Versión clásicaVersión móvil

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Seconde partie. Les dauphins au travail

Les dauphins au travail

Texto completo

  • 1 Car nous n’avons aucun témoignage sur les réunions bimensuelles du mercredi après-midi signalées p (...)
  • 2 Voir Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques», Histoire de l'édition française, (...)

1Il ne nous reste plus qu’à entrer, autant que faire se peut1, dans l’atelier des dauphins, et à ouvrir les éditions que nous avons parcourues. Nous allons voir, grâce aux analyses menées par quatre de nos propres dauphins, et aux remarques que nous permet le travail de trente autres, comment fut conçu et réalisé le travail que Huet demandait. Cela permettra de faire apparaître les caractéristiques générales de la collection et ce qui constitue son originalité profonde. Nous continuerons aussi d’examiner les raisons de l’échec, moins pour déceler les faiblesses des démarches individuelles que pour cerner les intentions profondes des instigateurs de la collection, et ce que l’on pouvait en attendre réellement. La collection était destinée à aplanir les difficultés, pour les mots comme pour les choses, à rendre inutiles des volumes de commentaires, à répondre aux questions de l’honnête homme seul face aux livres qu’il s’est choisis comme compagnons2 – telles sont les fonctions complémentaires de l'interpretatio et de l'annotatio, servies comme on l’a vu par une présentation soignée. Collection pédagogique aussi, destinée à celui qui apprend à lire et à écrire le latin (interpretatio et annotatio y jouent aussi évidemment leur rôle) – c’est là que nous retrouverons les dictionnaires de Danet, que nous avons fâcheusement négligés jusque-là tant ils paraissaient se situer sur un autre plan que les textes.

2Ce parti pris pédagogique, ce refus de l’érudition, ne sont pas le seul fait de Montausier. Huet lui-même refuse de dépenser son temps à l’activité critique, qu’il estime avoir été nécessaire pour que l’on « débarrassât l’Antiquité des souillures qui la dérobaient aux regards » ; il fallait qu'elle « servît en quelque sorte de sage-femme à la renaissance des Lettres » (Mémoires, III, p.64), mais il estime dépassée cette étape :

  • 3 On trouve d’autres métaphores intéressantes quelques lignes plus loin : les langues doivent être c (...)

Maintenant que, après tant de temps et tant de soins employés à corriger les anciens livres et à les rétablir dans leur splendeur primitive, les Lettres ont recouvré tout leur éclat, passer sa vie entière à refaire la même besogne, comme Gruter, Le Fèvre et beaucoup d’autres [...] c’est selon moi, une occupation misérable et qui ne convient qu’à de petits esprits. J’admets d’ailleurs qu'elle est nécessaire mais elle est aussi basse que le métier des sarcleurs que j’emploie à arracher les mauvaises herbes de mon jardin dont je recueille et mange les fruits. (Ibid.3)

  • 4 C’est le cas pour Aurelius Victor, étudié par Michel Festy, dont Anne Le Fèvre vantait pourtant l’ (...)
  • 5 Il ne faut pas non plus minimiser certains scrupules : le refus d’intervenir sur le texte peut êtr (...)

3La tâche impartie aux dauphins était moins de sarcler que de cultiver le jardin, à charge pour eux de trouver une bonne édition qui les dispense de tout travail trop ingrat – sauf dans le cas de Pline ou Martianus Capella (Correspondance, n° 19), et plus tard, d’Ausone, dont la tradition éditoriale complexe n’a pas encore fourni une version que l’on pût choisir comme texte de base. Aussi bien tous les auteurs examinés jusque-là (sauf les trois, ou plutôt deux, que nous avons nommés) révèlent que les dauphins se sont servis d’une édition récente (ou point trop ancienne) de bonne qualité, qu’ils utilisent souvent avec discernement (mais parfois en allant jusqu’à en reprendre aveuglément les fautes typographiques4). Les dauphins ont beau protester hautement dans leurs préfaces du nombre et de la diversité des éditions qu’ils ont consultées, comparées, utilisées, il n’en reste pas moins qu’ils n’en ont pas toujours fait réellement usage – mais seules les notices individuelles réalisées pour chaque auteur permettront de se faire une idée précise. Les dauphins n’en avaient d’ailleurs pas forcément les moyens, ni le temps, et si un reproche doit leur être fait aujourd’hui, ce ne doit pas être d’avoir manqué à s’illustrer dans la philologie : ce n’était pas ce qu’on leur demandait. Qu’ils procèdent à une synthèse honnête et approfondie des travaux précédents, qu’ils établissent en quelque sorte « l’état de la question » sans forcément la faire avancer, voilà ce qui leur était imparti.5

  • 6 Remarques dues à Sophie Van Laer.

