Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Seconde partie. Les dauphins au travail

Chapitre six. L’interpretatio : intentions affichées et pratiques effectives

Bernard Colombat

Texte intégral

SITUATION HISTORIQUE DE L’INTERPRÉTATION ET ENJEUX LINGUISTIQUES

1L'interpretatio des éditions Ad usum Delphini est la réécriture en latin du texte latin original. La chose peut paraître étrange à un lecteur moderne. Elle l’est moins si l’on considère que réécrire un texte latin en latin n’est pas une activité fondamentalement nouvelle. En fait, elle se pratique depuis l’Antiquité et fait partie intégrante de l’explication des textes. Le verbe interpretari signifie précisément « expliquer » et la forme la plus naturelle d’explication est certainement la reformulation.

  • 1 « Lexique latin », in Demoustier, Adrien et Julia, Dominique éd., Ratio studiorum, Plan raisonné et (...)
  • 2 Pour des raisons de clarté, nous « traduirons » les termes latins interpretatio, interpretari, inte (...)

2Sous ces termes très vagues, interpretari, interpretatio, interpretes, se cache en fait une quantité d’activités de type herméneutique : la paraphrase, la glose, la scholie, le commentaire, mais aussi la traduction dans une langue différente de celle du texte à interpréter. Le maintien dans la même langue ou le changement de langue n’est pas en effet un critère discriminatoire, pas plus que celui du rapport de taille entre le texte à interpréter et le texte résultat de l’interprétation. Qu’on change de support linguistique, que le produit soit aussi long, plus long ou – pourquoi pas ? – plus court que le texte de départ, peu importe : le seul élément important, c’est l’explicitation du sens. Mais cette activité s’étant spécialisée, il est évident que sous ces termes restés vagues se sont cachées des pratiques linguistiques spécifiques que l’on est contraint de désigner par des termes différents. Selon Marie-Madeleine Compère1 par exemple, pour qui veut traduire la Ratio studiorum jésuite et rencontre le terme interpretatio, il faut utiliser, selon le passage à traduire, au moins trois traductions : la traduction (dans une autre langue) ; la transposition (en latin) ; le commentaire, ou même l’exégèse.2 Remarquons aussi que Huet lui-même est l’auteur d’un traité De interpretatione qui traite strictement, et seulement, de la traduction dans une langue étrangère.

  • 3 M. Roberts, Biblical Epic and Rhetorical Paraphrase in Late Antiquity, Liverpool, Francis Cairns, 1 (...)
  • 4 Trad. J. Cousin, CUF, I, 9, 2 : Versus primo soluere, mox mutatis uerbis interpretari, tum paraphra (...)
  • 5 X, 5, 4 : Et illa ex Latinis conuersio multum et ipsa contulerit.
  • 6 X, 5, 5 : Neque ego paraphrasin esse interpretationem tantum uolo.
  • 7 Trad. J. Cousin, CUF, X, 5, 7 : Nunc uero irmumerabiles sunt modi [bene dicendi], plurimoeque eodem (...)

3Revenons aux fondements de la tradition classique, en nous aidant de Roberts.3 La reformulation d’un texte latin en latin est une activité ancienne, recommandée par les maîtres antiques les plus autorisés. Quintilien conseille vivement au maître de l’école élémentaire d’apprendre à ses élèves « tout d’abord à rompre les vers, ensuite à remplacer les mots par des équivalents, puis à procéder à une paraphrase plus libre, où il leur est permis d’abréger ou d’embellir çà et là, tout en respectant la pensée du poète ».4 Revenant sur la question au livre X, il précise qu’« on retirera aussi un grand bénéfice de la paraphrase même du latin ».5 Il plaide alors pour une paraphrase libre : « Je ne veux pas que la paraphrase se réduise à une simple interprétation »6, faisant allusion au débat, qui avait cours à son époque, de savoir si l’on peut redire plusieurs fois la même chose. Quintilien répond positivement, considérant qu’« il y a d’innombrables façons de s’exprimer » et qu’« un très grand nombre de routes conduisent au même point ».7

4Dans une lettre traitant des exercices scolaires, Pline le Jeune vante également les mérites de la traduction :

  • 8 Trad. A.-M. Guillemin, CUF, Lettres,VII, 9, 2 : Vtile inprimis, et multiproeceperunt, uel ex Groeco (...)

Il est avantageux avant tout, et on le conseille sans cesse, de traduire du grec en latin et du latin en grec ; ce genre d’exercice donne la propriété et la richesse du vocabulaire, l’abondance des figures de style, des ressources pour le développement, et de plus l’imitation d’excellents modèles engendre la facilité d’une invention aussi heureuse. En même temps des beautés qui auraient échappé au lecteur ne peuvent passer inaperçues du traducteur. Ainsi s’acquiert le sens critique et le goût.8

  • 9 M. Roberts, Biblical Epic and Rhetorical Paraphrase in Late Antiquity, ouvr. cité, p. 19-20.
  • 10 Trad. A.-M. Guillemin. VII, 9, 5 : Poteris et quae dixeris post obliuionem retractare, multa retine (...)
  • 11 Prœlectio. Voir Quintilien, I, 2, 15 ; I, 8, 15 ; II, 5, 4. Voir aussi A. Collinot et F. Mazière, L (...)
  • 12 Confessions, I, XVII, 27 : « On nous obligeait [...] à formuler en prose ce que le poète avait dit (...)

5Mais comme le remarque Roberts9, Pline glisse assez rapidement d’un exercice de traduction à un exercice de type paraphrastique dans la même langue, ce qui pour lui n’est pas fondamentalement différent, et, dans ce cadre, il plaide lui aussi pour des exercices variés sur le thème de la réécriture : « Vous pourrez encore, après avoir laissé reposer un discours, le revoir, conserver certains passages, en supprimer davantage, insérer des développements, en refaire d’autres. »10 La reformulation fait donc partie de la « lecture préalable », ou « lecture expliquée »11 qui comporte d’autres parties, comme la reconnaissance des parties du discours, ou l’analyse métrique pour les textes en vers. Dans le cas de la poésie, elle est même systématique, si l’on en croit Augustin.12

  • 13 Ces textes nous ont été aimablement fournis par D. Pralon-Julia. Ils sont tirés de l’édition de L. (...)

6Très naturellement, cette reformulation, qui s’est vraisemblablement perpétuée durant le Moyen Âge et la Renaissance, passe dans la prælectio jésuite, où elle est partie intégrante de l’explication (explanatio) des auteurs. Mais elle est soumise à des contraintes fortes, comme le montrent, de façon récurrente, différents textes des Rationes.13 Selon ces derniers, l'interpretatio peut se faire en latin même ou en langue vernaculaire, mais les impératifs sont un peu différents. Dans le cas d’une interpretatio en latin, une réécriture mot à mot est interdite : il faut saisir le syntagme dans son ensemble :

  • 14 Unamquamque periodum praelegens, si quidem latine interpretetur obscuriores explanet, unam alteri n (...)

Reprenant période par période, si toutefois la transposition se fait en latin, [le professeur] expliquera les passages les plus obscurs, les reliera l’un à l’autre, et explicitera la pensée, non par une paraphrase inadéquate où l’on remplacera chaque mot latin par un autre mot latin, mais en exposant cette même pensée avec des phrases plus claires.14

7L’Appendice aux règles du professeur de la première classe de grammaire est encore plus explicite :

  • 15 Quibus [...] in scholis latine explicantur authores, cavendum omnino est, ne magister vel latino cu (...)

Ceux [...] qui expliquent en latin les auteurs dans les classes doivent absolument prendre garde que le maître ne rende pas un mot latin par un autre mot latin, ou n’interprète pas une expression latine par une autre.15

  • 16 Il y a une raison épistémologique à cela : l’impossibilité d’une reproduction exacte, liée à l’impo (...)

8Soit le début de l’Énéide de Virgile donné en exemple, il ne faut pas « exposer » cano par canto, arma par bella, -que par et, virum par eximium hominem, qui primus par ante alios, etc. En effet le mot de remplacement est nécessairement moins adapté que le mot de l’auteur qui avait généralement choisi le mot le meilleur, et le résultat sur le plan pédagogique est que l’élève prend l’habitude d’utiliser des mots moins propres. De toute façon, il y a une perte soit au niveau de la propriété16, soit au niveau de l’ornement, ou encore il n’y a aucun gain pour la clarté (le mot remplaçant est aussi obscur que le mot qu’il remplace).

9Dans les Règles pour le professeur de la 3e classe de grammaire de la Ratio de 1591 (édition Lukâcs, p.286-299), on trouve une recommandation un peu différente, et formulée de façon plus positive : dans lapraelectio, ce que le maître aura écrit, ou ce à quoi il aura réfléchi, qu’il le transmette ainsi aux élèves : après avoir fait le lien aussi brièvement que possible avec l’explication des passages précédents,

  • 17 Periodum ad verburn interpretetur, nec auctoris voces ac figuras suis locis nisi coactus, dimoveat, (...)

Qu’il interprète à la lettre la période, qu’il ne déplace pas, sinon sous la contrainte, les mots ni les figures, en faisant en sorte de rester attentif à la fois à l’intégrité de l’expression qui est très souvent corrompue par la disjonction des mots, et à ce jugement interne de l’oreille qui a la plus grande importance dans la connaissance des rythmes oratoires.17

10Quant à la traduction en vernaculaire, elle peut prendre plusieurs formes : il peut s’agir d’une traduction limitée et partielle de quelques mots, ou d’une traduction plus complète : dans ce cas, il doit s’agir d’une traduction mot à mot (ad verburn) :

  • 18 Si vero vulgi sermone [interpretetur], servet, quoad fieri potest, collocationem verborum. Sic enim (...)

S’il recourt à la langue vulgaire, il gardera, autant que possible, la place des mots ; c’est ainsi, en effet, que les oreilles s’habituent au rythme. Si la langue maternelle ne le souffre pas, il expliquera d’abord presque tout mot à mot, avant d’adopter les usages de la langue vulgaire.18

11En résumé, la réécriture d’un texte latin en latin, selon les Rationes jésuites, ne doit pas se faire mot à mot en latin, car cela entraîne un abâtardissement général du vocabulaire. En revanche, cette traduction mot à mot est possible en vernaculaire, car ce risque de dégradation n’existe plus, et ce qui compte avant tout, c’est de sauvegarder le rythme propre au latin, quitte à malmener un peu la langue moderne de ce point de vue.

  • 19 M. Tullii Ciceronis Librorum oratoriorum tomus primus : Lectori, f. ẽ iij v° : Is [.Montauserius] n (...)
  • 20 Dux Montauserius [...] qui hasce commentandi rationes primus invenit (cité ici même par Bruno Burea (...)

12L'interpretatio dans les éditions Ad usum Delpbini s’inscrit donc dans une tradition interprétative forte, et dûment codifiée chez ces spécialistes de la pédagogie que sont les jésuites. Alors constitue-t-elle une réelle nouveauté ? Sans doute et nous pouvons y voir d’emblée deux innovations essentielles. Tout d’abord sa mise en pratique sous forme écrite a été systématisée et utilisée à grande échelle. Il en résulte un texte autonome, imprimé sous le texte original et systématiquement annoncé par le titre interpretatio. Toute codifiée qu'elle ait été par les Rationes jésuites, l’interprétation est restée jusqu’ici essentiellement une glose orale, informelle, malléable, qui ne prenait une forme écrite qu’exceptionnellement. Dans les textes Ad usum Delphini, elle se fige dans un texte qui, du fait qu’il est imprimé à part, acquiert son autonomie et prend une valeur particulière. Qui d’ailleurs nous dit que l’interprétation n’a pas été utilisée pour elle-même, indépendamment du texte original, par tel lecteur pressé de savoir au plus vite ce qui est dit du sujet, et qui refuse par exemple de se laisser arrêter par les contraintes métriques ? Les contemporains sont d’ailleurs bien conscients de la nouveauté de la méthode. Par exemple Jacques Proust, l’interprète des Œuvres oratoires de Cicéron, souligne l’originalité de la méthode de Montausier en présentant ce dernier comme l’inventeur d’une nouvelle forme d’interprétation19, de même que Michel Dufay, commentateur de Manilius20, et il est assuré que l'interpretatio, exercice renouvelé qui obéit à des règles extrêmement précises comme on va voir, est au centre de l’innovation.

  • 21 Claude Lancelot, Nouvelle méthode pour apprendre facilement, & en peu de temps la langue latine, Pa (...)

13Un autre point essentiel de la méthode est que l’on maintient pour étudier la langue cible, la métalangue originelle. En soi, cela n’est pas très étonnant, puisqu’on est encore à un moment où l’on juge normal un apprentissage du latin en latin. Telle est la méthode recommandée pour les collèges jésuites, et nous ne devons pas nous laisser abuser par le succès de la célèbre Nouvelle Méthode latine de Port-Royal (première édition en 1644). Certes cette dernière est déjà rédigée entièrement en français, mais il s’agit d’une exception que Lancelot justifie longuement dans l’« Avis au lecteur touchant [les] petites règles ».21

  • 22 Sur les adaptateurs de Despautère, voir B. Colombat, La Grammaire latine en France à la Renaissance (...)
  • 23 Notons que l’on trouve parfois une traduction française des termes latins dans les éditions Ad usum (...)

14Néanmoins, il semble que même les jésuites ont de plus en plus de peine à maintenir un enseignement complètement monolingue. D’ailleurs l'interpretatio en vulgi sermo et la vernacula expositio sont non seulement tolérées, mais même recommandées dans les trois niveaux des classes de grammaire dès la Ratio de 1599-La situation la plus fréquente au milieu du xviie siècle est vraisemblablement une formule mixte, essentiellement centrée sur le latin, mais admettant quelques éléments de paraphrase ou de traduction en français. Ainsi, dans les années 1650, l’ouvrage le plus directement destiné aux débutants latinistes, à savoir le manuel de grammaire latine, est, dans sa livrée la plus courante, bilingue, qu’il s’agisse des adaptations de la grammaire de Despautère ou des rudiments inspirés de Codret. Dans les deux cas, le texte, originellement en prose ou en vers latins, est partiellement ou complètement traduit en français, et, dans le cas des vers, remis dans l’ordre (ordo) et explicité (sensus). Autrement dit on a affaire à des ouvrages qui combinent étroitement les deux langues (parfois par une traduction syntagme par syntagme), avec d’infinies variations possibles sur la part respective de l’une et de l’autre.22 L’originalité de la collection Ad usum Delpbini est au contraire qu’on reste dans le latin, en apparence à 100 %, en fait plutôt à 90 %, si l’on admet que la réorganisation des textes selon un ordre inspiré, tacitement le plus souvent, du français produit un texte qui n’est plus complètement du latin.23

  • 24 Le xviie siècle est à cet égard une période fort intéressante. On croit alors qu’on peut encore dév (...)

15Nous n’avons pourtant guère trouvé trace de ce choix du latin comme métalangue, si ce n’est implicitement, dans cette condamnation des traductions françaises, jugées trop peu fidèles, par l’interprète de Salluste (voir ci-dessous page suivante et annexe, 22b). Epistémologiquement parlant, ce parti pris a des conséquences considérables : rester dans le latin pour la métalangue, c’est admettre qu’on peut développer une « compétence » de cette langue, au sens chomskyen du terme, mais on s’en donne aussi les moyens, du fait de ce triple étage : texte original, interpretatio, notes en latin.24 De fait, cela pouvait avoir pour conséquence de former d’excellents latinistes, malgré les doutes qu’on peut émettre sur la qualité du latin ainsi reconstitué.

LES INTENTIONS AFFICHÉES (CORRESPONDANCE, PRÉFACES) ET LES POINTS COMMUNS

16Nous n’avons pas le texte original des recommandations du duc de Montausier à ses « interprètes », mais nous disposons de textes suffisamment nombreux pour permettre de le reconstituer avec un grand degré de précision. Nous utiliserons une lettre de Huet à Graevius et plusieurs extraits des préfaces qui sont rassemblés dans l’annexe de ce chapitre et qui sont singulièrement concordants.

  • 25 Les chiffres dorénavant mentionnés entre parenthèses renvoient aux textes placés en annexe p. 215 e (...)
  • 26 Ces instructions sont donc à l’opposé des recommandations des Rationes jésuites. À noter que dans s (...)

17Dans une des lettres (annexe, 125) qu’il écrit à Graevius pour le convaincre de se charger des agronomes latins, lettre qui précède d’un an la première publication, Huet insiste sur un sens très précis de l'interprétatio : il ne s’agit ni de la paraphrase extensive ni du résumé ; mais, entre ces deux extrêmes, d’une traduction mot à mot, presque au sens strict du terme, puisqu’il ne faut pas se contenter de rendre le sens général, mais trouver un équivalent pour chaque mot.26 Deux autres contraintes accompagnent cette recherche des termes synonymes : l’ordre des mots est réorganisé et on préserve l’ornement et l’harmonie auditive (habito omni ornatu & aurium lenocinio). Le texte est réécrit avec des mots différents (velut adventitia & insitiva, « pour ainsi dire pris à l’extérieur et greffés »). Si un mot est ajouté, il doit être indiqué au moyen d’un caractère différent. Plus exactement il ne doit pas être noté subjecto radio, « souligné », autrement dit en italiques, ce qui laisse supposer que le reste de l’interprétation l’est précisément, en italiques, ce qui est effectivement le cas dans tous les ouvrages.

18Les avantages pédagogiques de la réécriture sont les suivants. Comme la traduction est mot à mot, l’élève saisit le sens de chaque mot de l’auteur : il ne s’agit pas d’une perception globale. Ensuite, il apprend les mots nouveaux introduits par l’interprète. De là un enrichissement de son vocabulaire, et partant de son style. Montausier a parfaitement compris que pour développer une compétence réelle du latin, il faut rester dans le latin et le conserver comme métalangue. L’interprète de Salluste, Daniel Crespin (22b), ajoute que l’opération permet de se passer de l’interprétation en vernaculaire qui trahit toujours plus ou moins le texte original : « On n’aura plus besoin de ces traductions françaises, qu’il faut renouveler généralement chaque année, qui ont bien de la peine à atteindre la pensée et le but de l’auteur, et qui s’éloignent toujours de ses principes et de sa manière. »

19L’interprétation sera de deux types : continue pour les textes poétiques ou pour les textes en prose difficiles, « les auteurs ténébreux et qui fuient le jour » (par exemple Varron et les autres agronomes, qui n’ont en fait pas été édités dans la collection, Graevius ayant finalement fait défection), partielle pour les textes en prose moins difficiles.

20Tous les textes des préfaces reprennent les grandes lignes suivantes :

  • 27 Les termes latins importants pour désigner cette correspondance sont les suivants (on en trouvera l (...)

