Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Première partie. Histoire des dauphins

Chapitre quatre. Du texte au livre

Texte intégral

1Si les lettres et les dauphins n’ont pas retiré de l’entreprise tout le profit escompté, le choix de Souchay reste néanmoins significatif : il est pour nous la preuve que la collection, un demi-siècle après le mariage du Dauphin qui aurait dû en marquer le terme, a gardé un certain prestige : ni lettre morte ni expression péjorative, Ad usum Delphini est alors un fleuron de l’édition française. C’est aussi en tant qu’objet visible et lisible qu'elle mérite d’être envisagée, à travers son histoire matérielle : si elle est morte avec Montausier qui, personnellement ou de par son influence, en assurait le financement, on se doute que cet aspect est loin d’être négligeable. Par ailleurs, si la réalisation épuisa puis déçut les concepteurs, la responsabilité n’en incombe pas aux seuls dauphins : les rapports avec l’imprimeur entraient aussi dans les attributions de Montausier et Huet. Le peu que nous en savons nous permet de pressentir ce que furent les difficultés effectives de la mise en œuvre.

LE PRIX DU TRAVAIL

  • 1 Voir Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Les Editions de Minuit, 1985, chap. II, p. 51-84
  • 2 Correspondance, nos 29 et 30, septembre et octobre 1674.
  • 3 Elle se vante de l’avoir achevé en moins de trois mois, pour se consacrer, dit-elle dans la préfac (...)
  • 4 D’après G. S. Santangelo, Bayle souligne (avec ironie ?) sa rapidité : Nouvelles de la république (...)

2Il faut cependant d’abord revenir aux commentateurs dauphins. C’était selon Huet, rappelons-le, une des spécificités de l’entreprise que d’avoir voulu traiter ceux-ci comme de nobles travailleurs de l’esprit, non comme des tâcherons ou des subalternes, « non comme des mercenaires, en stipulant un prix misérable et indigne de leurs travaux, mais en leur proposant une rémunération honorable que [Montausier] espérait bien que le roi proportionnerait à sa libéralité naturelle » (Mémoires, V, p. 110). Dans le vaste mouvement qui aboutira à la création de la Société des gens de lettres à la fin du xviiie siècle, n’aurions-nous pas là un moment marquant ? Mais ne reste-t-on pas dans le cadre de la pension royale, dans le mécénat d’État ou le clientélisme ?1 On se situe à égale distance de l’un et de l’autre, car on a affaire à la reconnaissance par l’institution royale d’un travail intellectuel qui certes participe à sa glorification, mais n’en fait pas son but premier – sa fonction est d’être utile, au prince comme à ses sujets ; s’il y a « service » (ce qui, rappelle Alain Viala, constitue le principe même du « clientélisme »), c’est au sens le plus large du terme : il s’agirait presque d’un « service public ». Ce n’est pas non plus une pension qu’on offre aux dauphins, ni une « place », même provisoire : ils n’ont d’autre rémunération que celle qui est due à un travail ponctuel et effectif – et Montausier apprend très tôt qu’il ne faut pas payer d’avance2, qu’il faut même attendre la fin de l’impression car sinon la tentation est grande de ne pas s’occuper de l’index, qui ne peut être établi définitivement qu’une fois achevée l’impression. En outre, quand les dauphins travaillent sur un auteur, combien de temps cela les occupe-t-il ? Les premiers ouvrages sortent moins de quatre ans après que le projet a pris forme, durant l’hiver 1670-1671. Anne Le Fèvre enchaîne quatre éditions en une dizaine d’années (entre 1674 et 1683), auxquelles il faut ajouter un Callimaque (1675 ; sur épreuves dès décembre 1673)3, une traduction d’Anacréon et de Sapho (1681), une de Plaute (1683) et une d’Aristophane qui paraîtra en 1684, un an après son dernier ouvrage dauphin.4 On objectera qu’il s’agit d’œuvres courtes, relativement faciles, et qu’un Hardouin a dû peiner bien davantage avant de sortir sa monumentale édition de Pline – nous nous garderons donc de généraliser.

3Ont-ils réellement été bien payés ? Les Huetiana se veulent encore plus clairs et plus insistants que les Mémoires :

Mais comme il n’eût pas été juste de détourner des gens savants de leurs études et de leurs emplois, sans un dédommagement et une récompense convenable, le roi voulut bien entrer dans ces considérations, et sur les remontrances de M. de Montausier, il se chargea de la dépense, qui par une légitime estimation qui en fut faite, ne devait pas aller à moins de trois ou quatre cent mille francs, pour porter les choses à leur perfection. Il faut faire honneur à M. Colbert de sa passion pour l’honneur des Lettres, qu’il signala en cette occasion, en ouvrant libéralement et de bonne grâce le Trésor royal, pour fournir à cette dépense. (Huetiana, chap. XXXIV, p. 92-93.)

  • 5 C’est ce qu’en retient le Grand dictionnaire de Pierre Larousse, à l’article « Dauphin » : « s.m. (...)

4C’est cependant dans les Mémoires que l’on trouve une estimation chiffrée : « Alors cette littérature princière, qui avait déjà coûté plus de deux cent mille livres, fut réduite au silence » (V, p. III). Mais cela se doit-il entendre des ouvrages parus au moment du mariage du Dauphin, qui selon Huet fut la cause de l’arrêt de l’entreprise, ou de tous ceux qui furent effectivement publiés ? Il semble en tout cas que le public resta sur l’impression d’une dépense énorme.5

  • 6 Anne Le Fèvre (nos 122 et 123) parle plutôt de « rétribution », comme Montausier en 1681 (n° 132).

5Encore faut-il distinguer ce qui revenait à l’imprimeur et au commentateur dauphin. Pour cela, la correspondance entre Huet et Montausier est irremplaçable, et nous devons beaucoup aux réclamations des jésuites et de Mlle Le Fèvre. En 1674, sur la demande de Huet qui voudrait faire payer immédiatement les dauphins jésuites, Montausier est obligé de préciser le montant des « récompenses » promises6 : cinq cents écus pour Aulu-Gelle ou Justin, quatre cents pour Velleius Paterculus, « les tables y étant jointes » (Correspondance, n° 30) – soit respectivement quinze cents et douze cents livres, ce qui ne peut être qu’une estimation préalable, compte tenu de l’importance qu’aura le volume d’Aulu-Gelle (près de six cents pages, contre un peu plus de trois cents pour Justin et cent cinquante pour Velleius Paterculus) : il s’agit alors seulement de donner un ordre de grandeur. Cinq ans plus tard (n° 119, octobre 1679), le Valère Maxime du jésuite Cantel lui vaut un paiement de 800 écus, soit 2 400 livres (Montausier avait d’abord tablé sur 2 000), ce qui s’explique sans doute par l’importance du volume (près de cinq cents pages). L’année suivante (n° 123, juillet 1680), comme nous l’avons déjà vu au chapitre précédent, Anne Le Fèvre reconnaît avoir reçu 2 000 livres (ou francs) pour Dictys et Darès, soit un volume de deux cents pages – tout en se plaignant de la modicité de la somme. Pour se faire justice, elle a prélevé « dix pistoles [soit cent livres] sur les 200 livres que M. de Montausier a fait ordonner pour l’imprimeur », estimant que « le libraire gagn[e] assez », puisqu’en tout il aura gagné 900 livres, et qu’il est « le plus content du monde » – nous le verrons dans les paragraphes suivants, il a raison de l’être.

  • 7 Un cas particulier, celui d’une nouvelle édition comme celle de Virgile en 1682 : le Père de La Ru (...)
  • 8 Phèdre était achevé d’imprimer depuis le 31 décembre 1674.

6Les « rétributions » semblent donc avoir tourné autour de 2 000 livres7, sans avoir été tout à fait proportionnelles à l’épaisseur et à la difficulté de chaque ouvrage, même si on peut les croire partiellement fondées sur ce critère ; aussi Montausier, furieux que « le sieur Béraud » ait présenté un Stace abusivement grossi, ne veut en dédommager que l’imprimeur : « pour l’avoir fait si gros je ne vois pas que [Béraud] mérite d’en avoir une récompense considérable ; pour les feuilles il est raisonnable qu’elles soient payées » (n° 150, septembre 1684). En tout état de cause, c’est Huet qui semble décider : « [Je vous prie] de me faire savoir ce que vous croyez qu’il faille donner au sieur Dacier, car je ne sais pas la grosseur de son ouvrage ; marquez-moi si c’est deux cents pistoles [2 000 livres] ou plus ou moins » (n° 77, 14 décembre 1676). Montausier est très attentif à ces paiements, car il en sait l’influence sur l’avancement de l’édition : « Je suis bien aise du paiement du sieur de L’Œuvre. Cela doit donner courage aux autres » (n° 28, 13 juin 1674) ; « Je suis bien aise que [l’ordonnance de M. Danet] ait fait un bon effet parmi nos commentateurs » (n° 39, 8 janvier 1675).8 Et tout au long de sa correspondance, comme nous l’avons déjà signalé, il avise Huet des paiements, chaque fois qu’il en fait parvenir la demande au ministre et qu’il obtient satisfaction.

7Quant à l’imprimeur, si l’on ne sait rien de la toute première estimation, en 1679 il devra être payé « pour un gros in-quarto jusques à 1 000 francs ; et pour les autres, cela doit être à proportion », ce qui implique moins de 800 francs pour Aurelius Victor et surtout « Dictys cretensis », « car ils sont fort petits et il faut songer à ne pas rebuter M. Colbert en payant trop largement » (Correspondance, n° 117, 27 septembre 1679). Même un très gros volume comme le Festus (644 pages paginées, auxquelles il faut ajouter seulement une quinzaine de pages liminaires, l’ouvrage ne comportant pas d’index) ne devrait pas coûter plus de 1 000 francs pour l’impression : Montausier y insiste, se retranchant derrière l’autorité de Colbert, et espérant s’en tirer à bon compte en obtenant pour l’imprimeur la continuation d’un privilège ancien pour un « livre sur le Nouveau Testament », en guise de compensation (n° 117), mais une semaine plus tard, Huet ayant bataillé ferme, il doit céder : « ... puisqu’il y a tant de difficultés à faire imprimer ceux dont vous me parlez, passe pour un ou deux d’aller au-delà de ce qu’on s’est fixé de donner. Pour les autres il ne faudra point du tout le passer, de peur que la conséquence n’arrêtât tout le reste. Ainsi, Monsieur, faites ce que vous trouverez à propos pour l’impression du Dictys, de l’Aurelius Victor et du Festus [...] » (n° 118, 3 octobre). Et de fait, si Aurelius Victor ne peut encore être payé (il ne sortira des presses que deux ans plus tard), Montausier, en sus de 800 livres déjà réglées, envoie pour Dictys 200 livres supplémentaires à Lambert Roulland, qui n’en touche que cent puisque, comme on l’a vu, Anne le Lèvre prélève pour prix de ses réclamations « dix pistoles » au passage. L’imprimeur aura donc touché 900 livres pour un peu plus de deux cents pages, soit guère plus de cinquante feuilles – il peut effectivement s’estimer content, surtout si l’on compare ce marché à ceux qui vont être conclus ensuite.