4Ils doivent aussi se faire discrets à travers leur annotation, s’effacer devant un auteur dont ils ne cherchent guère à donner une image globale. Tout juste peut-on remarquer quelques interventions personnelles, comme chez Dubois à qui les poèmes d’amour de Catulle, Tibulle et Properce permettent de glisser quelques remarques misogynes hors de saison, et notamment de mettre en doute la vertu de Pénélope.6 Ou, plus étonnante (car Dubois avait au moins l’excuse de faire connaître au lecteur un aspect du cycle troyen généralement méconnu), l’intervention de Crespin dans le troisième volume d’Ovide (Tristes, I, 5, 2-5) : dans trois notes successives il évoque les accusations de socinianisme portées contre lui. Se serait-il permis cela quand Huet et Montausier avaient la haute main sur l’édition, dont ils surveillaient les détails et l’orientation générale ? C’est peu problable et en tout état de cause, nous pensons (même si nous n’avons pas lu tous les volumes de la collection d’un bout à l’autre) qu’une telle prise de position est tout à fait exceptionnelle. L’annotation a pour fonction, comme l’établissement du texte, de présenter une synthèse des travaux antérieurs. Là encore on est loin des buts que se propose Huet pour ses propres recherches : c’est la connaissance de l’Antiquité « d’où nous vient ce qu’il y a de meilleur dans les Lettres » (Mémoires, III, p.64), qui doit progresser grâce à la pratique de la langue et au commentaire. Mais l’annotation des éditions Ad usum Delphini est destinée à mettre en rapport des connaissances déjà acquises, non à faire jaillir des lumières nouvelles aux yeux des savants.

  • 7 On peut s’interroger sur la présence de mots français dans l’annotation, attestée dans presque tou (...)
  • 8 Bossuet lui-même n’avait-il pas donné l’exemple d’un certain éclectisme, ou d’une recherche pédago (...)

5La collection se doit aussi, tout comme certains des dictionnaires, de favoriser l’acquisition du latin, notamment par la pratique du thème et l’immersion dans la langue. C’est dire que l’on rejoint la pédagogie des jésuites et que l’on s’écarte de la pratique de Port-Royal, adoptée également par les oratoriens. L’annotation elle-même ressemble à la praelectio (explication et commentaire de texte) telle qu'elle était pratiquée dans les collèges jésuites, la paraphrase ne suivant pas cependant les mêmes principes que l'interprétatio. Il n’en reste pas moins que telle que l’a voulue Montausier et que l’a dirigée Huet, c’est une collection intellectuellement proche des jésuites (ce que laissait supposer d’emblée le simple fait que l’édition était entièrement en latin7), conçue à une époque qui voit l’expansion et le prestige croissant du collège de Clermont, lequel n’obtient pas sans raison en 1682 le patronage de Louis-le-Grand ; mais elle ne s’en inspire pas explicitement de manière très marquée : la diversité de sensibilités que nous avons notée parmi les dauphins et surtout entre les deux directeurs ne se traduit pas par des contradictions ou des variations marquantes d’une œuvre à l’autre.8 Le respect des principes qu’ils ont édictés leur paraît fondamental ; aussi avons-nous déjà vu Montausier s’inquiéter du travail de Graevius, qui échappait à l’œil vigilant de Huet : « J’écrirai au premier jour à Monsieur Graevius afin qu’il ne fasse pas imprimer son ouvrage que je n’aie vu ce que c’est pour le rendre conforme à nos autres impressions » (Correspondance, n° 103,18 janvier 1679).

  • 9 Voir ci-dessus, chapitre II. Rappelons que les œuvres philosophiques de Cicéron devaient toutes êt (...)
  • 10 Ce qui a pu contribuer à donner une image faussée de la collection est le nom de deux de ses impri (...)
  • 11 Comme par exemple le De gramma ticis et de rhetoribus de Suétone, dont Marie-Claude Vacher fait re (...)
  • 12 Comme dans l’Epigrammatum delectus (1659) destiné aux Petites Écoles de Port-Royal ; voir S. Guell (...)

