29 Pour la taille elle pourrait disputer avec Mad. la maréchale de La Mothe ; plût à Dieu que j’en puisse dire autant. À propos de Madame la M. de La Mothe je me souviens que ma fille et moi étant allés voir dîner Monseigneur le Dauphin il y a 3 ans ou un peu plus, Madame choisit ma fille pour parler avec elle, pendant que Mgr le Dauphin délibérait s’il prierait Dieu ou non. Ce fut à Vincennes. Ma femme serait bien capable d’être gouvernante de quelque personne de qualité. Elle a les dons nécessaires pour cela.

  • 30 La fin de cette lettre pose des difficultés de lecture, en raison de l’enchevêtrement du fil du tex (...)

44(Pour subsister honnêtement)30 Sortant d’ici je dois compter pour rien ce que j’y laisserai. Voici donc ma réponse sur cet article : [cinq vers peu lisibles en grec]

  • 31 « Je le dis à dessein. »
  • 32 M. Juniani Justini Historia ex Trogo Pompeio. Diligentissime recensuit [...]. Tanaquill. Faber. Edi (...)
  • 33 Publius Terentius Afer. Diligentissime recensuit [...]. T. Faber, ibid., 1671 ; la même année, Le F (...)
  • 34 « Cela ne nuira pas d’avoir essayé. »
  • 35 « Je m’en remets entièrement à vous et à votre protection, et je suis sans crainte. »

45Voilà qui est vidé [quatre mots peu lisibles en grec] Il se peut faire que Monseigneur Colbert se souvient encore de mon nom (haud temere dico31) et si en lui présentant le Justin32 et le Térence33, après son retour, vous pouviez lui dire quelque chose de favorable pour Votre T[rès] H[umble] Serviteur nihil tentasse nocebit.34 Adieu mon très honoré Monsieur. Ego me totum permitto tibi et tuae fidei, nec metuo tamen.35

46M. Jolly est le plus négligent de tous les hommes. Je lui avais envoyé cinq ex[emplaires] pour les faire relier proprement et vous les proposer pour etc. Cela me fera mourir ; car voilà un mois passé. Que dira Monseigneur de Montausier ? Et vous même etc. M. R. qui sait tout, m’excusera auprès de vous s’il lui plaît. Je vous envoie l’épître lat. ad [illisible]. Bon dieu quel bruit apud Philistaios ! J’ai retranché les vers ex judicio Herois [ ?].

47Il n’est rien de si aisé que de me faire du bien sans frais. Un bénéfice donné à quelque principal de collège, collège, dis-je, un peu considérable, fera tout. Del resto poi, sara la cosa à voi. [quelques mots en grec]

48(9) 20 octobre 1670 à Saint-Germain, de Montausier à Huet, à Caen
[Ashb. 1429]

  • 36 Le Saint-Gilles correcteur attitré des écrits jansénistes ? C’est fort possible.
  • 37 Ou plutôt Camus, éditeur dauphin de Térence (voir Correspondance, n° 11).

49J’ai reçu votre lettre par M. de Saint-Gilles36 et j’ai vu les témoignages que vous me rendez en faveur de ses enfants. J’avais déjà jugé d’eux tout ce que vous m’en mandez et je serais ravi de pouvoir servir ce gentilhomme. Je suis bien aise que vous approuviez le travail de M. Le Camus37 et quant à ce que vous me dites que vous jugeriez à propos de faire travailler d’autres personnes à d’autres ouvrages, nous nous en entretiendrons à la première vue, qui ne sera pas sitôt que je le souhaite, non plus que de trouver des occasions de vous être utile et de vous marquer l’estime et l’amitié...

50(10) 20 novembre 1671, de Chapelain à Boeder
[CH, t. II, note à la p. 761, d’après le f. 275 de la correspondance manuscrite]

51Pour l’édition des Posthumes du Macharite M. Freinshemius, Léonard à qui nous la ferons faire la remet au printemps, afin que l’impression en soit plus élégante. C’est une maxime de la librairie dont l’expérience nous justifie la vérité. Outre que M. le duc de Montausier, de qui dépend principalement la chose, vient de tomber dans le malheur de la perte de Mme la duchesse, sa femme [...].

  • 38 Le Hollandais Nicolas Heinsius (1620-1681), érudit célèbre comme son père, Daniel Heinsius, était a (...)

52(10 a) 10février 1672 à Saint-Germain, de Montausier à Heinsius38
[MH]

53De tant de lettres que j’ai reçues depuis mon malheur, pas une n’a fait en moi l’effet que la vôtre y a produit, car elle est et si belle et si obligeante qu'elle m’a touché de plus d’une manière. La bonté que vous m’y témoignez de prendre part à ma perte m’est un témoignage bien cher de votre souvenir et de votre amitié qui sont pour moi un trésor inestimable, et le conseil que vous me donnez de considérer avec une constante application le bonheur dont j’ai été si longtemps possesseur flatte tellement mes sentiments que je le veux absolument suivre. Mon cœur et mon esprit sont tous deux d’accord en cela et consentent à l’usage de ce remède, car quoiqu’il y ait beaucoup d’amertume en me représentant éternellement la grandeur du bien que j’ai perdu, la mémoire de tant de choses qui ont fait longtemps le bonheur de ma vie, ne laissera pas de mêler à ma tristesse une certaine douceur qui faute d’une solide consolation dont je suis incapable me donnera quelque soulagement. Voilà, Monsieur, le profit que je tirerai de votre lettre dont je vous rends un million de grâces aussi bien que du souvenir que vous avez eu de moi après de si longs voyages et de si grandes occupations. J’en ai tout le ressentiment que méritent et votre bonté et votre vertu, pour lesquelles je conserverai toute ma vie une estime extraordinaire aussi bien que la passion de vous témoigner plutôt par mes actions que par mes paroles que je suis, Monsieur...

54(II) 21 juin 1672 à Saint-Germain, de Montausier à Huet, à Caen
[Ashb. 1431]

  • 39 Pierre Petit (1617-1687), poète réputé et ami de Huet (Mémoires, IV, p. 80), médecin, et surtout co (...)
  • 40 Éditeur dauphin de Phèdre et homme de confiance de Montausier (voir Dictionnaire de Port-Royal, à p (...)
  • 41 Le duc de Longueville, qui venait d’être tué au passage du Rhin (12 juin 1672), était le fils du go (...)

55Ne songez point Monsieur à revenir ici, que vous n’ayez fait tous vos remèdes, et ne vous pressez point pour cela, prenez tout le temps qu’il faut pendant que vous y êtes, car la santé est préférable à tout et le public a intérêt à la vôtre. J’ai reçu l’ouvrage de M. Petit39 ; remerciez-l’en s’il vous plaît pour moi, et dites-lui que je n’ai pas encore rien pu lire de ses ouvrages, mais que j’ai été ravi de voir que dans le monde il y a encore quelque honnête homme qui n’était pas de l’opinion de M. Descartes. M. Fléchier vous aura je m’assure fait réponse de ma part sur ce que vous m’avez mandé par votre précédente lettre. Depuis, M. Danet40 m’a dit qu’il nous trouverait un homme pour achever les quatre autres comédies qui restent, qu’il les ferait comme nous les voulons et qu’il travaillerait diligemment. Il faudra voir à cela quand nous aurons les papiers que le fils du bonhomme Le Camus nous doit donner. Je suis persuadé, Monsieur, que la perte de M. de Longueville41 vous aura extrêmement touché, ainsi je vous assure qu’outre le déplaisir que j’en ai eu pour l’amour de lui, j’ai pris beaucoup de part au vôtre, car j’entrerai toujours dans vos sentiments et dans vos intérêts plus que personne.

  • 42 D’après l’éditeur, il s’agirait de la traduction de L’Eunuque par Huet, restée inédite (BNF, ms f. (...)

56Il faut toujours continuer l’Eunuque.42

57(12) 1er juillet 1672 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1432]

  • 43 Faut-il lire « Camus », comme le veut l’éditeur ?

58Je viens tout à l’heure, Monsieur, de recevoir avec votre lettre d’hier l’épreuve que vous m’avez envoyée de l’épître du plan de Caen.43 Je vous la renvoie avec un mémoire pour en corriger le titre. Je suis bien aise que vous ayez trouvé des gens capables de travailler comme nous le voulons sur tous ces auteurs, pour Monseigneur le Dauphin. Mais je suis très fâché de l’opiniâtreté de votre mal, prenez tout le temps qu’il vous faut pour vos remèdes et ne songez qu’à guérir. [...]

59Je ne sais pas de quoi on s’est avisé de m’attribuer le sonnet de Quinault : il est plus beau que si je l’avais fait ; mais il y a longtemps que je ne fais plus de vers. [Une ligne d’astérisques]

60(13) 23 mars 1673, de Chapelain à Montausier
CH, note à la p. 815, d’après le f° 376 v°]

61J’ai appris de M. Fléchier avec joie que M. Huet se soit chargé sous votre bon plaisir de la publication des suppléments de Tite-Live qui a bien langui jusqu’ici. Il ne saurait mieux employer son temps qu’à cela même pour le service de Mgr le Dauphin.

62(14) 30 mars 1673, de Chapelain au libraire Léonard
[Ashb. 267 ; PCH, p. 175-176]

63Suivant ce que vous me rapportâtes hier de l’ordre donné à M. Huet pour l’impression des suppléments de Tite-Live par Freinshemius, j’ai tiré de mon cabinet l’apographe ou la copie de ces suppléments que vous fîtes venir sûrement de Strasbourg et que vous remîtes entre les mains de Monseigneur le duc de Montausier, qui vous avait prié de vous charger de cet office dont vous vous acquittâtes à souhait et à son contentement. Pour cette impression maintenant vous remettrez entre les mains de M. Huet, puisque mondit seigneur le désire, cet apographe et lui direz que mon avis est que l’on imprime ces suppléments manuscrits sur cette copie, toute séparée en cahiers, puisque les citations marginales y sont comme je vous disais aussi exactement marquées que dans l’original que vous auriez en main, lequel par ce moyen n’aura pas besoin d’être derelié et demereura entier en la possession de mondit seigneur pour l’ornement de sa bibliothèque, qui n’empêchera pas que sur lui on ne justifie à Saint-Germain les cahiers de la copie à mesure qu’on vous la fournira pour l’impression. Je vous envoie donc cette copie que M. Huet désire pour la lui remettre selon mon avis et que vous prierez de ma part d’y faire une solide réflexion. Avec cette copie, je vous envoie aussi le premier volume de ces suppléments imprimés dont les suppléments manuscrits sont la suite afin qu il serve de modèle pour le reste de l’édition si on le juge à propos. Je le fis a la nouveauté venir de Strasbourg et trouvant qu’il était imparfait je ne le fis point relier attendant qu’on m’envoyât les feuilles qui y manquaient et qui pourtant ne sont pas encore venues. Vous m’avez promis de me le renvoyer dans ces prochaines fêtes, et je vous prie de n’y pas manquer, car j’en attends de jour les imperfections pour le faire relier. Je vous le recommande, et de communiquer ce mot à monsieur Huet lui baisant les mains de ma part et vous assurant toujours de mon amitié comme, Monsieur...

64(15) De Chapelain à Léonard
[contenu dans le courrier précédent ; Ashb. 280 ; PCH, p. 176]

  • 44 Voir ci-après n° 17, note 49.

65Monsieur Huet et Mons Léonard remarqueront qu’il y a au commencement des suppléments manuscrits une addition de Freinshemius au dernier livre suppléé et imprimé par lui, qui n’est pas imprimé avec ce dernier livre, et que pour rendre l’ouvrage parfait il ne faudra pas manquer de mettre à la tête de l’édition des suppléments manuscrits avec une ou deux [lignes] d’avertissement que l’auteur, en continuant son travail a ajouté au dernier livre imprimé. Ils le trouveront nécessaire sans doute, et, puisque la copie que je leur envoie a les citations cotées dans l’original, il faudra imprimer sur la copie et laisser à Monseigneur le duc de Montausier l’original sain et entier comme il est, pour une des richesses de sa bibliothèque. Et comme il y a apparence que, se chargeant de ce nouveau travail, Monsieur Huet n’aura plus besoin de mes deux livres de la Vérité de la religion chrétienne44, il me fera faveur de me les renvoyer, sauf à les lui reprêter s’il arrive qu’après l’avoir fini il en ait encore à faire. Je suis à lui et à Mons Léonard entièrement acquis.

66(16) 15 avril 1673 à Paris, de Leibniz à Huet
[L, n° 114]

  • 45 Leibniz, qui redoutait la politique impérialiste de Louis XIV (il fait paraître le pamphlet Mars ch (...)
  • 46 Méric Casaubon (1599-1671), fils du grand érudit Isaac Casaubon, lui-même érudit calviniste, auteur (...)

67[...]45 Vous vous souvenez que nous avons parlé récemment du grand ouvrage qui a été entrepris sur l’ordre du roi, a l'instigation du très illustre duc de Montausier, et sous votre direction, recueillant l’approbation générale : rappeler les lettres en déroute, faire revivre la lumière d’une Antiquité presque moribonde, et donner aujourd’hui une troisième vie aux meilleurs auteurs, alors que le temps du mépris revenant après à peine un siècle, sous la forme d’un nouveau genre de barbarie, ces auteurs ont commencé de nouveau à fermer les yeux, comme fatigués de vivre. En effet je vois quelques-uns [de nos contemporains] tirer parti des avis et des plaintes de grands hommes, Bacon, Galilée et Descartes, pour mettre à mort la sagesse ancienne, dissimuler leur propre ignorance, au point de paraître mépriser ajuste titre un savoir indigne d’être connu ; ils se privent eux-mêmes, et autant qu’ils en ont le pouvoir, ils privent le monde, en faisant disparaître tous les secours et tous les essais de tant de siècles. Je l’avoue, il a échappé aux auteurs très sérieux dont ils se proclament les disciples des paroles qui vont dans le même sens, comme s’il était besoin d’une grande révolution, s’il faut en croire Bacon, ou de faire table rase, s’il faut en croire Descartes, pour juger sainement ; mais il aurait fallu sans hésiter faire sacrifice à ceux qui se livrent à des attaques contre leur temps qui regarde en arrière et la lâche idolâtrie des dogmes reçus ; et qui produisent de leurs propres fonds des exemples de taille, et semblables aux découvertes des anciens. Il ne faudrait pas se plaindre à ceux qui font leurs propres essais, bien qu’en général ils jugent de manière injuste les autres disciplines, eux qui travaillent pour le genre humain et dont jamais la foule ne sera trop nombreuse. Mais en fait certains petits disciples, et tout aussi sectaires qu’auparavant, puisqu’ils n’ont fait que changer de maître, déclament avec violence contre tous les dogmes de l’ancienneté, à peine reçus par une faible réputation ; qu’ils estiment un homme assez philosophe, assez érudit, préférable à Aristote lui-même, qui peut en douter ?, pour expliquer les phénomènes visibles de la nature seulement par la matière subtile et les tourbillons répandus partout, tout cela aboutit clairement à la ruine de la saine doctrine. La jeunesse en effet se laisse entraîner par une ignorance si douce, si séduisante, et se donne volontiers l’air d’ignorer, avec présomption, tant de choses. Ce serait assurément une perte minime que celle de la littérature d’agrément, si elle n’en entraînait une plus grande : je pense en effet que, si l’on méprise toutes les autres disciplines et si l’on s’occupe seulement d’expériences et de productions de la langue de notre temps, la religion est en danger, elle dont la vérité est confirmée soit par les miracles visibles (il n’y en a pas tous les jours) soit par les oracles de l’Antiquité ; avertissement lancé encore récemment par Méric Casaubon46 dans une lettre à un ami publiée en anglais.

68À cette maladie du siècle qui s’insinue de manière si pernicieuse, vous vous opposez par un remède qui sera efficace pour la deuxième ou la troisième génération ; car si vous imprégnez un prince porteur d’un si grand espoir, destiné à de si grandes choses, des mystères qui touchent au cœur de la doctrine, vous aurez œuvre en faveur de la postérité pour bien des siècles. Combien de pouvoir ont les encouragements d’un seul prince, le monde l’a compris à l’exemple de François Ier, dont les effets durent encore aujourd’hui ; tous désirent plaire au prince ; le sort des lettres est lié à sa volonté, qui dirige le flot des esprits de valeur. Mais les nobles aussi, et ceux que leur naissance destine à jeter la lumière dans les affaires [publiques], ne seront plus autant rebutés par les difficultés d’une critique qui a mauvaise presse chez eux, lorsque, une fois que vous aurez aplani le chemin, il sera permis à chacun, par le seul pouvoir de la lecture, sans la démarche fastidieuse d’aller mendier du secours ailleurs, de pénétrer dans les sanctuaires que jadis se sont rendus accessibles seulement les plus grands esprits, grâce à de pénibles travaux.

69Que des hommes éminents aient été choisis pour contribuer à l’édifice qui est le vôtre, personne de ceux qui vous connaissent n’en doute. Je n’en suis que plus étonné de la bienveillance de votre jugement, vous qui pensiez récemment qu’un homme comme moi pouvait être de quelque utilité. J’ai attribué d’abord cette idée à votre bienveillance naturelle, qu’éprouvent tous les gens de bien, qui sont comme prévenus avec la plus grande humanité au sujet d’autrui ; mais quand je vous ai vu rester ferme, vous dont le jugement est si pénétrant que je n’en pouvais douter, après réflexion j’ai trouvé le moyen de concilier mes scrupules avec vos vœux. J’avoue en effet, bien que je ne revendique ni l’esprit ni les connaissances, que je n’en ai pas moins cherché à gagner par mon zèle les félicitations de censeurs impartiaux : et que pourrait-on attendre d’autre d’un Allemand, issu d’une nation à laquelle on n’a laissé comme dons de l’esprit que la persévérance ?

  • 47 On a gardé un résumé que Leibniz a fait des deux premières livres du De Consolatione philosophiez d (...)
  • 48 Sur cet auteur, voir notre chapitre II.

70Il restait à choisir l’écrivain sur lequel j’essaierais mes forces, et telle fut votre bonté que vous m’avez permis de savoir ce qui n’avait pas encore été pris : parmi ceux chez qui l’on pouvait trouver l’exemple de la meilleure philosophie, vous m’avez aussi fait vos recommandations ; en ce genre, comme vous le disiez, restent Pline, Méla, les agronomes, Apulée, Capella, Boèce.47 Mais puisque vous m’avez fait la grâce de me laisser choisir, je dirai, avec votre permission, ce que je pense correspondre le mieux au principe de mes propres travaux. Pline m’a facilement détourné de lui : il a besoin d’un homme d’envergure, et ce que je crois au premier chef, d’un médecin, qui connaît bien toute la variété de la matière médicale. Je n’ai pas osé me mettre aux Agronomes, car ce n’est pas la peine d’y travailler si l’on n’est pas profondément imprégné des mystères de l’économie, afin de pouvoir comparer nos techniques avec celles des anciens (ce qui est le seul moyen de tirer bénéfice de la lumière qu’on aura jetée sur ces écrivains). J’ai donc choisi, pour ne pas vous retenir plus longtemps, Martianus Capella ; auteur d’un grand usage, agréable par sa variété, qui n’effleure pas seulement les sciences, mais y pénètre, le seul écrivain parmi ceux qui subsistent à donner une sorte d’encyclopédie des arts libéraux.48 Mais il est très difficile, me rétorquerez-vous, et défiguré ? J’en conviens, mais il n’est rien que je n’ose entreprendre sous votre direction. J’ajoute que si personne ne m’avait devancé pour les autres, peut-être dans l’armée tout entière ne l’en aurais-je pas moins choisi : j’ai toujours brûlé d’unir la sagesse des anciens aux découvertes de notre temps : c’est pourquoi j’impute à une bonne fortune le fait qu’il soit resté jusque-là.

71Sans doute si elle l’est pour d’autres auteurs, pour celui-ci l’analyse du Discours, à laquelle vous pensez, est assurément nécessaire, tant il est plein d’aspérités continuelles, rugueux, affectant une antiquité obscurcie par les défauts de la décadence, au point qu’on pourrait dire à bon droit que Martianus manque de traduction en latin. Mais en cela, comme pour tout le reste, je suivrai votre jugement, sur le secours duquel je compte pour une entreprise aussi difficile : je vous apporterai bientôt un échantillon, afin de mieux comprendre, d’après la correction qui en sera faite, le principe de votre projet. [...]

72(17) 18 avril 1673, de Chapelain à Huet
[PCH, p. 172]

  • 49 Respectivement De religione christiana et fidei pietate, Argentinæ, 1507 (une édition antérieure, p (...)
  • 50 La Demonstratio evangelica, le grand œuvre de Huet, auquel il pensait avant d’être nommé sous-préce (...)

73Sur l’occasion de l’édition que Léonard est prêt de faire des suppléments de Tite-Live dont vous êtes chargé de la direction [sic], qui vous doit apparemment occuper longtemps, sur le besoin que j’ai présentement des livres de Marsile Ficin et de Vivès49 pour en servir un de mes chers amis qui a un dessein approchant du vôtre50, je crois pouvoir vous prier de me les renvoyer, en écrivant à Léonard mes avis sur la manière qu’il aurait à tenir dans cette impression pour la faire digne d’être avouée et approuvée par Monseigneur le duc de Montausier à la prière duquel j’avais négocié à feu M. Boeclerus l’achat de l’autographe et de l’apographe de ces suppléments de Frenshemius. Persuadé encore que vous n’aurez pas le temps de vous appliquer à votre ouvrage tant que l’impression de celui-ci ne sera pas achevée et qui durera plus d’un an [sic], j’ai cru pouvoir servir mon ami pendant ce temps-là et vous les ai fait redemander avec la condition de vous les reprêter lorsqu’ils me seront revenus. [...]

74(18) 19 avril 1673 à Paris, d’Huet à Leibniz
[L, n°115]

75[La première partie de la lettre est consacrée à divers échanges de renseignements érudits.]

76Quant à votre décision de présenter Martianus Capella et de le polir, j’en félicite cet auteur même, qui en recevra un éclat nouveau et un raffinement nouveau, et vous-même, qui êtes sans égal pour la philosophie tout entière et la littérature ; ce double soutien ne peut rien apporter que d’excellent à l’achèvement de notre entreprise. Mercredi prochain, l’après-midi, se réuniront ici plusieurs savants, qui se sont chargés de commenter chacun un des autres auteurs. Je vous prie vivement de bien vouloir participer à cette réunion, qui vous permettra de comprendre le principe de l’entreprise, qui du reste ne peut être expliquée suffisamment par des mots.

77(19) Mi-mai 1673, à Paris, de Leibniz à Huet
[L, n° 116]

  • 51 Un des deux frères Valois ? Il ne peut s’agir que de la traduction de Claude Perrault (1673).

78Je tiens pour certain que le Vitruve du très célèbre Valesius51 est sous presse, dont l’éditeur nous promet bien des nouveautés extraordinaires, qu’il est le premier à avoir découvertes, sur des points où tous les commentateurs jusque-là se sont trompés : que ces erreurs sont répandues à travers tout Vitruve. Si bien que je n’oserais m’y atteler avant la publication de cette édition, ni même me décider pour ce que je devrais vous promettre. En outre un homme de cette stature ne supporterait peut-être pas qu’un homo novus s’attaquât à un sujet qu’il a pris le premier, prêt lui-même à tirer tout le suc de la traduction française, dans une édition latine, pour satisfaire aussi bien Colbert d’un côté que de l’autre Montausier, et des deux à la fois, le roi. Il faut que je réfléchisse aussi à autre chose, si en vérité après la moisson qu’il aura faite, il me reste à glaner des observations qui ne soient pas méprisables. Je suis en effet dans des dispositions telles que je ne voudrais pas même toucher à l’argument s’il n’y a pas d’espoir de pouvoir présenter quelque chose d’extraordinaire : car mettre au jour avec clarté et brièveté la substance des bons commentateurs ne sera peut-être pas aussi difficile. C’est pourquoi, avec votre permission, Monsieur, je suis contraint de repousser ma décision jusque-là, si personne entre-temps de plus apte que moi, dans cette foule si nombreuse d’hommes éminents, ne m’a devancé en ce travail.

79Et peut-être entre-temps, si vous n’en décidez pas autrement, aurai-je fini Martianus, parce que les disciplines qu’il traite, plus accessibles, ne manquent pas autant d’une nouvelle présentation ; mais qui voudrait traiter Vitruve conformément à la dignité du sujet devrait, à mon sens, l’étudier pour servir à notre temps et le confronter aux maîtres d’œuvre et aux architectes, afin que, en réunissant les préceptes des anciens et l’expérience de nos contemporains, il sorte de là quelque nouveauté utile pour le public. Mais cela demande du temps, du loisir consacré pendant longtemps à cet unique sujet.

80Pour Martianus j’ai déjà à portée de main des remarques neuves, dignes peut-être d’être connues, destinées à éclairer quelque peu la plupart des arts dont il traite, qui sont plus du goût du public, et qui conviennent davantage à un jeune homme tel que celui pour lequel on travaille. Alors que le texte de Vitruve ne peut être compris que par des spécialistes, ou si on ne l’est pas, par des gens bien avancés dans la pratique des connaissances les plus austères. Ajoutez que Capella n’a jamais été expliqué pied à pied (mot à mot) par personne ; entre tous les Anciens, c’est lui qui a besoin du remède imaginé par le Très Illustre duc de Montausier, la traduction en latin.

  • 52 Satyricon... in quo de Nuptiis Philologœ et Mercurii libri duo... et emendati et notis Hugonis Grot (...)

81Voici, dans ce courrier, mon échantillon sur Martianus, le même que je vous avais déjà montré, mais retravaillé. J’ai fait pour ainsi dire une traduction continue à partir de l’explication juxtalinéaire. Les notes sont faites à la hâte : je les ai rédigées évidemment sans aucune documentation, si ce n’est Martianus lui-même : elles seront polies plus tard. J’ai pris garde à ne pas répéter ce qu’avait dit Grotius52, dont je pense insérer intégralement les notes, sauf si vous en jugez autrement. Je vous envoie aussi le résumé de toute l’histoire que je me suis amusé à composer pour m’en souvenir, tout en lisant.

82Si je ne suis pas interrompu plus souvent que d’habitude, je ferai en sorte que vous ne blâmiez pas mon retard. Et je suis interrompu vraiment souvent parce que mes amis réclament que je finisse et que je publie des démonstrations sur les nombres simples et complexes, sur la géométrie, la dynamique, l’optique, la mécanique, que j’ai découvertes. Et il ne faut pas négliger le commerce des lettres avec mes amis, en Allemagne, en Angleterre, dans le Nord. [Leibniz évoque ici toutes ses autres occupations.]

83Tout cela, je l’espère, m’excusera auprès de vous si je ne peux toujours faire preuve d’assiduité et si aujourd’hui (en tout cas) je ne peux venir, comme c’était mon devoir (mon changement de domicile, qui est maintenant au faubourg Saint-Germain, au voisinage du palais du Luxembourg, me l’interdit), occupé comme je suis à défaire et à ranger mes maigres biens. J’espère avoir l’occasion, si vous n’êtes pas encore revenu à Saint-Germain, de vous présenter mes excuses de vive voix.

84(20) 10 mai 1673, à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1434]

85Votre lettre d’hier, Monsieur, ne fait que de m’être rendue.[...]

  • 53 Le fonds Ashburnham contient plusieurs lettres de Pyron à Huet, sur des sujets d’érudition ou de li (...)

86J’ai reçu les trois exemplaires que vous m’avez envoyés du dernier poème que M. Pyron53 a fait pour le roi, j’en ai donné un à Monseigneur le Dauphin suivant sa destination : vous pouvez lui mander, et par même moyen je vous prie de le remercier pour moi. Adieu, Monsieur...

  • 54 Jean-Georges Graevius (1632-1703) bénéficiait d’une pension du Trésor royal, grâce à la protection (...)
  • 55 La France est en guerre avec la Hollande depuis 1672 et le restera jusqu’en 1678-1679.

87(21) 23 octobre 1673 à Paris, de Huet à Graevius54 à Utrecbt55
[TH, p. 349-352]

  • 56 La première partie de la lettre comporte des précisions techniques sur l'interpretatio, utilisées c (...)
  • 57 Pour ce qu’il advint du travail de Graevius, voir ci-dessous les lettres nos 39 du 8 janvier 1675,7 (...)
  • 58 Graevius devait faire paraître les Epistolœ ad familiares en 1676 (Leyde) et Ad Atticum en 1684 (Am (...)

88J’ai56 fini de parler de l'interpretatio, qui concerne les mots, et la manière de rendre le sens par les mots ; pour les notes, voici le principe. Elles contiennent la connaissance de toute l’Antiquité, de l’histoire, de la géographie, et des autres disciplines. Les dissertations critiques, les variantes, les oppositions entre les manuscrits, si elles sont peu nombreuses et brèves, nous les admettons aussi dans ce choix ; mais si elles deviennent trop riches, nous les mettons à la fin du livre. En vérité, on pourrait dire que l’interpretatio est pour les débutants et les apprentis, mais que les notes sont pour ceux qui sont déjà plus avancés dans l’étude des lettres. Le duc de Montausier a trouvé le premier l’idée du projet tout entier, avec la pensée que par ce moyen surtout non seulement il aiderait les études du Sérénissime Dauphin, mais aussi qu’il réveillerait les études littéraires languissantes et presque agonisantes. Si vous vous y consacrez aussi, et si vous vous chargez de présenter, non seulement les livres de Varron De lingua latina, mais aussi les écrits De Re rustica de celui-ci et également des autres [agronomes latins], ce sera d’un grand poids pour l’achèvement du projet tout entier.57 Quand vous aurez mis la main à la tâche, avant d’aller plus loin, je souhaiterais que vous m’envoyiez un échantillon de votre travail, afin que, si par hasard il se glisse quelque chose qui soit peu conforme à nos principes, on travaille plus facilement à l’améliorer par un billet rapide. Certes je ne voudrais pas vous arracher Cicéron58 des mains : la littérature a trop intérêt à ce qu’il paraisse au jour, embelli par votre remarquable travail ; mais pour ce qu’il est permis d’espérer de vous et de votre diligence, en divisant votre emploi du temps entre les deux occupations, quand vous vous libérerez de l’un, vous vous mettrez à l’autre [la suite de la lettre porte sur la publication des Commentaires d’Origène, de Huet, publiés en 1668].

89(22) 27 novembre 1673 à Versailles, du duc de Montausieur à Huet
[Ashb. 1438]

  • 59 D’après A. Fabre, il s’agirait du médecin de Louvois (son nom est aussi orthographié Seron) ; la le (...)

90J’ai reçu, Monsieur, vos deux lettres du 21 et du 25 de ce mois. Je ferai pour le sieur Colon que vous me recommandez tout ce qui dépendra de moi afin qu’il puisse réussir dans le dessein qu’il a et pour cet effet j’en parlerai au roi pour avoir son agrément. À l’égard du sieur Ceron médecin59 je serai fort aise qu’il travaille sur Pline comme vous pouvez croire car outre son mérite et sa capacité qui seule me devrait le faire considérer, c’est que je lui suis obligé de tous les soins qu’il a pris de mes domestiques qui étaient malades à Saint-Germain. Mais comme nous nous y en allons jeudi prochain nous nous en entretiendrons à loisir quand vous y serez de retour, ce que je ne vous conseille pas de faire que vous ne soyez tout à fait rétabli et en parfaite santé. J’ai dit deux fois au roi que vous n’étiez pas encore guéri ainsi vous n’avez rien à craindre de ce côté-là. [...]

91(23) 15 décembre 1673 à Paris, d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 984]

  • 60 Éditeur de Salluste en 1674 et d’Ovide en 1689 (voir aussi ci-dessous la lettre n°45, non datée, pl (...)

92Monsieur, quoique je ne doute point que monsieur Crespin60 ne vous ait dit, de ma part, combien j’ai de reconnaissance des bontés que vous eûtes pour moi lundi, et de l’honneur que vous me procurâtes, je ne laisse pas néanmoins d’avoir du chagrin d’être obligée de vous écrire avec tant de précipitation et de ne vous pouvoir faire moi-même mes remerciements. Mais on vient tout présentement de m’apporter une épreuve de mon Callimaque, qu’on me presse de vous envoyer, c’est la même que vous avez déjà pris la peine de voir, dans laquelle se trouve une petite difficulté. C’est, Monsieur, que dans mes notes j’ai remarqué qu’après le 15e vers de l’hymne d’Apollon il faut faire une pause et laisser une espace considérable, mais comme par hasard il se trouve que ce vers-là finit la page et que le 16e en commence une autre, je ne sais pas bien comment on doit faire. Car il me semble que de laisser cette espace au commencement de la page, cela n’a pas bonne grâce, et qu’il faudrait qu’elle fût au bas, ce que l’imprimeur a tâché de faire en corrigeant l’épreuve, mais l’espace qu’il y a laissée n’est presque pas sensible. Je vous prie de voir comment on doit faire, et de me croire...

93(24)18 avril 1674. à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1442]

  • 61 Gilles-André de La Roque, membre de l’Académie de Caen, auteur d’une Histoire généalogique de la ma (...)

94J’ai dit au roi l’incommodité que vous aviez et que vous aviez plus de déplaisir qu'elle vous empêchât de suivre Monseigneur le Dauphin au voyage que vous n’en aviez de votre mal. Il m’a témoigné qu’il en était fâché, avec des marques d’estime et de considération pour vous, et m’a dit qu’il ne fallait point que vous vous missiez en peine de ce voyage, mais que vous vous appliquassiez seulement à vous guérir. C’est ce que je vous recommande de tout mon cœur prenant autant de part que j’en prends à votre santé. Ne vous inquiétez de rien, je parlerai encore dans les occasions, et ferai en toutes choses tout ce que vous pouvez désirer de la personne du monde qui vous aime et vous estime le plus. J’ai donné un billet à Monsieur de L’Œuvre pour être payé de ce qu’il a fait sur Plaute, et j’en ai parlé à Monsieur Colbert, qui m’a dit qu’il l’allât trouver. Ce serait une bonne affaire s’il lui faisait donner bientôt de l’argent, car cela donnerait courage aux autres. Je remercie le bonhomme Monsieur de La Roque61 par une lettre que je lui écris de la généalogie qu’il a faite de ma maison, mais pardessus cela je vous supplie encore, Monsieur, de prendre la peine de lui témoigner que je lui en suis très obligé. Il ne sera pas malaisé d’avoir les privilèges dont vous me parlez, et pour le reste dans l’embarras du départ je n’ai pu rien mander à Léonard, mais ce sera pendant le voyage. Je vous dis adieu et je vous conjure de m’aimer toujours, car je vous aime et vous estime...

  • 62 Nous ne retranscrivons que le postscriptum de cette lettre, consacrée à la nomination du prieur de (...)

95(25) 10 mai 1674 à Dijon, de Montausier à Huet62
[Ashb. 1443]

96Pendant le voyage j’ai lu la feuille du Virgile du Père de La Rue, que j’ai trouvée fort bien, pourvu que tout le reste soit de même et qu’il se hâte, il y aura sujet d’être content.

  • 63 Le Dauphin devait participer au siège de Dole, de mai à juillet 1674.

97(26) 15 mai 1674 à Dijon63, de Montausier à Huet
[Ashb. 1444]

  • 64 Le privilège date du 20 août 1674 (comme étant « prêt à être imprimé », registré le 10 septembre 16 (...)
  • 65 Daté de 1675, le Phèdre de Danet est achevé d’imprimer le 3 décembre 1674.

98[...]J’approuve fort la proposition que vous avez faite au sieur Léonard pour les indices des ouvrages qu’il imprime, et quoiqu’on puisse dire qu’on recherche des ornements étrangers et que même cela grossisse quelques-uns de ces ouvrages déjà assez gros, je tiens qu’il faut passer par-dessus cela parce que les raisons qu’il y a pour le faire sont plus considérables que les inconvénients. Je suis bien aise qu’on imprime le Plaute64 et le Phèdre65, mais dans la juste défiance où vous êtes pour ce dernier voyez s’il vous plaît tout ce qui se pourra faire*. J’espérais que vous seriez guéri de vos yeux et j’apprends par ce que vous m’en dites, que vous êtes bien éloigné de cela. Je vous plains beaucoup et je souhaite...

  • 66 Malgré la date du privilège (20 août 1674, « étant prêt à être imprimé », registré le 10 septembre (...)

99*[En note au bas de la lettre] Je m’étonne de ce que vous ne me dites rien du Tite-Live66 et vous savez que c’est un ouvrage qui presse et dont Monseigneur le Dauphin a besoin. Mandez-m’en des nouvelles au plus tôt, et dites à M. Doujat, qu’au nom de Dieu il fasse tout ce qui se pourra, afin qu’on le puisse avoir tout au plus tôt, et dites-lui bien que cela presse et que je l’en prie.

100(27) 29 mai 1674. à Dijon, de Montausier à Huet
[Ashb. 1446]

  • 67 Gendre du duc de Montausier, duc d’Uzès.

101Je vous suis fort obligé, Monsieur, de tout ce que vous m’avez dit de l’honneur que M. de Crussol67 a acquis au siège de Besançon, et le bonheur qu’il a eu de sortir aussi heureusement qu’il a fait, du péril qu’il a couru.

102[…]

  • 68 L’abbaye de Fontenay, d’après la lettre de Montausier en date du 14 décembre 1674 citée ci-après (n (...)
  • 69 Le Père Jean Ferrier (1614-1674), S. J., était devenu, à la retraite du Père Annat, confesseur du r (...)

103Je suis bien aise de tout ce que vous me mandez pour nos ouvrages de Monseigneur le Dauphin et que vous ayez fait dire au sieur de L’Œuvre de ne pas importuner M. Colbert. Dites-lui encore et de ma part s’il vous plaît, que s’il n’était pas payé à notre retour, je le ferai payer. Je voudrais de tout mon cœur que vous eussiez l’abbaye dont vous me parlez68, tout ce qu’il me semble, c’est que le morceau est un peu gros, car le roi ne la comptera moins que sur le pied de 16 ou 18000 livres de revenu. Mais je vous conseille d’en écrire toujours à S. M., et si vous voulez m’envoyer la lettre, je la lui rendrai. Je vous demande pardon si je n’en écris point au Père Ferrier69, mais je ne le puis pas par des raisons que je vous dirai à notre première vue : vous pouvez vous imaginer quelles sont fortes, puisque je ne fais pas une chose que vous avez désiré de moi et que vous savez, Monsieur, que personne ne vous estime, Monsieur...