211. Une traduction mot à mot ou plus exactement mot pour mot, de manière à reproduire la quantité exacte des termes du texte original (copiant comparare, littéralement « apparier la quantité »), La correspondance atteint parfois un degré de précision assez impressionnant : il y a 30 mots dans les 4 premiers vers de l'Enéide, 31 avec une restitution dans l’exemple que donne Huet, et 33, avec 3 restitutions dans la version proposée par de La Rue (voir p. 188-189). Autrement dit, on retrouve exactement le nombre de mots de Virgile, si l’on exclut ces termes signalés par la différence de caractère, et qui ne doivent donc pas être comptabilisés.27 Néan-moins, l’interprète de Plaute (2a) considère que tel est le but à viser, sinon à atteindre, celui de Térence (3) n’en parle pas, on verra pourquoi.

222. Un texte plus facile. Le principe n’est qu’implicite dans la lettre de Huet (1) : la recomposition de l’ordre des mots « dans l’ordre que demande la façon de parler simple et naturelle » est une des composantes de cette facilité accrue. Le préfacier de Térence (3) parle d’« une organisation simple [...] des mots » (simplici [...] verborum contextu) et souhaite le remplacement par des mots plus faciles (substitutis facilioribus). Pour Martial (8), Colesson, reproduisant les souhaits de Montausier, parle d’« une interprétation plus facile », de même que l’interprète de Tacite (13), Julien Pichon. Celui de Velleius (24) propose de substituer des mots propres aux termes figurés.

233. Mais une interprétation qui ne soit pas pauvre – dans la préface de Plaute (2a), il est recommandé non seulement de remplacer les termes figurés par des mots simples, mais aussi les mots simples par des termes figurés – et qui soit même brillante.

  • 28 Ainsi, à propos de Térence (3) : simplici ac nitido verborum contextu ; de Martial (8) : nitide exp (...)

24Souvenons-nous des recommandations de Huet (1) : il faut « gard[er] chaque ornement en préservant l’harmonie auditive » et l’on peut se demander si les termes nitor (« éclat ») ou nitidus («brillant»)(«brillant») n’étaient dans les recommandations mêmes de Montausier, car ils reviennent sous la plume de plusieurs interprètes.28 À lire la préface de Nicolas Courtin à Cornelius Nepos (18), on a même l’impression que le beau latin est à rechercher du côté de l'interpretatio, beaucoup plus que de celui de l’original. De même pour Apulée (12), dont le style est « un peu trop rude » (durioris paulo locutionis), on doit songer à embellir (exornare) son texte par une interprétation continue. De même, pour les Panégyriques latins (21), il faut remplacer la duritas originelle par des mots plus doux (molliores). Cette interprétation brillante a pour fonction d’enrichir la richesse du style, selon Huet (1) : ad stylum locupletandum ; Crispin (Salluste, 22a) parle également de l’abondance et de la richesse du style (ubertas, sermonis copia). On notera cependant une exception : l’interprète de Tacite (13) propose « une interprétation continue, certes fort peu fine et élégante, mais plus simple ».

  • 29 Voir la répétition des termes proeposterus,« interverti », et implicatus, « embrouillé », dans les (...)
  • 30 Huet (1) : ordo quem simplex & naturalis postulat loquendi consuetudo ; Plaute (2b) : textus planus (...)

254. Un ordre des mots modifié. Il faut « libérer » (solvere, terme traditionnel) les textes des contraintes métriques en les réécrivant en prose. La poésie impose que l’ordre des mots soit perturbé.29 À propos de Juvénal et de Perse (5), Louis Desprez parle des « entrelacements et [d]es circonlocutions d’une expression condensée » (strictoe orationis nexus et ambages), utilisant également les termes involutus (contourné) et intricatus (embrouillé). Mais au-delà se pose la question de l’ordre des mots à rétablir dans le latin. S’agit-il de l’ordre des mots du latin classique, ou d’un ordre des mots « francisé » pour tenir compte de la compétence de l’élève du xviie siècle ? La plupart des auteurs ne sont guère précis, parlant d’un ordre « simple », « naturel », « originel », « régulier ».30

26Néanmoins, il faut faire une place particulière à deux textes :

  • 31 Le nominatif n’est évidemment pas une partie du discours, mais le terme, qui désigne un cas, vient (...)

27– celui de l’interprète de Salluste (22a), pour qui l’ordre sujet-verbe-objet est présenté comme l’ordre naturel et normal : Montausier a voulu « que dans l’interprétation, chaque partie du discours fût rétablie à sa place propre et naturelle, le nominatif31 avant le verbe, ensuite l’accusatif, etc. » ;

28– celui de l’interprète de Plaute (2a) qui affirme très nettement qu’il faut réorganiser les mots dans l’ordre français (ordo vemaculae nostrae/ vernaculi nostri), ce qui présente, selon lui, de nombreux avantages. L’ordre latin est aberrant (« le style latin rejette généralement un mot ou bien au milieu, ou bien à la fin de la période ») et le fait de remplacer ce bouleversement (perturbatio) par l’ordre de la phrase française lève toutes les difficultés. De L’OEuvre voit même là un avantage pour les étudiants étrangers même s’ils ignorent notre langue, parce que « à peu près toutes les langues qui sont en usage partout dans le monde ne s’écartent pas beaucoup, dit-on, de cet ordre et de cette trame qui sont ceux de la langue française ». Autrement dit, tous les latinistes européens auraient intérêt à cette réorganisation des mots.

29Là aussi la perspective est toute différente de celle des prescriptions de la Ratio jésuite de 1599, qui conseillait, en cas de traduction française, de « conserver, autant qu’il est possible, la place des mots [latins] » de façon que « les oreilles s’habituent au rythme [de cette langue] ».

  • 32 On la trouve dans les préfaces de Lucrèce (6), de Manilius (7), des Œuvres oratoires de Cicéron (16 (...)

305. Des restitutions. Le principe de l’intégration dans le texte de mots qui ne correspondent à aucun terme du texte latin est affirmé dans la lettre de Huet (1). Il s’agit de termes introduits à fin de clarté (majoris lucisgratia), et sans doute signalés comme tels puisqu’ils perturbent la comparatio de la copia, c’est-à-dire la stricte correspondance entre le nombre des mots du texte et celui de l’interprétation. Beaucoup d’auteurs reviennent sur la contrainte du changement de caractère32, qui devait donc être explicitement indiquée dans les recommandations de Montausier.

  • 33 Voir Claudien (4) : ut [...] difficilia quoedam quœ, primafronte facilia videripossint, non omittan (...)

316. Pour les textes difficiles, une interprétation continue pour éviter de sauter les difficultés. Cette exigence ressort très nettement des préfaces de beaucoup d’interprètes.33 Mais il y a des nuances dans l’interprétation du texte. Pour Pyron (Claudien, 4) et Dufay et Huet (Manilius, 7), le risque est que des passages, qui semblent faciles, masquent des difficultés que l’élève escamotera trop facilement (il croit avoir compris, alors qu’il n’a pas tout compris) ; pour de La Rue (Virgile, 11), c’est l’omission de passages faciles qui risque d’entraîner celle de textes difficiles qui leur sont associés. Enfin, on peut se poser des questions sur la cohérence du texte de Dufay (Lucrèce, 6) et se demander s’il ne faut pas lirefacilia à la place de difficilia.

32À quel résultat aboutit-on dans les interpretationes elles-mêmes ? Nous avons relevé les points communs suivants :

  • l’interprétation est obligatoire. Si l’on excepte les textes qui en sont naturellement dispensés, les dictionnaires de Danet, le lexique de Festus, on trouve très peu de textes complètement dépourvus d’interprétation : Eutrope, Darès de Phrygie. Mais il y a une interpretatio pour Pline, qui a une forme un peu particulière, on le verra. L’interprète de Valère Maxime (23) nous dit que, normalement, il n’y aurait pas dû y en avoir pour un auteur si facile, que le choix des passages à interpréter est arbitraire, car la difficulté varie avec chacun, mais qu’il a bien été obligé de se plier à cette obligation ;

  • elle est toujours annoncée par le titre : Interpretatio ;

  • elle est toujours en italiques, sauf les restitutions, en romain. Néanmoins, le caractère romain est utilisé par l’interprète d’Ovide pour les citations (le jeu des caractères est inversé par rapport au texte original, où elles sont en italiques) ;

  • elle est présentée sur toute la largeur de la page ou en deux colonnes, parfois pour le même texte (cela dépend alors du nombre et de la longueur des notes interprétatives, pour les textes à interprétation partielle) ;

  • elle est, également pour les textes à interprétation partielle, parfois présentée à la suite, sur la même ligne, ou avec alinéa. Dans le premier cas, les notes interprétatives sont parfois difficiles à lire, ainsi chez Aulu-Gelle, où elles sont souvent fort courtes, mais s’enchaînent sur la même ligne et sont, de ce fait, difficiles à distinguer ;

    • 34 L’énoncé lexicographique constituant par lui-même une glose explicative, la glose de cette glose qu (...)

    elle est soit continue (continua, continuata, perpetua), soit partielle (interrupta). Si l’on excepte les textes sans interprétation (outre Festus et les dictionnaires de Danet, pour des raisons évidentes34, Darès de Phrygie, pour qui Anne Le Fèvre n’a manifestement pas jugé utile de se livrer à cette opération, qu'elle a pratiquée de façon très restrictive pour Dictys de Crète), l’interprétation est continue pour tous les poètes et pour deux textes en prose dont on a jugé qu’ils présentent des difficultés particulières (Apulée et Tacite), partielles pour tous les autres textes en prose, enfin à la fois continue et partielle pour Boèce dont le texte contient à la fois de la prose et de la poésie ;

  • quand l’interprétation est partielle, les notes interprétatives sont toujours annoncées par des appels de notes sous la forme de lettres, à une seule exception près, le texte de Salluste, dans lequel les notes interprétatives sont introduites par des chiffres, et les notes proprement dites par des lettres. L’interprète semble dire que Montausier a eu en tête d’imposer ce détail de présentation, mais a-t-il compris exactement les instructions ? On peut en douter, vu que tous les autres interprètes ont inversé la présentation. À moins encore que les consignes aient changé après la publication du Salluste, l’un des premiers publiés, en 1674.

  • 35 L’interprétation des textes frappés par l'expurgatio constitue un cas particulier. Dans ces textes (...)

33Nous allons maintenant examiner les différents types de présentation, en nous attardant sur quelques textes qui nous ont paru particulièrement intéressants.35

LES TEXTES À INTERPRÉTATION CONTINUE

Textes de théâtre

34Prenons comme point de départ le début la première scène de l'Andrienne de Térence et celui de la première scène d'Amphitryon afin d’établir les différences entre le traitement de Térence et celui de Plaute.

35Térence, Andrienne, I, I, vers 1-9 [vers 28-37] : texte original tel qu’il est présenté par Nicolas Camus :

  • 36 Dans la présentation de Camus, toute l’interpretatio est en italiques ; nous avons rétabli le romai (...)

Page 7

SI. Vos istæc intrò auferte, abite. Sosia,

Adesdum : paucis te volo. SO. dictum puta :

Nempe ut curentur recte haec. SI. imo aliud. SO. quid est,

Quod tibi mea ars efficere possit amplius ?

SI. Nihil istac opus est arte ad hanc rem quam paro :

Sed iis, quas semper in te intellexi sitas,

Fide, & taciturnitate. SO. expecto, quid velis.

SI. Ego postquam te emi à parvulo, ut semper tibi

Apud me justa & clemens fuerit servitus,

Page 8

Scis.

Interpretatio36

SI. Vos servi tollite ista, quae emi apud forum, & inferte ea in aedes ; festinate. Sosia accede. Paucis verbis volo tecum loqui. SO. Puta te jam mihi dixisse, quod volebas, & me id intelligere ; nempe ut haec obsonia quae emisti, recte apparentur ? SI. Imo aliud est. SO. Quid est aliud praeter hoc, quod tibi mea ars efficere possit ?[2e col.] SI. Nihil istâ tua arte opus mihi est ad hanc rem, quam paro facere ; sed his virtutibus (quas semper cognovi in te esse positas) fide, & taciturnitate in secretis celandis. SO. Expecto quid velis me facere. SI. Ego, postquam te emi tunc, cum puer esses ; scis, ut in conditione servili te semper habuerim clementer, & moderate.

36Plaute, Amphitryon, I, i, vers 153-167 :

37texte original tel qu’il est présenté par Jacques de L’Œuvre :

Page 16

SOSIA

Qui me alter est audacior homo ? aut qui me confîdentior ? Juventutis mores qui sciam, qui hoc noctis solus ambulem ?

Quid faciam nunc, si Tresviri me in carcerem compergerint ?

Interpretatio

Quis est magis impavidus, aut magis intrepidus me ? Qui cognitis moribus juventutis Thebanae in-[2e col.] cedo incomitatus bac noctis borâ ? Quid agerem nunc si Tresviri me conjecerint in vincula ?

Page 17

Inde cras è promptariâ cellâ depromar ad flagrum :

Nec caussam liceat dicere mihi, neque in hero quicquam auxilii fiet.

Nec quisquam sit quin me omnes esse dignum deputent : ita

Quasi incudem me miserum homines octo validi caedant : ita

Peregrè adveniens hospitio publicitus accipiar.

Haec heri immodestia coegit, me qui hoc

Noctis à portu ingratis excitavit.

Nónne idem hòc luci me mittere potuit ?

Opulento homini hoc servitus dura est,

Hoc magis miser est divitis servos :

Interpretatio

Educar illinc cras quasi incus è promptuaria cella, ut verberibus subjiciar : neque mihi dabitur copia perorandoe causa, neque erit aliquid proesidii in domino Amphitryone, neque existet ullus ex omnibus, qui non existimet me esse meritum. Quare octo lictores robusti me verberabunt infelicem, quasi in-[2e col.] cudem. Sic excipiar illo hospitio publico reversas a longè. Violentia domini me compulit eo. Hic me ejecit invitum à portu hâc horâ noctis. An non potuit ipse me mittere interdiu ? Servitus quae exhibetur domino diviti est propterea molestior, & mancipium locupletis est idcirco miserius.

  • 37 AElius Donatus, Commentum Terenti, édition par P. Wesner, 2 volumes, Stuttgart, Teubner, 1962-1963, (...)
  • 38 Voir B. Colombat, Les Figures de construction dans la syntaxe latine (1500-1780), Louvain-Paris, BI (...)

38Dans les deux cas, il s’agit d’une interprétation continue, présentée sur deux colonnes. Le texte de Camus, tout en italiques, ne comporte aucun mot en romain ; il contient pourtant de très nombreuses restitutions. Quelques exemples : le verbe auferte, « emportez » est glosé par tollite, « enlevez », et inferte, « emportez dans ». L’expression paucis te volo, dans laquelle Donat37 commentant Térence a vu l’ellipse de colloqui ou de verbis et que les grammairiens de l’ellipse ont reprise pour cautionner l’explication par l’ellipse, en sous-entendant verbis alloqui38, est glosée par verbis [te] cum loqui. Et même les deux mots dictum puta, « tiens-le pour dit », le sont par dix : Puta te jam mihi dixisse, quod volebas, & me id intelligere, « Considère que tu m’as déjà dit ce que tu voulais et que je le comprends ». À côté de cela, il y a des indications sur le contexte : istaec devient ista, quoe emi apudforum, « ces choses que j’ai achetées au forum ». Et plus bas haec devient hoec obsonia quoe emisti, « ces victuailles que tu as achetées ». Bref, il ne s’agit pas d’une réécriture mot à mot telle que la voulait Montausier, mais bien d’un commentaire complet. On comprend que, dans ces conditions, l’auteur de la préface de Térence ne parle pas des contraintes sur la longueur de l’interprétation.

  • 39 Repris de plus bas : quasi incudem, mais à une place bizarre : littéralement « Je serai tiré demain (...)

39Pour Plaute, l’interprétation est également continue, en italiques, sur deux colonnes. Mais elle contient des mots restitués en romain. Les restitutions sont relativement nombreuses : juventutis Thebanae, quasi incus (« comme une enclume39), » in domino Amphitryone, hâc horâ noctis, Servitus quæ exhibetur domino diviti (« la servitude qui est causée par un maître riche »). L’interprétation est très fidèle, du point de vue de la copia, au texte original : les trois premiers vers de Plaute comportent 28 mots, l’interprétation correspondante en compte 26, plus un terme restitué. On reviendra plus bas sur le détail des modifications.

Autres textes poétiques

40Les autres textes poétiques comportent une interprétation qui ressemble beaucoup plus à celle de Plaute. À titre d’exemple, nous donnons les deux versions du début de l'Enéide, celle que proposait Huet dans sa lettre à Graevius, et celle que choisit finalement de La Rue :

41Virgile, Enéide, livre I, vers 1-4 :

Arma, virumque cano, Trojae qui primus ab oris
Italiam, fato profugus, Lavinaque venit
Litora : multum ille & terris jactatus & alto,
Vi superum, saevae memorem Junonis ob iram. (30 mots)

42Proposition de Huet :

Canto bella & virum, qui profugus fato, primus ê regione Erojana appulit in Italiam & litus Lavinum. Plurimum ille potestate Deorum agitatus fuit terra marique, propter memorem iracundiam diroe Junonis. (31 mots)

43Version de Charles de La Rue :

Cano bella hominem, qui pulsus fatis, primus venit ê regione Trojana in Italiam & ad litus Lavinum. Ille multum agitatus fuit terra & mari, violentia Deorum, & propter iram memorem crudelis Junonis. (33 mots)

44Les auteurs se montrent très attentifs à respecter le nombre de mots de l’original, mais on constate des différences dans le choix des mots. Huet inverse fato profugus, mais maintient les deux termes, alors que de La Rue modifie profugus en pulsus et fait passer fato au pluriel. Tous les deux modifient le poétique altum, « haute mer », en mare, changent jactatus en agitatus, remplacent le pluriel poétique Lavina litora par un singulier litus Lavinum. Pour « la colère toujours vivace de Junon », les deux auteurs remplacent la préposition, réorganisent l’ordre des mots, mais la « furieuse » déesse devient « dure » ou « cruelle ». La « force » des dieux devient leur « puissance » ou leur « violence », la seconde solution étant sans doute meilleure, mais ce qu’on retiendra surtout, c’est l’homogénéité des restitutions, au-delà de l’infinie variété permise par ce type d’exercice.

45Notre deuxième exemple nous sera fourni par un texte d’Horace, dont la mise en page a été partiellement reproduite. Nous tenterons une traduction aussi littérale que possible des vers du poète et de son interprétation pour faire ressortir les différences même à un lecteur ignorant du latin.

46Horace, Odes, I, i, vers 1-14, édition L. Desprez, 1691 :

Page 1

Moecenas atavis edite Regibus,

Interpretatio

O Moecenas orte à majoribus proceribus

Page 2

O, & praesidium, & dulce decus meum :

Sunt quos curriculo pulverem Olympicum

Interpretatio

ô & meum columen, & chara mea gloria : sunt plerique, qui decurrentes gaudent

Page 3

Collegisse juvat : metaque fervidis

Evitata rotis, palmaque nobilis

Interpretatio

conspergi pulvere Olympico, & quos meta non tacta rotis calidis, ac illustratis Victoria

Page 4

Terrarum Dominos evehit ad Deos.

