Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Première partie. Histoire des dauphins

Chapitre deux. Quarante immortels ? Les auteurs dauphins

Texte intégral

  • 1 Le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse donne les deux acceptions : « qui (...)

1« Dauphin (Litt.) : on nomme ainsi les commentateurs sur les anciens auteurs latins employés à ce travail par ordre du roi Louis XIV, pour l’usage de Monseigneur, sur le conseil de M. de Montausier son gouverneur, & sous la direction de MM. Bossuet et Huet ses précepteurs. On en compte trente-neuf, dont voici le détail par ordre alphabétique... » L’ordre alphabétique commençant par Apulée et finissant par Virgile, et les commentateurs n’étant guère que trente, on en conclura que, d’une phrase à l’autre, le sens du mot « dauphin » a changé, et que l’auteur anonyme (Diderot ?) de cet article de l’Encyclopédie (1754, t. IV, p. 646) s’intéresse moins aux commentateurs dits dauphins qu’aux auteurs – ces derniers ont donc également droit à l’appellation de « dauphins ». Mais si l’on prend la liste fournie par l’Encyclopédie, on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas des auteurs, mais des titres (communément appelés « ouvrages dauphins »)1 car le nombre d’auteurs ne correspond pas à celui des titres : on compte par exemple quatre ouvrages différents de Cicéron – alors que certains ouvrages comprenant plusieurs auteurs (Catulle, Tibulle et Properce, associés comme le veut une solide tradition éditoriale, sans compter les auteurs, connus ou anonymes, de l’ensemble regroupé sous le titre de Panegyrici veteres) sont comptés chacun pour un seul. Cicéron est ainsi traité parce qu’il relevait de quatre « dauphins » différents ; par contre, les œuvres d’Ovide ne sont pas différenciées, puisqu’elles sont dues au même dauphin, Crespin. La définition que donne l’article doit donc être ainsi comprise : « Dauphin : ouvrage distinct réalisé par un commentateur distinct à partir d’un auteur, de plusieurs auteurs ou d’une partie de l’œuvre d’un auteur... »

BIBLIOPHILIE OU BIBLIOGRAPHIE ?

  • 2 Sans compter les erreurs ponctuelles : c’est ainsi que le catalogue de la BNF, trompé par le terme (...)
  • 3 Nous n’avons pas répété Parisiis, in-4°, un seul ouvrage (Ovide) n’ayant pas été publié à Paris.

2En fait, ce qui nous paraît flou ou contradictoire provient d’une tradition bibliographique qui semble s’être rapidement constituée une fois publiée la majeure partie de la collection, au prix d’affirmations dont le chapitre précédent a montré qu’il s’agissait d’approximations grossières (le rôle de Montausier réduit à un simple conseil, la finalité de la collection restreinte à « l’usage de Monseigneur », la parité prétendue entre Bossuet et Huet pour sa direction). Le problème est que cette tradition, due essentiellement aux collectionneurs, s’est perpétuée au xixe et au xxe siècle et a tenu lieu jusqu’à nos jours de présentation de la collection. Dans les catalogues des grandes bibliothèques françaises et étrangères, les ouvrages sont généralement répertoriés auteur par auteur, et on n’y trouvera aucune vue d’ensemble.2 On est donc obligé de revenir à Brunet. Le Manuel du libraire, à travers ses diverses éditions remontant au début du xixe siècle, reste une source irremplaçable, la seule à laquelle aient pu jusque-là se référer les spécialistes soucieux d’en savoir plus. Irremplaçable, mais très critiquable, comme le montrera l’étude approfondie des éditions Ad usum Delphini. Au tome V de l’édition de 1842 (col. 1786), après avoir constaté que « les 64 volumes de la collection initiale se trouvent rarement réunis et reliés uniformément », Brunet donne la liste alphabétique des quarante et un auteurs qui, selon lui, la composent3 :

  • [Apulée] Lucci Apuleii opéra Jul. Florido [Jules Fleury], 1688, 2 vol.

  • [Aulu-Gelle] Auli Gellii noctes Atticae, a Jac. Proust. 1681.

  • [Aurelius Victor] Aurelii Victoris historiae Romanae breviarium, ab Anna Tanaq. Fabri filia [Anne fille de Tanneguy Le Fèvre]. 1681.

  • Ausone] Ausonii opera quae extant, a Joan.-Bapt. Souchay, 1730.

  • Boèce] Anicii-Torq.-Sev.Boetii de consolatione philosophiae libri V, a Petro Callyo [Pierre Cally], 1680, seu 1695.

  • César] Caii-Julii Caesaris commentarii, a Joan. Goduino Goduin]. 1678.

  • Callimaque] Callimachi hymni, epigrammata etc., gr. et lat., ab Anna Tanaq. Fabri filia. 1675

  • [Catulle, Tibulle, Properce] Catulli, Tibulli et Propertii opera, a Philippo Silvio [Dubois]. 1685.

  • [Cicéron] Marc.-Tul. Ciceronis orationes, a Carol. Hallot de Mérouville. 1684, 3 vol.

  • [Cicéron] Ejusdem omnes qui ad artem oratoriam pertinent lib., a Jac. Proust. 1687, 2 vol.

  • Cicéron] Ejusdem epistolae ad familiares, a Phil. Quartier. 1685.

  • Cicéron] Ejusdem operum philosophicorum tomus I, a Francisco l’Honoré. 1689.

  • [Claudien] Claudii Claudiani opera, a Guil. Pyrrhone [Pyrrhon ou Pyron], 1677.

  • [Cornelius Nepos] Cornelii Nepotis vitae excellentium imperatorum, a Nic. Courtin. 1675.

  • [Quinte-Curce] Quintii Curtii de rebus gestis Alexandri magni libri, a Michaele Le Tellier. 1678.

  • [Pierre Danet] Petri Danetii dictionarium antiquitatum romanarum et graecarum. 1698.

  • [Dictys de Crète et Darès de Phrygie] Dictys cretensis et Dares phrygius, ab Anna Tanaq. Fabri filia. 1680.

  • [Eutrope] Eutropii breviarium historiæ romanæ, ab Anna Tanaq. Fabri filia. 1683, seu 1726.

  • [Florus] Lucii-Annæi Flori historia romana, ab Anna Tanaq. Fabri filia. 1674.

  • [Florace] Quinti Horatii Flacci opera, a Ludov. Desprez. 1691.

  • [Justin] Justini historiae, a Pet.-Jos. Cantel. 1677.

  • [Juvénal et Perse] D.-Junii Juvenalis et Auli Persii Flacci satyræ, a Lud. [Pratæus] Desprez. 1684.

  • [Tite-Live] Titi Livii historiarum libri qui extant, a Johan. Doujatio [Doujat]. 1679, 6 vol.

  • [Lucrèce] Titi Lucretii Cari de rerum natura libri VI, a Mich. Dufay. 1680.

  • [Martial] Valerii Martialis epigrammata, a Vinc. Colessone [Colesson]. 1680.

  • [Manilius Marci Manilii astronomicon libri, a Mich. Dufay et P. D. Huetio [Huet], 1679.

  • [Ovide] Publii Ovidii Nasonis opera, a D. Crispino [Crispin]. Lugd., 1686-1689, 4 vol.

  • [Panégyriques anciens] Panegyrici veteres, a Jac. de La Baune. 1676.

  • [Velleius Paterculus] Caii-Velleii Paterculi historia romana, a Rob. Riguez. 1675.

  • [Phèdre] Phaedri fabulae, a Pet. Danetio [Danet], 1675.

  • [Plaute] M. Accii Plauti comœdiæ, a Jac. Operario [de l’Œuvre]. 1679, 2 vol.

  • [Pline l’Ancien] Caii Plinii secundi historiæ naturalis libri XXXVII, a Joan. Elarduino [Hardouin]. 1685, 5 vol.

  • [Festus, abréviateur de Verrius Flaccus] Sexti Pompeii Festi et Marci Verrii Flacci de verborum significatione libri, ab Andr. Dacerio [Dacier]. 1681, seu 1692. (Eorumdem nova editio auctior notis Jos.-Justi Scaligeri, Fulvii Ursini et Ant. Augustini. Amst., 1699)

  • [Prudence] Aurelii Prudentii opera, a Steph. Chamillard. 1687.

  • [Salluste] Caii-Crispi Sallustii opera, a Dan. Crispino [Crispin ou Crespin], 1674.

  • [Stace] Publii Papinii Statii opera, a Claudio Beroaldo [Berauld]. 1685, 2 vol.

  • [uétone] Caii Suetonii Tranquilli opera, ab Aug. Babelonio Babelon]. 1684.

  • [Tacite] Cornelii Taciti opera, a Jul. Pichon. 1682,4 vol.

  • [Térence] Publii Terentii comoediae, a Nic. Camus. 1675.

  • [Valère Maxime] Valerii Maximi exemplorum memorabilium libri IX, a Pet.-Jos. Cantel. 1679.

  • [Virgile] Publii Virgilii Maronis opera, a Car. Ruaeo [Charles de la Rue]. 1682, seu 1722.

  • 4 Reproduit en tête de ce volume.

3Cette liste compte quarante et un ouvrages, contre les trente-neuf de l’Encyclopédie. Mais on y trouve deux intrus, qui le sont à des titres différents : Pierre Danet, présenté comme auteur d’un dictionnaire d’antiquités, et Callimaque, le poète grec. Danet, on le verra dans le chapitre que lui consacre Martine Furno, est un dauphin (commentateur de Phèdre) mais surtout l’auteur d’une série de cinq dictionnaires, parus de 1673 à 1698, dont un seul est mentionné par Brunet, le dernier, les quatre dictionnaires de langue étant exclus. Leur statut par rapport à la collection n’est pas parfaitement clair, mais il est certain qu’ils ont bien été conçus dans le même esprit que celle-ci : leur page de titre comporte la mention Ad usum Delphini, et ils s’ouvrent par un frontispice caractéristique.4 Pourquoi donc n’en retenir qu’un, et le seul qui ne soit pas un dictionnaire de langue ? Et pourquoi faire figurer Danet, à sa place alphabétique, sur une liste d’écrivains anciens ?

  • 5 L’édition la plus récente remonte alors à 1584, chez Plantin à Anvers, et il ne sera traduit en fra (...)
  • 6 BNF, Rés. Z 1598. Exemplaire appartenant à une collection complète reliée en maroquin bleu (xixe si (...)
  • 7 Tous les poètes de la collection sont dotés d’une interpretatio (ou traduction en latin) continue, (...)

4Quant à Callimaque, il intrigue encore davantage : pourquoi un seul auteur grec ? Pourquoi ce poète d’accès difficile, quand les années 1674 et 1675 voient paraître Phèdre, Florus, Térence, Cornelius Nepos, Salluste ? Callimaque a beau mériter d’être tiré de l’oubli où on le tient depuis près d’un siècle5, on ne s’explique guère sa présence, quand Homère et Platon sont absents. Or il suffit d’ouvrir l’ouvrage6 pour s’apercevoir que, contrairement à ce qu’indiquent les bibliographies et les catalogues, voire sa reliure, il ne fait pas partie de la collection. Ni mention Ad usum Delphini, ni frontispice, ni présentation caractéristique du texte7. Et un témoignage de poids, celui de Huet, dédicataire de cet ouvrage, qui par là même révèle l’esprit de la collection et le statut qu’elle a dans l’esprit de son directeur :

  • 8 Qui devait épouser André Dacier en 1683.
  • 9 Mémoires, IV, p. 112. À noter que Huet reconnaît volontiers les mérites de certaines dames savantes (...)

Parmi les personnes que j’employai pour les éditions du Dauphin, je ne dois pas omettre Anne Le Fèvre.8 [...] Non contente de commenter Florus, Aurelius Victor et Dictys de Crète, elle entreprit une œuvre d’un ordre plus élevé, à savoir, une édition de Callimaque, avec de nombreuses additions et des notes plus savantes qu’on ne l’eût attendu de son sexe9

  • 10 Il est donc très douteux que le manuscrit de l’Anthologie palatine proposé à Montausier en 1671 (Co (...)
  • 11 Huet, Mémoires, I, p. 22-23 : « Je me souviens d’avoir décidé [...] deux illustres personnages à ét (...)

5Contre tous ces indices, le poids de la tradition bibliophilique, en vertu de laquelle « on joint ordinairement à la collection le Callimaque... », sans doute appuyée sur deux noms, celui d’Anne Le Fèvre qui a donné quatre volumes à la collection (Aurelius Victor, Eutrope, Florus, Darès et Dictys) et signe aussi celui-ci, et la mention de Huet, à qui il est dédié. Mais les ressemblances s’arrêtent là : la collection ne compte donc aucun auteur grec. Les études du Dauphin et la culture de l’honnête homme devaient se borner au latin.10 Peut-être la décision de Montausier (qui ne connaissait pas le grec11) a-t-elle contribué à conserver au grec un statut secondaire. Mais elle reflète sans doute aussi les préoccupations d’un homme qui avait trouvé dans la culture de langue latine un aliment suffisant.

  • 12 Ainsi en est-il des Panegyrici veteres, que Souchay situe en 1671 ; nous n’avons trouvé aucune trac (...)

6Remontons beaucoup plus loin dans notre quête bibliographique, et regardons une source qui à première vue est beaucoup plus fiable : le dernier Ad usum Delphini, Ausone (1730), qui comporte les caractéristiques formelles de la collection et s’en veut explicitement le prolongement, à une époque où elle est officiellement « morte », comme le sont depuis longtemps ses initiateurs et son destinataire. N’est-ce pas dans cet ouvrage ultime, véritable conclusion de l’ensemble, que l’on devrait trouver la bibliographie la plus exacte, dressée par un fort estimable philologue, l’abbé Souchay, membre estimé de l’Académie des inscriptions ? D’autant qu’elle remonte à une époque où l’on peut espérer que la collection est très présente dans les bibliothèques, sinon dans les esprits. Mais – outre le parti pris de ne pas faire figurer les dictionnaires de Danet, car cette liste se veut catalogus auctorum – elle fourmille d’erreurs graves, sur les dates de publication ou le nom des éditeurs.12 Manque de soin de la part de Souchay ? On ne peut l’accuser de manquer d’intérêt pour une collection qu’il fait revivre artificiellement en y faisant entrer ses propres travaux. Sans doute faut-il plutôt en conclure que celle-ci n’a jamais été véritablement définie comme telle avec une parfaite rigueur, et que l’étirement de la publication sur près de vingt ans, de 1674 à 1691 (vingt-cinq ans de 1673 à 1698 si l’on inclut les dictionnaires de Danet), a contribué à en donner une image floue.

