Version classiqueVersion mobile

Personne ne bouge

 | 
Nicolas Mariot
, 
Pierre Mercklé
, 
Anton Perdoncin

Épilogue

Texte intégral

Crédits photographiques : http://www.vperemen.com/CC BY-SA 4.0.

1Nous voici arrivés au terme de cette longue traversée des premiers résultats de notre enquête. Les vingt questions que nous avons soulevées pour saisir ce qu’a été « la vie en confinement » durant le printemps 2020 ont donné lieu à de très nombreux graphiques, figures et bilans thématiques. À de nouvelles questions aussi. Peut-on, à partir de ce kaléidoscope foisonnant, dresser quelques conclusions générales sur la façon dont l’épreuve de l’enfermement a été vécue ?

2Ajoutées les unes aux autres, les contributions qu’on vient de lire dessinent un tableau qui n’est guère réjouissant. Il est en tout cas éloigné des cartes postales évoquant le « monde d’après » qui aurait émergé d’une rupture salvatrice avec un quotidien trop pressant, au cours de laquelle nous aurions toutes et tous découvert les vertus de la consommation locale, du silence et du temps pour soi. Certes, près de 4 enquêtés sur 10 ont déclaré avoir vécu la période avec le sentiment d’être « détendu » et « en forme ». Un tiers s’est même dit « heureux ». Ce n’est pas rien, et certains commentaires laissés en fin de questionnaire montrent un vrai plaisir du retrait sur soi. Mais ces descriptions enchantées restent minoritaires. Parmi les sentiments éprouvés, redisons-le, ce sont l’inquiétude (61 %), la fatigue (61 %), le stress (51 %) et l’irritation (48 %) qui ont largement dominé. De façon plus générale surtout, les données de l’enquête, considérées globalement, permettent d’avancer que les tensions, les clivages et les inégalités qui traversent notre société ont plutôt été confirmés sinon renforcés par le confinement.

3Les conséquences économiques directes de la crise ont touché de plein fouet les artisans, les commerçants et les ouvriers. La moitié d’entre eux déclarent des pertes de revenus, une diminution d’activité ou un licenciement, alors que ce n’est le cas, en moyenne, que de 23 % des répondants, et de seulement 12,6 % des cadres. De même, les ménages les plus pauvres, ceux qui gagnent moins de 1 600 euros par mois, sont plus nombreux que la moyenne à subir ces effets économiques : c’est l’inverse pour les plus aisés, ceux dont le revenu dépasse 3 000 euros mensuels. Rémunération et diplôme ont également joué un rôle protecteur vis-à-vis de l’exposition à la maladie : plus on gagne d’argent, plus on est diplômé, et plus on a pu télétravailler durant les deux mois d’interdiction de déplacement. Enfin, c’est encore le revenu qui a déterminé le lieu de confinement : pour des raisons opposées, ne plus pouvoir payer ou se donner le luxe d’un moment prolongé au vert ou au calme, ce sont à la fois les plus précaires – un cinquième de ceux qui gagnaient moins de 800 euros – et les plus aisés – 15,6 % des personnes gagnant plus de 6 000 euros par mois – qui ont le plus fréquemment changé de domicile durant la crise.

4L’âge a également été un facteur discriminant. Les jeunes adultes ont payé un lourd tribut à la situation. Parmi les actifs, ceux qui avaient moins de 30 ans sont aussi ceux qui ont le plus travaillé en extérieur et ceux qui ont le plus cessé toute activité professionnelle. Ils représentent aussi la catégorie d’âge qui déclare avoir perdu le plus de contacts sociaux au long des deux mois du confinement.

5Résultat plus marquant encore, les inégalités de genre se sont indubitablement creusées durant la période. Les femmes ont vu leur charge de travail augmenter considérablement parce qu’elles ont dû cumuler, souvent sans que cette hausse soit compensée par le conjoint ou les enfants, emploi personnel, travail domestique, aide scolaire et même la gestion à distance des liens familiaux et amicaux.

6Enfin, on ajoutera que le confinement n’a pas contribué – mais comment s’en étonner à partir du moment où la règle était l’interdiction de sortie – à l’ouverture et ni à l’épanouissement des rapports sociaux. Les personnes isolées ont vécu une épreuve particulièrement difficile : celles qui disent avoir subi un confinement solitaire sont aussi celles qui déclarent le plus avoir perdu des contacts parmi leurs proches, et ce quel que soit leur âge. En parallèle, le repli sur soi a aussi été un entre-soi : dans l’ensemble, les enquêtés se sont d’abord rapprochés de ceux qui leur ressemblent, que ce soit en termes d’âge, de diplôme ou de métier.

7Le tableau d’ensemble apparaît bien sombre. Sans doute ne surprendra-t-il pas complètement, tant il semble à l’image de ce que beaucoup ont pu ressentir, éprouver ou constater. L’accentuation des inégalités et des clivages n’a pas – jusqu’à ce jour – mis l’édifice social à terre. Pour le meilleur et pour le pire, le monde social a tenu. Mais les effets à moyen et long terme de la crise de la covid-19 sont sans doute encore devant nous. Il est probable que la fatigue, l’inquiétude et l’irritation se soient encore accrues avec les couvre-feu et le reconfinement qui ont été mis en place à l’automne 2020 avec la reprise de l’épidémie. Et, nul ne sait à présent ce qu’il adviendra de 2021, entre espoirs de vaccins et perspectives de vies (re)confinées. À ces effets psychologiques des confinements et reconfinements s’ajoutent ceux, politiques et sociaux, d’une crise économique qui se traduit déjà par une forte augmentation de la pauvreté et du chômage. C’est à l’analyse de ces conséquences que nous voudrions consacrer les suites de nos investigations, en utilisant plus finement les données déjà collectées, et en poursuivant l’enquête auprès de celles et ceux qui, par leurs patientes réponses, ont donné les matériaux qui font la chair de ce livre. Comment cette crise prolongée est-elle vécue ? Quelles modifications dans les rapports sociaux induit-elle ? Les sciences sociales ont un rôle à jouer afin d’éclairer les effets de cette crise inédite. Car dans le clair-obscur des crises naissent d’autres mondes possibles.

Table des illustrations

Crédits Crédits photographiques : http://www.vperemen.com/CC BY-SA 4.0.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/18727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© UGA Éditions, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search