Hunc, si mobilium turba Quiritium

Certat tergiminis tollere honoribus :

Ilium, si proprio condidit horreo

Quicquid de Libycis verritur areis,

Gaudentem patrios findere sarculo

Agros ; Attacilis conditionibus

Numquam dimoveas, ut trabe Cypria

Interpretatio

extollit ad Deos orbis moderatores. Hunc si conventus Romanorum inconstantium certatim evebit ad maximas dignitates : ilium, si congessit in suum grannarium quidquid colligitur ex areis Libya ; gestientem scindere sarculo rura paterna, numquam deducas de proposito, etiam promissione opum Attali, ut nauta ti-

Page 5

Myrtoum pavidus nauta secet mare.

Interpretatio

midus fundat navi Cypria undas pelagi Myrtoi. [...]

47Traduction littérale du texte original :

Mécène, issu d’aïeux royaux, ô toi, mon appui, toi, mon doux ornement, il y a [des hommes] dont c’est le plaisir d’avoir, à la course de char, amassé la poussière olympique ; et la borne évitée par leurs roues brûlantes, la palme illustre les élève jusqu’aux maîtres de la terre, jusqu’aux dieux. Celui-ci, si la cohue des Quirites changeants lutte pour l’élever par les honneurs aux trois degrés ; celui-là, s’il a enfermé dans son grenier personnel tout ce qui est balayé sur les aires libyques. Celui qui se réjouit d’ouvrir, sous la houe, les champs de ses pères, jamais, [même] à des conditions dignes d’Attale, tu ne l’en détournerais pour qu’il fende d’une étrave cyprienne, marin tremblant, la mer de Myrtos.

48Traduction littérale de l'interpretatio :

  • 40 Nous avons indiqué en italiques la traduction des termes identiques dans les deux textes.

Ô Mécène né d’ancêtres nobles, ô toi, et mon pilier, et ma chère gloire ; il y a la plupart qui, faisant la course, se réjouissent d’être recouverts par la poussière olympique, et que la borne, non touchée par leurs roues chaudes, et l’illustre victoire soulèvent jusqu’aux dieux, eux qui règlent le disque terrestre. Celui-ci, si l’assemblée des Romains inconstants l’élève, au prix des luttes, aux plus grandes dignités ; celui-là, s’il a amassé dans sa propre réserve de grain tout ce qui est cueilli sur les aires libyques-, celui qui exulte d’ouvrir, sous la houe, les campagnes paternelles, jamais tu ne l’écarterais de son but, même par la promesse des richesses d’Attale, de sorte que, marin timide, il fende avec un navire cyprien les ondes de la houle de Myrtos40.

49Nous remarquerons à la fois la grande fidélité à la construction du texte original, la vigilance à ne pas gloser (67 mots pour le texte original, 72 pour le texte interprété, auxquels il faut ajouter 8 termes en caractères romains), et le souci de modifier le plus systématiquement les termes, non pas dans le sens d’une plus grande facilité (le poétique pelagus remplaçant le banal mare), mais avec la volonté de varier le vocabulaire pour faire apprendre, conformément à la volonté de Montausier, le plus de lexique possible. Seulement une quinzaine de termes sont identiques dans les deux textes, soit moins d’un quart. En ce qui concerne les six restitutions, la première correspond à la répétition du terme meus au féminin, inutile en latin, mais bien utile à l’élève français qui risque d’oublier que le terme latin, même au singulier, peut être mis en facteur commun, la seconde à une explication de la formule elliptique sunt qui, « il y a des gens qui... » ; la troisième rétablit un relatif qui renforce la liaison entre deux phrases, les quatrième et cinquième, qui se suivent, correspondent à deux explicitations du sens : adjonction de de proposito au verbe deducas (détourner de son but), adjonction de etiam, « même », explicitation de l’expression difficile Attalicis conditionibus ; la dernière correspond à l’adjonction du terme undas pour faciliter la compréhension de la figure secare mare, « fendre la mer ».

50L'interpretatio d’Horace est d’autant plus intéressante qu'elle peut être comparée à celle de trois éditions concurrentes :

  • 41 Toulouse, G. L. Colomerius et I. Posuel, 1683, BNF, Rés. p. Yc 570.

51i. Celle de Pierre Rodellius41, dont la disposition est semblable à celle de la série Ad usum Delphini : on trouve sur la même page, successivement, le texte, l'interprétatio et les notæ, avec cette différence qu’il y a systématiquement une réclame pour les trois séries de textes. Les six premiers vers (p. 1-2) sont interprétés ainsi :

O Mæcénas orte majoribus, quorum nonnulli, reges fuere ; tutela mea, gloriáque suavissima : Sunt, qui in parvo cur- [p. 2] ru, conspergi gaudent pulvere certiminum Olympicorum ; quique se diis orbem regentibus proximos putant, si rotis impetu summo incitatis, metas vitaverint, & palmam praeclarissimam reportarint. (41 mots, contre les 31 du texte d’Horace, et les 37 du passage correspondant de l'interpretatio de Desprez)

  • 42 Paris, veuve de Simon Benard, 1696, BNF, Yc 5838.

522. Celle de Joseph de Jouvency42, disposée ainsi : tout d’abord le texte en romain, à la suite Y interpretatio en italiques, enfin, sur deux colonnes, les notes pour lesquelles il n’y a pas de chiffre, ni de lettre pour les renvois (la note commence par une courte reprise du texte en italique, et la suite est en romain). Les mêmes vers (p. 2) reçoivent cette interprétation :

O Mecoenas [sic], qui genus ducis à regibus, qui míhi & ornamento singulari es, & proesidio, reperias bene multos, qui Olympico in stadio pulverulentum agere currum unicè gaudeant, quique parta Victoria post declinatam rotis summâ velocitate incitatis metam, ad coelum tollantur hominum laudibus, & superis ipsis exoequentur. (46 mots)

  • 43 Paris, frères Barbou, 1720, BNF, Rés. p. Yc 572-573-

533. Celle de Joannes Du Hamel43, dont la présentation varie selon qu’il s’agit du tome I, consacré aux Odes (l'interpretatio sur la page de droite, le texte original sur la page de gauche ; les notes suivent sur les deux pages, en deux colonnes), ou du tome II, consacré aux Satires (l'interpretatio est sous le texte original et non à sa suite, la page étant grosso modo divisée en deux parties égales, la première moitié étant occupée par le texte d’Horace suivi d’un court apparat critique, la seconde par celui de Du Hamel, suivi de quelques notes). Les six vers de la première ode (p. 3) reçoivent cette interpretatio :

O Mæcenas edite, nate ex Regibus Etruriae tuis atavis, O tu qui es & prœsidium & meum dulce decus ; sunt homines quos iuvat collegisse pulverem Olympicum in curriculo stadio Olympico, & quos juvat meta evitata rotis prae concitatissimo cursu fervidis, &palma Victoria nobilis potens nobiliter evehere Dominos domitores terrigenarum ad Deos Deorum sortem... (55 mots)

  • 44 Préface de l’édition de 1762 : « Cette construction ou interprétation ne ressemble point à celle de (...)

54Ces trois interpretationes sont plus longues que celle de Desprez. Celle de Rodellius reste relativement proche du texte d’Horace dans sa première partie (où le orte majoribus, issu de atavis edite Regibus et construit sans préposition, devient choquant dans un texte en prose), mais s’en écarte nettement pour la construction des vers 4 à 6. Celle de Jouvency glose plus largement : le atavis edite Regibus devient une relative (qui genus ducis à regibus, « qui tires ton origine de rois »), le ramassage de la poussière olympique par le char se mue en conduite d’un char tout couvert de poussière dans le stade olympique, l’élévation au niveau des dieux devient aussi explicitement égalisation. Quant au texte de Du Hamel, il est d’autant plus long que l’interprète choisit souvent, non pas de remplacer le mot, mais de le redoubler immédiatement par une glose plus facile (par exemple edite, nate ex Regibus, « issu, né de Rois »), ce dont il se justifie d’ailleurs dans une édition postérieure.44 Il ne s’agit donc plus d’une substitution, mais d’un redoublement rendu peut-être inévitable – dans ces travaux plus tardifs – par la baisse du niveau des élèves, devenus incapables de passer du texte interprété au texte original.

55Le cas de Perse suscite également l’intérêt. On sait qu’il s’agit d’un auteur difficile, voire obscur, et l’on peut comparer l’édition que propose Desprez dans la collection avec l’édition que donne Jouvency à peu près à la même époque, en 1689, dans sa seconde édition de Juvénal qui contient aussi les Satires de Perse. Le titre annonce cum interpretatione ac notis, ce qui n’est pas vrai pour Juvénal (il n’y a que des notes, importantes, de bas de page), mais l’est pour Perse (il y a à la fois une interpretatio et des notoe, les deux en deux colonnes, à la suite du texte : texte/ interpretatio/notoe). Nous ferons notre comparaison sur quelques vers (13-21) de la première Satire.

56Satires, I, vers 13-21 (texte de l’édition de Louis Desprez) :

Page 5

Scribimus inclusi, numeros ille, hic pede liber,

Grande aliquid quod pulmo animas praelargus anhelet.

Page 6

Scilicet haec populo, pexusque togâque recenti,

15

Et natalitia tandem cum sardonyche albus ;

Sede leges celsâ, liquido cum plasmate guttur

Page 7

Mobile collueris, patranti fractus ocello.

Hic neque more probo videas, neque voce serenâ

20

Ingentes trepidare Titos, cum carmina lumbum

Intrant, & tremulo scalpuntur ubi intima versu.

57Traduction de B. Pautrat, Paris, Imprimerie nationale, 1995, p. 37-38 :

Enclos, nous écrivons, lui en vers, et lui libre,

Du grand à essouffler le plus ample poumon.

15

15 Et lorsque, bien peigné, dans une toge neuve,

Avec au doigt enfin la sardoine natale,

Tout blanc, sur une chaise un peu surélevée,

Tu liras ça au peuple, et qu’à ce jus gloussant

Tu auras bien rincé ton gosier mobile,

L’oeil rompu d’un qui met, tu les verras alors

20

Se trémousser sans moeurs, les énormes Titus,

La voix toute changée pendant que dans les reins

Leur entrent les poèmes et qu’un vers les chatouille

Avec son trémolo jusqu’aux parties intimes

  • 45 Il faut noter que, dans l’édition de Londres, R. Clavel, 1699, BNF, Yc 7166, p. 310-311 (format in- (...)

58Interpretatio de Louis Desprez, telle qu'elle se présente dans l’édition de 168445 :

[page 5, 2e col.] Componimus clausi, alius carmina, alius solutus metro, operosum quiddam, quod pulmo peramplus spiritûs proferat, [page 6] Nempe & comptus àf veste novâ, àf candidus denique, cum gemma natalis[2e col.] diei, ista plebis recitabis è sublimi cathedra, postquam laveris fautes flexibiles [page 7] potione, dissolutus oculis lascivis. Illic nec bono ritu, nec applausu recto, aspicias subsilire nobiles Romanos, quando versus penetrant renes, àf quando praecordia titillantur carmine trementi.

  • 46 Auli Persii Flacci Satyrae, omni obsoenitate expurgatoe, cum interpretatione perpetua et notis, Edi (...)

59Interprétation de Jouvency46 (annoncée par le titre interpretatio, en italiques, en deux colonnes, sous le texte ; les vers 19-21 sont supprimés, et la dernière phrase retenue [vers 15-18] est présentée sur le mode interrogatif) :

Componimus in museum abditi, alius versibus, alius solutâ àf liberâpedibus oratione ; scribimus, inquam, aliquid sublime àf ampullatum, quod anhelanti pulmone àf voce contentâ recitemus. Ni-[2e col.] mirum tu populo haec leges è loco superiori, pexis capillis, àf recenti veste, eâque candidâ àf nitidâ indutus, gerens annulum insignem grandi gemma, qualem die tuo natali geris ; postquam tibi fautes aliquâ dulci potione laveris, ut vox sit tua liquidior àf clarior ? atque ipse oculis lascivis molles gestus edes inter recitandum ? (76 mots)

60L’interprétation de Jouvency se caractérise par l’expurgation des vers 19-21 et par l’atténuation de la vision sensuelle des vers 15-18, du fait de l’interrogation. Elle est aussi beaucoup plus explicite (solutâ & liberâ pedibus oratione, « sous une forme libre et débarrassée des rythmes », au lieu de « libéré du mètre » ; gerens annulum insignem grandi gemmâ, qualem die tuo natali geris, « portant l’anneau, remarquable par sa superbe pierre, que tu portes le jour de ton anniversaire », au lieu de cum gemma natalis diei, « avec la pierre du jour de ton anniversaire » ; postquam tibi fauces aliquâ dulci potione laveris, ut vox sit tua liquidior àf clarior, « après que tu te seras lavé, avec une douce boisson, la gorge, pour que ta voix soit plus limpide et plus claire », au lieu depostquam laveris fauces flexibiles potione, « après que tu auras lavé, avec une boisson, ta gorge mobile »). Mais elle est aussi beaucoup plus longue (76 mots contre 42 pour le passage équivalent chez Desprez et 38 dans le texte original). Une caractéristique fondamentale des éditions Ad usum Delphini, déjà mise en valeur par la comparaison des adaptations d’Horace, est ainsi à nouveau manifestée : il ne faut pas être plus long que l’original, quitte à être – c’est particulièrement manifeste pour un auteur aussi obscur que Perse – à peine plus facile.

Les textes en prose à interprétation continue

61Deux textes en prose, rappelons-le, ont bénéficié d’une interpretatio continua. Nous n’évoquerons pas celle d’Apulée, largement étudiée par Giuseppina Magnaldi, mais nous nous attarderons un peu sur celle de Tacite en prenant comme exemple le début des Annales (1, 1), tel qu’il est proposé par Julien Pichon (p. 3-6). Le texte est précédé par un Breviarum, sans interprétation, mais accompagné de notes.

  • 47 « La ville de Rome fut d’abord soumise à des rois ; la liberté et le consulat furent établis par L. (...)

Page 3

Urbem Romam à principio Reges habuere. Libertatem & Consulatum L. Brutus instituit. Dictaturae ad tempus sumebantur ; neque Decemviralis potestas, ultra biennium,

Page4

neque Tribunorum militum Consulare jus diu valuit. Non Cinnae, non Sullae longa dominatio : & Pompeij Crassique potentia cito in Caesarem ; Lepidi atque Antonij arma in Augustum cessere, qui cuncta discordiis civilibus fessa nomine Principis sub imperium accepit.

Page 5

Sed veteris Populi Romani prospera vel adversa, claris scriptoribus memorata sunt : temporibusque Augusti dicendis non defuere decora ingenia, donec gliscente adulatione deterrerentur. Tiberii Caiique, & Claudij ac Neronis res, florentibus ipsis, ob metum falsae ; postquam occiderant, recentibus odiis compo-

Page 6

sitae sunt. Inde consilium mihi, pauca de Augusto, & extrema tradere : mox Tiberij principatum, & caetera, sine ira et studio, quorum causas procul habeo.47

62Interpretatio

  • 48 Nous soulignons les termes du texte original maintenus dans l'interpretatio, à l’exception de ceux (...)

Page 3

initia Reges imperavere Romae. L. Brutus asservit libertatem. & Consules imposuit. Dictator ad certum tempus eligebatur. neque mansit auctoritas decemvirorum ultra duos annos.

Page 4

Neque diu floruit potestas Consularis Tribunorum militum. Non diuturnum imperium Cinnoe, neque Sulloe ; & potestas Pompeii Crassique statim translata in Coesarem ; Lepidique atque Antonii opes cito transiere ad Augustum, qui vocabulo Principis penes se vindicavit Rempublicam bellis civilibus exhaustam.

Page 5

Sed eximij auctores memorioe prodiderunt res secundas, vel adversas prisci Romani, nec defuere celebres ingenio viri qui res Augusti posteris raderent, donec crescente adsententione avocarentur. Historia Tiberij, Caliguloe, & Claudti ac Neronis, dum imperarent ipsi, ob formidinem mendaciis referta fuit. Postquam interierant, ardentibus adhuc ira animis

Page 6

conscripta est. Itaque statui apud me quaedam & postrema memorare de Augusto, dein imperium Tiberij ; & alia sequentium Principum, sine odio & amore, quorum affectuum causa procul a me absunt.48

63Dans ce paragraphe de 139 mots (contre 120 pour le texte original), qui s’étale sur ces quatre pages (dont la dernière n’est pas complète), il y a cinq termes rétablis : page3 : ad certum tempus, « pour un temps déterminé » ; neque mansit auctoritas decemvirorum, « et l’autorité des décemvirs ne persista pas » ; page 4 : Lepidique atque Antonii opes cito transiere ad Augustum, « les moyens de Lépide et d’Antoine passèrent rapidement à Auguste » ; page6 : sine odio & amore, quorum affectuum causa procul a me absunt, « sans haine ni affection, sentiments dont les causes sont loin de moi. » Leur fonction est d’explication. L’adjonction de mansit est particulièrement intéressante : on peut mettre le verbe de Tacite, floruit, en facteur commun avec ces deux sujets, potestas et jus, mais le changement de page, qui les sépare, appelle l’introduction d’un verbe support pour le premier. En ce qui concerne cito et transiere, on peut s’étonner de les voir en caractères romains, le premier parce qu’il est dans le texte initial, mais dans le membre de phrase précédent (il est remplacé par statim dans l'interpretatio), le second parce qu’il remplace cessere dans le texte de Tacite : ce n’est donc pas un mot ajouté. En revanche, on s’attendrait plutôt à voir translata en romain, puisque le terme ne correspond à rien dans l’original. Quant au dernier terme, il introduit une apposition de l’antécédent du relatif dans la relative, et donc au cas du relatif, construction sophistiquée qui montre que l’interpretatio, loin de simplifier, permet au contraire de voir dans le détail quelques traits propres au latin, tout en permettant d’introduire un mot support commun dans la traduction, bien utile, comme le montre la traduction de Wuilleumier.

64Dans le vocabulaire utilisé, l’effort de renouvellement est grand, les synonymes étant le plus souvent attendus (potestas / auctoritas, biennium / duos annos), et il va jusqu’à la modification des prépositions [in Augustum/ ad Augustum ; introduction de penes). Le plus souvent dans le sens d’une explicitation (adjectif substantivé au neutre pluriel glosé par res), ou d’un effort de concrétisation (decora ingenia remplacé par celebres ingenio viri, recentibus odiis par ardentibus adhuc ira animis). Cela au prix parfois d’un certain affaiblissement du texte [mendaciis referta, « remplie de mensonge », est moins fort que falsce, « fausses » ; deterrere / avocare) ou au contraire de son renforcement (exbausta, « épuisée », est plus fort que fessa, « fatiguée »).

65Un certain nombre de constructions sont modifiées, à commencer par la première proposition (littéralement « des rois possédèrent Rome » / « des rois commandèrent à Rome »), On observe également le remplacement d’une tournure passive par une active, de consilium mihi [fuit] (littéralement « le dessein fut à moi de ») par statui (« j’ai décidé de »). On s’étonnera du referta fuit, mais on est loin d’un latin « basique », comme le montrent le maintien de la phrase nominale Non Cinnœ, non Sullœ longa dominatio, celui de la forme de perfectum en -ere, ou l’utilisation d’une relative au subjonctif [qui res Augustiposteris traderent).

