Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Seconde partie. Les dauphins au travail

Chapitre huit. Indices vocabulorum

Martine Furno

Texte intégral

1La plupart des volumes de la collection Ad usum Delphini sont pourvus, parmi les pièces annexes, d’un ou de plusieurs indices destinés à faciliter la consultation du texte et non plus la lecture en continu. Selon la nature de l’œuvre se succèdent, éventuellement, divers indices rerum (lieux, personnes, citations, realia) et, presque toujours, un index vocabulorum, liste plus ou moins longue et complète des mots contenus dans le texte, avec des renvois aux pages ou aux vers de l’édition même.

2Cette présence paraît être une constante de la collection, mais elle n’est pas absolue, et n’est pas non plus sans soulever de questions. Les indices vocabulorum en effet ne sont pas absolument uniformes, et on peut se demander si les variantes décelées trahissent quelque chose du procurateur de l’édition, et de la place de l’ensemble de ces indices dans l’entreprise de Montausier.

INDICES VOCABULORUM TYPOLOGIE

  • 1 Voir ci-dessus le chapitre III.

3Hormis les dictionnaires de Danet, où l’inutilité d’indices est évidente, les seuls auteurs publiés Ad usum Delphini sans index vocabulorum sont Tite-Live, Cicéron et Festus, bien que ces volumes soient pourvus d’autres indices, parfois nombreux.1 Les autres textes possèdent tous un index des mots, mais il est difficile d’en donner une description qui vaille uniformément. En effet, une assez grande liberté semble avoir été laissée aux commentateurs dauphins, même si quelques traits récurrents permettent de distinguer parmi eux des constantes, et deux grandes catégories.

  • 2 La remarque de l’index de Virgile dit exactement : quoniam quidem hujus particulae usus frequentio (...)

4Ces indices se veulent théoriquement la liste strictement alpha bétique de tous les mots qui apparaissent dans le texte : théoriquement, car si certaines listes semblent complètes et comportent toutes les formes verbales (y compris les formes les plus fréquentes de esse, comme est), et tous les mots outils (y compris la copule et), d’autres soit ne donnent pas ces mots, soit n’en signalent pas toutes les occurrences. Le critère, en ce cas, est peut-être celui de ne choisir que des mots porteurs de sens plein (donner les occurrences de et au sens de etiam par exemple, comme, semble-t-il, dans l’index des Panegyrici veteres), mais il est impossible d’affirmer que c’est là la seule raison de l’éviction d’autres références : entrent en compte peut-être aussi, la négligence, ou les difficultés matérielles de la collation et de l’impression, quelquefois clairement évoquées. Dans l’index de Virgile, à l’article et, l’auteur de l’index précise que « l’usage de cette particule est trop fréquent pour qu’on en montre tous les emplois », et se justifie de ne faire là que ce que les auteurs d’indices antérieurs (dont il reprend probablement en grande partie le travail) ont déjà fait. Une remarque du même ordre se lit, sous le même lemme, dans l’index de Manilius, publication à laquelle Huet a lui-même participé, ce qui laisse penser que ces facilités étaient autorisées par les directeurs mêmes de la collection.2

5Tous les indices cependant présentent les mots dans la forme où ils apparaissent dans le texte, et sans appareillage grammatical, c’est-à-dire sans formes de génitif, ni indication du genre, ou des temps primitifs pour les verbes. Cependant, et c’est là un trait qui permet de les répartir en deux catégories, la distinction des formes homonymes et des sens synonymes est plus ou moins détaillée selon les cas. Certains des indices sont ce que j’appellerai des indices bruts : les formes homonymes ne sont pas différenciées (les références des nominatifs et ablatifs singuliers de première déclinaison par exemple sont données sous la même entrée), et les sens ne sont pas nuancés entre eux. Il s’agit réellement de relevés lexicographiques donnés sans intervention de l’auteur, et où le recoupement des références doit permettre – idéalement – de reconstituer tout le texte.

  • 3 Quelques exemples parmi d’autres de chacun de ces procédés : abréviations du métalangage grammatic (...)

