Version classiqueVersion mobile

L'auteur pour la jeunesse, de l'édition à l'école

 | 
Jean-François Massol
, 
François Quet

2. Diversité contemporaine des auteurs de jeunesse

Une fabrique d’écrivains ? De quelques figures d’auteurs dans les écrits éditoriaux de l’École des loisirs

Florence Gaiotti

Texte intégral

  • 1 Dans B. Louichon et J. Roger (dir.), L’auteur entre biographie et mythographie, Presses universitai (...)
  • 2 Ibid., p. 193.

1Dans un article intitulé « L’auteur pour la jeunesse, écrivain ou littérateur », paru dans le volume 18 de la collection « Modernités »1, Francis Marcoin retrace l’émergence tout ambiguë de l’auteur dans la littérature de jeunesse. Il souligne, dès la fin du XVIIIe siècle, la prédominance de la maison d’édition : ainsi, le nom de l’éditeur, à la différence de celui de l’auteur, est toujours cité, souvent accompagné de son adresse. « Librairie pour la jeunesse », « maison d’édition » : autant de formules qui mettent à l’écart ou maintiennent dans l’anonymat bien des auteurs qui se cachent aussi sous des pseudonymes. Les collections telles que la « Bibliothèque Rose », « Verte », plus récemment « Souris noire » ou « Chair de poule », renforcent cet effacement. Ainsi, « le catalogue d’éditeur fait signature2 ». F. Marcoin va même jusqu’à affirmer que, dans certains cas, l’auteur constitue une « fiction indispensable à l’éditeur ». Il remarque cependant aussi que certains auteurs, comme la Comtesse de Ségur, ont imposé leur nom en s’appuyant sur une célébrité antérieure à leur venue à l’écriture et en mettant en évidence le lien entre leurs œuvres et une expérience personnelle, ce qu’il nomme le « soubassement existentiel ».

  • 3 Paris, L’École des loisirs, respectivement : 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et 2008.
  • 4 L. Cauwe, C. Ponti Foulbazar, Paris, L’École des loisirs, 2006.
  • 5 L. Cauwe, Le Monde de Kitty Crowther, Paris, L’École des loisirs, 2007.
  • 6 T. Willer, Tomi Ungerer, Paris, L’École des loisirs, 2008.
  • 7 X.-L. Petit, Anthony Browne, Paris, L’École des loisirs, 2009.
  • 8 Voir à l’adresse : < http://www.ecoledesloisrs.fr/index1.htm >, site consulté en avril 2009

2Ces constats qui s’inscrivent dans une réflexion historique sur le statut de l’auteur pour la jeunesse me semblent particulièrement intéressants dans le cadre d’une analyse plus restreinte des petits fascicules produits depuis 2001 par l’École des loisirs et intitulés « Mon écrivain préféré ». Chacun de ces livrets présente un auteur-phare de l’éditeur : Marie-Aude Murail, Suzie Morgenstern, Brigitte Smadja, Moka, Marie Desplechin, Agnès Desarthe et Anne Fine3. Plus récemment encore le même éditeur a proposé d’autres livrets sur des auteurs/illustrateurs d’albums, tels que Claude Ponti4, Kitty Crowther5, Tomi Ungerer6 et le dernier en date Anthony Browne7. Enfin, le site Internet de l’École des loisirs propose désormais de courtes vidéos sur près de cinquante auteurs « maison »8.

  • 9 J’ai pu parler de désir hégémonique à propos des catalogues et des planisphères en direction du cyc (...)

3La démarche de promotion des « auteurs maison » n’est pas spécifique à l’École des loisirs et F. Marcoin notait déjà en 2002 que de nombreux catalogues d’éditeurs comportaient, par exemple, des photos des auteurs. Elle est à mon sens le signe d’une modification plus large de la représentation de l’auteur pour la jeunesse, de son désir de reconnaissance, dont la création de la « Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse », en 1985, est également une autre manifestation très évidente. Toutefois, le phénomène au sein de l’École des loisirs est suffisamment particulier pour qu’on s’y attarde et qu’on s’interroge sur ce qui peut apparaître comme une manière sinon paradoxale, du moins singulière : tout en menant une politique éditoriale très forte9, l’École des loisirs développe une politique d’auteurs, en mettant en évidence la singularité, la personnalité d’un écrivain qui devient ainsi un écrivain ou un artiste à part entière.

