Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Portrait

p. 21-23


Texte intégral

1George Herbert naît le 3 avril 1593 dans le pays de Galles, à Montgomery, où se trouve le manoir de sa lignée. Il est le cinquième fils d’une fratrie de sept garçons et trois filles. Son père Richard, seigneur de Cherbury, décède trois ans plus tard. Magdalene Herbert choisit alors de s’installer à Oxford, puis à Londres, où George commence des études à l’école de Westminster, réputée pour son enseignement des langues mortes. Il fait partie de l’élite, les King’s Scholars : à ce titre, il obtient à seize ans une bourse pour l’université de Cambridge.

2La mère de Herbert aura une influence majeure sur sa pensée et ses choix de vie. Indépendante, pieuse mais enjouée, cultivée et spirituelle, elle protège notamment John Donne, qui célébrera son « visage automnal ». En 1608, le charme de Magdalene aboutit à son remariage avec Sir John Danvers, de trois ans le cadet de son fils aîné, grand créateur de jardins à l’italienne (le Dieu du « Paradis » lui doit sans doute quelque chose). Le mariage est serein, comme les liens de Herbert avec son jeune beau-père : par la suite, le frère de Sir John l’hébergera au plus fort de ses doutes, lui offrant une retraite propre à la méditation.

3À Cambridge, Herbert étudie à Trinity College, où il se rapproche de Nicholas Ferrar qui deviendra son ami et conseiller spirituel. Avec sa famille proche, Ferrar fondera par la suite au manoir de Little Gidding une communauté laïque anglicane chère à Herbert et au roi Charles ier, qui y trouvera brièvement refuge en 1645 après la débâcle de Nasby. Herbert, lui, oscille entre deux voies. 1610 voit ses débuts d’auteur : deux sonnets du nouvel an, flanqués d’une lettre à sa mère où le jeune George renie officiellement la poésie galante pour ne louer que Dieu. Dans les faits, il loue aussi le roi Jacques et les grands du royaume, espérant concilier ce monde et l’autre par le biais d’une carrière érudite à Cambridge. Alors que son frère aîné, Edward, est nommé ambassadeur en France, Herbert gravit sans peine apparente les degrés académiques : lecteur en rhétorique, Fellow de son collège, il devient à vingt-sept ans l’orateur public de Cambridge. Chargé de rédiger la correspondance formelle de l’Université et ses discours de réception, il en profite pour affûter sa maîtrise d’un « beau parler » dont il se raillera par la suite… tout en lui faisant servir sa cause poétique. Polyglotte réputé, George assistera Francis Bacon dans sa tâche de traducteur, car outre le latin et le grec, il sait l’espagnol, l’italien et le français.

4Toutefois, les années qui passent aggravent en lui une crise physique et spirituelle. George sait qu’il doit choisir entre la prêtrise, qu’il n’a jamais perdue de vue, et le monde où Edward l’a précédé et où lui-même se risque en 1623, année où il représente le bourg de Westminster au Parlement. Sa santé précaire (il n’a pas côtoyé impunément les marais de Cambridge) et divers revers de fortune l’amènent par degrés à embrasser la vocation pastorale. Nommé chanoine de la cathédrale de Lincoln en 1625, Herbert reçoit le bénéfice de Leighton Bromswold, proche de Little Gidding : sa première entreprise est de faire restaurer l’église. Un an plus tard, il est ordonné diacre ; un an après, il perd sa mère. John Donne prononcera un sermon commémoratif en présence d’Izaak Walton, futur biographe de Herbert. En 1630, ce dernier fait son choix et prononce ses vœux.

5La prêtrise anglicane ne comportant pas d’obligation de célibat, Herbert a épousé un an plus tôt Jane Danvers, parente de son beau-père. Si la version de Walton brode sur les faits – Jane, édifiée par les récits de son père, s’éprend de George in absentia et les accordailles se font en l’espace de trois jours ! – cette jeune femme pieuse et potelée (bona roba, selon un témoin) a visiblement touché le cœur de Herbert. Celui-ci renforce cet ancrage familial en recueillant trois nièces orphelines. Il est alors recteur de Bemerton, minuscule paroisse jouxtant Salisbury et sa cathédrale dans le Wiltshire. Herbert visite ses paroissiens à pied ou à cheval, quand il ne délivre pas des prêches qu’il veut simples et directs ; à ses heures de loisir, il compile les proverbes populaires et s’adonne au luth ou à la viole. Il aide à reconstruire l’église et le prieuré de Bemerton : son intérêt pour l’architecture ecclésiastique n’a d’égal que son amour de la musique sacrée.

6Mais aux poètes de son temps, les années sont comptées. John Donne s’éteint en 1631, quinze ans après Shakespeare. En 1633, c’est le tour de Herbert, miné par une tuberculose précoce. Il lègue tous ses biens à sa femme et, à Nicholas Ferrar, son « petit livre » (libellus), qu’il le laisse libre d’imprimer ou non. Rassemblés et publiés sous le titre Le Temple, ces poèmes ont un succès prompt : six rééditions en l’espace de huit ans. L’œuvre de Herbert sera encore popularisée par la biographie – hagiographie – de Walton, parue en 1670. À cette occasion, l’artiste Robert White réalise une gravure, premier portrait « officiel » de l’auteur, dont s’inspireront les suivants, notamment le vitrail qui orne à ce jour l’église de Bemerton.

7George Hebert est commémoré par l’Église d’Angleterre : sa fête a été fixée au 27 février.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.