VERS UNE BIBLIOGRAPHIE DÉFINITIVE

  • 13 Qui offre un ensemble quasi complet, où ne manquent que les rééditions (que seul un philologue aura (...)

7D’où la nécessité de dresser plus rigoureusement une liste (présentée ci-après en annexe, voir p. 391) à partir de la conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France (qui permet aussi de constater que les approximations de Brunet sont nombreuses), et d’après les exemplaires que nous y avons consultés ainsi que dans les bibliothèques municipales de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble.13 Nous avons fait figurer, entre crochets, la date d’achevé d’imprimer quand il existe ; en caractères italiques les dictionnaires de Danet ; et avons marqué de l’astérisque les nouvelles éditions (Pline l’Ancien par le Père Hardouin, Virgile par le Père de La Rue, Dictionarium de Danet) réalisées par le même dauphin :

  • 14 D’après les exemplaires de la bibliothèque municipale de Lyon (166 851 et 108 760).
  • 15 N° 193 sur le registre des privilèges (BNF, ms f fr. n° 21739).
  • 16 N° 805 sur le registre des privilèges (ibid.).
  • 17 À l’instar du Tite-Live, le Tacite aurait-il été antidaté, l’achevé d’imprimer du dernier volume co (...)

1673

Danet, Dictionarium novum latinum et gallicum[1er mars 1673]

1674

Florus, par Anne Le Fèvre [20 septembre 1674] 14

1674

Salluste, par Daniel Crespin [6 novembre 1674]

1675

Térence, par Nicolas Camus 27 septembre 1675]

1675

Virgile, par Charles de la Rue, S. J. [30 octobre 1675]

1675

Cornelius Nepos, par Nicolas Courtin [28 novembre 1675]

1675

Phèdre, par Pierre Danet [3 décembre 1675]

1675

Velleius Paterculus, par Robert Riguez, S. J. [ ? ; privilège registré le 16 novembre1675] 15

1676

Panégyriques anciens, par Jacques de la Baune, S. J. [23 novembre 1676]

1677

Justin, par Pierre Joseph Cantel, S. J. [15 octobre 1676]

1677

Claudien, par Guillaume Pyrrhon [24 mars 1677]

1677

Danet, Radicesseu dictionarium linguae latinoe[1er août 1677]

1678

Quinte-Curce, par Michel le Tellier, S. J. [27 septembre 1677]

1678

César, par Jean Goduin [12 février 1678]

1679

Plaute, par Jacques de L’Œuvre. 2 volumes. [31 décembre 1678]

1679

Manilius, par Michel Dufay et P. D. Huet [24 mars 1679]

1679

Valère Maxime, par P. J. Cantel, S. J. [20 septembre 1679]

1680

* Danet, Dictionarium novum latinum et gallicum

1680

Boèce, par Pierre Cally [8 janvier 1680]

1680

Lucrèce, par Michel Dufay [25 mai 1680]

1680

Martial, par Vincent Colesson [8 juin 1680]

1680

Dictys de Crète et Darès de Phrygie, par Anne Le Fèvre [privilège registré le 28 juin 1680]16

1681

Aulu-Gelle, par Jacques Proust, S. J. [19 juillet 1681]

1681

Festus, par André Dacier [30 juillet 1681]

1681

Aurelius Victor, par Anne Le Fèvre [31 juillet 1681]

1682

(Date fictive : 1679 ?) Tite-Live, par Jean Doujat. 6 volumes[1er septembre 1682 pour le dernier volume]

1682

Tacite, par Julien Pichon. 4 volumes [4 octobre 1687 pour le dernier volume]17

1683

Eutrope, par Anne Le Fèvre [31 décembre 1682]

1683

Danet, Nouveau dictionnaire françois et latin[6 décembre 1683]

1684

Suétone, par Auguste Babelon [15 mars 1684]

1684

Cicéron,Orationes, par Charles Hallot de Mérouville, S. J. 3 volumes [10 mai 1684]

1684

Juvénal et Perse, par Louis Desprez [6 juin 1684]

1685

Pline l’Ancien, par Jean Hardouin, S. J. 5 volumes [2 mai 1684 ; donc antérieur aux deux précédents]

1685

Stace, par Claude Berauld. 2 volumes [20 mars 1685]

1685

Catulle, Tibulle, Properce, par Philippe Dubois. 2 volumes [6 avril 1685]

1685

Cicéron,Epistoloe ad Familiares, par Philibert Quartier, S. J. [4 octobre 1685]

1687

Prudence, par Etienne Chamillard, S. J. [toutes les dates laissées en blanc sur les exemplaires ; approbation du provincial Pallu, du 22 octobre 1686]

1687

Cicéron,Omnes qui ad artem oratoriam pertinent, par Jacques Proust, S. J. 2 volumes [non mentionné]

1688

Apulée, par Jules Fleury. 2 volumes [23 juin 1688]

1689

Cicéron,Opera Philosophica, par François L’Honoré, S. J. [non mentionné]

1689

Ovide, par D. Crespin. Lyon, 4 volumes [non mentionné]

1691

* Danet, Magnum dictionarium latinum et gallicum [25 janvier 1691]

1691

Horace par L. Desprez. 2 volumes [30 juin 1691]

1698

Danet, Dictionarium antiquitatum romanarum et groecarum[10 janvier 1698]

1699

* Virgile, par Charles de la Rue, S. J. 3 volumes, in-12 [14 avril 1699]

1723

* Pline l’Ancien, par J. Hardouin, S. J. in-folio. 3 volumes [approbation du provincial le 22 avril 1719]

1730

Ausone, par J. Fleury et Jean-Baptiste Souchay [privilège

registré le 14 juin 1729].

8Nous avons ainsi, outre les six dictionnaires de Danet (dont deux éditions refondues), trente-neuf ouvrages (quarante et un si l’on compte les deux nouvelles éditions refondues, dotées d’un nouveau privilège et ayant donc officiellement leur place dans la collection), en soixante et un volumes (soixante-six si l’on ajoute ces deux nouvelles éditions). Certains rassemblent, conformément à la tradition éditoriale, les œuvres de plusieurs auteurs, dont les écrits sont minces : c’est le cas de Catulle, Tibulle et Properce, de Juvénal et Perse, de Darès et Dictys. Par ailleurs, nous l’avons dit, Cicéron constitue la matière de plusieurs ouvrages distincts, dont l’un est inachevé (les Philosophica en sont restés au tome I). Mais combien d’auteurs ? Quarante, si l’on ne compte que pour un seul l’ensemble des cinq panégyristes (dont Pline le Jeune n’est que le plus célèbre) du volume des Panegyrici veteres, sans compter les auteurs inconnus qui s’y trouvent aussi.

LA DÉFINITION D’UN AUTEUR « CLASSIQUE »

  • 18 Huetiana, chap. XXXVII, p. 95.
  • 19 Aulu-Gelle joue sans doute sur la métaphore de la citoyenneté, qui range les hommes en « classes » (...)

9Or Huet déclare avoir fixé lui-même à quarante « le nombre des auteurs classiques qui devaient composer ce recueil »18 – chiffre rond qui sera fréquemment repris par la critique pour des raisons évidentes (la langue latine elle aussi aime ce genre d’approximations), mais qui n’était pas énoncé dans les Mémoires, où il se contente de parler des « anciens auteurs qu’Aulu-Gelle appelle classiques » (V, p. 110). Qu’est-ce donc qu’un auteur « classique » pour cet adversaire déterminé de Boileau, cet ami de Chapelain comme de La Fontaine, des Anciens et des Modernes qui bientôt s’affronteront ? Si l’on se réfère à Aulu-Gelle (XIX, 8), sont désignés ainsi des auteurs pouvant servir d’autorité et fixer l’usage de la langue, e cohorte illa dumtaxat antiquiore, vel oratorum aliquis, vel poetarum, id est, classicus, adsiduusque aliquis scriptor, non proletarius (un orateur ou un poète, un écrivain de la première classe et toujours reconnu [adsiduus] et non de bas étage19, pris seulement dans la cohorte antique). Le principe préconisé par les interlocuteurs mis en scène par Aulu-Gelle, qui évoque pour un lecteur moderne le rôle dévolu à l’Académie française, n’est guère explicite a priori : l’adjectif « classique » ne renvoie pas à autre chose qu’à des auteurs anciens (e cohorte illa dumtaxat antiquiore), que nous appellerons, faute de mieux, « bons auteurs ». Nous retiendrons qu’ils ont fonction d’autorité. Une liste des auteurs anciens avait été dressée par Quintilien, dans son Institution oratoire (X, 1) ; ne pouvait-elle faire fonction de liste canonique ? Mais elle porte sur tous les auteurs, grecs et latins, que connaissait ce rhéteur, mort à la fin du Ier siècle après. J.-C., ce qui est fort différent de la liste des auteurs qui ont été transmis à la postérité et la rend donc impropre à toute comparaison. De surcroît, elle ne prend en compte que les auteurs « utiles à l’orateur », et bien des appréciations risquent d’être ainsi biaisées.

10Cela n’en rend que plus intéressante notre série. Dans la mesure où elle semble relever d’un projet précis et médité, destiné à définir une instance d’autorité, ne pourrait-elle justement pas répondre à la question : qu’est-ce qu’un « bon auteur », ou un « auteur classique » ?

DE GRANDS ABSENTS

  • 20 Térence, 1674 ; Cornelius Nepos, 1675 ; Catulle, 1685 – mais ce dernier ouvrage était prêt sans dou (...)
  • 21 Comme nous le verrons, celui qui était destiné à sortir le premier, Térence (qui était commencé en (...)
  • 22 L’œuvre entière ou par extraits est traduite en 1658 par Bernard du Teil, en 1663 par Michel de Pur (...)
  • 23 À noter que la devise qui figure sur le frontispice, Trabitur dulcedine cantus (il – ou « on », si (...)
  • 24 Ces cinq derniers ouvrages font partie de la liste de référence du Dictionarium Poeticum de Jacques (...)

11Cette ambition est manifestement excessive. Les prétendus « quarante auteurs » (ou trente-neuf, peu importe) auraient pu être beaucoup plus nombreux, contrairement à ce qu’affirme Huet, qui a sans doute voulu, dans les écrits confiés aux Huetiana posthumes, quelque peu déguiser l’échec de la collection Ad usum Delphini. Il faut noter d’abord l’insistance avec laquelle on voit revenir dans les préfaces (mais surtout dans les premières) l’idée selon laquelle ce sont tous les auteurs latins qui devaient être traités.20 Cette idée (également affirmée par Montausier au printemps 1676, dans une lettre à Heinsius, Correspondance, n° 66a) a dû être abandonnée assez rapidement, dès que ses promoteurs se sont aperçus des énormes difficultés que posaient les premiers volumes.21 Mais cela ne veut pas dire qu’on ait sélectionné les auteurs les plus remarquables : on constate en effet quelques vides particulièrement gênants. On s’explique mal l’absence d’auteurs de premier plan, et tout d’abord de Sénèque le Philosophe et surtout de Quintilien, dont l’Institution oratoire est une des bases de la formation rhétorique22, mais aussi du Satiricon de Pétrone, sans compter la Pharsale de Lucain, les pièces de Sénèque le Tragique (alors considéré comme distinct du Philosophe), les Argonautiques de Valerius Flaccus23 ou les Guerres puniques de Silius Italicus, qui font partie des œuvres poétiques les plus prisées depuis la Renaissance.24 Et parmi les historiens, fort bien servis, pourquoi ne trouve-t-on pas Ammien Marcellin (édité par Henri de Valois en 1681 et traduit par Michel de Marolles en 1672), les auteurs de l’Histoire Auguste (publiés par Isaac Casaubon en 1603 et traduits en 1667 par Michel de Marolles) ? Varron, auteur d’un ouvrage agronomique, comme Caton et Columelle, et d’un traité fort précieux sur la langue latine, n’a semble-t-il pas paru digne d’être édité. Pas davantage Végèce et Frontin, alors que l’Epitome rei militaris du premier, le Traité des aqueducs du second n’étaient pas aussi négligeables qu’ils le paraissent aujourd’hui dans les littératures latines ; ils font partie des écrits techniques dont Montesquieu, quelque cinquante ans plus tard, fera grand usage dans les Considérations sur les [...] Romains et qui n’auraient peut-être pas été inutiles à un jeune homme destiné à la gloire des armes. Pas davantage Vitruve, que Claude Perrault traduit en 1673 à la demande de Colbert et qui fait si grand bruit. Notons enfin que si les auteurs chrétiens sont représentés par Prudence, Ausone et Boèce (les deux derniers manifestant peu leur foi dans leurs écrits), on ne trouve aucun des grands noms de l’Église – sans doute aurait-il fallu, pour en entreprendre la présentation, beaucoup de précautions, et c’était vraisemblablement s’engager sur un terrain que l’on voulait éviter.

  • 25 Mémoires, I, p. 12.
  • 26 Mémoires, V, p. 118.
  • 27 Voir Roger Zuber, Perrot d’Ablancourt et ses « Belles Infidèles ». Traduction et critique de Balzac (...)
  • 28 En effet, Huet avoue préférer Tibulle et Properce à Ovide ; il est très critique envers les livres (...)