104(28) 13 juin 1674 au camp de la Loye, entre Dole et Salins, de Montausier à Huet
[Ashb. 1447]

  • 70 Alise Sainte-Reine, près de Montbard, possède une source thermale.

105J’ai rendu votre lettre au roi qui l’a reçue humainement en disant qu’il la verrait ; et j’y ai ajouté en peu de mots ce que vous méritiez et la mauvaise santé de vos yeux, à laquelle tous les honnêtes gens et Monseigneur le Dauphin principalement étaient intéressés. Pour le Père Ferrier il partait pour aller aux eaux de Sainte-Reine70 mais votre lettre lui a été rendue en main propre aussi bien qu’avait été la première : je ne sais s’il vous aura fait réponse ; tout le succès de cette affaire dépend de lui, et je le souhaite bon ; si j’avais plus de crédit, vous vous en sentiriez.

106Je suis bien aise du paiement de Monsieur de L’Œuvre. Cela doit donner courage aux autres, car la somme est considérable. Je ne serai pas fâché de voir toutes les églogues du P. de La Rue. Et vous pouvez en faire donner cinquante ou soixante pour servir de modèle à ceux qu’il vous plaira ; on les fera payer.

107Votre mal me donne bien du chagrin, mais ce m’est un peu de soulagement d’apprendre qu’il ne vous empêche pas de travailler à votre bel ouvrage, que je souhaite avec tant de passion de voir achevé.

  • 71 Jacques Moisant de Brieux, un des fondateurs de l’Académie de Caen, qui se réunissait chez lui (Mém (...)

108La mort du pauvre M. de Brieux71 m’a donné une douleur sensible, et il me semble en voyant mourir mes vieux amis les uns après les autres qu’on m’arrache tantôt un bras et tantôt une jambe. Mais il faut se soumettre à la volonté de Dieu, et songer à suivre les autres.

109Salins est assiégé d’aujourd’hui. On ne saurait dire s’il tiendra peu ou beaucoup.

110Adieu Monsieur, aimez-moi toujours, car je vous honore infiniment.

111(29) 23 septembre 1674 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1448]

  • 72 « On appelle cachet volant la marque du cachet imprimée sur un papier, avec lequel on pourra fermer (...)
  • 73 Hubert Van Giffen, dit Gifanius ou Giphanius (1534-1604), commentateur de Justinien et de Lucrèce, (...)
  • 74 Abréviateur de Pline l’Ancien (vers 230), auteur du De situ et mirabilibus orbis ou Polyhistor.

112[...] Non seulement je trouve bon que vous disiez au sieur de L’Œuvre de ma part tout ce que vous jugerez à propos, mais je lui écris selon ce que vous m’avez mandé et vous envoie la lettre à cachet volant72 afin que vous la voyiez, et que vous la lui fassiez rendre. Si le lexicon Plautinum ne peut pas servir d’indice pour Plaute, il faudra se servir de Gifanius.73 L’exemple du sieur de L’Œuvre m’a fait voir ce que vous avez raison de dire, qu’il ne faut payer personne de ceux qui travaillent sur les auteurs que l’impression de l’ouvrage ne soit faite. Monseigneur le Dauphin donnera dix pistoles par charité à celui qui commente Solin74, si vous voulez les lui donner à Paris, on vous les mettra entre les mains dès que vous serez ici. Adieu Monsieur, guérissez-vous entièrement, songez que c’est votre principale affaire et soyez persuadé que...

113(30) 15 octobre 1674 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1449]

  • 75 Il s’agit évidemment du frontispice.
  • 76 Le privilège du Virgile date du 1er novembre 1674, l’achevé d’imprimer du 1er octobre 1675.
  • 77 Édité seulement en 1681 par le Père Proust, S. J.
  • 78 Édité en 1676 par le Père Cantel, S. J
  • 79 Édité en 1675 par le Père Riguez, S. J.
  • 80 Les Cicéron des jésuites s’échelonnent de 1685 à 1689. Il s’agit donc en fait des Panegyrici vetere (...)
  • 81 Esprit Fléchier (1632-1710), futur évêque de Lavaur (voir la lettre n° 159 du 10 novembre 1685) pui (...)
  • 82 En fait l’épître est du libraire Léonard lui-même, aussi habile à manier le latin que le français, (...)

114Je fais réponse tout à la fois, Monsieur, à vos deux lettres du 9 et du 12 de ce mois. J’ai vu la planche d’Arion qui me paraît petite aussi bien qu’à vous pour la grandeur des livres à la tête desquels on la mettra75, mais il fallait remédier à cela dès le commencement. Voyez ce qu’on pourra faire pour corriger les autres défauts. Je m’en remets à vous, et pour celui du buste de Térence au lieu du buste de Salluste, il faudra couper le bas de la planche et y mettre le véritable buste de Salluste, de même à chacun des autres auteurs. Et si cela ne se peut pas, on mettra simplement le nom de l’auteur à la place du buste. Quoique les Géorgiques du P. La Rue soient achevées d’imprimer, je ne prétends pas qu’il les rende publiques que tout Virgile ne soit achevé. Je vous renvoierai le projet du privilège que vous m’avez envoyé pour lui afin qu’il le fasse mettre en forme, et après cela je le lui ferai donner.76 Les récompenses dont vous me parlez me paraissent raisonnables, ce n’est point trop de cinq cents écus pour l’Aulu-Gelle77, autant pour le Justin78, et de quatre cents pour le Velleius79, les tables y étant jointes. Mais on ne peut pas faire donner aux Jésuites, non plus qu’aux autres, que les auteurs ne soient achevés d’imprimer.80 Songez que c’est vous-même qui m’avez fait cette proposition, que j’ai trouvé fort bon que ce fût une règle pour tous, que vous l’avez dit et moi aussi à plusieurs personnes. Après cela quelle apparence de faire une exception pour les Jésuites, tous les autres prétendraient avec raison la même chose, et ce serait renverser la loi établie, ainsi cela ne se peut pas. M. Fléchier81 a déjà travaillé à l’épître et à la préface de Térence et aura bientôt achevé.82 Je presserai Léonard et lui ferai dire ce qu’il faut. Ne vous relâchez pas de votre côté. [...]

115(31) 23 octobre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1450]

116Je vous envoie Monsieur la réponse que le sieur de L’Œuvre m’a faite à la lettre que vous lui avez fait rendre. Vous verrez ce qu’il me mande, et si les choses sont comme il le dit. Je lui récris encore, et je vous prie de lui faire tenir ma lettre. Voilà le modèle du privilège que demande le Père de la Rue ; qu’il le fasse dresser conformément à cela et qu’il me l’envoie, je le ferai sceller. J’ai vu le sieur Crespin, nous avons fort parlé des indices et il vous en doit entretenir ; voyez s’il vous plaît ce qu’il faudra faire. Je ne sais si vous n’avez point vu l’indice de Tacite de Freinshemius, il me semble qu’il faudrait que ceux de nos auteurs fussent de même, seulement pour les mots, et non pour les matières, car Freinshemius a mêlé l’un et l’autre, et il ne nous en faut que pour les mots. Vous trouverez ce livre-là chez Léonard ou chez quelque autre libraire, si vous ne l’avez pas ; et je crois qu’il est fort à propos que vous le voyiez. Je vous demande, Monsieur, des nouvelles de votre santé, et je vous la souhaite telle que vous la pouvez désirer, car elle n’est plus chère à personne qu’à moi.

117(32) 26 octobre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1451]

118J’ai reçu une lettre de votre part, Monsieur, qui n’a point de date, sur ce que le sieur Crespin vous a dit et plusieurs choses qui regardent nos auteurs. Le sieur Crespin ne vous a pas dit tout ce que je l’avais chargé de vous dire, qui est que pour la première édition de Salluste, l’indice qu’on a fait suffirait ; mais qu’à la seconde il faudrait le corriger, et qu’il fût fait de la manière dont je vous ai parlé d’autres fois ; cependant que vous vissiez, et que tout ce que vous feriez serait bien fait. C’est ce que je vous dis encore, non seulement pour cet auteur, mais pour tous les autres ; car difficilement pourrais-je par une lettre vous faire entendre tout ce qu’il faut, sur toutes les difficultés que vous me proposez. Cela est matière de conversation et non pas de lettres, de sorte que s’il y a quelque chose qui puisse retarder, devant que nous puissions résoudre ensemble toutes les difficultés, faites comme vous le jugerez à propos, car vous savez mes sentiments et ce qu’il faut faire. Jamais aucun de ceux qui travaillent sur les auteurs ne m’a parlé de quoi que ce soit, que je ne l’aie renvoyé à vous ; quand même on m’aurait proposé quelque chose que j’aurais approuvé, je n’aurais pas voulu qu’il se fût rien fait que par votre ordre, en voyant bien la conséquence. Si quelqu’un a donc fait la moindre chose de son chef, et dit que c’est par mon ordre, lavez-lui bien la tête là-dessus, car vous voyez que bien loin d’être par mon ordre, c’est contre mon intention. Je vois bien la peine que tout cela vous donne, et je comprends assez qu’elle n’est pas petite, mais il faut achever s’il y a moyen. Votre mal me fâche bien davantage, vous me donnez pourtant beaucoup de consolation en m’assurant qu’il diminue. Dieu veuille, Monsieur...

119Je ne sais si M. de L’Œuvre se met à la raison, et s’il fait tout ce qu’il m’a mandé qu’il ferait.

120(33) 29 octobre 1674, à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1452]

  • 83 Il s’agit sans doute toujours de l’abbaye de Fontenay.

121Je viens de recevoir avec votre [lettre] du 27 le privilège que demande le Père de La Rue. Je le ferai sceller et tâcherai de l’avoir pour vingt années. Vous m’avez fait plaisir de m’avertir de ce que vous m’avez mandé sur le sujet de Léonard. Je lui ferai dire ce qu’il faut. Pour ce que vous me dites qui vous regarde83, il faut, Monsieur, écrire au roi et que vous m’envoyiez votre lettre. Mandez-lui toutes vos raisons, et en la lui rendant, j’y ajouterai tout ce que vous pouvez désirer de moi, car vos intérêts me sont plus considérables qu’à nul autre, et je vous le témoignerai toujours de tout mon cœur.

122(34) 5 novembre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1453]

123Je vous allais écrire hier au soir, Monsieur, pour vous demander d’où venait que vous ne m’aviez point envoyé la lettre que je vous avais conseillé d’écrire au roi, dans le temps que je reçus votre paquet du ier. Je ne sais par quelle voie il a tant retardé. Mais dès hier au soir je rendis votre lettre au roi, il l’ouvrit, je lui dis ensuite pourquoi vous lui écriviez et y ajoutai tout ce que vous pouviez désirer de moi. Il me répondit qu’on ne lui avait pas encore remis l’abbaye et ne me parla point qu’il fût engagé. Et comme je lui avais dit la raison qui vous retenait à Paris, il me demanda comment vous vous portiez. Je lui dis que vous étiez mieux, mais que vous ne saviez point encore quand vous seriez guéri. Je souhaite que ce soit bientôt, et d’avoir lieu de vous témoigner quelles sont l’estime et la considération...

124Je vous envoie le privilège du Père de La Rue.

125(35) 19 novembre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1454]

  • 84 Le Président de Périgny, premier précepteur du Dauphin, est mort en 1670.

126Devant que d’avoir reçu votre lettre du 14 de ce mois, quatre de ceux qui travaillent sur les auteurs me vinrent faire des plaintes de Léonard : je leur dis que je ne pouvais pas le condamner sans l’entendre, qu’il fallait qu’ils vinssent eux et lui tous ensemble ici, afin que je réglasse les difficultés qu’il y avait après les avoir entendus. Cependant je les renvoyai à vous et les chargeai de dire à Léonard ce que je leur avais dit. Je lui écris là-dessus et lui mande de venir, et pour cela, et pour voir quels auteurs il pourra imprimer, voulant les lui donner tous s’il les peut faire, mais à des conditions, pour en avancer l’impression, et s’il y manque en la moindre chose, je les lui ôterai. Je crois bien qu’il ne les saurait tous faire, je le lui veux faire comprendre, lui donner le choix des auteurs qu’il pourra imprimer, et régler toutes choses pour avancer tous ces ouvrages. Je crois que ce qui est cause que vous n’avez point vu le sieur Dufay, c’est que son disciple a eu la petite vérole, et qu’il n’a pas voulu sortir pendant le temps qu’il y avait à craindre qu’il ne portât le mauvais air. Mais à présent ce temps est passé, et il est à Paris chez Madame de Périgny84 où vous pouvez l’envoyer chercher. Je vous conjure de reparler encore à M. Doujat et de le presser afin que d’une manière ou d’autre nous puissions voir Tite-Live achevé. Vous pouvez même lui parler de ma part. Adieu, Monsieur...

  • 85 Le Père Commire, S. J. (1625-1702), surtout connu pour ses poésies latines.
  • 86 L'Histoire Auguste, d’après la lettre n° 39.
  • 87 « Faire banqueroute : [...] on le dit encore de ceux qui manquent à exécuter leurs promesses, et à (...)
  • 88 Lecture incertaine.

127Vous jugerez à propos, étant bien juste que ceux qui ont déjà travaillé et dont les ouvrages sont avancés les aient plus tôt que d’autres. Il faut savoir enfin si le P. Commire85 voudra travailler ou non à l’Histoire d’Auguste86 ; et s’il ne veut pas, la reprendre. Il y a plus d’apparence de croire que celui qui avait Solin est malade que de croire qu’il a fait banqueroute87 ?, mais n’y a-t-il point quelqu’un qui le connaisse, et qui puisse en dire des nouvelles. Vous avez dit au sieur Danet88 ce qu’il lui fallait dire ; car en un mot, il n’est point propre à travailler sur Avienus. Adieu.

128(36) 27 novembre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1455]

129Vous aurez su sans doute, Monsieur, par ces Messieurs qui se plaignaient de Léonard et par lui-même, tout ce qui s’est passé ici quand ils sont venus tous ensemble, au moins je les ai chargés de vous en rendre compte. Je crois qu’ils ont tous sujet d’être contents, et c’est ce que je désirais. Je suis en peine de vos nouvelles, vous ne m’en mandez point assez souvent, quoi que vous sachiez que je prenne plus de part que personne à votre santé. Ne me donnez plus sujet de m’en plaindre. Mais soyez bien persuadé...

130(37) 14 décembre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1456]

131Je vous ai fait réponse, Monsieur, sur tout ce que vous m’avez mandé concernant nos auteurs et par vos dernières lettres il semble que vous n’ayez pas reçu la mienne qui a pourtant été portée chez vous. J’ai approuvé tout ce que vous avez fait, et ce que vous m’avez marqué que vous trouviez à propos de faire pour la distribution du travail qui reste à faire. Pour la difficulté des libraires pour l’impression, je m’en suis étonné tout comme vous, s’ils sont toujours aussi froids qu’ils ont paru nous verrons ensemble ce qu’il faudra faire quand vous viendrez ici. Je suis très fâché de ce que votre guérison ne va pas plus vite, je souhaite que cela change en mieux et que bientôt vous soyez quitte de votre mal. J’avais su devant que vous l’eussiez lu dans la Gazette que le roi avait donné l’abbaye de Fontenay, mais je ne vous en avais rien mandé, parce qu’on n’aime point à annoncer les méchantes nouvelles. Il s’en faut de beaucoup que le mal de Monsieur du Maine ne soit comme le vôtre, il n’est pas dans le même endroit et ce n’est proprement qu’une tumeur. Adieu, Monsieur...

132(38) 27 décembre 1674 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1457]

133[…] J’ai peur que Benserade ne sache pas plus de nouvelles du commentateur de Solin que les autres à qui vous en avez demandé. Adieu Monsieur...

134(39) 8janvier 1675, Montausier à Huet
[H, f. 19 v° -20 r°]

135[Une ligne d’astérisques.]

  • 89 Sans doute l’épouse du cousin de Mme de Sévigné, qui apparaît si fréquemment dans ses lettres.
  • 90 « Coffres du roi : Ce sont les recettes des domaines et des revenus du roi. [...] On ne rembourse p (...)
  • 91 Senneterre ou Senecterre. L’éditeur : « La maréchale de La Ferté. »
  • 92 « Ordonnance : en termes de finance, signifie un ordre, un mandement à des trésoriers de payer une (...)
  • 93 Le Moyne (1624-1689), ministre protestant, avait été « incarcéré pour avoir favorisé innocemment (c (...)

136Les personnes comme Madame de Coulanges89 n’ont pas besoin de recommandation. Il y a longtemps que j’ai l’honneur de la connaître et que je l’honore ; ainsi je m’assure que vous ne douterez point que je ne lui rende ce qu’on doit aux personnes de sa sorte, sans que rien aille sur vos coffres90, quelque considération que j’aie pour vous. Je ne sais ce qu'elle a à me dire sur les affaires de Madame de Senneterre91, mais j’y prends tant de part, qu’il ne serait pas besoin que Mme de Coulanges m’en parlât si je pouvais quelque chose pour le service de Mme de Senneterre, car il suffirait que je susse ce qu’elle désire de moi. L’ordonnance92 pour M. Danet n’est pas encore expédiée, elle doit cependant l’être bientôt, et je suis bien aise que cela ait fait un bon effet parmi nos commentateurs. Il sera inutile pour Monseigneur le Dauphin de faire travailler sur les Institutes et quoi que ce ne soit pas grand-chose, nous ne sommes pas dans un temps où l’on aime rien d’inutile. J’ai été fort aise d’apprendre que M. Le Moyne est hors de prison et je voudrais qu’on lui eût rendu plus de justice.93

137[Une ligne d’astérisques.]

138Je n’ai point reçu les paquets dont M. Graevius vous parle ; peut-être que l’Allemand qui en est chargé, n’est pas encore arrivé. Je voudrais bien que nous eussions les livres qu’il nous mande qu’on a imprimés dans son pays, et je suis fort aise qu’il ait commencé à travailler sur les auteurs d’agriculture ; mais je le serais encore davantage de voir les échantillons qu’il nous promet bientôt. Pline est si gros qu’il n’y a pas d’apparence d’y faire une interprétation continue, il faut suivre ce que vous savez que j’ai dit là-dessus. Je vous envoie une lettre du sieur de L’Œuvre, afin que vous voyiez ce que vous voulez que je réponde sur tout ce qu’il me mande. Vous savez que la conduite de ceux qui ont travaillé sur nos auteurs a rendu Léonard encore plus orgueilleux et plus difficile. Je ne sais comment faire, et je ne crois pas cependant qu’il faille recourir à l’Imprimerie royale ; qu’ils tâchent encore de trouver des imprimeurs, et de mon côté j’y songerai.

139(40) 15 janvier 1675 Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1458]

140J’ai mandé au sieur de L’Œuvre, Monsieur, que je ne saurais lui expliquer par une lettre tout ce que j’aurais à lui dire sur ce qu’il me mande, mais que vous le lui feriez entendre et lui distribueriez le travail qu’il aurait à faire sur Pline, ainsi, qu’il n’avait qu’à vous aller trouver. Distribuez ausi aux autres sur qui vous avez jeté les yeux, ce qui reste de cet auteur et enfin faites ce que vous jugerez à propos, je m’en rapporte entièrement à vous. [...]

141(41) 24 février 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1460]

142L’incommodité de M. de Condom dont on vous a parlé, n’a pas été assez considérable pour vous mander de venir ici : elle ne l’a point empêché de faire étudier tous les jours Monseigneur le Dauphin, mais de venir le soir seulement. Je n’ai pas voulu vous le faire savoir, de peur que cela ne vous obligeât de venir et de quitter vos remèdes, qu’il ne faut point abandonner, car vous ne devez songer qu’à votre santé et le meilleur service que vous puissiez rendre à Monseigneur le Dauphin, c’est de vous guérir. Je suis très fâché, Monsieur, de la longueur de votre mal, je vous conjure de n’oublier rien pour votre guérison, et je vous assure que personne ne la souhaite tant que moi. Je n’ai point ouï dire encore qu’on allât à Versailles au commencement du carême, et je ne le crois pas. Mais quand on irait, ne vous hâtez pas d’un moment, et mettez-vous en tête que tout ce que vous avez à faire c’est de guérir. Je suis bien aise de ce que vous me mandez de l’essai de M. Ceron, sur Pline. Je vous renvoierai vos livres par la première voie assurée. Adieu, Monsieur...

143(42) 17 mars 1675 à. Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1461]

  • 94 Antoine Halley, de Caen, ancien professeur de Huet et fort estimé de lui (Mémoires, I, p. 12-13, 58 (...)
  • 95 Il s’agit de Miscellanea adressés au Dauphin, et que Huet, bien que malade, s’était chargé de recom (...)
  • 96 Manuel II Paléologue, empereur d’Orient, père de Jean VIII (xve siècle), auteur des Prœcepta educat (...)
  • 97 Bélisaire Acquaviva, général des jésuites, a laissé un De instituendis liberis principum (Neapoli, (...)
  • 98 Jérôme Osorio de Fonseca, mort en 1580, reçut de l’infant Louis de Portugal la charge d’éduquer son (...)
  • 99 En fait, il s’agit de Constantin VII Porphyrogénète (xe siècle), auteur d’un De administrando imper (...)
  • 100 Il ne s’agit pas de l’historien bien connu Théophylacte Simocatta, mais de l’archevêque d’Achrida ((...)

144Vous me faites tort Monsieur, de m’exhorter à faire quelques civilités au bonhomme Monsieur Halley94, sur l’édition de ses poésies car je ne manque jamais à ces sortes d’honnêtetés, qui sont un devoir indispensable à ceux qui n'ont pas suce la barbarie avec le lait ; et ne pouvant rien faire de plus pour ce bonhomme, je lui écris, et je le flatte contre ma conscience, n'ayant, entre nous, rien trouvé que de faible et de languissant, et pour le mieux, que de très médiocre en tout ce que j’ai lu de çà de là, en feuilletant ce gros volume.95 Mais je crois qu’il y aurait plus de mal à être sincère en cette occasion, qu’à ne l’être pas. Je suis au désespoir de toutes les lenteurs de Léonard, cependant qu’y pouvons-nous faire ? Trouvez un bon remède et je le pratiquerai. Je vous suis bien obligé des livres que vous m’indiquez sur 94. 95. l’institution du Prince, j’en ai vu quelques-uns qui sont Manuel Paléologue à Jean son fils96, Bélisaire Acquaviva97 et Héron Osorius.98 Mais je n’ai point vu Constantin Ducas à l’empereur Romanus son fils 99, ni l’institution royale de Théophylacte pour Constantin son disciple100, et si vous pouvez me les faire voir, je vous en serai extrêmement obligé.

145(43) 15 avril 1675, à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1462]

146Si je vous ai fait faire une réprimande par Monsieur Danet sur les deux saignées que vous vous êtes fait faire depuis peu, il faut, Monsieur, que je vous en fasse encore une de ce qu’en me faisant des remerciements inutiles, vous ne m’avez rien mandé de votre santé. [...]

  • 101 Pierre Le Petit, imprimeur du César, qui sortira des presses le 12 février 1678 (privilège du 23 ja (...)

147Je vous supplie de remercier le bonhomme Monsieur de La Roque, de toutes les marques de son amitié. Il n’a qu’à suivre le conseil que vous lui avez donné pour ma généalogie, c’est-à-dire de la mettre à la fin de son livre de la noblesse, qu’il va faire imprimer, et s’il fait le recueil des noblesses de Normandie, il pourra l’y mettre encore s’il veut. Je suis bien aise que la perte du sieur Petit101 ne l’empêche pas d’imprimer le César, et que vous ayez donné l’Histoire Auguste à M. de Sainte-Garde. Mais je le serais plus que de toute autre chose, Monsieur, si je pouvais vous témoigner...

148(44) 12 mai 1675, de Huet à Graevius, à Utrecht
[TH. p. 353-357]

  • 102 Il devait à l’origine être dédié au Dauphin (voir Correspondance, nos 2 et 86).
  • 103 Voir la lettre précédente.

149Votre obligeance envers moi me semble telle, à la lecture de votre lettre, qu’absolument rien, pas même un silence de plusieurs mois, ne peut m’amener à soupçonner un relâchement de notre amitié. Bien que j’aie profondément regretté vos lettres, je souffrais pour moi, qui manquais d’un bien si longuement souhaité, et je vous appelais lent, peut-être et même paresseux, mais je ne conjecturais rien moins de votre constance. Mais depuis que j’ai compris pour quelles raisons graves vous avez interrompu vos devoirs, j’apprends que vous avez repoussé non seulement une accusation, mais même la ruine que des scélérats avaient machinée contre vous, et même je me félicite que vous ayez été rendu à nos études littéraires. J’ai le ferme espoir désormais que vous puissiez réfléchir sérieusement à présenter les Agronomes à l’usage du Sérénissime Dauphin, votre Cicéron102 devant être maintenant fini. Je vous exhorte vivement à le faire au nom des droits de notre amitié. En effet j’attends avec une grande impatience le Cicéron mis au net et embelli par votre travail, comme l’attendent aussi tous ceux qui s’appliquent aux élégances, à l’urbanité et à la véritable éloquence. Mais pour ce qui est des Agronomes que vous devez préparer selon les instructions du Très Illustre Montausier, puisque je vous en ai dit assez dans mes précédentes lettres, je n’ai rien à y ajouter pour le moment. Il a promis de vous faire envoyer au premier jour quelques auteurs déjà prêts à être publiés sous cette forme, et il a voulu que je vous le fasse savoir. Vous y trouverez quelques points (plût à Dieu qu’ils fussent en petit nombre) qui risquent de ne guère satisfaire votre jugement raffiné et votre parfaite érudition ; mais le cours des savants est si élevé qu’il nous a été impossible de faire les délicats quand il a fallu choisir les personnes qui devaient s’y consacrer. On a peine à croire combien ces études littéraires sont desséchées. Si la réalisation ne reçoit pas d’approbation, du moins le projet et la tentative seront agréés. Sachez donc que dans ces produits tout frais, il y aura beaucoup de bien, davantage de médiocre, mais énormément de mauvais. Notre projet a été sérieusement retardé par un incendie récent, qui a enflammé plusieurs dépôts des libraires parisiens.103

150[Huet évoque ensuite leurs œuvres respectives, dont une réfutation du Traité théologico-politique de Spinoza par Graevius, dont il le félicite.]

151(45) 27 mai 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1463]

  • 104 Ou « Athénée », comme le veut l’éditeur (Athénée de Naucrate, dont le Banquet des sophistes avait é (...)
  • 105 Publié seulement en 1679.
  • 106 C’est le 4 mai 1675 que Bossuet devait prononcer son célèbre Sermon four la profession de Mademoise (...)

152Je vous remercie, Monsieur, du livre d’Athènes104 que vous m’avez renvoyé avec les cartes qui y manquaient ; je donnerai ordre qu’on m’en envoie la nouvelle édition, dont vous me parlez, puisque vous l’estimez et qu'elle est plus ample que la première. Je suis bien aise que vous ayez arrêté l’édition de Plaute105 ; le sieur de L’Œuvre m’a conté ses raisons comme il vous a dit, mais je lui ai aussi conté les miennes et lui ai dit qu’il fallait tout refaire. [...] Vous avez bien su que la petite émotion qu’eut Monseigneur le Dauphin n’a eu aucune suite, et il ne s’est jamais mieux porté grâce à Dieu. Je souhaite que votre santé soit bientôt aussi bonne que la sienne et que nous vous puissions voir ici. Je ne sais si les remèdes que vous faites-vous permettront d’y venir ; mais il sera nécessaire que vous y veniez, à cause du sermon de M. de Condom, à la vêture de Madame de La Vallière.106 Aimez-moi toujours et croyez, Monsieur...

153(46) 12 juin 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1465]

  • 107 Nous avons retenu plusieurs lettres de l’abondant courrier adressé par Montausieur à Huet au sujet (...)

154J’ai parlé à ma fille, Monsieur, pour le précepteur107 que vous m’avez proposé pour mon petit-fils : nous avons tant de confiance en vous elle et moi, que nous le prendrons sans nous informer qu’à vous de lui. Mais aux conditions que je vous ai dites. Prenez la peine de lui parler et de me mander après cela ses sentiments. Aimez-moi toujours...

155(47) 19 juin 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1467]

156Ce que je vous ai mandé, Monsieur, sur le sujet de M. Dubois est positif, et je ne vous ai rien dit sur la pensée que vous me marquiez avoir pour M. Dufay, parce que j’ai cru cela inutile, et que vous ne me le mandiez point pour avoir aucune réponse de moi là-dessus. Il est vrai que je lui ai donné une lettre de recommandation pour Monsieur l’évêque de Sées, qu’il m’a demandée, mais ce n’a été qu’en vue de lui faire plaisir pour obtenir encore quelque temps devant que d’être obligé de résider à sa cure. Si je n’avais pas ledit sieur Dubois pour mon petit-fils je serais bien aise d’avoir ledit sieur Dufay, et je n’ai pourtant point songé à lui m’étant arrêté précisément au choix que vous avez fait. C’est donc à vous à voir ce que le premier vous dira, et s’il y avait quelque difficulté ayez la bonté de m’en avertir. Je suis bien fâché de ce que votre guérison n’est pas plus avancée après un si long temps. [...]

157(48) 29 juin 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1468]

158[...] Je croyais que je pouvais compter sur M. Dubois et vous m’en parlez incertainement. Si vous ne m’en eussiez pas écrit comme d’une chose assurée j’aurais retenu M. Dufay, que je connaissais et qui aurait été fort propre, et je n’ai préféré l’autre que parce que j’ai connu que vous penchiez de ce côté-là. Mandez-moi donc à quoi je dois m’attendre, car si M. Dubois ne vient pas j’aurai grand regret d’avoir perdu M. Dufay. S’il veut venir me voir, il n’a que faire d’attendre pour cela et je serai fort aise aussi de le voir. Pour ce que vous me dites sur Plaute faites comme vous le jugerez à propos, j’approuve tout ce que vous ferez. Je suis très fâché de l’état où vous me mandez qu’est Léonard et pour l’amour de lui et à cause de tous nos ouvrages. Vous m’avez bien donné de la joie de me mander que le vôtre est tellement avancé que vous espérez d’en voir la fin en peu de temps. Mais j’en aurais eu bien davantage si vous étiez de l’avis de votre médecin sur votre santé. [...]

159(49) 6 juillet 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1469]

  • 108 L’affaire reste en suspens (lettres du 18 août 1675, Ashb. 1472 ; du 8 octobre, Ashb. 1475 : « Il y (...)
  • 109 La nomination de Postel à Caen a été évoquée dans plusieurs lettres (27 mai, Ashb. 1463, 29 juin, A (...)
  • 110 Le Velleius Paterculus ne porte pas d’achevé d’imprimer, mais il est daté de 1675, et le privilège (...)
  • 111 Voir plus haut la lettre du 15 octobre 1674 (n° 30).

160Votre lettre du 4 de ce mois m’a été rendue. Tout ce que je prétends faire, Monsieur, à l’égard de M. de Breauté devant que de prendre M. Dubois, c’est une honnêteté qu’on fait toujours, mais je ne crois pas qu’il ne consente que je le prenne. Je trouve aussi bien que vous, qu’il n’est pas à propos que M. Dubois vienne ici jusqu’à ce qu’il ait son congé, et vous lui avez donné un bon conseil d’écrire lettres sur lettres pour l’avoir. Témoignez-lui s’il vous plaît que je suis bien fâché de ce qu’il est indisposé.108 Nous aurons bientôt le brevet de professeur en médecine du sieur Postel.109 Pour ce que vous me dites concernant le sieur de L’Œuvre, je crois qu’il vaudra mieux laisser les sept comédies comme elles sont que de mettre des cartons aux endroits qui en auraient le plus besoin, car ce serait de la dépense dont Léonard ne s’accommoderait peut-être pas, et pour les treize autres comédies, il faut qu’il fasse ponctuellement ce que vous lui avez dit. Je crois que le secret du moine dont vous me parlez pour écrire en chiffre est bon, mais comme je n’en ai point besoin, je vous renvoie vos papiers. Peut-être cela serait-il utile à un sec[rétaire] d’État. J’ai reçu le Velleius Paterculus du P. Riguez110, qui est assez bien. Quand il y aura lieu de songer à son paiement, je n’y manquerai pas, c’est-à-dire dès que l’état de nos impressions le permettra, cependant vous pouvez assurer les jésuites sur ma parole que cela sera sans doute, et que tous ceux qui auront aussi travaillé sur quelques auteurs auront leur récompense.111 Adieu Monsieur...

161(50) 17 juillet 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1470]

  • 112 Michel Le Tellier ne devait pourtant voir son ouvrage imprimé qu’en 1677, et il portera la date de  (...)
  • 113 Le privilège n’en sera donné que le 23 janvier 1678, registré le 3 février, et achevé d’imprimer (c (...)

162J’ai reçu, Monsieur, avec votre lettre du 14 celle de M. Dubois. Tout ce que vous me mandez sur son sujet est bien, et s’il n’a point eu de réponse encore de M. de Breauté, il l’aura bientôt à cette heure que le roi revient. Je lui fais réponse et je vous l’envoie afin que vous ayez la bonté de la lui faire tenir. Je suis bien aise que le Quinte-Curce112 soit achevé et de ce que Léonard s’est résolu de l’imprimer à la place du Velleius. Vous pouvez croire que je ne le suis pas moins de ce que M. Doujat va donner de la copie pour imprimer la première décade de Tite-Live ; mais il faudrait qu'elle fût achevée devant que de commencer à donner de la copie. Les deux premières feuilles du César que j’ai vues m’ont paru assez bien113 : je ne sais si ce sont les mêmes que le bonhomme M. Godouin vous a fait voir, mais j’en ai été assez content. J’ai tous les déplaisirs du monde, Monsieur, de ce que votre santé...

163(51) 10 août 1675 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1471]

164Votre lettre du 8 me fut rendue hier : je ne sais pas, Monsieur, ce que vous avez appris depuis que vous êtes parti d’ici du procédé de l’homme dont vous me parlez, mais nous nous en entretiendrons à la première occasion. Il ne faut point que vous songiez à aller à Fontainebleau, et au lieu de vous y obliger, votre santé m’est trop chère pour ne m’y opposer pas. Je serai bien aise qu'elle vous permette de venir faire un tour ici avant le départ qui sera dit-on toujours pour le 19 et je le serais bien davantage...

  • 114 S’agit-il du Virgile du père de La Rue, que Bossuet renverra le 20 novembre (n° 59) ? C’est peu vra (...)

165Monseigneur le Dauphin vous remercie du Virgile114 que vous lui avez envoyé : il vous assure qu’il n’en sera pas de même que de l’Horace, mais je n’en crois rien.

166(52) 13 septembre 1675, à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1473]

  • 115 La correspondance de cette période est en grande partie consacrée à la réconciliation (dont Montaus (...)

167[...] Je vous assure, Monsieur, que je ferai ce que je pourrai pour porter les frères [de Brieux115] à la paix, étant persuadé que c’est l’avantage de la famille et souhaitant toujours de faire les choses que vous désirez de moi. Pour nos indices dont vous me parlez, faites comme vous le trouverez à propos pour le mieux, je m’en remets entièrement à vous. Adieu...

168(53) 8 octobre 1675 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1475]

  • 116 Montausier revient ensuite sur l’affaire du précepteur de son petit-fils : voir ci-dessus notre not (...)

169Je suis dans une extrême peine, Monsieur, de la continuation de vos maux. Je vous croyais quitte de la fièvre et de la colique et je vois par votre lettre du 6 que l’une et l’autre vous ont repris et que vous avez encore par-dessus tout votre ancien mal, un mal de tête considérable. [...]116

  • 117 Cornelius Nepos sera achevé le 28 novembre 1675, mais Justin seulement le 15 octobre 1676.

170Depuis ma lettre écrite Léonard est venu ici. Il a apporté cinq de nos auteurs tous reliés, et m’a dit qu’à la Toussaint Justin et Cornelius Nepos seraient encore prêts.117 Je suis d’avis que nous attendions à ces temps-là à donner le Virgile du Père de La Rue ; il y a peu à attendre et cela sera bon de donner huit auteurs tout à la fois. J’ai été bien content de l’impression.

171(54) 29 octobre 1675 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1477]

  • 118 De ces six auteurs, trois étaient déjà effectivement achevés (Florus, Salluste, Térence) ; Phèdre l (...)
  • 119 Effectivement achevé le 30 octobre 1675.

172Je fais réponse, Monsieur, à Mademoiselle de Brieux [...]. Pour nos auteurs Léonard n’avait promis pour la Saint-Martin, que Térence, Salluste, Velleius Paterculus, Florus, Cornelius Nepos, et Phèdre.118 Avec le Virgile119 cela fera sept, qu’il faudra donner et attendre que Justin soit achevé pour le donner ensuite. Je vous conjure, Monsieur, de dire à Léonard qu’il fasse en sorte que ce qu’il m’a fait espérer ne manque pas et de le presser pour cela. Adieu...

173(55) 7 novembre 1675, à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1478]

174Vos deux lettres, Monsieur, du 4 et du 5 m’ont été rendues. Je vous en envoie une de Monsieur de Brieux l’aîné. [...]

175Puisque le Cornelius Nepos ne peut pas être sitôt prêt, et que Léonard et Bénard se pressent à cause du débit des autres auteurs qu’ils ont imprimés, je consens qu’ils présentent ceux qui sont prêts quand ils voudront. Je l’ai déjà fait savoir à Léonard, et comme vous me marquez que le Père de La Rue désire être présent quand son ouvrage sera présenté, vous n’aurez qu’à voir les mesures qu’il y a [à] prendre pour le contenter, les autres qui ont travaillé aussi et les libraires tout ensemble. Je présenterai au roi tous ceux qui ont travaillé sur ces auteurs qu’on donnera. Mais il faudra prendre le temps que Monsieur Colbert soit ici, et qu’ils viennent tous un jour d’audience pour sa commodité. Tout le monde sait les jours qu’il va à Paris et qu’il y demeure, et ainsi il n’y aura qu’à se régler là-dessus. J’attends votre réponse, Monsieur, et je vous assure...

