Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Première partie. Histoire des dauphins

Chapitre trois. Comment peut-on être dauphin ?

Texte intégral

1Reprenons le fil des Mémoires de Huet, dont nous avons vu qu’ils livraient moins une image fidèle de la collection que celle qu’en a voulu laisser Huet. Après avoir évoqué certains détails du projet, il conclut ainsi (V, p. iii) :

Mais quels qu’aient été mes soins dans le choix des savants chargés de ces commentaires, plusieurs cependant moins instruits que je ne l’avais pensé ou plus paresseux, trompèrent les espérances qu’ils m’avaient fait concevoir. Pourquoi ne le dirai-je pas ? Il s’en faut beaucoup que toutes les parties de cette collection soient d’un mérite égal, il n’est pas non plus surprenant que dans cette quantité de jeunes gens qui y essayaient pour la première fois leurs forces, il s’en soit glissé plusieurs sortis des derniers rangs de la science, qui s’étaient crus en état d’apprendre aux autres ce qu’ils ne savaient pas assez eux-mêmes. La présomption est le défaut de cet âge.

2Le fait est que nombre de dauphins débutaient dans la carrière – ce qui n’apparaît pas à première vue, car beaucoup ont acquis ultérieurement une belle réputation, à commencer par Dacier et sa future épouse, Anne Le Fèvre (que Huet prend bien soin d’ailleurs d’excepter de cette condamnation), nés respectivement en 1651 et en 1647, ou son ami le Père Charles de La Rue, né en 1643 comme le Père Le Tellier, ou encore le Père Hardouin, né en 1646, le Père Cantel, né en 1645, le Père Proust, né en 1649 comme le Père de La Baune, le Père Chamillard, né en 1656..., qui ont tous moins de trente ans quand l’entreprise est lancée, vers 1672. Mais ceux-là ont laissé un nom dans les Lettres (ou dans les archives de la Compagnie), et ce n’est peut-être pas eux que visait Huet. Par ailleurs, il n’est pas certain qu’ils aient été sollicités dès les débuts de l’entreprise : on ne pense pas encore à Hardouin quand on cherche quelqu’un pour travailler sur Pline (Correspondance, n° 40-41, janvier et février 1675) – il ne sera achevé en 1685 ; en avril 1673, on n’avait personne pour Boèce et Apulée (n° 16), qui verront le jour respectivement en 1680 et en 1688. Il est en tout cas certain que, conformément à ce que dit Huet, presque tous les dauphins étaient des débutants, en ce sens qu’ils n’avaient fait paraître aucun ouvrage savant qui pût les recommander. Il nous faut donc essayer de comprendre les critères de recrutement retenus par Huet, s’il y en eut.

DES CHOIX PEU HEUREUX

  • 1 Nous ne comptons pas Jean-Baptiste Souchay, qui reprit de sa propre initiative les notes laissées (...)

3Or, on peut justement se demander si on ne fut pas contraint de s’en remettre, pour une grande partie, aux circonstances ; c’est ce que Huet laisse entendre dans ses Huetiana posthumes : « je fixai à quarante le nombre des auteurs classiques, qui devaient composer ce recueil ; et dans la recherche que je fis d’un pareil nombre d’habiles critiques, pour les mettre en l’état que l’on désirait, il ne fut pas aisé de le trouver [...] » (chap. XXXVII, p. 93) ; nous avons vu ce qu’il fallait penser du chiffre de « quarante auteurs » – avait-on l’intention de trouver un dauphin par auteur, comme il l’indique ? En fait, il y en eut trente1 :

4Auguste Babelon (Suétone, 1684)

5Claude Béraud [professeur au Collège royal] (Stace, 1685)

6P. Cally, professeur royal d’éloquence et de philosophie à Caen, membre de l’Académie de Caen (Boèce, 1680)

7Nicolas Camus (Térence, 1675)

8Pierre-Joseph Cantel, S. J. (Justin, 1677, et Valère Maxime, 1679)

9Etienne Chamillard, S. J. (Prudence, 1687)

10Vincent Colesson ou Collesson, professeur de droit (Martial, 1680)

11Nicolas Courtin, professeur d’humanités à l’université de Paris [professeur laïc au collège de La Marche] (Cornelius Nepos, 1675)

12Daniel Crespin (Salluste, 1674, et Ovide, 1689)

13André Dacier (Festus, 1681)

14Pierre Danet (Dictionnaires, 1673-1698, et Phèdre, 1675)

15Louis Desprez, professeur de rhétorique au collège Cardinal Lemoine (Juvénal et Perse, 1684, et Horace, 1691)

16Jean Doujat, professeur de droit canon au Collège royal (Tite-Live, 1682)

17Philippe Dubois, bachelier en théologie (Catulle, Tibulle, Properce, 1685)

18Michel Dufay, bachelier en théologie (Manilius, 1679, et Lucrèce, 1680)

19Jules Fleury (Apulée, 1688, et début d’Ausone, 1730)

20Jean Goduin, professeur d’hébreu au Collège royal (César, 1678)

21Charles Hallot de Mérouville, S. J. (Cicéron, Orationes, 1684)

22Jean Hardouin, S. J. (Pline, 1685)

23Jacques de La Baune, S. J. (Panegyrici veteres, 1676)

24Charles de La Rue, S. J. (Virgile, 1675)

25Anne Le Fèvre, fille de l’érudit protestant Tanneguy Le Fèvre (Florus, 1674 ; Dictys et Darès, 1680 ; Aurelius Victor, 1681 ; Eutrope, 1683)

26Michel Le Tellier, S. J. (Quinte-Curce, 1678)

27François L’Honoré, S. J. (Cicéron, Opera philosophica, 1689)

28Jacques de L’Œuvre, prêtre (Plaute, 1679)

29Jacques Proust, S. J. (Aulu-Gelle, 1681, et Cicéron, Ad artem oratoriam, 1687)

30Julien Pichon, bachelier en théologie (Tacite, 1687)

31Guillaume Pyrrhon ou Pyron, professeur royal de grec à l’université de Caen (Claudien, 1677)

32Philibert Quartier, S. J. (Cicéron, Epistolæ ad familiares, 1685)

33Robert Riguez, S. J. (Velleius Paterculus, 1675).

34À ces trente, il faut ajouter ceux qui n’achevèrent pas leur auteur : Graevius (agronomes et De lingua latina de Varron), Leibniz (Martianus Capella), Sainte-Garde (Histoire Auguste), Girardin (Horace : voir Correspondance, n° 121, avril 1680, et n° 126, mars 1681).

  • 2 Dacier devait aussi en donner un second, dont nous ne savons rien (Correspondance, n° 133, 12 août (...)
  • 3 À moins que, comme il ressort des observations de J.-H. Abry, Dufay ait été un dauphin très honora (...)
  • 4 Correspondance, n° 44, à Graevius, mai 1675,et n° 84, à Vossius, 1er juin 1677.
  • 5 C’était également ce que déplorait publiquement Montausier, au témoignage de Spanheim, dont nous a (...)

35Huit d’entre eux se virent confier successivement deux auteurs, Anne Le Fèvre étant la seule à en donner quatre.2 Cela dénote-t-il la disette de savants, ou la prudence qui veut que l’on s’en tienne à ceux qui ont fait leurs preuves ? Demander Lucrèce à Dufay, qu’il a fallu tirer d’embarras sur Manilius, peut laisser songeur.3 Il est certain en tout cas que Huet se plaint plusieurs fois à des correspondants étrangers d’une véritable pénurie de personnes lettrées4, et c’est aussi ce qui ressort du texte des Huetiana que nous avons cité.5 Peut-être même cela est-il significatif de l’état d’esprit qui a présidé à la collection : il s’agit de lutter contre la disparition de la culture humaniste ; en effet « la décadence des lettres dans la Hollande n’est pas particulière à ce pays seul, car c’est un malheur général aujourd’hui », selon Montausier (Correspondance, n° 80, 9 février 1677). Nous avons déjà pu constater que le reproche n’était que trop fondé. On s’est donc contenté de ce que l’on a trouvé, plutôt que choisir parmi des savants qui auraient dû se disputer l’honneur de servir le Dauphin et de contribuer au bien public – tel est l’aveu de Huet à Vossius (n° 82, juin 1677). C’est ainsi qu’on attribue Solin à quelqu’un dont on ne sait rien, que peut-être Benserade pourra retrouver, et qui finalement aura totalement disparu (nos 35 et 38, novembre et décembre 1674).

UNE ENTREPRISE JÉSUITE ?

  • 6 Voir C. Volpilhac-Auger, « La collection Ad usum Delphini : entre érudition et pédagogie », Les Hu (...)
  • 7 À noter que Huet n’est pas sans réticences envers l’expression latine des jésuites : « Les jésuite (...)

36Il est cependant un point frappant à première vue : le nombre de jésuites ayant participé à l’entreprise. Onze, soit plus du tiers des dauphins, qui signent treize ouvrages, soit le tiers de la collection. La position éminente de la Société de Jésus dans le domaine intellectuel pourrait constituer une explication suffisante, tout autant que sa vocation enseignante.6 Mais la correspondance de Huet révèle que, à l’origine, c’est la collection entière que les jésuites avaient pensé entreprendre (Correspondance, n° 80, février 1677) et qu’en 1681, sans doute pour empêcher l’enlisement de la collection, Montausier (vraisemblablement sur les conseils de Huet) envisage de s’en remettre entièrement à eux : « Vous n’avez, Monsieur, qu’à donner au Provincial des Jésuites un mémoire des auteurs qui restent encore à faire afin qu’il les distribue à de bons ouvriers » (n° 126, 28 mars 1681). On sait les liens que Huet entretient avec la Compagnie, finissant sa vie dans la maison professe de Paris à laquelle il avait donné sa bibliothèque. Il n’est donc pas douteux qu’il ait souhaité voir d’éminents jésuites y participer en nombre7, et qu’il ait même voulu les favoriser, au risque de mécontenter Montausier ; c’est même un des seuls moments où nous voyons se manifester un désaccord entre les deux hommes : lorsque Huet demande pour eux un paiement par avance, il s’attire cette verte réplique du duc, au nom de la règle générale fixée par Huet lui-même selon laquelle on ne rétribue l’auteur qu’une fois achevée l’impression :

Après cela quelle apparence de faire une exception pour les Jésuites ! Tous les autres prétendraient avec raison la même chose, et ce serait renverser une loi établie ; ainsi cela ne se peut pas. (Correspondance, n° 30, 15 octobre 1674.)

37Montausier (que l’on dit favorable au jansénisme) n’est pas pour autant opposé à cette présence jésuite : il salue le travail de Charles de La Rue comme étant celui qu’il faut proposer comme modèle aux autres dauphins (Correspondance, nos 25 et 28). Mais de là à les favoriser...

  • 8 On remarquera, à la suite de Francis Goyet, que la présentation par le Père Proust des citations p (...)
  • 9 En est également dépourvu, et pour cause, le Festus de Dacier, puisqu’il consiste justement en une (...)
  • 10 Voir ci-dessous la section que Martine Furno consacre aux indices vocabulorum-. c’est à elle que n (...)

