Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement de l'italien en France (1880-1940)

 | 
Jérémie Dubois

Conclusion

Texte intégral

  • 1 A. Dulphy, R. Franck, A. -M. Matard-Bonucci, P. Ory (dir.), Les relations culturelles international (...)

1Dans l’histoire des rapports franco-italiens, les professeurs d’italien en France occupent ainsi une place singulière. Par leurs formations, souvent effectuées dans les deux pays, par leurs carrières scandées de séjours dans l’une ou l’autre nation, et enfin, par leurs activités de pédagogues ou de chercheurs transmettant une langue, une culture mais aussi une image multiforme de l’Italie à différentes époques, ils interviennent dans des processus de construction de représentations réciproques. En ce sens, les professeurs d’italien participent bien, comme acteurs et comme vecteurs, aux relations culturelles internationales dont l’étude est actuellement en plein renouveau1. Sans que leur action se situe directement sur le plan de la diplomatie culturelle, ils jouent un rôle effectif dans la structuration à différentes échelles de sociabilités plurinationales.

2La singularité de cette période, marquée par le processus de différenciation disciplinaire d’où sont issues les études italiennes modernes, tient à l’imbrication des questions intellectuelles et pédagogiques avec les enjeux patriotiques, stratégiques et militaires. L’Allemagne, de la sorte, représente tour à tour un aiguillon et une entrave au développement de l’italien en France.

  • 2 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959.

3Bien que les campagnes de Charles Dejob en faveur de l’organisation des études italiennes en France n’aient pas été prises en compte par Claude Digeon dans son ouvrage majeur sur la crise allemande de la pensée française après la défaite de 18702, l’organisation progressive de la discipline ressortit pleinement du processus plus large de réaction intellectuelle au traumatisme de Sedan. Une mise en abîme s’observe : en 1894, lorsqu’est fondée la Société d’études italiennes, l’italien est une langue isolée au plan scolaire et inexistante sur le plan universitaire. La France, traverse également une phase de relatif isolement diplomatique et militaire, lié à l’ombre portée du désastre du traité de Francfort, entérinant l’amputation du territoire national à la suite de l’effondrement des armées françaises devant les troupes bismarckiennes. Certes, une alliance défensive fut conclue avec la Russie en 1892, mais la France manque cruellement d’alliés en Europe, à l’heure où Guillaume II affirme les aspirations conquérantes du nouvel Empire allemand. L’ambition de Charles Dejob visait à combattre simultanément ces deux isolements en les conjurant l’un par l’autre : pour mieux convaincre l’Italie de renoncer aux alliances austro-allemandes qu’elle avait nouées depuis 1882, il fallait lui donner des preuves de l’intérêt que la France portait à sa langue et à sa culture. Il fallait que se structurent des études italiennes capables de soutenir la comparaison avec d’autres langues et disciplines. L’ambition du projet visant à utiliser une discipline inconstituée comme levier des relations franco-italiennes et plus largement comme instrument dans les relations européennes aurait tout pour évoquer les lances de Don Quichotte pointées contre des moulins à vent si la mobilisation initiée n’avait pas eu une visibilité franco-italienne réelle et des résultats tangibles : l’ouverture du premier cours universitaire d’italien en France à la faculté des lettres de Grenoble en 1895, puis celle des concours d’agrégation d’italien et d’espagnol en 1900, année où Charles Dejob devint le premier maître de conférences d’italien à la Sorbonne. Au plan de l’histoire de l’éducation, donc, l’argument qui a consisté à mettre en avant la nécessité patriotique de structurer un enseignement de l’italien a fonctionné. Sous l’angle de l’histoire des relations internationales, les critiques mêmes dont la Société d’études italiennes fit l’objet en France marquent bien l’écho qu’elle a rencontré, puisque sans cesse il lui fallut faire profession de patriotisme et démontrer que le souci de valoriser et d’installer l’italien en France ne relevait pas d’une forme de complicité intellectuelle avec le jeune royaume d’Italie, mais bien d’une ambition culturelle et politique, imprégnée d’un patriotisme militant, ne pouvant d’abord s’exprimer qu’à mots couverts. En Italie, l’écho rencontré dans la presse par les campagnes épistolaires destinées à faire connaître outre-monts les efforts déployés en faveur de l’italien dans la capitale française a été réel, relayé notamment par des personnalités comme Ruggiero Bonghi, qui chercha même à fonder une Société d’études françaises à Rome.

