Version classiqueVersion mobile

L'auteur pour la jeunesse, de l'édition à l'école

 | 
Jean-François Massol
, 
François Quet

3. L'auteur pour la jeunesse à l'École

La visite de l’écrivain dans la classe : nouveau topos dans le roman français contemporain pour la jeunesse ?

Gilles Béhotéguy

Texte intégral

  • 1 « Être reçue par une classe », propos recueillis par J. -P. Thomas et F. Thiault, dans Y. Logéat (d (...)
  • 2 « Ma venue est envisagée comme une fête, et les enfants “sont en attente”. Ils ont hâte de me voir, (...)
  • 3 Ibid., p. 12.
  • 4 Ibid., p. 13.
  • 5 Ibid.

1Fruit de la collaboration, en 1992, entre la Maison des écrivains et le ministère de l’Éducation nationale, la visite de l’écrivain – ou de l’écrivain pour la jeunesse – est devenue une institution de la maternelle à la terminale. Beaucoup aiment à raconter cette expérience, comme Évelyne Brisou-Pellen qui pose, lors d’un entretien1, les conditions nécessaires pour une visite réussie. Elle en distingue trois moments-clés. Pendant la préparation, l’élève va « fantasmer » l’écrivain2, lire au moins un de ses livres sous la houlette du professeur et préparer les questions à lui poser. Durant la visite elle-même, s’installe « de la décontraction, de la convivialité, […], une intimité nécessaire3 » entre l’écrivain et les élèves ; il s’agit d’un moment de face à face intense, d’exposition puisque l’écrivain se retrouve seul devant son public tandis que professeurs, documentalistes, surveillants disparaissent en coulisses : « À partir du moment où j’arrive, c’est moi qui prends en charge leur classe, et eux deviennent spectateurs. » L’après-visite, enfin, est un moment où l’écrivain saisi par le doute s’interroge sur sa prestation : « Ce qui se passe après est un peu mystérieux, et j’aimerais en avoir plus d’échos. […]. Je suis un peu inquiète de savoir si cela leur a apporté quelque chose ou s’ils ont été déçus4. » Des bienfaits d’une telle pratique, en revanche, la romancière est convaincue : « Je sais qu’à partir du moment où ils auront discuté avec moi, les enfants ne verront plus jamais le livre de la même façon5. »

  • 6 Voir liste en annexe.

2La lecture d’une douzaine de romans français contemporains pour la jeunesse6 nous montre la récurrence dans la fiction de ces trois moments décrits par É. Brisou-Pellen. Au-delà de la recette narrative pour bien réussir la « visite de l’écrivain » dans le roman, ce scénario révèle les enjeux essentiels de ces rencontres, enjeux que Bernard Friot a clairement dégagés :

  • 7 B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », dans l’ouvrage collectif, Regar (...)

Ces rencontres sont plus qu’un à-côté ou un prolongement du travail de l’écrivain pour la jeunesse. Presque autant que la publication de livres, elles l’instituent, socialement, écrivain. Autrement dit, elles contribuent à son identité sociale et professionnelle.7

3Nous nous proposons de montrer comment, à la croisée des discours portés par le roman et tenus par l’institution scolaire, le scénario de la visite de l’écrivain dans la classe installe un nouveau topos dans la littérature de jeunesse et construit la figure de l’auteur entre construction identitaire et quête d’une légitimité. Le roman pour la jeunesse contemporain devient la scène d’un mystère : s’y révèle l’écrivain en auteur-créateur vivant, passeur de littérature.

Un vrai écrivain, c’est un mort

  • 8 I. Nières-Chevrel, « Écrire pour les enfants. Écrire pour son plaisir », Cahiers de littérature gén (...)
  • 9 Ibid., p. 24.
  • 10 M. Saint-Dizier, Qui veut tuer l’écrivain ?, Paris, Hachette Jeunesse, 1997, p. 12.

4La séquence romanesque de la visite s’ouvre par des « mots d’enfants ». Puisque l’écrivain se déplace dans les écoles, c’est qu’il existe ! En 1978, Isabelle Nières-Chevrel montrait déjà que l’écrivain reste pour l’enfant « un personnage lointain, absent, frappé d’irréalité8 » et, dans le même article, elle rapportait que Pierre Gamarra lors de rencontres avait noté l’étonnement de plusieurs enfants : « Moi, monsieur, je croyais que tous les écrivains étaient morts9. » Ce « cri du cœur » enfantin de la fin des années 1970 où se mélangent naïveté, ignorance et poids de la tradition scolaire, réapparaît fréquemment sous la plume des auteurs pour la jeunesse actuels : « – Hé, ho ! D’où il sort, celui-là ? a grommelé Mouloud, sceptique. Les écrivains, ils sont tous morts10 ! »

  • 11 N. Brun-Cosme, L’Ombre bleue dans la classe, Paris, Nathan, coll. « Pleine lune », 2001, p. 21.