38Un autre point notable est leur monopole sur Cicéron : les quatre ouvrages en sept volumes qu’ils se répartissent et qui représentent presque l’œuvre complète, constituent la base de leur enseignement et pourraient justifier cette exclusive8 – mais on pourrait en dire autant de tous les collèges d’Ancien Régime. Plus intéressant : tout indique que les jésuites ont travaillé sinon « en corps » ou en se concertant (leurs travaux ne comportent pas, à notre connaissance, de renvois de l’un à l’autre) mais plutôt en adoptant une position commune. Remarquons d’abord (sans pouvoir les expliquer) leur parution tardive et leur concentration dans le temps, entre 1684 et 1689 – bien après les études du Dauphin, qui ne les a donc pas utilisés. Il en était pourtant question dès décembre 1676 (n° 77) ; mais en février 1677, Montausier s’étonne « qu’on trouve aussi peu de gens chez les Jésuites pour travailler sur nos auteurs » (n°8o), pour être rassuré quelques semaines plus tard : « Je suis bien aise de l’espérance que les Jésuites nous ont donnée pour nos ouvrages » (n° 83, avril 1677). Par la suite, Huet est prié d’user de son influence (n° 89, février 1678), mais dans les années qui suivent, le silence de sa correspondance avec Montausier sur ce point est éloquent : les directeurs semblent ne pas avoir de prise sur ces ouvriers. Les Cicéron viendront à leur heure, c’est-à-dire fort tard. Par ailleurs, ces ouvrages sont les seuls, avec le Tite-Live que nous savons achevé à grand peine et dans la précipitation, à ne pas être pourvus de l'index vocabulorum dont Huet était l’inventeur et auquel, nous le verrons, il était très attaché.9 Alors qu’Anne Le Fèvre, qui manifestement renâcle à les faire, s’en tire en les réalisant à moindres frais, et le jésuite de La Rue en en déléguant le soin à un tâcheron ou supposé tel, Lézeau10, les jésuites cicéroniens multiplient les index (historique, géographique, des types de lettres, des figures de style, des personnages – la liste varie évidemment en fonction du texte), entrelardant parfois les ouvrages d’index successifs se rapportant à chaque discours, sans pour autant céder à l’injonction de Huet. Il semble donc que ce soit eux que le directeur dénonce avec un ressentiment toujours vif :

Ce plan [les indices vocabulorum] qu’approuvaient beaucoup de gens et qu’ils souhaitaient voir se réaliser fut contre mon attente l’objet d’une violente opposition de la part de quelques-uns, à savoir de ceux-mêmes qui travaillaient aux commentaires, et que l’étendue et la sécheresse d’une pareille tâche épouvantaient. (Mémoires, V, p. iii.)

  • 11 Par exemple celui du Père Hardouin (1685) qu’il faudra remettre sur le métier pour la seconde édit (...)
  • 12 Ils n’en ont pas l’exclusivité : on en trouve aussi à la fin du Tacite de Pichon (1687), de l’Hora (...)

39Les jésuites, quand ils travaillent seuls (par exemple Etienne Chamillard sur Prudence, en 1687) dressent des indices vocabulorum, dont certains sont loin d’être négligeables11 ; concentrés sur Cicéron, ils s’y refusent, préférant manifestement une autre utilisation des textes, spécifique à chacun d’entre eux et reposant sur les choses12, non sur les mots. Aussi Jacques Proust, éditeur d’Aulu-Gelle, établit-il en 1681 un fort bel index vocabulorum, complété par un index des mots grecs, ce qui n’exclut pas une série d'indices thématiques complémentaires : des chapitres, des écrivains cités par Aulu-Gelle, des lois et autres « monuments »... Devenu six ans plus tard l’éditeur des discours de Cicéron relatifs à l’art oratoire, il s’en tient aux seuls indices thématiques.

40Dernière preuve de ce particularisme jésuite : la formulation du privilège qui leur est accordé. Montausier ayant eu la haute main sur la rédaction de celui du Virgile (Correspondance, n° 30), nous ne pouvons les regarder comme de simples manifestations d’une langue de bois administrative. Nous ne reprendrons pas tout ce que nous avons déj à cité :

Ne voulant rien oublier de tout ce qui peut contribüer à la bonne Education de nostre [...] Fils le Dauphin [...] Nous avons jugé que rien ne luy seroit plus utile pour cela que de lui faciliter la lecture & l’intelligence des anciens Auteurs de la Langue Latine [...]. Ainsi nous avons jeté les yeux sur plusieurs personnes sçavantes [...] pour travailler sur ces auteurs de la Langue Latine [...] & dans la distribution qui a esté faite de ce travail Nous avons chargé le P. de la Ruë de la Compagnie de Jésus de travailler à l’explication des Œuvres de Virgile.

  • 13 Il donne en 1684 un ouvrage historique, De romana republica (Paris, Veuve Simon Bénard) qui semble (...)

41Le même modèle sert à établir le privilège des Panegyrici veteres, octroyé le Ier octobre 1676, ou d’Aulu-Gelle, le ier janvier 1681 (mais aussi, il est vrai, de Boèce, procuré par Pierre Cally qui n’est pas jésuite). Les Cicéron offrent cependant une variante notable, qui constitue la reconnaissance du rôle particulier dévolu aux jésuites : « & dans la distribution qui a esté faite de ce travail Nous avons chargé plusieurs Pères de la Compagnie de Jésus de travailler à l’explication des Ouvrages de Cicéron. » Il est donc permis de penser soit que Huet ne fut pas tout à fait maître du choix de ses dauphins, soit plutôt qu’il délégua facilement cette responsabilité à une Compagnie qui pouvait se charger de détecter les bonnes volontés ou les vocations, comme ce Hallot de Mérouville, préfet des classes au collège Louis-le-Grand, qui ne se fit pas autrement connaître que par les Orationes de Cicéron (1684), publiées quand il a déjà près de soixante ans, ou le jeune Cantel, dont le Justin (1677) est la première publication – il a alors trente-deux ans13, ou encore Chamillard qui, après son Prudence (1687), à trente et un ans, se consacrera à la numismatique. La Compagnie n’offrait-elle pas un véritable vivier de jeunes talents, comme cet obscur Michel Le Iellier (Quinte-Curce, 1678), d’origine modeste, qui deviendra quelques années plus tard confesseur du roi et grand pourfendeur de jansénistes ?

LES CRITÈRES DE RECRUTEMENT

  • 14 P.A. Deproost remarque que Mabillon, dans le Traité des études monastiques (1681), montre de l’est (...)
  • 15 La publication qui suivra celle-ci montrera ce qu’il faut en penser. Peut-être Huet a-t-il fait mo (...)
  • 16 C’est sans doute la raison pour laquelle, contrevenant à l’usage le plus général de la collection, (...)
  • 17 Le Boèce était cependant prêt pour l’impression dès novembre 1678 (Correspondance, n° 100).

42À quel titre, sur quelle recommandation devient-on dauphin ? Il est évident que plusieurs réponses sont possibles. Premier cas : les amis de Huet, notamment les deux Caennais, Pierre Cally (Boèce, 1680) et Guillaume Pyron (Claudien, 1677), salués par Huet comme de savants commentateurs14, bien que le premier, ultérieurement gagné par le cartésianisme, ait répandu cette infection autour de lui au point d’être contraint à une rétractation (Mémoires, IV, p.92, et VI, p. 143). S’ils ont donné satisfaction au directeur15, c’est aussi parce que leur compétence les avait particulièrement désignés : pour la Consolation de la philosophie de Boèce, pouvait-on souhaiter commentateur plus qualifié qu’un professeur d’éloquence et de philosophie ?16 Mais on remarquera que, si Huet dut penser assez vite à eux, ils ne firent pas pour autant partie des dauphins qui livrèrent le plus rapidement leur travail17 – on peut supposer également que la Consolation de la philosophie n’était pas une priorité avant la maturité du Dauphin.

  • 18 Il est quelque peu maltraité par Voltaire dans le Catalogue de la plupart des écrivains français q (...)

43Écrivain plus connu dans les cercles parisiens (il est de l’Académie française depuis 1650), Jean Doujat, au cours d’une longue carrière qui le voit notamment titulaire de la chaire de droit canon au Collège royal en 1651, et à la fin de sa vie historiographe de France18, a accumulé les honneurs et les productions. Mais était-il l’homme qu’il fallait pour le Tite-Live qu’on lui réclame avec insistance en 1674 (Correspondance, n° 26) et qu’il n’arrivera à publier qu’en 1682 (il a alors soixante-treize ans) ? Dominique Morineau (à qui nous devons ces remarques biographiques) fera voir que la lecture de l’histoire par un juriste est loin d’être sans intérêt (l’ouvrage est d’ailleurs salué comme « excellent » par Montausier – n° 151, janvier 1685), mais il fut manifestement dépassé par l’ampleur de la tâche. C’était du moins un grand nom, réputé de plus pour être un travailleur acharné. Il était a priori le dauphin idéal.

  • 19 Pour Hardouin comme pour les autres jésuites, nous devons évidemment beaucoup à la Bibliothèque de (...)
  • 20 Mais qui avait été achevé d’imprimer le 2 mai 1684 ; il porte l’approbation du provincial Pallu, e (...)
  • 21 Geneviève Demerson, Alberte Jacquetin et Monique Mund-Dopchie insistent sur la nouveauté et l’impo (...)

44C’est aussi sa réputation, même si elle n’était alors que commençante, qui a sans doute valu à Hardouin d’être sollicité pour un Pline qui trouvait difficilement preneur (Correspondance, nos 16,40 et 41) : ce fils d’imprimeur-libraire originaire de Quimper, entré au noviciat à quatorze ans, en 1660, s’était fait connaître en 1681 grâce à quelques interventions dans le Journal des savants, dont certaines sur Pline, d’autres sur la numismatique.19 On objectera qu’il fallut certainement plus de trois ans (y compris les délais d’impression) pour venir à bout du monument qui devait voir officiellement le jour en 1685.20 Mais en 1681 il avait déjà beaucoup travaillé, et l’édition dauphine constituait le débouché idéal pour ses recherches. C’est donc à un véritable savant qu’a été confiée cette édition, qui est sans conteste la plus remarquable de toute la collection, comme le montrera la notice à paraître21 : n’est-ce pas d’ailleurs la seule qui soit gratifiée d’un privilège de vingt-cinq ans, les autres bénéficiant au mieux de vingt ans, parfois de six ?

  • 22 On ne saurait véritablement arguer de l’appartenance de Godouin (dauphin de César) au Collège roya (...)
  • 23 C’est lui qui devait prononcer l’oraison funèbre de Monseigneur, en 1711. Il était devenu confesse (...)
  • 24 Cela correspond parfaitement (mais sans en respecter l’ordre exact) à ce que nous apprennent les d (...)
  • 25 À noter que le Virgile et Salluste sont les seuls auteurs à être relativement volumineux, les autr (...)
  • 26 On peut supposer que Bossuet fit diligence pour assurer à cette date à Huet : « le roi a très bien (...)

