Version classiqueVersion mobile

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Première partie. Histoire des dauphins

Chapitre premier. Naissance des dauphins

Texte intégral

UNE ENTREPRISE ROYALE

  • 1 Édition établie et annotée par Émile Bourgeois et présentée par Michel Richard, Paris, Mercure de (...)
  • 2 Huet et Spanheim étaient très liés depuis leur jeunesse : Mémoires (De rebus ad eum pertinentibus (...)

1Le seul témoignage qui nous paraisse exact est celui d’Ézéchiel Spanheim, dans sa Relation de la cour de France en 1690.1 Grand érudit (il avait été l’élève de Saumaise, et avait édité en 1664 un De usu et proestantia numismatum antiquorum), diplomate réputé, il est envoyé dans les différentes cours européennes par l’électeur palatin puis par l’électeur de Brandebourg, qui le délègue à Paris entre 1680 et 1689 ; c’est non seulement un observateur particulièrement bien placé, mais un homme de lettres qui sait à quoi s’en tenir. Après avoir évoqué sommairement Bossuet et Huet2, il définit leur tâche, qui était

d’instruire le Dauphin dans la religion et dans les devoirs qu’elle exige, de lui donner, à mesure qu’il se fortifiait par l’âge, les principes de la langue latine, de lui en lire et expliquer les bons auteurs, de lui apprendre l’histoire ancienne et moderne, et de l’accoutumer à y faire de bonne heure des réflexions convenables à un prince qui les doit un jour mettre en pratique, ou qui doit s’en garantir.

2Après ces principes généraux, qui sont loin d’être indifférents (nous verrons plus loin l’importance capitale de l’histoire dans cette entreprise de formation), Spanheim poursuit en évoquant ce qui nous intéresse plus directement :

C’est dans cette même vue que le duc de Montausier prit le dessein, en l’an 1668 qu’il venait d’être élevé à ce poste de gouverneur du Dauphin, je veux dire de faire publier les principaux anciens auteurs latins en prose et en vers, avec des paraphrases et des notes qui s’attachassent uniquement à en rendre et expliquer le sens littéral et la force, sans s’y étendre sur des remarques hors du sujet ou purement critiques, qu’il croyait moins nécessaires pour l’étude d’un jeune prince, et être cependant la tâche ordinaire des commentateurs modernes sur les mêmes auteurs, et qu’on publiait entre autres en Hollande, sous-titre de Notes variorum. Ce dessein, en soi qui ne pouvait être que louable et très utile, et qui, dans la suite, a produit ce grand nombre d’anciens auteurs publiés en France sous le titre spécieux : cum interpretatione et notis in usum Delphini, n’a pas eu tout le succès qu’on s’en pouvait promettre, ni répondu à l’attente publique, par le choix peu heureux des personnes (si on en excepte un fort petit nombre) qui y ont travaillé, et par la manière dont ils s’en sont acquittés. C’est ce que le même duc de Montausier n’a pas dissimulé plus d’une fois pendant mon dernier séjour en France, non plus que le déplaisir qu’il en avait.

3Sont en effet énoncés ici les traits spécifiques qui nous paraissent devoir être retenus : une annotation qui s’oppose à celle des éditions existantes, comme celle des variorum, et se distingue par sa relative simplicité et son unité ; une « paraphrase » (interpretatio) qui relève même d’une originalité étonnante, dans la mesure où elle se présente comme une traduction en latin du texte latin ; une réalisation qui ne répondit pas aux espérances et à l’énergie dépensée par ses initiateurs. Quand Spanheim emploie une formule vague (« les principaux auteurs latins », « ce grand nombre d’anciens auteurs »), c’est qu’en effet on ne peut être plus précis – sage précaution, à comparer aux formules définitives de certains commentateurs ultérieurs : « tous les auteurs anciens », « quarante auteurs grecs et latins », etc. Quant à la mention du seul Montausier, elle s’explique par le point de vue du diplomate : s’il ne fut pas celui qui y travailla de plus près (ce rôle revint indiscutablement à Huet), c’est de Montausier que vint l’idée, l’initiative, c’est lui qui eut la responsabilité officielle ; et c’est avec la mort de Montausier, nous le verrons, que disparut la collection. C’est de lui que nous partirons pour en retracer l’histoire.

CHARLES DE SAINTE-MAURE, DUC DE MONTAUSIER, TRÈS HAUT ET PUISSANT SEIGNEUR

  • 3 Nous renvoyons à la thèse de Denis Lopez, La Plume et l’Epée : Montausier (1610-1690). Position so (...)
  • 4 Voir D. Lopez, « Sur une traduction en vers : Montausier et les Satires de Perse (1653) », La Trad (...)
  • 5 Dans le passage que nous consacrons à Anne Le Fèvre, p. 107-115.
  • 6 Voir aussi ce qu’en dit Montesquieu (Pensées, 1258) : « Le caractère de Monsieur de Montausier a q (...)

4C’est donc en 1668, quand le Dauphin (« Monseigneur ») atteint l’âge de sept ans, qu’on lui choisit un gouverneur3. Protestant converti en 1645, il a des sympathies, dit-on, pour le jansénisme, ce qui ne l’empêche pas d’être un familier des salons : on sait qu’il fréquenta l’hôtel de Rambouillet pour y faire une cour assidue à Julie d’Angennes, qu’il épousa au bout de quatorze ans, après lui avoir offert en 1641 la fameuse « Guirlande de Julie » – événement littéraire et mondain, chef-d’œuvre de la galanterie, qui n’est peut-être pas si étranger à notre propos qu’on pourrait le croire. Il a fait aussi œuvre de traducteur œ mais en amateur, n’ayant jamais publié ses Satires de Perse en vers auxquelles il travaille entre 1652 et 1653, pendant qu’il se remet de ses blessures.4 Homme de guerre et homme de plume, Montausier a fait la preuve d’une fidélité, d’une rigueur sans faille ; gouverneur en Angoumois durant la Fronde, de 1648 à 1653, il a aussi montré sa valeur militaire. De tout cela le roi saura se souvenir. Et quand il choisit Montausier pour former l’esprit et le caractère du futur roi de France, son nom est salué comme celui de l’homme qui méritait une telle charge. On dit aussi qu’il était des très rares courtisans qui osaient dire son fait à Louis XIV œ nous aurons l’occasion d’y revenir.5 Ce concert de louanges doit être néanmoins interrompu pour signaler qu’il était d’une sévérité qui fut souvent jugée excessive par les contemporains, sans pitié pour un enfant à qui il voulait inculquer d’abord le sens de ses devoirs, à qui il ne ménageait pas les châtiments corporels, comme il se devait à l’époque, et qui le craignait beaucoup.6

  • 7 Voir la lettre de Bossuet à Innocent XI, Correspondance de Bossuet, nouvelle édition, publiée par (...)

5Gouverneur du prince, Montausier doit lui montrer l’exemple de ses mérites, diriger sa jeunesse7, mais il faut compléter cette formation par les services de « pédagogues » plus exclusivement chargés de sa formation intellectuelle et religieuse : c’est la tâche du précepteur et des lecteurs. Le président de Périgny fut précepteur jusqu’à sa mort, en 1670. On sait évidemment qu’il fut remplacé par l’évêque de Condom, Bossuet. Mais cette nomination mérite qu’on s’y arrête, comme le fait Huet dans ses Mémoires :

  • 8 Mémoires, IV, p. 103-104. Voir aussi Correspondance, n° 4. Il est intéressant de comparer les deux (...)

Le roi ayant pensé que pour rendre plus parfaite l’instruction du Dauphin il conviendrait d’adjoindre à son gouverneur des gens de lettres dont les conversations avec le prince auraient chaque jour pour objet des matières d’érudition, avait voulu que je fusse choisi pour remplir cet office. Le duc de Montausier avait applaudi au dessein du roi et pris sur soi de l’exécuter. [...]
Le but de M. de Montausier était d’amener peu à peu Sa Majesté à arrêter spontanément son choix sur moi-même. À cet effet, il avait dressé une liste de tous les candidats à cette charge, qui souhaitaient que leurs noms fussent mis sous les yeux du roi et qui s’élevaient à près de cent. Il la donna à lire au roi, sans lui faire grâce d’un seul. Mais il ajouta à cette liste les noms de ceux qui ne s’étaient point offerts pour obtenir ce poste, et que cependant il en estimait les plus dignes ; il vanta les mérites de chacun d’eux et conclut en ces termes :
« Si Votre Majesté me demande lequel je préfère, j’en nommerai trois qui, à mon sens, conviennent le mieux, à la place en question : Ménage, Bossuet et Huet. Je laisse à la sagesse de Votre Majesté le soin de décider entre eux. » Le roi prit quelques jours pour y penser.
« Or, ajouta le duc, j’avais amené l’affaire à ce point parce que, prévoyant l’exclusion de Ménage que le roi connaissait à peine de nom, je croyais qu’il ne voudrait pas non plus de Bossuet, lequel, consacré toute sa vie soit aux controverses théologiques, soit à la prédication, ne s’était point exercé à cette partie des Lettres qu’il importait surtout d’enseigner au Dauphin ; qu’ainsi la résolution du roi vous serait probablement favorable, d’autant que, peu de mois auparavant, il avait exprimé le désir de vous admettre au partage de cette fonction. Mais l’événement ne répondit pas à mes espérances car comme Bossuet, plus d’une fois et tout dernièrement encore, avait ravi le roi par la sublimité de son éloquence et que les murs de la Cour retentissaient encore de l’éclat de sa voix tonnante, le roi n’eut pas de peine à le choisir. Seulement il vous adjoignit à lui, à titre de coadjuteur. »8

UN PROJET MÛREMENT RÉFLÉCHI

  • 9 Voir Correspondance, n° 1. Sur les rapports de Montausier et Huet, voir ci-dessous le passage cons (...)
  • 10 Nous y reviendrons un peu plus loin, dans la section « Une entreprise à deux têtes ».
  • 11 Une lettre d’Heinsius à Montausier en date du 16 juin 1660, conservée à Leyde (Bibliothek der Rijk (...)

6L’accord est donc parfait entre le gouverneur et le sous-précepteur, qui se connaissent et s’estiment depuis 1662.9 On le devine moins franc entre le précepteur et le sous-précepteur, malgré les protestations d’amitié qui emplissent bien des lettres que Bossuet adresse à Huet. Peu importe ici.10 Ad usum Delphini sera le projet commun de Huet et Montausier, où s’affirmera la vocation lettrée de ce dernier, tout autant que le souci du bien public. Tous les témoignages concordent, corroborés par l’aveu constant de Huet : c’est à Montausier que revient l’idée d’une édition d’auteurs latins.11 Les raisons en sont clairement exposées par Huet dans ses Mémoires (V, p. iii) :

  • 12 La même idée est exprimée dans les Huetiana, Paris, J. Estienne, 1722, p. 92.

Le duc de Montausier, dès son enfance, avait lu et relu avec soin les auteurs anciens et il se plaignait d’avoir été toujours arrêté dans ses lectures par deux difficultés principales : la première qui venait de l’obscurité des mots et du style, et l’autre, de son ignorance de l’Antiquité. Et comme il lui eût été difficile d’emporter avec soi dans ses campagnes une charge entière de commentateurs, il avait eu à souffrir souvent dans ses études du double inconvénient indiqué plus haut.12

  • 13 Voir aussi la citation suivante.
  • 14 Rappelons aussi que la France entre en guerre avec la Hollande en 1672 – ce que Montausier devait (...)
  • 15 Il s’est fait une spécialité de contrefaçons, qui finissent d’ailleurs par constituer une sorte de (...)

7En outre, nous savons par la correspondance de Chapelain à Graevius (Correspondance, no 2, 24 mars 1669) que le duc souhaitait dès cette époque lancer une collection qui « pût faciliter l’intelligence [des classiques] au jeune prince », édition « d’une utilité extrême pour les principiants et pour les médiocres mêmes » ; il avait même alors déjà pressenti Elzevier (ce qui fait remonter le projet au tout début de l’année 1669, voire à 1668, donc peu de temps après sa nomination). L’imprimeur hollandais, chez qui l’on trouvait par exemple les ouvrages cum notis variorum, s’était déclaré intéressé « à cause du grand débit qu’il ferait d’une édition de cette sorte ». Le projet, dès l’origine, concerne donc à la fois le Dauphin et le public lettré13, dont Montausier est le plus illustre représentant, qui conçoit la connaissance des Anciens comme devant être inlassablement poursuivie pendant l’âge adulte, au milieu même de la carrière des armes. La nomination de Huet vient à point nommé pour lui donner les moyens de lancer cette entreprise, qui va s’infléchir dans le sens d’une publication officielle, jussu Regis (sur ordre du Roi), et ne pourra évidemment plus être confiée à un imprimeur étranger14 qui, de surcroît, est loin d’être sans reproche.15

8Huet est à peine nommé qu’il est sollicité pour l’entreprise : « Je suis bien aise que vous approuviez le travail de M. Le Camus et quant à ce que vous me dites que vous jugeriez à propos de faire travailler d’autres personnes sur d’autres ouvrages, nous nous en entretiendrons à la première vue », écrit Montausier en octobre 1670 (Correspondance, n° 9). La correspondance ne reprend qu’en juin 1672, pour nous apprendre que « Le Camus » (en fait, Camus) est mort, mais que l’ouvrage continue (nos 11 et 12) et que d’autres commentateurs ont été recrutés. L’affaire est lancée, et la publication commencera deux ans plus tard.