6Les indices de cette forme ne sont pas cependant les plus nombreux ; le plus fréquemment, des biais divers permettent à l’utilisateur d’identifier, notamment, les formes homonymes. Celles-ci sont signalées soit par des abréviations relevant du métalangage grammatical (nom du cas, nature du mot), soit par des conventions typographiques distinguant les longues des brèves, soit par des gloses du mot proposé, glose en latin et quelquefois, très exceptionnellement, en français3. Les divers sens, propres ou figurés, peuvent aussi être distingués par la présence, comme sous-lemme d’une entrée, d’expressions qui en précisent l’acception : ainsi habuit dans l’index d’Aulu-Gelle est détaillé par habuit sanctam fidem, habuit rationem, habuit orationem.

7La taille enfin de ces indices, quelle que soit leur catégorie, varie beaucoup selon la longueur du texte dépouillé et le détail de ce dépouillement : l’index (brut) de Plaute comporte 396 pages, celui d’Ovide occupe à lui seul le quatrième volume de l’édition ; d’autres au contraire, bien que détaillés, tournent autour d’une cinquantaine de pages pour des auteurs « courts » comme Dictys de Crète ou Aurelius Victor.

INDICES VOCABULORUM COMMENTAIRE

8Ces indices étant tout d’abord un des éléments de reconnaissance des ouvrages Ad usum Delphini entre eux, leur absence donne aux volumes qui en sont privés un statut particulier. Que l’édition de Festus n’en soit pas pourvue s’explique assez simplement, André Dacier ayant réduit les lemmes de Festus à un ordre strictement alphabétique : ne se justifie plus alors, en fin de volume, qu’une liste des mots qui sont traités « au passage » (obiter), hors de cet ordre alphabétique, et qui est plus une sorte d’index thématique permettant de localiser les digressions qu’un réel index vocabulorum.

  • 4 Voir ci-dessus le chapitre III.

9Plus surprenante cependant est l’absence de cet index pour les deux grands prosateurs classiques que sont Cicéron et Tite-Live. Le fait que tout l’œuvre de Cicéron ait été confié à des procurateurs jésuites peut être une des raisons de cette absence : la spécificité de ces lettrés, eux-mêmes enseignants, et selon des règles strictes, leur a peut-être donné assez de poids pour refuser de couler leur travail dans le moule commun.4 Il est possible que ces indices aient paru inutiles à la lecture de l’auteur telle qu’elle était faite dans les classes des collèges, ou inutilement lourds à rédiger, et que les responsables de la collection n’aient pas su imposer leurs vues contre celles des procurateurs du texte. Cela reste pure hypothèse cependant.

  • 5 Cela ressort de maint passage des Lettres dauphines, qui attirent notamment l’attention sur le fai (...)

10Ces remarques amènent aussi à une autre question, celle de l’identité des rédacteurs des indices. Il semble en général que le procurateur du texte se chargeait aussi de l’élaboration de l’ensemble des annexes.5 Les indices vocabulorum des quatre éditions procurées par Anne Le Lèvre, quel que soit leur étalement dans le temps, sont absolument semblables : leur auteur – qui n’a guère de raison de n’être pas Anne Le Lèvre elle-même – s’est contenté, chaque fois, de produire une liste brute des mots porteurs de sens (les occurrences de et sont omises), sans rien changer à sa méthode, quelles qu’aient été probablement, on le verra, les directives données.

