Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'enseignement de l'italien en France (1880-1940)

 | 
Jérémie Dubois

Introduction

Texte intégral

  • 1 G. Flaubert, Madame Bovary [1857], Paris, Gallimard, coll. « Folio plus », 2004, p. 151-152.
  • 2 G. Bertrand, Le grand tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en I (...)

1« Elle voulut apprendre l’italien : elle acheta des dictionnaires, une grammaire, une provision de papier blanc1 . » Au milieu du Second Empire, lorsque Gustave Flaubert prête à Emma Bovary le désir de découvrir la langue italienne, il saisit plusieurs traits caractéristiques de la société de son temps. L’intérêt pour l’italien présente une dimension sociale : c’est bien le goût des femmes de la haute société qu’imite et reproduit l’héroïne du roman. Elle se passionne pour les comptes rendus de spectacles d’opéra, qu’elle lit avec d’autant plus d’avidité qu’ils contiennent un condensé de ses aspirations à une vie plus intense. Sa volonté d’apprendre la langue italienne se rattache encore à une série d’images romantiques, dont Flaubert s’amuse à l’envi. Même sous une forme disparate, l’Italie occupe une place sensible dans les représentations et les discussions du temps. Cette présence de la péninsule dans la vie sociale française doit beaucoup aux souvenirs rapportés par des voyageurs y ayant séjourné, suivant un modèle qui prend son essor dans la seconde moitié du XVIIIe siècle2.

  • 3 X. de Bouge, Le maître populaire ou l’italien sans maître en quelques mois, Paris, X. de Bouge, 187 (...)

2En présentant l’effort pour apprendre l’italien comme une entreprise d’autodidacte, Flaubert restitue bien la situation de cette langue dans la France de Napoléon III. Les lieux où Emma Bovary aurait pu recevoir un véritable enseignement sont fort peu nombreux : il n’existe pas, alors, dans le pays de structures publiques ou privées dispensant de façon large des cours accessibles aux adultes. De même, les établissements d’enseignement secondaire proposant l’étude de la langue italienne sont bien rares, tout particulièrement dans l’Ouest où l’écrivain a situé son roman. La situation va évoluer à échelle nationale au fil des décennies, lorsque des associations italiennes comme la Société Dante Alighieri ou des universités développent un enseignement de l’italien diversifié, structuré mais aussi parfois politisé. Le modèle de l’autodidaxie ou de « l’italien sans maître3 » évolue alors vers l’élaboration d’une discipline, parallèlement à de multiples efforts d’acteurs italiens pour organiser la diffusion de leur langue.

3L’apprentissage de l’italien en France, envisagé dans une acception large, est révélateur de certains traits des sociétés italienne et française entre 1870 et 1940. Les débats sur la construction heurtée des études italiennes en France ne concernent pas seulement les élèves, professeurs et autres acteurs du monde scolaire et universitaire. Ils impliquent aussi des maires, des préfets, des ministres des deux pays, des ambassadeurs et des consuls ou encore des associations françaises et italiennes influant sur la diffusion de la langue italienne en France. Les journaux et leurs collaborateurs – qui sont parfois aussi des professeurs d’italien – jouent également un rôle non négligeable.

  • 4 M. -C. Blanc-Chaléard, Histoire de l’immigration, Paris, La Découverte, 2001, p. 9 ; R. Schor, Hist (...)
  • 5 J. -C. Vegliante, « Le problème de la langue : la “Lingua spacà ” », dans p. Milza (dir.), L’immigr (...)
  • 6 p. Pinna, Migranti italiani tra fascismo e antifascismo. La scoperta della politica in due regioni (...)