4La stratégie destinée à rompre l’isolement qui entourait l’italien en France n’a jamais transformé cette mobilisation en mouvement véritablement ouvert : très tôt, Charles Dejob a borné, tant en France qu’en Italie, le champ de prospection de ses soutiens. La poursuite discrète d’un objectif politique lui a semblé imposer de ne pas ouvrir les portes de son groupement aux partisans les plus connus du rapprochement franco-italien actifs dans la péninsule, afin de ne pas s’aliéner leurs nombreux adversaires. L’argument, mis en avant pour justifier l’exclusion du courant des garibaldiens et du versant le plus avancé de la gauche italienne n’est pas sans renvoyer aussi à la culture politique autour de laquelle s’est fédéré le renouveau de l’italianisme en France, celle d’un conservatisme social associé à des convictions religieuses militantes, sur lesquelles se retrouvaient aussi bien le député catholique Henry Cochin que Charles Dejob ou Henri Hauvette. Ce dernier y intègre ouvertement, au début de sa carrière en 1897, une dimension xénophobe, lorsqu’il fustige les travailleurs piémontais franchissant les Alpes.

5Charles Dejob s’est gardé de telles prises de positions mais il a, en revanche, délibérément amputé les racines de l’italianisme français des apports qu’auraient pu fournir les Italiens de France. Les milieux influents en Italie sont aussi méthodiquement sollicités pour adhérer à la Société d’études italiennes que les Italiens de France en ont été dissuadés. Ce principe d’exclusion, essentiel d’un point de vue de l’histoire sociale de la discipline, n’est pas sans rapport avec une concurrence économique entre les différents acteurs susceptibles d’assurer l’enseignement de l’italien en France, concurrence que le concours d’agrégation, réservé aux fonctionnaires français, tranche durablement au détriment des ressortissants italiens vivant en France. Ce modèle protectionniste n’est toutefois pas spécifique à l’italien durant la période puisque l’agrégation est, pour les différentes langues vivantes, un dispositif dont l’une des fonctions a consisté à réserver des débouchés aux diplômés français de la discipline.

Une langue scolaire modernisée ?

6Les effets de l’institution d’une agrégation d’italien sur l’organisation de la discipline sont contrastés. Ce nouveau concours représente une étape décisive dans l’effort destiné à intégrer au système pédagogique français un idiome scolaire encore très enclavé à la fin du XIXe siècle. En normalisant les cursus universitaires puis les carrières associés à cette langue étrangère, l’agrégation tend à la nationaliser, à lui donner une légitimité dans le système éducatif français. Là où l’italien scolaire faisait figure de langue vieillie à force d’être tenue à l’écart des réformes de l’enseignement des langues vivantes, l’institution de l’agrégation, qui s’accompagne d’un développement des licences d’italien proposées dans les universités françaises permet un véritable renouveau. La création d’une mission d’inspection générale des classes d’italien, confiée à Charles Dejob en 1903, permet aux italianisants de ne plus être inspectés « à charge » par des inspecteurs généraux de langues vivantes, en réalité spécialistes d’anglais ou d’allemand et désireux de maintenir l’avantage de ces langues.

7Les effets de rénovation introduits par le concours ont toutefois leurs limites. En premier lieu, l’agrégation n’ouvre longtemps que des perspectives incertaines aux nouveaux lauréats, en raison de la rareté des postes à temps plein en lycée véritablement ouverts. De surcroît, ceux qui voient dans leur réussite à l’agrégation la préfiguration d’une nomination à l’université ont bien souvent été contraints à tempérer leurs aspirations : des agrégés de lettres ou de grammaire, comme Henri Hauvette, Julien Luchaire, Gabriel Maugain ou Paul Hazard occupèrent longtemps les positions dominantes de la discipline, contrôlant la reproduction du corps par leur présence au jury de l’agrégation d’italien. Aucun agrégé d’italien n’est titulaire d’un poste à la Sorbonne avant la nomination d’Henri Bédarida au milieu des années 1930. À Strasbourg, cette évolution intervient encore plus tardivement, en 1945, avec la retraite de Gabriel Maugain. La lenteur du renouvellement des élites de la discipline favorise une forme de progressive sclérose, comme lorsque des histoires littéraires italiennes parues à la fin du XIXe siècle demeurent des supports de référence pour le concours près de trente années plus tard. L’accès d’Henri Bédarida à la présidence du jury de l’agrégation en 1936 va se traduire par un renouveau des instruments de travail proposés aux candidats et par une sorte d’italianisation du concours : la question de la prononciation de la langue italienne gagne en importance, là où les jurys précédents se focalisaient surtout sur l’accentuation des passages latins que les candidats devaient lire et traduire.

