Version classiqueVersion mobile

Personne ne bouge

 | 
Nicolas Mariot
, 
Pierre Mercklé
, 
Anton Perdoncin

Introduction

Texte intégral

1Vingt questions simples, toutes centrées sur ce que fut l’expérience du premier confinement imposé à la société française, au printemps 2020, pour faire face à l’épidémie liée à la covid-19 ; vingt questions qui donnent lieu à autant de courts chapitres ; vingt questions qui s’efforcent de déboucher, chacune, sur une réponse claire. L’objectif de ce livre est transparent : il s’agit de proposer un premier tour d’horizon, conçu pour être accessible au plus grand nombre, des résultats d’une enquête sociologique réalisée au cœur même de l’événement, entre le 14 avril et le 11 mai 2020. Durant ces quatre semaines, plus de 16 000 personnes vivant dans tous les départements de l’Hexagone ont accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d’entre elles de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu, où la règle voulait que chacun·e accepte de restreindre drastiquement ses contacts sociaux en restant chez soi. Ce sont leurs cadres de vie et leurs conditions de travail, leurs occupations, leurs réactions et leurs sentiments qui constituent le matériau, la chair de ce livre.

2Fruit d’une enquête collective menée dans le temps même de la crise, ce livre est publié à distance, près d’un an plus tard. Ce temps nécessaire à l’analyse sociologique et à la publication des travaux scientifiques est toujours susceptible de donner des sciences sociales l’image d’un discours à contretemps, voire en retard face à l’abondance des récits immédiats, « à chaud », qui nourrissent – et parfois saturent – nos façons de voir et de comprendre le monde qui nous entoure. Le pari que nous prenons est pourtant celui-là : regarder dans le rétroviseur de l’actualité avec les outils des sciences sociales permet non seulement de garder une trace et de documenter un moment important – historique par bien des aspects – de la vie collective, mais aussi et peut-être surtout de rompre avec certaines des images dominantes qui se sont forgées et stabilisées, et qui offrent aux individus un miroir déformant de leur propre passé. Au moment où nous écrivons ces lignes, de nombreux autres pays en Europe et dans le monde connaissent, sous diverses formes, un second épisode de confinement. Montrer les ruptures, les divisions et les inégalités qui ont structuré l’expérience collective du confinement du printemps 2020, c’est ainsi se donner les moyens de mieux comprendre ses répliques et ses conséquences au long cours, jusqu’à aujourd’hui.

Une enquête sociologique de grande ampleur

3On le perçoit immédiatement : quand bien même il pourra être question, dans les pages qui suivent, de l’acceptation ou non des mesures barrières, l’étude que nous avons initiée ne porte ni sur l’aspect sanitaire ou épidémiologique de l’événement – des collègues spécialistes en traitent bien mieux que nous –, ni sur la façon dont les personnes résidant en France ont jugé la gestion gouvernementale de la crise. Non, elle porte sur le cœur social de l’épisode : l’obligation qui nous a été imposée, deux mois durant, sinon de « ne plus bouger », du moins de restreindre drastiquement nos libertés d’aller et venir, de nous réunir ou de contribuer aux affaires communes. En ce sens, l’enquête sur « La vie en confinement » (Vico) a eu clairement pour objectif de produire des connaissances d’un type particulier, des connaissances sociologiques, à propos des conséquences de la pandémie sur la vie quotidienne. Pour comprendre en quoi la crise peut intéresser de façon toute particulière des spécialistes de sciences sociales, il faut repartir des spécificités du confinement lui-même. Il s’agit en effet d’une situation qui, au plan social, a pour caractéristiques d’être imposée légalement, d’empêcher les contacts avec autrui et de contraindre les déplacements, enfin de toucher, de façon inégale dans son ampleur et dans sa matérialité, l’ensemble des milieux sociaux et des territoires de notre société. À n’en pas douter, la conjonction de ces éléments a fait de l’épisode un événement historique tout à fait exceptionnel. Parce qu’il met à mal nos liens ordinaires à autrui, parce qu’il questionne notre obéissance à l’État, parce qu’il le fait au même moment et pour la totalité des citoyen·nes de ce pays, le confinement est aussi un événement sociologique au sens fort du terme.