4L’italien est parlé à des degrés divers et sous des formes multiples par une très importante population étrangère installée en France. Au recensement de 1891, 286 000 Italiens forment, derrière les Belges, le deuxième groupe de migrants en France ; ils occupent la première place dès l’aube du XXe siècle4. La langue diffusée par les canaux scolaires différait souvent de celle employée par les italophones de France en raison de spécificités linguistiques des diverses régions d’origine des émigrés italiens et des effets du contact avec le milieu linguistique français5. La construction d’un italianisme universitaire et scolaire s’est longtemps accompagnée d’une mise à distance des étrangers. Observable pour d’autres langues, ce phénomène possède une signification singulière pour l’italien, du fait du caractère massif et durable de l’émigration transalpine, les causes des départs vers la France se renouvelant lorsque des exilés antifascistes quittent l’Italie pour la France dans l’entre-deux-guerres6.

Enseignement des langues et histoire des échanges culturels

  • 7 J. -F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 ; J. -P. Briand, J. (...)
  • 8 p. Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984 ; C. Charle, J. Schriewer, p. Wagner (dir.), Tran (...)
  • 9 A. M. Mandich, « L’editoria per la lingua francese in epoca fascista », dans A. M. Mandich, B. Ranz (...)

5L’histoire de l’enseignement des langues participe au renouveau actuel des recherches sur la scolarisation sous la IIIe République7. Elle s’inscrit aussi dans les débats sur la nature du système français d’enseignement supérieur, stimulés par les travaux du sociologue Pierre Bourdieu et poursuivis à travers les recherches animées par Christophe Charle8. Le thème de l’apprentissage des langues est propice à des enquêtes dépassant les frontières nationales et disciplinaires, comme en témoignent, depuis 1987, les activités de la Société internationale pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde. D’importantes recherches sur l’enseignement du français en Italie, menées notamment par Anna Maria Mandich et Nadia Minerva, se sont développées en lien avec cette société9.

  • 10 M. Espagne, F. Lagier, M. Werner (dir.), Philologiques II. Le maître de langues, les premiers ensei (...)
  • 11 M. Espagne, M. Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et (...)
  • 12 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 8.
  • 13 J. Brethomé, La langue de l’autre. Histoire des professeurs d’allemand des lycées (1850-1880), Gren (...)

6En France, l’effort pour interpréter l’histoire de l’enseignement de l’allemand a donné le signal d’une série de travaux. Des recherches pionnières sur la transmission de l’allemand en France au début du XIXe siècle10 s’inscrivaient dans l’élaboration d’une réflexion théorique sur les relations internationales à travers les « transferts culturels » franco-allemands. Cette approche, développée par Michel Espagne et Michael Werner, part d’une volonté de dépasser « l’histoire des influences », selon laquelle la culture émettrice et la culture réceptrice seraient séparées par un écart, impliquant une domination de l’une sur l’autre11. À l’inverse, cette perspective cherche à penser les processus d’acculturation en adoptant le prisme des métissages. La question de la langue, « code paradigmatique » dans l’analyse des transferts culturels, est centrale dans cette approche12. Les recherches menées dans ce cadre ont contribué à élargir la portée des études sur l’enseignement des langues. L’allemand est ainsi en France la langue vivante dont l’histoire a été le plus étudiée13.

  • 14 M. -P. Pouly, L’« esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’angl (...)
  • 15 A. Messaoudi, Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 - (...)
  • 16 Voir, sur les études italiennes en France, R. De Cesare, « Il “Bulletin italien” (1901-1918) », dan (...)

7L’histoire de plusieurs autres langues vivantes est en plein renouveau. La sociologue Marie-Pierre Pouly, en étudiant l’apprentissage de l’anglais dans la France contemporaine, a adopté systématiquement une perspective de comparaison entre la pédagogie disciplinaire et les modes d’apprentissage extrascolaire ou extra-universitaire14. Les recherches d’Alain Messaoudi sur les arabisants dans la France coloniale ont représenté pour notre enquête un modèle méthodologique. Son effort pour échapper à la rigidité de la catégorisation occidental/oriental afin de mieux prendre en compte « des franchissements, des interactions, des collaborations15 » a inspiré notre lecture de la place des professeurs dans les rapports franco-italiens. Ce travail a aussi bénéficié des recherches menées par des italianistes pour éclairer l’histoire de leur discipline16.

