Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Première partie. Histoire des dauphins

Par le grand sceau de cire jaune...

Texte intégral

  • 1 Ils ne figurent pas dans les volumes suivants, du moins dans les exemplaires que nous avons consul (...)

1Peut-être aurions-nous pu nous économiser tout ce chemin, et découvrir beaucoup plus tôt toute l’histoire des livres de la collection Ad usum Delphini. Il est en effet un document qui nous a déjà livré maint renseignement ponctuel et qui doit être intégralement déchiffré : la formule des privilèges, issue des registres royaux, que portent (sauf oubli de l’imprimeur1) tous les volumes, formule parfois assortie de la solennelle mention du « grand sceau de cire jaune ». Ils constituent une sorte d’expression codée, dont tous les termes sont soigneusement choisis, et dans lesquels nous pouvons encore trouver à glaner. Ils traduisent en fait fidèlement les intentions que Montausier est arrivé à faire entendre en haut lieu, les ambitions de la collection et les moyens qu'elle s’est donnés. Ils nous ont appris ou confirmé la fonction même de la collection et le parti pris humaniste sur lequel elle repose :

Ne voulant rien oublier de tout ce qui peut contribüer à la bonne Education de nostre tres cher [...] Fils le Dauphin, & considerant que son avancement dans l’Etude des bonnes Lettres en fait une partie : Nous avons jugé que rien ne luy serait plus utile pour cela que de lui faciliter la lecture & l’intelligence des anciens Auteurs de la Langue latine...

2Ils livrent par là même une définition de ses destinataires : le Dauphin et le « public » :

nous nous sommes d’autant plus portez à l’execution de ce dessein, que Nous avons compris en meme temps que le public en recevroit beaucoup d’avantages...

3On y lit aussi l’évolution de ce qui à l’origine était conçu seulement pour l’« instruction » (dans les ouvrages publiés par Léonard), ou mieux, la « bonne Education de nostre tres cher & tres amé Fils... » (en 1675, le commentateur dauphin étant le jésuite de La Rue), et devient après le mariage de ce dernier le « soulagement de la lecture des belles-lettres » (dans les Cicéron). Mais on y trouve bien d’autres choses encore, comme la qualité de ceux qui devaient y travailler (du moins l’espérait-on) : des « personnes sçavantes, tant de nostre Royaume que de pais étrangers », et la part importante qu’y devait prendre la Société de Jésus : « & dans la distribution qui a esté faite de ce travail Nous avons chargé... » ; les buts qu'elle se proposait : « des Notes et des Explications qui pussent en donner l’intelligence, sans avoir besoin d’autres Commentaires » c’est-à-dire « des moyens plus prompts et plus commodes » (de La Rue, 1675) ; la charge financière qu’elle représentait : « le préjudice qu’il recevroit si apres les tres grands frais qu’il doit faire pour l’impression de ces Livres... » (Léonard, 1674) ; le libraire sur qui reposait le gros de l’entreprise : « Ayant fait choix de nostre bien amé Frederic Leonard... » et celui auquel on confie une entreprise commencée sous d’autres auspices : « André Pralard nous a fait remontrer qu’il luy a esté mis entre les mains un Ouvrage intitulé Omnia Suetonii Opera. »

4Les dauphins eux-mêmes n’y sont pas tous traités de la même manière ; sans même parler des jésuites, traités en corps :

  • 2 Le registre porte mention (en date du 25 novembre 1683) d’un privilège octroyé pour vingt ans à Si (...)

& dans la distribution qui a été faite de ce travail nous avons chargé plusieurs Pères de la Compagnie de Jésus de travailler à l’explication des Ouvrages de Cicéron, dont ils se sont acquittés à notre satisfaction...2

5La différence éclate entre Anne Le Fèvre et André Dacier, dont les privilèges ont été scellés puis enregistrés ensemble, leurs ouvrages respectifs étant achevés d’imprimer à un jour d’intervalle :

Par Grace et Privilège du Roy, il est permis à Mademoiselle Le Febvre de faire imprimer les Livres intitulez Aurelius Victor & Eutrope, qu’elle a commentez & expliquez par tel Libraire ou Imprimeur, en tel volume, marge, caractere & autant de fois que bon lui semblera...

6Ni mention de l’ordre du roi ou du royal destinataire qui figureront pourtant, comme il se doit, sur la page de titre. Le futur académicien est traité autrement :

Notre tres cher et bien amé le sieur Dacier avocat en parlement ayant achevé par mon ordre ses commentaires sur un livre intitulé M. Verri Flacci et Sexti Festi de verborum significatione, pour l’instruction de notre tres-cher et tres-amé fils le Dauphin, nous avons jugé que le public pourrait en tirer beaucoup d’avantages s’il estoit imprimé. A ces causes pour l’avancement de nos sujets et pour gratifier le sieur Dacier, nous avons permis et accordé...