9Elle suivra les prescriptions de Montausier, toujours soucieux de remédier à « l’obscurité des mots et du style, [... et à l’]ignorance de l’Antiquité », selon l’optique qu’il définit dans une de ses lettres à Heinsius, de manière parfaitement conforme à l’idée qu’en donnait Chapelain en 1669 :

Il y a une infinité de personnes, entre autres les gens de qualité et principalement les grands princes, qui étudient si légèrement et font un si petit progrès dans les lettres ou par leur libertinage ou par la négligence de ceux qui les enseignent, qu’ils cessent d’étudier avant que d’être capables de bien entendre les anciens auteurs et qui pourtant quelques années après étant devenus plus raisonnables les voudraient bien lire, mais ils en sont rebutés par la difficulté, y ayant beaucoup de peine à feuilleter tous les commentateurs et après l’avoir fait en recueillent souvent peu de fruit. J’ai cru que pour remédier à cet inconvénient, il fallait s’accommoder à la faiblesse et à la paresse des lecteurs et leur donner les auteurs expliqués d’une manière si aisée par le moyen d’une glose perpétuelle sur les poètes et des notes généralement surtout si claires et si faciles qu’elles ne laissent aucune difficulté aux gens même les moins intelligents. Ainsi quand Monseigneur le Dauphin sera hors des mains de ceux qui l’enseignent, et qu’il aura envie de lire quelqu’un des anciens auteurs, il n’aura qu’à se charger la main de celui qu’il lui plaira et sans autre assistance il l’entendra aisément. Le public en profitera, car il y a beaucoup de gens qui en auront plus de besoin que lui. (Correspondance, n° 66,15 mai 1676)

  • 16 Voir ci-dessous la section consacrée à la « mise en texte » par Frédéric Saby (chap. V).
  • 17 Les préfaces des Ad usum Delphini ne sont jamais paginées et sont généralement courtes ; nous ne d (...)
  • 18 Sauf dans Horace, le dernier volume paru.
  • 19 Pour chacun de ces aspects, voir ci-dessous les chapitres rédigés par Bernard Colombat, « L’interp (...)

10Elle présentera donc les caractéristiques suivantes, telles qu’il les a voulues et définies, avec trois parties distinctes et superposées sur la même page16 : le texte lui-même, sa traduction en latin (« une glose perpétuelle » ou interpretatio, continue pour les textes en vers, restreinte aux passages difficiles pour les textes en prose), une annotation réduite (des notes « claires » et « faciles ») qui renvoie surtout à l’histoire, à la mythologie, aux realia. Autrement dit, comme le résume la préface de Salluste (1674)17, l’une concerne les mots, l’autre les choses. On ne sait de qui vint l’idée de faire disparaître les passages (voire seulement les mots isolés) que la morale réprouve ; ils sont remplacés dans le cours du texte par des astérisques, qui désignent les coupures, et figurent à la fin du volume.18 En revanche, Huet revendique l’invention des index19 :

Cette occasion cependant me fit concevoir l’envie de donner à chacun de ces auteurs un indice de tous les mots dont il était composé. [...] Je portai même plus loin mes vues, et je me proposai de fondre ensemble tous ces indices particuliers, quand ils seraient achevés, et d’en composer un indice général, qui renfermerait et circonscrirait, pour ainsi dire, les limites de la langue latine. [...] Jamais la langue et l’Antiquité romaine n’ont reçu un secours si solide, et un préservatif si assuré contre l’ignorance et la barbarie.

11Ce que Huet ne dit pas, c’est qu’une série de dictionnaires (eux aussi étudiés ci-dessous par Martine Furno) venait en marge de la série de textes ainsi présentée. Tels sont les principes fondateurs de la collection Ad usum Delphini.

LE DAUPHIN ET LE MONDE

  • 20 « Huet pédagogue » (Huet, 1994, p. 214 et suiv.).
  • 21 D’après l’Oraison funèbre de Montausier, cité par D. Lopez, art. cité.

12Mais il faut prendre garde que la mention de « Monseigneur le Dauphin » et l’intitulé Ad usum Delphini ne doivent pas être pris en un sens restrictif, mais dans celui qu’a parfaitement évoqué Denis Lopez : « Il s’agissait de travailler durablement pour le plus vaste public [...], la présence du jeune prince à former a été l’impulsion première de l’élaboration d’œuvres importantes, comme la Politique de Bossuet, son Discours sur l’histoire universelle, ou la Demonstratio evangelica de Huet. »20 On peut citer Montausier lui-même, qui écrivait au roi « qu’il était de sa Dignité et sa Magnificence que tous les enfants de ses sujets eussent part à l’instruction de son auguste Fils, et que son éducation particulière devait devenir en quelque sorte commune et générale ».21 Il n’y eut jamais équivoque là-dessus : tout effort fait pour le Dauphin est utile aux sujets du roi. La France de Louis XIV tenait ainsi le moyen de montrer à une Europe attentive que l’instruction du Dauphin allait représenter un véritable enrichissement culturel – elle devait à la fois stimuler les écrivains (et au premier chef, Bossuet et Huet) et faciliter l’accès au savoir. Le modèle delphinal devait irradier à travers la société française, voire européenne. Alors qu’un siècle plus tard, on jugera qu’un prince peut bénéficier de la même éducation que ses sujets, on estime alors que l’éducation du prince est à la fois un modèle et une force motrice.

13Nous pouvons encore en relever bien des preuves ; l’un des privilèges qui marquent solennellement l’appartenance d’un ouvrage à la collection et la protection royale tout autant que la propriété littéraire de son auteur, proclame en effet :

Ne voulant rien oublier de tout ce qui peut contribüer à la bonne Education de nostre tres cher & tres amé Fils le Dauphin, & considérant que son avancement dans l’Étude des bonnes Lettres en fait une partie : Nous avons jugé que rien ne luy serait plus utile pour cela que de lui faciliter la lecture et l’intelligence des anciens Auteurs de la Langue latine [...] et nous nous sommes d’autant plus portez à l’execution de ce dessein, que Nous avons compris en même temps que le public en recevroit beaucoup d’avantages. (Souligné par nous)

14On y prêtera d’autant plus de crédit que ce privilège, octroyé à La Rue pour son Virgile, est passé sous les yeux de Montausier luimême, qui semble y avoir prêté une attention particulière (Correspondance, no 30). Il ne s’agit pas en tout cas de la formule la plus générale et la plus banale de privilège, qui se trouve dans les ouvrages dauphins parus chez le libraire Léonard.

  • 22 Voir la thèse d’Hélène Merlin, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, Les Belles (...)

15Ajoutons que l’on trouve fréquemment, dans la préface des ouvrages, la mention des publica studia, venant compléter les privata studia du Dauphin : les commentateurs eux-mêmes étaient pénétrés de cette idée. C’est aussi ce qu’on lit dans la dédicace à Montausier qu’Anne Le Fèvre met en tête de sa traduction des Poésies d’Anacréon et de Sapho (1681, Denis Thierry et Claude Barbou) ; elle rappelle que la collection dont elle fut un des collaborateurs les plus réguliers avait pour but de « donner à tout le monde le moyen d’étudier à l’avenir avec moins de peine et plus de succès. » La structure des ouvrages (identique de l’un à l’autre) en constitue l’illustration : ils s’ouvrent (après la page de titre et le frontispice) par une Epistola Serenissimo Delphino qui chante les louanges du Dauphin et surtout de son père, suivie d’une Proefatio, parfois simplement dite Ad lectorem, qui évoque trois puissances tutélaires (à des degrés divers), Montausier, Bossuet et Huet, et justifie l’intérêt de l’auteur que l’on introduit. Les deux destinataires, le Dauphin et le « public », sont ainsi mentionnés successivement. À une époque qui voit se constituer la notion de « public »22, il n’est pas indifférent que soit ainsi supposée une instance définie à la fois par opposition au prince et comme un prolongement de ce qui lui est dû. Mais surtout, ce « public » n’est pas donné comme préexistant : les ouvrages dauphins doivent le créer, en contribuant à la sauvegarde de l’Antiquité.

  • 23 Voir D. Lopez, art. cité, n. 51 : le Dauphin « a travaillé avec ses maîtres sur les textes savants (...)
  • 24 Correspondance, n° 35. Il y revient en décembre 1676 (no°77) : il s’agit alors seulement d’imprime (...)
  • 25 Voici le détail de la publication compliquée des six volumes (en cinq tomes), tel qu’il a été réca (...)

16On a pu inférer de tout cela qu’il était sans intérêt de savoir si Monseigneur s’était servi des ouvrages auxquels il prêtait son nom23 – son instruction particulière n’étant qu’un prétexte, et s’effaçant devant le bien public. Mais cela nous semble inexact : ce fut l’occasion d’une collection que Montausier appelait de ses vœux ; et pourquoi supposer qu’il ait eu recours aux « textes savants habituels » plutôt qu’à des textes ad usum scholarum ? Il est certain qu’il n’a pu travailler sur la plupart des ouvrages : ses études prennent fin au moment de son mariage, officiellement arrêté en décembre 1679, alors que la moitié de la collection est encore à paraître ; par ailleurs, certains ouvrages parus avant 1679 risquaient d’avoir été étudiés bien avant leur publication, selon le plan voulu par les maîtres – les études de l’élève royal n’avaient pas à dépendre des lenteurs ou du zèle de tel ou tel savant chargé d’éditer un auteur dont on avait besoin. Mais cela n’exclut pas qu’il ait travaillé sur certains ouvrages de la collection, ou du moins qu’on en ait eu l’intention – nous en avons la preuve pour Tite-Live : « Vous savez que c’est un ouvrage qui presse et dont Monseigneur le Dauphin a besoin », écrit Montausier à Huet en 1674, le suppliant d’insister auprès de Doujat, qui en est chargé (Correspondance, n° 26, 15 mai 1674) ; il y revient six mois plus tard : « Je vous conjure de reparler encore à M. Doujat et de le presser afin que d’une manière ou d’autre nous puissions voir Tite-Live achevé. »24 Sans plus de résultat, puisque l’ouvrage complet ne paraîtra qu’en 1682.25

  • 26 Correspondance de Bossuet, ouvr. cité, p. 148.
  • 27 Ibid., p. 149. Voir aussi Régine Pouzet, Charles IX, Récit d’histoire, par Louis Dauphin et Bossue (...)

17En outre, comment expliquer que la collection s’ouvre en 1674 et 1675 par des auteurs réputés faciles, ou du moins accessibles (Florus, Térence, Cornelius Nepos, Virgile...) alors que Tacite, Suétone, Pline l’Ancien, Boèce n’apparaissent qu’après 1680 ? Certes, l’argument est difficile à manier, car certains ouvrages ont connu des retards circonstanciels – c’est le cas d’Horace (1691, dernier auteur publié), dont la préface nous apprend que deux commentateurs successifs moururent sans avoir terminé leur travail ; de plus, le Dauphin n’est pas un débutant quand s’ouvre la collection : en témoignent en 1674 Anne Le Fèvre dans la préface de Florus, qui déclare l’avoir entendu traduire et commenter Térence avec talent, et Daniel Crespin dans celle de Salluste, où il le décrit déchiffrant avec facilité quarante vers d’Ovide. Dans sa lettre à Innocent XI déjà citée (mars 167926,) Bossuet évoque (au passé) le Dauphin répétant puis recopiant sa leçon d’histoire avant de la mettre en latin, pour en conclure : « depuis quelque temps, comme nous avons vu qu’il savait assez de latin, nous l’avons fait cesser d’écrire l’histoire en cette langue ».27 Certes, dans les trois cas il s’agit d’images officielles ; mais quand bien même il n’aurait pas eu les facilités qu’on lui attribue, il n’aurait guère été surprenant de la part d’un élève de treize ans (âge auquel on accédait généralement à la classe d’humanités) qu’il pût déchiffrer un certain nombre d’auteurs latins.