4Mais est-ce bien une liberté d’écrivain qui se dessine ici ou bien s’agit-il d’une pure création éditoriale ? J’y verrai pour ma part ce que l’on pourrait appeler une fabrique d’écrivains.

  • 10 Comme Agnès Desarthe, Marie Desplechin ou encore Christophe Honoré.

5Sans doute la formule peut-elle s’entendre d’une manière négative : l’image de l’écrivain se fabriquerait de manière artificielle et concertée, en fonction des besoins et des envies d’un public avide de réalités auctoriales, incarnées. On peut aussi envisager l’expression d’une autre manière : la maison d’édition, en l’occurrence L’École des loisirs, a bien fait émerger un certain nombre d’auteurs qui se sont fait un nom en littérature de jeunesse ainsi qu’en littérature pour adultes, comme c’est le cas de certains auteurs qui publient aussi, notamment, aux Éditions de l’Olivier10, bénéficiant ici d’un réseau éditorial.

  • 11 J.-B. Puech, « La création biographique », dans B. Louichon et J. Roger (dir.), L’auteur entre biog (...)
  • 12 Ibid., p. 53.

6Enfin, cette fabrique relève aussi de la construction de l’image de l’auteur par lui-même et/ou par des tiers. Elle s’apparenterait alors à une représentation de l’auteur, étudiée de manière très détaillée par Jean-Benoît Puech dans l’article intitulé « La création biographique11 ». Pour ce critique, ces créations biographiques « ne nous mettent pas en présence de l’auteur réel mais nous proposent sa représentation, c’est-à-dire reconstituent un personnage12 ». Il s’agirait selon lui de « la figuration de l’auteur moderne ». L’on peut voir alors dans les fascicules de l’École des loisirs une stratégie de légitimation de l’auteur pour la jeunesse qui se prête, comme ses pairs, à cette figuration. Je ne prétends pas apporter ici de réponse définitive – et il n’y a sans doute pas – mais je chercherai, en étudiant d’un peu plus près ces fascicules, à voir comment se construisent ces figurations d’auteur.

L’auteur dans le péritexte éditorial

  • 13 G. Langlade, « L’imagerie a-t-elle des vertus ? », dans B. Louichon et J. Roger (dir.), L’auteur en (...)

7De nombreuses maisons d’édition proposent des figurations de l’auteur qui accompagnent le texte lui-même. Il s’agit généralement d’un très court propos à dominante biographique. Ainsi chez Gallimard, en « Folio Cadet ou Junior », on trouve systématiquement quelques mots sur les activités et les passions de l’auteur, parfois sa date de naissance. Dans certaines collections de chez Nathan, le texte de présentation de l’auteur est assorti d’une photographie. Ces présentations sont extrêmement variées, parfois en décalage avec les données biographiques traditionnelles (comme dans les romans publiés aux Éditions du Rouergue) ou retraçant l’idée à l’origine du livre ou encore un effet de sa réception. Il me semble qu’il y aurait là matière à une étude plus générale sur la figuration de l’auteur de jeunesse, laquelle peut aller de ce que Gérard Langlade a appelé une « imagerie d’auteur13 » à un propos plus décalé, un discours qui semble plus singulier ou plus intime, mais qui finalement construit des images tout aussi stéréotypées que les classiques imageries d’auteur. Très éloignées d’une image romantique, en effet, ces notices péritextuelles proposent plutôt des représentations de l’écrivain en homme du quotidien, ancré dans la vie.

  • 14 A. Fine, La Guerre sous mon toit, Paris, L’École des loisirs, 2001.
  • 15 Tiens-toi droite [1985], Paris, L’École des loisirs, 2002, 4e de couverture.
  • 16 D. Delbrassine, Le roman pour adolescents aujourd’hui, Paris, SCÉRÉN/CRDP de l’académie de Créteil, (...)

