Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Seconde partie. Les dauphins au travail

Chapitre neuf. Les dictionnaires de Pierre Danet

Martine Furno

Texte intégral

BIOGRAPHIE DE PIERRE DANET

  • 1 Les notices les plus développées que j’ai pu consulter sont celles du Dictionnaire biographique de (...)

1On sait peu de chose de l’homme Danet, et des aventures de sa vie. Les notices des dictionnaires biographiques, qui se répètent beaucoup les unes les autres, réunissent toutes à peu près les mêmes renseignements, que l’on peut cependant compléter par d’autres sources.1

2Pierre Danet est né à Paris vers 1650 : je n’ai rien trouvé de plus précis que cette approximation. Ses années de formation nous sont obscures : il n’apparaît à la lumière que dans les années 1670, quand s’ébauchent les principes de la collection Ad usum Delphini. On ne sait pas comment ce jeune enseignant, affecté au collège des Grassins jusqu’en 1672, est alors recruté pour participer à l’entreprise, s’il connaissait Huet ou plus probablement Montausier, ou si quelqu’un le recommande à ce dernier.

  • 2 Voir la biographie dans le Dictionnaire de biographie française de d’Amat.
  • 3 Il est assez curieux, si la résignation a été faite en 1674 (renseignement fourni par la notice à p (...)

3Toujours est-il qu’il est beaucoup sollicité dans ces débuts, puisqu’il donne à la fois son premier dictionnaire et l’édition de Phèdre, grande activité qui, selon certains biographes, paraît incompatible avec l’autre statut que traditionnellement on lui attribue, celui de desservir une ou deux paroisses parisiennes, Sainte-Croix-en-la-Cité puis Saint-Martin au Cloître Saint-Marcel. Le revenu de l’abbaye Saint-Nicolas de Verdun où, selon certains, il ne s’est jamais rendu, est toujours présenté comme une récompense qui lui a été accordée pour ses travaux, ou « pour assurer à ses vieux jours une honnête aisance ».2 La date à laquelle il reçoit ce revenu peut laisser perplexe sur ces interprétations : la résignation lui en est faite avant 1680, peut-être en 1674, donc loin de ses « vieux jours » (ou alors on est vraiment très prévoyant avec lui) et alors que ses travaux publiés se résument au dictionnaire latin-français de 1673, et peut-être à l’édition de Phèdre et des Radices.3 Cette date précoce laisse plutôt penser que ce bénéfice, résigné à son profit par Guillaume Le Roy, abbé de Haute-Fontaine, lui a été procuré dans le cercle janséniste (sur une suggestion de Montausier, vraisemblablement), pour lui permettre à la fois de vivre et de se consacrer à ses savants travaux, qu’il poursuivra pendant plus de vingt ans.

  • 4 Voir L. Thévenin, « Un libraire de Port-Royal : André Pralard », Bulletin du bibliophile, 1961, p.  (...)
  • 5 Voir aussi plus haut, chap. III, notes 27 et 49.

4Car une chose au moins est certaine : ce sont ses liens avec Port-Royal, même s’il n’est pas vraiment répertorié comme un « auteur de Port-Royal » dans le domaine des travaux sur la langue. Ces liens expliquent peut-être son entrée dans l’équipe Ad usum Delphini, plus vraisemblablement par Montausier que par Huet ; ils expliquent peut-être que la correspondance de Huet soit totalement muette sur l’œuvre lexicographique de Danet, et peu élogieuse par ailleurs sur ses capacités de procurateur de textes. Ils sont corroborés enfin par le fait que Danet, pour l’impression de ses premiers dictionnaires, cède son privilège au libraire Pralard : celui-ci a été embastillé jusqu’en 1668 pour trafic de pièces jansénistes, ce qui dit où allaient ses sympathies.4 Même si apparemment le torchon brûle ensuite entre Pralard et Danet, qui confie ses derniers dictionnaires à un libraire scolaire reconnu, il n’est sans doute pas fortuit que les premiers travaux lexicographiques du jeune homme aient été remis, précisément, à un homme lié à Port-Royal.5

5La seule autre mention d’un élément « pittoresque » que nous ayons concernant Danet est aussi la dernière, puisqu’il s’agit des circonstances de sa mort : toutes les biographies s’accordent avec plus ou moins de détails sur le fait qu’il a péri dans un accident de voiture, entre Lyon et Paris, en 1709.

BIBLIOGRAPHIE

6Toute l’activité intellectuelle de Danet semble s’être circonscrite dans le cadre de la collection Ad usum Delphini, pour laquelle il donne l’édition de Phèdre et six éditions d’ouvrages lexico-graphiques.

71673, Paris, chez André Pralard : Dictionarium novum latinum et gallicum in quo utriusque linguae ratio continetur, et ad authorum intelligentiam uia facilis aperitur, ad usum serenissimiprincipis Delphini.

81675, Paris, chez Frédéric Léonard : édition des Fables de Phèdre.

91677, Paris, chez André Pralard : Radices seu dictionarium linguæ latinæ in quo singulœ uoces suis radicibus subiiciuntur, jussu christianissimi regis in usum serenissimi Delphini.

101680, Paris, chez André Pralard : Dictionarium novum latinum et gallicum in quo utriusque linguae ratio continetur et ad scriptorum intelligentiam via facilis aperitur. Auctore magistro Petro Danetio Academico, Abbate Sancti Nicolai Virdunensis. Ad Usum Serenissimi principis Delphini, jussu christianissimi regis. Editio altera, emendatior, auctior. Parisiis, apud Andream Pralard, Bibliopolam.

111683, Paris, chez Thiboust et Esclassan : Nouveau dictionnaire françois et latin, enrichi des meilleuresfaçons de parler en l’une et en l'autre langue, composé par l’ordre du roi pour Monseigneur le Dauphin par Monsieur l’abbé Danet.

121691, Paris, chez Thiboust et Esclassan : Magnum dictionarium latinum et Gallicum ad pleniorem planioremque scriptorum latinorum intelligentiam ; collegit, digessit ac nostro vernaculo reddidit cum notis M. Petrus Danetius, academicus, abbas Sancti Nicolat Virdunensis, jussu christianissimi regis in usum serenissimi Delphini et serenissimorum principum.

131698, Paris, chez Thiboust et Esclassan : Dictionnarius antiquitatum romanarum et grœcarum. Composuit M. Petrus Danetius, academicus, abbas Sancti Nicolai Virdunensis, jussu christianissimi regis in usum serenissimi Delphini et serenissimorum principum.

TECHNIQUES ET PRINCIPES LEXICOGRAPHIQUES

  • 6 C’est encore le classement de la première édition du Dictionnaire de l’Académie en 1694. L’ordre al (...)
  • 7 Par exemple, missile ou missio se trouvent sous mitto, mais admitto a une entrée propre. C’est ce q (...)