6Editions de vulgarisation sans doute, destinées au lecteur cultivé – au lecteur qui serait sorti des mains d’un précepteur ou d’un collège où les jésuites en auraient fait un homme équilibré et ouvert, apte à maîtriser des connaissances et à en acquérir de nouvelles. Mais ce ne sont pas pour autant des « éditions scolaires » comme il est dit quelquefois : car nous avons affaire pour tous les auteurs, sauf Boèce dont les écrits logiques et scientifiques sont exclus9, à des œuvres complètes, non à des extraits choisis.10 C’est un auteur que l’on présente, avec ses faiblesses, sa personnalité telle qu'elle peut apparaître grâce aux témoignages contemporains et postérieurs (ce sont les Testimonia qui figurent en tête de chaque ouvrage, avec une vie de l’auteur, généralement empruntée à un critique antérieur), et non un ensemble d’où seraient exclues les œuvres moins connues ou jugées secondaires11, ou le seul choix de « belles pages » artificiellement découpées.12 On édite des œuvres avec lesquelles le lecteur instaurera un dialogue dans le secret de son cabinet, on ne lui impose pas des chefs-d’œuvre qu’il devra nécessairement admirer. Par ce respect des textes, voire des fragments pieusement recueillis (que souvent la critique postérieure jugera apocryphes et méprisera), la collection est moderne – alors même qu'elle est connue essentiellement depuis le xixe siècle pour les atteintes qu'elle aurait portées à leur intégrité ! Il fallait faire justice de cette légende, identifier les passages incriminés (peu nombreux), et surtout comprendre pourquoi ils sont rejetés, tout en étant présents dans les volumes.

  • 13 Voir le succès des éditions du Père de Jouvency, S. J. : Metamorpboseon libri XV expurgati et expl (...)

7Il faut d’abord replacer cette pratique dans la tradition éditoriale, en remarquant que, jusqu’au xixe siècle, il est fort difficile de trouver des éditions des Anecdota ou Histoire secrète de Procope où l’on puisse lire toutes les turpitudes de l’impératrice Théodora – et pourtant il s’agit d’éditions savantes, nullement destinées à la jeunesse. Nombreux sont les auteurs que l’on ne peut lire que sublata obscoenitate, purgés de toute obscénité. En témoigne cette lettre de Montesquieu au Père Desmolets, bibliothécaire de l’Oratoire à Paris, du printemps 1728 : Montesquieu, depuis son château de La Brède, lui demande de « lui chercher un dictionnaire italien, un dictionnaire latin, un Ovide non châtré et in naturalibus, au moins les Métamorphoses [...] ». Ovide est en effet la victime habituelle de cette expurgation, car les Métamorphoses sont utilisées comme un véritable manuel de mythologie.13 La manière dont a été comprise et mise en œuvre dans la collection une pratique courante à l’époque est d’une remarquable intelligence – il fallait que justice fût rendue à la collection sur ce point, et c’est par là que devait s’ouvrir cette partie de l’étude.

8Intelligente également, et méconnue, l’initiative des index. Autant nous avons vu Huet constant à souligner que l'interpretatio a été imaginée par Montausier, autant il revendique la paternité de celle-ci :

  • 14 Huetiana, XXXVII, p. 93-94 (la dernière phrase s’applique sans doute à l’ensemble du projet plutôt (...)

Cette occasion cependant me fit concevoir l’envie de donner à chacun de ces auteurs un indice de tous les mots dont il était composé. [...] Je portai même plus loin mes vues, et je me proposai de fondre ensemble tous ces indices particuliers, quand ils seraient achevés, et d’en composer un indice général, qui renfermerait et circonscrirait, pour ainsi dire, les limites de la langue latine. [...] Jamais la langue et l’Antiquité romaine n’ont reçu un secours si solide, et un préservatif si assuré contre l’ignorance et la barbarie,14

  • 15 Correspondance, n° 31, octobre 1674 : « Je ne sais si vous n’avez point vu l’indice de Tacite pour (...)
  • 16 Les deux premiers historiens à être publiés, Florus et Salluste, possèdent les deux ; mais les his (...)