8La politique de l’École des loisirs semble fort différente de celle des autres maisons d’édition. Dans les livres eux-mêmes, les informations concernant l’auteur sont minimales. On ne trouve généralement que son nom en couverture, en page de titre, et l’indication des ouvrages précédemment publiés dans la même maison d’édition ; parfois, mais rarement, sont également cités des textes écrits pour les adultes. Il arrive aussi que la collection « Médium » propose en quatrième de couverture de courtes présentations, tout particulièrement pour les auteurs étrangers, tels que Robert Cormier, Anne Fine ou encore Judy Blume. Dans ces trois cas du moins, la notoriété dont jouit déjà l’écrivain à l’étranger est soulignée, en même temps que sont évoquées certaines de ses publications. Ainsi pour Anne Fine, dans La Guerre sous mon toit, le texte de quatrième de couverture renvoie à Madame Doubtfire adapté à l’écran14. Pour Judy Blume, le texte indique qu’elle est « un nom familier aux États-Unis où l’on dévore ses livres qui font l’objet des commentaires passionnés des spécialistes mais surtout d’un engouement sans cesse croissant de la part de jeunes lecteurs15 ». Plutôt que de livrer de véritables informations, ces courts textes affirment le statut déjà établi de l’auteur. L’absence d’information sur la date d’écriture empêche l’inscription de l’auteur dans son époque : or pour ce qui est des livres de J. Blume comme ceux de R. Cormier, ils n’ont pas été écrits dans l’extrême contemporain mais dans les années 1970-1980, lesquelles voient se développer aux États-Unis ce que Daniel Delbrassine appelle les « School Stories16 ». Dans les derniers livres de R. Cormier publiés par l’École des loisirs, ces informations ne sont plus citées.

9Ces quelques exceptions mises à part, l’École des loisirs semble donc proposer avant tout des textes derrière lesquels la figure de l’auteur demeure cachée. Pas d’imagerie, pas de figuration de l’auteur, lequel reste effacé derrière son texte selon les principes qui ont dominé la critique après l’affirmation radicale de Barthes sur la mort de l’auteur. On pourrait alors penser que les fascicules sur les « écrivains préférés » réhabilitent cette approche à l’ancienne puisque, cette fois, il semble bien être question de la vie de l’auteur en lien avec son œuvre. En même temps, ce qui est proposé relève à mon sens d’une autre création : celle du personnage de l’auteur par lui-même et par la maison d’édition. Je me propose donc de revenir sur certains aspects de ces fascicules pour essayer d’en dégager quelques traits caractéristiques.

Portrait de l’écrivain en femme moderne

  • 17 A. Cathrine, Je suis un garçon, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Neuf », 2001.

10Malgré le titre « mon écrivain préféré » qui tend vers le masculin, ce qui est d’abord frappant, c’est que tous les fascicules concernent des femmes écrivains, des auteures comme l’on dit désormais : Desplechin, Murail, Smadja, Morgenstern, Desarthe, Fine. De plus ces auteures sont elles-mêmes présentées par des femmes, et plus précisément par des auteures de l’École des loisirs, comme Sophie Chérer, Florence Seyvos, Anaïs Vaugelade, à l’exception d’Arnaud Cathrine qui présente Anne Fine mais qui souligne de manière amusée que, tout au long de sa correspondance avec A. Fine, celle-ci a cru qu’il était une femme, ce qu’il n’a pas démenti, poursuivant ainsi le jeu sur l’ambiguïté de son nom qu’il avait entamé dans Je suis un garçon17.

11Simple coïncidence ou choix délibéré ? Je pencherais plutôt pour la deuxième hypothèse qui finalement va contribuer, voire faciliter la figuration d’auteur, en construisant un portrait de l’écrivain en femme moderne : tonique, polyvalente, dynamique, inscrite dans son temps historique et domestique, si je puis dire. Presque des « surfemmes », en somme, comme en attestent les premières pages consacrées à Marie Desplechin présentée par Sophie Chérer :

  • 18 S. Chérer, Marie Desplechin, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 7.

Sur la petite table de la toute petite cuisine du grand appartement, un ordinateur portable voisine avec une bouilloire et une pile de ces cafés-filtres en plastique au charme exclusivement ferroviaire en France mais qui sont en vente libre en Belgique et Marie revient justement d’un séjour en Belgique18.

12Tous les enfants de Marie défilent dans la cuisine pour des demandes diverses, jusqu’à sa belle-mère qui cherche un poinçon. Bien sûr, pendant l’entretien entre Sophie Chérer et Marie Desplechin, le téléphone ne cesse de sonner, signe moderne de la suractivité professionnelle :

  • 19 Ibid., p. 8-9.