12Certaines absences s’expliquent tout de même mieux que d’autres. Il suffit de consulter le goût de Huet. Celui-ci avoue admirer Brébeuf, le traducteur de Lucain, mais, déclare-t-il, « il m’était insupportable dès que je l’entendais parler avec mépris de Virgile, et lui préférer, ainsi qu’à tous les autres poètes de l’Antiquité, l’auteur de la Pharsale ».25 Même indignation devant Pierre Corneille : « je frémissais d’horreur lorsqu’il me confessait ingénument, quoiqu’avec une sorte de honte, qu’il préférait Lucain à Virgile ».26 Huet ne fait là que reprendre un avis fort répandu au xviie siècle sur le style de Lucain, jugé ampoulé, emphatique, comme d’ailleurs l’est aussi généralement son contemporain Sénèque – même si la tentation baroque, toujours présente, fait goûter le pétillement de l’un, le mouvement de l’autre.27 On en déduira donc dans un premier temps que Lucain n’a peut-être pas été jugé digne du Dauphin, et que Sénèque faisait au moins partie des auteurs douteux. Mais ce ne sont pas là des arguments décisifs.28

  • 29 Il venait opportunément combler la lacune de la cena Trimalchionis, mais son authenticité était d’a (...)
  • 30 Voir Catherine Volpilhac-Auger, « L’image de Pétrone dans la littérature française du xviie au xixe(...)
  • 31 Huetiana, chap. LXXXVI, p. 214-215. Outre l’aspect moral, se pose un problème d’ordre esthétique : (...)
  • 32 Huet, Lettre traité sur l’origine des romans (1666 ? publiée en 1670), éd. Fabienne Gégou, Paris, N (...)
  • 33 Huetiana, chap. LXXXVI, p. 216. Ce qui n’empêche pas Huet de posséder plusieurs éditions de cet aut (...)

13Qu’en est-il de Pétrone, qui connaît un regain d’intérêt à la fin du xviie siècle, grâce à la découverte du manuscrit de Trau vers 1650 (publié à Padoue en 1664 par Paul Frambotti), qui déclencha une vive controverse ?29 Si l’œuvre est pleine d’« obscenitez » dénoncées par mainte plume et pose un véritable problème de conscience30, on pourrait objecter qu’elle n’en présente guère plus que Martial ou Juvénal, qui figurent dans la collection. Mais Pétrone est ainsi jugé dans les Huetiana : « J’ai dit ailleurs, et je le répète encore, qu’il doit la meilleure partie de sa réputation à ses obscénités ; et qu’il aurait été moins lu et moins estimé, s’il avait été plus modeste31 » Il lui a reconnu tout de même certains mérites : « Quoique Pétrone paraisse avoir été un grand critique et d’un goût fort exquis dans les lettres [...] », mais il est plus réticent envers son style, qui « ne répond pas parfaitement à la délicatesse de son jugement32 » dans les Huetiana, il est même beaucoup plus sévère : ce style ne lui paraît « ni naturel, ni pur, ni châtié, mais étudié, fardé, frelaté, et pour ainsi dire opéreux, audelà même de l’altération, qu’avait déjà reçue l’éloquence romaine au temps de Néron33 » Autant de bonnes raisons d’exclure Pétrone des « quarante » – et qui nous feraient croire que Huet a cherché à exclure ce qui était postérieur au siècle d’Auguste, et particulièrement le siècle de Néron (Sénèque, Lucain, Pétrone sont morts en 69, après la découverte de la conjuration de Pison). Cela confirmerait ce que l’on trouve en maint passage, et notamment dans la préface qu’écrit Danet pour le Dictionarium novum latinum et gallicum de 1680 : le « bon siècle » de la latinité est le siècle d’Auguste.

  • 34 Nous avons été orientée sur cette piste par L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Erasme. La t (...)
  • 35 Notre lecture de ce passage de la lettre n°35 n’est pas sûre. Les raisons de ce refus ne sont pas d (...)
  • 36 Ainsi il n’y est pas question de Martianus Capella, qui figure seulement dans la correspondance de (...)

14En fait, on chercha à en publier bien davantage, et plusieurs des noms que nous avons cités auraient dû figurer sur cette liste : c’est le premier mérite de la correspondance de Huet que de nous l’apprendre. Étaient prévus au printemps 1673 : Pomponius Mela, les agronomes, Martianus Capella (Correspondance, n° 16) – auteurs entre lesquels devait choisir Leibniz34, qui finalement retient le dernier ; sollicité pour Vitruve, il refuse, parce qu’il ne se sent pas compétent et qu’il attend la publication de Perrault (n° 19). En octobre de la même année, Huet propose à Graevius les agronomes, c’est-à-dire Columelle, Palladius, Caton, Varron, dont l’érudit hollandais devra aussi traiter le De lingua latina. Un an plus tard, en novembre 1674, il est question de l’Histoire Auguste, proposée au Père Commire, mais dont se chargera finalement « M. de Sainte-Garde » nos 35(et 42), d’Avienus, refusé à Danet, semble-t-il35, et de Solin, confié à une des relations de Benserade (n°38). En décembre 1676, le libraire Léonard se déclare prêt à imprimer, entre autres, « Sénèque le Tragique » (n° 77), qui est donc censé être déjà bien avancé ; en février 1677 (n° 80), Huet est chargé de négocier l’achat du manuscrit d’une édition de Vitruve, léguée par le « sieur Roussel » à un libraire – autant d’auteurs qui ne nous sont signalés que par une seule mention, dans un fonds qui ne contient pas l’intégralité des échanges entre Huet et Montausier. Combien d’autres lui ont échappé36 ?

  • 37 Rappelons, pour donner un ordre de grandeur, qu’à cette époque l’œuvre de la poétesse grecque Sapho (...)
  • 38 La compilation des Institutes de Justinien [Correspondance, nos39 et 102) a été écartée, sans doute (...)
  • 39 Lettre traité sur l’origine des romans, p. 109.

15En définitive, n’ont jamais été mentionnés dans la Correspondance que nous avons retrouvée (mais c’est loin d’être une preuve absolue) : Ammien Marcellin, Lucain, Pétrone, Quintilien, Valerius Flaccus, Silius Italicus, Végèce, Frontin, Macrobe, si l’on s’en tient, rappelonsle, aux auteurs païens, et à ceux dont l’œuvre connue au xviie siècle était assez consistante.37 Nous n’avons trouvé nulle part la moindre explication à cette exclusion, si elle fut réelle.38 S’agit-il seulement d’une affaire de « goût » ? Nous devons être d’autant plus prudente que les jugements sévères de Huet ne l’ont pas empêché de publier un auteur comme Apulée, si critiquable pour un style de « sophiste, plein d’affectation et de figures violentes, dur, barbare, digne d’un Africain ».39

D’ILLUSTRES MÉCONNUS : DARÈS ET DICTYS

  • 40 Voir Jean Starobinski, « Le mythe au dix-huitième siècle », Critique, n° 366, 1977, p. 975-997. Sur (...)

16Nous ne nous donnerons pas la peine de justifier la présence d’Horace et de Catulle, de Cicéron (presque l’œuvre complète, les Opera philosopbica s’étant arrêtés avec le tome I pour les raisons que nous avons dites), de Lucrèce ou d’Ovide – c’est leur absence qui aurait été incompréhensible, en un temps où la connaissance de la mythologie est indispensable à toute personne bien née : que comprendrait-on aux motifs décoratifs, aux allégories, aux jeux de l’esprit, si l’on ne possédait un code d’accès, une grammaire des symboles, en un mot le principe d’intellection que fournit la fable ?40 Nous nous contentons aussi de relever, à la suite de Dolorès Pralon-Julia, que la préface de Virgile, fortement inspirée, pour ne pas dire plus, de la Dissertatio de epico carmine du père Mambrun (1652), permet d’affirmer le rôle que joue l’épopée dans la formation du prince – idée que s’était bien gardé de formuler Aristote. Il faut également signaler qu’en vertu d’une tradition bien ancrée depuis le Moyen Age, Juvénal et Martial, qui peuvent apparaître aujourd’hui comme des auteurs licencieux, sont considérés comme des dénonciateurs du vice – à ce titre fort utiles à qui veut illustrer la décadence de la Rome païenne.

  • 41 Jean Bayet, Littérature latine, 9e éd. augmentée [par Louis Nougaret et Jean-Yves Boriaud], Paris, (...)
  • 42 On trouve aussi Acta diurna belli Trojani (Chronique [ou Journal) de la guerre de Troie).
  • 43 Voir Noémi Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968, p. 56-57, à laquelle n (...)
  • 44 D’après N. Hepp (Homère en France, p. 56, et « Homère en France au xvie siècle », Atti dell’Academi (...)
  • 45 Voir Dominique Morineau, La Réception des historiens anciens dans l’historiographie française, fin (...)
  • 46 Exemples cités par N. Hepp, Homère en France, p. 64, dans un chapitre justement nommé « L’absence d (...)
  • 47 Le Moyne, De l’histoire (1670), cité par Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second deg (...)

17Par contre, nous relevons dans la liste (liste étroite des auteurs publiés, ou liste élargie aux auteurs qui auraient dû l’être) des noms peu familiers au lecteur d’aujourd’hui, même s’il est cultivé : et d’abord Dictys de Crète et Darès de Phrygie, qui n’ont pas même l’honneur d’être cités par des ouvrages qui entendent donner un panorama de la littérature latine.41 Ces deux « auteurs » (pures fictions littéraires, on le sait depuis) sont censés avoir écrit une double relation de la guerre de Troie, vue de chaque camp : Ephemeris Belli Trojani (Chronique de la guerre de Troie) pour le Grec, De excidio Trojae historia42 (Histoire de la chute de Troie) pour le Phrygien. Le premier commence avec le rapt d’Hélène et s’écarte notablement de l’Iliade (Achille se laissant fléchir par l’ambassade d’Agamemnon...), faisant intervenir des personnages qui n’y apparaissaient pas, comme Palamède43, avant de ramener en leurs foyers les personnages principaux. Le second, beaucoup plus bref, remonte jusqu’à l’épisode de la Toison d’Or (l’enlèvement d’Hésione, sœur de Priam, entraînant par représailles celui d’Hélène) et ne va que jusqu’au moment où les enfants de Priam quittent Troie. Ces auteurs sont en fait loin d’être oubliés au xviie siècle : on ne met que tardivement en doute l’authenticité de leurs œuvres44 (c’est, d’après le prologue de l’Ephemeris, sous le règne de Néron que l’on découvrit et traduisit l’ouvrage, et Cornelius Nepos est le traducteur supposé du De excidio), et ils sont même tenus pour de véritables historiens offrant une peinture précise de ce qu’Homère présente sous forme poétique et fragmentaire, alors que leurs œuvres sont considérées aujourd’hui comme de purs et simples romans et étudiés à ce titre. Ils présentent l’incomparable avantage d’avoir purgé leur récit de tout combat fabuleux entre les dieux et les hommes ; ils paraissent s’appuyer sur Homère quand celui-ci constitue une source sûre (le catalogue des vaisseaux et l’énumération des alliés des Troyens), sur d’autres auteurs quand Homère fait défaut. On dispose ainsi de la traduction en prose latine de ce qu’ils sont censés avoir vu de leurs propres yeux – à une époque où le principe d’« autopsie » est fondamental.45 La Nouvelle Histoire poétique pour l’explication des fables et l’intelligence des poètes [...] du jésuite Gautruche, manuel historico-mythologique destiné aux collèges, inlassablement réédité dans la seconde moitié du xviie siècle et bien au-delà (la première édition date de 1653), s’appuie notamment sur leurs œuvres, tenues pour authentiques et véridiques. On ne les distingue guère d’Homère, et c’est en fait manifestement Darès et Dictys qui inspirent parfois les Scudéry, alors qu’ils invoquent le nom du poète grec46. On les juge encore parfois supérieurs : « L’Iliade d’Homère, comme chacun sait, n’est presque qu’une copie en vers sur ce que Darès et Dictys ont écrit en prose des guerres de Troie47 »

  • 48 Signalons que Boileau fait mention de nos deux auteurs dans une lettre à Brossette, du 8 avril 1703(...)

18Anne Le Fèvre n’en est évidemment pas là ; elle fustige Darès (p. 143-144) mais reconnaît certains mérites à Dictys, ou plutôt à ce « Pseudo-Dictys » (qui a pris le nom d’un compagnon du héros crétois Idoménée) utile et savant : il a travaillé en véritable historien, inventoriant et recoupant les sources historiques et poétiques, choisissant les meilleures, ne péchant jamais contre la vraisemblance – ce qui contredit implicitement, ou du moins nuance fortement le jugement de Vivès et de Vossius (pourtant cités dans l’édition), pour qui tout cela n’est qu’un jeu de fictions sur la guerre de Troie48. Si l’ouvrage de Darès est jugé consternant et si l’annotation a pour fonction essentielle de rectifier ses erreurs, Anne Le Fèvre estime celui de Dictys et, contre Vossius qui le croit plus tardif, elle en fait un contemporain de Constantin (ive siècle) : les charmes de son style ne trahissent pas l’affaiblissement de la latinité. Le pseudo-héros de la guerre de Troie a donc tous les mérites qu’on peut demander à un auteur Ad usum Delphini : le charme de l’éloquence et le sérieux de l’histoire.

  • 49 Sur leur succès au Moyen Âge, voir Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident m (...)
  • 50 Voir A. Joly, « Benoît de Sainte-More et le Roman de Troie, ou les Métamorphoses d’Homère et de l’é (...)
  • 51 Troïlus (fils de Priam) n’étant nommé qu’une fois dans l’Iliade, c’est encore à nos deux textes qu’ (...)
  • 52 Jean Seznec, La Survivance des dieux antiques, Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans (...)
  • 53 Voir C. Volpilhac-Auger, Tacite en France de Montesquieu à Chateaubriand, Oxford, Voltaire Foundati (...)
  • 54 Voir N. Hepp, Homère en France, p. 58, notamment n. 129.
  • 55 On peut s’interroger sur la valeur symbolique de cette publication, quand on sait que Pierre le Gra (...)