176(56) 9 novembre 1675 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1479]

177Votre lettre d’hier m’a été rendue : en attendant, Monsieur, que le Père de La Rue arrive, il sera bon que vous fassiez savoir aux autres qui ont travaillé comme lui sur les auteurs qui sont imprimés et aux libraires, que dès qu’il sera venu on présentera ces auteurs-là, afin que tous prennent leurs mesures là-dessus. Je suis bien aise que M. Dubois soit enfin en liberté, et qu’il espère d’avoir bientôt fini ses affaires. Pour celle du sieur Daniel [...]

178(57) 13 novembre 1675 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1480]

179Dans le moment même que je reçois votre lettre d’hier je vous y fais réponse pour vous dire, Monsieur, qu’on s’en va samedi à Saint-Germain, et qu’il ne faut point qu’on vienne pour présenter nos auteurs qu’on n’y soit arrivé. Là-dessus ceux qui doivent venir pourront prendre leurs mesures, et vous pouvez bien penser, que non seulement quand on présentera ces ouvrages, mais en toutes les occasions, je serai bien aise de vous rendre le témoignage qui vous est dû là-dessus. Ce que vous me marquez que font les sieurs Daniel et Mademoiselle de Brieux est fort bien. [...]

180(58) 20 novembre 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1481]

181Votre lettre du 18 de ce mois avec celle que M. Dubois vous a écrite et le billet que vous y avez ajouté m’ont été rendus en même temps. Il y a quelque chose ce me semble qui n’est point net dans son procédé, et c’est un homme dont je crains que l’esprit soit léger ayant été en divers endroits et y ayant peu demeuré. Mais si vous le jugez à propos, Monsieur, il faudra encore attendre un peu, car je m’en remets à vous, ou pour voir ce qu’il voudra faire, ou pour prendre en sa place Monsieur Le Prieur que vous me proposez, étant bien aise que vous choisissiez lequel des deux est le plus propre pour un emploi qui demande non seulement de la capacité et du soin, mais une entière application. Je me remets un peu ledit sieur Prieur et ne me souviens pourtant pas bien comment il est fait. Vous savez que mon petit-fils étant élevé en ce pays-ci, il serait à désirer que celui qu’on va mettre auprès de lui payât un peu de mine, cependant j’aime mieux les qualités essentielles que cet extérieur. Sur tout cela j’aurais beaucoup de choses à vous dire, que je ne saurais vous bien expliquer par lettre, et si vous pouviez venir ici le jour qu’on viendra présenter nos auteurs nous verrions ensemble ce qu’il faut faire. À propos de nos auteurs quand Léonard sera ici on verra ce qu’il doit faire pour les exemplaires qu’il en doit donner à ceux qui ont travaillé, et il est raisonnable qu’ils soient contents. Pour l’affaire de Messieurs et de Mademoiselle de Brieux [...]

182(59) 20 novembre 1675, de Bossuet à Huet
[B. p.378]

  • 120 Ces cartons, repérés par J.-M. Chatelain, se trouvent aux p. 23-24, 33-34, 67-68, 153-154, 179-180, (...)

183Je ferai répondre au P. de La Rue, Monsieur, et je ferai aussi ce qu’il souhaite pour les exemplaires des Bucoliques et des Géorgiques, c’est-à-dire que je vous renvoierai tant ceux de Monseigneur le Dauphin [que] les miens, pour y faire ajouter les cartons, puisque vous voulez bien en prendre la peine.120

184(60) 23 novembre 1675, de Bossuet à Huet
[B, p.380]

185[...] Le roi a très bien reçu nos auteurs. M. de Montausier a fait très bien votre cour, qui a été bien reçue. J’ai confirmé tout ce qu’il avait dit à votre sujet, et le roi en a paru fort persuadé. [...]

186(61) 13 décembre 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1482]

187Je vous suis fort obligé, Monsieur, de la peine que vous prenez pour me donner un précepteur pour mon petit-fils : tâchez d’arrêter celui que vous me proposez sans conclure pourtant avec lui, parce que de mon côté j’avais jeté les yeux sur une autre personne, mais j’aime mieux prendre un homme de votre main que de nulle autre. Je suis bien aise que Messieurs de Brieux vous aient donné leurs articles. [...]

188En fermant ma lettre je viens de recevoir la vôtre d’hier avec les articles que vous m’avez envoyés de Messieurs de Brieux et les réponses que je n’ai pu voir et que je n’examinerai point, car il faut qu’ils prennent des arbitres. Je ne dirai rien au sieur Danet de ce que vous m’avez mandé, mais j’ai bien remarqué des fautes dans le Virgile aussi.

189(62) 24 décembre 1675 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1484]

  • 121 Ces huit derniers mots ont été ajoutés au-dessus de la ligne.

190Dans la difficulté qu’il y a, Monsieur, de trouver un bon précepteur pour mon petit-fils, il faudra se contenter d’un médiocre, et choisir le meilleur de ceux qui se rencontrent. Je suis fâché que cela vous donne tant de peine, mais c’est une chose si importante que je vous conjure de vouloir bien continuer ; et si on ne trouve pas mieux que le sieur Boileau, c’est celui-là qu’il faudra arrêter. Je ne doute point que l’affaire des sieurs de Brieux et Daniel ne vous ait bien donné de l’embarras et ne vous ait bien fait perdre du temps, car je sais qu’il est difficile d’accommoder les gens de Normandie, tous n’étant pas aussi raisonnables que vous...121

191(63) 14 janvier 1676à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1486]

192Je fais réponse tout à la fois à vos deux lettres du 10 et de l’onzième de ce mois. On ne saurait vous être plus obligé que je suis de toutes vos bontés et de toutes les peines que vous prenez pour donner un bon précepteur à mon petit-fils. Je ne veux point hasarder de prendre celui dont on vous a dit qu’il y avait quelque historiette, quand il n’y aurait que le seul soupçon et qu’il serait innocent. [...]

193(64) 17 janvier 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1487]

  • 122 Mauconduy est vraisemblablement un imprimeur à qui Léonard, qui possède des presses mais ne les fai (...)

194J’ai reçu votre letre du 15 de ce mois : j’attends que les sieurs de Brieux et les sieurs Daniel viennent ici pour achever ce qui reste à faire pour leur accommodement, et j’aurais bien voulu qu’ils fussent venus le même jour les uns et les autres. Pour les précepteurs que vous m’avez proposés, je vous supplie de prendre la peine de voir ma fille. Je vous envoie, Monsieur, une grande lettre que Mauconduy122 m’a écrite ; il ne serait pas juste qu’on lui fît payer les feuilles où il se trouverait quelque faute légère mais aussi il faut savoir à qui se doivent imputer celles qui se rencontreront dans les ouvrages. Trouvez un tempérament pour cela, je vous en laisse le soin, et faites savoir à Léonard et à Mauconduy ce qu’il y aura à faire. Adieu...

195(65) 26 janvier 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1488][Voir la lettre du 29 juin 1676]

  • 123 Gaspard de Fieubet (1626-1694), très lié à des gens de lettres, auteur de vers latins qui n’ont pas (...)

196Votre lettre du 24 de ce mois m’a été rendue. Selon ce que vous me dites les différends d’entre Léonard et Mauconduy seront terminés par leur séparation, mais le premier vient d’écrire qu’il vous a vu, que vous avez trouvé ses raisons bonnes, et qu’il vous a dit qu’il ferait ce que vous jugeriez à propos. Cela ne marque pas la séparation, et je crois cependant qu’il est difficile qu’ils se puissent accommoder l’un de l’autre. Vous verrez ce qui se pourra faire. Les sieurs Daniel viennent de sortir de ma chambre. [...] Pour le précepteur de mon petit-fils, voilà qui est fait, on s’en tiendra à celui que Monsieur de Fieubet123 a proposé. J’ai reparlé encore depuis peu à M. Colbert pour les ordonnances de ceux qui ont travaillé pour Monseigneur le Dauphin, il m’a dit qu’il les ferait expédier, mais présentement on fait attendre tout le monde. Adieu, Monsieur...

197(66) 24 février 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1490]

  • 124 Le privilège des Panegyrici veteres est du 17 avril 1676, registré le 1er octobre ; l’achevé d’impr (...)
  • 125 Le chancelier (également garde des Sceaux) était alors Etienne II d’Aligre.

198J’ai été bien aise d’apprendre de vos nouvelles car il y a déjà quelque temps que je n’en avais pas reçu, si le Père de La Baune jésuite n’eût envoyé ici un privilège tout dressé pour faire imprimer les Panégyriques anciens sur lesquels il a travaillé.124 Je prierai M. le chancelier de le lui accorder.125 Je crois que vous ferez bien de n’envoyer point d’exemplaires de vos auteurs ni au secrétaire de l’Académie d’Angleterre ni à Monsieur Vossius pour les raisons que vous me mandez. Je trouve que vous travaillez avec grande diligence à votre ouvrage et que vous l’avancez fort [ce] dont je me réjouis et du voyage que vous devez faire ici cette semaine, car Monsieur...

199(66a) 15 mars 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Heinsius
[MH]

200La dernière lettre que j’ai reçue de vous, Monsieur, est du mois de décembre et j’y aurais fait réponse plus tôt, si ce n’est que j’attendais à le faire, que je pusse vous envoyer en même temps quelques-uns des auteurs sur lesquels nous faisons travailler pour Monseigneur le Dauphin, et cela a tiré un peu en longueur, comme vous savez qu’ont accoutumé de faire les imprimeurs. Enfin il y en a sept que j’espère, que vous recevrez bientôt, si on me tient parole. On travaille de la même sorte sur tous les anciens auteurs de la langue latine, même sur ceux dans les siècles desquels la pureté était extrêmement altérée, mais qui ne laissent pas d’avoir leur agrément et leur utilité. La manière dont on use en cela ne sera peut-être pas de votre goût, ni de celui des autres gens profonds en science comme vous, mais je vous prie, Monsieur, de considérer le dessein que j’ai eu en cela, et peut-être vous l’approuverez. Il y a une infinité de personnes, entre autres les gens de qualité et principalement les grands princes, qui étudient si légèrement et font un si petit progrès dans les lettres ou par leur libertinage ou par la négligence de ceux qui les enseignent, qu’ils cessent d’étudier avant que d’être capables de bien entendre les anciens auteurs et qui pourtant quelques années après étant devenus plus raisonnables les voudraient bien lire, mais ils en sont rebutés par la difficulté y ayant beaucoup de peine à feuilleter tous les commentateurs et après l’avoir fait en recueillent souvent peu de fruit. J’ai cru que pour remédier à cet inconvénient, il fallait s’accommoder à la faiblesse et à la paresse des lecteurs et leur donner les auteurs expliqués d’une manière si aisée par le moyen d’une glose perpétuelle sur les poètes et des notes généralement surtout si claires et si faciles quelles ne laissent aucune difficulté aux gens même les moins intelligents. Ainsi quand Monseigneur le Dauphin sera hors des mains de ceux qui l’enseignent, et qu’il aura envie de lire quelqu’un des anciens auteurs, il n’aura qu’à se charger la main de celui qu’il lui plaira et sans autre assistance il l’entendra aisément. Le public en profitera, car il y a beaucoup de gens qui en auront plus de besoin que lui. Pourvu que nos ouvriers s’acquittassent bien de leur tâche, ce travail ne serait pas méprisable, mais j’ai peur qu’il n’y en ait bien de faibles, et cela n’est pas ma faute, car il les faut prendre tels qu’ils se rencontrent : j’espère pourtant qu’il y en aura de bons. Obligez-moi de m’en mander votre sentiment avec sincérité, et songez encore une fois que cela n’est pas fait pour les savants, comme sont les belles, savantes et recherchées remarques et corrections que vous avez déjà données sur divers auteurs, et celles que vous me faites encore espérer par votre lettre. Si ce beau dessein vous conviait de faire encore un voyage en France, comme vous me le mandez, j’en aurais une extrême joie, et je m’offre de tout mon cœur à être le solliciteur de vos passeports. Que j’aurais de plaisir de vous rendre ce petit service, ne vous en pouvant rendre de grands, et que je vous embrasserais avec une affection sincère et cordiale. Votre élégie nuptiale est la véritable sœur de tant d’autres que j’ai vues de votre façon, et je vois que les Muses vous sont aussi favorables que dans votre plus florissante jeunesse. Désennuyez-vous donc souvent avec elles et consolez-vous avec une si bonne et agréable compagnie des chagrins que vous donnent la guerre et les affaires ; surtout, souvenez-vous toujours de moi, et ne cessez jamais de m’aimer, car je conserverai toute ma vie pour vous...

201(67) 6 avril 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1491]

202Dans le moment même que j’ai reçu votre lettre du 4 de ce mois, j’allais, Monsieur, vous demander de vos nouvelles étant en peine de n’en avoir point eu depuis quelques jours, et j’ai eu beaucoup de joie d’apprendre que vous êtes quitte de la fièvre et du rhumatisme dont vous aviez été pris, car votre santé ne saurait être plus chère à personne qu’à moi. Le provincial des jésuites m’a fait réponse et m’a accordé ce que je lui avais demandé pour le Père de La Rue ; je vous envoie sa lettre et je vous prie quand vous écrirez au Père de La Rue de lui faire mille amitiés pour moi. Le privilège qu’attend le Père de La Baune serait scellé il y a longtemps si le libraire avait envoyé la promesse de fournir les exemplaires comme on lui a fait dire et on n’attend que cela. Vous m’avez fait un fort grand plaisir de me mander des nouvelles de votre ouvrage.[...]

203Si vous ne faites entendre raison à Léonard sur ce que vous me dites nous verrons ce qu’il faudra faire.

204(68) 1er mai 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1494]

205Si le sieur Pyron n’était point demeuré d’accord de payer les ports des épreuves qu’il renvoierait à Léonard, je n’aurais pas trouvé cela juste, mais puisqu’il en est convenu il faut qu’il les paie. Vous verrez par le certificat de l’imprimeur que je vous envoie, que cette convention a été faite entre eux. Envoyez-le s’il vous plaît, Monsieur, audit sieur Pyron, et mandez-lui que je ne puis rien régler contre un marché qu’il a fait. Aimez-moi et croyez...

206(69) 4 mai 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1495]

  • 126 Voir notamment Poésies et rencontres du sieur [Louis] de Neufgermain, poète hétéroclite de Monseign (...)
  • 127 Fontenelle, Recueil des plus belles pièces des poètes français, tant anciens que modernes, depuis V (...)

207Je viens de recevoir votre lettre du 3. C’est la faute de Bénard s’il n’a pas encore le privilège pour l’ouvrage du Père de La Baune, car s’il avait donné la promesse de fournir les exemplaires à Monsieur le chancelier dès que je le lui fis dire, le privilège aurait été scellé sur l’heure et envoyé. Puisque vous me mandez qu’il l’a enfin donnée, quand Monsieur le chancelier sera ici, je ferai ce qu’il faudra. C’est une vision de craindre que Léonard ait retiré ce privilège, car cela n’est point, et même on n’avait pas voulu le sceller sans avoir la promesse ; et quelle apparence y a-t-il que Léonard eût retiré un privilège qui est sous le nom de Bénard et qu’en aurait-il pu faire, n’ayant pas l’ouvrage en son pouvoir. Le sieur Pyron ne m’avait pas mandé qu’il eût promis de payer les ports des épreuves lorsqu’il fut arrêté qu’on les lui envoierait à Caen, et si vous me l’avez dit je ne l’ai pas entendu comme cela, car il ne faut point venir à moi pour faire des choses contre ce qu’on a promis. Je lui ai mandé que je lui ferais donner le nombre d’exemplaires qu’il doit avoir, qui est 36 et qu’il ne fallait pas qu’il différât d’envoyer le reste de son indice. Vous pouvez, Monsieur, assurer nos commentateurs que je fais ce que je puis pour leur faire donner de l’argent, car je n’ai pas parlé une seule fois à Monsieur Colbert de mes appointements que je ne lui aie parlé de leur rétribution ; je le priai encore vendredi d’y songer et il me répondit qu’il verrait. Neufgermain n’est pas mort à l’hôtel de Rambouillet, mais jusques à sa mort il y a toujours eu ordinaire.126 Voilà ce que vous pouvez dire à celui qui fait l’histoire des poètes français127 ?, et je vous prie de me mander qui il est. Ma fille et moi vous sommes bien obligés de ce que vous me dites sur son mal. Adieu, Monsieur...

208Parmi les privilèges que Léonard a pris, celui de l’auteur sur lequel le P. de la Baune a travaillé n’y est point compris, et quand même il y serait compris, il ne faut pas que Bénard s’en mette en peine.

209(70) 28 mai 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1497]

210Pour toute réponse, Monsieur, à la lettre que je viens de recevoir de votre part, je vous dirai qu’il faudrait pour bien expliquer toutes choses, que nous nous entretinssions là-dessus. Ce sera quand vous viendrez faire un tour ici pour un jour ou deux seulement, car ce n’est pas pour plus de temps que cela que j’ai dit au sieur Crespin que vous deviez venir un peu faire votre cour à Monseigneur le Dauphin. Vous savez qu’il est bon quand le roi n’est pas ici que vous y veniez quelquefois. Adieu, Monsieur...

211(71)11 juin 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1498]

  • 128 Dans ses Mémoires (V, p. 122), Huet déclare n’avoir appris cette nouvelle qu’en 1677.

212J’ai reçu votre lettre du 8 et la promesse que Bénard nous a enfin donnée pour avoir son privilège ; quand Monsieur le chancelier sera ici, je donnerai ordre qu’on fasse ce qu’il faut pour les faire sceller, et je crois qu’il y sera dès ce soir. Avant que de parler du vôtre, il est nécessaire que nous nous entretenions et vous pouvez croire cependant que je serais toujours ravi de faire ce que vous désirerez de moi. Pour ce que vous me dites, Monsieur, sur le sujet de M. Graevius, il est disposé à travailler sur les auteurs d’agriculture, ainsi il ne faut point les donner à d’autres, à moins qu’il n’eût changé de sentiment, ce que je ne crois pas ; mais je le saurai. Je vous assure que je regrette fort le bonhomme Monsieur Halley, car c’est toujours une perte considérable que celle des personnes comme lui, à quelque âge que ce soit.128 Adieu Monsieur...

213(72) 29 juin 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1499]

  • 129 D’après G. Lepreux, sitôt qu’il devint imprimeur du roi, le libraire Léonard « trouva, dans chacune (...)
  • 130 Charles Cotin (1604-1682) est bien celui que Boileau et Molière ont immortalisé comme l’auteur du S (...)
  • 131 D’après les Mémoires, Huet se serait brouillé avec lui en 1670 (IV, p. 101-102) ; mais ils continua (...)
  • 132 C’est précisément en 1676 que Segrais s’installe à Caen, sa ville natale.
  • 133 Ce sont deux ouvrages récents : John Selden (pseud. d’Alessandro Sardi), De nummis, Londini, M. Pit (...)
  • 134 Le roi, en campagne en Flandre, a pris le chemin de Mons ; il ne rentre en France qu’au début du mo (...)

214Selon ce que vous me mandez, Monsieur, par votre lettre du 26, Léonard et Mauconduy vont avoir un procès129 : je voudrais bien savoir quelles sont leurs nouvelles contestations, car peut-être cela n’en vaut-il pas la peine, et vous me ferez plaisir de m’en informer. Pour l’impression de nos auteurs, il faudra faire ce qu’on pourra, et si on ne trouve pas d’imprimeur présentement qui s’en veuille charger, il n’y a qu’à prendre patience. Je vous supplie de remercier M. l’abbé Cotin du sonnet que vous m’avez envoyé de sa part, et de lui dire que je l’ai trouvé fort bien.130 Témoignez aussi à M. de Segraists131, que j’aurais été bien aise de le voir avant qu’il partît pour la Normandie, mais puisque ses affaires l’ont empêché de pouvoir venir ici, je lui souhaite un bon voyage.132 Je vous remercie de l’avis que vous m’avez donné des livres nouveaux que vous avez reçus, j’en ai quelques-uns de ceux-là mais je voudrais bien avoir Selden, De re nummaria, et Smith, De Statu hodierno Graecae Ecclesiae133, que je n’ai point et vous m’obligerez extrêmement de me faire savoir où ils se trouvent. On ne sait rien de certain ici non plus qu’à Paris du retour du roi134 ; et je crois que même où il est, il n’y a que lui et très peu de personnes qui en sachent quelque chose. Adieu Monsieur...

215Je ne veux point savoir toutes les raisons de Léonard et de Mauconduy mais le fond de leur différend seulement.

216(73) 15 mai 1676, à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1496]

  • 135 D’après la lettre 80, Roussel est le dauphin chargé de Vitruve.
  • 136 Guillaume Milet (1617-1690), sous-gouverneur du Dauphin.

217[...] L’état où vous me mandez qu’est ce pauvre Monsieur Roussel135 est digne de compassion, j’en ai parlé à Monseigneur le Dauphin qui a bien voulu lui faire la charité. J’ai aussi demandé quelque chose à la reine qui a promis qu’elle donnerait, M. de Condom et M. Milet136 donneront aussi et j’y ajouterai quelques pistoles en mon particulier. Mais au lieu de donner cet argent à M. Blondel, il serait bon, Monsieur, que vous le donnassiez vous-même à ce pauvre homme selon ses besoins, car M. Blondel le lui donnerait tout à la fois et on pourrait le lui prendre dans l’état où il est. Adieu, Monsieur...

218On vous envoiera l’argent par M. Blondel, cependant vous pourrez avancer quelques pistoles là-dessus si le besoin presse.

219(74) 2 novembre 1676 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1501]

  • 137 C’est « apparemment sur la recommandation de Bossuet » que Claude Fleury commence en 1672 « une lon (...)

220Je ne saurais vous dire, Monsieur, toute la joie que j’ai eue d’apprendre par votre lettre d’avant-hier que l’accident que vous eûtes ici n’a point eu de suite, mais vous savez quelle part je prends à tout ce qui vous touche. Par cette raison-là je suis très fâché de la continuation de votre rhume et je vous conseille aussi bien que votre médecin de ne vous pas presser à revenir ici. Monseigneur le Dauphin ne fera pas grand-chose ces trois ou quatre jours et M. Fleury137 suffira. Ainsi mettez-vous en état de ne rien craindre avant que de venir reprendre votre tâche...

221(75) 13 novembre 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1503]

222Les nouvelles que vous m’avez mandées de votre santé, Monsieur, m’ont donné beaucoup de joie, mais elles ne sont point encore telles que je les désirais. Il faut espérer que vous serez bientôt quitte de votre fluxion sur les yeux, et ce ne saurait pourtant être assez tôt pour m’ôter d’inquiétude, car j’en aurai toujours jusques à ce que vous soyez entièrement guéri. [...] Je suis très persuadé que votre présence est très nécessaire pour nos commentateurs et que tous se relâcheraient si vous n’y teniez la main. Adieu, Monsieur...

223(76) 17 novembre 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1504]

  • 138 Doté du privilège initial de 1674, le Manilius est achevé d’imprimer le 24 mars 1679. Il comporte, (...)

224Je fais réponse par deux lettres séparées à la vôtre du 15 de ce mois. [...] Je suis bien aise que vous soyez quitte de votre fluxion sur les yeux et très fâché de l’autre incommodité que vous avez. [...] J’approuve le traité que le sieur Dufay a fait avec Léonard, car sans cela on n’aurait peut-être pas pu faire imprimer Manile.138 Si M. Doujat prenait un autre imprimeur que Léonard pour son Tite-Live, il faudrait que cet imprimeur achetât de Léonard une décade de suppléments sur cet auteur qu’il a imprimée. Je verrai ce que me dira M. Doujat et si son ouvrage est bien avancé. Conservez-moi l’amitié...

225(77) 14 décembre 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1507]

  • 139 Le Claudien sera achevé d’imprimer le 24 mars 1677.
  • 140 Crespin et Dacier, tous deux protestants, n’ont guère de ressources ; sur Crespin, voir ci-dessus l (...)

226J’aurais bien souhaité, Monsieur, que vous eussiez été en état d’amener ici le Père de la Baune car ç’aurait été une bonne marque pour votre santé qui est si mal établie depuis quelque temps et qui m’est si chère. [...] J’ai vu l’épître et la préface du sieur Pyron pour le Claudien et je vous les renvoie. Quoique le tout soit assez grossier, je n’y ai rien trouvé de particulier à redire. Vous les reverrez et vous les corrigerez si vous le jugez à propos avant que de les donner à imprimer.139 Pour Manile le roi fera toute la dépense des figures et des constellations, ainsi il ne sera pas besoin de se servir de l’expédient que vous aviez trouvé, mais de voir si l’homme que le sieur Dufay avait trouvé pour les figures, qui les voulait faire à beaucoup meilleur marché que les autres dont Léonard avait parlé, est capable de les bien faire, car puisque le roi en veut faire la dépense il faut que cela soit bien ; je mande au sieur Dufay que vous résoudrez la chose quand lui et Léonard vous iront trouver pour nous en informer. Le Père de La Baune présenta hier son ouvrage, et je ne manquai pas de lui parler du Cicéron et il me répondit ce que nous pouvions désirer. J’ai eu une lettre du Père de La Rue sur ce sujet-là et j’espère que tout ira bien. Je vous envoie une lettre que M. Heinsius m’a écrite sur nos auteurs, que je serai bien aise que vous voyiez ; quand vous l’aurez lue, je vous supplie de me la renvoyer. L’état où est le sieur Crespin me faisant compassion, j’ai songé à ses intérêts, je lui ferai bientôt donner son ordonnance aussi bien qu’au sieur Dacier.140 Mais il ne faut pas que les autres le sachent parce qu’ils demanderaient la même chose et on ne saurait le faire à cette heure, ainsi je vous conjure de leur recommander tout le secret imaginable là-dessus, outre ce que je leur mande, et de me faire savoir ce que vous croyez qu’il faille donner au sieur Dacier, car je ne sais pas la grosseur de son ouvrage ; marquez-moi si c’est deux cents pistoles ou plus ou moins. J’attends de vos nouvelles, je me réjouis de ce que la fièvre vous a quitté et je désire qu’il en soit bientôt de même de vos autres maux. Adieu, Monsieur...

  • 141 Nous avons ici la seule trace de la présence dans la collection d’un auteur qui a nourri la réflexi (...)
  • 142 Voir la lettre suivante.

227J’oubliais de vous dire que M. Doujat m’ayant marqué qu’il voudrait bien qu’on commençât d’imprimer Tite-Live, j’en ai parlé à Léonard, qui le veut bien pourvu que la première décade soit faite et qu’on ne laisse pas dans la suite ses presses inutiles ; il veut bien aussi imprimer Sénèque Tragique141, Juvénal et Perses142, ainsi vous en ferez avertir ceux qui les ont faits. Mr de Condom m’a dit qu’il trouvait de plus en plus votre ouvrage admirable.

228(78) 22 décembre 1676 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1508]

  • 143 S’agit-il de sa fonction de scriptor au collège de Clermont ? En fait celle-ci lui permettait de se (...)
  • 144 Effectivement l’ouvrage ne paraîtra qu’en 1684, alors que le privilège date d’août 1674.

229J’apprends, Monsieur, par votre lettre d’hier, que je viens de recevoir, que vous êtes quitte d’un de vos maux, ma joie en est grande, mais elle serait parfaite si vous l’étiez de toutes vos incommodités, qui me donnent tant d’inquiétude. J’ai déjà dit au roi que c’était votre mauvaise santé qui vous obligeait de demeurer à Paris et dans l’occasion je le lui dirai encore en quelques jours d’ici, parce que cela le fera toujours ressouvenir de vous et me donnera lieu de lui en dire quelque chose. Je suis bien aise que vous ayez exécuté votre dessein, Dieu veuille que vous y trouviez toute la consolation que j’espère et que vous pouvez désirer. Le Père de La Rue m’a mandé que son nouvel emploi ne le détournerait point de la tâche que nous lui avons donnée, mais je vois bien que si selon ce que vous m’en écrivez.143 Je croyais que celui qui a Juvénal et Perse avait achevé l’ouvrage, cependant vous me faites comprendre qu’il en est bien éloigné.144 Cela est fâcheux parce que par la longueur la bonne volonté de l’imprimeur peut passer. Au nom de Dieu, Monsieur, pressez-le et le bonhomme M. Doujat aussi et faites-moi la justice de croire que j’ai pour vous dans le fond du cœur tous les sentiments que vous méritez.

230(79)11 janvier 1677 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1509]

  • 145 Juris civilis Amœnitates, Lutetiae Parisiorum, G. de Luyne, 1664 ; 2e éd., ex officina G. Martini, (...)
  • 146 Origines de la langue française, Paris, A. Courbé, 1650. Une nouvelle édition, sous la forme d’un D (...)

231[...] Puisque le graveur de M. Dufay est tel que vous dites, il faut se servir de celui de Léonard et se contenter des figures qui seront nécessaires et non pas de toutes les constellations. Pour résoudre tout cela il serait à propos que M. Dufay vînt ici, et qu’on vît de l’ouvrage du graveur de Léonard, car je prétends que tout soit bien, le roi en faisant la dépense. Vous m’avez fait plaisir de me mander toutes ces impressions qu’on va faire en Hollande. Je crois que vous ferez bien de faire réimprimer en petit aux libraires de ce pays-là votre Traité de l’interprétation. Monsieur Ménage m’a mandé qu’il avait résolu de se retirer en Anjou dès que ses Aménités de droit145 seraient achevées de réimprimer : je voudrais bien qu’il fît réimprimer aussi ses Origines de la langue française146 dont on ne trouve plus d’exemplaires, car l’ouvrage est bon. Si vous le voyez obligez-le à cela. [...]

232(80) 9 février 1677 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1510]

  • 147 Il s’agit de la Demonstratio evangelica, qui ne devait paraître qu’en 1679, chez S. Michallet (la B (...)

233Puisque ce ne sont pas les incommodités, Monsieur, auxquelles vous êtes si sujet qui vous ont empêché de venir ici, je m’en console. Mais je suis bien en colère contre ceux qui vous ont fait tant d’injustice et qui vous traitent si mal sur votre ouvrage.147 Vous avez bien fait de ne pas quitter prise pour tâcher de surmonter tous les obstacles qu’on apporte à l’approbation, et je souhaite que bientôt vous en soyez venu à bout. Je suis obligé de vous rendre témoignage qu’on ne saurait dire plus de bien de cet ouvrage qu’en dit Monsieur de Condom. Cela est assez étrange qu’on trouve si peu de gens chez les jésuites pour travailler sur nos auteurs, puisqu’au commencement il semblait qu’ils les pourraient tous entreprendre. La décadence des lettres dans la Hollande n’est pas particulière pour ce pays-là, car c’est un malheur général aujourd’hui. Tâchez de faire entendre raison à ce marchand à qui le feu sieur Roussel a légué son Vitruve ; vous lui avez dit ce qu’il faut pour cela, et il faudra en effet donner cet auteur à un autre si cet homme-là ne nous communique pas l’ouvrage du feu sieur Roussel. Je vous conjure, Monsieur...

234(81) 23 février 1677, à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[H, f. 23 r°-23 v°]

  • 148 D’après l’éditeur, « probablement la traduction de Vitruve par Claude Perrault, qui parut l’année s (...)

235Vous ne sauriez, Monsieur, avoir plus de chagrin que moi de tout ce qu’on vous a fait dans votre ouvrage, et sur la longueur qu’on apporte à vous en donner l’approbation. Vous faites bien de vouloir finir cela. Mais il est nécessaire que vous veniez ici faire un tour, afin que Monsieur de Condom et moi, vous entretenions là-dessus. Il suffira que vous veniez coucher un soir pour vous en retourner le lendemain, ainsi ce sera comme si vous n’étiez point parti de Paris. Monsieur de Condom est fâché de ce qu’on n’en a pas bien usé pour votre ouvrage et il veut faire tout ce qu’il pourra pour votre satisfaction. Venez le plus tôt que vous pourrez, et quand vous serez ici, nous parlerons de l’impression du Vitruve148 et des figures du Manile, pour lesquelles je veux bien faire donner douze cents francs, pourvu qu'elles soient bien faites. Je me réjouis, Monsieur...

  • 149 Cette lettre étant adressée à « Monsieur Huet » est antérieure à novembre 1685. Dans la période con (...)

236(81 bis) mercredi 24 février [1677149] à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1677]

237Je vous envoie, Monsieur, la dernière lettre que j’aie reçue de M. Crespin afin que vous la voyiez et que vous lui mandiez votre sentiment sur ce qu’il m’écrit, si vous voulez bien m’envoyer votre lettre, je la lui ferai tenir en lui faisant réponse.

238(82) 6 avril 1677 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1515]

239J’ai reçu, Monsieur, votre lettre du 4 de ce mois : vous n’avez qu’à demeurer à Paris tant qu’il vous plaira pour achever vos affaires : je me réjouis de ce que l’impression de votre ouvrage va si bien et je souhaite que cela continue. J’espère que ce que vous avez dit aux jésuites pour faire avancer nos ouvrages qu’ils ont entre les mains ne sera pas inutile, et vous voyez qu’il est nécessaire que vous ayez l’œil de temps en temps. Puisque le sieur Crespin n’en a que pour huit jours pour achever ce que je veux qui soit fait, ils seront bientôt passés et s’il a fait une fois il aura contentement, mais jusque-là je suis inexorable. Adieu, Monsieur...

240(83) 26 avril 1677 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1516]

241C’est une étrange chose, Monsieur, que vous ne puissiez presque point avoir de santé.[...]

242Monseigneur le Dauphin ne vous a pas oublié comme vous croyiez. Le jour qu’il prit médecine, M. Colbert lui étant venu faire sa cour, il l’appela et lui dit qu’il lui ferait un fort grand plaisir de vous faire continuer votre pension, à quoi M. de Colbert répondit, qu’il y ferait tout ce qui dépendrait de lui. On m’a assuré que Monseigneur le Dauphin avait parfaitement bien fait tout ce que vous pouviez désirer de lui, dont j’ai eu beaucoup de joie. Je 148. 149. suis bien aise de l’espérance que les jésuites vous ont donnée pour nos ouvrages, et de celle que vous donne votre imprimeur. Adieu, Monsieur...

  • 150 Nous manquons d’éléments pour dater cette lettre ; nous avons cru cependant pouvoir la rapprocher d (...)
  • 151 Un des trois trésoriers de l’épargne.
  • 152 Le privilège de l’Ovide est seulement du 19 septembre 1682, l'Epistola du 25 octobre 1685 ; le prem (...)

243(83 bis) sans date, de Montausier à Huet [Ashb. 1678]150
Je vous envoie Monsieur, dans le moment même que je reçois votre lettre d’hier un billet pour M. Du Mets151, afin que le sieur Crespin touche son argent pour la première partie d’Ovide.152 Faites-lui comprendre qu’il faut qu’il travaille avec application au reste, et qu’il ne s’avise pas de nous en vouloir faire accroire. Je suis bien aise que M. Dacier aille travailler aux ouvrages dont vous me parlez. Il faut comme vous dites joindre le tout ensemble, et qu’il commence par les poèmes et les épigrammes, et puis il viendra aux fragments. Adieu Monsieur je souhaite que vos imprimeurs vous tiennent parole et de vous pouvoir témoigner...

244(84) 1erjuin 1677 à Versailles, d’Huet à Isaac Vossius, à Windsor
[TH, p.460-461]

245[Huet explique un long silence par une maladie dont il est à peine remis, et se félicite de pouvoir renouer la correspondance avec son ami.]

246Je me réjouis vivement que vous approuviez le dessein de restaurer les auteurs anciens suivant une nouvelle présentation ; je sais en effet à quel point vous êtes un excellent observateur de ce genre de travaux. Il aurait été souhaitable que cela eût pu s’exécuter et être mené à son terme aussi adroitement que cela avait été conçu par le duc de Montausier, non pas pour les études du seul Dauphin, mais aussi pour celle de tous. Mais dans la pénurie que nous connaissons, je ne dis pas de savants, mais de lettrés, et dans le champ de ruines des belles-lettres, il est déjà bien beau que le sort nous ait offert quelques personnes capables en tout état de cause de faire le travail qui leur était destiné ; alors qu’il aurait fallu plutôt choisir entre un grand nombre de gens habitués et pliés à une longue pratique en toutes sortes de travaux, dont le zèle et l’activité pouvaient permettre que l’entreprise fût achevée comme on le souhaitait, conformément à son importance et à la dignité du Sérénissime Dauphin, à qui elle était destinée à complaire. Du reste on trouvera même que quelques-uns se sont acquittés à leur honneur de la tâche qui leur était imposée. Quelques autres auteurs anciens verront le jour dans peu de mois avec la même présentation. Je vous les enverrai dès qu’ils seront sortis. Plaise au ciel que les typographes nous montrent autant de diligence à publier le travail d’une plus grande étoffe que celle que nous avons depuis longtemps mise en œuvre ; mais leur lenteur et leur paresse nous mettent au supplice – nous les surmontons néanmoins grâce à notre patience.

247[Huet proteste ensuite de son amitié et de son estime pour I. Vossius.]

248(85) 28 septembre 1677 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1521]

  • 153 Depuis 1675, ce jésuite est le confesseur du roi.

249J’ai reçu, Monsieur, votre lettre d’hier et au sortir du dîner du roi je lui ai rendu celle que vous m’avez adressée pour lui : je lui ai dit que vous étiez indisposé à Paris, que vous preniez la liberté de lui demander une abbaye dans votre pays de 8 000 livres de rente qui allait vaquer, et qu’il n’y avait personne qui méritât mieux que vous que S. M. vous fît des grâces, car outre l’esprit, la piété et la vertu, vous aviez un mérite singulier étant sans doute le plus savant homme de l’Europe. Il a pris la lettre, l’a ouverte, m’a demandé si l’abbaye était dans votre pays et est entré dans son cabinet. Voilà comment la chose s’est passée : si le Père de La Chaise153 avait été ici je lui en aurais parlé, afin qu’il vous fût favorable. Mais il en est parti et doit être demain au soir à Paris : je vous en donne avis croyant que vous devez prendre des mesures avec lui. C’est une chose étrange que vous n’ayez presque pas un moment de santé...

250(86) 21 octobre 1677 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1525]

  • 154 « On appelle une abbaye en règle, celle qui ne peut être possédée que par un religieux, ou par un c (...)

