Desktop versionMobile version

La collection Ad usum Delphini. Volume I

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Introduction

Full text

1« À l’usage du Dauphin » : avec la Byzantine du Louvre, la collection Ad usum Delphini constitue un des premiers exemples d’entreprise éditoriale officiellement voulue et durablement soutenue. L’État monarchique, un siècle avant l’invention des musées, considère la littérature latine comme un patrimoine qu’il se doit d’entretenir, voire de faire fructifier. Voilà une démarche qui paraît, en cette fin de xxe siècle, à la fois étrange et familière. Familière par l’obsession patrimoniale qui a vu naître ces dernières années tant de musées. Étrange par le choix de publier des textes latins accompagnés de « traductions » et de notes elles-mêmes en latin. Cela semble a priori un choix doublement passéiste, qui sent effectivement le musée. Et pourtant cette collection fut d’abord, en son temps, une idée neuve et féconde : un monument, mais vivant.

2Pour rendre compte de ce paradoxe, il faut rappeler les ambitions originelles du projet. Elles visent un double objectif Le premier est d’offrir une solution nouvelle au dégoût ou au découragement provoqués par les éditions de textes latins alors en usage. Le second est de parer à ce que les promoteurs de la collection sentent, déjà, comme une décadence du latin. Ce double objectif a-t-il été rempli ? C’est là une autre histoire, que notre livre racontera. Ne nous fions pas en tout cas aux sens que la postérité a gardés de l’expression ad usum Delphini. Véritables caricatures, ces sens n’ont finalement que fort peu à voir avec la réalité de ce que fut la collection pour le Dauphin.

LES ÉDITIONS DE TEXTE LATIN AVANT 1670

3La conception d’ensemble de la collection est élaborée peu après 1670 par le duc de Montausier et l’érudit Pierre-Daniel Huet. Montausier, homme de guerre, d’une grande rigueur morale, est le gouverneur du Dauphin. Huet, prince des lettres renommé dans toute l’Europe, est le sous-précepteur. Leur premier objectif est pour ainsi dire matériel : il faut en effet rappeler à quel point les textes des auteurs latins étaient jusque-là confinés dans des éditions d’un maniement difficile. Les rendre accessibles, voire agréables à lire, était en soi un enjeu.

4Le lecteur affronte alors ou bien de gros in-folios, œuvres de toute une vie où la qualité de l’impression le dispute au poids de l’érudition, ou bien des ouvrages de plus petit format, mais surchargés de notes et de gloses diverses, maquis dans lequel le lecteur doit apprendre à se repérer : à lui notamment de hiérarchiser les informations, de faire son choix dans l’éventail de corrections, de variantes et d’interprétations qu’on lui propose parfois ; tel est le cas des éditions cum notis variorum, publiées en Hollande. Gros in-folios ou petits volumes, toutes ces éditions ont pour caractéristique de laisser le profane sur le seuil. Éditions savantes, elles tireront bientôt profit des méthodes élaborées par Dom Mabillon ou Dom Montfaucon, ou des travaux patiemment accumulés par Baluze ou Du Gange. Les réunions d’antiquaires à la bibliothèque des mauristes à Saint-Germain-des-Prés déboucheront sur d’autres monuments éditoriaux, essentiellement consacrés aux Pères de l’Église. Tout ce travail d’établissement du texte, pour nécessaire qu’il fût, n’était évidemment pas pour le Dauphin.