4Sous cet angle, l’obligation de rester chez soi produit ou fabrique des transformations non seulement de nos opinions et perceptions du monde mais, plus profondément peut-être, de nos pratiques et manières d’être elles-mêmes. La précision n’est pas négligeable sur deux points au moins. D’une part, ces changements effectifs de pratiques, qu’ils soient choisis ou forcés, sont sans doute plus aisément mesurables que des changements d’opinion ou d’état d’esprit. Décider d’un lieu de confinement, respecter ou non les règles de sortie, adopter ou non les gestes barrières, changer ou non d’interlocuteur : à chaque fois, l’alternative posée s’incarne de façon éminemment concrète et objectivable. D’autre part, en raison même de leur dimension physique, corporelle, ces changements de pratiques atteignent très directement nos liens à autrui et nos façons de nous comporter en public, des plus intimes aux plus collectives. Qu’il s’agisse des modifications du salut avec la fin du serrement de mains ou des embrassades, du voilement de la face via le port du masque, des évitements en public, des interdictions et obligations diverses (dans la cour d’école, au travail, dans les lieux publics), on peut penser qu’ils sont susceptibles d’avoir des répercussions aussi profondes que fondamentales sur la définition même des liens sociaux, autant envers nos concitoyen·nes qu’en direction des autorités publiques.

Comment enquêter sur le confinement… quand on est confiné ?

5On l’a compris : le confinement posait des questions tellement inédites qu’il n’était pas possible d’y répondre autrement qu’en interrogeant celles et ceux à qui il s’imposait. Mais, confiné·es nous-mêmes, il ne nous était pas possible, dans des délais aussi courts et avec des moyens limités, de disposer d’un échantillon tiré au sort dans la totalité de la population, comme pour les enquêtes de la statistique publique. En raison toujours de l’enfermement, il était en outre interdit de procéder comme le font par exemple les enquêteurs de l’Insee, en se rendant au domicile des enquêté·es pour les interroger en face-à-face. Nous avons donc fait le choix d’élaborer un questionnaire en ligne et de le diffuser auprès du public le plus large possible.

6Dans ce but, quatre modes de diffusion de l’invitation à remplir le questionnaire ont été mis en œuvre. Le premier a consisté à prendre appui sur les différents réseaux personnels des chercheur·es membres de l’équipe pour obtenir, par effet « boule de neige », la constitution d’un premier sous-groupe. Ensuite, les réseaux familiaux et amicaux des étudiant·es des facultés françaises de sociologie ont été mobilisés, avec l’aide active de plus d’une soixantaine de collègues enseignant·es et chercheur·es en sociologie et en sciences sociales à travers toute la France. Dans un troisième registre, le lien vers le questionnaire a été diffusé et relayé en ligne, sur des pages personnelles ou des pages de groupes Facebook choisis de façon à atteindre des personnes dont il est habituellement plus difficile d’obtenir les réponses à de telles enquêtes (notamment des pages collectives de militant·es « Gilets jaunes », ou d’artisan·es du BTP). Enfin, nous avons également obtenu de nombreuses réponses (plus de 30 % du total) en sollicitant les rédactions des quotidiens régionaux. Plus d’une vingtaine de titres ont répondu positivement à notre requête : par ordre de parution des annonces, il s’agit de La Provence, Corse Matin, les huit titres du groupe Centre France (La Montagne, Le Populaire du Centre, La République du Centre, Le Berry républicain, L’Yonne républicaine, L’Écho républicain, Le Journal du Centre et L’Éveil de la Haute-Loire), Sud-Ouest, La Marseillaise, Le Télégramme de Brest, Le Courrier picard, L’Est républicain et Le Républicain lorrain, La Voix du Nord, L’Est Éclair, Libération Champagne, La Dépêche du Midi et enfin Ouest-France. Ajoutons-leur l’accord de diffusion du site Actu.fr, qui regroupe, pour la France entière, un ensemble de 93 journaux locaux (dont 15 gratuits et 77 hebdomadaires). Il nous faut très sincèrement remercier ces rédactions pour avoir accepté de nous aider : le relais offert par la presse régionale a grandement contribué non seulement à toucher un très grand nombre de répondant·es, mais aussi à ce que nous parvenions à « couvrir » correctement l’ensemble du territoire, à la fois géographiquement et du point de vue de la taille des communes représentées.

Qui a répondu au questionnaire sur « La vie en confinement » ?