251[...] Léonard m’a envoyé pour Monseigneur le Dauphin et pour moi les premiers tomes du Cicéron de M. Graevius, mais comme un livre nouveau qu’il avait reçu, et non pas de la part de l’auteur, qui ne l’a point dédié à Monseigneur le Dauphin comme il devait faire : la perte de M. Oldenbourg est fort considérable, ayant toutes les bonnes qualités que vous me dites qu’il avait et beaucoup de mérite. Vous avez bien fait de ne faire nulles démarches pour cette abbaye vacante, puisqu’elle est en règle154 et de peu de revenu. Il faut espérer que le roi qui récompense toujours le mérite ne vous oubliera pas. Personne ne le souhaite plus que moi, Monsieur. [...]

252(87) 31 octobre 1677 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1526]

253J’ai appris avec beaucoup de joie, Monsieur, par votre lettre d’hier, que votre santé est un peu meilleure grâce à Dieu : il faut espérer que cela continuera et augmentera et je le souhaite plus que personne. Monsieur de Condom a la fièvre tierce, ainsi il est nécessaire que vous veniez ici si votre santé vous le peut permettre. Quand vous y serez on verra à vous accommoder pour votre logement si celui que vous avez ne vous est pas bon, et nous parlerons des livres dont vous m’avez écrit. Venez donc si votre santé est assez bonne, mais si vous n’êtes pas en état de cela ne venez point. En cas que vous ne puissiez pas venir demain, mandez-le à Monsieur Fleury par un billet à l’Hôtel de Conti, afin qu’il vienne. Adieu, Monsieur...

254(88) 24 février 1678 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1529]

255J’ai reçu, Monsieur, votre lettre du 20. Quand vous auriez été ici dans le temps que vous y croyiez revenir, vous n’auriez rien fait, car les divertissements de Monseigneur le Dauphin l’ont occupé fort tard tous les soirs des derniers jours gras. Je suis bien aise que vous vous soyez attaché à toucher votre argent, sachant que pour celui qui vient du roi le plus tôt est toujours le mieux, et vous ne doutez pas je m’assure que je n’entre dans tous vos intérêts. Je vous plains d’avoir affaire à un trésorier si difficile à trouver, et je sais que vous emploieriez beaucoup plus agréablement votre temps dans votre cabinet. Tâchez autant que vous pourrez de remettre nos commentateurs en train. J’écrirai au sieur Dufay une lettre qui le fera songer à lui à moins qu’il n’ait tout à fait perdu le sens. Je ne suis pas fâché de vous voir accablé d’épreuves pour votre ouvrage, puisque c’est une marque qu’il avance beaucoup, qui est sans doute ce que vous désirez. Ne vous pressez point de revenir que vous n’ayez reçu votre argent, deux ou trois jours plus ou moins ne font rien. Adieu, Monsieur...

256(89) 25 février 1678 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1530]

  • 155 Michallet avait eu grand mal à se faire admettre dans la Communauté des libraires et imprimeurs par (...)

257J’écris tout à l’heure au sieur Léonard et fortement, afin qu’il achève l’indice de Plaute, et je lui marque qu’il faut qu’il soit imprimé tel que l’auteur l’a fait sans en retrancher une syllabe. Je vous suis bien obligé, Monsieur, de la bonté que vous avez eue de m’envoyer un mémoire des livres nouveaux que le sieur Michallet155 a reçus d’Allemagne, je n’ai pas encore pu le voir, ainsi je ne saurais vous dire s’il y a quelqu’un que je veuille avoir. Je souhaite que votre trésorier ne vous donne plus de peine et de vous revoir bientôt ici en parfaite santé. Tâchez pourtant avant que de revenir de voir les jésuites, car cela ne peut pas être difficile. Adieu, Monsieur...

258(90) 24 avril 1678 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1531]

  • 156 Cette nouvelle édition des Pensées, chez Desprez, comprenait les Discours de Filleau de La Chaise, (...)

259[...] Je vous remercie de l’exemplaire que vous m’avez envoyé de vos vers latins, vous m’en aviez donné un autre et vous me les aviez fait voir manuscrits il y a longtemps, mais j’ai encore eu le même plaisir de les lire que la première fois : je ne saurais mieux vous dire combien je les ai trouvés beaux ; je les ai lus même avec Monsieur Fléchier qui a trouvé comme moi qu’on n’en voyait plus de si bonne main. Il n’est pas honnête à la vérité d’avoir mis à la fin de la nouvelle édition des Pensées de Monsieur Pascal, une chose dont vous êtes l'auteur156, mais un petit mot dans votre préface fera voir la vérité. Étant allé voir Monsieur Colbert hier au soir, il me donna le billet que je vous envoie, afin que je le misse entre les mains de Monseigneur le Dauphin, qui m’a commandé de vous l’envoyer de sa part, c’est pour votre pension d’homme de lettres. Faites-moi s’il vous plaît savoir de vos nouvelles et soyez bien persuadé Monsieur...

260(91) 26 juillet 1678 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1533]

  • 157 Claude Hardy, né à la fin du xvie siècle, mort en 1678 ; ce mathématicien, partisan des idées de De (...)
  • 158 Le mariage du Dauphin, marquant la fin de ses études, eut lieu en mars 1680, le contrat de mariage (...)

261[...] Je vous remercie de l’avis que vous m’avez donné de la vente de la bibliothèque de feu M. Hardy, quoi que je n’aie pas envie d’y rien acheter.157 Faites en sorte que nos auteurs dont les ouvrages sont à demi imprimés ne perdent pas courage, et qu’ils les achèvent promptement. Pour ceux qui ne les ont que commencés, parlez-leur toujours pour les porter à y travailler, sans leur donner encore de paroles positives, car je n’en veux point donner qui ne s’exécutent. Je ne crois pas qu’encore que les études de Monseigneur le Dauphin finissent158, on laisse là ces ouvrages imparfaits. Mais pour en être plus assuré j’en parlerai à M. Colbert et je vous ferai savoir après cela la réponse qu’il m’aura faite. Adieu Monsieur...

262(92) 31 juillet 1678 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1534]

263Vous saurez aussi bien que moi, Monsieur, ce que vous devez faire, car vous connaissez la cour comme je la connais. Quoi qu’on ne fasse pas grand-chose auprès de Monseigneur le Dauphin, il faut toujours ménager le temps, et si Monsieur de Condom venait à être malade en votre absence vous voyez bien que tout demeurerait là. Consultez votre santé et vos intérêts, et après cela voyez ce que vous avez à faire, puisque vous savez bien que pour moi, je souhaite tout ce qui vous est bon et commode. Je me réjouis, Monsieur...

264Depuis ma lettre écrite j’ai parlé à M. Colbert, qui m’a dit qu’il souhaitait qu’on achevât tous nos auteurs.

265(93) 4 août 1678 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1535]

266[...] Quand vous serez ici nous verrons ensemble ce qu’il faudra faire pour tâcher d’achever nos auteurs. Mais ne vous pressez point, car la santé est préférable à tout le reste. Souvenez-vous toujours de moi, Monsieur...

267(94) 25 septembre 1678 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1536]

  • 159 Sans doute Pierre-François Chifflet (1592-1681), nommé par Colbert garde du médailler du roi.
  • 160 Huet a été élu à l’Académie française en août 1674, « à son corps défendant» (voir Mémoires, V, p.  (...)
  • 161 La duchesse d’Uzès.
  • 162 Qui deviendra duchesse de Duras.

268J’ai reçu Monsieur, votre lettre du 19 de ce mois, avec la liste des œuvres que le Père Chifflet voudrait faire imprimer159, comme ce dessein est grand et considérable je remets à vous en entretenir de bouche à notre première vue. À l’égard du livre qu’il veut dédier à Monseigneur le Dauphin, à la bonne heure il le peut faire et je disposerai les choses de la manière qu’il le souhaite pour le faire agréer. Pour ce qui est des questions dont vous me parlez qui ont été agitées à l’Académie160, ma fille161 et Mademoiselle de La Marck162 qui s’en vont demain à Paris, vous en diront leurs sentiments et en disputeront avec vous. MM. de Condom et Pellisson et tous les honnêtes gens à qui j’en ai parlé, trouvent comme eux qu’il est mieux de dire, Il s’en faut quatre doigts que je ne sois aussi grand que vous, que de dire, Il s’en faut quatre doigts que je sois si grand que vous-, et l’un et l’autre se peuvent dire. Pour ce qui est du mot de Profil ou Porfil, je ne sais pas bien lequel il faut dire, je crois pourtant que c’est profil. Je souhaite, Monsieur...

269(95) 8 octobre 1678 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1537]

  • 163 Jacques Paulmier de Grentemesnil (1587-1670), protestant, auteur d’une Grœciœ antiquœ descriptio fo (...)

270Votre lettre du 30 du mois passé m’a été rendue. Je suis bien fâché, Monsieur, de ce que votre mal est beaucoup plus grand que vous ne croyez. [...] Quant à la Grèce de feu M. De Grentemenil163 qui m’est dédiée et dont M. Morin souhaite de m’envoyer des exemplaires, je vous prie de lui faire savoir que je recevrai ce présent avec un très grand plaisir comme une chose que j’estime fort. Pour ce qui est de Tite-Live que vous me demandez pour en continuer l’impression je ne puis vous le donner parce qu’il est à Saint-Germain et que M. l’abbé Fléchier n’est pas en ce pays-ci, mais vous l’aurez dès que je le pourrai. Cependant il faut tenir toutes choses en état pour avancer cet ouvrage, à l’égard du reste dont vous me parlez je remets à vous entretenir à notre première vue qui sera bientôt, vous priant Monsieur...

271(96) 13 octobre 1678 à Saint-Cloud, de Montausier à Huet
[Ashb. 1538]

  • 164 Après la guerre de Hollande, qui dure de 1672 à 1679, et se conclut par la longue négociation des t (...)

272J’ai reçu, Monsieur, l’épître dédicatoire du Tite-Live de M. Doujat, avec la partie de la préface que vous m’avez envoyée. J’ai vu l’une et l’autre dont je suis fort content et n’y trouve rien à redire, que les louanges qui sont pour moi parce que je ne les mérite point. Je vous renvoie cette épître et la préface, ainsi que vous le souhaitez. Je suis de votre sentiment qui est de joindre l’indice à la fin de chaque tome et d’en faire un général à la fin de tout. À l’égard du travail sur les auteurs d’agriculture dont vous me parlez à quoi M. Graevius s’était engagé, il faut espérer qu’à présent que nous avons la paix164 nous aurons plus souvent de ses nouvelles, et saurons sa résolution sur ce travail. Je suis bien fâché, Monsieur...

273(97) 24 octobre 1678 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1539]

  • 165 Le privilège de Valère Maxime est daté du 21 novembre 1678, registré le 30 août 1679 ; l’ouvrage es (...)
  • 166 Etienne de Byzance, De urbibus, peut-être Gulielmi Xylandri... labore... repurgatus, Basileæ, ex of (...)
  • 167 La Démonstratio evangelica ; voir ci-dessus la lettre n° 81.

274[...] J’ai donné l’ordre qu’il faut pour le privilège que vous m’avez envoyé et quand il sera scellé, je vous le renvoierai.165 On m’a envoyé le Stephanus de urbibus166 dont vous me parlez, que je n’ai encore pu que parcourir. Je me réjouis avec vous Monsieur, de ce que l’impression de votre ouvrage s’achève167, et je serai bien aise que vous nous le donniez bientôt. Adieu, Monsieur...

275(98) 31 octobre 1678 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1540]

  • 168 Allusion aux notes que Huet a ajoutées au texte de Dufay pour terminer l’édition et assouvir sa hai (...)

276[...] La grâce que vous voulez faire à M. Dufay rendra son Manile plus considérable, et vous êtes si riche qu’encore qu’on profite de ce qui est à vous, votre fonds n’en saurait diminuer.168 Adieu, Monsieur...

277(99) 15 novembre 1678 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1541]

  • 169 Émeric de Bigot servait aussi d’intermédiaire à Ménage : voir Lettres inédites, 25 avril 1676, p. 2 (...)

278Je n’ai reçu qu’à mon retour de Rambouillet où j’ai été passer six ou sept jours votre lettre du 4 de ce mois. J’écris au sieur Crespin, Monsieur, suivant votre sentiment que je veux bien qu’il fasse imprimer son ouvrage à Genève ou à Berne, mais à condition qu’il sera semblable en tout aux impressions de Paris et qu’il m’en envoiera une épreuve pour en juger sur laquelle je lui manderai mon sentiment. Je manderai à Léonard ce que vous trouvez à propos sur le sujet des caractères dont il se doit servir. Je n’ai point ouï parler des livres que vous me dites que M. Bigot169 a reçus pour moi de Hollande, et je m’étonne que vous n’ayez point encore eu la Grèce de M. de Grentemesnil, car il y a déjà du temps que Léonard m’en envoya un exemplaire avec d’autres livres. Il faut que je me réjouisse encore avec vous de ce que vous êtes entièrement quitte de votre ouvrage. [...]

279Je vous conjure de remercier M. de Segrais pour moi et de lui faire mes compliments.

280Je n’écrirai pas encore au sieur Crespin, je veux savoir quelque chose auparavant.

281(100) 20 novembre 1678 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1542]

  • 170 Il est de vingt ans ; l’auteur est le Père Cantel, S. J.
  • 171 Ce qui sera fait seulement le 8 janvier 1680, le privilège ayant été octroyé le 29 octobre 1679 et (...)

282À mon retour de Rambouillet, Monsieur, j’ai reçu la lettre que vous m’aviez envoyée avant que j’y allasse et vous ai fait réponse. Je ferai réformer le temps du privilège du Valère Maxime170 et vous le renvoierai après cela. J’ai reçu la Grèce de feu Monsieur de Grentemesnil avec la lettre de M. Morin auquel je vous prie de faire tenir ma réponse ci-jointe. J’ai trouvé la vie de son oncle qu’il a mise à la tête de l’ouvrage fort bien, mais un peu trop longue. Vous avez raison de croire que je me contenterai de voir le Boèce de M. Cally quand il sera imprimé171, car outre que je n’aime pas trop à lire les ouvrages écrits à la main, je n’en ai pas le temps. Marquez à l’auteur que si mes affaires me l’avaient pu permettre j’en aurais été bien aise, et que je lui suis très obligé de l’avoir désiré. Je me réjouis toujours quand j’apprends de bonnes nouvelles de votre santé et je vous la souhaite très parfaite et pour longtemps. J’espère que nous nous verrons bientôt ici, Monsieur, pour donner votre ouvrage et je le désire fort non seulement pour avoir la satisfaction de vous embrasser, mais celle de le lire, car j’ai beaucoup d’impatience de le voir. Adieu...

283(101) 29 décembre 1678, de Le Moyne à Huet
[Ashb. 1017]

284[... M. Graevius] a mandé que vers le printemps il mettra au jour Columelle De re rustica pour le joindre aux autres ouvrages qu’on a faits pour l’usage de Monseigneur le Dauphin. Nous ne les avons pas ici, et je serai bien aise d’y avoir ceux que vous m’avez fait l’honneur de me promettre...

285(102) [Sans date, situé en 1679 par les éditeurs], à Versailles, de Bossuet à Huet
[B, p. 108-110]

  • 172 Les deux auteurs cités ici paraissent bien faciles pour un latiniste chevronné, comme l’est le Daup (...)
  • 173 Le fait que les ouvrages soient sous clef n’est peut-être pas indifférent : s’il s’agit de nos édit (...)
  • 174 Les Institutes de Justinien ; voir la lettre de Montausier à Huet du 8 janvier 1675. n° 39.

286Vous m’obligerez, Monsieur, d’être ici demain matin, pour faire la leçon. J’ai affaire à Paris pour deux jours, c’est-à-dire que dimanche matin je reviendrai. Nous lisons, de l’Ecriture, l’Exode ; le matin, l’Eunuque de Térence ; l’après-dînée, Florus.172 Les endroits où nous en sommes sont marqués dans mes livres, que vous trouverez dans le tiroir d’en haut. La clef sera entre les mains de M. Milet.173 Vous pourrez remplir le temps de la philosophie par quelques endroits des Instituts174, que j’ai commencé à lire à Monseigneur le Dauphin, afin qu’il connaisse quelques principes généraux du droit. Vous saurez bien connaître ce qui lui convient et sur quoi il faut passer plus vite. Pour les compositions ou traductions dont il faudra remplir le temps de l’histoire, c’est à vous à en faire ce qu’il vous plaira. Je suis, Monsieur, très parfaitement à vous.

287(103) 18 janvier 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1547]

288J’ai eu beaucoup de joie, Monsieur, d’apprendre de vos nouvelles par votre lettre du 16 mais vous ne me dites rien de votre santé, qui est la principale chose et je vous conjure de ne pas oublier de m’en parler dans toutes vos lettres. Je ne m’étonne point du grand débit de votre livre, excellent comme il est, mais je suis ravi que tout le monde l’estime. J’avais commencé à le lire, plus j’avançais et plus je le trouvais beau et depuis quelque temps que j’ai changé de vie auprès de Monseigneur le Dauphin, il a fallu que je l’abandonnasse malgré que j’en eusse, parce que je n’ai pas un seul moment à moi : je vais à cette heure à l’étude et tout le reste du jour il faut que je suive Monseigneur le Dauphin, qui ne demeure pas chez lui. J’écrirai au premier jour à Monsieur Graevius afin qu’il ne fasse pas imprimer son ouvrage que je n’aie vu ce que c’est pour le rendre conforme à nos autres impressions. Vous m’avez fait un fort grand plaisir, Monsieur...

289(104) 25 janvier 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1548]

  • 175 Ferdinand de Fürstenberg (1626-1683), évêque de Paderborn puis de Münster (1678), très favorable au (...)
  • 176 Peut-être les Miscolanze d'Egidio Menagio, Parigi, appresso L. Billaine, 1678, in-8°.

290J’ai reçu, Monsieur, votre lettre du 23 de ce mois : mon intention est bien d’envoyer à Monsieur l’évêque de Münster175 nos auteurs, mais je veux encore attendre quelque temps pour en ajouter quelques-uns à ceux qui sont déjà faits. J’ai été bien aise d’apprendre des nouvelles de M. Ménage, car je ne savais pas s’il était encore revenu à Paris, n’ayant pas ouï parler de lui ; il y a près de trois mois que je reçus une lettre de lui qu’il avait adressée à Mlle de Scudéry à laquelle je fis réponse par la même voie. Je n’avais garde d’acheter son livre dont vous me parlez, car je n’en savais ni le titre, ni l’imprimeur, non plus que ce dont il traitait.176 Si vous revoyez M. Ménage je vous supplie de lui dire tout cela et de lui faire mes compliments. Je suis très fâché, Monsieur, de ce que ce graveur qui devait vous donner des épreuves pour ces figures de Manile vous a trompé et surtout parce que cela a retardé la satisfaction que j’aurais eue de vous embrasser et de vous entretenir ici. Mais vous me faites espérer que ce sera bientôt et je le souhaite...

291(105) 5 avril 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1552]

292[...] Monsieur de L’Œuvre a été fort bien payé de son ouvrage, et je ne trouve pas qu’il mérite autre chose que ce qu’il a reçu. Je ne vous conseille pas de vous engager à ce qu’on vous a proposé d’Angleterre, et je suis bien aise de ce que vous n’êtes pas non plus dans ce sentiment. Adieu, Monsieur...

293(106) 18 avril 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1553]

  • 177 Il ne sera pourtant achevé que le 30 juillet 1681 (voir ci-dessous les lettres nos 130 et 133).

294Je vous adresse à cachet volant, Monsieur, un paquet que j’envoie à Monsieur Dacier, afin que vous voyiez ce que je lui mande et ce qu’on m’écrit sur l’impression de son Festus.177 Prenez la peine s’il vous plaît de lui faire rendre le paquet après l’avoir cacheté, et de me faire savoir ce que vous jugez à propos qu’on fasse. Dites-moi je vous prie des nouvelles de votre santé...

295(107) 22 avril 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1554]

296J’ai fait réponse, Monsieur, à toutes vos lettres, et si vous n’en avez point reçu à celle dont vous me parlez, il faut qu’elle se soit perdue. [...] Puisque vous devez venir ici dans deux ou trois jours, je me remets à ce temps-là à vous dire mes sentiments sur les choses de littérature dont vous me parlez, et vous ferez vous-même le compliment de Monsieur l’évêque de Münster à Monseigneur le Dauphin. Il n’était pas besoin que vous me recommandassiez l’ordonnance de M. Dufay, car je n’oublie point de solliciter ces choses-là. Aimez-moi toujours. [...]

297(108) 7 mai 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1555]

  • 178 Étienne Gradi (1613-1683), garde de la Bibliothèque vaticane, poète latin réputé. Député par Raguse (...)

298[...] Je prierai Monseigneur le Dauphin de votre part de vous recommander à Monsieur Colbert pour votre pension, et je ne doute pas qu’il n’ait cette bonté, pourvu qu’il s’en souvienne. Je vous conjure demander à Léonard qu’il fasse relier pour M. l’abbé Gradi178 et pour Monsieur Heinsius les exemplaires qui restent à leur envoyer de nos auteurs de la même manière que ceux qu’on leur a déjà envoyés. Vous saurez aisément chez Monsieur de Pomponne si Monsieur le duc d’Hanovre a un résident à Paris, et vous n’aurez qu’à lui donner votre livre, s’il y en a un. Adieu, Monsieur...

299(109) 16 mai 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1556]

  • 2 et des autres auteurs qu’on doit donner à ces Messieurs.

300Votre lettre du 25 de ce mois m’a été rendue. J’ai été bien aise, Monsieur, d’apprendre que vous êtes presque remis du mal que vous aviez aux yeux. Je vous conseille de ne point venir ici que vous ne soyez tout à fait guéri puisqu’il n’y a rien de pressé qui vous y oblige. À l’égard des exemplaires de Plaute et de Manile2 le sieur Léonard vous pourra dire la quantité qu’on en doit fournir. Je vous conjure, Monsieur...

301(110) 29 juin 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1557]

  • 179 Montausier en donnera le nom (Brosseau) dans le post-scriptum d’une lettre du 3 septembre 1679 (Ash (...)

302Je ne suis point surpris, Monsieur, de la réputation et du débit de votre livre, moi qui en connais la bonté. Mais j’ai la plus grande joie du monde de ce que jusque dans les pays étrangers on rend justice au mérite de l’auteur et de l’ouvrage, car vous n’avez besoin que de cela. Vous n’avez qu’à envoyer par votre libraire les livres qui sont destinés à M. Le Moyne, et faire donner à Léonard ceux qui sont pour Monsieur Graevius, Monsieur Heinsius et Monsieur l’abbé Gradi, puisqu’il se charge de les faire tenir. Pour le paquet de Monsieur l’évêque de Münster, gardez-le jusques à ce que j’aie parlé à son résident. [...]179

303(111) 15 juillet 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1558]

304Je suis si assuré, Monsieur, que vous entrez dans les choses qui me touchent, qu’il n’était pas besoin que vous me témoignassiez sur la mort de mon neveu de Laurière pour me le persuader. Je vous supplie de croire que je vous suis fort obligé de tout ce que vous me dites là-dessus, et que je désire extrêmement de vous le faire connaître. Quand vous aurez vu avec les commentateurs et les libraires ce qui se pourra faire pour nos impressions, nous en parlerons ensemble. Cependant je vous assure, Monsieur...

305(112) 8 août 1679 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1560]

  • 180 Guillaume Colletet étant mort en 1659, il s’agit plutôt de la veuve de son fils, François, né en 16 (...)

306Je souhaite, Monsieur, que les remèdes que vous venez de faire vous fassent du bien et contribuent au rétablissement parfait de votre santé. J’ai remarqué comme vous l’article dont vous me parlez qu’on a mis dans la Gazette d’Hollande et il n’y a pas de doute que cela ne vienne des avis de celui qui est intéressé. Pour moi je ne voudrais jamais me servir de ces voies-là. Je me réjouis de ce qu’on réimprime votre livre et de l’espérance qu’on vous donne qu’il sera bientôt achevé. J’ai reçu une lettre de Mademoiselle Le Fèvre et je lui ai mandé que je n’avais pu rien obtenir pour elle et que je ne voyais pas d’apparence de le pouvoir faire. Je ne sais ce que la veuve Colletet180 prétend puisque son mari a été payé jusques à sa mort de ce qui lui était dû et même par avance. Je vous prie, Monsieur...

307(113) 7 septembre 1679 (à Leyde ?),de Le Moyne à Huet
[Ashb. 1022]

  • 181 Du Cange, Glossarium ad scriptores medioe et infima latinitatis, Lutetiae Parisiis, L. Billaine, 16 (...)

308[Le sieur Michallet] ne m’a point envoyé le Glossarium de Du Cange181 comme il me l’avait promis, et il ne m’a rien mandé non plus des ouvrages Dauphins que vous avez eu la bonté de lui bailler pour me les envoyer. Je vous en remercie de tout mon cœur et je ne manquerai pas d’en témoigner aussi ma reconnaissance à monsieur de Montausier. [...]

309(114) 14 septembre 1679 (à Leyde ?), de Le Moyne à Huet
[Ashb. 1023]

  • 182 Huet reproche précisément à Le Moyne une latinité quelque peu raboteuse (Mémoires, III, p. 72).
  • 183 Herodoti Halicarnassei Historiarum libri IX, edidit T. Gale, Londini, impens. J. Dunmore, R. Chiswe (...)

310Hier au soir, Monsieur, à mon retour d’Amsterdam je trouve le magnifique présent que vous m’avez fait la grâce de m’envoyer. On ne peut rien voir de plus beau, et l’édition et la couverture m’en donnent extrêmement dans la vue. Je n’attendais que des livres tout nus, mais je me [suis] trouvé fort surpris quand je les vis habillés d’une façon si propre et si riche. Mon premier soin ce matin a été d’en examiner plusieurs. Le dessein m’a paru fort bien imaginé, et pour l’intelligence des auteurs on ne saurait employer de méthode plus utile que celle dont on s’est servi. J’ai lu plusieurs épîtres dédicatoires, et plusieurs préfaces, et j’ai été extrêmement satisfait des unes et des autres. Elles m’ont paru fort spirituelles, et la latinité m’en a paru fort pure et fort châtiée.182 Cela fait de l’honneur à la France, et par là on pourra bien reconnaître qu'elle n’est pas seulement féconde en braves et en politiques mais qu’elle l’est aussi en savants. Pour moi je ne trouve pas qu'elle doive céder à l’Angleterre. Vous me paraissez un peu prévenu en faveur de messieurs les Anglais mais quand, votre honnêteté à part, vous voudrez un peu examiner ce qu’ils font, il ne me semble pas que cela mérite beaucoup de louanges. J’ai vu depuis peu leur Hérodote183, mais pour un auteur de cette conséquence, ils ne me semblent pas avoir fait fort peu de choses. Car hors les diverses leçons, qui est un travail qui demande seulement un peu de diligence, on n’y trouve rien du tout. [...]

311(115) 18 septembre 1679 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1562]

  • 184 L'Origine des romans, non seulement réimprimé, mais traduit (Verhandeling van den oorsponk der roma (...)

312J’apprends, Monsieur, la continuation de vos maux par votre lettre d’hier, et c’est je vous assure avec tout le déplaisir imaginable, rien ne m’étant plus cher que votre santé. Dans l’état où vous êtes ne venez point ici où il y a bien des malades, mais songez seulement à vous guérir, car ce doit être votre principale affaire. Je manderai à Léonard qu’il faut qu’il y ait un indice à chaque volume de Tite-Live, afin que cela soit ainsi. C’est une marque de l’estime qu’on a pour votre livre de ce qu’on le réimprime à Amsterdam184, à Utrecht aussi bien qu’à Paris. J’ai vu ici Elzevier, qui m’a dit qu’on l’estimait fort dans les pays étrangers, mais qu’il y avait des gens à Paris qui ne lui en avaient pas parlé de même. Voilà ce que fait l’envie et tous les bons ouvrages sont sujets à la même chose. Je vous conjure Monsieur...

313(116) 22 septembre 1679 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1563]

314Je viens de recevoir une lettre de Monsieur Heinsius par laquelle il me remercie des exemplaires que je lui ai envoyés de nos auteurs. Mais je n’ai point de nouvelles que Monsieur Graevius ait reçu les siens. Je vous supplie, Monsieur, de me mander si vous n’avez pas fait donner les uns et les autres pour les envoyer en même temps, et de prendre la peine de savoir si on ne les a pas envoyés. Par même moyen que vous m’informerez de ces choses-là, n’oubliez pas de me dire des nouvelles de votre santé dans l’inquiétude où je suis de ce qu'elle n’est pas telle que je désirerais. Conservez-vous, Monsieur...

315(116 a) 25 septembre 1679 à Fontainebleau, de Montausier à Heinsius
[MH]

  • 185 « Il est temps de fondre la cloche, c’est-à-dire de terminer une affaire, de prendre la dernière ré (...)
  • 186 Et qu’Heinsius lui avait envoyé sur les conseils de Montausier (MH, 8 janvier 1679) ; ce Virgile de (...)

316J’ai appris, Monsieur, par une lettre qu’on vient de me rendre de votre part, que vous avez reçu les exemplaires que je vous ai envoyés de ces auteurs qu’on a faits pour Monseigneur le Dauphin. Je ne croyais pas qu’ils partissent sans les accompagner d’une de mes lettres, mais après avoir donné ordre qu’on vous les fît tenir, j’ai différé insensiblement à vous écrire dans l’espérance qu’il y en aurait encore quelques autres de faits pour les joindre à ceux-là, et on vous les a envoyés pendant ce temps-là. C’est un si petit présent qu’il ne valait pas la peine que vous m’en fissiez un remerciement, et je suis persuadé aussi que pour l’estimer comme vous faites, vous aurez moins regardé le présent, que le cœur avec lequel il vous a été fait. Vous aurez vu, Monsieur, que par ces ouvrages-là on a seulement cherché à faciliter l’intelligence des anciens auteurs de la langue latine à Monseigneur le Dauphin, car c’est tout ce qu’on s’est proposé. Je vous ai déjà mandé que votre Virgile avait été très bien reçu, qu’en le présentant à Monseigneur le Dauphin, je lui ai dit quelque chose du mérite de l’auteur et que j’en ai aussi parlé à Monsieur Colbert pour tâcher de disposer les choses pour faire remettre votre pension. Il faudra essayer de fondre la cloche185 lorsque vous donnerez vos notes sur Virgile, que Monsieur Colbert me demanda même quand je lui donnai l’exemplaire que vous lui aviez destiné186, s’étonnant de n’y trouver que le texte. Je vous supplie de croire que je ferai tout ce qui me sera possible pour vous témoigner en cette rencontre et en toutes que vos intérêts ne sauraient être plus chers à personne...

317(117) 27 septembre 1679) à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[H, f. 26 r°-27 r°]

  • 187 Ce jésuite est l’auteur du Valère Maxime, dont il est question ensuite.
  • 188 Le privilège date du 21 novembre 1678, registré le 30 août 1679, l’achevé d’imprimer du 20 septembr (...)
  • 189 Dus tous deux à Anne Le Fèvre (1681 et 1680), ce sont effectivement des ouvrages assez minces (moin (...)
  • 190 Dû à André Dacier (1681).

318J’ai reçu tout à la fois, Monsieur, vos deux lettres du 21 et du 24 de ce mois. Je suis bien fâché de l’accident qui est arrivé au Père Cantel187 ; faites-moi le plaisir de le lui dire, qu’il n’est pas nécessaire qu’il vienne ici pour donner son Valère Maxime, et qu’il suffira que ce soit à Saint-Germain, où l’on sera bientôt.188 Puisque Léonard a envoyé à M. Graevius les exemplaires de nos auteurs, en même temps qu’à MM. Heinsius et Le Moyne, il les aura sans doute reçus comme ont fait les autres. Vous savez que je vous avais prié de retenir ceux qui étaient destinés pour l’abbé Gradi parce qu’il devait venir à Paris où il est arrivé ; au retour je les lui ferai donner et je sais bien qu’il n’y a que les derniers, les autres lui ayant été envoyés dès le commencement. Je crois que vous vous souvenez bien de ce que je vous ai dit pour l’impression des auteurs qui nous restent, qu’on donnerait pour un gros in-quarto jusques à mille francs ; et pour les autres, cela doit être, à proportion ; ainsi vous voyez que ce serait trop de huit cents francs pour l’Aurelius Victor et surtout pour le Dictys cretensis189 car ils sont fort petits et il faut songer à ne pas rebuter M. Colbert en payant trop largement. La feuille ne coûtera pas à imprimer plus de dix écus, on peut voir ce qu’il y en aura, et donner à peu près le tiers de l’impression. Je demanderai la continuation du privilège que désire le libraire pour ce livre sur le Nouveau Testament et à moins qu’il n’y eût quelque chose de par[ticuli]er je crois que je l’obtiendrai, et avec cela on donnera mille francs pour l’impression de Festus190 ; car c’est le plus que M. Colbert me dit, qu’on pourrait donner pour un gros in-quarto. Je vous plains, Monsieur, d’être obligé de remuer votre bibliothèque, mais je vous plains bien plus d’avoir une si mauvaise santé, prenant autant de peine à tout ce qui vous touche...

319(118) 3 octobre 1679 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1565]

  • 191 La lettre suivante (Ashb. 1566, 8 octobre 1679) Y revient, en parlant seulement de manière vague de (...)

320Je viens, Monsieur, de recevoir tout à l’heure votre lettre du1er de ce mois. Je croyais qu’en payant le tiers de l’impression aux libraires qui imprimeraient nos auteurs, c’était assez, et que cela se devait régler par feuille. Mais puisqu’il y a tant de difficultés à faire imprimer ceux dont vous me parlez, passe pour un ou deux d’aller au-delà de ce qu’on s’est fixé de donner. Pour les autres il ne faudra point du tout le passer, de peur que la conséquence n’arrêtât tout le reste. Ainsi, Monsieur, faites ce que vous trouverez à propos pour l’impression du Dictys, de l’Aurelius Victor et du Festus191, et soyez toujours bien persuadé...

  • 192 Nous restituons cette date d’après celle du Valère Maxime, achevé d’imprimer le 20 septembre 1679, (...)

321(119) 27 octobre [1679192] à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1675]

  • 193 Il y eut vacance de la nonciature de la mort de Varese (1678) à la nomination de Nicolini (1690), R (...)

322J’ai reçu Monsieur, votre lettre du 24 de ce mois. Je vous supplie de défaire le paquet qui est pour M. l’abbé Gradi et d’y ajouter le Valère. Je vous prie d’y mettre aussi un des livres, le Théodose, de M. l’abbé Fléchier que vous prendrez chez Léonard et que vous ferez relier comme les autres, après quoi vous ferez porter s’il vous plaît le paquet chez M. l’internonce.193 Vous m’avez écrit fort à propos sur le sujet du Père Cantel car j’avais fait déjà un billet de deux mille francs pour son Valère que j’eusse donné à M. Colbert, je referai le billet et j’y mettrai huit cents écus. Je suis bien fâché Monsieur des incommodités que vous donne votre déménagement et je vous assure...

323(120) 8 février 1680 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1569]

  • 194 Le 22 janvier (Ashb. 1568), Montausier annonçait à Huet que Bossuet partait le lendemain « pour all (...)
  • 195 Son Boèce a été achevé d’imprimer le 8 janvier 1680.

324J’ai eu la plus grande joie du monde, Monsieur, d’apprendre par votre lettre d’avant-hier, que vous vous portiez mieux de votre rhumatisme, et que vous espériez que vous seriez en état de revenir au commencement de la semaine prochaine. Je le souhaite de tout mon cœur, mais je vous conjure de ne vous point hâter, et de ne venir que quand vous le pourrez sans en être incommodé. Ce qu’il y a à faire auprès de Monseigneur le Dauphin n’est pas grand-chose, ce n’est qu’un peu de lecture que je lui fais faire sans qu’il m’en coûte beaucoup de temps.194 Vous pouvez dire à Bénard qu’on lui donnera dix francs de la feuille de l’Aulu-Gelle, car c’est sur ce pied-là qu’on paiera ceux qui imprimeront ces sortes d’ouvrages. Si Léonard ne reprend pas l’impression de Tite-Live, je lui manderai ce qu’il faut. J’aurai soin de l’ordonnance de M. Cally.195 Ayez-en de votre santé...

325(121) Ier avril 1680 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1572]

  • 196 Le président de Thou avait défendu dans son testament que sa bibliothèque, acquise au prix de quara (...)
  • 197 Horace sera le dernier des auteurs à être publié, en 1691, grâce à Louis Desprez (qui en 1684 donne (...)

326Si vos affaires, Monsieur, vous appellent en Normandie vous y pouvez aller, et je crois que vous ne sauriez mieux prendre votre temps qu’à présent. Personne n’a eu plus de regret que moi de voir qu’on dissipe la bibliothèque de Monsieur de Thou196, et si j’avais eu de l’argent, je l’aurais empêché assurément, mais je n’en ai point. Je presserai M. Girardin d’achever Horace, car je voudrais bien qu’on le pût imprimer bientôt.197 J’espère que nous vous verrons avant que vous alliez en Normandie, et je le souhaite pour vous embrasser et pour vous assurer...

  • 198 Faute d’éléments précis de datation, nous avons rapproché ces lettres d’Anne Le Fèvre des lettres n(...)

327(121 bis) [Sans date] d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 988]198

328Je viens, Monsieur, de m’apercevoir que j’ai fait quelques fautes dans les épigrammes que vous m’avez fait la grâce de me donner, renvoyez-les moi s’il vous plaît lorsque vous aurez pris la peine de les voir. En attendant je vous supplie d’avoir la bonté de me prêter les lettres de Joseph Scaliger que je vous renvoierai avec la première épreuve que l’on m’apportera, je suis, Monsieur...

329(121 ter) [Sans date] d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 989]

  • 199 Lecture douteuse. La phrase suivante manque de cohérence.

330Vous trouverez, Monsieur, ce que vous me demandez in conjectaneis Josephi Scaligeris pag. 25. Pour ce qui est de ma citation de Stephanus Canoüe199 [c’est] de bonne foi que je ne l’ai faite qu’après ce grand homme sans examiner ce qui en est, ne pouvant imaginer qu’il ait manqué d’exactitude, vous me ferez s’il vous plaît la grâce de m’apprendre ce qui en est. Au reste je crois que Samothracia se nommait autrefois simplement Samos, mais je ne me souviens pas pour l’heure des lieux où je l’ai lu, il me semble même que je l’ai ouï dire à feu mon père, néanmoins je ne l’assurerai pas. Je suis, Monsieur...