  • 9 Somme justifiée par le coût total supposé de l’impression (« pas plus de dix écus [trente livres] (...)
  • 10 Une difficulté se pose ici, dans la mesure où « dans l’usage ordinaire, quand on parle absolument (...)

8Désormais, Montausier fixe avec fermeté les termes des accords : « ...vous pouvez dire à Bénard qu’on lui donnera dix francs de la feuille de l’Aulu-Gelle » (Correspondance, n° 120, février 1680)9 ; il le rappelle à Huet en août 1681 (n° 132) pour faire taire les récriminations d’Anne Le Lèvre, à propos d’Aurelius Victor : « M. Colbert n’entend point autre chose, sinon de donner une rétribution pour l’auteur et une pistole [dix francs] de la feuille pour l’impression. » Celle-ci s’était plainte en effet (et elle n’avait pas tout à fait tort) que « la règle d’un louis d’or par feuille10 n’a[vait] été faite que longtemps depuis le marché de [Dictys et Victor] » (n° 127, 31 mai 1681).Or elle a avancé les frais d’impression de ce Victor pour lequel elle avait demandé en son nom personnel un privilège (commun aux deux historiens Victor et Eutrope), octroyé le 15 juin 1681 ; elle ne sera donc remboursée qu’à un tarif beaucoup moins avantageux que celui qu'elle a promis (et donné) à l’imprimeur. Devant l’insistance de Huet, qui défend sa protégée, Montausier finit par se fâcher : « Si vous avez fait quelqu’autre marché avec l’imprimeur, ç’a été ou sans mon approbation [sic], car je ne m’en souviens point, et vous savez qu’il y a longtemps que la chose est réglée à une pistole la feuille et qu’ainsi je ne pouvais pas aller au contraire » (n° 132, 9 août 1681).

  • 11 « L’état où est le sieur Crespin me faisant compassion, j’ai songé à ses intérêts, je lui ferai bi (...)

9Si l’on essaye d’étendre le calcul à l’ensemble des volumes, afin d’avoir une idée du coût global de l’opération, au tarif de 2 000 livres par volume pour les commentateurs, 1 000 pour l’imprimeur, on arrive à un minimum de 120 000 livres pour les dauphins, 60 000 pour les imprimeurs. Si l’on y ajoute quelques avances qui durent être faites inconsidérément ou, en tout cas, trop tôt – Montausier n’a-t-il pas fait payer ceux qui (à la différence des jésuites) en avaient besoin pour vivre ?11 – cela approche l’estimation qui en avait été faite dans les Mémoires de Huet (« plus de deux cent mille livres »). L’estimation prévisionnelle de 300 000 livres, rapportée par les Huetiana, se comprenait d’une entreprise qui aurait dû compter un beaucoup plus grand nombre de volumes. Seul l’examen des registres du Trésor royal nous permettrait de savoir ce qu’il en est exactement – ce travail reste à faire.

  • 12 D’autant que nous ignorons le tirage des volumes et le débit qu’en pouvait faire le libraire, et q (...)
  • 13 Voir également J. Sgard, « L’échelle des revenus », Dix-Huitième siècle, 1982, p.423-434, et Richa (...)

10S’il nous est impossible de mesurer ce que représente un tel paiement pour l’imprimeur12, que penser de cette somme moyenne de deux mille livres ou francs comme « rétribution » pour les dauphins ? Que représente-t-elle ? On retombe évidemment sur l’éternel problème des équivalences entre monnaie moderne et monnaie ancienne et surtout des comparaisons de pouvoir d’achat qui nous entraîneraient fort loin. Alain Viala donne toute une échelle de références, et conclut ainsi (p. 113) : « Pour faire socialement bonne figure, il fallait près de 3 000 livres par an au milieu du siècle, un peu plus de 4 000 à la fin ». Au début du xviiie siècle (et les prix ont peu évolué dans le dernier quart du xviie siècle) un professeur de collège parisien gagne mille livres par an (il gagnait moitié moins au milieu du xviie siècle), un membre de l’Académie des inscriptions deux mille – encore faut-il nuancer cela car certains postes honorifiques rapportent peu mais n’occupent guère et appellent d’autres activités plus lucratives.13 Sachant que la majorité des dauphins étaient en début de carrière et que plusieurs d’entre eux étaient enseignants, c’est sans doute à la première de ces comparaisons qu’il faut se fier : deux années de salaire pour un ouvrage qui les occupe au moins deux ans, mais sans doute guère plus et à temps partiel – ce n'était pas en effet si mal payé, d’autant qu’ils savaient d’avance que l’honneur d’avoir été dauphin les désignerait bientôt pour d’autres tâches, comme Charles de La Rue devenu professeur de rhétorique au collège de Clermont.

  • 14 H.-J. Martin, ouvr. cit., p. 917-919.
  • 15 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, p. 112 et 113.

11On peut aussi se référer au paiement par les libraires d’œuvres littéraires : elles se vendent mieux que les ouvrages d’érudition mais leurs auteurs n’ont pas toujours un statut social ou une notoriété qui leur permettent d’avoir des exigences élevées. Si Molière a obtenu 2 000 livres pour Tartuffe, c’est qu’on en espérait un bon rapport, pour toutes les raisons que l’on imagine. Henri-Jean Martin présente un certain nombre d’éléments chiffrés qui correspondent à des œuvres plus proches de celles qui nous intéressent14 : les six volumes in-12 de la traduction des Vies de Plutarque par François Tallemant, en 1666, lui rapportent 726 livres ; beaucoup plus avantageux, au moins en apparence, le marché passé par le régent de collège Thomas Guyot avec la veuve Thiboust et Pierre Esclassan en 1669 : 2 400 livres pour plusieurs volumes, sans doute assez minces : les traductions des Bucoliques de Virgile, des Captifs de Plaute, d’un recueil des plus belles lettres de Cicéron et de quatre livres des Géorgiques de Virgile – mais la somme est payable par tranches de 150 livres tous les six mois (elle est donc répartie sur huit ans !). Seul un Félibien peut se permettre d’obtenir 1 500 livres de la veuve Coignard pour la révision de ses Principes de l'architecture, peinture et sculpture. Des chiffres comparables sont fournis par Alain Viala : « Les traducteurs comme Perrot d’Ablancourt et Du Ryer, écrivains célèbres et pratiquant un genre en vogue, ne gagnaient ainsi que 500 livres par an en moyenne. Cela pouvait représenter un appoint de revenus intéressant, mais non une garantie de ressources suffisantes. » Il fallait être un Scarron pour tirer de ses œuvres plusieurs milliers de livres, et un Racine pour gagner 1 500 livres par an, « au cœur de sa carrière ».15

  • 16 Ms f. fr., n.a. 1197. Ce cahier permet de compléter le portrait de Huet que nous avons donné au ch (...)
  • 17 Il n’a reçu non plus aucune gratification particulière pour ses quatre-vingts pages de notes sur M (...)
  • 18 En 1690, Huet, devenu évêque d’Avranches, devra (et pourra) débourser 23 451 livres.

12Un dernier élément de comparaison est fourni par le cahier de comptes de Huet, soigneusement tenu et conservé, en excellent état, à la Bibliothèque nationale de France16 : le sous-précepteur (qui ne reçoit rien pour la direction de la collection17) a des appointements de 6 000 livres par an (généralement payés avec retard, soit globalement pour l’année, soit par « quartiers ») ; la gratification royale, que lui vaut son inscription sur la fameuse liste de 1662, est de 1 500 livres. En 1675 ses dépenses s’élèvent à 4 854 livres, en 1676 à 5 976 livres, en 1677 à 5 376 livres, en 1678 à 6 399 livres : durant son préceptorat, il est logé à Versailles, mais il entretient toujours une maison à Paris, et pour paraître à la cour, ses frais sont certainement relativement élevés. Les années 1679 et 1680 voient une brusque augmentation de ses dépenses : 11 474 et 13 654 livres ; il a alors reçu l’abbaye d’Aulnay. L’année 1681, où Huet n’est plus censé résider aussi constamment à la cour, les voit revenir presque au niveau antérieur : 7 397 livres.18 Parmi les différents chapitres de dépense pour cette année 1681, on notera le plus élevé, 1 076 livres de carrosse, et les plus modestes, 77 d’achat de livres, 47 de chandelle. La dépense pour les habits s’élève à 1 001 livres en 1680, pour tomber à 313 en 1681, mais bientôt remonter à plus de 700 pour les trois années suivantes, l’achat de livres oscillant quant à lui de 1 145 livres (1682) à 300 (1685). Les deux mille francs que touchent les dauphins pour un gros in-quarto représenteraient donc de 30 à 40 % de ses dépenses annuelles, et constituent une somme importante même dans le budget du sous-précepteur qui, d’origine modeste, est un homme sans fortune, mais n’en tient pas moins un rang considérable dans la république des lettres. Pour des jeunes gens qui ne disposent encore d’aucune place lucrative, et même pour des professeurs de collèges royaux comme Goduin, Pyron ou Cally, la somme est considérable. Le labeur intellectuel n’a donc pas été méconnu, et sur ce point les Mémoires de Huet, en parlant de « rémunération honorable », ne trompaient pas.

L’IMPRIMEUR MAÎTRE DU JEU ?

13Si nous avons jusque-là privilégié les auteurs traités, les directeurs et les commentateurs, c’est que nous disposions sur les uns et les autres de beaucoup de témoignages directs ou indirects. Le rôle essentiel de l’imprimeur ne nous apparaît qu’à contre-jour, et sans doute faudrait-il des recherches dans les archives pour en connaître davantage et compléter l’histoire matérielle de la collection, dont nous ne pouvons présenter qu’une ébauche.