Enseigner l’italien ou promouvoir l’Italie ?

8Le déclenchement de la Grande Guerre provoque une intégration sélective de l’italien dans le système pédagogique national. Au plan universitaire, les deux principaux représentants de la discipline, Henri Hauvette à la Sorbonne et Julien Luchaire à l’Institut français de Florence, se portent, chacun à leur façon, aux avant-postes de la lutte contre l’ennemi, non sans poursuivre parallèlement une rivalité interne au champ disciplinaire, à la fois personnelle et institutionnelle, opposant à travers eux les universités de Paris et Grenoble. L’alliance combattante franco-italienne suscite en France un regain d’intérêt pour la culture et la langue transalpines qu’Henri Hauvette s’attache à capter au sein de l’Union intellectuelle franco-italienne. Le cercle des soutiens des études italiennes s’élargit et se politise dans un cadre de guerre, jusqu’à s’attirer les subsides de l’Italie elle-même, qui subventionne les activités de cette association organisée en foyer de l’italophilie en France. L’enjeu de la diffusion de l’italien devient à nouveau un moyen au service d’une fin non scolaire : l’entretien d’une amitié politique entre les deux nouveaux alliés.

9Une forme d’illusion lyrique se dissipe rapidement après la guerre : tandis que Julien Luchaire quitte la direction de l’Institut français de Florence, les études italiennes doivent s’adapter à un contexte de paix qui leur fait perdre une partie de leur utilité stratégique spécifique. L’héritage de la guerre est de nature à renforcer le pouvoir intellectuel de l’université de Paris sur les autres foyers de diffusion universitaire de l’italien. Le siège de la revue de référence de l’italianisme français passe de Bordeaux à Paris, lorsque le Bulletin italien cède la place aux Études italiennes, en 1919. Cette revue universitaire a été créée à partir des crédits italiens de propagande de guerre reçus par l’Union intellectuelle franco-italienne pendant le conflit, crédits dont les versements cessent avec la paix, au grand dam de son président, Henri Hauvette. L’exaltation provoquée par le sentiment qu’ont eu certains représentants de l’italianisme français de participer depuis l’arrière à l’effort de guerre en faisant connaître l’Italie va se prolonger en temps de paix par une volonté de démontrer la part de modernité intrinsèque à la société et à la culture italiennes d’après-guerre. La part des études consacrées au Moyen Âge reflue progressivement dans les colonnes de la revue parisienne, pour céder la place à des articles destinés à défendre et illustrer l’intensité des innovations observables en Italie, comme des exposés sur le développement et les usages de l’électricité dans la péninsule. L’objet même des études italiennes évolue : il ne s’agit plus principalement de rendre compte de la culture italienne comme système de signes culturels et artistiques mais bien de valoriser une nation, envisagée comme une forme de civilisation. Une forme d’inversion du rapport au temps s’observe au sein de la revue : là où, en 1901, le Bulletin italien exprimait implicitement une échelle de valeur selon laquelle les objets d’étude étaient d’autant plus légitimes et dignes d’intérêt qu’ils étaient anciens, c’est bien une valorisation de principe du nouveau et du renouveau qui sourd dans l’italianisme universitaire d’après-guerre, comme en témoigne plus largement, dans l’entre-deux-guerres, l’orientation de plus en plus contemporaine des sujets retenus pour les mémoires de diplômes d’étude supérieurs.

10La principale rupture liée à l’installation du fascisme outre-monts n’intervient pas immédiatement. La réception bienveillante du fascisme par Henri Hauvette se situe dans la continuité d’une position publique structurellement italophile ; elle se double toutefois d’une forme d’admiration pour un régime brocardant les codes et les rythmes du parlementarisme. Cette réception positive du fascisme par celui qui possède la haute main sur les études italiennes en cumulant les quatre leviers de commandement disciplinaire – la chaire en Sorbonne, la présidence régulière du jury d’agrégation, les fonctions d’inspection générale et la présidence du principal groupement associatif d’italianisants, l’Union intellectuelle franco-italienne, va s’avérer durable, celui-ci entretenant des liens institutionnels directs avec la direction des Italiens à l’étranger du ministère à Rome. La position d’Henri Hauvette est toutefois demeurée davantage marquée par un intérêt complaisant pour le fascisme italien que par un militantisme ouvert en faveur du régime. Une des limites du soutien d’Henri Hauvette à la cause fasciste tient à sa collaboration de longue durée avec un lecteur d’italien en Sorbonne recruté par lui bien avant la marche sur Rome et conservé à ses côtés malgré ses positions distantes vis-à-vis des stratégies de propagande mussoliniennes.