11L’observation d’autres volumes, ou des témoignages plus tardifs, laissent toutefois plus perplexe sur le lien entre procurateurs « officiels » et indices vocabulorum. Le volume des œuvres de Catulle, Tibulle et Properce, par exemple, publié par 1685 par Philippe Dubois, dispose de trois indices, placés chacun après le texte de l’auteur qu’il dépouille. Or, si les deux premiers sont deux relevés bruts et identiques du lexique de Catulle et Tibulle, l’index de Properce est très différent, et original dans l’ensemble des indices de la collection. Il s’apparente en effet beaucoup plus à une concordance qu’à un index, tous les mots étant présentés dans leur ordre alphabétique, mais dans le contexte d’un groupe de mots : on trouve ainsi pour ait, parmi d’autres citations, ait sic Phœbus aurata etc. 3, 3 ; puis pour aurata, aurata lyra nixus Phœbus 3, 3. Cela n’est d’ailleurs ni dans l’un ni dans l’autre cas, le texte exact donné dans l’édition, ce qui indique sans doute que l’index a été réalisé à partir d’une autre édition, ou reprend un index antérieur. Cet index ne présente aucune distinction des formes homonymiques entre elles, et donner le contexte n’évite pas toujours les confusions car les citations sont souvent très brèves. On peut donc se demander d’où provient cette singularité : index fait selon d’autres directives (expérimentales et abandonnées), ou collationné par un autre que l’auteur des relevés sur Catulle et Tibulle, voire (ce qui n’exclut pas l’hypothèse précédente) index dont la collation n’a pas été terminée ? Cette concordance peut représenter un premier état du travail, où les relevés des expressions auraient été publiés sans vérification et sans qu’on (mais qui ?) ait pris le temps de les recouper pour arriver à la liste alphabétique des mots seuls.

  • 6 L’édition d’Ovide traduite par Lezeau est celle de Paris, J. Barbou, 1714. L’avis au lecteur porta (...)
  • 7 J. A. Fabricius (revu par Ernesti), Bibliotheca latina, 1772-1773, t. I, p.473 : [index] correctio (...)
  • 8 Mémoires, V, p. iii.

12L’hypothèse que d’autres mains que celle du procurateur aient touché aux indices est aussi corroborée par quelques témoignages plus tardifs dont nous disposons sur la collection. En effet, dans une édition des Fastes d’Ovide parue en 1714 à Paris, le traducteur, Simon-François de Lezeau, signale avoir suppléé Charles de La Rue pour l’index du Virgile Ad usum Delphini, ce qui est apparemment confirmé par une des reprises de cette édition de Virgile, où l’avis au lecteur signale que le Père de La Rue avait confié à Lezeau la matière destinée à « améliorer » son index.6 Il est difficile de savoir ce qu’a réellement fait Lezeau, s’il a simplement, en zélé et obscur secrétaire, mis en forme la matière, ou s’il s’est chargé plus complètement de cette tâche ingrate, et apparemment jugée subalterne par ce procurateur jésuite. D’autres indices ont été remaniés dans les éditions successives de certains auteurs, comme le signale Fabricius à propos de l’index d’Ovide7 ; souvent, là encore, les auteurs de ces révisions restent anonymes, signe que, le plus souvent, cette pièce annexe n’avait pas, aux yeux de l’érudit chargé de l’établissement du texte et de son commentaire, toute l’importance que voulait leur donner Pierre Daniel Huet, qui est à l’origine de ces relevés lexicographiques. Lui-même, on l’a vu, reconnaissait qu’il avait rencontré une opposition parfois violente.8

13Les disparités constatées çà et là dans ce qui est cependant une des constantes de la collection amènent à réfléchir sur l’organisation de celle-ci et sur l’utilisation des volumes ainsi publiés, perceptible à travers les indices.

  • 9 Voir le passage déjà cité : « J’eus seul l’idée de faire faire pour chaque auteur un index, non co (...)
  • 10 Ibid., p. iii.

14L’idée qui a présidé à l’élaboration des indices vient donc de Huet, qui voulait imiter là les concordances déjà existantes pour les textes sacrés, et les indices d’éditions classiques précédentes.9 Le travail était certes destiné à faciliter la lecture, mais aussi à « circonscrire pour ainsi dire les limites de la pure latinité ». Huet songeait en effet à reprendre, sans doute à la fin du projet, tous les indices particuliers pour en faire un « général », qui « ferait voir toute la latinité » et permettrait de « connaître l’origine, l’emploi, le développement et la décadence » de n’importe quel mot.10 À cette fin, on peut concevoir que les indices bruts aient suffi : les quatre premières parutions en 1674 et 1675 ne sont pourvues que de listes de cette sorte. Et si l’on retrouve, quelques années après, d’autres relevés sans distinction des formes ou des sens des mots, on le doit peut-être, on l’a vu, à l’obstination de leurs auteurs, telle Anne Le Fèvre ; mais l’énormité du texte dépouillé, où un travail affiné serait devenu surhumain, comme pour l’index d’Ovide réalisé par Crespin, a pu avoir sa part aussi. Enfin, l’étalement du travail a peut-être joué pour le maintien de cette première formule : le Plaute de Jacques de L’Œuvre fait partie des textes enregistrés et prévus dès 1674 par le privilège de Frédéric Léonard, mais n’a été publié qu’en 1678, avec un index brut, commencé, peut-être, et poursuivi, avant que de nouvelles directives de Huet aient été données aux procurateurs.