5À côté de tant d’information condensée, on trouvait aussi des ouvrages qui parfois ont l’élégance des Elzeviers, si recherchés au siècle suivant. Ils offrent souvent dans les marges l’espace nécessaire à la lecture personnelle, celle qui s’opère la plume à la main. Leur présentation subdivise la page en distinguant nettement le texte du commentaire. Mais leur premier souci n’est pas forcément la lisibilité, comme dans tant d’in-12 ou d’in-8° où s’affiche en masse compacte un texte en petits caractères, dont la présentation n’est aérée que par de rares ornements typographiques. L’intégralité des œuvres de Tacite arrive ainsi à tenir en mille pages de sept centimètres sur douze, dans telle édition d’Antoine Gryphe (1576) : un texte nu, sans présentation ni annotation, qui laisse démuni le lecteur. C’est un pur exemplaire de travail, tel que le souhaitent certains pédagogues, traditionnellement rétifs à l’usage des traductions, comme Rollin (et plus tard d’autres encore) le sera au début du xviiie siècle. Le texte est pour ainsi dire vierge, laissé au libre exercice de la prælectio qui permettra au régent de susciter les questions et d’y répondre, d’invoquer un autre auteur, de rappeler une date, de souligner un tour de phrase rare ou typique. Et à son tour le livre s’effacera dans sa matérialité quand de longs passages en auront été appris par cœur : il n’existe que pour être dépassé.

6Enfin et peut-être surtout, tous ces livres ne font que juxtaposer Cicéron, Tite-Live ou Sénèque, selon les occasions ou les hasards. Ils ne constituent pas des séries ou des « collections » au sens moderne du terme. Nul plan d’ensemble, sinon des rassemblements hétéroclites dont nous sentons qu’ils obéissent à d’obscures lois : tel critique s’étant voué à tel auteur et allant le proposer à l’imprimeur, ou répondant aux vœux de celui-ci quand les besoins du marché se font sentir. Au xviie siècle, si l’on en croit les dictionnaires, une « collection » n’est encore qu’un recueil de « beaux passages », un ensemble d’extraits qui permet à l’écolier de soulager sa mémoire, ou une compilation d’ouvrages d’un même auteur. Ce n’est qu’au cours du dernier tiers du xviiie siècle que le terme désignera la « collection complette » des œuvres d’un contemporain, souvent suscitée par des intérêts commerciaux évidents.

  • 1 Par exemple, publication en 1667 du tome I des œuvres de saint Bernard ; en 1686-1690, des œuvres (...)

7Au xviie siècle, l’idée de collection telle que nous la comprenons aujourd’hui se trouve chez les mauristes, qui commencent à constituer, dans le dernier quart du siècle, l’œuvre complète de tel ou tel Père de l’Église qu’ils achèvent ainsi de consacrer.1 Si la démarche dans leur cas précis est toujours centrée sur un auteur unique, elle procède du respect voué à la parole divine, dont saint Bernard ou saint Augustin sont les dépositaires ou les intermédiaires. L’édition complète d’un saint, collective et minutieuse, est comme l’ultime avatar d’une hagiographie qui ne dit pas son nom.

8Avec la collection ou bibliothèque delphinale, on assiste donc à une véritable rupture. Pour la première fois sans doute, les auteurs latins profanes sont regroupés de manière concertée, et les textes sont dotés d’une présentation uniforme, qui réponde à des consignes clairement définies. Peu importe que le projet originaire ait été respecté, que les délais de publication aient été tenus, ou encore que les critères scientifiques ne répondent pas à nos exigences actuelles. L’essentiel est qu’une direction scientifique ait défini un plan d’ensemble, choisi les commentateurs, arrêté les modalités, voire tout simplement défini l’esprit de la collection. C’est là que s’enracine l’idée moderne des grandes entreprises éditoriales : Teubner en Allemagne dès le xixe siècle, Loeb en Angleterre, Les Belles Lettres en France qui, au lieu d’être placées sous le patronage de Guillaume Budé, auraient pu l’être sous celui de Montausier et Huet. Ces entreprises, au-delà du cercle des spécialistes qui les utilisent, n’ont pas été sans influer sur la notion même d’auteur « classique ». Une telle notion, c’est bien la collection à l’usage du Dauphin qui est la première à la réinventer, par le simple fait de réorganiser la présentation matérielle des textes.

RÉUNIR LES DEUX LATINS DU XVIIe SIÈCLE

  • 2 Voir Françoise Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe xvie-xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, (...)