331(121 quater) [Sans date, « ce mardi après dîner »] d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 991]

332J’envoie savoir, Monsieur, si vous avez eu le temps de lire les cahiers que je pris la liberté de vous envoyer il y a quelques jours ; si cela est, je vous prie de me les renvoyer, parce que je dois prendre demain quelques mesures avec l’imprimeur. J’espère que vous m’aurez fait la grâce de me marquer les fautes que vous y aurez trouvées. Je vous en remercie très humblement par avance et suis avec bien du respect...

333(122) 19 mai 1680, d’Anne Le Fèvre à Huet
[A, p. 40-41]

  • 200 Pour Florus (1674).
  • 201 Dictys de Crète et Darès de Phrygie sont publiés ensemble chez L. Roulland (1680).

334N’ayant pu, Monsieur, avoir le bonheur de présenter mon livre avant votre départ, je n’ai presque pas pu entretenir M. le duc de Montausier de ce qui regarde la rétribution que j’en dois avoir. Comme je sais que vous avez de la bonté pour moi je prends la liberté de vous supplier très humblement de vouloir lui écrire un mot en ma faveur, et pour presser cette rétribution, et pour faire que je sois payée plus largement que j’ai été par le passé.200 Vous m’avez fait grâce de me promettre de représenter à M. de Montausier que ce sont deux auteurs201, et je suis persuadée, Monsieur, que si vous avez la bonté de le faire, je serai payée sur ce pied-là. Je vous assure que s’il en était autrement, je ne pourrais que faire, et que je n’aurais pas de quoi payer la moitié de la dépense qu’il m’a fallu en attendant l’impression de cet ouvrage.

  • 202 Anne Le Fèvre a obtenu un privilège en son nom personnel pour Aurelius Victor et Eutrope, comme And (...)

335C’est ce que je vous conjure de vouloir bien représenter à M. de Montausier, comme aussi qu’il me faudra encore tenir ici sur mes coffres pour faire imprimer Aurelius Victor.202 J’espère que vous m’accorderez cette faveur ; mais, au nom de Dieu, Monsieur, accordez-la-moi promptement, et me pardonnez l’embarras que je vous donne. Surtout soyez bien persuadé que personne n’est avec plus de respect que moi, Monsieur, votre très humble...

336(123) 6 juillet 1680 à Paris, d’Anne Le Fèvre à Huet
[A, p. 41-42]

337Monsieur, il y a déjà quelque temps que j’ai touché ma rétribution et que par conséquent, je devrais vous avoir rendu grâce de vos bons offices. Car, et quoique cette récompense ne m’ait pas fort enrichie, cela ne m’a pas empêchée que je ne l’aie reçue avec toute la reconnaissance que je dois, et que je ne sois persuadée que j’en dois une bonne partie à vos sollicitations.

338Au reste, outre les 2 000 F qui m’ont été ordonnés, j’ai encore eu dix pistoles sur les 200 livres que M. de Montausier a fait ordonner pour l’imprimeur, à qui je n’en ai donné que 800, suivant ce que vous lui aviez promis et le traité qu’il avait fait avec moi. Je crois que M. de Montausier ne sera pas fâché que j’aie eu cette petite douceur, le libraire gagnant assez. Aussi est-il l’homme le plus content du monde.

339Je quitte la maison où je suis et je me rapproche de la vôtre. Je souhaite de vous y voir bientôt et de vous y pouvoir assurer que je suis, avec bien du respect, Monsieur...

340(124) 11 septembre 1680 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1574]

  • 203 Julien Pichon, que nous ne connaissons pas par ailleurs ; l’ouvrage devait paraître sans achevé d’i (...)
  • 204 S’agirait-il de L'Évêque de cour opposé à l'évêque apostolique, s. 1., 1674, de Jean Le Noir,jansén (...)

341Je croyais, Monsieur, qu’au retour de notre voyage nous vous trouverions ici, mais n’y ayant pas seulement appris de vos nouvelles, j’en demandai encore hier au soir à M. de Condom, qui me dit qu’il n’en savait point, et ce matin j’ai reçu par M. Danet votre lettre du 4 qui m’a bien donné de la joie en m’apprenant que vous êtes en bonne santé, car vous savez combien je vous la souhaite parfaite. Il serait difficile que je n’approuvasse pas tout ce que vous faites, et il me semble que dans l’affaire dont vous me parlez, vous avez fait tout ce qu’il était possible de faire. Quand je verrai Monsieur l’évêque du Mans, je lui parlerai de celui qui travaille sur Tacite203 : je lui en ai déjà parlé autrefois. Je suis fâché, Monsieur, de ce que vous ne trouvez pas le repos que vous étiez allé chercher dans votre abbaye. Mais je me réjouis du soin qu’on y prend de vous y lire l’Abbé de cour204 ; vous êtes fort obligé à vos moines qui croyaient que vous n’aviez pas vu ce livre-là et qui ne veulent pas que vous ignoriez rien. Vous ne me parlez point de votre retour et j’ai peur que la Basse-Normandie vous fasse oublier Paris et la cour. Souvenez-vous au moins que vous avez en ce pays-ci une personne qui vous honore...

342(125) 25 décembre 1680 à Leyde, de Le Moyne à Huet
[Ashb. 1032]

  • 205 Chapelain de la reine Elizabeth et adversaire de Bellarmin.

343[...] Je ne pense pas qu’en voulant faire son service en grec, [le bonhomme Lancelot Andrews205] eut la même délicatesse pour la langue latine qu’avait cet illustre ecclésiastique d’Italie, qui disait les heures et son office en grec, de crainte de gâter son latin, et de se trop familiariser au latin de bréviaire. Quand j’aurai reçu les bons auteurs que vous me faites l’honneur de me promettre, j’espère que le mien deviendra plus raisonnable qu’il n’est. Je compte sur votre promesse, car autrement je les achèterais pour avoir l’ouvrage des Dauphins accompli. [...]

344(126) 28 mars 1681 à Saint-Germain, de Montausier à Huet
[Ashb. 1577]

345Vous n’avez, Monsieur, qu’à donner au Provincial des Jésuites un mémoire des auteurs qui restent encore à faire afin qu’il les distribue à de bons ouvriers. Avant que de mettre Ovide sur la liste, il faut tâcher d’avoir des nouvelles de M. Crespin, vous en pourriez parler à M. Dacier qui est son ami, et moi j’écrirai audit sieur Crespin pour savoir à quoi on doit s’en tenir. Il faut prendre patience encore pour les auteurs de l’agriculture pour voir si M. Graevius fera quelque chose ; par bonheur ils ne sont pas fort importants. M. Girardin travaille sur Horace, mais fort lentement : je le réveillerai de temps en temps pour l’obliger à l’achever. Souvenez-vous toujours de moi...

346Je vous envoie la lettre de M. Crespin pour la donner à M. Dacier.

347(126 bis) [Lettre sans date, vraisemblablement du printemps 1681] d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 990]

348Je prends la liberté, Monsieur, de vous envoyer ma préface sur Victor, et de vous prier de vouloir bien vous donner la peine de la lire. J’aurais eu l’honneur de vous voir si je n’appréhendais de vous incommoder, je sais bien qu’à la veille d’un départ on a toujours bien des affaires, je vous souhaite un heureux voyage et suis avec bien du respect...

349(127) 31 mai 1681 à Paris, d’Anne Le Fèvre à Fluet
[A, p. 42-44]

  • 206 Comme tous les indices fournis par Anne Le Fèvre, celui-ci est « brut » (nuances de sens et formes (...)

350Je n’avais garde, Monsieur de faire imprimer ma préface sans savoir comment vous la trouviez et sans avoir reçu les remarques que je vous avais prié d’y faire. Je connaissais trop le besoin qu'elle avait que vous vous donnassiez cette peine, et l’avantage qu’il y a de soumettre ses ouvrages à un jugement fin et délicat comme le vôtre. Je vous rends donc de très humbles grâces de vos bons avis et de la manière obligeante dont vous me les donnez, et je vous puis protester, Monsieur, que les marques publiques que j’ai données de la parfaite estime que je fais de votre mérite ne sont qu’un crayon de ce que je pense. Vous voulez bien que je vous dise que l’Aurelius Victor est presque achevé d’imprimer et que je vous fasse souvenir que vous m’avez promis d’écrire en ma faveur à M. le duc de Montausier. Il est temps s’il vous plaît de me faire cette grâce. Je vous prie donc de vouloir bien lui mander que c’est vous-même qui avez fait le marché de Dictys et de Victor, et que M. Roulland a eu 900 livres pour le premier. C’est sur cela que j’ai entrepris de faire les avances de l’impression. La règle d’un louis d’or par feuille n’a été faite que longtemps depuis le marché de ces deux livres, que M. de Montausier a approuvé. Si l’on me payait selon cette règle, je ferais une perte considérable qui m’incommoderait extrêmement, et il y aurait bien de l’injustice de me traiter moins favorablement qu’un imprimeur. M. de Montausier est trop équitable, et vous avez trop de bonté pour moi ; je suis donc très persuadée que vous lui représentez toutes ces choses, et je me repose entièrement sur votre sollicitude. Je vous prie aussi de parler de l’indice que j’ai fait à Victor206, et d’avoir la bonté de m’en faire payer, et de représenter à M. de Montausier que j’ai besoin de retirer l’argent que j’ai avancé. Je vous demande mille pardons, Monsieur, de la liberté que je prends. Je suis, avec beaucoup de respect, votre...

  • 207 Anne Le Fèvre préparait une traduction des Poésies d'Anacréon et de Sapho, avec des remarques, dédi (...)

351PS. Je voudrais bien savoir si vous n’avez jamais vu quelques bons manuscrits d’Anacréon.207

352(128) 14 juin 1681 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1578]

353J’ai reçu, Monsieur, la lettre que vous avez pris la peine de m’écrire du 6 de ce mois et ai eu beaucoup de joie d’apprendre des nouvelles de votre santé car vous savez l’intérêt que j’y prends. Je ne sais ce que me veut dire Mlle Le Fèvre, touchant l’impression de son Aurelius Victor, et je n’ai rien à lui répondre là-dessus sinon que le faisant imprimer à ses dépens, elle en peut user avec son imprimeur de la manière qu'elle le jugera à propos pour son utilité. Je me charge de faire ressouvenir Monseigneur de parler à M. Colbert, pour vous faire payer de votre pension et je lui eusse aussi fait votre compliment sur la grossesse de Mme la Dauphine si votre lettre m’eût été rendue plus tôt ; car à présent cela serait hors de saison, parce qu’elle est accouchée après quelques accès de fièvre qu'elle a eus d’un faux germe à ce que disent les médecins ; et les matrones disent qu’elle était grosse dans les formes et qu’elle s’est blessée. Mais ce qui est de vrai c’est qu'elle a accouché n’étant grosse que d’un mois, et qu’à l’heure où je vous écris elle a la fièvre il y a trente heures, ce qui nous donne beaucoup de déplaisir. Je vous conjure, Monsieur...

354(129) 6 juillet 1681 à Paris, d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 985]

  • 208 Secrétaire des commandements du Dauphin, attaché au duc de Montausier.
  • 209 Sur ces dates (il était effectivement impossible que l’achevé d’imprimer précédât le privilège), vo (...)

355Il y a plus d’un mois, Monsieur, que Victor est achevé d’imprimer, mais cela ne me sert de rien parce que M. Destanchau208 n’a pas encore fait sceller le privilège que vous prîtes la peine de lui donner il y a plus de quatre mois et mon imprimeur dit qu’il y aurait du péril pour lui s’il me donnait des exemplaires pour en faire mes présents avant de l'avoir.209 Ce retardement est cause que je ne me suis pas encore donné l’honneur de vous remercier de la lettre que vous m’avez fait la grâce d’écrire en ma faveur à M. le duc de Montausier. J’attendais toujours de vous pouvoir mander le succès de votre recommandation, mais enfin je n’ai pu attendre davantage à m’acquitter de ce devoir, et je ne doute pas que tout n’aille le mieux du monde, puisque vous avez témoigné à M. de Montausier que vous prenez quelque part en ce qui me regarde. Je vous rends donc mille grâces, Monsieur, de toutes vos bontés, et je vous supplie d’être bien persuadé que personne ne vous honore plus que moi, et que je suis, avec beaucoup de respect et de reconnaissance, votre...

356(130) 6 juillet 1681 à Paris, d’André Dacier à Huet
[H, f. 88 r°-88 v°]

  • 210 Achevé d’imprimer le 30 juillet 1681.
  • 211 Voir E. et É. Haag, ouvr. cité, t. X, p.374 (« Pièces justificatives ») : 17 juin 1681, « Déclarati (...)
  • 212 Huet travaillait, avec les frères Pufendorf, à la réunion des catholiques et des protestants. Il re (...)
  • 213 « Toi qui es invaincu, arrache-nous aux maux. »

357Je me remets un peu d’une rechute que j’ai eue d’un malaise, qui commença un peu après votre départ et il y a trois ou quatre jours que j’ai écrit à M. de Montausier que j’étais en état d’aller présenter mon Festus210 lorsqu’il le jugerait à propos. J’attends ses ordres de jour à autre. Cependant Monsieur, ce qui me tient le plus au cœur c’est d’avoir de vos nouvelles. Je m’imagine bien que vous ne goûtez pas dans votre solitude tout le repos que vous y êtes allé chercher et que les visites de Caen et du voisinage vous empêchent de vous apercevoir que vous êtes hors du tumulte et de l’embarras de Paris. Je ne saurais blâmer l’empressement que l’on a de vous voir pendant le peu de séjour que vous faites dans la province, puisque moi-même qui ai eu l’honneur de vous posséder ici plus longtemps je ne laisse pas d’avouer toutes les envies du monde d’aller vous dérober les moments qui vous restent. Il ne se passe ici rien de nouveau ; il n’y a ni bibliothèque à vendre, ni livre curieux. Il y a seulement quelques édits ou déclarations de fraîche date contre MM. de la R[eligion] P[rétendue] R[éformée], Vous en saurez sans doute bientôt le contenu et si ce que l’on dit est vrai, vous verrez que l’on a beaucoup meilleure opinion des enfants de notre siècle que l’on n’avait autrefois des hommes faits.211Et c’est présentement que l’on peut prendre au pied de la lettre cette promesse de l’Évangile que Dieu révèle aux petits ses mystères. Nous sommes tous dans une fort grande consternation, et nous célébrons dimanche un jeûne. Est-il possible que l’on ne trouvera jamais un moyen de s’accommoder et peut-il y avoir tant de difficulté et tant d’obstacles à unir des chrétiens qui ont tous les mêmes principes et qui n’ont ou ne doivent avoir d’autre vue que de travailler à leur salut ?212 Cela vous regarde Monsieur, et ce grand ouvrage doit être une suite de celui que vous avez déjà fait Eripe nos invicte malis213 et combattez cette chimère, ou le démon qui nous trouble et qui nous sépare par ses illusions. Je vous souhaite toute la santé qui est nécessaire pour l’accomplissement d’un si grand dessein. Adieu Monsieur, aimez-moi toujours un peu je vous en conjure et soyez bien persuadé que je suis plus que je ne puis vous dire Monsieur...

358(131) 27 juillet 1681 à Paris, d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 986 ; A, p. 45]

359J’ai enfin eu mon privilège et jeudi dernier je portai Victor à la Cour. Mais, Monsieur, je m’aperçus bien que vous n’y étiez pas, et je n’ai jamais mieux connu ce que vaut la protection d’un ami tel que vous. M. le duc de Montausier n’entendit point mes raisons sur l’impression de cet auteur, et si vous n’avez la bonté de lui écrire encore en ma faveur, je suis à la veille de faire une perte qui m’incommodera extrêmement. Je vous supplie donc, Monsieur, de lui vouloir représenter de nouveau l’injustice qu’il y aurait à me traiter plus mal qu’un imprimeur, et de le faire souvenir que c’est un marché que vous avez fait et qu’il a approuvé, puisqu’il a fait payer M. Roulland sur ce pied-là. Mais j’ai pris déjà la liberté de vous écrire toutes ces choses ; il n’est donc pas nécessaire de vous en dire davantage aujourd’hui. Je vous prie, au nom de Dieu, de me faire la grâce d’écrire à M. de Montausier au plus tôt, et lettre vue, si cela se peut afin que votre lettre arrive avant qu’il ait parlé à M. Colbert. M. Destanchau m’a promis de faire tout son possible pour empêcher qu’il ne lui parle avant qu’il ait reçu votre lettre. Faites-moi donc cette grâce, et soyez bien persuadé, Monsieur, que vous n’obligerez jamais personne qui soit, avec plus de reconnaissance et de respect, votre...

360Monsieur Dacier m’a priée de vous faire ses compliments ; je ne sais si vous avez reçu un paquet où il y avait une de ses lettres.

361(132) 9 août 1681 à Fontainebleau, du duc de Montausier à Huet
[Ashb. 1579]

  • 214 D’après son livre de comptes (BNF, ms n.a.fr. 497), Huet était régulièrement payé avec un an de ret (...)
  • 215 Nous ne connaissons qu’une édition beaucoup plus tardive des poèmes de Huet, due à J. G. Graevius, (...)

362[...] Vous savez ce que Monsieur Colbert avait dit [à M. Destanchau] sur votre pension214, depuis ce temps-là celui qui doit vous payer l’étant allé voir à Paris, je lui dis qu’il avait ordre de vous payer et qu’il allait vous le faire savoir. Ne vous en mettez point en peine, car Destanchau s’est chargé de savoir d’où vient que vous n’avez point été averti, et s’il tient encore à quelque chose que vous ne receviez votre argent, dont il vous mandera des nouvelles. Quand cela sera fait, il sera bon que vous remerciiez Monseigneur le Dauphin. Je n’avais garde de vous solliciter plus de faire imprimer vos poésies, voyant que mes sollicitations étaient inutiles. Mais il vous est bien dû qu’on les ait fait imprimer sans votre participation, puisque vous ne vouliez pas les donner. Celui qui a pris le soin d’y mettre des vers que vous avez faits en votre enfance, doit vous obliger à donner vous-même ce que vous avouez et que vous voulez rendre public.215 J’ai reçu les lettres de Mademoiselle le Fèvre dont vous me parlez, je voudrais lui pouvoir faire plaisir, mais M. Colbert n’entend point autre chose, sinon de donner une rétribution à l’auteur et une pistole de la feuille pour l’impression. Si vous avez fait quelque autre marché avec l’imprimeur, ç’a été ou sans mon approbation [sic], car je ne m’en souviens point, et vous savez qu’il y a longtemps que la chose est réglée à une pistole la feuille et qu’ainsi je ne pouvais pas aller au contraire. Adieu, Monsieur, souvenez-vous un peu de moi...

363(133) 12 août 1681 à Paris, d’André Dacier à Huet
[H, f. 89 r°-89 v°]

  • 216 S’agit-il de l’Horace de la collection AuD ? Plutôt des Remarques critiques sur les œuvres d’Horace (...)

364Je me croirais entièrement indigne de l’amitié que vous me faites l’honneur d’avoir pour moi, si je ne connaissais pas tout ce que je perds lorsque je ne suis pas près de vous : mais je le connais si bien qu’il n’est rien que je ne donnasse pour être le compagnon de votre solitude. C’est trop peu que de quitter Paris en l’état qu’il est presque désert, et sans aucun charme. Je voudrais le quitter lorsqu’il est le plus rempli et qu’il paraît le plus beau. Si pour suivre la parabole, vous avez invité les pauvres au défaut de vos amis, nous avons sujet de porter envie à la condition des pauvres. Mais est-ce d’aujourd’hui que nous savons que les pauvres nous doivent devancer au royaume des deux. Mon Festus a mieux réussi que je n’avais osé l’espérer ; M. de Montausier et M. de Meaux en ont paru fort satisfaits, vos amis de Paris en disent beaucoup de bien, ma joie ne sera pourtant entière que lorsqu’il aura eu votre approbation. Au reste je n’ai garde de me flatter que cet ouvrage puisse servir à ma fortune ; on ne monte pas aujourd’hui par de semblables degrés. Il est vrai que comme il n’est pas assez bon pour que j’en doive espérer du bien ; il n’est pas aussi assez mauvais pour que j’en doive attendre du mal. Ce n’est encore que l’ébauche d’un ouvrage qui attend la dernière main. Depuis qu’il est imprimé j’ai fait beaucoup de remarques, que je voudrais bien y avoir ajoutées. Je continue l’Horace, et j’en aurai bientôt un second volume.216 On me paraît fort refroidi à la Cour pour nos autres ouvrages, et si je mettais encore quatre ou cinq années à achever celui que j’ai commencé, j’appréhenderais bien que ce ne fût un temps perdu surtout celui que j’aurais employé à faire les interprétations qui ne seraient alors d’aucun usage.

  • 217 « qui puisse porter ce joug à égalité avec vous ».
  • 218 L’ouvrage d’Isaac d’Huisseau cité plus haut (lettres nos 8 et 27) ?
  • 219 Charles Du Périer, mort en 1692, faisait partie de la « pléiade » de poètes parisiens (Commire, Pie (...)
  • 220 Bel exemple de littérature de cour, dont voici le titre : « On voit toujours le roi tranquille, quo (...)

365Je suis bien marri de vous voir renoncer à l’entreprise qui vous a été proposée. N’est-ce pas y renoncer que de la vouloir partager ? Pensez-vous trouver quelqu’un qui hoc tecum pariter ferre jugum possit217 ? Non sans doute et c’est une chose que vous devez exécuter seul. L’exemple de ceux qui vous ont précédé, ne doit point vous faire de peine. C’était des gens qui n’avaient pas vos lumières, ni le fond nécessaire pour réussir dans un si grand dessein. Le livre de celui de Saumur n’est ni bon ni méchant et sur ces matières c’est assez pour faire condamner un livre.218 Si vous entreprenez cet ouvrage je ne doute pas qu’il n’ait un heureux succès. Je connais une bonne partie des difficultés que vous y avez prévues ; les plus grandes ne viennent que des ménagements que vous avez à garder ; mais enfin la vérité doit être la plus forte. Il n’y a rien de nouveau, vous avez su sans doute la prise de Mr le marquis de Firmes, et le triomphe de notre bon ami Monsieur Du Perier219 qui remporte le prix de l’Académie avec une églogue qu’il a faite et qui, entre nous, n’est pas ce qu’il a fait de plus beau.220 Adieu Monsieur, aimez-moi toujours je vous en supplie et soyez bien persuadé que je suis...

366(134) 14 août 1681 à Paris, d'Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 992 ; A, p.46]

  • 221 Est-ce pour éviter de tels désagréments qu’André Dacier prend soin d’associer à son privilège « Dam (...)

367Je suis bien persuadée, Monsieur, que vous avez de la bonté pour moi et que mes intérêts ne vous sont pas indifférents, c’est ce qui m’a fait prendre la liberté de vous prier de vouloir bien solliciter pour moi M. le duc de Montausier. Vous l’avez fait, Monsieur, et quoique je croie bien que je ne gagnerai pas ma cause, je vous ai pourtant toute l’obligation imaginable, et vous rends très humbles grâces de votre sollicitation et de la peine que vous avez bien voulu prendre pour moi. Cette petite disgrâce me rendra plus soigneuse à l’avenir221, elle me fait voir qu’il ne faut pas s’appuyer si fort sur la justice des choses ni sur les apparences ; et qu’il n’y a point d’affaires à quoi l’on ne doive apporter toutes les précautions. Quoique cette perte m’incommode extrêmement, je ne puis pourtant me repentir d’avoir entrepris cette impression. De tous les livres que l’on a faits pour Monseigneur le Dauphin, il n’y en a guère de si bien imprimés que Victor, et j’ai bien de l’impatience que vous l’ayez vu. Je crois que vous en serez satisfait, et je voudrais bien que vous pussiez l’être autant de ce que j’y ai fait. J’en serais, je vous assure, extrêmement glorieuse, car il n’y a point d’approbation que je souhaite si passionnément que la vôtre, et je vous prie, Monsieur...

368(135) 10 septembre 1681 à Rambouillet, de Montausier à Huet
[Ashb. 1580]

369J’ai reçu ici Monsieur la lettre que vous avez pris la peine de m’écrire du 7 [ ?] de ce mois qui m’a donné beaucoup de joie en m’apprenant que vous étiez en bonne santé car vous savez la part que j’y prends. J’ai vu les vers que vous avez eu la bonté de m’envoyer et qui accompagnaient votre lettre, j’ai eu du plaisir à les lire les ayant trouvés très beaux et fort à mon gré. Je n’ai pas été surpris de voir ces nouvelles productions de votre esprit car je sais quel est votre talent pour toutes choses, et vous avez travaillé d’ailleurs sur un sujet qui vous était fort agréable. Mais il ne faut pas s’il vous plaît que l’amour de la patrie vous détache si fort de la Cour, car après notre retour de Chambord, si vous ne nous venez pas voir, nous pourrions bien nous brouiller ensemble. Il y a quinze jours que je suis dans cette solitude. Mais je fais état de la quitter au commencement de la semaine prochaine et de m’en retourner à Fontainebleau. Je vous prie Monsieur de croire que personne ne vous aime ni ne vous estime...

370(136) 24 septembre 1681 à Paris, de Dacier à Huet
[H, f. 90 r°-90 v°]

  • 222 « Pure et fraîche rivière qui arrose » l’abbaye d’Aulnay, que Huet avait reçue en 1678 ; il dit dan (...)
  • 223 « les flots enflés ».
  • 224 « faire rouler de moins grands tourbillons ».

371Lorsque je reçus la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, je revenais de chez M. Ménage, et j’en revenais tout chagrin d’avoir vu entre ses mains le trésor auquel je croyais que nous devions avoir quelque part. J’allais même vous écrire sur cela mes pensées et vous faire tous les reproches que la colère et la jalousie m’auraient dictés ; mais enfin votre lettre a tout calmé et vos chants ont chassé ces esprits noirs qui m’avaient saisi. Je n’ai jamais rien vu de plus pur, de plus coulant, de plus harmonieux, en un mot de plus beau que votre ode. Vos descriptions sont charmantes. Celle de l’Odon222 me ravit. Je ne doute pas que dans l’assemblée de tous les fleuves qui se fait dans le palais du Père Océan, le Pénée, le Sperchius, le Xanthe et le Scamandre ne baissent les yeux devant lui et ne lui cèdent le pas. Jusqu’ici il a marché tout bouffi de colère tumidusque fluctu223 de n’avoir personne qui le fît assez connaître : et la gloire que vous venez de lui acquérir ne l’obligera pas apparemment à baisser ses flots et minores volvere vortices.224 Tout est de la même force dans cette belle ode. Si j’étais pourtant obligé de faire un choix j’aurais bien du penchant pour ces deux quatrains de l’Odon et pour les deux de Caen et de Montaigne. Le quinzième m’enchante. Le dernier est divin, et tous les autres sont dignes du dernier.

  • 225 Editeur dauphin de Martial.
  • 226 Simple plaisanterie ; Bossuet n’eut jamais le chapeau ; a fortiori le sous-précepteur ne pouvait en (...)

372Quoique vous n’ayez pas été ici à la distribution de mon Festus, je ne laisse pas de m’apercevoir que je vous dois tout le succès qu’il a eu à la Cour et auprès de M. de Montausier, aussi je vous assure qu’il n’y a rien de si difficile que je ne fisse pour vous témoigner ma reconnaissance. J’avais déjà appris par M. Collesson225 que vous alliez loger au faubourg Saint-Michel. Le saut est assez gaillard de la porte Gaillon à ce faubourg, et si vous en faites un aussi grand dans les dignités ecclésiastiques, comme je le souhaite, nous aurons le plaisir de vous voir bientôt cardinal.226 Mais n’avez-vous point prévu tout l’embarras où vous vous êtes jeté ? À Noël vous serez à peine délivré des visites de votre arrivée, et vous ne serez pas encore bien établi dans l’autre maison qu’il vous faudra partir pour Aulnay. Voilà cinq mois de pure perte et cinq mois à un homme comme vous, valent beaucoup mieux que cette maison, ce jardin et cette cour. Cela me donne un déplaisir fort sensible ; adieu nos promenades de Montmartre et des Tuileries. Je ne sais pas comment vous avez eu le courage de songer à cela, et de vous aller planter, si loin d’un homme comme moi, qui n’ai, ni cheval, ni mule ; mais qui est tout à vous et avec le dernier attachement. Je suis Monsieur...

373(137) 25 septembre 1681 à Paris, d’Anne Le Fèvre à Huet
[Ashb. 987]

374Il n’était pas nécessaire, Monsieur, de me mander la réponse de M. le duc de Montausier ; il y a longtemps que je vous suis très sensiblement obligée de votre sollicitation, et je vous prie de croire que, lorsque je vous en ai rendu grâces, ç’a été du meilleur de mon cœur, et après avoir été fort persuadée de toutes les peines que vous avez bien voulu prendre pour moi. Continuez-moi vos bontés, je vous prie, et me faites la grâce de ne douter jamais de ma reconnaissance. M. Dacier m’a fait voir la belle ode que vous lui avez envoyée, je vous remercie de la part que vous m’avez donnée à ce présent. Si Aulnay est aussi beau que les vers qu’il vous inspire, je ne m’étonne pas que vous y alliez passer les deux tiers de l’année, et que vous abandonniez Paris pour lui.

375En vérité, je n’ai jamais rien vu de si charmant que cette ode, et la description que fait Horace de son Tivoli n’a garde d’être aussi belle que celle que vous faites d’Aulnay. Quelque plaisir néanmoins que je prenne à lire les belles choses que vous faites dans cet agréable désert, je ne laisse pas d’être fâchée que vous les y fassiez, car cela nous fait voir que vous vous y plaisez fort, et que nous devons appréhender que dorénavant nous ne vous verrons ici que lorsque la mauvaise saison vous obligera d’y revenir. Souvenez-vous pourtant que les Muses se plaisent extrêmement dans votre belle bibliothèque. Revenez donc et ne les en privez pas davantage, mais surtout, Monsieur, croyez bien...

376(138) 29 août 1682 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1581]

  • 227 Le 6 août 1682.

377J’ai rendu, Monsieur, à Monseigneur le Dauphin la lettre que vous lui avez écrite, il l’a fort bien reçue. Je lui ai dit, outre ce que vous lui mandez, que vous avez donné autant qu’il vous a été possible des témoignages publics de la joie que vous avez eue de la naissance de Monseigneur le duc de Bourgogne.227 Je vous remercie de m’avoir donné des marques de votre souvenir et de m’avoir mandé des nouvelles de votre santé. Vous devez être persuadé Monsieur que je m’y intéresse extrêmement, par l’estime et la considération par[ticulier]es que j’ai pour vous...

378Je vous prie de me mander qui est celui qui travaille au Juvénal et en quel état il est car il y a un libraire de Lyon qui offre de l’imprimer.

379(139) 28 septembre 1682 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1582]

  • 228 Une nouvelle édition du Virgile venait de paraître (voir la lettre suivante).

380J’ai reçu aujourd’hui seulement Monsieur votre lettre du 22 de ce mois, et j’en avais reçu une autre auparavant du 6 dudit mois qui m’avait été rendue aussi tard et je ne sais par quelle raison. Léonard n’a pas bien compris ce que je lui avais dit touchant les exemplaires du Tite-Live nouveau pour les envoyer aux mêmes personnes à qui on a envoyé les auteurs qui ont été 227. imprimés ci-devant. Je lui écris un mot pour lui faire entendre mon intention là-dessus. Le roi a accordé au Père de La Rue une ord[onnan]ce de gratification de onze cents livres qu’il doit toucher au premier jour.228 Je vous conjure Monsieur...

381(140) 15 décembre 1682 à Versailles, de Montausier à Huet

382[Ashb. 1583]

  • 229 Origenis in Sacras Scripturas commentaria, Coloniae, apud C. Gensch, 1685, 2 vol. in-folio.

383Je suis surpris, Monsieur, de ce que le Père de La Rue en a usé comme vous me mandez après que lui avez communiqué vos remarques sur Virgile, et cela n’est pas honnête. Mais vous êtes tellement au-dessus de ces choses-là, que vous ne devez pas vous en soucier. Quand vous viendrez ici nous parlerons de l’ouvrage que vous vouliez faire sur la Sainte Écriture229, car une lettre ne suffit pas pour cela. Nous résoudrons aussi ce qu’il y aura à faire pour ces présents dont vous me parlez. Je n’ai point reçu le paquet que vous me dites que M. Graevius m’a envoyé par Hortemels, ni ouï parler de lui depuis qu’il est allé en Hollande. Vous pouvez croire que quand ce paquet me sera rendu, je donnerai ordre pour vous faire tenir sûrement ce qui s’y trouvera pour vous. Je vous envoie la réponse que j’ai faite à M. d’Écoville à la lettre qu’il vous avait adressée pour moi. Adieu, Monsieur...

  • 230 Ce paquet tant attendu n’arrivera que le 20 janvier suivant (Ashb. 1584).

384Depuis ma lettre écrite j’ai vu Hortemels, qui m’a dit qu’on lui avait dit que M. Graevius avait fait mettre un paquet dans un ballot qui est pour lui, mais qu’il ne l’avait pas encore reçu.230

385(141) 4 février 1683 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1585]

  • 231 Cette querelle « partagea tous les savants de la Cour », selon Tilladet, Disser tations sur diverse (...)

386J’ai reçu Monsieur votre lettre et la liste des auteurs qui y était jointe dont je vous remercie ; la première fois que vous viendrez ici, nous nous entretiendrons sur cela si nous pouvons en avoir le temps. J’ai vu ce que vous me mandez de M. Le Moyne et j’en suis fort content étant bien aise que quand je suis ami des gens cela continue toujours. Au reste Monsieur, il est survenu une grande dispute entre M. l’abbé de Saint-Luc et moi, sur ce que je dis que le Soleil et Apollon quoiqu’ils aient beaucoup de fonctions bien différentes et distinctes ne sont qu’un même dieu dans l’opinion commune de tous les anciens surtout des poètes grecs et latins. Nous avons gagé dix pistoles, cela fait bruit231, et ce qui m’étonne comme d’une ignorance inconcevable c’est qu’il a des gens pour lui. J’allègue en ma faveur des passages de Virgile, d’Horace, d’Ovide, de Cicéron et d’autres auteurs. Cependant il chicane et ses partisans aussi. Je vous en dirai le détail à notre première vue. Cependant je vous supplie instamment de chercher jusques au fond de votre riche mémoire et des poètes grecs et latins qui vous sont si familiers, et dans les scoliastes et mythologues des passages pour accabler cet opiniâtre. Je vous en serai infiniment obligé. J’attends votre secours avec impatience et les occasions de vous pouvoir servir...

387(142) 9 février 1683 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1586]

388Je n’ai reçu, Monsieur, que ce matin votre lettre du 6. Elle m’a donné une grande joie, car elle seule peut atterrer tous mes ennemis et leurs alliés : elle peut passer pour une dissertation entière tant elle est belle et savante. Je vous la renvoie pour vous faire voir les passages dont j’ai besoin, ils sont marqués avec une ligne dessous et je vous supplie de me les vouloir envoyer traduits en français tels qu’ils sont dans les auteurs dont vous les avez tirés avec l’endroit précisément marqué du livre et de la page, parce que si on me demandait à les voir je me trouverais court sans cela. Il y en a beaucoup dans votre lettre qui me sont très utiles et que je n’ai pas marqués. Mais c’est [que] je les ai ramassés moi-même, car je travaille comme un enragé depuis huit jours. J’ai vu dans les mythologues et dans Macrobe tout ce que vous m’en rapportez. J’ai trouvé quelques passages d’Ovide fort bons, mais j’en voudrais bien avoir d’autres poètes, c’est-à-dire des façons de parler et des noms donnés à Apollon qui convinssent au Soleil et données au Soleil qui convinssent à Apollon, comme le nom de Titan que vous dites qu’une épigramme donne à Apollon. J’ai aussi trouvé dans les Fastes le nom de Cynthius donné au Soleil, et le nom de Diane donné à la Lune Nocturna forma Dianae. Je vous demande pardon de tant de peines que je vous donne, mais je vous en ferai mes excuses plus amplement, car je vous remercie de la victoire que j’aurai obtenue par votre secours. Adieu, Monsieur...

389Je vous supplie de me renvoyer votre lettre, parce qu'elle est très digne d’être gardée et que je prétends m’en servir.

390(143) 20 février 1683 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1586]

391Je viens Monsieur de recevoir votre lettre du 19 de ce mois et j’ai bien des remerciements à vous faire de toute la peine que vous avez prise de me chercher tant de preuves sur le sujet d’Apollon. Je vous en suis en vérité fort obligé et vous assure que si en revanche je vous puis servir...

392(144) 18 juin 1683 à Besançon, de Montausier à Huet
[Ashb. 1589]

  • 232 Lecture incertaine.

393[...] Notre voyage se fait tout doucement, et on sera de retour trois jours plus tôt qu’on n’avait dit, parce que le roi a retranché du séjour de Bouguenon232 : il n’y a point d’autres nouvelles, sinon que Monseigneur le Dauphin a fait des merveilles au camp d’où nous venons, s’étant fort bien conduit et ayant fait les choses avec application. Le roi est fort content de lui, et tout cela me fait espérer qu’avec le temps Dieu exaucera nos souhaits. Je m’assure, Monsieur, que vous serez fort aise d’apprendre cette nouvelle, et que vous croirez bien que j’ai beaucoup de joie de vous la pouvoir mander. Adieu...

394(145) 20 décembre 1683 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1591]

  • 233 Le 19 décembre.
  • 234 Il s’agit sans doute des Orationes que Charles Hallot de Mérouville donnera bientôt (achevé d’impri (...)

395Je ne reçus qu’hier, Monsieur, votre lettre du 16 de ce mois. Il faut que vous craigniez beaucoup le mauvais temps pour ne venir pas ici lorsque tout le monde y vient à cause de la naissance de Monsieur le duc d’Anjou233, et en vérité j’ai envie de vous en gronder, car cela n’est pas bien. J’ai été bien aise de ce que vous m’avez mandé du Cicéron234 puisque vous en êtes content, et que vous vous y connaissez mieux que ceux qui m’en avaient parlé, c’est assez et je m’attends que j’aurai du plaisir à le voir. J’espère que vous verrai bientôt ici et je vous assure, Monsieur...