14Au xviie siècle, l’ordre alphabétique intégral des lemmes n’est pas encore une donnée acquise dans un ouvrage lexicographique. On a certes perfectionné le système médiéval de classement par la seule première lettre, ou première syllabe, mais la conception rationaliste de la langue empêche qu’on ait abandonné le classement par ordre alphabétique des primitifs. L’ordre alphabétique intégral est en effet, du point de vue conceptuel, un échec : il est justement le classement qui renonce à classer autrement que sur un critère formel et arbitraire. Les lexicographes ont mis du temps à se résigner à cette impuissance : perdure encore, tout au long du siècle, dans certains dictionnaires latin-français autant que français, un classement mixte, par ordre alphabétique des racines, ou primitifs.6 Certes, cet ordre dit des primitifs est lui-même un compromis, dans la mesure où ne sont classés sous un même étymon que ses composés par dérivation ou suffixation, les composés par préfixation étant à leur place alphabétique7 ; mais c’est lui que Danet emploie dans le dictionnaire latin-français de 1673. Les Radices lui donneront l’occasion de revenir à l’idéal lexicographique le plus pédagogique, c’est-à-dire l’ordre alphabétique intégral des racines pures, et Danet assigne par là sa place à ce petit ouvrage : ce classement désigne clairement les Radices comme un ouvrage d’apprentissage du lexique, c’est-à-dire de mémorisation, et non comme un livre de consultation, même si l’index alphabétique des mots à la fin de l’ouvrage permet de contourner le manque de pratique de l’objet.

15Mais ces procédés sont définitivement abandonnés à partir de la refonte en 1680 du dictionnaire latin-français : outre le courant moderne qui se dessine peu à peu en faveur de l’ordre alphabétique le plus pratique, Danet a peut-être été conduit à cet abandon par le grossissement de l’ouvrage, et la taille de ceux qui le suivront. De plus, dans le dictionnaire français-latin de 1683, le changement de langue d’entrée n’aidait pas à revenir en arrière : si Danet avait à sa disposition toute une tradition étymologique pour l’aider à composer un dictionnaire des racines en latin, cette tradition est moins éprouvée pour le français, et aurait demandé à l’auteur un travail de fond sur la langue française plus grand qu’il n’aurait peut-être pu le faire dans des délais limités, et qu’il ne visait sans doute pas. L’ordre alphabétique intégral est donc gardé ensuite dans le dictionnaire latin-français de 1691 et, plus curieusement, dans le Dictionnaire des Antiquités. Dans ce dernier recueil où il s’agit de choses plus que de mots, Danet reste cependant fidèle à ces derniers, car l’ordre alphabétique semble, ici, une facilité qui évite d’avoir à composer une architecture encyclopédique par domaines épistémologiques, et qui laisse le lexicographe sur un terrain qu’il connaît. Ce dernier dictionnaire n’est certes pas un dictionnaire de langue, puisqu’il ne propose pas de traductions, mais à le lire de près, on y sent comme le péché mignon du lexicographe, qui reprend là, à travers une structure familière, toutes les notes érudites qu’il n’a pu glisser dans ses autres ouvrages.

  • 8 Voir la liste donnée en annexe, p. 272.

16La préface du premier dictionnaire, le latin-français de 1673, se consacre en grande partie à la définition d’un « siècle d’or » de la langue latine, définition qui entraîne comme corollaire des réflexions sur la pureté et l’usage de cette langue. Ces réflexions enfin seront complétées dans les textes préliminaires du dictionnaire latin-français de 1691 par une liste critique des auteurs latins cités dans l’ouvrage, liste intéressante pour juger de la cohérence du propos à dix-huit ans de distance, et de son adéquation à la collection déjà publiée.8

17L’histoire de la langue latine est présentée selon la métaphore reprise à Vossius des âges de la vie : jeunesse et enfance, âge viril ou « perfection de la langue », qui se matérialise en une liste d’auteurs essentiellement impériaux, si on exclut César, Cicéron et Salluste, et âge des deux vieillesses, la « vieillesse forte et vigoureuse » et « celle qui n’a plus rien que de faible et languissant ». Danet, après avoir admis l’objection possible que « si l’on consulte la raison on ne voit pas tout à fait bien pourquoi l’on doit juger la langue latine plus pure en un certain temps qu’en un autre », la défait par l’argument du grand nombre : le siècle où une langue est la plus pure est celui qui est reconnu comme tel par tous et, pour le latin, c’est le siècle d’Auguste, puisque les auteurs qui suivent cette période le disent eux-mêmes, Sénèque à l’appui.

18On voit bien comment l’histoire littéraire va par-là rejoindre l’histoire contemporaine et l’éloge : le parallèle est si fréquent entre siècle d’Auguste et siècle de Louis XIV qu’il est même inutile pour Danet de l’expliciter ici (il le fera dans l’épître au Dauphin de l’édition de Phèdre). De plus, les traits qui prouvent la supériorité de la langue d’Auguste sur les autres périodes du latin définissent une « beauté naturelle » de cette langue bien proche d’un idéal classique contemporain de Danet : propriété du langage, clarté syntaxique et simplicité stylistique (sans tomber toutefois dans la pauvreté ornementale), noblesse du propos.

  • 9 Voir la préface du dictionnaire latin-français de 1673 et 1680.
  • 10 Voir la liste donnée en annexe, p. 272.

19On peut avoir une idée encore plus précise de ces « bons auteurs » en consultant la liste citée comme corpus utilisé dans le dictionnaire latin-français de 1691, et commentée par Danet lui-même. Le lexicographe se tient d’abord aux limites chronologiques qu’il a fixées dans son premier ouvrage : hormis Plaute et Térence, qui relèvent de « l’enfance de la langue latine », mais sont « les plus excellents de cet âge-là9 » la liste ne contient aucun auteur qui dépasse le iie siècle après J.-C. De plus, les commentaires de Danet sur ces auteurs montrent bien ce qui fait leur valeur pour le lexicographe, quand ils ne sont pas, comme Cicéron, « l’oracle de la langue latine » : ceux qui affectent quelque défaut de style (archaïsme notamment comme Caton, Aulu-Gelle, Varron), ou qui sont d’une grande technicité (Hygin, Vitruve) sont cependant indispensables, parce qu’ils fournissent justement « des mots qu’on ne trouve pas ailleurs ».10 Tous les autres, bien qu’il s’agisse ici d’un dictionnaire du latin vers le français, sont proposés comme autant de modèles pour l’écriture, grâce à leur latin « pur » ou « élégant ». Le seul défaut de certains d’entre eux, quand il n’est pas stylistique, est moral : licence, débauche, atteintes à la pudeur, tout cela n’est pas à mettre entre toutes les mains.

  • 11 On s’étonnera moins de l’absence de Martianus Capella.

20Le corpus de Danet, on le voit, est assez cohérent avec l’ensemble de la collection Ad usum Delphini, telle qu’elle apparaît en 1691 : même période chronologique, plus ouverte que ce que nous appellerions « latin classique » aujourd’hui ; même recherche de l’utilité technitechnique ; même rejet de ce qui choque l’honnête. Certains auteurs publiés Ad usum Delphini ne sont pas, certes, chez Danet : absence peut-être explicable pour certains par leur date tardive, comme Claudien ou Prudence, mais plus curieuse pour d’autres, comme Apulée ou Suétone.11 De même, certains auteurs du corpus de Danet n’ont pas été publiés dans la collection Ad usum Delphini (Celse, Frontin, Gratius, Hygin, Silius Italicus, Valerius Flaccus), mais on sait que le projet initial était plus complet que ce qui a été effectivement réalisé : à l’arrivée, malgré ces écarts, le lexicographe est, dans son œuvre, en accord global avec la collection qui l’abrite.