— Dans ma classe, il y a un écrivain qui vient !
Marie me regarde avec des yeux ronds.
— Un vrai ?
— Ben, je crois. C’est quoi un vrai ?
Marie réfléchit. […].
— Un vrai, dit-elle enfin, un vrai c’est un mort.11

  • 12 On pense, par exemple, à Lucien de Rubempré montrant ses poèmes au journaliste Lousteau qui lui dem (...)

5On peut s’interroger sur la pertinence de l’égalité « un écrivain = un mort » dans la bouche de ces jeunes personnages contemporains et de sa fonction dans le récit. Si elle est encore amusante aujourd’hui, la formule est un peu datée et semble vouloir ranimer quelques vieilles querelles entre Anciens et Modernes, comme celle que l’on trouve dans certains romans de formation des xixe et xxe siècles et qui oppose littérature classique et littérature moderne ou d’avant-garde12. S’y exprime une critique à l’égard de la défiance que l’École éprouve face à la nouveauté, mais surtout à l’égard du contrôle qu’elle entend exercer sur les lectures et la culture de ses élèves. La voix de Valéry Larbaud dans Fermina Márquez, par exemple, n’est donc pas si lointaine :

  • 13 V. Larbaud, Fermina Márquez [1911], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2003, p. 105.

Les collégiens doivent se contenter des éditions classiques ; et la littérature contemporaine n’est pas faite pour eux. Du reste, elle ne vaut rien : MM. les surveillants généraux, qui se montent des bibliothèques avec les romans confisqués aux élèves, vous donneront à entendre que, pour commencer à avoir du talent, un auteur doit être mort depuis soixante-quinze ans.13

  • 14 X. Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, Le Château-d’Olonne, éditions d’Orbestier, coll. « Az (...)

6On peut supposer aussi que cette égalité sert à établir dans le roman pour la jeunesse actuel une connivence qui repose avant tout sur la dépréciation : elle connote une littérature ancienne, poussiéreuse, et surtout scolaire. Du coup, par opposition aux écrivains « panthéonisés » qui reposent dans le cimetière des manuels scolaires, elle assure indirectement la promotion de l’écrivain en visite que l’on peut imaginer moderne et novateur même si, force de l’habitude, il sera évalué a priori à l’aune des « vieilles barbes » des dictionnaires : « Le plus extraordinaire c’est qu’il était très ordinaire avec deux jambes et deux bras comme tout le monde, pas si vieux que ceux des dicos, avec barbe blanche et lorgnons style Victor Hugo. Celui-là avait même été très sympa14. »

Un écrivain, c’est une star ?

  • 15 B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », article cité, p. 165.

7Au doute de pouvoir saisir un « vrai » écrivain sur le vif s’ajoute une interrogation récurrente chez tous les jeunes personnages : un écrivain est-il une célébrité ? B. Friot repère cette attente dans les classes qu’il visite : « L’écrivain invité est forcément une vedette, une personnalité, et en cela il ressemble confusément aux vedettes que l’on connaît grâce à la télévision15. » De fait, dans les romans, à partir d’un nom sur une couverture, les personnages rêvent :

  • 16 D. Meynard, Comme la lune, Paris, L’École des loisirs, coll. « Médium », 2000, p. 13.
  • 17 J. -P. Arrou-Vignod, La Visite de l’écrivain, Paris, L’École des loisirs, coll. « Mouche », 1994, p (...)

Ce qui m’intéresse, a déclaré [Gisèle], c’est de savoir s’il va au supermarché .
— En quoi cela concerne-t-il son métier ?
— Eh bien, s’il est aussi connu que les 2 Be 3, tout le monde lui demandera des autographes et il ne pourra rien acheter.16 Depuis qu’on avait reçu sa lettre, on se demandait tous quelle tête il pouvait avoir. Les écrivains, ce n’est pas comme les chanteurs. Ils n’ont pas leur photo sur la couverture, alors on peut seulement imaginer.17

8Mais la réalité s’avère bien décevante : l’écrivain n’est finalement qu’une personne ordinaire, un homme ou une femme de peu d’importance. Ce constat désappointé achève la mise à mal du sensationnel qui prélude à la visite :

  • 18 S. Morgenstern, Le Vampire du C. D. I., Paris, L’École des loisirs, coll. « Neuf », 1997, p. 181.

