Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Seconde partie. Les dauphins au travail

Chapitre cinq. La censure

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 1 Voir Vie de César, chap. 49-52 ; Vie d'Auguste, chap. 68-71 ; Vie de Tibère, chap. 43-45 ; Vie de (...)

1Les auteurs de la collection touchés par la censure sont Phèdre (1675), Plaute (1679, 2 volumes), Lucrèce (1680), Catulle-Tibulle-Properce, traditionnellement réunis (1685, 2 volumes), Horace (1691), Ovide (1686-1689, 4 volumes), Martial (1680), Juvénal-Perse, eux aussi traditionnellement réunis (1684), Apulée (1688, 2 volumes), Ausone (1730) et Claudien (1677). Il n’y a pas de passage censuré chez Suétone (1684), les turpitudes des empereurs sont conservées.1 La collection ayant paru pour l’essentiel entre 1674 et 1691, on ne peut dire que la censure concerne une période particulière ou qu'elle a évolué avec l’âge du Dauphin (1661-1711 ; mariage en 1680). En revanche, les auteurs touchés écrivent tous, à part Apulée, en vers, et aucun d’eux n’a pour éditeur un jésuite.

2Si le principe d’une censure n’est pas indiqué dans les textes liminaires (Épître dédicatoire et Pœfatio ad lectorem) des volumes consacrés à Phèdre, Catulle-Tibulle-Properce, Horace, Ovide, Martial, Apulée et Ausone, il l’est pour Plaute, Lucrèce, Juvénal-Perse et Claudien. Les arguments invoqués sont toujours plus ou moins les mêmes : Consultum est pudori serenissimi Delphini (on a veillé à la pudeur du sérénissime Dauphin) (Plaute) ; la partie supprimée de rebus venereis plurima continet somnia (contient de très nombreuses rêveries sur les choses de l’amour) (Lucrèce) ; chacun doit pouvoir lire l’ouvrage inoffenso pede ac mente (sans que son pied rencontre d’obstacle ni que son esprit soit choqué) (Juvénal-Perse) ; si Cicéron et Juvénal, des païens, ont insisté sur le respect dû à l’enfant, combien davantage nous, chrétiens, devons éviter de fournir à un jeune lecteur des images honteuses, surtout quand il s’agit du fils d’un roi très chrétien (Claudien). Mais toujours il est précisé que les passages supprimés figurent en fin de volume.

  • 2 Nos ex oraculi cælestis ac divini monitu, atque ex sapientium, quos honoris caussa nominavi, viror (...)
  • 3 Livre IV, vers 1030 dans l’édition CUF.

3Il semble y avoir eu sur le respect de l’honnêteté des directives générales, si l’on en croit la préface au volume consacré à Juvénal et Perse, où l’éditeur écrit : « Sur le conseil d’un oracle céleste et divin, et sur l’instruction et l’ordre de sages personnages que j’ai nommés par déférence, nous avons séparé ce qui était précieux de ce qui était vil, et retranché les obscénités ».2 Cela paraît confirmé en outre par le fait que les Obscœna, rejetés (sauf chez Horace) en fin de volume, sont souvent (chez Catulle-Tibulle-Properce, Martial, Apulée et Ausone) précédés d’un bref texte au lecteur qui varie peu d’un volume à l’autre : il y est indiqué que les passages retirés du corps du livre par égard pour la pudeur du Dauphin et de tout lecteur honnête, sont donnés là afin que personne ne puisse reprocher à l’édition d’être incomplète. Chez Lucrèce, cet avertissement au lecteur est placé en note à l’endroit où le texte s’interrompt, au vers 1025 du livre IV3, mais les termes employés sont les mêmes.

  • 4 Notons un détail amusant : au tome I de Plaute, on a oublié jusqu’à la page 302 de remplacer par d (...)
  • 5 Apulée, t. I, p. 224-225.

4D’une manière générale (c’est-à-dire sauf pour Lucrèce et Martial), les passages censurés sont désignés dans le texte par un blanc et des astérisques, et il en va de même dans la partie de l'interprétatio correspondante.4 L’éditeur cherche à conserver un sens au texte caviardé, mais sans toujours y parvenir : ainsi, dans le poème 56 de Catulle, la suppression des vers 5-7 laisse le lecteur sur sa faim, puisqu’il ne peut prendre connaissance du trait plaisant qu’on lui promettait ; dans la satire IV de Juvénal, la disparition de cinædo (inverti) au vers 106 rend le développement incompréhensible ; au livre VII des Métamorphoses5, le passage où un esclave accuse Lucius changé en âne de vouloir faire violence aux femmes qu’il rencontre étant supprimé, on voit mal ensuite pourquoi il est condamné à être castré.