21Fournir des dictionnaires bilingues, et dans deux sortes d’entrées, ne veut pas forcément dire traiter à parité les deux langues concernées. C’est ce qui arrive pour les ouvrages de Danet, même si au fil des ans et probablement de l’expérience, le déséquilibre est moins marqué entre un latin, langue principale, et un français, langue secondaire.

  • 12 Voir Martine Furno, « Les dictionnaires de Pierre Danet pour la collection Ad usum Delphini », Les (...)
  • 13 « Épître au Dauphin », dictionnaire latin-français, 1673.

22Les trois premiers ouvrages (dictionnaire latin-français de 1673-1680, Radices et dictionnaire français-latin de 1683) montrent en effet que, quel que soit le sens du bilinguisme, la cible principale du lexique est le latin. Comme je l’ai déjà signalé12, le premier dictionnaire de version, même dans son édition refondue de 1680, est un dictionnaire pour la lecture des auteurs latins : la glose française est là pour faciliter la compréhension ou la mémorisation du mot latin, et le lexique tout entier ne vise qu’à « beaucoup soulager » la peine de l’écolier (illustre ou pas, le prince lui-même n’étant pas « dispens[é] [...] de la nécessité de passer par certains exercices »13) qui commence à apprendre le latin – dictionnaire qui, comme le dit le titre, ad authorum intelligentiam via facilis aperitur.

  • 14 Tout un travail d’investigation reste à faire à ce sujet, mais mes premiers sondages sur des citati (...)
  • 15 Robert Estienne donne d’abord un Thesaurus linguœ latinœ, monolingue, latin, en 1531, qui sert de b (...)

23Le dictionnaire français-latin de 1683, en inversant les langues d’entrée et de sortie, amorce dans l’œuvre de Danet une attention plus grande à la langue française, mais reste, évidemment, un outil qui vise au latin, et à un stade de compétence supplémentaire, c’est-à-dire l’écriture en latin après la lecture de cette langue. Pour cela, les exemples français qui illustrent les lemmes et servent de point de départ à une citation latine correspondante ne sont pas tirés d’œuvres en français, mais sont des traductions préalables de ces exemples.14 La langue d’entrée n’est donc le français que par un effet d’optique : tout ce qui occupe le dictionnaire est latin, traduit en français puis redonné en latin. Cette méthode, qui peut nous paraître curieuse, tient sans doute à deux facteurs : le premier est celui d’une certaine tradition qui n’est pas encore rompue depuis le dictionnaire français-latin de Robert Estienne en 1539, où ces ouvrages sont souvent formés à partir du retournement d’un dictionnaire latin-français précédent.15 Le second facteur tient à la nature même de l’exercice de « thème » : il ne s’agit pas jusqu’aux xviie et xviiie siècles de traduire un texte de littérature française en latin, mais de rédiger plutôt ce que nous appellerions une composition latine sur un sujet donné. Ce dont l’écolier a besoin, alors, ce n’est pas d’expressions latines correspondant exactement à des expressions françaises, mais d’expressions latines qui aient la patine des textes antiques. En cela, il est plus utile de ranger par le biais du français, langue de « composition mentale » de l’écolier, des expressions latines authentiques qu’il retrouvera ainsi facilement, que de lui traduire en latin des textes français, exercice qu’on ne lui demande pas.

  • 16 Dans l’article « Ratio », l’exemple de Térence Frustra egomet mecum bas rationes puto est traduit p (...)

24La tendance du dictionnaire latin-français de 1691 enfin semble être à plus d’équilibre entre les deux langues. Par rapport au dictionnaire latin-français de 1673-1680, les exemples donnés en latin sont plus exacts et moins souvent présentés comme des séquences phraséologiques généralisées par l’infinitif ou l’indéfini, et cette plus grande matière latine implique forcément des traductions françaises plus développées que dans le précédent dictionnaire de version ; Danet va, parfois, jusqu’à distinguer le niveau de langue de ses exemples en français.16 Le dictionnaire latin-français de 1691, vingt ans ou presque après les premières expériences de l’auteur, est devenu un réel dictionnaire pour la traduction, la version étant un exercice qui se répand, et non plus seulement une aide à la lecture des auteurs.

LES RAPPORTS DES DICTIONNAIRES AVEC LA COLLECTION

  • 17 Voir « Les dictionnaires de Pierre Danet... », art. cité, p. 123-126.

25Une première étude des ouvrages de Danet a déjà montré que ceux-ci s’inscrivaient tout à fait dans l’esprit de la collection Ad usum Delphini17 : accompagnement du prince, écolier puis honnête homme, et ouverture sur le monde, qui profite ainsi des procédés pédagogiques expérimentés sur le glorieux élève, ou d’un outil d’écriture en latin destiné, en un premier temps, à la chancellerie du prince. Mais il est plus difficile de savoir exactement quelle était la place assignée à l’œuvre de Danet dans l’ensemble de la collection.

26Lorsqu’on essaie de glaner quelques éléments à ce sujet, apparaissent en filigrane les rapports entre les trois grands acteurs de l’œuvre : Danet, Huet et Montausier. On a vu déjà que les sympathies jansénistes de Danet laissent penser qu’il a rejoint l’équipe Ad usum Delphini plutôt par Montausier que par Huet, davantage lié aux jésuites ; mais d’autres détails font croire que, peut-être, les relations de Danet et Huet n’étaient pas des plus chaleureuses.

  • 18 Voir la préface du dictionnaire latin-français de 1673-1680.
  • 19 Radices, 1677, préface.
  • 20 Préface du dictionnaire français-latin de 1683.
  • 21 Préface du dictionnaire latin-français de 1691 et « Épître au Dauphin » du Dictionnaire des antiqui (...)

27Il est clair en effet que, pour Huet, la collection est faite de la publication des auteurs : eux seuls l’intéressent, et la correspondance que lui adresse Montausier atteste qu’il s’occupe d’eux avant tout. Les dictionnaires, qui n’y sont jamais mentionnés, semblent ainsi n’être qu’en marge de la collection. Désintérêt dont on peut s’étonner, quand on sait qu’une des idées qui tient le plus à cœur à Huet est justement d’ordre lexicographique, puisqu’il s’agit des indices placés à la fin de chaque volume. Si le projet avait été mené à bien, ces indices, réunis en un seul, auraient représenté alors un « Trésor de la langue latine », entièrement classée et répertoriée, qui aurait été en quelque sorte le dictionnaire de thème absolu, en même temps que le réservoir de tous les mots ou locutions où puiser sûrement pour écrire. On peut se demander alors si, plutôt que du désintérêt, l’attitude de Huet devant l’œuvre de Danet ne relève pas de la jalousie ou de la rivalité intellectuelle. De plus, même si Danet mentionne par deux fois Huet dans ses préfaces, il s’applique surtout à rendre hommage à Montausier, certes « supérieur hiérarchique » du précédent, mais clairement présenté comme le commanditaire des dictionnaires. C’est Montausier qui « découvrit tous les défauts qui se rencontrent dans les dictionnaires ordinaires, et prit le dessein d’y remédier »18 ; c’est encore Montausier qui commande les Radices, jugeant qu’un recueil de racines manque au latin et « qu’il devait cet enrichissement à une langue que tant de peuples parlent »19 ; c’est toujours Montausier qui « a jugé qu’outre le dictionnaire latin et français qu’il a fait dresser il y a quelques années pour faciliter l’intelligence de la langue latine, il devait faire travailler à un autre qui eût pour but d’en faciliter l’usage »20 ; enfin c’est encore Montausier mort qui veille sur le dictionnaire latin-français de 1691, « exécution d’un dessein qui fut conçu il y a plus de vingt ans », et sur le Dictionnaire des antiquités de 1698, qui « achève [...] la carrière qui [...] avait été marquée par Monsieur le duc de Montausier ».21 Huet, lui, n’apparaît que dans la préface du dictionnaire latin-français de 1673, où il est loué et remercié en même temps que Bossuet pour l’aide qu’il a fournie au jeune savant – lequel jeune savant, d’ailleurs, sans doute pour ne pas empiéter sur le domaine réservé du sous-précepteur, avoue retrancher, dans cette préface, un paragraphe sur l’histoire des dictionnaires, digression qui serait trop longue et pour laquelle, de toutes les façons, on attend un ouvrage de... Huet. Celui-ci ne sera plus nommé que dans la préface du dictionnaire latin-français de 1691 : une fois Montausier mort et, de fait, la collection terminée, Danet se permet, dix-huit ans après, de rédiger la note d’histoire lexicographique dont il s’était privé dans sa première préface :