7En termes strictement quantitatifs, la combinaison de ces modes de diffusion a été une vraie réussite puisque plus de 16 000 personnes ont rempli l’intégralité du questionnaire. La taille de l’échantillon ainsi obtenu est donc particulièrement élevée. C’est beaucoup plus en effet que pour les sondages d’opinion, qui ne portent le plus souvent que sur environ un millier de personnes. Et c’est même significativement plus que dans les enquêtes habituelles de la recherche publique en sciences sociales, dont les échantillons comportent généralement moins de 10 000 personnes. La grande taille de l’échantillon de l’enquête Vico présente des avantages certains. D’abord, et ce n’est pas rien, la richesse des données permet de documenter un plus grand nombre de « vies en confinement » individuelles. Ensuite, elle offre la possibilité d’analyser beaucoup plus finement et précisément les conditions de confinement de groupes sociaux ou de profils minoritaires, qui dans les enquêtes habituelles ne se comptent parfois que sur les doigts d’une ou deux mains et ne peuvent donc jamais être étudiés statistiquement. Les chapitres 5 et 13 sont ainsi respectivement consacrés à l’étude des seul·es soignant·es et étudiant·es, soit respectivement 603 et 1 576 des 16 000 enquêté·es.

8La médaille a bien sûr son revers. La diffusion en ligne de l’enquête a permis de recueillir un très grand nombre de réponses, mais elle a aussi produit, sans surprise, ce qu’on appelle des « biais d’échantillonnage ». Cela veut dire que sur un certain nombre de critères, les caractéristiques des personnes qui ont répondu à l’enquête diffèrent significativement de celles de l’ensemble de la population à laquelle elles appartiennent. Dans l’ensemble, on observe une « surreprésentation » des diplômé·es et des catégories sociales supérieures, mais aussi et peut-être surtout des jeunes et des femmes. Contrairement à l’habituelle « pyramide des âges » de la France, aux allures de toupie relativement symétrique et dont la base s’est petit à petit rétrécie au cours des dernières décennies avec le vieillissement de la population, celle de notre enquête a une allure bien spécifique (voir Graphique 1 ci-dessous) : il y manque un nombre important de personnes âgées et d’hommes de toutes les catégories d’âges.

Graphique 1. Répartition par sexe et par âge des répondants à l’enquête Vico (en %)

Graphique 1. Répartition par sexe et par âge des répondants à l’enquête Vico (en %)

Sources : Enquête Vico, 2020, et INSEE, https://www.insee.fr/​fr/​statistiques/​fichier/​1892088/​pop-totale-france-metro.xls.
Champ : Personnes résidant habituellement en France et âgées de 18 ans ou plus (N = 16 224).
Lecture : la pyramide des âges de l’enquête Vico est représentée par les barres étroites, et celle de la France par les barres plus larges en arrière-plan. 2,4 % des personnes ayant répondu à l’enquête Vico sont des hommes âgés de 18 à 24 ans, alors que 5,2 % des personnes résidant en France sont des hommes âgés de 18 à 24 ans.

9Certains de ces biais semblent parfaitement logiques au regard des particularités du dispositif d’enquête. D’abord, il s’agit d’un questionnaire sociologique dont le format, d’allure administrative ou scolaire, a pu apparaître trop aride voire rébarbatif aux moins diplômé·es – qui sont plus souvent des hommes que des femmes. Ensuite, le thème de l’enquête, qui porte en bonne part sur la sociabilité et les liens personnels, a pu accentuer encore la participation féminine : le fait que ce soient elles qui, le plus souvent, prennent en charge les relations familiales et amicales du foyer peut expliquer qu’à l’intérieur de chaque ménage, ce sont aussi elles qui ont plus souvent répondu à l’enquête. Enfin, le questionnaire devait être rempli en ligne, ce qui suppose de disposer d’un accès à internet, plus rare chez les plus de 70 ans. Il n’est donc pas étonnant de constater que celles-ci et ceux-ci ont moins souvent répondu à l’enquête que les autres.

10Ces biais d’échantillonnage ne constituent pas cependant des obstacles insurmontables à l’analyse. D’une part, il est en effet possible de « redresser » les données en utilisant des techniques de « pondération » habituelles dans ce genre de recherche, qui consistent à donner à chaque répondant·e un coefficient individuel différent, qui dépend de son profil sociodémographique : le poids des répondant·es surreprésenté·es (par exemple les classes supérieures, les femmes, les jeunes…) est diminué, alors que celui des répondant·es sous-représenté·es (les classes populaires, les hommes, les personnes âgées…) est augmenté, ces dernier·es étant en quelque sorte compté·es plus d’une fois pour compenser le fait que les groupes auxquels ils et elles appartiennent ont moins souvent répondu à l’enquête. Dans les chapitres qui suivent, les auteur·es ont utilisé alternativement les données d’origine ou celles « après redressement ». Dans chaque cas, on précise évidemment s’il s’agit des unes ou des autres. Pour les personnes qui souhaitent en savoir plus sur les questions posées, la formulation des variables explorées ou encore sur les méthodes de redressement statistique, des compléments électroniques sont disponibles sur le site de la collection « Carrefours des idées », sur la page dédiée à l’ouvrage.