18Rien n’est donc sûr – sauf qu’il devait utiliser le Tite-Live mais n’a pu le faire, malgré les objurgations du gouverneur, et peut-être est-ce pour masquer cette défaillance que l’ouvrage, « achevé d’imprimer pour la première fois le 1er septembre 1682 », porte la date de 1679. Au bénéfice du doute, nous supposerons seulement que la collection ne lui aura pas été complètement inutile.

UNE RIVALITÉ FRANCO-ALLEMANDE

  • 28 Environ trente-cinq livres subsistent sur les quelque cent-quarante que devait compter l’œuvre ent (...)
  • 29 Voir Montausier, 1987, p.341-346.

19Montausier avait d’autant plus de raisons de favoriser l’édition de Tite-Live qu’elle devait comporter une nouveauté majeure : les suppléments que l’érudit Freinshemius avait rédigés pour combler la quasi-totalité des énormes lacunes du texte livien28 et dont une grande partie, inédite, risquait de tomber dans l’oubli après sa mort. Montausier devait en acheter le manuscrit pour enrichir sa magnifique bibliothèque (Correspondance, no 6), déjà emplie d’ouvrages rares.29 Chapelain avait servi d’intermédiaire ainsi que le Strasbourgeois Boeder, un des pensionnés étrangers de 1662 (nos3, 5, 6, 14, 15, 17), pour un achat qui devait permettre de sauver un ouvrage précieux (n° 15) mais surtout d’en assurer la publication, pour la plus grande gloire de la France et au détriment de l’Allemagne (n°3). Un tel geste aurait été spectaculaire : Freinshemius faisait partie de ces grands érudits européens que les princes de l’Europe du Nord se disputaient. Originaire d’Ulm, professeur à Upsala, il avait été bibliothécaire et historiographe de la reine Christine ; revenu dans sa patrie pour rétablir sa santé, il avait alors bénéficié de la faveur de l’électeur palatin. L’enjeu était donc d’importance.

  • 30 Doujat déclare (t. I, vol. 2, p. 181) que lorsqu’il a commencé son travail, il a trouvé une partie (...)
  • 31 Par exemple dans le Florus, le Phèdre, le Salluste, le Térence, etc.
  • 32 Lucrèce (mentionné selon la même formule dans le Térence imprimé en septembre 1675) ne paraîtra qu (...)

20Alors que Chapelain en parle pour la première fois en juin 1670, en novembre 1671 la publication, confiée à Léonard (le libraire qui, trois ans plus tard, sera chargé d’éditer un grand nombre d’ouvrages Ad usum Delphini), est remise au printemps suivant, « afin que l’impression en soit plus élégante » (Correspondance, n° 10). Est-ce pour en accélérer le mouvement que la responsabilité en est confiée à Huet dix-huit mois plus tard (n° 13, mars 1673) ? L’énorme travail que cela suppose (n° 14) doit durer plus d’un an (n° 17) – il s’agit effectivement de plusieurs centaines de pages. Rien n’indique à cette date que l’ouvrage doive être inséré dans le Tite-Live AuD, ce qui sera en revanche le cas en novembre 1676 (n°76) : on est alors prêt à envisager de racheter à Léonard la décade qu’il a déjà imprimée30. En 1678, nous l’avons vu (n° 95), l’attente des suppléments retarde l’impression. Mais on n’en retrouve effectivement la trace qu’en 1682, quand ils paraissent grâce aux soins de Doujat, qui a dû lui-même les compléter. Sont-ils responsables du retard du Tite-Live ? Celui-ci était donné comme faisant partie des ouvrages « en estat d’estre imprimez » par le privilège royal conféré au libraire Léonard le 20 août 1674, registré le 10 septembre de la même année31. Nous savons qu’il s’agit là simplement d’une annonce, et que d’autres ouvrages ainsi présentés se font attendre, mais parfois ce n’est pas sans raison32. On espérait aussi, quand Doujat avait communiqué l’épître dédicatoire et « une partie de la préface » (qui devait en fait en constituer la totalité), assortir chaque tome d’un « indice » (n° 96, octobre 1678, et n° 115, septembre 1679) ; s’il s’agit d’un index vocabulorum, comme cela est probable, on préféra s’en passer ; s’il s’agit d’un index virorum illustrium et rerum memorabilium, Dominique Morineau l’a identifié comme étant une simple reprise de celui de l’édition de Gronovius (Leyde, 1645). En tout cas n’y figure pas l’index « général à la fin de tout » que souhaitait Montausier (n° 96). Et l’impression est interrompue par Léonard en avril 1680, au grand mécontentement de Montausier (n° 120).

21Ce Tite-Live si longtemps attendu pouvait-il être le joyau que l’on attendait ? Oui, si l’on doit en croire Montausier : « Je suis persuadé que les plaintes de Léonard sur le Tite-Live sont mal fondées, car s’il y a fait de la dépense il doit avoir vendu beaucoup d’exemplaires d’un livre aussi excellent » (Correspondance, n° 151, 25 janvier 1685). Mais sa colère avait éclaté plus tôt : « Je vous prie de dire à M. Doujat que je suis fort étonné des fautes extraordinaires qui sont dans les Suppléments de Tite-Live » (n° 145, décembre 1683), alors que dix ans plus tôt, Chapelain vantait les mérites de la copie qu’il avait sous les yeux (n° 5) – de fait, la critique des savants sera sévère pour cette partie du travail. Mais il était alors grand temps de publier ce monument qui devait affirmer outre-Rhin la supériorité de l’institution culturelle française. Fallait-il autoriser un ouvrage aussi défectueux et encourir la plus sévère critique ? En arrêter l’impression, comme pour Plaute, quitte à décourager les commentateurs dauphins, et surtout courir le risque de ne jamais voir l’ouvrage arriver à son terme ? Montausier et Huet ont dû être plus d’une fois embarrassés par cette alternative.

DONNER À LIRE

  • 33 Voir notre article « Des œuvres plus que complètes... », cité à la note 28.
  • 34 Paris, J.-J. Dubochet, 1838-1839, t. II.
  • 35 On pourrait ajouter l’exemple de la traduction de Dureau de Lamalle, Paris, Michaud frères, t. V, (...)

22La collection Ad usum Delphini, en hébergeant les suppléments de Freinshemius, a donc été aussi en ce sens l’occasion de remplir une mission : trouver le moyen de publier un ouvrage digne d’intérêt. Mais, ainsi que l’établit Dominique Morineau, la nouveauté vient précisément de là : intégrer au texte livien des suppléments qui auraient pu être présentés à part. En livrant un texte ainsi composé, Doujat, ou plutôt Huet et Montausier, fondent une tradition éditoriale qui durera près de deux siècles, et dont nous avons étudié ailleurs le détail33 : ces suppléments, retouchés par Crevier (1735-1742), se transmettent d’édition en édition jusqu’au xixe siècle, puisqu’on les trouve encore par exemple en 1839 dans l’édition de Nisard34. Certes, toutes ne les reprennent pas (c’est le cas de celle d’Edimbourg, 1751-1764, ou de celle de A. W. Ernesti, Leipzig, 1769), mais il s’agit plutôt d’exceptions. Les traductions avaient déjà pour principe d’inclure les suppléments existants – elles ne font que continuer : depuis celle de Du Ryer en 1653 (Paris) jusqu’à celle de N.-A. Dubois dans la Bibliothèque française-latine de Panckoucke (t. VI et VII, et XVI et XVII, 1832 et 1835)35, en passant par Guérin (Paris, 1739), qui continue les suppléments de Freinshemius jusqu’à Actium. Ils sont distingués typographiquement, mais par exemple dans l’édition de Crevier (Paris, 1735), si les livres entièrement « reconstitués » sont transcrits dans un corps particulier, ce n’est pas le cas des intercalations du livre XLI, qui sont seulement entre crochets. Il s’agit alors de donner l’illusion de restituer en partie ce que Tite-Live aurait pu écrire. Ainsi se manifeste ce qui apparaît d’ores et déjà comme une caractéristique de la collection : la lisibilité. C’est elle qui assure en 1681 le succès de Festus, tel que Dacier le présente, ou plutôt le reconstitue, alors qu’on est consterné par « la piètre activité purement philologique de Dacier » (Martine Furno) : « Dacier est le premier à pourvoir Festus d’un texte “lisse”, lisible, assez clairement organisé » ; ainsi Festus devient « un auteur qui se lit de manière enfin linéaire », exactement comme Tite-Live, qui jusque-là était un auteur dont on ne pouvait lire que des fragments. Il est certain que nous avons là un des principes tacites de la collection, dont nous verrons plus loin d’autres applications, grâce au chapitre consacré par Frédéric Saby à la mise en texte. Montausier voulait que l’on travaillât pour des gens du monde, non pour quelques savants que rien ne rebute.

UNE ENTREPRISE À DEUX TÊTES

  • 36 Les lettres directement relatives à la collection AuD deviennent beaucoup moins nombreuses à parti (...)
  • 37 Voir aussi ce qu’en disent les Mémoires de Huet (V, p. III) : « Il souhaitait donc vivement que je (...)
  • 38 Aussi est-on fondé à ne guère accorder crédit aux Huetiana, chap. XXXVII, p. 93-94 : « la longueur (...)
  • 39 Il nous faudra faire une exception pour les dictionnaires de Danet, dont le dernier voit le jour e (...)
  • 40 Journal des savants (novembre 1727, p. 417 et suiv.) : « On avait déjà imprimé quelque chose du de (...)
  • 41 La dernière allusion à AuD que contienne notre correspondance concerne le paiement de cet ouvrage (...)
  • 42 Jusqu’à « la quatrième feuille » seulement, d’après Fréret, Histoire de l’Académie des inscription (...)
  • 43 Souchay, qui publie finalement Ausone en 1730, reprend le flambeau pour donner une édition savante (...)

23La correspondance que nous publions dans le présent volume montre également que le gouverneur du Dauphin s’y consacra avec une énergie et une attention remarquables, au moins jusqu’en 1681.36 C’est lui qui se charge de présenter les ouvrages à la Cour ou d’introduire leurs auteurs (Correspondance, no 131), surtout pour en procurer le paiement (nos 27-30, 91, 122-123, 127-131) et stimuler les vocations : « Monseigneur le Dauphin donnera dix pistoles de plus à celui qui commente Solin » (n° 29). C’est lui surtout qui négocie avec Colbert, notamment quand il lui faut assurer la survie de la collection lorsqu’elle est menacée, à partir de 1678 : le mariage du Dauphin ne la rend-il pas inutile (n° 91)37 ? Dix-huit mois à l’avance, les bruits commencent à courir, les commentateurs s’inquiètent. Montausier obtient alors de Colbert l’assurance « qu’il souhaitait qu’on achevât tous nos ouvrages » (n° 92) – la collection s’accélère alors notablement : en presque cinq ans, entre 1674 et 1678, douze titres avaient paru ; en moins de deux ans, sept vont sortir des presses, tandis que d’autres sont mis en train, qui seront publiés bien plus tard.38 Enfin, est-ce un hasard si Horace, le dernier auteur à être publié39, paraît en 1691, l’année qui suit la mort de Montausier ? Après sa disparition, qui à la Cour aurait pu plaider la cause de l’édition ? On avait bien essayé de lui donner un nouveau patronage : la page de titre des deux volumes de 1691, l’Horace et la nouvelle édition du Magnum Dictionarium latinum et gallicum de Danet, s’orne de la formule « in usum serenissimi Delphini et serenissimorum principum Burgundioe, Andium et Biturigium » (à l’usage du sérénissime Dauphin, et des sérénissimes princes de Bourgogne, d’Anjou et de Berry), et il y avait déjà longtemps que l’on mentionnait dans les préfaces le nom du duc de Bourgogne, fils aîné du Dauphin, qui s’imposait comme nouveau destinataire des ouvrages dont son père n’avait plus un besoin immédiat. Mais depuis 1689 une nouvelle génération est apparue, celle de Beauvillier, gouverneur du duc de Bourgogne, de Fénelon, précepteur, et de Claude Fleury, sous-précepteur. La littérature n’en pâtit pas, puisque Fénelon écrit pour son élève les Dialogues des morts et le Télémaque. Mais le temps des éditions latines est passé. Et de fait, le tome II des Philosophica de Cicéron auquel le jésuite L’Honoré avait travaillé ne parut jamais, faute de crédits. 40 Quant à Ausone, qui était annoncé comme imminent par Jules Fleury dans sa préface d’Apulée (1688)41 et qui avait même commencé à être imprimé42, il est abandonné, pour n’être repris qu’à la mort du commentateur, en 1725 : ce sont là aussi des raisons financières qui expliquent cet abandon.43

  • 44 Sa correspondance avec Huet nous le montre curieux de livres nouveaux - et ce, pas seulement par g (...)