9Mais cet aspect matériel dérive d’une ambition plus profondément intellectuelle. C’est le second objectif que poursuivent Montausier et Huet : lutter contre la décadence même du latin.2 Une telle formule paraîtra peut-être anachronique. L’évidence pour nous serait plutôt que l’Âge classique parle latin : depuis la cour, en ses divertissements où les bassins et les glaces de Versailles reflètent la mythologie au service du Roi-Soleil, jusqu’à l’ombre des classes où l’on apprend à penser et à lire dans Cicéron, à aimer dans Virgile. Cette évidence, pourtant, est trompeuse.

10Nous ne songeons pas ici au fait qu’écrivent en français un Molière, un Racine, un La Fontaine – à côté desquels paraissent assurément indéfendables des poètes néo-latins comme Jean de Santeul, Charles de La Rue ou Jean Commire. La décadence du latin est à chercher ailleurs, dans la faille qui progresse silencieusement, depuis la fin du xvie siècle, entre le latin érudit et celui que possède tout homme cultivé. Le latin érudit est la langue d’échange des savants qui forment la bien nommée (en latin) res publica litterarum. L’autre latin est celui qu’un honnête homme a acquis pour avoir suivi pendant quelques années les cours de la mal nommée faculté des arts, en fait les classes ou lectiones des collèges, dévolues à l’étude des auteurs anciens.

  • 3 Voir ci-dessous Correspondance, no°16. Nous indiquons sous cette forme les renvois à notre édition (...)

11Non pas que cette faille soit absolument ignorée des contemporains. Bien au contraire, les savants sont convaincus, déjà, de la décadence des humanités et ne se privent pas de la déplorer à grands cris : le grec est mort, le latin est à l’agonie, voici venu le temps des ignorants, qui se reconnaissent (entre autres) au fait qu’ils écrivent en français. Et, effectivement, il est incontestable que depuis le milieu du xviie siècle, la pratique du latin dans les classes recule, sous les coups de la pédagogie des jansénistes, fondée sur les préceptes intelligents mais destructeurs de Lancelot, ou de celle des oratoriens, qui se veut plus « moderne » et plus ouverte sur la vie qu’on ne l’est dans les collèges jésuites. Le grec, lui, est réduit à la portion congrue. Dans le reste de l’Europe, la situation n’est guère plus brillante, s’il faut en croire certaine diatribe de Leibniz contre les « Modernes », ou prétendus tels, qui s’engouffrent dans les brèches ouvertes par Descartes ou Bacon, car pour eux le principe de la « table rase » n’est qu’un moyen de justifier leur ignorance3. Mais Leibniz n’est pas dans le sens de l’histoire, et la restauration des études anciennes qu’il appelle de ses vœux n’aura pas lieu.

  • 4 Diderot, Plan d'une université, dans Œuvres, III (Politique), éd. Laurent Versini, Robert Laffont, (...)

12Parallèlement, s’accroît le mépris pour l’érudit barbouillé de langues anciennes, comme le peuvent être Vadius ou Thomas Diafoirus. Monsieur Jourdain ne s’y trompe pas, qui préfère apprendre un turc mêlé de sabir, plus utile que les langues mortes... Près d’un siècle plus tard, d’Alembert ne fera que renforcer ce mépris pour le pédant – alors même que l'Encyclopédie, comme tant d’œuvres contemporaines, s’ouvre par une phrase latine en exergue, devise qui suggère au lecteur, dans sa brièveté lapidaire, la certitude d’un savoir partagé. Mais c’est un savoir qui doit être dépassé, intégré, mis au service d’autre chose : un savoir enfin utile, comme le souhaitait le siècle de Voltaire et de Diderot. D’ailleurs, l’illustre conseiller de Catherine II, élaborant le projet d’une charte pour l’enseignement en Russie, est obligé d’admettre la mythologie, mais presque comme un mal nécessaire : « Sans la mythologie on n’entend rien aux auteurs anciens, aux monuments, ni à la peinture ni à la sculpture, même modernes, qui se sont épuisées à remettre sous nos yeux les vices des dieux du paganisme, au lieu de nous représenter les vertus des grands hommes ».4 Pareil jugement vaut condamnation. Mais on a aussi l’impression que ce cercle vicieux (connaître la mythologie, c’est contribuer à la propager, donc inciter à la connaître) est insupportable au vertueux Diderot, et qu’il voudrait y soustraire une nation qui naît à la civilisation, mais qui ne peut se civiliser si elle ignore la culture antique : ce qui constitue un autre cercle vicieux... Il est clair alors que le jour où apparaîtront d’autres références, essentiellement historiques, l’Antiquité devra céder la place.