15Car il semble bien qu’il y ait eu un infléchissement dans la portée de ces vocabulaires, infléchissement peut-être dû à des remarques nées après que certains ont commencé à utiliser les ouvrages Adusum Delphini. Nous n’avons aucun témoignage explicite concernant de nouvelles consignes, mais la lecture de l’ensemble des indices permet de penser qu’elles ont existé.

16Après les premiers indices bruts apparaissent donc, dès l’édition de Cornelius Nepos par Nicolas Courtin en 1675, des relevés plus affinés, distinguant les formes homonymes et lemmatisant des groupes de mots qui aident à la distinction des sens et apparentent l’index à une concordance. Tout raffinement certes est un progrès bénéfique en soi, mais celui-ci n’est peut-être pas tout à fait gratuit et peut avoir été motivé par la finalité de ces indices. On ne sait trop, au juste, comment les lecteurs des textes de la collection AuD se servaient de ces relevés de vocabulaire, mais les pratiques étaient probablement de deux sortes : une pratique érudite, où l’index est consulté pour retrouver ponctuellement la référence ou le contexte d’une citation, et une pratique plus directement liée à l’écriture en latin. Dans le premier cas, un index brut peut suffire, car l’érudit saura bien se tirer seul de la lecture à partir d’un simple mot, et trouver dans le texte quels sont la forme ou le sens du passage recherché. Dans le second cas, l’utilisateur moins aguerri cherche une formulation à imiter, une construction à reprendre : l’index vient alors probablement comme un complément aux dictionnaires de thème ou de version (ces derniers étant aussi utilisés pour écrire en latin que les premiers, encore contestés), dictionnaires qui, comme ceux de Danet, fournissent en général des expressions d’auteurs, mais sans en citer la référence précise, et parfois en les remaniant ou les généralisant par l’utilisation d’infinitifs ou d’indéfinis. Consulter un index d’auteur est alors le seul moyen rapide de parvenir au texte exact pour tenter, éventuellement, de se l’approprier dans la rédaction en latin. Cette pratique est certes celle de latinistes déjà un peu avancés, mais elle n’est pas encore celle de l’érudit ; il faut, pour faciliter le travail de ces compétences moyennes, des indices où soit déjà répertorié un certain nombre d’expressions et de sens des mots dans leur contexte qui évite, par exemple, la fastidieuse consultation des multiples occurrences de habeo lorsqu’on cherche uniquement l’emploi de ce verbe au sens de habere rationem. Ce raffinement des notices facilite aussi la tâche de l’érudit ; il n’est pas non plus incompatible avec l’idée de Huet de faire, in fine, un index général de la latinité à partir des indices particuliers, même si la charge de travail croît proportionnellement à la multiplication des détails. Mais il est surtout en accord avec la volonté de la collection de servir à un public certes déjà dégrossi, mais qui a encore besoin d’instruments pratiques pour compléter sa formation et parvenir au stade de la maîtrise des auteurs et de la langue.