24Mais Montausier n’est pas seulement un mécène ou un intermédiaire efficace. Il s’inquiète de l’activité de tel ou tel collaborateur, en demandant à Huet de surveiller les choses de près (Correspondance, nos II, 12, 26, 41, 45, etc.), il reçoit les doléances des commentateurs dauphins (n°35), a l’œil aussi bien au frontispice (no°30) qu’aux épîtres dédicatoires (n° 12, 96) ou aux index (n° 29) ; il examine avec soin le privilège de l’un des Dauphins les plus en vue, Charles de La Rue (nos30 et 33), auteur du Virgile, et se charge aussi de mettre les choses au point avec un imprimeur qui semble prendre plus d’engagements qu’il n’en peut tenir (n° 35). Il n’a garde d’oublier, au fur et à mesure, les paiements ou « ordonnances », tout en veillant à ce qu’ils n’interviennent qu’une fois le travail réellement achevé, et aux conditions fixées à l’origine. C’est encore lui qui sert d’arbitre quand survient un différend sur le paiement de frais postaux (nos68 et 69) ou qui pense à faire connaître les ouvrages à l’étranger, auprès de grands seigneurs ou de savants réputés (nos 104, 116, 117, 120). Son engagement est total, depuis la direction d’ensemble jusqu’aux détails de la présentation générale et particulière. D’autres grands seigneurs ont-ils jamais donné l’exemple d’un intérêt aussi vif, aussi soutenu, aussi actif pour une entreprise littéraire44 ?

  • 45 Voir aussi Thérèse Goyet, L’Humanisme de Bossuet, Paris, Klincksiek, 1965, 2 vol.
  • 46 Quand paraîtront la Demonstratio evangelica (1679) et surtout la Censura philosophioe cartesianoe (...)

25On pourrait penser que Bossuet participa à ces travaux. Or nous n’en avons pas la moindre trace. Huet ayant apparemment gardé toutes les lettres, même d’importance minime, que lui envoyait l’évêque de Condom, un tel silence est hautement significatif.45 Sans doute le grand prédicateur jugeait-il hors de sa compétence ce qui devait tant occuper Huet comme Montausier. Peut-être aussi, comme nous l’avons noté, existait-il peu de sympathie entre le protestant converti, qui a gardé des amitiés fidèles parmi ses anciens coreligionnaires et souhaite les protéger (Correspondance, n° 164, 1686), et le prélat persuadé de la vérité de la religion romaine, comme il en est peu entre ce dernier et celui qui aurait pu obtenir sa charge. De plus, Bossuet apparaît à Huet comme un des plus fermes suppôts du cartésianisme, qu’il abhorre : c’est Bossuet qui fait nommer lecteur du Dauphin Cordemoy, « un habitué des conciliabules des cartésiens » (Mémoires, V, p. 113). Mais cela est-il suffisant pour supposer une réelle inimitié entre des hommes destinés à travailler constamment ensemble ?46 En tout état de cause, on pensera qu’il s’agissait du domaine réservé de Montausier et Huet – unis par ailleurs dans le même anticartésianisme primaire.

  • 47 Souligné par nous.
  • 48 On relèvera que la bibliothèque de Bossuet ne contenait que quarante-huit volumes de la collection (...)

26Peut-on néanmoins considérer comme l’indice d’un intérêt particulier les deux lettres à Huet de novembre 1675 (Correspondance, nos59 et 60) ? La première nous apprend que les exemplaires du Virgile envoyés au précepteur et à l’élève sont défectueux et nécessitent des cartons ; cet aléa de publication n’entraîne pas la moindre allusion à l’élaboration du travail. La seconde pourrait être révélatrice : « Le roi a très bien reçu nos auteurs47. M. de Montausier a fait très bien votre cour, qui a été bien reçue. J’ai confirmé tout ce qu’il avait dit à votre sujet, et le roi en a paru fort persuadé. » Mais dans ce contexte (la présentation on ne peut plus officielle des ouvrages), le ton, qui est celui de félicitations bienveillantes empreintes de la condescendance de l’homme de cour vis-à-vis d’un personnage de moindre importance, n’est pas celui de la confiance totale, issue d’efforts partagés, comme celle qui s’impose entre Montausier et Huet – l’écart entre le grand seigneur et le petit Normand aurait dû pourtant être plus sensible qu’entre le précepteur et le sous-précepteur, prince des érudits. L’expression « nos auteurs » ne doit pas tromper : Bossuet s’associe à un succès, non à une entreprise en gestation48.

  • 49 Correspondance de Bossuet, t. I, p. 411 (lettre sans date placée en 1676 par les éditeurs).
  • 50 Ces péripéties étant narrées par Dubois dans son édition, nous aurons l’occasion d’y revenir dans (...)
  • 51 Malgré l’arrêt rendu en sa faveur en août 1679 à la suite de l’affaire de février, il fut exclu de (...)
  • 52 Une lettre de Bossuet à Dubois du 17 décembre 1682 confirme le règlement à l’amiable, en fixant le (...)
  • 53 Si Bossuet a pu aider à recruter des collaborateurs, s’il faut en croire la préface du Virgile, on (...)
  • 54 Voir Correspondance, n° 130, 1681, à propos du Festus : « M. de Montausier et M. de Meaux en ont p (...)

27Un personnage pourrait éventuellement servir de trait d’union : Philippe Dubois (Sylvius), commentateur de Catulle, Tibulle et Properce en 1685. Celui-ci apparaît en 1676 comme l’homme de confiance de Huet49, et c’est très vraisemblablement lui qu’il avait proposé en 1675 à Montausier comme précepteur de son petit-fils (Correspondance, nos 46-50) – l’affaire ne se fera d’ailleurs pas. Ce théologien devait être nommé quelques années plus tard principal du collège de Maître Gervais, où il allait se heurter avec la plus grande violence aux boursiers (19 février 1679).50 Sa nomination ayant mécontenté le cardinal de Bouillon, qui avait la haute main sur ce collège, l’occasion fut belle pour le déloger. D’où une série de lettres à lui adressées ou le concernant51. Les incidents de procédure s’étant multipliés, et le cardinal de Bouillon tenant ferme, Bossuet fut finalement chargé d’arbitrer le différend52. Sa correspondance laisse apercevoir, outre la compensation financière, une porte de sortie honorable, en l’espèce une situation avantageuse. Mais là encore, pas la moindre allusion à des travaux en cours ou à venir - alors que l’ouvrage, achevé en avril 1685, était annoncé, à l’instar du Tite-Live, comme faisant partie des ouvrages « en estat d’estre imprimez » en août 1674 par le privilège de Léonard, et que la préface fera état des retards dus aux difficultés rencontrées par Dubois. Si Bossuet avait été tenu au courant de la progression de la collection, n’aurait-il pas manifesté de l’intérêt pour un des artisans53 ? Les préfaces qui, d’un ouvrage à l’autre, sont taillées sur le même patron (ce qui n’exclut pas que l’on puisse y glaner des renseignements essentiels), ne manquent pas, après une révérence au duc de Montausier, d’en adresser une autre à Bossuet ainsi qu’à Huet. Nul doute que la mention du nom du précepteur ait fait partie d’un cérémonial. Il n’indique vraisemblablement (jusqu’à plus ample informé) rien de plus qu’un droit de regard54, légitime pour tout ouvrage adressé à son élève.

28La direction de la collection fut donc seulement bicéphale. Le partage des tâches entre Montausier et Huet, malgré l’absence des lettres de ce dernier à Montausier, est clair, et semble s’être fait sans difficulté. Une lettre du duc est particulièrement explicite à cet égard :

[...] s’il y a quelque chose qui puisse retarder devant que nous puissions résoudre ensemble toutes les difficultés, faites comme vous le jugerez à propos, car vous savez mes sentiments et ce qu’il faut faire. Jamais aucun de ceux qui travaillent sur les auteurs ne m’a parlé de quoi que ce soit, que je ne l’aie renvoyé à vous ; quand même on m’aurait proposé quelque chose que j’aurais approuvé, je n’aurais pas voulu qu’il se fût rien fait que par votre ordre, en voyant bien la conséquence. Si quelqu’un a donc fait la moindre chose de son chef, et dit que c’est par mon ordre, lavez-lui bien la tête là-dessus, car vous voyez que bien loin d’être par mon ordre, c’est contre mon intention. Je vois bien la peine que tout cela vous donne, et je comprends assez qu’elle n’est pas petite. (Correspondance, n° 32, 26 octobre 1674)

29S’ils doivent « résoudre ensemble toutes les difficultés », c’est Huet qui doit néanmoins prendre les décisions conformes aux intentions de Montausier. Une expression revient plusieurs fois sous la plume du gouverneur : « je m’en remets (entièrement) à vous » (nos30, 52, 58). Dans ce parfait accord de vingt-neuf ans, et cette activité commune dont nous avons les traces durant dix-huit ans, une seule fausse note, à propos des réclamations financières d’Anne Le Fèvre : Montausier soupçonne Huet d’avoir négocié en particulier, sans l’en avertir, et en contrevenant aux tarifs préalablement établis (n° 132, 9 août 1681). Mais dans tous les autres cas, l’entente et la solidarité sont indéfectibles.

  • 55 Voir Correspondance, nos 53, 55, 129-131.

30C’est donc Huet qui fut ce que nous appellerions aujourd’hui le directeur scientifique de la collection et qui en a assumé la responsabilité effective, auprès de collaborateurs qui paraissent avoir été quelque peu indisciplinés, tandis qu’au duc échoient les démarches officielles. À l’un la reconnaissance de la collection par la cour55, à l’autre les relations avec les ouvriers ? En fait, nous l’avons vu, ce partage théorique n’exclut pas une intervention plus directe du gouverneur, dans la mesure où il a été le concepteur du projet que Huet est chargé de mettre en œuvre, et dont la réalisation relève de sa compétence. Le gouverneur contrôle en dernière instance ce que le sous-précepteur aide à produire et fait figure d’arbitre suprême quand survient un différend avec l’imprimeur. Mais c’est Huet qui, au jour le jour, fait tourner la machine.

  • 56 Voir notamment Antony McKenna, De Pascal à Voltaire, 1670-1734, Studies on Voltaire, no 276-277, 1 (...)
  • 57 Nouveaux mémoires pour servir à l’histoire du cartésianisme, édition présentée et annotée par Clau (...)
  • 58 Huet, 1994, déjà cité ; dans ce volume les aspects essentiels de l’activité et de la vie de Huet s (...)

31Était-il fait pour ce travail ? Pouvait-il l’accomplir comme on l’espérait ? Son rôle dans cette affaire mérite d’être éclairci ; il a été d’autant moins étudié que le savant évêque d’Avranches est connu à bien d’autres titres : l’auteur de la Lettre sur les romans, de la Demonstratio evangelica, des commentaires sur Origène, a longtemps été évoqué par les spécialistes d’histoire littéraire ou d’histoire des idées, sans donner véritablement prise à des études spécialisées, sauf pour la Demonstratio evangelica, afin de souligner la faiblesse de son argumentation et la maladresse d’une apologétique qui eut tôt fait de devenir suspecte, ainsi que pour une conception étroite du cartésianisme, auquel il s’opposait de toutes ses forces56. La réédition récente de la traduction française de son Commentarius ou Mémoires, des Nouveaux mémoires pour servir à l’histoire du cartésianismes57 et surtout un colloque qui lui fut entièrement consacré en199358, s’ajoutant à des rééditions plus anciennes, ont permis de redonner vie à une figure majeure de la république des lettres, mais sans que soit encore donnée l’étude biographique (et bibliographique) qui nous dispenserait d’entrer plus avant dans cette matière.

HUET : GRAND SAVANT, HONNÊTE HOMME

  • 59 Ouvrage cité, préface, p. XII-XIII.

32Nous ne chercherons pas à donner, après les publications que nous venons de citer, une nouvelle image de la vie et des innombrables productions intellectuelles de Huet. Nous ne voulons en retenir que les traits qui intéressent notre propos, et ceux qui ont été déformés par l’idée que l’on s’est faite de la collection Ad usum Delphini. Et d’abord ceux qui nous ont frappée, à la lecture de ces Mémoires dont l’auteur se place sous le patronage de saint Augustin, et qui ont été conçus comme un « exercice spirituel » ne retenant que les paroles et les actes dignes de mémoire59. Ils révèlent assez que cet homme pieux, qui répond tardivement, mais avec ferveur et en connaissance de cause, à l’appel de la religion (il n’est ordonné prêtre qu’en 1676, à quarante-six ans, alors qu’il est à la cour depuis six ans, et reçoit en 1685 son premier évêché, celui de Soissons), que ce savant absorbé par ses travaux, ne cherche pas à donner de lui une image compassée. Il ne juge pas sans intérêt de mentionner qu’il est bon danseur :

  • 60 Mémoires, III, p. 77.