13S’il existe donc bien au xviie et au xviiie siècle une culture antique, dont même les femmes doivent posséder quelques rudiments, celle-ci fait figure d’idole déclinante. À preuve l’article « Collège » de l'Encyclopédie (1752), si critique, voire polémique, envers l’éducation trop livresque dispensée en France, accusée de former de faux savants en leur faisant perdre leur temps à de stériles études. Ou encore la fermeture des établissements jésuites (1762), qui constituaient un des plus sûrs bastions de résistance des humanités. À preuve enfin la disparition du système d’enseignement d’Ancien Régime au profit des écoles normales ou des lycées dont l’orientation ne sera guère favorable aux études « traditionnelles ». Tous ces moments décisifs ne constitueront en fait que des étapes dans un processus qui s’est enclenché du vivant de Molière et s’est prolongé au siècle des Lumières. Le recul des langues anciennes, devenues « langues mortes » par l’usage de la version et le recours à la traduction, est constamment apparu comme le synonyme de la modernité. On pourra en trouver les ultimes conséquences, aujourd’hui même, dans la préservation, annoncée comme une victoire (et de fait devant être perçue comme telle), de quelques classes où l’on commence le latin à quinze ans, pour récolter à dix-huit les points nécessaires à l’obtention d’une mention au baccalauréat.

14C’est précisément à ce processus que se sont opposés Montausier et Huet. Pour réduire la faille qui s’élargit, ils proposent un autre modèle, celui de l’honnête homme pour qui la culture antique n’est pas seulement objet de savoir ou moyen d’accès à des arts régis par des conventions, mais enrichissement continué, prolongé tout au long d’une vie pourtant vouée à l’action, et délectation. Ayant pratiqué l’un et l’autre la traduction (Huet en élabore une théorie dans son De interpretatione, tandis que Montausier se fait traducteur du poète Perse), ils savent ce qui l’inspire : le goût d’une belle langue, qui donne une idée des beautés de l’original ; et, dans le cas de Huet qui travaille sur le texte vénérable d’Origène, le souci de la plus parfaite fidélité. Dans tous les cas, en ce temps des Belles infidèles, ils savent que traduire est d’abord un plaisir que l’on prend avec le texte premier. On est loin alors de ce qui caractérisera le xviiie siècle : la multiplication des traductions destinées au public cultivé, devenu incapable de goûter les auteurs les plus difficiles, ou la diffusion des méthodes d’enseignement simplifié, les traductions juxtalinéaires ou interlinéaires venant soutenir le latiniste hésitant ou paresseux. Huet et Montausier ne pouvaient imaginer que la traduction, quelle qu'elle fût, pourrait se substituer réellement au texte original, même s’il est vrai qu’elle peut en donner l’idée ou en faciliter l’accès. C’est autour du texte d’origine, et de lui seul, que s’élabore le projet des ouvrages destinés au Dauphin.

15C’est donc là l’autre grande originalité de leur projet de collection, outre son aspect purement matériel. Pour lutter contre la décadence du latin, Montausier et Huet ne proposent pas des traductions en français, comme aujourd’hui par exemple, en regard de la page en latin. C’est le latin même qui doit venir au secours du latin. Le plus frappant est le cas de Virgile et en général des poètes : les vers en haut de page sont transposés, en bas de page, par leur équivalent en prose latine. Ainsi l’honnête homme moyennement cultivé peut-il aller d’un latin à l’autre, et améliorer une culture approximative. Ainsi, surtout, on ne sort pas d’un monde qui pense tout entier en latin. Comme remède à la décadence des études latines, on pourra trouver l’idée saugrenue. Redisons-le pourtant, et avec force : elle n’est pas plus passéiste que l’idée de réorganiser matériellement l’accès aux œuvres en publiant les classiques en bloc, dans une collection au sens où nous l’entendons depuis.