  • 6 Livre IV, vers 1025-1280 correspondant aux vers 1030-1287 de l’édition CUF.

5Les volumes consacrés à Lucrèce et Martial procèdent un peu différemment. Chez Lucrèce, un seul passage est supprimé, la fin du livre IV6, qui traite de l’amour et de la génération. Le texte donne les trois premiers mots du vers 1025, suivis d’un « etc. », et une note nous apprend que les 266 vers restants du livre, quia pudicum et castum lectorem non decent (parce qu’ils ne conviennent pas au lecteur pudique et chaste), sont rejetés en fin de volume.

  • 7 Catulle-Tibulle-Properce, Juvénal-Perse et Claudien notamment, voir par exemple Catulle-Tibulle-Pr (...)

6Chez Martial, la censure s’exerce sur des épigrammes complètes (plus de 150), qui n’apparaissent dans le corps du texte que par leur numéro, mais l’astérisque n’est pas davantage utilisé que chez Lucrèce. Visuellement, la différence est importante : il n’y a pas chez Lucrèce ni chez Martial, comme chez d’autres auteurs censurés7, de pages seulement constituées d’astérisques, et la censure en devient moins patente.

  • 8 Satires, I, 2, 93.

7Il existe cependant une forme de censure intermédiaire, celle où un mot, un groupe de mots ou un à deux vers figurent dans le texte mais ne sont pas transcrits dans 1'interpretatio. Ce cas apparaît une seule fois chez Horace8 (Satires, I, 2, 93 : depygis (sans fesses) est remplacé dans l'interpretatio par des astérisques. En revanche, il est fréquent chez Martial et Juvénal-Perse, où l’on voit alors dans l'interpretatio, à la place des mots censurés, de discrets points de suspension (Martial) ou des astérisques (Juvénal-Perse). On rencontre aussi chez Horace le schéma inverse : un mot est retiré du texte mais a dans l'interpretatio un équivalent qui est plus décent, comme dans les Satires (I, 2, 70) où mulierem (femme) transcrit le cunnum (con).

8Même quand le texte n’est pas coupé, il arrive que l'interpretatio atténue son obscénité : ainsi dans le poème 16 de Catulle, le vers 2, Aurelipathice et cinaede Furi (Aurelius le giton et Furius l’inverti), est simplement rendu par tu Aureli, et tu Furi (toi, Aurelius, et toi, Furius), et dans la satire I de Juvénal, vers 39, vetuloe vesica beatoe (la vulve d’une riche vieille) devient anus opulenta (une vieille femme fortunée). Parfois enfin l'interpretatio n’hésite pas pour escamoter l’obscénité à fausser le sens : ainsi chez Claudien, le vers 7 de l’épigramme 25, poème satirique contre un certain Curetius (Carmina minora, 43), nam spurcos avidoe lambit meretricis hiatus (car il lèche l’orifice immonde d’une courtisane cupide), devient etenim lambit os infame meretricis cupidae (et en effet il lèche la bouche infâme d’une courtisane rapace), alors que le hiatus spurcus (l’orifice immonde) de la prostituée n’est clairement pas sa bouche, comme l’a noté J.-L. Charlet en étudiant cette édition de Claudien.

  • 9 Chap. LXVIII, p. 189.

9Suétone représente un cas à part. Contrairement à tous les autres volumes dont nous parlons ici, l'interpretatio n’y est pas continue. Elle peut donc laisser de côté les passages du texte les plus obscènes, qui ne sont pas non plus, sauf exception (ainsi le passage de la Vie d'Auguste, dans lequel l’empereur est accusé de s’être, dans sa jeunesse, prostitué à divers puissants personnages9), expliqués par des notes.

10Pour être complets, signalons encore qu’on trouve quelques coupures dans les textes cités en note : ainsi dans les vers de Columelle (X, 31-33) donnés en note à Horace (Satires, I, 8, 4) ou dans lepigramme anonyme illustrant le vers 6 de la même satire ; il s’agit dans les deux cas de Priape.

  • 10 Vers 88 de l’édition CUF.
  • 11 Vers 97 de l’édition CUF.
  • 12 Voir la note à l’épigramme I, 47, qui correspond à l’épigramme I, 46 dans l’édition CUF.