11En revanche, le grand changement introduit par le fascisme italien dans l’organisation de la discipline en France tient à la participation d’une ampleur sans précédent d’acteurs italiens dans la diffusion de l’idiome transalpin au sein des universités françaises. Les études italiennes dans l’entre-deux-guerres sont transformées par la multiplication du nombre des lecteurs d’italien. Si des italophones étaient déjà recrutés par les universités à Grenoble et Paris dès le début du siècle, c’est un système entièrement nouveau qui se met en place au début des années 1930. Un découplage s’opère entre les lecteurs italiens et les enseignants français puisque des lectorats sont créés dans des universités non dotées d’un enseignement spécifique en italien, comme à Dijon, Toulouse ou Nancy. Par le biais d’initiatives prises à Rome, c’est directement le régime de Mussolini qui s’immisce dans les amphithéâtres de ces facultés des lettres, en finançant et en choisissant des enseignants tenus d’être inscrits au parti national fasciste et de rendre des comptes à Rome sur leur action pédagogique et politique dans des établissements supérieurs français. La discipline possède alors une structure duale et ambiguë, puisque certains pôles universitaires décernent des diplômes nationaux, comme le DES d’italien, tandis que d’autres vont délivrer des diplômes spécifiques aux différentes facultés des lettres concernées, principalement préparés sous la responsabilité du seul lecteur. L’ambiguïté de la situation tient au fait que les acteurs centraux de la discipline, s’ils contestent parfois la valeur des diplômes décernés en dehors du cadre national, savent aussi que la généralisation de l’enseignement de l’italien dans les universités françaises par le biais des lecteurs envoyés par l’Italie fasciste est, à terme, un moyen d’augmenter l’audience de leur spécialité. Le nombre des candidats à l’agrégation d’italien, en forte hausse à la fin des années 1930, s’explique aussi par le fait qu’une partie des personnes ayant suivi des cours dans des centres organisés par un lecteur sont ensuite allées conquérir un diplôme de DES auprès d’une université habilitée à le décerner pour pouvoir postuler au concours. En ce sens, le développement des lectorats d’italien a contribué à renforcer l’assise nationale de la discipline.

12Le régime fasciste a su négocier avec les autorités académiques locales, par le biais de ses consuls, et utiliser à plein les effets de compétition entre les centres universitaires pour imposer sa stratégie consistant à créer autour d’un lecteur des centres de propagande utilisant comme vecteur d’action la promotion de la langue et de la culture italiennes. Ces analyses ne doivent pas masquer les situations dans lesquelles la stratégie du gouvernement de Rome a été mise en échec par la résistance d’italianisants. À Grenoble, où prévalent un recrutement et un financement du lecteur par l’université, les efforts du consul local pour tenter d’imposer un candidat ayant les faveurs du régime échouent et c’est contre sa volonté que Victor Del Litto est nommé lecteur d’italien.

13En définitive, la stratégie de pénétration linguistique et culturelle italienne a présenté plus d’esprit de suite et de détermination que n’en ont témoigné les autorités françaises chargées de la gestion de la question dans l’entre-deux-guerres. La réactivité des acteurs français face à la transformation des cours du soir d’italien en système de propagande fut d’autant plus lente qu’elle a manqué de moyens, au moment où l’Italie développait une véritable politique de la langue en France. Une solution alternative aurait pu consister à entraver plus vite les cours consulaires et à organiser sur des fonds français des cours d’italien dont le contenu aurait été mieux contrôlé.

  • 3 J. -M. Chapoulie, Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyenne, Paris, (...)
  • 4 Y. Verneuil, Les agrégés…, ouvr. cité, p. 236.