[Faucon de Charleval] m’avait vu un jour dans un bal, où je faisais merveille ; et, comme il avait entendu prononcer mon nom par quelqu’un de la compagnie, il demanda si j’étais le fils de ce Huet dont il avait entendu vanter l’érudition. Dès qu’il sut que ce Huet était moi-même, il n’eut pas de cesse qu’il ne m’adressât la parole et que, avec sa franchise ordinaire, il ne me demandât son amitié.60

33Ses relations à la fois littéraires et mondaines trouvent à l’hôtel de Rambouillet un cadre de prédilection :

  • 61 Huet est originaire de Caen, ville à laquelle il restera toujours fidèle (voir par exemple Mémoire (...)
  • 62 Mémoires, IV, p. 84-85. Les Mémoires donnent rarement des dates précises ou des éléments de datati (...)

Tout ce qu’il y avait de plus raffiné à la Cour et à la Ville y affluait. Quoique je pensasse qu’il était bien hardi de ma part, provincial comme je l’étais61, et n’exhalant que des manières provinciales, de me montrer sur un pareil théâtre, je souffris cependant, un jour que j’étais à Paris, que mes amis m’y lançassent. Je n’eus pas lieu de me repentir de ma témérité. Je fus reçu avec une extrême bienveillance, principalement par la divinité du lieu [Catherine de Vivonne, veuve du marquis de Rambouillet].62

  • 63 Relation recommandée et assurée par Segrais, dont Huet est alors l’ami intime.
  • 64 Mémoires, III, p. 76-77.
  • 65 Ibid.
  • 66 Paris, 1728 ; Mémoires, IV, p. 100. Voir l’article de Suzanne Guellouz dans Huet, 1994, p. 119-132
  • 67 Vraisemblablement vers sa dix-huitième année ; voir Mémoires, I, p. 17. L’ouvrage avait été tradui (...)
  • 68 « Selon toute apparence, on me tenait en Hollande pour un poète, tandis qu’on ne croyait pas en Fr (...)
  • 69 Mémoires, V, p. 116. À dater de la fin de 1687, d’après la Correspondance, n° 176.
  • 70 « [Je protestai] que je ne reviendrais jamais en Suède, par quelques vers écrits à la manière de C (...)

34Cet honnête homme fréquente également le peintre Lebrun (Mémoires, IV, p. 95), mais aussi Madame de La Fayette (Mémoires, IV, p. 81) et la Grande Mademoiselle, quand celle-ci vient prendre les eaux à Forges63 : « Elle aimait passionnément les histoires, et surtout les romans, comme on les appelle. Pendant que ses femmes la coiffaient, elle voulait que je lui fisse la lecture et, quel qu’en fût le sujet, il provoquait de sa part mille questions »64. Si le nom de Huet reste attaché à l’apparition du roman et à la théorisation du genre, ce n’est pas le fait du hasard : outre l’intérêt qu’il porte aux productions de Mlle de Montpensier (dont il est le lecteur privilégié)65, il avoue pleurer à la lecture de l’Astrée, ce qui suscite en lui l’envie d’écrire un roman qu’il reconnaît être fort autobiographique, Diane de Castro ou le faux ϒnca.66 Il a par ailleurs assez tôt67 traduit de grec en latin le Daphnis et Chloé de Longus – mais il ignorait alors « jusqu’à quel point la licence et l’impureté de cet auteur [...] pouvaient corrompre les mœurs de la jeunesse ». En un temps où le genre est décrié, où le roman héroïque vit ses derniers jours, Huet cherche justement à en défendre la dignité et l’utilité, ce dont témoigne la Lettre à Monsieur de Segrais sur l’origine des romans (1666 ?), publiée en 1670 comme préface à la Zaïde de Mme de La Fayette. Ajoutons à cela ses qualités de poète68 : encouragées par ses amis Gilles Ménage, Gabriel Cossart et René Rapin, elles lui permettent à l’occasion de faire l’éloge du thé (Thea, s. 1. n. d.)69 et tournent même parfois au jeu, quand il s’agit de tenir des conversations entières en vers (Mémoires, IV, p.95-96) ou prennent une forme satirique70.

  • 71 Rappelons que Descartes est mort en 1650. Huet, après en avoir été l’admirateur enthousiaste (« Du (...)

35On est donc loin de la réputation d’austérité attachée à un savant que Christine de Suède invita à sa cour de 1652 à 165371 et qui y suivit son ami, l’érudit Samuel Bochart. Cette expérience des premiers cercles du pouvoir est longuement relatée dans le livre II de ses Mémoires. On y lit la satisfaction toute mondaine de se sentir reconnu, voire fêté (plus que son ami Bochart, alors qu’il n’a que vingt-deux ans à son arrivée), mais aussi de trouver des trésors dont il n’aurait pu disposer à Paris, comme la bibliothèque de Mazarin, ou celles de Vossius, de Petau ou de Gaulmin – ce qui lui permit notamment de travailler à son édition des Commentaires d’Origène (Mémoires, p. 44). Mais s’exprime également sans ambiguïté l’inquiétude devant la faiblesse d’une souveraine amie des lettres et de la philosophie, capable cependant d’en abandonner presque entièrement l’étude sur la recommandation de son médecin Bourdelot (p. 42-43), ou devant les réactions xénophobes des Suédois, las de voir « que la reine aimât mieux donner les plus grosses récompenses et les plus beaux emplois à une nation toujours affamée du bien d’autrui qu’à ses propres sujets » (p. 46). On ne s’étonnera donc pas qu’il ait âprement négocié l’autorisation de quitter la Suède, avec la ferme intention de ne pas tenir sa promesse d’y revenir (p. 46).

  • 72 Voir Cl. Poulouin, ouvr. cité, préface.
  • 73 Voir Lea Caminiti Pennarola, « La correspondance Ménage-Huet », Huet, 1994, p. 153 : quand les deu (...)
  • 74 Mémoires, III, p. 62. Voir Emmanuel Bury, « Bien écrire ou bien traduire : Pierre-Daniel Huet théo (...)
  • 75 Voir ci-dessus, page 33.

36Que Huet ait possédé au plus haut point le talent de se faire reconnaître ?72 qu’il ait eu plaisir à concilier l’érudition et la réussite sociale (car c’était ennoblir l’une par l’autre), cela ne fait pas de doute73. Mais sa rencontre – déterminante – avec Montausier n’est pas due, nous l’avons dit, à ses seules relations mondaines : elle est suscitée par la découverte d’un terrain d’entente, la traduction (des auteurs anciens, évidemment), entre un auteur qui donne en 1661 sa première publication, un ouvrage théorique, le De interpretatione74, et celle d’un homme d’épée qui s’est adonné pour son plaisir à la traduction des Satires de Perse75 :

  • 76 Mémoires, IV, p. 85. Son respect et sa reconnaissance pour le duc de Montausier ne devaient jamais (...)

Ayant souvent entendu mes amis dire, principalement à Ménage et à Chapelain, que M. de Montausier n’était pas moins éminent dans la littérature qu’à la guerre, je lui envoyai ce livre comme une marque de mon respect. Il le reçut avec une faveur singulière et témoigna constamment qu’il en faisait cas. Depuis, il m’honora de son patronage. J’ai de lui de longues lettres où il proteste de sa bienveillance pour moi76.

  • 77 Voir, dans Huet, 1994, l’article de Jean-Marie Mathieu, « Huet et Origène », p. 229-237. Cette édi (...)

37Faut-il remarquer qu’après s’être essayé à la traduction (en latin) d’Origène, Huet cherche une autre voie, celle du commentaire ? Aurions-nous là d’ores et déjà l’idée directrice de la collection Ad usum Delphini ? Ce serait méconnaître le fossé qui sépare une édition érudite (celle des Commentaires dOrigène)77, destinée aux savants et une édition moins ambitieuse. Par ailleurs, les scrupules qui poussent Huet à réfléchir sur la traduction sont inspirés par un zèle religieux : il s’agit de « réprimer la licence effrénée des traducteurs, et surtout de faire rentrer dans de sages limites ceux qui se mêlent de traduire les livres sacrés » (Mémoires, III, p.62). Nous sommes donc encore bien loin de l’entreprise qui occupera tant d’années de la vie de Huet.

  • 78 Mémoires, IV, p. 92 : « On n’y parlait presque que littérature et, à cet égard, le duc payait sa d (...)

38Les relations avec Montausier se poursuivent quand celui-ci est nommé gouverneur de Normandie, en 1663 ; le grand seigneur fréquente assidûment l’académie de Caen, qui compte Huet parmi ses fondateurs78. Mais c’est à Paris que se joue l’essentiel.

PLUS PRÈS DU SOLEIL

  • 79 Quels que fussent les mérites de Huet, son amitié ancienne avec Chapelain, chargé par Colbert d’ét (...)
  • 80 D’après Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, t. I, Briasson, 1729, p.5 (...)

39La grande affaire de sa vie est évidemment sa nomination comme sous-précepteur de Monseigneur. En 1663, l’année même où il devait figurer sur la liste des pensionnés du roi79, il aurait été choisi pour devenir précepteur du roi de Suède Charles XI – du moins à ce que prétendent les Mémoires (IV, p. 91-92).80 L’unanimité de la noblesse suédoise, qui le priait par l’intermédiaire de Chapelain d’accepter cette charge, n’avait pu le décider à refaire le voyage, tant il avait eu l’expérience du « climat inclément de la Suède, [de] la sauvagerie de ses peuples et [de] leurs mœurs si étrangères à la politesse française ». La perspective de participer à l’éducation du Dauphin était évidemment tout autre, et elle fut l’objet d’une stratégie soigneusement élaborée par Montausier, après l’échec d’une première tentative en 1669 (Mémoires, IV, p. 103-104) – nous avons relaté plus haut comment il dut à Montausier ce « lot de consolation » qu’était le sous-préceptorat. C’est ainsi que Huet, à l’automne 1670, est amené à quitter Caen, non sans avoir pris le temps de rétablir sa santé et d’envoyer à Paris ses livres et ses meubles, emballés avec soin...

ENSEIGNANT-CHERCHEUR OU DIRECTEUR DE RECHERCHES ?

40La correspondance de Huet, notamment avec Leibniz (Correspondance, nos 16, 18, 19) et Graevius (nos 21, 44), apporte quelques révélations supplémentaires. Huet recrute de nouveaux collaborateurs (nous le verrons plus en détail quand nous étudierons les commentateurs dauphins, car beaucoup semblent lui avoir été directement liés), à qui il indique la marche à suivre, dont il réclame et vérifie régulièrement le travail.

  • 81 Confirmé par la Correspondance, nos12 et 18.

Je fis venir tous les bons lettrés, et généralement tous les hommes rompus à la lecture des anciens auteurs, que je connaissais soit personnellement, soit de réputation. Je leur expliquai le but qu’on se proposait et les exhortai à remplir envers le Dauphin des devoirs auxquels ils étaient d’ailleurs assez bien disposés. Ils accédèrent volontiers à tout ce que je leur demandais. J’ajoutai qu’ils se missent à l’œuvre sans perdre un moment. Je venais donc à Paris tous les quinze jours ; on se rassemblait chez moi à une heure fixe et chacun me montrait ce qu’il avait fait, pour que j’en prisse connaissance, que je l’examinasse et le jugeasse. (Mémoires, V, p. 110.)81

  • 82 « Je n’ai écrit sur Manile que pour faire voir que dans les trois éditions de ce poète, il a entas (...)

41Il paie lui-même de sa personne quand il s’aperçoit que Dufay n’arrive pas à se tirer de son édition de Manilius : « Il avait donc recours de temps en temps à moi qu’il savait l’avoir lu jadis avec soin et avoir mis en marge de mon exemplaire des notes à mon usage, au moyen desquelles j’éclaircissais le système de l’auteur et relevais beaucoup d’erreurs de Scaliger » (Mémoires, V, p. 112). En fait, Huet brûle d’envie d’en découdre avec Joseph Scaliger, qu’il poursuit d’une haine tenace dont témoigneront encore plus franchement les Huetiana82

Lors donc que Dutay se tut aperçu que mes notes marginales l’aideraient beaucoup à éclaircir les ténèbres de Manilius, il me pressa vivement de les recueillir, de les rassembler, de les appuyer par des preuves et de lui permettre de les adjoindre à son texte. Comme je n’y étais en aucune façon disposé, étant accablé de besogne d’ailleurs, il fit agir le duc de Montausier qui avait sur moi tout crédit, et je me laissai si bien entortiller que je consentis enfin à ce qu’on me demandait. (Mémoires, ibid.)

  • 83 J.-H. Abry note que la page de titre porte de manière fautive « Huetii animadversiones et Scaliger (...)