45Mais il semble bien que nous ayons fait ainsi le tour des personnalités qui se recommandent par leur érudition22 ou leur intérêt particulier pour un auteur, et qui ont fait leurs preuves quand on leur confie un ouvrage dauphin. On fera tout de même un sort particulier au Père Charles de La Rue, prédicateur fort célèbre en son temps23, auteur de pièces de théâtre latines dont on sait quelle fut leur importance dans les collèges jésuites (Agapitus, Agathoclès). Comme l’indique Dolorès Pralon-Julia, c’est certainement la faveur du roi qui le désigna pour l’édition – ou peut-être qui incita Huet, très au fait du jeu de la cour, à recruter un personnage aussi en vue, par ailleurs son « ami de longue date » (Mémoires, V, p. 130). Si le travail de Charles de La Rue apparaît comme exemplaire à Montausier (Correspondance, n° 28), il est officiellement désigné comme tel : on en attend la publication pour présenter à la cour plusieurs volumes de la collection, ce qui n’est sans doute pas dû à un respect particulier pour Virgile (cependant nous ne l’excluons pas complètement). En effet, le 8 octobre 1675, Léonard vient à Versailles pour apporter à Montausier cinq auteurs « tous reliés » (ce sont Térence, Salluste, Velleius Paterculus, Florus et Phèdre24) et il promet « Justin et Cornelius Nepos » pour la Toussaint (n° 53), ce qui fera huit avec Virgile (confié à un autre libraire-imprimeur, Simon Bénard) : « il y a peu à attendre et cela sera bon de donner huit auteurs tout à la fois ».25 Et de fait, le Virgile étant achevé d’imprimer le 30 octobre 1675, plusieurs ouvrages (Bossuet ne précise pas lesquels) sont présentés au roi entre le 20 et le 23 novembre26 ; on n’a pas attendu Justin (qui paraîtra exactement un an plus tard), ni sans doute Cornelius Nepos, d’abord promis pour la Saint-Martin (11 novembre) et finalement achevé d’imprimer le 28 novembre 1675.

  • 27 Voir le Dictionnaire de Port-Royal, à paraître sous la direction d’Antony McKenna, The Voltaire Fo (...)
  • 28 Celui-ci servira de modèle à l’abbé d’Olivet, quand il préparera sa propre édition Ad usum Delphin (...)
  • 29 En 1689, il se dira Helvetius (suisse), par référence à son pays de naissance où il retournera, pu (...)

46Outre l’argument que donne Montausier (la présentation de huit ouvrages ensemble, dont certains dataient déjà d’un an, impressionnerait davantage), il est certain qu’on avait tout intérêt à bénéficier de la flatteuse réputation du révérend Père – ne serait-ce que pour prévenir la désastreuse impression que pouvait produire le nom des auteurs ; Camus étant mort en 1674, et si l’on excepte le jésuite Riguez (Velleius Paterculus), les trois dauphins restants étaient protestants (Anne Le Fèvre et Crespin) et janséniste (Danet27) – nous y reviendrons, en nous contentant de constater pour le moment que la collection Ad usum Delphini ne paraît pas dominée par des affrontements idéologiques et religieux, ou dirigée selon une ligne particulière. Toujours est-il que grâce au Virgile du Père de La Rue28, on peut produire devant la cour un ouvrage digne de Monseigneur, assurément plus présentable que celui d’« Anna Tanaquili Fabri filia » ou que celui de Daniel Crespin, qui ne peut se targuer d’aucun titre29, et dont l’ouvrage, est-ce un hasard ?, est l’un des deux seuls volumes de toute la collection à ne pas être dit Jussu Regis (sur l’ordre du roi), le second étant le Dictionarium novum latinum etgallicum de Danet (1673). De plus, le Révérend Père n’est pas de ceux que l’on convoque : « comme vous me marquez que le Père de La Rue désire être présent quand son ouvrage sera présenté, vous n’aurez qu’à voir les mesures qu’il y a [à] prendre pour le contenter, les autres qui ont travaillé aussi et les libraires tout ensemble » (Correspondance, n° 55, 7 novembre 1675).

  • 30 Une ode grecque sur l’immaculée Conception avait remporté un prix à Caen en 1670. Cela doit-il êtr (...)
  • 31 Un témoignage de sa bienveillance envers Huet, au moment de la publication de la Demonstratio evan (...)
  • 32 Voir DGS, article « Harlay de Champvallon ».
  • 33 Le Tellier devait donner aussi en 1675 des Avis importants et nécessaires aux personnes qui lisent (...)

47On avait même toutes les raisons de mettre en avant le rôle du jésuite, qui avait publié dès 1667 un poème consacré aux conquêtes de Louis XIV en Flandre (il devait être traduit par Corneille, comme un second poème, consacré aux victoires de 167230) (Dolorès Pralon-Julia). Il avait également largement contribué aux Symbola heroica offerts à l’archevêque de Paris récemment nommé, Harlay de Champvallon, ancien évêque de Rouen qui avait conféré la tonsure ecclésiastique à Huet en 1656 (Mémoires, V, p. 10631). Antijanséniste et antiprotestant immensément ambitieux, Monsieur de Paris, qui était admis de par sa fonction au Conseil de conscience et qui avait ainsi l’oreille de Louis XIV (dont il était en retour le fidèle exécutant)32, recevait avec ces Symbola un hommage qu’il ne pouvait manquer d’apprécier. Cet ouvrage collectif publié chez Mabre-Cramoisy en 1672 était aussi l’œuvre de Jacques de La Baune et de Michel Le Tellier, tous deux dauphins dans les années qui suivent...33 On ne pouvait donc trouver ouvriers plus sûrs que ceux-là ; ils étaient en tout cas moins suspects que les premiers collaborateurs.

  • 34 À noter que cette célébration des victoires de la Guerre de dévolution a été publiée à Caen, ville (...)
  • 35 Rappelons que le privilège dont relève Velleius Paterculus est registré seulement le 16 novembre 1 (...)
  • 36 Correspondance de Bossuet, t. I, lettre 137, 26 juin 1676, p. 396.
  • 37 BNF, ms f. fr. 22844.

48Les recommandations des autres dauphins jésuites ne sont pas de nature très différente ; Jacques Proust (Aulu-Gelle, 1681) est en 1671 l’auteur d’un Ludovico Magno de Batavis triumphanti epinicium34 ; Philibert Quartier est un dauphin tardif (1685) – il est vrai qu’il avait dû attendre 1679 pour célébrer le roi et le retour de la paix après la guerre de Hollande (Ludovico Magno pro confecta feliciter pace panegyricus) et les années 1680-1681 pour chanter la France victorieuse et le triomphe de la religion, dans deux ouvrages qui portent ce titre. Plus rapide, et dauphin plus précoce puisqu’il est parmi les premiers présentés, Riguez ouvre sa carrière par des panégyriques du Grand Condé, exaltant notamment la victoire de Sennef (1674) – si l’intervalle entre ces écrits et l’édition dauphine est réduit35, c’est sans doute qu’il faut y voir, plutôt qu’un moyen d’éveiller la bienveillance du roi et l’intérêt des lettrés, un passage obligé ; c’est aussi certainement le cas pour Jules Fleury (Apulée, 1688), chanoine de Chartres, auteur d’une traduction latine de l’ouvrage d’Origène, De la prière, qui intéresse Bossuet et que connaît Huet dès 167636 – mais il écrit aussi une ode Ludovico Magno victori pacifico37 dictée par l’admiration et peut-être la nécessité. Guillaume Pyron avait pour sa part dédié un poème au Dauphin, pour lequel Montausier le remercie par l’intermédiaire de Huet (Correspondance, n° 20, 10 mai 1673). Quant au Père Jean Commire, premier pressenti pour l'Histoire Auguste (n° 29), il s’était fait connaître, et depuis longtemps, exclusivement par ses poésies latines (il lui était donc difficile de ne pas avoir célébré le roi) ; ce sont elles, ainsi que son amitié ancienne pour Huet qui lui voue une grande admiration (Mémoires, I, p.25-26), qui le qualifient pour participer à la vaste entreprise qui doit sauver les lettres latines.

  • 38 Certains ont pour le moment résisté à nos recherches : Auguste Babelon (Suétone), Julien Pichon (T (...)

49Le seul point commun entre tous ces dauphins38 semble donc avoir été l’aisance à manier le dactyle et à célébrer la grandeur du roi.

  • 39 Rappelons aussi que la plupart des préfaces aux poètes sont elles-mêmes en vers et que dans plusie (...)
  • 40 Voir ci-dessus, chapitre premier, plus particulièrement la note 73.

50La première de ces conditions constituait une garantie pour une édition entièrement en latin fondée sur l’apprentissage et la pratique de la langue latine ; de plus elle laisse assez voir que, au moins dans l’esprit de son premier concepteur, elle ne relève pas de ce que l’on appelle aujourd’hui l’« érudition » ; il s’agit plutôt d’être capable de rendre aimable, séduisante, une culture en passe d’être oubliée : la devise que porte le frontispice n’est-elle pas « Dulcedine cantus trahitur » (on – ou « il » – est entraîné par la douceur d’un chant) ?39 Quant à la compétence, elle est supposée chez ces esprits dont beaucoup ont été formés par les jésuites, distingués par eux et ayant choisi de rester dans la Compagnie. Mais la seconde laisse à penser. Si Huet lui-même donna l’exemple de cette aptitude à « suivre le torrent »40, et s’il fut, par ailleurs, suffisamment lié avec les jésuites pour savoir à quoi s’en tenir réellement sur les candidats qu’on lui proposait, on peut se demander dans quelle mesure le nom de certains dauphins ne lui fut pas imposé, ou suggéré avec insistance. La manière dont il évoque sa déception devant le choix peu heureux de plusieurs dauphins ne serait-elle pas le moyen de renvoyer à d’autres, qu’il n’a pas le droit d’évoquer, une responsabilité qu’il est censé assumer seul ?

DES HUGUENOTS D’AVENIR

  • 41 Comme elle ne s’est mariée avec Dacier qu’en 1683, postérieurement à ses travaux dans la collectio (...)
  • 42 La chose est narrée avec indignation par Eugène et Emile Haag, La France protestante, Genève, Slat (...)
  • 43 Voir Noémi Hepp, Homère en France au xviie siècle, Paris, Klincksiek, 1968, et les actes du colloq (...)
  • 44 Saumur, René Péan, 1670. Voir Roger Stauffer, L’Affaire d’Huisseau, une controverse protestante au (...)
  • 45 Voir aussi Correspondance de Bossuet, à Huet, 16 avril 1674 (lettre 94, t. I, p. 316) : « Je vous (...)
  • 46 Cela n’exclut pas les critiques des philologues, qui le jugent avec sévérité.

