Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Longue vie et mort des dauphins

Texte intégral

  • 1 Nous en donnons ci-dessous une liste sommaire : voir la liste bibliographique des éditions AuD en (...)

1L’histoire de la collection Ad usum Delphini ne s’achève pas en 1691, ni même en 1730, avec la publication des derniers volumes. Il faut donc pour finir apprécier l’accueil qui lui est réservé et en suivre la survie à travers les rééditions qui en sont données pendant près de cent cinquante ans1 et qui en transmettent l’image au xviiie et au xixe siècle. D’une part, l’accueil du public sera fort mitigé, que ce soit le public lettré ou le public général. D’autre part, et comme à l’inverse, les rééditions ne manqueront pas. On peut dès lors se demander si l’utilisation parfois abusive du titre de la collection (car toutes les rééditions sont loin d’être fidèles et d’en reproduire les caractéristiques) est un signe de vitalité, ou si elle traduit au contraire l’épuisement des principes qui avaient présidé à l’entreprise. En tout état de cause, il y a contradiction entre l’accueil réservé des lecteurs et l’appétit insatiable des libraires-imprimeurs.

L’ACCUEIL DU PUBLIC

2Que reste-t-il encore pour que l’ouvrage, devenu livre, prenne son essor ?

  • 2 Voir, dans notre chapitre III, « Les critères de recrutement ».
  • 3 Et pour lesquels certains libraires renâclaient : Correspondance, nos 67 et 69.
  • 4 À noter que la bibliothèque de Bossuet n’aurait compté que quarante-huit ouvrages dauphins, et que (...)

3La première étape est sa présentation à la cour, attestée pour les premiers volumes, ceux de 16752, et plus tard le Valère Maxime du Père Cantel (Correspondance, n° 117), le Festus de Dacier (n° 130), l'Aurelius Victor d’Anne Le Fèvre (n° 131). On en envoie des exemplaires (outre les quatre destinés aux différents dépôts et exigés par le privilège3) au Sérénissime Dauphin et à son illustre précepteur4 (ceux de Virgile, à peine envoyés, sont immédiatement réclamés par Huet car de La Rue veut y faire mettre des cartons, Correspondance, n° 59), à quelques personnalités étrangères, notamment les savants Heinsius et Graevius, l’abbé Gradi, garde de la bibliothèque Vaticane (nos 117 et 119, octobre 1679,) ou Le Moyne, ami de Huet(nos 114 et 117), ou l’internonce à Paris (n° 119). Ces volumes font manifestement partie des munificents cadeaux chargés de témoigner du prestige du roi tout autant que de son estime pour le destinataire ; le libraire était donc sans inquiétude pour l’écoulement de son stock.

  • 5 Voir L. Febvre et H.-J. Martin, L'Apparition du livre, Paris, 1971, p. 309-331.
  • 6 Nous avons relevé deux achevés d’imprimer différents, l’un du 20 septembre 1674 (Bibliothèque muni (...)
  • 7 C’est ce qui ressort de la correspondance de Bayle (nos 117 et 126), aimablement communiquée par A (...)
  • 8 L’usage, répandu en Angleterre, en était relativement nouveau en France, puisqu’il avait été inaug (...)
  • 9 Nous remercions Régine Jomand-Baudry de nous avoir donné ce renseignement.
  • 10 Nous reproduisons dans l’annexe l’estimation bibliophilique de la collection vers 1777, selon le l (...)
  • 11 La BNF ne possède qu’un exemplaire de l’édition originale (Rés. Z 1595), les deux autres cotes (Ré (...)
  • 12 Correspondance littéraire, 15 juin 1720, n° p. 57.
  • 13 D’après Françoise Bléchet, Les Ventes publiques de livres en France, 1630-1750. Répertoire des cat (...)

4Nous ne savons rien des tirages (pour cette catégorie d’ouvrages, ils sont généralement situés entre mille et deux mille exemplaires5), sinon que le Florus en a eu plusieurs6 ; succès peut-être suscité par la curiosité pour une collection qui faisait ses débuts7 comme par l’identité du premier commentateur : y avait-il déjà eu beaucoup d’ouvrages aussi savants et prestigieux signés par des femmes, aussi jeunes de surcroît ? Le prix d’origine ne nous est pas davantage connu, sauf pour les trois volumes in-folio du Pline de 1723, proposés en souscription8 : cinquante livres pour les souscripteurs aux volumes sur grand papier, soixante-quinze pour les acheteurs (respectivement cent et cent cinquante livres pour les exemplaires sur petit papier).9 C’est vraisemblablement l’ouvrage le plus cher de la collection, et on peut supposer que les Dictys et autres Cornelius Nepos étaient plus abordables. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire, c’est sous la forme d’un ensemble qu'elle intéresse les collectionneurs – mais alors les prix ne sont plus en rapport avec la valeur originale des ouvrages : ils sont fonction d’une valeur subjective, qui fera dire à Brunet que tel ouvrage est « rare » ou « très rare » (Opera philosophica de Cicéron, Dictys, Stace)10, alors même que parmi eux, seuls les Philosophica paraissent peu représentés dans les bibliothèques.11 Un point paraît certain : au rapport de d’Olivet, grand connaisseur de la bibliothèque antique française et étrangère, vers 1720, la collection est épuisée.12 C’est d’ailleurs à partir de 1726 que l’on commence à trouver mention des Ad usum dans les ventes publiques de bibliothèques, comme constituant une catégorie à part entière, à l’instar des Elzéviers ou des Aides. Ainsi en est-il, pour la première moitié du xviiie siècle, dans les catalogues des ventes Potras (avril 1726), Thibert (août 1726), Le Blanc (mars 1729), Brochard (?) (1729), Turgot de Saint-Clair (mars 1730), Lambert (2e semestre 1730), Etienne Hallée (?) (1730), Bourret (juillet 1735), Gochet de Saint-Vallier (juillet 1739), Gaignat (septembre 1739), Hallée (février 1742), R*** (Remon ?) (mai 1742), Turgot de Saint-Clair (janvier 1744), Villeneuve (avril 1745), Rieux (février 1747), Burette (I748).13 Il s’agit donc d’une catégorie très régulièrement représentée, témoignant d’un intérêt constant et reconnu des collectionneurs.

