Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Seconde partie. Les dauphins au travail

Chapitre sept. Typologie des notes dans quelques volumes de la collection Ad usum Delphini

Bruno Bureau

Texte intégral

CONSTITUTION DU CORPUS

1Compte tenu de l’ampleur de la collection, il n’était pas possible d’examiner le système d’annotation de tous les volumes. Pour l’établissement d’un corpus, il fallait opérer une sélection la plus représentative possible. Trois critères ont été retenus ici : la nature du texte, son importance dans l’enseignement du latin et sa place dans la collection. Seront donc examinés des textes fondamentaux dans toute éducation latine, Cicéron et Virgile (d’après l’édition de 1682) et trois auteurs moins importants sur le plan strictement pédagogique, mais offrant d’autres éléments d’examen : l’historien Cornelius Nepos et les poètes Manilius et Ausone. Pour Virgile et l’œuvre oratoire de Cicéron, les éditions présentent de plus l’avantage de se situer dans la période faste de la collection, 1684, c’est-à-dire au moment où la collection a le plus de chances d’avoir fixé ses buts et ses méthodes. De leur côté, Manilius et Cornelius Nepos présentent le double avantage de représenter l’histoire et les textes techniques et de se situer au début de l’entreprise, 1675 et 1679. L’édition de Virgile (1682) reprend pour l’essentiel celle de 1675, avait été donnée pour modèle (Correspondance, n° 28, juin 1674). Enfin, le Cicéron philosophique et surtout l’Ausone, datés respectivement de 1689 et 1730, montrent un état plus tardif de la collection, tandis que l’Ausone de Souchay présente en outre la particularité importante de s’écarter de l’aurea latinitas.

2D’un autre côté, le corpus choisi met l’accent sur le rôle important de la Compagnie de Jésus dans la réalisation des éditions, puisque Virgile et les deux Cicéron sont l’œuvre de jésuites et que l’abbé Souchay, éditeur d’Ausone, a été dès 1726 au contact des Pères de la Compagnie. Un tel constat peut conduire à rapprocher à la fois le contenu des notes et leur présentation même des idées jésuites à la fois sur l’enseignement du latin et sur ce qu’un prince doit retirer de cet enseignement. C’est pourquoi il est sans doute indispensable de mettre en rapport les types de notes dégagés par l’observation des textes avec les indications fournies dans les diverses préfaces, en particulier lorsque celles-ci se recoupent.

3Pour chaque texte, il fallait ensuite opérer une sélection représentative du contenu du volume qui permette de se rendre compte du travail de l’annotateur. Pour Virgile, il s’agit de l’annotation des cent cinq premiers vers de l’Enéide. Pour Cicéron, il est important de rendre compte à la fois de son activité philosophique et de son activité oratoire, puisqu’il est tenu dans la période classique à la fois pour un philosophe et un orateur. On se penchera donc sur le premier livre des Académiques et la première partie du Pro Quinctio. Pour Manilius, on traitera du livre IV, 1-105, pour avoir un corpus comparable au corpus virgilien, et pour Cornelius Nepos, de la préface de l’historien et des vies de Miltiade et de Thémistocle. Enfin, dans l’œuvre variée d’Ausone, le choix s’est porté plus spécialement sur l’Ephemeris, les Parentalia et la Gratiarum Actio ad Gratianum Augustum qui fournissent un échantillon des principales facettes de son talent : poésie profane (Ephemeris, Parentalia) et chrétienne (Precatio), poésie hexamétrique ou de type lyrique, éloquence d’apparat, mais aussi pièces personnelles ou de type plus officiel (Parentalia, Gratiarum Actio). Dans un premier temps, nous établirons un classement des divers types de notes sans se demander en quoi elles peuvent être conditionnées par le texte qu’elles illustrent. Dans la suite, en revanche, la nature et le contenu du texte seront pris en compte de manière à pouvoir distinguer selon le type littéraire de l’œuvre des aménagements dans le principe de l’annotation.

DIFFÉRENTS TYPES DE NOTES

4Classées dans un ordre correspondant à une optique pédagogique, les notes peuvent se ranger dans trois catégories principales : les notes de compréhension, qui portent sur la langue et sur la découverte par le lecteur du sens du latin, les notes d’érudition qui permettent ensuite au lecteur de trouver dans la lecture du texte des éléments qu’il peut mettre en rapport avec d’autres connaissances qu’il possède déjà ou acquiert précisément par sa lecture, et enfin les notes de type critique, qui n’apportent rien à la lecture proprement dite mais exposent les difficultés que rencontrent les éditeurs de chaque texte. On notera que ces trois types, très marqués dans les éditions, correspondent en réalité à trois finalités possibles de la collection : apprendre le latin, former un prince puis des hommes, éditer des textes.

5À l’intérieur de ces catégories, il se rencontre de multiples nuances qui tiennent parfois au texte lui-même, mais souvent aux nécessités mêmes de la collection. Elles vont maintenant être reprises type de note par type de note.

Les votes de compréhension

6Le type le plus simple de ce genre est celui qui consiste simplement en un point de grammaire ou en une interpretatio d’un passage difficile du latin, et ce en vue de ne pas ralentir la lecture du passage. Ainsi de la façon la plus simple dans Ausone :

  • 1 « Nuda : rapporter à nomina carorum memorabo. »

Nuda.] Refer ad nomina carorum memorabo.1

7À ce type se rattache le cas d’un énoncé elliptique dont la note donne la solution, comme cette note de Cornelius Nepos dans la « Vie de Miltiade » :

  • 2 « Ut populi nostri : lire Ut enim populi nostri. »

36 Ut populi nostri.] Lege, Ut enim populi nostri.2

8Un bon exemple d’une légère extension de ce type vers un type plus explicatif est fourni par cette note du Virgile :

  • 3 « Memorem Junonis ob iram : c’est-à-dire la colère de Junon qui n’oublie pas ; quant à ce qu’elle n (...)

Memorem Junonis ob iram.] Id est, iram Junonis memoris : quarum autem rerum memoris, habes infra v.303.

9Dans ce cas, il est remarquable que la note se limite strictement à faciliter la compréhension, mais ne comporte à proprement parler aucun contenu d’enseignement. La figure de rhétorique employée ici n’est pas définie et rien n’est dit du caractère proprement poétique de la construction. On est bien là dans un type très simple qui redouble l’interpretatio. La seule remarque importante consiste à renvoyer le lecteur à un autre cas où il pourra rencontrer la même difficulté.

10Ce type peut déboucher à son tour sur deux types plus complexes. Dans le premier l’interpretatio entre en jeu pour préciser le sens. Voici un exemple sur un passage de Virgile (Énéide I, 81 jugé très délicat :

  • 4 « Fas est : “il me sera permis de faire, même si tu donnes des ordres injustes : car je te suis red (...)

Fas esti.] Licebit mihi facere, etiamsi illicita jusseris : tibi enim tam multa debeo, sceptra, gratiam Jovis ; ut nemini reus possim videri, si jussa tua, quaecumque fuerint, impleverim. Atque id ad mentem Donati. Servius vero ait esse commutationem negativi sensus in affirmativum ; fas est capessere, pro, nefas est non capessere : ut alibi affirmativus in negativum commutatur ; munera nec sperno pro libenter accipio.Æ.7. 261.4

  • 5 Sur Donat, voir R. Herzog éd., Nouvelle histoire de la littérature latine, tome V, § 527, Paris, 19 (...)

11La note se divise ici clairement en deux parties ; la première fournit une interpretatio particulièrement abondante du texte en vue d’en éclairer très précisément le sens. La seconde partie quitte le pur domaine de la compréhension du texte, pour examiner d’autres sens possibles qui, à la limite, n’intéressent guère un lecteur soucieux de la seule compréhension immédiate du poème. L’usage des commentaires de Servius et de Donat5 montre bien que ce type de note évolue très souvent vers d’autres types en raison de sa grande pauvreté en contenu informatif.

12Cette évolution peut conduire alors à une note de type ouvertement grammatical, avec deux nuances possibles. Soit on vise à établir la construction du passage difficile et à en souligner la particularité grammaticale, soit on vise à établir une norme de « beau latin » à l’usage d’un éventuel rédacteur usant de cette langue. Au premier type se rattache par exemple cette note du Virgile :

  • 6 « Tot volvere casus : pour tot volvi casibus : bien que rude, ce tour est confirmé par un exemple d (...)

Tot voluere casus.] Pro tot volui casibus : quod quanquam durum est, tamen firmatur hoc Statii non absimili exemplo, ex Theb. 1. 2. 402. Ex quo frater inops ignota per oppida tristes exul agit casus : pro, agitur casibus.6

13Notons cependant que, dans ce cas, le rapprochement avec Stace introduit une approche de la difficulté comme stylème « poétique et épique », mais considéré cependant comme déviant par rapport à la pratique courante « quod durum est ». Au second type se rattache plus nettement cette note du Pro Quinctio qui peut passer pour une indication de vera latinitas :

  • 7 « Vereor : veremur pour les choses positives, comme par exemple la vertu, la science, etc. Metuimus(...)