9Si la pratique des concordances ou des « listes de mots » est ancienne, l’originalité de l’idée de Huet est triple : ces listes sont généralement réduites aux termes principaux – le directeur les veut systématiques (ce qui fut interprété de manière variable par les dauphins) ; il refuse l’amalgame généralement pratiqué entre les mots et les matières (index rerum et vocabulorum), pour reprendre l’expression même de Montausier15 ; si les deux sont constamment distingués, tous les ouvrages ne possèdent pas un index vocabulorum et seuls certains comportent un index rerum.16 Il faut voir là également une marque supplémentaire du parfait accord entre les deux directeurs, Montausier approuvant sans réserve l’idée de Huet, alors que manifestement l’initiative avait rencontré très tôt des critiques :

J’approuve fort la proposition que vous avez faite au Sieur Léonard pour les indices des ouvrages qu’il imprime, et quoiqu’on puisse dire qu’on recherche des ornements étrangers et que même cela grossisse quelques-uns de ces ouvrages déjà assez gros, je tiens qu’il faut passer par-dessus cela parce que les raisons qu’il y a pour le faire sont plus considérables que les inconvénients (Correspondance, n° 26, 15 mai 1674).

  • 17 Rappelons comment il évoque rétrospectivement l’accueil qu’il fit au projet : « quoique je visse d (...)

10Enfin, l’extraordinaire ambition de les regrouper tous en un seul index « général » peut être considérée comme un des traits caractéristiques d’une véritable collection, conçue comme un ensemble et non comme une succession de publications respectant quelques principes de présentation – avec une certaine liberté, nous le verrons. On peut même croire que Huet a vu dans ces index le seul moyen de tirer un parti scientifique d’une entreprise que Montausier avait orientée vers la culture de l’honnête homme, et de se payer ainsi des efforts dépensés17 pour un projet aussi vaste – puisque, rappelons-le, on a pensé à l’origine qu’il pouvait concerner tous les auteurs latins. On s’explique mieux ainsi la déception de Huet devant les réticences, voire « la violente opposition » des dauphins. La collection, privée de cette dimension scientifique qui contribuait aussi à lui donner son unité, ne devait plus apparaître, à son directeur comme à bien des lecteurs, que comme un agrégat d’auteurs. Mais c’était méconnaître les principes généraux qui vont être maintenant étudiés.

Notas

1 Car nous n’avons aucun témoignage sur les réunions bimensuelles du mercredi après-midi signalées par la Correspondance (n° 18) et les Mémoires de Huet (V, p. no) : « Je venais donc à Paris tous les quinze jours ; on se rassemblait chez moi à une heure fixe et chacun me montrait ce qu’il avait fait pour que j’en prisse connaissance. »

2 Voir Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques», Histoire de l'édition française, éd. R. Chartier et H.J. Martin, t. II (Le Livre triomphant), Paris, Promodis, 1984, p. 456 : «À l’ascèse érudite s’est substituée la délectation lettrée, “jouissance du goût”, où l’attention à la manière, au style, à la “pureté” est devenue primordiale – exigence qu’on étend à tout l’art de vivre et du même coup jusqu’à la matérialité du livre.»

3 On trouve d’autres métaphores intéressantes quelques lignes plus loin : les langues doivent être considérées « comme des servantes auxquelles on ne doit faire la cour que pour arriver plus sûrement aux maîtresses » ; elles sont « les clefs au moyen desquelles on ouvre les portes du savoir et ceux qui, satisfaits de les posséder, s’arrêtent sur le seuil et ne pénètrent pas dans le sanctuaire, ressemblent aux portiers qui, pour avoir les clefs de plusieurs portes, n’en couchent pas moins en dehors des appartements ».

4 C’est le cas pour Aurelius Victor, étudié par Michel Festy, dont Anne Le Fèvre vantait pourtant l’impression (Correspondancen" 134).

5 Il ne faut pas non plus minimiser certains scrupules : le refus d’intervenir sur le texte peut être aussi justifié par le fait que l’index, s’il reprenait des mots « ajoutés » au texte, ne serait plus aussi fiable, comme l’ont remarqué Giuseppina Magnaldi et Francesco Gianotti pour Apulée.