  • 22 Préface du dictionnaire latin-français de 1691.

J’avais omis cette matière dans la préface de mon premier dictionnaire, et j’avais attendu de Monsieur l’abbé Huet nommé à l’évêché d’Avranches une savante dissertation sur ce sujet, comme il avait eu la bonté de me le faire espérer ; mais plusieurs ouvrages qu’il a faits sur la religion ne lui en ont pas laissé le loisir et ont privé le public de cet avantage.22

  • 23 À noter la divergence de leurs jugements respectifs sur Pétrone, qui illustre peut-être une diverge (...)

28« Monsieur l’abbé Huet nommé à l’évêché d’Avranches » : la formule, qui ne fait aucune mention du rôle de Huet dans l’œuvre Ad usum Delphini, ressemble fort à une revanche. Huet directeur de collection ignorait Danet lexicographe ; Danet lexicographe, une fois libre de parole, ignore Huet directeur de collection.23

LA FORTUNE DES DICTIONNAIRES DE DANET

29Estampillés Ad usum Delphini mais un peu en marge de la collection, les dictionnaires de Danet continueront d’avoir une vie parallèle aux éditions d’auteurs. Ils ne connaîtront par exemple ni l’engouement bibliophilique dont ces éditions ont été l’objet (mais, à part quelques esprits bizarres, qui collectionne les outils comme grammaires et dictionnaires ?), ni le dédain scientifique qui s’est attaché à la collection.

  • 24 Selon le témoignage de Dumarsais en 1722 dans son Exposition d’une méthode raisonnée pour apprendre (...)
  • 25 Ces éditions, fruit d’une recherche qui n’a rien d’exhaustif mais s’est limitée au dépouillement ar (...)
  • 26 Autre édition identifiée : 1701, Amsterdam, Roger Stéphane ; Bibliothèque municipale, Lyon, A 49219 (...)

30Certes, les premiers ouvrages de Danet auront une piètre fortune : le dictionnaire de 1673-1680 sera phagocyté en quelque sorte par l’ouvrage beaucoup plus achevé de 1691, qui sera seul réédité, et les Radices sont un échec.24 Mais les autres ouvrages de Danet seront beaucoup réédités, et parfois remaniés, revus et augmentés après la mort de leur auteur. Sans avoir pu faire de recherche systématique, nous avons identifié sept rééditions du dictionnaire français-latin de 1683 entre 1687 et 1754, et six du dictionnaire latin-français de 1691 entre 1693 et 1728.25 Le Dictionnaire des antiquités, un peu à part, semble avoir eu une diffusion moins grande et un succès d’estime plus faible.26

  • 27 Épître au Dauphin, Dictionnaire latin-françois de 1691.

31Ces multiples rééditions des deux grands dictionnaires de Danet, leur survie discrète, me semblent tout à fait à l’image de l’œuvre de Danet dans son ensemble. Savant lui-même discret et infatigable, capable de remettre sans cesse son ouvrage sur le métier, persévérant jusqu’à la refonte de ses premiers travaux de jeune homme après vingt ans de recherches, fidèle enfin à la « carrière » que lui a tracée Montausier, Danet a su créer des outils d’apprentissage efficaces et de qualité. Comme beaucoup de lexicographes, tâcherons du dépouillement des textes, il n’est pas un savant de premier ordre, brillant linguiste ou grammairien qui ferait avancer la connaissance de la langue d’un pas décisif, mais il est de ceux qui ont permis sa survie, maillon dans la transmission des textes depuis l’Antiquité, en fournissant ces outils solides qui « ont leur utilité dans tous les temps de la vie pour ceux qui aiment les Lettres ».27

Annexes

Annexe I. PIERRE DANET DICTIONNAIRE LATIN-FRANÇAIS

Paris, Thiboust et Esclassan, 1700 (première édition 1691)

LISTE DES AUTEURS LATINS CITÉS

On pourra apprendre par cette liste ce que veulent dire les abréviations dont je me suis servi dans la plupart des citations latines qui sont dans ce dictionnaire ; on verra le temps auquel les auteurs ont vécu, les ouvrages qu’ils nous ont laissés et l'estime qu’en font les savants, pour ce qui est du latin.28

ASC. PED. [...] [Asconius Pedianus] Excellent commentateur des oraisons de Cicéron [...].

AUCT. RHET. AD HER. [Auteur de la Rhétorique à Herennius] Plusieurs croient que cet auteur [...] est Cicéron même ; d’autres les attribuent à un certain Cornificius [...].

CÆS. [César] Il ne nous reste de César que ses Commentaires sur la guerre des Gaules et la guerre civile, où l’on admire surtout la pureté de la langue latine [...].

CATO DE R. R. [Caton, De re rustica] a un style bien vieux et peu en usage ; mais il y a des choses qu’on ne trouve pas ailleurs.

CATUL. [Catulle] on estime Catulle pour la délicatesse de ses pensées et la pureté de son latin. Mais il y a beaucoup de choses qui choquent la pudeur.

CELS. [Celse] dont la lecture me fait croire qu’un savant homme a eu raison de dire que c’était un auteur très latin [...], il faut qu’il soit de beaucoup plus ancien que Quintilien, contre ce qu’écrit Raphaël de Volterre [...].

CIC. [Cicéron] Il ne faut que nommer Cicéron pour faire son éloge. Tout le monde sait que c’est l’oracle de la langue latine et le prince de l’éloquence [...].

COLUM. [...] [Columelle] a écrit très élégamment de l’Agriculture [...].

CORN. NEP. [...] [Cornelius Nepos] son style est fort estimé des savants et ils le croient digne du siècle où il vivait [...].

FLOR. [...] [Florus] a des expressions ingénieuses et élégantes...

FRONT. [...] [Frontin] Il était déjà estimé du temps de Néron et de Trajan.

GELL. [Aulu-Gelle] s’explique parfois assez bien, mais il affecte souvent de vieux mots.

GRAT. Gratius. [Gratien] Nous n’avons de ce poète qu’une partie de ce qu’il avait écrit de la chasse en vers [...].

HORAT. [Horace] [...] Son latin est excellent. Mais il a bien des hellénismes ou façons de parier grecques qu’il ne faut pas imiter en prose. Il faut lire cet auteur avec précaution, de peur que sa trop grande licence ne gâte nos mœurs.