19Leur intérêt pour le lecteur ne réside pas seulement là : leurs textes se sont transmis avec une continuité remarquable tout au long du Moyen Àge49, dans la mesure où ce sont eux qui ont inspiré le Roman de Troie (vers 1165), de Benoît de Sainte-More50, et, par l’intermédiaire de celui-ci, bien d’autres dans toute la littérature européenne.51 Certes, ces auteurs avaient plus de poids quand le Moyen Âge faisait remonter au mythique Francus, fils de Priam, la valeureuse nation française : les Illustrations de Gaules et singularités de Troie (1509-1513) de Jean Lemaire de Belges connurent un immense succès à travers toute l’Europe (chaque nation y trouvant d’ailleurs ses origines) ; les généalogies des héros étaient « prise[s] au sérieux » : « rédigés avec une apparente exactitude documentaire, [les deux ouvrages] laïcisaient pour ainsi dire le merveilleux antique et lui donnaient les couleurs de l’histoire.52 » À la fin du xviie siècle, la légende troyenne avait fait long feu (on sait le triste succès de La Franciade), vaincue par la légende « gauloise », même si on en trouve encore des traces chez Mézeray et si tous les historiens des origines nationales se donnent encore la peine de l’évoquer en un paragraphe ou quelques pages53 ; en fait, sa dernière manifestation remonte à 1585 (Histoire de l’État et de la république des druides, de Noël Taillepied). Mais l’intérêt pour l’histoire troyenne reste vif, et on trouve, en France, en Suisse et aux Pays-Bas, plusieurs éditions ou traductions des deux auteurs, ou de chacun des deux, au xvie et au xviie siècle54, et même une traduction en vers, en 1675 à Londres, avant que les deux auteurs ne fassent partie, avec Homère, Virgile et Ovide, des sources convoquées pour dresser une Histoire de la fondation de Troie, de ses guerres et de sa destruction imprimée à Moscou sur ordre de Pierre le Grand en 1712.55 Quant à l’édition que donne Anne Le Fèvre, elle sera rééditée avec des additions à Amsterdam en 1702. Après quoi, les deux apocryphes connaîtront un moindre succès et s’effaceront définitivement devant Homère.

20Ce sont donc des auteurs en sursis que Darès et Dictys, mais ce sont eux qui ont formé la génération de Montausier et Huet, ce sont eux qui, plus qu’Homère lui-même, constituent la base de ce que l’on sait du cycle troyen et de tout ce qui en est issu. Ils présentent l’incomparable supériorité d’être (pour peu de temps encore) des historiens dignes de foi, quand l’histoire est le moyen essentiel de la formation du prince. Pour cela, ils méritaient d’entrer dans la collection.

TOUT LE SAVOIR DU MONDE : MARTIANUS CAPELLA

  • 56 Et traduit en anglais en 1971, par W. H. Stahl et Richard Johnson, Martianus Capella and the Seven (...)
  • 57 Voir en annexe la traduction complète de la lettre du 15 avril 1673 (n° 16). Le texte de six lettre (...)
  • 58 On signalera au passage que Grotius était né en 1583... Malgré ce qu’il en dit, ce n’est pas de cet (...)
  • 59 Huet y voit cependant plutôt « une allégorie continuelle qui ne mérite pas proprement le nom de rom (...)
  • 60 Selon E. R. Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Age latin, trad. J. Bréjoux, Paris, PUF, (...)
  • 61 E. R. Curtius (p. 46-47) cite des figures allégoriques reproduites sur les façades des cathédrales (...)
  • 62 Lettre traité sur l’origine des romans, p. 110. La clausule du paragraphe mérite d’être citée : « O (...)
  • 63 Signalons que c’est un médecin, Ceron, qui est choisi pour travailler sur Pline, conformément aux c (...)
  • 64 On oublie parfois cette dimension de l’histoire ancienne, qui apparaît comme un réservoir d’exemple (...)

21Un autre personnage mal loti aux yeux des critiques d’aujourd’hui, Martianus Capella (mais il est tout de même cité dans la Littérature latine que nous avons mentionnée56) mérite d’être présenté. Ne serait-ce que parce que Leibniz a jeté son dévolu sur lui57, stimulé par la difficulté de procurer un texte lisible d’un auteur dont la tradition manuscrite est fort altérée, et par l’émulation avec Grotius, qui en a fourni en159958 une édition dont il souhaite reprendre les principaux acquis (Correspondance, n° 19). Martianus Capella(Ve siècle après J.-C.) a écrit, avec les Noces de Mercure et de Philologie, une encyclopédie sous forme romancée59 qui fonde la théorie des sept arts libéraux, les plaçant sous le patronage des divinités du panthéon romain. C’est une des raisons du succès de son ouvrage au Moyen Âge et à la Renaissance60, qui inspire aussi, via quelques mythographes, bien des représentations figurées jusqu’au xvie siècle.61 Martianus Capella constitue donc une clé pour la compréhension des allégories et autres représentations mythologiques et, par ailleurs, il présente un inventaire raisonné des connaissances humaines. Son style aurait dû le faire exclure de la collection (tout comme Apulée), si le principe en avait été le seul critère esthétique : « ... la barbarie même, si hardi et si immodéré en ses figures qu’on ne les pardonnerait pas au poète le plus déterminé, et couvert d’une obscurité si épaisse qu’à peine est-il intelligible, savant au reste et plein d’une érudition peu commune. »62 Or, avec Pline63, avec Aulu-Gelle, c’est aussi tout le savoir ancien que l’on entend rendre accessible. Un savoir technique, parfois, comme celui que peut offrir Vitruve, lui aussi encyclopédiste à sa manière – n’était-ce pas pour donner de nouveaux moyens à l’architecture que Colbert l’avait fait traduire par Perrault64 Telle est précisément la position de Leibniz (et la raison pour laquelle il se récuse), aussi bien pour Vitruve que pour les agronomes (Correspondance, nos 16 et 19) : non seulement il faut posséder ces disciplines pour produire un commentaire, mais il faut avoir en vue de les perfectionner – car sinon, pourquoi y travailler ? À ce point de vue strictement utilitaire et technique s’oppose évidemment le projet du philosophe, travailler sur la définition des arts libéraux – mais il débouche aussi, par une autre voie, sur les modes d’accès à la connaissance.

22La collection AuD n’offre pas seulement une culture, mais un savoir véritable. Que celui-ci se soit trouvé dépassé sur bien des points ne fait rien à l’affaire : servi par les plus illustres écrivains, il devient objet de plaisir comme de connaissance, tout en incitant éventuellement à réfléchir sur l’évolution des temps. Quel autre ouvrage pouvait, à cette époque, rivaliser avec les grands encyclopédistes latins ?

LES DEUX YEUX DE L’HISTOIRE

  • 65 Rappelons que les autres principaux auteurs permettant de connaître la géographie ancienne sont des (...)
  • 66 Il est vrai que Solin n’est qu’un compilateur de Pline.

23Ce savoir s’étend-il vraiment à tous les domaines ? La géographie est presque totalement absente de la collection AuD : ni Pomponius Mela (Chorographia), ni Solin (Collectanea rerum memorabilium), ni Avienus (Ora maritima et Periegesis) – elle n’est représentée que par Pline l’Ancien, dont l’œuvre encyclopédique comprend des enseignements géographiques, mais dont ce n’est évidemment pas le propos exclusif. 65 Il aurait été aisé d’en déduire qu’elle ne faisait pas partie du plan initial – d’autant que, parmi les autres ouvrages de la collection, on ne trouve guère de cartes que dans le César. Or les trois auteurs que nous avons cités sont précisément de ceux que l’on prévoit dès l’origine, mais que leur dauphin n’a pu mener à terme (Correspondance, nos 16 et 35). Sans doute n’a-t-on pas fait preuve d’un grand acharnement : Solin, qui semble ne susciter de vocation qu’intéressée (n° 29 : « Monseigneur le Dauphin donnera dix pistoles de plus à celui qui commente Solin »), est confié à quelqu’un que personne ne connaît, sauf Benserade (n° 38) ; en décembre 1674 on est sans nouvelles de lui, mais apparemment on ne confie l’ouvrage à personne d’autre, alors qu’on trouvera deux remplaçants successifs quand meurt le premier dauphin d’Horace.66 Une fois que Leibniz a refusé Pomponius Mela (avril 1673), on n’en entend pas davantage parler. Les géographes ont donc peut-être fait partie d’un plan initial, qui aurait compris tous les auteurs latins ; les difficultés s’accumulant, y compris pour les auteurs de premier plan (Plaute, Horace, Tite-Live), on se serait résigné à abandonner les auteurs « techniques », comme les géographes, ou encore les agronomes, d’abord confiés à l’illustre Graevius que l’on relance plusieurs fois(nos 21, 44, 71, 101) tandis que Montausier finit par adopter une position de repli : « par bonheur ils ne sont pas fort importants » (n° 126, 28 mars 1681).

  • 67 Sur l’enseignement géographique que recevait le Dauphin, ou du moins sur l’idée que le précepteur v (...)
  • 68 Méthode pour commencer les humanités grecques et latines, nouvelle édition (la première daterait, d (...)
  • 69 Nous en donnons pour preuve une anecdote dont nous n’avons pu vérifier la source, souvent citée, et (...)
  • 70 DGS, articles « Cassini » et « Géographie ».
  • 71 L’essentiel de nos remarques sur la géographie ancienne est dû à Martine Furno.

24En fait, on a peut-être trouvé là un moyen opportun de résoudre les difficultés que présentaient les géographes dans le plan de formation qui sous-tend la collection AuD, et qui, au premier abord, leur faisait la part belle : Pomponius Mela n’avait-il pas été proposé à Leibniz ? À côté des « encyclopédistes », Pline, Aulu-Gelle, Martianus Capella, Vitruve, la géographie a-t-elle pour fonction de fournir des connaissances indispensables à toute personne ayant besoin de manier les affaires ?67 Dans l’esprit de ces pédagogues, la géographie ne peut être que la géographie ancienne, comme le montrent le dialogue supposé entre Tanneguy Le Fèvre et son fils68 : « Je lui disais par exemple : “Où est l’Espagne, où est la Gaule, la Germanie, l’Illyrie ?”[...] Nous prîmes la carte de l’Asie antique [...] », ou les remarques de l’éditeur, Gaullyer, pour qui la connaissance de l’Afrique doit se réduire à celle d’un petit nombre de contrées, « parce qu’il n’en faut pas davantage pour entendre les auteurs de la plus pure latinité, qui n’ont guère parlé des autres endroits de la Terre » (note correspondante). Or la géographie ancienne est loin d’avoir le même statut que l’histoire et l’architecture : elle est certes indispensable pour quiconque veut comprendre la littérature ancienne, car avec les auteurs latins, la représentation du monde passe par une exploration de l’espace à laquelle Huet aurait été particulièrement attaché.69 Mais avec l’invention du Nouveau Monde et la multiplication des moyens d’observation et de mesure, depuis le xvie siècle, cette discipline s’est entièrement renouvelée, et ce que le lecteur averti doit connaître, c’est l’état des frontières du royaume, l’évaluation des distances qui séparent des places fortes ou la position de telle principauté. Si la mesure de la Terre et du royaume de France est à l’ordre du jour, avec la fondation de l’Académie des sciences, la création de l’Observatoire (1667) et la venue en France de Cassini (chèrement arraché au pape), dont la méthode, complétée par les observations de Picard et de La Hire, permettra d’arriver en 1682 à la Carte de l’Académie70 la géographie que l’on enseigne pour situer et comprendre les hauts faits de l’histoire ancienne en reste très éloignée. On ne s’étonnera donc pas qu’on n’y ait pas consacré plus d’efforts.71

  • 72 Par « chronologie » nous entendons « présentation chronologique » et non recherches sur la matière (...)
  • 73 Chez les trois abréviateurs traités par Anne Le Fèvre, les notes chronologiques et les renvois les (...)
  • 74 À noter que le Tite-Live, privé de l’index vocabulorum dont il aurait dû être pourvu, comporte un i (...)

25En fait la géographie intervient dans la mesure où elle constitue traditionnellement, avec la chronologie, les « yeux de l’histoire » ; or la chronologie a fait l’objet de soins attentifs72 : le Père Cantel, chargé de Justin et de Valère Maxime, rappelle dans la préface du second ouvrage l’importance qu’il lui accorde, puisqu’il accompagne systématiquement le texte d’une quadruple échelle chronologique : deux systèmes chrétiens, depuis la création du monde (anno mundi) et avant la naissance du Christ, deux systèmes païens, par olympiades et depuis la fondation de Rome, le tout en présentation synoptique. Le Florus d’Anne Le Fèvre était doté d’un triple système (sans les olympiades) et comporte quatorze pages d’Excerptiones chronologicae73. Dans tous ces cas, il s’agit d’abréviateurs, dont quelques pages peuvent couvrir plusieurs dizaines d’années ; il est donc indispensable de fixer constamment des repères précis. Par contre, le Tite-Live n’est doté que du système le plus simple, depuis la fondation de la Ville, doublé par le nom des consuls74 ; mais était-il besoin d’autre chose, puisque Tite-Live détaille les événements que les abréviateurs parcourent à grandes enjambées, habituant l’esprit à se mouvoir à travers les siècles ?

LE RÈGNE DE L’HISTOIRE

  • 75 Ce qui n’exclut pas d’autres lectures, dans la mesure où l’ouvrage compte aussi un index des lettre (...)
  • 76 Voir le chapitre que Bruno Bureau y consacre.
  • 77 Voir le très sérieux examen de la tradition éditoriale des Panegyrici dans l’édition procurée par É (...)

26Géographie et chronologie sont ainsi le complément indispensable (mais aussi l’élément secondaire) d’un dispositif qui fait de l’histoire la matière principale, peut-être même celle à laquelle se réduisent toutes les autres. Réputée depuis l’Antiquité magistra vitæ, l’histoire devient la source de toute réflexion morale et politique, autrement dit la base de toute la formation de quiconque sera amené à diriger des hommes. Certes, la rhétorique n’est pas absente de cette formation – il aurait d’ailleurs été curieux que Cicéron ne fût pas abondamment représenté dans la collection, comme il l’est dans toutes les Rationes studiorum ou chartes pédagogiques, chez les jésuites et les oratoriens comme dans l’université de Paris. Mais, à l’inverse de ce que l’on trouve par exemple chez Quintilien (Institution oratoire), elle est manifestement subordonnée à l’histoire : c’est pourquoi les Lettres familières de Cicéron sont suivies d’un index geographicus et d’un double index historicus, l’un pour identifier les destinataires des lettres (il comporte donc des notices biographiques), l’autre à visée chronologique, permettant de replacer les lettres de Cicéron à leur date et dans leur contexte. Ce qui, fait remarquer Marie-Gabrielle Lallemand, est rapporté à une utilisation morale des textes, afin que le lecteur puisse se faire une idée des vertus et des vices des personnages auxquels il a affaire75. La collection ne se contente donc pas de faire figurer treize historiens sur les trente-neuf titres, elle permet de lire historiquement la plupart des autres – c’est aussi une des fonctions de l’annotation.76 C’est ainsi que les Panegyrici veteres, discours d’apparat, sont accompagnés d’une biographie de l’empereur auquel chacun d’eux est destiné et d’une notice sur l’auteur alors que d’autres éditions, comme celle de 1653 ad usum collegiorum Dom. Jesu, privilégiant l’aspect rhétorique, font ressortir plutôt la composition et l’articulation des discours77.