14C’est Elzevier qui, selon Chapelain, est pressenti le premier par Montausier, à une date antérieure à mars 1669 (Correspondance, n° 2) ; il voit immédiatement le profit qu’il pourrait en tirer (ibid.). Mais, pour les raisons que nous avons déjà dites, il est impératif de se tourner vers un libraire français – ce sera Frédéric Léonard, dont on dit parfois qu’il est le libraire chargé de la collection ; c’est en fait le premier retenu pour les auteurs (Pralard ayant fait paraître dès 1673 le premier dictionnaire de Danet), celui qui est chargé du plus grand nombre de volumes, et dont l’activité s’étend du début à la fin de la collection. Mais il est loin d’en avoir l’exclusivité, ainsi que le rappelle Montausier : « C’est une vision de craindre que Léonard ait retiré ce privilège [celui des Panegyrici veteres\, car cela n’est point, et même on n’avait pas voulu le sceller sans avoir la promesse ; et quelle apparence y a-t-il que Léonard eût retiré un privilège qui est sous le nom de Bénard et qu’en aurait-il pu faire, n’ayant pas l’ouvrage en son pouvoir » (Correspondance, n° 69, 4 mai 1676). Difficultés et profits ont en fait été partagés (très inégalement) entre une dizaine d’imprimeurs :

  • 19 Un certain nombre de volumes porte : Fédéric Léonard ; cette forme est ainsi commentée par Georges (...)

15Frédéric Léonard19 : Florus (1674), Phèdre (1674), Salluste (1674), Térence (1675), Cornelius Nepos (1675), Velleius Paterculus (1675), Justin (1676), Claudien (1677), Quinte-Curce (1677), Plaute (1679), Manilius (1679), Lucrèce (1680), Tite-Live (1682), Juvénal et Perse (1684), Catulle, Tibulle et Properce (1685), Apulée (1688), Horace (1691) [17 ouvrages]

16Veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan : Valère Maxime (1679), Dictionnaire français-latin (1683), Tacite (1683 ou 1687), Cicéron, Ad artem oratoriam (1687), Prudence (1687), Cicéron, Opera philosophica (1689) ; Magnum dictionarium latinum et gallicum (1691), Dictionarium antiquitatum (1698) [8 ouvrages]

17Simon Bénard : Virgile (1675), Panegyrici veteres (1676), Aulu-Gelle (1681) ; nouvelle édition de Virgile (1682) ; Veuve Simon Bénard : nouvelle édition de Virgile (1699) ; en association avec D. Thierry, Cicéron, Orationes (1684) et Epistolæ (1685) [5 ou 7 ouvrages]

18Lambert Roulland : Boèce (1680), Dictys et Darès (1680), Festus (1681), Stace (1685) [4 ouvrages]

19André Pralard : Novum dictionarium latinum et gallicum (1673), Radices (1677)

  • 20 F. Saby a remarqué que ce volume avait fait l’objet d’une édition partagée entre Pralard (qui béné (...)

20Suétone (1684)20 [3 ouvrages]

21Antoine Cellier : Martial (1680) ; Veuve Antoine Cellier : Eutrope (1682) [2 ouvrages]

22Pierre Le Petit : César (1678)

23Denis Thierry : Aurelius Victor (1681) [voir aussi Veuve Simon Bénard]

24François Muguet : Pline (1685)

25Anissons, Posuel et Rigaud (Lyon) : Ovide (1686 et 1689)

26A.-U. Coustelier : Pline, seconde édition (1723, in-folio).

27J. Guérin : Ausone (1730).

  • 21 Chapelain, Correspondance, t. II, p. 711 (lettre 476 du 25 novembre 1670).

28Cette distribution a-t-elle procédé d’un choix concerté ? Elle semble en fait (et cela n’étonnera personne) avoir résulté d’un compromis entre une volonté ferme à l’origine et des accommodements particuliers. Il est certain qu’au départ, Léonard est choisi ; il est très estimé de Chapelain, et on peut penser que cela seul suffit : c’est « un des plus accommodés et des plus fameux libraires de Paris, avec lequel il n’y a pas le moindre soupçon de dol ni tromperie ».21 Il est chargé en 1671 de l’impression des suppléments de Tite-Live (Correspondance, n° 11), et son retard ne semble alors dû qu’au souci de bien faire. L’estime dans laquelle on le tient se traduit par l’obtention d’un privilège ainsi rédigé dans le premier ouvrage imprimé (Florus) :

  • 22 Nous avons, dans la mesure du possible, strictement respecté et l’orthographe et la typographie.

Ayant fait choix de nostre bien amé Frédéric Leonard nostre imprimeur pour mettre sous la Presse les anciens Autheurs Latins, Historiens, Poëtes, & autres, sur lesquels on a fait des Commentaires et des Notes pour l’instruction de notre fils le Dauphin, des quels Autheurs le Terence, le Plaute, le Phedre, le Salluste, le Tite Live, le Florus sont ent estat d’estre imprimez. Et ledit Leonard Nous ayant fait tres-humblement remontrer le prejudice qu’il recevroit si apres les tres grands frais qu’il doit faire pour l’impression de ces Livres, d’autres entreprenoient de les contrefaire, ce qui pourroit arriver si nous ne luy accordions nos Lettres de Privilege sur ce necessaires. À ces causes desirant traiter favorablement le dit Leonard, & empescher qu’il ne soit frustré de son labeur, & des grandes dépenses qu’il luy convient de supporter pour lesdites impressions ; Nous lui avons permis & accordé, permettons et accordons d’imprimer ou faire imprimer, vendre et debiter lesdits Livres dans tous les lieux de nostre obéissance [...]22

  • 23 D’après le registre des privilèges (BNF, ms f. fr., n° 21739), le privilège registré le 10 septemb (...)

29Telle est la formule par laquelle est consacrée et garantie la propriété de Léonard sur les ouvrages. S’y retrouve, outre la définition de la mission assignée à la collection, la mention des frais énormes engagés pour l’impression (elle est loin d’être de rigueur dans pareilles formules). Le programme de publication paraît établi clairement. Mais on ne doit pas s’y fier aveuglément : ce privilège, octroyé le 20 août 1674, est censé avoir été registré le 10 septembre 1674 et comporter le nom de six auteurs ; mais le privilège du Salluste (1674), qui porte les mêmes dates, y ajoute le nom de Cornelius Nepos ; ceux de Térence et de Cornelius Nepos (1675), le nom de Lucrèce ; le Justin (1676) ajoute son propre nom mais néglige Lucrèce – on en est donc à huit, qui deviennent onze dès 1677, dans le Claudien qui fait mention de lui-même et cite aussi Velleius Paterculus et QuinteCurce ; le Juvénal se met lui-même à la suite en 1684, le Catulle en 1685, l’Apulée en 1688, tandis que le Manilius (1679) n’apparaît que dans un « extrait de privilège » pourtant affecté des mêmes dates. Le privilège semble donc avoir été extensible – ou plutôt les différents auteurs qui y figurent y sont inscrits nommément après coup. On ne saurait donc voir dans la publication par Léonard d’Apulée en 1688 et d’Horace en 1691 la preuve d’une activité continue au service de la collection Ad usum Delphim – il s’agit en fait d’un prolongement du privilège initial.23

  • 24 Outre Pralard, éditeur attitré des oratoriens, ainsi recommandé dès 1673 pour des travaux savants (...)
  • 25 Montausier ne montre aucune aménité particulière pour cet imprimeur, qui fournit cependant à la da (...)

30En tout cas il n’a pas été, aux débuts de la collection, le seul libraire sollicité24 : dès 1675, Pour un ouvrage aussi important que le Virgile, on préfère Simon Bénard à Léonard, ainsi que pour les Panegyrici veteres (1676) et Aulu-Gelle (1681) – mais le point commun entre ces ouvrages et les suivants (deux Cicéron) est clair : ils sont tous les cinq (tous les sept si l’on tient compte des rééditions de Virgile) dus à des jésuites, dont Simon Bénard était l’imprimeur attitré pour les ouvrages scolaires qui alimentent leurs collèges. Ainsi se trouve confirmé le poids des jésuites dans l’entreprise : ils ont la possibilité de choisir leur libraire, et ils se tournent vers celui avec lequel ils ont l’habitude de travailler.25

  • 26 Serait-ce par compensation qu’on lui octroie le Suétone en 1684 ?

31La plus lourde charge (après Léonard) revient à l’association Veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan : ce sont manifestement eux qui, à partir de 1679, ont la confiance des directeurs, et pour les dictionnaires de Danet (Pralard avait obtenu les deux premiers26), et pour les auteurs ; pour ces derniers, sur les cinq titres, quatre sont dus à des jésuites – mais rapportés à l’ensemble, ils ne constituent que la moitié de la production dauphine des deux libraires associés ; on ne saurait donc guère en tirer de conséquence. Autre intervention massive, mais plus concentrée dans le temps, celle de Lambert Roulland : ses quatre titres paraissent entre 1680 et 1685. Or on a commencé dès octobre 1674 à se plaindre des lenteurs de Léonard, Montausier ayant dû alors se poser en arbitre (Correspondance, nos 30 et35). Il doit alors surtout négocier l’ensemble de l’opération ; il se montre très circonspect, car l’appétit de Léonard lui paraît démesuré :

Je lui écris là-dessus et lui mande de venir, et pour cela, et pour voir quels auteurs il pourra imprimer, voulant les lui donner tous s’il les peut faire, mais à des conditions, pour en avancer l’impression, et s’il y manque en la moindre chose, je les lui ôterai. Je crois bien qu’il ne les saurait tous faire, je le lui veux faire comprendre, lui donner le choix des auteurs qu’il pourra imprimer, et régler toutes choses pour avancer tous ces ouvrages. (Correspondance, n° 35,19 novembre 1674.)

  • 27 Dont le Plaute ne sortira que quatre ans plus tard. Cet ouvrage a aussi la particularité, signalée (...)