HYGIN. [...] et un ouvrage de l’Astronomie poétique, où on trouve plusieurs mots qui touchent cette science que l’on ne trouvera pas ailleurs.

JUST. [Justin] Monsieur de La Mothe Le Vayer dit que la façon d’écrire de Justin est si excellente qu’on l’a jugée plus digne du siècle d’Auguste que de celui des Antonins [...].

JUVEN. [Juvénal], [...] Son latin est bon mais il exprime trop licencieusement les débauches contre lesquelles il écrit.

LUC. [Lucain].

LUCRET. [Lucrèce].

MARTIAL. [...] Sa trop grande liberté à dire les choses les plus infâmes fait beaucoup de mal.

OVID. [Ovide]. [...] Il serait à souhaiter qu’il eût été plus chaste.

PALLAD. [Palladius] [...] parle assez purement pour l’ordinaire [...]. Il a néanmoins certaines façons de parler qui se ressentent de la latinité de son siècle.

PERS. [Perse].

PETRON. [Pétrone] Le latin de Pétrone est fort bon mais sa lecture est fort dangereuse pour les mœurs [...].

PHÆD. [Phèdre]. [...] son style est très pur et très élégant.

PLAUT. [Plaute] [...] Son latin était si élégant. [...] Il faut néammoins se donner garde de certains mots trop vieux ou qu’il forge exprès pour faire rire, et beaucoup plus d’une infinité d’expressions très déshonnêtes [...].

PLIN. H. [Pline l’Ancien].

PLIN. J. [Pline le Jeune] [...] en estime [...] pour le latin, excepté certains termes qui ne sentent pas le siècle d’Auguste.

POMP. MELA [Pomponius Mela] [...] Les savants louent la netteté et l’élégance de son style.

PROPERT. [Properce] [...] on ne peut pas douter qu’il ne soit un bon auteur de la latinité. Mais dans ses Elégies il y a bien des choses contre la pureté des mœurs.

Q. CURT. [Quinte-Curce] [...] Personne ne doute de la beauté et de l’élégance de son latin.

QUINTIL. [Quintilien] […] Ce rhéteur qui parle très bien ne laisse pas de se plaindre en divers endroits de ce que la langue romaine avait perdu de son temps beaucoup de son ancienne pureté.

SALLUST. [Salluste] Quoique Salluste ait été blâmé d’avoir trop affecté certaines vieilles façons de parler, il ne laisse pas d’en avoir de très bonnes dont on peut profiter [...].

SEN. PH. [Sénèque le Philosophe] On ne doit pas imiter le style de ce philosophe, mais on peut se servir de beaucoup de mots qu’on ne trouve point ailleurs et qui ne peuvent être mauvais dans un siècle où la latinité n’était pas aussi gâtée que les mœurs [...]

SIL. ITAL. [Silius Italicus].

STAT. [Stace].

TACIT. [Tacite] Bien que Pline le Jeune loue fort souvent l’éloquence de Tacite il y a toutefois des personnes savantes qui n’ont pu approuver son style concis comme celui de Salluste. On ne laisse pas de trouver dans ses écrits des façons de parler et des mots dont on a besoin quelquefois pour s’exprimer en latin [...].

TERENT. [Térence].

TIBUL. [Tibulle].

T. LIV. [Tite-Live].

VAL. FLAC. [Valerius Flaccus].

VAL. MAX. [Valère Maxime] Quoique son style ne semble pas digne d’un si bon siècle on trouve quelquefois dans les Histoires mêlées des façons de parler qui ne sont pas à mépriser.

VARR. [Varron] [...] il y a beaucoup à profiter. Mais il ne faut pas l’imiter en tout car il a de vieux mots et des constructions un peu extraordinaires.

VELL. PATER. [Velleius Paterculus] [...] fort estimés pour la pureté du langage et la beauté des sentences et réflexions morales et politiques comme dit Monsieur Doujat.

VIRG. [Virgile].

VITRUV [Vitruve] [...] Mais pour ne m’arrêter qu’à sa manière d’écrire, Louis Vivès dont l’érudition et la suffisance est assez connue assure que dans les livres d’architecture que nous avons de lui il se trouve une grande abondance de mots très purs et très propres à exprimer diverses choses, et on peut dire que Vitruve est un très bon auteur de la langue latine. Nous lui devons savoir bon gré de ce qu’il a latinisé une infinité de termes d’architecture grecs dont toutefois on en trouve quelques-uns dans Cicéron même, dans Varron et dans d’autres auteurs, et de ce qu’il a employé dans ses livres quantités de noms, surtout de ceux qu’on appelle verbaux, dont nous avions besoin. Le savant M. Perrault a fait une traduction française et des notes fort curieuses sur cet auteur que j’ai mises dans ce dictionnaire aux mots qui concernent l’architecture.

Annexe ii. EXEMPLES COMPARATIFS

Les textes ci-dessous présentent quelques extraits, à titre documentaire, d’articles des divers dictionnaires de Danet, choisis parce qu’il permettent de voir assez bien l’évolution des ouvrages, leur enrichissement et leur esprit.

Lemmes disco (apprendre)

Latin / Français, 1673

Disco is didici discitum ere Cic. Ter. apprendre, connaître.

Radices, 1677

Disco is didici ere Cic. J’apprend.

Latin / Français, 1680

Disco is didici discitum ere Cic. Ter. apprendre, connaître. Disce puer virtutem ex me verumque laborem, Fortunam ex aliis ; Apprenez de moi, mon fils à être vertueux et des autres à être heureux

Français / Latin, 1683

Apprendre 4. Conj. (J’apprends, j’ai appris, j’appris, j’apprendrai) [S’instruire des choses, en acquérir la connaissance par étude] Discere, Ediscere o is didici sans supin act. accus. Cic.

Il apprenait tout par cœur Ad verbum omnia ediscebat Cic. Cuncta mandabat memoriae. Cuncta affigebat memoriae. Quint. Cic.

Apprendre à jouer des instruments, discere fidibus Cic.

Apprenez à être gens de bien après cet avertissement et à ne vous point mocquer de Dieu : discite justitiam moniti nec temere deum. Virg.

Apprenez de moi ce que vous avez à espérer Spes a me vestras discite Virg.

Apprenez à soutenir une si grande fortune Disce magnam ferre fortunam. Hor.

Apprendre [ouïr dire] Discere. Accipere io is cepi ceptum. Audire io is ivi itum. Cognoscere o is gnoui gnitum Act. Accus. Cic. etc.

J'aime mieux que vous appreniez cela de la bouche des autres que de la mienne. Hoc te ex aliis audire malo quam ex me Cic.

Je l’ai appris par ouïr dire et par le bruit commun. Id auditione et fama accepi. Cic.

Apprendre [enseigner instruire] Docere. Edocere eo es cui ctum Act. accus, instituere o is ui utum. Instruere o is xi ctum. Act. accus de la personne et ablatif de la chose Cicer. Je vous apprendrai que je ne porte pas une épée inutilement. Videbis me non frustra humeris gestare arma. Experiere quid stricto mucrone valeam. Vous apprendrez à qui vous vous êtes joué. Senties quem attentaris Phæd.