5Une fois passée la curiosité initiale, et si l’on excepte la réception « posthume » d’ordre bibliophilique, quel accueil fut réservé aux ouvrages ? Ce n’est pas la presse qui nous fournira de réels éléments d’appréciation. Ainsi que l’a signalé Régine Jomand-Baudry, le Journal des savants se caractérise plutôt par sa flagornerie à l’égard de toute publication dotée d’une haute protection. On n’y trouvera donc aucune véritable critique – on en est réduit à penser que si le Journal des savants ne parle pas de certains ouvrages, c’est pour éviter d’en dire du mal. Et la plupart du temps les journaux ne nous apportent rien que nous ne connaissions déjà par ailleurs–, sinon des informations approximatives ou inexactes qui révèlent que la collection Ad usum Delphinin ne constituait pas un centre d’intérêt majeur.

  • 14 Méthode pour étudier l'histoire, avec un catalogue des principaux historiens et des remarques sur (...)
  • 15 Il n’est pas très utile de se reporter à des ouvrages comme la Bibliographie instructive de Debure (...)
  • 16 José Kany-Turpin en relève les insuffisances philosophiques graves : Dufay n’a pas lu Gassendi et (...)

6C’est en fait auprès des critiques, et surtout de critiques beaucoup plus tardifs, Fabricius (Bibliotheca latina, déjà citée) ou Lenglet-Dufresnoy pour les historiens14 que l’on trouvera des appréciations dûment motivées, ou du moins plus franches.15 Nous ne les reprendrons pas toutes (ce sera aussi l’affaire de notre prochaine publication de les détailler pour chaque auteur), nous contentant de remarquer ici que, au mieux, elles sont discrètes et vagues, au pire assassines et sans appel, comme par exemple pour Tacite : « toutes les éditions latines de cet auteur que nous avons indiquées sont bonnes, à l’exception de celle qui a été faite pour Monseigneur le Dauphin, qui n’est ni estimée ni estimable » (Lenglet-Dufresnoy, t. VII, p. 444). Il est certain que, dans l’ensemble, la collection a déçu. Les notices individuelles feront apparaître leurs mérites respectifs, depuis le Pline que nous savons maintenant remarquable jusqu’au Lucrèce qui constitue la honte de la collection16, en passant par la fort honorable édition d’Horace, analysée comme telle par Denis Merle ; mais de telles éditions pouvaient-elles se contenter d’être « honorables » ? Nous pouvons maintenant mieux comprendre les raisons de ce qui est peut-être moins l’échec d’ouvrages desservis par les insuffisances (incontestables) des ouvriers que la faillite d’un projet remarquablement conçu mais inopportun, répondant à des attentes qui en quelques années vont se périmer, et fondé sur des intentions mal perçues ou senties comme contradictoires.

  • 17 Correspondance littéraire, 3 mars 1739, n° 146, p. 297.
  • 18 Ibid.
  • 19 J. D. Reynolds et N. G. Wilson, D'Homère à Erasme. La transmission des classiques grecs et latins,(...)

7Présentées de manière soignée, fort différentes des livres de classe, ces éditions ne pouvaient satisfaire un public qui s’attendait à y trouver des sommes savantes ou, à tout le moins, une véritable nouveauté. Huet, nous l’avons dit, dédaignait la démarche critique et souhaitait éviter la présentation de multiples variantes qu’il appelait, au témoignage de l’abbé d’Olivet, « les errata des éditeurs ou des copistes »17, sur lesquels de véritables savants n’avaient pas à perdre leur temps. Mais, ajoute l’académicien, « faute d’avoir fait un peu plus de cas de ces prétendus errata, les Dauphins ont été, et sont encore généralement méprisés ».18 C’est le statut même de l’édition critique qui est en cause : peut-on jamais dire qu’un texte venu de l’Antiquité a atteint un niveau de correction suffisant ? À la fin du xviie siècle, c’était en tout cas prématuré et présomptueux, d’autant plus que dans le même temps, en Hollande, J. F. Gronovius et Nicolas Heinsius multipliaient les éditions fondées sur la juste appréciation de manuscrits patiemment collationnés dans toute l’Europe ; en Angleterre, Vossius ouvrait la voie au très célèbre Richard Bentley.19 Or, nul autre que Huet n’est responsable d’une position aussi isolée et aussi peu défendable que celle qu’il avait imposée aux dauphins.