32La suite ne semble pas montrer d’amélioration : les autres libraires pressentis (on ne sait quels ils sont) n’ont manifesté aucun enthousiasme : « Je m’en suis étonné autant que vous » (Correspondance, n° 37, 14 décembre 1674). En janvier 1675, en raison du mécontentement du Sieur de L’œuvre27, la question se pose de nouveau, mais les responsabilités semblent en fait être partagées : « Vous savez que la conduite de ceux qui ont travaillé sur nos auteurs a rendu Léonard encore plus orgueilleux et plus difficile. Je ne sais comment faire, et je ne crois pas cependant qu’il faille recourir à l’Imprimerie royale ; qu’ils tâchent encore de trouver des imprimeurs, et de mon côté j’y songerai » (n° 39). La situation n’évolue guère en dix-huit mois : « Je suis au désespoir de toutes les lenteurs de Léonard, cependant qu’y pouvons-nous faire ? Trouvez un bon remède et je le pratiquerai » (n° 42,17 mars 1675) ; « Pour l’impression de nos auteurs il faudra faire ce qu’on pourra, et si l’on ne trouve pas d’imprimeur présentement qui s’en veuille charger, il n’y a qu’à prendre patience » (n° 72, 29 juin 1676) – mais au moins Léonard a-t-il eu l’année précédente des circonstances atténuantes qui semblent trouver grâce aux yeux de Montausier : « Je suis très fâché de l’état où vous me mandez qu’est Léonard et pour l’amour de lui et à cause de tous nos ouvrages » (n° 48, 29 juin 1675). La présentation des ouvrages à la cour, à l’automne 1675, avait suscité chez l’imprimeur un regain d’activité, ou du moins de promesses : le 8 octobre, Léonard a apporté à Montausier « cinq de nos auteurs tous reliés », et en promet deux de plus pour la Toussaint (n° 53), puis pour la Saint-Martin (n° 55, 7 novembre 1675). On a vu dans le chapitre III quels en furent les effets : si Cornelius Nepos n’eut que quinze jours de retard, Justin ne devait sortir qu’un an plus tard... N’avaient pu vraisemblablement être présentés que les cinq premiers auteurs de Léonard, ainsi que le Virgile achevé par Simon Bénard.

33Les conséquences en sont tirées : on envisage un autre imprimeur que Léonard pour le Tite-Live, qui s’annonce volumineux (Correspondance, n° 76, 17 novembre 1676). Mais un mois plus tard, il n’en est plus question car il se dit prêt à faire avancer le travail : on se félicite alors de « la bonne volonté de l’imprimeur » et Montausier invoque explicitement la « longueur » des délais imposés par les dauphins (n° 78, 22 décembre 1676), Léonard ayant déclaré qu’il attendait et Tite-Live, et Sénèque le Tragique, et Juvénal et Perse (n° 77, 14 décembre 1676).

  • 28 Voir G. Lepreux, ouvr. cité, p. 310-312. On apprend ainsi, grâce à une enquête de police (BNF, ms (...)

34Sans doute avons-nous là la reprise de l’antienne entre auteurs et imprimeurs, les premiers déplorant les lenteurs des seconds, moins bien placés pour se faire entendre et expliquer des difficultés matérielles dans lesquelles les auteurs ont leur part de responsabilité. Ces retards sont sans doute d’autant plus sensibles que Léonard, tout en étant propriétaire de presses, ne les utilisait pas personnellement, faisant par exemple travailler l’imprimeur Le Cointe.28 Et les faits ont été suffisamment graves pour qu’on souhaite trouver d’autres solutions, et surtout ne plus dépendre d’une officine unique.

  • 29 En 1678, Crespin avait envisagé de faire imprimer son Ovide « à Genève ou à Berne » (n° 99, 15 nov (...)
  • 30 Un privilège de cinquante ans pour la publication des œuvres de saint Augustin par les bénédictins (...)
  • 31 Privilège de six ans du 15 juin 1681, registré le 23 juillet 1681.

35On a donc fait appel à d’autres libraires, que l’on a ménagés (Montausier adressant à Roulland deux cents pistoles de plus pour le Dictys, au grand dam d’Anne Le Lèvre, Correspondance, n° 59, mai 1681), sans qu’il soit question doter à Léonard les auteurs pour lesquels il disposait d’un privilège. D’où la dispersion que l’on observe à partir de 1680, puisqu’aux trois éditeurs principaux s’en ajoutent deux autres, l’association lyonnaise des Anissons, Posuel, Rigaud, et François Muguet. Le choix des Lyonnais s’explique manifestement par la proximité avec Lausanne, où résidait Crespin29 (qui signe « Helvetius »), et par l’influence croissante des Anissons, qui trouvaient là une magnifique occasion de prouver leur savoir-faire, nécessaire pour satisfaire leur ambition d’accéder à la reconnaissance parisienne. Quant à Muguet, on remarquera qu’il est l’éditeur attitré des bénédictins30 ; il semble donc particulièrement qualifié, voire réputé pour une publication aussi savante que le Pline d’Hardouin. Denis Thierry, libraire préféré des franciscains, figure également dans cette liste grâce à Anne Le Fèvre, qui se voit remettre un privilège personnel pour Eutrope et Aurelius Victor31 ; elle le cède par moitiés à la veuve Antoine Cellier (Eutrope), Antoine Cellier s’étant occupé de Martial l’année précédente, et à Denis Thierry (Victor).

  • 32 Voir Henri-Jean Martin, ouvr. cité, p. 708-720.

36Prudente diversité donc, et diplomatique répartition du travail et des bénéfices entre des libraires reconnus. Mais aussi savant équilibre qui répond à ce que nous avions observé chez les dauphins, parmi lesquels on trouve des jésuites, un janséniste, des protestants... Tous ces imprimeurs ont des sympathies certes sans exclusive, mais qui les « marquent » tout de même : Pierre Le Petit, responsable du César, est un janséniste notoire ; Muguet fut connu un temps pour ses positions ultramontaines, mais il devait se distinguer comme typographe de l’archevêque de Paris ; Antoine Cellier, protestant, et sans doute pour cette raison en relation avec Anne Le Fèvre, était réputé pour être un des imprimeurs attitrés des jansénistes.32 Quant à Léonard, s’il faisait imprimer à l’étranger les Provinciales de Pascal, c’est peut-être moins en raison de sentiments favorables aux jansénistes que dans l’espoir de réaliser une bonne affaire. En tout état de cause, l’entreprise Ad usum Delpbini, une fois de plus, n’apparaît pas comme idéologiquement orientée ou gouvernée par un réseau plus ou moins occulte. Elle représente un compromis habile, ou encore la réunion de volontés et surtout de sensibilités parfois antagonistes – mais surtout il est une fois de plus prouvé qu’elle ne représente pas une quelconque instance officielle ou l’émanation d’un pouvoir monolithique. S’y retrouvent, peu ou prou, toutes les nuances de la société du Grand Siècle, traversée de courants de pensée qui n’empêchent pas les uns et les autres de travailler ensemble.

PRÉSENTATION ET HARMONISATION

  • 33 Celles-ci sont jugées si importantes que d’Olivet reprend le modèle de Virgile pour sa propre édit (...)
  • 34 La légende d’Arion sauvé par des dauphins qu’avait attirés son chant est une des plus connues de l (...)
  • 35 Conformément à ce qu’évoquait Montausier dans une lettre à Huet du 15 octobre 1674 (Correspondance (...)

37Compromis encore que les caractéristiques formelles qui contribuent à donner son unité à la collection et n’ont pas la stricte régularité à laquelle le public d’aujourd’hui est habitué. Depuis la page de titre, dont il faudrait étudier en détail le contenu et la disposition, les « planches »33, le frontispice, jusqu’aux index disposés sur deux ou trois colonnes, c’est la définition même de la collection qui est en jeu. Le frontispice a une importance particulière. En effet, il comporte des caractéristiques générales : la présence de la devise Trahitur dulcedine cantus, inscrite dans un souple bandeau dans la partie gauche ; le motif d’Arion jeté à la mer par les matelots et trouvant près de lui le dauphin qui va le sauver34, le tout placé dans un cadre surmonté des armes du Dauphin, accompagnées des attributs des arts et des sciences et soutenu par deux divinités marines qui présentent un médaillon ; on y lit, à défaut d’une médaille représentant « le buste » de l’auteur, son nom.35 Mais il ne s’agit absolument pas d’un motif aveuglément réemployé d’un ouvrage à l’autre : on trouve des signatures différentes (Edelinck, Langlois...), des variations sur la disposition de la devise et sans doute aussi sur la qualité de la gravure, qui s’impose néanmoins de manière générale par sa finesse (jusque sur les flancs du bateau ou le détail des flots déchaînés). Sans anticiper sur ce que pourrait être une analyse approfondie de ce frontispice, on remarquera qu’il se caractérise par son animation : le dauphin représente le seul élément stable d’une scène saisie sur le vif, traversée par la violence des matelots et de la mer, renforcée par le déséquilibre d’Arion prêt à tomber dans les flots. L’intérêt de Montausier pour le frontispice nous rappelle que cette page d’ouverture a valeur d’emblème, avant d’être le premier signe de reconnaissance de la collection.

38Quant à la disposition sur la page et à l’organisation générale du volume, il est certain qu'elle était essentielle aux yeux des directeurs de la collection. Montausier le rappelle quand Crespin, loin de Paris, propose de faire imprimer Ovide à Genève ou à Berne :

J’écris au sieur Crespin, Monsieur, suivant votre sentiment que je veux bien qu’il fasse imprimer son ouvrage à Genève ou à Berne, mais à condition qu’il sera semblable en tout aux impressions de Paris et qu’il m’en envoiera [sic] une épreuve pour en juger sur laquelle je lui manderai mon sentiment. Je manderai à Léonard ce que vous trouvez à propos sur le sujet des caractères dont il se doit servir. (Correspondance, n° 99,15 novembre 1678.)

39Cette attention au détail comme à la vision d’ensemble ne pourrait-elle, elle aussi, être considérée comme une des caractéristiques de la collection ?

LES QUESTIONS DE MISE EN TEXTE

Frédéric Saby

40Une première constatation s’impose quand on s’intéresse à la mise en texte, l’apparente unité d’ensemble de la collection, qui saute aux yeux dès qu’on en ouvre un des volumes : le texte en haut de page, puis l'interprétatio, enfin, en bas de page, les notæ. Cette présentation, commune à tous les volumes, est d’ailleurs un des facteurs importants de l’unité formelle de la collection, avec le format inquarto et le frontispice gravé. Mais cette unité n’est qu’apparente et, en réalité, si l’on s’attache de plus près à quelques éléments matériels de la présentation du texte, on se rend compte que de nombreux cas particuliers se présentent. Leur interprétation pose, de ce fait, certains problèmes qui font peut-être de cette collection un exemple caractéristique de l’évolution des mises en texte au xviie siècle.

41À cet égard, du reste, la collection Ad usum Delpbini constitue un corpus de référence intéressant : un nombre de textes important et des auteurs de l’Antiquité pour lesquels on dispose généralement d’éditions assez nombreuses, aux xvie et xviie siècles, pour autoriser les comparaisons.

L’exemple des indices : le problème de la numérotation des lignes

  • 36 Par exemple, dans son édition du Plaute (1679), Jacques de L’Œuvre expose : « Editionem banc autor (...)