Vereor.] Veremur in rebus honestis, v.g. virtute, scientia, &c. Metuimus in periculis, v.g. mortis, calamitatis & exilii.7

14Ici le lecteur, éventuellement le Dauphin, est invité à prendre à travers le texte de Cicéron la mesure de ce qu’il faut écrire. Ce phénomène s’explique aisément dans l’annotation de Cicéron qui est le modèle de l’éloquence latine. Il s’agit toutefois d’une note qui introduit une nuance assez subtile et suppose un degré de connaissance de la langue assez avancé. Evidemment ce procédé se retrouve très amplifié chez Ausone qui pose de surcroît la question de la normalisation classique d’un fait de langue tardif. Il s’agit dans les exemples suivants de notes qui s’adressent à la fois à un latiniste de bon niveau et à un curieux de grammaire. La première offre une illustration de la normalisation classique d’un fait tardif :

  • 8 « Prœditus etc. : porrigere : remarquer la construction nouvelle du mot præditus avec l’infinitif p (...)

Prœditus etc. porrigere.] Observa novam vocis prœditus cum infinitivo constructionem, Prœditus porrigere, pro eo quod diceres Prœditus arte porrigendi. Nisi Gronovium sequi malis, loco prœditus, legentem providus. Hunc porro Ausonium, aut alium cognominem, de re medica scripsisse tradit Marcellus Empiricus.8

15Ici l’attitude de l’éditeur, Souchay, est particulièrement intéressante. Il relève le trait tardif novam constructionem, sans d’ailleurs le qualifier avec exactitude, puis le normalise non pour le faire comprendre puisque le sens est évident, mais pour souligner la différence entre la construction classique marquée par un appel au lecteur indéterminé, diceres, et le syntagme d’Ausone. Ensuite vient le rejet poli, mais net, d’une conjecture antérieure, qui fait glisser la note dans un autre cadre, celui de la note d’érudition. Le second exemple est encore plus à la limite de la note d’érudition dans la mesure où il fait apparaître le simple fait tardif sans le commenter autrement que par un rapprochement avec un autre texte, plus tardif encore (Parentalia 2, 6) :

  • 9 « Lœtaque serietas : À partir de serius, on a forgé le mot serietas inusité des auteurs de la meill (...)

Lœtaque serietas.] A serius, serietas vox melioris aevi scriptoribus non usitata : reperitur apud Sidonium Apollinarem in Narbone : Risus, serietas, dicacitates : & ep.9 1. 1. Post nuptias Patricii Recimeris tandem reditum est inpublicam serietatem.9

16Il est clair pourtant que l’oxymoron obtenu par l’usage du mot n’a absolument pas retenu Souchay, qui se contente d’opposer selon la norme courante la latinité d’Ausone à celle de l’aetas melior. Il tombe cependant sous le sens que, dans un tel cas, la latinité est envisagée d’un point de vue étroit et de jugement de valeur : il y a les bons et les mauvais auteurs, les classiques scriptores melioris aevi et les autres.

17Cependant, une telle vue doit être rattachée à la démarche pédagogique d’apprentissage du latin. C’est ainsi que des phénomènes troublants pour un latiniste, comme les modifications de la quantité usuelle des syllabes en poésie, sont l’objet d’une attention particulière dans les textes du corpus. On peut ainsi relever à titre d’exemple dans le Virgile (Énéide 1, 30) :

  • 10 « Repostum : repositum syncope fréquente chez les poètes. Lucrèce, 1, 35 : tereti cervice reposta. (...)

Repostum.] Repositum ; syncope frequens apud poëtas. Lucret. 1. 1. 35. Tereti cervice repostâ. Horat. Epod. 9. v. 1. Quando repostum Caecubum ad festas dapes.10

18ou

  • 11 « Connubio : en général la seconde syllabe est longue parce que le mot vient de nubo dont l’initial (...)

Connubio.] Vulgo secundam syllabam habet longam, quia est à nubo, cujus prima longa : ita Æ. 3. 319. Hectoris Andromache Pyrrbin connubia servas. Æn. 4. 316. Per connubia nostra etc.11

19ou chez Ausone (Parentalia 4, 10)

  • 12 « Recidit : par archaïsme allongement de la première syllabe ; comme Lucrèce dans reducere et beauc (...)

Recidit.] ‘Aρχαῖσμῶ primam syllabam producit ; ut Lucretius in reducere & aliis multis.12

20Dans ces trois exemples, on peut reconnaître une gradation du propos qui correspond à une maîtrise supposée plus grande de la langue. Dans le premier cas, le plus simple, il s’agit uniquement de souligner un usage qui s’écarte de celui de la prose et qui peut donc étonner un latiniste peu au fait de la poésie et de ses pratiques. Nous nous trouvons dans le cas le plus simple des notes de compréhension. Le deuxième cas met en évidence une particularité de scansion déjà plus raffinée ; il s’agit d’exposer une règle de métrique, certes simple, mais qui dépasse la simple compréhension du texte : les composés d’un thème verbal conservent la forme métrique du thème. Enfin, l’exemple d’Ausone introduit un type encore plus savant dans lequel on trouve l’analyse d’une particularité de scansion qui peut passer pour anormale. La présence d’un mot grec sans traduction montre que nous nous situons ici dans une perspective scientifique qui tend à montrer à un lecteur déjà familier de la poésie latine classique des usages très particuliers en vigueur chez le poète précieux et érudit qu’est Ausone.

21En somme, l’annotation de compréhension demeure tendue entre deux exigences : éclairer le texte pour un latiniste débutant ou peu entraîné et lui permettre d’améliorer sa connaissance et sa pratique de la langue latine et fournir un appareil philologique digne de ce nom. Dans les éditions à usage proprement delphinien, ces deux tendances ne sont pas toujours gérées sans mal, puisque l’on trouve, dans Cornelius Nepos, Manilius, Virgile et les discours de Cicéron, des notes d’une simplicité extrême et éclairant des points élémentaires aux côtés de notes de grammaire beaucoup plus complexes. La tendance semble cependant favoriser les notes simples. Au contraire, dans l’Ausone, la nature du texte et la rupture du lien avec un quelconque projet éducatif princier motivent une annotation de type savant très affirmée. La difficulté même du texte conduit Souchay à souligner de multiples éléments souvent très pointus qui éloignent ce travail d’une édition de type scolaire. La tendance s’est inversée par rapport au Virgile ou au Cicéron par le passage d’une annotation auxiliaire de compréhension à une annotation de type davantage philologique. Au contraire, dans le Cicéron philosophique, autre ouvrage tardif de la collection, dont la langue n’est pas propre à dérouter un latiniste de haut niveau, les notes de compréhension deviennent une part très modeste du corpus.

Les notes critiques

  • 13 La BNF conserve (Rés. g. Yc. 552) un exemplaire de l’édition de Vinet de 1580 dont les marges sont (...)

22De manière générale, les notes critiques sont rares dans les volumes consultés. Le Virgile n’en comprend aucune et tous les autres volumes en comptent moins de dix dans le passage étudié à l’exception notable de l’Ausone qui en compte à lui seul autant que tous les autres réunis. Vient ensuite le Manilius qui en compte huit, soit un peu plus d’une note sur dix. Pour les autres, les chiffres sont insignifiants. Il est donc clair que la finalité des textes qui précèdent Ausone, sauf peut-être Manilius, n’est pas de donner une nouvelle édition du texte, ni d’en renouveler la connaissance. Il s’agit bien de faire porter l’attention du lecteur sur le sens du texte et ce qu’il peut apprendre et non sur les conditions de sa transmission. L’exception de l’Ausone de Souchay peut avoir plusieurs raisons. D’une part, il est dégagé de la nécessité éditoriale de la collection Ad usum Delphini et peut donc se permettre de composer sans tenir compte de manière aussi précise que ses devanciers d’exigences pédagogiques. D’autre part, Souchay a cherché à établir le texte d’Ausone de manière nouvelle et ne s’est pas contenté de modifier les détails des éditions antérieures. Le travail qu’il a mené sur un exemplaire de l’édition Vinet de 1580 permet d’ailleurs de saisir cet effort dans sa gestation.13 Enfin, l’établissement du texte d’Ausone, transmis de manière aberrante, lacunaire et complexe, avait conduit les éditeurs précédents à multiplier les conjectures, conjectures encore augmentées par l’extrême difficulté de certains passages. Souchay a donc tenté de mettre de l’ordre dans ce matériau compliqué et de fournir un texte lisible et conforme au minimum requis de sérieux scientifique, éliminant au passage des conjectures jugées spécialement farfelues. Pour toutes ces raisons, l’Ausone de Souchay ne peut être tenu comme reproduisant la pratique habituelle d’une collection qui tend au contraire à limiter les questions proprement philologiques.