11Les Obscæna sont, sauf chez Horace, rejetés en fin de volume, parfois avec une pagination nouvelle (Martial, Ausone) ou sans pagination (Lucrèce, Claudien), de manière en tout cas à voiler leur présence et comme s’ils ne faisaient pas partie du livre. L’éditeur d’Ausone les omet habilement dans la table qui ouvre le volume (Summa eorum quoe bac editione continentur, p. X). Ces Obscæna peuvent être un mot, un vers, ou un long passage. Chez Catulle-TibulleProperce, quand le passage censuré formait une partie importante d’un poème, ce poème est repris en entier dans les Obscæna : ainsi pour les pièces 16, 21, 28, 32, 33, 8710, 9511 de Catulle, qui (sauf 32) adressent à des inconnus peut-être rivaux du narrateur des insultes particulièrement grossières, ou pour les élégies 4, 14, 15 et 22 du livre II de Properce (pour leur contenu, voir infra). Les Obscæna n’ont pas d'interpretatio mais ont, sauf chez Phèdre et Ovide, des notes qui suppléent à cette absence. Ces notes sont, chez Martial principalement, et quoique l’éditeur, Vincent Collesson, déplore d’avoir à expliquer de telles choses12, d’une précision parfois aussi scabreuse que le texte lui-même : ainsi, à propos de l’épigramme II, 28, qui stigmatise un certain Sextillus, le duas res (deux choses) du vers 6 est ainsi commenté : Fellandi, et linguendi turpitudinem interpretatur Ramiresius. Alii masturbatorem, vel irrumatorem argui Sextillum sentiunt (Ramirez comprend par là le vice de sucer et de lécher. D’autres pensent que Sextillus est accusé de se masturber ou de se faire sucer).

12Soulignons ici l’exception que constitue le volume consacré à Horace, qui est le seul de la collection à être véritablement expurgé, puisque les passages condamnés ne sont pas donnés à la fin. Rien ne paraît expliquer cette décision, d’autant que l’éditeur, Louis Desprez, également chargé, sept ans plus tôt, de l’édition de Juvénal et Perse, avait alors procédé différemment. Doit-on mettre ce changement d’attitude en relation avec la mort du duc de Montausier, survenue en 1690, ou s’agit-il d’une simple erreur matérielle imputable à l’impression ?

13Les mots des passages censurés figurent dans l'Index vocabulorum final chez Plaute, Martial, Juvénal-Perse, Apulée et Ausone, mais pas chez Phèdre, Catulle-Tibulle-Properce ou Ovide, ni bien sûr chez Horace. Lucrèce et Claudien forment ici un cas à part. Les passages censurés, placés après l'Index vocabulorum, disposent d’un index propre, Index vocabulorum quoe Lucretius/Claudianus ad obscaena detorsit, qui clôt le livre.

  • 13 Ainsi p. 377, note au livre V, vers 162.

14Le critère d’exclusion est la seule obscénité, comme le confirme l’examen du volume consacré à Lucrèce. L’éditeur, Michel Dufay, s’explique dans son Epistola serenissimo Delpbino sur l’édition d’un ouvrage exposant une philosophie quoe irreligiosa oestimatur et impia (qui est considérée comme irréligieuse et impie). Bien sûr il n’a pas entrepris ce travail pour détourner le prince de la religion chrétienne, mais parce que Lucrèce est un poètegravissimus et elegantissimus (plein de force et au style très pur). En dehors de ses qualités littéraires (pureté du latin, majesté du style), il enseigne à supporter les coups de la fortune, à ne pas craindre la mort, à rejeter la superstition et à résister à l’attrait des plaisirs. Le prince, de toute façon, saura dans sa grande perspicacité distinguer chez Lucrèce le bon du mauvais et le vrai du faux. Là-dessus Dufay ne cherche pas du tout à réfuter Lucrèce, il explique sans hostilité sa doctrine. Parfois il croit bon d’ajouter que telle pensée est impie, quoe virtutem Deo Omnipotenti detrahit (qui retire ses qualités à Dieu tout-puissant)13, mais en général il s’abstient de tout rapprochement avec le christianisme. Et le seul passage censuré de l’œuvre est le long développement du livre IV consacré aux illusions et aux dangers de l’amour.