51Parmi les dauphins qu’il nous reste à nommer, les plus célèbres, justement cités par Huet (Mémoires, V, p. 112) : Anne Le Fèvre41 et son futur époux André Dacier, qui apparaissent dans le premier quart du xviiie siècle (Anne meurt en 1720, André en 1722) comme le fer de lance de la science philologique française. André Dacier accumulera les publications et les honneurs après l’opportune conversion du couple, en 1685 (quelques mois avant la révocation), qui entraîne celle de la ville de Castres dont Dacier était originaire42 : il est nommé en 1694 garde de la bibliothèque du roi, puis membre de l’Académie des inscriptions et de l’Académie française tandis que son épouse apparaîtra comme le traducteur et le défenseur d’Homère pour près d’un siècle.43 Mais dans les années 1675-1680, rien ne le laisse prévoir. La fille de Tanneguy Le Lèvre et l’élève de celui-ci doivent être rapprochés de Daniel Crespin (Salluste, 1674, et Ovide, 1689), quoique ce dernier soit beaucoup plus obscur : tous trois sont protestants, et Daniel Crespin, régent de cinquième à l’Académie de Saumur, a été mêlé de près à une affaire à la suite de laquelle T. Le Fèvre s’est retiré de cette Académie en 1670, tandis que Crespin lui-même en était révoqué la même année. Le Fèvre et Crespin (ainsi que J. Cappel le Jeune) avaient prêté la main à la publication de l’ouvrage d’Isaac d’Huisseau Réunion du christianisme, ou la manière de rejoindre tous les chrestiens sous une seule confession de foy44, qui avait suscité la colère du synode d’Angers mais ne pouvait qu’attirer la sympathie de Huet, lequel devait travailler lui-même plus tard au rapprochement des religions (Correspondance, nos 130 et 133). Crespin se retrouve donc sans emploi quand on commence à penser à la collection. C’est sans doute Le Fèvre qui l’adresse alors à Huet, lequel l’emploie immédiatement, puisqu’il est chargé de Salluste, le deuxième volume à être achevé (novembre 1674), et on sait qu’il était resté en relations avec Anne Le Fèvre (n° 23, 15 décembre 1673). Il apparaît comme un homme de confiance, chargé de transmettre les consignes entre Montausier et Huet – quoiqu’on ne soit pas toujours parfaitement content de ses services(nos 31 et 32, octobre 1674, et n° 70, mai 1676).45 On fait encore appel à lui beaucoup plus tard, pour l’Ovide qui sera l’avant-dernier auteur de la collection (avant Horace, et si l’on excepte Ausone, miraculé en 1730) – sans doute aura-t-il à cœur alors de produire un index exhaustif, le plus impressionnant de la collection, qui occupe un volume à lui seul.46 Entre-temps, il suscite la « compassion » de Montausier qui, pour Dacier et lui, est prêt à faire exception à la règle qu’il avait lui-même rappelée avec vigueur à l’égard des jésuites en 1674 : ne jamais payer par avance (n° 77, février 1676).

  • 47 Des sources contradictoires la placent soit en 1647, soit en 1651, date la plus généralement reten (...)
  • 48 Les exemplaires que nous avons consultés sont de 1675 ; certaines bibliographies anciennes le plac (...)
  • 49 Correspondance, n° 11.
  • 50 Ce n’est cependant pas tout à fait le cas pour Danet. Celui-ci devait faire partie, en bon rang, d (...)

52En 1671, Le Fèvre avait sollicité Huet (Correspondance, nos 7 et 8) apparemment sans succès, bien qu’il laisse entendre qu’il est prêt à abandonner la religion réformée, puisqu’en 1672, peu avant sa mort, il devait partir pour Heidelberg où il était invité par l’électeur palatin, désireux d’accueillir un savant de sa réputation. Il avait eu le temps de recommander sa fille au sous-précepteur (n°8), suggérant qu'elle est une excellente « lectrice » et qu'elle est douée de toutes sortes de talents de société (danser, jouer du luth...) mais aussi qu'elle a été fort bien instruite par lui. Il a soin de minorer les capacités de cette fille savante, dont la première qualité, selon lui, est d’être trop timide et « fort modeste » : elle « ne veut pas qu’on sache qu'elle n’ignore ni le grec ni le latin ». En sait-elle beaucoup ? Elle a « vingt-quatre ans », ce qui lui donne 1647 Pour année de naissance47 ; comme elle a suivi les études que Le Fèvre a dispensées à son jeune frère (âgé de treize ans), elle ne sait « rien de plus, car il n’y a que trois ans que je l’ai entreprise et que j’ai commencé de l’instruire ». Ce serait donc après quatre ans d’étude sous la férule de son père, et deux ans de travail seule, qu'elle donnerait son premier volume Ad usum Delphini, dès 1673 un Callimaque48 que Huet juge digne de mention dans ses Mémoires, et neuf ans après la mort de son père une traduction d’Anacréon et de Sapho (1681). Nul doute que Le Fèvre minimise les études de sa fille, pour qui il n’envisage nullement une carrière d’érudite – pareille hypothèse étant d’ailleurs absurde ; il cherche à lui assurer une place de demoiselle de compagnie dans le monde ou un mariage avantageux (« elle est d’une fort belle taille ayant beaucoup de dignité »). Huet dut être surpris de la trouver si instruite. Ayant alors (sans doute en 1672) à distribuer le travail, qui se trouvait dès l’origine compromis par la mort du premier dauphin, le « bonhomme » Camus49, chargé de Térence qui aurait dû ouvrir la collection (ainsi que l’indique la préface), il se tourne vers des ouvriers encore peu expérimentés (Crespin, Danet, et surtout Anne Le Fèvre) et qu’un statut social incertain50 incite à faire leurs preuves rapidement. Qu’aucun des quatre premiers dauphins n’ait été un savant de renom témoigne sans doute une nouvelle fois que, dès l’origine, la collection n’a pas vocation érudite et qu’on préférait la lancer rapidement, en imposant un certain mode de travail aux collaborateurs, plutôt que la doter d’un patronage prestigieux. C’était aussi un moyen de mettre le pied à l’étrier à des jeunes gens qui devaient par la suite illustrer les belles-lettres. Et c’est seulement dans une deuxième phase – très précisément en 1673 – que Eluet prend contact avec des savants étrangers renommés : Leibniz, alors à Paris (Correspondance, nos 16, 18, 19, avril-mai), et Graevius (n° 21, octobre).

  • 51 Du moins si notre lecture de ce passage est correcte.
  • 52 Voir ci-dessous le chapitre que leur consacre Martine Furno (chap. IX).
  • 53 En 1681, on désespère de voir achevé son travail sur Ovide et Montausier envisage de le confier à (...)
  • 54 Selon E. et E. Haag, ouvrage cité, dont les bibliographies sont peu fiables, c’est en raison des q (...)
  • 55 Comme le montre Edith Flamarion dans les notices qu’elle consacre à Eutrope et Florus, à paraître (...)
  • 56 Tout en détournant soigneusement le sens des annotations de l’érudit, peu enclin, lui, à se laisse (...)

53Les premiers dauphins ont-ils donné satisfaction ? Pour Danet, la réponse est partiellement négative. Alors qu’on lui fait confiance pour trouver un nouveau dauphin qui complétera le travail de Camus ('Correspondance, n° 11), Montausier n’est pas content du Phèdre (n° 26) – mais peut-être est-ce seulement de l’impression que l’on se défie ; toujours est-il que Danet n’est pas jugé propre à traiter Avienus51 (n° 29, novembre 1674). Il ne s’en occupe pas moins depuis 1673 de travaux d’une autre envergure, une série de dictionnaires qui, eux, feront date dans l’histoire de l’édition52 – mais sur lesquels, curieusement, Huet comme Montausier observent un silence absolu, les considérant sans doute comme en marge de la collection et ne s’intéressant qu’aux auteurs. Crespin, nous l’avons dit, sera sollicité de nouveau pour un auteur dont l’absence, comme celle d’Horace, aurait constitué une lacune inadmissible dans la collection.53 Quant à Anne Le Lèvre, elle est le pilier de l’entreprise, mais pour des ouvrages qui répondent à des caractéristiques précises54 : comme le fait remarquer Edith Flamarion, ce sont des ouvrages courts, relevant tous du même genre, l’histoire sous forme d’abrégés, dont les textes n’offrent pas d’énormes difficultés de compréhension : ce que son père appelait les « petits historiens » (en vantant leurs mérites pour l’initiation au latin), Florus (1674), Aurelius Victor (1681), Eutrope (1683), traditionnellement réservés à la classe de cinquième, à quoi il faut ajouter Dictys et Darès (1680). De plus, les trois historiens ont été édités par son père dans l’année qui a précédé sa mort. Anne Le Fèvre s’y réfère volontiers55, comme elle le fera avec insistance pour la savante édition de Callimaque en 1675 (« amantissimus pater meus... ») ou encore pour Anacréon et Sapho en 1681.56 C’est aussi une héritière que Huet fait travailler.

  • 57 L’édition est dite, non pas cum interpretatione mais cum emendationibus (avec des corrections) ; c (...)
  • 58 Cela ne concerne évidemment pas, nous le rappelons, les travaux de Hardouin et de Souchay.
  • 59 Elle en arrive même, dans la préface d’Eutrope, son dernier ouvrage (1683), à ne pas mentionner la (...)

54Mais on peut deviner qu’après avoir demandé humblement conseil à son mentor pour les détails d’impression, voire de typographie, de son Callimaque (Correspondance, n° 23, 15 décembre 1673), et tout en sollicitant respectueusement son avis quand elle achève une préface (n° 127, 31 juillet 1681), elle finit par se rebiffer au fil des années et des travaux. Nous avons déjà relevé qu'elle se pliait de mauvaise grâce aux lois de la collection : ses quatre index sont sommaires ; l'interprétatif) est peu développée, voire inexistante pour Eutrope57 – mais cela tient surtout à la nature des textes proposés. Son annotation consiste assez souvent, notamment dans Eutrope, en références à ses autres éditions dauphines, Florus et Victor, voire en renvois quasi mécaniques concernant la chronologie. Elle vante son mérite, comme beaucoup d’autres dauphins qui se targuent dans leurs préfaces d’avoir accompli un travail à nul autre pareil (cela paraît même être une sorte de passage obligé) alors que toutes les analyses auxquelles se sont livrés nos collaborateurs ont montré qu’ils se contentaient souvent de reprendre une édition antérieure.58 Elle déclare même qu'elle est la première à entreprendre le travail de commentaire sur Dictys (nous avons vu au chapitre II qu’il n’était pas tout à fait inconnu), qu'elle a tiré Eutrope du néant où il était plongé par manque d’intérêt des commentateurs, chez qui elle n’a trouvé aucune aide - ce qui est faire bon marché des notes de son propre père comme de celles d’Élie Vinet (Bâle, 1559, nombreuses rééditions) ; à supposer qu'elle ait ignoré l’édition prussienne de Cellarius, parue cinq ans plus tôt (1678) à Zeitz (Cizae), elle disposait aussi d’une édition d’Amsterdam (1647) et de toute la tradition scolaire qui ne pouvait manquer de s’attacher à un auteur aussi régulièrement présent dans les classes, même élémentaires. La collaboratrice la plus sollicitée (pour des tâches qui ne furent pas les plus glorieuses) ne fut sans doute pas la plus docile, ni la plus modeste.59

  • 60 Phèdre ne compte qu’une centaine de pages et Cornelius Nepos moins de cent quarante.
  • 61 Le privilège avait été octroyé au libraire Lambert Roulland.
  • 62 Nous en reparlerons au chapitre V, « Du texte au livre ».