LES TEXTES À INTERPRÉTATION PARTIELLE

66Ajoutons quelques mots concernant la présentation : les appels de notes interprétatives apparaissent, dans tous les textes, sous la forme de lettres, les chiffres étant réservés aux notes proprement dites. Une seule exception, pour le texte de Salluste, où, comme on l’a dit, la présentation est inversée.

  • 49 Édition de 1723.
  • 50 Soit 636 + 732 pages hors Indices, Notoe et emendationes à la fin de chaque livre.
  • 51 Chiffre fourni par G. Demerson, A. Jacquetin et M. Mund Dopchie. Le nombre varie beaucoup d’un livr (...)

Note49 dans le tableau49
Note
50 dans le tableau 50
Note51 dans le tableau 51

  • 52 Si l’on étudie dans le temps l’évolution de la pratique d’Anne le Fèvre,
    on obtient les éléments sui (...)

67Les proportions varient assez fortement. Anne Le Fèvre, en charge de Florus, de Darès de Phrygie et de Dictys de Crète (édités tous les deux ensemble), d’Aurélius Victor et d’Eutrope, n’a pas particulièrement apprécié cette tâche, puisque deux auteurs n’ont eu droit à aucune note interprétative, deux autres à un nombre dérisoire, alors que seul le premier traité, Florus, avait droit à un traitement un peu plus conséquent.52 Les proportions sont très faibles également pour César et Suétone. Pour le premier, son interprète, Jean Godouin (15), s’en justifie par le fait que « le cours de son discours est en or ». De même, il y a assez peu de notes interprétatives, et très peu de notes proprement dites, dans les Opera philosophica de Cicéron. Certaines pages ne comportent que du texte (par exemple la page 125 du De finibus, livre IV), sans interpretatio ni note. Une page (la page 126 du De natura deorum, livre III) ne comporte qu’une ligne d’interprétation et aucune note, ce qui semble un fait rarissime dans toute la collection. A l’inverse, chez Aulu-Gelle, le nombre relativement élevé de notes interprétatives s’explique par le fait que l’interprète y traduit en latin les passages grecs cités par l’auteur.

68Par ailleurs, le nombre de notes interprétatives n’est pas un critère entièrement fiable pour juger de leur importance. En effet, leur longueur est extrêmement variable et, du fait que les auteurs sont relativement libres de choisir le passage à interpréter, leur conception de l’interprétation partielle varie assez considérablement. On trouve ainsi :

691. La réécriture de mots isolés même faciles : prenons comme exemple, dans les Œuvres oratoires de Cicéron (tome II, p. 1-92), le livre I du De oratore : les 432 notes interprétatives sont de longueur très variable et se réduisent assez souvent à un mot ou deux (exemples memoria → ætate ; ætatibus → sæculis ; abhorrere → discedere ; rationis → artis ; animo æquo → libenter ; exactis (regibus) → expulsis ; exactionem → expulsionem ; missos facio → prœtermitto ; non rustica → eleganti ; exstat → videtur ; dignitate → probitate).

  • 53 Ces données m’ont été aimablement fournies par A. Léonard.

702. La réécriture d’un passage plus étendu, parce que jugé plus difficile. Ainsi chez Cornelius Nepos53, l'interpretatio semble avoir pour but d'éclaircir certains passages, mais ces derniers ne semblent pas présenter de difficultés insurmontables, et surtout la reformulation ne semble pas plus facile. Voici à titre d’exemples les cinq substitutions de la page 11 de « Thémistocle » :

a diligentius amicis famaeque serviens → accuratiusfamiliaresfamaque excolens
b Quod & de instantibus (ut ait Thucydides) verissime judicabat-4 Quia & depraesentibus (juxta Thucydidem) certissimestatuebat.
c [...] ferociorem reddidit civitatem → Bellicioremurbemfecit.
d quidnam facerent de rebus suis Quo pacto res suastuentur.
e Id responsum quo valeret quum intelligeret nemo → Hoc Oraculum quorsum spectaret, quum nullus caperet.

  • 54 Ces analyses et les exemples qui les accompagnent sont dus à I. Cogitore.

71Chez des auteurs réputés faciles, comme Velleius Paterculus54, l’interprétation permet d’introduire du vocabulaire, de réviser des notions grammaticales (remplacement d’un mot d’un genre donné par un mot d’un autre genre : duabus œdibus → duobus templis), de parcourir des familles étymologiques (vir doctissimi ingenii → vir summæ doctrinæ, de mettre en valeur le sens d’un préfixe verbal en le transférant dans un adjectif, dans le complément de ce verbe (distulit → in diversa loca tulit). L’interprétation est l’occasion de réviser son lexique latin, le terme proposé en remplacement n’étant pas forcément plus fréquent que le terme à remplacer.

723. La réorganisation d’une phrase difficile : par exemple, l’interprète de Salluste rétablit dans deux interprétations successives (Bellum Catilinarium, p. 27) le verbe dicit, tout simplement pour expliciter un passage au style indirect. Dans cette optique, la note interprétative peut être souvent assez longue. Tel est le cas pour Dictys de Crète, pour les quelques notes interprétatives que propose Anne Le Fèvre, ou pour Valère Maxime, chez qui les notes sont souvent fort étendues. On en donnera l’exemple suivant (livre II, VII, 6, p. 114), dans lequel les mots introduits et signalés par le changement de caractères ne suffisent pas, loin de là, à l’explication du contexte :

  • 55 Traduction R. Combès, édition CUF, 15 mots.

a Nam oculos tuos, certum scio, clarissima in luce tenebris offusos, ingens animi opus intueri nequivisse.
(« Car tes yeux, je le sais avec certitude, plongés, quand la lumière brillait tant, dans les ténèbres, n’ont pas pu regarder l’oeuvre énorme que ton âme réalisait »55 ; 15 mots.)
a Et ad hoc mandatum de morte filii exequendum satis fuit, ut sola voce id lictoribus imperares : nam certo scio, te obrutum moerore, licet mens tua esset in luce clarissima, dum patriae bono prospicit, non potuisse intueri ingens illud opus fortitudinis.
(« Et pour exécuter cet ordre concernant la mort de son fils, il t’a suffi de donner cet ordre aux lecteurs par un seul mot : car je sais avec certitude que toi, écrasé par le chagrin, même si ton esprit était dans une lumière si brillante, alors qu’il avait en vue le bien de la patrie, tu n’aurais pu regarder cette oeuvre immense de ton courage » ; 40 mots.)

73Mais, dans les interpretationes discontinues, la note interprétative peut prendre des formes assez différentes de celle initialement prescrite par les responsables de l’entreprise. Elle peut virer à la glose et ainsi dépasser les contraintes de taille qu’imposait Huet. Nous en donnerons trois exemples :

741. Quinte-Curce (livre IV, chapitre xli [IV, 10, 16], p. 153)

Texte
Dubitavitque an eas pro concionea recitaret ?
(Il se demanda s’il devait lire cette <lettre>; devant l’assemblée des soldats.)
Interpretatio
a Cum nova calamitas proeteritorum malorum memoriam revocasset.
(Alors qu’une nouvelle calamité leur avait rappelé le souvenir des malheurs passés.)

75La note interprétative explique pourquoi l’orateur hésite à lire la lettre dont il dispose à ses soldats. Bien qu’en caractères romains, le mot malorum ne correspond à rien dans le texte original, qu’il pourrait éclairer ou expliciter. Dans ce cas, le respect des consignes semble bien formel.

762. Cicéron, Opera philosophica, Academicarum quæstionum liber primus, p. 5 (Academica II, livre I, chapitre II)

  • 56 Nous indiquons en italiques dans notre traduction les passages correspondant aux restitutions dans (...)

Texte
a nostra tu physica nosti, quæ contineantur ex effectione, & ex materia ea, quam fingit & format effectio. 3 adhibenda etiam geometria est. jam quibusnam quisquam enunciare verbis, aut quem ad intelligendum poterit adducere, hæc ipsa de vita, & moribus, de expetendis, fugiendisque rebus ?
(Tu connais notre physique, qui consiste dans la force efficiente et dans la matière que cette force efficiente façonne et à laquelle elle donne une forme. Il faut également recourir à la géométrie. Par quels mots donc pourra-t-on énoncer désormais, ou qui pourra-t-on amener à comprendre ces choses elles-mêmes, au sujet de la vie, et des moeurs, au sujet de ce qu’il faut rechercher, ou éviter ?)
Interpretatio
a Nosti quam nos Academici obscure de rebus physicis sentiamus, quarum duo principia constituimus, materiam scilicet & effectionem sive formam quae materiam figurat, formatque. Ad haec enim explananda, adhibenda est geometria, cujus figuras nec verbis enuntiare nec factis ad intelligendum efficere quisquam potest. Nosti quoque quid sentiamus de vita & moribus, &c. vide notam18.
(Tu sais combien nous, Académiciens, avons une perception confuse des phénomènes physiques pour lesquels nous avons établi deux principes, à savoir la matière et la force efficiente, ou la forme, qui donne une figure, et une forme, à la matière. En effet pour expliquer ces phénomènes, il faut recourir à la géométrie, dont personne ne peut exprimer les figures par des mots, pas plus qu’il ne peut les rendre par des faits pour les faire comprendre. Eu sais aussi quelle perception nous avons de la vie et des moeurs, etc. Voir note 18.56)

  • 57 D’ailleurs impossible à trouver sous le chiffre 18, l’annotation, par page, ne dépassant pas, pour (...)

77Il s’agit réellement d’une note explicative, dans laquelle les contraintes de longueur sont complètement oubliées, avec, à la fin, un renvoi à une « vraie » note57 dont la fonction est simplement de donner une caution scientifique à l’interprétation retenue. Il faut par ailleurs remarquer que le troisième mot, « nos », est, dans les éditions parallèles, en caractères romains, comme « malorum » chez Quinte-Curce, pour donner l’impression que l’interprète se conforme aux prescriptions. Mais il ne s’agit là que d’un artifice qui masque mal le fait que, dans ce cas précis, 1'interpretatio a usurpé la fonction de la note.

783. Pline l’Ancien

  • 58 Montausier et Huet s’en étaient d’ailleurs inquiétés ; voir Correspondance, n° 39 : « Pline est si (...)

79Comme on l’a dit, l'interpretatio varie beaucoup d’un livre à l’autre, mais le point le plus intéressant est que la présentation de l’interprétation diffère légèrement des autres éditions.58 Comme dans ces dernières, elle est disposée en deux colonnes et les notes interprétatives sont annoncées par des lettres, mais le texte latin, suivi d’un crochet, est partiellement repris en italiques dans la note, alors que la note elle-même est en romain, tandis que la partie reprise du texte est composée en italiques. Par exemple, dans le livre II (Histoire naturelle, II, I, édition de 1685, volume 1, p. 69), les quatre premières notes interprétatives sur la description du monde sont les suivantes :

a Hujus extera] Quæ sunt extra mundi posita.
(Les choses qui sont placées en dehors du monde. Contexte : Hujus <mundi> extera indagare, « Scruter ce qui est en dehors de ce monde. »)
b Totus in toto] Sic totum in se toto complexus, nihil ut extra sit.
(Enfermé tout entier en lui-même tout entier, en sorte que rien ne lui soit extérieur. Contexte : Sacer est, oeternus, immensus, totus in toto..., « Il est sacré, éternel, immense, tout entier dans le tout... »)
c Omnium rerum] Res omnes certis efficit & continet legibus : credas tamen incerto motu rapi.
(Il produit toutes les choses et les contient par des lois déterminées : on croirait pourtant qu'il est emporté par un mouvement indéterminé. Contexte : omnium rerum certus, & similis incerto, « déterminé en toute chose, et <pourtant>; semblable à l’indéterminé ».)
d Extra, intra] Cuncta complexus in se, partim extra, & ante oculos posita,partim intra se abdita.
(Embrassant en lui-même toutes choses, en partie des choses extérieures, et placées au regard, en partie des choses cachées en lui-même. Contexte : extra, intra, cuncta complexus in se, « au-dedans, au-dehors embrassant tout en lui-même ».)

80Un cas limite est constitué par l’unique note interprétative de la page 108 (chapitre LXXIII) sur le texte suivant :

  • 59 Traduction F. Beaujeu, édition CUF, vol. 2, p. 75-80.

Ideo nec nox diesque quaevis eadem orbe simul est, oppositu globi noctem, aut ambit diem afferente. Multis hoc cognitum experimentis. In Africa Hispaniaque, turrium Hannibalis : in Asia vero propter piraticos terrores, simili specularum. praesidio excitato :a in queis praenunciativos ignes sexta hora diei accensos, saepe compertum est, tertia noctis a tergo ultimis visos.
(« Cela explique également pourquoi le jour ou la nuit, partout identique, ne règne pas en même temps sur l’ensemble de la terre, l’interposition du globe apportant la nuit et son exposition le jour. Ce fait est attesté par de nombreuses preuves : en Afrique et en Espagne les tours d’Hannibal ; en Asie, où la terreur semée par les pirates avait fait surgir des observatoires de protection analogues, on a constaté plus d’une fois que les feux d’alerte allumés en avant à la 6e heure du jour étaient aperçus à la3e heure de la nuit à l’extrémité orientale de la ligne. »59)

81Hardouin propose la note suivante :

In quels] Ignes, qui piratas adesse nunciabant, meridie in illis accensos, saepe compertum est, tertia noctis hora visos esse ab ultimis navibus, quae ad persequendos piratas ex Africa Hispaniaque profectae meridie, cum ibi ignes illi accenderentur, & versus ortum pergentes, post tergum respiciebant, postquam illis novem horis leucas totidem mari confecissent : Atque idem compertum est de his, qui ex Asia solventes, versus occasum, post tergum respicerent ignes ibi accensos meridie, cum inde discederent.
(Traduction littérale : On s’est souvent rendu compte que les feux, qui annonçaient la présence des pirates, allumés à midi dans ces contrées, avaient été vus par les derniers navires qui, partis à midi d’Afrique et d’Espagne pour poursuivre les pirates, quand ces feux étaient allumés là, et continuant en direction de l’orient, regardaient en arrière, après qu’ils avaient parcouru pendant ces neuf heures le même nombre de lieues sur la mer. Et on a fait la même constatation pour ceux qui, appareillant depuis l’Asie, en direction de l’occident, regardaient derrière eux les feux allumés là à midi, alors qu’ils en partaient.)

82On se rend compte que la note n’est plus du tout une réécriture, mais bien une première glose largement explicative. À la différence des quatre notes précédemment citées, qui font alterner le romain, pour ce qui est repris au texte, et l’italique, pour ce qui appartient proprement à la note, elle est d’ailleurs entièrement rédigée en romain.

LE TRAITEMENT DE QUELQUES POINTS LINGUISTIQUES

  • 60 Bucoliques, I, 1-22 ; Géorgiques, 1, I-I-23 ; Énéide, 1, 1-22 [+ les 4 vers isolés du début], soit (...)

83Pour terminer, nous récapitulerons les procédés linguistiques - qu’ils touchent le lexique, la morphologie, la syntaxe ou la sémantique – mis en oeuvre dans l’interpretatio à partir d’un corpus pris à l’édition de Virgile par le Père de La Rue.60

84Les principes explicitement imposés dans 1'interpretatio continua sont appliqués : le texte est complètement réécrit ; il est réécrit en prose ; l’ordre des mots est modifié ; sa longueur est sensiblement équivalente au texte original. En outre, le vocabulaire est presque systématiquement remplacé ; il y a quelques modifications morphologiques et d’assez nombreuses modifications syntaxiques ; enfin l’auteur introduit des mots supplémentaires dans son texte, ce qu’il signale le plus souvent en utilisant le romain, alors que le reste de l’interpretatio est en italiques.

Le remplacement du vocabulaire

85Le Père de La Rue ne précise pas les principes qu’il a en tête quand il réécrit son texte. On pourrait penser qu’il recherche un latin plus facile, plus accessible à un élève. Cela n’est pas évident : on ne peut absolument pas prouver que l’auteur cherche à remplacer des termes difficiles par des termes plus faciles ; c’est même parfois l’inverse (par exemple le simple ago est remplacé par le composé abigo, linquimus par deserimus, le mot simple terra remplacé par le poétique tellus, soevus par crudelis, densus par spissus, l’actif incipiam remplacé par le déponent ordiar, de même errare remplacé par vagari, etc.). Mais très souvent, l’opération est blanche du point de vue du niveau de langue (clarus remplacé par splendidus, studium par cura, nonnullus par aliquis,-que par et, en par ecce, duco par traho, vix par difficile), avec parfois une certaine systématicité (invenio remplacé par reperio, inventrix par repertrix).

86Même si l’auteur ne dit pas quelles exigences il a cherché à satisfaire dans ce changement de lexique, il est manifeste qu’il pense surtout à trouver le plus systématiquement possible des synonymes, même pour les termes les plus simples :

  • vir est remplacé par homo (ce qui, appliqué à Énée, est un peu dépréciatif : de héros, sens fort de vir, il devient simple être humain), moenia par muri, stultus par demens (pour éviter d’être trompé par l’affaiblissement du premier terme ?), putavipar existimavi, etc. ;

  • remplacement du simple par le préfixé : ago/ abigo, miror/ admiror, facio/efficio ;

  • remplacement d’un préfixé par un autre préfixé : connixa/ennixa (ayant accouché) ;

  • remplacement du simple par le dérivé : cano par canto, vis par violentia, tener « tendre » par son diminutif tenellus, ou du dérivé par le simple : gemelli/gemini.

87Manifestement il n’y a pas de différence de nature essentielle dans les deux stocks lexicaux : ici, boves est remplacé par vaccoe ; là, il remplace juvenci. Les termes sont interchangeables. Tout au plus peut-on peut-être dégager quelques lignes directrices, comme la recherche de la précision par l’explication (remplacement de caelum par fulmen, de lumina par sidera, de loetus par copiosus, de sanguis – « sang » au sens d’« origine » - par stirps) ou la simplification des images : dans arma virumque cano, remplacement de arma par bella ; quo sidere remplacé par quo tempore (parce que sidus, « astre », est ici considéré comme synonyme de repérage temporel) ; vertere (retourner) terram par arare (cultiver) tellurem ; sic volvere Parcas (ainsi les Parques ont-elles déroulé [le fil des événements sur leurs fuseaux], comme le précise la note) par itastatuisse Parcas (de la sorte ont décidé les Parques).

88En fait, l’intention réelle semble de faire acquérir à l’élève un vocabulaire plus important. On éclaircit par d’autres termes, parfois aussi difficiles, mais le simple jeu de la substitution éclaire le texte. En effet, il aide à la reconnaissance des parties du discours, à celle des groupes de mots. De ce fait le remplacement se veut souvent systématique de terme à terme :

89Géorgiques, livre I, vers 14-15.

  • 61 Traduction E. de Saint-Denis, édition CUF, 1974, p. 2.