15Le critère d’exclusion est donc l’obscénité, mais il n’est pas appliqué partout de la même façon, peut-être parce que les consignes données aux éditeurs leur laissaient une certaine marge de décision. L’éditeur d’Ovide, Daniel Crespin, professeur d’humanités, après quelques remarques dans la Proefatio sur la lascivia de l’auteur et son habileté à présenter ses flagitia (libertinage, dérèglements) de manière séduisante, ne censure guère que quelques passages des Amours (notamment, en entier, les élégies 7 et 14 du livre III, où il s’agit respectivement d’un fiasco sexuel du narrateur et du peu de discrétion que met sa maîtresse à le tromper), de l'Art d’aimer (la fin du livre II, sur l’orgasme partagé, et celle du livre III, sur les différentes positions) et des Remèdes à l’amour. L’éditeur d’Apulée, le chanoine de Chartres Jules Fleury, paraît bien sévère par rapport à celui de Martial, un professeur de droit – qui, il est vrai, avait davantage à censurer. L’éditeur de Juvénal conserve les débauches de Messaline dans la satire VI, dont il ne supprime que les vers 129-130. Mais y compris à l’intérieur d’un même volume on constate des différences de traitement importantes : ainsi dans le poème 13 de Catulle, la censure de candida puella au vers 4 est aberrante au regard du reste de la production de l’auteur, puisqu’il ne s’agit ici que d’amener à un dîner « une resplendissante jeune fille » ; dans l’épigramme III, 82, de Martial, l’absence d'interprétatio pour les vers 16-17, où il est question certes du pénis, mais comme organe servant à uriner, est disproportionnée.

  • 14 À ce propos il est hors de doute, bien que l’homosexualité ne soit pas ici systématiquement taboue (...)

16Dans le cas de l’épigramme (Catulle, Martial, Ausone) et de la satire (Horace, Juvénal-Perse), qui usent dans l’obscénité d’un registre assez peu varié, on peut dresser une liste des mots qui appellent la censure. Ils désignent des parties intimes du corps (clunis, fesse ; cunnus, con ; inguen, aine ; mentula et pénis, verge ; vesica, vessie, vulve ; vulva, vulve), expriment de manière crue les rapports physiques (arrigere, être en érection ; basiare, comprimere, futuere, posséder une femme ; tentigo, érection), font allusion aux relations sexuelles par voie orale (fellare, lambere, ligurire, lingere, sucer, lécher ; irrumare, se faire sucer) ou aux pratiques solitaires (masturbari, se masturber), concernent l’homosexualité masculine (cevere, remuer les fesses ; cinaedus, inverti actif ou passif ; mutoniatus, qui a un sexe d’une taille avantageuse ; poedicare et percidere, sodomiser un enfant ; pathicus, giton, homosexuel passif) ou féminine (tribas, lesbienne »)14, etc.

17Chez Plaute, et surtout chez les élégiaques et chez Apulée, ce sont plutôt des développements que des mots qui appellent la censure. Ainsi chez Properce, les élégies les plus mutilées ont respectivement pour sujet l’amour des jeunes garçons (II, 4), une nuit avec Cynthie (II, 14 et 15), et le besoin du narrateur d’avoir plusieurs maîtresses à la fois (II, 22). Chez Apulée, la censure s’exerce essentiellement sur deux types de passages : ceux qui peuvent inviter à la sensualité parce qu’ils la montrent pleine d’agrément (les amours de Lucius avec la servante Photis, aux livres II et III des Métamorphoses), et ceux qui font allusion à des amours bestiales (Lucius-âne est accusé de vouloir faire violence à des jeunes femmes, au livre VII ; il couche avec une grande dame qui s’est prise de passion pour lui, puis doit s’unir en public avec une criminelle condamnée à mort, au livre X).

  • 15 Édition de Paris, Desoer, 1820, t. XV, p. 324-371.
  • 16 Cinquième éd., Hamburgi, 1721-1722, t. I, p. 56.
  • 17 Consilio non improbando, nisi bac ratione plures etiam ad ea legenda allicerentur, quorum forte oc (...)
  • 18 Firmin Didot, Paris, t. XXXIII, 1860, p. 1019.
  • 19 C’est ce qui ressort de la correspondance de Bossuet (Correspondance, n° 102 et note correspondant (...)