Les notes d’érudition

23Les notes d’érudition frappent par leur extrême variété et le souci de fournir au lecteur un savoir encyclopédique tiré de la pratique des textes latins. À ce titre, elles conduisent souvent à d’assez vastes excursus dans lesquels le texte latin n’est somme toute qu’un élément de départ, qui en aucun cas ne peut être considéré comme le plus important. Souvent il ne s’agit pas d’expliquer, mais de tirer parti du texte pour une petite leçon. La nature de cette érudition est elle aussi susceptible d’étonner le lecteur moderne. En effet, les visées strictement scientifiques de l’érudition qui sont une dimension attendue de la question voisinent avec des visées plus proprement éducatives, qui établissent un jugement moral sur le récit ou sur l’attitude de l’auteur, commentent ses prises de position, voire fournissent du texte une interprétation de type allégorique, qui permet à l’idéologie véhiculée par les auteurs de s’imposer sur la trame même de l’auteur antique.

24Le type le plus simple est ici constitué par le simple éclaircissement érudit d’un mot ou d’une notion ou encore, cas très fréquent, de l’identité d’un personnage. On trouve ainsi au tout début du Cornelius Nepos cette note :

  • 14 « Attice : le destinataire des lettres de Cicéron à Atticus, nommé Atticus pour cette raison que, c (...)

1 Attice.] Is est ad quem Cicero scribit epistolas ad Atticum, Atticus ideo dictus, quod quum diu Athenis literis operam dedisset, non minus Atticae quàm Romanae linguae peritus erat. Idque patet ex Cicerone 5. de finibus bon. & mal. his verbis : Ita enim se Athenis collocavit, ut sit pœnè unus ex Atticis, ut id etiam cognomine videatur habiturus. Sed ea de re postea in vita Attici.14

25Dans certains cas le niveau supposé chez le lecteur par l’auteur de l’édition est proprement affligeant. On peut par exemple se poser des questions sur l’opportunité strictement érudite de cette note de Virgile (Énéide 1, 2) :

  • 15 « Italiam : région bien connue de l’Europe, qui s’étend en forme de botte entre la mer Adriatique a (...)

Italiam.] Regio est Europae notissima, in formam ocreæ extensa ; inter Hadriaticum sinum, à septentrione & oriente ; ac mare Tyrrhenum, à meridie : ad septentrionem & occidentem Alpibus separatur à Germania & Gallia.15

26Pour expliquer ce type de notes qui est totalement absent de l’Ausone, il semble que l’on peut invoquer davantage une nécessité philologique que proprement érudite. Il est évident que le Dauphin sait ce qu’est l’Italie ; en revanche, l’acquisition par le biais de la note d’un vocabulaire et d’une syntaxe géographiques, chose impossible dans le texte lui-même, paraît le but réel. On notera le soin avec lequel l’éditeur installe dans sa note l’essentiel pour la rédaction ou la compréhension d’une notice géographique en latin. S’inspirant de cette note, l’élève peut alors composer à son tour une notice ou déchiffrer un ouvrage plus technique. À un type plus raffiné appartiennent des notes à la fois historiques, philologiques et géographiques qui constituent de véritables petits exposés érudits propres à enseigner au-delà du texte des points jugés importants. Témoin cette note complexe du Virgile :

  • 16 « Genus unde Latinum : comment la race latine peut-elle provenir d’Énée puisque les Latins étaient (...)

Genus unde Latinumi.] Quomodo ex Ænea genus Latinum ? siquidem Latini ante adventum Æneae in Italia noti erant, quare Juno ad Jovem AE. 12. 820. Pro Latio obtestor. Ne vetus indigenas nomen mutare Latinos, neu Trœs fieri jubeas. Facile solvunt, qui vocem unde ad Latium referunt : patet enimvero, ex Latio ortos esse Latinos, Albanos item, & Romanos ; cum ii omnes populi Latium incoluerint. Quia tamen melius vox unde refertur ad factum Æneae, idcirco quaeritur quomodo Latinum inde ortum dicatur. Hunc autem modum suggerit Servius : quia victor Æneas, cum Trojanum nomen Latinis imponere jure potuisset, ipse Latinum nomen Trojanis imposuit vi, & ex utroque genere unum fecit ; quo ex genere mixto Albani deinde patres sive reges ; & mœnia Romœ propagata sunt : uti infra fusius dicetur, v. 265.16

  • 17 Pour la pratique de cet exercice dans l’Antiquité, voir H. I. Marrou, Histoire de l’éducation dans (...)

27Dans ce cas l’intention pédagogique est visible dans la forme même du dialogus supra auctores adoptée par la note. Celle-ci commence par une question de l’élève, suivie de la réponse circonstanciée du maître. Cette pratique est celle de l’explanatio auctorum telle qu’elle se pratique depuis l’Antiquité dans les classes.17 L’ordre des réponses est aussi remarquable dans son souci pédagogique : l’éditeur commence par opérer un rapprochement avec un locus similis dans l’œuvre afin de montrer qu’il ne peut s’agir d’un hasard, mais bien d’une volonté de l’auteur. L’explication commence par une analyse interne, puis s’oriente vers une analyse grammaticale qui permet une première élucidation du problème. Des deux solutions grammaticalement correctes, le maître choisit d’abord la plus simple qui élimine le problème, puis celle qui semble au contraire augmenter la difficulté, mais permet en réalité une interprétation beaucoup plus riche où intervient la tradition interprétative manifestée par Servius. À partir de là, la note s’oriente vers un contenu proprement historique en rappelant des faits rapportés par Tite-Live (livre I) relatifs aux débuts de la cité de Rome. Le renvoi final invite enfin le lecteur à compléter son information par une lecture transversale de l’ouvrage, dans le but d’acquérir des connaissances historiques de base que la note indiquée traite avec force détails. Dans ce cas, c’est tout un cheminement pédagogique qui est proposé au lecteur. Ce type abondant dans Virgile se retrouve également souvent dans les Cicéron, mais beaucoup moins dans Ausone, où ce genre d’éclaircissement est installé dans un paratexte intitulé animadversiones. Nous sommes là dans un type achevé de note d’érudition qui est totalement à l’opposé de la note très simple illustrée par l’exemple précédent. Entre les deux extrêmes, les nuances sont très nombreuses, et présentent à peu près tous les cas de figures. Plutôt que de les détailler, arrêtons-nous sur quelques points importants.

28Dans ces notes, il est assez souvent fait usage du grec, mais selon des modalités qui ne sont ni très claires, ni très cohérentes. La règle semble être (semble seulement, en raison de ce qui va suivre) de fournir au moins dans le Virgile et parfois les Cicéron une traduction latine du grec utilisé. Dans le Virgile, cette pratique est presque systématique comme dans cette note(Énéide 1, 76) :

  • 18 « Deïopeiam : le mot vient de δήιος, brûlant, et ὄѰ ὀπος, voix. »

Deïopeiam.] Nomen à δήιος ardens, & ὄѱπ υοϰ.18

29Dans les Cicéron et dans Ausone, la pratique est beaucoup moins cohérente. Le texte grec est parfois traduit, parfois non, sans que des arguments précis puissent être tirés de sa longueur ou de sa difficulté. La tendance est la suivante. Lorsqu’il s’agit d’un renvoi à un mot ou à un membre de phrase dans un cadre où la compréhension du latin est en jeu, la traduction est généralement fournie. En revanche, quand il s’agit d’une citation de type strictement érudit ou d’un texte fourni en appui au texte latin, mais sans en éclairer le sens grammatical, le texte n’est pas traduit. Il faut évidemment se souvenir que, comme une partie de l’œuvre d’Ausone est en grec, le lecteur du poète bordelais est considéré comme connaissant cette langue. L’usage dans les Cicéron est plus troublant dans la mesure où on trouve ce qui, au moins dans le corpus délimité pour cette étude, ne se trouvait pas dans le Virgile : une note où l’explication est tout entière constituée par un mot grec. L’exemple provient des Académiques :

  • 19 Il y a bien sûr une coquille dans la note et il faut lire opinabilem comme dans le texte.

Opinalem.19] δοξασον.

30L’adjectif opinabilis est un adjectif rarissime qui était propre à troubler le lecteur, mais l’équivalent grec suppose que le lecteur connaisse cette langue et qu’il soit à même d’apprécier le stylème cicéronien qui consiste à former en latin un terme philosophique sur le calque d’un mot grec. Le sens du mot est bien « qui est selon la doxa » par opposition à ce qui repose sur une connaissance de type philosophique. Ici il faut supposer chez le lecteur l’identification du terme philosophique comme tel, puis sa transposition dans l’univers conceptuel grec, afin de percevoir exactement le sens de la note. On aurait attendu quelque chose du type : opinabilis, quod secundum opinionem dicitur vel sentitur. De opinione, vide Grœcum verbum doxa. Dans ce cas, la note est technique et renvoie à la science illustrée par le texte. Ce fait souligne bien l’adéquation entre les publications de la collection et une ratio studiorum de type encyclopédique, où on envisage une progression des connaissances globales de l’élève et non de son seul niveau en latin.