Elle n’était pas belle, ni jeune, elle parlait moins bien qu’elle n’écrivait. Elle se rappelait le petit garçon qui, déçu, avait dit à son copain quand il l’avait vue : « Je ne pensais pas qu’elle serait comme ça, moi. » Ils voulaient une vedette, et on leur avait donné une bonne femme.18

  • 19 J. -P. Arrou-Vignod, La Visite de l’écrivain, ouvr. cité, p. 20-21. 20. J. -L. Lecomte, « Rencontre (...)

Il y avait un monsieur minuscule, avec de grandes oreilles très rouges et les cheveux hérissés sur le crâne. Est-ce que c’était notre écrivain ? Il ne ressemblait pas du tout à ce qu’on avait imaginé : on l’aurait plutôt vu dans un film comique, avec son écharpe autour du cou, sa veste trop grande et ses pantalons de velours qui pochaient aux genoux.19

  • 20 J.-L. Lecomte, « Rencontrer un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), ouvr. cité, p. 19.
  • 21 N. Brillant-Rannou, « Jeux et enjeux des rencontres avec les écrivains », dans Y. Logéat (dir.), ou (...)
  • 22 B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », article cité, p. 165.

9Sur ce point, les discours des enseignants et des écrivains s’accordent. Quand quelques professeurs déclarent : « Je crois qu’avant tout, l’écrivain cesse d’être une abstraction – un simple nom inscrit à côté du titre ; au mieux une photo sur la quatrième de couverture – pour devenir un être de chair et de sang20 » ; ou encore : « Lorsque les élèves repartent avec le sentiment d’avoir rencontré une personne et non un simple nom d’auteur, une bonne part de l’objectif de la rencontre est atteint21 » ; B. Friot remarque : « Le but de ces rencontres est comme on dit de “démystifier” l’auteur, de montrer d’abord qu’il est vivant, et ensuite qu’il est “comme tout le monde”22. »

10Mais la mise en scène de la visite de l’écrivain dans le roman n’est pas la célébration d’un consensus. Elle est, au contraire, un lieu de tensions où les attentes de l’institution scolaire se heurtent au besoin de reconnaissance des écrivains en visite. En effet, le statut d’écrivain pour la jeunesse et non pas d’écrivain tout court entraîne de nombreuses remarques dépréciatives de la part des personnages qui excluent le visiteur du firmament des stars :

  • 23 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, Paris, L’École des loisirs, coll. « Médium », 1997, p.  (...)

De toute façon, il n’était pas célèbre. On ne l’avait jamais vu à la télévision, même pas dans les journaux, sauf dans les revues spécialisées « littérature de jeunesse » qui traînent sur les étagères du CDI.23

  • 24 D. Meynard, Comme la lune, ouvr. cité, p. 12.

Les auteurs pour la jeunesse, ils se la jouent… […]. Ils se croient importants, alors que n’importe qui est capable d’écrire pour des morveux de 4 e comme nous.24

  • 25 C. Grenier, L’Impossible Mlle Muche, Toulouse, Milan, 2002, p. 9.

Je ne connais que deux sortes d’écrivains : ceux qui sont morts et ceux qui passent à la télévision. Dan Pakal faisait donc partie d’une troisième catégorie : celle des écrivains qui ne sont ni morts ni célèbres, et qui écrivent des romans à Belle-Île avec des enfants.25

11Ces remarques sarcastiques ou dubitatives dévalorisent le statut de l’écrivain de littérature pour la jeunesse non seulement par rapport aux « valeurs » célébrées par le show-business mais également au regard de la « grande » littérature. Mais elles vont permettre au roman d’organiser sa riposte.

La valse des écrivains

12En premier lieu, la finalité de la visite elle-même fait l’objet ici et là de critiques souvent caustiques, comme celle d’un personnage de Valérie Dayre dans un roman dont le titre vaut programme : Le jour où on a mangé l’écrivain. L’écrivain et les élèves y apparaissent comme les otages d’une routine institutionnelle qui a perdu son mystère, comme les prisonniers d’une activité scolaire dont la frénésie ridicule laisse douter d’une finalité concertée :

  • 26 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, ouvr. cité, p. 60-65.