18Le principe de la suppression des obscénités a été différemment jugé par la postérité. Pierre Bayle dans les Nouvelles de la république des lettres (octobre 1684, article V, p. 241-247), à l’occasion de l’édition des Satires de Juvénal et Perse, l’approuve, mais il est possible qu’il soit ici ironique ou prudent, puisqu’il défend dans son « Éclaircissement sur les obscénités », en appendice à son Dictionnaire historique et critiquer15 la liberté de parler de ce que l’on veut, dès lors qu’il s’agit d’auteurs répandus dans le public, et quand on peut trouver librement dans le commerce les textes incriminés. Le grand érudit allemand Johann Albert Fabricius, dans sa Bibliotheca latina16 parle à propos de ce rejet des obscénités de « décision qui n’est pas condamnable, si ce n’est que de cette façon elles attirent des lecteurs encore plus nombreux, auxquels peut-être ces mêmes passages, insérés à leur place dans le corps du texte, auraient plus facilement échappé. »17 L’idée est reprise dans la Nouvelle Biographie générale18 (à propos de Martial), qui souligne qu’on n’a point la peine de chercher les passages condamnés, dès lors qu’ils sont regroupés en fin de volume. Il est certain que si l’on annonce dans la préface au lecteur que les obscénités sont retirées du texte mais figurent à la fin du volume, la précaution peut paraître inutile ou maladroite, voire hypocrite, puisqu’elle désigne les obscénités plus qu’elle ne les dissimule. À moins que les ouvrages ne fussent destinés au maître et non laissés dans les mains de l’élève19, en tout cas dans un premier temps, comme peuvent le suggérer la préface du Plaute et les quelques lignes introduisant aux Qbscoena d’Ausone, d’après lesquelles ces passages ne doivent être abordés que par le « le lecteur plus mûr, d’âge plus avancé » (maturiore lectore,provectioris cetatis).

  • 20 Traduction française par Henri Ferté, De la manière d'apprendre et d'enseigner, Paris, 1892, p. 60
  • 21 Tome II, p. 414.
  • 22 Acte I, scène I, t. I, p. 294.

19On peut donc dire que la manière dont s’exerce la censure dans les éditions Ad usum Delphini montre plutôt la largeur de vues des responsables de la collection, sans que cette attitude se soit modifiée avec les années. Si ceux-ci, en effet, semblent avoir éliminé les auteurs alors unanimement jugés trop scandaleux comme Pétrone (seul auteur que le père jésuite Joseph de Jouvency exclut absolument dans son De ratione discendi et docendi de 169220 car ne méritant « que l’oubli et l’exécration »), ils admettent un Martial – très lu il est vrai au xviie siècle parce qu’on tolérait sa grossièreté au nom de la tradition de l’épigramme – et ne censurent par ailleurs qu’à moitié, dans la mesure où les passages retirés du corps du texte – au demeurant assez peu nombreux hormis chez Martial – sont, sauf pour Horace, tous donnés à la fin du ou des volumes. Et l’on pourrait multiplier les exemples de morceaux licencieux qui sont hardiment conservés sans coupure : ainsi l’élégie I, 4, de Tibulle, qui est un art d’aimer pédérastique, ou l’élégie I, 10, de Properce, dans laquelle le poète assiste à la première nuit d’amour de Gallus et de sa maîtresse, situation que l’éditeur va jusqu’à éclairer par une note.21 Cette attitude est d’autant plus remarquable qu’on donnait parfois au xviie siècle des éditions savantes expurgées (par exemple celle de Martial du jésuite M. Rader, plusieurs fois rééditée jusqu’en 1627), et qu’on n’hésitait bien sûr encore moins à pratiquer des coupes dans les éditions ad usum scholarum, dont un autre jésuite, le Père de Jouvency, s’était alors fait une spécialité (Juvénal en 1685, Perse et Térence en 1686, Horace en 1688, Martial en 1693, les Métamorphoses d’Ovide en 1704) ; Ovide semble avoir été particulièrement souvent châtré. Par ailleurs, la censure dans la collection ne concerne que les mœurs, et ne s’exerce pas sur le domaine des idées ou de la religion (même si l’absence de Sénèque, fréquemment traduit pourtant dans la seconde moitié du siècle, demeure problématique). En outre, elle n’opère pas quand il s’agit de faits considérés comme historiques, qu’il s’agisse des débauches des empereurs chez Suétone ou de la prostitution de Messaline chez Juvénal. Très rares enfin sont les interventions moralisantes, comme cette note au Curculio de Plaute22 : Porro haec oratio Palinuri quam parum conveniat cum lege Dei, statim agnoscit christianus (en outre le chrétien reconnaît aussitôt combien ce discours de Palinure s’accorde peu avec la loi de Dieu).