42Les textes de cette collection sont destinés à l’étude. De ce fait, ils sont munis, outre l'interpretatio et les notæ, d’un ensemble d’éléments destinés à faciliter la fréquentation du texte par le lecteur, fréquentation qui peut soit relever de l’apprentissage de la langue latine, soit de l’acquisition de connaissances historiques, géographiques, etc. À cet effet, presque tous les volumes sont pourvus d’abondants indices et, en particulier, d’un énorme index vocabulorum, qui recense la totalité des mots du texte étudié. Montausier et Huet, du reste, semblaient accorder une grande importance à la présence de ces indices pour mener à bien leur travail de pédagogues. Dans une lettre à Huet du 15 mai 1674 (Correspondance, n° 22, passage cité), Montausier fait état de cet intérêt, que les commentateurs dauphins ont souvent repris, dans leur préface ; aussi présentent-ils l'index vocabulorum comme faisant partie de la conception d’ensemble de l’ouvrage, au même titre que l’interprétatio ou les notæ.36

43Mais l’utilisation d’un index nécessite un système de repérage dans le texte qui soit à la fois précis, rapide et facile d’utilisation. Le meilleur système étant la numérotation des lignes, c’est celui qui est adopté dans la majorité des volumes de la collection. La marge du texte est utilisée dans ce but, avec toutes les variantes en usage à l’époque : marge extérieure, marge gauche, marge droite. Dans un cas, l’imprimeur (Léonard) a utilisé la marge intérieure : il s’agit du Justin commenté par Pierre Joseph Cantel, mais pour une raison matérielle facile à comprendre ; la marge extérieure est utilisée pour de nombreuses autres mentions : titre du chapitre en italiques et, en regard d’un événement exposé par Justin, mention de l’année de l’événement dans quatre styles, depuis le commencement du monde, du début des Olympiades, ab Urbe condita, avant l’ère chrétienne. Pour éviter de surcharger l’ensemble, garder à la page sa lisibilité et conserver à la numérotation des lignes sa fonction avant tout pratique, celle-ci a été reportée dans la marge intérieure.

44L’édition de Suétone (1684) présente une particularité : les lignes ne sont numérotées qu’à partir de la page 145, c’est-à-dire à partir de la première page du cahier signé T. L’imprimeur (Frédéric Léonard) avait probablement oublié qu’il fallait numéroter les lignes !

45Dans quatre cas, les lignes ne sont pas numérotées : il s’agit du Florus (Frédéric Léonard, 1674), du Salluste (Frédéric Léonard, 1674), du Valère Maxime (veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan, 1679) et du Tacite (veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan, 1682). Pour Salluste et Florus, on pourrait imaginer que, parce qu’ils ont été imprimés très tôt dans la production de la collection, l’ensemble des systèmes de repérage n’était pas encore au point, d’autant que Léonard montrera quelques années plus tard qu’il est capable de négligence en la matière !

46Pourtant, dans trois cas sur les quatre cités, l'index vocabulorum, le plus volumineux, donc celui qui nécessite également le plus de précision dans le système de repérage, renvoie aux numéros de pages et aux numéros de lignes. Dans le dernier cas, le Tacite de 1682, l’absence de numérotation des lignes tient probablement à une autre explication. Le commentateur dauphin, Julien Pichon, a utilisé pour son texte la division en chapitres courts avec la numérotation de ces chapitres telle qu'elle a été proposée par Janus Gruter en 1607. Cette numérotation permet un repérage du texte précis, dont se sert l’index en renvoyant au numéro du livre et au numéro du chapitre dans le livre. La numérotation des lignes ne se justifie donc pas.

L’exemple du mode de division du texte

  • 37 Nous évoquons plus loin le cas des textes de théâtre.
  • 38 On exclura également pour des raisons évidentes Festus, constitué par une suite de lemmes, ainsi q (...)

47La question de la division du texte, en chapitres, ou chapitres et paragraphes, pour les volumes de la collection, appelle également un commentaire. Si l’on exclut les textes en vers (donc les deux derniers auteurs, Horace en 1691 et Ausone en 1730)37, pour lesquels cette division est sans objet, pour ne retenir que les textes en prose38, la période de référence s’étend de 1674 (Salluste) à 1689 (Opera philosophica de Cicéron). Vingt-trois volumes sont donc étudiés ici. On peut distinguer quatre catégories dans la collection : les textes sans aucune division ; les textes divisés en chapitres mais sans alinéa (par exemple avec un numéro en marge) ; les textes divisés en chapitres courts (numérotés ou non) ; les textes divisés en chapitres et paragraphes.

48Quatre textes sont édités sans aucune division : Salluste (Frédéric Léonard, 1674), Dictys de Crète et Darès de Phrygie (Roulland, 1680), les Epistolæ ad familiares de Cicéron (Denis Thierry et veuve Simon Bénard, 1685), Apulée (Frédéric Léonard, 1688). Ils sortent des presses de trois imprimeurs différents à des dates réparties sur toute la période de référence. La grande majorité des textes de la collection sont donc divisés (chapitres et paragraphes), mais avec des présentations qui varient beaucoup dans leur aspect visuel.

49Quatre textes sont divisés en chapitres mais sans retour à la ligne. Il s’agit de César (Pierre Le Petit, 1678), Tite-Live (Frédéric Léonard, 1679), Boèce (Roulland, 1680) et Tacite (veuve Claude Thiboust et Pierre Esclassan, 1682). Les divisions sont marquées par un artifice de présentation dans certains cas : une espace typographique large, avec mention du numéro de chapitre en marge (César) ou sans numéro (Boèce) ; un astérisque avant le premier mot du nouveau chapitre, numéroté en marge (Tite-Live). Le cas de Tacite ne présente aucun artifice typographique ; la division en chapitres est marquée par la numérotation en marge, en regard de la ligne où commence la division.

50Les textes avec une division en chapitres clairement marquée par un retour à la ligne sont au nombre de dix, aux deux extrêmes de la période, de 1674 à 1689. Il s’agit, dans l’ordre chronologique, des volumes suivants : Florus (Léonard, 1674), Cornelius Nepos (Léonard, 1675), Velleius Paterculus (Léonard, 1675), Panegyrici veteres (Simon Bénard, 1676), Justin (Léonard, 1677), Quinte-Curce (Léonard, 1678), Aulu-Gelle (Simon Bénard, 1681), Eutrope (veuve A. Cellier, 1683), Suétone (Léonard, 1684), Opera philosophica de Cicéron (veuve Thiboust et Pierre Esclassan, 1689). Là encore, pas de conclusion simple à tirer, même si l’on peut remarquer que quatre volumes imprimés par Frédéric Léonard en trois ans, de 1674 à 1677, entrent dans cette catégorie.

51Un volume enfin, le Valère Maxime imprimé par la veuve Thiboust et Pierre Esclassan en 1679, présente une double division, en chapitres eux-mêmes paragraphés. Les paragraphes sont marqués par un retour à la ligne, avec renfoncement de la première ligne. Ils sont numérotés en chiffres arabes après le renfoncement, avant la première lettre du paragraphe. Chaque paragraphe numéroté est lui-même divisé en alinéas avec renfoncements de lignes. Les divisions sont celles qu’adoptent les éditions modernes de Valère Maxime.

52Pour essayer de comprendre les origines de ces disparités, comparons les différents textes de la collection avec des éditions contemporaines ou, lorsque les préfaces livrent des éléments explicites à cet égard, avec les éditions qui ont pu servir aux commentateurs dauphins pour établir leur propre texte.

  • 39 Voir l’exemplaire de la bibliothèque municipale de Grenoble, F 356.
  • 40 Voir l’exemplaire de la bibliothèque municipale de Grenoble, E 14798

53Dans sa préface des Panegyrici veteres, Jacques de la Baune fait explicitement référence à l’édition de Claudius Puteolanus, c’est-à-dire Claude Dupuy, imprimée à Paris chez Simon Piget en 1655.39 Cette édition donne un texte présenté exactement de la même manière que le sera l’édition Ad usum Delphini. L’exemple de Justin est intéressant également. Chaque livre est divisé en chapitres courts (un à deux par page), commençant, à la ligne, par un renfoncement et le numéro du chapitre en chiffres romains, précédé de CAPUT ou CAP. La comparaison avec d’autres éditions contemporaines montre la même disposition du texte. On la retrouve, avec les mêmes séparations, par exemple, dans la recension de Matthias Bernegger, imprimée par Jean-Joachim Bockenhoffer à Strasbourg en 1653.40 Cette division est celle en usage, comme l’explique Bernegger dans sa préface (datée de 1631) : « Ea est tmematum sive capitum bactenus usitatorum in tmematia divisio, quos vulgo appellant » (C’est la division en unités de sens des unités ou des chapitres jusqu’à présent en usage, comme on les appelle généralement). La même disposition du texte est reprise dans l’impression d’Amsterdam par Louis et Daniel Elzevier (1659) avec les notes de Bernegger. L’édition Ad usum Delphini n’est donc pas originale. Elle est conforme à celles qui l’ont immédiatement précédée.

  • 41 Je remercie Albert Léonard d’avoir appelé mon attention sur cette particularité du texte de Quinte (...)
  • 42 Voir par exemple l’édition d’Henri Bardon, Paris, Les Belles Lettres, 1947 (Collection des univers (...)

54En revanche, le cas du Quinte-Curce imprimé par Frédéric Léonard (1678) pose un problème particulier.41 Il s’agit d’un texte dont les livres ont été clairement divisés en chapitres, avec retour à la ligne et renfoncement de la première ligne. Le numéro du chapitre est en chiffres romains, sur la première ligne, après le renfoncement. L’édition est due à Michel Le Tellier qui, dans la préface, reconnaît sa dette envers ses prédécesseurs, et notamment envers Schrevelius, qui a édité un Quinte-Curce imprimé par les Elzevier. Pourtant, si l’on compare les deux textes, on se rend compte que les divisions ne sont pas les mêmes. Le texte proposé par Schrevelius est, lui aussi, divisé en chapitres, mais beaucoup moins nombreux que ceux de Michel Le Tellier. Le livre III est divisé en trente-cinq chapitres par Le Tellier, quand Schrevelius n’en donne que treize, tout comme, d’ailleurs, les éditions actuelles.42

  • 43 n usum Delphini novam Curtii editionem adornavit Mich. Tellerius, Paris. 1678. 4 proelo iterum sub (...)

55Fabricius, dans sa Bibliotheca latina, remarque cette particularité et la dénonce, jugeant qu’elle rend l’édition incommode.43 Il est donc probable que l’initiative de diviser le texte de cette manière est due à Michel Le Tellier. Pour quelle raison ? Lui-même ne s’en explique pas dans sa préface, mais on peut faire l’hypothèse qu’il a voulu de la sorte faire œuvre de pédagogue, en donnant à lire des unités de sens courtes, donc plus faciles à isoler, et à comprendre.