Je rêve. Ils me font le coup chaque fois. J’en ai soupé des écrivains. […]. Le mieux c’était en CM2, dans la ville où j’étais ils faisaient toute une fête du livre et alors là, ça y allait les écrivains. Ça valsait. Trois ou quatre dans la même journée, rien que pour nous, la classe. Et eux, ils avaient tourné toute la journée dans les écoles. La chaîne, le mouvement perpétuel. Nous on finissait par débiter nos questions sans plus savoir ce que ça voulait dire, et eux ils répétaient des réponses sans plus savoir ce qu’ils racontaient. En pilotage automatique. Et nous, je dois dire, au bout du deuxième on était moins frais. Puis moins intéressés. Et quand je dis au bout du deuxième, c’est pour ne pas faire mauvaise langue, mauvaise tête, mauvaise volonté. Quelquefois le premier avait déjà un goût de deuxième. […]. Oui, j’en ai vu passer. Des drôles, des tristes, des prétentieux, des modestes, des vieux, des jeunes, des moches, des beaux, des femmes, des hommes, des éteints et de vrais allumés. Je les ai tous un peu confondus. Leurs livres avec.26

13Ce commentaire blasé est bien la preuve que les écrivains pour la jeunesse ne sont pas dupes. Même si officiellement l’institution scolaire assure, en les recevant, la promotion de la littérature pour la jeunesse et leur reconnaît du talent, le risque n’est jamais loin que l’école, finalement, utilise les écrivains vivants comme les morts, à des fins strictement pédagogiques. C’est ce que laisse d’ailleurs clairement entendre la littérature didactique, comme cet article d’un conseiller académique aux arts et à la culture dont le titre, « Vademecum pour recevoir un écrivain », ne cache pas la visée utilitariste :

  • 27 E. Freund, « Vademecum pour recevoir un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), Un écrivain dans la clas (...)

À l’heure où la lutte contre l’illettrisme est affichée comme une priorité ministérielle, l’intervention d’écrivains apparaît comme un « détour pédagogique » de plus en plus opportun, en particulier pour les publics adolescents en souffrance avec la [maîtrise de la] langue.27

14Du coup, le personnage de l’écrivain peut témoigner du conflit intérieur qui le divise entre l’écriture, ce besoin fondamental qui le définit, et les contraintes de la visite qui l’angoissent ou plus franchement le « barbent » :

  • 28 S. Morgenstern, Le Vampire du C. D. I., ouvr. cité, p. 180.

Encore un voyage, encore un avion. Ce n’était pas vraiment le plus beau jour de la vie de l’écrivain. Elle détestait voyager. Tout ce qu’elle aimait faire, c’était rester chez elle… et écrire.
— Je vais encore pédaler dans la choucroute, se dit-elle. Encore des gosses, encore des profs, encore des principaux, encore des documentalistes. Quelle galère !28

  • 29 C. Poslaniec, Le Douzième Poisson rouge, Paris, L’École des loisirs, coll. « Neuf », 1998, p. 15.

Je n’aime pas qu’on me prenne pour un gogo. C’est vrai, quoi ! Les enseignants passent leur temps à imaginer des trucs pas possibles pour attirer un écrivain dans leur classe. Et je n’avais pas tellement de patience ces temps-ci : […] je n’arrêtais pas d’être sollicité pour des machins pédagogiques aux six coins de l’Hexagone. Alors que ma seule envie était de rester cloîtré dans mon petit appartement douillet, à écrire tranquillement, en mangeant n’importe quoi à n’importe quelle heure…29

  • 30 « Le but de la rencontre est en effet de “donner envie de lire” ou “donner le goût de lire” et le c (...)

15Ce n’est donc ni en prescripteur de lecture, ni en professeur de littérature et moins encore en animateur du livre que l’écrivain envisage sa visite. Bien que présent dans l’École, bien que partageant avec elle le souci de faire lire enfants et adolescents pour lesquels il écrit30, et bien qu’enseignant comme la plupart des auteurs pour la jeunesse, le personnage correspondant s’inscrit dans la fiction en marge de l’institution scolaire. Le scénario de la visite le recharge en capital symbolique et culturel, lui réattribue un statut d’artiste, de créateur.