20Une comparaison entre une édition Ad usum Delphini et une édition du Père de Jouvency (par exemple son Horace, que nous avons consulté dans la 3e édition, Paris, 1696-1697, 2 volumes) tourne sans conteste à l’avantage de la première. Le Père de Jouvency qui, si l’on en croit les préfaces de son Juvénal, de son Martial et de son Horace, cherchait par une rigueur plus grande à rivaliser avec une entreprise dont il était exclu, coupe les textes sans en avertir le lecteur (dans son Horace, l’ode 4 du livre I s’arrête au vers 10, la satire 2 du livre I perd 106 vers sur les 134 qu'elle compte), supprime des poèmes entiers et va même jusqu’à corriger certains passages (dans l’ode 22 du livre I, au vers 23, des compagnons du poète se substituent opportunément à sa maîtresse Lalagé). En comparaison, l’édition Ad usum Delphini respire la liberté.

  • 23 Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 5e éd., Paris, 1860-1865, 6 vol., t. III, col. 1492.

21Quant à la présence des obscénités en fin de volume, elle paraît s’expliquer par la volonté de conjuguer tant bien que mal deux principes contradictoires, le désir de donner l’intégralité du texte (souci d’exhaustivité auquel font allusion les brefs avertissements qui précèdent les Obscaena ainsi que certaines préfaces) et le respect des mœurs et de la jeunesse. En effet, la collection s’adresse simultanément à deux publics différents, le Dauphin et l’honnête homme cultivé. Eu égard à la difficulté de la tâche, elle a dû recourir à une demi-mesure pour réussir. Notons d’ailleurs que selon Jean-Charles Brunet23, les Obscæna seraient remis à leur place dans certains tirages de la réédition du Martial donnée à Amsterdam en 1701. On sait que le grand bibliographe n’est pas toujours sans faille, et nous n’avons pas trouvé d’exemplaire de cette sorte ; mais si la chose était vraie, les hésitations de la collection entre deux destinataires s’en verraient confirmées. En tout cas la réputation de caviardage qui lui est attachée, et qui a valu à l’expression ad usum Delphini de qualifier en français les éditions expurgées, est en grande partie sans fondement.

Notes

1 Voir Vie de César, chap. 49-52 ; Vie d'Auguste, chap. 68-71 ; Vie de Tibère, chap. 43-45 ; Vie de Néron, chap. 29 ; Vie de Domitien, chap. 22 ; voir aussi la Vie d’Horace.

2 Nos ex oraculi cælestis ac divini monitu, atque ex sapientium, quos honoris caussa nominavi, virorum [le duc de Montausier, Bossuet et Huet] proecepto ac mandata, pretiosum a vili secrevimus, obscoena de medio expunximus.

3 Livre IV, vers 1030 dans l’édition CUF.

4 Notons un détail amusant : au tome I de Plaute, on a oublié jusqu’à la page 302 de remplacer par des blancs étoilés les passages obscènes.

5 Apulée, t. I, p. 224-225.

6 Livre IV, vers 1025-1280 correspondant aux vers 1030-1287 de l’édition CUF.

7 Catulle-Tibulle-Properce, Juvénal-Perse et Claudien notamment, voir par exemple Catulle-Tibulle-Properce, t. II, p. 522 ; Claudien, p. 261.

8 Satires, I, 2, 93.

9 Chap. LXVIII, p. 189.

10 Vers 88 de l’édition CUF.

11 Vers 97 de l’édition CUF.

12 Voir la note à l’épigramme I, 47, qui correspond à l’épigramme I, 46 dans l’édition CUF.

13 Ainsi p. 377, note au livre V, vers 162.

14 À ce propos il est hors de doute, bien que l’homosexualité ne soit pas ici systématiquement taboue, que son impor tance dans le Satiricon a contribué à exclure Pétrone de la collection.

15 Édition de Paris, Desoer, 1820, t. XV, p. 324-371.

16 Cinquième éd., Hamburgi, 1721-1722, t. I, p. 56.

17 Consilio non improbando, nisi bac ratione plures etiam ad ea legenda allicerentur, quorum forte oculos eadem scriptoris corpori suo loco inserta citius latuissent.

18 Firmin Didot, Paris, t. XXXIII, 1860, p. 1019.

19 C’est ce qui ressort de la correspondance de Bossuet (Correspondance, n° 102 et note correspondante).

20 Traduction française par Henri Ferté, De la manière d'apprendre et d'enseigner, Paris, 1892, p. 60.

21 Tome II, p. 414.

22 Acte I, scène I, t. I, p. 294.

23 Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 5e éd., Paris, 1860-1865, 6 vol., t. III, col. 1492.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search