  • 44 Voir, par exemple, la page paire blanche, en regard de la p. 441 où commence le livre III.
  • 45 Voir à cet égard l’introduction de l’édition Budé (Collection des universités de France) par Henri (...)
  • 46 Voir l’exemplaire de la BNF, J 3650.
  • 47 Voir l’exemplaire de la BNF, J 1023.
  • 48 Voir l’exemplaire de la BNF, J 3658.

56Le Suétone imprimé par Pralard (édition partagée avec Léonard) en 1684 offre au lecteur une présentation très claire et très soignée. Le début des livres se fait toujours en belle page, y compris lorsque la page paire en regard de celle-ci est blanche44, précédé, le cas échéant, d’un grand cul-de-lampe sur bois. Le texte est divisé en chapitres avec la mention caput suivie du numéro de chapitre en chiffres romains. L’ensemble est centré sur la page. Chaque début de chapitre est marqué par une grande capitale ; le début de chaque livre présente une lettre ornée. Or, la division du texte de Suétone en chapitres est ancienne. Elle est due aux grammairiens du xve siècle et fut consacrée par Erasme dans son édition de 1518 (Bâle). Érasme, du reste, est le premier à avoir numéroté les chapitres.45 Cette division est effectivement reprise par toutes les grandes recensions du xviie siècle : Isaac Casaubon, dont la recension est imprimée en 159546 et reprise en 161047 ; Graevius, avec les commentaires de Laevinus Torrentius, Isaac Casaubon, Theodore Marcilius, François Guyetus et l’index de Matthias Bernegger ; cette édition a été imprimée en 1672.48 Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, que l’édition Ad usum Delphini ait repris cette division, en la présentant encore plus clairement. Le but pédagogique de l’édition n’est certainement pas étranger à cette clarté de présentation. Le commentateur dauphin Auguste Babelon expose d’ailleurs, dans la préface Ad lectorem, sa dette envers ses prédécesseurs (Torrentius, Casaubon, Graevius).

  • 49 Je remercie Edith Flamarion, qui a appelé mon attention sur ce point.
  • 50 Bibliothèque municipale de Grenoble, E 17615.
  • 51 Bibliothèque municipale de Grenoble, B 1562.

57L’édition de Florus (Léonard, 1674) est également divisée en chapitres. Au détour d’une note, Anne Le Fèvre évoque cette question.49 Au chapitre X du livre premier, le sujet du verbe, dans la première phrase, est sous-entendu : Pulsis ex Urbe regibus, prima pro libertate arma corripuit (Après avoir chassé de Rome les rois, pour la première fois il prit les armes pour la liberté). Comme on est en début de chapitre, il y a une ambiguïté à lever et Anne Le Fèvre pose la question en note : Quis corripuit ? (Qui les a prises ?). Elle donne la solution en expliquant qu’il s’agit du peuple romain, dont on a parlé au chapitre précédent. Elle estime alors qu’il faut en conclure que le texte de Florus était d’un seul tenant, sans division en chapitres. Mais si elle fait cette remarque, nous pouvons, de notre côté, en conclure que ce n’est pas elle qui a proposé la division en chapitres. Effectivement, celle-ci était pratiquée bien avant Anne Le Fèvre, qui n’a rien fait d’autre que reproduire ce que ses prédécesseurs avaient donné. On la retrouve à l’identique, par exemple, dans l’édition plantinienne de 1607.50 Elle semble d’ailleurs à ce point admise et systématique, qu’on la trouve également dans un gros recueil in-folio des historiens latins, imprimé à Genève en 1609, par Pierre de la Rovière.51 Ce gros volume d’étude, avec un texte sur deux colonnes, donne pourtant rarement une subdivision des livres pour les textes qu’il propose. Florus fait exception, avec la division adoptée par tous les éditeurs.

  • 52 Voir à ce propos l’introduction de Paul Jal à son édition de Florus, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

58En revanche, Anne Le Fèvre n’adopte pas la division des chapitres en paragraphes qui, pourtant, était connue lorsqu’elle travaillait sur son édition puisqu’elle est due à Freinshemius (Strasbourg, 1632).52

  • 53 Je remercie Edith Flamarion de m’avoir fourni cette référence.

59Elle se conforme à l’usage du temps, sans adopter les apports les plus significatifs en matière de mise en texte. Eutrope, également édité par Anne Le Fèvre, présente un cas de division en chapitres intéressant. À chaque chapitre, il y a retour à la ligne et renfoncement de la première ligne. Le numéro du chapitre, en chiffres romains, est porté en marge extérieure, en regard de la première ligne du chapitre. Cette édition a été reprise au xviiie siècle par l’abbé Lézeau, qui, avec le texte latin, a proposé sa traduction. Dans la préface (1717), il s’explique sur la division en chapitres53 :

Nous avons cru qu’il serait avantageux de diviser Eutrope en chapitres ; puisque l’expérience a fait connaître que ces sortes de divisions délassent les yeux, aident la mémoire et donnent à l’esprit un repos qu’une lecture suivie ne peut que lui refuser.

  • 54 Voir l’introduction de Dubois à son édition bilingue d’Eutrope, dans la collection Panckoucke, Par (...)
  • 55 Bibliothèque municipale de Grenoble, E 16940.
  • 56 Bibliothèque municipale de Grenoble, Rés. A 2187.
  • 57 Bibliothèque municipale de Grenoble, E 17615.

60Nous pouvons faire à l’abbé Lézeau le crédit de parler, derrière le « nous », en son nom propre et au nom d’Anne Le Fèvre. Ses arguments sont convaincants et bien adaptés à un travail de pédagogue, s’adressant notamment à de jeunes latinistes dont il faut aider l’apprentissage par tous les moyens. Mais ce propos est curieux : ni Anne Le Fèvre, ni a fortiori l’abbé Lézeau n’ont inventé cette division en chapitres du texte d’Eutrope. À l’époque où Anne Le Fèvre travaille sur ce texte pour la collection Ad usum Delphini, cette division est connue et pratiquée depuis longtemps. Elle est à porter, probablement, au crédit des humanistes qui ont travaillé sur le texte d’Eutrope : Shonovius d’abord, puis Élie Vinet et Henri Glarean.54 L’édition imprimée à Bâle en 1559 (ex officina Ioannis Oporini)55 reprend les travaux de ces trois érudits : la division du texte y est déjà présente, à l’exception de la coupure proposée par Anne Le Fèvre entre les premier et deuxième chapitres du livre premier. Dans une autre édition, imprimée par Froben à Bâle en 151856, la division du texte est également présente. On la retrouve aussi, toujours à l’exception de la coupure du premier livre entre les premier et deuxième chapitres, dans le petit recueil d’histoire romaine (impression plantinienne de 1607), déjà cité à propos de Florus.57 L’abbé Lézeau a donc probablement dépassé la réalité en vantant sa division en chapitres.

  • 58 Janus Gruter se vante de ce travail dans la préface de son édition de Tite-Live, imprimée à Francf (...)
  • 59 Voir à ce propos Fabricius, Bibliotheca latina, éd. citée, t. I, p. 262.

61Le cas des éditions avec division des chapitres mais sans retour à la ligne mérite également qu’on s’y arrête. Dans trois cas sur les quatre repérés, le texte est divisé en chapitres courts, donc nombreux. La division est celle en usage aujourd’hui et reprend, dans le cas de Tite-Live et de Tacite, celle que Janus Gruter avait proposée au début du xviie siècles58 ; dans le cas de César, elle reprend la division donnée par Gothofred Jungermann en 1606 (reprise en 1669), par imitation des travaux de Gruter.59

62On se trouve donc, dans ces trois exemples, devant une présentation analogue à celle qu’on donnait aux textes savants, dont le seul repérage par les numéros des chapitres permettait à un lecteur averti du texte de se retrouver. On ne manquera pas de remarquer que les trois textes en question sont trois textes d’historiens, dont on estimait qu’ils constituaient un corpus que le futur roi devait fréquenter et bien posséder. Deux d’entre eux, du reste, sont antérieurs à la date de son mariage et font donc sans doute partie des volumes réellement prévus pour l’institution du prince. Ils ne sont pas très éloignés, dans la forme de leur texte, de ces gros volumes d’étude des auteurs de l’Antiquité que le xviie siècle a produits en grande quantité. Le texte était fait pour être lu la plume à la main. Les impressions de Francfort, au début du siècle, en sont d’excellents exemples : le Tacite de 1607, recensé par Gruter, le Tite-Live de 1628, recensé par Gruter également, le César de 1606, recensé par Bernegger. Les commentateurs dauphins de ces trois auteurs les avaient probablement sur leur table de travail. C’est pour cette raison que le César est donné avec une présentation très archaïsante, dont la seule séparation logique, en plus des numéros en marge, est une espace typographique large, à l’image de ce qu’on trouvait au xvie siècle.

63Le cas de Boèce est fort semblable. Les divisions, pour la partie du texte en prose, ne sont, en apparence, pas très marquées. On remarque pourtant souvent, en fin de page (cinq à quinze lignes par page, numérotées en marge gauche), que la dernière ligne se termine par un blanc. Il pourrait n’y avoir là rien d’autre qu’une nécessité pour l’imprimeur, avant de passer à la page suivante. Il y a pourtant certainement beaucoup plus que cela, et ces blancs de fin de ligne marquent plus probablement des coupures logiques du texte, comme les espaces larges du César. Ces blancs sont en effet placés aux lieux du texte où les autres éditions de Boèce – et notamment les éditions antérieures – placent les coupures. On les retrouve par exemple dans une édition antérieure de cent quatre-vingts ans à celle de la collection Ad usum Delphini : l’édition post-incunable imprimée à Lyon en 1501 par Jacques Maillet.

  • 60 L’imprimeur du volume est Lambert Roulland.
  • 61 Bibliothèque municipale de Grenoble, F 1133.

64Pourtant l’aspect visuel d’ensemble de cette édition de Boèce est très soigné, avec une typographie très claire et très aérée.60 On pourra remarquer à cet égard le bel équilibre de la page de titre. L’alternance entre vers et prose est bien marquée par l’indication en capitales : « metrum i, ii », etc. et « prosa i, ii », etc., centrée sur la page. Il y a retour à la page après chaque partie en vers ou en prose ; le cas échéant, lorsque l’espace restant le permet, avec un cul-de-lampe en fin de partie précédente. En outre, une frise gravée est toujours imprimée au début de la nouvelle partie en prose ou en vers. Il n’est pas rare de trouver, à la même époque, une présentation suivie des parties de vers et de prose, avec un simple changement de typographie (romains/italiques) pour marquer l’alternance. C’est par exemple le cas dans l’édition imprimée à Leyde par Franciscus Hackius (recension de Renatus Valtinus).61

65Hésitation permanente entre héritages anciens et modernité : toutes les présentations matérielles et toutes les nuances se retrouvent dans la collection.