42C’est ainsi, du moins à ce que prétendent les Mémoires, qu’à la fin du Manilius (1679) on adjoignit les quatre-vingt-cinq pages des Huetii Animadversiones in Manilium et Scaligeri notas83, qui constituaient une belle occasion de démontrer la supériorité de Huet sur Scaliger le fils.

  • 84 Danet, commentateur de Phèdre (1675), en parle comme d’une « viva quœdam et ut ita dicam ambulans (...)

43Mais son rôle est loin d’être épisodique : il fut même constamment actif, comme cela ressort de la plupart des préfaces, qui se contentent pour Bossuet de saluer son immense savoir et sa compétence dans le domaine des lettres sacrées et profanes, mais rendent grâce à Huet pour son aide, son art de dissiper les ténèbres, ses connaissances universelles.84 Il insiste auprès des commentateurs pour obtenir des spécimens (Correspondance, nos 19, 20), les relance quand ils ne lui envoient rien, et formule des avis dont nous n’avons que l’écho par les lettres de Montausier (n° 22). Une formule revient aussi avec insistance à son propos : suavitas morum (son affabilité). Loin d’être un tyran s’acharnant sur les ouvriers, il paraît plutôt avoir été l’âme de ce que l’on peut peut-être appeler une équipe.

  • 85 On notera la réitération du double dessein de la collection.
  • 86 On sait comment Voltaire ridiculisera les démonstrations de Huet, notamment dans La Philosophie de (...)
  • 87 L’ouvrage, réédité en 1842-1843 avec d’autres portant le même titre, est donné en prime à quiconqu (...)
  • 88 Voir Correspondance, nos 15 et 17.

44Il ne fut pas pour autant au départ un directeur enthousiaste – le passage des Mémoires que nous avons cité plus haut (V, p. 110) était ainsi introduit : « Informé de ce projet, je répondis au duc de Montausier que, quoique je visse dans l’exécution de cette idée, un surcroît énorme de besogne et une grande perte de temps pour moi, je ne faillirais jamais ni au service du prince, ni à l’utilité du public. »85 En effet, nous l’avons dit, Huet poursuit des travaux d’un ordre plus élevé. Ce qu’il considère comme son véritable titre de gloire, c’est la publication de la Demonstratio evangelica (1679) par laquelle il entend prouver que les prophéties de l’Ancien Testament se sont toutes trouvées vérifiées et que la Bible est la seule vérité, dont Moïse est la figure centrale : toutes les mythologies païennes ne font que refléter en la déformant cette révélation première.86 L’ouvrage devait connaître de nombreuses rééditions et même devenir au xviiie et au xixe siècle un classique de la littérature religieuse.87 Il y travaillait, du moins selon ses Mémoires (V, p. 106), quand il fut appelé à la cour : « Il me parut impossible de mener convenablement ces deux affaires, l’une requérant un travail actif et assidu, l’autre une méditation calme et de tous les moments. Il me fallait de plus me pourvoir d’une masse de livres88, feuilleter les interprètes des saintes Écritures [...] ». La parution de l’ouvrage, dédié Ad serenissimum Delphinum, illustre une nouvelle fois le principe de « l’occasion » : la dédicace n’est pas simple affaire de circonstance et pure flagornerie ; le Dauphin n’est pas non plus celui pour qui l’ouvrage a été pensé et destiné. En lui étant présentée, la Demonstratio s’inscrit dans un projet d’ensemble, qui justifie l’activité savante. C’est la seule parenté qui existe entre elle et la collection Adusum Delphini.

  • 89 Dans son Histoire de l’Académie française (t. II, Paris, J.-B. Coignard fils, 1729), considérant s (...)
  • 90 Correspondance littéraire..., 27 octobre 1737, p. 260.
  • 91 Montausier est le premier à reconnaître avec l’érudit Heinsius ce statut « subalterne » de la coll (...)
  • 92 Qui n’est pas pour autant l’édition critique : « occupation misérable et qui ne convient qu’à de p (...)

45Mais Huet ne prétend pas exclusivement faire œuvre spirituelle. Il est en correspondance avec tout ce que l’Europe compte de savants du plus haut niveau : échanges de manuscrits, demandes de renseignements ponctuels ou de consultations plus approfondies, autant d’occasions de nouer des liens solides avec Leibniz, Nicolas Heinsius, Isaac Vossius (le fils du grand Daniel Vossius), Graevius, Ludolf, après avoir été l’ami des frères Dupuy, de Claude Saumaise ou de Samuel Bochart. Quand il aura disparu, d’Olivet89 déplorera le vide qui l’entoure quand il s’interroge sur un point de langue latine.90 Dans les disputes érudites, c’est à lui que l’on demande avis (Correspondance, nos 141-143, février 1683). Et il ne tient pas la collection en haute estime : dans un passage de ses Mémoires que nous retrouverons au début du chapitre suivant (V, p. III), il oppose les ouvrages Ad usum Delphini à « une œuvre d’un ordre plus élevé », c’est-à-dire une véritable édition savante, seule susceptible de recommander la personne qui l’a procurée91. Il n’est donc pas surprenant qu’il ait regretté d’avoir à limiter ce qui lui paraissait être la seule activité digne de ce nom, l’approfondissement d’un savoir tiré de l’Antiquité.92. Ce que Montausier entreprend avec enthousiasme, Huet l’exécute avec résignation.

  • 93 Quand l’expulsion des jésuites posera le problème de sa préservation (elle intéresse Catherine de (...)
  • 94 C’est sans doute ce qui explique l’absence du grec (que Bossuet et Huet maîtrisaient parfaitement) (...)
  • 95 Voir Régine Pouzet, Charles IX, Récit d’histoire..., ouvr. cité, introduction.

46On peut se demander s’il n’y avait pas incompatibilité radicale à l’origine entre la fonction de Huet et ses aptitudes. Chercheur vivant au milieu des livres (en 1691, il léguera son immense bibliothèque à la maison professe des jésuites, où il s’installera en 170193) habitué au commerce intellectuel le plus riche, que pouvait-il faire auprès d’un enfant, à une époque qui considère cet âge comme celui de l’imperfection ? Le fait est qu’on est surpris, à la lecture des Mémoires, du quasi-silence de Huet sur un être auquel il aurait pu s’attacher, dont il aurait constaté les progrès, suivi l’évolution... Respect à l’égard de la personne royale ? Déception devant l’indolence d’un jeune homme auquel il n’a pu infuser que l’horreur de l’activité intellectuelle ? Désintérêt rétrospectif pour ce qui aurait été la grande affaire de sa vie si Monseigneur avait régné ? Il ne s’agit pas de nier l’importance d’une fonction qui a fait de lui un des hommes les plus en vue du royaume, désigné dans la république des lettres comme le plus remarquable des érudits et choisi pour cette raison. L’usage au xviie et au xviiie siècle est de confier à des personnalités savantes les études des jeunes nobles : ne verra-t-on pas Fréret, le plus impitoyable et le plus sévère des académiciens des Inscriptions, devenir pour deux ans précepteur des fils du duc de Noailles en 1722 ? C’est par imprégnation, imitation, émulation que l’instruction progresse : il faut donc choisir le maître le plus savant, dont l’enfant sera le reflet. Si l’éducation du Dauphin (comme celle de tous les jeunes nobles dotés d’un précepteur, et de tous ceux qui pourront disposer des ouvrages Ad usum Delphini) n’a pas pour but d’en faire un pédant, c’est que les matières en sont soigneusement choisies94 – nous aurons l’occasion d’y revenir : la langue latine ne doit être que le moyen d’accéder à un univers culturel particulièrement stimulant, notamment dans le domaine historique. Tout doit tourner autour de l’histoire et des réflexions qu’elle suscitera95. Et qui pourra mieux y introduire que celui qui possède l’histoire de toutes les nations et de tous les temps ? C’est donc au savant le plus universel et le plus profond que l’on s’adresse, pour compléter les leçons de Monsieur de Condom, plus versé dans les matières de religion qui donnent l’intelligence préalable du monde et doivent servir de base à toute conduite et toute pensée.

***

  • 96 Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, p. 467.
  • 97 Nous nous inspirons d’une communication de Denis Lopez présentée en 1995 dans le cadre du séminair (...)

47Voilà donc esquissée l’histoire, ou plutôt la préhistoire et le contexte de ce qui apparaît bien comme une pièce maîtresse du dispositif institutionnel et éducatif qui caractérise la France d’après la Fronde et d’après Foucquet – peut-être une entreprise comparable dans son projet à ce que fut la création de l’Imprimerie royale voulue par Richelieu : une œuvre de prestige et d’utilité publique96. Les efforts qu’ont déployés pour la collection Ad usum Delphini deux des personnalités les plus éminentes du siècle de Louis XIV la rendent a priori respectable. Les principes qui y président – lisibilité, développement d’une réflexion historique et politique – reposent eux-mêmes sur un primat que nous n’avons pas encore mis en relief, celui de la culture latine, ce qui pourtant n’allait pas de soi : en effet, pourquoi le futur roi ne se contenterait-il pas de la carrière des armes ? A-t-on besoin d’être savant pour exercer le pouvoir ? De telles idées couraient dans la noblesse, et des pressions avaient été exercées pour que l’on abandonnât l’idée d’une éducation trop savante97. La publication d’AuD constitue donc un manifeste, une prise de position caractéristique d’une articulation nouvelle du savoir et du pouvoir.

48Il est clair aussi que l’entreprise a failli – toutes les entreprises : l’éducation du Dauphin, la publication de la collection... La déception était à la mesure des espérances. En examinant l’une, nous en saurons plus sur les autres. Car la collection AuD dessine l’idéal d’une culture complète – « un » idéal, celui qu’offre la littérature de langue latine. Quelle Antiquité le Grand Siècle a-t-il léguée au siècle des Lumières ? C’est une des raisons, et non des moindres, d’étudier ce que nous verrons désormais comme un bel échec, tout en essayant de comprendre comment, de sa conception à sa réalisation, ce projet ambitieux, voire grandiose, a peu à peu découragé ceux qui y avaient si ardemment travaillé.

Notes

1 Édition établie et annotée par Émile Bourgeois et présentée par Michel Richard, Paris, Mercure de France, 1973, p. 58-59, « Le Dauphin ».

2 Huet et Spanheim étaient très liés depuis leur jeunesse : Mémoires (De rebus ad eum pertinentibus commentarius, 1718), introduction et notes par Philippe-Joseph Salazar, 1993 (supplément de la revue Littératures classiques, diffusion Klincksieck) ; traduction de Nisard, 1853, revue par Ph.-J. Salazar (cité ci-après Mémoires), P. 137-138.

3 Nous renvoyons à la thèse de Denis Lopez, La Plume et l’Epée : Montausier (1610-1690). Position sociale et littéraire jusqu’après la Fronde, Biblio 17, Papers on French Seventeenth Century Literature, Paris-Seattle-Tübingen, 1987 (ci-après : Montausier, 1987), qui malheureusement ne couvre pas les vingt dernières années de la vie de Montausier, qui correspondent aux vingt années de vie de la collection.

4 Voir D. Lopez, « Sur une traduction en vers : Montausier et les Satires de Perse (1653) », La Traduction au xviie siècle, éd. S. Guellouz, Littératures classiques, n° 13, octobre 1990, p. 77-88.

5 Dans le passage que nous consacrons à Anne Le Fèvre, p. 107-115.

6 Voir aussi ce qu’en dit Montesquieu (Pensées, 1258) : « Le caractère de Monsieur de Montausier a quelque chose de celui des philosophes anciens et de cet excès de leur raison. » Voir aussi Saint-Simon, Mémoires : « Quelque dure qu’ait été son éducation, il [le Dauphin] avait conservé de l’amitié et de la considération pour le célèbre évêque de Meaux, et un vrai respect pour la mémoire du duc de Montausier : tant il est vrai que la vertu se fait honorer des hommes malgré leur goût et leur amour de l’indépendance et de la liberté » (éd. citée, t. IV, p. 87).

7 Voir la lettre de Bossuet à Innocent XI, Correspondance de Bossuet, nouvelle édition, publiée par Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, Hachette, 1909, t. II, n° 192 bis, p. 137-138 (mars 1679). Sur le rôle de Montausier, voir dans Pierre-Daniel Huet, actes du colloque de Caen édités par Suzanne Guellouz, Biblio 17 (83), Papers on French Seventeenth Century Literature, Paris-Seattle-Tübingen, 1994 (ci-après : Huet, 1994), l’article de Denis Lopez, « Huet pédagogue », p. 216. Sa correspondance le montre particulièrement soucieux de son rôle d’« instituteur du prince », désireux notamment de s’instruire de l’expérience d’empereurs byzantins ou de gouverneurs royaux célèbres (Correspondance, n° 42, 17 mars 1675).