16Dès lors, entre l’écrivain et les enseignants, la frontière est posée. Trois lieux textuels montrent comment les auteurs pour la jeunesse s’accordent l’avantage dans la médiation entre la littérature et les élèves :

  • 31 D. Meynard, Comme la lune, ouvr. cité, p. 21.
  • 32 Ibid.

17- Tantôt le discours du personnage de l’écrivain rend aux enseignants un hommage si appuyé que l’on peut douter qu’il soit sincère. Dans Comme la lune de Daniel Meynard, par exemple, l’écrivain après avoir subjugué la classe par son originalité, refuse de signer des dédicaces sous prétexte qu’il n’est pas une star mais « un obscur scribouillard » qui ne compte pas : « Ce n’est pas moi qui compte, c’est uniquement ce que j’écris. Et encore31…» Pour couper court à la protestation naturellement indignée du professeur qui le juge « trop modeste », l’écrivain rétorque « d’une voix très douce » : « Non, Mademoiselle, la modestie est du côté des enseignants qui travaillent dans l’ombre et en font mille fois plus pour les enfants que les écrivains32. »

18- Tantôt apparaît la mise en scène d’un conflit larvé entre l’écrivain et l’enseignant. Ce dernier se sent jugé et remis en question par l’influence que l’écrivain a sur les élèves :

  • 33 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, ouvr. cité, p. 107.

Mme Flûte l’a regardé d’un œil nettement plus froid l’écrivain, l’air de se demander s’il ne se prenait pas pour Zorro-Superman et le champion des pédagogues toutes catégories, à croire qu’il pouvait sauver un cancre d’un coup de baguette magique, l’air aussi de se demander s’il ne la prenait pas, elle, pour une incapable qui n’était pas fichue de faire un tout petit miracle sur une longue année.33

19- Enfin, et c’est le cas le plus courant, on assiste à la transformation de l’enseignant en dévot idolâtre qui perd ses moyens face à l’écrivain et, comme un enfant intimidé et éperdu d’admiration, régresse soudain au niveau de ses élèves :

  • 34 N. Brun-Cosme, L’Ombre bleue dans la classe, ouvr. cité, p. 9-10.

Ça faisait drôle, quelqu’un d’autre, dans la classe, avec la maîtresse. Soudain la maîtresse était comme une petite fille ; timide pareil. Quand il a parlé, elle a rougi. En même temps elle a souri.34

  • 35 S. Daniel, L’Écrivain mystère, Paris, Rageot, coll. « Cascade Policier », 2002, p. 13.

Vous allez voir un écrivain, nous a annoncé [la maîtresse] avec solennité, une occasion en or pour vous de découvrir l’envers du décor, d’apprendre comment se développe une histoire, de pénétrer la magie de l’écriture. On devinait à ses yeux illuminés comme une vitrine de Noël que cette rencontre avait pour elle beaucoup d’importance, à la limite plus que pour nous. Un écrivain. Ce mot revenait sans cesse dans sa bouche, elle le mâchait comme un chewing-gum qui aurait toujours du goût.35

20Les choses ainsi remises à leur place, le personnage de l’écrivain, une fois sur la scène de la classe, va pouvoir révéler enfin sa nature singulière et, apothéose du récit, dévoiler les mystères de l’écriture.

Le miracle de l’écrivain

21Du mystère, la visite de l’écrivain conserve, en effet, la révélation d’un secret – l’art d’écrire – et l’élection des initiés – en chaque enfant sommeille peut-être, un futur grand écrivain. L’écrivain pour la jeunesse qui affirmait, tout à l’heure, vivre en « martyr » une contrainte qui l’arrache à sa passion et le livre en pâture aux élèves, va se reconstruire dans le roman en auteur-thaumaturge, dont chaque visite possède un pouvoir miraculeux de transformation.

22Pas de longs discours cependant, pas de cours d’écriture dans ces scènes. On n’y discute jamais littérature et l’écrivain ne s’attache pas à expliquer son propre travail. Entièrement tournée vers les personnages d’apprentis écrivains, la méthode du professionnel de l’écriture ressortit à une maïeutique miraculeuse, inexplicable sinon par le fait qu’elle échappe à toute mise en œuvre pédagogique. Là où le professeur échoue, l’écrivain réussit par le pouvoir et l’autorité que lui confère son talent, reconnu parce que ses livres sont édités.

  • 36 C. Grenier, L’Impossible M lle Muche, ouvr. cité, p. 28.