55Sa correspondance avec Huet révèle aussi quelles difficultés matérielles étaient les siennes. Elle se plaint à Montausier, par son intermédiaire, d’avoir été mal rétribuée pour Florus (Correspondance, n° 122) et revendique un paiement supplémentaire pour Dictys et Darès, arguant du fait « que ce sont deux auteurs » et qu'elle entend « être payée sur ce pied-là » (n° 122, 19 mai 1680, une semaine avant que son privilège ne soit registré). C’est faire preuve d’une mauvaise foi évidente, car les six livres de Dictys font environ cent quarante pages, et le De excidio, trente (la charge supplémentaire que représente l’index étant évidemment proportionnelle). Il en est peu de plus minces dans la collection.60 Bien que se plaignant toujours (« quoique cette récompense ne m’ait guère enrichie [...] », 6 juillet 1680, n° 123), elle obtient une somme importante, deux mille francs, et y ajoute de son chef dix pistoles (cent francs) qu'elle prélève sur les deux cents francs donnés à l’imprimeur par Montausier : « je crois qu’il ne sera pas fâché que j’aie eu cette petite douceur, le libraire gagnant assez » (ibid.). Celui-ci aura donc été payé neuf cents francs (voir aussi n° 127), puisqu’il avait préalablement reçu huit cents francs, conformément au « traité » passé avec elle, mais il est « l’homme le plus content du monde » (n° 123)61 – nous le verrons, il a quelques raisons de l’être. L’année suivante, mêmes plaintes mais réclamations nouvelles, car elle dispose pour Victor et Eutrope d’un privilège personnel qu'elle doit négocier avec un libraire, à charge pour elle d’avancer les sommes nécessaires à l’impression. Ce qui provoque l’incompréhension de Montausier, qui ne veut pas entrer dans le détail de ces paiements.62

  • 63 Voir G. S. Santangelo, ouvr. cité, p. 46-60.

56Rien n’est plus révélateur que la juxtaposition des lettres d’Anne Le Fèvre et d’André Dacier, avec qui elle vit et qu'elle épousera en 1683. Mais rien n’est peut-être plus trompeur, car nous n’avons pas toutes les lettres réellement envoyées, et surtout nous ne connaissons pas le dessous des cartes. Dans toutes ses lettres à Huet, qu'elle ne lui adresse que pour atteindre par-là Montausier, en une prose lourde embarrassée de circonlocutions (« ce retardement est cause que je ne me suis pas encore donné l’honneur de vous remercier de la lettre que vous m’avez fait la grâce d’écrire en ma faveur... », n° 129), quand elle n’est pas plate (« Je vous demande mille pardons, Monsieur, de la liberté que je prends », n 127, fin de la lettre), Anne Le Fèvre gémit, réclame, importune pour obtenir ce qu'elle estime être son dû. Simultanément, André Dacier envoie à Huet des félicitations dithyrambiques sur ses poèmes (« ...le quinzième m’enchante. Le dernier est divin et tous les autres sont dignes du dernier », n° 136), des réflexions attristées sur la liberté de pensée (n° 130) et la réconciliation des Églises (n° 133), dans des lettres fluides et élégantes, qui se gardent bien de mettre au premier plan ses propres travaux. À l’une les récriminations, à l’autre les considérations élevées. Opposition de caractères ? Répartition des tâches au sein du couple ? Inégalité de situation entre l’un, qui peut encore disposer du soutien financier de sa famille, et l’autre, réellement sans ressources depuis la mort de son père, et dans une situation d’autant plus précaire qu'elle a fui son mari pour venir à Paris ?63 La comparaison ne joue en tout cas pas en la faveur de celle qui devait devenir si célèbre.

  • 64 Souligné par nous. Mais il est trop poli pour s’attarder là-dessus ; il passe immédiatement à ses (...)

57Mais à y regarder de plus près, ces lettres révèlent davantage. Nous ne nous attarderons pas sur l’ambition qui affleure dans la correspondance d’André Dacier – elle est sans doute la version « masculine » des plaintes de sa compagne, qui n’a pas d’autre moyen de reconnaissance (et de survie) que le paiement de ses travaux. Il se déclare satisfait des félicitations qu’il a reçues pour son Festus (n° 133), mais reconnaît immédiatement que cela ne pourra « servir à [sa] fortune : on ne monte pas aujourd’hui par de semblables degrés » – aussi travaille-t-il à une traduction d’Horace qui sera plus efficace pour sa carrière (moins toutefois, semble-t-il, que sa conversion). La lettre suivante, un mois plus tard (n° 136, septembre 1681), le voit revenir sur son succès pour en créditer Huet car il se veut modeste. Mais alors que les félicitations pleuvent sur lui début août, « on [lui] paraît fort refroidi à la cour sur nos autres ouvrages »64 – c’est une allusion à l’accueil glacial reçu fin juillet par sa compagne (n° 131), qui n’a pourtant pas démérité avec son Aurelius Victor puisqu’on lui demandera encore Eutrope.

  • 65 Notes sur l’éloquence de Fléchier, dans Histoire de l’Académie française, 1785-1787, vol. 2, p. 41 (...)

58Peut-être est-ce là qu’il faut faire intervenir un incident pour lequel notre unique source d’information est d’Alembert.65 Louis XIV voyant avec une aigreur croissante les protestants, personne n’aurait osé introduire auprès de lui Anne Le Fèvre, qui lui avait dédié un ouvrage. Seul Montausier, dit-il, eut cette audace, ce qui lui valut une sèche repartie du roi, « qu’il faisait très mal de se rendre l’appui d’une race proscrite, que pour lui, il allait défendre à tout écrivain huguenot de lui dédier ses ouvrages, et qu’il commencerait par faire supprimer celui de Mlle Le Fèvre. “Sire, répondit le duc de Montausier au roi, avec une liberté à laquelle ce prince n’était pas accoutumé, est-ce ainsi que vous favorisez le talent et le mérite ? Et que vous importe que l’auteur soit catholique ou protestant, pourvu que son livre soit bon ? J’ose vous le dire avec vérité : une superstition si puérile est bien indigne d’un roi, et bien peu faite pour vous.” Il ajouta qu’il allait envoyer à Mlle Le Fèvre cent pistoles de la part du roi, et qu’il dépendrait de Sa Majesté de les lui rendre ou non. » Belle anecdote faite pour plaire à d’Alembert, qui n’en discute pas moins la réputation de courage et d’honnêteté de Montausier, car en d’autres occasions celle-ci lui paraît surfaite.

59Rien n’indique évidemment que cela se soit passé en 1681 – et peut-être la traduction de Plaute, en 1683, fut-elle une meilleure occasion pour cette diatribe royale ; mais ce dernier ouvrage ne paraît pas avoir été dédié au roi. L’indice fourni par la mention de « cent pistoles » (mille livres), ce qui correspond à la moitié du paiement d’un volume de la collection, n’est certainement pas suffisant. Et il est difficile d’imaginer que l’on ait fait une telle différence entre Dacier et Mlle Le Fèvre, alors qu’ils étaient de même confession – mais celle-ci portait un nom connu, et l’anecdote garde quand même un sens. Nous en retiendrons que Montausier, quoique fort sec parfois à l’égard de la jeune femme (Correspondance, n° 128), ne lui en assurait pas moins sa protection, et que celle-ci était indispensable. Elle sera de plus en plus nécessaire jusqu’en 1685, date à laquelle la conversion s’imposera à tout protestant qui voudra faire une carrière en France.

60Revenons à ce qui est plus certain à la date de 1681, la différence de traitement entre André Dacier et Anne Le Fèvre. Pourquoi faut-il à celle-ci tant de démarches pour obtenir son privilège, alors que celui du Festus, déposé en même temps, est registré le même jour que celui d’Aurelius Victor ? Fait-elle preuve d’inquiétude excessive ou doit-elle réellement se démener pour obtenir ce qui vient sans peine à André Dacier ? Il nous manque trop d’éléments pour en savoir davantage. Nous en connaissons cependant assez pour penser que sa collaboration à la collection Ad usum Delphini, pour régulière qu’elle fût, n’allait pas sans difficultés de tous ordres, et pour supposer que, si Huet la traite avec égards dans ses Mémoires (V, p. 112), c’est sans doute en partie parce qu’en 1713, lorsqu’il en entame la rédaction (qui sera achevée en 1718), elle est devenue Mme Dacier, traductrice reconnue et épouse d’un des hommes les plus en vue de la France savante, catholique et pensionnée.

LES DAUPHINS INTROUVABLES

  • 66 D’ailleurs, elles le donnent vivant jusqu’en 1677, ce qui ne correspond pas à ce que nous savons d (...)
  • 67 Il est certain qu’il y a un « mystère Térence » : pourquoi n’avoir fait figurer que le nom de Camu (...)
  • 68 Introduction à la Relation des Grands Jours d’Auvergne, Paris, Hachette, 1856, p. XXXI : « Je vois (...)

61Il est plus difficile de parler des dauphins qui ne vinrent pas à bout de leur travail, d’autant plus que nous ne connaissons rien de Girardin, choisi un moment pour Horace (Correspondance, n° 121, avril 1680, et n° 126, mars 1681), ni de Sainte-Garde pour l’Histoire Auguste (n° 43, 15 avril 1675) et pas grand-chose du « bonhomme Camus » (n° 11), pour reprendre l’expression de Montausier qui en use volontiers – sinon qu’il est surprenant qu’un « marchand de fer », comme le disent les biographies courantes66, ait été le premier dauphin, fort honorable au demeurant, même s’il n’a mené à bien son travail que sur deux des six comédies de Térence – encore faut-il savoir (grâce aux recherches approfondies effectuées par Eleonora Giordani) que cet amateur passionné d’humanités était lié aux Colbert, et docteur en droit – mais nous n’avons rien obtenu de plus.67 Et nous ne pouvons guère voir un dauphin en la personne d’Esprit Fléchier, un moment requis pour rédiger les parties d’apparat, Epistola, Praefatio, du Térence (nos 11 et 12), et que Sainte-Beuve prétend avoir été chargé d’Horace quand l’entreprise était encore dans les limbes68 – s’il en fut bien ainsi (car Sainte-Beuve ne cite aucune source), il ne fut jamais réellement désigné puisque, selon la préface d’Horace, les deux commentateurs choisis successivement avant Desprez sont morts.

  • 69 Notons cependant que Voltaire lui réserve une place dans le « temple du goût » : « Je demandai pou (...)

62Il est cependant deux savants qui méritent intérêt ; ce sont les deux seuls étrangers, Leibniz et Graevius, tous deux sollicités en 1673 (nos 16, 18-19, 21), aux débuts de l’entreprise, tous deux personnalités éminentes, mais à des titres différents : Leibniz est un savant universel69, Graevius un des meilleurs latinistes de l’époque. Leur recrutement correspond à une nécessité : donner une caution scientifique à l’entreprise et assurer son renom à l’étranger. C’est bien ainsi que l’a compris Crespin qui, dans la préface de Salluste, salue l’ambition de chercher des lettrés « intra et extra regnifines » (dans le royaume et en dehors). C’est aussi l’intention manifestée par le privilège que nous avons déjà cité :

Ainsi nous avons jeté les yeux sur plusieurs personnes sçavantes, tant de nostre Royaume, que de pais étrangers, pour travailler sur ces auteurs de la Langue latine [...]

  • 70 Voir notre annotation à la Correspondance.
  • 71 C’est ce qu’on trouve par exemple pour Tacite, où sont insérées les notes de Le Nain de Tillemont.