  • 20 Ce que le commentateur, Pierre Cally, explique par le fait qu’il a corrigé à Caen les épreuves imp (...)
  • 21 Ainsi que l’observe M. Festy pour Aurelius Victor, à propos duquel il montre qu’Anne Le Fèvre s’es (...)
  • 22 Explanatio rhetoricoe, accomodata candidatis rhetoricoe, cui adjicitur analysis rhetorica omnium o (...)

8Sans doute cette déception est-elle due aussi aux dauphins eux-mêmes, dans la mesure où ils furent trop vifs dans leurs préfaces à se louer pour louer le Dauphin, à vanter leur peine et leur dévouement, à se targuer, comme le fait précisément Pichon, le commentateur de Tacite, d’avoir éclairci tous les mystères d’un texte qui avant lui semblait défier les interprètes. Certes, nous avons là un topos depuis les commentateurs humanistes – mais on était en droit d’y voir autre chose. Les dauphins ont ainsi creusé l’écart entre ce que promettaient les ouvrages et leur contenu effectif. Ceux-ci portaient par ailleurs les marques visibles de la précipitation et de la maladresse, avec leurs longues pages d'errata, omissa ou addenda : quatre feuillets pour Claudien.20 On peut remarquer que les errata portent, pour l’immense majorité, sur l'interpretatio, l’annotation ou les arguments placés en tête de chaque poème : ils relèvent donc plutôt de la responsabilité partagée du commentateur et de l’imprimeur (à qui a été confié un texte manuscrit). Le petit nombre de fautes observées sur le texte lui-même, pour lequel le typographe travaille d’après une version imprimée21, témoigne que son travail n’était pas si mauvais : là encore, les dauphins sont donc en cause. Sans compter également les cas de plagiats plus ou moins visibles : Mérouville pillant sans vergogne chez un autre jésuite, Martin du Cygne22, l’index et l’analyse des discours de Cicéron, ou Doujat empruntant l’index de Gronovius, ainsi que le montreront Francis Goyet et Dominique Morineau.

  • 23 Dans l’« Avant-propos » des actes du colloque Homère en France après la Querelle, Paris, Champion, (...)
  • 24 L’expression est par exemple employée à propos d’Homère.
  • 25 Giuseppina Magnaldi et Francesco Gianotti remarquent que rien, dans le commentaire d’Apulée, ne re (...)

9Mais l’inadéquation joue aussi en sens inverse : quel besoin les lecteurs, si cultivés fussent-ils, avaient-ils de l’œuvre complète d’un auteur, ou des Testimonia qui permettent d’évaluer sa réputation dans l’Antiquité, quand ils ne s’intéressaient qu’à quelques chefs-d’œuvre ? L’ère des florilèges, « spicilèges » ou « collections », était ouverte. Bientôt viendra celle des abrégés. La spécificité du projet de Montausier a-t-elle même été bien perçue ? Ou le temps des humanités était-il passé ? Nous l’avons dit, les auteurs choisis n’étaient pas tous de ceux qui devaient survivre. Mais pour les auteurs qui continuent à susciter l’intérêt au début du xviiie siècle, Tite-Live puis Tacite, l’argument n’aurait pas dû jouer. Il est certain qu’avec le De interpretatione de Huet (1661), et avec l’action du couple Dacier, grands traducteurs du grec et du latin à partir des années 1680, on est entré dans le temps des traductions. Grâce à eux, celles-ci ne sont plus de « belles infidèles » – et sans doute faut-il dater de ces années-là l’apparition d’un nouvel art de traduire, pour lequel (nouveauté radicale dont le mérite revient à la traductrice de l'Iliade, ainsi que le fait remarquer Noémi Hepp23) il devient indispensable de bien connaître la langue source. Certes, la traduction et surtout l’œuvre traduite n’ont pas encore acquis leur autonomie et leur dignité, et il s’agit le plus souvent d’acclimater ou de « rendre supportables »24 les textes grecs ou latins. Mais il est certain qu’à partir des dernières années du xviie siècle, les traductions vont peu à peu se substituer aux éditions en langue originale ou plutôt, en s’adressant à un vaste public (notamment féminin), rejeter dans la sphère de l'édition savante toute publication en langue savante. Si l’on y ajoute ce facteur supplémentaire qu’est la régression au xviiie siècle du latin comme langue « vivante » ou du moins parlée dans le cadre de l’enseignement, on comprend que les éditions Ad usum Delphini se soient trouvées en porte-à-faux. Inaccessibles au public, qui comprend de moins en moins bien le latin, elles ne sont ni assez érudites pour intéresser les savants, ni assez maniables et bon marché pour servir à des élèves, ni faites pour séduire le public cultivé qui voudrait y trouver des jugements ou des analyses littéraires.25 Elles peuvent encore être utiles à l’enseignant, comme le veut d’ailleurs le principe d’expurgation qui rejette en fin de volume les obscoena ; mais le marché du « livre du maître » est étroit, et peu prestigieux – nous n’avons d’ailleurs même pas la preuve que tel ait bien été le cas. Triste fin de toute manière pour tant de travail et tant d’espérances, tant de bonnes intentions et tant de prétentions.

UNE COLLECTION PROLIFIQUE

  • 26 Si l’on ne tient pas compte de l’édition Valpy, dont nous parlons plus loin.