Une fois encore, je lève la main .
— Abel ? Tu as une idée ?
Des idées, j’en ai plein. Le plus difficile, ça va être de trier. C’est comme si [l’écrivain] avait ouvert un robinet dans ma tête.36

  • 37 J. Asklund, Crime d’auteur, Paris, Rageot, coll. « Heure noire », 2004, p. 18-19.

C’est à ce moment que [l’écrivain] croise le regard d’une élève assise au premier rang. Il ne l’avait pas remarquée malgré son épaisse chevelure fauve, ses grands yeux et son visage grêlé de taches de rousseur. Elle semble indifférente à l’effervescence. Elle attend qu’on lui donne la parole, le doigt sagement levé .
— Sarah, tu as quelque chose à dire ? interroge M me Blanchot avec empressement .
Un silence étonné s’est fait dans la salle .
— D’habitude, elle ne parle JAMAIS ! glisse l’institutrice à l’oreille de l’écrivain.37

23Dans le même roman, lorsque la petite fille qui ne parlait « JAMAIS » produit son premier texte, l’institutrice l’adresse à l’écrivain, accompagné d’un message :

  • 38 Ibid., p. 23.

C’est le texte de Sarah Plankett, l’élève dont le projet a été retenu par la classe lors de votre première visite. Elle a travaillé seule. […]. Je n’avais jamais remarqué jusqu’ici de telles dispositions pour l’écriture. C’est comme si son imagination, soudain libérée, avait révélé d’un coup ses talents !38

  • 39 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, ouvr. cité, p. 109.

24Dans Le jour où on a mangé l’écrivain, V. Dayre ironise sur ce topos dont ne se lassent pas les auteurs pour la jeunesse et, au passage, en dénonce aussi le ridicule. Lors de la visite de l’écrivain, la professeure de français expulse une élève particulièrement rebelle. Aussitôt, l’enseignante le regrette : « Elle était mal, M me Flûte, elle se demandait si elle avait fait ce qu’il fallait en sortant Stéphanie, la cassée de service, celle dont le sauvetage par l’écrivain aurait dû couronner la rencontre, la justifier peut-être39 ? »

25Étonnamment, cette croyance dans le pouvoir de l’écrivain n’est pas un pur objet de fiction. Bien au contraire, elle semble avoir fait école puisqu’elle est largement répandue dans les témoignages des enseignants :

  • 40 N. Brillant-Rannou, « Jeux et enjeux des rencontres avec les écrivains », art. cité, p. 81.

Seuls les créateurs peuvent nous faire comprendre que s’émanciper des valeurs absolues de l’expression rationnelle et logique des langages, ce n’est pas tomber dans le « n’importe quoi » ou le « tout le monde a raison ». Cette leçon d’« un écrivain dans la classe » n’est bien entendu pas la moindre !40

  • 41 J. -L. Lecomte, « Rencontrer un écrivain », art. cité, p. 19.

26Dans le roman pour la jeunesse, comme dans la réalité, le message est clair : l’enseignant qui voudrait seul s’aventurer sur les terres de la création pour secouer le carcan normatif de l’École se condamne à tomber dans le bavardage et l’aveuglement. Il lui faut le secours de l’auteur pour lui montrer la voie de l’« émancipation ». Témoins du miracle, les uns parlent de « magie », d’autres se demandent « quel philtre agissait ainsi41 ». Certains professeurs, ayant bien compris que lors de la visite de l’écrivain se jouait dans leur classe l’avènement d’une nouvelle Pentecôte, puisent dans le vocabulaire religieux pour relater l’événement :

  • 42 M. -L. Brégand, « Écrire un texte avec un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), Un écrivain dans la cl (...)

Les néophytes que nous étions, élèves et professeurs confondus, ont eu l’impression d’être accueillis plus que d’accueillir. Toutes les productions écrites ont été écoutées par l’écrivain qui les a pieusement collectées, numérotées, organisées sans jamais rien modifier, en respectant ces écrits comme des textes sacrés, tous beaux car tous riches d’humanité, c’était manifeste.42