  • 5 Du refus obstiné de tout commerce intellectuel chez le Grand Dauphin (1661-1711), on trouve maint (...)

16En d’autres termes, une telle entreprise relève autant de l’histoire des idées que de l’histoire du livre. Et c’est encore la figure du prince qui permet le mieux de la résumer. Pour un lettré comme Huet, mais aussi pour un fidèle soldat comme Montausier, la monarchie doit ou devrait encore se penser en latin. Pour nous, la plus grande gloire du Grand Siècle est sans doute dans ces monuments en français que sont les œuvres de Racine ou de Molière. Pour les contemporains, un monument en latin est de même dignité. Il est la base de l’édifice politique et social, tout comme il doit être la base de l’éducation du prince. De ce point de vue, réunir les deux latins du xviie siècle est un enjeu considérable, digne de l’intérêt et du soutien de Louis XIV L’inculture de son fils le Grand Dauphin ne fait rien à l’affaire.5

DES IMAGES OU DES CLICHÉS ?

17La barque ayant sombré avec le navire, cet ultime geste de sauvegarde, qui se voulait destiné à la génération de 1670 comme aux suivantes, est devenu, trois siècles après, dérisoire ou pathétique. De la collection pour le Dauphin, cette considérable entreprise qui coûta si cher au Trésor royal, qui pesa tant sur la vie de ses directeurs, qui occupa tant de place dans les bibliothèques, il ne reste plus guère qu’une expression consacrée par l’usage, d’ailleurs en voie de se perdre. L’expression ad usum Delphini a fini par désigner une forme ou une autre de censure. Voici ce que disent de la première les dictionnaires modernes. Ainsi le Grand Larousse de la langue française (1971) :

1. S’est dit des éditions des classiques latins réalisés pour le Dauphin, fils de Louis XIV, et expurgées des passages trop crus. 2. Par extension : se dit de tout ce qui est expurgé ou édulcoré.

18ou encore le Dictionnaire encyclopédique Quillet (1983) :

Nom des éditions spéciales d’auteurs latins établies sous l’impulsion du duc de Montausier à l’usage de son élève le Dauphin, fils de Louis XIV (64 vol. de 1670 à 1698.) Par ext., ouvrage adusum delphini, ouvrage expurgé.

19C’est aussi ce que retenait déjà le Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse (Paris, 1870, article « Ad usum Delphini ») : « les poètes latins subirent de nombreuses mutilations, et les passages qui n’étaient pas d’une chasteté rigoureuse furent effacés de leurs œuvres ». Assez curieusement, Pierre Larousse s’empresse de donner comme exemple de censure celle qui fut infligée à Racine pour Esther. Mais la suite de la définition est conforme à ce que nous attendions :

  • 6 Pierre Larousse ajoute trois exemples, empruntés à Ch. de Bernard, L. Véron et Ch. Labitte.

Dans le style familier, on désigne par ces trois mots, ad usum Delphini, tout livre épuré, et, dans un sens plus général, toute phrase, tout discours arrangé pour les besoins de la cause, accommodé aux vues d’un parti.6

20Grâce à ce « sens plus général », Pierre Larousse nous oriente vers une autre piste : il s’agit moins de châtrer un texte que d’altérer la vérité. Telle est en effet la dominante au xixe siècle, si l’on en croit les traces qu’en offre la littérature :

Il épousseta l’histoire de toute la poussière de l’usum Delphini, arracha les voiles aux statues, aux hommes leur masque, leur euphémisme aux mots [...]

  • 7 1884, p. 14.
  • 8 Ibid.