Le cas particulier de la mise en texte du théâtre

  • 62 Voir la préface de Roger Chartier au recueil de conférences de D. F. McKenzie, publiées en françai (...)

66On pourrait trouver un exemple de cette incertitude qui caractérise la collection, en matière de mise en texte, en observant le cas particulier de l’édition de Plaute. La présentation des pièces de théâtre est toujours un cas intéressant pour l’étude de tels problèmes : c’est dans ce cas particulier, en effet, qu’on demande à l’imprimeur de mettre au mieux son art au service d’une représentation graphique et symbolique de la scène de théâtre. Roger Chartier a montré toute l’importance de la disposition des différents éléments (actes, scènes, nom des personnages, etc.) sur la page imprimée.62

67Le volume de Plaute a été imprimé en 1679 par Frédéric Léonard. Entre chaque pièce, on va à la page, mais en belle page ou en fausse page, c’est-à-dire sans jamais laisser de page blanche entre deux pièces différentes. Le début de chaque acte se fait sans aller à la page ; une frise le sépare de la fin de l’acte précédent. Au début de chaque pièce, le commentateur dauphin, Jacques de L’Œuvre, a placé un argumentum, texte long en caractères romains, paragraphé avec alinéa et renfoncement de la première ligne. L'argumentum est suivi de la liste des personnages. Au début de chaque acte, on trouve l'argumentum de l’acte, puis, centrée sur la page, la mention : « actus primus. scena prima. » Cette mention est suivie de l’argumentum de la scène. Après l’argumentum, on nomme les personnages de la scène (les noms, en capitales, sont centrés sur la page). Le premier personnage qui parle a son nom en capitales, centré sur la page. Le personnage suivant est indiqué par les deux premières lettres de son nom en capitales, mais sans autre marque typographique.

68Cette présentation est claire. Elle est, d’ailleurs, facilitée par le format in-4° qui laisse un espace suffisant pour permettre, sur chaque page, l’utilisation de ces compositions typographiques compliquées, tout en gardant un corps de caractères assez gros pour être lisible. La numérotation des scènes, reprise en titre courant sur la belle page, ajoute à cette clarté.

69Mais cette présentation n’est pas une exception au xviie siècle. L’édition de Genève, imprimée par Pierre et Jean Chouët (1622), sépare les scènes sans les numéroter. L’édition imprimée par Wolfgang Meisner en 1605 numérote les scènes mais sans reprendre ce numéro dans le titre courant. Toutes les deux sont donc moins bonnes, du point de vue de la clarté, que celle qu’a imprimée Léonard. En revanche, si on s’avance dans le siècle, on trouve des présentations plus proches de celle de la collection Ad usum Delphini. L’édition de Leyde (Franciscus Elackius, 1645) et l’édition de Paris (Pierre L’Amy, 1658) numérotent les scènes et reprennent le numéro dans le titre courant.

70On a donc sous les yeux une présentation correcte, qui s’approche de la mise en texte moderne des pièces de théâtre, mais qui, en même temps, est conforme à des présentations répandues à l’époque et ne va pas non plus jusqu’au bout de la clarté (à l’exception du premier, les personnages ne sont cités que par leurs initiales).

71On retrouve peut-être une image de cet « inachèvement », de cette hésitation devant les liens à établir entre les différents éléments de la page – le texte, l'interpretatio, les notoe – dans la manière dont certains imprimeurs ont réglé la question du lien entre ces trois parties. Dans la plupart des cas, l’unité de présentation logique, que l’imprimeur a fait correspondre avec l’unité de présentation formelle, est la page, ou, plus exactement, la double page imprimée. La hiérarchie des trois éléments caractéristiques est bien établie ; elle est aussi bien perceptible par le lecteur : le texte original dans la partie supérieure de la page ; les notoe dans la partie inférieure ; l'interpretatio, symboliquement intermédiaire, finalement, entre le texte et les notes, dans la partie médiane.

  • 63 On trouve un autre exemple de cette incertitude dans la réédition londonienne de la collection au (...)

72Mais il arrive parfois que cette hiérarchie soit bouleversée dans le cas d’ensembles de textes courts : les Epistoloe adfamiliares de Cicéron (veuve Simon Bénard, 1685) ou les poèmes de Catulle, Tibulle et Properce (Frédéric Léonard, 1685). Alors – et c’est logique du point de vue de la pédagogie – interpretatio et notoe sont liées à la partie du texte (la lettre ou le poème) commentée. Cela conduit l’imprimeur à composer sa page avec une succession de texte, interpretatio, notoe, suivie d’une nouvelle série de texte, interpretatio, notoe. Les exigences pédagogiques y gagnent assurément. La clarté de présentation de la page en souffre, d’autant que, dans le cas des lettres de Cicéron, il n’y a aucun retour à la page, y compris au passage d’un livre à un autre.63

***

73La collection Ad usum Delphini, du point de vue de la mise en texte, présente donc une double caractéristique : d’une part, la présentation de l’ensemble texte, interpretatio, notœ, identique pour l’ensemble des volumes, contribue à donner son unité, du moins matérielle, à la collection ; d’autre part, il semblerait qu’aucune consigne particulière, autre que celle qu’on vient de citer, n’ait été donnée, ni aux commentateurs dauphins ni aux imprimeurs. Chaque commentateur a proposé un texte en fonction de sa propre manière de le voir. Dans la plupart des cas, le texte proposé, par exemple du point de vue de sa division, l’a été par imitation de ce qui se faisait dans les éditions de l’époque, voire par imitation de présentations plus anciennes (xvie ou début du xviie siècle). Pas d’originalité, donc, mais un exemple intéressant des méthodes de mise en texte en usage au xviie siècle. C’est par imitation et par copie de l’un sur l’autre que l’on procédait la plupart du temps, laissant donc subsister fort avant dans le xviie siècle des présentations qu’on pourrait juger de prime abord archaïques. Il en résulte, pour qui lit l’ensemble de la collection, une sorte d’incertitude dans la présentation matérielle des textes et de leur commentaire.

74Toute la collection est à cette image, mais un peu, sans doute, comme l’est tout le xviie siècle en matière de mises en texte : siècle charnière, entre les présentations les plus anciennes et celles qui prévaudront ensuite, il est, par excellence, la période à laquelle aucune évolution, dans les présentations matérielles des textes, n’est achevée. Siècle de transition parce que subsistent côte à côte des présentations archaïques, héritées, par imitation, sans cesse reproduites, des siècles précédents – on a vu l’exemple du Boèce – et des présentations dont l’aspect général visuel est d’une grande modernité – on a vu l’exemple du Valère Maxime.

Notes

1 Voir Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Les Editions de Minuit, 1985, chap. II, p. 51-84.

2 Correspondance, nos 29 et 30, septembre et octobre 1674.

3 Elle se vante de l’avoir achevé en moins de trois mois, pour se consacrer, dit-elle dans la préface, aux travaux destinés au Dauphin, mais aussi parce qu’il s’agissait d’un vœu envers son père.

4 D’après G. S. Santangelo, Bayle souligne (avec ironie ?) sa rapidité : Nouvelles de la république des lettres (2), t. II, p. 786.

5 C’est ce qu’en retient le Grand dictionnaire de Pierre Larousse, à l’article « Dauphin » : « s.m. L’édition des Dauphins coûta quatre cent mille livres. » Cette phrase est livrée comme une affirmation qui ne souffre pas le doute, alors que la suivante est justifiée par la mention de sa source : d’Olivet [Histoire de l'Académie française, Paris, J.-B. Coignard, p. 356-357]. Mais elle est en fait donnée sans garantie.

6 Anne Le Fèvre (nos 122 et 123) parle plutôt de « rétribution », comme Montausier en 1681 (n° 132).

7 Un cas particulier, celui d’une nouvelle édition comme celle de Virgile en 1682 : le Père de La Rue bénéficie d’une « gratification de onze cents livres » accordée par le roi et payable immédiatement (Correspondance, n° 139, 28 septembre 1682). Signalons aussi que les auteurs ont droit à trente-six exemplaires, ce qui est considérable (n° 69,4 mai 1676) ; il semble que cela ait constitué pour eux un point important, auquel Montausier veille particulièrement (n° 58).

8 Phèdre était achevé d’imprimer depuis le 31 décembre 1674.

9 Somme justifiée par le coût total supposé de l’impression (« pas plus de dix écus [trente livres] par feuille »), dont on donnera « à peu près le tiers » (n° 117). À ce tarif, Roulland aurait dû être payé à peine plus de cinq cents livres.

10 Une difficulté se pose ici, dans la mesure où « dans l’usage ordinaire, quand on parle absolument d’un louis, on entend la pièce de onze livres » (Furetière), alors que partout ailleurs il est question « d’une pistole par feuille », soit dix livres ; sans doute faut-il entendre louis au sens où il a eu la valeur de dix livres.

11 « L’état où est le sieur Crespin me faisant compassion, j’ai songé à ses intérêts, je lui ferai bientôt donner son ordonnance aussi bien qu’au sieur Dacier. Mais il ne faut pas que les autres le sachent parce qu’ils demanderaient la même chose et on ne saurait le faire à cette heure, ainsi je vous conjure de leur recommander tout le secret imaginable là-dessus » (n° 77, 14 décembre 1676). Crespin ne devait donner le début de son ouvrage (Ovide) que dix ans plus tard, Dacier en 1681, l’impression étant commencée en 1679.

12 D’autant que nous ignorons le tirage des volumes et le débit qu’en pouvait faire le libraire, et qu’il s’y mêle des considérations complexes dues aux délais de fabrication et de commercialisation ; il est probable que les ouvrages en plusieurs volumes (Tite-Live, Tacite, Ovide, etc.) ne pouvaient être mis en vente que complets ; de plus, l’ouvrage n’était pas terminé sans son index. On prendra pour exemple de délais de fabrication ceux qui frappent la deuxième édition du Pline du Père Hardouin, approuvée par le provincial en avril 1719 (compte tenu des idées professées par le commentateur, on peut penser que c’était au vu d’un texte complet) et qui, au dire de d’Olivet, « est pendu[e] au clou [chez l’imprimeur] depuis la Toussaint [1719] » (Correspondance littéraire, n° 12, p.55, 20 janvier 1720) ; le 14 octobre 1722, on en est « à la lettre A de la table qui contiendra en tout 80 feuilles » (ibid., n'25, p. 85) et constitue en fait un volume à part ; les trois tomes ne sortiront qu’en 1723. L’autre exemple remarquable est le Plaute, en cours d’impression en mai 1674 (Correspondance, n° 26), retardé par l’incurie de son dauphin de L’Œuvre en octobre 1674 (n°32) ; l’index est en cours d’impression en février 1678, puisqu’il fait alors l’objet d’un désaccord entre le dauphin et l’imprimeur (n° 89), mais l’ensemble ne sera achevé que le 31 décembre 1678.