63Leibniz se trouvait alors à Paris en mission diplomatique ?70 ; il est douteux qu’il ait cherché à nuire à ses relations avec Huet en se montrant réticent devant le projet qu’on lui proposait. Il se montre même enthousiaste pour le projet, n’ayant pas de mots assez durs pour évoquer « le temps du mépris » qui est en train de tuer les lettres anciennes : la tabula rasa de Descartes lui apparaît comme une entreprise de destruction, à laquelle il faut s’opposer en menant une véritable croisade pour la sauvegarde des textes et de la pensée antiques (n °16, avril 1673). Huet lui répond immédiatement, mais un ton au-dessous : il est surtout soucieux d’efficacité (n° 18). La collaboration de Leibniz lui paraît en tout cas suffisamment précieuse pour qu’il lui suggère de prendre Vitruve, outre Martianus Capella (ou à la place de cet auteur ?). Mais aurait-il travaillé comme l’entendait le directeur ? Il suggère qu’il reprendra intégralement les notes de Grotius, ce qui rapprocherait cette édition de celles qui sont dites cum notis variorum.71 Il est évident que ce qui l’intéresse, c’est surtout de restituer un texte particulièrement épineux, et peut-être n’a-t-il pas tout à fait compris la finalité pédagogique de la collection, quoiqu’il justifie parfaitement l’usage de l'interpretatio ou traduction en latin, qui oblige à tirer au clair les passages délicats (n° 19). Son point de vue est celui de l’érudit qui produit un texte, non celui du lecteur dont il est censé faciliter la tâche.

  • 72 Voir lettre de Leibniz à Huet, mars 1679 (éd. citée, t. III, n° 203, notamment p. 466-467).
  • 73 Acta eruditorum, Lipsiae, typis viduae Joh. Caspari Mulleri, 1717, p. 327 (traduit par nous).

64Alors même que Leibniz est à Paris, en 1673 puis de nouveau en 1675 après un séjour à Londres, travaille-t-il à l’édition ? On peut imaginer qu’après avoir annoncé un échantillon de son travail sur Martianus Capella (n° 19), il s’est vite lassé des réunions du mercredi (n° 18) qui rassemblaient des commentateurs débutants, puisqu’on le sait avide de rencontrer les plus éminentes personnalités scientifiques de son temps durant son séjour parisien – mais en fait nous n’en savons rien. Il est évident qu’avec la guerre de Hollande, les communications deviennent difficiles, et que lorsque Leibniz regagne Hanovre, il est entièrement accaparé par les multiples activités mathématiques, historiques et politiques qu’il annonçait déjà à Huet pour justifier son absence à une des premières réunions de travail où il devait se rendre. La correspondance qu’ils continueront à échanger ne porte plus trace ensuite de ce projet commun, même si elle évoque de nouveau le mépris insupportable des modernes pour les anciens.72 Elle est consacrée à des sujets plus érudits, mais surtout à la Demonstratio evangelica que Huet fait lire à Leibniz avant publication, et qui suscitera chez ce dernier certaines réserves. Quant à son édition de Martianus Capella, il y avait travaillé sérieusement, d’après sa notice nécrologique des Acta eruditorum de Leipzig : « il n’aurait pas renoncé à ce projet, si les notes qu’il avait jetées sur le papier n’avaient pas été dérobées par des gens malveillants ».73 Il en reste néanmoins des traces non négligeables, mais presque illisibles, qui correspondent aux premier, deuxième et huitième livres des Nuptiae, sous forme de « version libre » selon le Catalogue critique des manuscrits de Leibniz, c’est-à-dire d' interpretatio, soit 68 pages trois-quarts (n° 443 E), à un résumé de l’ouvrage (l'argumentum) de 13 pages trois-quarts (n° 443 F et G), ainsi qu’à des passages de l’épilogue (n° 443 H à M). Signe que Leibniz était loin d’avoir tenu pour négligeable le travail philologique dont il s’était chargé.

  • 74 Dès mars 1669, il était question qu’il dédiât au Dauphin un de ses ouvrages : ce devrait être un C (...)

65Quant à Graevius, il avait aussi de bonnes raisons de ne pas déplaire à Montausier, et tout autant de pas faire avancer beaucoup son travail. Sans faire partie de la liste des « soixante pensionnés » (dont quinze à titre étranger) dressée par Chapelain en 1662, il bénéficiait d’une pension sur le Trésor royal.74 Il lui était donc difficile de se soustraire aux sollicitations de Huet, dont il est l’ami et auquel il restera très lié malgré sa défection, s’occupant notamment de publier ses œuvres à Utrecht (Mémoires, III, p. 61, VI, p. 151) et échangeant avec lui des considérations savantes (Mémoires, III, p.72-73). Mais le rythme soutenu de ses propres publications montre qu’il préfère se consacrer à de véritables éditions critiques, notamment sur Cicéron, et ce malgré les objurgations de Huet (Correspondance, n° 44, mai 1675). Les difficultés pour correspondre sont les mêmes qu’avec Leibniz, parfois pires comme l’indique la lettre de mai 1675, qui rompt un silence de « plusieurs mois ». La fin de la guerre de Hollande, en 1678, redonne espoir aux directeurs de la collection (n° 96,13 octobre ; n° 101, de Le Moyne, janvier 1679), au point que l’on peut croire l’ouvrage sur le point de paraître : « J’écrirai au premier jour à Monsieur Graevius afin qu’il ne fasse pas imprimer son ouvrage que je n’aie vu ce que c’est pour le rendre conforme à nos autres impressions » (n° 103, 18 janvier 1679). On envoie à Graevius les ouvrages déjà parus (nos 110 et H7, juin et septembre 1679), sans doute autant à titre de cadeau de prestige que pour servir de modèle à l’impression. Mais au printemps 1681 Montausier a compris que les agronomes ne verraient sans doute jamais le jour, et s’y est résigné (n° 126).

66Est-ce un hasard si les deux seuls savants confirmés et réputés de l’« équipe dauphine » (si l’on ose cet anachronisme) n’ont pas achevé leur tâche ? Eloignés de Paris, privés des directives et des encouragements de Huet, ils n’ont pas jugé utile de se consacrer à des éditions qui, chacun l’a reconnu, étaient ingrates et généralement peu exaltantes. Sans doute Huet a-t-il préjugé de son influence sur eux ; de plus, les premiers ouvrages publiés, de l’aveu même du directeur (Correspondance, n° 44, mai 1675), n’étaient pas assez brillants pour convaincre Graevius ou Leibniz de fondre leur nom dans la collection. De ce point de vue, l’échec est patent : l’entreprise n’aura été ni savante ni internationale.

LE DERNIER DAUPHIN

  • 75 Histoire de l’Academie des inscriptions et belles-lettres, t. XVIII (Paris, 1753), p.460. Fréret e (...)
  • 76 Ibid.
  • 77 Ou plutôt qu’elle est justifiée par le mépris dans lequel Fréret tient beaucoup de ses confrères, (...)

67Elle a pourtant séduit, cinquante ans plus tard, un fort honorable lettré, l’abbé Souchay. Entré à l’Académie des inscriptions en 1726, il s’y distingue par son assiduité et surtout son intérêt pour les belles lettres plus que pour les matières proprement historiques – ce qui est d’ailleurs courant à l’époque. Quand il sera professeur d’éloquence au Collège royal (deux ans après le succès de son Ausone, en 1730), il se fera honneur d’expliquer toutes les harangues de Cicéron. Mais sa réputation n’est pas tout à fait celle d’un savant éditeur : « il donna au public le commentaire de Jules Fleury sur Ausone, dans la forme de ceux qui ont été composés pour l’usage de Mgr le Dauphin » selon Fréret, le rigoureux secrétaire de l’Académie qui compose sa notice biographique.75 Sa réputation fut telle que libraires et auteurs s’empressèrent de « lui proposer de revoir et de retoucher des ouvrages manuscrits et quelquefois des ouvrages déjà imprimés, soit pour en corriger le style, soit pour en changer la disposition ».76 Il serait donc apparemment un simple correcteur, qui a repris les notes de son prédécesseur, se contentant « de restituer ce qui avait été perdu » (car l’ouvrage, bien qu’achevé, n’avait qu’à peine commencé d’être imprimé), « de revoir la glose, qui avait grand besoin d’être retouchée pour le style, de faire aux notes tous les changements nécessaires, et d’ajouter un index qui manquait absolument ». L’éloge est maigre. Bruno Bureau fera voir, dans le second volume, que cette sévérité est en grande partie infondée.77 Mais ce qui importe davantage ici, c’est de comprendre pourquoi Souchay se place sous le patronage d’une collection morte depuis longtemps, quand aucun intérêt financier immédiat n’y est plus attaché.

68Il est certain qu’il n’est pas un véritable dauphin : il n’a manifestement pas connu Huet (qui meurt pourtant seulement en 1721), et surtout il n’a aucune réelle familiarité avec la collection et son histoire. Nous avons déjà noté ses innombrables erreurs bibliographiques ; il faut y ajouter la désinvolture en la matière de sa préface, qui se contente de reprendre mot à mot les Mémoires de Huet pour évoquer la fin de la collection – il ne nous apprend rien que nous ne sachions déjà. Mais l’essentiel réside dans l’esprit de son travail et dans sa volonté de continuité.

69Ce qui a joué est certainement d’abord le principe de la solidarité et de la fidélité des savants envers leurs prédécesseurs : l’héritage existait, il ne fallait pas le laisser perdre. Mais pourquoi dans le cadre des éditions Ad usum Delphini ? Publier Ausone ailleurs, c’était se priver de la « glose », continue comme pour tous les poètes. Mais reprendre le nom de la collection, revendiquer celui du commanditaire (l’édition est dite jussu regis, sur l’ordre du roi, comme la quasitotalité des autres), c’est aussi garantir à l’ouvrage un public qui a commencé depuis longtemps à collectionner « les ad usum », tout en le surprenant par une initiative sans précédent. Cela n’empêche pas pour autant Souchay d’appliquer sa propre méthode, beaucoup plus rigoureuse que celle des autres dauphins, et de donner « une véritable édition scientifique d’Ausone », pour reprendre les termes de Bruno Bureau. Ce qui avait jusque-là empêché la collection de prendre ce tour, c’était la hâte des commentateurs et des directeurs (due aux impératifs de l’éducation du Dauphin, à la peur de ne pas être payés...), une certaine absence de préparation, mais surtout la volonté avouée de Montausier d’aplanir toute difficulté pour le lecteur et de lui fournir une annotation qui fasse la synthèse de ce que l’on savait déjà, non de procurer des éditions novatrices. Délivré de ces contraintes, Souchay peut donner à son travail l’infléchissement qu’il juge nécessaire, sans pour autant négliger les impératifs de la clarté : l’ouvrage « se veut aussi une introduction à l’œuvre d’Ausone ».