  • 17 A. Nino Rodriguez, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España de 1875 a 1931, Madrid (...)

8Les études italiennes se sont élaborées comme discipline sur fond de passions politiques et de rivalités avec d’autres langues vivantes, dans un rapport complexe d’alliance et de concurrence avec l’autre langue méridionale, l’espagnol17. Par discipline, il faut entendre un système de légitimité, qui fait d’un domaine du savoir un véritable objet d’étude, inscrit dans le temps scolaire des élèves ou dans le cursus d’étudiants. C’est aussi un système de contraintes, avec ses règles, ses acteurs dominants, ses vecteurs de communication et son organisation propre, fondée sur l’inclusion et l’exclusion. La question de l’italien en France déborde toutefois des frontières de la discipline : elle inclut plus largement l’« offre de langue », y compris lorsque celle-ci n’est pas directement liée à des institutions françaises. L’examen du rôle des vecteurs associatifs ou diplomatiques, comme les comités français de la Société Dante Alighieri, ou les cours organisés en France par les autorités consulaires transalpines, montre que les institutions françaises n’ont pas toujours pu s’arroger une sorte de monopole de la langue étrangère légitime.

L’italien, objet de transaction dans les relations franco-italiennes

  • 18 F. Chaubet, La politique culturelle française et la diplomatie de la langue : l’Alliance française, (...)
  • 19 S. Patriarca, Italianità. La costruzione del carattere nazionale, Rome-Bari, Laterza, 2010, p. 96-9 (...)

9La promotion des études italiennes en France a servi d’objet de transaction dans les relations internationales : elle a été instrumentalisée tour à tour ou simultanément par des acteurs des deux pays. Comprendre l’inscription scolaire, universitaire et associative d’une langue renvoyant à une forte population étrangère en France et à l’idiome d’un pays voisin permet de retracer les formes d’un croisement entre deux cultures où interviennent la fascination pour la « belle langue », mais aussi des luttes d’influence et des rendez-vous manqués. Sous la IIIe République, la France célèbre par différents vecteurs l’universalité de sa culture et de sa langue, notamment à travers l’Alliance française18. En Italie, l’idée d’une valeur spécifique de l’« italianité », comme notion fédératrice à usage interne et comme projet d’expansion, offre un modèle concurrent, perpétuellement redéfini, dans lequel la valorisation de la langue a toute sa place. L’italien en France est ainsi un des enjeux d’une relation complexe entre des idéologies nationales qui s’influencent mutuellement et peuvent aussi se retrouver, par exemple autour du thème de la défense des peuples « latins » au tournant des XIXe et XXe siècles, comme l’a montré Silvana Patriarca19.

  • 20 p. Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italie (...)

10Les périodisations pédagogiques ne concordent pas toujours avec la chronologie politique, comme l’a noté Pierre Milza20. Il n’existe néanmoins pas de complète étanchéité entre les deux sphères : les interactions entre l’enseignement de l’italien et les relations franco-italiennes ou européennes ont obéi à des rythmes différents selon les périodes, alors que les deux pays sont tour à tour membres d’alliances antagonistes en temps de paix, alliés dans la Grande Guerre, et séparés par un fossé croissant à la fin des années 1930.

11Des deux côtés des Alpes, un débat sur l’intérêt et les modalités d’un « rapprochement » franco-italien a existé de façon récurrente. Des professeurs d’italien ont été impliqués dans ces discussions et le regard porté sur eux par les autorités des deux pays comme par différents acteurs sociaux a été affecté par ce contexte.