21C’est ainsi que Péladan, dans Le Vice suprême7 rejette aux oubliettes, comme issue d’un autre âge, l’œuvre de langage qui déforme la réalité en empêchant de voir « l’humanité nue, dans les lèpres de son corps, dans la perversité de sa pensée, dans l’égoïsme de son cœur ».8 Quelle entreprise méritait pourtant mieux son nom que l’instruction de Leonora, princesse florentine, à qui son maître donne ainsi une vision inédite et impitoyable de l’histoire ? L’expression ad usum Delphini est devenue si péjorative au xixe siècle qu’on la retrouve chez un autre Dauphin, l’Aiglon, dans la pièce d’Edmond Rostand qui porte ce titre. À d’Obenaus et Dietrichstein, venus lui enseigner la vision autrichienne de l’épopée napoléonienne, le duc de Reichstadt répond d’un enjambement insolent :

  • 9 Edmond Rostand, L'Aiglon, 1900, I, 12. Référence obligeamment fournie par M. Mund-Dopchie.

[...] Il est fini,
J’espère, votre cours ad usum Delphini ?9

  • 10 Illusions perdues, dans La Comédie humaine, Gallimard, Pléiade, 1952, éd. M. Bouteron, « Les souff (...)

22La voie avait été ouverte par Balzac qui, dans Illusions perdues, opposait par la bouche du mystérieux jésuite qui sauve Lucien du suicide, « l’histoire officielle, menteuse, que l’on enseigne, l’Histoire ad usum delphini ; puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse ».10 Ainsi se dessine un autre horizon, moins scolaire mais plus inquiétant, qui associe ces trois mots à l’enseignement d’une histoire rassurante mais en fait corrompue, voire dévoyée. Et de fait, nous le verrons, l’entreprise Ad usum Delphini a partie liée avec l’histoire – que jamais, pourtant, elle ne déforma.

***

23Par rapport aux ambitions originelles du projet de collection, mais aussi par rapport à ce qui fut effectivement réalisé, le souvenir qu’en a gardé la postérité est vraiment une caricature. Il n’y eut que peu de censure de l’obscénité, et aucune déformation de la vérité historique. Ce n’est donc pas à cause de cela que la collection est tombée dans un oubli à peu près radical. La cause en est sans doute, plus simplement, qu'elle est mal placée d’un point de vue chronologique. Elle est largement antérieure au véritable essor de la philologie, tel qu’il se manifeste notamment en Allemagne au xviiie et surtout au xixe siècle, et postérieure aux grandes entreprises d’établissement de textes qui fondent la tradition éditoriale à la Renaissance, avec les Estienne, Juste Lipse et d’autres. Généralement (nous verrons qu’il est des exceptions notables et justifiées), elle est donc dédaignée, voire ignorée des philologues du xxe siècle. L’histoire des textes ne l’a pas retenue. L’histoire de la culture pas davantage, et pour des raisons purement circonstancielles : s’il s’agit d’auteurs anciens, leur étude relève-t-elle de l’histoire de la littérature et de la pensée françaises ? On a généralement répondu à cette question par la négative. Et voilà pourquoi la critique est muette.

24Ce mutisme nous a à la fois gênée et stimulée. Après quelques mois d’enquête, nous pouvions certes corriger les vagues souvenirs qui subsistent des ouvrages Ad usum Delphini. Mais ce premier tableau d’ensemble était assez décevant. En effet, sans être un échec retentissant, l’entreprise déçut ses instigateurs eux-mêmes. Quant à la collection, si l’on peut employer ce terme, c’est un agrégat d’auteurs dont le choix nous échappe, et dont les exigences furent quelquefois clairement et définitivement énoncées, quelquefois fluctuantes. Portons le coup de grâce : si le Dauphin en fut bien le dédicataire et le destinataire, jamais les ouvrages ne lui furent exclusivement destinés – peu importait dès lors qu’il pût les utiliser ou non. Il est certain en tout cas qu’il n’a jamais ouvert la majeure partie d’entre eux. De ce fait, il n’est même pas sûr que son horreur notoire des livres lui ait été inspirée par eux.