Texte
Et cultor nemorum, cui pinguia Cææ
Tercentum nivei tondent dumeta juvenci.
(« Et toi, habitant des bocages, pour qui trois cents taureaux blancs comme neige broutent les gras halliers de Céa. »61)
Interpretatio
Et tu, o incola nemorum, cui trecenti boves candidi carpuntfrutices fertiles insulae Cӕӕ
(« Et toi, ô habitant des bocages, pour qui trois cents boeufs d’un blanc éclatant cueillent les arbrisseaux abondants de l'île de Céa », soit 7 remplacements sur 8 mots, hors mots grammaticaux et noms propres).

90Il semble pourtant que l’attention de l’auteur se relâche parfois dans ces remplacements systématiques : aux vers 19 et 20 de la même Géorgique, unci aratri et teneram ab radice cupressum restent inchangés. Néanmoins, le lecteur remarque plus facilement les passages sans modification que les passages laissés tels quels, ce qui montre la constance du changement.

91De même, certaines modifications ont un rôle d’éclaircissement au niveau grammatical : ipse ago devient ego abigo. On peut y adjoindre le remplacement d’un adjectif accordé avec le nom par le substantif correspondant au génitif : Trojanus sanguis remplacé par Trojanorum stirps ; Tyrias arces remplacé par maenia Tyriorum. Ou encore un rôle d’éclaircissement au niveau du contexte, par exemple quand un nom propre remplace le pronom qui le représente (illius, dont le genre [féminin] ne peut être décelé facilement, est remplacé par Junonis).

Modifications grammaticales

92Les modifications morphologiques sont peu nombreuses et semblent relever surtout d’une normalisation scolaire : tridenti (ablatif singulier) remplacé par tridente [Géorgiques 1, 13], forme attendue puisque dens est un ancien thème en consonne ; deum (ancienne forme de génitif pluriel de deus) remplacé par deorum ; remplacement fréquent d’un singulier collectif par un pluriel (glandem remplacé par glandes), ou d’un pluriel poétique par un singulier (Lavina litora remplacé par litus Lavinum).

  • 62 Dorénavant, dans notre commentaire, nous signalons par ... les mots introduits en caractères romain (...)

93Les modifications syntaxiques et sémantiques sont beaucoup plus nombreuses. On donnera comme exemples des changements dans la construction des verbes62 :

  • rétablissement du verbe esse ou d’un de ses composés (Énéide 1, 15 [11] : tantoe irae [sunt] + datif → tantus furor<inest> + datif) ;

  • remplacement de esse + datif par habeo + accusatif (Géorgiques 1, 21 : vos quibus studium [est] + infinitif → vos qui habetis curam + gérondif), de esse curae + datif (double datif) par curare + accusatif ;

  • remplacement du datif de destination : habendo... pecori par une proposition subordonnée introduite par ut [ut habeaturpecus) ;

  • remplacement d’un verbe impersonnel par est + nom au nominatif (turbatur/est tumultus) ;

  • remplacement d’un participe présent de verbe actif + accusatif de relation par un participe passé + ablatif d’agent (avec rétablissement d’un substantif à fin de précision) : quidve dolens → velquo scelere offensa.

  • Très souvent, des constructions casuelles sont remplacées par des syntagmes prépositionnels :

  • tenui avena, « avec un mince pipeau » [Bucoliques 1, 2], remplacé par fragili fistula, puis par <cum> parva fistula (« avec une frêle petite flûte ») dans la deuxième édition ; <cum> vino reperto ;

  • <cin> Italiam ; <ad> litora ; [e] sylvis ;

  • <cin> Latium en remplacement de Latio (datif) ;

  • per coelum en remplacement de caelo (ablatif).

94En outre, on observe le remplacement de ce que nous appelons un « relatif de liaison » par un simple démonstratif (Énéide I, 19 [15]). Quelle est la fonction de ces modifications ? Certaines sont parfois simplement dues au changement de vocabulaire : ducere + accusatif remplacé par praesideo + datif. Mais le Père de La Rue semble avant tout soucieux de multiplier systématiquement les constructions pour augmenter la capacité de l’élève à manier des constructions variées : patriam fugimus devient eximus e patria, quam dicunt Romam devient quoe vocatur Roma. Certains changements syntaxiques sont considérables et complexes, car ils dépendent d’une réinterprétation sémantique. Soit le passage suivant :

95Géorgiques, livre 1, vers 7-9.

Texte
vestro si munere tellus
Chaoniam pingui glandem mutavit arista,
Poculaque inventis Acheloia miscuit uvis.
(Traduction littérale : « Si, par votre présent, la terre a remplacé le gland chaonien par l’épi gonflé, et si elle a mélangé les coupes achéloïennes avec les raisins découdécouverts», c’est-à-dire « si elle a mélangé les coupes remplies de l’eau de l’Achéloüs [fleuve d’Étolie] avec le jus du raisin que vous avez découvert. »)
Interpretatio
Si homines vestro beneficio reliquerunt glandes Dodoneas pro frumento pingui, & miscuerunt aquam Acheloi cum vino reperto. (Traduction littérale : « Si les hommes, grâce à votre bienfait, ont abandonné les glands de Dodone en échange du gros grain de blé/du riche blé, et ont mélangé l’eau de l’Achéloüs avec le vin découvert. »)

96Le passage jugé sans doute difficile en raison de la présence en fonction sujet d’un non-animé et dans sa deuxième partie par l’absence d’un terme évoquant un élément liquide entraîne les modifications suivantes :

97– au niveau sémantique : introduction d’un sujet animé, remplacement des termes faisant simplement allusion à un liquide (poculum, uva) par des termes désignant ces liquides (aqua, vinum) ;

98– au niveau de la construction : mutare + accusatif + ablatif remplacé par relinquere + accusatif + pro + ablatif ; en revanche miscere est maintenu (l’ablatif étant simplement précisé par une préposition) grâce au changement lexical.

Les introductions ou rétablissements de termes

  • 63 Rappelons que nous plaçons les termes ainsi restitués entre crochets carrés. Voir la note précédent (...)

99Certains termes sont introduits ou rétablis sans que l’auteur le signale par le changement de caractère. Tel est le cas de o, marqueur de vocatif, rétabli systématiquement, mais sans être mis en romain. De même un certain nombre de rétablissements ne sont pas signalés comme tels, en particulier pour les pronoms ou les prépositions63 : [ego] non invideo (Bucoliques I, II), egressus [e] sylvis (Énéide 1, 2), seu qui effunditis [e] cœlo pluviam copiosam [in segetes] (« vous qui répandez [depuis] le ciel une pluie abondante [sur les moissons] » ; Géorgiques 1,23).

100Le rétablissement étant fait non dans le texte initial, mais dans le texte modifié, il ne trouve souvent sa justification que dans ce dernier : e dans e patria fugimus ne trouve sa justification que par rapport au verbe fugere (en remplacement de patriam fugimus) ; dans quidve dolens remplacé par vel quo <scelere> offensa, le support de l’adjectif interrogatif quo se justifie beaucoup mieux à l’ablatif qu’à l’accusatif de relation de l’expression initiale.

  • 64 Les termes introduits en caractères romains dans X interpretatio ont éte placés entre .... Voir les (...)

101Les « grammaires de l’ellipse » (issues de Sanctius) dominant les théories grammaticales au xviie siècle (leur plus illustre représentante française étant la Nouvelle Méthode latine de Port-Royal), on peut se demander si le rétablissement peut se faire en fonction d’un critère théorique, en particulier pour les rétablissements de prépositions (nombreux, voir ci-dessus) ou certaines constructions complexes ou problématiques, comme l’apposition. Ainsi on constate l’introduction d’un pronom en fonction de sujet support d’une apposition : au nominatif, <nos> pastores consuevimus ; à l’accusatif, <me> ipsum canere, ou encore l’introduction d’un nom support d’adjectif : geminos <fœtus>.64 En fait les introductions de termes semblent plus dues à l’éclaircissement du contexte qu’à une quelconque théorie grammaticale : par exemple imbuet remplacé par tinget <sanguine> ; agnus <electus> ex avili nostro (un agneau <choisi> dans notre bergerie) ; causas <earum rerum>\alma Ceres remplacé par Ceres nutrix <bominum>, le rétablissement du mot nomen, soit à l’ablatif, par exemple dans Urbs antiqua... Carthago <nomine>, soit sous la forme suivante : referre <nomen> Amaryllidis (rapporter le nom d’Amaryllis), remplaçant resonare Amaryllida (faire résonner Amaryllis) (Bucoliques 1, 5).

102Parfois, la restitution correspond à l’une des interprétations signalées en note : soit l’expression difficile prima tellus, dans le contexte (littéralement) « la première terre fit naître un cheval hennissant », elle est glosée terra <adbuc> recens, « la terre <encore> nouvelle », ce qui correspond à la première des trois interprétations possibles données en note : soit « récemment formée », soit « la terre du littoral », soit « la terre attique » (« parce que les Athéniens se vantaient d’être les premiers et les plus anciens des hommes »).

103Le point le plus important est sans doute que la reconstruction sert à faire coller le texte latin à sa traduction française. Par exemple, dans agnus <electus> ex ovili nostro (un agneau <choisi> dans notre bergerie), le rétablissement d'electus sert à marquer l’origine qu’on ne verrait pas dans la traduction française trompeuse que serait « un agneau de notre bergerie ». L’exemple suivant, en rétablissant – sans le signaler – le pronom eos, manifeste la même intention.

104Bucoliques, I, vers 14-15.

texte
Hic inter densas corylos modo namque gemellos,
Spem gregis ah ! silice in nuda connixa reliquit.
(Traduction la plus littérale possible : « Ici entre des coudriers touffus, à l’instant, en effet, ayant mis bas des jumeaux, espoir du troupeau, elle les a, hélas ! laissés sur une pierre nue. »)
Interpretatio
Modo enim enixa geminos foetus, qui proh ! dolor, erant spes gregis, deservit eos rigido in saxo, inter spissascorylos.
(Traduction tout aussi littérale : « À l’instant, en effet, ayant mis bas des rejetons jumeaux qui, ah ! douleur, étaient l’espoir du troupeau, elle les a abandonnés sur un rocher dur, entre des coudriers touffus. »)

105On constate :

  • un oubli : le Hic initial ;

  • sept remplacements de termes ;

  • le rétablissement (signalé) d’un substantif support d’un adjectif (foetus) ;

  • le rétablissement (signalé) d’une relative à fin d’explicitation d’une apposition (qui erant), avec la modification casuelle afférente ;

  • le rétablissement (non signalé) d’un terme à la limite du métalangage [dolor) pour préciser la valeur sémantique d’une interjection ;

  • le rétablissement (non signalé) d’un pronom (eos) nécessaire dans la traduction française du fait qu’un terme (geminos) est complément à la fois d’un participe apposé au sujet non exprimé (ennixa) et du verbe principal (deservit).

L’ordre des mots

106Dans son introduction, le Père de La Rue prétend simplement libérer l'interpretatio des contraintes métriques. Or, il vaut la peine d’analyser sa traduction pour voir quel est, selon lui, l’ordre planus et rectus. Si nous nous attachons en particulier à la place du verbe et à la structure du groupe nominal, nous pouvons faire les observations suivantes.

  • l’ordre de la phrase est pratiquement toujours le suivant : sujet-verbe-complément. Le verbe à la fin est rare (exemple : si fatum <id> quoquomodo permittat) ;

    • 65 Il faut signaler le maintien de rigido in saxo, de structure parallèle à l’expression originelle : (...)

    la position de l’adjectif par rapport au nom qu’il qualifie varie selon les fragments considérés : au début des Bucoliques, l’ordre adjectif-nom domine très nettement, sauf quand la position d’épithète est remplie par un participe passé accompagné d’un complément ; au début de l’Énéide et des Géorgiques, c’est au contraire l’ordre inverse qui domine (nom-adjectif)65 ;

  • le complément de nom au génitif est dans la très grande majorité des cas placé après le nom qu’il détermine ;

  • la position du déterminant autre que l’adjectif qualificatif est variable, avec une légère dominante pour la place antérieure.

  • 66 Voir A. Haase, Syntaxe française du xviie siècle, traduite et remaniée par M. Obert, 5e éd., Paris, (...)

107Dans tous les cas, l’ordre suivi ne déroute pas l’actuel lecteur français, et sans doute moins encore un lecteur français du xviie siècle plus habitué qu’aujourd’hui à l’antéposition de l’adjectif par rapport au nom.66 Certes il y a la variante de la place de l’adjectif qualificatif observée ci-dessus : mais ce qui semble compter surtout, c’est la régularité de la position, qui sert d’indice pour le repérage des classes grammaticales. Enfin, la reconstruction complète des longues périodes, comme au début de la première Géorgique (quatre vers et demi), permet de les débrouiller plus facilement.

  • 67 Nicolas Mercier, Le Manuel des grammairiens, Lyon, A. Molin, s. d., p. 20 (la première édition conn (...)

108Une question que l’on peut se poser, est de savoir si, dans sa réécriture en prose, de La Rue n’a pas été tenté de proposer une prose métrique, pendant de la versification dactylique. En fait, la question des clausules est d’autant plus difficile que les ouvrages prescriptifs anciens relevant de ce domaine sont relativement mal connus et que la variété des finales admises (si on les additionne, il y en a plus de 330) est théoriquement considérable. Dans un écrit contemporain de la collection, le Manuel des grammairiens, Nicolas Mercier, attachant autant d’importance à l’attaque de la période qu’à sa conclusion, dresse rapidement la liste des pieds « dont on se sert tant au commencement qu’à la fin de la période, qui rendent un meilleur son, & font le discours plus agréable à l’oreille des Auditeurs ».67 L’application de ces principes au texte du Père de La Rue mériterait une étude détaillée, que nous ne mènerons pas ici, mais l’analyse de notre corpus montre que, si le Père jésuite respecte dans l’ensemble les contraintes habituelles dans le domaine de la prose métrique (nombre des finales de ces périodes présentent une des clausules dûment répertoriées), il ne le fait cependant pas systématiquement. En tout cas, il ne semble pas faire d’effort particulier pour s’éloigner du rythme dactylique, pourtant proscrit de la prose métrique. Ainsi n’opère-t-il aucune modification pour supprimer le dactyle initial de Tityre, tu..., pas plus qu’il n’évite toujours la clausule épique (exemple :... reliqui Galateam ;...a Jove rapti).

***

109L'interpretatio des éditions Ad usum Delphini fut une entreprise originale et de grande ampleur. Naturellement, il ne faudrait pas tomber dans le piège grossier qui consisterait à faire un procès d’intention aux « interprètes » en leur reprochant de produire un texte moins beau que l’original (par exemple en supprimant les images). Ce texte n’a nullement pour fonction de se substituer à celui de l’auteur : il s’agit de doubler ce premier texte afin de décupler les facultés de l’élève, en le confrontant sans cesse à de nouveaux termes, à de nouvelles constructions. En d’autres termes, il s’agit avant tout d’un soutien pédagogique. Fut-il efficient ? Si l’on tient compte de l’imprégnation latine plus grande de l’élève de l’époque, on peut supposer une certaine efficacité. L'interprétatio augmente le bagage de l’élève dans le domaine du lexique, résout les principales difficultés de construction, facilite le repérage des unités linguistiques. Même si elle se fait à l’intérieur de la même langue, la conversion du texte est en soi un élément d’éclaircissement. Pour peu que le texte réécrit soit un peu plus accessible que l’original, l’accès à la compréhension est accéléré et bénéficie de l’effet cumulatif provoqué par la répétition du précédé sur des dizaines de textes.

110Naturellement on peut se demander quelle est la validité d’un latin produit dans ces conditions et s’il n’y a pas des risques de déformation. Dans l’ensemble, il ne s’agit pas d’un latin « basique », mais d’un latin classique du point de vue du lexique, et repensé à travers le français du point de vue de la construction et du besoin éprouvé de rétablir des mots. Par là même se produit une trahison du texte original, qui risque de s’accompagner de la perte de la conscience du numerus, de la junctura, qui contribuent, autant que le lexique, la morphologie ou la syntaxe, à faire précisément la latinité d’un texte latin. Certes Huet (annexe I) demandait de « garder chaque ornement » et de « préserver l’harmonie auditive », mais la plupart des interprètes insistent plutôt sur la « simplicité » et le « naturel » d’un ordre des mots dont on flaire bien souvent qu’il est plus celui du français que celui du latin.

111Par rapport aux directives de la Ratio jésuite qui interdisaient une traduction mot à mot et imposaient le respect du rythme, mais autorisaient une traduction ponctuelle en vernaculaire, l’optique est donc complètement différente, et les changements sont essentiels. Les fortes contraintes sur le respect de la masse respective des deux textes devaient peser singulièrement sur la liberté de l’interprète. D’ailleurs, le but d’une interpretatio continua et celui d’une interpretatio partielle ne pouvaient être identiques et, pour le préparateur de l’édition, la tâche n’était pas du tout la même. Celui qui se voyait confier un texte poétique savait qu’il aurait tout à réécrire, en variant systématiquement les tournures. Cela supposait un travail constant sur la synonymie, la reconstruction, l’ordre des mots. Pour l’éditeur d’un texte en prose (à l’exception de deux d’entre eux), la tâche était beaucoup plus légère, l’interprétation partielle ne pouvant avoir pour but prioritaire d’enrichir le vocabulaire.

  • 68 Entretien VI, édition critique par F. Girbal et P. Clair, Paris, PUF, 1966, p. 213. Texte cité par (...)
  • 69 Voir B. Colombat, « Latinisme ou gallicisme ? Les méthodes translinguistiques latin-français au xvi (...)
  • 70 Voir M. Bouquet, Le Statut du texte latin dans l'enseignement en France aux XVIIe et xviiie siècles (...)

112Quel a été le succès de la méthode ? Grand, si l’on en croit la reprise du procédé pour des auteurs difficiles comme le sont Horace (interprété par Du Hamel, Jouvency, Rodellius) ou Perse (interprété par Jouvency). D’ailleurs, dans ses Entretiens sur les sciences68, Lamy fait l’éloge du procédé. Néanmoins l’entreprise ne suffira pas à pallier l’éloignement progressif du latin, pour lequel le xviiie siècle proposera essentiellement deux solutions. La première sera la traduction interlinéaire, c’est-à-dire la mise en correspondance ligne à ligne d’une langue avec l’autre, pratique depuis longtemps en usage, mais à laquelle Du Marsais donne ses lettres de noblesse et qui traduit l’abandon du principe imposant de rester dans la langue étudiée.69 La seconde est le texte adapté, comme dans les Selectoe historioe d’Heuzet, lui-même suivi du texte composé pour les besoins de l’apprentissage, comme dans le De vins illustribus urbis Romoe de Lhomond.70 L'interpretatio n’est donc qu’un de ces maillons ayant servi à lutter contre l’inéluctable perte de compétence de l’élève français confronté à la langue latine.