31Dans l’ensemble, ces notes visent à exploiter au mieux le texte en vue d’une instruction complète de l’élève. On peut ainsi relever chez un historien comme Cornelius Nepos de véritables exposés institutionnels à l’occasion d’une simple note, comme cette analyse de l’ostracisme à propos de la « Vie de Thémistocle » :

  • 20 « Testularum suffragia : l’ostracisme était chez les Athéniens un genre de relégation par lequel qu (...)

25 Testularum suffragiis.] Ostracismus erat apud Athenienses Relegationis genus, quo scilicet dum cives pœnam alicui irrogandam, vel propter ejus divitias, vel amicos, aliamve potentiam, existimabant, in vas quoddam testulas viritim in concilio ipsis datas suffragiorum loco mittebant, in quibus quisque nomen illius scribebat quem urbe cedere voluisset. Magistratus verò qui huic negotio praeerant, universos simul calculos recensebant ; qui nisi sex millium numerum excessissent, nil confectum esse judicabatur. At quicunque tali suffragiorum numero damnatus erat, hic ad decennium extra urbem ejiciebatur. Vide Aristot. lib. 3 Politic. Dictus autem Ostracismus ἀπò τῶν ὀστράкων, hoc est à testulis in quibus suffragia scribi solebant. Causa instituti, ne quis ob nimiam potentiam libertate oppressa tyrannidem occuparet. Sigonius lib. 2 de rebus Athenensium.20

32Dans ce cas, deux traits sont particulièrement remarquables : la précision de la définition et de ses attendus (causes et conséquences) et le renvoi à un ouvrage moderne, qui est présent dans les ouvrages consultés, mais demeure rare sauf dans l’Ausone qui le pratique de manière absolument courante. Dans le cas présent, la note colle au texte, mais, dans d’autres cas, il est évident que la note sert à placer un point d’enseignement dont le texte n’est que le prétexte, comme cette note de la Préface :

  • 21 « Nulla Lacedœmoni tam nobilis vidua : Lacédémone est la ville la plus illustre du Péloponnèse tout (...)

4 Nulla Lacedœmoni tam est nobilis vidua.] Lacedaemon urbs totius Peloponnesi clarissima, Lycurgi legibus olim florentissima, Menelai Regis, & Helenae Regia, non procul ab Eurota flumine ; alio nomine Sparta, nunc vulgo Mizitra. Porro Plutarchus in Laconum institutis, vetita apud Lacedaemonios legibus Lycurgi scenica spectacula testatur, quod sanè Nepotis opinioni repugnat ; sed ipsi favet Athenaeus lib. 13.21

33Dans des cas comme celui-ci, la finalité de l’annotation influe sur la perception du texte. L’auteur latin, parce qu’il aborde de manière littéraire et dans une langue qui fait partie des études obligatoires des faits variés, permet de mener un double objectif : apprendre une langue et, tout en lisant les bons auteurs de cette langue, acquérir une solide culture générale et se frotter à des modes de pensée extérieurs qui doivent amener à une réflexion morale. C’est alors qu’interviennent des notes de type moralisateur ou parénétique comme celle-ci, tirée de Virgile :

  • 22 « Ingemit : d’aucuns accusent Enée de lâcheté mais ils s’avancent trop : en effet, il ne se répand (...)

lngemit.] Accusatur hic à quibusdam AEneas pusilli animi, sed temere : non enim hic mortem deprecatur, sed mortem ingloriam atque inutilem.22

34Ici, la valeur exemplaire du personnage d’Enée est défendue, selon des critères qui le rapprochent de l’héroïsme classique : il est faux de dire qu’Énée cède au désespoir, ce qui semble pourtant être la volonté du texte, il faut au contraire considérer qu’il pleure de mourir sans gloire.

35Dans d’autres cas, l’intention moralisatrice tend au contraire à souligner l’infériorité des Romains par rapport aux modernes lecteurs de leurs œuvres, en particulier bien sûr sur le plan religieux. Ainsi, dans cette note de Virgile (Énéide 1, 50), la mythologie est analysée avec un souci sévère de rendre le mythe convenable :

  • 23 « Incedo regina, etc. : À propos de la solennité de l’entrée de Junon voir Georg. 3, 532. Il s’agit (...)

Incedo regina, etc.] De gravitate Junonis incessûs G. 3. 532. Solemnia Deorum cum sororibus connubia sunt. Ovid. Met. 9. 498. Dii nempe suas habuere sorores. Sic Saturnus Opim junctam sibi sanguine duxit, Oceanus Tethyn, Junonem rector Olympi. Per Jovem autem, fabulae aetherem cœlumque igneum significarunt ; per Junonem, aërem : unde Juno Jovis soror dicitur, quia aër aetheri subtilitate persimilis ; conjux vero, quia aër aetheri subjectus. Ex Cicerone & Macrobio. Tamen Virgilius aërem ipsum in uno Jove adumbrasse, eique terram conjugem attribuisse. G. 2. 325.23

36On notera surtout ces deux notes très dures du Manilius, qui en contient un nombre assez important, sans doute en raison de la nature même du texte :

  • 24 « Sors est hæc sua cuique ferenda : les destins en effet, comme le dit Sénèque au livre 2 des Quest (...)

22. Sors est hœc sua cuique ferenda.] Fata quippè, ut ait Seneca 2. nat. q. 5, jus suum peragunt, nec ullâ commoventur prece : nec misericordiâ flectuntur : non gratiâ : servant cursum irrevocabilem : ex destinato fluunt : quemadmodum rapidorum aqua torrentium in se non recurrit, nec moratur quidem, quia priorem superveniens praecipitat ; sic ordinem rerum Fati series rotat, cujus haec prima lex est stare decreto. Non igitur aut effugere Fortunam instantem poterit, aut invitam votis prendere. Impia sanè & haeretica sententia. Malè autem Vulg. culpa, pro cuique quae lectio est Gembl.24

  • 25 « Scilicet est aliud etc. : par ces trois vers et demi, il conclut que tout dans notre vie arrive p (...)

98. Scilicet est aliud etc.] His 3 v. cum dimidio concludit haec omnia nobis in vitâ contingere ex Fati decreto, quod nos cogat regâtque per omnia. Sed quàm impia & falsa sit haec sententia nemo Christianus nescit : nisi per Fatum intellexeris Deum ipsum, ut monui lib. i, v. i not.25

  • 26 « Bien sûr, il est autre chose qui nous contraint et nous gouverne, quelque chose de plus grand qui (...)

37Dans le dernier cas, les vers incriminés sont : scilicet est aliud quod nos cogat regatque / majus & in proprias ducat mortalia leges,/ attribuátque suos ex se nascentibus annos, / fortunaeque vices [...]26 dans lequel l’auteur de l’édition voit une dangereuse attribution au hasard de faits dont il veut montrer l’origine dans la divine Providence. Cet aspect a de quoi étonner, mais il cadre absolument avec les préfaces et répond à la visée même de la collection qui n’est pas tant d’apprendre une langue ou l’histoire que de former un homme en lui conférant le bagage culturel et moral nécessaire tiré de la confrontation avec les anciens. C’est ce qu’expriment en grande partie les préfaces que nous allons maintenant étudier, après avoir repris sous forme de tableau les divers types de notes et leur présence dans le corpus :

ESSAI DE DÉFINITION DES PRINCIPES D’ANNOTATION

38À la suite de ces remarques, peut-on tenter de définir les grandes lignes qui guident l’annotation dans la collection ? Dans la mesure où les indications quelles fournissent concordent avec les indications et les déclarations d’intention contenues dans les préfaces, elles permettent au moins de situer la place de l’annotation dans les ensembles parfois fort développés qui constituent le paratexte. Aussi commencerons-nous par quelques remarques sur les tableaux qui précèdent, qui seront ensuite comparés aux éléments récurrents des préfaces (et le cas échéant aux éléments originaux de chacune d’entre elles), avant d’essayer d’esquisser des éléments plus globaux d’appréciation du projet pédagogique auquel semblent concourir ces notes.

La répartition des notes et son sens

39Le nombre élevé de notes de compréhension n’a rien qui doive nous étonner d’une collection à visée pédagogique. Mais leur répartition est plus intrigante. Si on laisse de côté l’Ausone qui poursuit assez clairement d’autres buts que les précédents volumes, on est surpris de voir la place très importante que les notes de compréhension prennent dans le volume consacré aux discours de Cicéron par rapport aux autres volumes. Il est évident que cette distorsion est patente, si l’on compare ce texte au volume des œuvres philosophiques qui ne comporte presque aucune note de ce type, mais elle l’est également, comparée à des textes réputés largement plus difficiles comme Manilius, Virgile ou même Cornelius Nepos.