Latin / Français, 1691

Disco discis didici discere Cicer apprendre. Discite justitiam moniti, nec temere divos Virg. Apprenez à être gens de bien et à ne point mépriser les dieux.

Et passe cælum viribus vinci suis,

Didicit ferre. Sen. Trag. En portant le ciel il a appris qu’il le pouvait vaincre.

Spem discite vestrus [sic] Virg. Apprenez de moi ce que vous avez à espérer.

Disce tuum dolorem Virg. Apprenez de moi le sujet de votre douleur. Discere fidibus Cic. Apprendre à jouer du luth. Litteras apud aliquem Cic. Apprendre les lettres chez un maître.

Antiquites, 1698

Pas d’entrée.

Lemmes Gallia (Gaule, France)

Latin / Français, 1673

Pas d’entrée.

Radices, 1677

Pas d’entrée.

Latin / Français, 1680

Pas d’entrée.

Français / Latin, 1683

France f. [Royaume en Europe le plus peuplé, le plus riche et le plus poli de tous les royaumes de la terre] Gallia. Francia æ f. Galliæ arum f. pl.

GAULE f. [Ou les Gaules] Gallia, æ f. Cæs. [Les Romains ont autrefois divisé la Gaule en Cisalpine et Transalpine, la Gaule au-deçà des Alpes et la Gaule au-delà des Alpes. La Gaule transalpine était divisée en deux parties, dont l’une se nommait Gallia Narbonensis ou Braccata, l’autre Comata. Cette dernière avait trois parties : 1. La Gaule celtique, Gallia Celtica qui s’est appelée depuis Gallia Lugdunensis 2. La Gaule Aquitanique, Gallia Aquitanica 3. La Gaule Belgique, Gallia Belgica.

Latin / Français, 1691

Gallia génit. Galliæ f. Cæs. La Gaule. Elle était divisée du temps de César en trois parties, du temps d’Auguste en quatre. Maintenant elle se prend pour le royaume de France, le plus riche, le plus florissant et le plus savant de tous les royaumes de l’Europe, où les peuples sont le plus polis.

Antiquites, 1698

Gallia. La Gaule. Sous ce mot César entend seulement la Gaule qui comprend trois sortes de peuples, les Belges, les Celtes ou Gaulois, et les Aquitains. Cette Gaule s’est appelée par les auteurs qui ont été peu après César Gallia Comata. Et la chose mérite bien que nous considérions ici tout ce qui se peut entendre sous le nom de Gaule et les principales divisions ou distinctions qui s’y peuvent remarquer, et qui servent à l’intelligence des Commentaires de César.

Le nom de Gaule s’est étendu et en delà et en deçà des Alpes. Ce qui est entre les Alpes et l’Apennin et toujours sur l’un et l’autre côté du Pô, s’est appelé Gallia Cis-Alpina, et quelquefois Gallia togata, parce qu’à l’égard des Romains elle est en dedans les Alpes ; Togata, parce que ces peuples, bien que colonies des Gaulois transalpins, avaient pris la toge romaine, c’est-à-dire l’habit Romain. Ce qui est au-delà des Alpes à l’égard des Romains, et entre les Alpes et les Pyrénées, la mer Méditerranée, l’Océan et le Rhin, est la vraie Gaule que César et les autres appellent Transalpine, parce qu'elle est au-delà des Alpes à l’égard de Rome. Et cette Gaule transalpine se subdivise en deux parties : celle qui est la plus proche de l’Italie s’appelle par César Provincia, et quelquefois Provincia Romanorum, ou enfin Provincia Ulterior eu égard à celle qui est en dedans les Alpes, qu’il appelle Provincia Citerior. L’autre partie de la Gaule transalpine est appelée simplement Gallia par César : c’est celle qu’il a domptée et qu’il a soumise à l’Empire Romain, et celle même qu’il divise en trois parties, dont l’une est habitée par les Belges, une autre par les Aquitains et la troisième par les Celtes, que les Romains appellent Gaulois. Les auteurs qui ont écrit depuis César appellent tous cette Gaule Gallia Comata, la Gaule chevelue, à cause de la grande chevelure que ses peuples portoient ; et l’autre partie qui est plus près de l’Italie et de l’Espagne, Gallia Braccata, à cause de la brayette qu’ils portaient à leurs chausses.

La Gaule se divise donc en trois parties, celle qui est du côté de l’Italie se nomme Gallia Togata, la seconde qui est entre l’Italie et l’Espagne, Gallia Braccata, et la troisième qui est entre le Rhin et l’Espagne, et depuis les Alpes jusqu’à l’Océan, Gallia Comata.

César divise cette dernière pareillement en trois parties. La Gaule Celtique s’étend depuis la Marne et la Seine jusques au Rhône et à la Garonne, et depuis le Rhin jusques à l’Océan. La Gaule belgique commence à la frontière de celle-ci et s’étend jusques à l’Océan et au Rhin en tirant vers son embouchure. La Gaule Aquitanique ou la Gascogne est renfermée entre la Garonne et les Pyrénées le long des côtes de l’Océan. La première regarde le Septentrion ; la seconde le septentrion et l’Orient ; la troisième est tournée au couchant ou au Nord.

Lemmes Ratio (raison, affaire, compte, conduite, considération, égard, moyen, manière, pensée, sentiment)

Latin / Français, 1673

Ratio onis f. Cic. La raison, le bon sens.

Ratio Egard Habenda est ratio rei familiaris Cicer. Il faut avoir égard aux affaires de famille. Rationem commodi ducere ; Cic. Avoir égard à son profit. Ratio Cicer. Raison cause état apparence. Quantum belli ratio postulabat Caes. Autant que l’état de guerre le demandait. Nulla est ratio amittere ejusmodi occasionem Cic. Il n’y a point de raison de laisser échapper une telle occasion. Propter rationem belli Cic. À cause de la guerre.

Ratio Manière moyen Multis rationibus provisum est Cic. On y a pourvu en beaucoup de manières. Rationem ostendam qua tanta fugiastis Sallust. Je vous montrerai le moyen d’éviter cela. Vestram nequeo mirari satis rationem Terent. Je ne saurais assez admirer votre manière d’agir.

Ratio compte calcul. Non comparet argenti ratio Ter. Le compte de l’argent n’y est point. Ratio constat. Cic. le compte y est. Putare rationes cum aliquo Cic. Compter avec quelqu’un.

Rationes Galliœ procurare Plin. Gouverner la Gaule ou les affaires de la Gaule.

Ratio Cic. Raison, preuve. Inferre rationes falsas Cic. Apporter de fausses preuves.

Ad nostrorum temporum rationem vetus Cic. Vieux en comparaison du temps où nous sommes.

Ratio fructuum Cat. La quantité des fruits.

Radices, 1677

Ratio onis f. Cic. Raison, Cic. Compte calcul proportion.

Latin / Français, 1680

Ratio onis f. Cic. La raison, le bon sens.

Ratio Egard Habenda est ratio rei familiaris Cicer. Il faut avoir égard aux affaires de famille. Rationem commodi ducere ; Cic. Avoir égard à son profit. Non alia ratione venturum Cæs. Qu’il ne viendrait point autrement.

[Suite de l’article identique à celui de l’édition 1673]

Français / Latin, 1683

Choix des exemples de l’article Raison comportant le mot ratio Raison f. [cette faculté de l’âme par laquelle nous discourons et nous jugeons des choses] Ratio onis f. Cic.