Le téléphone sonne, c’est le bureau du livre français de Francfort qui invite Marie à la foire de Leipzig, un autre téléphone sonne, ce sont les Éditions du Seuil qui projettent un voyage à Marseille pour la promotion de La Vie sauve […]. Entre temps, Marie rajoute des herbes dans une salade, découpe un poulet, un kilo de champignons, des carottes, des oignons et flanque le tout dans une cocotte pour ce midi…19

13On le voit, le début du fascicule ne fait pas dans la demi-mesure : l’écrivain est une mère disponible, une femme d’affaire entre deux voyages, inspirée cependant par Guillevic dont des textes sont affichés sur le réfrigérateur, une belle-fille idéale. De quoi créer une nouvelle mythologie de l’écrivain de la modernité !

14On trouve une représentation assez similaire à propos de Brigitte Smadja à qui Sophie Chérer aurait envie de poser cette question à rallonge, qu’elle ne pose pas mais qu’elle écrit dans le fascicule :

  • 20 S. Chérer, Brigitte Smadja, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 11.

Comment faites-vous pour concilier une vie de femme, une vie de mère, une vie de sœur, une vie d’amie, une vie de voisine, une vie de prof, une vie de directrice de collection, une vie de spectatrice de théâtre, une vie de voyageuse, une vie de témoin de mariage, une vie de lectrice et une vie d’écrivain ?20

15Il ne s’agit pas ici d’évaluer le dynamisme ou l’énergie incontestables de ces femmes écrivains, mais de faire le constat que c’est par cet aspect-là qu’elles sont représentées ou qu’elles veulent bien être représentées. On est loin, là encore, de la figuration romantique de l’écrivain ; de fait, se dessine ici une autre figuration, plus spécifiquement féminine et contemporaine, en accord aussi avec une imagerie plus générale de la femme moderne ou postmoderne.

16De plus, l’accès à l’intimité de l’écrivain nous ramène bien aux constats faits pas J.-B. Puech d’une re-constitution consentie par l’auteur, voire créée par elle. Ainsi l’ancrage de l’auteur dans la réalité et la banalité d’un quotidien – quelque peu extraordinaire quand même – relève bien d’une création : l’écrivain se donne à lire comme un personnage, il construit sa propre fiction.

La conscience du personnage

17Si l’on reprend la plupart des fascicules, on s’aperçoit que la notion de personnage apparaît de manière explicite. Ainsi, Marie Desplechin qui ne manque pas d’humour, au milieu de ses multiples occupations et entre deux sonneries de téléphone, lance à Sophie Chérer cette phrase qui n’est pas anodine :

  • 21 S. Chérer, Marie Desplechin, ouvr. cité, p. 7.

En fait, on va être embêtées tout le temps, est-ce que ça te fait du matériau, si on est embêtées tout le temps ?21

18Prise dans son quotidien, l’auteure est alors bien consciente que ce qu’elle consent à montrer à sa « biographe » est bien une certaine matière pour construire son personnage d’auteur.

  • 22 S. Chérer, Brigitte Smadja, ouvr. cité, p. 13.

19Cette notion de « personnage » ressurgit explicitement dans d’autres brochures. Ainsi, à propos de Brigitte Smadja, Sophie Chérer souligne que « petite, Brigitte est un personnage, déjà22 ». La phrase peut souligner le déterminisme de la vocation, certes, mais aussi la conscience de l’auteur comme personnage.

  • 23 S. Chérer, Marie-Aude Murail, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 21.

20De même, à propos de Marie-Aude Murail, Sophie Chérer cite le témoignage de Geneviève Brisac : « À force de travail, Marie-Aude en est arrivée à un point où non seulement elle peut tout faire… mais où ça l’intéresse de tout faire. Et puis elle a compris depuis toujours, comme Karen Blixen, qu’un écrivain est un personnage. Et ce personnage, elle ne laisse personne le fabriquer à sa place23. » L’affirmation est bien ici l’aveu même de la fabrique de l’auteur dans le texte.

21Enfin, dans la brochure consacrée à Anne Fine, Arnaud Cathrine, à moins que ce soit A. Fine elle-même, choisit de mettre en exergue une citation tirée de La Guerre sous mon toit qui, là encore, montre la construction du personnage de l’auteur comme fiction :

  • 24 S. Chérer, Anne Fine, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 5.