10Il faut envisager aussi la manière dont la collection fut reprise et prolongée, comment elle inspira la bibliothèque antique durant plusieurs dizaines d’années – et il est certain que, de manière paradoxale, cette entreprise décriée marqua considérablement la tradition éditoriale. Si certaines éditions furent sans postérité (Aulu-Gelle, Boèce, Catulle, et combien d’autres), d’autres au contraire connurent un succès durable : Virgile régulièrement réédité de 1682 à 1864, de Lisbonne à Saint-Malo, Quinte-Curce de 1715 à 1827. Et ce, sans égard pour leur mérite : Ausone ne connaît qu’une réédition (Mannheim, 1782), Pline aucune26 : qui se serait chargé d’un tel monument ? Nous avons signalé aussi que les Philosophica de Cicéron avaient été contrefaits, honneur suprême rendu par des imprimeurs peu honnêtes. On est donc loin de l’image que pouvait laisser le témoignage des lecteurs ou des critiques : la collection a longtemps vécu, elle a même été d’une extraordinaire fécondité dans certains cas.

  • 27 P. Ducourtieux, Les Barbou imprimeurs, Lyon-Limoges-Paris (1524-1820), Limoges, Veuve H. Ducourtie (...)

11Parmi ces manifestations de vitalité, il faut en distinguer deux, qui sont dues, pour l’une, à un libraire de Limoges devenu parisien, Barbou, l’autre à l’Anglais Valpy. Dès 1721, les frères Barbou reprennent Phèdre (également publié en 1726) et Virgile (1722). Ce n’est qu’un début : ils demandent en fait un privilège général pour plusieurs auteurs qui paraissent à partir de 1726. Ce privilège se trouverait, d’après l’édition de Phèdre qui se trouve à la BNF (4° Yc 117), en tête du Cornelius Nepos (qui ne se trouve pas à la BNF). Il annonce qu’ont été réédités ou doivent l’être six historiens : Cornelius Nepos, Salluste, Velleius Paterculus (1737), Eutrope, Aurelius Victor, Florus (1726), auxquels il faut ajouter Tacite (1733). Il s’agit d’un projet d’ensemble, comme l’atteste le privilège : « [...] les huit premiers autheurs qu'ils ont fait corriger [...] ». En fait les Barbou se seraient proposé de rééditer tous les auteurs de la collection, à raison de dix volumes par an : simple « promesse en l’air », selon Paul Ducourtieux27, car les deux frères Barbou (Jean-Joseph et Joseph) étaient loin d’avoir les capitaux nécessaires à une telle entreprise.

  • 28 C. Jourdain, Histoire de l'Université de Paris, édition citée, p. 176-177, pièce justificative n°  (...)
  • 29 Comme le fera aussi La Beaumelle quand, en 1751, il proposera de lancer une édition de classiques (...)

12En fait, celle-ci doit surtout être mise en rapport avec une démarche de l’Université de Paris, qui était intervenue en 1720. L’Université avait alors obtenu un privilège de cinquante ans « pour faire imprimer les livres qu'elle jugera nécessaires pour les classes avec des notes ou sans notes, et spécialement une suite d’auteurs grecs et latins avec des notes et des index dans le goût de ceux qui ont été insérez à la fin des auteurs ci-devant imprimez à l’usage de notre cher et honoré seigneur et ayeul Louis, dauphin de France ».28 La mention du nom du Grand Dauphin ne doit pas faire illusion : il s’agit tout au plus d'imiter la collection Ad usum Delpbini (dans le goût de ceux...)29, en reprenant le principe des notes et des index – pas de l'interpretatio, qui en constituait une des originalités-, en l’étendant aux auteurs grecs, et en négligeant apparemment le paratexte savant (Vitae, Testimonia, jugements des savants, etc.). L’héritière de l’édition Ad usum Delpbini est ainsi clairement annoncée comme étant ad usum scholarum. D’Olivet s’en fait l’écho auprès du Dijonnais Bouhier :

  • 30 Correspondance littéraire, 15 juin 1720, n° 13, p. 57.

Voici deux grands projets dont on parle dans la librairie : I°/L’Université de Paris entreprend de redonner tous les auteurs classiques in-40 avec des notes, parce que l’édition des Dauphins est épuisée, et qu’il est aisé de mieux faire. Mais on n’a pas encore choisi les ouvriers [...].30

13L’émoi est grand dans le monde des libraires et imprimeurs, car l’Université semble vouloir se réserver un monopole sur toute production « classique ». Il faut alors un « arrêt du conseil d’Etat portant interprétation du privilège précédent », à la requête d’une quinzaine de libraires, dont Barbou, afin d’exclure du fameux privilège (particulièrement avantageux par sa durée) tous les livres déjà en usage, y compris :

  • 31 C. Jourdain, ouvrage cité, pièce justificative n° 169 (arrêt du 13 septembre 1721, registré le 29 (...)

« tous les livres qui pouvaient servir aux estudiants et dont les privilèges estoient abandonnés, comme les dictionnaires de toute espèce, tous les autheurs avec leurs nottes, interpretation, variantes, leçons & index, nottament ceux qui estoient imprimez ad usum delphini, & autres ».31

14Compte tenu des projets précis des frères Barbou, on comprend cette protestation.