  • 11 Charles Henry, Un érudit homme du monde, homme d’Église, homme de Cour : P.-D. Huet, Paris, Hachet (...)
  • 12 Sur la notion de « livre rare » et sur ces questions de catalogage, voir Jean Viardot, « Livres ra (...)

25Ces maigres résultats n’auraient pas justifié que l’on poursuive l’enquête. Mais chemin faisant, nous avons été frappée par le grand nombre d’approximations ou d’idées fausses qui courent sur la collection dès le xviiie siècle, et même plus tôt si l’on prend certaines critiques. Au xixe siècle, l’image en est tout aussi brouillée et ne repose guère que sur des analyses de seconde main, comme en témoignent plusieurs ouvrages qui portent sur Huet (dont le rôle en la matière est cependant correctement évoqué dans l’ensemble) ou Montausier.11 La liste des ouvrages de la collection n’a même jamais été dressée que de manière tout aussi approximative, et si elle est constante d’une bibliographie à une autre, c’est que les mêmes erreurs (parfois volontaires) sont répétées – alors que dès le début du xviiie siècle, elle attirait les collectionneurs et figurait en bonne place dans les grandes bibliothèques aristocratiques : les éditions Ad usum Delphini présentées dans les catalogues de vente de bibliothèques sont regroupées dans une rubrique spéciale, comme les Aides ou les Elzeviers.12 Méprisés, ignorés, vaguement connus, prisés des curieux : autant d’aspects contradictoires qui pourraient caractériser les livres de la collection Ad usum Delphini. C’est cet ensemble d’approximations et de contradictions qui nous a poussée à continuer l’enquête. Au fond, que représentait le latin pour le xviie siècle ? La dimension officielle de l’entreprise, qui irrite si visiblement le xixe siècle, ne fait à nos yeux qu’ajouter de l’intérêt à cette question. Au-delà du latin, c’est tout un monde qu’il fallait retrouver.

  • 13 Voir p. 295 et suiv.

26Pour exhumer ce monument qui fut vivant et qu’on ne visite plus, nous avons réuni les compétences diverses de spécialistes d’histoire du livre, de langue et de littérature françaises et latines (voire grecques), de didactique du latin. Le chantier que nous avons ouvert s’est révélé plus important que prévu, il est actuellement loin d’être achevé. Nous savons d’ores et déjà qu’il appelle une autre publication, plus analytique et plus savante que celle-ci ; elle comportera pour l’essentiel des notices détaillées qui étudieront chacun des ouvrages de la collection, ainsi qu’une bibliographie scientifique, dont nous ne pouvons donner ici qu’une esquisse – toute provisoire qu'elle est, elle n’en rendra pas moins des services. Nous présentons ici le bilan de trois ans de recherche, selon une perspective synthétique et historique. Qu’est-ce que cette collection ? Comment et pourquoi est-elle née ? Les conclusions auxquelles nous avons abouti sont issues de nos recherches personnelles, mais elles s’appuient aussi sur maint renseignement fourni par tous ceux qui se sont chargés d’un auteur, dont la liste est donnée en avant-propos. Nous avons complété cette approche par des études « transversales », c’est-à-dire consacrées à la plupart des caractéristiques générales de la collection : présentation matérielle, interpretatio, annotation, index terminaux – sans oublier l’« expurgation » ; chacune de ces études a été confiée à un spécialiste, qui l’a signée. Enfin, nous avons fait figurer ici une vaste correspondance relative à la collection13 ; on y trouvera quelques passages de correspondances bien connues (Bossuet ou Chapelain) qui témoignent de l’intérêt qu’on lui portait, et qui surtout nous livrent des informations non négligeables sur sa naissance et ses progrès, ainsi que quelques extraits de publications très anciennes, dont certaines remontent au xviiie siècle.