***

17Les vicissitudes des indices vocabulorum sont un bon exemple des traits généraux de la collection, et de ses contradictions parfois. Nés de la volonté d’un homme, Huet, de même que l’ensemble de l’entreprise Ad usum Belphini est née de la volonté de Montausier, les indices, par leur disparité, leur diversité, montrent combien la coordination et l’uniformisation de la collection ont été difficiles, malgré la grande apparence de stabilité que donnent tous les volumes. Les résistances particulières des jésuites, ou d’Anne Le Lèvre, qui ne fournissent pas d’indices, ou d’indices plus affinés que les premiers, le détachement de procurateurs comme le Père de La Rue qui remettent à d’autres le soin de travaux inférieurs, étaient autant d’obstacles, même circonscrits à l’élaboration de pièces annexes, que la collection se devait de surmonter pour suivre son cours. Enfin, le possible infléchissement de la forme des indices en fonction de l’utilisation faite des volumes est aussi le reflet d’une ambiguïté qui dépasse le cadre des seuls vocabulaires. Entreprises pour l’honnête homme mais nées des études d’un élève particulier, les œuvres Ad usum Delphini semblent toujours tiraillées entre les deux pôles de l’érudition et de la pédagogie : les indices vocabulorum affinés qu’elles proposent sont peut-être une des rares pièces de ces publications qui concilient ces deux points, permettant au lettré comme à l’apprenti de retrouver telle ou telle expression d’auteur, et de s’en enrichir.

Notes

1 Voir ci-dessus le chapitre III.

2 La remarque de l’index de Virgile dit exactement : quoniam quidem hujus particulae usus frequentior est quant ut ejus loca universa demonstrentur, ideo ab Erythræo et Basso omissus est hujus numerus (puisque l’usage de cette particule est trop fréquent pour que tous les passages où elle apparaît soit signalés, raison pour laquelle Erythrœos et Bassus l’ont omise). Nicolas Erythraeus est l’auteur de l’index de l’édition de Virgile parue en 1539 à Venise chez J. Sabius, cité comme modèle de départ par Huet dans ses Mémoires (V, p. no). Dans l’index de Manilius, on lit sous l’entrée et : quia haec particula vix aliquid in unum hujuscemodi indicum [sic] cedit nec in hoc opere diversam sortitur significationem, operi pretium esse duxi eam proetermittere, nec quoties reperitur eam notare numeris (Et parce que cette particule entre à peine dans un index de cette sorte, et n’a pas, dans cette œuvre, de sens variés, j’ai pensé qu’il valait la peine de la négliger, et de ne pas en faire un relevé toutes les fois qu’on la trouve).

3 Quelques exemples parmi d’autres de chacun de ces procédés : abréviations du métalangage grammatical : précision du cas (sumptus gen., sumptus nom. pl.), de la nature (eodem pronomen, eodem adv. motus ; summa subst. nom., summa adiec. nom.) [index de Cornelius Nepos] ; conventions typographiques : -a pour les nominatifs singuliers de première déclinaison, pour les ablatifs ; gloses sur le sens : orbe, terra ; orbe, coelo [index de Manilius] ; gloses en français : opera, labore ; opera, audience [index de Plaute].

4 Voir ci-dessus le chapitre III.

5 Cela ressort de maint passage des Lettres dauphines, qui attirent notamment l’attention sur le fait qu’il ne faut pas payer l’auteur avant qu’il ait achevé l’index, ou qui le désignent comme le seul responsable de l’index : Correspondance, nos 69, 89, 127, etc.

6 L’édition d’Ovide traduite par Lezeau est celle de Paris, J. Barbou, 1714. L’avis au lecteur portant mention de la « collaboration » de Lezeau se trouve dans l’édition de Virgile Ad usum Delphini, Paris, Barbou, 1722.

7 J. A. Fabricius (revu par Ernesti), Bibliotheca latina, 1772-1773, t. I, p.473 : [index] correction factus est in repetitione hujus editionis Venetiis 1731 (l’index est devenu plus correct dans la reprise de cette édition à Venise en 1731).

8 Mémoires, V, p. iii.

9 Voir le passage déjà cité : « J’eus seul l’idée de faire faire pour chaque auteur un index, non comme on le pratiquait habituellement en n’y renfermant que les choses et les mots les plus essentiels, mais en y faisant entrer tous les mots dont cet auteur était composé. Je connaissais de longue main et par expérience l’utilité des index exécutés d’après cette méthode sur les auteurs grecs et latins par quelques érudits. [...] J’avais surtout remarqué par le long usage que j’en avais fait moi-même combien, pour ceux qui étudient les Saintes Écritures, il y a de commodités dans cet index [...] » (ibid., p. 110-111).

10 Ibid., p. iii.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search