  • 235 La publication du Tite-Live s’est achevée en 1682 (achevé d’imprimer du Ier septembre), bien que la (...)

396Je vous prie de dire à M. Doujat, que je suis fort étonné des fautes extraord[inai]res qui sont dans les Suppléments de Tite-Live235, et que cela n’est pas bien, et que je croyais qu’il en serait autrement.

397(146) 13 janvier 1684 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1592]

398Quelque envie que j’aie, Monsieur, de vous voir et de vous entretenir, je trouve que vous faites fort bien de ne point quitter votre poêle et de vous conserver par le temps qu’il fait. Quand il fera beau, j’espère que vous viendrez ici faire votre cour et lors nous résoudrons ensemble ce qu’il faudra faire pour ces manuscrits de Freinshemius que M. Doujat a entre les mains. Adieu Monsieur...

  • 236 Jean Lucas, S. J. (1638-1716), fervent partisan contre Charpentier et Tallemant des inscriptions en (...)

399(147) 4 février 1684 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1593]
La lettre que vous avez pris le soin de m’envoyer, Monsieur, est du R. Père Lucas jésuite qui m’a envoyé une ode qu’il a faite pour feu M. de Münster.236 Je vous en remercie. La première fois que je verrai M. Doujat je lui dirai de vous remettre le reste des papiers de Freinshemius qu’il a entre les mains et je ne crois pas qu’après cela il y fasse aucune difficulté. Je vous demande toujours, Monsieur, la continuation de votre amitié...

400(148) 2 juin 1684 à Rambouillet, de Montausier à Huet
[Ashb. 1596]

  • 237 Sixième édition, Paris, T. Moette, 1685 (l’exemplaire de la BNF coté Rés.Y2 1204 contient des notes (...)

401Je viens, Monsieur, de recevoir votre lettre du 26 du mois passé, elle m’a donné bien de la joie en m’apprenant l’état de votre santé, et les plaisirs dont vous jouissez dans votre agréable solitude. Je vous remercie par avance de l’exemplaire que vous m’avez destiné de votre livre De interpretatione237 et je le recevrai avec joie à votre retour à Paris. Le Tacite ne doit pas être conféré à son original, on peut dire véritablement que c’est un bon livre. J’ai reçu un paquet de livres, de M. Graevius, dans lequel il y a deux tomes qu’il m’adresse pour vous. Ils sont dans mon cabinet à Versailles. Si vous avez envie de les voir avant que vous reveniez je vous les envoierai suivant l’adresse que vous me donnerez. Il y avait aussi dans ce même paquet deux tomes pour Monseigneur le Dauphin et une lettre de M. Graevius. Mais j’attendrai qu’il soit de retour pour lui présenter l’un et l’autre afin que cela fasse un meilleur effet. Je suis fâché que vous n’avez pas encore commencé à travailler à [illisible] ouvrage parce que j’ai beaucoup d’impatience qu’il soit achevé pour avoir le plaisir de le voir et j’en aurai toujours un fort grand, Monsieur...

402(149) 25 juin 1684 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1597]

  • 238 Huet lui confiera en 1690 une réédition de la Demonstratio evangelica.
  • 239 D’après Le Moyne (Ashb. 1048, 8 juin 1684), « il n’est pas au goût de tout le monde, et il y a bien (...)
  • 240 Comme en avertit une lettre de Le Moyne à Huet (Ashb. 1047,30 mai 1684), il s’agit des Lettres à At (...)

403Votre lettre du 14 de ce mois m’a été rendue, Monsieur. Il n’était pas nécess[ai]re que vous me recommandassiez le sieur Hortemels libraire238, car il y a longtemps que je le connais et que je l’ai exhorté de se faire instruire des vérités de votre religion et de renoncer à son hérésie, et il ne tiendra pas à mes [illisible] qu’il ne le fasse. Dans le paquet de livres que M. Graevius m’a adressé le Catulle de Vossius239 n’y est point. J’ai trouvé les Épîtres de Cicéron240 qui vous sont destinées et je vous les envoierai suivant l’adresse que vous me donnez, vous assurant, Monsieur...

404(150) 22 septembre 1684 à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1598]

  • 241 Celui-ci occupe effectivement deux volumes (achevé d’imprimer du 20 mars 1685).

405Le sieur Béraud a très mal fait Monsieur de grossir son Stace241 ausi considérablem[en]t qu’il a fait, et il devait au lieu de cela s’attacher à le réduire en un volume, et pour l’avoir fait si gros je ne vois pas qu’il mérite d’en avoir une récompense considérable ; pour les feuilles il est raisonnable qu’elles soient payées. J’ai vu l’ode que vous m’avez envoyée dont je vous remercie. J’étais un peu scandalisé de ce qu'elle avait paru en ce pays-ci sans être venue jusques à moi. J’ai en ai trouvé les vers fort jolis et fort agréables, puisque vous en savez si bien faire pendant que vous êtes dans votre solitude, il est dommage que vous ne profitiez pas plus que vous faites des avantages que les muses vous donnent. Vous ne me parlez point de votre retour en ce pays, et cela ne me plaît pas car je souhaiterais fort de vous assurer de bouche Monsieur...

406(151) 25 janvier 1685 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1601]

407J’ai reçu, Monsieur, votre réponse à ma dernière lettre. Mais l’exemplaire du catalogue de la bibliothèque de feu M. Heinsius qui était pour vous n’est point venu jusques à moi, et je ne sais non plus que vous de quoi il est devenu car je ne l’ai point trouvé dans le paquet qui m’était adressé. À notre première vue je vous entretiendrai touchant les livres que Monseigneur le Dauphin doit donner de présent. Je suis persuadé que les plaintes de Léonard sur le Tite-Live sont mal fondées, car s’il y a fait de la dépense il doit avoir vendu beaucoup d’exemplaires d’un livre aussi excellent que celui-là. Ce travail était commencé avant les conditions dont je suis convenu avec M. Colbert, ainsi je n’y puis rien. Je vous prie Monsieur...

408Depuis ma lettre écrite j’ai vu Daniel libraire qui m’a dit qu’il avait reçu ce catalogue de la bibliothèque de M. Heinsius qui vous est destiné.

409(152) 5 mars 1685 à Versailles, de Montausier à Huet

410[Ashb. 1605]

411Dans le moment même, Monsieur, que je reçois votre lettre d’hier au soir, je vous rends mille grâces, et du présent que vous me faites d’un nouvel exemplaire de votre Traité de l’origine des romans, et de tous les soins et de toutes les peines que vous avez pris et pour la maison et pour le précepteur que vous me voulez donner pour mes petits-enfants. Je crois que La Tour vous aura été trouver à cette heure et qu’il aura conclu pour la maison. Je ne me souviens pas bien du nom du précepteur, mais il me semble que vous me l’avez nommé Foucher ; et comme vous m’aviez dit que M. de Meaux le connaissait, je le lui ai nommé de ce nom et il m’a dit qu’il ne le connaissait pas. Je vous supplie de prendre la peine de m’en mander encore le nom, afin que je le sache sûrement. Mais il faut toujours puisque vous le trouvez tel qu’on le souhaite et qu’on vous en a dit tant de bien le ménager jusqu’à la conclusion. Je vous laisse ce soin, voyant que vous le voulez bien prendre, et je vous assure, Monsieur...

412(153) 26 avril 1685 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1608]

413C’est avec beaucoup de peine, Monsieur, que je vous écris sur le sujet de M. Foucher. Il y a cinq ou six jours que j’allai à Paris pour une affaire. Il vint me voir, M. le duc d’Uzès y était, et il dîna avec nous. On n’a jamais vu plus pauvre homme que lui. Il parlait à tort et à travers et disait des choses si bourgeoises et si ridicules qu’en vérité cela me faisait pitié, et son procédé me donna une si méchante opinion de lui que je pris résolution de m’en défaire tout doucement ne le jugeant pas capable d’instruire mes petits-enfants. Mais comme cela est délicat je vous [illisible] Monsieur, de le vouloir adroitement remercier, et de prétexter cela sur ce que nous craignons que sa santé n’est pas assez bonne pour réussir en son entreprise et qu’elle est trop délicate ayant remarqué qu’à dîner il ne mangeait que de certaines choses craignant d’être incommodé. Si avant d’être plongé dans vos dévotions vous pouviez venir faire un petit tour jusques ici vous m’obligeriez beaucoup afin de vous pouvoir entretenir plus [illisible] là-dessus. Je vous assure Monsieur...

414(154) 23 juillet 1685 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1610]

  • 242 Achevé d’imprimer le 2 mai 1684, il a dû attendre pour paraître de recevoir l’approbation du provin (...)
  • 243 Voir la lettre du 11 juillet 1685 de Ménage à Huet : « M. le Duc de Montausier vouloit marier Mlle (...)

415J’ai eu beaucoup de joie, Monsieur, d’apprendre de vos nouvelles par votre lettre du 15 de ce mois, car elles me sont toujours fort considérables et il y a longtemps que je n’en avais reçu : je ne sais pas de quels jésuites vous me voulez parler en me disant qu’ils vous ont prié de me faire souvenir de leurs ordonnances : il me semble que je les ai tous fait payer à la réserve du Père Hardouin. Mais il ne fait que donner son Pline242, et j’aurai soin de lui comme des autres. Le trouble qui est arrivé dans mon domestiquer243 ne me donne ni chagrin ni inquiétude, et bien loin de m’en donner, la séparation m’en épargnera beaucoup. Adieu, Monsieur, ne vous laissez pas tant emporter aux plaisirs de votre solitude, que vous ne donniez quelquefois de vos nouvelles...

416(155) 5 août 1 685 à Versailles, de Montausier à Huet
[Asbh. 1611]

417Je suis très fâché, Monsieur, du nouvel accident qui vous est arrivé, car je prends plus de part que personne à tout ce qui vous touche. Dieu veuille que vous en soyez bientôt quitte. Monseigneur le Dauphin a fait donner quinze pistoles aux pauvres gens pour qui vous lui aviez demandé la charité, et moi j’ai en ai ajouté trois : ce que je donne est bien peu de chose ; mais j’ai eu des gens brûlés, aussi bien que vous, dans un village dépendant de Rambouillet. Il ne faut rien espérer de la charité des courtisans, qui est plus froide que la glace. Adieu Monsieur, aimez-moi et souvenez-vous que personne n’est plus cordialement à vous que j’y suis...

  • 244 Nous datons cette lettre d’après celle du 23 juillet précédent (n° 154).

418(156) 1er septembre [1685]244, du Père Hardouin à Huet
[Ashb. 751]

419L’on ne peut avoir de plus sincère sentiment de reconnaissance, que j’en ai pour l’avis que vous avez eu de la bonté de me donner sur la correction de Pline, pars esse. Mais je suis assuré que vous serez bien aise aussi d’apprendre qu’avant que de publier mon Pline, j’ai prévenu cet avis-là même que vous me faites la grâce de me donner : et que la personne qui vous a écrit là-dessus, est fort mal instruite. Si elle eût lu mon livre, elle eût pu remarquer que j’ai parlé de cette correction en deux endroits : le premier est à la page 614 du second tome, en son lieu naturel : où j’ai fait voir que j’avais découvert ce passage de Pline, dans un autre passage d’Aristote, que Scaliger et Gaza n’avaient pas entendu. Voilà de quoi le P. Petau n’a jamais parlé ; et par conséquent pour dire cela il ne fallait pas citer. Le second endroit est au même tome, page 656 dans mon Addenda : là où pour fermer la bouche à ceux qui avaient parlé du pars cerae du P. Petau, j’ai dit fort au long que ma correction paraîtra d’autant plus juste aux habiles gens quelle est aussi venue dans l'esprit du P. Petau longtemps avant moi, quoique ni lui ni autre avant moi, ne s’est aperçu du passage d’Aristote, d’où Pline a copié le sien et qui l’éclaircit et le justifie admirablement. Qu’au reste les paroles du P. Petau qui sont dans tous les exemplaires de la première édition du Themistius, et qui ont été omises dans la seconde par hasard, sont telles que je les rapporte au long dans cet endroit-là même, afin qu’on en puisse juger. Pouvais-je dire davantage pour me disculper, quand j’aurais fait une faute ? Vous en penserez plus favorablement, Monsieur, et plus équitablement que personne, lorsque vous l’aurez vu. Cependant je suis certain que depuis que mon Pline a paru, l’on a été fort satisfait de ma conduite, et l’on n’a pas dit un seul mot depuis ce temps-là à Paris de cette correction, qui est au fond très peu de chose, comme vous me faites la grâce de le marquer vous-même. Je sais qui vous a mandé cette nouvelle : mais les mêmes considérations qui eussent pu l’obliger à ne vous en pas écrire, principalement après ce que j’ai fait pour me disculper, m’obligent à avoir un peu de discrétion pour n’en parler pas. Encore un coup, Monsieur, je ne puis vous exprimer ici combien je suis touché de reconnaissance, et pour l’avis que vous m’en donnez, et pour l’honneur que vous me faites de m’assurer que vous voulez bien en tout cas soutenir ma cause, même avec chaleur. C’est un excès de bonté et d’amitié pour moi, que je n’ai jamais assurément mérité, mais dont je conserverai éternellement le souvenir, et pour lequel j’aurai toujours toute la reconnaissance que vous pouvez attendre avec justice, Monsieur...

  • 245 Voir la lettre suivante.

420J’écrirai demain pour tâcher d’avoir ce livre de la vérité de la religion, dont vous me parlez245, Monsieur. Je prierai, si l’on en peut avoir, que j’en aie deux exemplaires : afin qu’il y en ait un pour vous. Je n’aurai réponse de cela que dans un mois.

421(157) 3 octobre 1685 à Fontainebleau, de Montausier à Fluet
[Ashb. 1612]

  • 246 Varia sacra, Lugduni Batavorum, apud D. a Gaesbeek, 1685, 2 volumes in-4°.
  • 247 Jacques Abbadie (1654-1727), Traité de la vérité de la religion chrétienne, Rotterdam, R. Leers, 2 (...)

422Je n’ai reçu, Monsieur, votre lettre du 2 août que longtemps après qu'elle a été écrite, et ma maladie et la faiblesse qui m’en était restée, m’ont empêché de vous pouvoir faire réponse qu’à cette heure. Je crois que M. Le Moyne m’aura envoyé son livre, mais je ne l’ai point encore vu.246 J’ai celui dont vous me parlez fait par un ministre de Monsieur l’Électeur de Brandebourg touchant la vérité de la religion247, qu’il ne tiendra qu’à vous de voir quand vous serez de retour à Paris. Je vous suis fort obligé, Monsieur, de l’intérêt que vous avez pris à mon mal et du soin que vous avez eu de demander de mes nouvelles. Ma santé est grâces à Dieu bien rétablie présentement. Je vous en souhaite une parfaite et je vous conjure de croire...

423Je vous prie de faire mes compliments au Père de La Rue, et de revenir tous deux bientôt.

424(158) 6 novembre 1685 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1614]

  • 248 Dans une lettre du 11 février 1688 (Ashb. 1648), Montausier remercie Huet d’une visite qu’il leur a (...)

425J’ai eu beaucoup de joie, Monsieur, de ce que vous êtes arrivé à Paris, mais je suis très fâché de ce que votre voyage a renouvelé les douleurs de vos entorses de cet été, et je m’assure que vous n’aurez point de peine à le croire, puisque vous savez quelle est la part que je prends à tout ce qui vous touche. Je suis bien aise que mes petits-enfants vous aient été rendre une visite et que vous soyez content de leur précepteur, qui est assurément un honnête homme. Votre voisinage est cause que je les ai mis où ils sont, parce que j’ai souhaité qu’ils en profitassent.248 Je n’ai point reçu le paquet de M. Graevius, non plus que le livre de M. Le Moyne. On s’en retourne à Versailles dans huit jours, j’espère que j’aurai la satisfaction de vous y embrasser peu de temps après et que votre santé sera rétablie. Je le souhaite de tout mon cœur, Monsieur, et de vous pouvoir persuader...

426(159) 10 novembre 1685 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1615]

  • 249 Bien que le titre d’évêque de Soissons figure évidemment sur les lettres désormais adressées à Huet (...)
  • 250 Cette double nomination représente évidemment le prix des fidèles et loyaux services du sous-précep (...)

427Je n’ai point été surpris, Monsieur, que le roi vienne de vous nommer à l’évêché de Soissons249, connaissant comme je fais votre mérite. Mais il y a longtemps que je souhaitais avec passion de me pouvoir réjouir avec vous pour une occasion comme celle-là. C’est assez pour vous faire juger quelle a été ma joie, et je ne saurais dans la vérité vous témoigner combien elle est grande. J’en ai eu beaucoup aussi de ce que le roi a donné l’évêché de Lavaur à M. l’abbé Fléchier, et de ce qu’il s’applaudit fort sur le bon choix qu’il vient de faire des évêques.250 Je vous supplie, Monsieur, de compter toujours que nul ne prendra jamais plus de part que moi à ce qui vous regardera et je suis...

428(160) 22 décembre 1685 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1616]

  • 251 C’est chez la veuve de Simon Bénard que paraissent deux des ouvrages de Cicéron, les Orationes en m (...)
  • 252 C’est surtout en tant qu’ami du roi que La Feuillade peut intervenir ici : ses hauts faits d’armes (...)

429Il faut remettre à voir avec vous, Monsieur, lorsque vous reviendrez ici, ce qu’il y aura à faire avec la dame Bénard touchant ce que vous m’en mandez dans votre lettre du 20 de ce mois.251 L’aventure que vous y ajoutez que vous eûtes en vous en retournant à Paris, de cette paysanne poursuivie par deux soldats qui la blessèrent derrière votre carrosse où vos gens l’avaient reçue pour la sauver et défendre de leur violence, et à laquelle ils donnèrent encore un grand coup d’épée après qu’ils l’eurent fait descendre, est également terrible et insolente. Je n’ai pu encore joindre M. de la Feuillade252 pour lui en parler, mais fait faire un mémoire là-dessus que je lui laisserai afin qu’ils fassent chercher ces deux insolents. Toujours...

430(161) 4 janvier 1686 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1617]

  • 253 Dans ses Mémoires, Huet évoque plusieurs fois Gilles Macé, son oncle (p. 7, 78, etc.), et Daniel Ma (...)
  • 254 Il s’agit peut-être, malgré sa date, de l’Oratio inauguralis de linguarum orientalium ad intelligen (...)

431Je vous envoie, Monsieur, la lettre que vous me demandez pour M. de Monchevreuil en faveur de M. Macé votre parent.253 Je souhaite qu'elle ait tout l’effet que vous pouvez désirer. Je serai bien aise de vous témoigner que j’entre dans les choses où vous vous intéressez ou qui peuvent vous toucher, et je m’assure que vous me ferez bien la justice de le croire puisque vous n’ignorez pas les sentiments que j’ai pour vous. Je vous ai déjà mandé que nous résoudrions ensemble à la première vue ce qu’il y aurait à faire à l’égard de la veuve Bénard. Si vous écrivez à M. Morin je vous supplie, Monsieur, de le remercier pour moi de la bonne volonté qu’il a de m’envoyer son livre254 et d’être toujours bien persuadé que je vous honore autant que vous le méritez et que je suis...

432(162) 13 janvier 1686 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1618]

  • 255 Jean Anisson essayait depuis 1681 de forcer les portes de l’imprimerie pariparisienne ; sa tentativ (...)
  • 256 Il s’agit vraisemblablement de l’Ovide, que Crespin voulait par commodité faire imprimer à Berne ou (...)

433Pour réponse, Monsieur, à votre lettre du 10 que je reçus seulement hier au soir, il y a à vous dire qu’encore que le sieur Anisson ne soit pas reçu libraire à Paris255, il ne laissera pas je crois d’entreprendre l’impression du livre dont il est question.256 Nous nous en entretiendrons plus au long quand vous reviendrez ici et de l’affaire de la dame Bénard.

  • 257 Lieutenant de police depuis la création de cette charge en 1667, il contrôle, entre autres multiple (...)
  • 258 Le Moyne évoque ce point dans sa lettre du 28 février (Ashb. 1058).
  • 259 C’est à Hortemels que Huet donnera sa Censura philosophiae cartesianae, qui paraîtra en 1689 (voir (...)

434J’avais déjà appris que les livres de M. Le Moyne étaient arrêtés mais que M. de La Reynie257 promettait de faire rendre ce qu’il en envoyait à un chacun de ceux à qui il en faisait présent258, comme aussi le même M. de La Reynie avait assuré le sieur Hortemels de la maîtrise pour être reçu libraire et que dès à présent il pouvait faire comme s’il l’était.259 Quant aux recommandations que l’on pourra me venir demander pour et contre les médecins de la Faculté de Caen, il suffit de l’avis que vous m’en donnez pour n’en user que selon votre désir. Ainsi en cela comme en toute autre chose je serai bien aise de vous témoigner combien...

435(163) 9 février 1686à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1619]

  • 260 Voir ci-dessous la lettre n° 169.

436Je viens, Monsieur, de recevoir votre lettre du 7. La précédente dont vous me parlez m’a aussi été rendue et je n’y ai point fait de réponse, parce que j’espérais que vous viendriez ici et que je croyais que vous auriez su, qu’il n’y avait qu’à dire un mot à M. de La Reynie, afin que vous pussiez voir M. de Gagny à la Bastille : vous voyez, Monsieur, selon cela, qu’il n’est pas besoin d’en demander la permission au roi, et que vous pourrez facilement faire ce que vous désirez pour aider à la conversion de ce prisonnier. J’ai été bien aise d’apprendre des nouvelles de M. Morin. Mais je crains bien qu’il n’y ait pas moyen de faire ce qu’il souhaite.260 Quand vous serez ici nous nous en entretiendrons. Cependant je vous assure que je voudrais de bon cœur le pouvoir servir, et que personne...

437(164) 2 mars 1686 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1620]

438J’ai appris, Monsieur, qu’on a envoyé à Soissons Mademoiselle de Beaulieu, de Sedan et je crois qu'elle est dans un couvent. C’est une personne que je considère, qui est fort âgée et qui est fille d’un professeur de Sedan : vous entendez bien qu'elle est huguenote. Je vous supplie de donner ordre qu’on s’en informe, qu’on vous en mande des nouvelles, afin que j’en sache, et qu’on adoucisse autant qu’on pourra la mortification qu’elle a d’être éloignée de ses parents et de ses amis. Je voudrais bien qu'elle sût que je vous ai fait cette prière. Adieu, Monsieur...

439J’ai reçu avec votre lettre celle de M. Segrais : je crains bien que nous ne puissions rien faire en cette affaire, dont je serai fort fâché à cause de ceux qui y ont intérêt. Mais je ferai ce que je pourrai et vous savez l’affection que j’ai pour Caen.

440(165) 9 mars 1686 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1621]

441Je vous remercie, Monsieur, de la bonté que vous avez eue d’écrire à Soissons en faveur de Mlle de Beaulieu, quand vous en aurez réponse, vous me ferez plaisir de me le faire savoir. Puisque vous avez pris jour à mardi prochain pour baptiser ce juif, et que j’en dois être le parrain je prendrai ma petite-fille pour marraine. J’ai reçu la lettre de M. Le Moyne que vous m’avez envoyée à laquelle je fais réponse. Je vous supplie de croire, Monsieur...

442(166)20 mars 1686 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1622]

443Je vous rends grâces, Monsieur, de la réponse que m’avez faite sur le sujet de Mlle de Beaulieu et des bontés que vous témoignez avoir pour elle. Je vous supplie de les lui vouloir continuer, pendant que je verrai de mon côté ce qui se pourra faire pour la soulager, car outre qu’il y a de la charité de secourir une femme à son âge, qui est infirme et affligée, je vous serai fort obligé Monsieur du plaisir que vous lui ferez, et vous donnerai des marques en toutes rencontres que personne ne vous estime...

444(167) 8 mai 1686 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1623]

445J’ai reçu Monsieur votre lettre du 23 de ce mois, qui m’a donné beaucoup de joie en m’apprenant de vos nouvelles, et mortifié en même temps de ce que vous ne vous portez pas bien, et que cela vous pourra retenir plus longtemps à Soissons. Je vous suis extrêmement obligé des soins que vous avez pris pour Mlle de Beaulieu à qui on a permis de vous aller voir, et de ce que vous avez été la visiter sans l’avoir trouvée si mal dans sa prison. Vous avez si bonne main pour les conversions qu’après ce que vous me mandez de votre seconde conférence avec elle, j’espère qu’elle fera bientôt son abjuration. C’est ce que je souhaite et que vous m’appreniez aussi votre parfaite guérison...

446(168) 15 août 1686 à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1626]

  • 261 Cette lettre du 20 juillet (Ashb. 1625) signalait que Huet était à l’abbaye d’Aulnay.

447J’ai reçu, Monsieur, votre lettre du 8 de ce mois, où je remarque que vous entrez en de grandes justifications avec moi, de votre non-résidence dans votre évêché, comme si j’y eusse trouvé à redire sérieusement, et ce que je vous en ai écrit par ma précédente261, n’eût pas été par raillerie et sur le pied de bonne amitié, et seulement à cause que nous nous trouvons plus éloignés l’un de l’autre, et que j’aurais eu espérance de vous voir plus tôt si vous aviez toujours demeuré à Soissons. Ainsi je vous prie de croire que j’approuve fort tout ce que vous faites, et que je ne puis être que très aise du repos dont vous jouissez dans votre solitude, puisque personne...

  • 262 Les lettres cotées Ashb. 1627-1632 évoquent diverses recommandations sollicitées par Huet.

448(169) 9 février 1687 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1633]262

  • 263 Le fils d’Étienne Morin, Henri (né en 1653), n'avait pu quitter la France pour rejoindre son père ; (...)

449J’ai reçu, Monsieur, votre lettre d’avant-hier : si l’affaire dont vous me parlez pour les intérêts de M. Le Moyne et de M. Morin est générale, ni vous ni moi ne saurions rien faire pour eux : j’ai écrit à M. de Gourgue sur une lettre que j’ai reçue de M. de Brieux pour une pareille chose, afin qu’il me mandât quels ordres il y a là-dessus. Mais à l’égard de M. Morin, je ne doute point, que son fils étant ministre converti et bon catholique, comme vous dites, le roi ne lui donne le bien de son père.263 Vous savez le plaisir que je me ferai de servir ces Messieurs si je le puis, ainsi je ne demande que d’en avoir l’occasion. Adieu, Monsieur...

450(170) 21 mars 1687 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1635]

451Vous avez ici Monsieur une lettre que je viens de recevoir pour vous de M. Graevius avec une autre qui est pour Monsieur l’évêque de Meaux. 11 me mande qu’il nous envoie à chacun de nous trois un livre nouveau qu’a fait M. de Meursius. J’attendrai à lui faire réponse que je les aie reçus afin de l’en remercier en mon particulier. Cependant je vous supplie Monsieur...

452(171) 26 mars 1687 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1636]

453Vous savez monsieur que je vous ai recommandé Mlle de Beaulieu que vous avez été voir en prison à Soissons, je vous prie de tout mon cœur de lui vouloir continuer vos bons offices par ceux de vos amis qui lui pourront procurer du soulagement. Car j’apprends qu'elle est dans un état qui mérite qu’on ait pour elle de la compassion. Je vous serai très sensiblement obligé de tout ce que vous pouvez faire en sa faveur et de me croire toujours Monsieur...

454Si vous vouliez faire donner sur les lieux une attestation de l’état où se trouve Mlle de Beaulieu on tâcherait de lui procurer quelque ordre pour son soulagement.

  • 264 La continuation de la pension de Huet et les efforts de Montausier auprès du Dauphin faisaient déjà (...)

455(172) 28 mars 1687 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1637]264

  • 265 À Louvois (Colbert est mort en 1683).
  • 266 Sur la vie mondaine de Bourbon-L’Archambault, voir Dancourt, Les Eaux de Bourbon, 1696 ; mais Huet (...)
  • 267 La lettre du 25 avril (Ashb. 1638) nous apprend que Huet a préféré partir pour Bourbon-L’Archambaul (...)

456Depuis que je vous ai écrit Monsieur, j’ai parlé deux fois à Monseigneur le Dauphin de votre affaire, qui me dit la première qu’il en avait déjà parlé deux ou trois fois.265 Je lui répondis que s’il ne le faisait fortement et ne l’appuyait comme il fallait, ce serait inutilement et qu’il y allait de son honneur. À la seconde fois, il ne me répondit rien. C’est ce qui me fait vous conseiller de venir faire un tour ici avant de vous en aller à Bourbon.266 Je ne saurais qu’approuver le dessein que vous avez pris de faire ce voyage, puisque vous espérez y trouver votre guérison et que la santé est le plus grand des biens ; mais faites ici un tour auparavant, il ne vous peut être qu’avantageux et vous ne marcherez et ne vous tiendrez debout que ce que vous voudrez.267. Je me souviendrai de ce que vous me dites du livre [ ?] de votre diocèse dont vous me parlez en votre lettre du 24 s’il vient à moi et qu’il m’en apporte de Madame de Saint-Étienne. Je viens de recevoir la vôtre du 27 avec le livre de M. M[e]ursius que M. de Graevius me mandait qu’il m’adressait avec le vôtre et celui pour M. de Meaux. Vous m’apprenez de quelle manière cela vous est arrivé. Je souhaite de tout mon coeur que vous trouviez dans les eaux de Bourbon tout le soulagement que vous en attendez mais tâchez je vous prie de nous venir voir encore auparavant et soyez bien persuadé...

457(173) 6 août 1687 à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1641]

  • 268 Huet avait séjourné à Bourbon avec Marie-Madeleine-Gabrielle de Rochechouart, abbesse de Fontevraul (...)
  • 269 Où il se trouvait depuis le 6 juillet, en compagnie de toute sa famille (lettre du 14 juillet 1687, (...)

458J’ai reçu Monsieur votre lettre du 29 de l’autre mois qui m’apprend le temps que vous avez demeuré à Fontevrault268, et la suite de votre voyage jusqu’à votre arrivée à Caen dont j’ai bien de la joie. Celle de notre séjour à Rambouillet269 a été troublée par la maladie de Madame d’Uzès que la fièvre y prit le 24 du mois passé, ce qui nous a fait venir à Paris. Elle l’a eue pendant onze jours continue avec des redoublements, et ce n’est que depuis 4 ou 5 jours qu'elle ne l’a plus, on l’a purgée avec l’émétique ce qui l’a fort travaillée, et elle est dans une grande faiblesse, ne dormant presque point et étant tourmentée de vapeurs, il faut espérer qu’avec l’aide de Dieu la fièvre ne la reprenne point. Elle reprendra ses forces petit à petit. Je la recommande Monsieur à vos prières.

  • 270 C’était alors Louis Boucherat. Le chancelier avait autorité sur les tribunaux et sur les intendance (...)

459Ce que vous me dites des crimes qui se commettent en vos quartiers est horrible. Il serait à propos que vous en fissiez faire un mémoire plus circonstancié des lieux où ils ont été commis, et à qui il faudrait envoyer la commission pour en informer avec une instruction de ce qu’il y aurait à faire pour en avoir connaissance, j’en parlerais à Monsieur le chancelier270 et je lui donnerais ce mémoire sans faire aucune mention de vous. J’attendrai là-dessus de vos nouvelles. Cependant je vous prie, Monsieur...

460Ma fille n’est point sans fièvre. Les médecins lui ont fait prendre du quinquina aujourd’hui.

461(174) 11 août 1687 à Paris, de Montausier à Huet
[Ashb. 1642]

462Il ne faut point Monsieur que vous appréhendiez du tout de pouvoir m’importuner par vos lettres, vous ne sauriez m’écrire assez souvent principalement quand vous aurez quelque chose à m’ordonner pour votre service. Je n’eus pas sitôt reçu votre dernière du 4 de ce mois, que n’étant. venu en cette ville, comme je vous l’ai mandé, et n’y demeurant qu’à cause de la maladie de Madame d’Uzès laquelle se porte un peu mieux Dieu merci, j’allai à Versailles pour recommander votre affaire à Monseigneur le Dauphin. Mais il me répondit qu’en ayant parlé à Monsieur de Louvois, pour en prier le roi, le roi ne l’avait point voulu, en avait dit qu’il vous avait donné autre chose, de meilleur et de plus considérable. Ainsi vous voyez qu’il n’y a plus rien à faire. S’il se présente d’autres occasions, où je puisse vous être plus utile, et vous rendre mes services, je vous supplie d’être persuadé que je serai ravi de vous faire connaître que personne...

463(175) 9 septembre 1687 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1644]

  • 271 Montausier en parlait également dans la lettre précédente, du 17 août (Asbh. 1643).

464Depuis vous avoir écrit Monsieur j’ai vu et entretenu Monsieur le chancelier des crimes qui se commettent avec impunité en vos quartiers271, je lui en ai laissé un mémoire dont il me dit que j’entendrai parler, blâmant fort la négligence des officiers de justice qui sont préposés pour en faire la punition. Il faut donc l’attendre comme beaucoup d’autres choses avec patience. Il y a longtemps que j’en ai sans recevoir de vos nouvelles, je vous prie de m’en donner plus souvent que vous ne faites et d’être toujours bien persuadé...

465(176) 11 novembre 1687 à Fontainebleau, de Montausier à Huet
[Ashb. 1645]

  • 272 Thea, elegia (s.l. n. d.), in-8°, 3 pages.

466Je ne fais Monsieur que de recevoir votre lettre du 8 de ce mois. La date qui est de Paris me donne beaucoup de joie, et apparemment vous y êtes en bonne santé, quoique vous ne m’en marquiez rien. Cela me fait espérer que nous aurons l’honneur de vous voir bientôt après à Versailles, puisque le roi part d’ici après-demain pour s’y rendre. Vous m’avez fait bien du plaisir du présent que vous m’avez envoyé de vos vers sur le thé272, mais trouvez bon que je vous dise que vous en exprimiez les avantages en poète, car moi qui m’en sers, je ne m’en aperçois non plus que si je ne buvais que de l’eau, mais les vers m’en paraissent excellents, et je pense que M. de Pellisson sera de mon sentiment. Je lui en donnerai une des deux copies que vous m’avez adressées. Cependant je vous conjure...

467(177) 14 mars 1688 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1649]

468M. Graevius m’a envoyé Monsieur plusieurs volumes des livres des Offices de Cicéron pour le roi, Monseigneur le Dauphin et d’autres. Je vous en envoie un quoiqu’il ne me parle point de vous, mais c’est je crois son intention. Et je dois vous dire que vous êtes bien paresseux de ne nous pas venir voir, et de m’oublier comme vous faites, réparez cela je vous prie...

469(178) 10 août 1688 à Paris, de Montausier à Fluet
[Ashb. 1653]

  • 273 La Censura philosophiez cartesianoe (Lutetiae Parisiorum, apud D. Hortemels, 1689) paraîtra en fait (...)
  • 274 Bossuet, Histoire des variations des églises protestantes, Paris, veuve S. MabreCramoisy, 1688, 2 v (...)
  • 275 Testament politique d’Armand du Plessis, cardinal duc de Richelieu, Amsterdam, H. Desbordes, 1688. (...)

470[...] Vous me faites beaucoup d’honneur Monsieur de vouloir me dédier l’ouvrage que vous avez achevé273, n’en étant pas digne je vous en suis d’autant plus obligé que je mérite moins cette grâce. Tout le monde approuve comme vous le livre de Monsieur de Meaux, tout gros qu’il est, je l’ai lu avec bien de la satisfaction.274 J’ai celui du Testament politique du Cardinal de Richelieu, que je n’ai point lu encore, mais je l’entends louer de même que vous faites, à tous ceux qui l’ont lu.275 Ce qui me fait voir que vous tombez toujours dans le sens des plus habiles, et qu’on ne saurait se tromper à vous suivre. [...]

471(179) 7 octobre 1688 à Fontainebleau, de Montausier à Fluet
[Ashb. 1655]

  • 276 L’achevé d’imprimer date du 23 juin 1688.
  • 277 Le Peletier fut contrôleur général des finances de 1683 à 1689.
  • 278 Celui-ci, assisté de Vauban et du maréchal de Duras, commandait l’armée du Rhin devant Philippsbour (...)

472[...] Il y a bien un mois que j’ai signé un billet pour demander la rétribution qui est due à M. Fleury pour le travail qu’il a fait sur l’Apulée276 et je chargeai Destanchau de donner de ma part ce billet à M. le con[trôl]eur g[énér]al277, mais je ne saurais vous dire s’il l’a fait parce qu’il a suivi Monseigneur le Dauphin à Philippsbourg.278 Je vous supplie Monsieur de croire...

  • 279 Joachim Le Grand, Histoire du divorce de Henri VIII, roi d'Angleterre, et de Catherine d’Aragon, av (...)

473J’ai reçu comme vous l’histoire du divorce de Henry VIII et la Réfutation de Burnet279 dont j’ai été fort content.

474(180) 9 décembre 1688 à Marly, de Montausier à Huet
[Ashb. 1658]

475Je reçus hier en partant de Versailles votre lettre avec la préface du livre que vous me faites l’honneur de me dédier. Je dois être honteux de tant de louanges que vous m’y donnez et quand vous ne m’en donneriez que la moitié ce serait encore trop, parce que je ne le mérite pas, mais moins j’en suis digne, plus je dois être obligé. Cependant pour un homme sincère qui fait profession de dire la vérité, vous devez prendre garde que vous ne serez pas cru, disant tant de choses à mon avantage, qui ne sont pas. Mais vous ne dites rien de mon véritable métier, auquel j’ai employé toute ma vie jusqu’à ce que j’aie été auprès de Monseigneur le Dauphin qui est celui de la guerre et auquel je m’étais uniquement employé. Si j’ai mérité quelques grâces du roi, ç’a été par là. On ne peut Monsieur vous être plus obligé que je le suis de l’honneur que vous me faites dont j’ai toute la reconnaissance possible. C’est de quoi vous devez être persuadé...