70On serait donc tenté d’y voir (peut-être de manière un peu artificielle) une harmonieuse conciliation d’impératifs opposés. Ce « tard venu » est plus sûrement le prolongement hautement estimable d’une entreprise délicate, ambitieuse, voire presque impossible à mener, qui n’a pas tout à fait manqué son but dans la mesure où elle a effectivement donné leur chance à de jeunes lettrés brillants : Anne Le Fèvre et Dacier, au premier chef. On peut même se demander si le profit n’a pas été aussi intellectuel : en commentant Dictys et Darès, en faisant jouer à leur détriment la comparaison entre eux et Homère, n’a-t-elle pas été portée vers celui dont elle devait inlassablement traduire et commenter l’œuvre ? Et sans doute Dacier a-t-il dû avec Festus apprendre son métier de philologue plus sûrement qu’avec sa traduction d’Horace en dix volumes, assortie de remarques, qui devait lui valoir l’attention du public, certes, mais aussi quelques volées de bois vert de la part des savants. La Rue avait d’autres titres de gloire et n’était déjà plus un inconnu quand il devint dauphin, mais sa carrière n’en a pas moins profité du succès de son Virgile, auquel il restera fidèle puisqu’il le remaniera pour deux publications ultérieures, en 1682 et en 1699 – signe qu’il n’en attendait pas qu’un profit immédiat, mais que l’édition de cet auteur répondait chez lui à un véritable intérêt intellectuel. On sera plus réservé sur d’autres cas, Cantel devenant numismate après avoir commenté Claudien et surtout Le Tellier, dont la carrière s’est infléchie après Quinte-Curce. On constatera surtout que les Riguez, Babelon, Dufay, Pichon et autres Desprez n’ont pas laissé de nom dans les lettres. L’échec de la collection s’étend-il aussi à cela ?

Notes

1 Nous ne comptons pas Jean-Baptiste Souchay, qui reprit de sa propre initiative les notes laissées par Fleury pour donner l’Ausone (voir la fin de ce chapitre). Pour ces indications biographiques, nous devons beaucoup à chacun des membres de l’équipe Ad usum Delphini.

2 Dacier devait aussi en donner un second, dont nous ne savons rien (Correspondance, n° 133, 12 août 1681).

3 À moins que, comme il ressort des observations de J.-H. Abry, Dufay ait été un dauphin très honorable, et que les difficultés évoquées par Huet n’aient servi qu’à justifier son intervention personnelle dans un ouvrage de la collection (voir cidessus, chapitre premier).

4 Correspondance, n° 44, à Graevius, mai 1675,et n° 84, à Vossius, 1er juin 1677.

5 C’était également ce que déplorait publiquement Montausier, au témoignage de Spanheim, dont nous avons déjà eu l’occasion de constater qu’il était remarquablement exact : « [...] par le choix peu heureux des personnes (si l’on en excepte un fort petit nombre) qui y ont travaillé, et par la manière dont ils s’en sont acquittés. C’est ce que le même duc de Montausier n’a pas dissimulé plus d’une fois pendant mon dernier séjour en France, non plus que le déplaisir qu’il en avait » (ouvr. cité, p. 59) ; sa correspondance avec Heinsius, aux débuts de la collection (Correspondance, n° 66, mars 1676), témoigne également de son inquiétude.

6 Voir C. Volpilhac-Auger, « La collection Ad usum Delphini : entre érudition et pédagogie », Les Humanités classiques, numéro spécial de la Revue d’histoire de l’éducation, INRP, 1997, n° 74, p. 203-214.

7 À noter que Huet n’est pas sans réticences envers l’expression latine des jésuites : « Les jésuites communément écrivent et parlent bien en latin, mais leur latinité pèche presque toujours en ce qu’elle est trop oratoire. Cela vient de ce que dès leur première jeunesse on les fait trop régenter. » Ce reproche frappe surtout le style épistolaire (Huetiana, chap. XXVII, p. 70 et suiv.).

8 On remarquera, à la suite de Francis Goyet, que la présentation par le Père Proust des citations parfois très longues comme exempla est caractéristique de la pédagogie jésuite, selon un procédé de visualisation destiné à faciliter le travail de l’étudiant.

9 En est également dépourvu, et pour cause, le Festus de Dacier, puisqu’il consiste justement en une liste alphabétique.

10 Voir ci-dessous la section que Martine Furno consacre aux indices vocabulorum-. c’est à elle que nous devons tout ce que nous en savons.

11 Par exemple celui du Père Hardouin (1685) qu’il faudra remettre sur le métier pour la seconde édition ; voir la lettre de l’abbé d’Olivet à Bouhier du 14 octobre 1722 : « [Le Pline] du Père Hardouin s’achève, on imprime actuellement la lettre A de la table, qui contiendra en tout quatre-vingts feuilles » (Correspondance littéraire..., p. 85). L’édition paraîtra en 1723 ; celle-ci étant considérablement modifiée, et le format étant passé de l’in-4° à l’in-folio, l’index avait forcément dû être intégralement renouvelé. On avait à l’origine prévu deux volumes, on dut en prévoir un troisième pour les tables.

12 Ils n’en ont pas l’exclusivité : on en trouve aussi à la fin du Tacite de Pichon (1687), de l’Horace de Desprez (1691), qui n’avait pas jugé utile d’en faire bénéficier son édition de Juvénal et de Perse, en 1684.

13 Il donne en 1684 un ouvrage historique, De romana republica (Paris, Veuve Simon Bénard) qui semble avoir été en usage dans les classes.

14 P.A. Deproost remarque que Mabillon, dans le Traité des études monastiques (1681), montre de l’estime pour Cally.

15 La publication qui suivra celle-ci montrera ce qu’il faut en penser. Peut-être Huet a-t-il fait montre d’une politesse diplomatique à leur égard ; mais rien ne le contraignait à les citer dans ses Mémoires (il mentionne tout au plus une demi-douzaine des dauphins), surtout après les égarements cartésiens de Cally. C’est même d’autant plus remarquable que dans l’intimité de leur correspondance, Montausier s’avoue déçu par le second : « J’ai vu l’épître et la préface du sieur Pyron pour le Claudien et je vous les renvoie. Quoique le tout soit assez grossier, je n’y ai rien trouvé de particulier à redire. Vous les reverrez et vous les corrigerez si vous le jugez à propos avant que de les donner à imprimer » (n° 77, 14 décembre 1676). Pyron devait traduire en latin le Traité de l’origine des romans de Huet (La Haye, apud A. Leers, 1682-1683 ; exemplaire avec des notes manuscrites de l’auteur, BNF, Rés. Y2 1207).

16 C’est sans doute la raison pour laquelle, contrevenant à l’usage le plus général de la collection, l’ouvrage ne contient qu’une partie de l’œuvre de Boèce, à l’exclusion de ses écrits techniques et scientifiques.

17 Le Boèce était cependant prêt pour l’impression dès novembre 1678 (Correspondance, n° 100).

18 Il est quelque peu maltraité par Voltaire dans le Catalogue de la plupart des écrivains français qui ont paru dans le siècle de Louis XIV, mais le seul fait qu’il y soit entré est révélateur.

19 Pour Hardouin comme pour les autres jésuites, nous devons évidemment beaucoup à la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus de Sommervogel ; la bibliographie relative à Hardouin se trouve dans l’ouvrage de Chantal Grell, Le DixHuitième siècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, Oxford, Voltaire Foundation, 1995, p. 409, n. 89. On consultera aussi cet ouvrage, p. 409-415, D. Morineau (ouvr. cité, 1988, p. 534-540) et Jean Sgard (« Et si les Anciens étaient modernes... le système du P. Hardouin », D’un siècle à l’autre : Anciens et Modernes, Marseille, 1987, p. 209-219). On connaît en effet généralement Hardouin pour ses théories hardies sur la littérature latine, qu’il développe à partir de 1690 et que l’on trouvera surtout dans des écrits posthumes, publiés notamment par les soins de l’abbé d’Olivet après 1733 – celui-ci se rendait-il compte à quel point il le discréditait ainsi ? Dès 1693, le révérend Père formule l’idée qu’une officine de faussaires (bénédictins) a créé de toutes pièces une grande partie de la littérature antique... Pline est de ceux qui échappent à cette remise en cause. Nous ne revenons pas sur les autres aspects de son œuvre (liés d’ailleurs à celui-ci, puisqu’il a commencé par suspecter les textes de plusieurs Pères de l’Église), qui lui ont valu les sanctions de ses supérieurs : Hardouin dut se rétracter en 1708 (Jean Sgard, article cité, p. 212-213).

20 Mais qui avait été achevé d’imprimer le 2 mai 1684 ; il porte l’approbation du provincial Pallu, en date du 11 novembre 1684.

21 Geneviève Demerson, Alberte Jacquetin et Monique Mund-Dopchie insistent sur la nouveauté et l’importance du travail d’édition du Père Hardouin et soulignent, à la suite d’Alfred Ernout, son rôle capital dans l’histoire éditoriale de Pline.

22 On ne saurait véritablement arguer de l’appartenance de Godouin (dauphin de César) au Collège royal : le recrutement au xviie siècle y est trop disparate pour qu’on puisse y voir une garantie quelconque, certains professeurs se contentant d’y pratiquer une honnête vulgarisation.

23 C’est lui qui devait prononcer l’oraison funèbre de Monseigneur, en 1711. Il était devenu confesseur de la Dauphine et du duc de Berry.

24 Cela correspond parfaitement (mais sans en respecter l’ordre exact) à ce que nous apprennent les dates des achevés d’imprimer : Florus, le 20 septembre 1674, d’après les exemplaires consultés à la bibliothèque municipale de Lyon (cotes : 166 851 et 108 760)– l’ouvrage a connu plusieurs tirages (bibliothèque municipale Grenoble, F 6045, et bibliothèque Sainte-Geneviève, Réserve, OE v 4° 762, Inv. 1497, achevé d’imprimer du 13 mai 1675) ; Salluste, le 6 novembre 1674 ; Phèdre, le 3 décembre 1674 ; Térence le 27 septembre 1675. Nous n’avons pas d’achevé d’imprimer pour le Velleius Paterculus, mais le privilège a été registré le 16 novembre 1675. Sur les relations avec les imprimeurs, voir ci-dessous notre chapitre V.

25 À noter que le Virgile et Salluste sont les seuls auteurs à être relativement volumineux, les autres occupant moins de cent cinquante pages.

26 On peut supposer que Bossuet fit diligence pour assurer à cette date à Huet : « le roi a très bien reçu nos auteurs » (Correspondance, n° 60).

27 Voir le Dictionnaire de Port-Royal, à paraître sous la direction d’Antony McKenna, The Voltaire Foundation. Danet apparaît comme l’homme de confiance de Montausier, chargé notamment de ses messages pour Huet (Correspondance, n °43, 15 avril 1675), mais aussi comme quelqu’un de susceptible qu’il faut ménager (n° 61, 13 février 1675).

28 Celui-ci servira de modèle à l’abbé d’Olivet, quand il préparera sa propre édition Ad usum Delphini, en 1739 (Correspondance littéraire..., 3 mars 1739, n° 146, p. 297-298). Dolorès Pralon-Julia rapporte que Charles de La Rue devait ensuite occuper la chaire de rhétorique au collège de Clermont après y avoir été scriptor (chercheur) : son travail trouvait ainsi immédiatement sa récompense.

29 En 1689, il se dira Helvetius (suisse), par référence à son pays de naissance où il retournera, puisque l’Epistola est signée de Lausanne.