15De cet épisode, on tirera plusieurs conclusions. En 1720, la collection pour le Dauphin est encore bien connue, et appréciée au moins par les libraires. Eux essaieront d’en tirer profit sous forme d’éditions scolaires et se contenteront (pour autant que nous ayons pu le constater d’après les exemplaires que nous avons eus en main, Velleius Paterculus et Florus) de les reproduire quasiment à l’identique, en une impression soignée sur grand papier. Par ailleurs, la collection ne peut survivre qu’en se renouvelant, par l’abandon de certaines de ses composantes et l’élaboration d’un nouvel appareil de notes. On reprend surtout le principe d’une véritable collection d’auteurs classiques – peut-être est-ce là justement le plus important : la volonté d’éditer avec système et régularité, sur le même modèle, les auteurs latins ou grecs, alors qu’aucun dessein de ce type ne présidait à la série des Variorum.

  • 32 Voir ci-dessous l'annexe II.
  • 33 Annales encyclopédiques rédigées par A. L. Millin, 1818, t. V, p. 132-133, article « Angleterre » (...)
  • 34 « Boethii de consolatione philosophiœ libri quinque, ex editione Vulpiana, cum notis et interpreta (...)
  • 35 P. A. De Proost remarque par exemple que, pour Aulu-Gelle, le dauphin J. Proust n’a vraisemblablem (...)

16On retrouvera la même démarche un siècle plus tard, chez l’Anglais Abraham John Valpy qui entreprend de redonner la collection en cent quarante et un tomes, format in-8°, de 1819 à 183032, et ce « sous la protection spéciale de S.A.R. le prince régent d’Angleterre ».33 Certes il ne reprend pas dans leur intégralité chacun des volumes, et il les dote de pièces supplémentaires. Si l’on prend comme exemple le Boèce34, on relève que le texte choisi n'est pas celui de la collection Ad usum Delphini, dont on retient cependant l’index, l'interpretatio et les notes, mais en leur en ajoutant d’autres. Surtout Valpy fait compléter le travail philologique par un apparat critique et une recension des éditions et des manuscrits, ce qui constituait le point faible de la collection.35 C’est bien ainsi que l’on a compris la nécessité de cette ample réédition :

  • 36 Annales encyclopédiques, art. cité.

L’avidité avec laquelle on recherche ces éditions, l’impossibilité de les réunir toutes, le grand nombre de fautes et d’erreurs que l’on rencontre dans celles qui ont paru jusqu’à présent, les progrès qu’a faits la critique dans le dernier siècle, et la comparaison de plusieurs manuscrits importants, moyennant laquelle on est parvenu à donner au texte un haut degré de pureté, font espérer à M. Valpy que cette nouvelle édition recevra un accueil digne des soins que l’on y prodigue.36

  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 La même source fournit les prix : « I £ 16 sh. pour les souscripteurs, 2 £ 2 sh. pour les autres a (...)

17Autrement dit, on les réédite à la fois pour leurs qualités et leurs défauts, pour les reprendre et les corriger... Mais que reprend-on exactement ? « Le meilleur texte »37, donc ce ne sera jamais celui des ouvrages dauphins – et ce même pour Pline, qui date tout de même d’un siècle. Les notes des éditions Ad usum Delphini « seront imprimées en marge », ce qui leur donnera un statut privilégié par rapport aux notoe variorum qui seront reproduites à la fin de chaque volume, mais révèle tout de même leurs insuffisances, et suggère un double niveau d’utilisation, de difficulté croissante. On donnera aussi « les meilleurs tables [...] vérifiées avec soin » (celles des éditions Ad usum Delphini étaient loin de pouvoir toutes y prétendre). Enfin, et ce n’est peut-être pas le moindre, « la traduction [en latin] à l'usage du Dauphin remplira la seconde moitié de chaque page » : c’est accorder la part du lion à ce qui constituait l’originalité de la collection des dauphins, à savoir l'interpretatio, bien qu’on ne soit pas assuré que la traduction correspondra bien au texte. L’ensemble de l’édition Valpy souligne finalement la faiblesse du dispositif des éditions Ad usum Delphini, puisqu’on doit y ajouter « les notices littéraires qui ont paru jusqu’à présent dans les éditions de Deux-Ponts, [et qui] trouveront place à la fin de chaque volume ».38 L’on assure par ailleurs que l’impression sera parfaitement soignée, pour répondre à un si vaste dessein.39

18Après les frères Barbou et l’Anglais Valpy, signalons pour finir deux autres cas intéressants.

  • 40 Horace manquait encore à la collection (publication : 1691). L’Horace de Rodeille paraît à Toulous (...)

19Le premier est une contrefaçon. Au fond, il n’est de véritable consécration que si l’on est imité... Si les Philosophica de Cicéron furent les seuls ouvrages à bénéficier de ce « piratage » commercial, une autre tentative mérite d’être signalée, celle du jésuite Rodeille. En 1683, il s’est fait pour Horace40 le « singe » des dauphins, selon l’expression de La Monnoye complétant les Jugements des savants d’Adrien Baillet (t. II, 1722, p. 515). Peut-être vexé de n’être pas des heureux élus, Rodeille montre ce qu’il sait faire et ce qu’il croit devoir faire. Dédié Ad Serenissimum Galliarum Delphinum, doté d’un frontispice montrant un Arion pesant sur le dos d’un dauphin, adorné de la devise Hunc etiam Delphinus amat (Lui aussi, le Dauphin le chérit), à première vue ce volume in-8° n’a rien de l’élégance et de la clarté de ses concurrents. Les vers ne sont pas numérotés, les appels de note sont au même niveau que le texte et dans le même corps, ce qui ne facilite pas la lecture ; les pages sont denses, insuffisamment aérées, ce qui ne l’encourage pas. La comparaison avec l’Horace de Desprez fait éclater la qualité de ce dernier, dont le commentaire, beaucoup plus ample, est surtout étayé par des références solides, totalement absentes chez Rodeille. Celui-ci se contente en fait de donner une édition scolaire, précédée d’une Vita Horatii, comme il se doit, et d’un synopsis chronologique qui n’aurait certes pas déparé une édition Ad usum Delpbini, mais sans le moindre index et la moindre pièce réellement savante. La conclusion est sans appel : il est très difficile de singer un dauphin.