13 Voir également J. Sgard, « L’échelle des revenus », Dix-Huitième siècle, 1982, p.423-434, et Richard Waller, « L’homme de lettres en France et en Angleterre, 1700-1730 », Dix-Huitième siècle, 1978, p. 229-252.

14 H.-J. Martin, ouvr. cit., p. 917-919.

15 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, p. 112 et 113.

16 Ms f. fr., n.a. 1197. Ce cahier permet de compléter le portrait de Huet que nous avons donné au chapitre premier ; ainsi il nous apprend que le 22 juin 1651, notre respectable érudit a gagné au jeu 245 livres 15 sols...

17 Il n’a reçu non plus aucune gratification particulière pour ses quatre-vingts pages de notes sur Manilius.

18 En 1690, Huet, devenu évêque d’Avranches, devra (et pourra) débourser 23 451 livres.

19 Un certain nombre de volumes porte : Fédéric Léonard ; cette forme est ainsi commentée par Georges Lepreux (Gallia typographica, Série parisienne, t. I, Paris, Champion, 1911, p. 308) : Frédéric Léonard « par intermittences, pour imiter les célèbres Morel, eut la vanité de changer son prénom en celui de Fédéric ».

20 F. Saby a remarqué que ce volume avait fait l’objet d’une édition partagée entre Pralard (qui bénéficiait du privilège) et Léonard, qui a dû recevoir un certain nombre d’exemplaires qu’il a écoulés sous son nom. Voir ci-dessous la note 23.

21 Chapelain, Correspondance, t. II, p. 711 (lettre 476 du 25 novembre 1670).

22 Nous avons, dans la mesure du possible, strictement respecté et l’orthographe et la typographie.

23 D’après le registre des privilèges (BNF, ms f. fr., n° 21739), le privilège registré le 10 septembre 1674 (n'83) comporte bien les six premiers noms, mais les six suivants (Velleius Paterculus, Justin, Claudien, Quinte-Curce, Manilius, Suétone) n’apparaissent qu’en 1675 (n° 193, 16 novembre). À noter que Suétone (voir ci-dessus la note 19) figure initialement dans le privilège Léonard. La formule du privilège de Pralard (qui n’a par ailleurs publié que deux dictionnaires de Danet) est plus elliptique, puisqu’il ne fait que reprendre l’ouvrage : « André Pralard nous a fait remontrer qu’il luy a esté mis entre les mains un ouvrage intitulé Omnia Caii Suetonii Tranquilli Opera. »

24 Outre Pralard, éditeur attitré des oratoriens, ainsi recommandé dès 1673 pour des travaux savants comme les dictionnaires – mais le privilège lui est cédé par Danet ; ce n’est pas l’effet d’une décision officielle ou collective.

25 Montausier ne montre aucune aménité particulière pour cet imprimeur, qui fournit cependant à la date prévue le Virgile ; il lui reproche avec vigueur de ne pas se plier au règlement : « Le privilège qu’attend le Père de La Baune serait scellé il y a longtemps si le libraire avait envoyé la promesse de fournir les exemplaires comme on lui a fait dire et on n’attend que cela » (Correspondance, n° 67, 6 avril 1676). Il y revient le 4 mai (n° 69).

26 Serait-ce par compensation qu’on lui octroie le Suétone en 1684 ?

27 Dont le Plaute ne sortira que quatre ans plus tard. Cet ouvrage a aussi la particularité, signalée plus loin par Etienne Wolff, de comporter tous les passages qui auraient dû être supprimés, pour ne figurer qu’en fin de volume – ce qui est manifestement dû à une mauvaise entente entre le commentateur et l’imprimeur.

28 Voir G. Lepreux, ouvr. cité, p. 310-312. On apprend ainsi, grâce à une enquête de police (BNF, ms f. fr., n° 21741), qu’en 1679 Le Cointe imprimait le Tite-Live et le Lucrèce.

29 En 1678, Crespin avait envisagé de faire imprimer son Ovide « à Genève ou à Berne » (n° 99, 15 novembre). À noter que Crespin a pu arguer des difficultés entre Léonard et Pyron : celui-ci, habitant à Caen, s’était engagé à payer le port des épreuves, puis avait dénoncé cet accord auprès de Montausier (nos 68 et 69, mai 1676).

30 Un privilège de cinquante ans pour la publication des œuvres de saint Augustin par les bénédictins de Saint-Maur en consacrait la reconnaissance.

31 Privilège de six ans du 15 juin 1681, registré le 23 juillet 1681.

32 Voir Henri-Jean Martin, ouvr. cité, p. 708-720.

33 Celles-ci sont jugées si importantes que d’Olivet reprend le modèle de Virgile pour sa propre édition Ad usum Delphini (Correspondance littéraire, 3 mars 1739, n° 146, p. 297-299).

34 La légende d’Arion sauvé par des dauphins qu’avait attirés son chant est une des plus connues de la mythologie antique : voir Pierre Grimai, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 1963, article « Arion ». L’évocation de l’animal est d’autant plus intéressante que les dauphins sont traditionnellement les favoris d’Apollon et qu’Arion, étant musicien, bénéficiait de la protection de ce dieu. Or on sait l’importance d’Apollon dans la « mythologie » royale (voir par exemple J.-P Néraudau, L'Olympe du RoiSoleil, ouvr. cité).

35 Conformément à ce qu’évoquait Montausier dans une lettre à Huet du 15 octobre 1674 (Correspondance, n° 30).

36 Par exemple, dans son édition du Plaute (1679), Jacques de L’Œuvre expose : « Editionem banc autor Montauserius partibus quatuor constare voluit ; textu autoris ; textus interpretatione continua ; annotationibus ; & indice vocabulorum auctoris omnium » (Montausier, à qui est due cette édition, a voulu quelle consistât en quatre parties : le texte de l’auteur ; une « traduction » continue du texte ; des annotations ; et un index de tous les mots de l’auteur).

37 Nous évoquons plus loin le cas des textes de théâtre.

38 On exclura également pour des raisons évidentes Festus, constitué par une suite de lemmes, ainsi que les dictionnaires de Danet (de 1673 à 1698).

39 Voir l’exemplaire de la bibliothèque municipale de Grenoble, F 356.

40 Voir l’exemplaire de la bibliothèque municipale de Grenoble, E 14798

41 Je remercie Albert Léonard d’avoir appelé mon attention sur cette particularité du texte de Quinte-Curce.

42 Voir par exemple l’édition d’Henri Bardon, Paris, Les Belles Lettres, 1947 (Collection des universités de France).

43 n usum Delphini novam Curtii editionem adornavit Mich. Tellerius, Paris. 1678. 4 proelo iterum subiectam Lond. 1705. 8. In hac editione Tellerii perquam incommodum est, quod capita aliter distincta sunt, quam in aliis editionibus. Fabricius, Bibliotheca latina, Leipzig, apud Weidmanni heredes et Reichium, 1773, t. II, p. 352.

44 Voir, par exemple, la page paire blanche, en regard de la p. 441 où commence le livre III.

45 Voir à cet égard l’introduction de l’édition Budé (Collection des universités de France) par Henri Ailloud, Paris, 1931.

46 Voir l’exemplaire de la BNF, J 3650.

47 Voir l’exemplaire de la BNF, J 1023.

48 Voir l’exemplaire de la BNF, J 3658.

49 Je remercie Edith Flamarion, qui a appelé mon attention sur ce point.

50 Bibliothèque municipale de Grenoble, E 17615.

51 Bibliothèque municipale de Grenoble, B 1562.

52 Voir à ce propos l’introduction de Paul Jal à son édition de Florus, Paris, Les Belles Lettres, 1967 (Collection des universités de France).

53 Je remercie Edith Flamarion de m’avoir fourni cette référence.

54 Voir l’introduction de Dubois à son édition bilingue d’Eutrope, dans la collection Panckoucke, Paris, 1843.

55 Bibliothèque municipale de Grenoble, E 16940.

56 Bibliothèque municipale de Grenoble, Rés. A 2187.

57 Bibliothèque municipale de Grenoble, E 17615.

58 Janus Gruter se vante de ce travail dans la préface de son édition de Tite-Live, imprimée à Francfort en 1628.

59 Voir à ce propos Fabricius, Bibliotheca latina, éd. citée, t. I, p. 262.

60 L’imprimeur du volume est Lambert Roulland.

61 Bibliothèque municipale de Grenoble, F 1133.

62 Voir la préface de Roger Chartier au recueil de conférences de D. F. McKenzie, publiées en français sous le titre La Bibliographie et la sociologie des textes, Paris, 1991. On pourra se reporter aux études de McKenzie sur la forme du théâtre imprimé de William Congreve : « When Congreve made a scene », dans Transactions of the Cambridge Bibliographical Society, vol. 7, 2'partie, 1979, p.338-342 ; également : « Typography and meaning ; the case of William Congreve », Giles Barber et Bernhard Fabian éd., Buch und Buchhandel in Europa im achtzehten Jahrhundert, Hambourg, 1981, p. 81-126. Voir également Roger Chartier, « Du livre au lire », dans Pratiques de lecture, Roger Chartier dir., Paris, Payot, 1993 (1985 pour la première édition), p. 79 et suiv.

63 On trouve un autre exemple de cette incertitude dans la réédition londonienne de la collection au début du xviiie siècle. Le Virgile du père de La Rue a été réédité, à cette occasion, en 1718, 1723 et 1759. Les volumes sont dans un format in-8 qui, bien sûr, laissait moins de place à l’imprimeur, sur chaque page, pour y placer, outre le texte, le lourd appareil de l’interpretatio et des notoe. Pour résoudre la question, il a utilisé un ancien style de présentation : l’interpretatio est disposée contre le texte, en marge extérieure, avec quelques lignes (une à quatre) sous la dernière ligne du texte. Les notoe sont en bas de page sur deux colonnes. Il en résulte une présentation dans laquelle le texte est enserré dans le système de commentaire. C’est une présentation courante au Moyen Âge, avec les textes glosés. On en trouve encore quelques exemples au début de l’époque moderne. Au xviiie siècle, elle est rare.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search