*

11D’autre part, les biais d’échantillonnage sont en partie compensés non seulement par le grand nombre des réponses collectées, on l’a vu, mais encore par la richesse des informations confiées par de très nombreux·ses enquêté·es. Près de 4 000 d’entre elles et eux (soit presque un·e sur quatre) ont en effet utilisé l’espace de commentaire libre proposé à la fin du questionnaire pour raconter leur confinement et évoquer, parfois en quelques phrases, parfois dans des textes beaucoup plus longs, leurs difficultés matérielles et leurs sentiments. Cette prise de parole, massive, donne à voir, sinon la « représentativité », du moins l’immense variété des situations de confinement.

12On y découvre, peut-être plus souvent que ce que nous attendions, des gens souvent heureux d’avoir arrêté le travail ou de travailler à distance, du moins quand leur revenu n’en a pas été affecté. Des privilégié·es qui prennent très clairement conscience de l’être, et qui ne sont pas les plus pressé·es d’un retour à la « vie normale »… Assez nombreuses sont ainsi les personnes qui avouent que le confinement, pour différentes raisons, leur « fait du bien », selon une expression récurrente dans ces commentaires. De l’autre côté, sans surprise excessive, il y a des précarités et des inquiétudes professionnelles et financières fortes, des conditions matérielles et sociales de confinement très difficiles à supporter, et aussi des situations individuelles de profonde détresse psychologique, comme dans le cas de cette ouvrière en usine de 57 ans qui vit en Île-de-France :

Dans mon immeuble situé en centre-ville, il y a pas mal de personnes âgées. Certains couples jeunes. Le confinement les rend fous, il y a actuellement beaucoup de tensions, de cris de violences sur les femmes, j’appelle souvent le 17 qui heureusement se déplace très rapidement. Avant le confinement nous entendions pas ce genre de choses, la violence verbale, autant que physique est devenue quotidienne pour certains. Ça me met en colère, me déprime un peu. J’essaie d’aider au maximum les personnes âgées de mon immeuble, pour faire leurs courses à leur place, mais je suis fatiguée de voir, d’entendre les bruits de plus en plus forts dans mon immeuble jour et nuit, ça fait péter un câble.

Rassemblés, ces commentaires offrent au lecteur une extraordinaire fenêtre sur « d’autres vies que la sienne », pour paraphraser le titre d’un livre d’Emmanuel Carrère.

Logement, travail et sociabilité : ce que le confinement nous a fait

13Les caractéristiques sociales particulières du confinement – le fait qu’il engage, apparemment sans distinction de classe, les rapports aux autorités et les liens à autrui – sont au fondement des questions que nous avons souhaité aborder dans les trois grandes parties de cet ouvrage. Elles reprennent les trois grands volets de l’enquête : la situation vis-à-vis du logement et du travail d’abord, les différentes manières de vivre le confinement ensuite, la transformation des liens sociaux enfin.

14En premier lieu, le confinement représente un remarquable observatoire des inégalités dans la société française. Précisément parce qu’elle s’applique de façon supposément égale à toutes et tous et dans l’ensemble des départements, l’obligation de s’enfermer à domicile met en lumière des différences sociales et des variations locales très marquées dans les capacités des ménages à faire face à la crise. La première partie porte donc sur la matérialité du confinement. Plusieurs contributions abordent la question des conditions différentielles de logement, celle de l’évolution des relations de voisinage, ou le cas des ménages qui ont choisi de changer de domicile pour l’occasion. En parallèle, d’autres textes sont consacrés aux différentes modalités de poursuite du travail, ou encore aux conséquences de la crise sur l’emploi et les revenus. Pour beaucoup d’individus en effet, le confinement s’est accompagné d’une modification sans précédent des situations de travail : alors que certain·es ont dû poursuivre leur activité professionnelle « normale » tout au long de la période, de nombreux·ses salarié·es se sont retrouvé·es pour la première fois en « chômage partiel » indemnisé par l’État (11,3 millions) quand d’autres ont dû s’adapter sans préparation au télétravail. Parmi les chapitres qui traitent ces enjeux, deux groupes professionnels sont plus particulièrement observés : les soignant·es d’une part, les métiers sujets à contacts sociaux de l’autre.