27Il faut insister d’abord sur la place que l’histoire occupe dans l’esprit de ceux qui formèrent le plan d’éducation du Dauphin – l’échelle des valeurs définie pour le premier personnage du royaume (après le roi) n’est pas différente de celle que doivent observer les grands qui le serviront et auront aussi à exercer un pouvoir. Très tôt, l’histoire est mise sous les yeux du Dauphin, par le biais des « fiches » en images que la duchesse de Montausier, gouvernante des enfants de France, commande à l’abbé de Brianville, aumônier de Louis XIV : il s’agit de portraits des rois de France, assortis de leçons morales tirées des historiens, sous le titre d’Abrégé méthodique de l’histoire de France (1664). L’histoire romaine n’est pas en reste : Doujat (futur commentateur du Tite-Live) publie en 1672 un Abrégé de l’histoire romaine et grecque, en partie traduit de Velleius Paterculus, et en partie tiré des meilleurs auteurs de l’Antiquité, qui est également destiné au Dauphin. Bossuet lui-même y insiste :

  • 78 Correspondance de Bossuet, t. Il, p. 148, lettre à Innocent XI, mars 1979.

Enfin nous lui avons enseigné l’histoire. Et, comme c’est la maîtresse de la vie humaine et de la politique, nous l’avons fait avec une grande exactitude : mais nous avons principalement eu soin de lui apprendre celle de la France, qui est la sienne78.

  • 79 Voir l’ouvrage publié par R. Pouzet, Charles IX..., déjà cité.
  • 80 Correspondance de Bossuet, t. II, p. 150
  • 81 Correspondance de Bossuet, t. II, p. 416, « Exhortations au Dauphin », non datée. Les trois exemple (...)

28De cet effort témoignent évidemment les différents cours dictés au Dauphin et corrigés par son précepteur79. Mais on ne s’est pas borné à l’histoire de France, même si saint Louis constitue le modèle « d’un roi parfait »80 ; quand il veut rappeler à son élève un exemple fameux, Bossuet se réfère à un auteur particulièrement propice à une lecture édifiante : « vous avez vu dans votre Cornelius Nepos [...] ».81 Ce qui est reproché à Monseigneur, c’est « un défaut d’attention » (incogitantia) qui lui « fait maintenant confondre l’ordre des paroles » ; mais elle est signe d’un défaut plus grave, le manque d’attention aux choses, qui risque de l’entraîner aux pires conséquences s’il ne s’inspire de meilleurs modèles. Morale et politique doivent donc se « Exhortations au Dauphin », non datée. Les trois exemples cités par Bossuet, empruntés successivement à Salluste (Vie de Catilina), à Térence (Adelphes), à Cornelius Nepos (Vie de Denys) correspondent à des ouvrages de la collection Ad usum Delphini publiés en 1674 et 1675, les trois premiers avec Florus. Ne faudrait-il pas y voir une référence directe à la collection ? conjuguer, au sein de l’étude de l’histoire, pour contrebalancer les passions qui, selon cette Exhortation, risquent de submerger un jeune homme qui sera un jour livré à la solitude du pouvoir.

  • 82 Edith Flamarion et Catherine Volpilhac-Auger, « La collection Ad usum Delphini et l’histoire », L’H (...)
  • 83 Non seulement Tanneguy Le Fèvre en a donné une édition en 1671, mais il en a revu la traduction due (...)

29Dans cette perspective, les historiens latins constituaient un complément indispensable. Nous avons étudié ailleurs la manière dont les œuvres des historiens retenus dans la collection composent un panorama de l’histoire du monde, tout en permettant d’analyser de plus près les moments de crise et de décadence de Rome.82 Nous avons vu ainsi qu’une des caractéristiques de la collection est la présence des abréviateurs (Justin, Florus, Eutrope, Aurelius Victor, Valère Maxime...) qui nous paraissent aujourd’hui très mineurs, mais qui tenaient une place de choix dans le cursus scolaire au xviie siècle et, dans une moindre mesure, au xviiie – leur régression s’explique par l’influence de Rollin, dont le Traité des études (1726-1728) privilégie Tite-Live et Tacite. Montesquieu, qui quitte le collège de Juilly en 1700, a subi l’influence de Florus au point de l’utiliser fréquemment à l’appui de ses démonstrations et de le citer volontiers en marge du catalogue de sa bibliothèque. Et Justin fait l’objet de nombreux travaux, plus ou moins savants.83 Il est également intéressant de noter que l’histoire écrite en latin permet d’aborder bien autre chose que l’histoire romaine : Justin et Velleius Paterculus ouvrent l’horizon d’une véritable histoire du monde, la première centrée sur les souverains grecs ; Cornelius Nepos présente la biographie de deux Romains, contre celle de vingt Grecs et deux Carthaginois ; Quinte-Curce évoque Alexandre ; les Exempla de Valère Maxime reposent sur le parallèle de Rome et de l’étranger.

  • 84 Isabelle Cogitore formule des remarques du même ordre à propos de Velleius Paterculus, présenté par (...)
  • 85 Peut-être est-il inutile de reprocher aux ouvrages de la collection Ad usum Delphini leurs lacunes (...)
  • 86 Elle n’a trouvé son épilogue que le 30 août 1682, avec un édit contre les devins et les empoisonneu (...)

30Cela n’en fera pas moins regretter l’absence de Thucydide et de Polybe... Qu’à cela ne tienne : le dauphin responsable de Tacite, l’abbé Pichon, insiste longuement, dans une préface de près de quarante pages, sur le parallélisme entre les deux auteurs, qui tous deux ont analysé l’État romain en véritables politiques et discerné les causes de sa ruine. Au-delà du sujet traité, c’est (du moins d’après le dauphin Pichon) l’esprit des plus grands historiens qui a soufflé sur la collection, car ils enseignent l’art de gouverner. Les commentaires que l’on attend pour un auteur aussi complexe que Tacite ressortissent à la politique : les meilleurs interprètes de sa pensée sont « les gouvernants et les politiques » qui, « tous les jours tirent au clair les oracles ambigus de Tacite par leurs ordres, leurs commandements, leurs édits ».84 En fait, on le verra, l’annotation est loin de tenir ce qu’elle promet, pour Tacite comme pour d’autres historiens85 : la lecture approfondie que l’on attend, après un siècle et demi de tacitisme, laisse aussi le lecteur sur sa faim. Mais certaines déclarations générales, énoncées par Pichon dans la préface, ont peut-être plus d’intérêt qu’il n’y paraît. Ainsi quand en 1682 il recommande aux sujets d’obéir à leur maître, et au maître de prendre garde aux flatteurs et aux astrologues, l’affaire des poisons, qui a secoué le royaume pendant trois ans, est encore dans tous les esprits86 et le pouvoir de Louis XIV ne fait que s’étendre au fil du règne.

COMPLÉMENT OU COURONNEMENT ?

31À côté de cette pièce maîtresse qu’est l’histoire, les autres ouvrages sont loin de faire pâle figure : leur isolement relatif ne les rend que plus intéressants. Nous avons déjà signalé que les Institutes de Justinien avaient été rejetés comme inutiles en janvier 1675 (Correspondance, n° 39), ce qui ne les exclut pas des études du Dauphin (n° 102), conformément à ce qu’en écrit Bossuet à Innocent XI :

Nous avons cru qu’il serait bon de donner au Prince quelque teinture des lois romaines, en lui faisant voir, par exemple, ce que c’est que le droit, de combien de sortes il y en avait, la condition des personnes, la division des choses ; ce que c’est que les contrats, les testaments, les successions, la puissance des magistrats, l’autorité des jugements et les autres principes de la vie civile (Correspondance, t. II, p. 156.)

32Montausier n’y attache d’ailleurs guère d’importance (« quoique ce ne soit pas grand chose », Correspondance, n° 39), sans que l’on sache s’il pense seulement au travail d’édition et de commentaire que cela implique.

  • 87 Ouvrage destiné, rappelons-le, non pas aux spécialistes mais aux étudiants et au public « éclairé » (...)
  • 88 C’est ce qu’affirme l’extrait du privilège qui figure dans l’ouvrage. Cependant, il n’apparaît pas (...)
  • 89 En effet, il relève du privilège registré sous le n° 193 du 17 novembre 167 (BNF, ms f fr., n° 2173 (...)

33En revanche, nous trouvons encore deux auteurs qui, pour n’être pas inconnus, n’en méritent pas moins d’être signalés : le chrétien Boèce (vie siècle après J.-C.), traité en trois lignes dans la Littérature latine que nous avons citée87, et Manilius(1er siècle après J.-C.), dont les Astronomiques sont nettement plus favorisés. Ce dernier ouvrage est un traité d’astrologie en vers, dont on peut légitimement se demander pourquoi il a été retenu – d’autant plus que, tout en étant publié seulement en 1679, il apparaît comme faisant partie des premières éditions prévues, celles qui sont couvertes par le privilège conféré à Léonard en août167488 bien qu’en fait il ait été postérieur d’une année.89 Pour Joëlle Abry, la réponse ne fait pas de doute : « le Dauphin [...], à dix-huit ans, [peut ainsi aborder] un poème didactique philosophique d’inspiration nettement stoïcienne qui, par-delà l’astrologie et l’astronomie, affirme la divinité de l’univers ; à bien des égards, ce texte s’apparente à ce qui est toujours au programme de la classe de philosophie du milieu du xxe siècle, cosmologie et cosmographie. » Mais on y retrouve aussi le souci constant des directeurs de la collection (nous suivons toujours Joëlle Abry) : l’intérêt pour la géographie (fondée en partie sur l’astronomie), qui permet d’exposer « les coordonnées fondamentales du monde », les cercles arctique et antarctique, les tropiques, l’équateur, le méridien, etc., « autant de données liées à la sphéricité de la terre » ; pour la mythologie (et ce « contre » Manilius, qui traite « avec défiance » les légendes stellaires – mais l’occasion est trop belle pour ne pas parler de la généalogie de la Gorgone Méduse et de ses sœurs, ou l’origine de la couronne boréale, qui représente la couronne donnée à Ariane par Bacchus en présent de mariage) ; pour l’histoire, non seulement parce que la Voie lactée est le séjour des grands hommes après leur mort (qu’on se rappelle Le Songe de Scipion), mais surtout parce qu’« en détaillant les influences que les constellations exercent sur les mœurs, les aptitudes ou les professions des individus (chants IV et V), Manilius offre aux pédagogues un cours complet sur les realia ».

  • 90 Voir DGS, art. « Observatoire de Paris ».
  • 91 Sur l’intérêt de Huet pour l’astronomie, voir Mémoires, IV, p. 88 (il observe la comète de 1664), e (...)
  • 92 Signalons que la bibliothèque du Dauphin contenait des Cartes du ciel réduites en quatre tables, co (...)
  • 93 Le système de Copernic restera à l’index jusqu’en 1758. La détermination des Mersenne, Gassendi ou (...)

34L’ouvrage peut aussi répondre à des curiosités stimulées par l’actualité (mais sans que les réponses soient toujours actualisées), car « la période 1660-1678 a vu briller au moins sept comètes » ; par ailleurs, l’Observatoire de Paris a été fondé en 1667 et inauguré en 1670 (il recevra en 1682 la visite du roi) ; sa construction, sur les plans de Claude Perrault revus par J. D. Cassini, appelé d’Italie en 1669, durera jusqu’en 1683.90 Enfin, les Astronomiques présentent l’incomparable avantage, en un temps que nous avons déjà dit troublé par les croyances au surnaturel, par la présence souterraine ou avouée des astrologues et autres jeteurs de sorts, « d’être un traité d’astrologie « inoffensif » qui permet à la fois une initiation aux divinae artes, en exposant les principes de base de la science, et qui, en même temps, interdit d’aller trop loin dans la connaissance » (Joëlle Abry).91 N’était-ce pas aussi le moyen de donner des leçons d’astronomie92 qui évitaient le sujet brûlant de l’héliocentrisme, dont la proscription avait été renouvelée en 1633 par la condamnation des propositions galiléennes, dans laquelle les jésuites avaient joué un rôle non négligeable93 ?

  • 94 Voir aussi Correspondance, nos76, 77, 79. À titre de comparaison, et conformément à ce que nous ver (...)
  • 95 À noter que l’éducation du Dauphin, résolument moderniste, incluait les mathématiques (représentées (...)

35Le choix de l’ouvrage de Manilius est donc loin de constituer une aberration. C’est d’ailleurs ce que l’on pouvait imaginer à la lecture de la correspondance de Montausier (Correspondance, n° 81, février 1677), qui était prêt à « faire donner douze cents francs, pour [que les figures] soient bien faites94 » car « le roi fera toute la dépense des figures et des constellations » (n° 77, décembre 1676). Aussi peut-on imaginer que bien loin d’être un « complément », cette édition représentait une priorité95.

  • 96 Hormis le fait qu’en novembre 1678 (Correspondance, n° 100), Montausier décline la proposition de l (...)
  • 97 Boèce est le dernier ouvrage à paraître avant le mariage du Dauphin (mars 1680), puisqu’il est ache (...)
  • 98 E. R. Curtius, ouvr. cité, p. 255.
  • 99 Cité par Curtius, ouvr. cité, p. 222.