6 Remarques dues à Sophie Van Laer.

7 On peut s’interroger sur la présence de mots français dans l’annotation, attestée dans presque tous les volumes, mais de manière quasi exceptionnelle. S’il semble parfois indispensable de fournir une traduction, notamment pour les noms de lieux, les usages ont manifestement varié d’un dauphin à un autre, et il nous est actuellement impossible de dégager un principe clair à ce propos.

8 Bossuet lui-même n’avait-il pas donné l’exemple d’un certain éclectisme, ou d’une recherche pédagogique véritable ? « Sa doctrine de l’éducation ne lui vient d’aucun groupe, philosophique ou religieux » (Th. Goyet, L’Humanisme de Bossuet, Paris, Klincksieck, 1965, t.I, p. 112).

9 Voir ci-dessus, chapitre II. Rappelons que les œuvres philosophiques de Cicéron devaient toutes êtres publiées.

10 Ce qui a pu contribuer à donner une image faussée de la collection est le nom de deux de ses imprimeurs, Simon Bénard et l’association Thiboust-Esclassan, qui s’étaient fait une spécialité des ouvrages scolaires ou des traductions du latin (voir ci-dessus, chap. IV). Mais, outre que les traductions sont rigoureusement exclues des classes, la production scolaire de ces libraires n’avait rien d’exclusif

11 Comme par exemple le De gramma ticis et de rhetoribus de Suétone, dont Marie-Claude Vacher fait remarquer qu’il est peu fréquent qu’il soit joint aux Vies des Césars. La comparaison entre deux éditions de Martial rigoureusement contemporaines, la nôtre (Colesson, 1680) et celle de Rodelle (Toulouse, 1679, dédiée au Dauphin), est également révélatrice : le second ouvrage, tout en imposant une division des épigrammes, se caractérise par l’éviction des livres XIII et XIV et la faible représentation des livres IV et XI (voir Suzanne Guellouz, « La connaissance de Martial en France dans la seconde moitié du xviie siècle », Le xviie Siècle et la recherche, Marseille, 1976, p. 201-213).

12 Comme dans l’Epigrammatum delectus (1659) destiné aux Petites Écoles de Port-Royal ; voir S. Guellouz, art. cit., p. 203.

13 Voir le succès des éditions du Père de Jouvency, S. J. : Metamorpboseon libri XV expurgati et explanati, Rothomagi ; éditions rouennaises, 1717, 1770, 1780 ; parisiennes, 1722, 1725, 1733, 1745, 1770, 1771, 1782, 1810, 1811 ; toulousaine, 1824. Il est loin d’être isolé : des éditions antérieures (Paris 1630, 1687), d’autres bien postérieures (Abrégé des Métamorphoses d’Ovide dégagé de tout ce qui peut alarmer la pudeur de la jeunesse, par Mme Henri Tardieu-Denesle, Paris, H. Tardieu, 1808). Rappelons qu’il n’est pas rare qu’au xxe siècle on trouve encore des mots jugés grossiers ou obscènes remplacés par des points de suspension, et que parfois même la traduction de certaines citations latines « oublie » des passages ainsi litigieux.

14 Huetiana, XXXVII, p. 93-94 (la dernière phrase s’applique sans doute à l’ensemble du projet plutôt qu’aux seuls index). Voir aussi Mémoires, V, p. 110 : « J’eus seul l’idée de faire faire pour chaque auteur [...] », cité plus loin in extenso par Martine Furno.

15 Correspondance, n° 31, octobre 1674 : « Je ne sais si vous n’avez point vu l’indice de Tacite pour Freinshemius. Il me semble qu’il faudrait que ceux de nos auteurs fussent seulement pour les mots, et non pour les matières ; car Freinshemius a mêlé l’un et l’autre, et il ne nous en faut que pour les mots. »

16 Les deux premiers historiens à être publiés, Florus et Salluste, possèdent les deux ; mais les historiens de 1675, Velleius Paterculus et Cornelius Nepos, n’ont que l'index vocabulorum.

17 Rappelons comment il évoque rétrospectivement l’accueil qu’il fit au projet : « quoique je visse dans l’exécution de cette idée un surcroît énorme de besogne et une grande perte de temps pour moi [...] » (Mémoires, V, p. 110).

© UGA Éditions, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search