Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bande dessinée et enseignement des humanités

 | 
Nicolas Rouvière

1. De la BD-prétexte à l'étude du médium pour lui-même : enjeux pédagogiques et obstacles culturels

De l’éradication de l’« illustré gangster » à l’analyse de bandes dessinées en classe (1929-2009) : ruptures et continuité

Harry Morgan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il n’est pas possible de traiter la question des rapports entre éducateurs et bande dessinée sans aborder les sujets qui fâchent. En effet, la relation des milieux d’éducateurs français avec les littératures dessinées au XXe siècle s’analyse initialement comme une hostilité virulente, puis, tardivement, comme une sollicitude intéressée.

Les professionnels de l’enfance ont parti lié depuis fort longtemps avec les littératures dessinées. Ces milieux ont toujours été prescripteurs en matière de bande dessinée, pour l’excellente raison qu’ils en publiaient dans leurs propres journaux, dans le dessein d’appâter un public enfantin. C’est vrai tout particulièrement, dès la première moitié du XXe siècle, des éducateurs catholiques, qui publient des journaux illustrés destinés à la jeunesse, le marché étant partagé entre La Bonne Presse (l’actuel Bayard), dirigée par les Augustins de l’Assomption, et la rue de Fleurus, qui dépend de l’Action catholique de l’enfance et qui est dirigée par les ...

Auteur

© UGA Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540