476(181) 26 décembre 1688 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1659]

  • 280 La recommandation de M. des Ifs pour obtenir un régiment (c’est l’essentiel de cette lettre, dont n (...)
  • 281 Eusèbe Renaudot (1646-1720), petit-fils de Théophraste Renaudot, dirigea la Gazette de France à par (...)

477[...] Je n’ai pas fait ce que vous me demandez280 parce que cette chose ne dépend pas de moi, ainsi vous ne devez pas m’en savoir mauvais gré, mais moi je vous en demande une qui dépend absolument de vous, et qui est très juste et très raisonnable, ainsi j’attends que vous me l’accordiez sans aucune excuse, autrement nous serons très brouillés ensemble, c’est de donner votre voix à M. l’abbé Renaudot, pour une des places vacantes de l’Académie.281 Il y va de votre honneur particulier d’avoir quelque confrère de ce mérite et de celui de l’Académie de mêler quelques gens d’un savoir éminent avec tant d’ignorants qu'elle y reçoit de temps en temps, vous ne sauriez Monsieur me faire un plus grand plaisir que celui-là.

478(182) 19 mai 1689 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1666]

  • 282 La Guerre de la ligue d’Augsbourg se caractérise en effet par l’importance, au moins théorique, de (...)
  • 283 Effectivement, le P. Régis publiera en 1691 une brillante Réponse au livre qui a pour titre [...] C (...)

479À mon retour de Rambouillet, Monsieur, j’ai trouvé ici les exemplaires de votre livre, et je me suis incontinent acquitté de la commission que vous me donnez de les présenter de votre part au roi et à Monseigneur le Dauphin. Ils ont été fort bien reçus de l’un et de l’autre avec ordre de vous en 280. 281. remercier de chacun. Le roi me demanda de quoi il traitait, je lui répondis que c’était de matières très belles à quoi je n’entendais rien, et il se mit à rire. Pour Monseigneur le Dauphin je lui demandai si je ne vous manderais pas qu’il s’engageait à le lire, mais il entendit bien ma raillerie, et me dit que non, mais que je vous remerciasse bien de sa part. Pour moi Monsieur je ne saurais vous rendre assez de grâces de l’honneur que vous me faites de me l’adresser et de ce que vous avez bien voulu vous charger du blâme de flatteur, en disant tant de bien de moi qui n’est pas véritable. Quant au livre je vous dirai ingénument que je n’y entends rien, et que le latin que je trouve extrêmement beau et poli, me fait croire que ce qu’il explique est admirable, mais j’ai beau m’appliquer, je n’y comprends rien, sinon que Descartes est traité comme il le mérite, dont je suis ravi. Mais il faut que vous vous prépariez à une aussi rude guerre, que celle que nous avons avec toute l’Europe.282 Car je pense qu’il vous tombera sur le corps autant d’auteurs que de régiments contre la France.283

  • 284 Depuis 1680, Madame de Montespan avait perdu son rang de favorite, mais elle devait rester à la cou (...)

480Pour changer de matière je ne saurais m’empêcher de vous dire que je vous trouve heureux d’avoir si bonne compagnie en prenant des eaux, ce que je me réjouis aussi avec Madame de Montespan284, de vous avoir aux heures que vos occupations lui laissent libres. Obligez-moi, de vous servir de toute votre éloquence pour lui persuader que toute sa beauté, tout son esprit et tout son mérite ne lui ont jamais acquis un serviteur si assuré si affectionné et si respectueux que moi. Et vous Monsieur...

481(183) Ier juin 1689 de Montausier à Huet
[Ashb. 1668]

  • 285 Cette lettre du 18 mai (B, t. IV, no°495, p. 17-20) est effectivement glaciale et se présente comme (...)

482J’ai reçu Monsieur votre lettre du 26 de l’autre mois. Quand je vous ai mandé que je n’entendais rien aux matières de votre livre contre Descartes, il ne faut pas s’il vous plaît que vous croyiez que j’aie été si peu discret d’en parler d’une autre manière qu’en riant, et seulement à quelques amis particuliers au sujet de la préface. Vous n’avez pas dû, je crois, non plus prendre sérieusement ce que vous a écrit Monsieur de Meaux lorsque vous lui avez envoyé le même livre, en l’accompagnant de la lettre que vous me dites285, comme vous vous êtes depuis expliqué par la réponse que vous lui avez faite de votre pensée, et que vous y avez donné le sens véritable, qui le doit contenter, voilà la chose bien réparée.

  • 286 Bossuet, Apocalypse, avec une explication, Paris, veuve S. Mabre-Cramoisy, 1689, 838 p. in-8°.

483Il m’a envoyé son livre de l’Apocalypse que je présentai hier de sa part au roi.286 Je n’ai fait encore que jeter les yeux dessus, et ce que j’en ai vu me paraît fort beau. Vous aurez déjà appris par d’autres que le roi a eu deux petits accès de fièvre tierce, et qu’aussitôt il a pris du quinquina, si bien qu’on espère que ce ne sera rien. J’eus aussi il y a cinq jours un peu de fièvre de rhume lequel me dure encore et m’incommode un peu. Je vous supplie Monsieur, d’assurer Madame de Montespan de mes respects quoiqu’il soit assez inutile parce que je m’assure qu'elle me fait la justice d’en être persuadée, et vous ne devez pas l’être moins...

484(184) 8 juillet 1689 à Rambouillet, de Montausier à Huet
[Ashb. 1669]

485J’ai reçu aujourd’hui Monsieur, la lettre que vous m’avez fait la faveur de m’écrire le Ier de ce mois de Fontevrault où je me réjouis d’apprendre que vous vous trouviez dans la belle compagnie qu’il y a et que vous ayez paru aux divertissemens qui s’y prennent. Je suis depuis six jours en ce lieu où il y a aussi bonne compagnie et nous y avons un fort beau temps. Ce que vous me dites des médecins de la Faculté assemblés à l’occasion de votre livre me fait rire, et je n’en ai encore ouï parler qu’à vous, sans que je croie que cela vous inquiète, car quelque chose qu’ils disent et fassent je les laisserais tous dire et faire tout ce qu’ils voudraient sans rien répondre, et je vous conseillerais d’achever de mettre en lumière le reste de votre ouvrage. J’adresse cette lettre à Caen où je crois que vous serez arrivé et je souhaite Monsieur...

486(185) 2 février 1690 à Versailles, de Montausier à Huet
[Ashb. 1674]

  • 287 À la demande de Brulart de Sillery, évêque d’Avranches, Huet avait échangé avec lui son évêché en 1 (...)

487Je continue Monsieur à compatir à vos peines, et à vous plaindre, apprenant par votre lettre d’avant-hier que vous êtes encore incommodé de votre fluxion sur les yeux, et que Monsieur l’évêque de Soissons veut toujours vous faire un procès refusant de signer l’écrit que le R. Père de La Chaise a dressé et que vous avez signé, et qui ne tend qu’à vous accommoder.287 Cela me surprend d’autant plus que l’on m’en a parlé comme d’un honnête homme mais ce qui doit vous servir c’est que le R. P. de La Chaise étant instruit de l’affaire et du procédé de chacun, M. l’évêque de Soissons y songera plus d’une fois, et ne voudra pas l’avoir contraire.

  • 288 Montausier devait mourir le 17 mai 1690 (et non en 1691, comme l’écrit Huet dans ses Mémoires, VI, (...)
  • 289 Cette lettre est la dernière lettre de Montausier à Huet qui ait été conservée.

488Pour ce qui est de moi288 Monsieur je suis presque tous les matins travaillé de mon asthme et réveillé à quatre heures et quelquefois devant ce qui m’oblige de quitter le lit, et d’aller m’appuyer sur un siège en me tenant courbé pour respirer plus facilement, et je vais après m’asseoir dans un fauteuil où je passe la plus grande partie de la matinée, j’y sommeille peut-être une heure quelquefois plus et moins. S’il n’y avait que ce mal il serait supportable quoique fâcheux mais il s’y mêle beaucoup de reste et c’est ce qui m’abat et me rend tout à fait languissant. Je vous rends grâces très humbles Monsieur de la part que vous avez la bonté de me donner à vos prières, je ne saurais assez-vous conjurer de me les continuer sachant la confiance que j’y ai, et qu’il n’y a personne qui vous honore et qui soit si entièrement à vous que moi.289

Notes

1 Correspondance de Bossuet, nouvelle édition, publiée par Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, Hachette, 1909-1920.

2 Introduction et notes de Lea Caminiti Pennarola, Naples, Liguori. Une petite partie de ce fonds était indirectement connue, grâce à une copie réalisée par Léchaudé d’Anisy au xixe siècle, conservée à la BNF au Département des manuscrits (f. fr., 15189) ; cette copie peu fidèle a toute fois l’avantage de présenter plusieurs lettres ou fragments (Correspondance, nos 4, 39, 81, 118, 132, 135, 138) absents du fonds Ashburnham.

3 C’est aussi la raison pour laquelle nous évitons de reproduire les formules de politesse, répétitives et sans grande signification, nous contentant de les signaler par des points de suspension.

4 Tout cela en surveillant ou relançant infatigablement les commentateurs dauphins ou les imprimeurs – nous n’y revenons pas, pour l’avoir suffisamment évoqué dans notre chapitre premier.

5 Il faut évidemment faire la part des lois du genre : si Montausier lui écrit, c’est qu’il est absent, le plus souvent pour cause de maladie.

6 En supposant évidemment que toutes les lettres qu’il lui a adressées figurent dans le fonds Ashburnham.

7 Cette correspondance nous a été signalée et fournie par Denis Lopez, que nous remercions vivement.

8 Dont la publication intervient aux Presses universitaires de Saint-Étienne : voir les correspondances de Bouhier, d’Olivet, etc.

9 Nous voulons ici tout particulièrement remercier Rolando Minuti pour l’aide inappréciable qu’il nous a apportée à Florence, et signaler l’extraordinaire efficacité des services de la Biblioteca Medicea Laurenziana, qui nous ont procuré dans les délais les plus brefs tous les documents dont nous avions besoin. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.

10 Le premier qu’ait publié Huet, De interpretatione libri duo, Parisiis, Sebastien Cramoisy, 1661.

11 Boecler faisait partie des soixante savants français et étrangers (dont cinq Allemands) choisis par Chapelain en 1662 pour bénéficier d’une pension royale.

12 Sans doute Jean-Gaspard, fils du grand érudit Mathias Bernegger (mort en 1640) et beau-frère de Freinshemius.

13 Sur la publication, voir aussi la correspondance de Huet et Montausier, no 145.

14 Le Fèvre était en correspondance régulière avec Huet, qui lui servait d’intermédiaire auprès de Montausier : voir sa lettre du 11 décembre 1670 (Ashb. 993).

15 Voir les Mémoires de Huet (IV, p. 97), où celui-ci se vante d’avoir été « sur le point d’obtenir » le retour de Le Fèvre à la vraie religion. Voir TH, t. II, p. 342-344 (lettre de Huet à Le Fèvre du 22 janvier 1671) et p. 345-346 (ibid., 5 mars 1671). D’après la Praefatio du Callimaque d’Anne Le Fèvre (1675, non paginée), celle-ci en publiant l’ouvrage s’acquittait d’un vœu envers son père, qui se préparait à dédier le troisième volume de ses Lettres à Huet quand il mourut.

16 Sans doute les Titi Livii historiarum libri qui paraîtront à Paris en 1672-1673 (3 vol. in-12).

17 « Chose que, je le crois, vous croirez facilement ; en effet il est inutile de mentir, surtout avec un homme comme vous, qui êtes si sincèrement bien disposé envers moi. C’est pourquoi je vais répondre brièvement maintenant (mais je réserverai les paroles flatteuses et les remerciements que je vous dois) à ce que vous m’avez écrit dans cette lettre pleine d’affection. Je commence point par point. »

18 En octobre 1670 ; voir ci-dessous notre note 23.

19 Tanneguy Le Fèvre dit le jeune, qui devait devenir pasteur en Suisse, en Hollande et en Angleterre, avant de se convertir à son retour en France, en 1713. Ce n’est pas lui, mais son frère mort à l’âge de quatorze ans qu’évoque l’ouvrage de Le Fèvre cité à la note suivante.

20 Sur le plan d’instruction adopté par Le Fèvre avec son fils, voir Méthode pour commencer les humanités grecques et latines, nouvelle édition (la première daterait de 1672), par Gaullyer, Paris, 1731.

21 « Autant que l’âge le permet. »

22 « Elle a beaucoup de dignité. En elle rien de bas, de relâché, ou vulgaire. »

23 Confirmation de ce que l’on sait par ailleurs, l’indifférence religieuse de Le Fèvre (voir Eugène et Émile Haag, La France protestante, Genève, Slatkine Reprints, 1966, t. VI, p. 500) et de l’hypothèse ainsi présentée : « Huet prétend que Le Fèvre, ennuyé de sa nouvelle religion, lui avait promis de rentrer dans l’Église romaine, lorsqu’il mourut ; mais nous demanderons [...] comment concilier cette prétendue promesse avec son dessein d’aller à Heidelberg ? » (ibid.).Voir ci-dessus notre note 15. Huet ne pouvait qu’approuver le rôle qu’avait joué Le Fèvre dans la publication de l’ouvrage d’Huisseau, Réunion du christianisme, ou la Manière de rejoindre tous les chrestiens sous une seule confession de foy, Saumur, René Péan, 1670 (il faut y associer également J. Cappel le jeune et Crespin, cité plus loin, lettre n° 31 du 23 octobre 1674 et note correspondante ; sur cette publication et ses suites, notamment le retrait de l’Académie de Le Fèvre, en octobre 1670, voir Roger Stauffer, L'Affaire d’Huisseau, me controverse protestante au sujet de la réunion des chrétiens (1670-1671), Paris, PUF, 1969, p.34) : pour un projet similaire de Huet, voir la lettre de Dacier du 6 juillet 1681 (n° 130).

24 « Je n’ai nul besoin, pour moi-même du moins, de la fortune. C’est à travers mes enfants que je vis, non pour moi-même. »

25 « Pour cela j’ai des titres, et même assurés, mais il ne me plaît pas que les miens et moi mourions en terre hérétique. » Le Fèvre avait préféré un poste de professeur de latin à l’Académie de Saumur alors qu’on lui proposait un poste de professeur de grec à Nimègue. Peu avant sa mort (1672), l’électeur palatin l’avait invité à Heidelberg.

26 « Et assurément on le sait à la Cour. »

27 « Et cela, directement. »

28 Note de l’éditeur : M. Roussel.

29 « Comme il convient, avant de devenir ma femme ; rien de moins. »

30 La fin de cette lettre pose des difficultés de lecture, en raison de l’enchevêtrement du fil du texte et du postscriptum intercalés dans les blancs, ainsi que du mélange de grec et de latin. La lettre comporte aussi, intercalés perpendiculairement dans les blancs, des passages se rapportant aux épreuves du Tite-Live déjà mentionné.

31 « Je le dis à dessein. »

32 M. Juniani Justini Historia ex Trogo Pompeio. Diligentissime recensuit [...]. Tanaquill. Faber. Editio nova, Salmuriis, apud R. Péan, 1671, 2 parties en un volume in-12, dédié au duc de Montausier. La BNF en conserve un exemplaire relié à ses armes (Rés. J 2594).

33 Publius Terentius Afer. Diligentissime recensuit [...]. T. Faber, ibid., 1671 ; la même année, Le Fèvre donne aussi une édition d’Horace dédiée au duc de Montausier et, l’année suivante, des éditions d’Eutrope, d’Aurelius Victor, de Florus, ainsi que des corrections à une traduction de Justin par Collomby-Cauvigny (ibid.) ; c’est, dit-on, d’épuisement qu’il mourut en septembre 1672.

34 « Cela ne nuira pas d’avoir essayé. »

35 « Je m’en remets entièrement à vous et à votre protection, et je suis sans crainte. »

36 Le Saint-Gilles correcteur attitré des écrits jansénistes ? C’est fort possible.

37 Ou plutôt Camus, éditeur dauphin de Térence (voir Correspondance, n° 11).

38 Le Hollandais Nicolas Heinsius (1620-1681), érudit célèbre comme son père, Daniel Heinsius, était aussi en relation épistolaire avec Huet (Mémoires, V, p. 125). Montausier l’avait recommandé au duc de Luxembourg (MH, 2 lettres en date du 2 août 1672, adressées à Heinsius) ; le 15 mai 1673, il le remercie de deux élégies qu’il lui a envoyées, en remettant à la fin de la guerre de reprendre « nos anciens desseins pour la louange du roi et de monseigneur le dauphin » ; « le roi continuera à vous donner les mêmes marques d’estime et de considération qu’il faisait auparavant ». En 1674, il lui fait tenir un passeport (MH, 17 août). Voir aussi, ci-dessous, la lettre n° 66a du 15 mars 1676.

39 Pierre Petit (1617-1687), poète réputé et ami de Huet (Mémoires, IV, p. 80), médecin, et surtout connu pour avoir défendu les théories aristotéliciennes contre celles de Descartes.

40 Éditeur dauphin de Phèdre et homme de confiance de Montausier (voir Dictionnaire de Port-Royal, à paraître, sous la direction d’Antony McKenna, art. « Danet »), Danet publie le premier ouvrage dauphin en 1673 (Dictionarium novum latinum). Voir la contribution de Martine Furno.

41 Le duc de Longueville, qui venait d’être tué au passage du Rhin (12 juin 1672), était le fils du gouverneur de Normandie auquel avait succédé Montausier (voir Mémoires, III, p. 73-74).

42 D’après l’éditeur, il s’agirait de la traduction de L’Eunuque par Huet, restée inédite (BNF, ms f. fr., 15069). Ce n’est pas impossible. Mais cela ne concernerait-il pas les études du Dauphin lui-même (voir ci-dessous, lettre n° 102 et note correspondante) ?

43 Faut-il lire « Camus », comme le veut l’éditeur ?

44 Voir ci-après n° 17, note 49.

45 Leibniz, qui redoutait la politique impérialiste de Louis XIV (il fait paraître le pamphlet Mars christiamssimus en 1684 sous l’adresse fictive de Pierre Marteau, à Cologne, avant d’en donner une traduction allemande en 1685), était venu à Paris présenter au roi un projet destiné à le détourner de l’Allemagne : la conquête de l’Égypte. Il mit surtout à profit ce séjour pour multiplier les visites et les rencontres dans des milieux divers (voir Y. Belaval, « Leibniz à Paris », dans Leibniz (1646-1716), Aspects de l'homme et de l’œuvre, Paris, 1968, p.37-44 ; Louis Davillé, « Le séjour de Leibniz à Paris », Revue des études historiques, 1912, p. 5-57). La première partie de la lettre est consacrée à l’histoire d’Angleterre et à l’interprète que Leibniz envoie à Huet.

46 Méric Casaubon (1599-1671), fils du grand érudit Isaac Casaubon, lui-même érudit calviniste, auteur de l’ouvrage Of credulity and incredulity in things divine and spiritual, wherein...a true and faithful account is given of the Platonick philosophy as it hath reference to christianity, London, S. Lownds, 1670.

47 On a gardé un résumé que Leibniz a fait des deux premières livres du De Consolatione philosophiez de Boèce (Lettres et opuscules inédits, éd. Foucher de Careil, Paris, Durand, 1854, t. II, p. 265-273).

48 Sur cet auteur, voir notre chapitre II.

49 Respectivement De religione christiana et fidei pietate, Argentinæ, 1507 (une édition antérieure, parut à Florence, en italien, vers 1484 ; des rééditions au xvie siècle, une au xviie, Bremae, 1617), et De veritate fidei christianœ, Bâle, 1543 (deux autres éditions au xvie siècle ; au xviie, editio nova, Lugduni Batavorum, 1619).

50 La Demonstratio evangelica, le grand œuvre de Huet, auquel il pensait avant d’être nommé sous-précepteur et qui devait paraître en 1679.

51 Un des deux frères Valois ? Il ne peut s’agir que de la traduction de Claude Perrault (1673).

52 Satyricon... in quo de Nuptiis Philologœ et Mercurii libri duo... et emendati et notis Hugonis Grotii illustrati, [Lugduni Batavorum], apud C. Raphenlengium, 1599.

53 Le fonds Ashburnham contient plusieurs lettres de Pyron à Huet, sur des sujets d’érudition ou de littérature (Ashb. 1989, 29 novembre 1674, 1990, 19 décembre 1678, 1991, 25 février 1673, 1992, 16 mai 1673). Ce professeur royal de grec à l’université de Caen, grand ami de Huet (Mémoires, IV, p. 92), devait donner Claudien en 1677.

54 Jean-Georges Graevius (1632-1703) bénéficiait d’une pension du Trésor royal, grâce à la protection de Montausier. Voir CH, t. II, lettre 560 à Graevius du 20 décembre 1672, p. 802-804, lettre 567 de février 1673, p. 810, lettre 568 du 8 février 1673 (à Montausier), p. 812. Pour des interventions de Chapelain auprès de Montausier en faveur de Graevius, voir également p. 814, notes.

55 La France est en guerre avec la Hollande depuis 1672 et le restera jusqu’en 1678-1679.

56 La première partie de la lettre comporte des précisions techniques sur l'interpretatio, utilisées ci-dessus (p. 215) par Bernard Colombat et présentées en annexe ; nous ne la reproduisons donc pas ici.

57 Pour ce qu’il advint du travail de Graevius, voir ci-dessous les lettres nos 39 du 8 janvier 1675,71 du 11 juin 1676,101 du 29 décembre 1678,103 du 18 janvier 1679 et 126 du 28 mars 1681.

58 Graevius devait faire paraître les Epistolœ ad familiares en 1676 (Leyde) et Ad Atticum en 1684 (Amsterdam).

59 D’après A. Fabre, il s’agirait du médecin de Louvois (son nom est aussi orthographié Seron) ; la lettre de Leibniz (voir la lettre n° 16) renvoyait le commentaire de Pline à un médecin.

60 Éditeur de Salluste en 1674 et d’Ovide en 1689 (voir aussi ci-dessous la lettre n°45, non datée, placée en 1677), Crespin, originaire de Lausanne où il résidait de nouveau en 1685, avait suivi des études de philosophie à Lausanne puis à Genève ; il fut révoqué en 1670 du poste de régent de cinquième qu’il occupait depuis 1663 à Saumur (détails empruntés à la Correspondance de Bayle, à paraître à la Voltaire Foundation, Oxford, éd. É. Labrousse, E. James, A. McKenna, C. Pitassi, R. Whelan, lettre 126) ; cette révocation est due au rôle actif de Crespin dans la publication de l’ouvrage de d’Huisseau que nous avons déjà mentionné (voir ci-dessus note 23), Réunion du christianisme... (voir R. Stauffer, L’Affaire d’Isaac d’Huisseau, ouvr. cité, notamment p. 33-34).

61 Gilles-André de La Roque, membre de l’Académie de Caen, auteur d’une Histoire généalogique de la maison d’Harcourt (Paris, Sébastien Cramoisy, 1662, 4 vol. infol.), dont Huet parle en ces termes (Mémoires, III, p.58) : « Cette histoire des Harcourt est un vrai trésor d’antiquités normandes. Comme, à cause de l’immensité de ses matériaux, il ne pouvait, selon ses désirs, publier le tout ensemble et que d’ailleurs il n’était pas possible d’en faire un petit volume pareil à ceux qu’il publiait de temps en temps, il le fondit dans sa généalogie de la maison d’Harcourt. »

62 Nous ne retranscrivons que le postscriptum de cette lettre, consacrée à la nomination du prieur de l’hôpital de Caen.

63 Le Dauphin devait participer au siège de Dole, de mai à juillet 1674.

64 Le privilège date du 20 août 1674 (comme étant « prêt à être imprimé », registré le 10 septembre 1674 ; l’achevé d’imprimer est du 31 décembre 1678, l’ouvrage est daté de 1679).

65 Daté de 1675, le Phèdre de Danet est achevé d’imprimer le 3 décembre 1674.

66 Malgré la date du privilège (20 août 1674, « étant prêt à être imprimé », registré le 10 septembre 1674), le premier des six volumes sort en 1679 (Epistola du Ier novembre 1678), le dernier en 1682.

67 Gendre du duc de Montausier, duc d’Uzès.

68 L’abbaye de Fontenay, d’après la lettre de Montausier en date du 14 décembre 1674 citée ci-après (n° 37, Ashb. 1456). Huet l’obtiendra finalement en 1699.

69 Le Père Jean Ferrier (1614-1674), S. J., était devenu, à la retraite du Père Annat, confesseur du roi en 1670. De ce fait, il appartenait au Conseil de conscience, qui nommait aux évêchés et aux abbayes.

70 Alise Sainte-Reine, près de Montbard, possède une source thermale.

71 Jacques Moisant de Brieux, un des fondateurs de l’Académie de Caen, qui se réunissait chez lui (Mémoires, III, p. 57-58) ; quand Montausier arriva en Normandie et se déplaça à Caen, il fut reçu dans son magnifique hôtel (Mémoires, IV, p. 92).

72 « On appelle cachet volant la marque du cachet imprimée sur un papier, avec lequel on pourra fermer quand on voudra une lettre qu’on donne ouverte » (Furetière, Dictionnaire universel, 1690).

73 Hubert Van Giffen, dit Gifanius ou Giphanius (1534-1604), commentateur de Justinien et de Lucrèce, traducteur d’Homère, n’a guère écrit sur Plaute, à notre connaissance, qu’une Afologia in Plauti aliorumque poetarum et linguae latinoe obtrectatores.

74 Abréviateur de Pline l’Ancien (vers 230), auteur du De situ et mirabilibus orbis ou Polyhistor.

75 Il s’agit évidemment du frontispice.

76 Le privilège du Virgile date du 1er novembre 1674, l’achevé d’imprimer du 1er octobre 1675.

77 Édité seulement en 1681 par le Père Proust, S. J.

78 Édité en 1676 par le Père Cantel, S. J

79 Édité en 1675 par le Père Riguez, S. J.

80 Les Cicéron des jésuites s’échelonnent de 1685 à 1689. Il s’agit donc en fait des Panegyrici veteres de de La Baune (1676), du Quinte-Curce de Le Tellier (1678), du Valère Maxime de Cantel (1679).

81 Esprit Fléchier (1632-1710), futur évêque de Lavaur (voir la lettre n° 159 du 10 novembre 1685) puis de Nîmes, est surtout connu pour cette dernière fonction ; il devait se montrer plein d’humanité aux pires moments de la répression anti-protestante dans les Cévennes ; prédicateur et poète latin réputé, il n’a guère fait oeuvre savante, sinon par une Histoire de Théodose composée pour le Dauphin (voir ci-dessous la lettre n’119 du 27 octobre 1678) ; grâce à Montausier, il était devenu en 1668 lecteur du Dauphin.

82 En fait l’épître est du libraire Léonard lui-même, aussi habile à manier le latin que le français, comme le remarque G. Lepreux, Gallia typographica, Série parisienne, Paris, Champion, 1911, t. I, p. 312.

83 Il s’agit sans doute toujours de l’abbaye de Fontenay.

84 Le Président de Périgny, premier précepteur du Dauphin, est mort en 1670.

85 Le Père Commire, S. J. (1625-1702), surtout connu pour ses poésies latines.

86 L'Histoire Auguste, d’après la lettre n° 39.

87 « Faire banqueroute : [...] on le dit encore de ceux qui manquent à exécuter leurs promesses, et à se trouver aux rendez-vous qu’ils ont donnés ; ou de ceux qui se retirent secrètement d’une compagnie, et sans dire adieu » (Furetière).

88 Lecture incertaine.

89 Sans doute l’épouse du cousin de Mme de Sévigné, qui apparaît si fréquemment dans ses lettres.

90 « Coffres du roi : Ce sont les recettes des domaines et des revenus du roi. [...] On ne rembourse point les domaines et les charges, que sur le prix de ce qu’on justifie être entré effectivement dans les coffres du roi. On dit en ce sens des pertes qu’on fait tomber sur le dos de quelqu’un, que cela ira sur ses coffres » (Furetière).

91 Senneterre ou Senecterre. L’éditeur : « La maréchale de La Ferté. »

92 « Ordonnance : en termes de finance, signifie un ordre, un mandement à des trésoriers de payer une certaine somme et pour une certaine destination » (Furetière).

93 Le Moyne (1624-1689), ministre protestant, avait été « incarcéré pour avoir favorisé innocemment (c’est Huet qui parle), la retraite en Angleterre de la fille d’un conseiller au Parlement, qui s’était conconverti » (E. et E. Haag, ouvrage cité). En juillet 1675, il devait être vice-président du synode de Normandie. Après quoi il part pour la Hollande, d’où il entretiendra une correspondance nourrie avec Huet (Ashb. 1004-1095, lettres de Le Moyne à Huet), du plus haut intérêt. Sur leur amitié, voir Mémoires, III, p. 72-73. Le Moyne « a fait de la correction et de l’explication des livres de [Flavius] Josèphe la principale occupation de sa vie » (Huetiana, XXXVIII, p. 95) mais n’en a rien fait paraître.

94 Antoine Halley, de Caen, ancien professeur de Huet et fort estimé de lui (Mémoires, I, p. 12-13, 58. III, p. 62-63).

95 Il s’agit de Miscellanea adressés au Dauphin, et que Huet, bien que malade, s’était chargé de recommander (Mémoires, V, p. 122-123). L’ouvrage personnellement adressé au Dauphin est conservé à la BNF (Rés. p. Yc. 567).

96 Manuel II Paléologue, empereur d’Orient, père de Jean VIII (xve siècle), auteur des Prœcepta educationis regiœ ad Joannem filium, dont une traduction latine par J. Leunclavius a paru à Bâle, apud P. Pernam, en 1578 (une traduction française : Cent proecepta royaux..., Paris, C. Beys, 1582) ; voir Migne, Patrologie grecque, 1866, t. XVI.

97 Bélisaire Acquaviva, général des jésuites, a laissé un De instituendis liberis principum (Neapoli, in bibliotheca J. P de Sallo, 1519), publié également en 1578 à Bâle, chez le même éditeur et par le même traducteur que les Prœcepta de Manuel Paléologue.

98 Jérôme Osorio de Fonseca, mort en 1580, reçut de l’infant Louis de Portugal la charge d’éduquer son fils. Il a laissé un ouvrage, De regis institutione, Coloniæ Agrippinæ, 1592.

99 En fait, il s’agit de Constantin VII Porphyrogénète (xe siècle), auteur d’un De administrando imperio, ad Romanum, édité et traduit en latin par J. Meursius à Leyde en 1611 (ex officina typographica J. Balduini) ; voir De administrando imperio, texte grec établi par Gyula Moravcsik, traduit de l’anglais par J. H. Jenkins, Budapest, 1949 (cote BNF, 8-Z-30301 [29]).

100 Il ne s’agit pas de l’historien bien connu Théophylacte Simocatta, mais de l’archevêque d’Achrida (xie-xiie siècle), commentateur de la Bible et professeur de rhétorique, qui eut pour élève Constantin Ducas, fils de l’empereur Michel VII, et écrivit une Institutio regia (Παιδεία Bασιλιкή), publiée à l’imprimerie du Louvre par le Père Poussines, S. J., en 1651 ; voir P. Gautier, éd. et trad., Théophylacte d'Achrida, Discours, traités, poésies (Corpus fontium historiae Byzantinae, XVI/I), Thessalonique, 1980, p. 177-211. Les auteurs byzantins étaient relativement connus avant le xviiie siècle, où ils sont rejetés comme appartenant à une époque obscurantiste et superstitieuse (voir notre article, « Montesquieu et le paradoxe byzantin », à paraître dans les actes du colloque de Versailles et Saint-Cloud, 1994, Modèles historiques et pensée politique).

101 Pierre Le Petit, imprimeur du César, qui sortira des presses le 12 février 1678 (privilège du 23 janvier 1672, registré le 3 février). Le fonds de Pierre Le Petit avait entièrement brûlé en 1675 dans l’incendie du collège de Montaigu. D’après H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, ouvrage cité, p. 714 ; voir Lepreux, ouvrage cité, t. I, p. 326-336. Selon une annotation de l’éditeur de ce manuscrit, il s’agirait de la traduction du De bello gallico par Huet – hypothèse fort peu vraisemblable. Cette traduction est restée manuscrite (BNF, ms f fr., 13430).

102 Il devait à l’origine être dédié au Dauphin (voir Correspondance, nos 2 et 86).

103 Voir la lettre précédente.

104 Ou « Athénée », comme le veut l’éditeur (Athénée de Naucrate, dont le Banquet des sophistes avait été notamment publié par Isaac Casaubon en 1598) ?

105 Publié seulement en 1679.

106 C’est le 4 mai 1675 que Bossuet devait prononcer son célèbre Sermon four la profession de Mademoiselle de La Vallière, pour l’entrée de celle-ci chez les carmélites du faubourg Saint-Jacques (DGS, art. « Bossuet »).

107 Nous avons retenu plusieurs lettres de l’abondant courrier adressé par Montausieur à Huet au sujet du précepteur qu’il lui demande de l’aider à choisir, car elles témoignent des relations de confiance entre les deux hommes ; de plus, les deux personnages évoqués, Dufay et Dubois, ont toutes chances d’être ceux qui bientôt seront chargés de commenter l’un Manilius (paru en 1679), l’autre Catulle, Tibulle et Properce (1685). Voir, outre les lettres ici reproduites, Ashb. 1466, 14 juin 1675.

108 L’affaire reste en suspens (lettres du 18 août 1675, Ashb. 1472 ; du 8 octobre, Ashb. 1475 : « Il y a quelque chose dans le procédé de M. Dubois qui ne me plaît point, et je crains qu’il ne ressemble à M. Dufay. Qu’il obtienne donc son congé pour sortir quand son disciple sera hors du mal où il est, car cela traîne il y a longtemps, et mon petit-fils perd son temps cependant » ; du 11 octobre, Ashb. 1476 : « Je donne encore à M. Dubois jusques à la Saint-Martin » ; voir aussi ci-dessous la lettre n°58 du 20 novembre, Ashb. 1480). Elle ne sera pas encore réglée le 16 décembre 1675 (Ashb. 1483 ; voir également ci-dessous, du 13 décembre, Ashb. 1482 et du 24 décembre, Ashb. 1484), ni même à la mi-janvier (Ashb. 1486 et 1487) – mais alors les précepteurs envisagés ne sont pas de futurs dauphins et de ce fait nous intéressent moins.

109 La nomination de Postel à Caen a été évoquée dans plusieurs lettres (27 mai, Ashb. 1463, 29 juin, Ashb. 1468, etc.).

110 Le Velleius Paterculus ne porte pas d’achevé d’imprimer, mais il est daté de 1675, et le privilège en est registré le 16 novembre 1675.

111 Voir plus haut la lettre du 15 octobre 1674 (n° 30).

112 Michel Le Tellier ne devait pourtant voir son ouvrage imprimé qu’en 1677, et il portera la date de 1678.

113 Le privilège n’en sera donné que le 23 janvier 1678, registré le 3 février, et achevé d’imprimer (chez Pierre Le Petit) dès le 12 février de la même année.

114 S’agit-il du Virgile du père de La Rue, que Bossuet renverra le 20 novembre (n° 59) ? C’est peu vraisemblable.

115 La correspondance de cette période est en grande partie consacrée à la réconciliation (dont Montausier s’est chargé, avec l’aide de Huet) des frères de Brieux et des sieurs Daniel, père et fils : la demoiselle de Brieux ayant eu un enfant de Daniel fils, les deux jeunes gens souhaitaient se marier - mais des exigences financières et l’honneur familial rendaient la négociation difficile (octobre 1675-avril 1676, Ashb. 1477-1481, 1486-1491). Il en sera encore question dans la correspondance du 9 et du 29 février 1680 (Ashb. 1570 et 1571).

116 Montausier revient ensuite sur l’affaire du précepteur de son petit-fils : voir ci-dessus notre note 108.

117 Cornelius Nepos sera achevé le 28 novembre 1675, mais Justin seulement le 15 octobre 1676.

118 De ces six auteurs, trois étaient déjà effectivement achevés (Florus, Salluste, Térence) ; Phèdre le sera le 3 décembre ; pour Cornelius Nepos, voir la note précédente ; pour Velleius Paterculus, voir la note 110.

119 Effectivement achevé le 30 octobre 1675.

120 Ces cartons, repérés par J.-M. Chatelain, se trouvent aux p. 23-24, 33-34, 67-68, 153-154, 179-180, 199-200, 239-240 de la première partie (Bucoliques et Géorgiques), et p. 309-310 de la seconde (Enéide) sur l’exemplaire Yc 572 de la BNF ; sur l’exemplaire Yc 571, plusieurs cartons supplémentaires : p. 109-110, 139-140, 149-150 (1re partie), p. 301-302, 511-512, 563-564 (2e partie).

121 Ces huit derniers mots ont été ajoutés au-dessus de la ligne.

122 Mauconduy est vraisemblablement un imprimeur à qui Léonard, qui possède des presses mais ne les fait pas travailler lui-même, est obligé d’avoir recours (voir Lepreux, ouvr. cité, art. « Léonard »). Voir ci-dessous les lettres nos 65 et 72.

123 Gaspard de Fieubet (1626-1694), très lié à des gens de lettres, auteur de vers latins qui n’ont pas été conservés.

124 Le privilège des Panegyrici veteres est du 17 avril 1676, registré le 1er octobre ; l’achevé d’imprimer date du 23 novembre 1676.

125 Le chancelier (également garde des Sceaux) était alors Etienne II d’Aligre.

126 Voir notamment Poésies et rencontres du sieur [Louis] de Neufgermain, poète hétéroclite de Monseigneur, frère unique du Roi, Paris, 1630 ; 2e partie, 1637.

127 Fontenelle, Recueil des plus belles pièces des poètes français, tant anciens que modernes, depuis Villon jusqu'à M. de Bensérade, avec l'histoire de leur vie, Amsterdam, G. Gallet, 1692, 4 vol. in-12.

128 Dans ses Mémoires (V, p. 122), Huet déclare n’avoir appris cette nouvelle qu’en 1677.

129 D’après G. Lepreux, sitôt qu’il devint imprimeur du roi, le libraire Léonard « trouva, dans chacune de ses fonctions, ou peu s’en faut, l’occasion de nouveaux procès, soit qu’il eût à se défendre contre des entreprises de ses collègues, soit qu’il eût au contraire la prétention de s’approprier des droits excessifs » (ouvr. cité, t.I, p. 314, et le détail aux pages suivantes).