  • 21 D. Grange, L’Italie et la Méditerranée, 1896-1911. Les fondements d’une politique étrangère, Rome, (...)
  • 22 G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine [1997], Paris, Armand Colin, 2004, p. 263.
  • 23 C. Duggan, Creare la nazione. Vita di Francesco Crispi, Rome-Bari, Laterza, 2000.
  • 24 p. Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle…, ouvr. cité, p. 579-653.

12À la fin du XIXe siècle, la France et l’Italie affirment un même type de visées coloniales sur la rive méridionale du pourtour méditerranéen21. Après l’établissement en 1881 d’un protectorat français sur la Tunisie, l’Italie conclut à Vienne en 1882 un traité défensif avec l’Allemagne et l’Autriche22. Cet éloignement s’aggrave encore avec l’arrivée du germanophile Francesco Crispi à la tête du gouvernement italien, en 188723. Les relations entre les deux pays s’améliorent seulement dans les dernières années du siècle, après la chute de Crispi en 189624. Les accords secrets de 1901-1902 consacrent les efforts de rapprochement menés des deux côtés des Alpes, tant par le ministre du Trésor italien Luigi Luzzatti que par le ministre français des Affaires étrangères Théophile Delcassé, secondé à Rome par l’un de ses proches, l’ambassadeur de France Camille Barrère.

  • 25 I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920 : un épisode des relations franco-italiennes (...)
  • 26 M. Isnenghi, « La Grande Guerre », dans M. Isnenghi (dir.), L’Italie par elle-même, lieux de mémoir (...)

13À la Belle Époque, la France déploie une stratégie de présence culturelle en Italie inspirée par la volonté d’y combattre l’influence allemande. Cet objectif explique les soutiens que rencontre Julien Luchaire, professeur d’italien à l’université de Grenoble, quand il entreprend de créer à Florence en 1907-1908 un Institut culturel français25. Lorsque la guerre éclate, à l’été 1914, le gouvernement Salandra adopte une position de neutralité. Le pays est traversé pendant dix mois par une intense confrontation entre les thèses des « neutralistes » et celles des « interventionnistes »26. Le 24 mai 1915, après avoir reçu la promesse qu’elle obtiendrait en cas de victoire d’importants gains territoriaux, l’Italie entre en guerre aux côtés des Alliés contre l’Autriche-Hongrie. L’italien est alors une langue d’un intérêt militaire stratégique évident, et les professeurs d’italien vont souvent mettre leurs compétences au service de la liaison entre les deux pays voisins, en particulier comme officiers interprètes.

  • 27 Voir sur ce point B. Cabanes, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français, 191 (...)
  • 28 G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine…, ouvr. cité, p. 330.

14L’accomplissement des efforts de rapprochement des milieux intellectuels français et italiens est contrarié au lendemain de la guerre par de nouveaux nuages. Alors que la « sortie de guerre » est en France lourde de bien des hypothèques27, les déceptions italiennes à l’issue des traités de paix sont légion. Les promesses du pacte de Londres d’avril 1915, par lequel les Alliés avaient convaincu les Italiens d’entrer en guerre, ne sont qu’en partie respectées. L’exploitation nationaliste du thème de la « victoire mutilée » favorise l’audience des « faisceaux italiens de combat » créés à Milan par Benito Mussolini, le 23 mars 1919, pour s’opposer à l’acceptation des positions du président américain Wilson, et pour remettre en cause par la violence l’ordre parlementaire28.

  • 29 Voir C. Poupault, « Les voyages d’hommes de lettres en Italie fasciste : espoir du rapprochement fr (...)
  • 30 Voir D. Grillère-Lacroix, « La politique fasciste de revendications territoriales à l’égard de la F (...)