Il faut que je m’invente un nom de plume. Et je vais faire comme Alicia Whithley. Elle a choisi un nom d’homme pour brouiller les pistes. Moi, je vais choisir un nom de femme. Un nom tout simple, passe partout. Anne par exemple. Et comme c’est plutôt un bon livre pour quelqu’un de mon âge – je crois qu’il aurait plu à William Saffery, je m’appellerai Anne Good. Non. C’est trop prétentieux. Anne Best ? Ça fait encore plus pédant ; pourquoi pas Anne Fine ?24

22Cette citation tirée d’une fiction nous ramène bien à la fiction de l’auteur, à l’auteur comme personnage qui, pour advenir, doit commencer par se nommer.

Structure des fascicules : déconstruction et singularité

23Bien d’autres éléments vont contribuer à construire le personnage de l’auteur dans nos fascicules. On retrouve en fait la plupart des éléments dont J.-B. Puech fait la liste dans son article : documents, photographies, conversations et témoignages, attributs, drames. Avant de revenir sur certains de ces éléments, je voudrais m’arrêter sur un autre aspect. Il s’agit de la structure d’ensemble des livrets qui est paradoxalement identique et entièrement différente d’un auteur à l’autre. On peut lire, en effet, dans le choix de construction des fascicules la volonté de ne pas tomber dans une présentation purement biographique : les entrées choisies, les titres de chapitres ne semblent pas suivre un déroulement chronologique qui conduirait, pour le dire schématiquement, de la vie à l’œuvre, selon un modèle rebattu. Or ce choix qui peut se lire comme le refus de tomber dans des discours déterministes de la vocation d’écrivain permet aussi de mettre en évidence la singularité de chaque auteure. Le mouvement de déconstruction chronologique/reconstruction thématique participe lui aussi de la fabrique du personnage de l’auteur dans une singularité concertée.

24C’est ce que souligne d’abord la présentation en chapitres, comme dans un roman, ainsi que le choix des titres des chapitres. Prenons quelques exemples : dans la brochure consacrée à M.-A. Murail, les titres font songer par leur longueur à ceux d’Oliver Twist : chapitre 1 er « Où un futur papa rencontre une future maman, où ils se marient et où ils ont beaucoup d’enfants » ; chapitre 2 : « Où l’on apprend que pour devenir écrivain plus tard, il ne faut pas forcément faire des études ni être bon à l’école mais jouer, s’ennuyer, jouer, rêver, jouer, lire en cachette, et encore jouer et s’exposer à être totalement et momentanément incompris ». La vie de l’auteur est ainsi reconstruite comme un roman à la Dickens, écrivain fétiche de M.-A. Murail : la création biographique est bien une construction/reconstruction où, comme dans une fiction, la vie est une recomposition, pas nécessairement fausse, faisant de l’auteur un personnage.

25Autre exemple encore, celui de Moka, la sœur de M.-A. Murail. Si le premier chapitre évoque avec humour le handicap visuel de l’écrivain, alias Elvire Murail, les suivants sont placés, cette fois, sous le signe symbolique d’une carte de Tarot : le Soleil, le Pape, la Papesse, la Tempérance, le Chariot… La présentation d’Agnès Desarthe se décline en chapitres qui prennent la forme de question… Celle de Suzie Morgenstern s’organise comme un alphabet : A comme Amis, B comme Bibliothèque… Avec une évidence manifeste, les brochures renoncent ainsi au pur déroulé chronologique, même si celui-ci reste présent au sein du texte. Elles soulignent la singularisation et la symbolisation de la figure d’écrivain : construction consentie qui ne cherche pas forcément à élaborer un mythe – car dans ces brochures les auteurs ne cherchent pas à se valoriser – mais une figure de l’auteur à travers des signes et des symboles (alphabet, cartes, parodie de chapitre).

26Cette figuration singularisante se voit d’ailleurs avant même l’entrée dans le texte, sur les premières de couverture qui proposent toutes une représentation photographique de l’écrivain. Chaque couverture est cependant différente d’un auteur à l’autre : l’image de Moka est encadrée par des bouts de textes manuscrits ; la photographie de B. Smadja, le représentant en pied, est décomposée en trois parties ; S. Morgenstern est démultipliée en douze petites photographies formant une mosaïque, tout comme A. Desarthe que l’on voit faire différentes grimace sur six petits clichés. Enfin, la brochure consacrée à M.-A. Murail qui, dans sa première version, proposait une photographie relativement neutre, présente dans la deuxième version, une image de l’auteur dans sa bibliothèque, ce qui peut faire écho aux propos déjà cités de Geneviève Brisac : ce qui nous est donné à voir et à lire est bien une image re-construite du personnage de l’auteur.