130 Charles Cotin (1604-1682) est bien celui que Boileau et Molière ont immortalisé comme l’auteur du Sonnet à Uranie mais aussi d’autres ouvrages non négligeables ; on sait par ailleurs qu’on identifiait communément l’Alceste du Misanthrope avec Montausier (voir notamment Journal de Dangeau, 17 mai 1790, qui raconte la satisfaction qu’en aurait retirée le duc) ; Alceste remerciant Trissotin d’un sonnet par l’intermédiaire de Huet, l’intime ami de Vadius, alias Gilles Ménage...

131 D’après les Mémoires, Huet se serait brouillé avec lui en 1670 (IV, p. 101-102) ; mais ils continuaient à s’écrire, au moins pour des controverses érudites (V, p. 127). Une lettre de Montausier à Huet, du 7 février 1676 (Ashb. 1489), incite cependant à remettre en cause cette chronologie de leur amitié : « J’ai été extrêmement surpris de ce que vous me mandez, et j’ai été bien aise de le savoir. Le procédé de M. de Segrais est si malhonnête et si impertinent, qu’il mériterait quelque chose de plus, que la correction que lui a faite le directeur de l’Académie. [...] Cela fait voir, Monsieur, qu’on trouve peu de reconnaissance et peu de personnes raisonnables dans ce tempsci. [...] Nul ne sait mieux que moi le tort qu’il a à votre égard, car il n’y a pas longtemps encore que vous m’en avez parlé comme d’un homme pour qui vous aviez toute sorte de considération et dont les intérêts vous étaient chers [...]. »

132 C’est précisément en 1676 que Segrais s’installe à Caen, sa ville natale.

133 Ce sont deux ouvrages récents : John Selden (pseud. d’Alessandro Sardi), De nummis, Londini, M. Pitt, 1675 ; Thomas Smith, De statu hodierno Ecclesiae Graecae, Oxonii, Theatro Sheldoniano, 1676.

134 Le roi, en campagne en Flandre, a pris le chemin de Mons ; il ne rentre en France qu’au début du mois de juillet.

135 D’après la lettre 80, Roussel est le dauphin chargé de Vitruve.

136 Guillaume Milet (1617-1690), sous-gouverneur du Dauphin.

137 C’est « apparemment sur la recommandation de Bossuet » que Claude Fleury commence en 1672 « une longue carrière de précepteur de princes » (DGS, art. « Fleury ») qui en fera notamment le sous-précepteur du duc de Bourgogne.

138 Doté du privilège initial de 1674, le Manilius est achevé d’imprimer le 24 mars 1679. Il comporte, à la fin, des notes de Huet, qui s’intéressait particulièrement à cet auteur (Mémoires, V, p. 111-112).

139 Le Claudien sera achevé d’imprimer le 24 mars 1677.

140 Crespin et Dacier, tous deux protestants, n’ont guère de ressources ; sur Crespin, voir ci-dessus la lettre n° 23 du 15 décembre 1673.

141 Nous avons ici la seule trace de la présence dans la collection d’un auteur qui a nourri la réflexion esthétique et l’inspiration dramatique de nombreux auteurs, à commencer bien sûr par Racine.

142 Voir la lettre suivante.

143 S’agit-il de sa fonction de scriptor au collège de Clermont ? En fait celle-ci lui permettait de se consacrer entièrement à ses travaux d’écrivain (Dolorès Pralon-Julia). Il s’agit sans doute plutôt de sa nomination comme professeur de rhétorique au même collège, en 1677-1678.

144 Effectivement l’ouvrage ne paraîtra qu’en 1684, alors que le privilège date d’août 1674.

145 Juris civilis Amœnitates, Lutetiae Parisiorum, G. de Luyne, 1664 ; 2e éd., ex officina G. Martini, 1677.

146 Origines de la langue française, Paris, A. Courbé, 1650. Une nouvelle édition, sous la forme d’un Dictionnaire étymologique, devait paraître seulement en 1694 chez P. Anisson.

147 Il s’agit de la Demonstratio evangelica, qui ne devait paraître qu’en 1679, chez S. Michallet (la BNF conserve l’exemplaire de Huet annoté de sa main : Rés. D 870). Bossuet lui-même avait formulé de longues observations à leur propos (B, t. II, p.9-24, 17 janvier 1677). Voir ci-dessous la lettre n° 81.

148 D’après l’éditeur, « probablement la traduction de Vitruve par Claude Perrault, qui parut l’année suivante ». Mais pourquoi pas le Vitruve dont il est question dans la lettre précédente, et qui est manifestement destiné à la collection AuD ?

149 Cette lettre étant adressée à « Monsieur Huet » est antérieure à novembre 1685. Dans la période considérée, le 24 février tombe deux fois un mercredi, en 1677 et en 1683 (nous remercions Pierre Salat de ces calculs) ; il nous semble que compte tenu de l’intérêt porté à Crespin en 1677, c’est là qu’il faut situer cette lettre.

150 Nous manquons d’éléments pour dater cette lettre ; nous avons cru cependant pouvoir la rapprocher des lettres 77, 81 bis et 82, qui témoignent de l’intérêt que Montausier porte à Crespin.

151 Un des trois trésoriers de l’épargne.

152 Le privilège de l’Ovide est seulement du 19 septembre 1682, l'Epistola du 25 octobre 1685 ; le premier volume porte la date de 1686 (BNF, Rés. mYc 504-505, vol. 1 et 2, aux armes de Huet).

153 Depuis 1675, ce jésuite est le confesseur du roi.

154 « On appelle une abbaye en règle, celle qui ne peut être possédée que par un religieux, ou par un cardinal » (Furetière).

155 Michallet avait eu grand mal à se faire admettre dans la Communauté des libraires et imprimeurs parisiens (Lepreux, Gallia typographica, p. 397-399) ; il y était arrivé en 1676, après treize ans d’efforts. Il fut « l’un des imprimeurs qui se prêtèrent avec le plus d’activité et de dévouement aux vues du souverain : [...] il devint bientôt le grand entrepreneur des livres à l’usage des nouveaux convertis » (Lepreux, ibid.). Il sera le premier éditeur de la Demonstratio evangelica, en 1679.

156 Cette nouvelle édition des Pensées, chez Desprez, comprenait les Discours de Filleau de La Chaise, que Huet accusait de plagiat à l’égard de son propre ouvrage en préparation. Voir Antony McKenna, De Pascal à Voltaire, 1670-1734, Studies on Voltaire, n° 276, 1990, p. 317-327, p. 328 et suiv., notamment p. 340-341. L’achevé d’imprimer de cette édition étant du 14 avril, on mesure la rapidité de réaction de Huet ; mais rien ne prouve que Huet et Montausier l’aient lue.

157 Claude Hardy, né à la fin du xvie siècle, mort en 1678 ; ce mathématicien, partisan des idées de Descartes, avait rencontré Huet grâce à Gassendi (Mémoires, III, p. 67).

158 Le mariage du Dauphin, marquant la fin de ses études, eut lieu en mars 1680, le contrat de mariage ayant été signé en décembre 1679. En 1678, douze des trente-neuf titres ont paru (sans compter les deux dictionnaires de Danet), en 1680, dix-neuf La moitié est donc publiée après le mariage du Dauphin.

159 Sans doute Pierre-François Chifflet (1592-1681), nommé par Colbert garde du médailler du roi.

160 Huet a été élu à l’Académie française en août 1674, « à son corps défendant» (voir Mémoires, V, p. 117). Montausier n’en était pas.

161 La duchesse d’Uzès.

162 Qui deviendra duchesse de Duras.

163 Jacques Paulmier de Grentemesnil (1587-1670), protestant, auteur d’une Grœciœ antiquœ descriptio fort savante, publiée à Leyde en 1678 par son neveu Morin (voir la lettre n° 100), était un ami de Huet ; il passa une partie de sa vie à Caen. Avec Moisant, il avait contribué à la fondation de l’Académie de cette ville. Morin appartenait à cette académie, qu’il devait quitter après la Révocation pour se fixer à Leyde, puis à Amsterdam où il avait été appelé pour enseigner les langues orientales (E. et É. Haag, ouvrage cité).

164 Après la guerre de Hollande, qui dure de 1672 à 1679, et se conclut par la longue négociation des traités de Nimègue (août 1678-février 1679).

165 Le privilège de Valère Maxime est daté du 21 novembre 1678, registré le 30 août 1679 ; l’ouvrage est achevé d’imprimer le 30 septembre 1679. Sur la durée de ce privilège, voir ci-dessous la lettre n° 100 du 20 novembre 1678.

166 Etienne de Byzance, De urbibus, peut-être Gulielmi Xylandri... labore... repurgatus, Basileæ, ex officina Oporiniana, 1568 ; la BNF en possède un exemplaire avec les armes et des notes manuscrites de Huet (Rés. G. 52).

167 La Démonstratio evangelica ; voir ci-dessus la lettre n° 81.

168 Allusion aux notes que Huet a ajoutées au texte de Dufay pour terminer l’édition et assouvir sa haine contre Scaliger. Voir ci-dessus la lettre n° 79.

169 Émeric de Bigot servait aussi d’intermédiaire à Ménage : voir Lettres inédites, 25 avril 1676, p. 228-229.

170 Il est de vingt ans ; l’auteur est le Père Cantel, S. J.

171 Ce qui sera fait seulement le 8 janvier 1680, le privilège ayant été octroyé le 29 octobre 1679 et registré le 7 novembre de la même année.

172 Les deux auteurs cités ici paraissent bien faciles pour un latiniste chevronné, comme l’est le Dauphin à dix-huit ans ; ne faudrait-il pas attribuer à cette lettre une date bien antérieure (par exemple 1675, date à laquelle sont achevés les deux ouvrages) ? Cela expliquerait la remarque de 8 janvier 1675 : « Il sera inutile pour Monseigneur le Dauphin de faire travailler sur les Institutes... » – inutile non parce que l’ouvrage est dépourvu d’intérêt, mais parce que le Dauphin aurait toute chance d’en avoir fini quand l’édition serait terminée.

173 Le fait que les ouvrages soient sous clef n’est peut-être pas indifférent : s’il s’agit de nos éditions AuD, et si le Dauphin ne les garde pas avec lui, on comprend mieux le principe qui consiste à rejeter à la fin du livre les passages expurgés : le jeune lecteur n’a pas pleine liberté de s’y reporter.

174 Les Institutes de Justinien ; voir la lettre de Montausier à Huet du 8 janvier 1675. n° 39.

175 Ferdinand de Fürstenberg (1626-1683), évêque de Paderborn puis de Münster (1678), très favorable aux missions des jésuites dans ses diocèses, développa l’instruction publique et protégea lettrés et savants.

176 Peut-être les Miscolanze d'Egidio Menagio, Parigi, appresso L. Billaine, 1678, in-8°.

177 Il ne sera pourtant achevé que le 30 juillet 1681 (voir ci-dessous les lettres nos 130 et 133).

178 Étienne Gradi (1613-1683), garde de la Bibliothèque vaticane, poète latin réputé. Député par Raguse, sa ville natale, auprès de Louis XIV pour demander des secours contre les Turcs (1679), il ne put obtenir d’audience du roi, « à qui on représenta qu’il venait se concerter avec les chefs des jansénistes et anti-régalistes » (B, p.406, n. 7). Dans une lettre du 22 octobre (Ashb. 1567), Montausier dit avoir reçu un remerciement où Gradi déclare n’avoir reçu que deux ouvrages.

179 Montausier en donnera le nom (Brosseau) dans le post-scriptum d’une lettre du 3 septembre 1679 (Ashb. 1561).

180 Guillaume Colletet étant mort en 1659, il s’agit plutôt de la veuve de son fils, François, né en 1628, « encore vivant en 1672 » (Chaudon, Nouveau dictionnaire historique, Caen, 1779), et surtout connu par les Satires de Boileau, qui ne l’épargnent pas.

181 Du Cange, Glossarium ad scriptores medioe et infima latinitatis, Lutetiae Parisiis, L. Billaine, 1678. On devait très vite s’apercevoir de l’extraordinaire intérêt de cet ouvrage monumental.

182 Huet reproche précisément à Le Moyne une latinité quelque peu raboteuse (Mémoires, III, p. 72).

183 Herodoti Halicarnassei Historiarum libri IX, edidit T. Gale, Londini, impens. J. Dunmore, R. Chiswel, B. Tooke et T. Sawidge, in-fol., 708 pages (très nombreuses pièces annexes).

184 L'Origine des romans, non seulement réimprimé, mais traduit (Verhandeling van den oorsponk der romans..., à la suite de traductions de romans de Mme de La Fayette, Amsterdam, 1679). Nous n’avons pas trouvé mention d’impression à Utrecht dans les catalogues de la BNF. Quant à des éditions parisiennes, il y en eut certainement, puisque la deuxième édition est de 1678, la sixième de 1685.

185 « Il est temps de fondre la cloche, c’est-à-dire de terminer une affaire, de prendre la dernière résolution » (Furetière, art. « Cloche »).

186 Et qu’Heinsius lui avait envoyé sur les conseils de Montausier (MH, 8 janvier 1679) ; ce Virgile devait être dédié à Louis XIV.

187 Ce jésuite est l’auteur du Valère Maxime, dont il est question ensuite.

188 Le privilège date du 21 novembre 1678, registré le 30 août 1679, l’achevé d’imprimer du 20 septembre 1679.

189 Dus tous deux à Anne Le Fèvre (1681 et 1680), ce sont effectivement des ouvrages assez minces (moins de deux cents pages) – voir plus loin la correspondance d’Anne Le Fèvre à Huet à ce sujet (lettres nos 121 bis à 123 et 126 bis à 131).

190 Dû à André Dacier (1681).

191 La lettre suivante (Ashb. 1566, 8 octobre 1679) Y revient, en parlant seulement de manière vague de « l’impression de nos auteurs » : « [nous] résoudrons ce qu’il faudra faire. »

192 Nous restituons cette date d’après celle du Valère Maxime, achevé d’imprimer le 20 septembre 1679, et celle de l'Histoire de Théodose de Fléchier, qui date aussi de cette année-là (voir ci-dessus note 81).

193 Il y eut vacance de la nonciature de la mort de Varese (1678) à la nomination de Nicolini (1690), Ranuzzi venant en qualité de nonce extraordinaire de 1683 à 1689.

194 Le 22 janvier (Ashb. 1568), Montausier annonçait à Huet que Bossuet partait le lendemain « pour aller au-devant de Madame la Dauphine. »

195 Son Boèce a été achevé d’imprimer le 8 janvier 1680.

196 Le président de Thou avait défendu dans son testament que sa bibliothèque, acquise au prix de quarante ans d’efforts, fût vendue ou partagée (Mémoires, VI, p. 144) ; son descendant, au retour de son ambassade en Hollande, la proposa au roi pour le Dauphin, par l’intermédiaire de Huet ; elle fut refusée et ne trouva par ailleurs aucun acheteur. Elle fut dispersée à bas prix à la mort de de Thou (ibid., p. 145). L’affaire devait être d’autant plus douloureuse que c’est dans cette bibliothèque que se réunissait l’académie des frères Dupuy, auxquels Huet avait été très attaché. Le livre de comptes de Huet (BNF, ms f. fr., n.a. 1197) mentionne pour l’année 1680 plusieurs achats de « livres à la bibliothèque de M. de Thou », par exemple pour 51 livres en mars. Elle revint à cette date au marquis de Minars (voir Antoine Coron, « Ut prosint aliis : Jacques-Auguste de Thou et sa bibliothèque », dans Histoire des bibliothèques françaises d’Ancien Régime, 1530-1789, Cl. Joly dir., Paris, Promodis, 1988, p. 101-126).

197 Horace sera le dernier des auteurs à être publié, en 1691, grâce à Louis Desprez (qui en 1684 donne Juvénal et Perse).

198 Faute d’éléments précis de datation, nous avons rapproché ces lettres d’Anne Le Fèvre des lettres nos 122-123, qui témoignent de relations épistolaires particulièrement suivies entre celle-ci et Huet, à l’approche d’une publication.

199 Lecture douteuse. La phrase suivante manque de cohérence.

200 Pour Florus (1674).

201 Dictys de Crète et Darès de Phrygie sont publiés ensemble chez L. Roulland (1680).

202 Anne Le Fèvre a obtenu un privilège en son nom personnel pour Aurelius Victor et Eutrope, comme André Dacier, le père de La Rue (voir la lettre no 30 du 15 octobre 1674) et le père Hardouin. Pour Aurelius Victor, elle l’a cédé à Denis Thierry (privilège du 15 juin 1681, registré le 23 juillet 1681, achevé d’imprimer le 31 j uillet 1681) ; voir la lettre suivante.

203 Julien Pichon, que nous ne connaissons pas par ailleurs ; l’ouvrage devait paraître sans achevé d’imprimer pour le premier volume, daté de 1682 ; le dernier paraîtra en 1687.

204 S’agirait-il de L'Évêque de cour opposé à l'évêque apostolique, s. 1., 1674, de Jean Le Noir,janséniste notoire ?

205 Chapelain de la reine Elizabeth et adversaire de Bellarmin.

206 Comme tous les indices fournis par Anne Le Fèvre, celui-ci est « brut » (nuances de sens et formes homonymes non différenciées) et consiste en fait en un simple relevé lexicographique ; de 1674 à 1683, elle n’a « rien chang[é] à sa méthode, quelles qu’aient été probablement [...] les directives données ». À noter de plus que celui d’Aurelius Victor renvoie aux numéros de pages, non à la numérotation des lignes (Martine Furno). Voir ci-dessus le chapitre de Martine Furno consacré aux indices.

207 Anne Le Fèvre préparait une traduction des Poésies d'Anacréon et de Sapho, avec des remarques, dédiée au duc de Montausier (Paris, Denis Thierry et Claude Barbin, 1681). Sur cette édition, voir C. Volpilhac-Auger, « Le choix de Sapho : le poil ou la plume ? Images de Sapho du xviie au xixe siècle », Curiosité historique et intérêts philologiques, Recherches et travaux, n° 54.

208 Secrétaire des commandements du Dauphin, attaché au duc de Montausier.

209 Sur ces dates (il était effectivement impossible que l’achevé d’imprimer précédât le privilège), voir la lettre 122 du 19 mai 1680. Le privilège d’Aurelius Victor a été donné en même temps que celui d’Eutrope (publié en 1683).

210 Achevé d’imprimer le 30 juillet 1681.

211 Voir E. et É. Haag, ouvr. cité, t. X, p.374 (« Pièces justificatives ») : 17 juin 1681, « Déclaration portant que les enfants pourront se convertir à sept ans, et défendant aux parents de les faire élever dans les pays étrangers » ; l’année 1681 devait voir aussi la fermeture de l’Académie protestante de Sedan (9 juillet), déjà menacée par l’ouverture d’un collège jésuite en 1663, avant celle de Saumur le 8 janvier 1685, après « une série de mesures contre les professeurs et les études » et « toutes sortes de vexations » (Simone Guenée, Les Universités françaises, des origines à la Révolution, notices historiques, Paris, Picard, 1982, p. 141).

212 Huet travaillait, avec les frères Pufendorf, à la réunion des catholiques et des protestants. Il rencontra de « nombreuses bonnes volontés chez les protestants, beaucoup moins chez les catholiques, et l’entière opposition dans les principaux des protestants qui se trouvaient alors à Paris. Ainsi il fut contraint de tout abandonner », d’autant que la révocation de l’Édit de Nantes se préparait (BNF, ms. f fr. 11912, f 242) ; voir aussi Mémoires, V, p. 109, et ci-dessus, note 15.

213 « Toi qui es invaincu, arrache-nous aux maux. »

214 D’après son livre de comptes (BNF, ms n.a.fr. 497), Huet était régulièrement payé avec un an de retard, ce qui n’a rien d’exceptionnel.

215 Nous ne connaissons qu’une édition beaucoup plus tardive des poèmes de Huet, due à J. G. Graevius, Pœmata latina et groeca, Trajecti ad Rhenum, 1694 (un exemplaire avec annotations de l’auteur est conservé à la BNF, Rés. p. Yc. 1054).

216 S’agit-il de l’Horace de la collection AuD ? Plutôt des Remarques critiques sur les œuvres d’Horace, avec une nouvelle traduction (1681-1689), dédiées au roi. De plus, on l’a vu (lettre n° 126, 28 mars 1681), un certain Girardin est censé y travailler, mais « lentement ».

217 « qui puisse porter ce joug à égalité avec vous ».

218 L’ouvrage d’Isaac d’Huisseau cité plus haut (lettres nos 8 et 27) ?

219 Charles Du Périer, mort en 1692, faisait partie de la « pléiade » de poètes parisiens (Commire, Pierre Petit, Santeul, etc.) que Huet aimait fréquenter, tout en reconnaissant l’insupportable vanité de Du Périer (Mémoires, IV, p. 80-81).

220 Bel exemple de littérature de cour, dont voici le titre : « On voit toujours le roi tranquille, quoique dans un mouvement continuel ». Il devait encore obtenir le prix en 1683 avec le poème : « Sur les grandes choses que le roi a faites en faveur de la religion catholique ».

221 Est-ce pour éviter de tels désagréments qu’André Dacier prend soin d’associer à son privilège « Dame Le Fèvre son épouse », « pour toutes les traductions et autres ouvrages de leur composition cidevant imprimés ou à imprimer » (en date du 21 décembre 1700, reprenant un privilège de 1698) ? À cette date (notamment depuis leur conversion en 1685), le statut des époux Dacier n’est pas ce qu’il était vingt ans plus tôt. Ce privilège, fort commode, permet en tout cas d’éviter à Anne Le Fèvre les démarches dont elle s’est plainte un mois auparavant, et qui se révélaient beaucoup plus fastidieuses pour elle que pour André – alors que la demande de privilège pour Aurelius Victor et Eutrope avait été présentée le même jour que celle qui concernait Festus.

222 « Pure et fraîche rivière qui arrose » l’abbaye d’Aulnay, que Huet avait reçue en 1678 ; il dit dans ses Mémoires tout le charme qu’il trouve à ce séjour (Mémoires, V. p. 125).

223 « les flots enflés ».

224 « faire rouler de moins grands tourbillons ».

225 Editeur dauphin de Martial.

226 Simple plaisanterie ; Bossuet n’eut jamais le chapeau ; a fortiori le sous-précepteur ne pouvait en rêver.

227 Le 6 août 1682.

228 Une nouvelle édition du Virgile venait de paraître (voir la lettre suivante).

229 Origenis in Sacras Scripturas commentaria, Coloniae, apud C. Gensch, 1685, 2 vol. in-folio.

230 Ce paquet tant attendu n’arrivera que le 20 janvier suivant (Ashb. 1584).

231 Cette querelle « partagea tous les savants de la Cour », selon Tilladet, Disser tations sur diverses matières..., 1712, t. I (préface non paginée), qui reproduit la dissertation composée par Huet pour soutenir l’opinion de Montausier (IXe Dissertatio, p. 514 et suiv.). Le fonds Ashburnham (nos 2449-2451) en contient une copie et son brouillon, en date du 6 au 10 février.

232 Lecture incertaine.

233 Le 19 décembre.

234 Il s’agit sans doute des Orationes que Charles Hallot de Mérouville donnera bientôt (achevé d’imprimer du 10 mai 1684).

235 La publication du Tite-Live s’est achevée en 1682 (achevé d’imprimer du Ier septembre), bien que la date officielle de publication soit 1679. Sur ces suppléments, voir la correspondance de Chapelain depuis le 10 avril 1671 jusqu’au 23 mars 1673 (nos6, 10, 13, 15).

236 Jean Lucas, S. J. (1638-1716), fervent partisan contre Charpentier et Tallemant des inscriptions en latin, avait écrit un Funus Celsissimi Principis Ferdinandi..., in-12, 8 p., ex officina Gabrielis Martin, s. d. Sur l’évêque de Münster, Ferdinand de Fürstenberg, voir ci-dessus notre note 175.

237 Sixième édition, Paris, T. Moette, 1685 (l’exemplaire de la BNF coté Rés.Y2 1204 contient des notes manuscrites de Huet).

238 Huet lui confiera en 1690 une réédition de la Demonstratio evangelica.

239 D’après Le Moyne (Ashb. 1048, 8 juin 1684), « il n’est pas au goût de tout le monde, et il y a bien des choses qui paraissent trop sales et trop hardies ».

240 Comme en avertit une lettre de Le Moyne à Huet (Ashb. 1047,30 mai 1684), il s’agit des Lettres à Atticus dédiées à Montausier par Graevius, ainsi que d’un exemplaire de Theseus de Meursius.

241 Celui-ci occupe effectivement deux volumes (achevé d’imprimer du 20 mars 1685).

242 Achevé d’imprimer le 2 mai 1684, il a dû attendre pour paraître de recevoir l’approbation du provincial (11 novembre 1684), et porte donc la date de 1685.

243 Voir la lettre du 11 juillet 1685 de Ménage à Huet : « M. le Duc de Montausier vouloit marier Mlle d’Uzès, sa petite fille, à Mr d’Antin, fils de Mr. et de Mme de Montespan ; et le roi en faveur de ce mariage avoit promis à Mme de Montespan de faire revivre en la personne de Mr. d’Antin, la Duché de Montausier, que Mr. de Montausier donnoit en mariage à sa petite fille, et de conserver à Mr. de Montausier pendant sa vie les honneurs de la duché. Mr. d’Uzès n’a pas approuvé ce mariage, disant qu’il souhaitoit que son second fils fut Duc de Montausier ; à cela Mr. de Montausier a repondu qu’il le souhaitoit aussi ; mais que ny lui, ny Mr. d’Uzès, n’avoient pas assez de crédit pour obtenir du Roi, qu’il fit revivre la duché de Montausier en la personne du second fils de Mr. d’Uzès. Ce dernier n’a pas approuvé les raisons de Mr. de Montausier, et il s’est réellement emporté contre lui, qu’il lui a dit qu’il étoit méconnaissant de l’honneur qu’il lui avoit fait d’avoir épousé sa fille. Il est vrai que la maison de Basset, dont est Mr. d’Uzès, est plus titulée que celle de Ste Maure, dont est Mr. de Montausier ; car Mr. le Duc d’Uzès est le sixieme Duc et Pair de pere en fils ; mais la maison de Ste Maure est beaucoup plus ancienne que celle de Basset. Mr. d’Uzès d’un autre coté piquetait sans cesse Me d’Uzès en lui disant : “Madame, vous me regardez toujours de travers” » (L. Caminiti Pennarola, ouvr. cité, p. 278). En un mot, il s’est tellement brouillé avec sa femme et avec son beau-père qu’il a quitté l’hôtel de Rambouillet. Le fait est que, selon l’année de vérification en pairie, le duc d’Uzès tenait le premier rang, le duc de Montausier le dernier. Ce qui est une raison forte.

244 Nous datons cette lettre d’après celle du 23 juillet précédent (n° 154).

245 Voir la lettre suivante.

246 Varia sacra, Lugduni Batavorum, apud D. a Gaesbeek, 1685, 2 volumes in-4°.

247 Jacques Abbadie (1654-1727), Traité de la vérité de la religion chrétienne, Rotterdam, R. Leers, 2 volumes in-8, 1684. En fait, Abbadie avait été recruté en France par d’Espense, grand écuyer de Frédéric-Guillaume.

248 Dans une lettre du 11 février 1688 (Ashb. 1648), Montausier remercie Huet d’une visite qu’il leur a rendue, « et de les avoir examinés sur leurs études, rien ne saura leur faire plus de bien ». Il en est de même le 17 avril 1688 (Ashb. 1651).

249 Bien que le titre d’évêque de Soissons figure évidemment sur les lettres désormais adressées à Huet, nous gardons, par commodité, la simple mention de son nom.

250 Cette double nomination représente évidemment le prix des fidèles et loyaux services du sous-précepteur et du lecteur du Dauphin.

251 C’est chez la veuve de Simon Bénard que paraissent deux des ouvrages de Cicéron, les Orationes en mai 1684, les Epistolœ ad familiares en octobre 1685.

252 C’est surtout en tant qu’ami du roi que La Feuillade peut intervenir ici : ses hauts faits d’armes lui avaient valu diverses distinctions (dont le gouvernement de Grenoble et du Dauphiné en 1681), mais surtout les travaux de la place des Victoires, dont il était l’instigateur, avaient commencé en septembre 1685 et devaient s’achever au printemps suivant (voir DGS, art. « La Feuillade » et « Place des Victoires »).

253 Dans ses Mémoires, Huet évoque plusieurs fois Gilles Macé, son oncle (p. 7, 78, etc.), et Daniel Macé (mort en 1703), le fils de ce dernier, qui fut son tuteur. Il s’agit de la seule famille des Huet, mais les rapports semblent avoir été plutôt conflictuels, au moins pendant les premières années de Pierre-Daniel (voir notamment I, p.7-8). Il garde cependant bon souvenir de Daniel Macé, « à cause de l’agrément de son caractère et de sa constante bonté pour [lui] » (Mémoires, VI, p. 148).

254 Il s’agit peut-être, malgré sa date, de l’Oratio inauguralis de linguarum orientalium ad intelligentiam S. S. utilitate, habita 27 feb. 1686, Lugduni in Batavis, typis J. Lindani, 1686, in-8°.

255 Jean Anisson essayait depuis 1681 de forcer les portes de l’imprimerie pariparisienne ; sa tentative de 1685 (par le biais de son associé Posuel) était d’ailleurs à la limite de la légalité (voir Lepreux, Gallia typographica, ouvr. cité, p. 53-55). Il ne devait arriver à vaincre l’hostilité des libraires et imprimeurs parisiens qu’en 1691.

256 Il s’agit vraisemblablement de l’Ovide, que Crespin voulait par commodité faire imprimer à Berne ou à Lausanne (lettre n° 99 du 15 novembre 1678), et qui sera le seul ouvrage de la collection à ne pas paraître à Paris. L’ouvrage, daté de 1686, paraîtra à Lyon chez les Anissons, J. Posuel et C. Rigaud.

257 Lieutenant de police depuis la création de cette charge en 1667, il contrôle, entre autres multiples tâches, l’imprimerie et la librairie.

258 Le Moyne évoque ce point dans sa lettre du 28 février (Ashb. 1058).

259 C’est à Hortemels que Huet donnera sa Censura philosophiae cartesianae, qui paraîtra en 1689 (voir ci-dessous les lettres 180 du 9 décembre 1688 et 182 du 19 mai 1689).

260 Voir ci-dessous la lettre n° 169.

261 Cette lettre du 20 juillet (Ashb. 1625) signalait que Huet était à l’abbaye d’Aulnay.

262 Les lettres cotées Ashb. 1627-1632 évoquent diverses recommandations sollicitées par Huet.

263 Le fils d’Étienne Morin, Henri (né en 1653), n'avait pu quitter la France pour rejoindre son père ; converti de force, selon È. et E. Haag, il devait faire lui aussi carrière dans l’érudition et entrer à l’Académie des inscriptions.

264 La continuation de la pension de Huet et les efforts de Montausier auprès du Dauphin faisaient déjà l’objet d’une lettre du 16 mars (Ashb. 1634). Voir ci-dessous la lettre n° 174 du 11 août 1687.

265 À Louvois (Colbert est mort en 1683).

266 Sur la vie mondaine de Bourbon-L’Archambault, voir Dancourt, Les Eaux de Bourbon, 1696 ; mais Huet (Mémoires, VI, p. 140) affirme y avoir retrouvé la santé en s’affranchissant des prescriptions des médecins et en ne changeant rien à ses occupations habituelles.

267 La lettre du 25 avril (Ashb. 1638) nous apprend que Huet a préféré partir pour Bourbon-L’Archambault sans se présenter à Versailles.

268 Huet avait séjourné à Bourbon avec Marie-Madeleine-Gabrielle de Rochechouart, abbesse de Fontevrault, qu’il estimait beaucoup ; il lui rendit visite en allant de Bourbon à Aulnay (Mémoires, VI, p. 141-142).

269 Où il se trouvait depuis le 6 juillet, en compagnie de toute sa famille (lettre du 14 juillet 1687, Ashb. 1640), « avec le moins d’ennui qui se peut ».

270 C’était alors Louis Boucherat. Le chancelier avait autorité sur les tribunaux et sur les intendances des provinces.

271 Montausier en parlait également dans la lettre précédente, du 17 août (Asbh. 1643).

272 Thea, elegia (s.l. n. d.), in-8°, 3 pages.

273 La Censura philosophiez cartesianoe (Lutetiae Parisiorum, apud D. Hortemels, 1689) paraîtra en fait en décembre 1688 (voir ci-dessous, lettre n° 180) et sera présentée au roi par Montausier entre le 16 et le 19 mai 1689 (Asbh. 1665 et 1666 ; cette dernière lettre est reproduite ci-dessous, n° 182). C’est le premier des trois écrits anticartésiens qu’Huet devait écrire à Aulnay (Nouveaux mémoires pour servir à l’histoire du cartésianisme, 1692 ; Traité philosophique de la faiblesse de l’entendement humain, posthume, 1723). La BNF conserve l’exemplaire de Huet (Rés. R. 1963). Voir sur cette question A. McKenna, ouvr. cité, notamment p. 321 et suiv.

274 Bossuet, Histoire des variations des églises protestantes, Paris, veuve S. MabreCramoisy, 1688, 2 vol. in-4° (506 et 680 p.).

275 Testament politique d’Armand du Plessis, cardinal duc de Richelieu, Amsterdam, H. Desbordes, 1688. L’attribution devait en rester controversée jusqu’à la fin du xixe siècle (voir l’édition qu’en a procurée L. André, Paris, Robert Laffont, 1947) ; voir Montesquieu (Pensées, Spicilège, Paris, 1992) : « Lorsque je lus le Testament politique du cardinal de Richelieu, je le regardai comme un des meilleurs ouvrages que nous eussions en ce genre, [...] je jugeai [...] que le Testament politique était du cardinal de Richelieu parce que j’y trouvais toujours l’esprit du cardinal de Richelieu, et que je le voyais penser comme je l’avais vu agir » (Pensées, no 1962). En 1749 (date à laquelle écrit Montesquieu), Voltaire a fait paraître Des mensonges imprimés et du Testament du cardinal de Richelieu (voir aussi L’Esprit des lois, III, 5, V, 10 et 11, et XXIX, 16, et Essai sur les mœurs, 1756, chap. 175).

276 L’achevé d’imprimer date du 23 juin 1688.

277 Le Peletier fut contrôleur général des finances de 1683 à 1689.

278 Celui-ci, assisté de Vauban et du maréchal de Duras, commandait l’armée du Rhin devant Philippsbourg, où il était arrivé le 6 octobre. La prise de la ville le 29 octobre devait ouvrir la route du Palatinat et gagner à Monseigneur une grande popularité (voir DGS, art. « Philippsbourg »). La Guerre de la ligue d’Augsbourg, ouverte en septembre 1688, durera jusqu’en 1697.

279 Joachim Le Grand, Histoire du divorce de Henri VIII, roi d'Angleterre, et de Catherine d’Aragon, avec la défense de Sanderus, la réfutation des deux premiers livres de l’Histoire de la réformation de M. Burnet, Paris, veuve d’E. Martin, 1688, 3 volumes in-8°.

280 La recommandation de M. des Ifs pour obtenir un régiment (c’est l’essentiel de cette lettre, dont nous ne reproduisons que le post-scriptum).

281 Eusèbe Renaudot (1646-1720), petit-fils de Théophraste Renaudot, dirigea la Gazette de France à partir de 1679 ; orientaliste réputé, il devait aussi écrire (mais publier très tard) de nombreux ouvrages d’histoire religieuse : La Perpétuité de la foi de l’Eglise sur les sacrements (1713), Historia patriarcharum alexandrinorum (1713). Il fut effectivement élu à l’Académie française en 1689, au siège de Doujat. C’était un familier des princes de Conti et de Condé, de Bossuet, et il joua aussi un rôle diplomatique non négligeable. Il rendit un avis défavorable sur le Dictionnaire de Bayle.

282 La Guerre de la ligue d’Augsbourg se caractérise en effet par l’importance, au moins théorique, de la coalition anglo-hollandaise.

283 Effectivement, le P. Régis publiera en 1691 une brillante Réponse au livre qui a pour titre [...] Censura... (Paris, J. Cusson) au point que Huet n’osera lui répondre à son tour (la BNF conserve l’exemplaire de Huet, R 13607). Il présente évidemment tout autrement les choses dans ses Mémoires (V, p. 125).

284 Depuis 1680, Madame de Montespan avait perdu son rang de favorite, mais elle devait rester à la cour jusqu’en 1691.

285 Cette lettre du 18 mai (B, t. IV, no°495, p. 17-20) est effectivement glaciale et se présente comme une réponse sans concessions aux accusations que Huet portait contre lui dans sa lettre d’envoi et dans la préface. Elle se termine par ces mots : « Au contraire je soutiens [certaines thèses cartésiennes] de tout mon cœur et je ne crois pas qu’on les puisse combattre sans quelque péril. Pour les autres opinions de cet auteur, qui sont tout à fait indifférentes comme celles de la physique particulière et les autres de cette nature, je m’en amuse, je m’en divertis dans la conversation ; mais, à ne vous rien dissimuler, je croirais un peu au-dessous du caractère d’évêque, de prendre parti sérieusement sur de telles choses. » La leçon est rude, mais pas injustifiée. La lettre suivante, n° 496 du 27 mai, qui accompagne l’envoi de l'Apocalypse, est polie.

286 Bossuet, Apocalypse, avec une explication, Paris, veuve S. Mabre-Cramoisy, 1689, 838 p. in-8°.

287 À la demande de Brulart de Sillery, évêque d’Avranches, Huet avait échangé avec lui son évêché en 1689 (voir Mémoires, V, p. 135, où il évoque aussi le rôle que joua le Père de La Rue) ; il déclare d’ailleurs que c’est seulement trois ans après qu’ils entrèrent en conflit.

288 Montausier devait mourir le 17 mai 1690 (et non en 1691, comme l’écrit Huet dans ses Mémoires, VI, p. 145), à quatre-vingts ans ; Huet, trente et un ans plus tard.

289 Cette lettre est la dernière lettre de Montausier à Huet qui ait été conservée.

Notes de fin

2 et des autres auteurs qu’on doit donner à ces Messieurs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/2519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search