15Avec l’arrivée au pouvoir du fascisme par le coup de force d’octobre 1922, les modes d’organisation des systèmes politiques français et italiens s’éloignent, mais l’idée du « rapprochement » entre les deux pays reste récurrente. L’expression prend alors un double sens : certains acteurs de la vie publique française aspirent à une entente entre les deux pays malgré le fascisme, tandis que d’autres expriment leur admiration pour l’Italie dite « nouvelle » et voient en elle un modèle29 . En janvier 1935, le ministre français des Affaires étrangères, Pierre Laval, signe à Rome avec le gouvernement de Mussolini un accord qui vise à régler les relations entre les deux pays en Afrique et sur la scène européenne. La France veut tenir l’Italie à distance de l’Allemagne où Hitler a pris le pouvoir en janvier 1933. L’Italie cherche pour sa part à se prémunir contre des réactions européennes alors qu’elle s’apprête à lancer la conquête de l’Éthiopie. À partir de 1936, la France du Front populaire et l’Italie fasciste s’éloignent en raison des divergences de leurs politiques intérieures, mais aussi à cause de la signature par les gouvernements italien et allemand de l’accord jetant les bases de l’axe Rome-Berlin. L’échec de la stratégie française de recherche d’une entente avec Mussolini est patent à la fin du mois de décembre 1938, lorsque le gouvernement italien dénonce unilatéralement les accords signés avec la France trois ans auparavant. L’entrée en guerre de l’Italie contre la France, au moment où débute l’invasion allemande, représente ainsi l’étape ultime d’une montée des tensions30.

Langue attractive, langue suspecte

16Ces événements affectent à plusieurs niveaux les conditions de la formation et du travail des enseignants d’italien en France, ainsi que leurs positions dans la vie sociale. Pourquoi l’italien a-t-il été, dans certains groupes sociaux ou milieux politiques français, une langue par moments répulsive ou attirante ? Quelles ont été les stratégies des professeurs d’italien pour faire reconnaître leur légitimité et l’intérêt de leur enseignement ? Quels éléments de la culture italienne sont privilégiés dans le contexte français ?

17La mise en série des dossiers d’enseignants disponibles en France et en Italie permet d’articuler les parcours individuels avec des évolutions du groupe, pour comprendre la position et le rôle des professeurs d’italien dans leurs établissements. Ces sources officielles tamisent en revanche la voix des enseignants eux-mêmes, tant leurs échanges épistolaires avec leur ministère suivent des normes codifiées. La correspondance autographe riche et variée conservée dans les archives de l’Institut français de Florence a aidé à dépasser ce biais. De nombreux italianisants ont été formés ou ont enseigné dans cet institut. Ils ont entretenu avec leur maître Julien Luchaire et entre eux une correspondance professionnelle et personnelle qui forme un fonds essentiel pour comprendre les rapports interpersonnels et les dynamiques collectives des italianisants français. Ces fonds florentins pèchent toutefois par leur rareté pour l’entre-deux-guerres. La lacune a pu être compensée grâce aux archives propres de l’École française de Rome, puisque Jérôme Carcopino, qui dirigeait alors le palais Farnèse, a élaboré à la fin des années 1930 un rapport circonstancié sur la situation de l’institut de Florence. Les archives du ministère italien des Affaires étrangères, conservées à Rome à la Farnesina, permettent de préciser la perception, en Italie, des professeurs français et de repérer les efforts du gouvernement transalpin pour mener une politique de la langue en France, notamment par la création de cours organisés par des Italiens. Les archives de l’ambassade de France à Rome, conservées au Centre des archives diplomatiques de Nantes, rendent possible un croisement des regards des diplomates des deux pays.

18Les contenus de la recherche produite par les italianisants ont surtout été observés à partir des revues spécialisées publiées à Bordeaux, Paris et Grenoble, comme le Bulletin italien, les Études italiennes, la Revue des études italiennes et Ausonia. Ces vecteurs de diffusion d’un italianisme universitaire recèlent de multiples informations sur l’institutionnalisation de la discipline et sur les relations entre ses protagonistes. Enfin, nous avons bénéficié de témoignages de personnes ayant connu des acteurs de cette histoire, comme des parents des anciens inspecteurs généraux d’italien Henri Bédarida, Samy Lattès ou Robert Sapien ou des amis de l’universitaire Lucienne Portier. L’historien et ancien résistant Jean-Louis Crémieux-Brilhac nous a également livré des souvenirs sur son oncle Benjamin Crémieux.