27Pour leurs jeunes lecteurs, les auteurs de romans de jeunesse créent un personnage d’écrivain campé entre effet de réel qui le banalise et merveilleux qui le distingue. Marqué par sa simplicité et sa bienveillance, l’écrivain est un personnage sinon drôle, au moins cocasse, en tout cas « différent » par rapport aux personnages d’enseignants. Mais surtout il possède un pouvoir de transformation – d’enchantement ? – qui permet à des enfants taciturnes de parler et à tous d’écrire comme des écrivains. Ce miracle de l’écriture renouvelé dans chacun des romans que nous avons lus nous montre, non sans quelques excès, comment l’écrivain pour la jeunesse investit la figure de l’auteur et la rend, dans le roman, compréhensible, lisible au jeune lecteur. L’auteur pour la jeunesse y apparaît en passeur d’écriture investi d’une mission : éveiller des vocations. On peut s’émerveiller d’un tel apostolat ou choisir, comme Boris Moissard, de mettre à distance, par l’humour, les enjeux d’une telle ambition :

  • 43 B. Moissard, dans l’ouvrage collectif, L’Écrivain viendra le 17 mars, Paris, Seuil/Maison des écriv (...)

Il s’est vu, l’écrivain, puissante hirondelle nourricière face à une nichée d’oisillons ouvrant le bec, et tâchant de satisfaire ces jeunes appétits en leur dispensant le vermisseau et la miette oratoires qui permettront peut-être un jour à l’un d’entre eux – miracle de la vocation – de devenir, quand la plume lui aura poussé, et qu’il aura appris en s’en servir, quelque Marguerite Duras rechampie ou Christian Bobin modernisé. Autrement dit, une gloire de l’écriture.43

Annexes

Annexe

Liste des douze romans contemporains pour la jeunesse consultés

Armange Xavier, Le Prisonnier de la bibliothèque, Le Château-d’Olonne, Éditions d’Orbestier, coll. « Azimut Junior », 1991.

Arrou-Vignod Jean-Philippe, La Visite de l’écrivain, Paris, L’École des loisirs, coll. « Mouche », 1994.

Asklund Jacques, Crime d’auteur, Paris, Rageot, coll. « Heure noire », 2004, 120 p.

Brun-cosme Nadine, L’Ombre bleue dans la classe, Paris, Nathan, coll. « Pleine lune », 2001, 112 p.

Daniel Stéphane, L’Écrivain mystère, Paris, Rageot, coll. « Cascade Policier », 2002, 118 p.

Dayre Valérie, Le jour où on a mangé l’écrivain, Paris, L’École des loisirs, coll. « Médium », 1997, 139 p.

Grenier Christian, L’Impossible Mlle Muche, Toulouse, Milan, coll. « Poche Junior », 2002, 114 p.

Gudule, Aie peur et tais-toi !, Paris, Nathan Jeunesse, coll. « Lune noire », 2000, 144 p.

Meynard Daniel, Comme la lune, Paris, L’École des loisirs, coll. « Médium », 2000, 138 p.

Morgenstern Susie, Le Vampire du C. D. I., Paris, L’École des loisirs, coll. « Neuf », 1997, 193 p.

Poslaniec Christian, Le Douzième Poisson rouge, Paris, L’École des loisirs, coll. « Neuf », 1998, 152 p.

Saint-dizier Marie, Qui veut tuer l’écrivain ?, Paris, Hachette Jeunesse, 1997, 91 p.

Sautereau François, L’Héritier de la nuit, Paris, Nathan, coll. « Arc en poche », 1985, 123 p.

Notes

1 « Être reçue par une classe », propos recueillis par J. -P. Thomas et F. Thiault, dans Y. Logéat (dir.), Un écrivain dans la classe, Rennes, SCÉRÉN/CRDP de Bretagne, coll. « Lettres ouvertes », 2003, p. 9-17.

2 « Ma venue est envisagée comme une fête, et les enfants “sont en attente”. Ils ont hâte de me voir, de me parler, et la rencontre s’annonce tout de suite chaleureuse. […]. [L’auteur] c’est quelqu’un de vivant, quelqu’un qui leur ressemble, sans rien de spectaculaire (surtout pour moi qui suis petite et brune, alors qu’ils attendent toujours une grande blonde, de type mannequin. » (Ibid., p. 10 et 15.)

3 Ibid., p. 12.

4 Ibid., p. 13.

5 Ibid.

6 Voir liste en annexe.

7 B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », dans l’ouvrage collectif, Regards sur le livre et la lecture des jeunes : La Joie par les livres a 40 ans !, actes du colloque BnF (29 et 30 septembre 2005), Paris, La Joie par les livres, 2006, p. 163.

8 I. Nières-Chevrel, « Écrire pour les enfants. Écrire pour son plaisir », Cahiers de littérature générale et comparée, nos 3-4, « La littérature d’enfance et de jeunesse », 1978, p. 23.