30 Une ode grecque sur l’immaculée Conception avait remporté un prix à Caen en 1670. Cela doit-il être mis en rapport avec son amitié avec Huet ?

31 Un témoignage de sa bienveillance envers Huet, au moment de la publication de la Demonstratio evangelica, ibid., p. 108.

32 Voir DGS, article « Harlay de Champvallon ».

33 Le Tellier devait donner aussi en 1675 des Avis importants et nécessaires aux personnes qui lisent les traductions françaises des saintes Ecritures, et particulièrement celle du Nouveau Testament imprimée à Mons (Lyon). Toutes ces informations sont fournies par Sommervogel.

34 À noter que cette célébration des victoires de la Guerre de dévolution a été publiée à Caen, ville dans laquelle Le Tellier avait commencé ses études, tandis que Jacques de L’Œuvre (Plaute) était né à Coutances. Hasard ou nouvelle preuve que Huet est au centre d’un « réseau normand » qui travaille efficacement à l’avancement de ses membres ? Plus simplement Caen, centre universitaire et éditorial particulièrement actif, est une des connexions du réseau d’amitiés intellectuelles de Huet.

35 Rappelons que le privilège dont relève Velleius Paterculus est registré seulement le 16 novembre 1675 (n° 193, BNF, ms f. fr.21739)

36 Correspondance de Bossuet, t. I, lettre 137, 26 juin 1676, p. 396.

37 BNF, ms f. fr. 22844.

38 Certains ont pour le moment résisté à nos recherches : Auguste Babelon (Suétone), Julien Pichon (Tacite), Louis Desprez (Horace, Juvénal et Perse), Dufay (Lucrèce et Manilius).

39 Rappelons aussi que la plupart des préfaces aux poètes sont elles-mêmes en vers et que dans plusieurs préfaces à des textes de prosateurs on trouve quelques passages versifiés.

40 Voir ci-dessus, chapitre premier, plus particulièrement la note 73.

41 Comme elle ne s’est mariée avec Dacier qu’en 1683, postérieurement à ses travaux dans la collection, nous ne l’appellerons qu’ainsi dans le cadre d’Ad usum Delphini, conformément à la dénomination que fournissent toutes les pages de titre – alors même qu’elle était mariée depuis 1664 (au moins) à Jean Lesnier, mort le 13 février 1675 (voir G. S. Santangelo, Madame Dacier, unafilologa nella « crisi » (1672-1720), Rome, Bulzoni, 1984).

42 La chose est narrée avec indignation par Eugène et Emile Haag, La France protestante, Genève, Slatkine Reprints, 1966 (article « Dacier »).

43 Voir Noémi Hepp, Homère en France au xviie siècle, Paris, Klincksiek, 1968, et les actes du colloque Homère en France après la Querelle, 1715-1900, éd. F. Létoublon et C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de D. Sangsue, Champion, 1999. Sur la réputation de Mme Dacier, voir d’Olivet, Correspondance littéraire..., ouvr. cité, n °6, 9 novembre 1719, t. I, p. 45 (à propos de la présentation d’une traduction de Cicéron) : « Enfin, nous nous en sommes rapportés à Mme Dacier, la personne qui doit le mieux savoir comment on imprime des traductraductions »

44 Saumur, René Péan, 1670. Voir Roger Stauffer, L’Affaire d’Huisseau, une controverse protestante au sujet de la réunion des chrétiens (1670-1671), Paris, PUF, 1969.

45 Voir aussi Correspondance de Bossuet, à Huet, 16 avril 1674 (lettre 94, t. I, p. 316) : « Je vous prie de faire dire à M. Crespin qu’il me fera plaisir de se rendre mercredi, sur les sept heures du matin, en mon logis du Doyenné. »

46 Cela n’exclut pas les critiques des philologues, qui le jugent avec sévérité.

47 Des sources contradictoires la placent soit en 1647, soit en 1651, date la plus généralement retenue, sauf par G. S. Santangelo, auteur d’une monographie consacrée à Anne Dacier citée ci-dessus à la note 41. Nous versons cette pièce au dossier. Quel intérêt Le Fèvre aurait-il eu à la faire plus âgée quelle n’était ? Mais peut-on se fier à une lettre de sollicitation, comme nous l’indiquons immédiatement ensuite ?

48 Les exemplaires que nous avons consultés sont de 1675 ; certaines bibliographies anciennes le placent en 1674. En tout état de cause, l’ouvrage est sur épreuves en décembre 1673 (Correspondance, n° 23) ; voir ci-dessous notre note 54.

49 Correspondance, n° 11.

50 Ce n’est cependant pas tout à fait le cas pour Danet. Celui-ci devait faire partie, en bon rang, d’une délégation constituée des plus hautes instances de l’Université de Paris auprès du roi, en mai 1675, Pour présenter les griefs de la Faculté des arts contre de « petites écoles » ou officines privées de latin et de rhétorique. Voir C. Jourdain, Histoire de l’Université de Paris aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1862, pièce justificative n° 132, p. 105.

51 Du moins si notre lecture de ce passage est correcte.

52 Voir ci-dessous le chapitre que leur consacre Martine Furno (chap. IX).

53 En 1681, on désespère de voir achevé son travail sur Ovide et Montausier envisage de le confier à un jésuite : voir Correspondance, n° 126, 28 mars 1681.

54 Selon E. et E. Haag, ouvrage cité, dont les bibliographies sont peu fiables, c’est en raison des qualités de son Callimaque qu’Anne Le Fèvre aurait été choisie pour les éditions Ad usum Delphini, et il est vrai que l’ouvrage était achevé en décembre 1673 (Correspondance, n° 23) ; mais le privilège de Callimaque date du 26 octobre 1674, la publication de Florus du 20 septembre 1674 : c’est sans doute le second qui a facilité l’octroi du privilège du premier, longuement retardé.

55 Comme le montre Edith Flamarion dans les notices qu’elle consacre à Eutrope et Florus, à paraître dans le prochain volume de ce travail.

56 Tout en détournant soigneusement le sens des annotations de l’érudit, peu enclin, lui, à se laisser dicter sa conduite par une quelconque autorité morale ou intellectuelle. Voir notre article, « Le choix de Sapho : le poil ou la plume ? Images de Sapho du xviie au xixe siècle », Curiosité historique et intérêts philologiques. Recherches et Travaux, n° 54, 1998.

57 L’édition est dite, non pas cum interpretatione mais cum emendationibus (avec des corrections) ; ce choix ne peut être ignoré de Huet, ou aller contre sa volonté. C’est en tout état de cause la revendication d’un autre type de travail, de statut plus élevé.

58 Cela ne concerne évidemment pas, nous le rappelons, les travaux de Hardouin et de Souchay.

59 Elle en arrive même, dans la préface d’Eutrope, son dernier ouvrage (1683), à ne pas mentionner la triade qui revient dans toutes les autres préfaces avec la révérence nécessaire, Montausier, Bossuet, Huet. Quant à Aurelius Victor, elle va jusqu’à affirmer à son propos que « de tous les livres que l’on a faits pour Monseigneur le Dauphin, il n’y en a guère de si bien imprimés que Victor » (Correspondance, n° 134), ce qui revenait à critiquer directement les autres ouvrages, confiés à plusieurs imprimeurs dont le principal est Léonard, elle-même ayant traité avec Denis Thierry. À noter pourtant que selon P. A. Deproost, dans les 563 pages d’Aulu-Gelle (achevé d’imprimer quelques jours avant Aurelius Victor, le 19 juillet 1681 ), « les coquilles sont rarissimes ».

60 Phèdre ne compte qu’une centaine de pages et Cornelius Nepos moins de cent quarante.

61 Le privilège avait été octroyé au libraire Lambert Roulland.

62 Nous en reparlerons au chapitre V, « Du texte au livre ».

63 Voir G. S. Santangelo, ouvr. cité, p. 46-60.

64 Souligné par nous. Mais il est trop poli pour s’attarder là-dessus ; il passe immédiatement à ses autres travaux dans le cadre de la collection.

65 Notes sur l’éloquence de Fléchier, dans Histoire de l’Académie française, 1785-1787, vol. 2, p. 411-412.

66 D’ailleurs, elles le donnent vivant jusqu’en 1677, ce qui ne correspond pas à ce que nous savons du nôtre : mais peut-on totalement s’y fier puisque le prénom Nicolas, comme le fait remarquer Eleonora Giordani, est fréquent dans la famille Camus ?

67 Il est certain qu’il y a un « mystère Térence » : pourquoi n’avoir fait figurer que le nom de Camus sur l’édition, alors que seul le tiers du travail lui est imputable ? Par respect pour sa mémoire et pour les engagements pris ? Peut-être tout simplement fit-on appel à plusieurs ouvriers, qu’on ne pouvait citer tous sans nuire à l’image de la collection. Le Térence mérite d’autant plus examen qu’il est constitué pour presque la moitié de la reproduction du commentaire de Donat (325 pages contre 386 pages de texte) : aveu de la faiblesse de l’appareil d’annotation ou de son manque d’unité ?

68 Introduction à la Relation des Grands Jours d’Auvergne, Paris, Hachette, 1856, p. XXXI : « Je vois qu’en 1669, M. de Montausier avait songé à appliquer Fléchier à une interprétation et à un commentaire d’Horace, sans doute pour l’édition Ad usum Delphini. »

69 Notons cependant que Voltaire lui réserve une place dans le « temple du goût » : « Je demandai pourquoi Leibniz était là ? On me répondit que c’était pour avoir fait d’assez bons vers latins, quoiqu’il fût métaphysicien et géomètre » (Le Temple du goût, éd. Élie Carcassonne, Genève-Lille, Droz-Giard, 1953, p. 79).

70 Voir notre annotation à la Correspondance.

71 C’est ce qu’on trouve par exemple pour Tacite, où sont insérées les notes de Le Nain de Tillemont.

72 Voir lettre de Leibniz à Huet, mars 1679 (éd. citée, t. III, n° 203, notamment p. 466-467).

73 Acta eruditorum, Lipsiae, typis viduae Joh. Caspari Mulleri, 1717, p. 327 (traduit par nous).

74 Dès mars 1669, il était question qu’il dédiât au Dauphin un de ses ouvrages : ce devrait être un Cicéron (Correspondance, n° 2, résumé des lignes non transcrites), lequel arrive néanmoins à Montausier en octobre 1677 seulement à titre de cadeau (n° 86).

75 Histoire de l’Academie des inscriptions et belles-lettres, t. XVIII (Paris, 1753), p.460. Fréret est passé maître dans l’art d’assassiner ceux dont il prononce l’éloge funèbre (voir dans le même volume les éloges d’Etienne et de Michel Fourmont). En tout état de cause, il lui était impossible, dans l’enceinte de l’Académie royale, de formuler la moindre critique frontale contre des ouvrages « composés pour l’usage de Monseigneur le Dauphin, aïeul du Roi ».

76 Ibid.

77 Ou plutôt qu’elle est justifiée par le mépris dans lequel Fréret tient beaucoup de ses confrères, trop soucieux selon lui de s’en tenir aux textes proprement littéraires. Quant aux efforts que Souchay dut déployer pour corriger le travail de Fleury, il en parle lui-même dans sa préface.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search