19Pour rendre compte de la situation d’asymétrie dans laquelle se trouve l’italien vis-à-vis des deux langues vivantes dominantes enseignées en France à la fin du XIXe siècle, l’allemand et l’anglais, une première partie de cet ouvrage est consacrée à la position singulière de l’italien scolaire. Les deux parties suivantes ont pour objet central l’étude d’un groupe professionnel nouveau : les professeurs agrégés d’italien, envisagés d’abord à travers les voies d’accès au métier, puis à travers les pratiques et cultures professionnelles. Les enjeux politiques de l’enseignement de l’italien sont explorés dans un dernier temps, pour éclairer la position des spécialistes d’italien en France entre la Belle Époque et les années de la dictature fasciste en Italie.

Notes

1 G. Flaubert, Madame Bovary [1857], Paris, Gallimard, coll. « Folio plus », 2004, p. 151-152.

2 G. Bertrand, Le grand tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle - début XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 2008.

3 X. de Bouge, Le maître populaire ou l’italien sans maître en quelques mois, Paris, X. de Bouge, 1876, cité par A. Choppin dans Les manuels scolaires en France de 1789 à nos jours. Italien, Paris, INRP, 1987.

4 M. -C. Blanc-Chaléard, Histoire de l’immigration, Paris, La Découverte, 2001, p. 9 ; R. Schor, Histoire de l’immigration en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, Paris, Armand Colin, 1996, p. 14.

5 J. -C. Vegliante, « Le problème de la langue : la “Lingua spacà ” », dans p. Milza (dir.), L’immigration italienne en France dans les années 20 (actes du colloque francoitalien, Paris, 15-17 octobre 1987), Paris, CEDEI, 1988, p. 329-345 et « La parole (et les silences) des immigrés », dans L’Italie en exil/L’Italia in esilio, l’émigration italienne en France entre les deux guerres, Rome, CEDEI - Presidenza del Consiglio dei Ministri, 1993, p. 538-552.

6 p. Pinna, Migranti italiani tra fascismo e antifascismo. La scoperta della politica in due regioni francesi, Bologne, CLUEB, 2012.

7 J. -F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 ; J. -P. Briand, J. -M. Chapoulie (dir.), Les collèges du peuple, Paris, INRP - CNRS - ENS Fontenay - Saint-Cloud, 1993 ; p. Caspard, J.-N. Luc, p. Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes : deux siècles d’histoire, Lyon, INRP, 2005.

8 p. Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984 ; C. Charle, J. Schriewer, p. Wagner (dir.), Transnational Intellectual Networks : Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, Campus, 2004.

9 A. M. Mandich, « L’editoria per la lingua francese in epoca fascista », dans A. M. Mandich, B. Ranzani (dir.), L’editoria italiana per le lingue, Bologne, CLUEB, 2013, p. 147-182 et Insegnare il francese in Italia. Ripertorio di manuali pubblicati in epoca fascista (1923-1943), Bologne, CLUEB, 2002 ; N. Minerva, « Le français en Italie à l’aube du XXe siècle, école publique et université face aux défis d’un enseignement de qualité », dans M. Bossi, M. Lombardi, R. Muller (dir.), La cultura francese in Italia all’inizio del XX secolo. L’Istituto francese di Firenze (atti del convegno per il centenario, 1907-2007), Florence, Olschki, 2010, p. 13-26. N. Minerva, Manuels, maîtres, méthodes : repères pour l’histoire de l’enseignement du français en Italie, Bologne, CLUEB, 1996.

10 M. Espagne, F. Lagier, M. Werner (dir.), Philologiques II. Le maître de langues, les premiers enseignants d’allemand en France : 1830-1850, Paris, MSH, 1991.