27La construction passe aussi par la présence de multiples documents et notamment par d’autres photographies que l’auteure a elle-même fournies (il ne s’agit pas ici de photos « dérobées »). Photographies de famille, des parents, des grands-parents souvent, de l’auteur enfant, bébé, écrivain ou futur écrivain « en vacances » pour reprendre la formule de Barthes dans Mythologies. À côté de ces photographies qui tendent à affirmer que l’écrivain est surtout un homme/femme comme un autre, avec des photos de famille identiques, on trouve aussi des photographies et des documents dressant le portrait de l’écrivain en écrivain : la plupart des brochures proposent un manuscrit de l’auteur, ainsi que les premiers essais d’écriture (par exemple le journal écrit par M.-A. Murail à 13 ans, ou encore les premières histoires écrites par M. Desplechin à 5 ans et demi). Dans ce sens sont aussi fournies quelques photographies qui attestent du devenir d’écrivain : on peut ainsi voir la jeune M. Desplechin en train de taper à la machine ; A. Desarthe, adolescente, en train de lire ; ou encore M.-A. Murail à son bureau sous le regard bienveillant de Dickens. Le témoignage de sa mère nous révèle d’ailleurs que sa fille adore se faire prendre en photo devant les bibliothèques. A. Fine commente une photo d’elle enfant (vers 4 ans) de la manière suivante : « Pourquoi ces cubes idiots ? À cette époque, je savais déjà lire. » Elle fournit également une photo d’elle à son bureau.

28On a donc ici un double mouvement à l’œuvre : les photographies familiales présentent l’homme ou la femme du commun et en même temps d’autres clichés, plus attendus, constituent la représentation de l’écrivain dans son lieu de travail, lieu de travail qui peut être aussi, comme pour M. Desplechin, la petite cuisine du grand appartement.

29Enfin, ces brochures laissent place à un certain nombre de témoignages. Ainsi peut-on noter que le fascicule concernant M.-A. Murail publié en 2007 fait plus de place que le précédent à quelques témoignages, garants de la singularité de caractère de l’auteur-personnage. Là encore le choix est très orienté : témoignages et commentaires de sa mère, de son professeur à la Sorbonne, de sa directrice d’édition. Le fascicule concernant S. Morgenstern propose des lettres-portraits discordants des filles de l’auteur. Pour A. Desarthe, il s’agit de portraits rédigés de ses proches. À l’instar des photographies, ces documents-témoignages sont à la fois le gage de l’humanité et de la banalité de l’écrivain. Mais, en même temps, ils sont là pour souligner le caractère singulier, l’originalité, ou encore plus largement la force de caractère un peu hors du commun de chaque auteure.

30On pourrait ainsi multiplier les remarques sur les éléments qui viennent construire le personnage de l’auteur. On peut déjà constater que, sous ces choix, il y a bien là un discours multiple sous-jacent et commun à toutes ces brochures ou, à travers leur diversité même, un discours qui parvient à mêler différentes manières de saisir un écrivain. Car, au bout du compte, on retrouve bien toute une imagerie mythologisante, l’illusion rétrospective du don, de la prédestination, à travers des formules reprises dans tous ces textes : « déjà », « très tôt », « toute petite »… Dans un même temps, ces livrets soulignent la banalité de l’écrivain qui a des parents, des frères, des sœurs, un album de famille dont on sait à quel point il peut être construit pour mieux reconstituer une vie ou dissimuler certains événements. La banalité, la simplicité apparaissent bien comme une autre façon de construire, sinon un mythe, du moins une figure de l’écrivain.

31Enfin, si le texte est assumé par un tiers comme je l’ai dit au début, la présence de l’auteure dans le texte n’est pas négligeable. Nombreux sont les passages qui font entendre directement la voix de l’auteur : commentaires accompagnant les photos, récits familiaux, textes inédits, choix d’une bibliothèque idéale, mais aussi tous ces documents que l’auteure elle-même a choisi de proposer pour construire son image et orienter son interprétation.