Annexes

ANNEXE. TEXTES TRAITANT DE L'INTERPRETATIO71

I. Lettre de Huet à Graevius (23 octobre 1673)72

Les mots sont traduits par une interprétation, non pas celle qui expose la pensée du passage par un énoncé diffus et luxuriant, et qu’on appelle d’ordinaire paraphrase, pas plus que celle qui résume en quelques mots les trop longues circonlocutions du discours, mais celle qui, se plaçant sur la voie moyenne, travaille non seulement à rapporter le sens, mais aussi à trouver l’équivalent de chaque mot, et à rassembler ces mots dans l’ordre que demande la façon de parler simple et naturelle, tout en gardant chaque ornement et en préservant l’harmonie auditive. La chose sera rendue plus claire par un exemple. Prenons le début de l'Enéide à interpréter : la meilleure façon de procéder sera la suivante : Canto bella à ? virum, qui profugus fato, primus ê regione Trojana appulit in Italiam & litus Lavinum. Plurimum ille potestate Deorum agitatus fuit terra marique, propter memorem iracundiam dirae Junonis. Tu vois que les mots sont compensés par le même nombre de mots, et qu’il n’y a rien dans l’interprétation qui n’apparaisse pas chez l’auteur lui-même, si tu exceptes un seul petit mot, qui, vu qu’il a été adopté pour éclairer, n’a pas été noté en italiques, de la même manière que tous les autres, qui sont pour ainsi dire pris à l’extérieur et greffés. Tout en adoptant des mots du dehors, nous voulons être un interprète économe. De ce genre d’interprétation sortent beaucoup d’avantages, et principalement les deux suivants : le lecteur comprend ce que vaut chaque mot de l’auteur et il apprend en même temps parfois des mots nouveaux dont s’est servi l’interprète. Ces deux choses ont le meilleur effet pour enrichir le style. Mais comme, à cause de leur façon de s’exprimer compliquée et contournée, certains qui ont utilisé tant les vers que la prose donnent dans une plus grande obscurité, nous avons pensé que pour ceux-là, il fallait utiliser une interprétation continue, alors que d’autres doivent être interprétés seulement dans certains passages déterminés qui peuvent retarder la lecture, si l’on excepte certains auteurs ténébreux et qui fuient le jour, qui ne doivent pas être traités autrement que les poètes eux-mêmes. Dans cette catégorie, nous pensons qu’il faut placer pour le moins Varron, et les autres agronomes.73

PRÉFACES DE TEXTES EN VERS (INTERPRETATIO CONTINUA VEL PERPETUA)

Théâtre

2. Plaute (Jacques de L’OEuvre [Jacobus Operarius], 1679)

2a. Præfatio, fl õ ij r°-v°

[Le duc de Montausier] a voulu que, dans l’interprétation continue, on soit attentif à deux choses, à savoir la transparence et la quantité ; la transparence, en remodelant l’organisation du texte de l’auteur, en détachant les mots de leur place, en les déplaçant et en les remettant dans l’ordre de notre langue vernaculaire74 ; ce qui a pour résultat de permettre aux enfants, même ceux des petites classes, de parcourir sans rencontrer d’obstacle, avec l’aide unique du lexique, les auteurs les plus difficiles, sans même excepter les poètes ; bien plus, cette interprétation ne sera pas inutile aussi à ceux qui sont plus avancés dans le cursus des humanités. En effet, bien qu’ils ne soient embarrassés ni par les mots, ni par la phrase des auteurs latins, néanmoins, parce que le style latin rejette généralement un mot ou bien au milieu, ou bien à la fin de la période, ils ont de la peine, ou même ne parviennent pas à rendre en vernaculaire cette période, si ce n’est à force de lecture et de relecture incessante. Au contraire cette difficulté est levée surle-champ si l’on ôte le désordre et des mots et des phrases et si on les replace dans l’ordre de notre langue vernaculaire. J’ajouterai aussi que la chose peut être utile aux étrangers, même ignorants de notre langue, parce qu’à peu près toutes les langues qui sont en usage partout dans le monde ne s’écartent pas beaucoup, dit-on, de cet ordre et de cette trame qui sont ceux de la langue française. Quant à la quantité, on a veillé, autant qu’il pouvait se faire, à trouver des synonymes de chaque mot.75

2b. Præfatio, f. ¶ iij r°

Autant qu’il m’était possible, je me suis appliqué à adapter l’interprétation telle qu’elle est définie par le Duc de Montausier à l’esprit de cet illustrissime auteur, c’est-à-dire à faire en sorte que le texte de l’auteur soit simple, que la longueur du texte fût conservée, en modifiant les mots, les expressions et le style. De fait nous avons ajouté des mots pour compléter les ellipses, nous en avons ôté pour supprimer les pléonasmes, ou bien nous avons remplacé les mots par des synonymes, nous avons mis des expressions simples à la place des expressions figurées et des expressions figurées à la place des simples, nous avons substitué un substantif à un adjectif, un verbe à un nom, l’une et l’autre de ces catégories à un adverbe, et vice versa. En somme nous avons substitué un énoncé à un énoncé, en déplaçant les mots, en les modifiant et en les remettant dans l’ordre de notre langue vernaculaire76, en sorte que l’énoncé semble complètement différent. Et dans ces opérations, je n’ai rien trouvé de si difficile que la synonymie. En effet, pour ne rien dire de ceux qui pensent qu’en latin, il n’existe pas de synonymes, il est connu de tous que la tâche de loin la plus difficile est de rendre par de vrais et d’authentiques synonymes les termes dont se sont servis les auteurs à la latinité la plus achevée, parmi lesquels Plaute occupe le premier rang.77

3. Térence (Nicolas Camus, 1675)

Proefatio, f. ẽ iij r°

Nous avons tout d’abord eu le souci de donner les textes des auteurs sous la forme la plus irréprochable qu’il est possible ; ensuite de réorganiser les périodes embrouillées par une glose qui explique les sens cachés par une organisation simple et brillante des mots, de les remettre dans leur ordre quand elles étaient inversées, et de les libérer des lois et des rythmes poétiques auxquels elles étaient assujetties. Et ce néanmoins de telle sorte que cette glose ne se terminât pas trop librement en paraphrase, ni qu'elle laissât de côté ce qui pouvait plaire aux esprits des débutants ; cela en utilisant les mots des auteurs eux-mêmes, quand ils étaient suffisamment connus, et en leur substituant des mots plus faciles, quand ils étaient euxmêmes moins faciles.78

Autres textes poétiques

4. Claudien (Guillaume Pyron, 1677)

Proefatio, f ĩ ij r°

J’ai mis en lumière ce poète par une interprétation et des annotations, une interprétation donc, et celle-ci continue, le même nombre de mots rapportant le sens des vers libéré du rythme poétique, dans l’ordre simple, en sorte d’une part que le nombre des mots soit conservé, et d’autre part que certains passages difficiles, qui peuvent sembler de prime abord faciles, ne soient pas omis, ensuite des annotations, de manière à éclairer tout ce qui pouvait rester obscur dans l’interprétation.79

5. Juvenal et Perse (Louis Desprez, 1684)

Proefatio, v° du premier feuillet

Quant à l’interprétation, elle est claire : il s’agit de celle qui, en dénouant les entrelacements et les circonlocutions d’une expression condensée, dissipe à coup sûr toute obscurité. Et s’il reste quelque chose de contourné et d’embrouillé, on a sous la main les annotations, qui sont à la fois soignées et concises.80

6. Lucrèce (Michel Dufay, 1680)

Ad lectorem præfatio, f. ẽ r°

Je me suis surtout appliqué à remettre dans l’ordre naturel l’expression poétique renversée et emmêlée, grâce à une interprétation continue des mots.

Et j’ai fait en sorte de rendre non seulement sens pour sens, mais aussi mot pour mot, grâce à des termes de signification équivalente, en sorte que, d’une part, la quantité des mots soit conservée et que, d’autre part, les mots qui semblent difficiles de prime abord ne soient pas dépourvus d’une explication qui leur soit propre.

Mais quand, soit pour la liaison des mots et des propos, soit pour la compréhension du contenu, il a été nécessaire d’ajouter au texte quelques termes, j’ai pris soin de les signaler par un caractère différent.81

7. Manilius (Michel Dufay et Pierre Daniel Huet, 1679)

Præfatio, f. ĩ v°

Nous avons tout d’abord pris soin de remettre l’expression renversée et embrouillée du poème dans l’ordre naturel par une interprétation continue des mots. Et nous avons fait en sorte de rendre non seulement sens pour sens, mais aussi mot pour mot, avec des termes de signification équivalente, en sorte que la quantité des mots soit conservée, et que certains passages difficiles, qui semblent faciles pour ainsi dire au premier regard, ne soient pas privés d’une explication qui leur soit propre. Mais quand un mot quelconque est ajouté au texte dans l’interprétation, on a pris soin de la signaler par un changement de caractère.82

8. Martial (Vincent Colesson, 1680)

Au lecteur : Louis le Grand a ordonné qu’à l’usage du Sérénissime Dauphin, les textes des historiens et des poètes soient expliqués mot à mot, brièvement et brillamment, par une interprétation plus facile, et ensuite par l’ajout de notes.83

9. Ovide (Daniel Crespin, 1686)

Tome I, Præfatio, f. ĩ v°

Si modeste que soit notre oeuvrette, nous espérons que nous sommes parvenu à mettre en valeur, non seulement la pensée du poète, mais également son génie et son art [...] par une interprétation que nous avons particulièrement soignée dans les passages les plus difficiles…84

10. Phèdre (Pierre Danet, 1675)

Præfatio, f. ĩ iij r°

[Le Duc de Montausier] a pensé le premier [...] que rien ne peut obtenir un effet plus sûr qu’une forme précise d’interprétation continue des auteurs, et surtout des poètes. [...] L’interprétation fait en effet en sorte que les mots renversés et mêlés entre eux soient redistribués dans l’ordre naturel.85

11. Virgile (Charles de La Rue, S. J., 1675)

[De La Rue parle du souci de brièveté et d’éclat (brevitatis nitorisque studium) qui doit être présent dans toute l'explanatio de Virgile et précise :] Et en ce qui concerne l’interprétation, j’ai considéré que la meilleure façon de faire était la suivante : tout d’abord que celle-ci fût continue, pour éviter que, en omettant les passages faciles, je négligeasse aussi quelques passages plus difficiles, comme il arrive ; ensuite que la pensée exprimée par les vers, débarrassée de la cadence poétique, soit rendue dans un ordre simple et régulier, avec des mots différents, mais en même nombre, pour que, outre la force et le sens des mots, leur quantité soit également préservée.86

PRÉFACES DE TEXTES EN PROSE

Textes à interprétation continue

12. Apulée (Jules Fleury, 1688)

Præfatio : verso du premier feuillet

Alors que d’autres, à l’érudition et à la science remarquables, s’étaient emparés de tous les auteurs qui sont d’ordinaire les plus répandus dans les écoles, moi aussi, appelé à participer à l’ouvrage, j’ai réclamé pour moi ce platonicien de Madaure, de style africain et, donc, un peu trop rude, mais d’une érudition fort profonde, et d’une difficulté particulière, et, à ce titre, à vêtir du même habit que les poètes, c’est-à-dire à embellir, outre les notes, d’une interprétation continue.87

13. Tacite (Julien Pichon, 1682-1687)

Opera, tomusprimus, Præfatio, f. ãã r°-v°

Nous avons illustré Tacite par une interprétation continue, certes fort peu fine et élégante, mais plus simple, évidemment pour que la pensée de l’auteur fût perçue plus facilement.

Et je dirai franchement et sincèrement que, à nos yeux, rien ne conduit mieux à la compréhension de Tacite que cette réécriture continue grâce à d’autre mots. Et assurément il n’y a rien de plus utile, témoin l’Antiquité elle-même représentée par Pline...88 [Suit le texte de Pline, Lettres, VII, 9, 2 cité supra dans l’article.]

Textes à interprétation partielle (interpretatio interrupta)

14. Aulu-Gelle (Jacques Proust, S. J., 1681)

Lectori, f. ẽ r°

Dans l’interprétation, nous avons rendu mot à mot le grec en latin : nous avons remplacé les termes obscurs par des termes clairs, les expressions embarrassées par des expressions faciles, les expressions contournées par des expressions accessibles, les mots vieillis par des mots connus, moins soucieux de l’élégance du discours que de l’explication de la pensée d’AuluGelle. Quand quelques-uns des termes issus des écrits des anciens poètes latins font l’objet de louanges, nous avons rendu ces mots par d’autres mots ordinaires, en sorte que nous n’admettons pas que quoi que ce soit soit ni ajouté, ni retranché à la pensée de l’auteur, à telle enseigne que, si d’aventure un petit mot doit inévitablement être inséré pour une plus grande clarté de l’énoncé, nous l’avons marqué par un caractère différent.89

15. César (Jean Godouin, 1678)

Prœfatio (v° du premier feuillet)

Dans cet auteur [César], il a été placé moins d’interprétations parce que, chez lui, « le cours de l’énoncé est en or » – ce que dit Cicéron d’Aristote – mais plus de notes, parce qu’il a une certaine obscurité du sujet en de nombreux passages. ?90

Œuvres de Cicéron

16. Œuvres oratoires (Jacques Proust, S. J., 1687)

M. Tullii Ciceronis Librorum oratoriorum tomus primus : : Lectori, f. ẽ ij v°

S’il se trouve une expression de Cicéron qui puisse sembler ou trop obscure, ou pas assez facile au commun des érudits, nous l’exposons avec des mots plus connus, dans une interprétation, avec tant de scrupule que, s’il faut insérer un mot pour illustrer la pensée, nous le marquons par des caractères différents.91

17. Œuvres philosophiques (François L’Honoré, S. J., 1689)

Lectori, f. ẽ v°

Il nous semble que nous aussi avons obtenu quelque gloire [...] par une interprétation soigneuse de ces passages que soit le silence affecté, soit l'incurie condamnable de ceux-ci [les mauvais interprètes] avaient très souvent complètement laissés de côté.92

18. Cornelius Nepos (Nicolas Courtin, 1675)

Prœfatio-. f. ẽ iij r°

[Le Duc de Montausier] s’est singulièrement appliqué à offrir tous les auteurs latins – qui sont, en de nombreux passages, ou corrompus, ou obscurs, ou enfin entortillés dans une gangue difficile de mots embrouillés – rétablis, clairs et sans embarras, grâce à une interprétation brillante [...].

C’est pourquoi nous avons établi deux parties, la première pour expliquer par une interprétation simple des termes les mots trop obscurs par des mots plus brillants...93

19. Eutrope (Anne Le Fèvre, 1683)

Prœfatio, f. ẽ r°

Eutrope est supérieur à tous les autres, et il convient mieux à l’âge tendre des enfants ; en effet, outre qu’il est de style simple et facile, bien qu’un peu moins pur, il expose soigneusement toutes les époques, qui, si on les néglige dans l’histoire, font inévitablement s’écrouler tout le reste, qu’il faut rétablir dans l’état antérieur à son bouleversement.94

20. Florus (Anne Le Fèvre, 1674)

Ad lectorem, f. ẽ ij r°

En outre il a voulu qu’il y ait des interprétations, continues chez les poètes, et dans tous les autres textes quand un embarras excessif des passages l’exige, excepté pour un, puis deux prosateurs, où elle est également continue, en sorte que chaque terme soit rendu par un autre terme propre et pourvu de la même valeur, autant qu’il est possible sans aucune périphrase. Toute l’utilité que cette méthode d’interprétation est destinée à apporter – je laisse de côté le fait que les esprits des adolescents, qui sont très souvent détournés par les difficultés, se prépareront, soulagés par cette aide, avec plus d’entrain à la lecture des anciens – est bien comprise par ceux qui connaissent l’usage des textes manuscrits, dans lesquels les interprétations accolées à chaque mot ont très souvent ouvert la route aux doctes, & l’ouvrent encore à l’examen attentif de la vraie leçon de ces passages qui, sans cette aide, seraient restés obscurs pour eux et nous tromperaient aujourd’hui.95

21. Panégyriques latins (Jacques de la Baune, S. J., 1676)

Prœfatio, v° du premier feuillet

Je me suis efforcé [...] de faire en sorte [...] que la difficulté de l’expression, qui pouvait sortir de la dureté des mots ou de leur place un peu trop difficile à reconnaître, fût supprimée grâce au remplacement par des mots plus agréables et à la réorganisation de ces mots dans l’ordre naturel...96

22. Salluste (Daniel Crespin, 1674)

22a. Ad lectorem, r° du 2e feuillet

[Le Duc de Montausier] a en outre imposé, afin que tout se présentât surle-champ au premier coup d’oeil, que les passages où une interprétation était nécessaire fussent indiqués par des notes en chiffres, et que les passages qui imposaient une note le fussent par des lettres de l’alphabet. Ce sont là des détails qui occupèrent d’abord l’esprit du concepteur. Mais lui-même recherchait par cette seule et même tâche autre chose, à savoir l’abondance, et la richesse du style. Il n’a en effet pas seulement voulu que, dans l’interprétation, chaque partie du discours fût rétablie à sa place propre et naturelle, le nominatif avant le verbe, ensuite l’accusatif, etc. Mais il a décidé que des synonymes fussent utilisés, surtout quand il fallait remplacer des termes obscurs. En sorte qu’ainsi, d’une part le sens apparaisse parfaitement clairement, et que d’autre part la valeur et la signification propre des mots soit discernée et que leur quantité soit imposée. Mais il est clair que c’est chez les poètes que le bénéfice sera de beaucoup plus grand.97

22b. Adlectorem, v° du2e feuillet

On n’aura plus besoin de ces traductions françaises, qu’il faut renouveler généralement chaque année, qui ont bien de la peine à atteindre la pensée et le but de l’auteur, et qui s’éloignent toujours de ses principes et de sa manière. Quiconque voudra employer son énergie, pendant six mois, à apprendre les principes de la langue latine, pourra ensuite, seul, explorer cette grande nourrice de vertu, je veux dire l’ancienne Rome, et, en toute sécurité, demander aide et conseil aux mânes de ses morts vénérables.98

23. Valère Maxime (Pierre Joseph Cantel, S. J., 1679)

Praefatio, f ẽ iij v°

L’interprétation n’est pas continue, et à vrai dire, il n’aurait pas dû y en avoir, vu que, chez Valère Maxime, beaucoup de passages sont simples, et que l’objet de notre application ne s’adresse pas à des élèves complètement ignorants de la langue latine. Néanmoins, si l’on rencontre des passages un peu plus obscurs, pour lesquels il n’y a pas d’interprétation, cela ne doit pas m’être reproché, vu que dans ce domaine, comme dans les autres, les jugements varient des uns aux autres ; si quelque chose est obscur pour toi, peut-être rien ne l’est moins pour moi ; que faire ? il a fallu m’en tenir à mon jugement, sur lequel seul j’ai prise, et non à celui d’autrui, sur lequel je n’ai aucun pouvoir.99

24. Velleius Paterculus (Robert Riguez, S. J., 1675)

Proefatio.