7Le privilège nous permet aussi de retracer l’histoire des dictionnaires de Danet, depuis le premier, de 1673, fort discret,.« Il est permis à M. P[ierre] D[anet] P. D. R. U[niversité] P[aris] de faire imprimer un livre intitulé Nouveau dictionnaire latin et françois... », presque identique au suivant, celui des Radices de 1677, « Il est permis au Sieur Danet, abbé de Saint Nicolas de Verdun, de faire imprimer un Livre à l’usage de Monseigneur Le Dauphin intitulé Dictionarium Latinum... » – mais la nuance est de taille, puisqu’il y est fait mention du Dauphin. La faveur royale éclate dans les suivants, dès 1683 :

Nostre bien amé l’abbé d’Anet Nous a fait tres humblement remontrer qu’il aurait composé par notre Ordre un nouveau Dictionnaire François et Latin, enrichy des meilleurs façons de parler en l’une et en l’autre Langue, avec son Abbregé ou Petit Dictionnaire pour les Enfans, lesquels il désirerait donner au Public, si Nous voulions lui accorder notre Privilege. A ces causes, inclinant à la requete dudit sieur abbé d’Anet, qui nous a rendu des services particuliers pour l’instruction de nostre fils Le Dauphin ; & pour lui donner moyen de Nous les continuer à l’avenir, Nous lui avons permis et permettons...

8On ne saurait mieux reconnaître ses mérites, sinon par le privilège de 1684 du Magnum Dictionarium paru en 1691 et du Dictionarium antiquitatum de 1698 :

Nostre amé l’abbé Danet employé par nostre Ordre il y a plus de quinze ans à la composition de plusieurs Ouvrages pour l’instruction de nostre Fils Le Dauphin NOUS a fait tres humblement remontrer qu’il en avoit achevé un intitulé...

9Ce serait donc dès 1669 que Danet aurait reçu les premières consignes et aurait commencé son travail. Ce n’est donc pas un hasard s’il a été le premier à livrer un ouvrage dauphin, en 1673 ; et aucun autre commentateur n’a été remercié aussi solennellement. Les dictionnaires se voient ainsi reconnaître, quelque peu tardivement, une place éminente dans l’entreprise.

10Un dernier point, peut-être révélateur, mais qui s’avère plus difficile à apprécier : la durée de ces privilèges, qui en désigne l’importance réelle. S’il n’est point fait de différence sur ce plan-là entre Anne Le Fèvre et André Dacier, tous deux gratifiés d’un privilège de six ans, ce qui est court par rapport à la majorité des autres (vingt ans), c’est que dans les deux cas le privilège est personnel. Il est beaucoup plus étendu quand la même Anne Le Fèvre travaille dans le cadre de l’édition Léonard, pour les premiers ouvrages destinés à manifester les ambitions de la collection. On ne s’explique guère pourquoi certains ne sont que de dix ans (César, chez Pierre Le Petit), voire de six (Boèce chez Lambert Roulland, Suétone chez Pralard, Martial chez Antoine Cellier, Prudence chez Thiboust-Esclassan). Une seule certitude : si toute contrefaçon du Pline est interdite pendant vingt-cinq ans (durée tout à fait exceptionnelle), c’est qu’il représente une somme de travail supérieure aux autres – et la critique ultérieure rendra justice à ce qui apparaît comme un hapax de la collection.

11Tout était donc dit, ou presque, dans cette page solennelle également scandée de formules rituelles, « inhibitions et defenses », « nonobstant toutes oppositions [...] clameur de Haro, Chartre Normande...», que l’on retrouve dans tous les volumes, ou presque. Peut-être est-ce par-là que nous aurions dû commencer, pour achever plus vite notre « cours Ad usum Delphini ».

Notes

1 Ils ne figurent pas dans les volumes suivants, du moins dans les exemplaires que nous avons consultés, à savoir ceux de la BNF, de la Bibliothèque municipale de Grenoble et de la Bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand : Velleius Paterculus, Dictys et Darès, Cicéron, Opera philosophica. N’en donnent qu’un extrait Pline, Manilius et Quinte-Curce (mais ils font partie de l’édition Léonard), Ovide, Virgile (édition de 1699). Prudence représente un cas particulier, puisque les dates d’octroi, d’enregistrement et d’achevé d’imprimer sont restées en blanc

2 Le registre porte mention (en date du 25 novembre 1683) d’un privilège octroyé pour vingt ans à Simon Benard, portant sur « toutes les œuvres de Cicéron avec des notes, de plusieurs Pères de la Compagnie de Jésus ». Mais deux ouvrages de Cicéron sont parus chez la veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan, les Opera Philosopbica et Ad artem oratoriam.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search