27Mais l’essentiel de ce que nous donnons ici est inédit : un extrait du fonds Ashburnham 1866, véritable mine de renseignements sur la collection mais plus largement sur la vie intellectuelle des années 1670-1685, actuellement conservé à la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Nous y avons trouvé maint reflet du monde littéraire qui apparaît au crépuscule du siècle, tandis que s’annonce la révocation de l’Édit de Nantes et qu’ailleurs est en gestation une crise de la pensée, à défaut d’une crise de la conscience. Cette génération, postérieure à la gloire du Grand Siècle sans pour autant appartenir au siècle des Lumières, est jusque-là quelque peu restée dans l’ombre, tant elle est étrangère au grand mouvement des idées du tournant du siècle. Or, il s’agit précisément de la génération de Montausier (mort en 1690) et de Huet (mort seulement en 1721). Elle s’identifie à un monde qui en quelques années va devenir « ancien » alors même qu’il se croit solidement établi, et qui en cela annonce la véritable fin du règne de Louis XIV De l’histoire du livre à l’histoire d’un monde disparu, voilà en somme à quoi peut mener, à travers la redécouverte des « ouvrages dauphins » et des « commentateurs dauphins », « la poussière de l’usum Delphini ».

Notes

1 Par exemple, publication en 1667 du tome I des œuvres de saint Bernard ; en 1686-1690, des œuvres de saint Ambroise ; en 1693-1706, des œuvres de saint Jérôme.

2 Voir Françoise Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe xvie-xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, que nous n’avons malheureusement pu lire pendant la rédaction du présent ouvrage.

3 Voir ci-dessous Correspondance, no°16. Nous indiquons sous cette forme les renvois à notre édition des Lettres dauphines dans le présent volume, p. 295 et suiv.

4 Diderot, Plan d'une université, dans Œuvres, III (Politique), éd. Laurent Versini, Robert Laffont, 1995, p.466.

5 Du refus obstiné de tout commerce intellectuel chez le Grand Dauphin (1661-1711), on trouve maint écho, notamment dans les Mémoires de Mme de Caylus et ceux de Saint-Simon, qui le dira « noyé dans la graisse et l’apathie » (Paris, Gallimard, Pléiade, 1983, éd. Y. Coirault, p.778 [année 1700]). Voir aussi t. IV, 1985, p. 79 (année 1711) : « sa paresse et sa parfaite incurie ». Le Dictionnaire du Grand Siècle (ci-après DGS), éd. F. Bluche, Paris, Fayard, 1990, art. « Monseigneur » (Evelyne Legond), a toutefois voulu faire justice de cette légende : « affable, généreux, fin et cultivé [...], le personnage le plus populaire de la famille royale ». S’il fut collectionneur et amateur de divertissements, et très certainement méconnu par Saint-Simon, il est certain qu’il ne fut pas un fin lettré, et qu’il déçut ses maîtres : voir la correspondance de Bossuet, éditée par Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, Hachette, 1909, t. II, 6 juillet 1677 (no 156) : « Il y a bien à souffrir avec un esprit si inappliqué : on n’a nulle consolation sensible, et on marche, comme dit saint Paul, en espérance contre toute espérance. »

6 Pierre Larousse ajoute trois exemples, empruntés à Ch. de Bernard, L. Véron et Ch. Labitte.

7 1884, p. 14.

8 Ibid.

9 Edmond Rostand, L'Aiglon, 1900, I, 12. Référence obligeamment fournie par M. Mund-Dopchie.

10 Illusions perdues, dans La Comédie humaine, Gallimard, Pléiade, 1952, éd. M. Bouteron, « Les souffrances de l’inventeur », p. 1020.

11 Charles Henry, Un érudit homme du monde, homme d’Église, homme de Cour : P.-D. Huet, Paris, Hachette, 1879 ; Amédée Roux, Un misanthrope à la cour de Louis XIV. Montausier, sa vie, son temps, Paris, Didier et Durand, 1860 ; Henri Druon, Histoire de l'éducation des princes de la Maison des Bourbons de France, 2 vol., Paris, 1897.

12 Sur la notion de « livre rare » et sur ces questions de catalogage, voir Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », Histoire de l’édition française, éd. R. Chartier et H.-J. Martin, t. II (Le Livre triomphant), Paris, Promodis, 1984, p. 446-467.

13 Voir p. 295 et suiv.

© UGA Éditions, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search