36La Consolation de la philosophie de Boèce ne joue peut-être pas un rôle très différent, bien que nous n’ayons retrouvé aucun témoignage de l’intérêt particulier que lui aient porté les directeurs de la collection96 et que sa parution ait été sans doute trop tardive pour que cette édition pût s’adresser au Dauphin97. Dernier grand ouvrage philosophique de l’Antiquité, elle a été « le livre de chevet de tout le Moyen Âge »98, et trouve des relais à la Renaissance et au-delà : « Redeth and redeth eek Boece » (Lis et relis aussi Boèce), écrit Chaucer.99 Boèce, qui est arrivé au faîte des honneurs (il fut consul sous Théodoric), a finalement connu la disgrâce : jeté en prison pour complot et sorcellerie, c’est là qu’il rédige son œuvre principale, avant d’être exécuté en 524. La philosophie morale et la métaphysique trouvent ainsi place dans une collection privée de Sénèque, qui n’accueillera les œuvres philosophiques de Cicéron qu’en 1689, grâce à une œuvre qui s’inspire des grands courants de la pensée antique. Si l’édition Ad usum Delphini exclut les commentaires de Boèce sur les œuvres logiques d’Aristote et ses écrits scientifiques sur la musique et l’arithmétique, elle permet de présenter l’œuvre d’un chrétien, témoin du moment où le monde nouveau se sépare du monde ancien, imprégné de philosophie stoïcienne et platonicienne, et capable de poser le problème du Destin et de la Providence en ménageant la liberté humaine : au temps des controverses sur la grâce et la prédestination, cela ne rendait-il pas un son nouveau ? Mais ce chrétien ne fait pas là une profession de foi, dont les implications théologiques auraient posé d’épineux problèmes d’interprétation - il pense en rationaliste et surtout en homme de l’Antiquité, héritier d’une tradition spirituelle. Qu’un chrétien puisse faire fonds sur une sagesse païenne et une tradition multiséculaire : c’est le présupposé même de l’entreprise Ad usum Delphini, dont Boèce pourrait être une figure emblématique.

QUELLE ANTIQUITÉ ?

  • 100 En témoigne également la liste des auteurs latins cités dans le dictionnaire latin-français de Dane (...)

37Si l’on récapitule tous les auteurs dont il a été question, qu’ils aient été prévus dès l’origine, abandonnés en chemin ou achevés tardivement, nous constatons qu’ils reflètent des intérêts extrêmement divers, et surtout qu’ils témoignent d’une conception de l’Antiquité assez différente de celle qui est répandue aujourd’hui – les auteurs « classiques » d’hier ne sont pas les classiques d’aujourd’hui. L’Antiquité du xviie siècle est une Antiquité beaucoup plus tardive que la nôtre, et Huet a beau insister en maint endroit de ses écrits sur la supériorité de la belle latinité, restreinte à la fin de la République et au siècle d’Auguste, il n’en reste pas moins que le goût qui semble régner dans la collection est loin d’être étroit.100 Il n’est que de voir la répartition chronologique de tous les auteurs envisagés dans le tableau ci-contre (les auteurs dont l’édition n’a pas été menée à terme étant présentés sur la colonne de droite et entre parenthèses).

  • 101 Point sur lequel insiste Montausier : « On travaille de la même sorte sur tous les anciens auteurs (...)
  • 102 On remarquera ainsi que figurent dans notre tableau deux auteurs qui, comme dans les Satires Ménipp (...)

38Cette répartition est d’autant plus remarquable que, les Pères de l’Église étant exclus et les auteurs chrétiens peu nombreux, on aurait pu assister à un déséquilibre dans l’autre sens. L’époque la plus favorisée est celle qui suit immédiatement le règne d’Auguste ; en revanche le règne de Néron est peu représenté puisque, nous l’avons dit, ses trois auteurs principaux (Sénèque « le Philosophe », Pétrone, Lucain) n’apparaissent pas ; le siècle des Antonins est aussi particulièrement illustré, malgré l’absence des lettres de Pline le Jeune ; mais ce qui est beaucoup plus remarquable, c’est la lumière jetée sur les auteurs que nous appelons « tardifs », du iiie au vie siècle.101 En tout, ce sont seize ouvrages (sur trente-neuf) qui sont postérieurs au temps des julio-claudiens. L’époque dite classique, sans doute moins sensible que nous le sommes devenus à la notion de décadence, se dotait ainsi d’une culture remarquablement vaste. La latinité se comprend dès lors moins comme un canon, ou comme une essence saisissable dans sa perfection à une époque donnée, que comme un vaste fonds où l’on découvre des perles rares : champ d’exploration qui se prête aussi bien à l’inspiration baroque qu’à la rigueur classique, et peut alimenter l’une et l’autre.102

  • 103 Cité par Roger Zuber, ouvr. cité, p. 405-406.
  • 104 bid., p. 406.
  • 105 Ainsi Voltaire dénonce-t-il les « Daciers, les Saumaises / Gens hérissés de savantes fadaises » qui (...)
  • 106 L’édition de Meibomius, Antiquæ musicæ auctores septem (Amstelodami, 1652) permit cependant à Marti (...)
  • 107 La Consolatio avait été traduite en 1578 par Malassis de Mente et, surtout, au début du xviie siècl (...)

39Une autre remarque générale peut être faite : l’Antiquité ainsi dessinée est en sursis ; c’est une Antiquité qui pour une part est héritée du Moyen Age, et disparaîtra à l’époque suivante : déjà Balzac préférait la « saine et sincère Antiquité », celle de la République romaine opposée « aux infirmitez de l’Empire caduc et mourant103 » : dès lors les traducteurs s’étaient donné pour tâche, quand ils s’attaquaient à un auteur moins pur, de faire disparaître toute trace « d’incongruité, de barbarie et d’impureté » et de le « ramener à la raison104 » Ainsi Dictys et Darès ont presque achevé leur carrière, et c’est Anne Le Fèvre, leur dauphine, qui contribuera, en traduisant Homère et en le défendant bec et ongles dans les premières années du xviiie siècle, à les rejeter dans l’ombre.105‘Les œuvres les plus tardives, celles de Martianus Capella et de Boèce, connaîtront un long purgatoire dont il n’est pas sûr qu’elles soient sorties aujourd’hui.106 C’est même précisément à la fin du xviie siècle que Boèce connaît ses derniers succès : régulièrement édité et traduit depuis la fin du xve siècle, il disparaît alors brutalement, alors que tant d’autres auteurs latins survivent, au moins en traduction ou par le biais d’œuvres isolées107. Les abréviateurs, Aurelius Victor, Florus, Justin, Eutrope, seront victimes de Rollin, et plus sûrement d’un désintérêt pour les œuvres tardives et de seconde main : l’histoire romaine, désormais placée sous le signe de Tite-Live, auteur augustéen par excellence, devient un glorieux monument de marbre ; à Velleius Paterculus, courtisan de Tibère, on préférera Tacite, le dénonciateur des tyrans. Mais l’histoire n’est pas seule à subir une transformation – du moins elle en sortira triomphante au siècle suivant. Manilius, en revanche, souffrira bientôt du discrédit jeté sur l’astrologie et sur la distinction qui s’opérera définitivement entre celle-ci et l’astronomie. À la couronne d’Ariane et à la séduction de Bacchus on préférera les Principia de Newton et les lois de l’attraction universelle.

  • 108 L’abbé d’Olivet, chargé de travailler pour le Dauphin, fils de Louis XV, se voit demander d’abord u (...)

40C’est aussi là qu’il faut chercher les causes de l’échec que nous essayons d’élucider, et notamment du discrédit qu’a connu la collection Ad usum Delphini : le siècle suivant n’en avait pas besoin. D’abord parce que le latin se perd, et qu’on préfère alors traduire plutôt qu’éditer des textes et des commentaires latins108 ; ensuite parce que les auteurs auxquels on a redonné « une troisième vie », pour reprendre les termes de Leibniz, ne seraient restés vivants que s’ils avaient été lus. Montausier et Huet, fils du xviie siècle, ont-ils été incapables de saisir le changement qui s’amorçait ? Ou plutôt n’auraient-ils pas justement perçu que le champ des connaissances et des goûts était en train de se restreindre de manière inquiétante, et qu’il fallait rendre leur éclat à des textes qui allaient sombrer dans l’oubli ? Les insuffisances de la réalisation, la déception qui s’en est suivie, ont ruiné ce qui nous apparaît maintenant comme l’ultime tentative pour rendre familière une Antiquité multiple et pérenne.

Notes

1 Le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse donne les deux acceptions : « qui a travaillé aux ad usum, aux livres destinés à l’éducation du grand Dauphin », et « ouvrage imprimé pour l’usage du grand Dauphin » (art. « Dauphin »).

2 Sans compter les erreurs ponctuelles : c’est ainsi que le catalogue de la BNF, trompé par le terme interprétation présente comme des traductions les éditions de Dictys et Darès dues à Anne Le Fèvre.

3 Nous n’avons pas répété Parisiis, in-4°, un seul ouvrage (Ovide) n’ayant pas été publié à Paris.

4 Reproduit en tête de ce volume.

5 L’édition la plus récente remonte alors à 1584, chez Plantin à Anvers, et il ne sera traduit en français qu’en 1775.

6 BNF, Rés. Z 1598. Exemplaire appartenant à une collection complète reliée en maroquin bleu (xixe siècle), fleurdelysée aux quatre coins, et portant au dos la mention : « Ad Usum / Delphin / t. 16 » (BNF, Rés. Z 1598). Les autres exemplaires (Rés. Yb 348, Rés. Yb 313) sont identiques. Le dernier est celui de Huet, sur lequel il a ajouté de sa main de nombreux commentaires, parfois longs (voir p. 167-168).

7 Tous les poètes de la collection sont dotés d’une interpretatio (ou traduction en latin) continue, que l’on retrouve de manière discontinue pour certains prosateurs réputés difficiles.

8 Qui devait épouser André Dacier en 1683.

9 Mémoires, IV, p. 112. À noter que Huet reconnaît volontiers les mérites de certaines dames savantes (pourvu quelles soient modestes) : s’il faut mettre à part Christine de Suède (qu’il désigne parmi les trois femmes « les plus doctes et les plus célèbres sous ce rapport »), il apprécie particulièrement les deux autres, Anna Maria Van Schurmann et Madeleine de Scudéry (IV, p. 86) ; il montre également de l’estime pour Judith-Barbe Tilliac (V, p. 137). Il n’est pas sûr qu’Anne Le Fèvre ait été aussi modeste (Correspondance, n° 134).

10 Il est donc très douteux que le manuscrit de l’Anthologie palatine proposé à Montausier en 1671 (Correspondance de Bossuet, t. I, p. 230, n. 2, 23 octobre 1671), l’ait été pour entrer dans la collection AuD : il s’agissait plutôt d’enrichir la bibliothèque du duc, même si à cette date le projet risquait de ne pas être parfaitement défini. Toujours est-il que ce manuscrit ne sera publié qu’en 1772, dans les Analecta de Brunck.

11 Huet, Mémoires, I, p. 22-23 : « Je me souviens d’avoir décidé [...] deux illustres personnages à étudier le grec, Louis de Bourbon, prince de Condé, [...] très savant en tout, mais principalement dans les antiquités romaines, et M. le duc de Montausier, qui passait un temps considérable à lire les auteurs latins. Mais, réclamés tous deux par des tâches plus graves, il eût été difficile qu’ils appliquassent leur esprit à l’étude des règles de la grammaire. » Comme d’habitude, Huet présente les choses sous leur jour le plus favorable : en fait, si Montausier voulut se mettre au grec, il ne s’y appliqua guère.

12 Ainsi en est-il des Panegyrici veteres, que Souchay situe en 1671 ; nous n’avons trouvé aucune trace d’édition antérieure à 1676 et tout le paratexte dédicatoire, ainsi que le privilège, porte la date de 1676. De même, il faut replacer à leur date les discours de Cicéron qui ad artem oratoriam pertinent (1687 et non 1682, pour les mêmes raisons) ainsi que la première édition de Virgile (1675 et non 1682), et ajouter une édition de Virgile de 1699 qui comporte un nouveau privilège, pris en 1696 (quand le privilège initial est arrivé à expiration) par la veuve de Simon Bénard, l’imprimeur libraire à qui avait été confiée la première édition. On doit également rectifier le nom de l’éditeur de Plaute (J. de l’Œuvre, Jacobus Operarius, et non Pierre Danet) et le prénom de l’éditeur des Epistolae ad familiares de Cicéron (Philibert et non Philippe Quartier). Mais au moins Souchay ne fait pas apparaître ici le Callimaque d’Anne Le Fèvre.

13 Qui offre un ensemble quasi complet, où ne manquent que les rééditions (que seul un philologue aurait pu rechercher) et les Opera philosophica de Cicéron, jugés « très rares » par Brunet.

14 D’après les exemplaires de la bibliothèque municipale de Lyon (166 851 et 108 760).

15 N° 193 sur le registre des privilèges (BNF, ms f fr. n° 21739).

16 N° 805 sur le registre des privilèges (ibid.).

17 À l’instar du Tite-Live, le Tacite aurait-il été antidaté, l’achevé d’imprimer du dernier volume concernant en fait les quatre ? En fait, les volumes ont bien paru entre 1682 et 1687.

18 Huetiana, chap. XXXVII, p. 95.

19 Aulu-Gelle joue sans doute sur la métaphore de la citoyenneté, qui range les hommes en « classes » différentes suivant le cens, les plus pauvres (et les plus nombreux) étant regroupés dans celle des proletarii, qui ne paient pas d’impôt, opposée à celles des adsidui ou contribuables et « domiciliés ».

20 Térence, 1674 ; Cornelius Nepos, 1675 ; Catulle, 1685 – mais ce dernier ouvrage était prêt sans doute beaucoup plus tôt. Si l’on se fie à ce qu’envisage Montausier quand le Virgile est prêt à être diffusé (Correspondance, n° 28, juin 1674), c’est-à-dire « cinquante à soixante exemplaires pour servir de modèle à ceux qu’il vous plaira », sachant qu’il y eut en réalité une trentaine de commentateurs, on peut supposer que les ambitions initiales étaient grandes.

21 Comme nous le verrons, celui qui était destiné à sortir le premier, Térence (qui était commencé en octobre 1670, Correspondance, n° 9), est retardé par la mort de son dauphin, Camus ; Fléchier est pressenti pour l’épître et la préface ; c’est finalement le libraire Léonard qui signe l’épître, et l’ouvrage ne paraît qu’en 1675(nos9, 11, 12) ; dès 1674, Montausier s’inquiète et du Phèdre, et du Tite-Live (n° 22), tandis que le Plaute est indéfiniment retardé(nos 23, 25, etc.)