9 Ibid., p. 24.

10 M. Saint-Dizier, Qui veut tuer l’écrivain ?, Paris, Hachette Jeunesse, 1997, p. 12.

11 N. Brun-Cosme, L’Ombre bleue dans la classe, Paris, Nathan, coll. « Pleine lune », 2001, p. 21.

12 On pense, par exemple, à Lucien de Rubempré montrant ses poèmes au journaliste Lousteau qui lui demande : « — Êtes-vous classique ou romantique ? […] L’air étonné de Lucien dénotait une si complète ignorance de l’état des choses dans la république des lettres, que Lousteau jugea nécessaire de l’éclairer. » (H. de Balzac, Illusions perdues.) Voir aussi la rencontre de Lucien et Bergère le surréaliste dans L’Enfance d’un chef, de Jean-Paul Sartre (Paris, Gallimard, 1939).

13 V. Larbaud, Fermina Márquez [1911], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2003, p. 105.

14 X. Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, Le Château-d’Olonne, éditions d’Orbestier, coll. « Azimut Junior », 1991, p. 12.

15 B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », article cité, p. 165.

16 D. Meynard, Comme la lune, Paris, L’École des loisirs, coll. « Médium », 2000, p. 13.

17 J. -P. Arrou-Vignod, La Visite de l’écrivain, Paris, L’École des loisirs, coll. « Mouche », 1994, p. 16-17.

18 S. Morgenstern, Le Vampire du C. D. I., Paris, L’École des loisirs, coll. « Neuf », 1997, p. 181.

19 J. -P. Arrou-Vignod, La Visite de l’écrivain, ouvr. cité, p. 20-21. 20. J. -L. Lecomte, « Rencontrer un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), ouvr. cité, p. 19.

20 J.-L. Lecomte, « Rencontrer un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), ouvr. cité, p. 19.

21 N. Brillant-Rannou, « Jeux et enjeux des rencontres avec les écrivains », dans Y. Logéat (dir.), ouvr. cité, p. 73.

22 B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », article cité, p. 165.

23 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, Paris, L’École des loisirs, coll. « Médium », 1997, p. 20.

24 D. Meynard, Comme la lune, ouvr. cité, p. 12.

25 C. Grenier, L’Impossible Mlle Muche, Toulouse, Milan, 2002, p. 9.

26 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, ouvr. cité, p. 60-65.

27 E. Freund, « Vademecum pour recevoir un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), Un écrivain dans la classe, ouvr. cité, p. 102.

28 S. Morgenstern, Le Vampire du C. D. I., ouvr. cité, p. 180.

29 C. Poslaniec, Le Douzième Poisson rouge, Paris, L’École des loisirs, coll. « Neuf », 1998, p. 15.

30 « Le but de la rencontre est en effet de “donner envie de lire” ou “donner le goût de lire” et le contact direct avec l’écrivain en tant que personne va engendrer l’intérêt pour ses livres, puis pour les livres en général. » (B. Friot, « Mettre en question les rencontres avec les écrivains », article cité, p. 165.)

31 D. Meynard, Comme la lune, ouvr. cité, p. 21.

32 Ibid.

33 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, ouvr. cité, p. 107.

34 N. Brun-Cosme, L’Ombre bleue dans la classe, ouvr. cité, p. 9-10.

35 S. Daniel, L’Écrivain mystère, Paris, Rageot, coll. « Cascade Policier », 2002, p. 13.

36 C. Grenier, L’Impossible M lle Muche, ouvr. cité, p. 28.

37 J. Asklund, Crime d’auteur, Paris, Rageot, coll. « Heure noire », 2004, p. 18-19.

38 Ibid., p. 23.

39 V. Dayre, Le jour où on a mangé l’écrivain, ouvr. cité, p. 109.

40 N. Brillant-Rannou, « Jeux et enjeux des rencontres avec les écrivains », art. cité, p. 81.

41 J. -L. Lecomte, « Rencontrer un écrivain », art. cité, p. 19.

42 M. -L. Brégand, « Écrire un texte avec un écrivain », dans Y. Logéat (dir.), Un écrivain dans la classe, ouvr. cité, p. 98-99.

43 B. Moissard, dans l’ouvrage collectif, L’Écrivain viendra le 17 mars, Paris, Seuil/Maison des écrivains, 2001, p. 60-61.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search