14Le jury de l’agrégation d’italien continue à siéger pendant la guerre. Entre 1941 et 1944, quatre à cinq nouveaux agrégés furent nommés chaque année. Cependant, après-guerre, l’afflux d’élèves dans l’enseignement secondaire provoque un changement d’échelle dans l’ensemble du système scolaire. L’institution d’un CAPES en 1950 modifie profondément l’organisation de l’enseignement secondaire de l’italien en France3. Comme l’a noté Yves Verneuil, la Société des agrégés avait usé de toute son influence durant l’entre-deux-guerres pour éviter l’émergence d’un concours de recrutement parallèle à l’agrégation, lorsque le directeur de l’enseignement secondaire au ministère avait envisagé cette solution pour classer les licenciés candidats à des fonctions d’enseignement4 Malgré les similitudes de l’intitulé, ce concours du CAPES est bien différent du « certificat d’aptitude à l’enseignement » des langues créé au XIXe siècle. Ce dernier n’était qu’un « brevet » professionnel, qui renforçait les chances d’obtenir un poste, mais ne le garantissait pas. En reprenant pour le CAPES le principe d’une nomination garantie après la réussite au concours, le ministère de l’Éducation nationale contribue à renforcer l’attrait des carrières de l’enseignement en France, y compris pour l’italien.

  • 5 Ces chiffres ont été communiqués par l’inspecteur général d’italien R. Sapien à J. Heurgon, lorsque (...)
  • 6 Nous remercions A. Chervel de nous avoir communiqué ces données.
  • 7 M. Feuillet, CAPES et agrégation d’italien, concours externe 1958-1996, 39 années « mises en perspe (...)
  • 8 Ces chiffres concernent l’agrégation et le CAPES externe (ibid., p. 7).
  • 9 Société des italianistes de l’enseignement superieur, L’italianisme en France, Répertoire des perso (...)
  • 10 O. Forlin, Les intellectuels français et l’Italie, 1945-1955, médiation culturelle, engagements et (...)

15En une vingtaine d’années, de 1952 à 1974, le nombre d’élèves suivant des cours d’italien dans un établissement secondaire passe de 31 805 à 95 1765. Bien que le nombre des agrégés d’italien progresse dans les années 1950, passant de 6 en 1951 à 22 en 19566, l’encadrement de ces nouveaux élèves va largement relever de l’action des certifiés, qui sont par exemple 50 à être recrutés en 19717. Après être retombé à 10 admis par an de 1977 à 1979, le nombre des certifiés d’italien progresse à nouveau au début des années 1990, pour atteindre 40 lauréats en 1994, alors qu’à la même date, seuls 14 postes sont ouverts à l’agrégation8. Cet essor du nombre des postes offerts et des étudiants en italien va favoriser la structuration d’un italianisme universitaire en de nombreux centres de recherche : ils sont ainsi 22 en France en 19949. Ces études italiennes du deuxième XXe siècle appellent encore d’importants travaux, car, si les professeurs d’italien n’accèdent pas toujours au statut d’intellectuels, ils jouent bien souvent entre les deux pays un rôle de « médiation culturelle10 » que l’on prête souvent avant tout à des acteurs plus visibles dans le champ politique.

Notes

1 A. Dulphy, R. Franck, A. -M. Matard-Bonucci, P. Ory (dir.), Les relations culturelles internationales au XXe siècle. De la diplomatie culturelle à l’acculturation, Bruxelles, Peter Lang, 2010 ; F. Chaubet, L. Martin, Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain, Paris, Armand Colin, 2011.

2 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959.

3 J. -M. Chapoulie, Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyenne, Paris, MSH, 1987, p. 13-14.

4 Y. Verneuil, Les agrégés…, ouvr. cité, p. 236.

5 Ces chiffres ont été communiqués par l’inspecteur général d’italien R. Sapien à J. Heurgon, lorsque celui-ci a rédigé la nécrologie de S. Lattès. Voir J. Heurgon, « Samy Lattès », art. cité, p. 49.

6 Nous remercions A. Chervel de nous avoir communiqué ces données.

7 M. Feuillet, CAPES et agrégation d’italien, concours externe 1958-1996, 39 années « mises en perspective », Paris, ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche - CNRP, 1996, p. 10.

8 Ces chiffres concernent l’agrégation et le CAPES externe (ibid., p. 7).

9 Société des italianistes de l’enseignement superieur, L’italianisme en France, Répertoire des personnels, des centres de recherche et des bibliographies 1994, Paris-Florence, Honoré Champion - Cadmo, 1995, p. 75-76.

10 O. Forlin, Les intellectuels français et l’Italie, 1945-1955, médiation culturelle, engagements et représentations, Paris, L’Harmattan, 2006.

© UGA Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540