22 L’œuvre entière ou par extraits est traduite en 1658 par Bernard du Teil, en 1663 par Michel de Pure.

23 À noter que la devise qui figure sur le frontispice, Trabitur dulcedine cantus (il – ou « on », si l’on se rappelle que les ouvrages sont aussi faits pour le « public » – se laisse attirer par la douceur d’un chant), est calquée sur une expression de Valerius Flaccus, trabitur dulcedine flammae (« elle est entraînée par la douceur de la flamme », Argonautiques, VI, 663), appliquée à Médée – la transposition faisant disparaître l’oxymore.

24 Ces cinq derniers ouvrages font partie de la liste de référence du Dictionarium Poeticum de Jacques Vanière, Lyon, Antoine Briasson, 1710, qui comprend évidemment par ailleurs tous les poètes présents dans la collection.

25 Mémoires, I, p. 12.

26 Mémoires, V, p. 118.

27 Voir Roger Zuber, Perrot d’Ablancourt et ses « Belles Infidèles ». Traduction et critique de Balzac à Boileau, Paris, Presses du Palais Royal, 1968 (rééd. Albin Michel, 1995). p.405-407.

28 En effet, Huet avoue préférer Tibulle et Properce à Ovide ; il est très critique envers les livres d’exil et les Métamorphoses – cela n’empêche évidemment pas la publication dans la collection de ces ouvrages, dont le dernier apparaît comme la base de toute science mythologique.

29 Il venait opportunément combler la lacune de la cena Trimalchionis, mais son authenticité était d’abord vivement contestée avant d’être finalement reconnue comme elle l’est aujourd’hui. Cette découverte devait inspirer l’officier français Nodot qui, en 1688, prétendit avoir trouvé au siège de « Bellegrade » un nouveau manuscrit, dont on devait démontrer assez rapidement qu’il s’agissait d’une supercherie. Quoi qu’il en soit, il était alors trop tard pour la collection Ad usum Delphini.

30 Voir Catherine Volpilhac-Auger, « L’image de Pétrone dans la littérature française du xviie au xixe siècle » (à paraître dans les Mélanges offerts à Raymond Trousson, Paris, Champion).

31 Huetiana, chap. LXXXVI, p. 214-215. Outre l’aspect moral, se pose un problème d’ordre esthétique : s’agit-il véritablement d’une œuvre littéraire ? « Il est visible, avant toute chose, que ces fragments qui nous restent sont des collections de quelque studieux, qui a ramassé ce qui lui a paru plus digne de remarques, ce qui a été plus conforme à son génie, ou ce qui avait quelque rapport à ses études. Et en effet, si l’on examine ces lambeaux en détail, il n’y en a aucun où l’on ne trouve quelque trait singulier » (Huetiana, chap. LXXXVI, p. 215). Mais ce n’aurait certainement pas été une raison suffisante pour exclure l’ouvrage d’une collection qui s’ouvre aux « encyclopédistes », Pline l’Ancien ou Aulu-Gelle.

32 Huet, Lettre traité sur l’origine des romans (1666 ? publiée en 1670), éd. Fabienne Gégou, Paris, Nizet, 1971, p. 107.

33 Huetiana, chap. LXXXVI, p. 216. Ce qui n’empêche pas Huet de posséder plusieurs éditions de cet auteur, qui portent toutes des annotations de sa main - sans doute le signe d’une véritable fascination (Paris, 1664, BNF : Z 17077 et 17078 ; Genève, 1629, BNF : Z 3452 ; Amsterdam, 1669, BNF : Rés. Z 2478 ; Paris, 1677, BNF : Rés. Z 2479).

34 Nous avons été orientée sur cette piste par L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Erasme. La transmission des classiques grecs et latins, trad. C. Bertrand mise à jour par R Petitmengin, Paris, CNRS Editions, 1984, p. 140.

35 Notre lecture de ce passage de la lettre n°35 n’est pas sûre. Les raisons de ce refus ne sont pas données.

36 Ainsi il n’y est pas question de Martianus Capella, qui figure seulement dans la correspondance de Leibniz. De plus, on ne sait quel est l’auteur dont Dacier, après s’être acquitté de Festus à la satisfaction générale, a entamé l’édition (Correspondance, n° 133, 1681) ; c’est sans doute celui dont il était question dans un fragment sans date, peut-être de 1677 (d’après la place que lui assigne Léchaudé d’Anisy dans la copie de la BNF ; mais l’original du fonds Ashburnham ne porte aucune datation), par lequel on sait qu’il doit commencer « par les poèmes et les épigrammes, et puis il en viendra aux fragments » (n° 83), ce qui ne nous éclaire guère...

37 Rappelons, pour donner un ordre de grandeur, qu’à cette époque l’œuvre de la poétesse grecque Sapho se réduit, chez la plupart des éditeurs et des traducteurs, à deux poèmes en tout et pour tout. Cette liste des absents n’est évidemment pas exhaustive ; on pourrait ajouter Calpurnius Siculus, Némésien, et bien d’autres... Nous n’avons fait figurer que ceux qui nous paraissent relativement bien connus, voire appréciés au xviie siècle.

38 La compilation des Institutes de Justinien [Correspondance, nos39 et 102) a été écartée, sans doute parce qu’elle aurait été achevée trop tard pour les études du Dauphin ; voir notre note à la lettre 102. À noter que Pierre Taisand (le cousin de Bossuet) lui avait dédié une Histoire du droit romain, ce qui dit assez l’importance que celle-ci pouvait revêtir aux yeux du pédagogue.

39 Lettre traité sur l’origine des romans, p. 109.

40 Voir Jean Starobinski, « Le mythe au dix-huitième siècle », Critique, n° 366, 1977, p. 975-997. Sur l’aspect figuratif et idéologique au siècle de Louis XIV, et plus précisément à Versailles, voir Jean-Pierre Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil, Paris, Les Belles Lettres, 1986.

41 Jean Bayet, Littérature latine, 9e éd. augmentée [par Louis Nougaret et Jean-Yves Boriaud], Paris, Armand Colin, 1996. Ils n’en figurent pas moins dans la collection Teubner et sont désormais traduits par Gérard Fry dans le volume intitulé Récits inédits sur la guerre de Troie, Paris, Les Belles Lettres (La roue à livres), 1998.

42 On trouve aussi Acta diurna belli Trojani (Chronique [ou Journal) de la guerre de Troie).

43 Voir Noémi Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968, p. 56-57, à laquelle nous faisons ici de nombreux emprunts. Comme le signale Françoise Létoublon, Palamède est précisément cité dans la préface.

44 D’après N. Hepp (Homère en France, p. 56, et « Homère en France au xvie siècle », Atti dell’Academia delle scienze di Torino, vol. 96, p. 1-120), la « supercherie » avait été démasquée dès 1531 par J. L. Vivès (De tradendis disciplinis), suivi en 1566 par G. Xylander (Annotationes ad Cedrenum) et en 1624 par G. Vossius (De historicisgroecis). Mais comme tout travail scientifique, ceux-ci ne modifient pas forcément la vulgate : voir Homère en France, p.95 et p. 144. N. Hepp note la présence des deux auteurs dans un quart des catalogues de bibliothèques privées du xviie siècle qu’elle a examinés (ibid., p. 27 et p. 56).

45 Voir Dominique Morineau, La Réception des historiens anciens dans l’historiographie française, fin xviie-début xviiie siècle, thèse Paris-IV, 1988 (ci-après : Morineau, 1988), et Jean-Pierre Guicciardi, « La dialectique de la vérité et de l’erreur dans quelques artes historicoe (fin XVIIe et début XVIIIe siècle) », L’Histoire au xviiie siècle, Henri Coulet éd., Aix-en-Provence, 1980, p. 353-374. Darès est désigné comme un des fondateurs de l’histoire, selon Isidore de Séville, Etymologiae, I, 42.

46 Exemples cités par N. Hepp, Homère en France, p. 64, dans un chapitre justement nommé « L’absence d’Homère ».

47 Le Moyne, De l’histoire (1670), cité par Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, 1982, p. 249.

48 Signalons que Boileau fait mention de nos deux auteurs dans une lettre à Brossette, du 8 avril 1703 [Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, éd. François Escal, 1966, p. 671), où il proclame la bataille du Lutrin tout aussi réelle que la guerre de Troie : « On aurait de la peine à faire voir que l’Iliade est aussi bien appuyée puisqu’il y a encore des gens aujourd’hui qui nient que jamais Troie ait été prise et qui doutent que Darès ni Dictys de Crète en soient des témoins fort sûrs puisque leurs ouvrages n’ont paru que du temps de Néron et ne sont vraisemblablement que de nouvelles fictions imaginées sur la fiction d’Homère. Il faudrait pour le bien attester nous rapporter quelque sentence donnée en faveur de Neptune et d’Apollon pour obliger Laomédon à payer à ces deux Compagnons de fortune le prix qu’il leur avait promis pour la construction des murailles de Troie. » Cela signifie sans ambiguïté que le clan des sceptiques l’a emporté – mais Boileau étant le pire ennemi de Huet, ne faut-il pas voir ici une pointe contre celui qui avait jugé nécessaire une telle publication ?

49 Sur leur succès au Moyen Âge, voir Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, AubierMontaigne, 1980, p.304 : aux xie et xiie siècles « la guerre de Troie resta un sujet favori, mais autant l’œuvre de Darès fut populaire, autant celle de Dictys fut négligée. »

50 Voir A. Joly, « Benoît de Sainte-More et le Roman de Troie, ou les Métamorphoses d’Homère et de l’épopée gréco-latine au Moyen Âge », Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, vol. 27 (1869-1871), et surtout Aimé Martin, Naissances du roman. Les techniques littéraires dans les romans antiques du XIIe siècle, Paris, Champion-Slatkine, 1980, 2 vol., notamment p. 157 et 589, et la traduction du Roman de Troie présentée et procurée par Emmanuèle Baumgartner, Paris, UGE, 1987, notamment p. 13-15.

51 Troïlus (fils de Priam) n’étant nommé qu’une fois dans l’Iliade, c’est encore à nos deux textes qu’il doit sa fortune littéraire, puisque par l’intermédiaire de Boccace (Il Filostrato, 1338), il parvient à Chaucer (Troilus and Criseyde) et à Shakespeare (Troilus and Cressida, 1602 ?). Voir également G. Genette, Palimpsestes, ouvr. cité, p. 406.

52 Jean Seznec, La Survivance des dieux antiques, Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, Champs, 1993 (1re éd., Londres, 1940), p. 31.

53 Voir C. Volpilhac-Auger, Tacite en France de Montesquieu à Chateaubriand, Oxford, Voltaire Foundation, 1993, p. 311-312.

54 Voir N. Hepp, Homère en France, p. 58, notamment n. 129.

55 On peut s’interroger sur la valeur symbolique de cette publication, quand on sait que Pierre le Grand abandonne en 1715 la capitale historique de la Russie pour s’installer à Saint-Pétersbourg, qu’il a fondée en 1703.

56 Et traduit en anglais en 1971, par W. H. Stahl et Richard Johnson, Martianus Capella and the Seven Liberal Arts, New York, Columbia University Press, vol. II.

57 Voir en annexe la traduction complète de la lettre du 15 avril 1673 (n° 16). Le texte de six lettres de Leibniz à Huet (en latin) figure dans les Opera philologica de Leibniz, Genevae, fratres de Tournes, 1768, t. V, p.453-463, ainsi que dans l’édition, plus complète, de Leibniz, Sämtliche Schriften und Briefe, herausgegeben von der Akademie der Wissenschaften der DDR, Zweite Reihe, Erster Band, AkademieVerlag Berlin, 1987, p. 229-230, p. 235-239 (les lettres de 1679, p.458-459 et p.464-467, ne concernent que la Demonstratio evangelica, dont Leibniz avait eu connaissance avant publication).

58 On signalera au passage que Grotius était né en 1583... Malgré ce qu’il en dit, ce n’est pas de cette édition que Leibniz s’est servi, mais d’une édition publiée à Bâle en 1532 (voir Catalogue critique des manuscrits de Leibniz, Poitiers, 1914-1924, fasc. II, p.40).

59 Huet y voit cependant plutôt « une allégorie continuelle qui ne mérite pas proprement le nom de roman, mais plutôt de fable, car, comme je l’ai déjà remarqué, la fable représente des choses qui n’ont point été et n’ont pu être, et le roman des choses qui ont pu être, mais qui n’ont point été. » Lettre traité sur l’origine des romans, p. 110.

60 Selon E. R. Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Age latin, trad. J. Bréjoux, Paris, PUF, 1956, p. 45, l’ouvrage fut imprimé huit fois entre 1499 et 1599. On en retrouve aussi des extraits chez Nicolas Heinsius, Operum Ovidi editio nova (Amstelodami, 1652) et chez Meibomius, Antiquoe musicoe auctores septem (Amstelodami, 1652).

61 E. R. Curtius (p. 46-47) cite des figures allégoriques reproduites sur les façades des cathédrales de Chartres, de Laon, d’Auxerre, de Notre-Dame de Paris, et des œuvres de Botticelli. J. Seznec, La Survivance des dieux antiques, p. 329 et suiv., mentionne (entre autres) la Mascarade de la généalogie des dieux, organisée pour les noces de François de Médicis avec Jeanne d’Autriche en 1565.

62 Lettre traité sur l’origine des romans, p. 110. La clausule du paragraphe mérite d’être citée : « On croit qu’il était africain ; s’il ne l’était, il méritait de l’être, tant sa manière d’écrire est dure et forcée. »

63 Signalons que c’est un médecin, Ceron, qui est choisi pour travailler sur Pline, conformément aux conseils de Leibniz (Correspondance, n° 16) ; les raisons de ce choix sont clairement énoncées par Montausier, qui évoque les capacités médicales du commentateur et l’obligation qu’il lui a « de tous les soins qu’il a pris de [s]es domestiques qui étaient malades à Saint-Germain » (n° 22). Ceron devait donner toute satisfaction (n° 41, février 1675) ; mais on sait que le Pline est dû au philologue Hardouin, à qui la médecine est totalement étrangère. Cela correspondrait-il à un changement de statut du texte de Pline, à une évolution du projet éditorial, ou à des nécessités purement conjoncturelles ? Quant à Martianus Capella, il offre des vues originales et précises sur la musique des anciens : c’est à cela qu’il devra sa survie (voir ci-dessous note 106).