32Avant de conclure, je voudrais revenir sur un point qui aurait pu faire l’objet du discours liminaire puisqu’il s’agit du titre de cette « collection », qui pose la question du destinataire. La formule « Mon écrivain préféré », en effet, concentre toute l’ambiguïté de la démarche : un peu vieillotte, cette expression semble renvoyer à des collections à l’ancienne, centrées sur le biographique et instaurant une hiérarchie. Seuls quelques auteurs auront droit à leur panthéon, même modernisé. En même temps, le possessif paraît signifier un choix qui ne viendrait pas de la maison d’édition, mais du lecteur lui-même, ficelle énonciative très visible, mais qui relève bien encore de la fabrique, voire de l’artifice.

33À qui s’adresse-t-on finalement ? Aux jeunes lecteurs ? Aux prescripteurs, enseignants ? bibliothécaires ? Ou bien le destinataire est-il non pas le lecteur mais l’institution littéraire elle-même ? Le fait que ces fascicules ne soient pas mis en vente, mais donnés souvent en abondance aux enseignants, ne fait que renforcer l’ambiguïté du destinataire réel. Mais comment peut-on utiliser ces livrets dans les classes sans retomber dans une démarche à la manière de Lagarde et Michard ?

34S’il y a bien une fabrique de l’auteur en personnage, la question de savoir s’il s’agit d’une fiction indispensable à l’éditeur – pour reprendre les propos de F. Marcoin – ou à l’auteur, reste en suspens car elle sert bien évidemment les deux. Cette fabrique signale aussi la volonté de légitimation, en suivant une démarche fort proche des créations biographiques analysées par J.-B. Puech dans la littérature pour adultes : devenant personnage, l’écrivain affirme son statut et une autorité. Ou pour le dire plus précisément dans ce cas précis : en proposant à l’auteur de construire son propre personnage, l’École des loisirs lui accorde statut et autorité. Dans un même temps, elle conforte sa propre légitimité éditoriale, dans le champ de la littérature de jeunesse, voire dans celui de la littérature tout court.

Notes

1 Dans B. Louichon et J. Roger (dir.), L’auteur entre biographie et mythographie, Presses universitaires de Bordeaux, coll.   « Modernités, n° 18 », 2002, p. 187-200.

2 Ibid., p. 193.

3 Paris, L’École des loisirs, respectivement : 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et 2008.

4 L. Cauwe, C. Ponti Foulbazar, Paris, L’École des loisirs, 2006.

5 L. Cauwe, Le Monde de Kitty Crowther, Paris, L’École des loisirs, 2007.

6 T. Willer, Tomi Ungerer, Paris, L’École des loisirs, 2008.

7 X.-L. Petit, Anthony Browne, Paris, L’École des loisirs, 2009.

8 Voir à l’adresse : < http://www.ecoledesloisrs.fr/index1.htm >, site consulté en avril 2009

9 J’ai pu parler de désir hégémonique à propos des catalogues et des planisphères en direction du cycle 2 et du cycle 3. 9es rencontres des chercheurs en didactique de la littérature, Bordeaux 2008.

10 Comme Agnès Desarthe, Marie Desplechin ou encore Christophe Honoré.

11 J.-B. Puech, « La création biographique », dans B. Louichon et J. Roger (dir.), L’auteur entre biographie et mythographie, ouvr. cité, p. 45-74.

12 Ibid., p. 53.

13 G. Langlade, « L’imagerie a-t-elle des vertus ? », dans B. Louichon et J. Roger (dir.), L’auteur entre biographie et mythographie, ouvr. cité, p. 111-123.

14 A. Fine, La Guerre sous mon toit, Paris, L’École des loisirs, 2001.

15 Tiens-toi droite [1985], Paris, L’École des loisirs, 2002, 4e de couverture.

16 D. Delbrassine, Le roman pour adolescents aujourd’hui, Paris, SCÉRÉN/CRDP de l’académie de Créteil, La Joie par les livres, coll.  « Argos références », 2006.

17 A. Cathrine, Je suis un garçon, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Neuf », 2001.

18 S. Chérer, Marie Desplechin, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 7.

19 Ibid., p. 8-9.

20 S. Chérer, Brigitte Smadja, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 11.

21 S. Chérer, Marie Desplechin, ouvr. cité, p. 7.

22 S. Chérer, Brigitte Smadja, ouvr. cité, p. 13.

23 S. Chérer, Marie-Aude Murail, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 21.

24 S. Chérer, Anne Fine, Paris, L’École des loisirs, coll.  « Mon écrivain préféré », p. 5.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search