  • 41 Voir sa Correspondance littéraire..., lettre 120 du 28 juillet 1737, p. 252.
  • 42 Ibid., lettre 157 du 12 mai 1741, p. 310.
  • 43 Claude Lauriol, La Beaumelle..., ouvr. cité, p. 247-249.
  • 44 André Jammes, Les Didot. Trois siècles de typographie et de bibliophilie, 1698-1998 (catalogue d’e (...)

20L’autre cas intéressant est celui où l’on imite l’esprit de la collection. Cela fut fait, mais avec d’insensibles modifications que ne doit pas dissimuler la constance avec laquelle le titre Ad usum Delphini était utilisé. Nous avons déjà signalé, au fil des pages, que d’Olivet avait été chargé de travailler, pour le Dauphin fils de Louis XV, à une traduction du De officiis de Cicéron41 – et on pouvait mesurer ainsi l’évolution des temps – avant de procurer les oeuvres du même auteur, en latin cette fois, mais sans grand écho.42 Ces travaux sont purement honorifiques, dus à la seule initiative royale formulée par la bouche du ministre et signifiée à un érudit qui ne saurait s’y soustraire. À peine dix ans plus tard (1751), La Beaumelle propose un projet éditorial comportant des classiques latins et français, à l’usage du « dauphin » danois.43 Déjà connu comme précepteur du fils du comte de Gram, favori de Frédéric V, La Beaumelle guigne désormais la place plus brillante de précepteur du prince royal. L’éditeur, homme de lettres plutôt que savant, cherche un auguste patron, et trouve un moyen de parvenir. L’amusant est que son projet de collection ne craint pas de faire voisiner les auteurs latins avec Montesquieu et... les romans libertins de Crébillon. Quelque trente ans plus tard, c’est l’imprimeur François-Ambroise Didot qui sollicite le patronage royal pour une série de classiques français et latins qu’il fait imprimer entre 1783 et 1794, à commencer par un emblématique Télémaque. Adornés d’un brevet du roi et destinés à un public limité (chaque volume est tiré à 200, puis 250 exemplaires pour les in-4°), les ouvrages reçoivent permission de porter au frontispice : « Imprimé par ordre du Roi pour l’éducation de Monseigneur le Dauphin ».44 On n’est pas seulement passé du latin au français. Les libraires-imprimeurs dictent le jeu, reléguant au second plan ce qu’en d’autres temps on appelait les « commentateurs dauphins », et le pouvoir royal, qui peut conférer une autorisation, non susciter une initiative, a désormais perdu la partie. Certes, l’entreprise est prestigieuse, et tout l’art de Didot sera au service de ces publications aux formats divers, aux impressions soignées. Mais il n’en restera pas même le souvenir sulfureux d’une collection pervertie. Concurrencée par bien d’autres éditions d’auteurs français, surpassée par les grandes collections latines du xixe siècle, les Panckoucke ou les Lemaire, « l’éducation de Monseigneur le Dauphin» disparaîtra sans bruit. Ad usum Delphini aura au moins laissé trace de son nom dans certains dictionnaires et dans la mémoire de quelques érudits.

21Tels sont donc les reflets que renvoie la librairie et qui nous offrent une autre image de la collection, moins figée : inégale, décevante, mais constituant une sorte de modèle, valant moins par telle ou telle réalisation que comme un ensemble ou comme une idée. C’est à ce titre que Valpy s’en inspire, c’est d’après ses principes que travaille Rodeille ; elle est à l’origine de la collection des classiques Didot, et de combien d’autres après elle. Et c’est par ses ambitions, démesurées, par ce projet d’ensemble, dont l’échec est incontestable, que méritait de survivre la première collection de textes classiques subventionnée par l’État, ou plutôt, là est sans doute toute la différence, par le Prince.

  • 45 Jésuite qui lui-même donnera matière à une légende noire, à un « mythe jésuite » dont les effets n (...)