11 M. Espagne, M. Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914) », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 42, n o 4, 1987, p. 970.

12 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 8.

13 J. Brethomé, La langue de l’autre. Histoire des professeurs d’allemand des lycées (1850-1880), Grenoble, Ellug, 2004 ; M. Mombert, L’enseignement de l’allemand en France, 1880-1918, entre « modèle allemand » et « langue de l’ennemi », Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2001.

14 M. -P. Pouly, L’« esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation XIXe-XXe siècles, thèse de sociologie, EHESS, Paris, 2009 ; M. -P. Pouly, « La différenciation sociale de l’apprentissage de la langue anglaise en France au XIXe siècle », Histoire de l’éducation, n o 133, 2012-1, p. 5-41.

15 A. Messaoudi, Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 - vers 1930), thèse d’histoire, université Paris 1, 2008, p. 15.

16 Voir, sur les études italiennes en France, R. De Cesare, « Il “Bulletin italien” (1901-1918) », dans Critica e storia letteraria, Studi offerti a Mario Fubini, t. II, Padoue, Liviana, 1970, p. 69-111 ; M. David, « Pour une chronographie des études italiennes en France », Revue des études italiennes, vol. 30, 1984, p. 129-165 ; G. Saro, Pour une histoire de l’italianisme en France. Les programmes d’agrégation de 1900 à 1939, Paris, Monographies du CIRRMI, 1996 ; E. Pesenti-Rossi, « Les études italiennes à Strasbourg, 1919-1958 », Revue d’Alsace, n° 123, 1997, p. 253-268 ; L. Fournier-Finocchiaro, « Les études italiennes en France pendant le Ventennio fasciste », Transalpina, n° 13, 2010, p. 161-178 ; M. Lucarelli « Le panthéon de la littérature italienne dans les programmes de l’agrégation d’italien », dans A. Tosatti, J. -C. Vegliante, L’Italie vue d’ici. La traduction-migration, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 243-260.

17 A. Nino Rodriguez, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España de 1875 a 1931, Madrid, Casa de Velázquez - Société des hispanistes français, 1988.

18 F. Chaubet, La politique culturelle française et la diplomatie de la langue : l’Alliance française, 1883-1940, Paris, L’Harmattan, 2006.

19 S. Patriarca, Italianità. La costruzione del carattere nazionale, Rome-Bari, Laterza, 2010, p. 96-97.

20 p. Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902, Rome, École française de Rome, 1981, 2 vol., p. 456-459.

21 D. Grange, L’Italie et la Méditerranée, 1896-1911. Les fondements d’une politique étrangère, Rome, École française de Rome, 1994, 2 vol.

22 G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine [1997], Paris, Armand Colin, 2004, p. 263.

23 C. Duggan, Creare la nazione. Vita di Francesco Crispi, Rome-Bari, Laterza, 2000.

24 p. Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle…, ouvr. cité, p. 579-653.

25 I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920 : un épisode des relations franco-italiennes au début du XXe siècle, Rome, École française de Rome, 2001.

26 M. Isnenghi, « La Grande Guerre », dans M. Isnenghi (dir.), L’Italie par elle-même, lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2006, p. 299. Voir aussi M. Isnenghi, Il mito della Grande Guerra [1989], Bologne, Il Mulino, 2007.

27 Voir sur ce point B. Cabanes, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français, 1918-1920, Paris, Seuil, 2004.

28 G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine…, ouvr. cité, p. 330.

29 Voir C. Poupault, « Les voyages d’hommes de lettres en Italie fasciste : espoir du rapprochement franco-italien et culture de la latinité », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 104, 2009, p. 67-79.

30 Voir D. Grillère-Lacroix, « La politique fasciste de revendications territoriales à l’égard de la France et ses enjeux (1938-1943) », Relations internationales, n° 158, 2014, p. 45-58.

© UGA Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540