40Il faut tout d’abord relever que le nombre des notes et donc la densité de l’annotation semblent être laissés à la discrétion de l’éditeur et de sa propre conception de ce qui est nécessaire à la compréhension du texte. Ainsi Courtin annote abondamment son Nepos (mais il souligne la difficulté du texte en introduction), tandis que de La Rue, l’éditeur de Virgile, se montre peu disert sur un sujet qui pourtant le méritait. Cette liberté rejaillit sans doute sur les notes de compréhension. L’Honoré, le jésuite éditeur du Cicéron philosophe, a concentré ses remarques sur des points d’histoire de la philosophie, considérant sans doute le texte lui-même comme facile à comprendre.

41Mais, par-delà cette absence de contrainte, l’ampleur de l’annotation grammaticale et stylistique des discours repose vraisemblablement sur un souci linguistique particulier et propre à ce texte : former le goût du Dauphin et des autres lecteurs aux règles parfaites de la rhétorique latine. L’abondance dans ce volume de notes normatives le montre bien. Sur trente-deux notes de compréhension, quatre présentent des éléments normatifs, c’est-à-dire indiquent l’usage cicéronien comme usage modèle. C’est par exemple le cas de la note sur vereor examinée ci-dessus. Dans ce cas, l’éditeur a donc sans doute pris appui sur son texte pour montrer au Dauphin la meilleure manière d’écrire, ce qui suppose une mise en modèles de la littérature latine qui annonce la hiérarchie scolaire du xixe siècle. La même idée se trouve d’ailleurs dans les observations normatives de Souchay (quatre sur les soixante-cinq notes de compréhension) qui soulignent toujours l’étroite sujétion des règles grammaticales latines à la prose cicéronienne.

42Pour les autres notes, l’examen de nos résultats permet de dégager les matières que l’on juge primordiales dans l’étude de chaque auteur et, au-delà, une vision globale de la littérature latine et de la manière dont chaque auteur est considéré.

43Dans l’ensemble les auteurs latins peuvent être schématiquement considérés comme un vivier de connaissances historiques et géographiques. La règle semblant être de définir tous les noms propres qui se rencontrent dans les textes, la vision peut être en partie faussée. Mais l’existence même de cette règle (certes tacite, mais évidente à la lecture des notes) souligne la valeur exemplaire donnée à la littérature latine. Les biographies, souvent très méthodiques dans leur souci de dévoiler l’essentiel du personnage, fournissent des exempla ou des éléments d’appréciation du comportement des personnages dans les récits. Elles abondent chez Nepos et surtout dans l’annotation des Académiques où un bref résumé de la doctrine de chaque philosophe permet de le situer dans le discours de Cicéron certes, mais aussi dans une perspective plus globale d’histoire de la pensée. Ces vues motivent aussi les notes de type moral somme toute assez nombreuses, qui stimulent la réflexion sur les exempla. Ce sont là des traits schématiques, mais ils sont assez représentatifs à la fois de la vision classique de l’Antiquité et de la vision propre de la littérature dans la mouvance jésuite pour mériter d’être notés.

44Si l’on s’efforce de spécialiser par auteur les analyses, ce qui trouble le plus est l’opposition totale dans le traitement des deux poètes, Manilius et Virgile. Le premier présente une annotation qui le rapproche tout à fait des prosateurs, avec une forte insistance sur les matières scientifiques, l’histoire, la philosophie, la biographie et, somme toute, très peu de chose sinon rien sur le style poétique même de l’auteur. Au contraire, Virgile, le poète par excellence, est avant tout le réservoir de mythes que l’on explique à l’élève par des excursus et le représentant de la poésie latine dont on étudie la diction et les procédés, les notes de rhétorique ou de métrique étant chez lui assez courantes alors qu’elles sont totalement absentes chez Manilius. Dans ce cas, comme tout à l’heure pour le Cicéron orateur, le souci d’établir un modèle semble avoir guidé les auteurs.

45Cependant, on ne peut qu’être frappé de la dimension somme toute assez univoque des textes qui se dégage de ce tableau. Si l’on excepte l’histoire et la géographie, la littérature latine ne donne guère lieu, sauf cas particulier d’un philosophe, à une annotation de type universel. La tendance encyclopédique qui est réelle dans le détail de l’annotation cède la place, dans un examen de plus haut, à une tendance assez réductrice à l’histoire et la biographie, ainsi qu’à l’éclaircissement des toponymes. Seul cas à part, le véritablement encyclopédique Ausone semble tirer de sa vocation d’œuvre non pédagogique une richesse et une dynamique interprétative et explicative nouvelles.

Les préfaces confirment la valeur avant tout historique et philologique des notes

46Cette impression se confirme à la lecture des passages consacrés par les préfaces à l’examen de l’adnotatio. Parmi les textes étudiés, c’est la préface de Courtin à Cornelius Nepos qui fournit sans doute l’exposé le plus clair de la place de l’annotation dans le paratexte. Courtin écrit :

  • 27 Cuique suus assignatus est labor, cuique sua demandata est Provin cia ; atque mihi cornelius nepos (...)

Chacun reçut son travail, chacun se vit attribuer sa charge ; pour moi j’obtins Cornelius Nepos, auteur certes facile au premier abord, mais, si l’on se penche sur ses détails avec plus d’attention, difficile en la plupart des passages en raison de sa manière abrupte de s’exprimer. Je n’ai eu en tête qu’une seule idée : tout dire en peu de mots de ce qui tourne autour des points obscurs et ne rien laisser de côté que l’on pût regretter de ne point trouver et qui conduirait à une réelle clarté et à apporter de la lumière. C’est pourquoi nous nous sommes proposé un but en deux parties : d’abord, par une simple interpretatio des mots d’éclaircir les paroles les plus obscures par des plus claires ; deuxièmement, retirer toute difficulté dans les matières traitées par des notes particulièrement soignées.27

47Dans ce passage, deux éléments sont à remarquer, la place des notes dans le paratexte et leur nature.

48Les notes sont un élément parmi d’autres du paratexte, et en particulier sont intimement liées à l’interpretatio quelles complètent dans l’élucidation du texte. Un des buts principaux de l’interpretatio étant d’exposer le sens, elle est donc conçue comme un commentaire de base permettant de saisir d’emblée le sens obvie à travers une simplification linguistique de l’original. C’est le sens même du verbe explicemus, qui désigne l’explanatio auctorum, c’est-à-dire la lecture mot à mot des auteurs en vue d’en donner le sens exact. Cela explique très probablement que les notes de compréhension soient relativement réduites puisque, en théorie, elles ne doivent intervenir que lorsque l’interpretatio échoue à rendre clairement le sens. Cette manière de procéder est particulièrement évidente d’ailleurs – et plus que dans le Nepos – dans le volume de Souchay, où l’extrême difficulté du texte conduit souvent l’auteur à proposer, outre l’interpretatio, des notes qui poursuivent celle-ci et la complètent comme ces deux notes simples (Eph. Orat. 40 et 49) :

  • 28 « Proceres abiere pii : les saints patriarches. » L’interpretatio porte « par où sortirent les pieu (...)
  • 29 « Cruciata : par des sentiments mauvais.» Le mot ici n’est pas repris dans l’interpretatio.

Proceres abierepii.] Sancti Patriarchae.28
Cruciata.] Pravis affectibus.29

49Dans ces deux cas, un supplément d’information est fourni par l’adnotatio sans toutefois éviter qu’il fasse dans le premier cas double emploi. En revanche, dans le second cas, l’image contenue dans cruciatus, qui n’est pas transposée dans l’interpretatio en raison de son caractère de fait stylistique s’éloignant de la simplicité voulue par l’exposition du sens, est reprise et développée par une note qui ressemble fort à une expansion d’interpretatio comme celles que Souchay se permet parfois ailleurs.

  • 30 Igitur versibus interpretationem, notas interpretationi subjeci.

50Ce lien étroit entre l’annotation et l’interpretatio apparaît bien comme une constante de la collection et semble donc pouvoir être rapporté à un dessein global issu des promoteurs de l’entreprise. En effet, tous les auteurs peu ou prou l’évoquent en des termes semblables, la hiérarchie des deux systèmes d’explication ressortant singulièrement de la formule de de La Rue à propos de son Virgile : « J’ai donc placé sous les vers une interpretatio et sous l’interpretatio des notes. »30 Le verbe subjicere souligne à la fois la disposition typographique adoptée et le rapport logique entre les diverses parties qui constituent la page.