L’un des deux mérites de cette édition est, par l’« interprétation des mots », d’« éclairer » (dilucidare) l’expression :

En outre, nous suivons la méthode d’interprétation imaginée par l’illustre Duc de Montausier. Nous rendons non seulement sens pour sens, mais aussi mot pour mot avec des termes de signification équivalente : nous substituons aux mots obscurs des mots plus clairs, aux mots pris métaphoriquement des mots propres. Quand il arrive qu’un mot isolé, qui ne répond pas au texte, soit ajouté, il est signalé par un caractère différent. Enfin nous avons rejeté dans les notes l’explication des termes dont le sens ou la valeur ne peut être exposée autrement que par plusieurs mots.100

TEXTE À LA FOIS EN PROSE ET EN VERS

Ces textes sont à la fois à interprétation continue et partielle.

25. Boèce (Pierre Cally, 1680).

Prœfatio, v° du 3e feuillet et r° du 4e feuillet

Nous avons mis à la suite une interprétation, continue quand le discours était contraint par les règles métriques, interrompue, quand il était en prose, à la façon de ceux qui, avant nous, ont écrit sur les poètes ou sur les orateurs latins, sur l’ordre de Louis le Grand, à l’usage du Sérénissime Dauphin, en sorte que les adolescents qui consacrent leur énergie aux lettres ne soient dépourvus d’aucun de ces moyens qui peuvent contribuer à un plus grand progrès dans les arts libéraux.101

Notes

1 « Lexique latin », in Demoustier, Adrien et Julia, Dominique éd., Ratio studiorum, Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Édition bilingue latin-français, présentée par A. Demoustier et D. Julia, traduite par L. Albrieux et D. Pralon-Julia, annotée et commentée par M.-M. Compère, Paris, Belin, 1997, p.279-286, s.v.interpretari, interpretatio, interpres, p.283-284.

2 Pour des raisons de clarté, nous « traduirons » les termes latins interpretatio, interpretari, interpres par les calques « interprétation », « interpréter », « inter«interprète», parce que l’activité qu’ils désignent est strictement codifiée, on va le voir, et aussi afin de distinguer cette opération de celle d’annotation (voir l’étude de Bruno Bureau dans le présent volume). On appellera « note interprétative » le fragment d’interprétation, lorsque cette dernière n’est pas continue, pour le différencier de la note proprement dite. Je remercie vivement pour leurs réponses au questionnaire sur l’interpretatio Isabelle Cogitore (Velleius Paterculus), José KanyTurpin (Lucrèce), Françoise Létoublon (Dictys de Crète), Albert Léonard (Cornelius Nepos), Catherine VolpilhacAuger (Tacite), Étienne Wolff (Martial). J’ai également utilisé les textes de JeanLouis Charlet (Claudien), R. Chevallier (César), Paul-Augustin Deproost (AuluGelle), Marina Sciagula (Plaute). J’ai bénéficié des remarques de tous les participants aux différentes journées d’études, spécialement de Bruno Bureau, Geneviève Demerson, Martine Furno, Alberte Jacquetin, Dolorès Pralon-Julia, Monique Mund-Dopchie. Catherine Volpilhac-Auger m’a constamment aidé, en particulier en me communiquant le résultat des recherches communes.

3 M. Roberts, Biblical Epic and Rhetorical Paraphrase in Late Antiquity, Liverpool, Francis Cairns, 1985. Voir aussi, pour le contexte scolaire, H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l'Antiquité, 2 vol., Paris, Éditions du Seuil, 1981 [1948].

4 Trad. J. Cousin, CUF, I, 9, 2 : Versus primo soluere, mox mutatis uerbis interpretari, tum paraphrasi audacius uertere, qua et breuiare quoedam et exornare saluo modo poetoe sensu permittitur.

5 X, 5, 4 : Et illa ex Latinis conuersio multum et ipsa contulerit.

6 X, 5, 5 : Neque ego paraphrasin esse interpretationem tantum uolo.

7 Trad. J. Cousin, CUF, X, 5, 7 : Nunc uero irmumerabiles sunt modi [bene dicendi], plurimoeque eodem uioe ducunt.

8 Trad. A.-M. Guillemin, CUF, Lettres,VII, 9, 2 : Vtile inprimis, et multiproeceperunt, uel ex Groeco in Latinum uel ex Latino uertere in Groecum ; quo genere exercitationis proprietas splendorque uerborum, copia figurarum, uis explicandi, proeterea imitatione optimorum similia inueniendi facultas paratur. Simili quce legentem fefellissent transferentem fugere non possunt. Intellegentia ex hoc et iudicium adquiritur.

9 M. Roberts, Biblical Epic and Rhetorical Paraphrase in Late Antiquity, ouvr. cité, p. 19-20.

10 Trad. A.-M. Guillemin. VII, 9, 5 : Poteris et quae dixeris post obliuionem retractare, multa retinere, plura transire, alla interscribere, alia rescribere.

11 Prœlectio. Voir Quintilien, I, 2, 15 ; I, 8, 15 ; II, 5, 4. Voir aussi A. Collinot et F. Mazière, L’Exercice de la parole : fragments d’une rhétorique jésuite, Paris, Éditions des Cendres, 1987.

12 Confessions, I, XVII, 27 : « On nous obligeait [...] à formuler en prose ce que le poète avait dit en vers. » (Cogebamur et tale aliquid dicere solutis uerbis, quale poeta dixisset uersibus, trad. P. de Labriolle, CUF.)

13 Ces textes nous ont été aimablement fournis par D. Pralon-Julia. Ils sont tirés de l’édition de L. Lukács, Ratio atque institutio studiorum Societatis Jesu (1586, 1591, 1599), Monumenta poedagogica Societatis Iesu, tome V, Rome, Institutum historicum Societatis Iesu, 1986 (vol. 129 de la collection des Monumenta historica Societatis Iesu). Nous renvoyons à l’édition de Lukâcs et, le cas échéant, à la traduction de la Ratio par L. Albrieux et D. Pralon-Julia, in A. Demoustier et D. Julia éd., Ratio studiorum... ouvr. cité, p.71-278.

14 Unamquamque periodum praelegens, si quidem latine interpretetur obscuriores explanet, unam alteri nectat, ac sententiam non quidem inepta metaphrasi unicuique verbo alterum verbum latinum reddendo, sed eandem sententiam apertioribus phrasibus declarando aperiat (Ratio de 1599, « Règles communes aux professeurs des classes inférieures », Lukács éd., p. 419 ; trad. L. Albrieux et D. Pralon-Julia, § 351.p.158).

15 Quibus [...] in scholis latine explicantur authores, cavendum omnino est, ne magister vel latino cuilibet verbo latinum aliud reddat, vel latinam quamque locutionem latina alia interpretetur (Ratio de 1599, Lukâcs éd., P-337 ; trad. L. Albrieux et D. Pralon-Julia, p.248).

16 Il y a une raison épistémologique à cela : l’impossibilité d’une reproduction exacte, liée à l’impossibilité de la synonymie parfaite, idée qu’on retrouvera constamment affirmée à l’âge classique. C. Fuchs [La Paraphrase, Paris, PUF, « Linguistique nouvelle », 1982, p. 53) donne ces trois exemples : la conclusion de l’article « Synonyme » du Dictionnaire de l’Académie (édition de 1694) : « Il n’y a point de synonymes parfaits » ; le titre de l’ouvrage de Girard : La Justesse de la langue françoise, ou les différentes significations des mots qui passent pour synonymes, 1718 ; cette citation de Du Marsais : « S’il y avait des synonymes parfaits, il y aurait deux langues dans une même langue » (Des tropes, 1730). L’interprète de Plaute, Jacques de L’OEuvre (Annexe, texte 2b) se fait l’écho de cette difficulté dans sa préface.

17 Periodum ad verburn interpretetur, nec auctoris voces ac figuras suis locis nisi coactus, dimoveat, ut simul et locutionis integritati, quae disiungendis vocibus persoepe corrumpitur, et aurium interiori illi judicio, quod plurimum refert in cognoscendis oratoriis numeris, consulatur (Lukâcs éd., p. 288-289 ; voir aussi p. 129,196).

18 Si vero vulgi sermone [interpretetur], servet, quoad fieri potest, collocationem verborum. Sic enim numero assuescunt aures. Quod si sermo patrius non patitur, prius ad verburn fere omnia, postea ad vulgi consuetudinem explicet (Ratio de 1599, « Règles communes... », Lukâcs éd., p. 419 ; trad. L. Albrieux et D. Pralon-Julia, § 351, p. 158).

19 M. Tullii Ciceronis Librorum oratoriorum tomus primus : Lectori, f. ẽ iij v° : Is [.Montauserius] novam banc interpretandi rationem invenit, plurimisque scriptoribus commisit.

20 Dux Montauserius [...] qui hasce commentandi rationes primus invenit (cité ici même par Bruno Bureau, p. 247).

21 Claude Lancelot, Nouvelle méthode pour apprendre facilement, & en peu de temps la langue latine, Paris, A. Vitré, 1re édition, 1644 [2], p. 1-3.

22 Sur les adaptateurs de Despautère, voir B. Colombat, La Grammaire latine en France à la Renaissance et à l'Âge classique. Théories et pédagogie, Grenoble, Ellug, 1999 (p. 66-67, 318-320 579-590) ; C. Gascard, « Les commentateurs de Despautère : présentation d’une bibliographie des manuels de grammaire latine au xviie siècle », Histoire de l’éducation, 74 (Les humanités classiques), 1997, p. 215-234 ; J. Hébrard, « L’évolution de l’espace graphique d’un manuel scolaire : le Despautère de 1512 à 1759 », Langue française, 59, 1983, p. 68-87.

23 Notons que l’on trouve parfois une traduction française des termes latins dans les éditions Ad usum Delphini, ainsi dans celles de Cicéron (OEuvres oratoires), Manilius, Pline l’Ancien, Velleius Paterculus, Virgile par exemple. Mais il s’agit toujours de la traduction d’un terme isolé, en particulier quand la traduction aide plus que la glose à l’identification de la réalité à décrire (ainsi les noms de lieux géographiques chez Pline).

24 Le xviie siècle est à cet égard une période fort intéressante. On croit alors qu’on peut encore développer une compétence, et l’on y parvient dans la plupart des cas, d’une part grâce à l’emploi systématique du latin comme métalangue, d’autre part grâce au contrôle permanent de cette métalangue par des règles grammaticales complexes. Les critiques modernes se sont souvent étonnés de la lourdeur de ces règles, en particulier pour la morphologie. En fait il faut bien voir qu’une compétence réelle suppose une maîtrise complète de la grammaire et du lexique, ce qui impose de connaître par exemple les genres des noms et les parfaits des verbes, qui font l’objet de règles fort complexes. Tant que ces règles étaient en latin, leur apprentissage même contribuait à renforcer cette compétence, mais leur traduction en français leur faisait perdre beaucoup de leur intérêt.

25 Les chiffres dorénavant mentionnés entre parenthèses renvoient aux textes placés en annexe p. 215 et suiv.

26 Ces instructions sont donc à l’opposé des recommandations des Rationes jésuites. À noter que dans son De interpretatione, c’est-à-dire son traité de la traduction, Huet est également favorable à une traduction littérale, aussi fidèle que possible au texte original, la langue de traduction dût-elle en souffrir (voir Emmanuel Bury, « Bien écrire ou bien traduire : Pierre-Daniel Huet théoricien de la traduction », Littératures classiques, 13 (La traduction au xviie siècle), 1990, p. 260).

27 Les termes latins importants pour désigner cette correspondance sont les suivants (on en trouvera la traduction dans l’annexe) : dans la lettre de Huet (1) : verbis singulis repensis (littéralement « en contrebalançant / compensant les mots pris un par un ») ; pour Claudien (4) : verbis totidem [...], ut & verborum copia comparetur ; pour Lucrèce (6) : sensum ex sensu, sed ut ex verbis verba oeque signifiaintia [reddere] quo simul verborum copia comparetur ; pour Manilius (7). neque [...] modo [...] sensum ex sensu, sed ut ex verbis verba etiam oequè significantia redderemus, quo simul & verborum copia comparetur ; pour Martial (8) : verba ad verba ; pour Virgile (11) : verbis totidem aliis ; ut proeter uim sensum verborum, etiam eorum copia compararetur. Il est normal que des auteurs d’interprétations continues insistent sur ce point, mais Robert Riguez, l’interprète de Velleius Paterculus (24), reproduit les mêmes recommandations dans des termes exactement identiques : non modo sensum e sensu, sed ex verbis verba oeque significantia [reddere], quo simul & verborum copia comparetur.

28 Ainsi, à propos de Térence (3) : simplici ac nitido verborum contextu ; de Martial (8) : nitide expli cari ; de Virgile (11) : brevitatis nitorisque studium.

29 Voir la répétition des termes proeposterus,« interverti », et implicatus, « embrouillé », dans les préfaces des textes poétiques : carminis proeposteram atque implicitam locutionem (Lucrèce, 6) ; proeposteram atque implicatam locutionem (Manilius, 7) ; proepostera & inter se implicata verba (Phèdre, 5).

30 Huet (1) : ordo quem simplex & naturalis postulat loquendi consuetudo ; Plaute (2b) : textus planus ; Térence (3) : inversas in ordinem suum revocare ; Claudien (4) : simplici ordine ; Lucrèce (6) et Manilius (7) : in nativum ordinem resolvere ; Phèdre (10) : in nativum ordinem digerere ; Virgile (11) : piano rectoque ordine ; Panégyriques latins (21) : in naturalem ordinem revocatis ; Salluste (22a) : suo quoque & naturali loco restituere.

31 Le nominatif n’est évidemment pas une partie du discours, mais le terme, qui désigne un cas, vient naturellement sous la plume des grammairiens de l’époque, qui parlent régulièrement de l’accord, non pas du nom (ou du sujet) avec le verbe, mais du nominatif avec ce dernier.

32 On la trouve dans les préfaces de Lucrèce (6), de Manilius (7), des Œuvres oratoires de Cicéron (16), de Velleius Paterculus(24).

33 Voir Claudien (4) : ut [...] difficilia quoedam quœ, primafronte facilia videripossint, non omittantur ; Lucrèce (6) : quœ difficilia primo aspectu videntur, ea non careant aliqua sua explanatione ; Manilius (7) : difficilia quoedam, quae primo quasi adspectu videntur facilia, aliquâ suâ explanatione non careant ; Virgile (ii) : ne, dum omitto facilia, nonnulla etiam, ut fit, difficilia praeterirem.

34 L’énoncé lexicographique constituant par lui-même une glose explicative, la glose de cette glose que constituerait l’interpretatio serait évidemment fortement redondante.

35 L’interprétation des textes frappés par l'expurgatio constitue un cas particulier. Dans ces textes en effet, elle peut être affectée par la censure de plusieurs façons. Si elle est continue, le texte peut être remplacé par des astérisques, comme les passages correspondants du texte original ; mais ce dernier peut être maintenu, sans recevoir l’interprétation correspondante, remplacée par des astérisques ou des points de suspension ; l’interprète peut également atténuer l’obscénité du texte, au besoin en faussant ce dernier. En cas d’interprétation partielle, chez Suétone, par exemple, l’interprète peut se contenter de ne pas gloser le texte original, pour éviter d’en faire ressortir le caractère obscène (sur tous ces points, voir ci-dessus la contribution d’Étienne Wolff).

36 Dans la présentation de Camus, toute l’interpretatio est en italiques ; nous avons rétabli le romain pour mettre en évidence les restitutions.

37 AElius Donatus, Commentum Terenti, édition par P. Wesner, 2 volumes, Stuttgart, Teubner, 1962-1963, volume I, p. 50.

38 Voir B. Colombat, Les Figures de construction dans la syntaxe latine (1500-1780), Louvain-Paris, BIG et Peeters, 1993, p. 492.

39 Repris de plus bas : quasi incudem, mais à une place bizarre : littéralement « Je serai tiré demain comme une enclume hors du garde-manger » ; on l’attendrait plutôt plus bas : « pour être soumis aux coups comme une enclume ».

40 Nous avons indiqué en italiques la traduction des termes identiques dans les deux textes.

41 Toulouse, G. L. Colomerius et I. Posuel, 1683, BNF, Rés. p. Yc 570.

42 Paris, veuve de Simon Benard, 1696, BNF, Yc 5838.

43 Paris, frères Barbou, 1720, BNF, Rés. p. Yc 572-573-

44 Préface de l’édition de 1762 : « Cette construction ou interprétation ne ressemble point à celle de l’Horace Ad usum Delphini. Dans l’interprétation de l’Horace Ad usum Delphini on a changé presque tous les termes d’Horace, de sorte qu’on peut fort bien savoir expliquer cette interprétation, sans entendre le texte qu’elle expose. Cet inconvénient ne se rencontre pas dans la nôtre ; ce sont les mêmes mots que dans le texte ; si ces mots sont peu ordinaires, équivoques ou difficiles, ils sont expliqués par des équivalents clairs, faciles, & distingués des mots du texte par un caractère différent. Cette construction ou interprétation est par ce moyen d’une grande facilité ; & dès qu’on est en état de l’expliquer, on entend le texte d’Horace. »

45 Il faut noter que, dans l’édition de Londres, R. Clavel, 1699, BNF, Yc 7166, p. 310-311 (format in-8°, 18,8 X 12 cm), l'interpretatio Figure en marge du texte, en petits caractères italiques, dans une étroite colonne (3,3 cm) ; les notes (annotationes) sont au-dessous.

46 Auli Persii Flacci Satyrae, omni obsoenitate expurgatoe, cum interpretatione perpetua et notis, Editio secundo, Turonibus, Philibert Masson, 1689, BNF, Yc 7165, p. 8.

47 « La ville de Rome fut d’abord soumise à des rois ; la liberté et le consulat furent établis par L. Brutus. On recourait pour un temps aux dictatures ; l’autorité décemvirale ne dépassa pas deux années, et le pouvoir consulaire des tribuns militaires ne resta pas longtemps en vigueur. Ni la domination de Cinna ni celle de Sylla ne furent durables : de même, la puissance de Pompée et de Crassus passa bientôt à César, les armes de Lépide et d’Antoine à Auguste, qui recueillit le monde, fatigué des discordes civiles, sous son pouvoir suprême, en prenant le nom de prince. Cependant les prospérités et les revers de l’ancienne république romaine ont été relatés par d’illustres écrivains, et l’époque d’Auguste n’a pas manqué de beaux talents pour la raconter, jusqu’au jour où la croissance de l’adulation les en détourna. L’histoire de Tibère, de Caius, de Claude et de Néron, falsifiée par la crainte au temps de leur splendeur, fut écrite après leur mort sous l’effet de haines récentes. De là mon dessein de consacrer peu de mots à Auguste et seulement à sa fin, puis de raconter le principat de Tibère et le reste sans colère ni faveur, sentiments dont les motifs sont éloignés de moi » (traduction P. Wuilleumier, CUF).

48 Nous soulignons les termes du texte original maintenus dans l'interpretatio, à l’exception de ceux (noms propres) qu’il est difficile de modifier.

49 Édition de 1723.