22Il n’en reste pas moins qu’un point nous reste opaque, celui qui se trouve à l’origine de nos recherches. Comment un projet sous-tendu par le désir de fournir l’éventail le plus large possible de la latinité, de restituer les œuvres dans leur intégralité, en ne leur soustrayant qu’en apparence les passages choquant les bienséances, a-t-il pu devenir emblématique d’une histoire « officielle, menteuse », comme le voulait le jésuite de Balzac ? S’il est bien vrai qu’il s’agit de l’histoire « que l’on enseigne », en quoi serait-elle opposée à l’histoire « secrète » et véritable ? Nous avons constaté, il est vrai, la part prépondérante de l’histoire dans le projet éditorial et pédagogique ; la collection aurait donc été réduite à son axe principal – mais sans qu’on garde souvenir de l’honnêteté intellectuelle qui y avait présidé. Aussi faut-il sans doute chercher au-delà de la collection elle-même. Les ouvrages dédiés au fils du souverain que le xviiie siècle tient pour responsable de la montée de l’absolutisme en France, et parfois de l’asservissement de la pensée au culte royal, pouvaient-ils obtenir grâce devant la génération de d’Alembert ou Diderot ? Et au-delà, était-il besoin d’ouvrir des ouvrages que le progrès des temps avait rendus inutiles, pour savoir qu’ils ne pouvaient que refléter les rayons du soleil ? Tout comme le château de Versailles, pour lequel Montesquieu ou Saint-Simon n’ont que mépris, la collection Ad usum Delphini aurait fait partie des grands travaux du règne, dispendieux et vaniteux, voués à la célébration d’une gloire de mauvais aloi. Ainsi Louis XIV (que nous avons si peu rencontré en ces pages) pourrait bien avoir été à l’origine d’une réputation dont se fait l’écho le jésuite de Balzac.45 Issue du temps où l’histoire est aux mains des historiographes et s’affirme comme telle, la collection Ad usum Delphini pouvait-elle ne pas être marquée du sceau devenu infamant de l’écriture officielle ?

23Au fil d’une histoire où il est de tradition d’affirmer que l’on a enfin inventé la méthode et restitué la vérité, où chaque génération se hisse sur le cadavre de la précédente, l’œuvre de Montausier et de Huet ne pouvait guère trouver de défenseurs. Venus trop tard, pour un dauphin trop âgé et trop peu studieux, pour un public peu intéressé, les volumes de la collection AuD devaient être les victimes désignées des âges suivants, qui n’avaient pas besoin de les ouvrir pour savoir ce qu’ils contenaient. Notre démarche, à l’inverse, aura été de les (ré)ouvrir. Cela a permis de redécouvrir la vitalité féconde d’un projet, même si les résultats n’ont pas toujours répondu aux espérances. La collection Ad usum Delphini est un monument fragile, un « lieu de mémoire » d’une période où le Prince, voire la France, se vivait encore en latin.

Notes

1 Nous en donnons ci-dessous une liste sommaire : voir la liste bibliographique des éditions AuD en annexe.

2 Voir, dans notre chapitre III, « Les critères de recrutement ».

3 Et pour lesquels certains libraires renâclaient : Correspondance, nos 67 et 69.

4 À noter que la bibliothèque de Bossuet n’aurait compté que quarante-huit ouvrages dauphins, et que parmi les quelque soixante-dix titres ayant appartenu à la bibliothèque du Dauphin et actuellement conservés à la BNF on n’en relève aucun.

5 Voir L. Febvre et H.-J. Martin, L'Apparition du livre, Paris, 1971, p. 309-331.

6 Nous avons relevé deux achevés d’imprimer différents, l’un du 20 septembre 1674 (Bibliothèque municipale de Lyon, 166 851 et 108 760), l’autre du 13 mai 1675 (Bibliothèque municipale de Grenoble, F 6045).

7 C’est ce qui ressort de la correspondance de Bayle (nos 117 et 126), aimablement communiquée par A. McKenna.

8 L’usage, répandu en Angleterre, en était relativement nouveau en France, puisqu’il avait été inauguré par l'Antiquité expliquée et représentée en figures, de dom Montfaucon (1719), dont les dix volumes in-folio représentaient un lourd investissement.

9 Nous remercions Régine Jomand-Baudry de nous avoir donné ce renseignement.

10 Nous reproduisons dans l’annexe l’estimation bibliophilique de la collection vers 1777, selon le libraire lyonnais Los Rios.

11 La BNF ne possède qu’un exemplaire de l’édition originale (Rés. Z 1595), les deux autres cotes (Rés. Z 1596 et Rés. R 434) correspondant à des contre-façons. Dans les quelques bibliothèques où nous l’avons cherché (bibliothèque municipale de Lyon, bibliothèque municipale de Grenoble, bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand, bibliothèque Sainte-Geneviève), nous ne l’avons pas trouvé. Il semble même avoir été si rare que le Journal de Trévoux (novembre 1721, p. 2015-2041) le donne comme n’ayant « jamais paru » – d’où une altercation avec l’abbé d’Olivet, qui avait traduit les œuvres philosophiques de Cicéron sans montrer grande révérence pour le jésuite L’Honoré (défendu par le Journal de Trévoux) : voir d’Olivet, Correspondance littéraire, 14 février 1722, n° 21, p. 76-77. À noter que dans la bibliothèque du comte d’Onsembray, à qui avait été transmise par vente puis héritage celle de Montausier, on ne trouve pas non plus la collection complète : manquent les Philosophica ainsi qu’Ausone (ce qui est plus explicable). Voir l’annexe III.

12 Correspondance littéraire, 15 juin 1720, n° p. 57.

13 D’après Françoise Bléchet, Les Ventes publiques de livres en France, 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford, Voltaire Foundation, 1991. Les ouvrages étaient apparus beaucoup plus tôt dans le catalogue du libraire Reiner Leers à Rotterdam (voir par exemple le catalogue de 1692, aimablement communiqué par O. Lankhorst) : la série n’est pas complète (manquent notamment les Philosophica de Cicéron, les Panegyrici veteres, Darès et Dictys, Aulu-Gelle...), et l’on y ajoute un Dictionnaire nouveau françois-latin, plus ample & plus exact que ceux qui ont paru jusquà présent, par le Père Tachard (1689).