51De telles déclarations renforcent, s’il en était besoin, l’idée d’une priorité absolue accordée au texte dans la pensée même des promoteurs. L’appareil d’érudition construit par les auteurs des éditions ne peut être justifié que dans la mesure où il permet l’accès facile et direct aux grands textes de la littérature latine et ce y compris par un latiniste de moyenne force ou peu au fait des realia et de l’histoire. Si l’on en croit Michel Dufay, l’éditeur de Manilius, c’est là qu’il faut voir l’originalité de la collection et la marque propre du duc de Montausier :

  • 31 Quantum verò fructûs ex hâc novâ commentandi ratione percipiatur, commodè experiuntur, qui pueros i (...)

Quant aux fruits qu’on trouve à cette nouvelle méthode de commentaire, ceux qui éduquent des enfants en feront aisément l’expérience ; mais en premier l’ont expérimenté avec succès, s’agissant du Sérénissime Dauphin, le grand duc de Montausier, gouverneur très sage du Dauphin, qui le premier fit la découverte de cette méthode de commentaire... » [suivent les autres promoteurs de la collection].31

52On peut évidemment se demander à quoi renvoie cette nova ratio commentandi. Il est évident cependant qu’elle renvoie à l’ensemble de l’appareil interpretatio, adnotatio et non seulement aux notes, eu égard à ce qui vient d’être dit. Or, l’intérêt de la remarque de Dufay est double pour notre enquête.

  • 32 Voir, dans la préface des œuvres philosophiques de Cicéron, la remarque ironique du Père L’Honoré, (...)

53Il souligne d’abord ce que l’idée de Montausier a de nouveau et l’oppose ainsi aux autres rationes commentandi dont, paradoxalement, l’Ausone de Souchay se fait l’image : il s’agit de glaner dans les commentaires antérieurs tout ce qui paraît juste et au besoin d’en rajouter de son propre tonneau. Ce type de commentaire conduit souvent à écraser le texte sous des annotations sans fin qui dissertent et discutent sur des points de détail.32 À ce titre, l’idée de Montausier correspond bien à une simplification pédagogique afin de permettre à de jeunes lecteurs de se repérer dans le texte. Et c’est là sans doute le plus important. À cette époque de la collection, le but fixé est d’instituere pueras et rien d’autre. Michel Dufay a conscience que l’auteur qu’il présente au Dauphin est à la fois difficile et austère, mais en même temps la technique proposée par Montausier lui permet, croit-il, de le rendre lisible par des enfants. De ce fait, l’annotation recherchera, continue Dufay, la brièveté et la simplicité, tout en se voulant la plus complète possible :

  • 33 Deinde quarum vocum sensus aut vis exponi nisi pluribus non potuit, illarum explanationes rejicimus (...)

Ensuite les mots dont le sens ou la signification n’auraient pu être expliqués sans avoir recours à de nombreux mots, j’en ai rejeté l’explication dans les adnotationes ; je les ai faites brèves de telle sorte cependant que nous ne laissions rien de côté qui pourrait être objet d’interrogations tant en ce qui concerne l’intention du poète que sa doctrine, que l’histoire, la mythologie, la géographie et la compréhension de tous les autres sujets. Donc c’est ce que les lecteurs ont coutume de garder en mémoire de préférence, à savoir le style et le contenu, que, dans ces commentaires de Manilius, nous avons expliqué pour qu’ils ne puissent causer d’embarras à personne, fût-ce un débutant33.

54On trouverait aisément, chez les autres auteurs de préfaces de cette période, les mêmes remarques et les mêmes précautions. Il est cependant notable que Dufay pose très clairement dans le couple dictio et res la finalité même de l’enseignement du latin par le biais de la collection. Pour lui, et sans nul doute pour les promoteurs de la collection, l’annotation doit mettre en avant, tout autant que le contenu de l’œuvre, la valeur de la dictio. À ce titre, la comparaison avec le latin « basique » de l’interpretatio est un procédé pédagogique simple, mais de la plus grande ingéniosité. C’est la raison pour laquelle la plupart des auteurs ne reculent pas devant quelques notes de stylistique montrant comment l’auteur se sert de son matériau à des fins proprement littéraires. Ainsi pour Manilius :

  • 34 « Victuros agimus : métaphore. Le mot agere est rapporté à toutes les activités humaines et il est (...)

5. Victuros agimus.] Metaphora. Verbum enim agere tribuitur cunctis humanis actibus, ponitúrque pro fingere, reprœsentare, fungi &c. Sic dicimus, agere bonum civem, agere dominum, agere bistrionem, &c.34

55De même dans l’annotation de Cicéron orateur abondent les notes montrant aux élèves comment un bon orateur doit construire son discours. Ainsi dans l’exorde du Pro Quinctio :

  • 35 « Cui tenues opes : il attire la bienveillance et la pitié sur Quinctius, en le comparant avec son (...)

Cui tenues opesi\Conciliat benevolentiam & commiserationem Quinctio, eum cum adversario componendo. Nam ille valet gratia, hic nullis opibus, imo solitudo ejus, & inopia summa est. Certe homini calamitoso libenter succurrunt viri boni.35

56Le procédé est ici très simplement, mais très complètement analysé : nature rhétorique (captatio benevolentiœ), procédé mis en œuvre (comparaison), effet produit sur une partie du public supposée honnête. Dans le même ordre, mais à un niveau plus raffiné, des figures complexes comme l’ironie double sont repérées et analysées avec précision dans un but d’apprentissage des figures et des tropes :

  • 36 « Tum iste vir optimus : double ironie. Car il y a d’abord ironie puis négation ironique de l’ironi (...)

Tum iste vir optimusi] Ironia geminata. primum enim est ironia, tum ironiae negatio ironica, quam occupatione tractat, non propter Naevium, ne ilium offendat, sed ut eum pudore suffundat ; non enim eum timet, sed pro scurra habet impudenti.36

57Ainsi, l’utilité pédagogique – et elle seule – commande le choix des notes et leur rédaction. Le Père de Mérouville en donne d’ailleurs une définition presque parfaite dans sa préface aux discours de Cicéron :

  • 37 Ac primum quidem earum argumentum, personas de quibus in illis agitur, tempus quo habitae sunt, & p (...)

D’abord nous proposons l’argument des discours, les personnages dont il s’agit, le moment où ils ont été prononcés et les parties qui les composent. Pour chacun s’ajoute une analyse dans laquelle nous exposons sans commentaire les arguments et les raisons avec les figures dont l’orateur se sert, afin que chacun connaisse la méthode d’invention et d’amplification ; ensuite si d’aventure il se trouve quelque obscurité dans les mots, nous en substituons d’autres ; enfin nous ajoutons des notes pour illustrer ce qui peut faire obstacle à la compréhension de l’intention de l’auteur. C’est pourquoi nous ne remontons pas à l’origine, ne nous livrons pas à de longues citations de sujets qui souvent n’expliquent pas tant l’intention de l’auteur qu’ils la dissimulent, ni à de prolixes récits mythologiques ou historiques. Nous n’oublions pas que nous ne sommes ni un mythographe ni un historien, mais un simple explicateur de Cicéron.37

  • 38 Il entend « servir l’intérêt du public et non sa propre gloire » (publicis commodis non meœ me laud (...)

58C’est la raison pour laquelle les auteurs peuvent à bon droit faire acte de modestie dans leurs préfaces. On ne leur demande, note l’éditeur de Virgile38, ni de faire part de leur érudition ni de contribuer par ce texte à leur gloire scientifique, mais de faire œuvre de pédagogues. Cela peut d’ailleurs expliquer parfois les carences graves de certaines éditions sur le plan strictement philologique. Collection destinée à l’instruction ou à la culture de l’honnête homme, la série n’a pas d’abord eu pour but de renouveler la connaissance du texte ; si tel a parfois été son but, il faut sans doute le rapporter soit à une initiative ponctuelle (Manilius), soit à des conditions particulières de réalisation de l’édition (Ausone). Il faut donc sans doute voir dans les notes davantage une source de premier plan sur les principes et les pratiques pédagogiques qu’une illustration de l’avancée de la philologie et de l’érudition classiques au xviie siècle.

Former un prince, former des hommes. Le projet de la collection et la pratique de l’annotation

  • 39 Qui enim in informandis maximi principis moribus tantam, non civilis modo militarisque prudentioe, (...)

59En revanche, cette conception utilitaire de l’édition, qui motive, on s’en doute, l’abondance des notes historico-géographiques, ne remet pas en cause une finalité morale certaine apportée à la collection et plusieurs fois réaffirmée par les auteurs. Le but premier, rappelle le Père de La Rue, est bien de faire l’éducation morale du Dauphin : la collection est née in informandis moribus. Ce n’est qu’à partir de là que les connaissances s’organisent en vue de ce but : Montausier, continue de La Rue, a compris que cette entreprise nécessitait que le Dauphin connût la science du gouvernement et celle de la guerre (ce qui explique un certain nombre de choix éditoriaux) mais aussi les lettres et la philosophie (ce qui justifie par exemple la présence de poètes, outre leur valeur morale).39 Ainsi, la collection se range dans un concept plus vaste d’éducation totale qui, dans la bouche du Père de La Rue, ne peut que faire penser aux rationes studiorum des collèges jésuites. Dans ce cadre en effet, les Pères tendent à développer toutes les dimensions de l’intelligence et des possibilités de l’élève dans le but de lui assurer la formation nécessaire à l’exercice des plus hautes responsabilités.