64 On oublie parfois cette dimension de l’histoire ancienne, qui apparaît comme un réservoir d’exemples toujours utilisables, voire le fondement de théories applicables aux temps modernes ; ainsi Colbert, « dont les vues se portaient à ce qui pouvait augmenter les richesses de l’État et à établir une sage administration des finances, chargea une personne habile de lui dresser un mémoire sur les finances des Romains ; c’est ce mémoire qu’on publie aujourd’hui » ([Chassipol], Traité des finan ces et de la fausse monnaie des Romains, Paris, Briasson, 1740, p. II-III).

65 Rappelons que les autres principaux auteurs permettant de connaître la géographie ancienne sont des Grecs, Hérodote, Strabon, Pausanias, et surtout Ptolémée, exclus par principe de la collection.

66 Il est vrai que Solin n’est qu’un compilateur de Pline.

67 Sur l’enseignement géographique que recevait le Dauphin, ou du moins sur l’idée que le précepteur voulait en donner, voir la lettre de Bossuet à Innocent XI, 8 mars 1679 : « nous voyions la géographie en jouant et comme en faisant voyage [...] » (Correspondance de Bossuet, t. II, p. 147).

68 Méthode pour commencer les humanités grecques et latines, nouvelle édition (la première daterait, d’après Haag, de 1672), Paris, 1731, p. 25-28.

69 Nous en donnons pour preuve une anecdote dont nous n’avons pu vérifier la source, souvent citée, et par exemple par les éditeurs de la Correspondance de Bossuet (t. I, p.222) : « Quand il reçut l’avis de la conclusion de son mariage, le Dauphin s’écria tout joyeux : “Nous allons voir si M. Huet me contraindra encore à étudier l’ancienne géographie !” »

70 DGS, articles « Cassini » et « Géographie ».

71 L’essentiel de nos remarques sur la géographie ancienne est dû à Martine Furno.

72 Par « chronologie » nous entendons « présentation chronologique » et non recherches sur la matière même, qui entraîneraient le lecteur dans des démonstrations complexes étrangères à l’esprit de la collection, mais dont on trouve trace sous forme de documents sommaires (par exemple dans Dictys de Crète, sept pages de Joseph Scaliger, tirées du De emendatione temporum). Quant à la géographie, on peut l’estimer suffisamment traitée dans les notes (hypothèse proposée par I. Cogitore).

73 Chez les trois abréviateurs traités par Anne Le Fèvre, les notes chronologiques et les renvois les renvois d’un auteur à l’autre (surtout parmi ces trois, mais aussi à Tite-Live, voire à Solin) sont fréquents. Les Excerptiones du Florus vont du règne de Saturne (date non précisée...; la datation commence avec l’arrivée d’Évandre en Italie, 1230 avant J.-C.) au désastre de Varus (10 après J.-C.), en présentant faits culturels et politiques : le suicide d’Antoine et Cléopâtre, la mort du poète Catulle et la transformation de l’Égypte en province romaine la même année (30 avant J.-C.). Chronologie romaine et chronologie biblique sont mises en parallèle (cette dernière commence en 1230 avec la mort de Gédéon). Un index rerum de près de cinquante pages (contre cent quatre-vingt-dix pour le texte) permet de retrouver rapidement les événements.

74 À noter que le Tite-Live, privé de l’index vocabulorum dont il aurait dû être pourvu, comporte un index géographique. On trouve aussi des variantes selon les textes : comme l’a soigneusement noté Albert Léonard, le Quinte-Curce comporte une synopsis chronologica, avant le Christ, depuis la fondation de la Ville, par olympiades et suivant l’âge d’Alexandre (ce qui mettra aussi évidemment en valeur l’exceptionnelle précocité du héros). Le Cornelius Nepos comporte aussi des rappels chronologiques en douze pages (olympiades, fondation de Rome, création du monde).

75 Ce qui n’exclut pas d’autres lectures, dans la mesure où l’ouvrage compte aussi un index des lettres par genres.

76 Voir le chapitre que Bruno Bureau y consacre.

77 Voir le très sérieux examen de la tradition éditoriale des Panegyrici dans l’édition procurée par Édouard Galletier, Paris, Les Belles Lettres, 1949.

78 Correspondance de Bossuet, t. Il, p. 148, lettre à Innocent XI, mars 1979.

79 Voir l’ouvrage publié par R. Pouzet, Charles IX..., déjà cité.

80 Correspondance de Bossuet, t. II, p. 150

81 Correspondance de Bossuet, t. II, p. 416, « Exhortations au Dauphin », non datée. Les trois exemples cités par Bossuet, empruntés successivement à Salluste (Vie de Catilina), à Térence (Adelphes), à Cornelius Nepos (Vie de Denys) correspondent à des ouvrages de la collection Ad usum Delphini publiés en 1674 et 1675, les trois premiers avec Florus. Ne faudrait-il pas y voir une référence directe à la collection?

82 Edith Flamarion et Catherine Volpilhac-Auger, « La collection Ad usum Delphini et l’histoire », L’Histoire au XVIIe siècle, Suzanne Guellouz éd., Littératures classiques, n° 30, printemps 1997, p. 209-222. Nous avons appris depuis que l’Histoire Auguste avait été prévue : ainsi se confirme l’idée que l’éducation princière ne craint pas de montrer les turpitudes du pouvoir, et que c’est un panorama complet de l’histoire romaine, jusqu’à une date tardive, qui est envisagé

83 Non seulement Tanneguy Le Fèvre en a donné une édition en 1671, mais il en a revu la traduction due à CollombyCauvigny, qui remonte à 1616 (Saumur, 1672) ; une « traduction nouvelle » en est donnée par Ferrier de La Martinière en 1693 (rééd. 1694, 1698, 1708), une autre « traduction nouvelle » (ou la même ?) à Lyon en 1697 et 1726.

84 Isabelle Cogitore formule des remarques du même ordre à propos de Velleius Paterculus, présenté par le dauphin (jésuite) Riguez.

85 Peut-être est-il inutile de reprocher aux ouvrages de la collection Ad usum Delphini leurs lacunes en la matière : n’est-ce pas au maître de tirer parti des textes ? N’est-ce pas à l’élève d’observer dans l’histoire les conséquences des actes heureux ou malheureux ? N’est-ce pas le récit lui-même qui fournit la matière de la réflexion ?

86 Elle n’a trouvé son épilogue que le 30 août 1682, avec un édit contre les devins et les empoisonneurs (voir DGS, art. « Poisons »). La coïncidence avec la publication du Tacite, pour être fortuite, n’en est pas moins étonnante.

87 Ouvrage destiné, rappelons-le, non pas aux spécialistes mais aux étudiants et au public « éclairé » d’aujourd’hui.

88 C’est ce qu’affirme l’extrait du privilège qui figure dans l’ouvrage. Cependant, il n’apparaît pas comme « en estat d’estre imprimé » dans les privilèges qui figurent dans les premiers ouvrages de la collection, comme Florus, Salluste, Phèdre, etc., ni même dans les derniers imprimés qui bénéficient du même privilège (Catulle, 1685, Apulée, 1688).

89 En effet, il relève du privilège registré sous le n° 193 du 17 novembre 167 (BNF, ms f fr., n° 21739), comme Velleius Paterculus (paru en 1675), Justin (1676), Claudien (1677), Quinte-Curce (1678), Suétone (1684). Nous avons vu plus haut (chapitre premier) que Fluet y avait trouvé l’occasion de pourfendre Scaliger et avait

pris une part active au travail. C’est seulement en octobre 1678 (n° 98) que Huet décide de mettre ainsi un terme à l’ouvrage. Mais il était question de l’impression (et notamment des figures) dès l’hiver 1676 (nos 76 et 77).

90 Voir DGS, art. « Observatoire de Paris ».

91 Sur l’intérêt de Huet pour l’astronomie, voir Mémoires, IV, p. 88 (il observe la comète de 1664), et sur sa défiance envers l’astrologie, ibid., p. 97.

92 Signalons que la bibliothèque du Dauphin contenait des Cartes du ciel réduites en quatre tables, contenant toutes les constellations avec un catalogue des noms, grandeurs et positions des estoilles, corrigées et calculées par longitudes, pour l’an 1700, en latin, le français à costé, par le sieur Augustin Royer, Paris, J.-B. Coignard, 1679, in-12, pièces liminaires + 224 p. (BNF, Rés. V 2151, exemplaire accompagné de planches, relié aux armes du Dauphin).

93 Le système de Copernic restera à l’index jusqu’en 1758. La détermination des Mersenne, Gassendi ou Peiresc pour faire triompher la doctrine de Galilée (et ses présupposés) ne pouvant rien contre l’immobilisme de la pensée théologique qui s’exerçait alors sur l’université française, il fallut attendre l’Entretien sur la pluralité des mondes de Fontenelle (1686) pour que l’on pût envisager un nouvel ordre du savoir. Voir Georges Gusdorf, La Révolution galiléenne, t. I, Paris, Payot, 1969, p. 129 et 276.

94 Voir aussi Correspondance, nos76, 77, 79. À titre de comparaison, et conformément à ce que nous verrons au chapitre suivant, le prix que Colbert était prêt à payer pour l’impression d’un gros inquarto était de mille francs au maximum (n’117, septembre 1679). Joëlle Abry signale la qualité des quarante-sept figures qui ne se contentent pas d’accompagner le texte, mais constituent un apport indispensable à sa compréhension

95 À noter que l’éducation du Dauphin, résolument moderniste, incluait les mathématiques (représentées par Blondel), qui n’étaient alors enseignées dans les collèges, au mieux, qu’à titre facultatif et en dehors des classes. À ce titre, la lecture de Manilius assortie de croquis représentait une ouverture particulièrement intéressante.

96 Hormis le fait qu’en novembre 1678 (Correspondance, n° 100), Montausier décline la proposition de le lire avant impression.

97 Boèce est le dernier ouvrage à paraître avant le mariage du Dauphin (mars 1680), puisqu’il est achevé d’imprimer le 8 janvier 1680 – mais Monseigneur n’avait-il pas arrêté ses études dès la signature du contrat, en décembre 1679 ?

98 E. R. Curtius, ouvr. cité, p. 255.

99 Cité par Curtius, ouvr. cité, p. 222.

100 En témoigne également la liste des auteurs latins cités dans le dictionnaire latin-français de Danet (1691), communiquée par Martine Furno en annexe à sa présentation des dictionnaires.

101 Point sur lequel insiste Montausier : « On travaille de la même sorte sur tous les anciens auteurs de la langue latine, même sur ceux dans les siècles desquels la pureté étaient extrêmement altérée, mais qui ne laissent pas d’avoir leur agrément et leur utilité » (Correspondance, n°66a).

102 On remarquera ainsi que figurent dans notre tableau deux auteurs qui, comme dans les Satires Ménippées ou le Satiricon, mêlent prose et poésie : Martianus Capella et Boèce. Le renouveau des formes pouvait aussi passer par là (dans la Lettre sur les romans, Huet signale volontiers cette particularité, à propos de Martianus Capella comme de Pétrone, p. 106 et 110), quoique la présentation matérielle de l’ouvrage de Boèce distingue très nettement l’une et l’autre (voir ci-dessous au chapitre V, « Du texte au livre », la section « Les questions de mise en texte » rédigée par Frédéric Saby).

103 Cité par Roger Zuber, ouvr. cité, p. 405-406.

104 bid., p. 406.

105 Ainsi Voltaire dénonce-t-il les « Daciers, les Saumaises / Gens hérissés de savantes fadaises » qui « voulurent absolument nous faire lire certains passages de Dictys de Crète et de Métrodore de Lampsaque, que Scaliger avait estropiés » (Le Temple du goût, Élie Carcassonne éd., Genève-Lille, Droz-Giard, 1953, p. 114).

106 L’édition de Meibomius, Antiquæ musicæ auctores septem (Amstelodami, 1652) permit cependant à Martianus Capella d’être cité et utilisé par Dubos, Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture, 1730, dans une digression sur la musique des anciens (troisième partie, section IV). Ce passage de Dubos devait être lu par Rousseau, Condillac et Duclos, et devenir un point fondamental pour la théorie musicale au xviiie siècle, sans que le nom de Martianus Capella soit forcément mentionné (voir Michael O’Dea, Habilitation à diriger des recherches, Littérature française, Paris-VIII, décembre 1997).

107 La Consolatio avait été traduite en 1578 par Malassis de Mente et, surtout, au début du xviie siècle par Ceriziers (douze éditions de 1636 à 1663, à Paris, Rouen, Reims, d’après le Catalogue de la BNF, qui n’est certainement pas exhaustif), et à la fin par Nicolas Régnier (Paris, 1676) – elle ne le sera plus avant un siècle, par Léon Colesse en 1771 (à noter que c’est cette traduction que reprend la collection Fleuron, Slatkine, 1994). Les éditions suivent exactement le même mouvement : huit éditions différentes se succèdent de 1607 à 1680 ; puis on n’en retrouve plus qu’une à Padoue en 1744, une autre à Paris en 1783 (J. F. de Bure de Saint-Fauxbin). (dans la Lettre sur les romans, Huet signale volontiers cette particularité, à propos de Martianus Capella comme de Pétrone, p. 106 et 110), quoique la présentation matérielle de l’ouvrage de Boèce distingue très nettement l’une et l’autre (voir ci-dessous au chapitre V, « Du texte au livre », la section « Les questions de mise en texte » rédigée par Frédéric Saby).

108 L’abbé d’Olivet, chargé de travailler pour le Dauphin, fils de Louis XV, se voit demander d’abord une traduction du De officiis de Cicéron (d’Olivet, Correspondance littéraire..., lettre 120 du 28 juillet 1737, p. 252), avant de donner – cette fois en latin – les œuvres du même, qui ne lui vaudront guère l’intérêt de la cour (lettre 157 du 12 mai 1741, p. 310).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/2468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search