15Selon que l’on continue ou non de travailler en extérieur après le début du confinement, selon les moyens financiers et matériels à disposition de chaque famille, selon le lieu de vie et le métier exercé, les possibilités de supporter correctement l’enfermement et les façons de le vivre apparaissent immensément variables. On pourrait dire qu’avec la deuxième partie du livre, nous pénétrons plus résolument au cœur même des maisons et des appartements pour observer la variabilité des vécus individuels et familiaux. Les chapitres s’intéressent successivement aux transformations de la perception du temps, à la difficile gestion des devoirs scolaires par les parents, aux rapports de genre imposés par la confrontation quotidienne des couples, à la situation spécifique des étudiant·es ou encore à l’évaluation par les enquêté·es mêmes de l’état de leurs humeurs et de leurs sentiments au long de ces deux mois. Trois contributions abordent enfin le rôle des attitudes politiques dans la perception de la situation, qu’il se soit agi d’aller voter aux municipales ou de respecter gestes barrières et règles de sortie. Parce qu’il est une obligation imposée légalement, contrôlée par les forces de l’ordre et soumise à contravention, le confinement représente en effet une occasion inhabituelle d’interroger la réalité et l’ampleur du conformisme social dans notre société. En quelques heures rappelons-le, le gouvernement a montré sa capacité à obtenir de l’ensemble de la société qu’elle accepte de s’enfermer elle-même et de restreindre drastiquement ses libertés d’aller et venir. Là encore, les événements du printemps n’ont pas manqué de soulever de nombreuses questions, auxquelles nous nous efforçons de répondre en scrutant les différences sociales vis-à-vis de l’acceptation des règles et de leur contrôle.

16Troisième et dernier aspect pour nous décisif, le confinement constitue une occasion littéralement hors norme de réfléchir, en creux puisqu’à partir d’un empêchement, à ce qui fait l’ordinaire de nos liens, de nos réseaux et de nos sociabilités. En quoi l’obligation de rester chez soi a-t-elle été l’occasion d’une réflexion intime sur nos relations quotidiennes ? En quoi a-t-elle conduit chacun·e d’entre nous à nous demander qui nous manquait, qui comptait vraiment et pourquoi ? En quoi, encore, nous a-t-elle amené·es à reprendre des nouvelles de celles et ceux dont on s’était éloigné, mais aussi à instaurer des relations nouvelles avec des voisin·es resté·es jusque-là inconnus ? Voilà quelques-unes des questions qui sont abordées dans la troisième et dernière partie du livre, dont les différentes contributions s’intéressent à la manière dont le confinement a pu éprouver voire suspendre les liens ordinaires, à ses effets sur les relations entre collègues, au rôle des technologies numériques dans le maintien des relations, ou encore aux situations de solitude. Les réponses apportées dans cet ouvrage nous semblent susceptibles d’éclairer la réalité des formes de solidarité et de cohésion d’une lumière nouvelle produite par la situation inédite, et donc en quelque sorte expérimentale, où elles ont été entravées.

17Comment synthétiser les principales caractéristiques de ce voyage ou de cette traversée du confinement ? Disons que dans l’ensemble, les lois qui régissent le monde social ordinaire, loin de se défaire, ont plutôt résisté, pour le meilleur ou pour le pire, à l’enfermement prolongé. Pour le dire trop vite, les inégalités sociales ont pesé d’autant plus fortement, les différences de genre ont eu tendance à s’accentuer encore, les représentations politiques et morales à guider les choix face aux interdictions et obligations. C’est à la marge seulement que se sont parfois glissées des confirmations ou des envies nouvelles : un désir de temps pour soi, un besoin d’air frais aussi.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Répartition par sexe et par âge des répondants à l’enquête Vico (en %)
Légende Sources : Enquête Vico, 2020, et INSEE, https://www.insee.fr/​fr/​statistiques/​fichier/​1892088/​pop-totale-france-metro.xls.Champ : Personnes résidant habituellement en France et âgées de 18 ans ou plus (N = 16 224).Lecture : la pyramide des âges de l’enquête Vico est représentée par les barres étroites, et celle de la France par les barres plus larges en arrière-plan. 2,4 % des personnes ayant répondu à l’enquête Vico sont des hommes âgés de 18 à 24 ans, alors que 5,2 % des personnes résidant en France sont des hommes âgés de 18 à 24 ans.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/18497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© UGA Éditions, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search