60Cette déclaration peut-elle avoir eu une influence sur les notes elles-mêmes ? Sans doute, mais d’une manière indirecte. Pour apprécier pleinement le système d’annotation des volumes de la collection, il faudrait avoir en main l’organisation des études du Dauphin telles que ses maîtres l’avaient conçue et pouvoir la comparer avec les Rationes jésuites. Il est probable qu’un certain type de notes a pu être éliminé en raison de répétitions possibles avec d’autres ouvrages (et en particulier avec les dictionnaires que la collection propose), voire avec d’autres enseignements reçus par le Dauphin. On est surpris de voir dans les notes Manilius par exemple des remarques astronomiques cum figuris qui supposent que le Dauphin a déjà acquis par ailleurs des connaissances sérieuses sur le sujet. Mais, là aussi, il faudrait pour se prononcer déterminer si certaines éditions plus que d’autres ont fait l’objet de directives précises des précepteurs du Dauphin ou ont été élaborées avec eux. La cohérence globale de toutes les préfaces et du système d’annotation donne à penser qu’il a pu exister une sorte de règle éditoriale, qui nous échappe encore en partie, fixant le statut global des notes et éventuellement indiquant quelles notes sont indispensables et quelles autres peuvent être omises. On est frappé à la fois par la réelle unité des travaux (à l’exception de l’Ausone, qui ne pouvait se conformer au modèle delphinal) et par des différences de détail qu’on ne peut sans doute pas mettre seulement sur le compte de la personnalité des éditeurs. La valeur exacte de l’annotation ne peut être comprise à mon sens que dans l’examen du projet global d’éducation du prince.

Notes

1 « Nuda : rapporter à nomina carorum memorabo. »

2 « Ut populi nostri : lire Ut enim populi nostri. »

3 « Memorem Junonis ob iram : c’est-à-dire la colère de Junon qui n’oublie pas ; quant à ce qu’elle n’oublie pas, voir ci-dessous vers 30. »

4 « Fas est : “il me sera permis de faire, même si tu donnes des ordres injustes : car je te suis redevable de beaucoup, sceptre et reconnaissance de Jupiter de telle sorte que je ne paraîtrai coupable aux yeux de personne si j’accomplis tes ordres quels qu’ils soient.” Telle est l’idée de Donat. Mais Servius dit qu’il y a ici changement du sens négatif en sens affirmatif ; fas est capessere pour nefas est non capessere, comme ailleurs un sens affirmatif devient négatif : munera nec sperno pour libenter accipio. Enéide, 7, 261. »

5 Sur Donat, voir R. Herzog éd., Nouvelle histoire de la littérature latine, tome V, § 527, Paris, 1993. Le commentaire de Donat nous est parvenu très mutilé, mais il semblerait que Servius, autre grammairien latin à avoir laissé un commentaire de Virgile, se soit très fortement inspiré du commentaire de Donat. Les deux auteurs sont en très grande estime chez les érudits du Moyen Âge et de la Renaissance et ne cessent d’être lus. La parution de l’édition par P. Daniel du Servius auctus ou Servius Danielis en 1600, tout en dévoilant des passages dont on se demande aujourd’hui s’ils ne sont pas des fragments de l’œuvre de Donat intégrés au commentaire de Servius, avait remis, s’il en était besoin, encore plus en avant ce commentaire.

6 « Tot volvere casus : pour tot volvi casibus : bien que rude, ce tour est confirmé par un exemple de Stace qui n’en diffère guère, dans la Thébaïde, 2, 402 : ex quo frater inops ignota per oppida tristes exul agit casus pour agitur casibus. »

7 « Vereor : veremur pour les choses positives, comme par exemple la vertu, la science, etc. Metuimus pour les dangers, comme par exemple la mort, le désastre, l’exil. »

8 « Prœditus etc. : porrigere : remarquer la construction nouvelle du mot præditus avec l’infinitif prœditus porrigere, là où on dirait præditus arte porrigendi. À moins que l’on préfère suivre Gronovius et lire providus au lieu de prœditus. En outre, cet Ausone, ou un autre du même nom, avait écrit sur la médecine, selon Marcellus Empiricus. »

9 « Lœtaque serietas : À partir de serius, on a forgé le mot serietas inusité des auteurs de la meilleure époque ; on le trouve chez Sidoine Apollinaire s’agissant de Narbonne : Risus, serietas, dicacitates et en Ep., 9, 1, 1 post nuptias Patricii Recimeris tandem reditum est in publicam serietatem. »

10 « Repostum : repositum syncope fréquente chez les poètes. Lucrèce, 1, 35 : tereti cervice reposta. Horace, Epodes, 9, 1 : quando repostum Cœcubum ad festas dapes. »

11 « Connubio : en général la seconde syllabe est longue parce que le mot vient de nubo dont l’initiale est longue : ainsi Énéide, 3, 319 : Hectoris Andromache Pyrrhin’ connubia servas. Énéide, 4, 316 : per connubia nostra, etc. »

12 « Recidit : par archaïsme allongement de la première syllabe ; comme Lucrèce dans reducere et beaucoup d’autres mots. »

13 La BNF conserve (Rés. g. Yc. 552) un exemplaire de l’édition de Vinet de 1580 dont les marges sont occupées par des remarques, des embryons de notes et des corrections critiques de Souchay. Ce document, bien que parfois difficile à exploiter en raison du caractère de notes de travail des remarques de l’éditeur dauphin, est du plus haut intérêt pour l’histoire de l’édition Ad usum Delphini d’Ausone.

14 « Attice : le destinataire des lettres de Cicéron à Atticus, nommé Atticus pour cette raison que, comme il s’était longtemps adonné aux Belles-Lettres à Athènes, il était aussi connaisseur de la langue attique que de celle de Rome. Cela ressort du livre 5 du De Finibus de Cicéron où on lit : ita enim se Athenis collocavit, ut sit poene unus ex Atticis, ut etiam cognomine videatur habiturus. Mais sur ce point, voir ensuite la “vie d’Atticus”. »

15 « Italiam : région bien connue de l’Europe, qui s’étend en forme de botte entre la mer Adriatique au Nord et à l’Est et la mer Tyrrhénienne au Sud. Du côté Nord et Ouest elle est séparée par les Alpes de la Gaule et de la Germanie. »

16 « Genus unde Latinum : comment la race latine peut-elle provenir d’Énée puisque les Latins étaient connus en Italie avant la venue d’Énée, raison pour laquelle Junon dit à Jupiter, Énéide, 12, 820, Pro Latio obtestor. Ne uetus indigenas nomen mutare Latinos, neu Trots fieri jubeas ? On résout facilement le problème en rapportant unde au Latium : il apparaît en effet que les Latins sont issus du Latium, comme les Albains et les Romains, vu que tous ces peuples habitèrent le Latium. Parce que cependant, il vaut mieux rapporter le mot unde à l’acte d’Énée, on peut alors se demander comment on peut dire que “Latin” en est issu. Voici la suggestion de Servius : c’est parce qu’Énée vainqueur alors qu’il aurait pu imposer aux Latins le nom de Troyens, imposa lui-même aux Troyens par la force le nom de Latins et fit des deux une seule race ; de cette race mêlée, sortirent les Albains puis les patres ou les rois ; et les mœnia Romœ se sont étendus, comme il sera dit plus en détail au vers 265. »

17 Pour la pratique de cet exercice dans l’Antiquité, voir H. I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, tome II, Paris, 1981 (1re éd. 1948), p. 75-86. Les exemples cités par Marrou ne sont, somme toute, pas si éloignés de la pratique que l’on voit ici à l’œuvre.