Qui a de la raison, doué de raison, rationis particeps cipis omn. gen. Cic. rationalis is m. et f. ale is n. Quintil.

N’avoir point encore l’usage de raison, en parlant d’un enfant : ratione nondum uti. Qui n'est point doué de raison, irraisonnable en parlant des animaux-, irrationalis is m. et f. ale is n. Sén. Phædr.

Raison, preuve dont on appuie une proposition ratio onis f. Argumentum i n. Cic.

Une petite raison, une raison qui n’a pas grand force ratiuncula æ f.

Raison, cause pourquoi l'on fait ou dit quelque chose : ratio onis f. causa æf. Cic. [...]

Quand Platon et Socrate ne rendraient aucune raison, néammoms leur autorité les ferait plus considérés que ces petits philosophes Plato et Socrates ut rationem non redderent, auctoritate tamen hos minutos philosophos vincerent.

Et certes il apporte ensuite la raison pourquoi il est de cette opinion Et quidem cur sic opinetur rationem subjicit Cic.

Pour faire voir que j’ai eu raison d’agir de la sorte Ut vobis mei facti rationem probem. Cic.

A raison de, sur le pied de pro ratione Cat.

Livre de raison livre de comptes Accepti et expensi codex, icis m.

Choix des exemples pris aux articles du dictionnaire français-latin dont les lemmes français sont des traductions proposées pour ratio dans les éditions de 1673 et 1680 du dictionnaire latin-français :

Affaire [pas de correspondance sémantique avec ratio]

Compte Les comptes d’un dépensier, d'un maître d’hôtel dispensatoris, œconomici rationes f pl. Cic.

Livres des comptes accepti et expensi codex icis m. Cic.

Recevoir les comptes du dépensier A dispensatore rationem ou rationes accipere Cic.

Faire dresser un compte, faire la supputation de ce qu'on a reçu ou dépensé : accepti vel expensi rationes inire ou rationes subducere Cic.

Mettre quelque chose sur les comptes Aliquid in rationes inducere Cic. aliquid rationibus suis inferre Suét.

Rendre ses comptes à quelqu’un Alicui rationes edere ou alicui rationes referre Cic.

Faire ses comptes avec quelqu’un cum aliquo rationes putare ou conferre. [...]

Quand un compte est fait sans tromperie Ubi ratio sine fraude est.

Un compte rond Summa ratione quadrans Cic.

De compte fait et arrêté, il m’est redevable de cent écus Subductis confectisque rationibus centum mihi nummos debet. [...]

Demander compte Alicuius rei rationem ab aliquo reposcere.

Conduite [...] façon d’agir ratio onis f.

Il n’y a que ma conduite qui le choque parce qu’elle n’est pas semblable à la sienne Tantummodo dissimilitudo meæ rationis offendit hominem. Cic.

Je ne puis assez admirer votre conduite vestram nequeo mirari satis rationem Ter.

Consideration... égard raison ratio onis f. causa æ f.

Egard, considération pour quelque chose, ou pour quelque personne ratio onis f. respectus us m.

Avoir égard à quelque chose ou à quelque personne, alicujus rei ou alicujus rationem ducere ou habere.

Avoir égard à ses interets commodi sui rationem ducere.

J'ai eu plus égard à ma réputation que j’avais peur de perdre qu’à mon salut Pudori malui famaeque cedere, quam salutis meae rationem ducere. Cic.

[...] Si on a égard habita ratione (avec un génitif de la personne ou de la chose), si ratio habeatur (avec un génitif) si spectetur (avec un nominatif).

Avoir égard aux absents Absentium habere rationem Cic.

Sans avoir égard à personne nulla cujusquam habita ratione.

Moyen expédient pour faire quelque chose ratio onis f via ae f. Cic. [...]

Cherchez les moyens de venir à bout de cela Ini rationem de ea re facienda.

Maniere façon ratio onis f Modus i m. Cic.

Enseigner aux hommes la manière de bien vivre rationem bene vivendi hominibus dare Cic. [...]

De quelle manière, de quelle façon a-t-on fait cela Quo modo ou qua ratione id factum est ?

Deux lettres écrites de la même manière duæ epistolæ in eamdem rationem scriptae.

Pensee [pas de correspondance sémantique avec ratio]

Sentiment [pas de correspondance sémantique avec ratio]

Latin / Français, 1691

Ratio génit rationis f. Cicer. La raison, qui distingue les hommes des animaux, l’âme raisonnable f. Rationis expers Cic. Qui n’a point de raison, qui n’est point doué de raison, comme les animaux.

Ratio Cicer. Raison cause f. sujet m. Rationem reddere cur ou quamobrem aliquid fiat Cic. Rendre raison d’une chose, dire pourquoi on la fait. Non ratio, verum argentum deerat Teren. Nous ne manquions pas de raisons, mais d’argent.

Ratio Manière façon méthode conduite f. Vestram nequeo mirari satis rationem Terent. Je ne saurais assez admirer votre manière d’agir, votre conduite.

Argumentandi ratio Quint. La manière de raisonner.

Ratio Egard m. considération f. Ad nostrorum temporum rationem Cicer. Eu égard à notre temps. Habenda est ratio rei familiaris Cicer. Il faut avoir égard à ses affaires domestiques.

Ratio pensée f. sentiment m. mea est sic ratio, et sic induco animum meum Ter Voici ma pensée, et je ne peux m’ôter cela de l’esprit.

Ratio manière méthode f. l’art de faire une chose m. Navigii ratio tum jacebat Lucr. on négligeoit pour lors l’art de la navigation ou la marine.

Ratio affaire f. Quœ ratio cum illo tibi intercediti Cic. Quelle affaire avez-vous avec lui ? Habent rationem cum terra Cic. Ils labourent la terre, ils s’occupent à cultiver la terre. Cum omnibus musis rationem habere cogito Cic. Je délibère de m’adonner tout à fait à toute forme d’étude.

Ratio compte m. Supputatur ratio cum argentario Plato [sic] On compte avec l’argentier ou l’intendant. Convenit inter eos ratio accepti et expensi Cicer. Ils sont d’accord de la recette et de la dépense. Eandem illam rationem antiquam obtine Ter. Faites encore votre compte là-dessus. Numquam ita quispiam bene subducta ratione ad vitam fuit quin res, aetas, usus semper aliquid apportet novi Terent. Jamais personne n’a si bien disposé toutes choses pour le règlement de sa vie que les rencontres différentes l’âge et l’expérience ne lui apprennent quelque chose de nouveau. Frustra egomet mecum bas rationes puto Terent. C’est compter sans mon hôte (façon de parler familière en notre langue)

Ratio Moyen m. Manière f. Mala ratione facere rem Horat. S’enrichir par de mauvais moyens.

Rationes Galliœ procurare Plin. Gouverner la Gaule, avoir la conduite des affaires de la Gaule. Pro ratione fructuum Cat. Selon la quantité des fruits. Nunc alia ratio est omnium rerum Cic. Les affaires ont changé de face ; elles sont en un autre état, en une autre situation.

Antiquites, 1698

Pas d’entrée.