50 Soit 636 + 732 pages hors Indices, Notoe et emendationes à la fin de chaque livre.

51 Chiffre fourni par G. Demerson, A. Jacquetin et M. Mund Dopchie. Le nombre varie beaucoup d’un livre à l’autre. Certains livres (IV, V, VI, XXV, XXVII) n’ont aucune interprétation ; quelques-uns en ont très peu, de I à 4 (XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV, XXVI) ; seuls dépassent la centaine les livres II, VIII, XXVIII ; les autres en ont de une à quelques

52 Si l’on étudie dans le temps l’évolution de la pratique d’Anne le Fèvre,
on obtient les éléments suivants :
Image 10000000000002B6000000BB27B2055F.jpg
Globalement l’interprétation se fait de plus en plus rare. Pour Florus, elle faiblit sur la fin. C’est le contraire dans Dictys où seules les pages 66, 77, 81, 89, 104, 109, 110 et 118 consacrent un développement à l’interprétation, comme si l’auteur se remémorait in extremis les exigences des commanditaires (voir l’article de Françoise Létoublon dans le second volume de cet ouvrage).

53 Ces données m’ont été aimablement fournies par A. Léonard.

54 Ces analyses et les exemples qui les accompagnent sont dus à I. Cogitore.

55 Traduction R. Combès, édition CUF, 15 mots.

56 Nous indiquons en italiques dans notre traduction les passages correspondant aux restitutions dans l’interpretatio de F. L’Honoré.

57 D’ailleurs impossible à trouver sous le chiffre 18, l’annotation, par page, ne dépassant pas, pour cette oeuvre, 6 notes ; il s’agit en fait de la note 3 de la même page, dans laquelle L’Honoré renvoie, pour ce passage jugé altéré, à la leçon de Lambin : « 3. Adhibenda etiam.] Hunc locum qui sane depravatus est, ita legit Lambinus : Nostra tu physica nosti, quae contineantur ex effectione & ex materia ea quam fingit & format effectio. Adhibenda enim ea materiae est. Haec ipsa de vita & moribus, de expetendis fugiendisque rebus... »

58 Montausier et Huet s’en étaient d’ailleurs inquiétés ; voir Correspondance, n° 39 : « Pline est si gros qu’il n’y a pas d’apparence d’y faire une interprétation continue, il faut suivre ce que vous savez que j’ai dit là-dessus. »

59 Traduction F. Beaujeu, édition CUF, vol. 2, p. 75-80.

60 Bucoliques, I, 1-22 ; Géorgiques, 1, I-I-23 ; Énéide, 1, 1-22 [+ les 4 vers isolés du début], soit une soixantaine de vers. Le texte examiné est semblable à celui de nos éditions, sauf les 4 vers précités, un vers des Bucoliques (1, 18) jugé aujourd’hui interpolé de 9, 15 ; Géorgiques (1, 22) : nonnullo au lieu de non ullo.

61 Traduction E. de Saint-Denis, édition CUF, 1974, p. 2.

62 Dorénavant, dans notre commentaire, nous signalons par <...> les mots introduits en caractères romains par l’auteur dans son interpretatio et par [...] les termes ajoutés sans que cette adjonction soit signalée dans l'interpretatio par un changement de caractères.

63 Rappelons que nous plaçons les termes ainsi restitués entre crochets carrés. Voir la note précédente.

64 Les termes introduits en caractères romains dans X interpretatio ont éte placés entre <...>. Voir les deux notes précédentes.

65 Il faut signaler le maintien de rigido in saxo, de structure parallèle à l’expression originelle : silice in suida [Bucoliques, I, 15).

66 Voir A. Haase, Syntaxe française du xviie siècle, traduite et remaniée par M. Obert, 5e éd., Paris, Delagrave, 1965, p. 420 et suiv., § 155 A.

67 Nicolas Mercier, Le Manuel des grammairiens, Lyon, A. Molin, s. d., p. 20 (la première édition connue est la 2e, Paris, C. Thiboust, 1657).

68 Entretien VI, édition critique par F. Girbal et P. Clair, Paris, PUF, 1966, p. 213. Texte cité par M. Bouquet, Le Statut du texte latin dans l’enseignement en France aux xviie et xviiie siècles, thèse de doctorat, Université de Paris-VII, 1997, p.171, note 369.

69 Voir B. Colombat, « Latinisme ou gallicisme ? Les méthodes translinguistiques latin-français au xviiie siècle », in A. Ahlqvist et autres éd., Diversions of Galway. Papers on the History of Linguistics, Amsterdam-Philadelphia, Benjamins, 1992, p. 73-84 ; F. Douay-Soublin éd., Du Marsais, César Chesneau, Des Tropes ou des différents sens, « Figure » et vingt autres articles de l'Encyclopédie, suivis de l'Abrégé des tropes de l’abbé Ducros, présentation et notes par F. Douay-Soublin, Paris, Flammarion, 1988.

70 Voir M. Bouquet, Le Statut du texte latin dans l'enseignement en France aux XVIIe et xviiie siècles, ouvr. cité.

71 Sur la traduction, dans les textes de l’annexe, des termes interpretatio, interpretari, interpres par les calques « inter«interprétation», « interprétation », « interprète », voir supra, note 2.

72 Voir Correspondance, n° 21.

73 Verba Interpretatione declarantur, non ea quae diffusa luxurianti oratione loci sententiam exponit, & Paraphrasis appellari solet, vel quae longiores sermonis circuitus in pauca contrahit : sed quae mediam insistens viam, non in sententia solum referenda, sed verbis eliam singulis rependendis laborat ; atque in eum ordinem cogendis, quem simplex & naturalis postulat loquendi consuetudo, insuper habito omni ornatu & aurium lenocinio. Res exemplo clarior fiet. Interpretandum sumamus initium AEneidos : optime id fiet bac ratione : Canto bella & virum, qui profugus fato, primus ê regione Trojana appulit in Italiam & litus Lavinum. Plurimum ille potestate Deorum agitatus fuit terra marique, propter memorem iracundiam dirae Junonis. Vides verba totidem verbis esse appensa, neque quicquam in interpretatione extare, quod in ipso auctore non appareat, si voculam unam excipias, quoe cum majoris lucis gratia fuerit ascita, subjecto radio notata non est, perinde ut reliqua, velut adventitia & insitiva. Quanquam extraneis vocibus adoptandis parcum interpretem esse volumus. Ex hoc interpretandi genere cùm plurime exurgunt commoda, tum istapotissimum duo : quid valeant singulae auctoris dictiones lector intellegit, & novas interim, quibus usus est Interpretes, condiscit ; quoe duoe res, ad stylum locupletandum plurimum faciunt. Cum autem propter contortum & διεστραμμένον dicendi genus, in majori versentur obscuritate, qui stricta, quam qui soluta oratione usi sunt, hinc illis perpetuam interpretationem adhibendam duximus ; cum alii certis tantùm quibusdam locis, qui morari lectionem possunt, fuerint interpretandi ; si tenebricosos & lucifugos quosdam scriptores excipias, qui non alia quam Poëtoe ipsi fuerunt ratione tractandi. Quo in genere minime sane Varronem, aliosve Rei rusticoe auctores ponendos arbitramur.

74 Souligné par nous, de même que les autres références au français dans la suite du texte.

75 In interpretatione continua duobus consultum esse voluit [Montauserius], & perspicuitati, & copioe ; perspicuitati quidem, contextu autoris retexto, vocibusque loco suo refixis ac motis, & in ordinem vernaculoe nostrce collocatis ; quo fit ut & pueri etiam infirmiorum ordinum solo Lexici adjutorio, autores difficillimos, ne exceptis quidem Poëtis, inoffenso pede percurrere possint ; quin & provectioribus in curriculo bumanitatis hoec interpretatio non erit inutilis. Quanquam enim neque in vocibus, neque in phrasi hoereant Latinorum librorum ; tamen quia stilo Latino ferme rejicitur vox una, aut in mediam, aut etiam in extremam periodum, vix ac ne vix quidem vernaculâ reddere possunt, nisi lectam denuo ac relectam ; quoe molestia statim tollitur, sublatâ perturbatione, & vocum, & phrasium, iisque in ordinem vernaculi nostri collocatis. Addam etiam externis usui esse posse, & linguoe nostrae ignaris ; quia omnes jam ferme linguoe, quoe ubique gentium sunt in usu, non multum abludere dicuntur ab isto ordine filoque orationis Gallicoe, Copioe autem consultum est synonymis vocum, quantum fieri potuit, omnium.

76 Souligné par nous.

77 Interpretationem Montauserianam quantum in me fuit ad ejus Autoris Illustrissimi mentem accommodare studui, id est ut textus planus sit Autoris & copioe consuleretur, mutatis vocibus, phrasibus, & oratione : nam aut addidimus voces ad explendas ellipses, aut detraximus ad tollendos pleonasmos, aut voces vocibus synonymis mutavimus, figuratas simplicibus, simplices figuratis, phrases phrasibus subjecimus, substantivum adjectivo, verbum nomine, utrumque adverbio ; & vice versa. Orationem demum pro oratione reposuimus vocibus loco motis mutatisque & in ordinem nostri vernaculi sic redactis, ut alia prorsus videatur oratio, in quibus nihil perinde difficile repperi atque Synonymiam : nam, ut nihil dicam de eorum sententia, qui arbitrantur nulla est Synonyma vocum Latinarum ; notum est omnibus longe difficillimum esse vocabula, quibus usi sunt Autores politioris Latinitatis, in quibus primum locum Plautus obtinet, synonymis reddere veris & germanis.

78 Ea imprimis cura fuit, ut Auctorum textus quam emendatissimus ederetur ; glossa deinde quae simplici ac nitido verborum contextu abditos sensus explicaret, implicatas periodos retexeret, inversas in ordinem suum revocaret, & carminum legibus ac numeris adstrictas solveret. Ita tamen ut nec liberiùs excurreret in Paraphrasim, nec quid proetermitteret quod tyronum animos juvare posset ; ipsorum Auctorum verbis adhibitis, ubi essent satis nota ; substitutis facilioribus, ubi minus essent facilia.

79 Hunc poè'tam & Interpretatione & Annotationibus illustravi : interpretatione qui dem, eaque verbis totidem solutum numero poëtico versuum sensus referentibus 6 ? simplici ordine continuatâ, ut & verborum copia comparetur, & difficilia quoedam quae, prima fronte facilia videri possint, non omittantur, annotationes vero, ut si quid in Interpretatione obscurius remaneret, id illuminaretur.

80 Nam interpretatio quidem aperta est, quae dum strictae orationis nexus et ambages solvit ; omnem certe caliginem discutit. Quod si quid involutum intricatumve superest, in promptu sunt Annotationes tum accuratae, tum strictae.

81 Eo me maxime contuli, ut Carminis proeposteram atque implicitam locutionem, continua verborum interpretatione, in nativum ordinemresolverem.
Neque id modo proestiti, ut sensum ex sensu, sed ut ex verbis verba aequè significantia redderem ; quo simul & verborum copia comparetur, &, quae difficilia primo aspectu videntur, ea non careant aliquâ suâexplanatione.
Ubi vero, aut ad verborum dictionúmque connexum, aut ad rerum intelligentiam, textui voces aliquas superaddi necesse fuit, eas diverso charactere signari curavi.

82 Primum carminis proeposteram atque implicatam locutionem continuatâ verborum interpretatione in nativum ordinem resolvendam curavimus. Neque id modo proestitimus ut sensum ex sensu, sed ut ex verbis verba etiam ӕquè significantia redderemus, quo simul & verborum copia comparetur, & difficilia quoedam, quae primo quasi adspectu videntur facilia, aliquâ sud explanatione non careant. Cum autem in interpretatione vox aliqua superadditur textui, diverso illam charactere signari cautum est.

83 Ad lectorem : In usum Serenissimi Delphini jussit Ludovicus Magnus, historicorum et poetarum latinorum verba ad verba faciliori interpretatione, adjectis deinde notis breviter et nitide explicari.

84 Quantulacumque fuerit tamen opella nostra, illud vero assequutos nos esse speramus, ut [...] interpretatione, in locis proesertim difficilioribus accuratâ [...], non Poëtae sententia modo, sed ingenium arsque ejus patescerent.

85 [Dux Montauserius] cogitavit primus [...] id certius effici non passe, quant continua quadam interpretatione Autorum, maxime vero Poëtarum. [...] Facit enim interpretatio ut prtepostera & inter se implicata verba, in nativum ordinem digerantur.

86 Et eum quidem interpretationis optimum esse duxi modum : primum ut esset continuata ; ne, dum omitto facilia, nonnulla etiam, ut fit, difficilia proeterirem : tum ut expedita poeticis numeris versuum sententia redderetur, piano rectoque ordine, verbis totidem aliis ; ut proeter vim sensum verborum, etiam eorum copia compararetur.

87 Cum autem eos omnes Auctores, qui teri magis in scholis soient, jam occupassent alii Viri eruditione ac doctrinâ pr(estantes ; ego quoque in partem operis vocatus Madaurensem hunc Platonicum mihi depoposci, Africanoe quidem & durions paulo locutionis, sed eruditionis reconditissimoe, & proecipuoe difficultatis, eoque nomine eadem quâ poëtas veste, hoc est, proeter notas, interpretatione perpétua exornandum.

88 Illustravimus [...] Tacitum Latina interpretatione continua, minime certè scita & eleganti, sed simpliciori ; ut nempe sic facilius mensautorisperciperetur.
Et dicam ingenuè & verè nihil magis conduxisse nobis, ad intelligendum Tacitum, quam versionem illam perpetuam aliis verbis. Et certe nihil utilius, teste ipsa antiquitate apud Plinium...

89 In interpretatione ad verbum Groeca Latine expressimus : clara obscuris, perplexis expedita, obvia longé petitis, obsoletis nota vocabula substituimus, minus de sermonis elegantia, quam de explicanda Gellii mente solliciti. Cum è veteribus Latinorum poëtarum monumentis aliqua laudantur, ea verbis aliis vulgaribus ita reddimus, ut nihil ad auctorum sententiam aut additum velimus, aut ab ea detractum : adeoque si quando vocula ad majus orationis lumen necessario sit inserenda, eam alio charactere consignamus.

90 In hoc Autore interpretationum minus positum est, quia in eo, quod de Aristotele dicit Cicero, flumen orationis aureum, notarum plus certe, quia rerum in multis nonnulla est obscuritas.

91 Si qua sit Ciceronis locutio quae vel obscurior, vel minus expedita videri possit eruditorum vulgo, eam notioribus vocabulis in interpretatione tam religiose exponimus, ut si ad illustrandam sententiam inserenda sit vocabula, eam aliis characteribus designemus.

92 Videmur aliquam <gloriam> esse nos quoque consecuti [...] diligenti eorum locorum interpretatione, quos persaepe illibatos proetermiserat istorum vel affectatum silentium, vel culpanda incuria.

93 [Dux Montauserius] singularem curam adhibuit, ut omnes Latinos Autores pluribus in locis, aut vitiatos, aut obscuros, aut denique difficili verborum involucro implicatos, restitutos, perspicuos, et nitida interpretatione expeditos offerat[...].
Itaque instituti nostri duaes sunt partes ; prima quidem, ut simplici vocum Interpretatione obscuriora verba nitidioribus explicemus...

94 Eutropius reliquis proestantior teneroeque puerorum aetati convenientior : nam proeterquam stilo piano est & facili, etsi quandoque minus puro, tempora omnia accuratiponit, quae si in Historiis negligantur, reliqua omnia ruere & retro sublapsa referri necesse est.

95 Porro interpretationes, apud Poëtas quidem continuas, apud caeteros, cum nimia locorum intricatio postulat, excepta uno & altero ubi etiam continua : sunt, ita voluit fieri, ut singula verba per alia propria & eandem vim habentia reddantur, quantum fieri possit absque ulla peripbrasi. Quoe interpretandi ratio, mitto quod adolescentium animi, qui difficultatibus saepissimè deterrentur, bac ope sublevati sese alacrius ad veterum lectionem accingent, quantum sit utilitatis allatura, illi intelligunt qui manuscriptorum codicum usum norunt, apud quos interpretationes singulis verbis appositae, saepissime doctis viam aperuêre, & adhuc aperiunt ad eorum locorum veram scripturam investigandam, qui absque earum ope & eos latuissent & nos hodiefallerent.

96 Id [...] praestare conatus sum [...] ut locutionis difficultas, quce ex verborum aut duritate, aut impeditiore situ oriri poterat, suffectis mollioribus aliis vocibus, iisque in naturalem ordinem revocatis tolleretur...

97 [Dux Montauserius] designavit insuper, quo omnia primo statim intuitu occurrerent, ut notis arithmeticis loca, ubi interpretatione opus esset, indicarentur ; alphabeti autem litteris quoe notas poscerent. Minuta vero hoec sunt, quoe primo delineantis animum occupaverunt. Aliud unâ & eâdem operâ ab ipso quaesitum est, ubertas, scilicet, & sermonis copia. Non enim tantùm in Interpretatione suo quoque & naturali loco restituendas voluit partes orationis singulas, Nominativum ante Verbum, deinde Accusativum, &c. Sed Synonyma, obscurarum vice proesertim, aliarum etiam vocum substituenda statuit : Ut sic, tum sensus clarissimus appareat, tum verborum vis & propria significatio dijudicetur, abundantiaque indicatur : Quamquam ex Poëtis hic fructus erit multo uberrimus.

98 Jam nihil erit vernaculis istis, & quotannis ferè renovandis interpretationibus, quoe vix satis unquam Autoris sensum & scopum assequuntur, semper ab ejus ratione, modoque recedunt. Quisquis in Latinoe linguoe cognoscendis principiis operam suam, per sex menses adhibere voluerit, is postea solus magnam illam virtutis altricem, veterem Romam dico, poterit perlustrare ; tutusque venerandorum ejus sepultorum Manes in auxilium & consilium evocare.

99 Interpretatio, nec perpetua est, nec vero esse de huit ; cum in Valerio multa plana sint, nec latinoe linguoe penitus ignaris hoec à nobis navetur opera. Si quoe tamen tibi occurrunt paulo obscuriora, quibus nulla interpretatio sit, id mihi fraudi esse non debet : cum hac in parte, ut in aliis rebus, aliter aliis videatur : quod enim tibi obscurum est, mihi forte nihil minus ; quid faciam ? mihi meo, quod unum potui ; non alieno, quod non licuit, standum judicio fuit.

100 Hanc porro sequimur interpretandi ration. m ab Illustrissimo Duce Montauserio excogitatam. Non modo sensum e sensu ; sed ex verbis verba oeque significantia reddimus : obscuris is expressiora, translatis propria substituimus. Cum vel una vox textui non respon iens additur, diversus illam signat character. Denique quarum vocum sensus aut vis exponi nisi pluribus non potest, illarum explanationem rejecimus in Notas.

101 Subjecimus interpretationem, strictoe quidem orationis continuatam, solutoe vero interruptam ; eorum more, qui ante nobis jussu Ludovici Magni, ad usum Serenissimi Delphini inpoëtas scripserunt, aut oratores Latinos ; ut qui adolescentes literis operam navant, bis nibil desideretur eorum, quoe ad majorem in artibus ingenuis profectum possint conferre.

Table des illustrations

Légende Note49 dans le tableau49Note50 dans le tableau 50Note51 dans le tableau 51
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/2492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search