18 « Deïopeiam : le mot vient de δήιος, brûlant, et ὄѰ ὀπος, voix. »

19 Il y a bien sûr une coquille dans la note et il faut lire opinabilem comme dans le texte.

20 « Testularum suffragia : l’ostracisme était chez les Athéniens un genre de relégation par lequel quand les citoyens pensaient qu’un personnage devait subir un châtiment soit à cause de ses richesses, soit de ses amis, soit de quelque acte de pouvoir, ils mettaient dans un vase un tesson par personne qu’on leur donnait dans leur assemblée et qui tenait lieu de suffrage. Ils y écrivaient chacun le nom de celui qu’ils voulaient voir quitter la ville. Les magistrats qui dirigeaient cette procédure quant à eux comptaient l’ensemble des petits cailloux ; si leur nombre n’excédait pas six mille, on jugeait la procédure nulle et non avenue. Mais quiconque avait été condamné par ce nombre de suffrages était expulsé de la ville pour dix ans. Voir Aristote Politique 3. On parle d’ostracisme à partir de l’expression απỏ τῶν νστράкων, c’est-à-dire les tessons sur lesquels on écrivait les suffrages. La cause de cette institution est d’éviter que quelqu’un ne se mette à exercer la tyrannie après avoir écrasé la liberté sous l’excès de sa puissance. Sigonius, livre 2 de l’histoire d’Athènes. »

21 « Nulla Lacedœmoni tam nobilis vidua : Lacédémone est la ville la plus illustre du Péloponnèse tout entier ; jadis les lois de Lycurgue la rendirent très florissante. Ville du roi Ménélas et de la reine Hélène, non loin de l’Eurotas ; autrement nommée Sparte, aujourd’hui en langue vulgaire Mizitra. En outre Plutarque dans les coutumes des Laconiens atteste que les spectacles scéniques furent interdits chez les Lacédémoniens par les lois de Lycurgue, ce qui à coup sûr s’oppose à l’opinion de Nepos ; mais il a l’appui d’Athénée livre 13. »

22 « Ingemit : d’aucuns accusent Enée de lâcheté mais ils s’avancent trop : en effet, il ne se répand pas en imprécations contre la mort, mais contre la mort sans gloire ni utilité. »

23 « Incedo regina, etc. : À propos de la solennité de l’entrée de Junon voir Georg. 3, 532. Il s’agit du mariage solennel des dieux avec leurs soeurs. Ovid. Met. 9, 498 dii nempe suas habuere sorores. Sic Saturnus Opim junctam sibi sanguine duxit, Oceanus Thetyn, Junonem rector Olympi. Par Jupiter en fait, les mythes veulent signifier l’éther et le ciel enflammé ; par Junon l’air, c’est de là que Junon est dite soeur de Jupiter car l’air est par sa nature subtile très semblable à l’éther ; mais épouse car l’air est placé sous l’éther. D’après Cicéron et Macrobe. Cependant Virgile a peint l’air lui-même sous les seuls traits de Jupiter et il lui a donné la terre comme épouse. »
La note fait ici écho à des spéculations stoïciennes visant à sauver les mythes en les parant d’un enseignement cosmologique caché. Voir à ce sujet par exemple, J. Pepin, Mythe et allégorie. Les origines grecques et les contestations judéo-chrétiennes, Paris, 1976. On notera que l’éditeur dauphin se réfugie derrière cette explication pour justifier l’inceste du roi des dieux, alors que les chrétiens anciens se moquaient allégrement de ces exégèses qu’ils tenaient pour des tentatives ridicules de sauver une mythologie où apparaissent à chaque page les vices les plus montrueux.

24 « Sors est hæc sua cuique ferenda : les destins en effet, comme le dit Sénèque au livre 2 des Questions naturelles, question 5, agissent selon leurs lois et ne sont émus par aucune prière, et la pitié ne les détourne pas, ni la faveur ; ils gardent un cours irrévocable, coulent selon ce qui a été écrit par le destin, de même que l’eau des torrents rapides ne revient pas sur elle-même, car celle qui suit recouvre celle qui précède, ainsi la succession du destin fait tourner l’ordre des choses, elle dont la loi première est “s’en tenir à ce qui a été arrêté”. Il ne pourra donc ni fuir la Fortune qui le presse ni la saisir contre son gré par ses vœux. Idée vraiment impie et hérétique. La tradition porte à tort culpa pour cuique qui est la leçon de Gembl. »

25 « Scilicet est aliud etc. : par ces trois vers et demi, il conclut que tout dans notre vie arrive par un décret du Destin qui nous contraint et nous gouverne en tout. Mais combien cette idée est impie et fausse, il n’est aucun chrétien qui ne le sache pas, à moins que par Fatum on entende Dieu lui-même comme j’en ai averti au livre I v. I note. »

26 « Bien sûr, il est autre chose qui nous contraint et nous gouverne, quelque chose de plus grand qui conduit les choses mortelles selon ses propres lois et attribue ses années à ceux qui naissent par son arrêt. »

27 Cuique suus assignatus est labor, cuique sua demandata est Provin cia ; atque mihi cornelius nepos obtigit, Auctor quidem primo aspectu facilis, sed si intimas & attentius perpendas, plerisque in locis propter abruptum dicendi genus difficilis. [...] Idque unum in mente habui, ut & compendiose, sed circa obscuritatem, omnia dicerem ; nec quidquam tamen quod desiderari posset, & ad genuinum nitorem, lucemque perfundendam conduceret, praeterirem. Itaque instituti nostri duoe sunt partes ; prima quidem, ut simplici vocum Interpretatione obscuriora verba nitidioribus explicemus ; altera, ut Notis accuratissimis omnem rerum difficultatem substrahamus.

28 « Proceres abiere pii : les saints patriarches. » L’interpretatio porte « par où sortirent les pieux patriarches ».

29 « Cruciata : par des sentiments mauvais.» Le mot ici n’est pas repris dans l’interpretatio.

30 Igitur versibus interpretationem, notas interpretationi subjeci.

31 Quantum verò fructûs ex hâc novâ commentandi ratione percipiatur, commodè experiuntur, qui pueros instituunt : sed inprimis feliciter experti sunt in Serenissimo Delphino & Magnus ille Dux Montauserius, Delphini Moderator Sapientissimus, qui hasce commentandi rationes primus invenit...

32 Voir, dans la préface des œuvres philosophiques de Cicéron, la remarque ironique du Père L’Honoré, à propos des notes textuelles, notas criticas quo jam ad nauseam ab aliis factitatum est (« les notes critiques où se sont déchaînés les autres jusqu’à la nausée »), auxquelles il oppose les notes eruditas, cujusmodi hœc commentarii ratio postulat (« les notes savantes du genre de celles qu’exige cette méthode de commentaire»).

33 Deinde quarum vocum sensus aut vis exponi nisi pluribus non potuit, illarum explanationes rejicimus in annotationes ; quas quidem sic breves fecimus, ut nihil tamen ex his omiserimus, quoe aut ad Poëtœ mentem atque doctrinam, aut ad Historiam, aut ad Fabulam, aut ad Geographiam, atque ad ceterarum rerum intelligentiam desiderari viderentur. Quæ igitur duo potissimùm lectores memorari soient, dictio & res, ea nos in hisce commentariis in Manilium ita explanavimus ut ne vel rudioribus etiam negotium facessere queant.

34 « Victuros agimus : métaphore. Le mot agere est rapporté à toutes les activités humaines et il est mis pour fingere, reprœsentare, fungi, etc. Ainsi nous disons agere bonum civem, agere dominum, agere bistrionem, etc. »

35 « Cui tenues opes : il attire la bienveillance et la pitié sur Quinctius, en le comparant avec son adversaire. Car celui-ci est plein de faveur, Quinctius n’a aucun crédit et bien plus son isolement et sa pauvreté sont absolus. C’est certain, les hommes de bien secourent volontiers une personne dans le malheur. »

36 « Tum iste vir optimus : double ironie. Car il y a d’abord ironie puis négation ironique de l’ironie qu’il manie par prévention, non pas pour ne pas offenser Nævius, mais bien pour le plonger dans la honte, car il ne le craint pas, mais le tient pour un bouffon impudent. »

37 Ac primum quidem earum argumentum, personas de quibus in illis agitur, tempus quo habitae sunt, & partes in quas dividantur proferimus, earum cuique subjecta Analysi, in qua nude argumenta & rationes cumfiguris, quibus Orator utitur, exponimus, quò facilius inventionis & amplificationis ratio cuique inno tes cat : deinde si quid sit obscuritatis in vocibus, alias substituimus : denique notas addimus ad illa illustranda, quoe intelligendce Authoris menti obesse possunt. Quare neque ab ovo res repetimus, neque in longas rerum citationes, quibus non tam soepe mens Authoris explicatur, quam involvitur, neque in prolixas fabularum aut historiarum narrationes excurrimus, memores nos non mythologos, aut historicos, sed interpretes Ciceronis esse.

38 Il entend « servir l’intérêt du public et non sa propre gloire » (publicis commodis non meœ me laudi servire). On trouverait sans peine des idées semblables chez les autres auteurs. Il faut certes faire la part du stéréotype, mais l’idée est cependant incluse dans le projet même de la collection.

39 Qui enim in informandis maximi principis moribus tantam, non civilis modo militarisque prudentioe, sed litteratae etiam sapientiae vim proe se semper tulit Carolus Sancta Maureus Montauserii Dux (Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier, a toujours fait montre dans l’éducation des mœurs du plus grand prince du monde non seulement de la force de l’expérience civile et militaire, mais de la sagesse que donne l’érudition littéraire).

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search