14 Méthode pour étudier l'histoire, avec un catalogue des principaux historiens et des remarques sur la bonté de leurs ouvrages, Paris, 1713 ; nous citons d’après la « nouvelle édition », Paris, 1735.

15 Il n’est pas très utile de se reporter à des ouvrages comme la Bibliographie instructive de Debure (1763), car celle-ci s’adresse aux collectionneurs, et ne fait guère cas de la valeur philologique ou plus généralement scientifique ou pédagogique des ouvrages (voir J. Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », Histoire de l'édition française, p. 459-462).

16 José Kany-Turpin en relève les insuffisances philosophiques graves : Dufay n’a pas lu Gassendi et commet des bévues énormes sur l’interprétation de certains passages.

17 Correspondance littéraire, 3 mars 1739, n° 146, p. 297.

18 Ibid.

19 J. D. Reynolds et N. G. Wilson, D'Homère à Erasme. La transmission des classiques grecs et latins, édition citée, p. 125.

20 Ce que le commentateur, Pierre Cally, explique par le fait qu’il a corrigé à Caen les épreuves imprimées à Paris, ainsi que le fait remarquer J.-L. Charlet. Le Virgile, encore plus gravement malmené puisque les cartons y sont nécessaires, comporte apparemment moins d'errata ; le Phèdre en comporte seulement neuf (outre les problèmes posés par les majuscules).

21 Ainsi que l’observe M. Festy pour Aurelius Victor, à propos duquel il montre qu’Anne Le Fèvre s’est servie d’une édition anonyme de 1670 (Leyde et Amsterdam).

22 Explanatio rhetoricoe, accomodata candidatis rhetoricoe, cui adjicitur analysis rhetorica omnium orationum M. T. Ciceronis, editio nova, Coloniae Agrippinae, impensis viduae J. Widenfelt, 1670 (la première édition serait de 1661).

23 Dans l’« Avant-propos » des actes du colloque Homère en France après la Querelle, Paris, Champion, 1999.

24 L’expression est par exemple employée à propos d’Homère.

25 Giuseppina Magnaldi et Francesco Gianotti remarquent que rien, dans le commentaire d’Apulée, ne rend compte de la richesse littéraire de cet auteur.

26 Si l’on ne tient pas compte de l’édition Valpy, dont nous parlons plus loin.

27 P. Ducourtieux, Les Barbou imprimeurs, Lyon-Limoges-Paris (1524-1820), Limoges, Veuve H. Ducourtieux, 1894-1898, p. 295.

28 C. Jourdain, Histoire de l'Université de Paris, édition citée, p. 176-177, pièce justificative n° 168 (privilège du 8 août 1720, registrée le 20 août), citée par R. Chartier et H.-J. Martin, Histoire de l’édition française, t. II (Le Livre triomphant), 1990 (1re éd., 1984), p. 641.

29 Comme le fera aussi La Beaumelle quand, en 1751, il proposera de lancer une édition de classiques français – ce qui devait renforcer sa candidature à la fonction de précepteur du prince royal de Danemark (Claude Lauriol, La Beaumelle. Un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, Droz, 1978, p. 247-248) ; nous remercions Suzanne Cornand de nous l’avoir signalé ; voir ci-après.

30 Correspondance littéraire, 15 juin 1720, n° 13, p. 57.

31 C. Jourdain, ouvrage cité, pièce justificative n° 169 (arrêt du 13 septembre 1721, registré le 29 octobre), p. 177.

32 Voir ci-dessous l'annexe II.

33 Annales encyclopédiques rédigées par A. L. Millin, 1818, t. V, p. 132-133, article « Angleterre » (référence obligeamment fournie par P. Burger).

34 « Boethii de consolatione philosophiœ libri quinque, ex editione Vulpiana, cum notis et interpretatione in usum Delphini, variis lectionibus, notis variorum, recensu editionum et codicum et indice locupletissimo, accurate recensiti. »

35 P. A. De Proost remarque par exemple que, pour Aulu-Gelle, le dauphin J. Proust n’a vraisemblablement consulté aucun manuscrit.

36 Annales encyclopédiques, art. cité.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 La même source fournit les prix : « I £ 16 sh. pour les souscripteurs, 2 £ 2 sh. pour les autres acquéreurs. »

40 Horace manquait encore à la collection (publication : 1691). L’Horace de Rodeille paraît à Toulouse, apud Guil. Ludovicum Colomerium et Ieronymum Posuel. Voir ci-dessus l’analyse de Bernard Colombat (chap. VI).

41 Voir sa Correspondance littéraire..., lettre 120 du 28 juillet 1737, p. 252.

42 Ibid., lettre 157 du 12 mai 1741, p. 310.

43 Claude Lauriol, La Beaumelle..., ouvr. cité, p. 247-249.

44 André Jammes, Les Didot. Trois siècles de typographie et de bibliophilie, 1698-1998 (catalogue d’exposition), Paris et Lyon, 1998, p. 10.

45 Jésuite qui lui-même donnera matière à une légende noire, à un « mythe jésuite » dont les effets ne sont pas encore épuisés, tant il montre clairement que l’histoire secrètement ourdie et jamais écrite par les hommes en robe est seule digne d’être connue...

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search