8 Mémoires, IV, p. 103-104. Voir aussi Correspondance, n° 4. Il est intéressant de comparer les deux relations du même événement : d’après Montausier (Correspondance, n° 4), c’est à lui que revient la création de la charge de sous-précepteur ; d’après Huet, c’est au roi. Nous aurons maintes fois l’occasion de constater que, soit défaut de mémoire (Huet a commencé à écrire son Commentarius à quatre-vingt-trois ans), soit pour d’autres raisons, la relation de Huet n’est pas toujours parfaitement exacte.

9 Voir Correspondance, n° 1. Sur les rapports de Montausier et Huet, voir ci-dessous le passage consacré à ce dernier, notamment le passage cité des Mémoires, IV, p. 85.

10 Nous y reviendrons un peu plus loin, dans la section « Une entreprise à deux têtes ».

11 Une lettre d’Heinsius à Montausier en date du 16 juin 1660, conservée à Leyde (Bibliothek der Rijksuniversiteit, Fonds Burman F 8, non paginé), découverte par Denis Lopez et déchiffrée par Frédéric et Marie-Madeleine Saby, fait allusion à une integram paraphrasim qui pourrait bien être le prototype de l’interpretatio de nos éditions. Mais nous n’y avons pas trouvé d’allusion dans la correspondance ultérieure de Montausier et Heinsius.

12 La même idée est exprimée dans les Huetiana, Paris, J. Estienne, 1722, p. 92.

13 Voir aussi la citation suivante.

14 Rappelons aussi que la France entre en guerre avec la Hollande en 1672 – ce que Montausier devait savoir bien avant l’heure.

15 Il s’est fait une spécialité de contrefaçons, qui finissent d’ailleurs par constituer une sorte de consécration pour l’auteur qui en est « victime ». Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, 1598-1701, Genève, Droz, 1969, p. 591.

16 Voir ci-dessous la section consacrée à la « mise en texte » par Frédéric Saby (chap. V).

17 Les préfaces des Ad usum Delphini ne sont jamais paginées et sont généralement courtes ; nous ne donnons donc pas de référence précise.

18 Sauf dans Horace, le dernier volume paru.

19 Pour chacun de ces aspects, voir ci-dessous les chapitres rédigés par Bernard Colombat, « L’interpretatio », Bruno Bureau, « Typologie des notes », Etienne Wolff, « La Censure », Martine Furno, « Les indices ».

20 « Huet pédagogue » (Huet, 1994, p. 214 et suiv.).

21 D’après l’Oraison funèbre de Montausier, cité par D. Lopez, art. cité.

22 Voir la thèse d’Hélène Merlin, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

23 Voir D. Lopez, art. cité, n. 51 : le Dauphin « a travaillé avec ses maîtres sur les textes savants habituels ».

24 Correspondance, n° 35. Il y revient en décembre 1676 (no°77) : il s’agit alors seulement d’imprimer la première décade, qui devait l’être incessamment... en juillet 1675 (no°50).

25 Voici le détail de la publication compliquée des six volumes (en cinq tomes), tel qu’il a été récapitulé par Dominique Morineau : le volume I, daté de 1679, comporte une épître datée du Ier novembre 1678 et un achevé d’imprimer du I er septembre 1682 (c’est le seul sur lequel figure ce type de mention) ; le volume 2, sans épître, est daté de 1682 ; le troisième, daté de 1679, n’en inclut pas moins une épître du 23 février 1680 ; dans le quatrième, daté de 1682, l’épître est du1er décembre 1681 ; le cinquième et le sixième, sans épître, sont datés respectivement de 1679 et 1680. Après avoir relevé que l’édition « présente d’autres signes de hâte, voire de négligence » (et notamment l’absence étonnante d’index vocabulorum, sans même parler de la brièveté de la préface), Dominique Morineau conclut : « La chronologie suggérée par les épîtres est artificielle. En admettant que les différents tomes aient été donnés à l’impression l’un après l’autre, les six volumes n’ont pu être mis en circulation que simultanément, en 1682, puisque l’achevé d’imprimer est inséré dans le premier volume. » Certes, l’ouvrage était en cours d’impression en 1678 (Correspondance, n° 95, 8 octobre 1678) ; ce que réclame alors Léonard pour continuer son travail ne peut être que les Suppléments qui appartiennent à Montausier - cela prouve seulement que c’est le cinquième volume (t. IV, daté de 1679) qui est alors en préparation.

26 Correspondance de Bossuet, ouvr. cité, p. 148.

27 Ibid., p. 149. Voir aussi Régine Pouzet, Charles IX, Récit d’histoire, par Louis Dauphin et Bossuet, Clermont-Ferrand, Adosa, 1994.

28 Environ trente-cinq livres subsistent sur les quelque cent-quarante que devait compter l’œuvre entière. Sur cette pratique en général, voir Catherine Volpilhac-Auger, « Des œuvres plus que complètes : les éditions d’auteurs anciens », La Notion d’œuvres complètes, Colloque de Grenoble, novembre 1994, J. Sgard et C. Volpilhac-Auger éd., Oxford, Voltaire Foundation, 1999. Dans l’édition AuD, elle occupe près de la moitié des six volumes (une partie du troisième et les deux derniers).

29 Voir Montausier, 1987, p.341-346.

30 Doujat déclare (t. I, vol. 2, p. 181) que lorsqu’il a commencé son travail, il a trouvé une partie des suppléments déjà sous presse (D. Morineau).

31 Par exemple dans le Florus, le Phèdre, le Salluste, le Térence, etc.

32 Lucrèce (mentionné selon la même formule dans le Térence imprimé en septembre 1675) ne paraîtra qu’en 1680, et Plaute, signalé de même dès 1674, et imprimé en 1679 – il était en fait réellement sous presse en mai 1674 (Correspondance, n°22) – n’a dû son retard qu’à la négligence manifeste du commentateur, de L’Œuvre, payé dès qu’il a achevé ce qu’il estimait être son travail, et qui de ce fait s’est refusé à ajouter l’index qu’on exigeait de lui (nos23, 24, 25, 27), ainsi qu’à des circonstances de nous inconnues, qui ont justifié l’arrêt de l’impression en mai 1675 (n° 37).

33 Voir notre article « Des œuvres plus que complètes... », cité à la note 28.

34 Paris, J.-J. Dubochet, 1838-1839, t. II.

35 On pourrait ajouter l’exemple de la traduction de Dureau de Lamalle, Paris, Michaud frères, t. V, VI, XVI et XVII, 1811-1824.

36 Les lettres directement relatives à la collection AuD deviennent beaucoup moins nombreuses à partir de 1681 et ne contiennent alors plus guère que des allusions au paiement des « dauphins ». En novembre 1671 meurt l’épouse du duc ; sans cela, aurait-il accordé tant d’intérêt à la collection ? Sa première lettre à Huet à ce sujet date du 21 juin 1672 (Correspondance, n° 11).

37 Voir aussi ce qu’en disent les Mémoires de Huet (V, p. III) : « Il souhaitait donc vivement que je prisse le soin de choisir quelques personnes, parmi les érudits, qui se chargeassent d’enrichir de notes et d’éclaircissements, à l’usage du Dauphin, les anciens auteurs [...], et de les engager dans cette entreprise, non comme des mercenaires, en stipulant un prix misérable et indigne de leurs travaux, mais en leur proposant une rémunération honorable qu’il espérait bien que le roi proportionnerait à sa libéralité naturelle. De son côté, il promettait de la solliciter et se faisait fort de l’obtenir. »

38 Aussi est-on fondé à ne guère accorder crédit aux Huetiana, chap. XXXVII, p. 93-94 : « la longueur de l’entreprise, la lenteur des ouvriers, et le mariage de Monsieur le Dauphin, qui fit cesser ses études, nous arrêtèrent au milieu de notre course, et mit fin à ce travail ». Si le mariage du Dauphin avait tout arrêté, on n’aurait pas vu paraître douze ans après des ouvrages pour lesquels des privilèges ont été demandés jusqu’en 1686 (Prudence).

39 Il nous faudra faire une exception pour les dictionnaires de Danet, dont le dernier voit le jour en 1698, mais leur statut est quelque peu particulier.

40 Journal des savants (novembre 1727, p. 417 et suiv.) : « On avait déjà imprimé quelque chose du deuxième volume mais il fut abandonné après la mort de M. de Montausier qui fournissait aux frais de l’impression » (cité par Sommervogel, art. « L’Honoré »).

41 La dernière allusion à AuD que contienne notre correspondance concerne le paiement de cet ouvrage (Correspondance, n° 179, 7 octobre 1688).

42 Jusqu’à « la quatrième feuille » seulement, d’après Fréret, Histoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XVIII (1753), p. 460 (éloge de Souchay).

43 Souchay, qui publie finalement Ausone en 1730, reprend le flambeau pour donner une édition savante, tout en bénéficiant du nom de la collection : voir ci-dessous notre chapitre III.

44 Sa correspondance avec Huet nous le montre curieux de livres nouveaux - et ce, pas seulement par goût de bibliophile (Correspondance, nos39, 42, 45, 72) : ce n’est pas le moindre intérêt de cette correspondance de nous confirmer qu’il fut indiscutablement un grand lettré.

45 Voir aussi Thérèse Goyet, L’Humanisme de Bossuet, Paris, Klincksiek, 1965, 2 vol.

46 Quand paraîtront la Demonstratio evangelica (1679) et surtout la Censura philosophioe cartesianoe (1689), Bossuet aura de fortes raisons de se méfier de l’enthousiasme apologétique de Huet, dont les adversaires du catholicisme, voire les libertins, auront tôt fait de retourner les démonstrations à leur propre avantage (notamment l’idée selon laquelle la figure de Moïse se retrouve dans de nombreuses mythologies païennes – il sera facile de prouver que si certaines d’entre elles sont antérieures à la Bible, le personnage de Moïse est fortement influencé par cellesci) : voir ci-dessous, note 86. Bossuet exprimera d’ailleurs ses doutes avec vigueur en 1689 (voir Correspondance, n° 183), après avoir longuement fait attendre (de janvier 1677 à juillet 1678) son approbation à la Demonstratio ; voir Correspondance de Bossuet, t. II, p. 9-24 et 75-76.

47 Souligné par nous.

48 On relèvera que la bibliothèque de Bossuet ne contenait que quarante-huit volumes de la collection (« Inventaire de la bibliothèque de Bossuet », Revue Bossuet, juillet 1901).

49 Correspondance de Bossuet, t. I, p. 411 (lettre sans date placée en 1676 par les éditeurs).

50 Ces péripéties étant narrées par Dubois dans son édition, nous aurons l’occasion d’y revenir dans le prochain volume à paraître, qui comportera les notices individuelles sur chaque ouvrage.

51 Malgré l’arrêt rendu en sa faveur en août 1679 à la suite de l’affaire de février, il fut exclu de la direction du collège, ce qui fut fait de force en septembre 1681, en exécution d’un arrêt du Conseil du 22 septembre 1681.

52 Une lettre de Bossuet à Dubois du 17 décembre 1682 confirme le règlement à l’amiable, en fixant le dédommagement de Dubois. Tous ces détails sont empruntés à la Correspondance de Bossuet, t. II, no 266, n. I-I-4» P-339-340-Voir aussi t. I, p. 400-401 (lettre 140 du 22 novembre 1676).

53 Si Bossuet a pu aider à recruter des collaborateurs, s’il faut en croire la préface du Virgile, on peut penser qu’il se borna à indiquer des noms plutôt qu’à faire les démarches plus ou moins fastidieuses (échanges de politesse, transmission des consignes) dont, nous le verrons, Huet s’acquittait.

54 Voir Correspondance, n° 130, 1681, à propos du Festus : « M. de Montausier et M. de Meaux en ont paru fort satisfaits. » Mais curieusement, Dacier semble ne l’avoir pas encore montré à Huet (« ma joie ne sera pourtant entière que lorsqu’il aura eu votre approbation »). On peut supposer que Huet en avait suivi les étapes, et que c’est seulement la version définitive qu’il n’a pas encore vue.

55 Voir Correspondance, nos 53, 55, 129-131.

56 Voir notamment Antony McKenna, De Pascal à Voltaire, 1670-1734, Studies on Voltaire, no 276-277, 1990, notamment p. 321 ou 327. Sur sa lecture de Pascal, voir ibid., p. 316 et suiv. Voir également Geneviève Rodis-Lewis, « Huet lecteur de Malebranche », xvie siècle, 147, 1985, p. 169-189 ; Germain Malbreil, « Les droits de la raison et de la foi, la dissociation de la raison, la métamorphose de la foi, selon P. D. Huet », ibid., p. 119-134 ; et une note brève, mais intéressante, de Jean-Robert Massimi, « Vérité et histoire chez P. D. Huet », ibid., p. 167-168 ; quelques remarques sur la Demonstratio dans Paul Hazard, La Crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961, p. 40-41.