Notes

1 Les notices les plus développées que j’ai pu consulter sont celles du Dictionnaire biographique de Michaud, t. X, p.98, du Dictionnaire de biographie française de d’Amat, t. X, p. 92-93, et de la Nouvelle biographie générale, Hoefer, 1855, t. XII, p. 926. Une partie des renseignements sur les liens de Danet et du cerle janséniste me viennent de la notice « Danet » du Dictionnaire de Port-Royal au xviie siècle, en préparation, sous la direction d’Antony McKenna, que je remercie de m’avoir communiqué ce texte.

2 Voir la biographie dans le Dictionnaire de biographie française de d’Amat.

3 Il est assez curieux, si la résignation a été faite en 1674 (renseignement fourni par la notice à paraître du Dictionnaire de Port-Royal au xviie siècle), que ni l’édition du Phèdre, ni celle des Radices ne portent dans leur titre la mention de cette charge, qui n’apparaît que sur le dictionnaire latin-français de 1680. Le Phèdre, achevé d’imprimer le 31 décembre 1674, et qui porte de fait le millésime 1675, comprend aussi la mention academicus, comme le dictionnaire latin-français de 1691 et le Dictionnaire des antiquités de 1698. On ne sait de quelle académie il était – certainement pas, en tout cas, des grandes académies parisiennes.

4 Voir L. Thévenin, « Un libraire de Port-Royal : André Pralard », Bulletin du bibliophile, 1961, p. 18-38.

5 Voir aussi plus haut, chap. III, notes 27 et 49.

6 C’est encore le classement de la première édition du Dictionnaire de l’Académie en 1694. L’ordre alphabétique intégral ne sera adopté qu’en 1718.

7 Par exemple, missile ou missio se trouvent sous mitto, mais admitto a une entrée propre. C’est ce qui distingue, au moins dans la terminologie du xviie siècle, ordre alphabétique des primitifs et ordre alphabétique des racines, où tous les dérivés et composés d’un même étymon sont classés sous une même entrée. La différence de sens entre les expressions « ordre des primitifs » et « ordre des racines » n’est cependant pas toujours opérante, notamment dans les périodes précédentes.

8 Voir la liste donnée en annexe, p. 272.

9 Voir la préface du dictionnaire latin-français de 1673 et 1680.

10 Voir la liste donnée en annexe, p. 272.

11 On s’étonnera moins de l’absence de Martianus Capella.

12 Voir Martine Furno, « Les dictionnaires de Pierre Danet pour la collection Ad usum Delphini », Les Humanités classiques, numéro spécial de la Revue d'histoire de l'éducation dirigé par M.-M. Compère et A. Chervel, INRP, 1997, p. 115-130.

13 « Épître au Dauphin », dictionnaire latin-français, 1673.

14 Tout un travail d’investigation reste à faire à ce sujet, mais mes premiers sondages sur des citations de Térence m’ont montré que Danet utilise souvent des traductions existantes, notamment pour cet auteur celle de Saint-Aubin, plusieurs fois éditée, semble-t-il, au cours du xviie siècle.

15 Robert Estienne donne d’abord un Thesaurus linguœ latinœ, monolingue, latin, en 1531, qui sert de base à un dictionnaire latin-français en 1538, repris par retournement en dictionnaire français-latin en 1539. Le dictionnaire français-latin de Danet, du point de vue des contenus, n’est pas que le réaménagement de ses dictionnaires antérieurs, car la matière est reprise et augmentée, mais le principe de réélaboration d’une matière déjà travaillée « à l’envers » est le même.

16 Dans l’article « Ratio », l’exemple de Térence Frustra egomet mecum bas rationes puto est traduit par « C’est compter sans mon hôte », et commenté : « façon de parler familière en notre langue ».

17 Voir « Les dictionnaires de Pierre Danet... », art. cité, p. 123-126.

18 Voir la préface du dictionnaire latin-français de 1673-1680.

19 Radices, 1677, préface.

20 Préface du dictionnaire français-latin de 1683.

21 Préface du dictionnaire latin-français de 1691 et « Épître au Dauphin » du Dictionnaire des antiquités.

22 Préface du dictionnaire latin-français de 1691.

23 À noter la divergence de leurs jugements respectifs sur Pétrone, qui illustre peut-être une divergence de fond : autant Huet déteste son style « frelaté » (voir ci-dessus notre chapitre II), autant Danet vante son latin, « fort bon ». Huet possédait certainement toute la série des dictionnaires, parmi laquelle sont encore conservés à la BNF un exemplaire du dictionnaire de 1673 (Rés. X 869) et un exemplaire des Radices de 1677 (Rés. X 1849).

24 Selon le témoignage de Dumarsais en 1722 dans son Exposition d’une méthode raisonnée pour apprendre la langue latine, « ce livre est presque inconnu et n’a point eu de succès ».

25 Ces éditions, fruit d’une recherche qui n’a rien d’exhaustif mais s’est limitée au dépouillement artisanal de quelques catalogues de bibliothèques (Bibliothèque nationale de France, bibliothèques municipales de Grenoble et de Lyon Part-Dieu), sont les suivantes : Dictionnaire françois-latin de 1683, autres éditions : 1687, Paris, Thiboust et Esclassan (identique à la précédente) : Bibliothèque municipale, Grenoble, E 19106 ; 1707, Lyon, Deville : Bibliothèque municipale, Lyon, 106087 ; 1719, Lyon, Deville : Bibliothèque municipale, Grenoble, J 186 ; 1721, Lyon, Deville: Bibliothèque municipale, Lyon, 103660 ; 1737, Lyon, Deville : Bibliothèque municipale, Lyon, 164418, Bibliothèque interuniversitaire Droit-Lettres (SICD2), Grenoble, Rés. B 110 ; 1739, Lyon, Deville : SICD2, Rés. B 68 ; 1754, Toulouse : SICD2, 11864 (édition augmentée et revue, sans mention du responsable de la révision ; quelques négligences de classement, erreurs ou interférences). Dictionnaire latin-françois de 1691, autres éditions : 1693, Paris, Thiboust et Esclassan (identique à la précédente) : BNF, Rés. Z 1646 ; 1694, Paris, Thiboust et Esclassan (identique à la précédente) : BNF, X 2182 ; 1700, Paris, Thiboust et Esclassan (identique à la précédente) : Bibliothèque municipale, Grenoble, C 3521 ; 1712, Lyon, Deville : Bibliothèque municipale, Lyon, 164418 ; 1726, Paris, Thiboust et Esclassan : Bibliothèque municipale, Lyon, 103659 ; 1738, Lyon, Deville : Bibliothèque municipale, Grenoble, E 27497 (l’épître de Danet a été remplacée par une épître des éditeurs au Dauphin de 1738). Le dictionnaire de Danet a même une postérité polonaise, dans une reprise à usage trilingue français, latin et polonais. Voir Anna Bochnakova, Le Nouveau Grand Dictionnaire français et polonais et sa place dans la lexicographie polonaise, Cracovie, Université Jagellonski, 1991.

26 Autre édition identifiée : 1701, Amsterdam, Roger Stéphane ; Bibliothèque municipale, Lyon, A 492196 et 376938.

27 Épître au Dauphin, Dictionnaire latin-françois de 1691.

28 La liste qui suit reprend les abréviations de Danet, leurs résolutions entre crochets [] et pour chaque auteur les extraits des commentaires de Danet qui touchent à la langue ou au style. Les noms des auteurs présentés ici sans commentaires particuliers sont cependant accompagnés dans l’original de renseignements biographiques ou bibliographiques.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search