57 Nouveaux mémoires pour servir à l’histoire du cartésianisme, édition présentée et annotée par Claudine Poulouin, Rezé, Séquences, 1996.

58 Huet, 1994, déjà cité ; dans ce volume les aspects essentiels de l’activité et de la vie de Huet sont méthodiquement passés en revue. À ces références, on peut ajouter l’article « Huet » (Ph.-J. Salazar) dans les Centurioe latinoe, Cent me figures humanistes de la Renaissance aux Lumières, Mélanges Jacques Chomarat, réunis par Colette Nativel, Genève, Droz, 1997.

59 Ouvrage cité, préface, p. XII-XIII.

60 Mémoires, III, p. 77.

61 Huet est originaire de Caen, ville à laquelle il restera toujours fidèle (voir par exemple Mémoires, III, p. 71 et suiv., IV, p. 83, etc.), y trouvant un cercle d’amis savants auquel il tient beaucoup (ce ne sera pas indifférent pour notre collection) ; il y habite jusqu’en 1670 ; à partir de 1678 il séjourne fréquemment à l’abbaye d’Aulnay, proche de Caen, puis, alors qu’il a reçu l’évêché de Soissons en 1685, acceptant de permuter avec Brulart de Sillery pour avoir celui d’Avranches en 1689.

62 Mémoires, IV, p. 84-85. Les Mémoires donnent rarement des dates précises ou des éléments de datation sûrs. Son introduction à l’hôtel de Rambouillet doit dater du début des années 1660. À noter que ce n’est pas là que Huet rencontre le gendre de Mme de Rambouillet, le duc de Montausier, mais à l’occasion de la publication de son De interpretatione, comme le mémorialiste le rapporte lui-même (Mémoires, IV, p. 85 ; voir aussi Correspondance, n° 1). Il le rencontre pour la première fois quand Montausier se rend en Normandie, dont il est devenu le gouverneur (mars 1663).

63 Relation recommandée et assurée par Segrais, dont Huet est alors l’ami intime.

64 Mémoires, III, p. 76-77.

65 Ibid.

66 Paris, 1728 ; Mémoires, IV, p. 100. Voir l’article de Suzanne Guellouz dans Huet, 1994, p. 119-132.

67 Vraisemblablement vers sa dix-huitième année ; voir Mémoires, I, p. 17. L’ouvrage avait été traduit en français par Amyot dès 1559, et réédité en 1609. Des éditions grecques-latines en avaient été données au début du xviie siècle. C’était en fait une œuvre bien connue.

68 « Selon toute apparence, on me tenait en Hollande pour un poète, tandis qu’on ne croyait pas en France que je fusse assis même au pied du Parnasse. Depuis, j’exerçai plus souvent ma veine poétique. Je me rendis même Apollon si propice que je commençais à compter parmi les poètes » (Mémoires, IV, p. 94).

69 Mémoires, V, p. 116. À dater de la fin de 1687, d’après la Correspondance, n° 176.

70 « [Je protestai] que je ne reviendrais jamais en Suède, par quelques vers écrits à la manière de Catulle. J’avais fait aussi en vers français une satire assez aigre et assez piquante des mœurs suédoises. » (Mémoires, II,p.46).

71 Rappelons que Descartes est mort en 1650. Huet, après en avoir été l’admirateur enthousiaste (« Durant plusieurs années, j’appartins corps et âme au cartésianisme », I, p. 16) lui voue ensuite une hostilité qui date de la publication en 1649 du traité Des passions de l’âme (voir Mémoires, VI, p. 142-144, et Cl. Poulouin, Nouveaux mémoires..., ouvr. cité, préface). Un certain flou subsiste parfois sur la date du retour de Huet en France, que certains placent en 1659 ; serait-il donc resté près de dix ans en Suède ? En fait, il quitte ce pays quand il pressent l’abdication prochaine de la reine Christine (voir Salazar, préface, p. XVI) – qui justement a lieu en 1654.

72 Voir Cl. Poulouin, ouvr. cité, préface.

73 Voir Lea Caminiti Pennarola, « La correspondance Ménage-Huet », Huet, 1994, p. 153 : quand les deux amis, tous deux pensionnés, se demandent s’il faut faire des vers de remerciement au roi, Ménage répond fièrement par la négative (« les louanges ainsi achetées me semblent suspectes »), tandis que « Huet répond sagement qu’il “fait bon suivre le torrent” ». Ainsi que le fait remarquer l’auteur de l’article, l’un est resté pensionné beaucoup plus longtemps que l’autre, rayé dès 1666...

74 Mémoires, III, p. 62. Voir Emmanuel Bury, « Bien écrire ou bien traduire : Pierre-Daniel Huet théoricien de la traduction », La Traduction au XVIIe siècle, Littératures classiques (13), 1990, p. 251-260.

75 Voir ci-dessus, page 33.

76 Mémoires, IV, p. 85. Son respect et sa reconnaissance pour le duc de Montausier ne devaient jamais se démentir : voir Mémoires, VI, p. 145. Voir aussi, pour les débuts de cette amitié, Correspondance, n° 1 (lettre de remerciement de Montausier pour le De interpretatione, 1er mars 1662).

77 Voir, dans Huet, 1994, l’article de Jean-Marie Mathieu, « Huet et Origène », p. 229-237. Cette édition d’Origène a été reprise dans la série Patrologie grecque de l’abbé Migne (t. XVII) – Huet peut donc être consulté sur cédérom.

78 Mémoires, IV, p. 92 : « On n’y parlait presque que littérature et, à cet égard, le duc payait sa dette d’académicien d’une manière si remarquable que, si la fortune ne l’eût appelé à de plus hautes destinées, on peut croire que sa place était marquée parmi les gens de lettres. »

79 Quels que fussent les mérites de Huet, son amitié ancienne avec Chapelain, chargé par Colbert d’établir cette liste, n’y était évidemment pas étrangère. Voir Lettres de Jean Chapelain, publiées par Ph. Tamizey de Larroque, Paris, Imprimerie nationale, 1883, 2 vol. ; t. II, p.308, lettre à Colbert du 9 juin 1663, citée par D. Lopez, « Huet pédagogue » (Huet, 1994, p. 212).

80 D’après Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, t. I, Briasson, 1729, p.53, « ce fait est cependant réfuté par les auteurs des Actes littéraires de Suède d’une manière invincible. »

81 Confirmé par la Correspondance, nos12 et 18.

82 « Je n’ai écrit sur Manile que pour faire voir que dans les trois éditions de ce poète, il a entassé fautes sur fautes, et ignorances sur ignorances. [...] Je n’en parle pas ainsi sans fondement ; j’ai prouvé ce que je dis » (chap. V, p. 134). Il lui arrivait d’être un peu vif : voir sa querelle avec Bochart (Mémoires, IV, p. 95), à l’issue de laquelle Bochart mourut d’une crise cardiaque (1667) ; April G. Shelford, « Amitié et animosité dans la république des lettres : la querelle entre Bochart et Huet », Huet, 1994, p. 99-108.

83 J.-H. Abry note que la page de titre porte de manière fautive « Huetii animadversiones et Scaligeri notas », ce qui, au prix d’un solécisme, dissout l’agressivité de Huet, restituée dans le titre particulier de la dernière partie, dotée d’une pagination particulière. Un exemplaire de la BNF comporte des notes manuscrites de Huet (Rés. m. Yc 499).

84 Danet, commentateur de Phèdre (1675), en parle comme d’une « viva quœdam et ut ita dicam ambulans bibliotheca »(une sorte de bibliothèque vivante et, pour ainsi dire, ambulante). Dufay, pour Lucrèce (1680), Le Tellier, pour Quinte-Curce (1678), signalent qu’il a beaucoup travaillé à faire avancer les commentaires ; La Rue pour Virgile (1675) déclare même qu’il a bénéficié de ses notes. D’autres, moins explicites, signalent toutefois qu’il examinait systématiquement leurs « lucubrationes » (le fruit de leurs veilles), terme consacré pour les travaux savants.

85 On notera la réitération du double dessein de la collection.

86 On sait comment Voltaire ridiculisera les démonstrations de Huet, notamment dans La Philosophie de l’histoire (1765), chap. XXVIII. L’aspect systéma tique et les faiblesses du raisonnement, trop souvent fondé sur l’analogie, lui vaudront les réserves, sinon les critiques de certains de ses amis (dont une des plus modérées est celle de Leibniz, qui lui reproche de vouloir trop prouver ; voir aussi Correspondance, n° 43), voire de la hiérarchie catholique. En effet, la démonstration était dangereuse, puisqu’on pouvait inverser le raisonnement et prouver que Moïse, dont l’apparition est postérieure à nombre de figures païennes, n’en était lui-même qu’un avatar. Sur la Demonstratio evangelica, voir Alphonse Dupront, P. D. Huet et l’exégèse comparatiste au xviie siècle, Paris, 1930. Par ailleurs, son anticartésianisme viscéral, systématique, le conduit à adopter des positions difficilement tenables (voir A. McKenna, ouvr. cité). Cependant, Huet ne doit pas apparaître comme un savant d’un autre âge, dépassé par ses démonstrations ; il est de ceux qui, fort rares au xviie siècle, ont eu « l’intuition » d’une origine commune entre les langues que les érudits allemands au xviiie siècle, et les Français un peu plus tard, reconnaîtront comme issues de l’indoeuropéen ; voir Huetiana, chap. XLI, cité par Georges Gusdorf, L’Avènement des sciences humaines au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1973, p. 272.

87 L’ouvrage, réédité en 1842-1843 avec d’autres portant le même titre, est donné en prime à quiconque suscite de nouvelles souscriptions à la Patrologie de Migne ; voir R. Howard Bloch, Le Plagiaire de Dieu, la fabuleuse industrie de l’abbé Migne, Paris, Éditions du Seuil, 1996 (trad. P-A. Fabre), p. 139.

88 Voir Correspondance, nos 15 et 17.

89 Dans son Histoire de l’Académie française (t. II, Paris, J.-B. Coignard fils, 1729), considérant son grand âge et le rythme soutenu de son travail pendant tant d’années, il dit de lui : « M. d’Avranches est peut-être de tous les hommes qu’il y eut jamais, celui qui a le plus étudié. » D’Olivet recueillit ses manuscrits à la mort de Huet et publia les Huetiana (voir dans Huet, 1994, l’article de Marie-Gabrielle Lallemand, « Le Huetiana : contribution à l’étude d’un genre », p. 155-168), mais surtout le Traité de la faiblesse de l’esprit humain (Amsterdam, 1723) dont les accents pyrrhoniens parurent insupportables aux journalistes des Mémoires de Trévoux, qui accusèrent d’Olivet d’en avoir falsifié le texte. D’Olivet n’eut aucun mal à s’en disculper (Correspondance littéraire du président Bouhier, Lettres de l’abbé d’Olivet, 1719-1745, éd. Christiane Lauvergnat-Gagnière et Henri Duranton, Université de Saint-Étienne, 1976, 6 décembre 1725, p. 104, n. 4, et Germain Malbreil, « Le Traité philosophique de la Foiblesse de l’esprit humain... » dans Huet, 1994, p. 169-182). Nous aurons l’occasion de revenir sur d’Olivet, qui travailla à un Cicéron destiné au Dauphin, fils de Louis XV.

90 Correspondance littéraire..., 27 octobre 1737, p. 260.

91 Montausier est le premier à reconnaître avec l’érudit Heinsius ce statut « subalterne » de la collection : « songez encore une fois que cela n’est pas fait pour les savants, comme sont les belles, savantes et recherchées remarques et corrections que vous avez déjà données sur divers auteurs » (Correspondance, n° 66, 15 mars 1676).

92 Qui n’est pas pour autant l’édition critique : « occupation misérable et qui ne convient qu’à de petits esprits » (Mémoires, III, p. 64). Nous y reviendrons.

93 Quand l’expulsion des jésuites posera le problème de sa préservation (elle intéresse Catherine de Russie), Louis XV la fera acheter ; c’est ainsi qu’elle entrera à la Bibliothèque royale.

94 C’est sans doute ce qui explique l’absence du grec (que Bossuet et Huet maîtrisaient parfaitement) dans ce plan d’étude : l’étude du grec relèverait de connaissances jugées trop spécialisées pour un prince.

95 Voir Régine Pouzet, Charles IX, Récit d’histoire..., ouvr. cité, introduction.

96 Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, p. 467.

97 Nous nous inspirons d’une communication de Denis Lopez présentée en 1995 dans le cadre du séminaire « Discours pour le Prince » (MRASH, Université Stendhal, Grenoble).

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search